Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Qautrième partie. Habitat et paysages: deux révélateurs de la stratigraphie sociale ?

L'apport des sources domaniales à l'histoire rurale de la Basse-Bretagne

Jean-François Dreyer

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 La Basse-Bretagne est la partie occidentale et bretonnante de la Bretagne. Elle s'oppose à la Haute (...)
  • 2 Tableau des rentiers des domaines ducaux de Bretagne, dans : Jean Kerhervé, L'État breton aux xive (...)

1À la fin du Moyen Âge, le Domaine des ducs, puis du roi de France occupe la majeure partie de la Basse-Bretagne1. Là, au gré d'une profonde ruralité agrémentée d'un relief mouvementé, couvert essentiellement de landes et forêts, le pouvoir central tente de contrôler et de gérer un Domaine, mal en point, en proie à des malversations et à des usurpations. Pour remédier à cette situation, les ducs de Bretagne, puis le roi de France ordonnent des réformations qui conduisent à l'élaboration de livres- rentiers2 et précipitent la régularisation des aveux et dénombrements effectués par les nobles sur leurs fiefs. Par leur contenu, ces documents mettent en scène la plupart des acteurs de la société rurale. Certains par leurs fonctions, d'autres — plus nombreux — par leur travail, façonnent leur espace de vie et entretiennent des rapports sociaux, parfois conflictuels, mais toujours respectueux de l'ordre établi.

Des sources domaniales qui s'inscrivent dans le contexte particulier de l'annexion du duché de Bretagne au royaume de France

2Dès le xive siècle, en pleine période de crise (pestes, guerres, famines) les seigneurs et les ducs de Bretagne, inquiets du dépérissement rapide de leurs domaines, font dresser par des officiers de l'administration ducale, des livres-rentiers pour fixer par écrit l'état de leur patrimoine et l'ensemble des devoirs et rentes qui leur sont dus (recette ordinaire). À partir du duc Pierre II (1450-1457), la réformation générale du Domaine est entreprise. Désormais, les rentiers, sous la responsabilité nouvelle de la Chambre des comptes, deviennent des documents élaborés avec minutie, expression de la volonté ducale de procéder à la réformation d'un Domaine jugé faiblement rémunérateur et victime d'évasions fiscales peu en rapport avec la conjoncture économique favorable.

  • 3 La réformation générale qui se dessine à cette date puise ces motivations financières dans les désé (...)
  • 4 Dominique Le Page, L'administration financière de la Bretagne de la fin du xv siècle aux années 154 (...)
  • 5 L'aveu est un acte juridique par lequel un vassal déclare devant témoins (officiers ducaux ou royau (...)
  • 6 Sur 161 aveux rendus en la sénéchaussée de Carhaix (Arch. dép. de la Loire-Atlantique, B 1070- 1103 (...)

3En 1537, le processus de la réformation est relancé avec des motivations et dans un contexte différent3. Le général des finances ordinaires et extraordinaires, Antoine Bullioud, en est le précurseur sur le terrain. Sur ordre du roi François Ier, à cette même date, il parcourt la Bretagne pour y dresser un état des lieux du Domaine. Suite à cette enquête, l'édit de Moulins est promulgué (1538), et en l'espace de dix ans (1538-1550), la quasi-totalité des domaines de Bretagne, à quelques exceptions près, sont dotés de rentiers4. Durant la même période, le nombre d'aveux5 connaît une inflation importante6, preuve de que le travail mené successivement par Bullioud et les représentants de la Chambre des comptes, a un impact important sur l'ensemble de la société rurale.

Des sources qui nous plongent dans la société rurale

  • 7 La majeure partie du Domaine en Basse-Bretagne est sous le régime du domaine congéable qui met des (...)
  • 8 De nombreux travaux universitaires ont établi un glossaire. Pour cet article, nous avons utilisé : (...)
  • 9 « Pierre le Bigot, seigneur de Kerjagu (...) a congnu et confessé debvoir au roy de cheffrente sur (...)

4Les rentiers sont rédigés sur la foi des déclarations et confessions des tenanciers paysans et des propriétaires nobles. Des convocations proclamées les jours de marchés et de foires, et à la sortie de la grand-messe paroissiale, les appellent à se trouver en l'auditoire du tribunal de la sénéchaussée, devant les commissaires de la Chambre des comptes, pour y confesser les heritaiges qu'ils tiennent sous le roi ; ils doivent produire les titres en vertu desquels ils les occupent. Lors de ces séances, les représentants du roi, aidés parfois par des interprètes bretonnants, consignent par écrit et dans leur totalité aussi bien la déclaration du simple paysan qui confesse une rente convenancière7 sur un courtil8, que celle du seigneur qui reconnaît une chefrente sur un manoir et ses appartenances9. Tous énumèrent le montant et le contenu foncier des rentes dues au roi. En l'absence de titre, la terre est considérée comme usurpée. Les commissaires procèdent alors à une nouvelle baillée c'est-à-dire à une mise aux enchères de la terre en question. Une démarche identique est suivie pour les terres vacantes, de peu de valeur et inexploitées, qualifiées de frostes et gastes.

5L'aveu ne montre pas la même diversité sociale que le rentier. Il émane principalement des seigneurs et plus rarement de roturiers jouissant de terres nobles, et il se rend directement ou par procuration, devant un notaire ou devant la Chambre des comptes de Nantes.

  • 10 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, : rapport d'Antoine Bullioud, 1 F1127.
  • 11 Jean-François Dreyer, « Le paysage de Basse-Bretagne d'après les rentiers et les aveux des xve et x (...)

6Troisième source : le rapport d'Antoine Bullioud (1537)10, qui constitue le regard inquisiteur d'un étranger sur une société rurale soupçonnée de comportements illicites. Ces trois types de documents, chacun à sa manière, offrent un grand nombre d'informations sur le paysage et son organisation11.

Des sources au service de la reconstitution d'un paysage rurale

Des informations paysagères nombreuses

7Dans les rentiers, les descriptions reposent sur les éléments structurants du paysage, tels les maisons voisines, les ponts, les églises, les axes de communication, les axes naturels (ruisseau, ria...), les parcelles circonvoisines, etc., comme le montre l'exemple suivant :

  • 12 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1191, folio 94.

« Item deux pieczes de terre, l'une dicelle appellee Porz Rozeou contenant troys journaulx de terre ou environ, cernee de touz endroictz de la forest de Uhelgoet (Huelgoat), du chemyn qui conduist de Kerahes (Car- haix) à Morlaix et des terres des appartenances du villaige du Squiriou ; et l'aultre piecze de terre froste appellee Pen Guen Gueder syse esdit villaige du Squiriou, cernee d'ung endroict du gué appellé Roudouz An Gursech à la fontaine appellee An Anglenou, et d'ung parc appellé Parc Poulan Bleye ; d'aultre endroict aultre parc appellé Kerboulou et le grant chemyqui conduist de Kerahes à Morlaix, contenant dix journaulx de terre ou environ ».12

  • 13 Claude Mignot et Monique Chatenet, (dir.), Le manoir en Bretagne, 1380-1600, Paris, Cahiers de l'in (...)

8L'aveu contribue également à la restitution du paysage. C'est dans l'exposé des revenus immuables et muables qu'apparaissent des éléments du paysage propres à une seigneurie : le manoir et son domaine d'abord13, puis les tenures exploitées par les tenanciers, des convenanciers la plupart du temps :

  • 14 Le « pourpris » est un enclos attenant à la maison.
  • 15 L'« issue » est un espace vague à la sortie d'un village, d'une ferme ou d'un manoir, voué à l'élev (...)
  • 16 Un journal = 5 000 m2. Voir : Michel Quiniou, Une phase de l'évolution du domaine foncier du duc de (...)
  • 17 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 2012, paroisse d'Ergué-Gabéric, aveu de Pierre de Kerfors, 25 (...)

« Le dit manoir de Kerfors o ses maisons, columbiers, jardrins, vergers, pourpris14, aire, estables, four, issues15 et appartenances, où à present demeure ledit Kerfors, en la dicte parroisse de Ergué-gaberyc (...) et contient ledit manoir, savoir : lesdictz maisons, portes, estables, aire, pourpris, courtils, vergers et leurs issues, envyron ung journau16 et demy de terre ; item, en parcz et clostures, envyron cincq journaulx de terre chaulde ; item, en terre froide et pasturage, envyron seize journaulx et demy, comprins les issues du moulin dudit manoir, qui est en ruyne ; item soubz boys tailleys et de haulte fustee, envyron cincq journaulx et demy ; et en terre de pré, envyron quatre journaul à faucher »17.

  • 18 Les sources domaniales n'évoquent pas le terme d'arpenteur, mais ceux de « prisaigeur » et de « gau (...)
  • 19 Cette manière de procéder n'est pas spécifique à la Bretagne. Elle est effective à partir de l'étud (...)

9L'ensemble des informations collectées est le résultat de la perception des paysages transmise soit directement par les paysans, les roturiers, les nobles, soit indirectement par les arpenteurs18. Cette fragmentation des informations est liée au souci commun des uns et des autres d'être le plus précis possible pour mieux situer leur bien foncier par rapport à ceux des voisins19. Ainsi, défilent sous nos yeux, beaucoup d'éléments d'un paysage qui apparaît organisé et humanisé.

Un paysage organisé et humanisé

  • 20 Cette conception est empruntée à l'esprit avec lequel de nombreuses études sur les paysages urbain (...)

10La description du paysage peut se faire soit en opposant le bâti au non-bâti, soit en individualisant les espaces économiques qui le constituent20. En Basse-Bretagne, et plus particulièrement en Cornouaille, on peut distinguer trois types d'espaces économiques complémentaires, mais différents dans leurs structures et leurs contenus.

  • 21 Jean-François Dreyer, Terres et paysages dans la sénéchaussée de Huelgoat, Châteauneuf-du-Faou, Lan (...)
  • 22 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 17 verso. Yvon Chapalain relève à l'intérieur de l (...)
  • 23 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 32 verso.
  • 24 L'aveu de Jehan, baron du Pont (Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1155, folio 1 verso-3verso) dé (...)

11Le premier est urbain. Il est constitué par les quelques villes et gros bourgs émergeant au-dessus d'une profonde ruralité : Quimper, Château- lin, Le Faou, Carhaix, Huelgoat, Concarneau, seuls chefs de file d'un bien modeste réseau urbain. Cet espace est marqué par une forte densité d'habitants, concentrés dans un semis urbain resserré, mais qui permet, cependant, l'existence de parcelles et d'activités agricoles. Ainsi, les rentiers montrent des parcs à Huelgoat21, des maisons avec leurs étables dans la ville de Carhaix ainsi que dans la ville close de Concarneau22, ou encore des landes appelées « les landes de Notre Damme de la Croix23 » dans les forsbourgs de la même ville, ce qui tend à démontrer qu'il n'y a pas de zone strictement urbaine bien définie et que la campagne s'infiltre à travers le réseau d'habitations. Ces lieux de vie constituent des points de rencontre obligés de la société rurale, tels que les marchés et les foires pour les activités économiques et commerciales24, telles que les églises pour les messes paroissiales. C'est également dans le chef-lieu de la sénéchaussée, en l'auditoire du tribunal, que les tenanciers sont appelés à confesser leurs rentes auprès des commissaires enquêteurs ou à régler leurs litiges.

  • 25 À Carhaix, les commissaires organisent de « nouvelles baillees sur les terres, maisons et emplaceme (...)
  • 26 Jean-Pierre Leguay, « Le paysage péri-urbain au xve siècle », Mémoires de la Société Historique et (...)

12Le second espace est situé à proximité immédiate du premier. Caractérisé par une densité moyenne d'habitants et un maillage urbain beaucoup plus relâché, c'est le domaine des cultures spécialisées, minutieuses et laborieuses contenues par les courtils, les jardins, et les vergers. Implantées dans les forsbourgs, elles mettent souvent à profit la désuétude des remparts des villes fortifiées25. La concentration des activités maraîchères26 dans cet espace périurbain répond à un double besoin : l'insuffisance de disponibilité spatiale intra-muros pour ces cultures d'appoint (légumes, volailles, fruits, etc.), et, pour les villes de taille importante (Quimper), la nécessité de répondre aux besoins nourriciers d'une clientèle citadine.

  • 27 Dans la paroisse de Carnac, la dispersion de l'habitat était très grande, puisque les 200 familles (...)

13Au-delà de cette périphérie intégrée à l'espace urbain, s'étend l'espace rural proprement dit caractérisé par une faible densité humaine et une grande dispersion de l'habitat27. C'est le domaine des parcs (champs) et pièces de terre labourables, des prat (prés) et prairies, des feniers (terre à foin), de la forêt domaniale et de la lande.

14Les délimitations entre les trois espaces ne sont pas aussi catégoriques. Cependant, à la fin du Moyen Âge, cette organisation paysagère prend forme. Elle est d'autant plus perceptible que l'échelle s'amenuise. En effet, dans l'espace rural défini ci-dessus, le paysage s'organise en fonction de deux unités socio-économiques, inféodées au Domaine royal, de statut différent : le domaine seigneurial, et le village ou hameau. Ces deux structures se définissent en fonction des nombreux éléments paysagers qui peuvent se répartir en deux groupes : le bâti (maison, manoir, moulin, colombier, four, etc.) et le non-bâti (toutes les superficies agraires, telles que les champs, les prés et prairies, les landes et forêts, etc.). Selon la source étudiée, l'un et l'autre ne se présentent pas de la même façon.

  • 28 Le finage, selon la définition géographique du terme, est une étendue de terre appropriée et plus o (...)
  • 29 Beaucoup de finages présentent la même organisation, à quelques particularités locales près. C'est (...)
  • 30 L’estage est une demeure, une habitation.
  • 31 Le pourpris est un enclos attenant à la maison.
  • 32 La crèche est assimilée à une mangeoire pour les bœufs et les brebis. Par extension, il s'agit d'un (...)
  • 33 Pour sécher les draps et les étendre, après les avoir foulés, les paysans avaient besoin d'une poul (...)
  • 34 Les sources utilisent le terme de dépendances.
  • 35 Jean Gallet introduit les notions de tenue (habitation avec ses dépendances qui ouvrent sur des rue (...)
  • 36 Nous n'en connaissons pas la teneur mais tout laisse à penser qu'il s'agit d'une limite matérielle (...)

15Dans les rentiers, le finage28, essentiellement aux mains des paysans et des roturiers, est construit suivant la grande division tripartite des Romains, l'hortus, l'ager, le saltuc29. Autour d'un bâti constitué généralement d'un villaige ou d'un estage30, s'organisent les parcelles soigneusement cultivées que sont les jardins, courtils, souvent enclos, bénéficiant du fumier des bestiaux proches. Ces derniers sont parqués dans des pourpris31 ou abrités dans des cresches ou estables32 Les poulyes33, les aires et vergers complètent cet espace (hortus34) où l'habitat, les bâtiments d'exploitation, les activités agricoles, et préindustrielles occupent la moindre parcelle. Souvent le village ne comporte qu'une à deux mesnies35, exploitant quelques arpents ou sillons, dans un paysage recouvert aux trois-quarts de lande, ce qui accentue à la fois cet aspect d'isolement, et de faible densité humaine. La notion d'habitat semble étroitement liée à celle de tenue, sa superficie n'excédant pas ce qu'une famille (ou mesnie) peut exploiter avec un instrument aratoire et un hypothétique attelage. Les nombreuses mentions de clôtures36, associées au village, nous laissent penser que celui-ci constitue une unité socio-économique de la société rurale parfaitement délimitée. Ainsi, la clôture isole le finage, de celui du voisin, comme tend à le préciser l'exemple suivant :

  • 37 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1159, folio 134.

« Allain Porchell, Ansquer Foll, Nouel Jouhen, demourantz oudict villaige, et le tenant audit tiltre de convenant, cerné d'un endroict sur les clostures du villaige de Coaetcazre, d'aultres endroictz sur les parcz et clostures du villaige de Restorman »37.

  • 38 La montaigne est une colline dont la valeur foncière, faible, est inversement proportionnelle à la (...)
  • 39 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1191, folio 89 : « Item une piecze de terre froste appellee An (...)

16Au-delà de cette première ceinture, les superficies s'accroissent et concernent ce que les sources nomment les appartenances (ager). Leur présentation est invariablement la même. Apparaissent, toujours citées en première place, les terres chaudes, puis les terres froides (parcs enclos ou non) et enfin les prés (prat), prairies, et les pièces de terre, appelées montaigne38 et garennes. Reléguées en fin d'énumération, les terres gagnées sur la lande, escobuées39 (saltus) occupent une place de choix dans les rentiers. Elles constituent une grande partie des terres à problèmes — terres vagues et inhabitées, landes — sur lesquelles se penchent les enquêteurs du roi. En règle générale, éloignées de l'habitat, à la limite du terroir et donc du finage de la communauté voisine, cet espace marginal et périphérique est le domaine privilégié des usurpations commises par les paysans. Antoine Bullioud les mentionne à plusieurs reprises dans son rapport :

  • 40 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 F 1127, folio 43 verso.

« En la recepte ordinaire de Duault, (...) y a grant pays et quantité de terres frostes appartenantes au roy. Neantmoins, une grant partie occuppee et usurpee par plusieurs dont se pourroit faire proufilt au roy »40.

  • 41 Emmanuel Salmon-Legagneur, « Le manoir breton au xve siècle », Mémoires de la Société Historique et (...)

17Dans les aveux, l'énumération des biens fonciers met, au cœur de l'espace concerné, le manoir et sa réserve seigneuriale (les dépendances). Viennent ensuite, les terres affermées en métairie, et celles accensées aux paysans (les appartenances). Sont citées d'abord les terres chaudes, puis les terres froides, en parcs ou feniers et enfin les parcelles en garenne ou en lande. Ces réserves seigneuriales, polarisées autour du manoir, regroupent à elles seules, les parcelles spécialisées, les terres spécifiquement destinées à telle ou telle activité rurale, des édifices banaux dont la majorité des villages et certains bourgs ne disposent pas. Indirectement, les aveux mettent l'accent sur le rôle économique du manoir, ce qui en fait un élément central d'une structure propre à l'espace rural. Par ce rôle, mais aussi par les droits et devoirs qu'il induit, le manoir est également un élément constitutif de la société rurale au même titre que les communautés urbaines et paysannes41.

18Qu'il soit noble ou paysan, l'homme affirme sa présence par d'autres éléments matériels, révélateurs de son activité économique et de sa mobilité. Parmi ceux-ci, les moulins, les fours banaux, symboles de ses activités agricoles et préindustrielles, les axes naturels qu'il emprunte (rivière, rias) et les axes qu'il a construits (chemins, gué, pont, etc.) renforcent, au même titre que les marchés et foires, l'idée d'une société rurale active et dynamique. En complément de ces éléments matériels remarquables qui contribuent à l'élaboration d'un paysage organisé, les hommes tentent, de manière plus prosaïque, de laisser durablement leur empreinte sur le sol.

Un rapport à la terre intime et parfois porteur de conflits

  • 42 Michel Nassiet précise que ces rapports à la terre sont « des rapports sociaux, des rapports de pro (...)
  • 43 Cette dernière expression désignait les bâtiments d'habitation et d'exploitation, les fossés ou tal (...)
  • 44 Marcel Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, t. iv, La Bretagne ducale, Mayenne, 1982, (...)

19Les rapports de l'homme à l'espace rural, ce sont d'abord les rapports à la terre42, et parmi ceux-ci les rapports de propriété et d'exploitation de la terre. Les sources domaniales évoquent des paysans convenanciers propriétaires des édifices et superfices43. Ce droit superficiaire offre au paysan un sentiment de sécurité ; il se sait propriétaire chez lui44.

  • 45 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1048, folio 211 verso.
  • 46 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 79.
  • 47 « Item jouxte le courtil du recteur de la dite paroesse, une piecze de terre nommee An Douar Lin... (...)
  • 48 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 79.
  • 49 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 63 verso ; Bernard Tanguy, Les noms de lieux breto (...)

20Pour affirmer cette propriété, il utilise différents procédés, dont celui de donner une appellation au sol qu'il cultive ou d'assurer la transmission de ces microtoponymes de génération en génération. Ceux-ci représentent un moyen très efficace de distinguer, dans cet enchevêtrement de terres, sa parcelle de celle du voisin. Attachés à tous les parcs, les prés, les garennes, etc., ils expriment souvent la mesure du labeur du paysan ainsi que la nature et la qualité des terres. Ainsi, An Parc Pilat45 est une terre qui porte un certaine variété d'avoine, An Parc Lan46 est un champ où pousse l'ajonc. Plus précis, An douar Lin47 est une terre où l'on cultive le lin ou Parc An Feuten48 indique que la terre est humide, et donc, difficilement cultivable. Ces microtoponymes caractérisent également les landes, omniprésentes dans le paysage bas-breton. De même, une piecze de terre froste appellee Menez An Moel49, atteste de l'ingratitude de la terre, le terme de menez étant souvent assimilé à un domaine de lande sauvage, et celui de moel signifiant une colline ou un sommet dénudé.

  • 50 Hughes Neveux, « Déclin et reprise : la fluctuation biséculaire, 1330-1560 », dans : Histoire de la (...)

21Dans un contexte de restauration démographique et de renaissance agri- cole50, la faim de terres cultivables et exploitables représente une motivation suffisante pour partir à l'assaut de la lande et des terres frostes principalement concernées par les nouvelles baillées. Dans cette conquête pionnière, la délimitation de sa parcelle récemment défrichée, drainée ou escaubuée, au prix d'un travail souvent ardu, revêt une importance essentielle.

L'appropriation du sol

  • 51 « Item une pièce de terre... icelle estante entre deux parcs cernez de focesz... d'aultre endroict, (...)
  • 52 « ...parc cerné de fossez et de haye... », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1216, aveu de Franç (...)
  • 53 « ...les frostaiges nouvellement mys en clostures pour le villaige de Goulliferz par lesquelz y a p (...)
  • 54 « ...le tout dudit convenant ferant sur les clostures du manoyr de Kerguelen... », Arch. dép. de la (...)
  • 55 Dans le rentier de Châteaulin, de nombreuses allusions sont faites au mur du « Parc au Duc » ou « m (...)

22L'homme délimite l'espace qu'il exploite et sur lequel il vit, par des fossés51, des haies52, des clôtures, des murs. Même la lande, au gré de sa conquête par les hommes, se couvre également de talus ou de fossés, contribuant à la mise en place du bocage bas-breton53. Comme le paysan, le seigneur marque les limites de son manoir par des clostures54, et le duc qui entoure de murailles ses réserves de chasse et de bois55.

  • 56 Parmi les plus connus, André Meynier, Les paysages agraires. Pans, Armand Colin, 2e édition 1967 ; (...)

23La constitution de ces obstacles, si importante dans la société rurale basse-bretonne, découle de motivations multiples. Parmi celles-ci, la protection des cultures contre le vent et la nécessité de trouver une parade à l'imperméabilité du sol, expriment le combat quotidien que le paysan bas- breton devait mener contre les éléments naturels. Les hommes édifient également des fossés ou talus pour se prémunir des incursions animales et de la convoitise de leurs voisins. En cela, dans l'élaboration progressive du bocage, le rapport à la terre apparaît très volontariste. Ce caractère s'affirme dès lors que les talus et fossés deviennent des marques d'appropriation de la terre, notamment quand celle-ci est récemment défrichée et exploitée. Nos sources montrent que la constitution du bocage breton, observée dès l'Antiquité, objet de nombreux travaux et débats56, se poursuit à la fin du Moyen Âge :

  • 57 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1159, folio 263 verso.

« Item certains parcs clos en une montaigne puix nagueres froste et vague... queulx parcs... ont clos les demaniers dudit villaige de Bre An Ros »57.

  • 58 Cest le cas de Jehan Le Gentil, seigneur de Pondez, sergent féodé de la juridiction de Châteaulin, (...)
  • 59 Jean-Robert Pitte, Histoire du paysage...,op. cit., p. 131.

24Elles nous indiquent également que cette appropriation est un acte autant individuel que communautaire, se faisant de manière licite ou illicite. Les usurpations sont soit le fait d'individus isolés58, soit celui de communautés entières, ce qui contredit quelque peu l'individualisme légendaire59 du paysan bas-breton. À Huelgoat, Antoine Bullioud, constate que :

  • 60 Les degoust d'une forêt : les abords ou l'orée de la forêt.
  • 61 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 5F 1127, folio 39. À proximité du champ de notre étude, dans la jurid (...)
  • 62 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 5 F 1127, folio 45.
  • 63 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 5 F 1127, folio 51

« plusieurs gentilzhommes et autres, ainsi que avons oculairement veu, ont usurpé sur les dits herbaiges et degoust60, plusieurs places et en plusieurs endroictz dont touteffoiz ils ne font aucune redevance au roy »61. Il dénonce la commune de Châteaulin qui tire profit d'« une grant place où soulloit estre estang (...) laquelle place pourroit faire ung beau pré qui seroit de grant proufilt à la dite recepte si elle n'estoit point occupee et usurpee »62. Bullioud rencontre une situation similaire dans la juridiction de Rosporden où « y a des terres frostes appellees Dyolan et Goez En Loen contenant grant pays, usur- pees par la commune dont le roy ne prent rien et se pourroit proufilte»63

25L'usurpation collective de terres, souvent de qualité médiocre, s'est effectuée grâce au laxisme de l'administration locale, accusée d'abus et de malversations de toutes sortes. Sans le soutien juridique d'un plan cadastral, sans la garantie de l'intégrité d'une administration locale, le paysan et la communauté villageoise, de manière illicite, ont choisi de marquer par des talus et fossés l'espace conquis et exploité sur les terres vagues et frostes. L'enquête de Bullioud constitue un premier coup de semonce, bientôt suivi par la réformation générale du Domaine, qui entraîne des changements dans l'organisation du terroir. Les terres usurpées et vacantes, mais dont l'utilisation n'est pas reconnue officiellement par l'autorité domaniale, sont mises aux enchères au grand dam des communautés paysannes. Ainsi, se pose, avec acuité, le problème des issues.

  • 64 Jean Gallet, La seigneurie bretonne... op. cit., 1983, p. 312-348.
  • 65 Le terme « issue » est le plus souvent rencontré dans les rentiers et les aveux. Une seule fois, no (...)
  • 66 Hughes Neuveux, « Déclin et reprise... », dans : Histoire de la France rurale, op. cit., p. 141-145

26En effet, à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, les seigneurs participent activement au réveil de la vie rurale : défrichements, mise en culture de terres abandonnées, construction de nouveaux manoirs et édification de nouvelles métairies64. Toutes les terres usurpées ou vacantes sont menacées, y compris celles dont les paysans se servaient de temps immémoriaux pour faire paître leur bétail, appelées issues ou communaux65. Dès lors, la communauté paysanne se mobilise pour défendre la propriété utile de ces terres communes, et le conflit apparaît inéluctable entre des seigneurs qui les assimilent à la réserve, et des communautés paysannes qui voient là un bien commun66.

27Les villageois de la juridiction de Carhaix, au nombre de vingt ou trente, pensent avoir remporté les enchères qu'ils ont eux-mêmes engagées sur une montaigne leur servant d'issue, jusqu'au moment où :

  • 67 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1103, folio 127-127 verso.

« en l'endroict desdites baillees se sont trouvez Jehan de Botmeur, seigneur de Botmeur, maître Maury Guegant, Guillaume du Combout, Morice du Boys, seigneur de Locmaria... queulx nous ont resmontré avoir interetz en ladite montaigne... avons neantmoins leurs dites resmontrances, ordonné estre... procedé a la dite baillee sans prejudice de leurs droictz si auchuns en ont »67.

28Ce sont alors les seigneurs qui remportent les enchères, enlevant ainsi toute possibilité à la communauté villageoise, impuissante, de conserver les communaux. Dans cette quête du profit orchestrée par les représentants du roi, les seigneurs offrent des garanties autrement supérieures dans la valorisation des terres que les paysans plus enclins à préserver leur issue exclusivement vouée à l'élevage, et donc à laisser ces terres en l'état. Les revendications villageoises peuvent tourner au chantage, pratiqué ici par les habitants de la ville de Huelgoat qui revendiquent une pièce de terre, située à proximité de la ville, comme étant :

  • 68 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1191, folio 82 verso-83.

« l'yssue de la dite ville, et si elle estoyt baillee à aultre, pour clore et profier que aux habitants icelle ville, il leur conviendroyt habandonner leurs tenues et aller demeurez ailleurs, pour ce qu'ilz n'ont autre yssue pour eulx et leur bestail de celuy cousté de la dite montaigne »68.

29Devant une telle attitude de contestation, les commissaires leur donnent gain de cause.

30Enfin, dans certains cas, les commissaires accèdent aux vœux des villageois. C'est le cas à Botanal, situé entre Landeleau et Carhaix, où ils conservent leur issue, mais aux conditions qu'ils ajoutent :

  • 69 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1191, folio 255 verso.

« un chemyn de quinze pieds de largeur pour mesner leurs bestes abreuver à une fontaine estant au-dessous, joignant une muraille, cernant certains parcs qui sont au-dessous dudit villaige » et qu'ils construisent « le fossé et closture jucque la dite fontaine et autour d'icelle tellement que par ledict endroict la piecze soit bien close »69.

  • 70 Coutume générale réformée des païs et duché de Bretagne, avec les usances particulières, revue, cor (...)
  • 71 Le vieux mot de « guerb » désigne l'état de la terre, abandonnée et déclose après la récolte. Le «  (...)
  • 72 La vaine pâture intervient après l'enlèvement des récoltes sur les prés après la première ou second (...)

31Par cette démarche, les commissaires ménagent les intérêts de chacun : des propriétaires voisins de l'issue, désireux de protéger leurs terres des prédateurs animaux, et de la communauté villageoise qui conserve ses pacages. Cependant, en clôturant ces espaces, les paysans s'exposent aux règles de la Très Ancienne Coutume70 : ils n'auront plus le droit de guerb71 ou de vaine pâture72 sur les tenues des autres tenanciers.

  • 73 Hughes Neveux, « Déclin et reprise... », dans : Histoire de la France rurale, op. cit., p. 115-119.

32L'issue constitue, donc, un espace convoité par les seigneurs et la communauté villageoise, chacun se battant pour le droit, fondé ou non, dont il peut jouir. La Basse-Bretagne semble suivre le mouvement général du royaume qui voit l'extension des surfaces cultivées se faire au détriment des espaces voués à l'élevage73, que rien ne protège d'une reprise en main par leur légitime propriétaire, le roi. En cela, par le soin avec lequel ils élaborent les rentiers, les commissaires de la Chambre des comptes de Nantes remplissent parfaitement leur mission qui consiste, outre à réformer le Domaine, à retirede ce terroir naturellement ingrat le moindre denier.

*

33Les rentiers et les aveux, riches d'informations sur le paysage, nous plongent dans une société profondément rurale. L'organisation de ce paysage suggère les contours d'une société d'ordre en proie à des mouvements et des comportements internes qui concernent autant l'individu, quel que soit son rang, que la communauté. Tous participent à la vie sociale, et l'élément qui, à la fois les réunit et les oppose, est la terre. Son appropriation demeure le motif principal d'une quête très longue qui connaîtra de nombreux bouleversements en dehors de la période ici considérée. En cette fin du Moyen Age, cette volonté de posséder la terre participe à la lente élaboration d'un paysage bocager, témoin privilégié de l'enracinement de toute une société à son terroir.

Notes

1 La Basse-Bretagne est la partie occidentale et bretonnante de la Bretagne. Elle s'oppose à la Haute- Bretagne francisée, suivant une frontière linguistique de direction nord-sud, allant de Saint-Quay- Portrieux à l'estuaire de la Vilaine. Les archives concernées ici couvrent un espace plus restreint que la Basse-Bretagne proprement dite. En l'état actuel de nos travaux, tous les rentiers et aveux ont été étudiés, à savoir ceux des châtellenies de Huelgoat (Arch. Dép. de Loire-Atlantique, B 1191), de Concarneau (Arch. Dép. de Loire-Atlantique, B 1236), Châteaulin (Arch. Dép. de Loire- Atlantique, B 1159), Brest et Saint-Renan (Arch. Dép. de Loire-Atlantique, B 1048), Carhaix (Arch. Dép. de Loire-Atlantique, B 1103) ainsi que des aveux correspondants. La partie rurale du rentier de Quimper et les aveux et dénombrements de la sénéchaussée de Quimperlé doivent compléter cette étude.

2 Tableau des rentiers des domaines ducaux de Bretagne, dans : Jean Kerhervé, L'État breton aux xive et xve siècles. Les ducs, l'argent, les hommes, Maloine, Paris, 1987, 1079 p. Voir tome I, p. 418.

3 La réformation générale qui se dessine à cette date puise ces motivations financières dans les déséquilibres d'un budget largement entamé par les dépenses somptuaires et celles résultant de la politique européenne dispendieuse menée par François ier. Les motivations politiques sont, au moins, équivalentes puisque l'intégration de la Bretagne au royaume de France prend une tournure beaucoup plus sévère et contraignante de la part de l'autorité royale, à l'encontre notamment de la noblesse bretonne.

4 Dominique Le Page, L'administration financière de la Bretagne de la fin du xv siècle aux années 1540, Analyse d'un processus d'intégration d'une principauté au royaume, thèse de doctorat d'histoire, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 1995. Voir p. 196-199. Cet édit ordonne la refonte des rentiers de tous les domaines ducaux. Le pouvoir royal veut remettre de l'ordre dans son Domaine et affirmer son autorité.

5 L'aveu est un acte juridique par lequel un vassal déclare devant témoins (officiers ducaux ou royaux) qu'il tient bien un fief de son seigneur supérieur. Il est généralement complété par un dénombrement, ou « montrée », véritable inventaire des terres et droits qui constituent le fief. Cet inventaire, très précis, complète le tableau dressé par les rentiers car ils touchent des terres légitimes qui ne nécessitent pas l'intervention des commissaires de la Chambre des comptes, même si des problèmes peuvent parfois surgir.

6 Sur 161 aveux rendus en la sénéchaussée de Carhaix (Arch. dép. de la Loire-Atlantique, B 1070- 1103), entre 1450 et 1548, 99 le sont entre 1538 et 1548 (61,4 %).

7 La majeure partie du Domaine en Basse-Bretagne est sous le régime du domaine congéable qui met des paysans domaniers, propriétaires des édifices et superfices (bâtiments, arbres, talus, haies, engrais, moissons, etc.), dans la dépendance d'un « foncier », propriétaire du support foncier improductif. Ces paysans sont appelés des convenanciers. Jean Gallet, Seigneurs et paysans bretons du Moyen Age à la Révolution, Rennes, éd. Ouest-France Université, 1992, 340 p. Voir p. 188-223.

8 De nombreux travaux universitaires ont établi un glossaire. Pour cet article, nous avons utilisé : Marcel Lachiver, Le dictionnaire du monde rural, les mots du passé, Paris, Fayard, 1997 ; Jean Kerhervé, Anne-Françoise Péres et Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, Institut culturel de Bretagne, 1984, 317 p. Le courtil est un potager attenant à la maison : « Henry Bigot a confessé debvoir (...) sur ung petit courtil appellé Liorz An Luer Men joignant au chemyn conduissant d'Uhelgoet (Huelgoat) à Morlaix... », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1191, folio 36 verso.

9 « Pierre le Bigot, seigneur de Kerjagu (...) a congnu et confessé debvoir au roy de cheffrente sur et par cause dudict manoir et appartenances de Langle... », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1103, folio 78 verso.

10 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, : rapport d'Antoine Bullioud, 1 F1127.

11 Jean-François Dreyer, « Le paysage de Basse-Bretagne d'après les rentiers et les aveux des xve et xvie siècles » dans Kreiz 11, Études sur la Bretagne et les pays celtiques, 1998, Actes du colloque « La fabrication du paysage », Brest, CRBC, 1999, p. 67-107.

12 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1191, folio 94.

13 Claude Mignot et Monique Chatenet, (dir.), Le manoir en Bretagne, 1380-1600, Paris, Cahiers de l'inventaire, 1993, 345 p. Voir p. 22 : « Dans les documents bretons, le mot « manoir » désigne la terre noble, tenue en propre par le seigneur. Si elle porte une maison, où le seigneur peut élire domicile, elle est proprement manoir avec toutes les terres et appartenances, toutes les maisons et édifices et tout le bois du dit manoir ».

14 Le « pourpris » est un enclos attenant à la maison.

15 L'« issue » est un espace vague à la sortie d'un village, d'une ferme ou d'un manoir, voué à l'élevage, et faisant partie intégrante du fonds. Cet espace s'avère déterminant pour les communautés villageoises qui ne disposent pas de terre pour faire paître leur bétail.

16 Un journal = 5 000 m2. Voir : Michel Quiniou, Une phase de l'évolution du domaine foncier du duc de Bretagne dans la sénéchaussée de Lesneven en 1486, mémoire de maîtrise, Faculté des Lettres de Brest, 1969.

17 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 2012, paroisse d'Ergué-Gabéric, aveu de Pierre de Kerfors, 25 mars 1539

18 Les sources domaniales n'évoquent pas le terme d'arpenteur, mais ceux de « prisaigeur » et de « gauleur », c'est-à-dire, les hommes, désignés par les commissaires et chargés d'estimer et de mesurer la terre.

19 Cette manière de procéder n'est pas spécifique à la Bretagne. Elle est effective à partir de l'étude des terriers dans la plaine et le Val-de-Saône (Corinne Beck, « Prairies et paysage agraire dans la plaine et le Val-de-Saône à la fin du Moyen Âge », Histoire et Sociétés Rurales, 1996, 5, p. 74-76), pour le Lyonnais, (Marie-Thérèse Lorcin, « Un paysage vu par les deux bouts de la lorgnette », dans : Le paysage rural : réalités et représentations, Revue du Nord, t lxii, janv. mars 1980, p. 249-256), dans le Vercors (Vital Chomel, « La seigneurie rurale en Vercors après la rénovation des terriers de la baronnie de Sassenage (1468-1489) dans : Actes du 117e congrès des Sociétés savantes, Clermont- Ferrand, 1992, Seigneurs et seigneuries au Moyen Age, Pans, 1993, p. 141-154), dans le Gévaudan (Jean-Claude Helas, « Les paysages gévaudannais du xv siècle : l'apport des terriers » dans : Le paysage rural : réalités et représentations, Revue du Nord, t. lxii, janv.-mars 1980, p. 233-248).

20 Cette conception est empruntée à l'esprit avec lequel de nombreuses études sur les paysages urbain et périurbain ont été menées, notamment par Jean-Pierre Leguay (Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain au Moyen Age. Les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, 1981), ainsi qu'aux propositions formulées par Guy Bois sur l'analyse des espaces économiques médiévaux (Guy Bois, « D'une histoire des faits économiques à une histoire de l'économie médiévale », Histoire et Sociétés Rurales, 1995, 3, p. 87-93).

21 Jean-François Dreyer, Terres et paysages dans la sénéchaussée de Huelgoat, Châteauneuf-du-Faou, Landeleau, d'après le rentier de 1540, mémoire de maîtrise, dactyl, Université de Bretagne Occidentale, 1981. Voir p. 147.

22 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 17 verso. Yvon Chapalain relève à l'intérieur de la ville close : 79 maisons 16 jardins, 7 emplacements de maisons, 5 emplacements de jardins, 4 étables, 4 appentis, etc. Yvon Chapalain, La ville close de Concq d'après le rentier de 1540, mémoire de maîtrise, dactyl., Université de Bretagne Occidentale, 1982, voir p. 146. À Carhaix, de nombreux exemples montrent la présence d'étables, de courtils, etc. dans la ville même (Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1103, folio 17, 17 verso, 25...)

23 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 32 verso.

24 L'aveu de Jehan, baron du Pont (Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1155, folio 1 verso-3verso) détaille les périodes de foires et marchés ainsi que les activités commerciales et portuaires de la ville du Faou en 1540.

25 À Carhaix, les commissaires organisent de « nouvelles baillees sur les terres, maisons et emplacements de maisons, jardrins...o condicions es preneurs de demolir les ediffices qu'ilz feront faire, esdites baillees estantes es douffves et es envyron dudit chastel lors et à la foyz que le roy ou ses successeurs vouldront ediffier et reparer le dit chasteau et douffves », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1103, folio 38.

26 Jean-Pierre Leguay, « Le paysage péri-urbain au xve siècle », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, t. LVII, 1980, p. 63-127. Voir p. 73.

27 Dans la paroisse de Carnac, la dispersion de l'habitat était très grande, puisque les 200 familles se répartissaient en 70 villages de 1 à 11 tenues, le plus souvent 2 ou 3. Jean Gallet introduit également les notions de « tenue » (habitation avec ses dépendances qui ouvrent sur des rues ou des issues), Jean Gallet, « Une société rurale bretonne : Carnac en 1475 », Bulletin de la Société Poly- mathique du Morbihan, t 108, 1981, p. 15-36. Dans les paroisses de Spezet et de Saint-Coulitz, juridiction de Châteaulin, 118 et 100 familles respectivement, se répartissent sur 21 et 35 villages de une à cinq tenues.

28 Le finage, selon la définition géographique du terme, est une étendue de terre appropriée et plus ou moins complètement exploitée par une communauté agricole. Généralement continu et délimité, il englobe les bois, pacages, cultures, Roger Brunet, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Paris, Reclus-La Documentation française, 1993. Gabriel Audisio propose le terme de « terroir » pour désigner le même espace, Gabriel Audisio, Les Français d'hier : des paysans, xve- xixe siècles, Paris, a. Colin, 1993, p.21-23.

29 Beaucoup de finages présentent la même organisation, à quelques particularités locales près. C'est le cas dans le Bordelais, où au cœur du terroir se situe l'hostau ou maison toute bâtie de bois. À sa proximité immédiate, se trouvent les bâtiments d'exploitation cambras ou appentis, puis les jardins, vergers, vignes, prés et terres labourables, Robert Boutruche, La crise d'une société : seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent ans, Paris, Les Belles Lettres, 1947, p. 26-27. Dans le bocage du Haut-Morvan, la clairière se structure en zones grossièrement concentriques avec au centre les bâtiments, les jardins, puis les ouches (terrain clos à proximité de la maison, planté d'arbres fruitiers, de plantes textiles et très bien soigné) entourées de champs permanents, soumis à un assolement biennal. Au-delà s'étendent de vastes terres vaines et vagues propices aux genêts, et aux pâturage modestes, André Paris, « Les clôtures du bocage en Haut-Morvan », Histoire et Sociétés Rurales, n° 5, 1996, p. 86-96. Voir p. 92.

30 L’estage est une demeure, une habitation.

31 Le pourpris est un enclos attenant à la maison.

32 La crèche est assimilée à une mangeoire pour les bœufs et les brebis. Par extension, il s'agit d'une petite étable : « ...la tenure du Scoarnet au villaige de Penanlen, scavoir troys maisons o leurs aires, cresches et courtilz... », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1159, folio 156 verso : « Guillaume Bossu demourant au bourg de Chasteaulin a congneu tenir audit tiltre de convenant...une maison o son courtil au bout d'icelle, avec une estable estant au dedans le clos desditz courtilz (...) », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 46.

33 Pour sécher les draps et les étendre, après les avoir foulés, les paysans avaient besoin d'une poulie et d'un espace suffisant : « (...) ledit Guillaume Le Fur et Françoise Riou, sa femme, confessent debvoir audict terme de may, dessus une maison et une poullye à seicher draps estant audit Uhelgoet... », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1191, folio 156 verso.

34 Les sources utilisent le terme de dépendances.

35 Jean Gallet introduit les notions de tenue (habitation avec ses dépendances qui ouvrent sur des rues ou des issues) et de mesnie, c'est-à-dire tous les habitants d'une tenue. La mesnie peut-être large (plusieurs couples avec enfants) ou noyau (un couple avec enfants), Jean Gallet, La seigneurie bretonne, 1450-1680, l'exemple du Vannetais, Paris, Publications de la Sorbonne, 1983, 647 p. Voir p. 173.

36 Nous n'en connaissons pas la teneur mais tout laisse à penser qu'il s'agit d'une limite matérielle permanente composée de matériaux solides (pierres, terre).

37 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1159, folio 134.

38 La montaigne est une colline dont la valeur foncière, faible, est inversement proportionnelle à la superficie : « Et au regard de la dicte montaigne et frost de Castel An Tol, qui contient environ cinquante-huict journaulx de terre, l'avons veu et visitee (...) et pour ce que icelle terre est sterylle et inutille et ne pouroict en estre faict baillee fors à très petit pris (...) et sert et peult servir au pasturaige soullement des hommes et subgectz desdictes juridicions (..) », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1048, folio 224 verso-225.

39 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1191, folio 89 : « Item une piecze de terre froste appellee An Rioulan où y a eu seille, escaubuee l'an derrain avecques aultres terres frostes estantes jouxtes... ». Une terre écobuée est une terre froste ou en lande dont la couche superficielle a été enlevée, puis brûlée sur place après séchage plusieurs semaines durant, ce qui permet d'assurer une certaine fertilité pendant quelques années.

40 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1 F 1127, folio 43 verso.

41 Emmanuel Salmon-Legagneur, « Le manoir breton au xve siècle », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, t. lxix, 1992, p. 201-222. Voir p. 202.

42 Michel Nassiet précise que ces rapports à la terre sont « des rapports sociaux, des rapports de propriété et les rapports de production, qui leur sont liés, les diverses modalités par lesquelles l'exploitant obtient le droit de travailler la terre... », Michel Nassiet, « L'histoire rurale dans les Annales de Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, t. 101, 1994, p. 29-53. Voir p. 29.

43 Cette dernière expression désignait les bâtiments d'habitation et d'exploitation, les fossés ou talus, les arbres fruitiers, le bois des talus et des haies, à l'exception des arbres de futaie et des taillis. Si le fonds appartenait en propriété utile à un foncier (un seigneur ou un roturier), les édifices et superfices appartenait en véritable propriété utile, aussi au domanier, Jean Gallet, La seigneurie bretonne... op. cit., 1983, p. 188-195.

44 Marcel Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, t. iv, La Bretagne ducale, Mayenne, 1982, p. 242.

45 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1048, folio 211 verso.

46 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 79.

47 « Item jouxte le courtil du recteur de la dite paroesse, une piecze de terre nommee An Douar Lin... », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1048, folio 226

48 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 79.

49 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 63 verso ; Bernard Tanguy, Les noms de lieux bretons. Toponymie descriptive, Rennes, 1975. Voir p. 76-77.

50 Hughes Neveux, « Déclin et reprise : la fluctuation biséculaire, 1330-1560 », dans : Histoire de la France rurale, Georges Duby dir., t. 2, 1975. Voir p. 101-120.

51 « Item une pièce de terre... icelle estante entre deux parcs cernez de focesz... d'aultre endroict, de ladite fontaine à ung fossé qui faict separacion entre Pen Ar Rest et le lieu dudit André », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1159, folio 259. « Chez les Bretons, le fossé n'est pas la fosse destinée à l'écoulement des eaux, mais la levée de terre qui en provient et qui la borde », Marcel Planiol, Histoire des institutions... op. cit., 1982, p. 197. Dans son étude sur le paysage breton d'après le témoignage du Cartulaire de Redon (ixe siècle), Bernard Tanguy confirme que, déjà à cette période, le fossé (fossa), « s'il peut jouer un rôle de protection, est avant tout une marque d'appropriation », Bernard Tanguy, « Le Cartulaire de Redon (ixe siècle), un témoignage médiéval sur le paysage rural breton » dans KREIZ 11, Études sur la Bretagne et les pays celtiques, 1998, Actes du colloque « La fabrication du paysage », Brest, CRBC, 1999, p. 21-31. Voir p. 27.

52 « ...parc cerné de fossez et de haye... », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1216, aveu de Françoise de Lanros, juridiction de Rosporden, paroisse d'Elliant, 28 septembre 1540.

53 « ...les frostaiges nouvellement mys en clostures pour le villaige de Goulliferz par lesquelz y a plusieurs fossés et separacions... », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1236, folio 162 verso.

54 « ...le tout dudit convenant ferant sur les clostures du manoyr de Kerguelen... », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1159, folio 127.

55 Dans le rentier de Châteaulin, de nombreuses allusions sont faites au mur du « Parc au Duc » ou « mur du vieil parc » (Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1159, folio 304). Les ducs de Bretagne (Jean Ier Le Roux au xiiie siècle en fut le précurseur) ont fait clore une partie de leurs possessions auprès de certains châteaux, dans le but de constituer des réserves de gibiers et de bois, Jean Kerhervé, L'État breton..., op. cit., 1987, p. 490-491. En 1540, la muraille entourant le Parc au Duc de Châteaulin, apparaît en piteux état et ne semble plus protéger grand chose, confirmant ainsi la volonté ducale du moment de rentabiliser une partie de son domaine, riche en forêt et pour la chasse, mais peu exploitée.

56 Parmi les plus connus, André Meynier, Les paysages agraires. Pans, Armand Colin, 2e édition 1967 ; Jean-Robert Pitte, Histoire du paysage français. Le sacré : de la préhistoire au xve siècle, Paris, Taillander, 1989. Jean-Robert Pitte précise qu'après le xiiie siècle, sous la pression démographique, les exploitations liées aux hameaux (ellipses ou ran) ont été partagées s'entourant de talus intérieurs. D'autres parcelles, issues des défrichements au-delà de l'ager ont été constituées, et certaines d'entre elles ont été en partie closes de talus-fossés, les démarquant de l'espace encore vacant (p. 129).

57 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1159, folio 263 verso.

58 Cest le cas de Jehan Le Gentil, seigneur de Pondez, sergent féodé de la juridiction de Châteaulin, qui non seulement ne remplit pas correctement son office, mais de surcroît, profite de terres de manière illicite : « Et après avoir intimé audit Pontles...venir gamy pour appareoir des tiltres en vertu desquelz il tient et occcupe les dites terres..., entre aultre une garaine, partie en boys, partie en pré et terre froste et quelle Yvon Pondes, aultreffoys recepveur de ladicte recepte, feist clore et fermer... », Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1159, folio 203-205.

59 Jean-Robert Pitte, Histoire du paysage...,op. cit., p. 131.

60 Les degoust d'une forêt : les abords ou l'orée de la forêt.

61 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 5F 1127, folio 39. À proximité du champ de notre étude, dans la juridiction de Nostang (Morbihan), Bullioud note que « plusieurs qui ont terres à l'environ, usurpent sur lesdits pasturaiges et appartenances desdits etangs beaucoup de pays, et font plusieurs clostures comme en leur propre heritaige », Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 5 F 1127, folio 55 verso.

62 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 5 F 1127, folio 45.

63 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 5 F 1127, folio 51

64 Jean Gallet, La seigneurie bretonne... op. cit., 1983, p. 312-348.

65 Le terme « issue » est le plus souvent rencontré dans les rentiers et les aveux. Une seule fois, nous avons relevé dans l'aveu de Guergorlay, en la paroisse de Beuzec-Cap-Sizun (Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 2006) le mot « communaux » : « Item en communaulx et terres froides entour le dit estaige... en une montaigne... situees es appartenances et aultres, dudit villaige... ».

66 Hughes Neuveux, « Déclin et reprise... », dans : Histoire de la France rurale, op. cit., p. 141-145.

67 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1103, folio 127-127 verso.

68 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1191, folio 82 verso-83.

69 Arch. dép. de la Loire Atlantique, B 1191, folio 255 verso.

70 Coutume générale réformée des païs et duché de Bretagne, avec les usances particulières, revue, corrigée et augmentée par M. P. Hévin, t. II, Rennes, 1682, art. 273, 275, 278, 279, 282, 283, 285. Également Marcel Planiol, Histoire des institutions... op. cit., 1982, p. 197-296. La Très Ancienne Coutume distingue la tenue roturière de la tenue noble par une restriction apportée au droit de clôture qui appartient à tout possesseur d'une terre.

71 Le vieux mot de « guerb » désigne l'état de la terre, abandonnée et déclose après la récolte. Le « droit de guerb » qui en découle est donc le droit de vaine pâture, Jacques Brejon Lavergnee, « Économie et société dans la Très Ancienne Coutume de Bretagne » dans Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, t. lx, 1983, p. 35-49. Voir p. 35-47.

72 La vaine pâture intervient après l'enlèvement des récoltes sur les prés après la première ou seconde récolte de foin, sur les jachères, etc. Cette pratique n'est pas propre à la Bretagne. On la retrouve de manière semblable dans des régions très excentrées et éloignées de la Basse-Bretagne, comme la Basse-Provence. On y distingue les defens permanents attachés aux terres nobles des defens temporaires destinés à protéger les cultures, Dominique Laurent, « Un accord entre seigneur et villageois en Basse-Provence au xve siècle. Les coutumes de Besse-sur-Issole de 1455 » dans Actes du 117e congrès national des Sociétés Savantes, Clermont-Ferrand, 1992, Seigneurs et seigneuries, Paris, 1993, p. 343-367. Voir p. 356.

73 Hughes Neveux, « Déclin et reprise... », dans : Histoire de la France rurale, op. cit., p. 115-119.

Auteur

Doctorant, université de Bretagne occidentale
Crbc

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540