Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Qautrième partie. Habitat et paysages: deux révélateurs de la stratigraphie sociale ?

Le château ou la maison de l'Autre : habitat et hiérarchies sociales dans les campagnes de l'Ouest limousin au xixe siècle

Philippe Grandcoing

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Eugène Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du xie au xvie siècle, Par (...)
  • 2 C'est, par exemple la conclusion de Pierre Larousse (Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel (...)
  • 3 Antoine Quatremere de Quincy, Dictionnaire historique d'architecture, Paris, A. Le Clère, 1832, 2 v (...)
  • 4 Gazette des architectes et du bâtiment, n° 5, 1864, p. 49.
  • 5 Viollet-le-Duc écrit ainsi à leur propos : « ces demeures, entourées de maigres jardins, font souri (...)
  • 6 Jean-Pierre Babelon, (dir.), Le château en France, Paris, Berger-Levrault, 1986, 421 p., voir p. 11
  • 7 Ainsi, pour le seul département de la Haute-Vienne, sur un corpus total de 653 logis, nous avons re (...)
  • 8 Claude-Isabelle Brelot, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, A (...)
  • 9 Il est à noter que le xxe siècle a fini par leur donner raison. Les conversations menées au cours d (...)
  • 10 Arno J. Mayer, La persistance de l'Ancien Régime. L'Europe de 1848 à la Grande guerre, Paris, Flamm (...)

1« La révolution de 1792 anéantit à tout jamais le château (...). Un pays qui a supprimé l'aristocratie et tout ce qu'elle entraîne de privilèges avec elle ne peut sérieusement bâtir des châteaux. Car qu'est-ce qu'un château avec la division de la propriété, sinon un caprice d'un jour ? Une demeure dispendieuse qui périt avec son propriétaire et ne laisse aucun souvenir est destinée à servir de carrière pour quelques maisons de paysans ou des usines »1. En concluant ainsi l'article qu'il consacrait au château dans son Dictionnaire raisonné d'architecture, Viollet-le-Duc se faisait l'écho d'un point de vue fort répandu à l'époque et que l'on retrouverait par exemple chez Balzac dans ses Paysans : la Révolution a définitivement détruit l'ancienne organisation des campagnes et tout ce qui pourrait s'y rattacher est condamné à disparaître. C'est pourquoi, aux yeux de nombreux auteurs de dictionnaires, « le château n'existe plus » au xixe siècle2. Cependant, les théoriciens du langage ou de l'architecture sont amenés à reconnaître la persistance de l'emploi du terme. Ainsi, pour Antoine Quatremère de Quincy, « il arrive souvent que les mots survivent aux idées qu'ils ne représentent plus ; et cet abus a tout l'air de se perpétuer relativement au mot en question »3. Certains vont même jusqu'à souligner l'engouement pour ce type d'habitat, tel Anatole de Baudot qui écrit en 1864 : « Qui n'a été frappé, en voyageant, du nombre prodigieux de châteaux qui se sont élevés de tout côté, en France, depuis quelques années ? C'est une mode très répandue et qui, loin de se passer, semble tous les jours devenir plus grande »4. Pour ces hommes qui portent un regard lexical, historique ou architectural sur le château, le xixe siècle châtelain n'est que pastiche, anachronisme ou, pire encore, prétention ridicule5. Mais leur condamnation sans appel ne doit pas faire oublier que cette époque fut un véritable « second siècle d'or » des châteaux6. Les transactions, les constructions neuves, les interventions sur le bâti ancien se sont alors multipliées7, tandis que se codifiait et s'épanouissait la « vie de château »8. Si cette volonté d'ignorer ou de décrier une réalité sociale pouvait paraître légitime à l'époque9, il convient toutefois de s'intéresser aux raisons d'une telle permanence des taxinomies. La vanité des contemporains est l'argument avancé par les hommes du xixe siècle. Il est fort probable qu'il y a là une explication majeure à l'attractivité du château. Le dépouillement de l'Annuaire des châteaux, paru pour la première fois en 1888, est à ce titre fort révélateur. C'est dans ce snobisme que se manifeste sans doute le plus au sein des élites françaises cette « persistance de l'Ancien Régime » soulignée par Arno Mayer10.

2Mais la renaissance du château au xixe siècle n'aurait pas été telle si celui-ci n'avait pas été également porteur de sens auprès des populations rurales. En effet, la plupart des édifices ainsi dénommés se situent à la convergence de deux regards, un regard interne, celui du monde châtelain, et un regard externe, celui des communautés paysannes. Il semble même que ces dernières aient davantage usé du terme que les premiers. Ce constat d'une résistance d'un mot aussi connoté socialement et politiquement invite à le considérer comme un révélateur des structures sociales des campagnes et à s'interroger sur la signification d'un tel phénomène. La condamnation ou l'incompréhension du phénomène châtelain par certains hommes du xixe siècle réside dans le fait qu'ils ne l'ont considéré qu'en tant que survivance ou témoignage de la nostalgie d'un âge d'or nobiliaire. Or le château est encore à cette époque un élément essentiel du paysage rural. Rejetés, admirés ou respectés, châteaux et châtelains restent une référence dans la construction des identités sociales.

Les annuaires locaux, un regard local sur l'identité châtelaine

3Analyser le regard que portent les populations rurales sur le château n'est pas chose aisée. En effet, l'historien est ici victime du déséquilibre des sources qui tendent à privilégier un seul point de vue, celui de l'univers châtelain ou d'individus socialement et culturellement proches de cet univers. Il est ainsi évident que les érudits locaux ne partagent pas la même conception du château que le peuple des campagnes. Pourtant, seuls les premiers ont produit un discours prolixe, aisément consultable et permettant de reconstituer leur univers mental. Toutefois, une source peut partiellement combler cette lacune, malgré ses limites : les annuaires locaux. Dans le cadre géographique retenu pour cette étude, la Haute- Vienne, deux publications de la Belle Époque ; l'Annuaire Dumont et l'Annuaire Ducourtieux, proposent à leurs lecteurs une liste des châteaux pour chacune des 200 communes du département. Cette énumération semble surtout correspondre à des critères sociaux. En effet, elle fait suite à l'énumération des « propriétaires notables » de la localité et précise l'identité de l'occupant. En revanche, on ne trouve mention d'aucun renseignement d'ordre historique ou esthétique et, à quelques rares exceptions près, il s'agit de demeures habitées ou habitables et non de ruines. En outre, ces listes paraissent avoir été établies par des correspondants locaux, à partir d'un schéma général établi par l'éditeur. On peut donc les considérer comme d'assez bons témoins de la perception du phénomène châtelain à l'échelle d'une microsociété rurale.

  • 11 Philippe Grandcoing, Les demeures de ta distinction. Le phénomène châtelain dans le département de (...)

4Le dépouillement de cette source aboutit au chiffre de 601 logis considérés comme des châteaux en 1914. On est là en présence d'un regard peu sélectif, puisque les autres documents de l'époque énumérant les châteaux de Haute-Vienne - Annuaire des châteaux, autres annuaires mondains parisiens, œuvres d'érudits locaux - n'en citent respectivement que 430, 98 et 138. Sur l'ensemble des 653 demeures retenues grâce au croisement de ces différentes sources, une immense majorité, plus de 90 %, figure donc dans ces deux publications locales. Les 70 autres logis sont pour l'essentiel des adresses fournies par des individus abonnés à l'Annuaire des châteaux et désirant s'intégrer à une élite mondaine grâce à une mention qui, souvent, ne correspond pas à une réalité résidentielle11. On peut donc considérer les listes obtenues grâce aux annuaires locaux comme étant les plus proches de la représentation dominante du château parmi les habitants des campagnes. En outre, le croisement des différentes sources précédemment évoquées permet d'établir des hiérarchies au sein de l'univers châtelain. On peut ainsi définir ce qu'était alors l'archétype du château, c'est à dire les demeures mentionnées dans la totalité ou la plupart des publications dépouillées. À l'autre extrémité, se dessine une zone de marge, de frontière, entre le château et l'habitat ordinaire, correspondant aux logis cités par une seule source. Or, plus du tiers (34,2 %) des demeures figurant dans l'Annuaire Dumont et/ou l'Annuaire Ducourtieux sont ignorées des autres sources. Il y a donc là un corpus dont l'étude s'avère fondamentale afin de comprendre ce que château voulait dire pour un homme de la fin du xixe siècle.

Les éléments de hiérarchisation de l'habitat

  • 12 Bernard Toulier, Châteaux en Sologne... op. cit., p. 163.
  • 13 Maurice Robert, La maison et le village en Limousin. Habitat rural et communauté paysanne, Limoges, (...)

5Deux dimensions sont à prendre en compte pour analyser les représentations mentales du château. Il s'agit d'une part de connaître les caractéristiques architecturales du logis, son environnement et ses usages. Il faut d'autre part s'intéresser à ses occupants, tant il est vrai qu'à cette époque « le château se définit par le statut social de son propriétaire autant que par sa dimension et sa localisation »12. Soulignons toutefois qu'il est souvent difficile d'établir une stricte distinction entre ces deux éléments, car la richesse architecturale révèle la fortune du propriétaire et l'usage est le reflet de sa condition sociale. Les ethnologues l'ont déjà souligné : en Limousin, « les paysans reconnaissent les genres et types (de maisons) aux messages socio-économiques qu'ils leur renvoient (...). Il y a la borderie et le château, la maison des petits et la maison des gros »13. Mais une telle remarque ignore ce que l'évolution historique du xixe siècle a pu introduire comme nouveautés dans la représentation du château.

6Une première constatation s'impose à travers l'analyse de notre corpus : la terre a en partie cessé d'être un critère de différenciation sociale dans les campagnes limousines en 1914. En effet, la répartition en fonction de leur superficie des domaines châtelains uniquement cités dans les annuaires locaux connaît une importante surreprésentation des moyennes propriétés (moins de 100 hectares) par rapport à l'effectif total, ainsi que le montre le tableau suivant :

  • 14 Le château de la Ménagerie a été construit vers 1875 par le comte de Couronnel, héritier des Laval- (...)

7Certains de ces châteaux n'entretiennent même aucun rapport avec l'agriculture. Ainsi, dans la commune de Bessines-sur-Gartempe, trois des quatre châtelains figurant dans le seul Annuaire Dumont ont pour toute propriété un parc ou un jardin de moins de 2 hectares. Non loin de là, à Magnac-Laval, aux côtés de demeures comme la Ménagerie ou Chercorat, considérées dans toutes les sources consultées comme des châteaux, et dont les propriétaires possèdent respectivement 665 et 412 hectares, figure le logis d'Arcoulant, entouré de 8 hectares. Cependant, et ce dernier exemple le prouve, la relative rareté des grandes propriétés parmi l'effectif retenu tient aussi au fait que les logis mentionnés par plusieurs annuaires sont fréquemment la propriété de nobles ou de grands bourgeois et appartenaient déjà sous l'Ancien Régime au monde des châteaux14. Ils sont donc encore fréquemment associés à la grande propriété à la veille de la Première Guerre mondiale, par leur passé ou en raison du statut social de leur occupant.

  • 15 Respectivement 64,1 % et 44,6 % pour être précis.
  • 16 On mesure là le décalage chronologique du Limousin par rapport à d'autres régions françaises, Patri (...)

8Ceci explique sans doute également pour partie la surreprésentation des constructions modernes dans notre effectif. En effet, au sein de celui- ci, près de deux châteaux sur trois sont apparus entre 1830 et 1914, contre seulement moins d'un sur deux pour l'ensemble du corpus départemental15. Mais ces chiffres témoignent également d'un autre phénomène. Si pour les érudits locaux, pour la noblesse et une partie de la bourgeoisie une maison sans histoire ne peut être un château, à moins de posséder une architecture exceptionnelle, il semble que cela ne soit pas un handicap, bien au contraire, aux yeux des populations rurales. La modernité esthétique apparaît ainsi comme un important critère de distinction. Le cas du château de la Parelière en offre un exemple. À la fin du Second Empire, un magistrat en poste à Bordeaux, Victor Bussière, entreprit de transformer sa modeste maison de maître située dans le nord du département en un « chalet », pour reprendre sa propre expression. Pour se faire, il s'inspira des villas d'Arcachon. Pourtant, son logis figure dans les annuaires locaux à la rubrique château, bien que sa taille soit assez modeste et que les terres l'entourant soient peu étendues (59 hectares). De même, le terme de « villa » ne semble guère s'imposer à la fin du siècle. N'en ont été ainsi recensées que 14 dans l'Annuaire Ducourtieux. En outre, la frontière entre villa et château semble pour le moins imprécise : il est des villas dont les caractéristiques (importante propriété foncière, présence toute l'année du propriétaire, ancienneté de la construction) nous conduiraient à les classer parmi les châteaux. Également, il n'est pas rare de trouver une même demeure indifféremment qualifiée de villa ou de château sur des cartes postales de la Belle Époque. Les réticences et les imprécisions quant à son usage montrent donc que le terme de villa peine à trouver sa place dans un monde rural qui tend toujours à classer l'habitat selon un mode binaire. Il faut attendre l'entre-deux-guerres et la diffusion de la villégiature (au sens premier du terme) dans les campagnes, pour que le mot s'impose16.

  • 17 Jules Tixier, « Monographie de la maison de campagne », Annuaire Ducourtieux, 1901, p. 147-157.
  • 18 Arch. dép. de la Haute-Vienne, 3 P 48 1-6, plan et matrices cadastrales de la cne de Chaptelat.

9C'est pourquoi apparaissent dans l'effectif châtelain en 1914 des demeures qui, par leur architecture et leurs fonctions, s'apparentent aux villas ou aux « maisons de campagnes », pour reprendre la taxinomie proposée à cette époque par l'architecte limougeaud Jules Tixier17. Ainsi, les deux annuaires locaux indiquent la présence d'un château de Bourde- las sur la commune de Chaptelat, non loin de Limoges. Il s'agit en fait d'une maison construite en 1894 par un fabriquant d'instruments agricoles, Léonard Barre. Celui-ci avait acquis deux ans plus tôt 30 des 120 hectares que possédait la famille Ardant du Masjambost dans la commune18. En 1911, retiré des affaires, Léonard Barre y réside avec sa femme et deux domestiques. On est là aux antipodes de l'archétype châtelain : absence d'enracinement lignager et de pratique de la plurirési-dentialité, modernité de l'édifice, atrophie de l'espace agricole et modestie du train de vie. À l'inverse, cet exemple montre le développement d'une nouvelle forme de villégiature rurale fruit d'un partage des fonctions urbaines : la ville est devenue, vers 1900, le lieu des affaires, du pouvoir et donc de la contrainte sociale, alors que sa périphérie résidentielle constitue le cadre calme et confortable où s'épanouit la vie privée. Mais la nature de cette évolution semble avoir échappé au regard villageois.

  • 19 Heinz-Gerhard Haupt, Histoire sociale de la France depuis 1789, Paris, Editions de la maison des sc (...)
  • 20 Éric Mension-Rigau, Aristocrates et grands bourgeois. Education, traditions, valeurs, Paris, Plon, (...)
  • 21 43,4 % exactement. Ce pourcentage correspond au nombre de propriétaires résidents lors du recenseme (...)
  • 22 Alain Corbin (dir.), L'avènement des loisirs. 1850-1960, Paris, Aubier, 1995, 471 p.

10En revanche, l'intégration d'un tel type d'édifice à l'effectif châtelain montre que la société rurale est sensible aux nouvelles formes de notabilité, telles qu'elles ont pu apparaître au cours du xixe siècle19. Le châtelain est ainsi fondamentalement l'homme qui est lié à la ville, par la pratique de la résidence multiple, par la profession, par l'exercice d'un mandat politique, par un mode de vie spécifique. Le château est ainsi une enclave urbaine, un îlot d'urbanité, dans l'océan rural20. Une telle perception se nourrit également de l'évolution interne du monde châtelain. Après avoir connu un apogée au lendemain de la guerre de 1870 et de la Commune, l'établissement principal ou permanent à la campagne décline pour ne concerner qu'un peu plus de 40 % de l'effectif châtelain en 191121. Mais, en ce qui concerne notre corpus spécifique, ce pourcentage est encore plus faible : 37,3 %. Cet écart, même faible, montre l'importance de la pratique de la résidence temporaire dans la construction de l'image populaire du château. Symbole de temps libre, de loisir, le séjour châtelain renvoie à des usages sociaux du temps spécifiques, eux-mêmes éléments constitutifs des hiérarchies et des identités sociales au xixe siècle22.

La perception du château, image d'une structure sociale

  • 23 Philippe Grandcoing, Les demeures de ta distinction... op. cit., 1997, p. 78-84.

11Mais l'attribution du qualificatif de château renvoie également aux particularités des campagnes limousines. En effet, beaucoup de ces bâtisses ne se distinguent guère sur le plan architectural des plus importantes maisons que l'on peut rencontrer dans ces. contrées. La prolifération des châteaux et l'imprécision de la frontière sémantique peuvent être interprétées de deux manières différentes mais non exclusives l'une de l'autre. La première amène à s'interroger sur le contexte architectural et social de la demeure. Une étude menée à partir des matrices cadastrales de 20 communes représentatives de la diversité du département montre que les critères d'attribution du qualificatif de château sont d'autant moins sélectifs que le bâti est généralement médiocre et les stratifications sociales peu accentuées23. Les régions les plus pauvres (zone de la châtaigneraie, Montagne limousine, Monts de Blond et d'Ambazac) sont également celles où la plupart des maisons un tant soit peu importantes sont considérées comme des châteaux. Selon un apparent paradoxe, la médiocrité économique et sociale du département a été un terreau favorable à l'extension de l'attribution du qualificatif de château, selon un schéma inverse de celui que connaissent des régions riches en bâtiments exceptionnels, le Périgord ou le Val de Loire par exemple.

  • 24 Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle (1845-1880), Paris, M. Rivière, 197 (...)
  • 25 Arch. dép. de la Haute-Vienne, 3 P 67 1-7, plan et matrices cadastrales de la commune de Dompierre- (...)
  • 26 Ibid, 6 M 250 & 80, listes nominatives de la population, communes de Saint-Sulpice-les-Feuilles et (...)

12La seconde interprétation tend à privilégier les différences apparemment infimes qui ont pu présider à cette dénomination. Il semble qu'en ce domaine la personnalité de l'occupant - qui est bien souvent également le constructeur, eu égard à la modernité des édifices — ait joué un grand rôle. Mais, là encore, on ne pourrait comprendre ce que représente un châtelain aux yeux des paysans limousins si l'on ne tenait pas compte de la structure sociale de la région. Ainsi, on peut isoler un certain nombre de demeures construites par des enfants du pays qui se sont enrichis grâce à l'émigration. Les cas les plus manifestes sont liés à l'émigration maçonnante. Dans le nord et l'est du département, il est d'usage de partir, six mois par an ou pour des périodes plus longues, à Paris ou à Lyon travailler comme maçon ou paveur24. Certains ont réussi par ce biais à s'élever socialement en devenant entrepreneur. L'argent ainsi gagné est utilisé pour agrandir la propriété familiale et bâtir une maison figurant en tant que château dans les annuaires locaux. Mais cette ascension est la plupart du temps modeste. En témoigne notamment la taille réduite de la propriété foncière, élément pourtant fondamental chez des individus issus du monde paysan. Quelques exemples situés dans la Basse Marche migrante en rendent compte. Dans le hameau des Combes sur la commune de Dompierre-les-Églises fut construit en 1874 un château appartenant à Pierre Giraud, lequel figure dans les registres de transcription des actes translatifs de propriétés comme maçon puis entrepreneur à Cons- tantine et Paris. À partir de 1861, les matrices cadastrales enregistrent ses nombreux achats de terres pour agrandir la propriété familiale. Celle-ci passa en quinze ans de 6 à 47 hectares, ce qui constitue une progression importante mais ne permet pas de ranger Pierre Giraud parmi les grands propriétaires du lieu25. En revanche, son ascension sociale lui a permis de modifier son rapport à la terre : alors que son père et son grand-père étaient des cultivateurs, il est devenu un rentier du sol, confiant son domaine à un métayer. Dans le cas du château d'Arcoulant, à Magnac- Laval, le processus d'enrichissement semble encore plus limité : le château édifié en 1894 est l'œuvre d'un certain Joseph Defaye, qualifié de maçon puis de sabotier et enfin de propriétaire à Paris. Il avait épousé en 1868 la fille d'un cultivateur du lieu, mais ne semble guère s'être intéressé à la terre, peut-être faute de moyens : en 1914, sa veuve ne possède que 8 hectares sur la commune. À Saint-Sulpice-les-Feuilles, deux membres de la famille Biabaud figurent comme châtelains dans les annuaires locaux : Adolphe à la Villauger, Jean à Chez-Renard. Le premier est le fils d'un maçon devenu entrepreneur de fours à Paris, le second est le gendre d'un entrepreneur parisien. Les deux bâtisses ont été construites à la même époque, dans les premières années de la Troisième République. La propriété foncière y est peu importante : 49 hectares à la Villauger, 2 hectares à Chez-Renard. En revanche, dans ce dernier cas, le recensement de 1911 fait apparaître un mode de vie socialement ségrégatif : un couple de jardiniers vit à demeure alors que le propriétaire est absent. Il en est de même au château des Combes, précédemment évoqué26.

  • 27 Cf. Dictionnaire biographique et historique illustré de la Haute-Vienne, Paris, s.d., p. 444.
  • 28 Cf. Arch. dép. de la Haute-Vienne, 6 M 27, listes nominatives de la population, commune de Bessines (...)
  • 29 « Le Dolmen club », bulletin de la Société archéologique de Bellac, 1909, n° 2, p. 57.

13On peut également distinguer d'autres modes d'ascension sociale, répondant davantage au schéma méritocratique cher à la Troisième République. Ainsi, en 1906, fut construite à l'orée du bourg de Bessines une demeure entourée d'une propriété d'agrément de 2 hectares, vestiges d'un petit domaine possédé au début de la Monarchie de Juillet par un cultivateur du lieu, Pierre Périchon. Son arrière-petit-fils, Jean-André Périchon, né en 1860 d'un père également cultivateur, fut élève à l'École des arts et métiers d'Angers, puis dirigea une sucrerie en Egypte. Fortune faite et se faisant désormais appeler Périchon Bey, il se retira dans sa commune natale à 47 ans27 et fit construire ce logis. Il jouissait manifestement d'un prestige certain auprès de ses concitoyens. Il est un « propriétaire notable » et un « châtelain » de la commune, quoiqu'il ne fit partie ni des grands propriétaires ni des responsables politiques locaux. En outre, si son train de vie témoigne d'une certaine aisance, il ne le classe cependant pas parmi les plus riches habitants de la contrée : en 1911, il n'a à son service que deux domestiques, un valet de chambre et une cuisinière28, soit la norme en la matière pour la moyenne bourgeoisie rurale. À l'inverse, sa collection d'antiquités égyptiennes rassemblée au premier étage, contribuait à sa renommée sur le plan régional. Le compte rendu de la visite de la Société archéologique de Bellac en 1909 en témoigne : 4 000 pièces composaient ce que l'un des visiteurs qualifia de « musée de Boulacq transporté en Limousin »29.

  • 30 Cf. Villelume, comte de, « Précis sur les principaux châteaux anciens et modernes, maisons de campa (...)
  • 31 Alain Guillemin, Le pouvoir de l'innovation. Les notables de la Manche et le développement de l'agr (...)

14On trouve également trace de demeures qualifiées de château en raison du pouvoir politique détenu par leur occupant. La maison du maire se voit encore vers 1914 désignée de la sorte. 28 des 206 logis du corpus sont ainsi la propriété d'élus locaux, maires ou conseillers municipaux, soit 13,6 %. Cette proportion est inférieure à celle calculée pour l'ensemble des châteaux du département (15,3 %). Ceci peut s'expliquer par le fait que les notables traditionnels (nobles, grands propriétaires terriens, etc.), fréquemment détenteurs de demeures proches de l'archétype châtelain, ont conservé dans certaines contrées leur influence politique. Dans ce cas, la détention d'un mandat trouve son origine dans la position conférée par la possession d'un château et non l'inverse. Toutefois, il est possible d'isoler un certain nombre de cas où l'autorité politique détenue par le propriétaire rejaillit sur sa maison. Le château de Pressac, sur la commune de Feytiat en fournit un exemple intéressant à plus d'un titre. Ce logis n'a connu aucune modification architecturale au cours du xixe siècle. C'est une maison de maître traditionnelle, d'un type assez fréquent dans les campagnes relativement prospères de la périphérie de Limoges. Elle aurait même subi un certain déclin social au cours du siècle puisque sous la Restauration elle était possédée par une importante famille noble de Limoges, les Morel de Saint-Léger, détenteurs de 147 hectares sur la commune. En 1914, elle abrite Albert Delpeyroux, un agriculteur propriétaire de 106 hectares. Or Pressac ne figure sur aucune liste des châteaux du département antérieure à la Belle Époque, en particulier le « Précis sur les principaux châteaux et maisons de plaisance » publié en 1836 par le comte de Villelume30. En revanche, il est mentionné par les Annuaires Dumont et Ducourtieux en 1914. Il faut sans doute voir dans cette élévation au rang de château le résultat de la position sociale de son occupant. Albert Delpeyroux est maire de la commune. C'est aussi un agriculteur émérite, secrétaire de la Société d'agriculture de la Haute- Vienne et maintes fois primé dans des concours agricoles départementaux. L'attribution du qualificatif de château ne peut donc être ici interprétée comme le fruit des rigidités des représentations mentales, au contraire. Le château de Pressac n'est pas l'héritier des châteaux féodaux où le seigneur exerçait de droit son autorité sur la communauté paysanne. Il est un symbole des nouvelles formes de patronage et de notabilité dans les campagnes fondées sur l'utilité sociale31.

  • 32 Alain Corbin, Archaïsme et modernité... op. cit., 1975.
  • 33 Sur la pluralité des représentations et des usages de la maison de maître au xixe siècle, cf. Vince (...)
  • 34 Michel Brunet, Mon enfance et les miens. Vie rurale d'une famille de la Basse-Marche. 1870-1938, Ni (...)

15L'emploi du qualificatif de château pour désigner ces différents types de demeures renvoie de manière plus générale à la structure sociale de la région. Il trouve son origine dans la forte cohésion des communautés de hameau au xixe siècle, renforcée par l'absence de hiérarchies sociales par trop accentuées et par la prégnance du sentiment égalitariste32. Le château apparaît ainsi comme la maison de l'Autre, le terme étant à la fois le symbole et le révélateur de l'altérité sociale. Sa modernité architecturale, sa taille, son environnement, l'isolent des autres maisons, mais aussi le rapport que l'occupant entretient avec la population. C'est pourquoi il est difficile de qualifier la nature de la distance ainsi créée33. Il y a sans doute, chez ces villageois qui qualifient de château la demeure de l'enfant du pays ayant réussi, une part de reconnaissance admirative pour un représentant de sa communauté natale, mais peut être également un rejet de celui qui a trahi ses origines. Le regard porté dans l'entre-deux-guerres par un adolescent de la Basse-Marche sur les hiérarchies sociales dans la commune de Saint-Sornin-Leulac est à ce titre révélateur : « La bourgeoisie terrienne était peu nombreuse (...). Il y avait surtout des petites propriétés au niveau de chaque village. Monsieur Balabeau, confortablement cloîtré dans son « château » cerné par un mur d'enceinte imposant, après une vie active dans le bâtiment à Paris, était venu prendre sa retraite ici »34. La multiplication des termes évoquant la clôture matérielle mais aussi sociale du château sur lui-même est significative de cette mise à distance, voire de ce rejet du château.

Le village face au château au xixe siècle : de l'hostilité à l'indifférence

16D'autres sources permettent de préciser quels étaient les éléments qui nourrissaient ces représentations dans la mesure où elles ont gardé trace de paroles ou d'attitudes populaires mettant en cause le château. Les archives de la répression, procédures judiciaires ou rapports administratifs, dessinent ainsi, lors de conflits locaux, les contours d'une image négative du château, mais aussi, à l'occasion d'affaires plus anodines, le quotidien des rapports entre châtelains et villageois.

  • 35 Arch. dép. de la Haute-Vienne, 5 U 248, Cour d'assises de Limoges, 2ème trimestre 1874, affaire Des (...)
  • 36 Ibid., 5 U 231,1er trimestre 1871, affaire Leblanc.
  • 37 Ibid., 4 M 20, lettre du sous-préfet de Rochechouart au préfet de la Haute-Vienne, 23 mai 1831.
  • 38 Ibid., 5 U 147, Cour d'assises de Limoges, 2ème trimestre 1854.
  • 39 Il est aussi le plus important propriétaire de la commune avec 210 hectares.
  • 40 Cf. Philippe Grandcoing, « Campagnes en dissidence. Un quart de siècle de violence au pays de Burgo (...)

17Le château apparaît ainsi comme un point nodal de l'espace villageois. Les regards convergent souvent vers lui et il alimente conversations et rumeurs. Tel châtelain a la réputation d'entretenir des relations adultères et, pour étayer l'affirmation, on montre un pavillon à l'écart du logis où il donne ses rendez-vous galants35. À l'occasion d'un vol commis au château de Card, une métayère affirma qu'elle « avai(t) entendu dire aux anciens du village qu'il y avait des revenants dans l'habitation »36. À Cussac, le château de Cromières fut par deux fois l'objet d'une rumeur qui revêtit une importance telle que les autorités s'en inquiétèrent. Au printemps 1831, « le bruit s'était répandu qu'une association de malfaiteurs avait entrepris ou au moins projeté d'attaquer et de piller le château de Cromières »37. En 1854, alors que la région connaît une cherté des blés, certains colportent « qu'on voulait incendier le château de Cromières »38. Les deux incidents répondent à un même schéma. À l'origine, une situation anormale sème l'inquiétude parmi les paysans, sans que, pour autant, le château soit directement impliqué : en 1831, il s'agissait de la présence de quelques déserteurs dans la forêt voisine ; en 1854, des paysans avaient échafaudé le projet de se rendre dans le chef-lieu de canton voisin pour s'emparer du grenier d'abondance. Or, à chaque fois, le château devient rapidement l'objet des menaces fantasmées. Une telle focalisation des craintes (et sans doute également de l'animosité) témoigne de la prégnance de la figure du château comme lieu hostile et menaçant, nourrie des souvenirs révolutionnaires, en particulier l'épisode de la Grande Peur. Ce poids de l'histoire semble ici d'autant plus important que Cromières est alors la propriété du marquis Bermondet de Cromières, dont la famille est présente sur les lieux depuis le xviie siècle39. En outre, le château avait subi une démolition partielle au cours de la Révolution et la région a connu, pendant la première moitié du xixe siècle, d'autres troubles dont les origines remontaient à cette même époque40. La distance sociale qui existe entre le châtelain et la communauté paysanne, fréquemment vécue à travers le prisme des références révolutionnaires, renforcée par les pratiques de préservation de l'intimité châtelaine au xixe siècle, place donc le château au point de convergence des regards et cette situation est source de potentiels affrontements.

  • 41 Arch. dép. de la Haute-Vienne, 5 U 248, Cour d'assises de Limoges, 2ème trimestre 1874, affaire Des (...)
  • 42 Ibid., 3 U 260, Cour d'appel de Limoges, affaires consécutives au coup d'État du 2 déc. 1851.
  • 43 Ibid.

18Afin de désamorcer ces tensions, certains ont entretenu avec les paysans des relations fondées sur une apparente familiarité. En particulier, la pratique de l'échange, de la consommation en commun, honore celui qui est traité en égal du châtelain. Un menuisier témoigna ainsi avec fierté des relations qu'il entretenait avec un châtelain : « M. Desbordes père avait pour moi une affection toute particulière : dès qu'il m'apercevait, sans attendre que je fusse arrivé auprès de lui, il me jetai son sac à tabac : bourre ta pipe me disait-il, tu allumeras ensuite la mienne (...). Je me rappelle qu'un soir, veille de Noël ou d'une grande fête (...), il m'envoya chercher : je me rendis au Repaire, on me fit entrer dans la chambre de M. Desbordes père, il me fit asseoir auprès de lui et nous passâmes la soirée à fumer et à causer ensemble jusqu'à dix heures et demie ou onze heures »41. Une telle attitude permet également de désamorcer l'hostilité populaire. Énumérant en 1849 les diverses demeures de la commune de Blond qu'ils avaient l'intention de piller, deux cultivateurs prétendirent « qu'ils iraient aussi chez Monsieur de Beireix, mais que ce serait le dernier parce qu'il les faisait boire quelques fois »42. Cependant, beaucoup ne sont pas dupes de ces pratiques et interprètent ces relations entre hommes du peuple et châtelains comme un piège tendu ou une trahison à l'égard de la communauté villageoise. Ainsi, selon la rumeur, si le facteur était reçu par la famille Desbordes dans la salle à manger de leur château du Repaire c'était pour que les domestiques puissent intercepter le courrier qu'il laissait dans la cuisine, afin de connaître les opinions politiques des habitants de la contrée. De même, lors de la timide tentative de résistance au coup d'État de 1851, un cultivateur du nord du département, reprochant à son voisin sa sympathie à l'égard des grands propriétaires, s'écria : « vous n'êtes pas rouge, vous, vous êtes blanc, vous ne pouvez qu'être blanc car vous êtes toujours avec eux, dans leurs grands salon»43

  • 44 Cf. Alain Corbin, Archaïsme et modernité... op. cit., 1975.
  • 45 Cf. Jean Boutier, Campagnes en émoi. Révoltes et Révolution en Bas-Limousin. 1789-1800, Treignac, L (...)

19L'antagonisme entre riches et pauvres, entre « messieurs » et paysans, entre « blancs » et « rouges »44, s'exprime donc également dans la perception binaire de l'habitat, opposant la maison au « château ». Ce dernier peut dès lors devenir la cible de la colère populaire. Il apparaît alors comme le siège d'une menace, le quartier général de conjurations réactionnaires, image qui s'est forgée au cours des troubles révolutionnaires45.

  • 46 Arch. dép. de la Haute-Vienne, 1 M 143, rapport du chef d'escadron de la gendarmerie de la Haute-Vi (...)
  • 47 Labrune, abbé P., Mystère des campagnes, Limoges, Ducourtieux, 1880, 352 p., voir p. 268.

20C'est ainsi qu'en 1848 les environs de Limoges furent le théâtre d'une émeute rappelant par bien des aspects les violences anti-châtelaines du printemps 1792. Le 22 mars, « un attroupement composé d'environ deux cents paysans des communes de Beaune, Rilhac-Rancon et d'Ambazac, armés de fusils, fourches et la majeure partie de bâtons, s'était porté au château de Bord, situé sur la commune de Saint-Priest-Taurion dans l'intention de faire un mauvais parti à M. Muret de Bord ex-député ; ne l'y ayant pas trouvé, ils se sont rué sur le château, ont enlevé les girouettes, brisé quelques meubles, bu le vin qui était dans les caves, mangé les aliments qu'ils ont trouvés dans l'intérieur du château. De là, ils sont allés à celui de M. de Lasalvanie... ; le dégât y a été moins considérable que dans le précédent.... La troupe, s'étant fait délivrer par le régisseur un engagement écrit d'abattre les girouettes de la maison sous deux ou trois jours, s'est disséminée lentement et gagnait en chantant ses villages respectifs »46. Cependant cette émeute n'est pas une simple réitération des menées antiféodales. Le desservant d'Ambazac se refusait ainsi à y voir le résultat de la crainte d'un retour à l'Ancien Régime et proposait une interprétation plus moderne, fondée sur les antagonismes socio- économiques : « on attribuait au propriétaire de cet important manoir des idées hostiles au peuple. Il avait, disait-on, altéré le sel, promis de faire manger du crottin de cheval aux paysans, voté des impôts exorbitants, etc. En réalité, M. de B. avait le tort d'être riche »47. Il est également à noter que la personnalité de la victime contribue à brouiller le jeu des interprétations. Son mandat de député sous la Monarchie de Juillet lui a sans doute valu l'hostilité d'une partie de la population dans des contrées proches de Limoges où les idées socialistes commençaient à être diffusées par les ouvriers porcelainiers.

  • 48 Alain Corbin, Le village des cannibales, Paris, Aubier, 1990, 204 p.
  • 49 Arch. priv. du château de Ligoure, lettre de Frédéric Le Play à son fils Albert, 25 août 1870.
  • 50 Arch. priv. du château de la Parelière, lettre de Victor Bussière, 29 janvier 1871.
  • 51 Arch. priv. du château du Breuil, Élise de Préaulx marquise de Bagnac, « Mes plus précieux souvenir (...)
  • 52 On peut citer parmi eux les députés Jean-Baptiste Pressat, Jean-Baptiste Daniel-Lamazière, François (...)

21Cette unique émeute anti-châtelaine rencontrée dans le département au cours du siècle tend à montrer que s'est déjà modifié le regard porté sur le château une cinquantaine d'années après la Révolution. Pourtant l'évolution fut lente. En 1870 encore, certains châtelains vivent dans la crainte d'une attaque de leur demeure, crainte ravivée par le récent drame de Hautefaye, dans le Périgord voisin48. Frédéric Le Play écrit ainsi à son fils qu'il « s'inquiète de savoir un domestique prussien à Ligoure (...). À défaut de girouette, le Prussien pourrait être un motif d'émeute »49. Lui fait écho un châtelain de la Basse-Marche qui « redoute une affreuse jacquerie dont l'affaire de Hautefaye a été l'odieuse préface »50. Sa voisine, la marquise de Bagnac, relate dans ses souvenirs que les paysans des environs avaient eu le projet de venir piller son château de Bagnac, qu'ils appelaient le « château des lys » et elle-même était accusée d'avoir remis trente mille francs « à un curé des environs pour être envoyés aux Prussiens »51. Mais ce ne sont là que craintes venant des châtelains eux- mêmes. Au cours de « l'année terrible », les campagnes restèrent calmes. Par la suite, on ne constata aucune résurgence de la thématique antichâtelaine, ni dans les actes des villageois, ni dans les colonnes des journaux. Cela peut sembler paradoxal dans la mesure où la Haute- Vienne fut un département où les campagnes devinrent très rapidement un terrain d'affrontement intense entre droite et gauche. Une explication réside dans les origines sociales du personnel républicain : il s'agit souvent de grands propriétaires fonciers, certains étant même châtelains52. Aussi n'est-il guère étonnant de rencontrer la plupart des allusions à la possession d'un château par un candidat à la députation dans la presse conservatrice.

  • 53 Sur ces tensions, cf. Philippe Grandcoing, Les demeures de la distinction... op. cit., 1997, p. 528 (...)
  • 54 On retrouve en Haute-Vienne un schéma comparable à celui de la Dordogne voisine, voir Ralph Gibson,(...)
  • 55 Cité par Roger Baury, La maison de Bonneval : destins et fortunes d'un lignage de la « noblesse sec (...)
  • 56 Cf. Arch. dép. de la Haute-Vienne, E sup. 173 D 1 & 2, Registre des délibérations du conseil munici (...)
  • 57 Cf. ibid., 4 M 18, lettre de M. Duvoisin de Soumagnas au préfet, 10 avril 1827.
  • 58 Cf. ibid., 1 M 141, lettre du préfet au ministre de l'Intérieur, 12 mai 1836.

22Mais il est une autre explication qui met en jeu l'ensemble des relations entre le village et le château. En effet, à partir du Second Empire, on ne trouve plus trace de conflits mettant en cause la place du châtelain au sein de la communauté villageoise. Ainsi, les affrontements autour du droit de banc dans l'église paroissiale s'estompent-ils. De même, les atteintes à la propriété châtelaine au nom des intérêts collectifs des villageois disparaissent53. Les affaires mettant en cause un châtelain et portées devant le juge de paix, après avoir connu un sommet lors de la crise économique du milieu du siècle, déclinent également par la suite. Cette évolution traduit le retournement opéré par certains notables locaux, face à la montée des antagonismes sociaux dans les campagnes sous la Seconde République. En effet, c'est parmi cette catégorie que se recrutaient les plus violents adversaires du château54. Ainsi, à Coussac- Bonneval, la fronde menée contre le marquis de Bonneval sous la monarchie censitaire est-elle dirigée par des personnes cultivées qui veulent défendre les acquis révolutionnaires et usent à ces fins de la crainte populaire d'un retour à l'Ancien Régime. C'est pourquoi le marquis se trouve accusé dans les colonnes du Constitutionnel en 1820 de faire « réparer d'énormes girouettes, qui bientôt, élevées sur les gothiques tours du château, annonceront aux paysans le retour des droits féodaux, dont elles sont l'emblème et dont il rêve le retour »55. Ayant conquis le pouvoir municipal à la faveur de la réforme électorale de 1831, cette bourgeoisie rurale multiplia les motifs d'affrontement avec le châtelain56. À Cussac, Monsieur Duvoisin de Soumagnas, auteur d'une lettre dénonçant en 1827 le droit de banc du marquis de Cromières dans l'église paroissiale57, vit de ses rentes foncières et a ajouté le nom de son domaine à son patronyme. Parfois, c'est le maire lui-même qui prend la tête de ses administrés pour défendre par la violence les droits de la commune face au château : à Azat-le-Ris, celui-ci mena bœufs et charrettes des villageois sur un terrain en litige avec les châtelains du Ris-Chauveron58. Or de tels incidents disparaissent sous le Second Empire. Sans doute la poussée démocrate-socialiste dans les campagnes de la Haute-Vienne a-t- elle effrayé ces bourgeois anti-châtelains. Il s'établit alors un consensus entre modestes et grands notables ruraux, à un moment où les craintes d'un retour à l'Ancien Régime s'effacent.

  • 59 Alain Corbin, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xix(...)
  • 60 Louis Perouas, Refus d'une religion, religion d'un refus en Limousin rural 1880-1940, Paris, éd. eh (...)

23L'autre phénomène explicatif tient à l'attitude des châtelains eux- mêmes. À quelques exceptions près, à partir de la conquête de la République par les Républicains, les châtelains conservateurs cessent d'exercer ou de vouloir exercer un patronage social sur les campagnes. On ne compte ainsi que 45 châtelains nobles siégeant dans un conseil municipal du département en 1884 contre 62 en 1860. En 1912, ils ne sont plus que 24. Une semblable évolution affecte les pratiques charitables et l'aide matérielle à la paroisse. Alors que, pendant la majeure partie du siècle, les châtelains pratiquaient personnellement l'aumône auprès de personnes du voisinage qu'ils connaissaient, à partir des années 1880 on donne aux œuvres de l'Église ou aux diverses associations charitables à l'échelle du diocèse. De même, le parrainage des cloches, à l'instar de ce qui se passe ailleurs, « se replie alors sur des noblesses nostalgiques et sur une étroite élite de cléricaux zélés »59 et cesse d'associer dans le « bronze sacré » des sonneries châtelains et villageois. Quant à « l'évergétisme » en faveur de la paroisse, il ne revêt plus la dimension d'une défense des intérêts communautaires, mais s'inscrit dans une démarche militante de soutien à la cause catholique menacée par la politique de laïcisation menée tant sur le plan national que local. Parallèlement, les châtelains se désintéressent de la commune, souvent dirigée par des hommes qui ne partagent pas leurs options politiques. Or ce cantonnement de l'action châtelaine à la défense du catholicisme entraîne une rapide perte d'influence du château, car la région a été fort précocement touchée par l'indifférence en matière religieuse60. Ce repli correspond à un abandon de l'espace public au profit de la seule sphère privée. Les textes contemporains évoquant les rapports entre châtelains et villageois (mémoires, rubriques nécrologiques) en témoignent : ils exaltent une apparente union entre le châtelain et la communauté villageoise, mais qui, dans les faits se cantonne au seul cercle étroit des gens du château, domestiques et métayers. À l'approche de la Guerre, village et château s'ignorent : l'indifférence populaire à l'égard de ce dernier semble avoir pris le pas sur la défiance des premières décennies du siècle.

*

  • 61 Edmond Goblot, La barrière et le niveau Etude sociologique sur la bourgeoisie moderne, Paris, 1925, (...)
  • 62 Françoise Boudon et Henri Couzy, « Le château et son site. L'histoire de l'architecture et la carto (...)
  • 63 Hubert Damisch, « Histoire et typologie de l'architecture. Le problème du château », Annales ESC, 1 (...)
  • 64 Témoignage d'un homme né en 1934 recueilli in Eric Mension-Rigau, La vie des châteaux... op. cit., (...)
  • 65 Toutefois, on trouve trace ailleurs en France de permanences quant à la représentation mentale du c (...)

24Le château reste donc au xixe siècle un des lieux par excellence où se lit l'altérité sociale dans les campagnes. En effet, il ne constitue pas la strate supérieure de l'habitat rural, contrairement à ce qu'affirment les architectes de l'époque dans leurs taxinomies du bâti, mais est un endroit à part, fondamentalement différent, séparé de son environnement social par une « barrière »61. Il est un « objet éloigné », dont l'architecture, la position, l'environnement, l'usage, créent une distance, matérielle ou symbolique62. Ce principe de distanciation est constitutif de l'essence même du château, car « il ne suffit pas (...) qu'une résidence soit implantée à l'écart pour qu'elle mérite d'être qualifiée de château : il faut et il suffit que cet écart, que cette distance soient en quelque façon inscrits en elle, dans sa structure même »63. C'est ce qu'un châtelain contemporain exprime fort bien lorsqu'il évoque les personnes d'origine modeste pour qui « l'allée à franchir, entre le portail et le perron, était mystérieuse : le château, c'était le "côté Guermantes" »64. Or, dans le Limousin du xixe siècle, le poids des structures égalitaristes et communautaires (le hameau, les communaux, l'importance de la petite propriété, etc.) est tel qu'une distance sociale, même minime, fait fréquemment surgir cette « barrière » entre la maison et le château. C'est pourquoi, aujourd'hui, à une époque où les campagnes limousines ont connu de profonds bouleversements du fait de l'exode rural et de l'éclatement des structures sociales traditionnelles, le terme de château tend à n'être attribué qu'à une frange étroite du corpus châtelain de 191465. De surcroît, la Première Guerre mondiale ayant mis un terme à la construction des châteaux, ceux-ci apparaissent de plus en plus comme des demeures du passé. Figée dans cette référence historique, la représentation du château tend à valoriser la seule architecture aux dépens des autres éléments pris en compte un siècle plus tôt. L'ignorer serait sous-estimer ce que fut le renouveau châtelain du xixe siècle.

Notes

1 Eugène Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du xie au xvie siècle, Paris, Bance et Morel, 1854-1868, 10 vol., voir tome iii, 1854, p. 190.

2 C'est, par exemple la conclusion de Pierre Larousse (Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Larousse, 1866-1878, 16 vol., voir 1866, p. 1072).

3 Antoine Quatremere de Quincy, Dictionnaire historique d'architecture, Paris, A. Le Clère, 1832, 2 vol., voir tome i, p. 362.

4 Gazette des architectes et du bâtiment, n° 5, 1864, p. 49.

5 Viollet-le-Duc écrit ainsi à leur propos : « ces demeures, entourées de maigres jardins, font sourire et rappellent un peu la fable de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. Et cependant, combien n'avons nous pas vu s'élever, dans nos campagnes, de ces châteaux microscopiques qui ressemblent à des jouets d'enfants avec leurs tourelles dans lesquelles un chien serait mal à l'aise » (Viollet-Le-Duc, Entretiens sur l'architecture, Paris, A. Morel, 1863, p. 369).

6 Jean-Pierre Babelon, (dir.), Le château en France, Paris, Berger-Levrault, 1986, 421 p., voir p. 11.

7 Ainsi, pour le seul département de la Haute-Vienne, sur un corpus total de 653 logis, nous avons relevé 203 demeures ayant fait l'objet d'au moins une transaction entre 1830 et 1914, 138 ont été entièrement ou partiellement reconstruites et 291 ont été édifiées ex nihilo. Les autres régions - Périgord, Sologne, Vendée - où une telle enquête a été menée offrent des résultats similaires. Voir : Joëlle Chevé, Au pays des mille châteaux. La noblesse du Périgord, Paris, Perrin, 1998, 376 p. ; Bernard Toulier, Châteaux en Sologne. Cahiers de l'Inventaire n° 26, Paris, Imprimerie nationale éditions, 1991, 362 p. ; Maurice Bedon, Le château au xixe siècle en Vendée, Fontenay-le-Comte, Lussaud, 1971, 91 p.

8 Claude-Isabelle Brelot, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales littéraires de l'Université de Besançon, 1992, 1242 p.

9 Il est à noter que le xxe siècle a fini par leur donner raison. Les conversations menées au cours de notre enquête en Haute-Vienne ont montré que l'usage du terme de château avait régressé. À l'inverse, on assiste à la prolifération de termes voisins, tout autant connotés socialement (maison bourgeoise, gentilhommière, manoir, etc...), mais empreints de fausse modestie (Marc Auge, Domaines et châteaux, Paris, Le Seuil, 1989, 192 p. ; Éric Mension-Rigau, La vie des châteaux, Paris, Perrin, 1999, 360 p.).

10 Arno J. Mayer, La persistance de l'Ancien Régime. L'Europe de 1848 à la Grande guerre, Paris, Flammarion, 1982, 350 p.

11 Philippe Grandcoing, Les demeures de ta distinction. Le phénomène châtelain dans le département de la Haute-Vienne au xixe siècle, thèse, Université Paris I, 1997, 630 p., voir p. 32-37. Publication : Les demeures de la distinction. Châteaux et châtelains au xixe siècle en Haute-Vienne, Limoges, pulim, 1999, 391 p.

12 Bernard Toulier, Châteaux en Sologne... op. cit., p. 163.

13 Maurice Robert, La maison et le village en Limousin. Habitat rural et communauté paysanne, Limoges, selm, 1993, 403 p., voir p. 207. On trouverait une même généralisation chez Eugen Weber pour qui « la richesse était un facteur essentiel... La société villageoise distinguait entre... une maison ordinaire et un château avec un étage et une girouette sur le toit » (Eugen Weber, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale. 1870-1914, Paris, Fayard, 1983, 839 p., voir p. 357).

14 Le château de la Ménagerie a été construit vers 1875 par le comte de Couronnel, héritier des Laval-Montmorency, sur l'emplacement d'un logis détruit lors de la Révolution. Chercorat est en 1914 la propriété des d'Abadie.

15 Respectivement 64,1 % et 44,6 % pour être précis.

16 On mesure là le décalage chronologique du Limousin par rapport à d'autres régions françaises, Patrick Favardin, « La villa, ou l'avènement d'un nouveau mode d'habitation », Les monuments historiques de la France, avril 1979, p. 57-60.

17 Jules Tixier, « Monographie de la maison de campagne », Annuaire Ducourtieux, 1901, p. 147-157.

18 Arch. dép. de la Haute-Vienne, 3 P 48 1-6, plan et matrices cadastrales de la cne de Chaptelat.

19 Heinz-Gerhard Haupt, Histoire sociale de la France depuis 1789, Paris, Editions de la maison des sciences de l'homme, 1993, 302 p. ; Christophe Charle, Les élites de la République. 1880-1900, Paris, Fayard, 1987, 556 p. et Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Le Seuil, 1991, 392 p.

20 Éric Mension-Rigau, Aristocrates et grands bourgeois. Education, traditions, valeurs, Paris, Plon, 1994, 563 p.

21 43,4 % exactement. Ce pourcentage correspond au nombre de propriétaires résidents lors du recensement. Étant donné que celui-ci a lieu au printemps et que le séjour saisonnier au château débute généralement en juin, nous avons considéré que la présence à cette date au château correspondait à un établissement principal à la campagne. En 1872, ce pourcentage était de 62,6 %.

22 Alain Corbin (dir.), L'avènement des loisirs. 1850-1960, Paris, Aubier, 1995, 471 p.

23 Philippe Grandcoing, Les demeures de ta distinction... op. cit., 1997, p. 78-84.

24 Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle (1845-1880), Paris, M. Rivière, 1975, 2 vol., 1167 p.

25 Arch. dép. de la Haute-Vienne, 3 P 67 1-7, plan et matrices cadastrales de la commune de Dompierre-les-Églises. À titre de comparaison, le propriétaire du château de Dompierre possède 328 hectares en 1914 sur la commune et celui d'Ayres 250. Il semble que Pierre Giraud ait surtout investit sa fortune dans des immeubles parisiens : à sa mort en 1888 il possède la moitié de deux immeubles sis avenue de Villiers et rue Legendre d'un revenu total de 63 000 francs (cf. ibid., 3 Q 254-20, registre des mutations par décès, bureau de Magnac-Laval, déclaration du 20 août 1888).

26 Ibid, 6 M 250 & 80, listes nominatives de la population, communes de Saint-Sulpice-les-Feuilles et Dompierre-les-Églises, recensement de 1911.

27 Cf. Dictionnaire biographique et historique illustré de la Haute-Vienne, Paris, s.d., p. 444.

28 Cf. Arch. dép. de la Haute-Vienne, 6 M 27, listes nominatives de la population, commune de Bessines, recensement de 1911.

29 « Le Dolmen club », bulletin de la Société archéologique de Bellac, 1909, n° 2, p. 57.

30 Cf. Villelume, comte de, « Précis sur les principaux châteaux anciens et modernes, maisons de campagne, du département de la Haute-Vienne », in Nouvelles éphémérides du ressort de la cour royale de Limoges... pour l'année 1837, Limoges, 1836, p. 120-145 : 259 châteaux sont recensés par cet auteur dans le département.

31 Alain Guillemin, Le pouvoir de l'innovation. Les notables de la Manche et le développement de l'agriculture (1830-1875), thèse de 3ème cycle, ehess, 1980, 373 p. ; Jean-Paul Jourdan, « Perception et composition des élites locales à la fin du xixe siècle : le cas du Lot-et-Garonne », in Les élites fin de siècle. xixe-xxe siècles. Équipe de recherche en histoire politique contemporaine de Bordeaux III, actes de la journée du 31 janvier 1992, Bordeaux, 1992, p. 19-26.

32 Alain Corbin, Archaïsme et modernité... op. cit., 1975.

33 Sur la pluralité des représentations et des usages de la maison de maître au xixe siècle, cf. Vincent Thébault, « Le bourgeois de la terre. Le placement foncier comme symbole d'ascension sociale », Ethnologie française, 1992/4, p. 431-441.

34 Michel Brunet, Mon enfance et les miens. Vie rurale d'une famille de la Basse-Marche. 1870-1938, Niort, 1983, 270 p., voir p. 150.

35 Arch. dép. de la Haute-Vienne, 5 U 248, Cour d'assises de Limoges, 2ème trimestre 1874, affaire Desbordes.

36 Ibid., 5 U 231,1er trimestre 1871, affaire Leblanc.

37 Ibid., 4 M 20, lettre du sous-préfet de Rochechouart au préfet de la Haute-Vienne, 23 mai 1831.

38 Ibid., 5 U 147, Cour d'assises de Limoges, 2ème trimestre 1854.

39 Il est aussi le plus important propriétaire de la commune avec 210 hectares.

40 Cf. Philippe Grandcoing, « Campagnes en dissidence. Un quart de siècle de violence au pays de Burgou (1830-1855) », in Violences en Limousin, Limoges, pulim, 1998, p. 149-172.

41 Arch. dép. de la Haute-Vienne, 5 U 248, Cour d'assises de Limoges, 2ème trimestre 1874, affaire Desbordes.

42 Ibid., 3 U 260, Cour d'appel de Limoges, affaires consécutives au coup d'État du 2 déc. 1851.

43 Ibid.

44 Cf. Alain Corbin, Archaïsme et modernité... op. cit., 1975.

45 Cf. Jean Boutier, Campagnes en émoi. Révoltes et Révolution en Bas-Limousin. 1789-1800, Treignac, Les Monédières, 1987, 352 p.

46 Arch. dép. de la Haute-Vienne, 1 M 143, rapport du chef d'escadron de la gendarmerie de la Haute-Vienne au commissaire du gouvernement pour la Haute-Vienne, 25 mars 1848.

47 Labrune, abbé P., Mystère des campagnes, Limoges, Ducourtieux, 1880, 352 p., voir p. 268.

48 Alain Corbin, Le village des cannibales, Paris, Aubier, 1990, 204 p.

49 Arch. priv. du château de Ligoure, lettre de Frédéric Le Play à son fils Albert, 25 août 1870.

50 Arch. priv. du château de la Parelière, lettre de Victor Bussière, 29 janvier 1871.

51 Arch. priv. du château du Breuil, Élise de Préaulx marquise de Bagnac, « Mes plus précieux souvenirs ».

52 On peut citer parmi eux les députés Jean-Baptiste Pressat, Jean-Baptiste Daniel-Lamazière, François-Amédée Frugier-Puyboyer, Jean-Baptiste Daniel-Lamazière, Henri Lavertujon et René Trouvé, les sénateurs René Pénicaud et Albert Le Play.

53 Sur ces tensions, cf. Philippe Grandcoing, Les demeures de la distinction... op. cit., 1997, p. 528 et svtes.

54 On retrouve en Haute-Vienne un schéma comparable à celui de la Dordogne voisine, voir Ralph Gibson, Les notables et l'Église dans le diocèse de Périgueux (1821-1905), thèse de 3ème cycle, Université de Lyon iii, 1979, 699 p.

55 Cité par Roger Baury, La maison de Bonneval : destins et fortunes d'un lignage de la « noblesse seconde » des Guerres de religion au début de la Troisième République, thèse, Université de Paris iv, 1994, 1 326 p., voir p. 611.

56 Cf. Arch. dép. de la Haute-Vienne, E sup. 173 D 1 & 2, Registre des délibérations du conseil municipal de Coussac-Bonneval.

57 Cf. ibid., 4 M 18, lettre de M. Duvoisin de Soumagnas au préfet, 10 avril 1827.

58 Cf. ibid., 1 M 141, lettre du préfet au ministre de l'Intérieur, 12 mai 1836.

59 Alain Corbin, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, 359 p., voir p. 140.

60 Louis Perouas, Refus d'une religion, religion d'un refus en Limousin rural 1880-1940, Paris, éd. ehss, 1985, 245 p.

61 Edmond Goblot, La barrière et le niveau Etude sociologique sur la bourgeoisie moderne, Paris, 1925, rééd. Brionne, G. Monfort, 1984, 108p.

62 Françoise Boudon et Henri Couzy, « Le château et son site. L'histoire de l'architecture et la cartographie », Revue de l'Art, 1977, n° 27, p. 7-22.

63 Hubert Damisch, « Histoire et typologie de l'architecture. Le problème du château », Annales ESC, 1963, p. 1153-1157., voir p. 1156.

64 Témoignage d'un homme né en 1934 recueilli in Eric Mension-Rigau, La vie des châteaux... op. cit., 1999, p. 127.

65 Toutefois, on trouve trace ailleurs en France de permanences quant à la représentation mentale du château. Ainsi, un aristocrate né en 1919, maire de sa commune et ayant fait construire la maison dans laquelle il vit rapporte que « les gens de mon coin savent qu'ils peuvent venir me voir dans cette maison. Certains d'entre eux l'appellent le château... », ibid., p. 336.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20575/img-1.png
Fichier image/png, 130k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540