Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Troisième partie. Approches culturelles de la hiérarchisation sociale

Alphabétisation et hiérarchies du monde paysan à l'époque moderne en France de l'Ouest et en Grande-Bretagne

Guy Astoul

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1À la lecture des études régionales menées par les historiens, dans les campagnes anglaises ou écossaises ou bien dans l'Ouest de la France, les niveaux de l'alphabétisation apparaissent fort disparates. Ces études enregistrent une amélioration précoce, en Angleterre ou en Ecosse, dès le xviie siècle, une progression spectaculaire en Normandie au xviiie siècle, et un retard notable en Bretagne comme dans le Sud-Ouest. Elles soulignent les écarts d'alphabétisation qui peuvent exister dans une même région, selon qu'il s'agit d'un habitat dispersé ou d'un habitat groupé ou qu'il s'agit de terres riches ou de terres pauvres...

2Comparer les niveaux d'alphabétisation paysanne, en France et en Grande-Bretagne, aux xviie et xviiie siècles, se heurte à bien des obstacles : trouver des traces d'écritures qui permettent de mesurer la capacité à écrire, examiner à quel moment se situe le décollage de l'alphabétisation, déterminer les différents stades atteints par les diverses catégories de paysans. Il est possible cependant de dresser quelques constats sur l'évolution des niveaux d'instruction et de lancer des pistes de recherches dans un domaine où des investigations mériteraient d'être encouragées. Notre objectif dans cette étude est de déterminer à quel moment paraît se produire un décollage de l'alphabétisation paysanne dans des régions aussi diverses que l'Ecosse, le Nord de l'Angleterre, la Normandie ou le Sud-Ouest de la France, d'essayer de comprendre en quoi l'alphabétisation semble être un facteur important de la distinction sociale et un facteur déterminant de la différenciation des catégories du monde paysan, de nous interroger enfin sur l'opposition entre paysans instruits et paysans illettrés.

Le problème des sources

  • 1 Margaret Spufford, Contrasting Communities : English Villagers in the Sixteenth and Seventeenth Cen (...)
  • 2 Une évaluation de l'alphabétisation est faite à partir des actes notariés par Emmanuel Le Roy Ladur (...)
  • 3 C'est la méthode utilisée par Anne-Marie Cocula-Vaillières, La Dordogne des bateliers, Paris, 1981. (...)
  • 4 Les serments de fidélité au parlement, exigés des citoyens anglais ou écossais, au cours de la guer (...)
  • 5 Scottish Literacy and the scottish identity. Illiteracy and society in Scotland and northern Englan (...)

3Évaluer les niveaux d'alphabétisation oblige à recourir à divers types de sources qui procurent des traces d'écritures permettant de mesurer la capacité à écrire. En France comme en Grande-Bretagne, des documents portent la mention de nombreuses signatures dès le xvie siècle : ce sont les actes notariés1, et tout particulièrement les testaments2. Au xviie siècle, d'autres signatures figurent dans des actes officiels comme les dépositions en justice3 et plus particulièrement, en Angleterre et en Écosse, les serments de fidélité au parlement, exigés au cours de la guerre civile4. C'est le comptage de ces signatures qui a permis à Robert Allan Houston5 d'analyser avec beaucoup de précision l'alphabétisation au nord des Îles britanniques.

  • 6 Marcel Fleury et Pierre Valmary, « Les progrès de l'instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon (...)
  • 7 La mauvaise tenue de ces registres est maintenant démontrée et mes recherches ont permis de soulign (...)
  • 8 Jean-Pierre Poussou constate un écart, plus ou moins important selon les paroisses, entre le nombre (...)
  • 9 Dans l'évêché de Léon, les pères sont 2 fois plus nombreux à signer lors du baptême de leur premier (...)

4En France, la méthode traditionnellement la plus pratiquée consiste à compter les signatures des mariés, le jour de leur mariage, d'après les registres paroissiaux, dès la fin du xviie siècle, puis d'après les registres d'état civil. Elle a connu un large succès grâce à l'enquête de grande ampleur lancée par le recteur Maggiolo6. Probablement satisfaisante dans la France du nord, cette méthode est très critiquable dans le Midi et particulièrement dans le Sud-Ouest où les registres paroissiaux s'avèrent mal tenus, dans le Quercy, l'Agenais, l'Albigeois et le pays toulousain7. Le même problème se pose dans le Périgord et le Bordelais8, mais aussi en Bretagne où cela a été analysé par Fañch Roudaut9. En dépit de la diversité des sources, une comparaison des niveaux d'alphabétisation est réalisable, à condition d'avoir suffisamment de précision pour étudier le statut social des signataires.

  • 10 Lire et écrire. L'alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, 1977, 2 vol.
  • 11 Robert Allan Houston, Literacy in Early Modem Europe. Culture and Education. 1500-1800, Londres-New (...)

5Ce qui saute aux yeux, dans cette comparaison, c'est l'extrême diversité des degrés d'alphabétisation dans le monde rural, quelles que soient les sources utilisées. Pour les historiens qui se sont penchés sur cette question à l'échelle de la France, comme François Furet et Jacques Ozouf10, ou à l'échelle de l'Europe de l'Ouest comme Robert Allan Houston11, des freins ont largement contribué à ces disparités.

Des entraves difficiles à surmonter

6Le handicap des langues régionales apparaît un des plus difficiles à surmonter. Dans les Îles britanniques comme en France, différents idiomes régionaux étaient traditionnellement pratiqués. C'est le cas du gaélique en Écosse, du breton, du basque et de l'occitan, dans la France de l'Ouest. Or, l'instruction est généralement assurée dans la langue de l'Église et du pouvoir, et les enfants doivent apprendre une autre langue — l'anglais ou le français — avant de pouvoir acquérir les rudiments de la lecture et de l'écriture. Analysant les difficultés rencontrées par les populations parlant une langue traditionnelle telle le gaélique, Robert Allan Houston considère l'uniformité linguistique imposée par les autorités, tant en Grande-Bretagne qu'en France, comme un instrument d'assimilation politique et religieuse. Ce handicap de l'apprentissage d'une langue nouvelle serait pour lui un obstacle majeur à l'alphabétisation, en particulier dans les Highlands, les hautes terres écossaises, où l'introduction de l'anglais a été lente et tardive.

  • 12 Pour chaque paroisse et chaque « trève » du Morbihan - une succursale de l'église paroissiale -, A. (...)

7L'exemple breton analysé par François Furet et Jacques Ozouf permet de confronter les contrastes d'alphabétisation de part et d'autre d'une frontière linguistique. Une étude, réalisée dans le Morbihan12, examine le niveau d'instruction à partir des signatures du parrain et de la marraine lors du baptême, rendues obligatoires par les ordonnances royales de 1667 et de 1736. L'intérêt majeur de cette étude tient à ce qu'il est possible de distinguer entre les paroisses et les trèves gallaises, c'est-à-dire francophones, en pays gallo, et les paroisses bretonnantes, qui partagent à peu près équitablement cette partie de la Bretagne du Sud. Si on ne prend en compte que les paroisses et trèves rurales, l'alphabétisation des hommes est de 14,7 %, en pays bretonnant, elle s'élève à 21,3 % en pays gallo ; même si la différence reste faible, à moins de 7 %, elle n'en demeure pas moins significative du retard pris dans les zones de parler breton où la tradition orale reste forte.

  • 13 Il n'est pas impossible d'ailleurs que ce soit la raison majeure du retard des pays bretonnants de (...)
  • 14 Lire et écrire, op. cit., t. I, p. 180 à 187, dont une sous-partie est intitulée « Openfield et boc (...)
  • 15 Comme le montre Yvonne Pasquet, « L'alphabétisation dans le département de la Vienne au xixe siècle (...)
  • 16 Citation de Jean-Claude Sangoï, dans Démographie paysanne en Bas-Quercy, Paris, 1985, p. 16.
  • 17 Les Chemins du savoir, op. cit., p. 234-239.

8Facteur plus déterminant encore de l'analphabétisme rural : celui de l'isolement et de la dispersion de l'habitat13. François Furet et Jacques Ozouf évoquent de nombreux exemples de cette opposition entre pays d'habitat groupé et pays d'habitat dispersé dans la France de l'Ouest. Ainsi, en Normandie, a pu être observée l'opposition entre les pays de campagne ouverte, telle la plaine de Caen, ayant un habitat groupé et une agriculture communautaire, et les pays de bocage, tel le pays d'Auge, qui se caractérisent par un habitat très dispersé14. Même clivage, dans le Poitou, entre les communautés de la plaine autour de Poitiers et celles des terres de brandes, mi-bocagères, au sud15. J'ai pu faire un constat identique lorsque j'ai comparé l'habitat dispersé, en bordes isolées, des collines molassiques du Bas-Quercy et l'habitat beaucoup plus groupé des terroirs du Causse. Il est vrai que la dispersion des fermes des coteaux aggrave les difficultés de circulation, en hiver, en raison du mauvais entretien des routes. Le chemin de Molières à Lauzerte est ainsi dépeint, en septembre 1779, au cours d'une assemblée des habitants de la communauté de Labarthe : « à cause de sa deffectuozité, on ny sçauroit passer l'hiver et à peine on peut s'en servir dans la belle saison à cause du deffaut des ponts et d'entretien soit des fossés et du gravelage »16. Il n'est pas étonnant que la fréquentation des écoles ait été contrariée dans les coteaux du Bas- Quercy, en raison de l'éparpillement des fermes dont les chemins d'accès sont impraticables pendant l'hiver. Les résultats de l'alphabétisation sont là pour témoigner des écarts selon les types d'habitat : du côté de Montalzat, de Puycornet ou de Cazes-Mondenard, l'alphabétisation des hommes est inférieure à 20 % ; elle dépasse 30 %, du côté de Septfonds, de Lavau-rette ou de Cayriech17.

  • 18 Lire et écrire, op. cit, t. I, p. 340.
  • 19 Ibidem, p. 184.

9Il n'est pas douteux que les conditions de vie et d'isolement des populations qui habitent les collines de Normandie, du Poitou, du Bas- Quercy, comme les hautes terres des Highlands, n'encouragent pas les parents à envoyer leurs enfants à l'école. Ce qui semble le plus caractéristique dans ces régions-là, ce n'est pas seulement la volonté de conserver un idiome, c'est l'existence de ce que François Furet et Jacques Ozouf appellent « un désert culturel » lorsqu'ils analysent le cas breton. Ils observent que dans l'ouest du Morbihan ou des Côtes-du-Nord, non seulement, les paysans ne parlent pas le français, mais ils sont aussi « sans prêtres, sans écoles et sans ces intermédiaires — petits propriétaires, petits exploitants — par lesquels descend l'imitation sociale »18. Le repliement et l'absence d'échanges culturels ont sans doute été les ferments décisifs de l'analphabétisme rural dans des régions faiblement urbanisées. D'autant plus qu'on retrouve les départements à faible population agglomérée dans « le triangle du retard culturel français », qui caractériserait la France de l'Ouest19. Ainsi, l'on peut, sans exagération aucune, énoncer un postulat évident : plus l'on s'éloigne des villes, plus l'on s'écarte des zones passagères, plus les paysans sont analphabètes.

  • 20 Harvey Chisick, The Limits of Reform in the Enlightment. Attitude towward the education of the lowe (...)
  • 21 Maurice Bordes, D'Étigny et l'administration de l'intendance d'Auch (1751-1767), Auch, 1957. George (...)
  • 22 Arch. dép. du Tarn-et-Garonne, 5 E 5963, notaire Delvolvé, délibération du 11 mai 1783.
  • 23 Arch. dép. du Tarn-et-Garonne, registres des délibérations consulaires de Castelmayran, canton de C (...)
  • 24 Plusieurs exemples sont cités dans : Lire et écrire...,op. cit., t. I, p. 137-153.

10Autre frein et non des moindres : le rejet des autorités et des notables locaux à l'égard de l'instruction des enfants appartenant à d'humbles familles. La philosophie des Lumières entend limiter l'éducation populaire à une instruction de base et désapprouve l'accès des enfants du peuple au collège20. On retrouve de telles réticences dans la correspondance des intendants chargés de contrôler les dépenses des communautés comme en témoignent, en particulier, les missives du sieur d'Étigny, dans la généralité d'Auch. En Haut-Languedoc, le subdélégué de Toulouse invoque « l'inutilité de l'instruction pour les paysans » lorsqu'il invalide les honoraires d'un régent, prévus dans l'état des charges locales de la communauté de Gardouch21. L'administration royale est de plus en plus hostile à l'essor de l'instruction des enfants dans les communautés rurales et des notables n'ont que mépris pour les « rustiques illétérés » tels que les désignent les « honnettes forains » de la communauté de Lagarde-en- Calvaire, pour la plupart originaires de Lauzerte22. À Castelmayran23, en 1785, les notables repoussent avec dédain « la requette que quelques tisserants, tailleurs, maçons... » adressent à l'intendant, afin d'inclure dans les charges de la communauté 150 livres, pour les gages d'un régent, « puisque tous ensemble ne font pas le dixième de la capitation de la communauté qu'il y en a même qui n'en payent point du tout ». L'hostilité des élites à l'instruction du peuple s'est longtemps poursuivie, dans le Sud-Ouest, tout au long du xixe siècle24.

Les facteurs favorables aux progrès de l'instruction

  • 25 T. Christopher Smout, A History Scottish People (1560-1830), London, 1969, 9ème édit., 1990, p. 426 (...)

11En dépit des réticences de l'administration royale ou des notables, les paysans français ont montré une réelle volonté de s'instruire et les écoles se sont répandues dans les campagnes. Certes, l'on observe un certain retard si l'on compare avec la multiplication des écoles paroissiales, instituées, dès la fin du xvie siècle, en Écosse et dans le nord de l'Angleterre, mais il est certain que la progression dans la maîtrise de l'écriture résulte des progrès de la scolarisation des enfants. Ainsi, dans beaucoup de communautés rurales du Sud-Ouest apparaissent des maîtres d'écoles, dès le xviie siècle, y compris dans des petites paroisses où le vicaire assure la régence. La constitution d'un véritable réseau d'écoles devient la règle, au xviiie siècle, et à côté des écoles paroissiales, des maîtres dotés par charité apparaissent, dans les campagnes écossaises. Plusieurs de celles-ci résultent de la charité des propriétaires, comme ceux de Polmont qui, en 1758, ouvrent une souscription publique pour pourvoir un deuxième maître d'école parce que « le nombre des écoliers qui fréquentent ordinairement l'école de cette paroisse rend le droit et le soin de l'instruction de ces enfants une tâche trop difficile pour être assurée par un seul maître »25. Vouloir s'instruire est une aspiration largement partagée en France comme en Angleterre, même si cela s'est traduit par de grandes inégalités dans les niveaux de l'alphabétisation.

  • 26 Robert Allan Houston, Literaçy in Early Modem Europe..., op. cit.

12Facteur propice au développement de l'instruction des enfants, la religion a joué un rôle déterminant en poussant catholiques et protestants à se livrer une compétition résolue, dès les années 1550, au temps où se répand le protestantisme, en Europe de l'Ouest, et où l'école devient un enjeu essentiel entre les deux Églises. Lorsque les écoles essentiellement religieuses se multiplient, cela a pour résultat de favoriser les premiers pas de l'alphabétisation et les progrès de la lecture. Selon Robert Allan Houston, l'aptitude à déchiffrer un texte est un seuil décisif que les fidèles de l'Église presbytérienne, en Écosse, doivent nécessairement franchir, afin de faire leur salut par la lecture des Saintes Écritures26. L'image de Carse est là pour témoigner de cette détermination à apprendre à lire qui gagne d'humbles paysans.

  • 27 Patricia El Bounia-Roudet, « Les protestants de Tonneins sous le règne de Louis xiv (1661- 1715) » (...)
  • 28 D'après Grégory Hanlon, L'univers des gens de bien, op. cit, p. 261.
  • 29 Voir Guy Astoul : « Les protestants et leurs écoles dans le colloque de Bas-Quercy aux xviie et xvi (...)
  • 30 Émile-Georges Léonard considère que s'est établie une sorte de partage des tâches « entre une bourg (...)

13À n'en pas douter, les progrès de l'instruction ont été précoces dans les régions gagnées par le protestantisme, qu'il s'agisse du presbytérianisme en Écosse, ou du calvinisme dans le Sud-Ouest, en vallée de Dordogne, dans l'Agenais ou dans le Montalbanais. Pourtant, il existe une différence de taille, entre ces deux obédiences du protestantisme : l'analphabétisme paysan est beaucoup plus limité en Écosse qu'il ne l'est dans le Sud-Ouest français où, au xviie siècle, il reste exceptionnellement élevé comme en témoignent les pourcentages médiocres de l'alphabétisation des paysans protestants. Des 91 protestants exerçant le métier de la terre à Tonneins27, entre 1661 et 1684, aucun ne sait signer le registre du consistoire, le jour de son mariage. À Marmande, entre 1688 et 1698, sur 43 laboureurs et brassiers déposants, pas un n'est capable de parapher sa déposition28. À Bioule, près de Nègrepelisse, sur 208 contrats de mariage relevés, entre 1653 et 1685, 59 concernent des travailleurs de la terre protestants : seulement 5 laboureurs sur 34 savent signer, et pas un seul brassier29. Il est clair que les injonctions de Luther ou de Calvin pour rendre obligatoire l'instruction des enfants, ont eu peu d'effets sur les populations rurales du Sud-Ouest30.

  • 31 Arch. municipales de Montech, reg. délib., BB 4, le 9 juillet 1737.
  • 32 Évoqué dans « The role of non-economic factors in Scottish growth », 1970, cité par Robert Allan Ho (...)
  • 33 « Mieux instruits, les paysans n'hésitent plus à contester », c'est le titre d'une section dans : L (...)

14Les préoccupations économiques ont probablement été décisives dans les progrès de l'alphabétisation. Les parents désirent faire instruire leurs enfants car, disent les consuls de Montech, en 1737, « c'est par l'escriture que l'on voit dans ce royaume de brillantes fortunes »31. Les historiens anglais insistent sur les effets bénéfiques de l'instruction sur les changements de l'agriculture à partir du xviie siècle. C'est l'argument avancé par Christopher Smout lorsqu'il écrit que « l'alphabétisation de la paysannerie accompagnait pleinement la révolution agricole »32. Cela allait de pair avec la volonté des populations rurales de s'adapter à la langue officielle, de contrôler les textes administratifs ou judiciaires et d'être plus avisées afin de défendre leurs droits et leurs intérêts. L'entrée dans la « galaxie Gutenberg » a encouragé les propriétaires terriens à avoir une meilleure connaissance de leurs droits33. C'est peut-être là le facteur le plus convaincant qui aurait poussé les parents à faire instruire leurs enfants.

Les progrès de l'alphabétisation des ruraux.

15Un lent décollage de l'alphabétisation rurale s'est produit, dès le xvie siècle, dans les Îles britanniques comme dans l'Ouest français. Les progrès les plus précoces sont enregistrés dans les campagnes anglaises ou écossaises ou bien en Normandie.

  • 34 Robert Allan Houston conteste l'idée d'une avance de l'Écosse dans un article qu'il a intitulé : «  (...)

16Les premiers sondages réalisés par Robert Allan Houston reposent sur les serments de fidélité au parlement signés, en Ecosse, entre 1638 et 1644. Dans les villes les pourcentages de signatures varient entre 40 et 68 %, mais dans les paroisses rurales ils sont beaucoup plus faibles et ils se situent entre 10 et 30 %. L'analphabétisme rural reste encore élevé et le demeure, pendant tout le xviiie siècle, dans le nord de l'Ecosse et dans les îles34.

  • 35 Le terme de servant peut être utilisé dans des sens très différents : il peut désigner un travaille (...)

17Procédant à l'analyse des dimensions sociales de l'analphabétisme, dans la deuxième moitié du xviie siècle, Robert Allan Houston observe un progrès de l'alphabétisation pour les élites sociales. Dans le nord de l'Angleterre, la gentry, les grands propriétaires fonciers signent à près de 100 % ; les yeomen, les exploitants agricoles, signent à près de 50 %, les husbandmen, les fermiers, à seulement 25 %, les labourers, les ouvriers agricoles, à 15 % et les servants35, employés ou domestiques, à 27 %. En

  • 36 Scottish Literaçy and the scottish identity..., op. cit., tableau 2.1 de la p. 33.

18Écosse, dans les villages, les grands propriétaires, les lairds, sont capables de signer à près de 100 %, les tenants, les fermiers, à 74 %, les labourers, à 18 % et les servants à 42 %36.

  • 37 Il est possible que la révolution agricole du xviiie siècle ait favorisé les tenants les plus favor (...)

19Dans les années 1700 à 1770, les yeomen anglais progressent et signent à 74 %, les husbandmen arrivent à 58 %, les labourers à 36 % et les servants à 50 %. En Écosse, les progrès demeurent plus lents, avec même un faible recul des pourcentages des lairds et des tenants37 et une amélioration du score des labourers à 32 %.

  • 38 Contribution de Muriel Jorger, « L'alphabétisation das l'ancien diocèse de Rouen au xviie et aux xv (...)

20Au milieu du xviiie siècle, les exploitants agricoles du Pays de Caux signent à 75 %, en Pays de Bray à 92 %, mais les journaliers, respectivement, à 35 et à 61 %38. Des chiffres très proches de ceux que l'on rencontre en Grande-Bretagne, à la même époque, et beaucoup plus élevés que ceux que l'on trouve dans le Sud-Ouest.

  • 39 Ce chiffre ne correspond pas du tout aux pourcentages obtenus d'après les registres paroissiaux. En (...)

21Des sondages opérés en Bas-Quercy dans les minutiers des notaires du Caussadais permettent de démontrer une réelle progression. Entre 1678 et 1682, les paysans sont peu nombreux à être capables de signer leur contrat de mariage : seulement 4 laboureurs sur 77 le paraphent et aucun brassier sur 58. En revanche, sur 494 contrats de mariages de paysans retrouvés dans de nombreux minutiers, de 1776 à 1785, 110 mariés ont signé le leur, soit un pourcentage de 22,26 %39.

L'alphabétisation paysanne en Quercy et Rouergue de 1776 à 1785

L'alphabétisation paysanne en Quercy et Rouergue de 1776 à 1785

22La hiérarchie traditionnelle du monde rural est respectée, au vu des résultats de l'alphabétisation dans le Quercy et le Rouergue. De 1776 à 1785, en moyenne, sur un total de 3 359 « travailleurs de terre » dont les contrats de mariages ont été relevés, 684 ont signé, soit un pourcentage de 20,36 %. L'on compte 2 179 brassiers ou travailleurs, et 285 ont su signer, soit 13,1 % ; sur 440 journaliers, 37 signent, soit seulement 8,2 %. Les pourcentages de signatures des 740 laboureurs qui ont passé contrats sont plus élevés : 362 ont été en mesure de signer, soit 48,9 %. Ils étaient moins de 10 % à savoir, à la fin du xviie siècle. Ces progrès décisifs, réalisés par ces paysans aisés, les font entrer dans la catégorie de notables alphabétisés dont la maîtrise de l'écriture permet d'avoir accès au savoir et d'aspirer à exercer un contrôle accru sur les affaires des communautés.

  • 40 Arch. dép. de la Corrèze : sondage dans les registres paroissiaux et dans ceux des notaires Bassale (...)
  • 41 Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle, Paris, 1975.

23La faiblesse des niveaux d'alphabétisation des paysans pauvres, qu'ils soient labourers ou servants, travailleurs, brassiers ou journaliers est constatée partout. Mais, il y a une grande différence entre le niveau extrêmement bas des brassiers du Quercy dont seulement 13 % savent signer et celui des labourers écossais qui signent à 32 % ou celui des journaliers du Pays de Caux à 39 %. Étonnante différence aussi entre les exploitants du Pays de Bray qui signent à 92 %, les laboureurs du Causse et du Rouergue occidental, à près de 50 % et ceux du Bas-Limousin, dans la communauté de Seilhac40, où seuls quelques laboureurs savent écrire et signer, ce qui souligne les traditions archaïques qu'Alain Corbin a longuement analysées dans sa thèse41.

  • 42 Cela a été fait dans la France du Nord par René Grevet, École, pouvoirs et société (fin xviie siècl (...)
  • 43 Ces recherches ont été faites à partir des minutiers du notaire, Miquel, de Cayriech, canton de Cau (...)

24Concrètement, un rapport existe entre niveau de revenus et alphabétisation, comme le montre, grâce au relevé du montant de la dot de la future épouse dans les contrats des notaires, le lien entre le degré de richesse et la détermination à savoir lire et écrire42. Ayant enregistré les dots remises aux futurs époux par les parents de la mariée, dans tous les contrats de mariages passés de 1733 à 1779, dans les minutiers du notaire de Cayriech43, il m'a été possible de dresser le tableau ci-contre.

25Le plus remarquable dans ce tableau, c'est que le pourcentage de signatures décroît avec une étonnante régularité, depuis les mariés les plus fortunés jusqu'aux plus démunis. Les 73 époux qui reçoivent des dots supérieures à 1 000 livres signent à près de 80 %, qu'ils soient bourgeois, ceux qui vivent de leurs rentes, hommes de justice ou laboureurs. Pour les dots supérieures à 500 livres, plus de la moitié des 163 époux se montrent capables de signer. Le niveau baisse ensuite, et sur les 205 époux qui reçoivent moins de 200 livres, seulement 18 signent, soit un pourcentage de 13,65 %.

Rapport entre l'alphabétisation et la dot au mariage à Cayriech au xviiie siècle

Rapport entre l'alphabétisation et la dot au mariage à Cayriech au xviiie siècle

Total des contrats de plus de 1 000 livres de dot : 73

Nombre de contrats de ce type comportant une signature : 58

Pourcentage de contrats signés : 79,5 %

26Ces chiffres révèlent, avec netteté, les clivages sociaux tels qu'ils apparaissent chez un notaire d'une communauté rurale. Les contrats des notables témoignent par les nombreuses signatures qui apparaissent à la suite des actes de mariages que le réseau de relations sociales se constitue avec des gens de même niveau de fortune. À l'évidence, pour les gens aisés, savoir lire et écrire est un des critères de la distinction sociale. Sans doute le ferment décisif des progrès de l'alphabétisation est-il dans cette volonté de distinction qui caractérise les familles de notables quelles que soient les provinces : savoir lire et écrire, parler la langue du pouvoir en sont des critères fondamentaux.

27Comprendre cette volonté des notables de se distinguer du peuple, n'est-ce pas souligner le fossé culturel qui sépare les paysans aisés et les paysans plus pauvres ? S'il existe bien un clivage entre deux cultures, l'une traditionnelle et l'autre plus ouverte, pour autant, il n'est pas question d'envisager une rupture dans le monde paysan, entre lettrés et illettrés : trop d'indices semblent démontrer au contraire, combien les paysans lettrés ont conservé des relations de sociabilité traditionnelle avec leurs voisins ou leurs compatriotes. Ils ont, en réalité, joué un rôle plus positif en servant d'intermédiaires culturels entre le peuple et les élites.

  • 44 Jean-Marc Moriceau, Les Fermiers de l'Ile-de-France. L'ascension d'un patronat agricole (xve-xviiie(...)

28Seule la frange la plus aisée des propriétaires fonciers, la gentry, en Angleterre, les « bourgeois », dans le Sud-Ouest, ont eux franchi le pas de la ségrégation sociale en accédant à de nouvelles fonctions et à de nouvelles dignités, en se hissant au rang des élites. C'est le parcours suivi par les laboureurs ou par les fermiers-gentilshommes de l'Île-de-France qui ont, au xviiie siècle, largement privilégié l'investissement éducatif en envoyant leurs enfants faire de solides études dans des pensions ou des collèges, puis poursuivre des études de droit44. Devenus avocats ou magistrats, vivant dans les villes, ces nouveaux venus dans le cercle des élites perdent le contact avec le monde rural et connaissent une autre destinée. Mais leur nombre est très restreint, et dans leur majorité, les paysans lettrés se situent à un niveau inférieur de la hiérarchie sociale et sont restés à la campagne où ils ont transmis leurs nouveaux savoirs et leur volonté de changement.

*

29L'analphabétisme paysan recule, du xvie au xviiie siècles, mais il est loin d'avoir disparu. Trop d'obstacles s'opposent à l'instruction des populations rurales ; trop de résistances freinent leur accès à l'école. À la fin xviiie siècle, des îlots d'analphabétisme persistent dans le cœur de la Bretagne, en Limousin ou dans les Highlands, là où même les laboureurs restent dans leur grande majorité analphabètes.

30En dépit des disparités, partout l'alphabétisation des exploitants agricoles gagne du terrain et elle contribue à opposer dans le monde paysan, les propriétaires de plus en plus alphabétisés et les ouvriers agricoles illettrés. Les études menées récemment, en Écosse, en Angleterre, en Normandie ou dans le Sud-Ouest, permettent d'analyser à quel moment les paysans aisés accèdent de plus en plus aux apprentissages de la lecture et de l'écriture. Parmi les facteurs favorables à cette alphabétisation, figure la volonté de lire les textes évangéliques, de s'adapter à la langue officielle, de contrôler les textes administratifs ou judiciaires, de s'adapter aux contraintes économiques.

31Au temps où se multiplient les écoles, dès le xviie siècle, en Écosse ou en Angleterre, une ségrégation sociale s'opère dans le monde rural. Les enfants des familles paysannes aisées fréquentent de plus en plus ces écoles et apprennent la langue officielle, tandis que les travailleurs de terre continuent de parler leur idiome — notamment le gaélique — et rejettent la culture écrite, celle du savoir et du pouvoir. Ainsi, la hiérarchie sociale liée aux structures agraires, se traduit, certes, par des écarts de revenus, mais elle se caractérise, aussi, par des disparités culturelles liées aux différences d'alphabétisation.

Notes

1 Margaret Spufford, Contrasting Communities : English Villagers in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Cambridge, 1974.

2 Une évaluation de l'alphabétisation est faite à partir des actes notariés par Emmanuel Le Roy Ladurie dans Les paysans de Languedoc, Paris, Sevpen, 1966, rééd. Flammarion, 1969, où il analyse les trois types de signatures qu'il relève dans les minutiers du xvie siècle. Michel Vovelle, dans Piété baroque et déchristianisation. Attitudes provençales devant la mort au siècle des Lumières d’après les clauses des testaments, Paris, 1973, a de son côté mesuré les niveaux d'alphabétisation des testateurs.

3 C'est la méthode utilisée par Anne-Marie Cocula-Vaillières, La Dordogne des bateliers, Paris, 1981. Grégory Hanlon, L'univers des gens de bien. Culture et comportements des élites urbaines en Agenais- Condomois au xviie siècle, Presses Universitaires de Bordeaux, 1989.

4 Les serments de fidélité au parlement, exigés des citoyens anglais ou écossais, au cours de la guerre civile (1638-1643) constituent une des sources les plus anciennes où figurent des signatures. Les dépositions des témoins à la Haute Cour de justice, la plus haute cour criminelle d'Ecosse, apportent, avec la signature, d'autres précisions : le nom, le statut matrimonial, l'âge, la profession et la résidence.

5 Scottish Literacy and the scottish identity. Illiteracy and society in Scotland and northern England, 1600-1800, Cambridge University Press, 1985.

6 Marcel Fleury et Pierre Valmary, « Les progrès de l'instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III d'après l'enquête de Louis Maggiolo (1877-79) », dans Population, 1957, 1. Cet article reprend l'état récapitulatif et comparatif indiquant par département, le nombre de conjoints qui ont signé l'acte de leur mariage entre 1686-1690, 1786-1790, 1816-1820 et 1872-1876. Le recteur honoraire Louis Maggiolo, chargé de mission par le ministère de l'instruction publique, a donné une ampleur sans précédent à son enquête en bénéficiant du concours de 15 928 instituteurs.

7 La mauvaise tenue de ces registres est maintenant démontrée et mes recherches ont permis de souligner la sous-estimation de l'alphabétisation dans le Sud-Ouest, au xviie siècle comme au xviiie siècle. Voir mes différents travaux de recherches : Les Chemins du savoir en Quercy et Rouergue à l'époque moderne, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1999 [thèse], ou bien « L'alphabétisation en Haut-Languedoc au xviiie siècle. Les aléas de la méthode Maggiolo dans le diocèse de Montauban », Annales du Midi, n° 198, avril-juin 1992, p. 175-194. En comparant pour les mêmes couples, le comptage des signatures dans les registres paroissiaux et dans les minutiers des notaires, on observe que les mariés signent deux fois plus, lors du contrat de mariage chez le notaire. Ainsi, les résultats obtenus selon la méthode Maggiolo sont-ils fortement sous-évalués en raison de la mauvaise tenue des registres catholiques.

8 Jean-Pierre Poussou constate un écart, plus ou moins important selon les paroisses, entre le nombre de signatures des mariés à l'église et chez le notaire, dans : « La "méthode Maggiolo" et la mesure de l'alphabétisation du Sud-Ouest de la France, à la fin du xviiie siècle », Annales du Midi, t. 105, avril-juin 1993.

9 Dans l'évêché de Léon, les pères sont 2 fois plus nombreux à signer lors du baptême de leur premier enfant que ne le sont les mariés le jour de leur noce, dans : Fañch Roudaut, « La difficile approche de l'alphabétisation de la Basse Bretagne avant la Révolution », Études réunies en l'honneur de Pierre Goubert, Toulouse, 1984.

10 Lire et écrire. L'alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, 1977, 2 vol.

11 Robert Allan Houston, Literacy in Early Modem Europe. Culture and Education. 1500-1800, Londres-New-York, 1988.

12 Pour chaque paroisse et chaque « trève » du Morbihan - une succursale de l'église paroissiale -, A. Cariou a examiné les 100 actes de baptême immédiatement antérieurs au 31 décembre 1789, en relevant les noms des parrains et marraines et leurs éventuelles signatures. Au total, pour 26 100 actes de baptême examinés, dans 261 paroisses et trèves (sur 264 qui composaient, en 1789, le futur Morbihan), 45 719 personnes différentes, hommes et femmes, ont été priées de signer : 21,2 % des parrains et 7,5 % des marraines ont été capables de répondre à cette requête. A. Cariou, « L'instruction dans le département du Morbihan à la veille de lal Révolution de 1789 », Mémoire de la Société historique et archéologique de Bretagne, t. xxxv, 1955.

13 Il n'est pas impossible d'ailleurs que ce soit la raison majeure du retard des pays bretonnants de l'intérieur qui ont des niveaux d'alphabétisation plus faibles, de toutes les façons, que les pays côtiers.

14 Lire et écrire, op. cit., t. I, p. 180 à 187, dont une sous-partie est intitulée « Openfield et bocage ».

15 Comme le montre Yvonne Pasquet, « L'alphabétisation dans le département de la Vienne au xixe siècle », Lire et écrire, op. cit., t. II, p. 245 à 293.

16 Citation de Jean-Claude Sangoï, dans Démographie paysanne en Bas-Quercy, Paris, 1985, p. 16.

17 Les Chemins du savoir, op. cit., p. 234-239.

18 Lire et écrire, op. cit, t. I, p. 340.

19 Ibidem, p. 184.

20 Harvey Chisick, The Limits of Reform in the Enlightment. Attitude towward the education of the lower classes in eighteenth century France, Princeton, 1985. Sur cet ouvrage, voir Histoire de l'Education, n° 45, janvier 1989. Face à une forte demande sociale, des esprits éclairés, comme La Chalotais, exigent, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, la réduction du nombre des collèges et des petites écoles.

21 Maurice Bordes, D'Étigny et l'administration de l'intendance d'Auch (1751-1767), Auch, 1957. Georges Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières vers 1670-1789, Mayenne, Cujas, 1974, p. 414, d'après un document des Arch. dép. de Haute-Garonne, C 2047 ; Gardouch se trouve à une vingtaine de kilomètres au nord de Toulouse.

22 Arch. dép. du Tarn-et-Garonne, 5 E 5963, notaire Delvolvé, délibération du 11 mai 1783.

23 Arch. dép. du Tarn-et-Garonne, registres des délibérations consulaires de Castelmayran, canton de Castelsarrasin, 3 E 1809, folio 97 verso, 98 recto et 98 verso.

24 Plusieurs exemples sont cités dans : Lire et écrire...,op. cit., t. I, p. 137-153.

25 T. Christopher Smout, A History Scottish People (1560-1830), London, 1969, 9ème édit., 1990, p. 426-427.

26 Robert Allan Houston, Literaçy in Early Modem Europe..., op. cit.

27 Patricia El Bounia-Roudet, « Les protestants de Tonneins sous le règne de Louis xiv (1661- 1715) » dans Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, t 135, avril-juin 1989, p. 193.

28 D'après Grégory Hanlon, L'univers des gens de bien, op. cit, p. 261.

29 Voir Guy Astoul : « Les protestants et leurs écoles dans le colloque de Bas-Quercy aux xviie et xviiie siècles », Bulletin de la Société d'Histoire du Protestantisme Français, t. 140, avril-juin 1994, p. 193.

30 Émile-Georges Léonard considère que s'est établie une sorte de partage des tâches « entre une bourgeoisie qui lisait les Saintes Écritures dans le culte privé où elle se confinait et le peuple qui les entendait dans les assemblées du Désert », comme il l'écrit dans une préface à une étude de Daniel Ligou : Documents sur le protestantisme montalbanais au xviiie siècle, Toulouse, 1955, p. xxxi.

31 Arch. municipales de Montech, reg. délib., BB 4, le 9 juillet 1737.

32 Évoqué dans « The role of non-economic factors in Scottish growth », 1970, cité par Robert Allan Houston, Scottish Literaçy and the scottish identity..., op. cit., p. 215.

33 « Mieux instruits, les paysans n'hésitent plus à contester », c'est le titre d'une section dans : Les Chemins du savoir, op. cit., p. 315-319 : la multiplication des syndicats paysans à la veille de la Révolution est là pour démontrer leur détermination à prendre en main leur destinée.

34 Robert Allan Houston conteste l'idée d'une avance de l'Écosse dans un article qu'il a intitulé : « Le mythe de l'alphabétisation : l'analphabétisme en Ecosse, 1630-1760 », Past and Present, n° 96, août 1982.

35 Le terme de servant peut être utilisé dans des sens très différents : il peut désigner un travailleur agricole, un employé, un ouvrier travaillant chez un artisan ou un domestique. Dans le cas d'une double activité, c'est l'activité non agricole qui est choisie. Cela est vrai, dans les Lowlands, des petits paysans, les cottars, pour lesquels les activités agricoles étaient exceptionnelles.

36 Scottish Literaçy and the scottish identity..., op. cit., tableau 2.1 de la p. 33.

37 Il est possible que la révolution agricole du xviiie siècle ait favorisé les tenants les plus favorisés par la taille de leur ferme.

38 Contribution de Muriel Jorger, « L'alphabétisation das l'ancien diocèse de Rouen au xviie et aux xviiie siècles », dans Lire et écrire..., op. cit., t. II, p. 101-151.

39 Ce chiffre ne correspond pas du tout aux pourcentages obtenus d'après les registres paroissiaux. En Bas-Quercy, un époux sur deux ayant signé son contrat chez le notaire n'a pas signé le registre paroissial comme nous en avons trouvé de nombreux exemples y compris dans une ville comme Caussade. Sur ce point voir Guy Astoul, « L'école en Bas-Quercy aux xviie et xviiie siècles », Bulletin de la Société Archéologique du Tarn et Garonne, 1992, t. 117.

40 Arch. dép. de la Corrèze : sondage dans les registres paroissiaux et dans ceux des notaires Bassalet et Chamard, entre 1776 et 1785.

41 Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle, Paris, 1975.

42 Cela a été fait dans la France du Nord par René Grevet, École, pouvoirs et société (fin xviie siècle - 1815), Lille, 1991, p. 53-55 et 63-65. Il tient compte des contrats de mariages et des actes de succession.

43 Ces recherches ont été faites à partir des minutiers du notaire, Miquel, de Cayriech, canton de Caussade, Tarn-et-Garonne, Arch. dép. du Tarn-et-Garonne, 5 E 6959 à 6993. N'ont été prises en considération que les dots libellées en espèces et attribuées par les parents de l'épouse.

44 Jean-Marc Moriceau, Les Fermiers de l'Ile-de-France. L'ascension d'un patronat agricole (xve-xviiie siècles), Paris, Fayard, 1994, p. 732-738.

Table des illustrations

Titre L'alphabétisation paysanne en Quercy et Rouergue de 1776 à 1785
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20566/img-1.png
Fichier image/png, 119k
Titre Rapport entre l'alphabétisation et la dot au mariage à Cayriech au xviiie siècle
Légende Total des contrats de plus de 1 000 livres de dot : 73
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20566/img-2.png
Fichier image/png, 200k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540