Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. Stratigraphie sociale et images des sociétés rurales médiévales

En relisant la vie de saint Cunual : la naissance d'un village en Trégor au tournant des xe-xie siècle

Bernard Merdrignac

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 André Oheix, « Une vie inédite de saint Cunual publiée avec un commentaire », Revue Celtique, 1911, (...)
  • 2 Hubert Guillotel, « Le dossier hagiographique du siège de Tréguier », in Bretagne et pays celtiques (...)

1La Vita de saint Cunual a rarement été mise à contribution par les historiens de la Bretagne du haut Moyen Âge1. Toutefois, dans une étude consacrée à l'érection du siège de Tréguier, le professeur Hubert Guillotel n'a pas manqué de relever l'intérêt historique de ce document. Il suggère de manière convaincante que « le récit de la promotion épiscopale de Cunual constitue un état assez voisin de ce qui a pu se passer lorsque l'abbaye de Tréguier a été transformée en évêché ». D'autre part, il souligne au passage « le côté bon enfant » de ce document2. En effet, alors qu'en règle générale les paysans et leur cadre de vie n'apparaissent pas au premier plan dans les Vitae de saints bretons médiévales, près de la moitié des récits de miracles inclus dans cette Vita font intervenir le saint en faveur des dépendants de son monastère. Cette relative particularité m'a semblé mériter la présente étude.

*

2Par profession (au sens propre du terme), l'auteur d'une Vie de saint ne cherche guère l'originalité. Conformément aux règles du genre, la Vita saint Cunual suit une progression linéaire dont les temps forts sont la formation monastique du saint, son accession au sacerdoce, son élection épiscopale et sa mort édifiante. En voici une rapide analyse.

  • 3 Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trêves et paroisses des Côtes-d'Armor, Douarnene (...)
  • 4 Le manuscrit porte fautivement « Penvean ».

3Le saint (dont rien n'est dit des origines familiales) se distingue par sa précocité à l'école monastique de Maelgur, à Plougrescant. Pendant la récréation, il guérit un sourd et un muet qui se présentent au monastère (c. 1). Se promenant en plaine campagne, il rend la vue à deux louveteaux aveugles, ce dont la mère le remercie en lui apportant le lendemain un anneau d'or (c. 2). Enfin, il guérit trois lépreux (c. 3). Il accède au sacerdoce sur les instances du comte Judaël3. Celui-ci, qui a fondé un monastère-double pour accueillir sa fille Penvé(n) an4 lui fait don de cet établissement et lui confie la paroisse dont celle-ci est l'éponyme. Lors de l'ordination de Cunual, deux aveugles, un paralytique et trois possédés recouvrent la santé (c. 4). Alors que vient le tour du saint de préparer le pain pour ses moines, à sa prière, la meule se met miraculeusement d'elle- même en mouvement (c. 5). Une autre fois, le cellérier du monastère tue la poule apprivoisée de l'abbé. Celui-ci ressuscite le volatile, mais par la suite, celle-ci ne pond plus qu'un seul œuf par jour, au lieu de deux auparavant (c. 6). Les voleurs qui s'en prennent aux dépendants du monastère encourent le châtiment divin, aussi bien quand ils dérobent des moutons (c. 7) qu'une vache (c. 8) ou un sou d'argent (c. 9).

  • 5 Hubert Guillotel, « Le dossier hagiographique du siège de Tréguier », ibid, p. 225, relève que le t (...)
  • 6 Sur l'intérêt liturgique de cet épisode, voir l'article du chanoine Jacques Raison du Cleuziou, « S (...)
  • 7 Comme souvent dans l'hagiographie bretonne, l'auteur joue sur l'ambiguïté du terme latin tyranus qu (...)

4Élu à la « chaire épiscopale de saint Tugdual » (cathedra episcopali sancti Tutuuali episcopi, c. 105), le saint se dérobe par humilité jusqu'à ce qu'une voix angélique lui enjoigne d'accepter. Lors de sa consécration épiscopale, un ange participe au rite de cofraction de l'hostie et bénit le calice6. À l'issue de la cérémonie, Cunual guérit miraculeusement de nombreux infirmes en les aspergeant d'eau bénite (c. 10). Par la suite, le saint évêque accomplit divers miracles. Il ressuscite l'un des élèves de son monastère mordu par un serpent (c. 11). Un tiern7 s'étouffe, dès la première bouchée, en avalant la viande d'une vache dérobée à un colon du saint (c. 12). Un familier du roi tombe raide mort pour avoir frappé un homme du monastère (c. 13). Un autre serviteur du roi, grimpé dans un arbre pour voler des fruits, est précipité à terre par un vent violent (c. 14). Un pêcheur est sauvé de la noyade grâce à l'intervention du saint sous la forme d'un oiseau blanc (c. 15). Un vieillard complètement édenté, de passage au monastère, retrouve toutes ses dents en se réveillant (c. 16).

5Enfin, le saint bénéficie, un an à l'avance, de la prémonition de sa propre mort, à quatre-vingt-treize ans. Il rend l'âme un dimanche, après la messe. Une odeur de sainteté emplit l'église et de multiples guérison miraculeuses interviennent durant l'année suivant son décès (c. 17).

*

  • 8 François Duine, abbé, Inventaire liturgique de l'hagiographie bretonne, Paris, 1922, p. 77-78.
  • 9 Le manuscrit inclut une messe de saint Truetal (folio 2 verso). Peut-être s'agit-il de saint Tugdua (...)

6Cette Vita de saint Cunual ne nous a été transmise que par un seul manuscrit (Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, 1289) que l'abbé François Duine datait, avec vraisemblance, du xiiie siècle. Il s'agit d'un ouvrage liturgique incomplet, « plus ou moins abîmé et mutilé »8. Le professeur Hubert Guillotel qui a eu l'obligeance d'examiner minutieusement ce manuscrit pense que celui-ci est entré dans le fonds de la Bibliothèque Sainte-Geneviève par l'intermédiaire du père J.-L. Gillet qui fut prieur-recteur de Mohon de 1717 à 1740, date à laquelle il devint bibliothécaire de Sainte-Geneviève. Le manuscrit est donc très probablement d'origine bretonne. François Duine déduisait fort logiquement de la teneur de celui-ci qu'il avait été en usage dans une église bretonne vénérant particulièrement saint Lunaire et saint Cunual, peut être aussi saint Tudual9. On est donc amené à chercher cette église dans les diocèses de Tréguier, d'Alet voire de Saint-Brieuc, c'est-à-dire dans la partie orientale de la Domnonée.

  • 10 Voir, entre autres, (c. 3) l'expression: flebant [...] contra Deum (« ils pleuraient (...) auprès d (...)
  • 11 Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, tréves et paroisses des Côtes-d'Armor..., op. ci (...)
  • 12 Bernard Tanguy, ibid., p. 166.

7Il est sans doute possible de préciser la date et les circonstances de rédaction de cette Vita de saint Cunual. L'auteur est sans doute breton- nant et connaît particulièrement bien les localités situées sur la rive gauche du Jaudy (la rivière de Tréguier)10. Il dit « avoir été élevé à Plou-grescant » où il situe le monastère de Maelgur (Prol)11. Il est familier de Penvénan qui faisait certainement partie à l'origine de cette paroisse primitive. Il est d'ailleurs tentant de chercher un écho du démembrement de celle-ci dans le récit de la donation au saint par Judaël du « presbytérat » de la paroisse où il avait établi son monastère (Penvénan plutôt que Plougrescant ?) ainsi que du « meilleur village ». Bernard Tanguy remarque, en effet, qu'à Penvénan, « la chapelle et le village de Saint-Gonval, chef-lieu de l'ancienne frairie de Trégonval, pourraient en perpétuer le souvenir »12.

  • 13 Bernard Merdrignac, Recherches sur l'hagiographie armoricaine du viie siècle au xve siècle. t.l : L (...)
  • 14 J.F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Leiden, E.J. Brill, 1962, s.v., mentionne plusieu (...)
  • 15 Hubert Guillotel, « Le dossier hagiographique du siège de Tréguier », ibid.
  • 16 Cf. manuscrit François Duine, Lexique hagiographique, Bibliothèque universitaire de droit, Rennes, (...)
  • 17 Ainsi, c. 10 : cosmus (« monde ») ; c. 11 : soma (« corps ») ; c. 15 : scapha (« barque ») ; surtou (...)
  • 18 François Duine, Memento des sources hagiographiques de l'histoire de Bretagne, Rennes, 1918, p. 83.
  • 19 Toutefois Anne Certenais, La Vie latine de saint Cunual, op. cit., p. 41-46, propose une période de (...)
  • 20 Voir André-Yves Bourgès, « De la vita de saint Cunual à celles de saints Tugdual, Maudez et Efflam  (...)

8Cette Vita n'est pas isolée et s'inscrit dans une riche production hagiographique trégoroise aux xie-xiie siècles (Vies de Tugdual, Maudez...). Le professeur Hubert Guillotel a subtilement dégagé les enjeux de cette production dans le cadre de la réorganisation religieuse de la Bretagne : l'objectif est de justifier par antériorité la constitution du diocèse de Tréguier, alors que celui-ci n'est pas attesté avant 990. Les arguments rassemblés par André Oheix pour situer la rédaction de la Vita de saint Cunual au plus tôt à la fin du xie siècle ne sont guère déterminants13. Hubert Guillotel propose de dater ce document du milieu du xie siècle. Parmi les indices relevés par ce chercheur, le plus probant est la mention du presbyteratus concédé par le comte à Cunual le jour-même de son ordination sacerdotale (c. 4). Dans les actes de la pratique, ce mot intervient couramment soit pour désigner les « biens-fonds que tient en bénéfice le prêtre desservant une église », soit pour s'appliquer aux « revenus qui découlent de l'exercice du ministère sacerdotal » et il est souvent malaisé de choisir entre ces deux acceptions14. Selon Hubert Guillotel, « l'utilisation de ce terme qui vise à la fois le service des âmes et les émoluments afférents au ministère paroissial nous situe dans le contexte des restitutions d'églises privées qui, dans l'évêché de Tréguier, interviennent dès le deuxième quart du xie siècle »15. Toutefois, ce passage de la Vita pourrait tout aussi bien faire allusion à l'investiture laïque de la paroisse et il est permis de comprendre, avec François Duine, que « le comte Judhael donne au saint la cure du plou dans lequel il avait fondé un monastère »16. L'emploi du terme presbyteratus n'exclut donc pas, à mon sens, la possibilité pour cette Vita d'avoir été composée à la fin du xe siècle ou dans les premières décennies du xie siècle, comme le proposait déjà l'abbé Duine. À l'encontre d'André Oheix, ce savant invoquait un faisceau d'arguments convergents : d'une part, des critères stylistiques et notamment la recherche d'un vocabulaire, issu du grec, caractéristique de la latinité hispérique des ixe-xe siècles17 ; d'autre part, l'absence de « souci spécial » au sujet de la consécration canonique par un archevêque. Ce silence suggère que la question de la rivalité métropolitaine entre Dol et Tours n'était pas encore d'actualité au moment de la rédaction de cette Vita18. Par contre, la reconstitution de la bibliothèque dont disposait son auteur (Vitae de saint Martin, de saint Samson, de saint Guénolé, de saint Tudual) interdit, à mon avis19, de proposer une datation du ixe siècle, voire antérieure. Contentons-nous donc d'une fourchette d'un demi- siècle, aux alentours de l'an Mil. Ainsi, le document serait contemporain, à quelques décennies près, de l'érection du siège de Tréguier en diocèse territorial20. On doit d'ailleurs noter que nulle part dans la Vita il n'est explicitement question de Tréguier. Au reste cette élection n'introduit aucun rebondissement dans le récit. Celui-ci se poursuit en juxtaposant des épisodes de la vie du monastère de saint Cunual. Tout se passe comme si l'hagiographe s'était assigné comme objectif de couler tant bien que mal les traditions relatives à un saint abbé dans le moule d'une sainteté de type épiscopal. Rien ne transparaît donc des attributions pastorales et juridictionnelles de l'évêque ; seuls ses pouvoirs sacramentels sont mis en relief.

*

  • 21 Mon collègue Daniel Pichot m'a fait l'amitié d'accepter de prendre connaissance d'une première mout (...)

9Est-il nécessaire de rappeler que l'hagiographie est un genre littéraire qui se veut « édifiant » au sens propre ? L'auteur d'une Vie de saint entend apporter sa pierre à l'édification de l'Église. Pourtant, à condition de ne pas perdre de vue les lois du genre, les notations fragmentaires sur la société rurale que contient la Vita de saint Cunual ont d'autant plus de prix que les sources de la pratique font presque totalement défaut pour le Trégor du xe siècle21.

Le paysage

  • 22 Pour ponctuelle qu'elle soit, cette notation, comme me l'a fait remarquer Daniel Pichot, est une pi (...)
  • 23 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Br (...)
  • 24 André Chédeville, « Cartulaire de Redon Economie et société », dans : Cartulaire de l'abbaye Saint- (...)

10La plupart des Vitae bretonnes du haut Moyen Âge exploitent le stéréotype de la mise en valeur d'un territoire sauvage et désert par les saints à leur arrivée dans la péninsule. Au contraire, le paysage des deux paroisses littorales du Trégor occidental qu'esquisse l'hagiographe paraît déjà structuré et humanisé quand il y situe son héros. À Plougrescant, la forêt (silvam), avec son halo de merveilleux, se démarque de la « campagne non boisée » (piano campo) dans laquelle se promène le jeune saint, encore écolier (c. 2). L'emploi du qualificatif piano exclut ici toute évocation du bocage et permet sans doute de se figurer un méjou22. À Penvénan, la mer, pour dangereuse et sauvage qu'elle soit, n'en est pas moins le lieu de travail d'un pêcheur (c. 15). Dans cette paroisse, on produit de l'orge que Cunual fait apporter au cellier du monastère pour le moudre (c. 5). Noël- Yves Tonnerre constate que si l'orge se raréfie dans le sud de la péninsule après l'an Mil, sa culture se poursuit en Bretagne septentrionale, sans doute à cause de son utilisation comme boisson23. Ici, il est question de préparer du pain. Les moines ne sont pas seuls à cultiver leur jardin (c. 5), puisque un colon du saint détient un verger planté de pommiers (arborem malam fructuosam, c. 14). La place faite à l'élevage n'est pas négligeable, les moutons sont parqués derrière un mur de pierres sèches (maceriam), près du domicile d'une veuve (c. 7), alors que les troupeaux de vaches semblent laissés en vaine pâture [uiri] transierunt per pecora..., c. 8 ; cf., c. 12). Pour ponctuelles qu'elles soient, ces quelques notations ne manquent pas d'intérêt. En effet, les cartulaires qui sont les sources incontournables sur la vie rurale, s'attachent, par nature, à privilégier l'immobilier et pourraient donc inciter leurs utilisateurs à sous-estimer la part du bétail dans l'économie rurale24.

Le peuplement

  • 25 François Kerlouégan, « Essai sur la mise en nourriture et l'éducation dans les pays celtiques d'apr (...)
  • 26 Cf. Claude Karnoouh ,« L'étranger ou le faux inconnu », Ethnologie française, 1972, 1-2, t. 2, p. 1 (...)
  • 27 Je suis redevable de cette suggestion à Daniel Pichot que je remercie vivement.

11Dans ce cadre dessiné à grands traits, la population paraît dense. Bien sûr, le monastère de Cunual attire les foules de malades et d'infirmes que l'on rencontre dans tous les textes hagiographiques, sans parler des hôtes qui sont accueillis par les moines. Par contre, lors d'un vol de moutons, l'intervention immédiate des « voisins » de la victime, l'attroupement « d'une grande foule » pour voir les coupables punis (c. 7) donnent l'impression d'une concentration de population. Groupée, celle-ci fait aussi montre de cohésion face à ceux qui viennent de l'extérieur. Ces étrangers sont d'emblée présentés comme des « voleurs » (c. 7 ; c. 8) ou se révèlent bientôt comme tels au détriment des habitants (c. 9). Si l'un de ceux-ci ne subit jamais de préjudice de la part des « voyageurs » à qui il donne l'hospitalité, c'est parce qu'il prend la précaution de « chanter depuis le matin jusqu'au soir l'oraison dominicale pour l'âme de saint Cunual afin qu'il le garde de ceux qui avaient de mauvaises intentions (c. 8) » ! Les solidarités affleurent encore à l'occasion du décès accidentel d'un élève de l'école monastique (c. 11). Les « hommes du monastère » partagent le deuil des « parents et amis » de l'enfant parce que ce dernier « avait été élevé parmi eux » (c. 11). La terminologie est celle de la « mise en nourriture » et a été étudiée comme telle ailleurs25. Mais, d'autre part, Léon Fleuriot est revenu à plusieurs reprises sur le double sens du mot amicus qui est un calque du terme breton car et s'applique à la fois à un « ami » et à un « parent ». Ce pléonasme qui trahit la cohésion du groupe n'est pas spécifique à la Bretagne. Dans les campagnes lorraines, par exemple, le terme « parent » est (à l'inverse) synonyme d'« ami » et désigne, en fait, les « corésidents » par opposition aux étrangers à la communauté villageoise26. On serait presque tenté de parler ici de « hameau familial »27.

La paroisse

  • 28 Robert Fossier, Villages et villageois au Moyen Âge, Paris, éditions Christian, 1995, p. 8.
  • 29 Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trêves et paroisses des Côtes-d'Armor..., op. ci (...)

12Affleure ainsi dans le discours hagiographique la « prise de conscience communautaire »28 des habitants de la « paroisse » de Penvénan. Celle-ci, désignée comme une plebs (c. 4), est donc déjà démembrée de la paroisse primitive de Plougrescant (à moins qu'elle ne l'ait été précisément pour en confier la charge à Cunual). Toujours est-il que l'auteur de la Vita estime nécessaire d'expliquer que cette paroisse porte un hagionyme en souvenir de la fille du comte Judaël. Celle-ci, nommée Penvénan, aurait préféré la vie religieuse au mariage, aussi son père l'aurait-il placée sous l'autorité du saint. En fait, Bernard Tanguy soupçonne « l'hagiographe d'avoir assimilé un nom géographique formé avec le breton penn (« tête », « sommet ») et un nom de sainte ». Il relève, en effet, à Plougrescant et à Camlez (qui faisait aussi partie de cette paroisse primitive) des micro-toponymes (Lanvénan, Kerguénan) qui intègrent le nom de sainte Gwenan, considérée, outre-Manche, comme la fille de saint Gildas. Or, l'île Saint-Gildas et Port-Gildas (devenu Le Port-Blanc et érigé en commune en 1932) attestent de la mémoire de ce saint à Penvénan29. Il est donc probable que le personnage de Penvénan est une invention de l'hagiographe. C'est pourquoi il serait téméraire de présenter le monastère de saint Cunual comme un monastère-double dans lequel « des hommes vierges garderaient des femmes vierges » (c. 4).On a plutôt affaire à une petite communauté de « clercs » (c. 9) qui assurent l'encadrement religieux des habitants de la plebs dont Cunual s'est vu confier le « presbytérat ».

Le machtiernat

  • 30 André Chédeville, « Cartulaire de Redon. Économie et société »..., ibid., p. 31.
  • 31 Cf. la mise au point sur « les fonctions du machtiern » dans Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Br (...)
  • 32 Voir par exemple Grenville Astill, Wendy Davies, A Breton landscape...,op. cit., p. 93.
  • 33 Ibid., p. 238.

13Il n'y a pas de plebs sans machtiern. Selon André Chédeville, celui-ci « est à la communauté civile de la paroisse ce que le prêtre est à la communauté des fidèles »30. Il n'y a pas lieu de consacrer ici un long développement à l'institution du machtiernat qui disparaît au cours du xie siècle31. Rappelons simplement que ce « chef-garant », à qui il revenait de se porter caution lors de la conclusion d'actes privés, est devenu un agent public à l'époque carolingienne32. Cette fonction est évoquée dans la Vita par le récit du châtiment miraculeux du tiern Iaribet33. Les serviteurs d'un des fils de celui-ci se sont saisis de la vache d'un des colons du saint. Ils l'abattent et la font cuire, mais « la première bouchée qu'accepta le tiern l'étouffa » (c. 12). Que ce soit Iaribet qui soit châtié et non son fils, vrai responsable du méfait, ne doit pas surprendre. Une des fonctions du machtiern est précisément d'assurer l'ordre dans la paroisse. On peut supposer deux explications (qui ne s'excluent sans doute pas) à cette carence coupable du machtiern : soit celui-ci a été lésé par l'érection de Penvénan en paroisse, s'il exerçait auparavant son autorité sur l'ensemble de la paroisse primitive de Plougrescant ; soit celui-ci n'a pas admis la donation de la « meilleure villa » (c. 4) de Penvénan au saint. Il considère donc comme légitime le prélèvement d'une « vache grasse » sur le troupeau d'un dépendant du monastère. Dans une hypothèse comme dans l'autre, le fait que ce colon s'adresse à Cunual comme à « son maître » pour obtenir réparation du préjudice que lui a infligé le fils du tiern traduit un malentendu sur le statut de cette villa.

Le village

  • 34 Une lacune du manuscrit n'a pas permis à Anne Certenais d'identifier ce village dont le nom commenc (...)
  • 35 Dans la préparation de cette communication, je me suis borné à l'analyse critique de la Vita. Cela (...)
  • 36 André Chédeville, « Cartulaire de Redon. Économie et société »..., op. cit., p. 35.
  • 37 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne..., op. cit., p. 125-126.

14En effet, le terme villa s'applique ici non à l'ensemble de la plebs, mais au hameau « qui était devant la porte du monastère de saint Cunual » et présenté comme « le meilleur » (optimam villam), ce qui implique qu'il en existe d'autres. Peut-être le « village qu'on appelait du nom de Nan[...] » (c. 14) est-il distinct du précédent34 ? On discerne donc sur la paroisse de Penvénan un habitat semi-dispersé, mais non isolé35. André Chédeville remarque que dans le Cartulaire de Redon le mot latin villa correspond fréquemment au breton treb qui désigne à la fois « un centre de peuplement » (un hameau) et « le territoire qui en dépend »36. La suggestion de Noël-Yves Tonnerre selon qui les frairies ultérieures sont vraisemblablement les héritières des treviou du haut Moyen Âge trouve confirmation à Penvénan puisqu'ici la frairie de Trégonval a sans doute succédé au hameau mentionné par l'hagiographe37.

  • 38 Cf. c. 3 : trois lépreux ont consacré leur hereditas à la Sainte-Trinité in dicumbitione monaica.
  • 39 Marcel Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, rééd., Mayenne, 1981, L 2, p.227-228 et 2 (...)
  • 40 Léon Fleuriot, Dictionnaire des gloses en vieux breton, Paris, 1964, p. 197.
  • 41 René-François Le Men et Émile Ernaut, Cartulaire de Landevennec, rééd. Britania monastica, Bretagne (...)

15Le comte a fait donation de cette villa au saint in dicombitione monahica et inseparata usque in sempiternum (« sans redevances et indivisible pour l'éternité », c. 4). Le terme juridique vieux-breton dicomit (« sans partage ») latinisé en dicombitum ou dicumbitio se rencontre jusqu'au xie siècle dans de nombreuses chartes et dans diverses Vitae pour désigner l'appropriation pleine et entière d'un bien, sans contestation possible. Dans cette Vita, comme dans d'autres sources, il apparaît comme équivalent d'hereditas38 qui s'emploie toujours dans la Bretagne du haut Moyen Âge à propos d'une terre transmissible par succession39. Le qualificatif monahica pose quelques problèmes. Léon Fleuriot n'excluait pas la contamination de ce mot par le terme juridique vieux-breton guomone : « juridiction d'une région dépendant d'une autorité »40. Il doit s'agir d'une cacographie pour monachia. La notice 21 du Cartulaire de Landévennec (compilé vers 1050) permettrait sans doute de clarifier tout ce vocabulaire. À propos de Lanriec, elle raconte comment saint Rioc a donné à saint Guénolé in monachiam perpetuam son hereditas41, en possession éternelle, et comment Grallon a confirmé cette donation in dicumbitione. En fait, on doit comprendre que, pour l'auteur de la Vita Cunuali, la villa est donnée à Cunual en toute propriété et qu'elle constitue dorénavant une monachia (un minihi : « territoire monastique ») dotée de l'immunité. On conçoit dès lors la logique selon laquelle s'enchaînent par la suite les miracles de châtiment à l'encontre de ceux qui ne respectent pas le droit d'asile qui s'y attache.

  • 42 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne..., op. cit., p. 125. Grenville Astill, Wendy Davies, (...)
  • 43 André Verhulst, « Villages et villageois au Moyen Âge » dans : shmesp, Villages et villageois au Mo (...)
  • 44 Sur la portée de ce changement de terminologie (bien antérieur à la date de rédaction de la Vita Cu (...)

16Dans l'esprit de l'hagiographe, la villa est bien un « village ». C'est ainsi que sont appelés couramment les hameaux en Bretagne42. Dans les débats en cours sur la naissance du village, on définit généralement celui- ci, au sens large, comme « un ensemble fonctionnel, transcendant la simple juxtaposition géographique de quelques fermes et maisons [...] et dont la fonctionnalité se manifeste dans des éléments communautaires comme [entre autres] l'église et le cimetière »43. Cette définition trouve ici toute sa pertinence. Le lieu de prière du monastère n'est plus simplement l'oratoire des moines mais une « église » qui fait fonction de point de ralliement pour les villageois44. Un « prudhomme » (unus prudens de hiis bominibus) se rend spontanément à l'église pour dénoncer du « dehors » un vol à saint Cunual qui y veillait (c. 7). Lorsqu'un voleur frappé d'aveuglement est miraculeusement poussé à se précipiter en direction de l'église, avant que les clercs ne le renvoient « libre et sain et sauf », ce sont les « hommes » constitués en une sorte de comité d'accueil qui l'interrogent sur son forfait (c. 9). On serait presque tenté de se figurer déjà les villageois traitant de leurs affaires à la « porte » de l'église.

17C'est dans cette église que Cunual ressuscite un de ses élèves « devant tous ceux qui étaient là », c'est à dire « ses parents et beaucoup de ses amis » ainsi que « tous les hommes du monastère ». Le cimetière d'où le saint a fait apporter la civière sur laquelle gisait le cadavre du défunt se trouve donc autour de l'église. Le document ne permet pas de déterminer si ce cimetière est réservé à la communauté monastique ou s'il s'agit d'un cimetière paroissial. Du moins montre-t-il celui-ci animé par les villageois et les proches du défunt qui se lamentent à grands cris devant son corps (c. 11).

  • 45 Robert Fossier, « Villages et villageois » dans : SHMESP, Villages et villageois au Moyen Age..., o (...)

18L'église, le cimetière, ne font pas encore le village si l'on suit l'argumentation des partisans d'une naissance tardive de celui-ci (aux xe- xie siècles, en relation avec la théorie de l'« encellulement »). Selon Robert Fossier, il ne s'agirait là que d'un « protovillage », au mieux un groupement. « Pour qu'un village soit vraiment né [...] il faut que le terroir où s'enchâssent les maisons et leurs lieux de rencontre soit ordonné, dominé, articulé sur des chemins et entre des limites reconnues ; il faut que s'établissent entre les habitants des contacts, horizontaux ou verticaux, peu importe, des convivialités, un état d'esprit villageois... »45. La période de rédaction de la Vita de saint Cunual me dispense de m'impliquer dans ce débat. Remarquons simplement que le document n'infirme pas cette définition restrictive et que les critères retenus par Robert Fossier y sont réunis, comme on vient de le voir précédemment.

Le statut des villageois

  • 46 Voir Jean-Christophe Cassard, Les bretons et la mer au Moyen Age. Des origines au milieu du xive si (...)

19Dans les chapitres où interviennent les villageois, ce sont pratiquement toujours les méchants qui entrent en action et déclenchent ainsi les réactions miraculeuses du saint. Par contre, l'activité des paysans n'est jamais définie, comme si elle allait de soi, tant dans l'esprit de l'auteur que dans celui de son public. Le seul bénéficiaire d'un miracle dont l'hagiographe éprouve le besoin de décrire le métier est un « homme, bon marin et excellent pêcheur » (c. 15). Tout se passe comme si le public à qui s'adresse la Vita n'était guère familier avec le milieu marin46 : il paraît nécessaire de lui expliquer comment lester une barque avec des pierres pour la stabiliser ou comment poser des « casiers » (cunacula) dans une « pêcherie » (piscina).

  • 47 Georges Duby, Guerriers et paysans. viiie-xiie siècles. Premier essor de l'économie européenne, Par (...)
  • 48 Ce « roi » qui intervient dans l'élection de Cunual à l'épiscopat (c. 10) doit sans doute être iden (...)
  • 49 Cf. Niermeyer, Lexikon..., s.v. sociare et socius.

20Collectivement, ces paysans sont désignés comme « les hommes du monastère » (c. 11, c. 13) ; individuellement, ils sont vaguement identifiés par leur statut juridique. Évidemment, on ne peut échapper à la distinction, omniprésente dans les sources du haut Moyen Âge, entre servus et colonus. Mais dans le récit, il n'est pas facile de saisir ce qui distingue l'un de l'autre. Ce fait est en lui-même significatif. Repris du vocabulaire de l'Antiquité tardive, où il s'appliquait à des paysans libres contraints de mettre leur terre à la disposition des grands, le nom de « colon » en est venu à désigner « des hommes qui ne sont pas les maîtres de la terre qu'ils cultivent, mais qui, juridiquement, face aux tribunaux publics, conservent néanmoins leur liberté »47. Lorsque l'un des serviteurs du « roi »48 pénètre par effraction dans le verger « d'un des colons de saint Cunual », la femme de celui-ci ne manque pas d'en appeler à « son maître Cunual » (c. 14) ! Notons, au passage et en regrettant de ne pas être en mesure de pousser plus loin l'analyse, qu'il pourrait s'agir ici d'une opération concertée de prélèvement fiscal en nature, puisque des socii (« agents du fisc »49 ?) sont censés intervenir simultanément dans ce village.

  • 50 Cf. Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne..., op. cit., p. 259.
  • 51 On se reportera avec profit à la synthèse de Pierre Bonnassie, « Survie et extinction du régime esc (...)
  • 52 Jean-Christophe Cassard, Les Bretons de Nominoè, éd. Brasparts, Beltan, 1990, p. 262-264.

21Par contre, il est évident qu'on ne doit pas attendre d'une seule Vita des apports décisifs sur le problème des relations entre l'esclavage et le servage. Toutefois, celle de saint Cunual permet de verser quelques pièces au dossier50. D'abord, il est évident que le servus n'est plus l'« esclave » réduit à une condition infra-humaine de l'Antiquité, voire des vie-viiie siècles51, c'est avant tout « un homme », avant d'être « l'un des servi de saint Cunual » (c. 8) ? Relevons d'autre part qu'un serf de saint Cunual et un de ses colons possèdent l'un comme l'autre un troupeau. Rien ne permet d'établir de distinction dans la nature de la possession dans les deux cas, avec concision, l'hagiographe se borne à employer le génitif. À chaque fois, une « grosse vache » suscite dans le premier cas, la convoitise de voleurs (c. 8), et, dans le second, celle des servi d'un des fils du tiern Iaribet (c. 12). Bref, la Vita de saint Cunual apporte modestement son appoint pour étayer l'idée (qui n'est guère originale) selon laquelle les deux catégories de dépendants (les coloni et les servi) auraient insensiblement fusionné pour donner naissance au servage qui apparaît en pleine lumière au xie siècle52.

  • 53 Au risque de forcer le texte et de commettre un faux sens, j'inclinerais à placer le terme socius d (...)
  • 54 Sur ce point, voir, entres autres, Bruno Lemesle, « Chevalier, culvert et assassin Rahier de Sarcé  (...)

22Ces villageois ne sont pas les seuls servi qui font de la figuration dans la Vita de saint Cunual. On vient de relever la mention des servi d'un des fils du tiern Iaribet (c. 12). De plus, des membres de la familia du roi qui s'en prennent aux « hommes du monastère » (c. 13) sont implicitement mis sur le même pied que les « autres servi de ce même roi ». Le ton « superbe et dédaigneux » (c. 13) sur lequel s'adresse l'un des premiers aux dépendants de saint Cunual, la brutalité dont il fait montre à leur encontre (et qui lui valent évidemment un châtiment divin) méritent d'être relevées dans la littérature hagiographique, l'orgueil n'est pas un péché à la mesure des serfs ! Or ces servi sont peut-être des agents du fisc (socii, c. 14)53 ; en tout cas, il s'agit ici, selon toute probabilité, de ministériaux. C'est précisément dans la mesure où les membres de ce groupe sont en cours d'ascension sociale au xie siècle que ceux qui s'en inquiètent (comme ici l'hagiographe) s'efforcent de les humilier en les taxant de servitude54.

  • 55 La transformation d'un toponyme en anthroponyme (Corso/dus, Aleta, par exemple...) est un procédé d (...)
  • 56 À titre indicatif, voici quelques tarifs relevés, pour le ixe siècle, par Noël-Yves Tonnerre, Naiss (...)
  • 57 L'expression est attestée en vieux-breton au ixe siècle : solt argant. Cf. Léon Fleuriot, « Un frag (...)

23Enfin, sans parler de la mythique Penvénan55, les femmes jouent dans ce document un rôle qui n'est pas négligeable. Une veuve, qui possède moutons et maison, bénéficie de la solidarité de ses voisins (c. 7). Dans les deux couples évoqués dans la Vita de saint Cunual, c'est, semble-t'il, la femme qui tient le ménage. L'épouse (mulier) d'« un homme du monastère » porte dans sa poche (in ora tunice sue) la fortune du couple et, le soir venu, cache un « sou d'argent » dans leur maison (c. 9). On sait que ne circulaient en réalité que des pièces d'argent d'un denier, le sou était alors une monnaie de compte en même temps qu'une unité de poids56. La précision « sou d'argent » n'est donc pas un pléonasme, mais une formule toute faite57 montrant qu'il s'agit bien d'une somme en espèces. Voilà un indice ponctuel de la pénétration de la monnaie dans les campagnes.

24Lorsque les agents du roi envahissent le jardin d'un colon, ce dernier est totalement inexistant dans le récit. C'est la femme (femina) « dont c'était le jardin » qui manifeste énergiquement son émotion par des cris et des pleurs jusqu'à ce que le saint intervienne miraculeusement (c. 14). Ces quelques remarques n'autorisent évidemment pas à voir en la femme celte éternelle un être d'exception ! Mais elles viennent confirmer ce que l'on sait déjà sur le statut particulièrement favorable de la femme en Bretagne durant le haut Moyen Âge.

*

25Évidemment, les apports de cette communication sont limités. Cette constatation me permet de conclure brièvement sur deux remarques. D'une part, vu la carence documentaire en ce qui concerne le Nord de la Bretagne durant le haut Moyen Âge, on ne peut pas se permettre de négliger la moindre information, si ponctuelle soit-elle. Paradoxalement, je trouve encourageant de constater que cette première approche n'a pu être mise en perspective que par comparaison avec un secteur beaucoup mieux documenté comme le Vannetais. Est-ce présomptueux d'espérer qu'en récidivant de modestes sondages de ce type dans les sources hagiographiques, on puisse envisager de déterminer quels caractères bien cernés grâce au Cartulaire de Redon sont susceptibles d'être étendus à l'ensemble de la région, et quels traits sont spécifiques au Sud-Est de la péninsule ?

26D'autre part, même si la Vita de saint Cunual se prête davantage que d'autres à ce type d'enquête, les difficultés que j'ai rencontrées en menant cette étude, et dont je vous ai fait part, confirment que l'hagiographie ne peut constituer qu'une source d'appoint pour l'histoire économique et sociale. Elle ne pourrait, à mon sens, être rentabilisée dans cette optique que par une démarche pluridisciplinaire. C'est seulement par des recoupements avec des données lexicales, juridiques, toponymiques, cadastrales, archéologiques, etc., que l'on pourrait prétendre restituer leur intelligibilité à des notations conjoncturelles que les hagiographes avaient pour profession et pour mission de conformer à des stéréotypes.

Notes

1 André Oheix, « Une vie inédite de saint Cunual publiée avec un commentaire », Revue Celtique, 1911, 32, p. 154-183. Anne Certenais, La Vie latine de saint Cunual, mémoire de maîtrise, Université Rennes 2, dir. Bernard Merdrignac, 1993. On peut consulter la traduction française de cette Vita par Anne Certenais, accompagnée d'une version bretonne due à Hervé Le Bihan, maître de conférences de Breton et Celtique à l'université Rennes 2, dans : Anne Certenais, Bernard Merdrignac, Herve ar Bihan, La Vie de saint Cunual, Buhez Konwal, Rennes, Hor Yezh, collection Hagiographie bretonne -Sent Kozh hor Bro, 1999.

2 Hubert Guillotel, « Le dossier hagiographique du siège de Tréguier », in Bretagne et pays celtiques. Langues, histoire, civilisation. Mélanges offerts à la Mémoire de Léon Fleuriot, Saint-Brieuc-Rennes, Skol- PUR, 1992, p. 213-226.

3 Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trêves et paroisses des Côtes-d'Armor, Douarnenez, Ar Men-Le Chasse-Marée, 1992, p. 166, rappelle qu'un Judaël, fils de Judual et père de Judicaël, aurait régné sur la Domnonée au vie siècle. Mais il remarque que, parmi les vingt-et-un enfants que lui attribuent des généalogies rédigées au xie siècle, aucun ne répond au nom de Penve(n) an. Selon Hubert Guillotel, « Le dossier hagiographique du siège de Tréguier », ibid., p. 225, il s'agit ici du comte de Rennes Juhel Bérenger (v. 958-979). Sur ce dernier lignage, on peut consulter : André Chédeville et Hubert Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, Rennes, Ouest-France Université, 1984, p. 393-395, et, à présent, K.S.B. Keats-Rohan, « Poppa of Bayeux and her family », The American Genealogia, vol. 92, juillet-octobre 1997, p. 187-204, et François Neveux, « La fondation de la Normandie et les Bretons (911-933) », dans : Catherine Laurent, Bernard Merdrignac, Daniel Pichot, éd., Mondes de l'Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l'honneur d'André Chédeville, Rennes, pur-shab, 1998, p. 304, note 45.

4 Le manuscrit porte fautivement « Penvean ».

5 Hubert Guillotel, « Le dossier hagiographique du siège de Tréguier », ibid, p. 225, relève que le terme cathedra, « rarement utilisé dans l'hagiographie bretonne », se retrouve dans la première Vita de saint Maudez rédigée, elle aussi, dans le diocèse de Tréguier.

6 Sur l'intérêt liturgique de cet épisode, voir l'article du chanoine Jacques Raison du Cleuziou, « Sur un passage de la Vie de saint Tugdual », Mémoires de la Société d'Émulation des Côtes-du-Nord, 1959, t. 87, p. 65-67.

7 Comme souvent dans l'hagiographie bretonne, l'auteur joue sur l'ambiguïté du terme latin tyranus qui signifie tyran mais sert aussi, jusqu'au milieu du xie siècle, à rendre le titre breton tiern (ou machtiern « chef garant »).

8 François Duine, abbé, Inventaire liturgique de l'hagiographie bretonne, Paris, 1922, p. 77-78.

9 Le manuscrit inclut une messe de saint Truetal (folio 2 verso). Peut-être s'agit-il de saint Tugdual ? Notre collègue, le professeur Gwenaël Le Duc, se penche sur cette question.

10 Voir, entre autres, (c. 3) l'expression: flebant [...] contra Deum (« ils pleuraient (...) auprès de Dieu », et non « contre Dieu »). Cf. aussi c. 14. …contra dominum suum Cunualum clamant (« elle cria à son maître Cunual », et non « contre son maître C. »). Il s'agit d'un calque du Breton.

11 Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, tréves et paroisses des Côtes-d'Armor..., op. cit., p. 212, constate qu'aucun toponyme sur le territoire de Plougrescant ne rappelle le nom de Maelgur. L'expression « in cuius magnifico monasterio » est un emprunt à la première Vita de saint Samson (1,7). Il serait donc hasardeux d'en déduire que l'auteur écrit avant la destruction du monastère fondé par Maelgur à Plougrescant.

12 Bernard Tanguy, ibid., p. 166.

13 Bernard Merdrignac, Recherches sur l'hagiographie armoricaine du viie siècle au xve siècle. t.l : Les saints bretons, témoins de Dieu ou témoins des hommes ?, Saint-Malo, Dossiers du CeRAA, H-1985, p. 58.

14 J.F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Leiden, E.J. Brill, 1962, s.v., mentionne plusieurs occurrences de l'emploi de ce mot depuis la fin du viiie » jusqu'à celle du xe siècle.

15 Hubert Guillotel, « Le dossier hagiographique du siège de Tréguier », ibid.

16 Cf. manuscrit François Duine, Lexique hagiographique, Bibliothèque universitaire de droit, Rennes, ms 471, fiche 728.

17 Ainsi, c. 10 : cosmus (« monde ») ; c. 11 : soma (« corps ») ; c. 15 : scapha (« barque ») ; surtout, c. 15 : super anfitricem maris (« sur la mer »). Dans les Hisperica Famina (A 381, B. 100), Anfitride est employé comme métonymie pour désigner la mer ; dans le Glossaire d'Épinal, anfitre (Amphitrite) est donné comme synonyme de mare (cf. N.W. Herren éd., The Hisperica Famina. I : the A text, a new critical édition with english translation and philological commentary, Toronto, 1974, p. 177).

18 François Duine, Memento des sources hagiographiques de l'histoire de Bretagne, Rennes, 1918, p. 83.

19 Toutefois Anne Certenais, La Vie latine de saint Cunual, op. cit., p. 41-46, propose une période de rédaction de la fin viiie-début ixe siècle, avec des arguments suggérés par le professeur Gwénaél Le Duc.

20 Voir André-Yves Bourgès, « De la vita de saint Cunual à celles de saints Tugdual, Maudez et Efflam », in : Trégor vivant. Mélanges offerts à la mémoire de Nicole Chouteau, s.1., 1977, p. 141-151.

21 Mon collègue Daniel Pichot m'a fait l'amitié d'accepter de prendre connaissance d'une première mouture de cette communication. Les remarques et critiques dont il m'a fait bénéficier ont été intégrées à la version définitive de ce travail. Je tiens à le remercier vivement pour son aide.

22 Pour ponctuelle qu'elle soit, cette notation, comme me l'a fait remarquer Daniel Pichot, est une pièce à verser au dossier (toujours controversé) sur le bocage durant le haut Moyen Âge.

23 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du viiie à la fin du xiie siècle, Angers, PUA, 1994, p. 480 et note.

24 André Chédeville, « Cartulaire de Redon Economie et société », dans : Cartulaire de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon..., op. cit., p. 37 ; Grenville Astill, Wendy Davies, A Breton landscape, London, UCL Press, 1997, p. 95.

25 François Kerlouégan, « Essai sur la mise en nourriture et l'éducation dans les pays celtiques d'après le témoignage des textes hagiographiques latins », Études Celtiques, 1968-1969, 12, p. 101- 146 ; Bernard Merdrignac, Recherches sur l'hagiographie armoricaine du viie siècle au xve siècle, t. 1 : Les saints bretons, témoins de Dieu ou témoins des hommes..., op. cit., p. 92.

26 Cf. Claude Karnoouh ,« L'étranger ou le faux inconnu », Ethnologie française, 1972, 1-2, t. 2, p. 107-122.

27 Je suis redevable de cette suggestion à Daniel Pichot que je remercie vivement.

28 Robert Fossier, Villages et villageois au Moyen Âge, Paris, éditions Christian, 1995, p. 8.

29 Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trêves et paroisses des Côtes-d'Armor..., op. cit., p. 166.

30 André Chédeville, « Cartulaire de Redon. Économie et société »..., ibid., p. 31.

31 Cf. la mise au point sur « les fonctions du machtiern » dans Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne..., op. cit., p. 238-245.

32 Voir par exemple Grenville Astill, Wendy Davies, A Breton landscape...,op. cit., p. 93.

33 Ibid., p. 238.

34 Une lacune du manuscrit n'a pas permis à Anne Certenais d'identifier ce village dont le nom commencerait par Nan-.

35 Dans la préparation de cette communication, je me suis borné à l'analyse critique de la Vita. Cela n'exclut évidemment pas - comme me le suggère Daniel Pichot - que des recoupements ultérieurs avec les anciens plans cadastraux puissent apporter davantage d'éclaircissements.

36 André Chédeville, « Cartulaire de Redon. Économie et société »..., op. cit., p. 35.

37 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne..., op. cit., p. 125-126.

38 Cf. c. 3 : trois lépreux ont consacré leur hereditas à la Sainte-Trinité in dicumbitione monaica.

39 Marcel Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, rééd., Mayenne, 1981, L 2, p.227-228 et 274.

40 Léon Fleuriot, Dictionnaire des gloses en vieux breton, Paris, 1964, p. 197.

41 René-François Le Men et Émile Ernaut, Cartulaire de Landevennec, rééd. Britania monastica, Bretagne monastique, fasc. 5/1, Landévennec, 1985, p. 559 : omnem hereditatem sibi separatam ab omnibus parentibus. Cf. Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, tréves et paroisses du Finistère, Douarnenez, Ar Men-Le Chasse-Marée, 1990, p. 113.

42 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne..., op. cit., p. 125. Grenville Astill, Wendy Davies, A Breton landscape..., op. cit., p. 95, notent qu'en pays de Redon, plusieurs rannou (« unités d'exploitation ») peuvent être agglomérés pour constituer une villa ou tref.

43 André Verhulst, « Villages et villageois au Moyen Âge » dans : shmesp, Villages et villageois au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, p. 10.

44 Sur la portée de ce changement de terminologie (bien antérieur à la date de rédaction de la Vita Cunuali), cf. Adalbert de Vogüé, « En lisant Jonas de Bobbio. Notes sur la Vie de saint Colom- ban », Studia Monastica, 1998, vol. 30, fasc. 1, p. 77-78.

45 Robert Fossier, « Villages et villageois » dans : SHMESP, Villages et villageois au Moyen Age..., op. cit., p. 208.

46 Voir Jean-Christophe Cassard, Les bretons et la mer au Moyen Age. Des origines au milieu du xive siècle, Rennes, PUR, 1998, p. 109.

47 Georges Duby, Guerriers et paysans. viiie-xiie siècles. Premier essor de l'économie européenne, Paris, Gallimard, 1973, p. 50 ; André Chédeville, Hubert Guillotel, La Bretagne des saints et des mis, Rennes, Ouest-France Université, 1984, p. 217.

48 Ce « roi » qui intervient dans l'élection de Cunual à l'épiscopat (c. 10) doit sans doute être identifié au comte Judaël (c. 4). Sur le caractère fluctuant de la titulature des princes bretons, voir la récente mise au point d'André Chédeville, « Cartulaire de Redon Economie et société »..., ibid, p. 40.

49 Cf. Niermeyer, Lexikon..., s.v. sociare et socius.

50 Cf. Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne..., op. cit., p. 259.

51 On se reportera avec profit à la synthèse de Pierre Bonnassie, « Survie et extinction du régime esclavagiste dans l'Occident du haut Moyen Age (ive-ixe siècle) », Cahiers de civilisation médiévale, 1985, oct.-déc., 28/4, p. 307-343.

52 Jean-Christophe Cassard, Les Bretons de Nominoè, éd. Brasparts, Beltan, 1990, p. 262-264.

53 Au risque de forcer le texte et de commettre un faux sens, j'inclinerais à placer le terme socius dans le contexte fiscal qui est parfois le sien dans certains documents du haut Moyen Âge (cf. supra note 49). Prudemment, Anne Certenais a préféré s'en tenir au sens classique d'« ami ».

54 Sur ce point, voir, entres autres, Bruno Lemesle, « Chevalier, culvert et assassin Rahier de Sarcé » dans Mondes de l'Ouest et villes du monde..., op. cit., p. 378 et, en dernier lieu, Daniel Pichot, « Réflexions sur la stratification sociale dans les villages de l'Ouest de la France (xie-xiiie siècles) », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 1999, 1, t. 106, p. 146-148.

55 La transformation d'un toponyme en anthroponyme (Corso/dus, Aleta, par exemple...) est un procédé de cristallisation de la légende qui vaudrait une étude d'ensemble.

56 À titre indicatif, voici quelques tarifs relevés, pour le ixe siècle, par Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne..., p. 141 : un mouton = 3 d ; un porc = 1 s ; un bœuf = 3 s.

57 L'expression est attestée en vieux-breton au ixe siècle : solt argant. Cf. Léon Fleuriot, « Un fragment en latin des très anciennes lois bretonnes armoricaines au ixe siècle », Annales de Bretagne, 1971, t. 78/4, p. 647, note 22.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540