Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Qautrième partie. Habitat et paysages: deux révélateurs de la stratigraphie sociale ?

Les maisons des « marchands et mesnagers » léonards. Une contribution de l'ethnohistoire à l'identification d'un groupe social sous l'ancien régime

Jean-François Simon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jean Tanguy, Quand la toile va. L'industrie toilière bretonne du xvie au xviiie siècle, Rennes, Apo (...)

1Grâce aux travaux des historiens, on connaît aujourd'hui l'existence passée de paysans marchands toiliers en Haut-Léon1. On sait qu'ils ont été les animateurs d'une industrie linière qui a été florissante sous l'Ancien Régime, notamment au xviie siècle. On sait aussi, depuis les recherches effectuées par Jean Tanguy, que la richesse qui en a résulté, a permis la production d'un patrimoine architectural bien connu, celui des enclos paroissiaux.

2Pourtant ce ne sont pas les seules traces que ces « marchands et mesnagers » nous ont laissées, car s'ils ont tenu à embellir la « maison de Dieu » de leurs paroisses respectives, ils ont aussi pensé à eux, en se faisant construire une « belle » demeure, susceptible de répondre aux exigences de leur activité et de porter en même temps témoignage de leur réussite. Comparées aux enclos paroissiaux, ces maisons sont sans doute bien modestes, elles sont pourtant remarquables à plus d'un titre car elles constituent une manifestation originale de l'architecture rurale traditionnelle de Basse-Bretagne.

3Ma communication à ce colloque a pour objet de préciser en quoi les méthodes de l'ethnohistoire qui, dans une relation du présent au passé, c'est-à-dire dans une démarche en quelque sorte régressive, puisque basée sur l'étude des maisons existant toujours à l'heure actuelle, peuvent se révéler pertinentes pour contribuer à une meilleure identification d'un groupe social du passé, en l'occurrence celui des marchands-paysans de lin du Haut-Léon, aux xviie et xviiie siècles.

Des maisons anciennes du Haut-Léon

  • 2 Jean Tanguy, op. cit., p. 26.
  • 3 Herve Ar Menn, Istor Hañveg : Parrez ha Kumun, La Baule, Éditions de la Baule, 1974.
  • 4 Les Amis du Patrimoine de Plougastel, Plougastel-Daoulas. Patrimoine architectural et statuaire, s. (...)
  • 5 Sébastien Carney, L'habitat des riches ruraux à Plounéour-Ménez aux xviie et xviiie siècles, Mémoir (...)
  • 6 Par exemple, Louis Elégoët, op. cit.

4Le phénomène qui nous retient est essentiellement haut-léonard, ainsi que l'illustrent les cartes de la figure 1. La première précise l'extension de la « manufacture léonarde », telle qu'elle a été proposée par Jean Tanguy sur la base des informations fournies par les inventaires après décès, sur la période 1700-1749 ; la « manufacture » paraît surtout active en Haut- Léon. La présence plus sporadique de métiers dans une zone située à la périphérie du noyau central haut-léonard, doit indiquer, selon Jean Tanguy, l'extension maximale de la zone toilière, à la fin du siècle précédent, alors qu'elle était à son apogée2. La seconde carte donne la localisation des maisons qui existent toujours à l'heure actuelle et dont il a été possible de connaître la date de construction par une inscription gravée dans la pierre. Le principe utilisé pour son établissement appelle quelques commentaires. Je n'ai retenu que les habitations situées dans le périmètre de la zone toilière élargie ; leur repérage s'est fait de la manière suivante : j'ai utilisé trois inventaires exhaustifs fournis par des études ponctuelles concernant les paroisses de Hanvec3, de Plougastel-Daoulas4 et de Plounéour-Ménez5, toutes trois comprises dans le périmètre concerné ; les autres informations proviennent de différentes sources : elles résultent pour l'essentiel de l'enquête de terrain mais aussi, pour quelques-unes, de renseignements puisés ici et là, dans la bibliographie disponible6.

5Dès lors, les concentrations qui apparaissent sur la carte s'expliquent en partie par la méthode suivie pour sa réalisation, notamment quand elles focalisent l'attention sur les trois paroisses étudiées dans le détail ; cette explication reste pourtant partielle car la recherche que j'ai menée sur la totalité du Léon et de la Cornouaille a été suffisamment serrée pour me permettre d'affirmer que là où le réseau des maisons anciennes apparaît le plus dense, c'est aussi parce que c'est dans ce secteur qu'elles ont subsisté en plus grand nombre. Il n'y a donc pas à redouter outre mesure une erreur d'optique : les maisons anciennes que l'on peut aujourd'hui étudier sur la totalité du Léon par exemple, sont avant tout celles de la zone toilière, elles peuvent être mises en relation, d'une manière ou d'une autre, avec l'activité linière de l'Ancien Régime.

Fig. 1 - Zone toilière et maisons anciennes du Léon

6La partie tramée indique la zone toilière ; la partie la plus foncée correspond aux secteurs où l'étude des inventaires après décès a révélé une présence plus abondante de métiers à tisser entre 1700 et 1749 (d'après Jean Tanguy, Quand la toile..., op. cit., p. 22).

  • 7 Une crée est une fine toile de lin du Léon d'une longueur de 100 aunes, c'est-à-dire de 122 mètres (...)

7Si l'on considère maintenant la chronologie de leur construction, on peut être amené à faire quelques autres observations. Pour ce faire, j'ai procédé à la juxtaposition de deux graphiques : l'un, tiré des travaux de Jean Tanguy, montre l'évolution de l'arrivée des crées7 à Morlaix, l'autre résultant du recensement des maisons datées avec précision, rend compte du mouvement de la construction rurale sur la même période (fig. 2). Comme précédemment, cette façon de procéder demande quelques explications : il ne saurait être question de vouloir prétendre faire, par ce graphique, l'histoire précise de la construction rurale aux xviie et xviiie siècles, d'abord parce qu'un nombre vraisemblablement conséquent de maisons a évidemment disparu et ensuite parce que toutes celles qui subsistent n'ont pas pu être recensées. D'autre part, des maisons de cette époque existent toujours mais il n'a pas été possible de les comptabiliser parce que leur date de construction ne saurait être établie avec précision, en l'absence de tout millésime gravé les concernant.

  • 8 Jean Tanguy, Quand la toile..., op. cit., p. 101.
  • 9 C'est aussi entre 1676 et 1682, que la paroisse de Saint-Thégonnec construit son ossuaire, « le plu (...)

8Ces réserves faites, on peut se hasarder à tirer quelques enseignements de la juxtaposition proposée et constater, par exemple, que le tracé des deux courbes présente un profil assez parallèle. Jean Tanguy a ainsi mis en évidence l'extraordinaire essor toilier du xviie siècle dont il situe l'apogée dans les années 1680 ; il constate aussi que la « manufacture des crées est durement frappée par la perte du marché anglais à la fin du siècle. Elle parvient à se redresser jusqu'en 1740 environ puis entre dans une période de déclin irréversible jusqu'à la veille de la Révolution. Les difficultés de la toile entraînent un ébranlement en profondeur des conditions de vie des Léonards... »8. C'est effectivement ce que révèle la courbe des constructions datées : les chantiers sont particulièrement nombreux dans la 2ème moitié du xviie, ils atteignent même un sommet en 16789 ; survient alors une chute brutale, puis, au bout d'une dizaine d'années, se fait également sentir le redressement que signale Jean Tanguy : en effet, si les constructions sont bien moins nombreuses dans cette période de 1690-1740 qu'à l'époque précédente, elles se produisent cependant d'une manière suffisamment régulière pour donner à la représentation graphique une impression de compacité ; par la suite, à partir de la fin des années 1740, il en va tout autrement et la courbe montre des « trous » plus nombreux que des « pleins », fournissant sans doute de la sorte une autre illustration des difficultés économiques connues par la zone toilière à la fin du siècle.

  • 10 d'après Jean Tanguy (dans Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, sous la direction de Yves Le (...)

Fig. 2 : Comparaison entre l'arrivée des crées à Morlaix10, et les dates relevées sur les maisons anciennes du Léon et de ses marges cornouaillaises et trégorroises.

Fig. 2 : Comparaison entre l'arrivée des crées à Morlaix10, et les dates relevées sur les maisons anciennes du Léon et de ses marges cornouaillaises et trégorroises.

Des maisons à étage

  • 11 Ces documents sont essentiellement les inventaires après décès.
  • 12 Grégoire de Rostrenen, Dictionnaire françois-celtique ou françois- breton, 1732, p. 728.

9L'une des principales caractéristiques de ces maisons anciennes est d'être munies d'un étage, au moins de surcroît, souvent franc, c'est-à-dire surmonté d'un grenier que les documents d'archives désignent par le terme gal[le]tas11. L'existence d'un étage donne évidemment de l'importance à la maison ; il est vrai qu'à l'époque, nombre de Léonards ne doivent se satisfaire pour tout plancher d'étage que d'une « doublure », régulièrement mentionnée sous ce terme dans les inventaires. On ne peut manquer de rapprocher ce mot « doublure » du breton doubla donné par
les lexicographes pour traduire l'action de planchéier12. C'est sans nul doute son caractère amovible, en quelque sorte mobilier, qui justifie aussi sa prise en compte dans les inventaires. La « doublure » désigne en réalité un élémentaire faux-plancher dont peuvent être dotées les maisons de plain-pied. Un tel équipement de quelques planches simplement posées sur deux entraits ne permet qu'un modeste rangement : s'il se situe au voisinage du foyer, comme c'est souvent le cas, il sert à conserver du combustible, maintenu bien au sec à cet endroit.

10À propos des maisons dont on est assuré qu'elles étaient à l'origine équipées d'un étage, on ne peut manquer de se poser la question de savoir quel était le projet initial du bâtisseur quant à l'aménagement et à l'utilisation de ce second niveau. Le seul document exploitable permettant d'en avoir une certaine idée est, encore une fois, l'inventaire après décès. Cependant, les plus anciens documents de cette nature qui sont aujourd'hui conservés ne remontent pas, à quelques exceptions près, à l'époque où la construction rurale était particulièrement florissante en Léon, c'est-à-dire au milieu du xviie siècle. Force est alors de recourir à des documents à peine moins anciens, du tout début xviiie, avec le risque de découvrir des habitudes de vie d'une génération d'habitants qui n'est plus celle des bâtisseurs. Pourtant ce risque est somme toute limité car, ainsi qu'il a été précisé plus haut, on peut encore établir jusque vers les années 1740, une relation manifeste entre l'activité linière et le mouvement de la construction rurale, avec simplement une intensité variable sur l'ensemble de la période.

11Lorsque les greffiers doivent faire l'inventaire de maisons importantes, il leur arrive de mentionner l'existence d'une ou de plusieurs « chambres » mais ils ne les situent pas toujours avec toute la précision souhaitable dans la disposition intérieure de l'habitation : ils se contentent, soit d'écrire « chambre » sans plus de détail, soit de stipuler simplement qu'il s'agit d'une « chambre haute », d'une « chambre basse », d'une « chambre sur l'aire », d'une « chambre à côté de la cuisine », ou encore d'une « chambre sur terre au bas bout de la cuisine ». Seule la mention d'une « chambre haute au dessus de la cuisine » ou « au dessus de la maison manale » est suffisamment explicite pour que l'on puisse considérer avec certitude qu'il s'agit alors d'une « chambre » située à l'étage. Les descriptions détaillées que les inventaires fournissent du mobilier de cette « chambre haute au dessus de la cuisine » indiquent clairement que c'est une pièce où s'exerce une partie de l'activité toilière : ceci se manifeste d'abord par les produits que l'on y entrepose et qui se rapportent au travail du textile à différents stades de transformation, à savoir de l'étoupe, du lin peigné, du fil cru, du fil blanc, ou encore des graines de lin. La destination toute particulière de cette pièce consacrée au travail du lin est encore confirmée par la présence d'un mobilier dûment spécialisé pour cette tâche, comme la « table longue à aulner (c'est-à-dire à mesurer) la toile » ou encore ces « presses à mettre toile » dont on sait qu'elles étaient d'imposantes armoires où l'on rangeait les pièces de lin tissé.

  • 13 Sébastien Carney, op. cit., volume II, p. 117 et Louis Elégoët, op.cit., p. 57.
  • 14 Ernest et Yvonne Olier, « La maison de tisserand à porche extérieur surélevé du xviie siècle dans l (...)

12Toutefois, il n'y est guère signalé de métier à tisser : la « chambre haute au dessus de la cuisine » est sans aucun doute un local à usage professionnel mais ce n'est pas un atelier de tissage. C'est aussi la conclusion à laquelle aboutissent les recherches les plus récentes13, récusant donc les assertions de ceux qui donnent d'abord à cette pièce un usage strictement domestique14. D'ailleurs, aucun inventaire après décès ne signale à l'étage un quelconque matériel de cuisine et pourtant les cheminées n'y sont pas rares si l'on en juge par l'observation attentive des maisons de cette époque parvenues jusqu'à nous. Quand il existe, un tel aménagement architectural a par conséquent une autre fonction que celle de permettre la simple préparation de repas, opération qui ne manque pas de se produire par contre, sur le foyer du rez-de-chaussée, comme le montre la présence sur place d'ustensiles habituellement nécessaires à cet usage.

  • 15 On en connaît une datée de 1615, « l'une des plus anciennes parvenues jusqu'à nous » dans Philippe (...)
  • 16 Vie à la campagne, Maisons et meubles bretons, paysans et bourgeois, Paris, Hachette, 1922, p. 35.

13La comparaison attentive des cheminées des deux niveaux permet une autre constatation : celle qui équipe la « chambre haute au dessus de la cuisine » est généralement plus soignée dans sa réalisation que celle qui se trouve au rez-de-chaussée ; on en vient ainsi à se demander si la cheminée de l'étage n'a pas pour but premier d'ajouter un quelconque agrément à la pièce où elle est aménagée. On peut pareillement se poser la question de savoir si ce n'est pas, du moins en partie, le rôle également attendu du mobilier installé dans cette « chambre » : ainsi la presse à lin qui peut y exister en plusieurs exemplaires est une armoire de prestige que lui valent, et son ancienneté dans le mobilier léonard15, et le décor dont elle est chargée. Il en va peut-être de même de la « table à mesurer la toile » dont il est parfois précisé qu'elle est « d'allonge ». Or, on a probablement conservé une de ces tables qu'il faut comprendre comme étant « munie de rallonges » : elle se trouve actuellement au Musée départemental breton à Quimper mais on sait qu'elle provient de l'intérieur d'un marchand toilier du Léon16 ; elle est richement décorée, « à l'italienne », avec un piètement particulièrement soigné.

  • 17 Sébastien Carney, op. cit., volume II, p. 110 et 117.

14On trouve aussi comme élément mobilier dans cette « chambre au dessus de la cuisine » le lit clos, souvent en un seul exemplaire, alors que par opposition, il en est mentionné plusieurs en place au rez-de-chaussée. C'est sans doute un meuble plus commun, du moins dans le principe sinon dans le décor, mais on sait par les inventaires que celui qui est placé à l'étage est délicatement garni d'une literie de plumes et de « tapis » de laine imprimés et que surtout, il a été remplacé dans la 2ème moitié du xviiie siècle par un lit de type nouveau, comme le « lit à rideaux », bien plus distingué que son prédécesseur17. Autant d'éléments qui, l'un par l'autre, donnent de l'importance au couchage organisé dans cette « chambre ». Enfin, le prestige de l'étage est encore illustré par les quelques aménagements particuliers qui y sont pratiqués, par exemple lorsqu'il y est prévu des latrines.

  • 18 Voir à ce propos, Ernest et Yvonne Olier, « La maison de tisserand à porche extérieur surélevé dans (...)

15Il est cependant un élément architectural qui singularise plus encore ces maisons équipées d'une « chambre haute au dessus de la cuisine », ce sont les modalités de l'accès à l'étage qui se fait, pour les cas les plus remarquables, par l'extérieur. Ce peut être de plain-pied, sur l'arrière, quand la maison est inscrite dans une dénivellation du terrain mais plus souvent, par un escalier extérieur. Le dispositif est suffisamment bien connu pour qu'il ne soit pas nécessaire de développer ici la question18. Le « degré », selon le terme des greffiers, est habituellement composé d'une seule volée de marches. Il est installé le long du mur de façade. Démarrant au voisinage de la porte du rez-de-chaussée, il mène à un palier couvert d'un auvent, « le ballet », qui n'est autre que le prolongement partiel du versant de la toiture de la maison supporté un mur d'échiffre ou par quelques poteaux de bois. Sous le palier et sous les marches est parfois aménagé un réduit qui peut servir de « sou a porc », de « sellier » ou même de « cache-table », aménagement qui n'est alors qu'une variante d'un autre dispositif architectural caractéristique d'un bon nombre de maisons de cette époque, à savoir l'« avancée ».

Des maisons à avancée

16De fait, de nombreuses maisons anciennes du Haut-Léon ont aussi pour autre caractéristique architecturale de présenter une aile en retour de dimensions variables que je désigne donc, à défaut de pouvoir le faire par un terme vernaculaire unique, par le mot générique français « avancée » parce que ce décrochement est pour ainsi dire toujours placé en façade. Les avancées sont de deux sous-types : l'un regroupe celles qui se présentent « en appentis », pour reprendre le terme des usagers actuels quand ils s'expriment en français pour nommer cette excroissance dont le toit n'est en fait que le prolongement du versant antérieur du corps de logis principal ; l'autre sous-type concerne les avancées offrant un troisième mur pignon, qui sont dites, à l'heure actuelle, « pointues » ou à pignoun-kroaz « pignon en croix », ce sont ces dernières qui peuvent offrir à l'utilisateur le volume intérieur le plus important.

  • 19 Jean-François Simon, Tiez. Le paysan breton et sa maison. Tome 2 : La Cornouaille, Douarnenez, Le C (...)
  • 20 Op. cit., p. 64.
  • 21 C'est, avec « cache table », le terme que les greffiers de l'Ancien Régime utilisent pour désigner (...)
  • 22 Michel Lahellec, op. cit., p. 215.

17La localisation des maisons munies d'avancée dont on connaît avec précision la date de construction montre l'importance que revêt cette architecture dans l'ancienne zone toilière, avec peut-être une concentration des maisons à avancée à mur pignon dans les Monts d'Arrée et une distribution de celles « en appentis » sur l'ensemble de la zone et notamment sur sa périphérie. La mise en perspective chronologique des mêmes exemplaires connus laisse entrevoir le « succès » constant du premier sous-type depuis le début du xviie siècle et peut-être la naissance et la vogue initiale du second, dans la seconde moitié de ce même siècle. La carte (fig. 3) qui veut rendre compte de la totalité du phénomène « maisons à avancée » montre que le succès rencontré par cette expression architecturale touche d'abord la zone toilière elle-même : à côté des bâtisses nouvelles qui sont construites suivant ce modèle et qui viennent donc se juxtaposer aux anciennes, on peut aussi repérer des manifestations de l'ajout plus récent d'une avancée à des maisons qui en étaient initialement dépourvues : j'avais déjà envisagé cette possibilité en faisant le constat d'une sensible différence dans la réalisation des maçonneries des deux éléments, du logis principal d'une part et de l'avancée d'autre part, différence qui semblait donc indiquer une construction en deux temps19 ; des éléments nouveaux sont venus enrichir le dossier qui permettent de vérifier la véracité d'une telle pratique : Sébastien Carney a constaté trois cas où cela s'est manifestement produit à Plounéour-Ménez, en 1736, 1740 et 174420 ; de son côté, Michel Lahellec signale que le 16 avril 1657, François Guillerm obtient l'autorisation de construire un « recoing ou bouttehor21 » à sa maison de Kervern en Saint-Thégonnec22.

18Des maisons à avancée existent ailleurs qu'en Haut-Léon : on peut en fait en observer sur la totalité du Léon et dans les terroirs voisins de Cornouaille et du Trégor. Cependant, à l'inverse de ce qui se passe en Haut-Léon où l'on constate l'existence en nombre de constructions du xviie siècle, les autres « pays » n'ont pas livré, du moins pour l'instant, d'exemplaires aussi anciens : ceux qu'il m'a été donné de repérer sont tous du xviiie siècle ou de la première moitié du xixe. Ceci paraît indiquer que les maisons à avancée se sont diffusées à partir de la zone toilière, laquelle est essentiellement comprise dans le Haut-Léon. C'est donc dans la pratique de la « manufacture linière » qu'il faut sans doute chercher les origines du type.

Fig. 3 : Carte de diffusion du modèle maison à avancée

Fig. 3 : Carte de diffusion du modèle maison à avancée

……….Extension maximale du type

19Si l'on peut admettre le principe de cette localisation originelle, il reste à découvrir les raisons d'être d'une telle particularité architecturale. La question posée n'a pas pour l'instant trouvé de réponse convaincante. Telle qu'on la comprend aujourd'hui - et son appellation localisée de kuz- taol, « cache-table » l'illustre bien - l'avancée abrite la table, en totalité ou en partie, avec les bancs qui l'accompagnent et éventuellement un lit clos quand ses dimensions le permettent. L'existence d'une avancée se traduit donc par un gain de place manifeste à l'intérieur de la maison, à proximité du foyer, un gain de place dont on peut penser qu'il a été voulu pour permettre de pratiquer plus commodément le soir à la veillée, une activité devant le feu, comme par exemple le teillage ou broyage, puis le peignage et le filage du lin...

  • 23 Jean Tanguy, op. cit., p. 31-32.

20Ces opérations exigées pour la préparation du fil ont surtout concerné, au temps de la « manufacture », la partie du Haut-Léon qui s'étend des rivages de la Manche au pied des Monts d'Arrée, avec, toutefois, une décroissance progressive de cette activité à mesure que l'on progresse vers l'intérieur des terres23. Ce n'est pourtant pas dans cette partie du Haut-Léon que l'on trouve aujourd'hui le plus de maisons anciennes à avancée. Cependant, divers témoignages, des traces matérielles comme des témoignages oraux, font état de la disparition relativement récente et donc de la possible importance passée des maisons modestes du type « à avancée ». Leur prise en compte, si elle pouvait se faire avec exactitude, serait pourtant susceptible de faire découvrir à l'historien moderniste un paysage architectural sans doute différent de celui que nous pouvons envisager actuellement sur les seules bases des vestiges matériels observables. Des conclusions en ce sens sont d'autant plus délicates à tirer que les quelques rares maisons à avancée modestes qui subsistent ne sont jamais datées : elles ne peuvent être situées dans le temps, sinon approximativement.

  • 24 Sébastien Carney, op. cit., volume II, p. 117.

21Les opérations suivantes réclamées par le travail du lin sont le dévidage et l'ourdissage, opérations qui sont le plus souvent effectuées, d'après les historiens, chez les paysans-marchands de toile, répartis cette fois, sur l'ensemble de la zone toilière telle qu'elle a été définie plus haut. C'est effectivement dans l'inventaire de la « chambre haute au dessus de la cuisine » que les greffiers mentionnent d'ordinaire la présence d'un « ourdy »24.

  • 25 Jean-François Simon, « Les maisons à avancée du Finistère », dans ArMen, n°l, 1986, p. 20-29.
  • 26 Desmond Mc Court, « The Outshot House-type and Its Distribution in County Londonderry »dans Ulster (...)
  • 27 Gwyn I. Meirion-Jones, « The Bed-outshot in Brittany », dans Ulster Folklife, Volume 25, 1979p. 31.

22Vient ensuite le tissage, effectué pour une part chez ces mêmes marchands de toile par leur domesticité, mais surtout par des paysans- tisserands travaillant à la tâche et à domicile. Cela nous amène à considérer à nouveau l'existence passée d'un habitat modeste devant servir de cadre à ces activités et à envisager en conséquence l'adaptation éventuelle des demeures les plus humbles aux exigences spatiales d'un tel travail à domicile. J'ai pu formuler l'hypothèse de l'établissement initial d'une avancée dans le but de pouvoir y placer un métier à tisser25, mais rien pour l'instant n'est venu confirmer une telle supposition... En tout état de cause, on peut cependant envisager, pour expliquer les origines de l'avancée, la volonté de chercher à gagner de la place à l'intérieur de la maison pour une activité dépassant les seuls besoins domestiques. On pourra noter à ce propos qu'un type de maisons irlandaises à avancée, (the outshot house-type) paraît pouvoir être expliqué, selon Desmond McCourt26 par les nécessités du tissage à domicile. L'auteur donne le plan d'une maison de Glengomna dite du « tisserand », weaver's house, laquelle est munie de deux décrochements, l'un en façade est garni d'une fenêtre, l'autre sur l'arrière sert de « cache-lit », principe également connu en Basse-Bretagne et appelé kuz-gwele ; il rapporte aussi comment d'autres habitations présentant les mêmes caractéristiques architecturales sont, dans tous les cas, associées à l'activité linière. Il ajoute enfin qu'il existe des maisons seulement munies d'une « avancée », avancées qu'il qualifie de « work-recesses... essential where space was restricted in small houses of two-room type, the room ahove the hearth serving as a « weaving shop » in house with three or more rooms ». Il serait sans doute instructif de chercher à savoir s'il est possible de faire pour l'avancée, une carte comparable à celle que G. I. Meirion-Jones a tracée pour le cache-lit, lequel apparaît ainsi comme une caractéristique architecturale des zones côtières du nord-ouest européen27.

23Si l'on peut établir un parallèle entre le plan à la base de certaines maisons du Haut-Léon et celui de quelques-unes des Comtés de Londonderry et d'Armagh, en Ulster, la comparaison doit s'arrêter là car il n'y a pas de commune mesure entre les dimensions des unes et des autres. Il ne fait pas de doute que si les maisons du type à avancée ont pu aussi être celles de gens modestes en Bretagne, les habitations anciennes que l'on peut actuellement observer sont surtout des constructions importantes attribuables aux catégories sociales supérieures, c'est-à-dire aux riches paysans marchands de toile de l'Ancien Régime, connus plus tard sous le nom de Juloded. On peut cependant se demander si ces derniers n'ont pas pris à leur compte, en quelque sorte par esprit corporatiste, une architecture qui se voudrait le symbole de leur profession. Ils l'auraient dans ce cas développée, car ces constructions, avec avancée et escalier extérieur sous auvent, offrent un volume conséquent qui peut encore être accentué quand il s'agit de maisons jumelées.

Des maisons jumelées

  • 28 Voir Jean-François Simon, op. cit., p. 18.

24Dans les hameaux du Haut-Léon, des maisons anciennes sont parfois construites en mitoyenneté. Celle-ci peut résulter d'une construction décalée dans le temps, par suite de possibles modifications des structures familiales initiales, ou être la conséquence du développement imprévu d'une activité économique ; elle peut aussi être le résultat d'une construction simultanée et donc correspondre au projet originel des bâtisseurs. C'est à ce deuxième cas que nous nous intéresserons ici plus particulièrement, car si le premier n'est pas spécifique ni à la zone toilière, ni à l'époque de la « manufacture linière »28, le second paraît au contraire devoir son originalité au développement considérable de l'activité textile dans la deuxième moitié du xviie siècle.

  • 29 Comme par exemple au bourg de Saint-Eloy : 1670.
  • 30 Comme le rapporte Michel Lahellec pour Goazalan en Saint-Thégonnec, op. cit., p. 196.

25Les maisons dont il est maintenant question ont bien été construites en même temps ; deux éléments au moins peuvent être avancés pour argumenter en ce sens : d'une part parce que sur toute leur longueur, les murs gouttereaux de ces demeures ne montrent aucune interruption dans la maçonnerie, et d'autre part, parce que certaines inscriptions signalent à l'observateur qu'il s'agit bien d'un projet initial unique, ce peut être une date29 ou le nom des bâtisseurs30, figurant en bonne place dans le parement extérieur du mur gouttereau, exactement dans l'axe de ce dernier. En fait, ces maisons sont plus que mitoyennes, elles sont identiques, souvent même symétriques, de part et d'autre d'un mur pignon qui est alors de refend : à proprement parler, il convient de les qualifier plus exactement de « maisons jumelles », même si cette gémellité souffre quelques entorses

  • 31 Voir Sébastien Carney, op. cit., volume ii, p. 9 ; de 1657, d'après Michel Lahellec.

26La localisation des maisons présentant de telles caractéristiques montre qu'il s'agit encore d'un habitat particulier à la zone toilière. Sa période de construction se situe dans la seconde moitié du xviie siècle, jusqu'en 1715 d'après les exemplaires datés qu'il m'a été possible de repérer, avec une particulière intensité dans les années 1670. Presque toutes ces maisons sont à double avancée, le plus souvent disposée « en appentis ». Toutes présentent également deux escaliers extérieurs dont la disposition, quand ils sont en parallèle, contrarie quelque peu la symétrie des façades par ailleurs rigoureusement respectée lorsque les « degrés » sont disposés face-à-face ou dos-à-dos. Les portes qui donnent accès au rez-de-chaussée sont parfois séparées par ces mêmes escaliers mais le plus souvent simplement écartées de la largeur du pignon mitoyen. À ce propos, le cas des maisons à portes géminées, c'est-à-dire montées de part et d'autre d'un piédroit commun, est particulier en ce sens qu'il n'y a pas véritablement deux constructions, mais juste un double accès à une pièce unique, peut-être partagée dès l'origine par une simple partition en bois : la maison de Kerkrecq en Plounéour-Ménez, datée de 1652 fournit un exemple d'une telle disposition31.

  • 32 Michel Lahellec, op. cit., p. 196.
  • 33 Sébastien Carney, op. cit., volume II, p. 90.
  • 34 Michel Lahellec, op. cit., p. 216.

27Ernest et Yvonne Olier ont entendu qualifier ces maisons de sochenn, ce qu'ils pensent être le souvenir de leur construction par des associations, familiales ou autres, œuvrant pour l'exploitation commune d'un domaine. Michel Lahellec et Louis Elégoët retiennent l'idée de ces associations, le premier surtout, qui appuie notamment sa démonstration sur l'existence même de ces « maisons jumelles » dont on vient de parler mais aussi sur toutes les références à la dualité qu'il a pu recenser à propos des maisons anciennes du Léon méridional. Il en va ainsi, par exemple, de certaine mentions, indiscutables que sont les noms de couples de bâtisseurs associés sur une même pierre gravée ; ainsi à Goazalan, en Saint-Thégonnec : « i. caro : m. breton / h. caro : c. brest / 1648 »32 ou encore à Kerfrecq en Plounéour Ménez : « ... diles / c : kd iles / anet cro / quennec / anna. p / ouliqve / n 1652 »33. L'argumentation s'avère à mon avis plus hasardeuse lorsqu'il faut faire appel au « souvenir assez flou... de la tradition populaire »34 pour démontrer la force passée de ce caractère associatif : ainsi, par exemple, la référence faite à des frères pour expliquer la construction des maisons de Kersépré en Saint-Thégonnec, n'est pas nécessairement une « survivance » de ces époques éloignées, ce peut être plus simplement une interprétation indigène contemporaine pour rendre intelligible un fait encore observable quelques siècles plus tard, à savoir la parenté manifeste du modèle des maisons...

28On peut prudemment en conclure que si certaines maisons jumelées peuvent se justifier par l'existence ancienne d'associations à caractère économique, cela ne veut pas dire pour autant que la gémellité soit dans tous les cas l'expression de telles associations. Il reste que la construction de ces maisons jumelées à l'époque de la « manufacture » est vraisemblablement à mettre en rapport avec l'activité textile et l'on peut, sur cette base, reconsidérer l'intérieur des maisons des « marchands et mesnagers » que décrivent les inventaires après décès et s'interroger notamment sur les positions respectives des « chambres » qui y sont énumérées, quand il n'est pas expressément précisé qu'elles se situent « au-dessus de la cuisine ».

  • 35 Sébastien Carney, op. cit., volume I, p. 56.

29L'emplacement réservé au métier à tisser, « le mestier à texiers » des inventaires, est au centre de cette question. L'information que donnent à ce propos les documents d'archives est d'abord d'ordre « géographique » : il est dit que le métier à tisser se trouve dans une « chambre », mais sans plus de précision ; ou dans une « chambre sur l'aire » sans que l'on sache très exactement s'il faut comprendre « sur l'aire (à battre) », c'est-à-dire dans un bâtiment distinct de la maison, ou « sur l'aire (de la maison) », c'est-à-dire au rez-de-chaussée de celle-ci, ce que paraît vouloir indiquer par contre la précision « chambre sur terre » ; il est aussi parfois précisé que ce métier se trouve dans une « chambre basse », donc au rez-de- chaussée, voire dans une « chambre haute », ce qui ne veut pas dire pour autant que celle-ci doive être nécessairement comprise comme étant à l'étage. La précision « typologique » n'apporte pas de renseignement supplémentaire : où faut-il en effet positionner la « chambre des texiers » si souvent mentionnée ? Il reste enfin à considérer la localisation de type « chronologique », quand il est fait état d'une « chambre neuve » ou d'une « chambre vieille », voire d'un « thy coz »35 : ce sont là des références explicites aux ajouts successifs qu'une demeure a pu connaître, ainsi qu'il a été dit plus haut.

30Toutes ces « chambres », excepté peut-être celle se situant « sur l'aire », sont positionnées par rapport à la « cuisine » ou à la « manale » : c'est-à- dire « au dessus de... », « à côté de... », « au bout de... ». Or, les maisons qui subsistent aujourd'hui montrent toutes un développement en longueur et non pas en largeur, disposition qui n'apparaîtra que beaucoup plus tardivement, au début de ce siècle. Les « chambres » du rez-de- chaussée se situent donc dans l'axe longitudinal de la « cuisine ». Se présentent dans ces conditions plusieurs possibilités quant à leur localisation.

  • 36 Comme dans la maison Cornec de 1702, l'actuel écomusée de Saint-Rivoal : cf. Gwyn I. Meirion-Jones,(...)
  • 37 Sébastien Carney, op. cit., volume I, p. 114.
  • 38 Arch. dép. du Finistère, Juridiction de Daoulas, Inventaires et scellés,

31Première possibilité, la « chambre » est située au « bas-bout » de la maison que les usagers actuels qualifient de lost-an-ti, « queue-de-maison », c'est-à-dire la partie opposée à l'espace domestique centré sur la cheminée elle-même engagée dans la maçonnerie du pignon. Se pose alors la question de l'éventuelle cohabitation des hommes et de leurs bêtes auxquelles était réservée, si l'on suit certains auteurs, cette partie « basse » de la maison et dont porteraient témoignage d'une part les trous d'attache que l'on peut parfois y constater36 et d'autre part les quelques mentions, à vrai dire peu explicites, livrées par les documents d'archives quand il est fait état, comme par exemple en 1728 et 1775 à Plounéour-Ménez, de l'existence dans la maison de « ratelliers et créno »37, ou encore, quand il est signalé, toujours dans la maison, « le costé d'une huge servant a clore le costé de l'escurie », comme à Plougastel-Daoulas en 173038.

32Deuxième possibilité, la « chambre » n'est rien d'autre que la deuxième construction dans le cas des maisons jumelées, comme dans le cas d'un ajout mitoyen à une habitation plus ancienne. Dans les maisons jumelées, la position habituelle des portes du mur gouttereau de façade, au voisinage immédiat du pignon de refend, a pour effet de réduire à sa plus simple expression l'habituel lost-an-ti et donc d'y interdire l'installation de quoi que ce soit de volumineux... Il reste alors comme localisation possible pour une « chambre », le rez-de-chaussée de la maison mitoyenne, accessible également par une porte aménagée dans le pignon de refend : c'est peut-être là, dans la configuration architecturale particulière des maisons jumelées, que se situent la « chambre sur l'aire » ou la « chambre basse » et donc le métier à tisser. Une telle organisation de l'espace est d'autant plus envisageable que certains inventaires signalent l'existence d'un « grenier au dessus de la chambre » en question, et que le traitement des deux portes donnant sur l'extérieur est parfois différent, comme si l'on avait voulu manifester de la sorte le souci de produire une distinction et valoriser l'ouverture donnant accès à la « manale ».

  • 39 Arch. dép. du Finistère, 1 E 713, p. 656 ; document repéré par Sébastien Carney.
  • 40 Grégoire de Rostrenen, op. cit., p. 148.
  • 41 Op. cit., p. 307.

33Troisième possibilité, la « chambre » est située de l'autre côté du pignon portant la cheminée du rez-de-chaussée. Il arrive en effet qu'une ouverture de porte soit aménagée au voisinage de cette dernière : des vestiges matériels en témoignent, tout comme certaines précisions fournies par les documents d'archives, ainsi cet aveu rendu à la fin du xviiie siècle à la Garenne, en Kersaint-Plabennec, et dans lequel il est dit qu'une maison présente « une chambre basse vulgairement nommée ar squiber au pignon d'orient de la ditte maison et y ayant sa communication, de mesme construction et couverture que la ditte maison »39. Le skiber, c'est aussi le nom donné, à Plougastel-Daoulas au début du xviiie siècle, au « buron », local où les inventaires après décès signalent habituellement la présence du métier à tisser. Tel qu'il paraît dans les descriptifs qu'en donnent ces documents, il s'agit d'un bâtiment en dur, car muni de « porte », de « fenêtre », ou encore de « pignon » ; il est parfois situé : « au bout de la maison », et dans ce cas, dans une position comparable à celle que donne Grégoire de Rostrenen dans sa définition du « sqiber : petite chambre attenant au pignon de la maison »40. Ainsi, « chambre sur terre », « chambre des texiers », et même à l'occasion « chambre haute », qu'il faudrait dans ces conditions comprendre comme étant non pas à l'étage mais du côté du haut-bout de la maison, servent peut-être à désigner cette pièce accessible par une porte ouverte en pignon, à proximité de la cheminée. Ernest et Yvonne Olier arrivent à la même proposition, en arguant du fait que cette pièce attenante dont ils donnent un relevé pour Keryell en Plounéour-Ménez, est encore appelée aujourd'hui kambr al listri, « la chambre des gréages », ceux du métier à tisser41.

*

34Des changements importants affectent l'architecture rurale du Haut- Léon au cours du xviiie siècle : sans doute en est-il ainsi d'abord d'un point de vue quantitatif, puisque le recensement que l'on peut faire à l'heure actuelle des maisons datées laisse entrevoir une sensible stagnation de la construction à partir des années 1740. D'un point de vue qualitatif, une mutation est également perceptible. Elle se traduit par le caractère plus modeste des maisons neuves bâties dans cette seconde moitié du siècle : on constate par exemple une raréfaction des étages planchéiés au profit de simples surcroîts désormais plus systématiques ; l'on remarque de même la quasi-disparition des dispositifs maçonnés devant permettre l'organisation de l'accès au second niveau, qu'il s'agisse de l'ouverture d'une porte extérieure à hauteur d'étage pour y donner de plain pied, qu'il s'agisse d'un dispositif intérieur du type tourelle à demi hors-œuvre pour loger un escalier en vis, ou qu'il s'agisse encore de ces degrés extérieurs si caractéristiques ; ces changements, dont on perçoit les premières manifestations dans le deuxième quart du siècle, montrent que, pour beaucoup de bâtisseurs, l'étage perd à ce moment-là son importance passée. Il n'est plus le local à usage professionnel, peut-être même commercial, qu'il était au temps du plein essor de la « manufacture »... Le Haut-Léon connaît à partir de cette époque de réelles difficultés économiques qui se traduisent, du point de vue de l'habitat, par un renouvellement limité des constructions. Les maisons anciennes restent bien souvent en usage, au prix de certaines modifications devant les mettre aux normes des nouvelles habitudes de vie : la porte d'étage murée et la suppression de l'escalier extérieur en sont les témoignages les plus manifestes.

  • 42 À Plounéour-Ménez, Sébastien Carney en a repéré des occurrences entre 1645 et 1679, op. cit., volum (...)
  • 43 Op. cit., p. 308.
  • 44 Op. cit., p. 187.

35Progressivement, les bâtisseurs de ces imposantes maisons à étage planchéié, souvent augmentées d'une volumineuse avancée et/ou d'un escalier extérieur sous auvent, et parfois même jumelées, sont devenus des inconnus pour les nouveaux occupants de leurs maisons ; ceux-ci sont désormais des paysans à part entière pour lesquels le travail à la campagne ne peut être que celui de la terre. Il découle, dans la perception ultérieure qui est faite de cette architecture, une mise à distance à la fois temporelle et sociale qui a pour effet de rendre ces imposantes demeures anciennes, datant du xviie siècle surtout42, incompréhensibles aux générations suivantes, lesquelles pallient cette inintelligibilité par une supposée mise à distance que l'on pourrait qualifier d'« ethnique » : il n'est pas utile, me semble-t-il, d'aller chercher plus loin la raison qui prête ces maisons aux Anglais, d'autant que d'autres exemples de telles attributions existent en Léon et ailleurs ! Certains pourtant y ont vu l'influence directe des Anglais, Ernest et Yvonne Olier par exemple43 ; Michel Lahellec quant à lui pense reconnaître dans l'usage actuel du mot Saozon, « Anglais » qui sert à désigner ces maisons, le souvenir du vieux français soçon « association », ce qui serait, selon lui, une survivance lexicale rappelant les associations de « marchands et mesnagers » dont il est probable qu'elles aient par ailleurs effectivement existé44.

36Depuis quelques années, ces vieilles maisons connaissent un regain d'intérêt. Celui-ci se manifeste de diverses manières : par les études toujours plus nombreuses qui leur sont consacrées et dont portent témoignage les références bibliographiques accompagnant cet article, par leur transformation éventuelle en écomusées, comme à Commana et à Saint-Rivoal, enfin par les restaurations et/ou par les réhabilitations dont elles font l'objet de la part d'initiatives privées ou publiques... Elles font désormais partie du patrimoine que revendiquent la Bretagne en général et le Léon en particulier : elles sont devenues des « maisons de mémoire ». À ce titre elles ne peuvent évidemment qu'interpeller le chercheur en sciences sociales, mais, comme vient de tenter de le montrer le bilan rapide des connaissances que nous avons à leur sujet, c'est véritablement vers l'historien moderniste qu'il nous faut maintenant nous tourner pour être mieux informés des conditions sociales et économiques qui présidèrent à leur construction, sous l'Ancien Régime. Cependant, les questions soulevées par l'ethnologie devraient inciter à faire des archives une lecture renouvelée. C'est du moins ce à quoi j'espère avoir contribué en proposant cette communication.

Notes

1 Jean Tanguy, Quand la toile va. L'industrie toilière bretonne du xvie au xviiie siècle, Rennes, Apogée, 1994 ; Louis Elégoët, Les Juloded Grandeur et décadence d'une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1996.

2 Jean Tanguy, op. cit., p. 26.

3 Herve Ar Menn, Istor Hañveg : Parrez ha Kumun, La Baule, Éditions de la Baule, 1974.

4 Les Amis du Patrimoine de Plougastel, Plougastel-Daoulas. Patrimoine architectural et statuaire, s.l., s.n., 1987.

5 Sébastien Carney, L'habitat des riches ruraux à Plounéour-Ménez aux xviie et xviiie siècles, Mémoire de maîtrise, Brest, 1993.

6 Par exemple, Louis Elégoët, op. cit.

7 Une crée est une fine toile de lin du Léon d'une longueur de 100 aunes, c'est-à-dire de 122 mètres pour une largeur plus variable, allant de une demie à trois quarts d'aune.

8 Jean Tanguy, Quand la toile..., op. cit., p. 101.

9 C'est aussi entre 1676 et 1682, que la paroisse de Saint-Thégonnec construit son ossuaire, « le plus beau de toute la Bretagne, pour la somme de 10 000 livres », id., p. 17.

10 d'après Jean Tanguy (dans Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, sous la direction de Yves Le Gallo, Saint-Jean-d'Angély, Bourdessoules, 1991, p. 204)

11 Ces documents sont essentiellement les inventaires après décès.

12 Grégoire de Rostrenen, Dictionnaire françois-celtique ou françois- breton, 1732, p. 728.

13 Sébastien Carney, op. cit., volume II, p. 117 et Louis Elégoët, op.cit., p. 57.

14 Ernest et Yvonne Olier, « La maison de tisserand à porche extérieur surélevé du xviie siècle dans le Haut-Léon », dans Archéologie en Bretagne, n°27, 1980, p. 55 ; c'est pourtant l'idée reprise par Michel Lahellec quand il envisage que « l'étage a bien pu au départ loger un jeune couple associé « à pot et à feu » à ses parents », Michel Lahellec, « Architecture rurale et structures familiales dans le Léon méridional au xviie siècle », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, tome lxx, 1993, p. 181-221, p. 219.

15 On en connaît une datée de 1615, « l'une des plus anciennes parvenues jusqu'à nous » dans Philippe Le Stum, Arts populaires de Bretagne, Rennes, Ouest-France, 1995, p. 50.

16 Vie à la campagne, Maisons et meubles bretons, paysans et bourgeois, Paris, Hachette, 1922, p. 35.

17 Sébastien Carney, op. cit., volume II, p. 110 et 117.

18 Voir à ce propos, Ernest et Yvonne Olier, « La maison de tisserand à porche extérieur surélevé dans le Haut-Léon au xviie siècle », dans le Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CIX, 1981p. 289-309.

19 Jean-François Simon, Tiez. Le paysan breton et sa maison. Tome 2 : La Cornouaille, Douarnenez, Le Chasse-Marée ArMen, 1988, p. 39.

20 Op. cit., p. 64.

21 C'est, avec « cache table », le terme que les greffiers de l'Ancien Régime utilisent pour désigner l'avancée.

22 Michel Lahellec, op. cit., p. 215.

23 Jean Tanguy, op. cit., p. 31-32.

24 Sébastien Carney, op. cit., volume II, p. 117.

25 Jean-François Simon, « Les maisons à avancée du Finistère », dans ArMen, n°l, 1986, p. 20-29.

26 Desmond Mc Court, « The Outshot House-type and Its Distribution in County Londonderry »dans Ulster Folklife, Volume 2, 1956, p. 27-34.

27 Gwyn I. Meirion-Jones, « The Bed-outshot in Brittany », dans Ulster Folklife, Volume 25, 1979p. 31.

28 Voir Jean-François Simon, op. cit., p. 18.

29 Comme par exemple au bourg de Saint-Eloy : 1670.

30 Comme le rapporte Michel Lahellec pour Goazalan en Saint-Thégonnec, op. cit., p. 196.

31 Voir Sébastien Carney, op. cit., volume ii, p. 9 ; de 1657, d'après Michel Lahellec.

32 Michel Lahellec, op. cit., p. 196.

33 Sébastien Carney, op. cit., volume II, p. 90.

34 Michel Lahellec, op. cit., p. 216.

35 Sébastien Carney, op. cit., volume I, p. 56.

36 Comme dans la maison Cornec de 1702, l'actuel écomusée de Saint-Rivoal : cf. Gwyn I. Meirion-Jones, The Vernacular Architecture of Brittany, Edinburgh, John Donald Publishers LDT, 1982.

37 Sébastien Carney, op. cit., volume I, p. 114.

38 Arch. dép. du Finistère, Juridiction de Daoulas, Inventaires et scellés,

39 Arch. dép. du Finistère, 1 E 713, p. 656 ; document repéré par Sébastien Carney.

40 Grégoire de Rostrenen, op. cit., p. 148.

41 Op. cit., p. 307.

42 À Plounéour-Ménez, Sébastien Carney en a repéré des occurrences entre 1645 et 1679, op. cit., volume II, p. 99.

43 Op. cit., p. 308.

44 Op. cit., p. 187.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20574/img-1.png
Fichier image/png, 269k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20574/img-2.png
Fichier image/png, 154k
Titre Fig. 2 : Comparaison entre l'arrivée des crées à Morlaix10, et les dates relevées sur les maisons anciennes du Léon et de ses marges cornouaillaises et trégorroises.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20574/img-3.png
Fichier image/png, 149k
Titre Fig. 3 : Carte de diffusion du modèle maison à avancée
Légende ……….Extension maximale du type
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20574/img-4.png
Fichier image/png, 384k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540