Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. Élevage, modes de faire-valoir et structurations sociales

Le laboureur des bocages du Centre-Ouest, principalement au xviiie siècle

Philippe Bossis

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cartes de Cassini et cartes IGN. Le vignoble n'occupe jamais plus de 15 % de la SAU.
  • 2 Même structure des exploitations ; s'y ajoute l'élevage du cheval de selle, AN F20 269.
  • 3 Arch. dép. de la Vendée : C15, 16, 18, 35, 50, 51 ; Arch. dép. des Deux-Sèvres : C9, 7F, E1309, 176 (...)

1Le laboureur qui nous occupe est celui des bocages sud-ligériens : Pays de Retz, Clissonnais et Pays dit « vignoble »1, les Mauges jusqu'au Layon, le pays des Marches de Bretagne, Poitou et Anjou, le Marais Breton2, le Bas et le Haut bocage poitevins, enfin le Bressuirais à l'Est : plus de 400 paroisses rurales sont concernées. Dans chaque paroisse, les laboureurs constituent le groupe paysan le plus homogène, soit 25 à 45 % des feux. Ils sont immédiatement repérables dans tous les rôles d'impôts ; leurs cotes de taille sont supérieures à 30 livres et représentent 50 à 90 % du prélèvement total3. L'écart moyen entre leurs impositions n'est pas très important et traduit les différences de superficie et de production d'une structure d'exploitation qui s'impose au laboureur : la métairie. Autant de métairies, autant de laboureurs. Ces grandes fermes du Centre- Ouest (15 à 60 hectares) varient en superficie suivant l'ancienneté de leur remembrement, la qualité des sols et la topographie ; deux exemples en témoigneront : une métairie moyenne fait 32 ha à Chavagnes-en-Paillers, 41 ha à Chéméré-en-Retz. On se rappelle que la métairie n'implique pas ici un mode de faire-valoir. Un métayer, vocable usuel chez les paysans de ces contrées, est l'habitant d'une métairie, sans plus ; il peut tenir son bail à ferme à prix d'argent, en métayage ou colonat partiaire, à prix fixe, stipulé en nature (bail à terrage) ou bien encore mixte (métayage plus argent préfixé).

Mode d'exploitation des métairies de la région de Pouzauges, 1750-1789

Mode d'exploitation des métairies de la région de Pouzauges, 1750-1789
  • 4 Arch. dép. de la Vendée : 1G41, 1772-1773 ; Arch. dép. de la Loire Atlantique : E suplément, Le Cli (...)
  • 5 Les vaches de labour sont réputées faibles et indociles.

2Dans quelques cas très rares (2 à 3 %), le métayer est propriétaire de son exploitation. Laboureur et métayer sont alors des termes synonymes. Une recension en Bas-Poitou4 dénombre 2 071 métairies sur 55 paroisses, ce qui donnerait environ 15 000 fermes dans l'ensemble étudié. La même source oppose justement les métairies aux borderies à vaches, et les taxe 5 fois plus. C'est dire combien la métairie à bœufs l'emporte sur les plus importantes des borderies (10-15 ha) qui, en matière de labours, ne peuvent mettre sous le joug que des vaches5. Le chef de métairie, lui, ne travaille qu'avec des bœufs. C'est le second critère distinctif de la profession de laboureur.

  • 6 Marque faite à l'aide d'une pointe (lame de couteau).
  • 7 Arc. dép. de la Vendée : minutes Trastour, Thébaud, Lhomme, Goupilleau 1/54-55-56, Lansier 5/16, Be (...)
  • 8 Arch. privées des châteaux de Beaumarchais, Asson, La Rabatelière, Sigournais, L'Ulière, Puytesson.
  • 9 Cavoleau pour la Vendée, Dupin pour les Deux-Sèvres, Huet pour la Loire-Inférieure, AN F 20 269.
  • 10 Chalouineau, bibliothèque municipale d'Angers ; Candolle, Bibliothèque municipale de Nantes.

3Ces exploitants de métairies, n'ont laissé que très peu de documents écrits en dehors des signatures, des croix, des piques6, des blancs (« ne sachant pas signer, de ce enquis suivant l'ordonnance »). Leurs employeurs ou bailleurs, nobles, bourgeois, fermiers, prêtres et quelques autres nous parlent d'eux dans leurs écrits. Ce sont, avec les minutiers notariaux7, les comptabilités seigneuriales8 et les statistiques du Consulat et de l'Empire9, nos principales sources. Il ne faut pas négliger enfin les enquêtes de voyageurs10 et la tradition orale, à utiliser avec prudence.

4On ne s'obstinera pas à ranger les paysans dans deux catégories tranchées : dominants et dominés ; les laboureurs, nous le verrons, participent de ces deux catégories ; mais où faire passer la ligne de démarcation entre elles ?

5Notre approche du laboureur, comme élément de stratification sociale retiendra la dimension du métier, du savoir-faire et des techniques agraires qui le singularisent.

Laboureur et métairie

6À partir de 12-15 ha groupés ou d'un seul tenant, une première paire de bœufs fait la métairie, quand ses pacages et ses foins suffisent à les nourrir ; ce qu'un bordier ne peut faire, sans distraire 2 ha d'herbe à ses vaches qui lui rapportent plus en lait, beurre, veau et même petits labours.

  • 11 Louis Merle, La Métairie et l'Évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Age à lRé (...)
  • 12 Minutes notariales : « visites et montrées », procès verbaux « d'agâts », arch. dép. de la Vendée S (...)

7La métairie produit depuis toujours les surplus de grains indispensables à tous, à la condition de pouvoir nourrir les bœufs de trait, instruments de sa mise en valeur. C'est donc une ferme d'élevage avec ses prairies permanentes, ses prés fauchables, ses pâtis ou pâtureaux (jachère de longue durée), ses landes éventuelles et ses cultures fourragères, réduites mais intensives. Le tout représente parfois plus des deux-tiers de la surface de l'exploitation. Rappelons que la métairie fut mise en place, de la fin du xve au xviie siècle, d'abord par la noblesse11, par la bourgeoisie citadine et campagnarde ensuite, et dans une moindre mesure par le clergé ; le mouvement a repris au xviiie siècle avec les défrichements et afféagements. C'est une ferme d'élevage au service des cultures ; ces terres sont restées des bocages de labour. Les terres labourables qui peuvent représenter 90 % de la surface des petites métairies, doivent être distribuées en trois parties sensiblement égales : les emblaisons, les labours ou guérets, les jachères longues (pâtis ou pâtureaux). Les jardins, quelques fois les ouches fertiles près des habitations, les pâtis médiocres qui servent de parcs au bétail et les landes, quand elles existent, n'entrent pas dans cette répartition12. Le laboureur, sur une année de culture, dispose normalement d'un tiers de son exploitation pour y semer ses bleds ; l'assolement est fort simple : un tiers des terres labourables en céréales, un tiers en guérets et un tiers en jachère longue ; d'où la grande liberté de travail du laboureur pendant la durée du bail.

Le laboureur au travail

  • 13 Sur les schistes briovériens notamment.

8Le laboureur ordinaire doit façonner de 6 à 8 ha de labours annuels (sur une métairie de 30 ha) pour y semer céréales d'hiver et de printemps suivant la nature des sols et la rotation qu'il a choisie. Il lui faut décider quelle surface de guéret il pourra ensemencer ou planter en navets, choux ou blé noir tardif — véritable culture dérobée parfois — afin de répondre aux aléas climatiques et assurer la nourriture de son bétail en cas de récolte de foin insuffisante et de sécheresse estivale prolongée. Sur les sols lourds, compacts, collants, largement développés dans les argiles13 de ces pays, le laboureur est astreint à des séquences de labour difficiles. La force des attelages doit répondre à celle des terres, d'où la réputation de « pays aux bœufs » faite aux Mauges par les voyageurs. À l'araire ou arreau — toujours utilisé — est venue s'ajouter la charrue avec coutre, coutrelon, soc pointu et dissymétrique, le tout en métal. Le ou les versoirs demeurent en bois ainsi que l'âge ou perche, le sep, les étançons et les deux mancherons. Les rouelles et l'assiage, avant-train mobile, supportent l'âge, règlent l'enfoncement du soc et assurent une traction régulière, oblique si nécessaire. Les pièces en bois de cet instrument aratoire relèvent du savoir-faire du laboureur ; il les confectionne et les répare dans son atelier de chapusage, le bois provenant de la métairie elle-même. Le maréchal-charron apporte l'aide indispensable et vend les ferrures, essieux et bandages de roue. Deux charrues ne sont jamais identiques, pas plus que leur conducteur.

9Les labours se succèdent à raison de une ou deux attelées par jour, de grand matin ou en soirée si le temps et les paires de bœufs disponibles le permettent ; il faut ménager la force des animaux (5 à 6 heures au plus de travail continu par attelage).

10Un bon labour n'est jamais facile, c'est un continuel jeu de forces et d'adresse que l'homme aux mancherons commande et rectifie de la voix, tout en araudant ses bêtes. L'art du laboureur, sa gloire, consiste à tracer une première raie ou sillon rectiligne sur 50 toises de versaine seul, sans l'aide d'un toucheur ou pique-bœufs. Peu y parviennent. Le façonnage du labour peut se faire en long puis en travers, si besoin est (qu'on se rappelle la forme trapue et quadrangulaire des parcelles du bocage : 1,3 ha de surface moyenne sur les métairies contre 0,3 ha pour les borderies). Obliquer, abouter un trait de charrue, avec 4 ou 6 bœufs, tourner et circuler autour du champ n'offre pas de difficulté majeure : la chaintre, bande de circulation le long de la haie est faite pour cela.

  • 14 Le labour en sillons ou billons est majoritaire. Il facilite le drainage, est adapté aux sols mince (...)
  • 15 Correspondances de Lemoyne de Beaumarchais avec Sarcey de Sutières, Véron de Forbonnais... Arch. pr (...)

11Le journal de labour ou charruée est le travail quotidien d'un attelage ; il varie de 35 à 55 ares. Les terres labourées de la métairie exigent des semaines et des mois de préparation du sol à raison de 4 labours, et parfois beaucoup plus, pour ameublir le sol et permettre la confection des sillons (billons)... Une terre bien guérettée peut être reprise par un simple araire avec oreilles ou un buteur qui relève la terre façonnée à l'ordinaire en sillons ; le laboureur rassemble ainsi la terre, nécessaire au bon enracinement des plantes, et assure le drainage indispensable dans les sols trop humides et argileux14. Ces travaux sont si évidents qu'on n'en parle guère sauf chez les agronomes15 alors qu'ils soudent l'homme à sa terre.

12Le laboureur doit semer lui-même, il y va de sa dignité ; le travail se fait à la volée, la symbolique de ce geste prévaut même sur le labour dans l'Imaginaire collectif et citadin. Régularité de la marche, balancement égal du bras et ouverture simultanée de la main remplie de graines, doivent être coordonnés pour une bonne répartition de la semence ; un champ labouré en sillons facilite la progression raisonnée du semeur et plus tard la moisson à la faucille. En recreusant le sillon, le labour de couvrailles enfouit les grains ; le hersage sur sillons n'est pas toujours nécessaire. Une répartition des emblavures, par exemple 5 ha de seigle, 2 ha de froment en céréales d'hiver, 1 ha de baillarge ou d'avoine, céréales de printemps et 1 ha de sarrasin, plus tardif, montrent combien le laboureur du Choletais, par exemple, sait diversifier les cultures en limitant les risques et s'adapter à la diversité des sols.

L'éleveur et le dresseur de bœufs

  • 16 Mise à l'engrais pendant 6 mois au pré ou à l'étable pendant l'hiver.

13Un laboureur qui ne serait pas éleveur, éducateur et dresseur d'animaux, autant que conducteur d'attelage, ne parviendrait pas à la « réussite » (concept fondamental pour ces gens de la terre). La fonction du laboureur est évidente : il lui faut disposer d'un fort cheptel vif (une à six paires de bœufs et plus) et savoir le renouveler. Ces bœufs de charrue (liés ou tirants) se répartissent en grands, seconds et jeunes, de 3 à 8 ans environ, sans compter les bœufs de crèche, réformés, qui ont de 8 à 12 ans et sont à l'engrais16. Au total jusqu'à 90 % en valeur du cheptel bovin.

  • 17 L'affranchisseur fait sa tournée, le laboureur ne l'assiste pas.

14Le laboureur-éleveur avisé doit avoir en réserve un nombre d'élèves (veaux et génisses) égal à celui des bœufs et vaches pour assurer leur remplacement ; les veaux de deux ans font office de taureaux avant d'être castrés, affranchis17. Les génisses remplaceront les vaches âgées. La faible proportion de vaches tient au fait que les bailleurs n'ont rien à prétendre sur leurs produits, à l'exception des menus suffrages en beurre ; elles ne sont que reproductrices.

  • 18 Les bœufs du marais peuvent atteindre 600 kg (voir Cavoleau).

15Le laboureur a su apprivoiser les veaux affranchis, les appareiller sous le joug, les dresser à manœuvrer par paire, équilibrer les tailles, les forces, les caractères de ses bêtes qui portent toutes un nom. C'est un travail délicat, plus subtil qu'il n'y paraît, qui dure des semaines. Dans une métairie de 25/30 ha l'attelage-type aligne 3 paires de bœufs : deux grands puissants et expérimentés devant la charrue, 2 apprentis au milieu et 2 rapides accrocheurs en tête. Cette masse articulée, dans le Marais Breton, peut peser de 2 à 4 tonnes d'os et de muscles18.

16Les très jeunes animaux veaux, brebis et agneaux, la volaille, sont du domaine spécifiquement féminin ; le laboureur ne se charge que de la fourniture ou achat des brebis (15 à 30 têtes) ; le reste est soigné sous la responsabilité de la maîtresse et vendu par celle-ci sur les marchés proches.

Le chef de métairie

  • 19 « Chef de métairie » et gérant de société si elle est reconnue.
  • 20 Typologie de Peter Laslett.
  • 21 La société taisible est évoquée dans la Coutume du Poitou.
  • 22 En 260 ans, 5 gendres se sont succédé à la tête de la métairie de la Chambornière, commune de La Ra (...)

17Dans 25 %, au moins, des cas, le laboureur est aussi chef de communauté ou de société19, groupe familial qui a pris la métairie à bail. Un couple seul ne peut faire face ; la mise en valeur de l'exploitation nécessite, selon notre décompte, un homme et une femme adultes pour 10 ha de terre ; une famille nucléaire est donc insuffisante ; d'où la constitution d'une société à même pot et à même feu de type élargie, ascendante et collatérale, ou bien à ménages multiples à noyaux ascendant, collatéraux et frérèches20. Les contrats de mariage des enfants prévoient expressément l'entrée dans la société et fixent la part de chacun dans l'actif global. Celle-ci reçoit donc un apport en force de travail et en argent monnayé représenté par les dots et les gages domestiques acquis hors de la métairie. La mise en commun des capitaux mobiliers, et eux seuls (bestiaux, charrettes, charrues, ustensiles domestiques...) entraîne le partage commun des pertes et profits de la société, taisible en Poitou ou reconnue devant notaire ailleurs21. Le laboureur est son véritable gérant ; il l'a prévue et organisée en recourant d'abord aux membres de sa famille ; il privilégie son lignage et si possible le fils aîné, mais l'entrée d'un ou plusieurs gendres n'est pas rare et, au décès du maître, l'un d'eux peut le remplacer dans sa fonction. En conséquence le nom du preneur du bail changera, ce qui peut faire croire au chercheur pressé qu'il assiste à l'éviction du laboureur-métayer alors que la même famille continue l'exploitation22.

18La maîtresse, femme du laboureur, jamais laboureuse, possède une égale autorité sur la maisonnée, enfants et servantes ; sur les toits aux vaches, aux ouailles, aux volailles et sur les jardins et leurs abords. Veuve, elle devient chef de communauté, mais son fils aîné, son gendre ou son nouveau mari la remplace très vite dans cette fonction ; alors qu'une veuve fermière femme d'un non laboureur, conserve ses droits et la direction de son entreprise aussi longtemps qu'elle le souhaite.

19La présence de domestiques, valets et servantes, eux-mêmes hiérarchisés, en petit, moyen ou grand valet est la règle ; ils sont, de fait, en apprentissage de la préadolescence (11-12 ans) à l'âge adulte et souvent jusqu'à leur majorité. Ce sont eux-mêmes des fils et filles de paysans (laboureur, bordier-closier, bordager, journalier...). Un domestique coûte moins au laboureur qu'un enfant demeuré sur la métairie. Le laboureur envoie donc facilement sa progéniture chez d'autres laboureurs parents, amis dont il estime la compétence. Les généalogies montrent leur dispersion sur le pays environnant par groupe de paroisses voisines, ou en direction de pays hauts ou bas, demandeurs de main-d'œuvre qualifiée. Ils s'y marient parfois et y restent. L'homogamie socioprofessionnelle est dominante ; l'hypergamie des filles est minoritaire, seules les premières dotées, fille de laboureur — honorable homme — y peuvent prétendre ; elles épousent des fermiers (surfermiers), de modestes officiers de justice (huissiers et notaires parfois) et quelques maîtres-marchands des bourgs. Il se constitue ainsi, au début du siècle, et sur plusieurs générations, une large société familiale, plus diversifiée, dont les liens de solidarité sont très forts et couvrent, dans un rayon de 20 à 30 km, parcours habituel d'un laboureur, un ensemble de villages et de bourgs.

20Quant aux enfants des catégories inférieures dans la hiérarchie paysanne — bordiers, bordagers, closiers, haricotiers — non propriétaires de leur exploitation d'une part, les journaliers et les plus pauvres artisans sabotiers, tisserands et travailleurs du textile d'autre part, ils ne peuvent plus devenir laboureurs faute de moyens car les places sont prises dans la seconde moitié du siècle.

21Une main-d'œuvre saisonnière de journaliers aide le laboureur à l'occasion des gros travaux : en moyenne annuelle un journalier environ par métairie et quelques saisonniers, surtout journalières, en petits groupes pour les sarclages et binages urgents.

Laboureurs et pouvoirs paroissiaux

  • 23 Voir par exemple les archives paroissiales des Landes-Genusson, La Gaubretière (Vendée).

22Dans les paroisses dont le bourg est modeste et ne rassemble qu'une minorité de la population, les procès-verbaux d'assemblées d'habitants montrent une majorité, parfois écrasante, de laboureurs chefs de feux. En matière fiscale, les décisions essentielles sont prises par eux ; les asséeurs-collecteurs d'impôts sont choisis parmi eux. Dans le sud du comté nantais et les Marches voisines, les généraux de paroisse, les délibérants sont en majorité laboureurs. Les représentants du seigneur en titre (sénéchal ou procureur fiscal) peuvent difficilement passer outre à leur avis. Quant à la présence de nobles, seigneurs ou non, elle est rarissime ; ce sont affaire de roturiers qui ne les concernent pas. Les laboureurs syndics sont nombreux ; les conseils de fabrique sont dirigés par eux (un ou deux fabriqueurs renouvelés par les habitants tous les 3 ou 4 ans) : dans telle paroisse23 ils occupent toutes les responsabilités de la communauté sur un siècle ; le cas n'est pas exceptionnel.

23En Bas-Poitou, 11 % des prêtres sont issus du milieu laboureur ; ils ont été distingués le plus souvent par le curé qui a pu les enseigner hors des travaux agricoles urgents ; ces enfants plus intelligents et curieux, susceptibles d'échapper à la pression défavorable du groupe paysan, indifférent à l'instruction, ont accédé à la prêtrise à 25 ans, après avoir justifié d'un titre clérical de 150 livres, que seuls les laboureurs, parmi les paysans, pouvaient leur assurer ; ils sont devenus vicaires souvent dans leur région d'origine. Les contrats de mariage et les actes familiaux importants des laboureurs mentionnent très souvent un parent ecclésiastique.

  • 24 Philippe Bossis, « L'époque moderne », in La Vendée des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, (...)

24La question fiscale se règle dans le cadre de la collecte ; les laboureurs représentent 25 à 40 % des feux paysans, ils paient, cependant, de 50 à 80 % et plus, des impôts royaux (cote moyenne par métairie et paroisse : de 55 à 117 livres dans l'élection des Sables-d'Olonne). Leur protestation contre la charge fiscale est permanente tout au long du siècle, allant même jusqu'à l'exaspération, évidente en période de mauvaises récoltes. Il apparaît cependant que la taille, capitation et accessoires n'augmentent pas autant que le mécontentement le laisserait croire. Entre 1722 et 1788, par exemple, l'impôt moyen du laboureur passe de 68 à 93 livres dans la paroisse de Notre-Dame-de-Riez, soit une augmentation de 36 % environ, ce qui est faible par rapport à la hausse des prix agricoles qui feront plus que doubler, et de la rente foncière qui sera multipliée souvent par trois24. L'impôt personnel et de répartition, est fixé, en principe, à proportion des facultés supposées de chaque feu ; il est possible de vérifier, avec précision, la charge de la métairie ; l'assiette est déterminée par les récoltes et non pas par le bétail dont les officiers de finance affirment ne pouvoir cerner précisément les profits. Pour le laboureur, sa cote d'impôt est fixée à l'automne, après la récolte principale ; elle est donc sujette à fortes variations ; s'il n'a pas récolté dans la paroisse, il n'y paiera pas l'impôt. Les impositions ordinaires atteignent couramment 25 à 30 % du prix de ferme. Une métairie baillée 450 livres peut être taxée, en bonne année (1780), 150 livres d'impôts, à quoi s'ajoute à partir de 1788, la corvée royale acquittée en argent (l/9e du total).

  • 25 Médiathèque de Nantes, fonds Dugast-Matifeux, Chartriers vendéens, t. I, 10.

25Quant aux charges féodo-seigneuriales, le laboureur, qui n'est pas propriétaire de sa métairie, n'a pas à les acquitter sauf prescription contraire et fréquente de son bail ; mais elles sont fort légères. La structure parcellaire de la métairie ne se calque pas en effet sur les anciennes tenures féodales. Il est donc très difficile de faire respecter les cens, rentes et devoirs ; quand il existe, le ferrage au sixte est souvent abonné, donc très réduit ou difficile à percevoir vu le type d'assolement et ne concerne qu'une partie de la surface globale (450 ha sur 2 900 à Montournais 85)25 : une parcelle terrageable ne rapportera qu'une année sur 5, 7 ou 9 ans...

26La dîme est remplacée, dans 150 paroisses du Bas-Poitou, par un boisselage symbolique (un boisseau de blé par métairie). Ailleurs on constate de nombreux abonnements de dîme donc un prélèvement sur le produit brut réduit, puis bloqué à partir de 1768 (arrêt sur les dîmes nova/es).

Commerce, endettement et crédite

27Le laboureur est voiturier et pourvoyeur de ses maîtres en raison des charrois énumérés dans les baux, mais aussi pour son propre compte. C'est un paysan commerçant qui multiplie les transactions sur le bétail (de 8 à 17 foires annuelles dans les lieux principaux). Beaucoup vendent en moyenne annuelle une paire de bœufs gras au marchand du voisinage, qui est en cheville avec ses collègues de la région parisienne, (bœufs chollet réputés aux marchés de Sceaux et de Poissy). En outre il peut céder une paire maigre ou une paire de veaux de 2 ans à des marchands de Normandie, ou encore des bœufs de trait aux Berrichons, Bretons ou Haut- Poitevins. Il échange (avec bénéfice) des animaux plus âgés contre de plus jeunes qu'il dressera ; on note un trafic sur les élèves, veaux et génisses. Une vieille vache, une dizaine de moutons et la laine vendues à des bouchers et marchands locaux, complètent les transactions avec les graines de lin et le lin sous forme de fil ou poupées, produits de l'activité domestique féminine. Les laboureurs des bonnes métairies, pour acquitter l'impôt, comptent sur les ventes et transports de bois de chauffage, fagots et bûches de têtards. Citadins, plainauds et maraîchins sont de gros acheteurs de bois.

28Il reste que le profit du bétail, 650 livres dans une petite métairie, en 1760, par exemple et les profits annexes n'atteignent pas la valeur des céréales produites en année ordinaire. Ces bocages restent « de culture ».

  • 26 Arch. dép. de la Vienne, C 623.
  • 27 Arch. dép. de la Vendée, IIC, bureaux de Palluau et de Pouzauges.

29Grâce aux comptes des propriétaires, on peut apprécier les revenus du laboureur, non sans difficultés ; les inventaires après décès, partages, actes de société sont souvent incomplets en raison de la date de rédaction, de la dissimulation et de la négligence des notaires (récoltes pendantes par racines, dettes actives et passives manquent parfois). Quant aux immeubles, il n'en est point fait état. Les valeurs d'actifs relevées présentent un assez large éventail : entre 1 500 et 2 200 livres avant 1765, 2 500 à 4 500 livres entre 1770 et 1785, parfois plus ; cette croissance est à mettre en rapport avec la hausse connue des denrées agricoles (dans l'ordre décroissant : eau-de-vie du pays de Retz, bois, bétail et sous-produits, céréales, fibres et graines textiles, vins...) mais aussi avec l'extension des surfaces cultivées après les dégrèvements fiscaux de 1766 et 1768 en Bretagne, qui ont supprimé pour 15 puis 20 ans la charge fiscale (dîmes comprises) sur les défrichements. Dans l'élection de Châtillon-sur-Sèvre (Mauléon) 37,5 % de nobles locaux et 25 % des laboureurs ont déclaré puis réalisé des défrichements sur les terres incultes au sein même des métairies26. Les bailleurs ont donc pu installer de nouveaux laboureurs ou colons, en dédoublant leur métairie : 5 métairies nouvelles pour 35 existantes sur la paroisse du Longeron et quelques-unes nées des afféagements en forêt de Machecoul, par exemple. Le contrôle des actes d'une dizaine de bureaux, montre que les laboureurs ont constitué et racheté entre 1750 et 1789 plus de rentes foncières qu'ils n'en ont créées à leurs dépens ; de même que les arrentements à leur profit, permettent d'accroître leur patrimoine. Mais les billets ou reconnaissances de dettes et surtout les obligations, souscrites par eux, synonymes d'endettement, se sont multipliés entre 1780 et 1789 plus que dans les décennies précédentes27. Sur le marché foncier les laboureurs ont acheté 10 fois moins de terres que les bourgeois de campagne et sieurs-marchands qui détiennent, alors qu'ils sont 5 à 6 % des feux seulement, autant d'obligations que les 40 % de laboureurs ; on mesure la distance qui s'accentue entre ces deux derniers groupes.

30Une étude des baux à cheptel et des créanciers d'obligation dans les bureaux de Pouzauges et de Palluau pose le problème de l'endettement principal du laboureur. Le bail à moitié fruit, répandu au xviie et début du xviiie siècle, suppose que le laboureur fasse appel pour se chancer en bœufs au crédit des propriétaires ou des fermiers fournisseurs de bétail. Très vite les bailleurs à cheptel s'aperçoivent que l'intérêt de l'argent investi dans les bestiaux est nettement supérieur au vingtième denier (5 %) qu'offrent les rentes ordinaires ou constituées sur les personnes ; il ne descend pas en dessous de 8 % et atteint parfois 30 %. Aussi, tout détenteur de capitaux liquides, même modestes, s'il est bailleur, impose un cheptel au preneur ; seuls les laboureurs les plus aisés résistent en conservant une moitié ou plus de leur bétail en toute propriété. Un certain nombre de laboureurs eux-mêmes sont bailleurs de petit cheptel. Cette pression des propriétaires fonciers et des fermiers généraux, dans la deuxième moitié du siècle, réduit le nombre de laboureurs propriétaires de leur bétail et peut faire croire à une augmentation de leur endettement. Le cheptel simple à souche morte du bailleur, noble ou autre, et celui du fermier progressent, tandis que le cheptel à moitié croît et profit se réduit. Cette situation favorise l'émergence de nouveaux preneurs au bail qui n'auront pas la capacité de se maintenir dans la métairie sans avoir recours au crédit des bailleurs.

31La majorité des laboureurs (autour de 75 %) est endettée à court terme : avance de semences, paiement de taille, remboursement ou dettes de cheptel et dans quelques cas extrêmes, argent prêté à son grand besoin et grains pour vivre. Les remboursements se font au lendemain des récoltes, quantité pour quantité ou bien au cours du jour ; il n'est jamais fait de mention d'intérêt (1 seul cas exceptionnel) même dans les remboursements ou paiements échelonnés sur 5 ans (durée du bail à venir) ; de même les laboureurs sont souvent en retard pour le paiement des gages de leurs domestiques. Nous avons là tous les signes d'une circulation de l'argent insuffisante, jusqu'à la fin du siècle, malgré son développement. L'exécution des obligations elles-mêmes se fait attendre parfois de longues années, pendant lesquelles des services en travail réduisent la dette du laboureur.

32Une étude des prêts pour bestiaux et des bénéficiaires d'obligations dans les bureaux de Pouzauges et Palluau, montre que les trois catégories qui peuvent accueillir les laboureurs en ascension sociale telles que surfermiers, officiers de justice et de finance, sieurs-marchands valide cette affirmation. Cependant les laboureurs participent au dynamisme qui pousse cette société rurale diversifiée à l'initiative agronomique.

  • 28 Louis Merle, La métairie... op. cit., graphiques p. 179.

33L'instabilité des laboureurs est très souvent soulignée ; il faut la mettre en rapport avec la conjoncture économique ; la circulation accrue de l'argent favorise le fermage aux dépens du métayage et accroît la durée des baux en raison de la hausse rapide des prix à partir de 1763. Le fermage et les baux de 7 et 9 ans l'emportent dès les années 70, même dans la Gâtine de Louis Merle28.

Durée des baux des métairies de la région de Pouzauges, 1750-1789

Durée des baux des métairies de la région de Pouzauges, 1750-1789
  • 29 Arch. dép. de la Vendée, 33 J, baronnie du Puy-du-Fou, 1760-1790.

34Peu sensible à la conjoncture immédiate, chaque propriétaire conserve longtemps ses habitudes en matière de bail ; les nobles résident au cœur de leur domaine, maintiennent souvent le métayage, exigent des corvées ou bians, pour la mise en valeur des abords du château en faire-valoir direct ; les propriétaires bourgeois proches de leurs métayers (15-20 km) mais aussi des citadins font venir récoltes et menus suffrages en nature jusqu'à leurs greniers et domiciles. Au-delà de 1781 les bailleurs jouent souvent à la fois sur la hausse des loyers (43 % en 7 ans) et sur la durée des baux ; ils hésitent, suivant les cas, à les allonger ou les réduire ; ils veulent capter la hausse tendancielle de la rente et comptent aussi sur le nombre accru de laboureurs pour obtenir des pots-de-vin29.

  • 30 Arch. privées du Château de Beaumarchais, 1760-1785.

35Un renvoi ou un déplacement de laboureur résulte souvent d'une inadéquation entre l'étendue de la métairie et le nombre de ses bras disponibles (décès, ruptures de communauté et départs) ; le bailleur ou son fermier déplace les preneurs vers une autre exploitation disponible et sous leur contrôle. Leur capacité à agir tient compte de l'implantation du laboureur et du soutien qu'il reçoit des autres exploitants (dans 1 cas sur 14 métairies et pendant une durée de 25 ans, on note une expulsion pour vol de grain30). Sur un siècle la stabilité nous paraît majoritaire ; l'instabilité des trois dernières décennies est liée étroitement à la demande des laboureurs qui, passées les années 1750, doivent contracter leurs baux, non plus après leur installation sur la métairie, mais bien avant. En succession directe, le laboureur se maintient dans les lieux vingt années en moyenne (équivalent de 4 baux), un gendre ou un proche de la communauté lui succédant le plus souvent.

  • 31 Médiathèque de Nantes, fonds Dugast-Matifeux, Chartriers vendéens.

36On a trop confondu endettement du laboureur et recours au crédit devenu incontournable ; ce dernier est organisé empiriquement par les détenteurs de capitaux disponibles. Les cascades de baux par des preneurs à fermage successifs d'un même bien, puis sa cession finale en métayage, d'une part, les baux à cheptel d'autre part, engagent les plus grosses dépenses des fermiers, marchands et autres bourgeois et officiers. Les grands propriétaires nobles intègrent les souches mortes de bestiaux à leur patrimoine (80 000 livres de bestiaux pour 750 000 livres de biens- fonds dans deux seigneuries de Montournais31). Les laboureurs demeurent indispensables dans leur fonction.

37La fin du laboureur vient avec la perte de ses forces physiques ; en abandonnant les mancherons, il perd le titre de chef de communauté et doit le remettre à plus jeune que lui. C'est donc l'âge qui contraint le laboureur à cesser ses activités, à s'en remettre corps et biens à la communauté de la métairie conformément à la coutume d'abandon par provision de corps ; tous ses droits et ses parts de la société reviennent à celle-ci qui lui garantit le gîte, le couvert et son entretien viager. La maîtresse demeurée seule de sa génération, cas fréquent, cède son douaire, sa part d'usufruit et de communauté de la même façon contre son entretien jusqu'à sa mort. Parfois l'un ou l'autre, déchus, ont la possibilité de se retirer sur la maison acquise au bourg ou au village voisin avec quelques jardins et animaux familiers.

*

38La métairie, grande exploitation de polyculture-élevage, oblige souvent, tout autant le ou les propriétaires que l'exploitant laboureur, à des relations contractuelles et d'association ; c'est là le grand contraste entre cette structure d'exploitants-métayers-laboureurs et le monde de la petite paysannerie de villageois-tenanciers. Le temps des années heureuses pour cette masse paysanne est celui des blés et du pain à bon marché, 1730- 1745 et 1774-1780, tandis que pour les laboureurs c'est d'abord le temps des bons prix en hausse, 1763-1773 et 1781-1790 ; une distorsion d'intérêt s'accentue entre les uns et les autres. Les profits de son élevage pendant la seconde moitié du siècle font plus que doubler, le laboureur les partage également avec son maître ou ses bailleurs à cheptel. Il peut devenir un notable dans la société paysanne. Quelques-uns de ses écrits et comptes nous sont parvenus. Les 3/5e des écrits officiels ou privés qui doivent porter sa signature ont été signés par lui ; c'est un progrès notable de 20 à 30 % pour les hommes au cours du siècle. Dans la Sénéchaussée de Nantes en 1789, parmi les députés de paroisse, on compte 51 % de laboureurs et leur grande majorité est alphabétisée. Au second degré de l'élection, ils disparaissent de la scène politique régionale... et nationale. Aucun laboureur véritable, de ces pays, ne sera présent aux Etats généraux à Versailles. Le laboureur, hors de son milieu bocager, ne peut se faire écouter car il ne maîtrise pas assez le langage et ne peut donc devenir le porte-parole de son groupe. Soulignons le caractère intensément campagnard de ces bocages ; les rares bourgades y sont en déclin démographique, les villes, à la périphérie, représentent un monde extérieur étranger au laboureur, même si voiturier ou corvoyeur il a pu y séjourner.

Notes

1 Cartes de Cassini et cartes IGN. Le vignoble n'occupe jamais plus de 15 % de la SAU.

2 Même structure des exploitations ; s'y ajoute l'élevage du cheval de selle, AN F20 269.

3 Arch. dép. de la Vendée : C15, 16, 18, 35, 50, 51 ; Arch. dép. des Deux-Sèvres : C9, 7F, E1309, 1768, 1769, IIC 304-305.

4 Arch. dép. de la Vendée : 1G41, 1772-1773 ; Arch. dép. de la Loire Atlantique : E suplément, Le Clion, Port-Saint-Père, La Renaudière.

5 Les vaches de labour sont réputées faibles et indociles.

6 Marque faite à l'aide d'une pointe (lame de couteau).

7 Arc. dép. de la Vendée : minutes Trastour, Thébaud, Lhomme, Goupilleau 1/54-55-56, Lansier 5/16, Berthomeau 9/1, Frappier 12/7, 26/22, Garnier 24/10, Soullard 24/9 et 24/12.

8 Arch. privées des châteaux de Beaumarchais, Asson, La Rabatelière, Sigournais, L'Ulière, Puytesson.

9 Cavoleau pour la Vendée, Dupin pour les Deux-Sèvres, Huet pour la Loire-Inférieure, AN F 20 269.

10 Chalouineau, bibliothèque municipale d'Angers ; Candolle, Bibliothèque municipale de Nantes.

11 Louis Merle, La Métairie et l'Évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Age à lRévolution, Paris, Sevpen, 1958, 252 p.

12 Minutes notariales : « visites et montrées », procès verbaux « d'agâts », arch. dép. de la Vendée Série Q, Biens nationaux.

13 Sur les schistes briovériens notamment.

14 Le labour en sillons ou billons est majoritaire. Il facilite le drainage, est adapté aux sols minces, permet la moisson à la faucille.

15 Correspondances de Lemoyne de Beaumarchais avec Sarcey de Sutières, Véron de Forbonnais... Arch. privées du château de Beaumarchais.

16 Mise à l'engrais pendant 6 mois au pré ou à l'étable pendant l'hiver.

17 L'affranchisseur fait sa tournée, le laboureur ne l'assiste pas.

18 Les bœufs du marais peuvent atteindre 600 kg (voir Cavoleau).

19 « Chef de métairie » et gérant de société si elle est reconnue.

20 Typologie de Peter Laslett.

21 La société taisible est évoquée dans la Coutume du Poitou.

22 En 260 ans, 5 gendres se sont succédé à la tête de la métairie de la Chambornière, commune de La Rabatelière, arch. dép. de la Vendée, fonds Boisson.

23 Voir par exemple les archives paroissiales des Landes-Genusson, La Gaubretière (Vendée).

24 Philippe Bossis, « L'époque moderne », in La Vendée des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, éd. Bordessoules, 1982.

25 Médiathèque de Nantes, fonds Dugast-Matifeux, Chartriers vendéens, t. I, 10.

26 Arch. dép. de la Vienne, C 623.

27 Arch. dép. de la Vendée, IIC, bureaux de Palluau et de Pouzauges.

28 Louis Merle, La métairie... op. cit., graphiques p. 179.

29 Arch. dép. de la Vendée, 33 J, baronnie du Puy-du-Fou, 1760-1790.

30 Arch. privées du Château de Beaumarchais, 1760-1785.

31 Médiathèque de Nantes, fonds Dugast-Matifeux, Chartriers vendéens.

Table des illustrations

Titre Mode d'exploitation des métairies de la région de Pouzauges, 1750-1789
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20581/img-1.png
Fichier image/png, 321k
Titre Durée des baux des métairies de la région de Pouzauges, 1750-1789
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20581/img-2.png
Fichier image/png, 227k

Auteur

Maître de conférences honoraire, Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540