Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Troisième partie. Approches culturelles de la hiérarchisation sociale

Quelques réflexions sur la place de la parenté et de la famille dans l'histoire sociale

Bernard Derouet

Index terms

Geographical index :

France

Full text

1L'histoire de la famille et de la parenté fait-elle partie intégrante de l'histoire sociale ? Une telle question peut surprendre, elle a cependant un sens. En effet, depuis les années 1970 ce domaine de recherche a suscité de multiples travaux, sur des aspects aussi variés que les relations conjugales, les solidarités et les conflits liés aux rapports de parenté, les formes et cycles du groupe domestique, les modes de transmission du patrimoine, les stratégies matrimoniales, les modalités de l'établissement, les transferts entre générations, le destin des enfants selon leur sexe et leur rang dans la fratrie. Pourtant il existe une tentation dangereuse : celle de traiter l'ensemble de ces sujets comme une matière à part, venant en supplément ou en complément de l'histoire sociale traditionnelle — à la manière d'un chapitre nouveau ou d'une annexe, même s'il s'agit bien sûr d'une annexe de taille.

2Ce risque de confinement dérive manifestement de la distinction entre « privé » et « public » qui, comme l'a montré Philippe Ariès, fait partie de notre perception contemporaine de la vie. Nous avons tendance à isoler l'un de l'autre deux univers : une sphère de la vie en société au sens propre, c'est-à-dire celle des relations avec « l'extérieur », et une autre sphère qui comprend ce qui relève de l'intimité, du privé, du familial. La tentation est alors grande d'en faire deux chapitres distincts de l'histoire sociale, sans percevoir l'intérêt pourtant réel de les articuler étroitement l'un à l'autre. Les quelques réflexions qui sont proposées ici ont pour but de suggérer, au contraire, tout l'intérêt qu'il y a à prendre la famille et la parenté comme une dimension à part entière du social, et de montrer comment elles fournissent une grille de lecture indispensable dans certains contextes particuliers.

  • 1 Au moment où nous écrivons ces lignes vient de paraître le remarquable travail de Paul-André Rosent (...)

3Il est de bonne méthode de distinguer ce qui relève de la « famille » au sens propre, c'est-à-dire le groupe de vie en commun, de ce qui a trait aux relations de parenté, même s'il y a d'évidentes connexions entre ces deux domaines. Beaucoup d'historiens de l'époque moderne ont été davantage sensibles à la question de la famille, aussi n'évoquerons-nous ici ce sujet que pour mémoire. Il est devenu aujourd'hui difficilement possible d'aborder certains grands thèmes d'histoire sociale comme les migrations, la pluriactivité, ou l'insertion de l'activité paysanne dans les marchés sans envisager leur liaison avec les problèmes de la famille, de sa composition, de sa dynamique dans le temps, de ses stratégies de reproduction sociale1. Et surtout, lorsqu'il est question de « stratigraphie » sociale et d'identification de catégories au sein du monde rural, il paraît difficile de négliger l'importance de la notion de cycle de vie : dans beaucoup de sociétés rurales, en tout cas dans toutes celles où les exploitations et les maisons ne se reproduisaient pas à l'identique par le moyen de l'héritier unique, la plupart des individus et des ménages passaient au cours de leur vie par des phases différentes quant à la nature des activités qu'ils étaient amenés à exercer, ou quant à la façon dont ils pratiquaient le métier d'agriculteur.

4Ces questions relatives à la « famille » étant aujourd'hui mieux prises en considération, nous nous attacherons ici davantage au problème des relations de parenté, dont l'importance dans la vie des sociétés rurales est souvent moins bien perçue à cause de la nature même des sources sur lesquelles travaillent les historiens. Pourtant, en matière de stratigraphie et de relations sociales, il y a là quelques problèmes de première importance. Comment se présente la concurrence ou l'interférence entre, d'une part, des clivages fondés sur des différences de rang, de fortune, de statut socio-économique, et, d'autre part, des solidarités qui ont pour base l'appartenance à un même groupe de parenté ? Sans prétendre faire le tour de la question, nous nous appuierons sur quelques travaux récents pour suggérer à la fois la richesse et la complexité de cette articulation entre rapports de parenté et histoire sociale.

*

  • 2 Élie Pélaquier, De la maison du pire à la maison commune. Saint- Victor-de-la-Coste, en Languedoc r (...)

5Parmi les études qui apportent le plus de suggestions en ce domaine, je choisirai d'attirer particulièrement l'attention sur le travail d'Elie Pélaquier2, consacré à un bourg rural du Languedoc rhodanien aux xviie et xviiie siècles - précisément parce qu'il est exemplaire dans la façon dont il montre l'interférence entre les problèmes de stratification sociale

6et le système familial. Il fait voir clairement qu'il faut ici passer par l'étude du fonctionnement concret de la succession et de l'alliance, pour comprendre certaines formes particulières de cohésion sociale et de dépendance qu'on peut résumer par le terme de « clientélisme ». Dans cette région, on assiste au xviie siècle au triomphe définitif d'un système d'héritier unique ou principal, qui supplante l'ancienne pratique assurant une égalité entre l'ensemble des garçons de la fratrie. Ce successeur privilégié est l'aîné. Il s'agit bien sûr de l'aîné des garçons, mais si parmi les enfants il n'y a que des filles, l'aînée d'entre elles est cependant instituée héritière principale, et dans ce cas on fait venir un gendre à la maison.

7L'intérêt de ces pratiques successorales réside dans les conséquences qu'elles entraînent sur l'alliance, et par ce biais sur les rapports sociaux à l'intérieur du village. En matière d'alliance, on a coutume d'insister - à juste titre, d'ailleurs - sur le fait que dans une société stratifiée, hiérarchisée, on observe une tendance marquée à développer des stratégies de mariage à l'intérieur de son groupe, au même niveau socioprofessionnel ou au même rang ; et que ce phénomène, qualifié d'endogamie sociale ou d'homogamie, contribue à renforcer la cohésion et l'identité de chacun des groupes ou niveaux de la société locale. Dans ce bourg languedocien cela se vérifie aussi, mais en partie seulement, à cause précisément du système successoral. Parallèlement à ce type de choix, on observe en effet une proportion très significative de mariages unissant des conjoints d'origine sociale différente et de rang inégal. Ce comportement est en réalité la conséquence même des distinctions faites entre les enfants, à l'intérieur de chaque famille, entre le successeur et les autres. Le successeur, grâce à sa position privilégiée, réussit fréquemment à épouser un conjoint d'origine sociale supérieure. Inversement les autres enfants, qui ne reçoivent que de petites dots en argent et doivent chercher à se caser auprès de l'héritier d'une autre famille, sont souvent contraints de se marier au-dessous de leur condition. Quant à ceux des cadets ou des filles qui doivent se résoudre à épouser un non-successeur d'une autre famille, ils fondent en ce cas un ménage nouveau qui, bien sûr, se retrouvera plus bas dans l'échelle sociale que leurs milieux d'origine.

  • 3 Rolande Bonnain, « Le mariage dans les Pyrénées centrales, 1769-1836 », dans I. Chiva et J. Goy (éd (...)

8Un phénomène comparable, qualifié d'hypergamie des aînés, a aussi été retrouvé dans d'autres sociétés à héritage inégalitaire, ainsi dans les Pyrénées3. Mais l'intérêt de cette étude sur le Languedoc est qu'elle montre bien les conséquences à long terme qui en résultent sur le plan social, dans les relations entre les différentes familles au sein de la communauté. Après quelques générations, chaque chef de maison est de la sorte uni, par des relations de parenté collatérale, à de nombreux autres individus qui appartiennent à des strates très diversifiées du village. L'auteur montre bien le rôle de ces liens de parenté, transversaux aux autres clivages, dans les groupements et les factions qui apparaissent et structurent la vie de la communauté locale. On aperçoit comment tout cela a pu favoriser un phénomène de clientèlisme généralisé, et des formes de solidarité spécifique, à caractère « vertical », malgré les différences de condition sociale.

9Dans notre perspective d'histoire sociale, l'intérêt d'une étude comme celle-ci vient de ce qu'elle articule de manière convaincante l'existence de différents types de clivages sans en sacrifier aucun, et en montrant au contraire leur interaction. D'un côté en effet, il n'est pas question de gommer l'existence des différences de statut et de richesse à l'intérieur de ce bourg : on y constate tout un dégradé allant des bourgeois, aux ménagers, aux laboureurs, aux artisans et aux travailleurs de terre. Mais d'un autre côté on comprend mieux, après ce détour par le système de parenté, pourquoi ce sont d'autres clivages qui apparaissent de la manière la plus visible, soit dans les relations sociales au quotidien — avec des rapports de fidélité et de dépendance consentie -, soit dans les grands événements du bourg qui mettent souvent en présence des factions rivales. C'est l'absence même d'homogénéité du groupe de parenté sur le plan social qui lui donne une multiplicité d'appuis possibles et un grand rayon d'action.

  • 4 Osvaldo Raggio, Faide e parentele. Lo stato genovese visto dalla Fontanabuona, Microstrie 18, Einau (...)

10Parmi les études, encore peu nombreuses, qui traitent de l'interférence entre les problèmes de la parenté et ceux des relations et de la stratigraphie sociales, les plus intéressantes sont celles qui mettent en évidence le caractère ambigu et complexe des rapports qu'entretiennent ces deux ordres de phénomènes. A cet égard, on doit accorder une attention spéciale aux travaux réalisés par Osvaldo Raggio sur la Ligurie orientale aux xvie et xviie siècles4, en raison des paradoxes qu'ils proposent. Le sujet abordé est celui de l'intégration politique de cette région relative- ment isolée, située entre la côte et la plaine lombarde, dans les structures de l'État moderne en train de se former, en l'occurrence l'État gênois. L'auteur examine le processus de prise de contrôle de cette région par l'État, qui lui impose son découpage territorial et administratif, son personnel et ses institutions ; mais dans la ligne de la micro-histoire, le phénomène est analysé depuis la base, de telle sorte que c'est une « histoire sociale » de l'intégration politique qui nous est ici proposée.

11La particularité de cette région était la place déterminante qu'y occupaient, encore aux xvie et xviie siècles, les liens de parenté dans les formes de la vie sociale. Il s'agissait d'une société de clans familiaux à caractère agnatique, dont la cohésion était encore renforcée par le fait que chaque groupe avait une implantation territoriale assez précise et concentrée. La vie de cette société était rythmée par les compétitions et même les combats de ces groupes de parenté. C'était un univers de factions où s'exerçait la faida, c'est-à-dire la vengeance et la lutte armée de groupes collectivement solidaires contre d'autres, avec une alternance de guerres privées et de trêves, mais où les appartenances, les inimitiés et les alliances subsistaient sur la très longue durée.

12Or ce qui est intéressant, c'est la manière dont l'État génois a réussi à appliquer son contrôle à cette société. Dans ce but il a nommé des administrateurs, des juges, et redéfini partiellement les circonscriptions territoriales. Et pourtant, comme le montre l'analyse d'Osvaldo Raggio, en réalité le pouvoir central ne va réussir à s'imposer qu'en composant avec les formes sociales existantes, et en adaptant son action à leur particularité. L'État ne va pas chercher à démanteler le système des factions et à créer une société d'individus, mais au contraire à s'insérer dans le jeu tel qu'il se joue ici. Ainsi pour imposer la paix sociale, l'État génois a finalement adopté un rôle d'arbitre entre les factions, et de garant des accords et des trêves. Il a admis et officialisé dans sa législation des principes de responsabilité collective à l'intérieur des parentèles, en matière fiscale et même sur certains points en matière pénale. En somme, il a accepté de n'avoir pas affaire directement avec les individus mais avec les principaux personnages des factions, auxquels il a délégué en quelque sorte la bonne gestion de leurs troupes. Et bien qu'il y ait eu création de fonctionnaires territoriaux, ceux-ci se sont appuyés sur les chefs des groupes de parenté, à la fois pour assurer la pacification du pays et pour obtenir la rentrée des impôts. Mais en adoptant ce comportement l'État a légitimé plus que jamais le pouvoir de tels chefs, confortant ainsi pour longtemps, et même durcissant, la forme clanique d'organisation socio- politique.

13On a donc assisté dans ce contexte à un phénomène étonnant : un processus qui pouvait être pensé comme porteur de modernisation — à savoir l'intégration dans les structures d'un État moderne - a eu paradoxalement pour effet de consolider un type de relations sociales de forme archaïque et holiste, dominée par les rapports de parenté et de clientèle. Naturellement, il s'agit d'un exemple local qui ne peut pas être généralisé. Mais une étude de ce genre et les résultats sur lesquels elle débouche sont intéressants, justement dans la perspective de l'articulation entre les phénomènes de parenté et l'histoire sociale. Ils démontrent combien ce problème est plus complexe qu'on ne le pense souvent ; et comment en particulier il faut se méfier de l'idée d'une évolution linéaire et progressive en la matière — une évolution selon laquelle des univers dominés par l'individu et des institutions à caractère impersonnel auraient, peu à peu et régulièrement, remplacé d'autres univers où la parenté formait l'ossature majeure des relations sociales (ou son squelette interne, pour reprendre une expression célèbre).

*

  • 5 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xve-xixe siècles, Paris, 1993.

14Il ne faudrait pas croire cependant, à la suite de cet exemple de la société ligure, qu'un usage intensif des relations de parenté soit toujours synonyme d'un vestige de formes archaïques des relations sociales. C'est ce que démontrent les études récentes consacrées à la parenté comme base de la formation de réseaux. Ceux-ci ont joué un rôle modernisateur et ont permis de répondre à des besoins nouveaux, à l'époque moderne. En particulier, plusieurs études ont bien montré pourquoi c'est dans ce cadre que se sont développées diverses formes de commerce interrégional, comme par exemple celle du colportage, analysée par Laurence Fontaine5, ou encore le commerce du bois vers Paris qui devint une affaire aux proportions considérables à partir de la seconde moitié du xviie siècle.

15Dans ce dernier cas, pour développer un commerce à longue distance, le problème était de trouver une forme d'organisation adaptée qui, d'une part, sorte des cadres traditionnels à caractère corporatiste et permette de sumonter leurs blocages ; qui, d'autre part, puisse assurer la couverture d'un espace étendu et de tâches variées, au moyen d'implantations stratégiques dans les différents lieux concernés par la production, le transport puis la commercialisation du produit. Il fallait aussi assurer la sécurité d'engagements financiers qui s'étalaient dans le temps, et trouver des partenaires fiables, malgré la distance. On a pu montrer comment la parenté fournissait le cadre le plus approprié pour créer une structure répondant à ces différentes exigences. Le problème ainsi posé, c'est celui de l'efficacité de la parenté comme moyen d'action trans-territorial, dans une société encore marquée par ses découpages et ses particularismes locaux.

  • 6 Francine Rolley, « Entre économie ancienne et économie de marché. Le rôle des réseaux de parenté da (...)

16Toutes ces questions ont été bien posées dans le travail que Francine Rolley a consacré aux marchands de bois qui ont approvisionné la capitale entre le xviie et le xixe siècles6. Mais l'intérêt de son étude, c'est aussi qu'elle analyse les différentes manières, plus ou moins efficaces, selon lesquelles la parenté pouvait être en ce cas utilisée, en comparant notamment deux réseaux à l'esprit différent. Le premier d'entre eux comportait une solidarité complète des membres dans les affaires du bois, et offrait l'image d'une structure hiérarchisée et concentrée, avec un seul responsable général et un budget unique. Les tâches confiées à chacun des membres étaient très précises et circonscrites. Or des deux réseaux c'est celui-ci — le plus proche d'une entreprise intégrée — qui s'est révélé le moins durable, puisqu'il a fini par éclater au bout d'une vingtaine d'années. On s'aperçoit, dans le détail, que le caractère familial de l'entreprise a été un handicap pour sa pérennité, à cause de la confusion entre patrimoine et commerce, les successions fragilisant l'entreprise et finissant par remettre en cause son existence même.

17Le deuxième réseau, au contraire, a fonctionné de manière satisfaisante sur une longue période couvrant à la fois le xviiie et le xixe siècles. À étudier de près son fonctionnement, on se rend compte que son succès a tenu à la souplesse même de sa structure : entre les membres du réseau pas de capital commun, pas de direction commune, mais au contraire une autonomie appréciable laissée à chacun des maillons qui avaient été progressivement installés ici et là. On traitait des affaires ensemble, mais au coup par coup. Il y avait donc là une organisation plus lâche, où la parenté restait avant tout un mode de relations interpersonnelles privilégié. En d'autres termes, il n'y avait pas là une firme familiale, mais un système selon lequel un membre de la famille était préféré à un partenaire extérieur parce qu'on pouvait lui faire davantage confiance. Mais les affaires et les contrats restaient ponctuels, comme avec les étrangers. L'avantage de ce type d'organisation était notamment que tout en permettant à chacun de bénéficier de points d'appui privilégiés, la faillite d'un des membres n'avait pas de conséquences sur l'ensemble, à cause précisément de l'autonomie de chacun.

  • 7 Hugues Neveux, « Pouvoirs informels et réseaux familiaux dans les campagnes européennes au xvie siè (...)

18Au-delà de ce cas particulier des marchands de bois, l'intérêt des analyses sur les réseaux est de nous amener à approfondir la réflexion sur les modes particuliers d'intervention de la parenté dans le social. C'est une question dont l'importance avait été bien perçue par Hugues Neveux, qui avait écrit quelques très beaux textes sur ce sujet7. Il a développé la notion de « sollicitation conjoncturelle » des cercles de parenté, et cherché à montrer comment la parenté pouvait être une des lignes de force des relations sociales tout en ne donnant lieu qu'à des organisations informelles, et à un recours discontinu dans le temps. C'est une question que j'ai retrouvé dans mes propres travaux comme tout historien de la famille et de la parenté, et j'illustrerai son importance par quelques réflexions à propos de ce vieux débat sur l'individualisme ou l'esprit communautaire de certaines populations rurales. On sait qu'il s'agit d'une question qui a été souvent évoquée à propos des paysans de l'Ouest français, notamment.

  • 8 Il ne s'agit là bien sûr que d'une caractéristique majoritaire qui n'exclut pas certaines exception (...)

19Avec un peu de recul, on se rend compte que ces régions ont suscité sur ce point des analyses au fond très différentes et même en apparence contradictoires. D'un côté, toute une tradition insiste depuis longtemps sur le comportement individualiste des paysans de l'Ouest, sur leur attachement au chacun-chez-soi, avec un sens très fort et très ancien de la propriété individuelle sur la terre. On souligne en même temps l'absence de structures communautaires puissantes, le repli sur soi de petites cellules familiales, leur isolement. On est d'autant plus tenté d'adhérer à cette impression d'isolement et d'émiettement social qu'elle se double souvent d'un éparpillement géographique, dans des régions dont beaucoup sont bocagères et à habitat dispersé, et où chaque paysan peut sembler en quelque sorte cloîtré derrière ses haies. De plus, ces régions sont, en majorité, caractérisées par la présence du ménage nucléaire.8 Pourtant d'un autre côté, un nombre croissant de travaux récents nous donnent de ces pays une image complètement différente. Il s'agit des études qui portent sur les problèmes de la reproduction sociale de la famille - études d'historiens, mais encore plus ici travaux d'anthropologues, comme ceux de Martine Segalen, Tiphaine Barthélémy, Georges Augustins, et de Marie-Claude Pingaud sur le Perche. Toutes ces études démontrent l'existence, dans beaucoup de régions de l'Ouest, de liens très forts de solidarité, mais dans un cadre particulier, celui de la parenté — ou plus exactement ce qu'on doit appeler la « parentèle », puisqu'ici, en liaison avec l'héritage égalitaire, la parenté reconnue est bilatérale, elle concerne aussi bien les parents par les femmes que par les hommes et s'étend à la fois aux consanguins et aux parents par alliance, avec une grande extension horizontale en direction de l'univers des collatéraux.

20On a pu montrer combien ces liens de parenté étaient régulièrement entretenus, utilisés et réactivés, et comment dans ce cadre se mettaient en place des circuits soit d'entraide, soit de crédit, soit de prestations de travail ; et comment il y avait là aussi un cercle privilégié dans lequel s'organisait la circulation de la terre, ceci concernant d'ailleurs à la fois la terre en propriété et la terre prise ou donnée à bail. Bref, pour comprendre ici réellement les voies de la reproduction sociale, le point de vue véritablement pertinent est de se placer non pas au niveau de l'unité familiale de base mais à celui de ce cercle de la parentèle.

21De la juxtaposition de ces deux images contrastées concernant les paysans de l'Ouest, il me semble qu'on peut tirer deux sortes d'enseignements du point de vue de l'histoire sociale. L'un d'eux consiste à émettre certains doutes sur la pertinence d'une opposition comme celle entre sociétés rurales individualistes et sociétés rurales à forte cohésion communautaire. S'il y a bien des différences importantes dans les types régionaux de relations sociales dominantes, dans bien des cas il ne s'agit pas tant d'une différence de degré (en plus ou en moins) dans la force des solidarités, que d'une différence dans leur forme, dans les voies qu'elles empruntent et les types de personnes entre lesquelles se tissent des liens privilégiés. Et de ce point de vue, plutôt que de s'interroger sur l'individualisme, il peut être plus pertinent de souligner l'opposition entre des sociétés rurales où le lien social s'organisait majoritairement autour de l'appartenance à un même territoire, à une même entité locale, et d'autres sociétés où la solidarité suivait les lignes de force de la parenté, quelles que soient la position géographique des individus et leur mobilité.

  • 9 J'ai proposé quelques suggestions pour attirer l'attention sur ce problème dans un article paru en (...)

22À ce propos il me semble que cela constitue une puissante incitation, dans nos études sur la communauté d'habitants et ses variétés régionales, à être beaucoup plus attentifs qu'on ne l'a été jusqu'ici au problème des systèmes familiaux et à leurs conséquences en ce domaine. Les différents types de reproduction familiale n'ont pas les mêmes effets du point de vue de la fixation des hommes, de leur enracinement, et de leur rapport au territoire sur lequel ils demeurent. Cela peut entraîner des différences très sensibles en matière de sociabilité villageoise et de critères d'appartenance à la communauté9.

23L'autre enseignement que je tirerai de ces jugements contrastés sur les pays de l'Ouest rejoint la notion de « sollicitation conjoncturelle » évoquée précédemment. Si on a souvent exagéré l'individualisme des sociétés rurales à héritage égalitaire et à ménage nucléaire, c'est peut-être pour avoir prêté une attention insuffisante à des formes de relations sociales qui ont un caractère intermittent ou discontinu. Il est vrai que ce sont des relations qui ne se laissent pas percevoir au premier coup d'œil, parce qu'elles ne se traduisent pas par des formes stables et des institutions, et que de ce fait elles ne produisent pas beaucoup de traces écrites et d'archives, en tout cas de manière directe. Mais cela n'enlève rien à leur rôle. Surtout, il importe de garder à l'esprit une distinction essentielle : l'usage social de la parenté peut être très important sans que cela se traduise nécessairement par des corésidences, ou par des indivisions de propriété entre parents, ou par l'agglutinement de ceux-ci en un même lieu. La parentèle n'est ici ni une entreprise, ni un groupe agissant « en corps » et intervenant en tant que tel dans la société. Par contre, son rôle social se traduit par de nombreuses formes de réciprocités, une disponibilité pour l'entraide, la présence de personnes qu'on peut mobiliser occasionnellement le moment venu, et aussi des circuits préférentiels d'échanges de biens et de services.

  • 10 Ce texte, à paraître prochainement, a été présenté comme communication au xiie Congrès internationa (...)

24Dans un travail récent, j'ai essayé de montrer par exemple comment cela se traduisait dans le marché des biens fonciers10. On s'aperçoit que sur ce plan, dans les sociétés à héritage égalitaire, la solidarité entre parents ne consistait ni à multiplier les indivisions, ni à se consentir mutuellement dans les ventes et dans les baux un « prix de faveur », un prix sous-évalué qui serait différent du prix qui se pratique entre étrangers. Personne ne renonce à ses intérêts individuels, personne ne les sacrifie au nom d'un esprit de corps — que ce soit dans l'héritage, qui est très égalitaire et où chacun exige strictement ses droits, ou dans les transferts de biens fonciers où chacun traite avec ses parents au prix du marché. C'est sur un autre plan que se traduit la solidarité de la parentèle. Elle consiste dans le fait que lorsqu'une personne dispose d'un bien foncier à vendre ou à louer, elle le propose d'abord dans sa parenté ; on observe ainsi une stratégie assez systématique d'offre préalable ou de mise à disposition au profit des proches, qui manifeste un sens réel de l'intérêt commun mais qui se traduit avant tout par l'existence de circuits préférentiels d'échange.

25Cette forme souple d'organisation de la solidarité, qui n'exclut aucunement le souci des intérêts individuels, rejoint les réflexions auxquelles nous avons été mené précédemment à propos de la notion de réseau et du bon usage de la parenté. C'est, à mon avis, une incitation puissante à réfléchir sur la place que nous devons accorder, en histoire sociale, à des formes d'organisation et de cohésion qui ne se moulent pas nécessairement dans un cadre institutionnel.

Notes

1 Au moment où nous écrivons ces lignes vient de paraître le remarquable travail de Paul-André Rosental, Les sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, Editions de l'ehess, 255 p.

2 Élie Pélaquier, De la maison du pire à la maison commune. Saint- Victor-de-la-Coste, en Languedoc rhodanien (1661-1799), Montpellier, 1996, 2 vol, 585 + 581 p.

3 Rolande Bonnain, « Le mariage dans les Pyrénées centrales, 1769-1836 », dans I. Chiva et J. Goy (éds.), Les Baronnies des Pyrénées, 1986, t 2, p. 123-156.

4 Osvaldo Raggio, Faide e parentele. Lo stato genovese visto dalla Fontanabuona, Microstrie 18, Einaudi, Torino, 1990, 260 p. Également : « Parentèles et espaces politiques en Ligurie à l'époque moderne », dans Espaces et familles dans l'Europe du Sud à l'âge moderne, Stuart Woolf (éd), 1993, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, p. 143-163.

5 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xve-xixe siècles, Paris, 1993.

6 Francine Rolley, « Entre économie ancienne et économie de marché. Le rôle des réseaux de parenté dans le commerce du bois au xviiie siècle », Annales de démographie historique, 1995, p. 75-96.

7 Hugues Neveux, « Pouvoirs informels et réseaux familiaux dans les campagnes européennes au xvie siècle », Actes de la recherche en Sciences Sociales, n° 96/97, 1993, p. 67-79 ; « Lignages et réseaux familiaux en France : xvie-xviiie siècles (en dehors du milieu nobiliaire) », dans Jean-Pierre Bardet, François Lebrun et René Le Mée (éds.), Mesurer et comprendre. Mélanges offerts à Jacques Dupâquier, 1993, Paris, p. 423-433 ; « Sollicitations conjoncturelles des cercles de parenté. Position du problème à partir du milieu rural français (xve-xviiie siècles) », Annales de démographie historique, 1995, p. 35-42.

8 Il ne s'agit là bien sûr que d'une caractéristique majoritaire qui n'exclut pas certaines exceptions, comme dans quelques zones du Finistère occidental, dans la Gâtine poitevine (cf. les travaux de Gabriel Debien, et de Jacques Péret pour le xviiie siècle), dans la région de transition entre Bretagne, Anjou et Poitou (cf. les travaux de Philippe Bossis), ou de manière plus générale dans celles des régions de l'Ouest où le système du métayage avait pris une certaine importance.

9 J'ai proposé quelques suggestions pour attirer l'attention sur ce problème dans un article paru en 1995, « Territoire et parenté. Pour une mise en perspective de la communauté rurale et des formes de reproduction familiale », Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° 3, p. 645-686.

10 Ce texte, à paraître prochainement, a été présenté comme communication au xiie Congrès international d'Histoire Économique, Madrid, 24-28 août 1998, Session E4 (« Parenté, marché foncier et reproduction familiale : pour une réinterprétation du retrait lignager »).

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.