Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. Élevage, modes de faire-valoir et structurations sociales

Des paysans riches dans la France de l'Ouest sous l'Ancien Régime ? Bilan et perspectives

Philippe Jarnoux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l'histoire sociale de la F (...)
  • 2 Pour le seul espace linguistique breton dans lequel nous avons volontairement puisé ces deux exempl (...)

1L'historiographie, quand on l'observe à l'échelle régionale, présente parfois des décalages et des décentrages significatifs. L'étude des paysans riches dans la France d'Ancien Régime en offre un exemple intéressant. Depuis près d'un demi-siècle, essentiellement depuis Pierre Goubert et ses travaux sur le Beauvaisis1, l'historien a pris l'habitude d'utiliser, pour désigner ce groupe des paysans riches, l'expression imagée de « coq de village ». On la retrouve dans nombre d'études locales, monographies ou thèses approfondies, comme dans les manuels universitaires ou les ouvrages de synthèse sur le monde rural d'Ancien Régime destinés à un large public cultivé. On l'utilise, par commodité, pour la quasi-totalité des régions françaises, qu'il s'agisse du monde méditerranéen, du sud-ouest aquitain, du Bassin Parisien ou de la France de l'Ouest. Or, dans l'Ouest, l'expression ne se trouve pas dans les archives des xviie et xviiie siècles et il faut donc se poser la question de savoir pourquoi l'historien a pris l'habitude de désigner une réalité sociale particulière par une expression « importée ». Dans toutes les régions, il existe des termes, des expressions plus ou moins péjoratives, admiratives ou respectueuses qui définissent les paysans riches mais ces expressions sont toujours présentées comme des synonymes locales de « coq de village » alors qu'on eût très bien pu imaginer le contraire ! À tout prendre, coq de village n'est jamais qu'un synonyme approximatif dans le Bassin Parisien du terme « pitaut » qu'on utilise autour de Lorient ou du mot « juloded » du Haut-Léon2.

2Comment expliquer ce succès de l'expression « coq de village » dans le microcosme historien ? On peut y voir, sous forme de clin d'œil, un exemple supplémentaire de l'influence linguistique parisienne sur l'espace français mais surtout, il faut invoquer l'antériorité et l'importance des recherches sur ce groupe social dans le Bassin Parisien. Antériorité et importance des recherches qui proviennent du fait que la réalité sociale définie par l'expression « coq de village » y est particulièrement affirmée. Et tout naturellement, l'historiographie s'est spécialement attachée à étudier plus précisément une situation qui paraissait caractéristique au point que l'expression a ensuite été étendue à l'ensemble du territoire français.

3Dans l'Ouest bocager, au contraire, les études sur les paysans riches sont moins nombreuses et souvent plus récentes. Là aussi, l'historien a généralement privilégié comme champ d'étude ce qui lui paraissait le plus significatif des structures sociales locales, la seigneurie ou la paysannerie « moyenne » par exemple. Tout ceci est, à bien des égards, significatif des différences thématiques régionales de l'histoire rurale, chacun ayant fréquemment ou naturellement tendance à porter son attention sur les aspects les plus spécifiques des systèmes agraires ou des structures sociales de la région qu'il étudie.

  • 3 Je ne m'arrêterai pas ici à une question- pourtant fondamentale - qui est celle de savoir où commen (...)

4Je voudrais, dans cette brève intervention, essayer de déplacer un petit peu l'objectif et d'observer les paysans riches dans la France des bocages3. Il s'agira dans un premier temps de présenter la rareté relative des paysans riches dans l'historiographie de l'Ouest, d'essayer de l'expliquer, avant de s'interroger dans une deuxième partie sur les voies actuelles de la recherche dans ce domaine.

Les paysans riches : une grande discrétion historiographique

5Si on observe les grands axes, les grands thèmes d'études de l'historiographie rurale de la France de l'Ouest, il me semble que deux directions apparaissent prioritairement. Deux thèmes dominants par le nombre des travaux et par l'ancienneté des interrogations.

  • 4 Marc Bloch, Les Caractères originaux de l'histoire rurale française, Oslo, 1931, xvii-261 p., éd., (...)
  • 5 Le cas le plus caractéristique est celui de Roger Dion, Essai sur la formation du paysage rural fra (...)
  • 6 Voir les nombreux articles de Pierre Flatrès dans les Annales de Bretagne, Études Rurales, Norois, (...)
  • 7 Louis Merle, La Métairie et l'évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Âge à la (...)

6Le premier de ces deux thèmes c'est incontestablement tout ce qui tourne autour de l'espace agraire, du paysage agraire et des structures du bocage. L'étude du bocage, des formes de structuration de l'espace rural a été le fait des juristes, mais aussi des historiens médiévistes ou antiquistes, scrutant la toponymie, la linguistique historique... On sait bien toute l'influence qu'a pu avoir sur ce type d'études le travail de Marc Bloch4, en particulier dans les liens qu'il établit entre le régime agraire et les formes du paysage, même si ces études et celles qui suivent se concentrent souvent ou appuient leur analyse initiale sur les terroirs d'openfield et ne s'intéressent aux formes du bocage qu'en second lieu5. C'est peut-être d'ailleurs en partie cet intérêt secondaire qui a poussé un certain nombre de chercheurs de l'Ouest à orienter leurs recherches sur cet aspect, et je pense ici à toute la production géographique autour de Pierrre Flatrès6. Dans le même ordre d'idées, on ne peut pas ne pas citer le travail pionnier de Louis Merle, aux confins de l'étude des formes du paysage, de l'étude agraire en elle-même et de l'analyse sociale7.

  • 8 Du moins à ceux qui se déroulent dans le monde rural et dans l'Ouest, l'archétype étant bien sûr Le (...)
  • 9 Tout particulièrement dans l'Histoire de la Révolution française, 7 vol., 1847-1848.
  • 10 André Siegfried, Tableau politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République, Paris, 191 (...)

7Avec Louis Merle, on sort de l'observation du seul paysage pour insérer — magistralement - ses transformations au cœur des évolutions économiques et sociales. La filiation de Louis Merle apparaît importante puisque, depuis les années 60, il n'est guère d'études sur le monde rural de l'Ouest qui ne consacre une part plus ou moins importante à présenter les formes de l'espace rural et à s'interroger sur l'influence de ce paysage sur la pratique sociale. Ce n'est pas tout à fait une nouveauté et, d'une certaine façon, c'est même un topos de l'observation de la France de l'Ouest depuis le xixe siècle ; qu'on pense aux romans de Balzac8, aux travaux de Michelet9 ou encore à André Siegfried et à son tableau politique de la France de l'Ouest10.

  • 11 Songeons en particulier à Jean-René Trochet, Aux origines de la France rurale. Outils, pays et pays (...)

8À côté de ces travaux sur le bocage, toujours très vivants et parfois résolument novateurs dans leur réflexion11, le deuxième pôle qui me paraît dominant dans l'historiographie de la France de l'Ouest s'interroge sur la seigneurie.

  • 12 Marcel Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, Rennes, 1953-1955, (manuscrit de 1894).
  • 13 Henri Sée, Les Classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la Révolution, Paris, 1906, xxi-544 p.
  • 14 Jean Gallet, La Seigneurie bretonne (1450-1680). L'exemple du Vannetais, Publications de la Sorbonn (...)
  • 15 Annie Antoine, Fiefs et villages du Bas-Maine au xviiie siècle, Mayenne, ero, 1994, 594 p.
  • 16 Jacques Péret, Seigneurs et Seigneuries en Gâtine poitevine. Le duché de La Meilleraye, xviie-xviii(...)
  • 17 Gérard Aubin, La Seigneurie en Bordelais au xviiie siècle d'après la pratique notariale (1715-1789) (...)
  • 18 Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté, la petite noblesse en Bretagne, xve-xviiie siècles, Rennes, A (...)
  • 19 Jean Meyer, La Noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, Imprim. nat., 1966, 2 vol., CV-1293 p.
  • 20 Il s'agit de la 2ème partie, intitulée : « Economie et société » qui s'ouvre sur quatre chapitres e (...)

9On retrouve, autour de ces interrogations sur la structure seigneuriale, des juristes étudiant le statut des personnes au Moyen Âge, mais surtout des historiens médiévistes ou modernistes qui raisonnent à partir de situations locales pour présenter le fonctionnement de la seigneurie ou estimer son poids économique. Parmi les travaux anciens, on peut citer ceux de Marcel Planiol12 ou d'Henri Sée13 sur la Bretagne, d'une certaine façon, ceux de Louis Merle ou plus récemment ceux de Jean Gallet14, toujours en Bretagne, d'Annie Antoine15 dans le Maine, de Jacques Péret16 en Poitou ou, aux limites de notre espace mais toujours dans l'Ouest, ceux de Gérard Aubin17 sur le Bordelais. Ces recherches sur la seigneurie s'élargissent fréquemment à l'observation de la noblesse et de son positionnement social ; je pense à Michel Nassiet18 ou à la thèse de Jean Meyer19 sur la noblesse bretonne au xviiie siècle dans laquelle il est remarquable de constater que les chapitres les plus longs sont consacrés à l'économie rurale et aux revenus de la noblesse et qu'il étudie en fait de très nombreux aspects de la vie rurale20. Cette insistance sur la seigneurie n'a pas disparu des travaux les plus récents tant il est vrai qu'elle reste, de toute évidence, un des éléments structurant les plus importants dans la France de l'Ouest jusqu'à la Révolution. Simplement, l'objectif s'est aujourd'hui un peu décalé et ne porte plus aussi systématiquement sur les aspects économiques.

  • 21 Les études de détails et articles ponctuels sur le domaine congéable sont très nombreux mais il n'e (...)
  • 22 C'est à cette vision qu'aboutissent la plupart des études sur la Bretagne, par exemple : Henri Sée, (...)
  • 23 En général, on distingue nettement les métayers et laboureurs des closiers et bordiers, les premier (...)

10Ces deux approches, bien sûr, n'épuisent pas tous les thèmes de l'historiographie rurale de la France de l'Ouest, et depuis longtemps existent aussi des approches sociales du monde paysan qui, a priori, nous concernent plus ici. Ces approches ont souvent eu pour point de départ la question ou l'observation de la propriété, du rapport à la terre ou des formes de l'exploitation, par exemple pour la Basse-Bretagne autour du domaine congéable21. La particularité de ces approches sociales du monde paysan de l'Ouest est qu'elles ont souvent abouti à la mise en évidence de l'importance d'une paysannerie moyenne. La quasi-totalité d'entre elles montre en effet que la société rurale se structure largement autour d'un groupe plus ou moins important, mais toujours présent, de paysans relativement indépendants, disposant d'une exploitation agricole assez cohérente et qu'on qualifie selon les cas de ménagers, de laboureurs, de métayers, voire dans une certaine mesure et dans une position inférieure, de bordiers et de closiers22 II y a bien sûr des hiérarchies, des nuances, à l'intérieur de ce groupe (hiérarchies de richesse ou nuances régionales) mais il est toujours présent et c'est autour de lui que se construisent (ou qu'on a reconstruit !) les hiérarchies sociales23. Plus bas, on retrouve le monde des journaliers et ouvriers agricoles, puis le monde de l'errance et de la mendicité ; plus haut, quelques paysans riches émergeant du monde des laboureurs et des ménagers et dont il est difficile de déterminer la limite inférieure, puis diverses catégories non paysannes qu'on peut classer, par commodité, dans la bourgeoisie rurale.

11La paysannerie moyenne présente toujours un ensemble de caractéristiques communes sur lesquelles l'historiographie s'est penchée de façon privilégiée : ce sont la forme et la taille de l'exploitation (de quelques hectares à quelques dizaines), une relative homogénéité des revenus, une reproduction sociale fortement marquée, un enracinement local assez net et une certaine cohérence culturelle. La présence de cette paysannerie moyenne fait qu'il n'y a pas de solution de continuité dans les hiérarchies sociales, pas de rupture nette entre une masse de très pauvres et une minorité de riches, à la façon de ce qu'on trouve parfois dans les plaines de grande culture, et c'est cette paysannerie moyenne qui apparaît comme le modèle, la norme sociale de la France des bocages. Cela explique l'insistance de l'historiographie à son propos, puisque la normalité locale semble d'autant plus intéressante et remarquable qu'elle est atypique, au regard de ce qui se passe par exemple dans le Bassin parisien. La société de l'Ouest est une société où les oppositions sociales paraissent atténuées, amoindries par l'existence de cette catégorie intermédiaire assez nombreuse.

12Avec ces trois points, paysannerie moyenne, seigneurie et paysage agraire, on tient trois des axes récurrents, permanents, de l'historiographie rurale de la France de l'Ouest. Mais non pas les seuls, bien entendu.

  • 24 Les références implicites visent, bien évidemment, au delà des travaux classiques de Pierre Goubert (...)

13Comment expliquer cette prédominance de trois thèmes ? Sans doute, ainsi que je l'ai déjà dit, parce que l'historien a tendance à insister sur ce qui lui paraît le plus caractéristique dans son objet d'étude et, dans une confrontation avec les terroirs d'openfield ou ceux de la France du Sud, ces trois points apparaissent comme distinctifs, représentatifs de la France des bocages. Mais on peut se demander si ce privilège ne tient pas aussi en partie à une projection inconsciente dans le passé d'une réalité des xixe et xxe siècles. Jusqu'au milieu de notre siècle en effet, les paysans de l'Ouest apparaissent largement comme des paysans moyens, vivant dans un bocage au maillage serré, sous la domination plus ou moins rigoureuse ou paternaliste de notables locaux dont une partie est issue directement de la noblesse d'Ancien Régime. Quoi qu'il en dise, l'historien ne peut s'extraire de la société dans laquelle il vit, et la constatation des particularités de la société rurale de l'Ouest aux xixe et xxe siècles l'amène à s'interroger sur leurs origines et à les rechercher dans le passé. Sans doute faut-il faire intervenir aussi la faiblesse relative de l'individualisation du paysan riche dans la France de l'Ouest. Ici, en effet, la distance sociale entre les riches et les groupes médians étant moins forte, le paysan riche apparaît de façon moins évidente et moins systématique dans les archives. Sa richesse est aussi plus modeste que celle des fermiers du Bassin parisien ou même de l'Artois et, de ce fait, plus difficilement perceptible pour le chercheur24.

14Quoi qu'il en soit, le paysan riche n'est pas au centre des investigations des historiens de la France de l'Ouest sous l'Ancien Régime. Si les analyses sociales ne manquent pas, elles se concentrent rarement sur lui. Mais, il n'en va pas tout à fait de même, et depuis longtemps, de l'historiographie révolutionnaire. Les événements révolutionnaires montrent que, malgré la relative cohérence sociale, il n'y a pas unanimisme paysan face aux changements. Dès lors, on s'est interrogé sur les raisons qui expliquaient les choix politiques, les attitudes parfois divergentes, en particulier à partir de 1793. Une des questions les plus fréquemment posées, débattues est celle de l'incidence des clivages sociaux et de la richesse sur les attitudes révolutionnaires.

  • 25 Paul Bois, Paysans de l'Ouest. Des structures économiques aux options politiques depuis l'époque ré (...)
  • 26 Donald Sutherland, Les Chouans. Les origines sociales de la contre-révolution populaire en Bretagne (...)
  • 27 Tim Le Goff, op cit., 1989 ; le chapitre vi, « Riches et pauvres à la campagne » (p. 169-192) est e (...)
  • 28 Christine Peyrard, Les Jacobins de l'Ouest, Paris, 1996. La question des différences sociales dans (...)
  • 29 Roger Dupuy, La Garde Nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, 1789-mars 1793, (...)

15Sans remonter trop loin dans l'historiographie, qu'on pense tout d'abord à la thèse de Paul Bois25 sur la Sarthe, en 1960, qui affirme l'existence d'une différence de richesse globale entre l'Est et l'Ouest du département et en fait l'un des éléments expliquant les choix politiques à venir. Dans le même ordre d'idée, le travail de Donald Sutherland26 sur les chouans et les origines sociales de la contre-révolution populaire s'attache à reconstituer les hiérarchies sociales rurales (par la fiscalité surtout) et à y resituer les chouans et leurs adversaires. De même, Timo- thy Le Goff, après avoir consacré 25 pages à scruter les structures sociales des campagnes vannetaises, fait de la richesse, du « leadership social », un des paramètres qui conduisent aux prises de position contre- révolutionnaires des paysans vannetais27. Dans l'Ouest intérieur, on retrouve, quoiqu'à un degré moindre, cette préoccupation sociale dans les travaux de Christine Peyrard28 observant les Jacobins de l'Ouest. Les travaux de Roger Dupuy se penchent aussi sur cet aspect depuis l'observation des Gardes Nationales d'Ille-et-Vilaine jusqu'à sa synthèse sur les paysans bretons de 1788 à 179429. Mais, à juste titre, me semble-t- il, il ne fait des questions sociales et économiques qu'un des points qui peuvent entrer en ligne de compte dans les choix politiques, à côté de motivations liées à la cohésion de la communauté paysanne ou à côté des questions religieuses.

16Dans l'ensemble, il apparaît que l'historiographie révolutionnaire a été beaucoup plus sensible à la question de la richesse que celle de l'Ancien Régime, sans doute parce que les ruptures révolutionnaires sont ici particulièrement nettes, violentes, et montrent l'importance des clivages qui traversent la société rurale. Or ces clivages, s'ils se révèlent pleinement à partir de 1789, existaient bien évidemment auparavant sans donner lieu alors à des tensions et des oppositions aussi manifestes. Par un cheminement régressif, depuis une vingtaine d'années, les interrogations révolutionnaires se sont peu à peu déplacées vers le xviiie siècle, renouvelant quelque peu les problématiques et les approches.

Des perspectives de recherche

17Essayons donc de.nous tourner vers les perspectives. Je voudrais m'interroger sur trois points : les sources de la richesse, la question des modes de faire-valoir et de la répartition des richesses, puis l'observation de la richesse comme élément de positionnement social. L'historiographie révolutionnaire a fortement contribué à mettre en évidence les hiérarchies internes du monde rural et du monde paysan, insistant en particulier sur le fait qu'il existe, dans les bocages de l'Ouest, une minorité assez nombreuse de paysans riches ou aisés, qui exploitent des métairies, des fermes assez vastes, qui possèdent des revenus monétaires et un patrimoine relativement importants et qui disposent d'une influence sociale évidente. Reste que ces hommes sont assez mal connus. De quelles pistes, de quelles sources disposons-nous pour en préciser la silhouette.

  • 30 Jacques Mulliez, « Du blé, mal nécessaire. Réflexions sur les progrès de l'agriculture de 1750 à 18 (...)

18Si on a longtemps eu du mal à les penser, à les présenter ou à comprendre leur présence, c'est en partie parce qu'on ne percevait pas bien l'origine de leur richesse. Raisonnant à partir d'une agriculture où le blé était « un mal nécessaire »30, et que l'on supposait avant tout céréalière, on concevait difficilement que le paysan exploitant 40 ou 50 hectares - ce qui, dans l'Ouest est une très belle exploitation - selon des assolements et des rotations laissant souvent une large place à la jachère et avec des rendements assez médiocres, puisse régulièrement tirer des excédents céréaliers très importants et bénéficiaires. Les céréales et leur commercialisation ne sont probablement pas ici à la base de la richesse paysanne, contrairement à ce qui peut se passer dans les terroirs d'openfield par exemple. À l'échelle de l'exploitant, le bénéfice céréalier est sans doute trop mince dans la plupart des cas pour générer un véritable enrichissement. Dans l'Ouest, pour s'enrichir grâce au commerce céréalier, il faut être seigneur, décimateur ou marchand...

  • 31 Annie Antoine, op cil, 1994, et « Les bovins de la Mayenne, 1720-1820. Un modèle économique pour le (...)
  • 32 En particulier grâce aux travaux de Bernard Garnier, entre autre, « La mise en herbe dans le pays d (...)
  • 33 Louis Merle, op cit, 1958, l'avait déjà mis en évidence en son temps, en particulier dans la 3ème p (...)
  • 34 Les travaux sur l'élevage en Bretagne sont encore assez rares. On manque par exemple d'une étude ap (...)
  • 35 Voir Fañch Roudaut, « Les vaches bretonnes au xviiie siècle », Charpiana. Mélanges offerts par ses (...)
  • 36 D'après les états du bétail de 1795, 61 agriculteurs entretiennent un cheptel de plus de 10 bovins, (...)

19Mais il existe d'autres activités agricoles. Annie Antoine, par exemple, a bien montré l'importance d'un élevage bovin spéculatif dans le Bas- Maine31. On le connaissait déjà en partie pour le cas de la Normandie, du pays d'Auge par exemple32 ou dans le cas du Poitou33. Mais cette question de l'élevage à l'origine de ressources monétaires assez importantes n'a pas encore été systématiquement étudiée, y compris par exemple pour la Bretagne où on conserve peut-être trop facilement l'image d'un bétail nombreux mais chétif et sans grand intérêt économique34. Le grand nombre de bovins dans le département du Finistère ne semble pas pouvoir toujours correspondre à cette image d'Épinal35. De même, dans les parties rurales des paroisses de la ville de Rennes, on constate que la plupart des paysans exploitant les grosses fermes de la bourgeoisie ou de la noblesse possèdent un cheptel important, et ces mêmes hommes apparaissent systématiquement au sommet de la hiérarchie fiscale36. Il y a bien ici concordance entre exploitation importante, niveau de revenu et pratique d'un élevage à visée commerciale.

  • 37 Eric Miniou, « Corentin Le Floch, laboureur et député de la sénéchaussée d'Hennebont aux États Géné (...)

20L'élevage est très probablement une des sources principales de revenus monétaires pour le paysan. Il en est d'autres, plus locales ou marginales mais pas nécessairement insignifiantes comme la vente du cidre. Dans le pays vannetais, Corentin Le Floch, un riche domanier, vend certaines années du cidre pour plusieurs centaines de livres, sans doute après en avoir racheté une partie à d'autres paysans. En 1782, ses transactions avec un marchand d'Hennebont portent sur 660 livres37.

  • 38 Voir en particulier les longs développements qu'y consacre Jean Meyer, op cit, 1966, 2ème partie, c (...)
  • 39 Il y a 167 afféagements des biens du Domaine Royal dans le diocèse de Rennes entre 1739 et 1784, co (...)
  • 40 Philippe Jarnoux, « Aux confins de la Basse-Bretagne ; l'évolution du domaine congéable au xviiie s (...)
  • 41 Fabien Maisonneuve, « Le capital d'exploitation à la Chapelle-sur-Erdre à la fin du xviiie siècle » (...)
  • 42 Par exemple, aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 2B 325-337 pour le présidial de Rennes (...)
  • 43 Jean-Louis Trochu, Création de ta ferme et des bois de Bruté sur un terrain de landes à Belle-Isle- (...)

21Toujours autour des pratiques agraires, la question des défrichements, des afféagements, celle de la mise en culture de terres nouvelles, peut aussi, à mon sens, être reprise. Que constate-t-on en général ? Cette question a été abordée jusqu'à présent d'un point de vue juridique, d'un point de vue strictement agraire (on a scruté les méthodes de mise en culture) et du point de vue des propriétaires38. Mais on s'est peu intéressé à la question de savoir quelle était la participation paysanne à ce mouvement de défrichement, particulièrement marqué en Bretagne. Si les grandes opérations sont incontestablement dirigées par la noblesse ou par une bourgeoisie éclairée, il y a aussi des opérations plus modestes, plus locales où la paysannerie intervient. Soit une petite paysannerie sans terre ou presque qui obtient ainsi des jardins, de minuscules parcelles ; soit au contraire, une paysannerie aisée qui agrandit ses exploitations grâce à des afféagements seigneuriaux ou du Domaine Royal. Les exemples existent dans la région de Rennes autour des ventes du Domaine39 ; on en retrouve aussi aux confins de la Basse-Bretagne, en pays de domaine congéable, dans l'est du Vannetais40 ou dans le pays nantais41. Les sources pour résoudre cette question de la participation paysanne dans les défrichements de la deuxième moitié du xviiie siècle existent pourtant ; les registres de déclarations de défrichements déposés dans les sénéchaussés ont été assez souvent conservés mais n'ont pas été systématiquement étudiés42. Parfois, le lien entre les paysans riches et les défrichements est fait explicitement au début du xixe siècle par les propriétaires. Jean-Louis Trochu explique ainsi que Brutté de Rémur, dans ses tentatives de défrichement et de création d'une ferme modèle à Belle-Isle-en-Mer a fait appel à un riche laboureur du pays de Rennes43. La raison en est simple, il en avait les moyens techniques et probablement déjà l'expérience.

  • 44 Cf. Jean-Marc Moriceau, « Au rendez-vous de la " Révolution Agricole " dans la France du xviiie siè (...)

22Ainsi, si les paysans riches de l'Ouest, ne participent pas aux Sociétés d'Agriculture, au contraire des quelque paysans-agronomes du Bassin parisien44, il est sans doute excessif de penser qu'ils ignorent tout des progrès et qu'ils les refusent systématiquement. Une observation attentive nous permettrait peut-être de retrouver, pour certains d'entre eux, dans les défrichements une source d'enrichissement dans la mesure où ils peuvent augmenter la superficie cultivée de leurs exploitations. D'ailleurs, ces attitudes conduisent souvent à des cassures, à des conflits internes au monde rural. Les cahiers de doléances, en Haute-Bretagne en particulier, signalent fréquemment les oppositions aux afféagements, aux mises en culture de landes... Mais on ne connaît pas bien la part des paysans riches dans ces pratiques.

  • 45 Jean Tanguy, Quand la toile va. L'industrie toilière bretonne du xvie au xviiie siècle, Rennes, Apo (...)
  • 46 Jean Martin, Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac, 1680-1830, Rennes, PUR (...)
  • 47 Voir Philippe Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au xvii (...)
  • 48 Claude Cailly, Mutations d'un espace proto-industriel : le Perche aux xviiie et xixe siècles, Fédér (...)
  • 49 Jocelyne Dloussky, Vive la toile. Economie et société à Laval au xviiie siècle, Mayenne, Floch, 199 (...)

23À côté de l'agriculture, les paysans riches disposent parfois d'un autre type d'activité pour accroître leurs revenus. L'exemple le plus accompli est celui du textile en Léon, étudié successivement par Jean Tanguy et Louis Elégoët45. Dans cette région, de façon tout à fait exceptionnelle, des paysans riches jouent un rôle d'intermédiaires prépondérants dans la fabrication et la commercialisation des toiles, ce sont les « Juloded ». À tel point qu'on ne sait pas si on doit les qualifier d'abord de marchands ou plutôt de paysans. L'intéressant est que tout en investissant massivement dans le commerce des toiles, ils restent des ruraux et des exploitants agricoles. Ce phénomène spécifique est en revanche totalement absent dans la zone de production des toiles « Bretagnes », entre Quintin et Loudéac, étudiée par Jean Martin46. La troisième grande zone d'industrie textile bretonne, celle des « noyales » entre Vitré et Rennes n'a pas été aussi précisément étudiée que les deux précédentes mais, néanmoins, des indices laissent à penser qu'une partie des marchands sont aussi — et peut- être avant tout — des paysans et qu'il existe dans cette région une paysannerie riche assez nombreuse47. D'autres exemples de proto-industrie peuvent-ils donner naissance à des groupes de paysans aisés ? Cela ne semble pas le cas dans le Perche de Claude Cailly48 ou dans les régions textiles du Maine49. Mais il reste néanmoins à préciser ces analyses pour savoir si le cas breton, dans lequel la participation à une activité proto industrielle complète et renforce ou crée une position dominante, est réellement unique.

24L'étude des modes de faire-valoir peut contribuer également à mettre en évidence les groupes de paysans aisés. Nombre de travaux ont présenté le groupe des laboureurs/métayers de l'Ouest intérieur. Je me limiterai à renvoyer à ce qu'ont dit ici même dans ce colloque, Philippe Bossis ou Jacques Péret pour différentes zones du Poitou et de l'Anjou ou à ce qu'écrit Annie Antoine pour le Bas-Maine et qui me semble valable aussi pour une partie de la Haute-Bretagne.

25Je dirai un mot un peu plus long sur le domaine congéable et la Basse-Bretagne. Roger Dupuy l'a évoqué il y a quelques minutes et je crois qu'on ne peut qu'abonder en son sens : le domaine congéable, malgré tous les reproches qu'on lui fait à la fin du xviiie siècle et pendant la Révolution, est aussi une structure qui permet incontestablement de dégager une élite de paysans riches. Les charges qui pèsent sur le tenancier sont assez faibles, elles évoluent lentement, et cela confère à la Basse- Bretagne une personnalité sociale particulière où le groupe des paysans aisés est important. Un coup d'œil sur les documents fiscaux révèle clairement la différence avec le reste de la province.

Les cotes de capitation de plus de 24 livres en Bretagne en 1760

Les cotes de capitation de plus de 24 livres en Bretagne en 1760
  • 50 Par cette expression, il faut entendre les gros bourgs et les petites villes de la province qui n'o (...)

26Note 5050

  • 51 Données obtenues à partir des « relevés des cotes de capitation supérieures à 24 livres » dans les (...)

27En 1760, alors que la population et le nombre d'imposés à la capitation sont légèrement supérieurs en Haute Bretagne, on compte, dans les campagnes de Basse-Bretagne, 3 029 imposés à plus de 24 livres contre seulement 1 251 en Haute-Bretagne51. Certes, tous ne sont pas paysans et tous ne sont pas domaniers ; il faut tenir compte de la bourgeoisie des petites villes et gros bourgs, mais dans l'ensemble, la différence est suffisamment sensible pour être significative. La reprise et la relecture attentive de la documentation fiscale dans cette optique devraient permettre de préciser les situations.

  • 52 Voir Louis Merle, op cit, 1958 et Jacques Péret, op cit., 1998 pour le Poitou ; Annie Antoine, op. (...)
  • 53 Pas plus que pour les autres régions, il n'y a d'étude systématiquement tournée vers cette question (...)

28En liaison avec l'étude des modes de faire-valoir, on ne s'est guère attaché, jusqu'à présent, à observer systématiquement les pratiques de sous-location. Pourtant, sous-locations, sur-fermes dans le Maine, baux en cascade sont des pratiques courantes52. Même si elles font souvent intervenir des bourgeois des villes voisines, une partie du monde paysan y participe également et en tire des profits. Pour rester sur l'exemple bas- breton du domaine congéable, il semble évident qu'une grande partie des domaniers sous-louent leurs tenures et en obtiennent un revenu d'autant plus intéressant que les charges du domaine congéable sont modestes53.

  • 54 Voir les travaux de Christian Kermoal « L'apprentissage administratif et politique des paysans à tr (...)
  • 55 Christian Kermoal, « Un exemple de notables paysans : les syndics et délibérateurs trégorrois à la (...)
  • 56 Charles Berthelo du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, Rennes, 1984

29Le dernier point qu'il me paraît nécessaire de souligner est celui des répercussions sociales de cette richesse d'une minorité paysanne de la France de l'Ouest. Etre riche confère-t-il un pouvoir, une position sociale particulière ? C'est un des axes vers lesquels la recherche se tourne depuis quelques années en scrutant les formes du pouvoir local, les voies d'une micro ou d'une proto-politique, la participations aux institutions locales. Les recherches autour des communautés d'habitants, des généraux de paroisse, montrent l'importance des niveaux de revenu pour la participation à ces administrations locales54. Mais elles révèlent aussi que la richesse n'est pas le seul critère qui entre en ligne de compte. À côté de l'assemblée de communauté, du général de paroisse ou du conseil de fabrique, le monde paysan est aussi appelé à d'autres fonctions locales, autour des impôts, de la milice, de la corvée des grands chemins ou des passages de militaires dans les campagnes. Toutes ces fonctions locales mettent en évidence le rôle et la position des petites élites de la richesse dans le monde rural55. À un autre niveau, il en va de même quand on constate le nombre important de fils de paysans riches parmi les prêtres séculiers de Haute-Bretagne56. La richesse paysanne peut conduire, de toute évidence, à des fonctions de petite notabilité locale, que l'on reste paysan ou que l'on quitte l'agriculture pour consacrer sa vie à Dieu, ce qui ne peut d'ailleurs que rejaillir positivement sur l'image de l'ensemble de la famille.

  • 57 Voir pour une notice biographique détaillée, Louis Élegoet, op cit., 1996, p. 253-261.
  • 58 Charles Tillon, Le laboureur et la République. Michel Gérard, député paysan sous la Révolution fran (...)
  • 59 Eric Miniou, art. cit., 1999, p. 41-56.
  • 60 Eric Miniou, idem, 1999, p. 45-46.
  • 61 Alain Le Bloas, L'administration de département et des districts du Finistère, 1790-1793, Mémoire d (...)
  • 62 Cf. Jean-Pierre Jessenne, op. cit., 1987.

30Au-delà de l'Ancien Régime, la Révolution révèle souvent la position de ces paysans riches dans les hiérarchies locales. L'étude précise des participants aux assemblées de rédaction de cahiers de doléances, celle des députés élus par les paroisses pour les représenter dans les sénéchaussées, l'observation attentive et complète de la composition des premiers conseils municipaux en 1790 le montreraient aussi. Il est encore d'autres exemples caractéristiques de la position sociale des cette paysannerie riche. Parmi les députés aux Etats Généraux, citons trois cas bretons. Celui de Le Guen de Kerangall auteur d'un fameux discours sur l'injustice des droits seigneuriaux lors de la Nuit du 4 août, s'il n'exploite plus lui- même la terre et ne réside plus dans la campagne est fils d'un de ces « juloded » du Léon57. Le « Père Gérard » député de Rennes, dont les Conventionnels feront un symbole du patriotisme rural est, lui aussi, un paysan assez aisé de la paroisse de Montgermont tout près de la ville58. Corentin Le Floch est sans doute le moins connu et pourtant le plus caractéristique des trois59. Député de la sénéchaussée d'Hennebont, il est simplement domanier dans une paroisse pauvre de l'intérieur des terres, Lignol. Comme la majorité des domaniers aisés, il sous-loue une partie de ces terres. À sa mort, en 1794, il dispose d'un patrimoine tout à fait remarquable de 55 975 livres60 mais il semble toutefois qu'il ne soit même pas le plus riche de sa paroisse ! On retrouve bien évidemment ces hommes parmi ceux qui peuvent acquérir des biens nationaux et leur participation politique va alors parfois plus loin que les simples administrations municipales. En Basse-Bretagne, où ces paysans riches, généralement détenteurs de domaine congéable, sont nombreux, leur présence dans les administrations de districts dépasse très souvent 25 %61. Dans le Finistère, ces paysans riches représentent 35 % des premiers administrateurs, soit plus qu'en Artois ou la « fermocratie » est pourtant bien installée62.

*

31Vous l'aurez compris, j'appelle de mes vœux l'approfondissement de nos connaissances sur les franges favorisées de la paysannerie de l'Ouest. Mes vœux sont d'ailleurs en partie comblés puisque c'est un des aspects de ce colloque. Mais il me semble qu'il reste beaucoup à faire en ce domaine, en particulier dans deux perspectives une analyse régionale ou locale qui devrait mettre en évidence les différences de capacité à générer de telles minorités aisées, en fonction de spécialisations ou de modernisations agraires ou à partir de modes de faire-valoir spécifiques une approche sur le moyen ou le long terme s'efforçant de comprendre comment on intègre ces catégories favorisées et ce qu'elles deviennent au xixe siècle.

  • 63 Giovanni Lévi, Le pouvoir au village. Histoire d'un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Pari (...)

32Ces interrogations ne peuvent toutefois dispenser de porter un regard distancié sur le sujet. La richesse, telle que nous l'observons aujourd'hui, n'est sans doute pas une fin en soi dans les campagnes de l'Ouest sous l'Ancien Régime. Elle n'est sûrement pas le seul moyen qui permette d'occuper une position sociale dominante et, dans les sociétés anciennes, « l'eredità immateriale », l'hérédité immatérielle, pour reprendre la belle image de Giovanni Levi63, compte peut-être autant que les écus sonnants et trébuchants et les greniers bien remplis.

Notes

1 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l'histoire sociale de la France du xiie siècle, Paris, ephess, 1960, 2 vol., lxxii-653 p. + 119 p. ; réimpr. Paris, ehess, 1982.

2 Pour le seul espace linguistique breton dans lequel nous avons volontairement puisé ces deux exemples, on dénombre une dizaine de mots et d'expressions désignant les paysans riches. Nul doute qu'un dénombrement complet dans l'espace francophone en révèlerait un nombre bien plus considérable !

3 Je ne m'arrêterai pas ici à une question- pourtant fondamentale - qui est celle de savoir où commence et où finit la richesse car cela nous entraînerait beaucoup trop loin. C'est un point de débat permanent dans les sciences sociales en général que celui de la délimitation et de l'existence même des catégories sociales et les notions de seuil par exemple, seuil de richesse ou de pauvreté, sont très variables et perpétuellement discutées. Ce n'est pas mon objet ici et j'entendrai simplement par paysans riches la frange supérieure du monde agricole, en terme de revenus et de patrimoine, étant entendu que les critères de délimitation peuvent varier d'une époque ou d'une région à l'autre.

4 Marc Bloch, Les Caractères originaux de l'histoire rurale française, Oslo, 1931, xvii-261 p., éd., Paris, Colin, t. I, 1952, t. ii, 1956 ; 3ème éd., Paris, Colin, 1988, 319 p.

5 Le cas le plus caractéristique est celui de Roger Dion, Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, 1934, 162 p (2ème éd. Neuilly-sur-Seine, 1981, 169 p. ; 3ème éd., Paris, Flammarion, 1991, 193 p.) où les systèmes d'enclos ne sont évoqués qu'incidemment dans le dernier chapitre ou même perçus comme une dégradation du système de grand openfield à contrainte communautaire forte (dans la Haute-Normandie par exemple, cf. chap IV).

6 Voir les nombreux articles de Pierre Flatrès dans les Annales de Bretagne, Études Rurales, Norois, Annales ESC... et sa synthèse sur les bocages des pays celtiques : Pierre Flatrès, Géographie rurale de quatre contrées celtiques : Irlande, Galles, Cornwall et Man, Rennes, 1957. Dans son prolongement, il faut bien évidemment citer les travaux d'André Meynier : une synthèse, Les paysages agraires, Paris, 1968 (plusieurs fois réédité) et un article important : « La genèse du parcellaire breton », Norois, oct-déc. 1966, p. 595-610.

7 Louis Merle, La Métairie et l'évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Paris, Sevpen, 1958, 252 p.

8 Du moins à ceux qui se déroulent dans le monde rural et dans l'Ouest, l'archétype étant bien sûr Les Chouans, publié en 1829.

9 Tout particulièrement dans l'Histoire de la Révolution française, 7 vol., 1847-1848.

10 André Siegfried, Tableau politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République, Paris, 1913.

11 Songeons en particulier à Jean-René Trochet, Aux origines de la France rurale. Outils, pays et paysages, Paris, 1993, même s'il ne se limite pas à l'étude du bocage et des systèmes agraires atlantiques.

12 Marcel Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, Rennes, 1953-1955, (manuscrit de 1894).

13 Henri Sée, Les Classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la Révolution, Paris, 1906, xxi-544 p.

14 Jean Gallet, La Seigneurie bretonne (1450-1680). L'exemple du Vannetais, Publications de la Sorbonne, Paris, 1983, 647 p. ; et plus récemment, Seigneurs et paysans en Bretagne du Moyen Âge à la Révolution, Rennes, Ouest-France université, 1992, 340 p.

15 Annie Antoine, Fiefs et villages du Bas-Maine au xviiie siècle, Mayenne, ero, 1994, 594 p.

16 Jacques Péret, Seigneurs et Seigneuries en Gâtine poitevine. Le duché de La Meilleraye, xviie-xviiie siècles, Poitiers, 1976, xxv-269 p.

17 Gérard Aubin, La Seigneurie en Bordelais au xviiie siècle d'après la pratique notariale (1715-1789), Rouen, Publ. de l'Université de Rouen, 1989, 474 p.

18 Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté, la petite noblesse en Bretagne, xve-xviiie siècles, Rennes, Archives Historiques de Bretagne, 5, 1993, 526 p.

19 Jean Meyer, La Noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, Imprim. nat., 1966, 2 vol., CV-1293 p.

20 Il s'agit de la 2ème partie, intitulée : « Economie et société » qui s'ouvre sur quatre chapitres et 415 pages d'histoire rurale (p. 445-860). Dans l'édition de poche (Paris, Flammarion, 1972), l'ensemble a été réuni en un seul chapitre de 64 pages intitulé : « Grains, revenus fonciers, défrichements, propriété et progrès agricoles ». Le titre est déjà tout un programme !

21 Les études de détails et articles ponctuels sur le domaine congéable sont très nombreux mais il n'existe pas d'ouvrage de synthèse récent. On peut utiliser Jean Gallet, op cit., 1983, Tim Le Goff, Vannes et sa région. Ville et campagne dans la France du xviiie siècle, Loudéac, 1989 ou un ouvrage beaucoup plus ancien : Léon Dubreuil, Les vicissitudes du domaine congéable en Bretagne à l'époque de la Révolution, Rennes, 1915.

22 C'est à cette vision qu'aboutissent la plupart des études sur la Bretagne, par exemple : Henri Sée, op. cit., 1906, ou Tim Le Goff, op. cit., 1989. C'est aussi l'image qu'on peut retirer des travaux d'Annie Antoine sur le Bas-Maine, op. cit., 1994, ou de Jacques Péret, Les Paysans de Gâtine au xviiie siècle, La Crèche, Geste Éditions, 1998, 285 p. En Anjou, François Lebrun insiste plus sur la pauvreté et la diversité des situations : François Lebrun, Les Hommes et la Mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles. Essai de démographie et de psychologie historiques, Paris-La Haye, Mouton, 1971, 562 p. C'est aussi sur la médiocrité des situations qu'insiste Jean-Claude Martin, La terre en Révolution. Biens nationaux et révolution dans le Domfrontais, 1789-1830, Domfront, 1989.

23 En général, on distingue nettement les métayers et laboureurs des closiers et bordiers, les premiers tenant des exploitations beaucoup plus vastes que les seconds. C'est à l'intérieur du groupe des laboureurs et métayers qu'on retrouve les minorités de paysans riches.

24 Les références implicites visent, bien évidemment, au delà des travaux classiques de Pierre Goubert ou de Jean Jacquart, ceux de Jean-Marc Moriceau, Les fermiers de l'Île-de-France, xve- xviiie siècle, Paris, Fayard, 1994 ou de Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au village et révolution, Artois, 1760-1848, Lille, 1987, ou « Le pouvoir des fermiers dans les villages d'Artois, (1770-1848) », Annales ESC, mai-juin 1983, p. 702-734.

25 Paul Bois, Paysans de l'Ouest. Des structures économiques aux options politiques depuis l'époque révolutionnaire, Paris-La Haye, 1960.

26 Donald Sutherland, Les Chouans. Les origines sociales de la contre-révolution populaire en Bretagne, 1770- 1 796, Rennes, 1990 (éd. orig. The Chouans. The social origins for popular counter révolution in Upper Brittany, 1770-1796, Oxford, 1982).

27 Tim Le Goff, op cit., 1989 ; le chapitre vi, « Riches et pauvres à la campagne » (p. 169-192) est entièrement consacré à cette question qu'on retrouve dans l'épilogue sur « la Révolution dans le Vannetais » (p. 303-323).

28 Christine Peyrard, Les Jacobins de l'Ouest, Paris, 1996. La question des différences sociales dans le monde rural y est souvent sous-jacente. Elle est au premier plan quand il s'agit d'observer les membres des clubs des campagnes et des bourgs de l'Orne, à Longny ou Trun (p. 117-127).

29 Roger Dupuy, La Garde Nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, 1789-mars 1793, Paris, 1992 et De la Révolution à la Chouannerie. Paysans de Bretagne, 1788-1794, Paris, 1988.

30 Jacques Mulliez, « Du blé, mal nécessaire. Réflexions sur les progrès de l'agriculture de 1750 à 1850 », Revue d'Histoire moderne et contemporaine, xxvi, 1, janv-mars 1979, p. 3-47.

31 Annie Antoine, op cil, 1994, et « Les bovins de la Mayenne, 1720-1820. Un modèle économique pour les campagnes de l'Ouest ? », Histoire et Sociétés Rurales, n° 4, 2ème semestre 1995, p. 105-136.

32 En particulier grâce aux travaux de Bernard Garnier, entre autre, « La mise en herbe dans le pays d'Auge aux xviie et xviiie siècles », Annales de Normandie, 25, 1975, p. 157-180, et « Comptabilité agricole et système de production : l'embouche normande au début du xixe siècle », Annales ESC, t 37, 2, mars-avril 1982, p. 320-434. Ces travaux ont été prolongés récemment par un article de Jean-Marie Vallez, « Un marchand herbager augeron à l'action. Michel Londe et ses bœufs de 1774 à 1805 », Enquêtes Rurales, n° 2, 1997, p. 37-62.

33 Louis Merle, op cit, 1958, l'avait déjà mis en évidence en son temps, en particulier dans la 3ème partie, chapitres 2 et 5. Jacques Péret le signale également, op cit., 1998. L'article de Jean-Marie Vallez, cité plus haut, montre l'importance des foires du Poitou dans les achats de Michel Londe. Pour d'autres régions du Poitou ou des confins poitevins et angevins, voir par exemple Philippe Bossis, « La foire aux bestiaux en Vendée au xviiie siècle : une restructuration du monde rural », Études Rurales, 78-80, avril-déc 1980, p. 143-150.

34 Les travaux sur l'élevage en Bretagne sont encore assez rares. On manque par exemple d'une étude approfondie sur l'élevage des chevaux du Léon, sur les circuits commerciaux, sur les participants au commerce (éleveurs ou commerçants). Les auteurs travaillant sur les provinces voisines signalent tous cependant que l'achat de bétail en Bretagne n'est pas rare.

35 Voir Fañch Roudaut, « Les vaches bretonnes au xviiie siècle », Charpiana. Mélanges offerts par ses amis à Jacques Charpy, Rennes, 1991, p. 319-327. Les recensements du bétail de la période révolutionnaire, malgré leurs lacunes et difficultés d'interprétation, n'ont toujours pas été systématiquement étudiés.

36 D'après les états du bétail de 1795, 61 agriculteurs entretiennent un cheptel de plus de 10 bovins, le plus important en déclare 27. En 1786, on trouvait 81 personnes payant plus de 10 livres de capitation dans ces mêmes paroisses. Si on fait la part de quelques bourgeois ruraux et non- agriculteurs, on retrouve la quasi-totalité de nos gros éleveurs. Arch. Dép. d'Ille-et-Vilaine, L 516 et C 4060.

37 Eric Miniou, « Corentin Le Floch, laboureur et député de la sénéchaussée d'Hennebont aux États Généraux de 1789 », dans Élites et notables en Bretagne de l'Ancien Régime à nos jours, Kreiz n° 10, 1999, p. 47.

38 Voir en particulier les longs développements qu'y consacre Jean Meyer, op cit, 1966, 2ème partie, chap. 4, p. 531-591.

39 Il y a 167 afféagements des biens du Domaine Royal dans le diocèse de Rennes entre 1739 et 1784, couvrant environ 4 800 journaux de terre (2 400 hectares). Dans les campagnes, 125 opérations portent sur des superficies inférieures à 25 hectares. Parmi les afféagistes dont on connaît le milieu social, il y a 9 nobles, 23 bourgeois citadins, 35 artisans et bourgeois ruraux et 18 laboureurs désignés comme tels. Le reste des afféagistes n'est pas défini par des caractéristiques sociales ou professionnelles mais on y trouverait certainement une bonne proportion de paysans. Arch. Dép. d'Ille-et-Vilaine, C 1919 à C 1936.

40 Philippe Jarnoux, « Aux confins de la Basse-Bretagne ; l'évolution du domaine congéable au xviiie siècle », Kreiz n° 5, 1996, p. 109-139.

41 Fabien Maisonneuve, « Le capital d'exploitation à la Chapelle-sur-Erdre à la fin du xviiie siècle », Annales de Bretagne et de pays de l'Ouest, t. 105, 3, 1998, p. 41-61. Dans cette paroisse, sur 96 inventaires après décès de paysans (entre 1760 et 1780), 13 exploitants ont bénéficié d'afféagements. Le plus grand de ces afféagements (1,4 ha) est concédé à un des agriculteurs les plus aisés (p. 60).

42 Par exemple, aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 2B 325-337 pour le présidial de Rennes, 3 B330-332 pour la sénéchaussée de Fougères, 3 Bc 171-174 pour la sénéchaussée de Hédé.

43 Jean-Louis Trochu, Création de ta ferme et des bois de Bruté sur un terrain de landes à Belle-Isle-en-Mer, Paris, 1846, p. xvi-xvii.

44 Cf. Jean-Marc Moriceau, « Au rendez-vous de la " Révolution Agricole " dans la France du xviiie siècle. À propos des régions de grande culture », Annales HSS, t. 49, 1, janv-fév 1994, p. 27- 63, qui en cite un certain nombre.

45 Jean Tanguy, Quand la toile va. L'industrie toilière bretonne du xvie au xviiie siècle, Rennes, Apogée, 1994. Louis Élegoet, Les Juloded Grandeur et décadence d'une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, PUR, 1996.

46 Jean Martin, Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac, 1680-1830, Rennes, PUR, 1998.

47 Voir Philippe Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au xviiie siècle, Rennes, PUR, 1996, surtout pour le chapitre VI de la seconde partie.

48 Claude Cailly, Mutations d'un espace proto-industriel : le Perche aux xviiie et xixe siècles, Fédération des Amis du Perche, s. L, 1993, 2 vol.

49 Jocelyne Dloussky, Vive la toile. Economie et société à Laval au xviiie siècle, Mayenne, Floch, 1990, montre que les bénéfices essentiels de l'activité textile profitent à la ville.

50 Par cette expression, il faut entendre les gros bourgs et les petites villes de la province qui n'ont pas le statut juridique de ville (municipalités, octrois, députés aux Etats provinciaux) mais constituent dans la réalité le premier échelon du réseau urbain de la Bretagne. On en compte une soixantaine.

51 Données obtenues à partir des « relevés des cotes de capitation supérieures à 24 livres » dans les neuf diocèses bretons. Arch. Dép. d'Ille-et-Vilaine, C 4020, 4086, 4191, 4205, 4213, 4221, 4228, 4236 et 4246.

52 Voir Louis Merle, op cit, 1958 et Jacques Péret, op cit., 1998 pour le Poitou ; Annie Antoine, op. cit., 1994, pour le Maine.

53 Pas plus que pour les autres régions, il n'y a d'étude systématiquement tournée vers cette question à propos du domaine congéable.

54 Voir les travaux de Christian Kermoal « L'apprentissage administratif et politique des paysans à travers le fonctionnement de deux généraux de paroisses trégorroises : Ploubezre et Bourbriac », dans Pouvoir local et Révolution. La frontière intérieur !, Roger Dupuy, dir., Rennes, PUR, 1995, p. 93- 112 ; ou ceux d'Antoine Follain sur la Normandie, « Les communautés rurales en Normandie sous l'Ancien Régime. Identité communautaire, institution du gouvernement local et solidarités », Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, t. 45/4, oct-déc 1998, p. 691-721.

55 Christian Kermoal, « Un exemple de notables paysans : les syndics et délibérateurs trégorrois à la fin du xviiie siècle », Élites et notables en Bretagne de l'Ancien Régime à nos jours, Kreiz n° 10, 1999, p. 23-39.

56 Charles Berthelo du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, Rennes, 1984.

57 Voir pour une notice biographique détaillée, Louis Élegoet, op cit., 1996, p. 253-261.

58 Charles Tillon, Le laboureur et la République. Michel Gérard, député paysan sous la Révolution française, Paris, 1983.

59 Eric Miniou, art. cit., 1999, p. 41-56.

60 Eric Miniou, idem, 1999, p. 45-46.

61 Alain Le Bloas, L'administration de département et des districts du Finistère, 1790-1793, Mémoire de DEA, dactyl., Université de Bretagne Occidentale, Brest, 2 volumes, 1998, p. 94.

62 Cf. Jean-Pierre Jessenne, op. cit., 1987.

63 Giovanni Lévi, Le pouvoir au village. Histoire d'un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, 1989, (édit. originale : L'eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte delseicento, Turin, 1985).

Table des illustrations

Titre Les cotes de capitation de plus de 24 livres en Bretagne en 1760
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20580/img-1.png
Fichier image/png, 159k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540