Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Qautrième partie. Habitat et paysages: deux révélateurs de la stratigraphie sociale ?

La recherche sur les élites gallo-romaines et le problème de la villa

Philippe Leveau, Pierre Gros et Frédéric Trément

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Pline le Jeune, grand propriétaire, donne dans une lettre les explications suivantes : j'ai fait re (...)

1Le terme villa est utilisé par les archéologues pour désigner un type précis d'établissement rural identifié par une prospection, une fouille ou des prises de vue aériennes. Dans leur majorité, ils le réservent à un édifice présentant un plan régulier et comportant de nombreuses pièces, organisées autour de cours et de jardins ou donnant sur ceux-ci. La présence de balnéaires est générale ; celle d'un lieu de culte domestique est très fréquente. Essentielle, la dimension religieuse se traduit par la construction de mausolées autour desquels se regroupent les tombeaux des dépendants et par celle de sanctuaires qui facilitent l'intégration et le contrôle des populations paysannes dans le système domanial1. L'ensemble de ces données montre le luxe du bâtiment et donc un mode de vie que mosaïques, statues, matériaux de construction et documents épigraphiques concourent à caractériser. Au culturel répond l'économique : la villa est aussi un ensemble de bâtiments caractéristique d'une mise en valeur des sols obéissant aux principes de rentabilité définis par les agronomes latins.

2Ainsi durant l'époque « classique » gallo-romaine (Haut-Empire), on associe le développement de la villa à la romanisation de la campagne : les villae sont les centres des domaines ruraux sur lesquels les aristocraties municipales urbaines appuient leur richesse. Leur identification et leur localisation permettent d'évaluer la présence des élites dans les campagnes et le degré du contrôle qu'elles y exercent. À la différence des sources écrites, juridiques, littéraires ou épigraphiques, qui, pour l'essentiel, forment un ensemble acquis depuis longtemps, les villae voient leur liste enrichie constamment par de nouvelles découvertes. Ainsi, l'archéologie prend-elle en quelque sort le relais de la philologie pour contribuer à l'amélioration des connaissances historiques.

La terminologie : sens du mot villa

  • 2 Jean Durliat, Les finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (284-889), Sigmaringen, 1990, p (...)
  • 3 Jean Durliat, Les finances publiques, p. 153 n. 11.

3La polysémie du terme villa pose un premier problème. Utilisé en français depuis le xviiie siècle par emprunt à l'italien, il a plus de deux millénaires et demi d'existence. Il a désigné et continue à désigner des formes d'habitat de nature et de type différents aussi bien dans l'usage courant que dans la littérature technique. On ne nourrira donc pas l'illusion qu'une recherche philologique puisse régler un débat qui met en jeu des problèmes de fond. Ceux qui refusent d'utiliser une terminologie valorisant la distinction socio-économique entre ferme (de paysans) et villa (des « élites ») ont pour eux le dictionnaire latin qui traduit bien villa par ferme. À l'époque tardo-républicaine et impériale, bien qu'existe un vocabulaire spécifique - ainsi tugurium utilisé par Varron paraît s'appliquer à une maison de ferme couverte de chaume, soit à ce que nous appelons « ferme » ou « métairie » -, le terme continue à désigner des habitations de propriétaires petits ou moyens. Tite-Live et Tacite en usent ainsi. L'épigraphie en atteste aussi l'usage : l'article 4 du règlement d'Henchir Mettich (CIL VIII, 15902) évoque les coloni qu[i eorum i]n fundo villae Magnae sive Mappalia Siga villas habent... À la fin de l'Antiquité, la villa est alors une subdivision administrative de la civitas : « On vend une villa qui possède tel nom avec toutes ses terres, ses maisons, ses colons, ses vignes, ses forêts, ses champs et ses prés, ses pâturages, ses moulins, ses cours d'eau, ses troupeaux et ses dépendances de toutes natures, y compris l'église »2. À ce moment, pour Jean Durliat qui envisage la question sur le plan fiscal, les distinctions entre villa et fundus, entre villa et vicus se sont brouillées : « villa est une circonscription administrative, inférieure au vicus ; c'est donc un village »3.

Le terme villa dans les textes latins

4Dans la littérature antique, les définitions de la notion de villa étaient à la fois précises et ambivalentes. Le mot latin est en effet utilisé dans des contextes qui ne sont pas toujours pertinents. Dans les textes juridiques, si l'on s'en tient au Digeste, la villa englobe toutes les constructions (aedificia) implantées sur une propriété foncière (fundus) ; ager cum aedificio fundus dicitur (Digeste. L. 16, 211). À ce titre, elle ne peut se concevoir qu'en dehors de l'espace urbain et est traditionnellement opposée à aedes ou domus, mots qui désignent la maison de ville. Mais si Varron peut encore poser, dans le troisième quart du ier siècle av. J.-C., la question de savoir ce qu'est, finalement, une villa (avec quelque distance ironique, il est vrai), c'est que ses contemporains ne s'accordaient peut-être par tous sur le sens et l'extension du mot ; en fait, il souligne le double aspect, productif et résidentiel, de ce type d'établissement : à son époque, sans perdre aucune de ses fonctions agricoles, la villa est devenue aussi, et dans certains cas surtout, sinon même parfois exclusivement (certaines villae dites maritimes ou divers types de villae dites suburbaines), une habitation de plaisance où les riches propriétaires peuvent déployer, plus facilement que dans la domus, toutes les formes du luxe et du raffinement dans le cadre d'une nature aménagée. Cette double finalité existe à vrai dire dès l'origine, mais le dosage du résidentiel et du fonctionnel a évidemment beaucoup varié. Rappelons tout de même plusieurs données importantes : lorsque Caton souhaite que l'appartement du maître (qui déjà en son temps ne réside plus sur ses terres) présente assez d'agrément pour que celui-ci n'hésite pas à y faire des séjours fréquents ou prolongés, seul moyen, de son point de vue, pour contrôler efficacement l'activité et les comptes du fermier (vilicus), le mot est pris au sens de régisseur ou intendant - le développement ultérieur de la villa est déjà en germe. Pour autant, elle ne cessera pas, sauf cas exceptionnel, de rester un lieu de production qui, dès le iie siècle av. J.-C., était déjà orienté vers la commercialisation des surplus : Caton préconise l'implantation de la villa à proximité d'une ville, de la mer, d'un cours d'eau navigable ou d'une bonne route. Et Varron, dans son effort d'étymologie (erroné mais d'autant plus significatif), assure que le mot appartient à la même famille que le verbe convehere (apporter ou transporter) puisque, dit-il, c'est là qu'on rassemble les produits de la terre.

  • 4 Albert Grenier, Villa, dans C. Daremberg, E. Saglio et E. Pottier, Dictionnaire des Antiquités grec (...)
  • 5 Alain Ferdière, Les campagnes en Gaule romaine. Paris, Errance, 1988, 2 vol. Jacques Harmand, « L'é (...)

5À la fin de la République et durant le Haut-Empire, la plupart des auteurs latins retiennent donc dans la notion de villa les deux composantes : la pars urbana (la résidence) et la pars rustica (la ferme, avec tous les bâtiments ou espaces liés à l'activité agricole). Il est remarquable que Vitruve, qui ignore ces locutions, et emploie génétiquement le mot de villa, renvoie purement et simplement, dans sa description des parties les plus raffinées ou les plus délicates de l'établissement rustique, auprescriptions des chapitres précédents relatives à la maison de ville ; la seule différence entre la résidence urbaine et celle de la campagne réside pour lui dans l'inversion de la disposition relative de l'atrium et du péristyle. Compromis entre l'utilitas/fructus et la voluptas/delectatio, la seconde n'excluant jamais la première mais tendant à se développer et à se perfectionner tout au long des siècles impériaux, la villa deviendra, de Cicéron à Pline le Jeune, une sorte de lieu de l'esprit (de l'otium cultivé). Mais les descriptions cicéroniennes des voluptuariae possessiones de Campanie ou pliniennes des domaines de Toscane ou des Laurentes ne doivent pas faire oublier que la plupart de ces villae se trouvent au centre de vastes propriétés foncières. Au milieu du ier siècle, Columelle formalise la dualité urbana / rustica et introduit une troisième partie : la pars fructuaria (Col. 1, 6, 1). Cette distinction révèle la plus grande attention portée à la production agricole. Dans ce contexte, on comprend mieux les raisons pour lesquelles, dans la Guerre des Gaules, César emploie le terme aedificium dans la description de l'habitat dispersé, alors qu'on attendrait villa : à son époque, en Italie, la villa avait des caractéristiques qu'il ne retrouvait pas en Gaule. En revanche, pour l'habitat groupé, il utilise oppidum, urbs et vicus. Comme le soulignait déjà Albert Grenier4, c'est que ces mots servant à décrire les réalités italiennes correspondaient à des réalités gauloises, alors qu'on ne rencontrait pas en Gaule de bâtiments ruraux correspondant à la villa. L'archéologie paraît confirmer cette interprétation qui est aussi celle de ses successeurs5.

  • 6 Giuseppe Pucci, « Le iscrizioni di M. Cincius Hilarianus », dans Lucilla Anselmino, Mounir Bouchena (...)

6En définitive, dans la terminologie des bâtiments agricoles, villa est un terme très général qui apparaît rarement dans les sources épigraphiques. Il n'est pas utilisé sur les tables alimentaires de Veleia alors qu'elles énumèrent des bâtiments agricoles appartenant au domaine : casae, figlinae (ateliers), ovila (bergeries), turricula, parientinae (ruines).... Les portes monumentales d'édifices que nous appelons des villae, portent des inscriptions qui les désignent sous le nom de praedium6 terme utilisé d'ailleurs par Palladius dans son traité !

Villa dans la littérature historique et archéologique : les usages

  • 7 Jacques Harmand, « La maison de ferme et le manoir en Gaule romaine », dans Latomus, t. 47, 1988, p (...)
  • 8 Id, p. 296.
  • 9 Jacques Harmand, « Le château en Gaule romaine », dans Latomus, juillet-septembre 1990, p. 623.

7Les historiens ont été sensibles à la polysémie du terme villa. Jacques Harmand, qui, de 1951 à 1990, consacra une partie de ses travaux à cette question, proposa une « nomenclature moderne de l'habitat rural gallo-romain, décollant de la routine du stéréotype villa » dont il souligne le rôle d'écran7. Parmi les habitats ruraux que nous considérons « de rang supérieur » en ce qu'ils se distinguent des fermes et métairies, habitations « de rang inférieur », il distinguait le « manoir rural » et le « château », selon que l'établissement intégrait ou non des bâtiments agricoles à un ensemble résidentiel. Par l'importance de ses dimensions, le manoir s'écartait de « la maison de ferme » : resté fondamentalement agricole à l'intérieur, il s'en distingue par une architecture ostentatoire8. Le château, pris au sens de construction civile résidentielle apparue en France à l'extrême fin du xve siècle, n'est pas normalement lié à une exploitation agricole ; il est entouré de parcs9. La référence sociale est fondamentale. L'un, le manoir, renvoie à la petite noblesse d'Ancien Régime, l'autre, le château, à la haute et moyenne noblesse et à la grande bourgeoisie.

  • 10 Alain Ferdière, op. cit., t. 1, p. 158.
  • 11 La recherche archéologique en France, 1985-1986, Paris, 1984, p. 51.

8De leur côté, les archéologues ont entrepris un effort de clarification de la terminologie latine pour en rechercher les correspondances avec les réalités du terrain. Au siècle dernier en effet, dans l'usage des « antiquaires », villa désignait une construction rurale de quelque taille qu'elle soit et plus spécialement, par influence de l'italien, une résidence urbaine comportant un jardin intérieur, usage maintenant abandonné au profit de domus. Dans son ouvrage sur les campagnes de la Gaule, Alain Ferdière appelle villa « une exploitation agricole comportant une partie résidentielle plus ou moins importante, et construite "en dur", à la manière romaine »10. L'insistance sur la notion d'exploitation agricole s'explique parfaitement par une réaction contre une tradition qui, établis­sant une relation forte entre archéologie et histoire des arts, a privilégié la recherche sur les ailes thermales, les mosaïques, le décor statuaire... Cette réaction s'était exprimée il y a une quinzaine d'années, dans la définition des priorités par la programmation de l'archéologie nationale ; elle conseillait de décourager les fouilles sur les ailes thermales des villae supposées déjà bien connues, pour concentrer les efforts sur les bâtiments agricoles. Au même moment, le progrès des techniques et la généralisation aux époques historiques de l'appel aux Sciences Physiques et aux Sciences de la Nature et de la Terre permettaient d'identifier des activités agricoles pratiquées dans des bâtiments au plan peu caractéristique ou dépourvus d'appareillages spécifiques. Par ailleurs, on recommandait d'étudier les villae « en liaison avec le paysage rural et les modes d'exploitation du sol »11. La définition retenue par Alain Ferdière insiste bien sur l'aspect résidentiel qui paraît important même quand les bâtiments agricoles occupent l'essentiel de la superficie. Mais une résidence rurale n'est pas nécessairement un établissement agricole et il ne faut pas établir une relation exclusive entre villa et agriculture. La terminologie proposée par Jacques Harmand n'a pas de grandes chances d'être adoptée, car elle établit une équivalence trop directe entre Antiquité et Temps Modernes et se heurte aux usages des médiévistes qui, de leur côté, développent une problématique du château. On peut le regretter, car elle mettait bien en évidence la signification de cet habitat en termes sociaux.

Le problème archéologique : l'identification d'un site comme villa

  • 12 Yan Thomas, À Rome, pères citoyens et cités de pères (IIe siècle au. J.-C — IIe siècle ap. J.-C), d (...)

9À la polysémie du mot correspond celle de structures archéologiques à propos desquelles les hypothèses les plus diverses ont pu être soutenues. Prenons l'exemple de l'interprétation des villae ayant deux ou plusieurs cours. L'archéologue anglais John-Thomas Smith a proposé une théorie controversée selon laquelle une grande partie des pièces aurait été destinée à accueillir plusieurs familles. La présence d'appartements indépendants s'expliquerait par des occupations multiples. De son côté et de manière totalement indépendante, un juriste, Yan Thomas, suggère aux archéologues de rechercher dans les structures matérielles de l'habitat une correspondance avec la structuration complexe d'un modèle familial plurinucléaire : « la maison romaine est conçue comme un tout composé d'unités regroupées en sous-ensembles, où l'on se figure que vivent et trouvent la mort les membres des diverses cellules que régit un chef de famille »12.

  • 13 Muriel Zehner, Le Haut-Rhin - 68, Carte archéologique de la Gaule, Paris, 1998, p. 74.
  • 14 Id, p. 65, 73-74, 156-158.
  • 15 Lucilla Anselmino, Mounir Bouchenaki, Andrea Carandini, Philippe Leveau, Danièle Manacorda, Carlo P (...)
  • 16 Roger Agache, La Somme pré-romaine et romaine d'après les prospections aériennes à basse altitude, (...)
  • 17 I. Rogeret, La Seine Maritime, 76, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, 1997, p. 564.

10Le même édifice peut faire l'objet d'interprétations très différentes. Ainsi dans le Haut-Rhin, à Kembs/Neuweg, un vaste établissement d'époque flavienne, de plan carré et comportant 40 pièces regroupées autour d'une cour à portique, pour lequel on pensait à des principia, est identifié comme un praetorium, lieu d'hébergement pour de hauts fonctionnaires13. Dans le même département, un bâtiment enclos par un mur d'enceinte a été fouillée à Freisen14. Il est identifié comme un castellum ou comme un vicus - la station routière de Larga, alors qu'il s'agit plus vraisemblablement d'une villa d'un type analogue à celui du castellum du Nador entre Tipasa et Cherchell en Algérie15. En Seine-Maritime,à Vieux-Rouen-sur-Bresle, un établissement remarquable par le développement des pièces autour d'un péristyle central rectangulaire et la complexité de son plan est identifié comme un bâtiment officiel en relation avec l'administration16 ; mais il peut aussi s'agir d'une grande villa17.

  • 18 John-Thomas Smith, Roman villas. A study in social structure, London/New York, 1997.
  • 19 Id, p. 6-11.
  • 20 Hermann Mylius, dans Bonner Jahrbiicher 138,1933, p. 11-21.
  • 21 F. Oelmann, Römische Villen in Rheinland, dans Archäeologischer Anzeiger, 1928, col. 236-240. John- (...)

11Enfin, sans que la légitimité de cette démarche soit en question, la réalisation de maquettes pour une présentation muséographique moderne et les restitutions graphiques ou par ordinateurs masquent un problème de fond, l'insuffisance des connaissances et de la compréhension des plans. Il s'agit pourtant d'un point fondamental, car il commande l'interprétation générale du site. S'agissant de plans identifiés par photoaérienne, on ne s'étonnera pas qu'il soit impossible de faire l'histoire du bâtiment et même de lui assigner une date précise. Mais beaucoup de fouilles ne permettent pas d'en dire beaucoup plus. Dans un livre récent, John-Thomas Smith18 recense plus de 1 000 sites archéologiques interprétés comme villae repérés dans les provinces occidentales (Gaule, Germanie, Espagne, Bretagne). Ce chiffre est évidemment très en- dessous de la réalité, car ces dernières années les progrès de l'archéologie de sauvetage et de l'archéologie préventive ont partout multiplié les découvertes. Ces réserves faites, il a raison de noter que seul un petit nombre de ces opérations a été correctement publié. Un examen approfondi montre en effet que peu ont fait l'objet de relevés précis et encore moins de fouilles assez poussées pour qu'on puisse en connaître la cohésion, le fonctionnement et surtout identifier les phases successives des bâtiments19. Beaucoup de restitutions planimétriques ou en élévation de villae des provinces occidentales sont de pure fantaisie. Ainsi beaucoup de villae d'Angleterre sont représentées avec un ou deux étages, ce qui est peu vraisemblable. La fantaisie des restitutions peut être évoquée à partir de l'exemple emblématique de la villa de Blankenheim I qui entre dans la série des villae rhénanes fouillées dans l'entre-deux-guerres. La restitution qui en est faite par Mylius20 n'a pratiquement rien à voir avec le plan de Oelmann21. Il convient d'être réservé sur les restitutions que reproduisent le ouvrages généraux sur la maison romaine. Les fonctions des pièces, des cours et des portiques nous échappent le plus souvent.

Villa et vicus

  • 22 Michel Mangin M. et Jean-Paul Petit, Les agglomérations secondaires. La Gaule Belgique, les Gemanie (...)
  • 23 Pierre Aupert, Myriam Finker, Francis Tassaux, « Agglomérations secondaires de l'Aquitaine Atlantiq (...)
  • 24 Muriel Zehner, op. cit., p. 298.
  • 25 Id., p. 73 ; François Petry, Erwin Kern, Bénédicte Viroulet, Jean-Jacques Wolf, Suzanne Plouin, Xav (...)
  • 26 Jean Hiernard et D. Simon-Hiernard, Les Deux-Sèvres - 79, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, 1 (...)

12Le développement des recherches sur l'habitat aggloméré d'époque romaine a conduit à réexaminer un certain nombre d'identifications de sites de villae et à proposer d'y reconnaître des vici. Ce terme vicus est utilisé pour désigner ce qu'en France on a appelé « agglomération secondaire », soit un « groupement intermédiaire entre les "villes", siège de l'autorité publique et les villas »22. Représenté dans la plupart des régions, ce courant bénéficie d'un phénomène de mode qui s'inscrit dans un processus classique d'inversion conduisant à une dénonciation du schéma colonial romain et à la valorisation des civilisations indigènes et des sociétés paysannes. Le vicus serait le grand oublié de l'archéologie ancienne alors qu'il constituait l'habitat par excellence des sociétés paysannes, l'héritier de l'oppidum protohistorique, l'ancêtre du village médiéval et moderne. Il est de fait que le progrès des techniques de fouilles et la professionnalisation de l'archéologie ont permis la redécouverte de l'importance de l'habitat rural groupé gallo-romain, ce qui constitue une des avancées de ces dernières années. On a reconnu l'extension de sites que l'on croyait limités aux bâtiments en dur, mettant un terme au mythe des centres monumentaux isolés qui avait pris une grande importance dans la Gaule de l'Ouest à la suite de leur identification comme des conciliabula, lieux de rencontre des peuples gaulois. La suite devait montrer qu'il s'agissait d'agglomérations urbaines dont les maisons d'habitation étaient construites en matériaux légers et n'avaient pas été reconnues. Comportant des sanctuaires dans lesquels les cultes dynastiques jouaient un rôle essentiel, ces « petites villes » étaient placées dans la dépendance administrative des chefs-lieux23. Une typologie des sites d'agglomérations secondaires a donc été proposée. Mais il existe des identifications abusives. En voici deux exemples. Dans son introduction à la Carte archéologique du Haut Rhin, Muriel Zehner24 évoque ces difficultés à propos de plusieurs sites, en particulier à propos de Turkheim ainsi que de Rouffach interprété comme un vicus et qui figure à ce titre dans l'Atlas des agglomérations secondaires25. Dans la partie occidentale du territoire des Pictons correspondant au département des Deux-Sèvres, où les agglomérations de ce type sont plus rares que dans le Haut-Poitou, on a identifié de grandes villae comme via. J. et D. Hiernard citent deux exemples de ces identifications abusives, ceux de Fors et de Prahec26

  • 27 Claude Raynaud, Le village gallo-romain et médiéval de Lunel-Viel (Hérault). La fouille du quartier (...)

13En Languedoc, où la recherche sur les agglomérations rurales s'est développée en relation directe avec les travaux des protohistoriens sur les oppida et ceux des médiévistes sur les formes du peuplement durant le haut Moyen Âge, l'agglomération de Lunel-Viel étudiée par Claude Raynaud est l'exemple classique d'une réinterprétation d'un site qui avait été d'abord identifié comme une villa et que l'on aurait pu placer parmi celles, qui, à la fin de l'Antiquité, perdent leur statut de résidence et continuent à être occupées par des populations paysannes27. Le site, qui se trouve sur le territoire de la cité antique de Nîmes, était connu au siècle dernier ; des inscriptions y avaient été trouvées et on y plaçait une villa. Il n'a pas été dégagé dans son intégralité mais a fait l'objet d'interventions régulières qui, conduites méthodiquement, ont permis à Claude Raynaud d'y reconnaître des thermes, des salles à pavement de mosaïques associés à des éléments architectoniques, une voirie, des habitations dont le petit nombre et la modestie contrastaient avec l'importance des locaux agricoles et artisanaux, - le tout formant un ensemble au plan régulier et couvrant environ 1 ha -, des cimetières à inhumation et des espaces cultivés. Une approche spatiale du site - l'étude de son positionnement dans le réseau viaire régional -, a montré que Lunel-Viel occupait une position de carrefour dans la centuriation qui structurait le paysage antique dans cette partie du Languedoc. Une présence aristocratique y est prouvée par les épitaphes de deux magistrats de Nîmes trouvées sur le site et qui laissent penser que ces derniers possédaient une résidence familiale dans le vicus ou à proximité. Elles montrent que les élites interviennent également dans la vie des communautés villageoises : le luxe des édifices publics résulterait précisément d'évergésies.

  • 28 Albert Grenier, Villa, loc. cil. ; IHM, dans Pauly-Wissowa, Real-Encyclopedie des klassischen Alter (...)
  • 29 Albert Grenier, Manuel d'Archéologie Gallo-romaine, t. 2, Archéologie du sol, Paris, 1934 (rééd. 19 (...)
  • 30 Id., p. 844).
  • 31 E. Del Marmol, « Fouilles du Bois-des-Dames à Morville-Anthée », dans Annales de la Société archéol (...)
  • 32 R. De Maeyer, « Gebouwengroepen en verkeescentra in Romeinsch Belgie », dans L'Antiquité Classique (...)

14Dans son Manuel d'archéologie, Albert Grenier accordait une attention particulière à la difficulté d'une distinction claire entre villa et vicus. Il rappelait un passage de Frontin qui, évoquant les conflits juridiques entre propriétaires privés et cités en Afrique, écrit : « les propriétaires privés possèdent dans ces domaines un populus plebeius nombreux ainsi que des via entourant des villae comme un rempart (in modum munitionum) » (Frontin, 53). Il donnait deux exemples où vicus désignerait un groupement de fermes : le vicus Savarus, nommé par un milliaire (CIL XIII 4549), correspondrait à un groupe de villae des environs de Lorquin (Moselle), et le vicus Ambitarvius (vicus supra confluentes chez les Trévires) « qui revendi­quait d'avoir vu naître Caligula » (Suétone, Caligula, 8) et qui « paraît avoir été composé d'une quarantaine de villae éparses dans la forêt qui, de Coblence à Boppard, couronne les hauteurs entre la Moselle et le Rhin »28. Les sites majeurs d'Anthée et de Chiragan lui servaient d'illustration. Au siècle dernier, la fouille ancienne de la villa de Chiragan avait permis à L. Joulin de proposer qu'elle ait constitué le cœur d'une agglomération d'une quinzaine d'hectares réunissant environ 400 personnes correspondant à une centaine de familles29. Dans la province de Namur, la villa d'Anthée, à laquelle est associée une vingtaine de bâtiments formant une « cité ouvrière », est rangée par Albert Grenier parmi les villae résidentielles de dimension moyenne30. Des fouilles anciennes, restées incomplètes31 ont permis de reconnaître à deux kilomètres de là un ensemble de 13 bâtiments alignés irrégulièrement sur une surface de 200 sur 800 m au Bois-des-Dames de Morville sur la commune de Florenne. Dans une petite recension de ce type de site, R. De Maeyer32 a proposé d'y voir village de métallurgiste dépendant de la villa d'Anthée). Seules des fouilles permettraient d'y voir clair.

  • 33 Michel Provost, Jean-François Chevrot, Jacques Troadec, Jean Holmgren, Le Cher 18, Carte Archéologi (...)
  • 34 Michel Provost, L'Indre et Loire. 37, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, 1988, 108-111.

15Dans la Gaule de l'Ouest, on peut prendre l'exemple de deux sites, le Champ des Pois à Levet dans le Cher33 et Luynes dans l'Indre-et-Loire34. Le Champ des Pois est un vaste complexe qui couvre 16 hectares. Les prospecteurs, Holmgren et A. Leday, y ont découvert une immense cour à portique d'un ha environ, entourée de bâtiments, deux autres cours, et de nombreux bâtiments à l'intérieur et à l'extérieur d'une très vaste clôture (600 m de long). A proximité, on a reconnu deux temples du type fanum dans une enceinte avec galerie à portique. Ce site est interprété comme une agglomération. La proximité de la voie constitue un argument essentiel. Les vestiges de Saint-Venant à Luynes sont interprétés tantôt comme une grande villa tantôt comme une agglomération. Au siècle dernier, on y plaçait la capitale des Turons. Cette interprétation n'a plus cours mais la lecture de la notice de la Carte Archéologique montre que les interprétations divergent. La taille du site, l'étendue des vestiges, la présence d'un aqueduc font penser à un vicus. Mais le plan des thermes et celui du bâtiment auquel ils appartiennent, correspondent parfaitement à ce que l'on attend d'une grande villa. Il est fréquent de voir un prieuré s'installer sur le site d'une ancienne villa : il a hérité de ses fonctions économiques. Les interprétations du site comme vicus se fondent sur sa relation avec une route ; mais il s'agirait d'une voie de crête d'origine protohistorique, antérieure à la voie romaine Tours-Angers.

  • 35 Henri Gilly Barthélémy, « Un site gallo-romain alpin », dans Revue archéologique de Narbonnaise, 19 (...)

16Ces sites peuvent appartenir à la catégorie des grandes villae autour desquelles se sont développées des agglomérations. Le cas de Gilly, à quatre kilomètres d'Albertville, est diffèrent. Dix années de fouilles ont permis de dégager un remarquable ensemble juxtaposant une villa occupée aux iie et iiie siècles. Mais il existe un second ensemble dans lequel Henri Barthélémy reconnaît une autre villa et des édifices parmi lesquels les éléments d'un sanctuaire et, peut-être, un théâtre35. Le propriétaire de la villa, lui, semble avoir été un notable de l'agglomération. Il s'agit d'un complexe où sont réunies une villa et une agglomération qui entre dans le cas décrit par Albert Grenier.

La distinction entre villa et vicus et les méthodes et concepts de géographie historique

  • 36 Évoquant, les prouesses techniques des arpenteurs, P. Trousset conclut un article sur la centuriati (...)

17Le livre de Grenier sur l'occupation du sol n'a pas encore été remplacé dans la bibliographie française. Il n'en reste pas moins dépassé au plan des faits - c'est l'évidence — mais aussi au plan des concepts et des méthodes d'étude - ce qui demande à être justifié et précisé. Il utilise des concepts élaborés par la géographie agraire dans la seconde moitié du xixe siècle, à une époque où la ruralité dominait. Elle s'attachait à l'analyse du paysage agraire sous l'aspect de la morphologie des parcelles et de leur mode de clôture. L'habitat rural, conçu comme « agencement des espaces habités », était étudié sous trois aspects : sa répartition dans l'espace, le choix du site, la forme des villages et des bâtiments d'habitation et d'exploitation. Accordant une place essentielle à la topographie, cette approche descriptive et analytique convenait au traitement des données archéologiques dans la perspective historique alors dominante qui tournait autour de la pacification romaine. On se proposait en effet d'insérer les données archéologiques dans une trame événementielle fournie par les faits militaires (« l'histoire-bataille ») : invasions (celtiques et germaniques), conquête (romaine), résistances indigènes (face à Rome ou aux Germains). La géographie du peuplement antique accordait un privilège à l'outil topographique parfaitement adapté à une problématique militaire : perchement et déperchement étaient mis en rapport avec les impératifs défensifs. Au groupement de la population sur des sites de hauteur (donc défensifs) qui caractérisait la protohistoire se substituait un habitat de plaine dont la dispersion était reliée à la pacification romaine. La priorité accordée par les historiens à ce type d'approche se retrouve à propos de la centuriation, forme d'aménagement du paysage qu'ils ont utilisée pour reconstituer l'histoire de l'appropriation par Rome du sol provincial36.

  • 37 Jacques Harmand, Les origines des recherches françaises sur l'habiat rural gallo-romain, Bruxelles,(...)
  • 38 Id., p. 40-42.
  • 39 Albert Grenier, L'occupation du sol..., op. cit., p. 885.
  • 40 Paul Veyne, Le Pain et le Cirque, Paris, 1976, p. 106-107.
  • 41 « Villes et "non-villes" : les ambiguïtés de la hiérarchie juridique et de l'aménagement urbain », (...)

18La romanisation de la campagne se traduisait par l'extension du modèle urbain et, dans le domaine foncier, par le développement du grand domaine. Selon une problématique définie par Fustel de Coulanges, il existait une continuité entre finage villageois et domaine gallo-romain : l'origine latine du nom de villages modernes perpétuerait le souvenir des domaines gallo-romains. La toponymie permettait donc d'établir une carte des anciens domaines et, donc des villae qui en constituaient le cœur. Reprise par C. Jullian et A. Grenier, cette théorie continue à inspirer une partie de la recherche sur la villa. Pour en montrer l'effet désastreux, Jacques Harmand rappelle que Marc Bloch s'était fondé sur la toponymie pour développer la théorie erronée d'un défrichement de la Beauce seulement au Haut Moyen Âge, alors que les inventaires archéologiques dont on disposait dès les années 1940 montraient que celui-ci était bien plus ancien37. Alors même que les principes de l'archéologie moderne étaient parfaitement connus et définis par de Caumont au siècle dernier, l'école historique française s'était engagée dans une recherche caractérisée par ce qu'il a appelé le « culte fustelien du texte »38. A-t-elle changé ? Dans une de ses chroniques sur les campagnes, Alain Ferdière s'élevait contre M. Labrousse — un ancien directeur de Circonscription archéologique ! - qui, dans une Histoire du Rouergue, écrivait qu'il fallait utiliser « la carte de noms de lieux modernes qui perpétuent ceux des domaines gallo- romains » ; car elle était plus véridique que les découvertes archéologiques ! Fustel de Coulanges avait également proposé une vision juridique de l'espace géographique selon laquelle, dans l'antiquité romaine, l'autorité appartenait à la ville dont les magistrats régnaient sans partage sur la campagne. Reprise par Albert Grenier39, cette vision reste celle d'une majorité d'auteurs. Ainsi, après avoir rappelé les pages célèbres où Max Weber oppose les cités de l'Antiquité classique aux villages de Chine, Paul Veyne évacue le problème du village en ces termes : « Simple groupement de maisons, il n'avait pas de rôle administratif à moins d'être une cité à l'état naissant, pourvue d'un embryon d'institutions autonomes »40. On ne s'étonnera donc pas que, jusqu'à ces dernières années, les historiens de l'antiquité classique ne se soient guère intéressés au village que dans une perspective finaliste consistant à montrer comment il avait pu donner naissance à la ville. Le même point de vue a amené des archéologues à accorder une importance excessive à la question des statuts juridiques dans l'étude des sociétés indigènes41.

  • 42 Albert Grenier, L'occupation du sol..., op. cit., p. 784-795.
  • 43 Didier Bayard et Jean-Luc Collart (dir.), « De la ferme indigène à la villa romaine », dans Revue A (...)

19Nous avons souligné le renouvellement des connaissances apporté par l'archéologie et la complexité qu'elle démontre. De ce fait, la typologie est devenue un outil essentiel de l'étude des formes de l'habitat. Permettant de mettre de l'ordre dans une énorme documentation, elle raisonne sur les formes et les dimensions des pièces, des caractéristiques de leur agencement et de leur relation avec les espaces de circulation et les cours. On peut cependant distinguer trois situations. Dans un certain nombre de cas, la dispersion dans la campagne était antérieure et la villa procède de l'évolution d'une habitation indigène. Illustrée par la fouille de Mayen en Rhénanie dont Albert Grenier a fait un type42, cette situation est fréquente. Nuançant considérablement la rupture introduite par la mise en place des villae, les travaux publiés ou en cours de publication donnent même l'impression que c'est la situation normale en Gaule. A cet égard, les travaux réalisés dans la Gaule du Nord et plus particulièrement sur les villae de Picardie identifiées par Roger Agache43 ou les recherches en cours en Limagne sont prometteurs de typo-chronologies plus fines. De ce fait, la seconde situation, celle dans laquelle la villa est une création ex nihilo en relation avec l'établissement de colons romains ou avec un processus de conquête des terres, a perdu son caractère de normalité. La fouille de Haccourt en Belgique illustre la troisième situation où une villa (du type que Jacques Harmand appelait « manoir ») est remplacé par une villa résidentielle (du type « château »). Dans ce cas, la continuité dans l'occupation d'un site masque une rupture. L'abandon des anciens oppida par leurs habitants qui se seraient dispersés dans la campagne, apparaît comme un processus complexe qu'il faut analyser région par région. Il n'est pas brutal et intervient généralement plusieurs générations après la conquête probablement en relation avec le phénomène de développement des grandes et moyennes villae du type « manoir » ou « château » autour desquels se constituent de nouveaux groupements. Mais, il est également devenu impossible de généraliser la rupture introduite par la romanisation à travers la mise en place de villae : dans bien des régions, il existe une réelle continuité dans la hiérarchie de l'habitat rural.

  • 44 I. Hodder et M. Millet, « Romano-British villas and towns », dans World Archaology, 1980, 12, 1 : 6 (...)

20La géographie agraire a accordé une attention croissante à la dimension sociale et économique des données archéologiques et, par souci de généralisation et de systématisation, a favorisé l'établissement des premières typologies de villae puis de via. D'agraire, elle est devenue rurale, c'est- à-dire qu'elle intégré l'étude de faits qui n'étaient pas agricoles, tels que les activités artisanales ou industrielles ou l'impact de l'installation des urbains. Puis est apparue une « géographie spatiale » dont les concepts et les méthodes ont été utilisés par les archéologues pour l'analyse du « territoire ». S'agissant de la période antique, l'espace n'est plus appréhendé seulement comme espace de la cité mais aussi comme un espace géographique auquel peuvent être appliqués les concepts utilisés en analyse spatiale, en particulier celui de centralité. La cartographie des villae, dont la possession constitue l'assise économique des élites urbaines, met en évidence la polarisation de l'espace autour de la ville. Théoriquement, les villae se répartissaient à l'intérieur d'un cercle dont la ville constituait le centre, dont le rayon était déterminé par l'éloignement maximum des villae. La mise en place et le fonctionnement d'un tel réseau traduit l'emprise de la ville sur la campagne et correspondait à une situation historique précise, le Haut-Empire romain44.

  • 45 François Favory, Jean-Luc Fiches (dir.), Les campagnes de la France méditerranéenne dans l'Antiquit (...)

21La géographie actuelle développe des méthodes de traitement de l'espace qui relèvent des mathématiques appliquées aux sociétés. Largement utilisées par les préhistoriens pour l'analyse « intra site », les techniques de quantification ont fait leur apparition dans l'analyse de l'espace des sociétés antiques grâce à la mise au point d'un programme d'analyse statistique multivariée par des archéologues du Sud-Est en collaboration avec des géographes spatialistes, le programme Archaeomedes45. Appliquée aux variables archéologiques de 934 sites gallo-romains, une analyse a permis de définir onze classes de sites. Cette classification a pour objectif d'ordonner les sites identifiés en prospection, pour lesquels on ne dispose pas de plan mais d'une image de surface qui consiste en une zone où l'on observe des vestiges, remontés par les labours ou mis au jour par l'érosion, Les villae sont à rechercher dans les trois classes supérieures. La classe I (7% des sites) regroupe des sites définis comme « fermes indigènes » et « petites villae » ; elle rassemble des villae de taille moyenne à grande, implantées à la fin du ier siècle av. J.-C. et au siècle suivant. Les villae de grande importance sont à rechercher dans les deux dernières classes : la classe J (4%) réunit de grandes villae et de petites agglomérations qui se caractérisent par une longue durée ; enfin, la classe K (2%) regroupe les sites les plus importants, grandes agglomérations ou grandes villae dotées d'ateliers artisanaux. Cette classification se distingue de la démarche typologique classique — avec laquelle elle ne fait pas double emploi — en ce que, à la différence des types, les classes ne sont pas définies au préalable. La caractérisation des sites procède de descripteurs archéologiques (superficie, matériaux de construction,...) pour lesquels chaque fois des modalités ont été distinguées. S'agissant d'un programme d'étude spatiale, les critères proprement archéologiques ne sont pas les seuls utilisés. Ils sont complétés par des descripteurs chronologiques (date d'implantation, durée d'occupation, occupation antérieure) et topo-géographiques éclairant les conditions d'implantation et de développement des sites. D'autres permettent d'envisager le degré d'influence d'un site sur le paysage environnant. Combinés entre eux par le biais de traitements statistiques, ces descripteurs concourent à définir ces classes dont nous venons de voir des exemples. La méthode propose une hiérarchisation statistique utilisant des variables quantitatives et qualitatives. L'analyse factorielle des correspondances (AFC) produit une représentation géométrique des relations entre les caractères, des relations entre les sites et des relations entre les sites et les caractères. La classification hiérarchique ascendante (CAH) détermine des groupes de sites présentant des profils proches. Fondées sur des combinaisons spécifiques de caractères, les classes de sites obtenues sont ainsi statistiquement représentatives de la réalité régionale ou microrégionale. Ainsi une villa donnée (ou un réseau de villae) n'est-elle plus définie de manière absolue mais par rapport aux autres formes de l'habitat, quels qu'en soient le rang et la taille. La méthode autorise une véritable caractérisation des sites à différentes échelles spatiales (microrégionale, régionale, interrégionale) ; elle permet également d'appréhender de manière raisonnée leur degré d'influence dans la structuration du réseau de peuplement.

*

  • 46 Contrairement à l'opinion qui est le plus fréquemment exprimée (cf. en dernier lieu, Michel Tarpin,(...)

22L'ensemble des recherches évoquées ici, sans doute trop rapidement, montre la fécondité du dialogue pluridisciplinaire qui s'est instauré entre les approches trop souvent confondues du philologue, de l'archéologue et de l'historien. La géographie moderne y a maintenant sa place. S'agissant du problème social et politique qui nous occupe, l'archéologie spatiale ouvre la voie à une évaluation du rôle des élites dans la structuration des campagnes. Elle permet de poser en termes nouveaux la question de l'habitat. Ainsi les traitements statistiques élaborés pour le programme Archaeomédes ne distinguent pas entre villa et vicus et ne sont d'aucun secours pour préciser des typologies qui, elles-mêmes, nous renseignent très mal sur les réalités sociales, économiques et administratives correspondant aux édifices qu'elles réunissent sous la dénomination de villa. Doit-on pour autant conclure sur une note pessimiste ? Sans doute pas, car cette difficulté est inhérente à l'objet même de l'étude. En fait, ni les données textuelles ni les données archéologiques ne justifient l'opposition que l'on établit entre ces deux termes. Elle n'a pas plus de pertinence en termes d'analyse spatiale. Villa et vicus ne s'opposent pas en terme de groupement et de dispersion46 ; ils ont la même origine et, ensemble, s'opposent à domus et à urbs pour désigner des formes de l'habitat rural. Car si cet habitat est rural, aucun des deux n'est nécessairement agricole.

  • 47 Paul-Albert Février, « Villes et campagnes des Gaules sous l'Empire », dans Ktema, 6, 1981, 359- 37 (...)

23Il présente aussi la caractéristique commune d'être pleinement intégré au système romain, ce qui se traduit par la présence physique des élites romaines. Il y a presque une vingtaine d'années, Paul-Albert Février avait consacré une étude à « la présence fréquente des magistrats municipaux dans le terroir des cités. Cela afin d'écarter un des arguments avancés pour parler d'une fuite des propriétaires terriens vers la campagne au ive siècle »47. Des inventaires épigraphiques complétés par l'étude de quelques mausolées lui permettaient de démontrer que cette présence aristocratique dans le monde rural à la fin de l'Antiquité s'inscrivait dans une tradition et qu'elle ne pouvait pas être expliquée par un mouvement de fuite. Maintenant, son propos doit être élargi aux agglomérations secondaires que nous qualifions de vici.

Notes

1 Pline le Jeune, grand propriétaire, donne dans une lettre les explications suivantes : j'ai fait restaurer « un temple de Cérès situé sur mes terres, vétuste et exigu... mais très fréquenté à une certaine date... Mais à proximité, aucun abri contre le soleil ni la pluie. À mon sens, je ferai donc preuve de piété et de générosité si, au temple rendu aussi beau que possible, j'ajoute encore de grandes galeries... » (IX, 39).

2 Jean Durliat, Les finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (284-889), Sigmaringen, 1990, p.154).

3 Jean Durliat, Les finances publiques, p. 153 n. 11.

4 Albert Grenier, Villa, dans C. Daremberg, E. Saglio et E. Pottier, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, Paris, 1919, t. 5.

5 Alain Ferdière, Les campagnes en Gaule romaine. Paris, Errance, 1988, 2 vol. Jacques Harmand, « L'écran du mot villa et les réalités. Points de vue sur la ferme en Gaule romaine », dans Mélanges offerts au docteur J.-B. Colbert de Beaulieu, Paris, 1987, p. 471-481.

6 Giuseppe Pucci, « Le iscrizioni di M. Cincius Hilarianus », dans Lucilla Anselmino, Mounir Bouchenaki, Andrea Carandini, Philippe Leveau, Danièle Manacorda, Carlo Pavolini, Giuseppe Pucci, Pierre Salama, Il Castellum del Nador. Storia di una fattoria fra Tipasa e Caesarea (I- VI sec. D.C.), Rome, 1989, p. 114-115.

7 Jacques Harmand, « La maison de ferme et le manoir en Gaule romaine », dans Latomus, t. 47, 1988, p. 294 ; —, « Sur la valeur archéologique du mot villa », dans Revue archéologique, 6e série, 38, 1951, p. 155-157.

8 Id, p. 296.

9 Jacques Harmand, « Le château en Gaule romaine », dans Latomus, juillet-septembre 1990, p. 623.

10 Alain Ferdière, op. cit., t. 1, p. 158.

11 La recherche archéologique en France, 1985-1986, Paris, 1984, p. 51.

12 Yan Thomas, À Rome, pères citoyens et cités de pères (IIe siècle au. J.-C — IIe siècle ap. J.-C), dans André Burguière, Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Histoire de la famille, t. 1 : Mondes lointains, Mondes anciens, Paris, 1986, p. 215.

13 Muriel Zehner, Le Haut-Rhin - 68, Carte archéologique de la Gaule, Paris, 1998, p. 74.

14 Id, p. 65, 73-74, 156-158.

15 Lucilla Anselmino, Mounir Bouchenaki, Andrea Carandini, Philippe Leveau, Danièle Manacorda, Carlo Pavolini, Giuseppe Pucci, Pierre Salama, Il Castellum del Nador. Storia di una fattoria fra Tipasa e Caesarea (i-vi sec. D.C), Rome, 1989.

16 Roger Agache, La Somme pré-romaine et romaine d'après les prospections aériennes à basse altitude, Amiens, 1978.

17 I. Rogeret, La Seine Maritime, 76, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, 1997, p. 564.

18 John-Thomas Smith, Roman villas. A study in social structure, London/New York, 1997.

19 Id, p. 6-11.

20 Hermann Mylius, dans Bonner Jahrbiicher 138,1933, p. 11-21.

21 F. Oelmann, Römische Villen in Rheinland, dans Archäeologischer Anzeiger, 1928, col. 236-240. John-Thomas Smith, op. cit., p. 264-268.

22 Michel Mangin M. et Jean-Paul Petit, Les agglomérations secondaires. La Gaule Belgique, les Gemanies et l'Occident romain, Paris, 1994, p. 10.

23 Pierre Aupert, Myriam Finker, Francis Tassaux, « Agglomérations secondaires de l'Aquitaine Atlantique », dans Pierre GROS (dir.), Villes et campagnes en Gaule romaine, 120e congr. Nat Soc. Hist. Scient., Aix en Provence, 1995, Archéologie, Paris, 1998, p. 45-60.

24 Muriel Zehner, op. cit., p. 298.

25 Id., p. 73 ; François Petry, Erwin Kern, Bénédicte Viroulet, Jean-Jacques Wolf, Suzanne Plouin, Xavier Lafon, Alsace, dans Jean-Paul Petit et Michel Mangin, Atlas des agglomérations secondaires de Gaule Belgique et des Germanies, Paris, 1994, p. 147-171.

26 Jean Hiernard et D. Simon-Hiernard, Les Deux-Sèvres - 79, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, 1996, p. 77, 172-174, 263-265.

27 Claude Raynaud, Le village gallo-romain et médiéval de Lunel-Viel (Hérault). La fouille du quartier ouest (1981-1983). Annales littéraires de l'Université de Besançon, 422, Paris, 1990, 353 p.

28 Albert Grenier, Villa, loc. cil. ; IHM, dans Pauly-Wissowa, Real-Encyclopedie des klassischen Altertumswissenschaft, 1894, t.l, 2, p. 1860.

29 Albert Grenier, Manuel d'Archéologie Gallo-romaine, t. 2, Archéologie du sol, Paris, 1934 (rééd. 1985), p. 888.

30 Id., p. 844).

31 E. Del Marmol, « Fouilles du Bois-des-Dames à Morville-Anthée », dans Annales de la Société archéologique de Namur, 15, 1881, 220-224.

32 R. De Maeyer, « Gebouwengroepen en verkeescentra in Romeinsch Belgie », dans L'Antiquité Classique 7, 1938, 302-305.

33 Michel Provost, Jean-François Chevrot, Jacques Troadec, Jean Holmgren, Le Cher 18, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, 1992, 240-243.

34 Michel Provost, L'Indre et Loire. 37, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, 1988, 108-111.

35 Henri Gilly Barthélémy, « Un site gallo-romain alpin », dans Revue archéologique de Narbonnaise, 19, 1986, p. 211-244.

36 Évoquant, les prouesses techniques des arpenteurs, P. Trousset conclut un article sur la centuriation du Sud tunisien par ces mots : « Ils attirent aussi l'attention sur un aspect moins connu de la centuriation romaine : avant d'être un instrument d'assignation ou un outil de la fiscalité romaine, elle est d'abord la signature d'un pouvoir conquérant qui explore et construit son espace » (Paul Trousset, « Un nouveau document sur la limitation de C. Vibius Marsus (sud-tunisien) », dans Groenman-van Waateringe W., van Beek B. L., Willems W. J. H. Wynia S. L., Roman Frontier Studies 1995, p. 10). C'est vrai au niveau de la symbolique du pouvoir. Mais cela ne veut pas dire que Rome a envoyé des unités militaires constuire un carroyage inutile.

37 Jacques Harmand, Les origines des recherches françaises sur l'habiat rural gallo-romain, Bruxelles, 1961, p. 50.

38 Id., p. 40-42.

39 Albert Grenier, L'occupation du sol..., op. cit., p. 885.

40 Paul Veyne, Le Pain et le Cirque, Paris, 1976, p. 106-107.

41 « Villes et "non-villes" : les ambiguïtés de la hiérarchie juridique et de l'aménagement urbain », dans Pierre Gros, (dir.), op. cit., 1998, p. 11-25.

42 Albert Grenier, L'occupation du sol..., op. cit., p. 784-795.

43 Didier Bayard et Jean-Luc Collart (dir.), « De la ferme indigène à la villa romaine », dans Revue Archéologique de Picardie, n° spécial, 11/1996.

44 I. Hodder et M. Millet, « Romano-British villas and towns », dans World Archaology, 1980, 12, 1 : 69-76. Philippe Leveau, Caesarea de Mauritanie et son territoire. Contribution à l'étude des rapports ville-campagne dans l'Empire romain. Collection de l'Ecole française de Rome, 70, 1984 : 556 p.

45 François Favory, Jean-Luc Fiches (dir.), Les campagnes de la France méditerranéenne dans l'Antiquité et le haut Moyen Age. Etudes microrégionales. Documents d'Archéologie française, 42, 1994 : 339 p.

46 Contrairement à l'opinion qui est le plus fréquemment exprimée (cf. en dernier lieu, Michel Tarpin, Oppida vi capta, vici incensi... Les mots latins de la ville, dans Latomus, 58, fasc.2, 1999, 279-297).

47 Paul-Albert Février, « Villes et campagnes des Gaules sous l'Empire », dans Ktema, 6, 1981, 359- 372.

Auteurs

Maître de Conférences d'Histoire ancienne,
Centre de Recherches sur les Civilisations Antiques, Université Biaise Pascal, Clermont-Ferrand ii

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540