Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. Stratigraphie sociale et images des sociétés rurales médiévales

La société médiévale rurale à travers les documents iconographiques, un bilan de la recherche

Sophie Cassagnes-Brouquet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Cette communication ne prétend pas faire le tour complet du vaste champ d'étude énoncé dans le titre, il s'agit ici de présenter les dernières recherches en la matière d'iconographie médiévale et de rappeler les nombreux champs qui restent à explorer. En effet, l'iconographie est une science auxiliaire de l'histoire médiévale, assez neuve, dont les prémices ne remontent qu'au début du siècle. Trop souvent considérée comme accessoire par les historiens, attachés à l'écrit et au document manuscrit, il est universellement admis de nos jours qu'elle ne doit plus être regardée comme le monopole exclusif des historiens de l'art mais qu'elle peut devenir un outil efficace entre les mains des médiévistes.

  • 1 Léopold Génicot a souligné avec clairvoyance cette fonction de l'image dans un article fondateur : (...)

2L'image est un document au même titre que le texte1. Longtemps confinée à des domaines bien précis, en particulier l'histoire des mentalités ou des sensibilités religieuses, dans la lignée des travaux fondateurs d'Emile Mâle dans la première moitié du xxe siècle, elle aborde aujourd'hui de nouveaux champs d'étude, comme la violence, grâce à Christiane Raynaud, l'histoire politique avec Christian de Mérindol, et enfin les domaines économiques et sociaux, et notamment la ruralité grâce aux études récentes sur les calendriers de Perrine Mane, Georges Comet et Daniel Pichot. Cependant, quelques recherches en vue de la préparation de ce colloque nous ont révélé qu'il lui reste encore de nombreux domaines à investir.

3Cette communication s'est donnée pour but de faire le point sur les études les plus récentes concernant un sujet bien précis, celui de la représentation de la société paysanne, à la fin du Moyen Âge, dans un domaine géographique restreint, les deux royaumes d'Angleterre et de France. Les Pays-Bas, qui forment un lien fondamental entre les deux États au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge et qui sont également de grands pourvoyeurs d'images sur des supports aussi variés que la peinture sur panneau, l'enluminure, la tapisserie, voire la gravure sur bois pour l'extrême fin de la période, font aussi partie intégrante de cet ensemble culturel.

4Les deux derniers siècles du Moyen Âge voient la prolifération des images ; certaines, notamment celles ayant trait à l'iconographie profane, ont été détruites en grand nombre, ce qui jette un voile sur toute tentative d'étude systématique, néanmoins, les témoignages iconographiques sont largement assez nombreux pour oser se lancer dans une étude de la société paysanne. Le champ est vaste, nous nous contenterons ici de présenter quelques-unes des thématiques et certains angles de vue adoptés par les iconographes, historiens ou historiens d'art.

5En analysant les dernières parutions consacrées à l'iconographie médiévale, il est possible de définir les rares champs d'étude qui ont retenu l'attention des historiens du Moyen Âge finissant. Ceux-ci se trouvent confrontés à un essor considérable des images qualifiées de « réalistes » et espèrent y trouver de plus amples renseignements sur le statut et la vie quotidienne des paysans. Néanmoins, on peut s'interroger sur ce « réalisme flamand », en effet, il nous semble que la lecture de l'image médiévale doit toujours passer à travers le prisme de la personnalité de l'artiste mais sans doute plus encore de celle de son commanditaire. L'oubli des implications religieuses traditionnelles et des nouvelles fonctions idéologiques qu'acquiert l'image à la fin du Moyen Âge pourrait conduire à de graves contresens. Il convient donc de s'interroger en dernier ressort sur le type d'images qui nous sont données à voir de la société paysanne.

  • 2 Michael Camille, « Labouring for the lord : The ploughman and the social order in the Luttrell Psal (...)
  • 3 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse : Ideological representations of the medieval peasant labo (...)
  • 4 De nombreux ouvrages et articles ont été consacrés par les historiens et les historiens d'art aux r (...)
  • 5 Perrine Mane, Calendriers et techinques agricoles. France. Italie. xiie-xiiiesiècles. Paris, Le Syc (...)
  • 6 Georges Comet, « Les calendriers médiévaux, une représentation du monde », Journal des Savants, jan (...)
  • 7 Perrine Mane Iconographie et travail paysan, dans : Jacqueline Hamesse et Colette Muraille- Samaran(...)

6Force est de constater que l'on a très peu écrit sur les représentations du paysan avant le xvie siècle, où la peinture d'un Breughel s'empare avec talent du sujet. Mis à part les articles essentiels de Michael Camille2 et de Jonathan Alexander3, deux grands textes fondateurs qui n'ont pas leur équivalent dans la production historiographique française, les études sont bien parcimonieuses comparées à la floraison des écrits engendrée par la personnalité artistique de Breughel, qui place le paysan au centre de la production littéraire et artistique4. Jusqu'à présent, les historiens français se sont plus particulièrement intéressés à la représentation du travail paysan à travers l'iconographie des calendriers. L'ouvrage de Perrine Mane, Calendriers et techniques agricoles, France et Italie, XIIe-XIIIe, est un exemple accompli de l'utilisation de l'image au service de l'histoire médiévale5. Il constitue une source d'information considérable sur le travail et la vie paysanne aux époques romanes et gothiques. Il est d'autant plus regrettable qu'une étude aussi approfondie n'ait pas été entreprise pour les deux derniers siècles du Moyen Âge où ces représentations demeurent très présentes. Les travaux de Georges. Comet sur le même thème couvrent une période plus vaste mais se cantonnent à la même approche, celles des travaux des mois et des jours, des techniques et du travail agricole6. Les paysans sont relativement absents de ces études ; certes, leur travail, leurs gestes, leurs vêtements y sont analysés, mais le fonctionnement de la société rurale, ses inégalités, ses solidarités le sont bien peu7.

Réalisme et Pseudo-Réalité

  • 8 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit., 1990, p. 438.
  • 9 Erwin Panofsky, Les Primitifs flamands, Paris, 1992, p.133.

7Parmi les images les plus célèbres du Moyen Âge finissant, les premières pages du calendrier des Très Riches Heures du duc de Berry, peintes par les Frères de Limbourg peu avant 1416, offrent des scènes vivantes de la vie rurale. Elles ont souvent été vantées par les historiens comme les premières transcriptions d'une nouvelle vision du monde, marquée par le réalisme. Or, à y regarder de plus près, le « réalisme » des Frères de Limbourg n'a rien de neutre, si tant est que l'on puisse vraiment parler de « réalisme ». Les images du calendrier ont trop souvent été abordées de manière individuelle. Jonathan Alexander a proposé une nouvelle lecture qui renouvelle entièrement la vision de ces images trop regardées. Selon lui, le calendrier doit être considéré comme un tout qui fonctionne par juxtaposition et par contraste de deux images, cette démarche est seule créative de sens8. Ainsi, les deux premiers mois se répondent l'un l'autre : en janvier, le duc festoie devant une grande cheminée, en février trois paysans se réchauffent au coin du feu. Cependant, dans la scène de février, les paysans exposent crûment leurs parties génitales. Ce détail que l'on ne peut que remarquer est interprété par certains auteurs comme Erwin Panofsky comme un exemple typique du réalisme flamand, porté à la gauloiserie et à la caricature ; cependant on peut s'interroger sur sa place dans un livre de prières9. Aussi la question est-elle peut-être plus complexe qu'il n'y paraît et nous y reviendrons.

Une lecture religieuse

8L'historien de l'image médiévale doit donc se montrer méfiant, il serait vain de voir dans une représentation une copie neutre du réel et d'oublier la fonction didactique et morale de l'image, établie dès les premiers siècles du christianisme par la célèbre phrase du pape Grégoire le Grand (540 env.-604) : « l'image est l'écriture de l'illettré ».

  • 10 Nous nous appuyons ici sur l'article très éclairant de Birgitt Baert, Aspects of the Invention of t (...)
  • 11 Jacques de Voragine, La Légende dorée, Paris, éd. J. B. M. Roze, 1967, t. 1, p. 347.
  • 12 Bruxelles, Bibliothèque royale, ms 9226, folio 113 verso.
  • 13 Johannes Lichtenberger, né vers 1440 mort en 1503, fut un astrologue allemand réputé. Son principal (...)
  • 14 Einsiedeln, Stiftsbibliothek, Cod. 206 (49), vers 1450, p. 60.
  • 15 Birgitt Baert, Aspects of the Invention of the Cross...,op. cit., 1995.

9Abandonnons un instant la thématique des mois et des jours pour nous pencher un instant sur un autre cycle d'images, celui de la Légende de l'Invention de la Vraie Croix, récemment étudié par Birgitt Baert10. Il permet de montrer combien la représentation du paysan peut comporter de sous- entendus et d'implications religieuses. Rapportée par Jacques de Vora-gine, dans la Légende dorée, elle raconte comment sainte Hélène, mère de l'empereur Constantin, parvint à retrouver la Vraie Croix à Jérusalem, grâce à l'aide d'un Juif nommé Judas11. Le texte de la Légende Dorée ne précise pas quelle est la condition de ce Judas mais les imagiers ont pris l'habitude, à la fin du Moyen Âge, de le représenter sous les traits d'un paysan. Une enluminure d'une Légende dorée, réalisée en France au début du xve siècle et conservée aujourd'hui à la Bibliothèque royale de Bruxelles, montre sainte Hélène commander d'un geste impérieux de la main droite au paysan Judas, courbé vers le sol, de le creuser de sa bêche ; dans la cavité brille déjà la Vraie Croix12. Pourquoi avoir choisi de représenter Judas par un paysan ? L'explication nous en est fournie par une gravure du Prognosticatio de Lichtenberger, imprimée à Mayence en 1492 par Jacob Meydenbach13. Elle représente la société chrétienne : au sommet, le Christ trônant sur un arc-en-ciel, entouré par des représentants de la noblesse et du clergé, avec les inscriptions Eu supplex ora et Eu protege, et, à leurs pieds, deux figures de paysans bêchant la terre, tout comme Judas, accompagnés de l'inscription Eu labora. Il s'agit là d'une représentation assez conventionnelle de la théorie des trois ordres, mais le détail de la bêche établit un parallèle troublant. Dans la légende de l'invention de la Vraie Croix, sainte Hélène représenterait donc la noblesse, en tant que mère de l'empereur Constantin, ou encore une allégorie de l'Église, en raison de sa canonisation, Judas ne pourrait donc qu'appartenir au troisième état, celui des travailleurs, celui des paysans. La Croix ne peut être trouvée que par la collaboration des trois ordres vivant en harmonie et dominés par la figure du Christ triomphant. De même que Marie est la nouvelle Eve, le paysan Judas fait pendant à la figure d'Adam condamné à travailler la terre après la Chute. Une enluminure d'un manuscrit français du xve siècle, conservé à Einsiedeln, illustrant le Speculum Huma- nae Salvationis montre Eve allaitant et Adam travaillant la terre14. Ces deux figures d'hommes creusant la terre, Adam et Judas, représentent l'humanité punie mais aussi sauvée par le travail et concrétisent à elles seules l'histoire de la Chute et de la Rédemption15.

10Le thème du calendrier est également empreint de ces implications et l'on a depuis longtemps mis en relief sa fonction religieuse. Dans sa préface au livre de Perrine Mane, Jacques Le Goff a souligné comment l'Église choisit « de montrer le travail identifié au labeur agricole dans une présentation ambiguë où il est à la fois valorisé, presque glorifié, mais aussi né d'une nécessité naturelle voulue par Dieu », conséquence de la faute originelle mais aussi rédempteur.

  • 16 British Library, Hokham Bible, Ms. add. 47682 folio 6.
  • 17 Michael Camille, « Labouring for the lord... », art cit., 1987, p. 433.

11Cette référence constante à l'histoire de l'humanité, notamment aux figures de l'Ancien Testament, est également marquée dans l'illustration d'un manuscrit anglais, la Bible d'Hokham, enluminée vers 1330, où la représentation des travaux paysans : le labour, la taille de la vigne et le bêchage pour les hommes et le travail de la laine pour les femmes, accompagne les premières pages de la Genèse consacrées à la descendance des fils de Caïn et d'Abel16. Le travail des laboureurs est accompagné de l'inscription en français « tutes maudys ». L'image du train de charrue sur un terrain en pente, chaotique évoque la hâte et le désordre, la malédiction du travail17.

Une lecture aristocratique

  • 18 Brigitte Buetner, « Profame illuminations, secular illusions : Manuscripts in late medieval courtly (...)

12Cependant, les deux derniers siècles du Moyen Âge voient l'évolution du marché de l'art grâce à l'émergence d'une clientèle laïque. L'image n'est plus désormais un monopole ecclésiastique. Des thèmes profanes apparaissent, scènes de genre et histoires où les paysans sont souvent représentés. Une nouvelle iconographie voit le jour qui réinterprète parfois les motifs traditionnels mais en leur conférant un sens purement terrestre. Ces images, commandées par l'élite, doivent être capables de proposer des modèles politiques et moraux ; elles se veulent parfois pédagogiques, mais aussi distrayantes. Pour autant, elles n'en sont pas plus que celles du passé des représentations exactes des relations sociales. Il suffit de revenir encore une fois aux célèbres enluminures du calendrier des Très Riches Heures du duc de Berry. Les paysans qui moissonnent au mois de juillet sont tous figurés selon des gestes stéréotypés, aucun visage n'est discernable, ils forment une masse anonyme, celle du travail dû au seigneur. En revanche, les aristocrates sont bien individualisés, le peintre s'attache avec un souci infini à rendre les moindres détails de leurs costumes ou de leurs attitudes. L'image adressée par les Frères de Limbourg au duc de Berry ne reflète pas la réalité paysanne, elle participe d'un idéal d'ordre dans une société où les images sont un bien culturel assez rare, réservé à une élite18.

  • 19 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit., 1990, p. 436, idée reprise par Georges Co (...)

13Jonathan Alexander a souligné la fonction idéologique du calendrier dans la société française de la fin du Moyen Âge19. Selon lui, aux xiie et xiiie siècles, les paysans seraient représentés de façon plus neutre selon leur fonction agricole. Cette hypothèse mériterait, pour être confirmée ou infirmée, d'être étayée par une étude plus approfondie, qui s'éloignerait du schéma habituel du thème des mois et des jours, pour voir ce qu'il en est réellement de cette « neutralité ».

  • 20 Malcolm Jones, « Folklore motifs in late medieval art I : Proverbial follies and impossibilities », (...)
  • 21 Michael Camille « Labouring for the lord... », art. cit., 1987, p. 429 ; Luttrel Psalter folio 170 (...)

14Le xiiie siècle voit l'apparition d'images nettement négatives du paysan, souvent liées à la littérature, notamment au Roman de Renart. Certains modillons et miséricordes de stalles offrent un exemple particulièrement explicite du mépris aristocratique envers les paysans. Le lièvre est considéré traditionnellement comme un animal peureux, dans le Roman de Renart, son nom est Couard. Or, au début du xiiie siècle, certaines illustrations dans les marges des manuscrits français et anglais figurent la scène satirique du lièvre capturant un paysan qu'il porte sur son épaule. Le paysan est si stupide et si peureux qu'il devient la proie du lièvre, il est à l'opposé de l'idéal chevaleresque de la bravoure20. Un autre exemple de cette morgue ironique à l'égard du paysan est fourni par la fameuse enluminure du labour du Luttrell Psalter. Le laboureur y est montré la bouche ouverte, criant pour inciter ses bœufs au travail. Il en devient grimaçant et Michael Camille a souligné combien sa figure est proche de celle des grotesques qui ont fait la réputation des marges de ce célèbre manuscrit21.

15Dans un contexte idéologique et religieux aussi nettement codifié, comment interpréter les images qui nous sont données de la société paysanne sans tomber dans les pièges du pseudo-réalisme ?

Quelles images de la société paysanne ?

16Une iconographie de la société paysanne s'avère, comme on vient de le souligner, une entreprise périlleuse, cependant, quatre grands axes peuvent être dégagés. Bien entendu, le paysan est avant tout, pour les hommes d'Église et les aristocrates qui commandent les images, un homme au travail ; cette prépondérance du travail a trop souvent, comme on l'a vu, concentré l'essentiel des études iconographiques jusqu'ici. Cependant, il existe d'autres images qui permettent d'appréhender la place du paysan dans l'ordre social et même d'esquisser une étude de la société rurale. Paysans heureux vivant dans un pays de Cocagne, rustres miséreux ou révoltés, les commanditaires et les artistes ont également laissé parfois transparaître leurs sentiments face à ces hommes si proches et si étrangers à leur monde.

Le prisme idéologique du travail

  • 22 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit, 1990, p. 438.

17Jonathan Alexander a proposé une lecture idéologique du calendrier des Très Riches Heures du duc de Berry qui nous paraît introduire une nouvelle voie en matière d'iconographie médiévale. Si l'on admet sa définition de l'idéologie comme une attitude plus ou moins consciente ou tenue comme évidente, reflétant les intérêts matériels de celui qui l'exprime par le texte ou par l'image22, il est possible d'analyser les images commandées par ce grand aristocrate d'une manière assez neuve. Au mois de mars, l'enluminure figure un paysan qui laboure et trois autres personnages qui taillent la vigne. Toutes les figures sont courbées, signe de soumission, et surtout, au centre de l'image, un paysan montre son postérieur. Ironie, gauloiserie, gentille moquerie ? Imagine-t-on un seul instant de représenter un chevalier dans une telle attitude ? Cette dérision méprisante n'est pas un accident, elle réapparaît dans l'enluminure du mois de septembre qui illustre les vendanges au pied du château de Saumur. Au milieu de l'image, un paysan, entouré d'un âne et d'une paire de bœufs, est ridiculisé, ses vêtements tombent malencontreusement par terre et laissent voir ses dessous. Bel exemple de réalisme flamand ou plaisanterie douteuse propre à faire rire le duc de Berry en évoquant ces sots de paysans ? Encore une fois, il paraît impensable de montrer un aristocrate dans une posture aussi désavantageuse. Ainsi, la représentation du travail paysan n'est-elle pas dénuée de sous-entendus.

  • 23 British Library Luttrell Psalter Add. Ms 42130 folio 170 recto, avant 1340.
  • 24 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit, 1990, p. 446-447.
  • 25 Michael Camille, « Labouring for the lord... », art. cit., 1987, p. 428.
  • 26 Id, p. 429.

18Au Moyen Âge, la figure du laboureur est envahie de significations idéologiques comme l'a montré Michael Camille dans son étude du Luttrell Psalter23. Dans ce célèbre manuscrit anglais du xive siècle, le paysan est toujours représenté au travail tandis que le commanditaire du psautier, sir Geoffrey Luttrell, est montré festoyant ou s'apprêtant à partir à la guerre sur son destrier24. Le paysan mène les bœufs et laboure, il conduit les charrois. Le train d'attelage représenté dans la marge du Luttrell Psalter est de quatre bœufs alors que les sources manuscrites évoquent plutôt pour la période huit bêtes sur quatre rangs, mêlant bœufs et chevaux. Le chiffre de quatre a été ici préféré par l'artiste, par commodité ou sans doute parce qu'il était plus symbolique25. Le laboureur est vêtu chaudement pour l'hiver, en effet, les calendriers anglais situent le labour au mois de janvier. Cependant, sa tenue est richement colorée, avec des nuances de bleu, d'orange et de violet, couleurs qui paraissent difficilement accessibles à la bourse d'un paysan anglais du temps. Elles contrastent fortement avec les habits misérables du laboureur décrit dans Pierce the Plowman's de Langland. La plupart des paysans étaient vêtus, au début du xive siècle, de vêtements écrus, oscillant entre le gris et le beige. Les paysans sont ici figurés selon le goût aristocratique de sir Geoffrey Luttrell alors que les lois somptuaires du roi Edward III interdisent ce genre de vêtements aux statuts inférieurs26.

  • 27 Rodney Hilton, « Ideology and social order in later medieval England », Class conflict and the cris (...)
  • 28 British Library Royal Ms 2B VII folio 28 verso.

19Le laboureur qui incite ses bêtes est souvent considéré comme l'image même du travail noble, réhabilitant l'homme. Il est aussi comparé au Bon Gouvernement, nombreuses sont les allusions bibliques à la figure du laboureur27. Cependant, le laboureur travaille sous les ordres d'un seigneur et les labours font partie des corvées, boonworks, dues au propriétaire du manoir. Dans le manuscrit anglais contemporain du Psautier de la reine Mary, les paysans courbés sur les gerbes moissonnent sous la férule de l'agent seigneurial28. Le travail est donc, pour l'Église, comme pour la noblesse la raison d'être du paysan.

20À cet égard, l'image du paysan oisif ou paresseux, jamais évoquée dans les calendriers agricoles, offre un contre-point idéologique très intéressant. Aucune étude exhaustive de ce type d'iconographie n'a été entreprise à ce jour et il faut encore une fois s'en remettre à quelques lignes de Jonathan Alexander. Ces représentations, si elles semblent moins nombreuses, n'en existent pas moins et s'intègrent généralement dans un discours moral sur les vices et les vertus.

  • 29 Aberdeen University Library, ms 24.
  • 30 Bibliothèque Nationale, Vienne, Cod 507 verso.
  • 31 Bruxelles, Bibliothèque Royale, ms 11041 folio 88 verso.
  • 32 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit, 1990, p. 446-447.

21Quelques enluminures figurent des paysans paressant ou endormis, ce sont souvent des bergers. Un bestiaire anglais du début du xiiie siècle29 montre un pâtre endormi, un loup en profite pour dévorer ses brebis. Dans un livre de modèles pour les illustrateurs, originaire de l'abbaye cistercienne de Rein en Autriche30, les chèvres d'un berger assoupi s'attaquent à un bosquet d'arbres et un loup s'empare d'un des agneaux. Cette image fait face à celle d'un couple s'étreignant, les deux illustrations se répondent en figurant deux grands vices dénoncés par l'Église, la luxure et l'oisiveté. La paresse est également représentée par un paysan dans un manuscrit tardif de La Somme le Roi, un traité sur les Vices et Vertus, rédigé en 1279 par le frère Laurent31. Daté de 1415, enluminé à Bruges ( ?), il figure les trois allégories de la Paresse, du Travail et de la Prouesse, accompagnées du combat de David contre Goliath. La Prouesse, une allégorie féminine qui terrasse un dragon s'oppose à la Paresse, un paysan endormi ayant abandonné son attelage et ses labours, tandis que le Travail est représenté par un paysan qui sème son champ. Le travail est donc une vertu paysanne, par opposition à la Prouesse, vertu chevaleresque et aristocratique. Le principal défaut du paysan est bien entendu la paresse, celui du chevalier est l'orgueil32.

Les paysans dans l'ordre social

  • 33 À la différence des métamorphoses introduites par l'émergence des villes et des bourgeois.
  • 34 Bruxelles, Bibliothèque royale. Ms 11201-2 folio 263.
  • 35 Birgitt Baert, Aspects of the Invention of the Cross..., op. cit., 1995, p. 322.

22La place du paysan de la fin du Moyen Âge demeure codifiée selon l'idéologie déjà ancienne, mais assez peu remise en cause, en ce qui concerne la société rurale, de la théorie des trois ordres33. Elle apparaît clairement dans une enluminure française d'une traduction des ouvrages d'Aristote Economica et Politica datée de 137534. Au sommet de l'image se détache la noblesse, composée des guerriers et des conseillers du prince, au registre inférieur le clergé et les « cultivateurs des terres ». Le peintre innove en introduisant au registre inférieur les gens de métiers et les marchands. La noblesse a pour fonction le combat et la justice, le clergé et paysans prennent soin respectivement des âmes et des corps35.

23Cependant, la société paysanne n'est pas indistincte et une longue tradition d'origine biblique la divise en deux catégories essentielles, celle des bergers et des laboureurs, descendants de Caïn et d'Abel. Les représentations de bergers sont fréquentes dans l'iconographie religieuse de la fin du Moyen Âge en raison de leur présence au cours de scènes fondamentales de l'Enfance du Christ, l'Annonce aux bergers et l'Adoration des bergers. Dans les Très Riches Heures du duc de Berry, l'enluminure qui figure l'Annonce aux Bergers est assez significative de la vision bien peu réaliste que les artistes se font des gardiens de troupeaux. Leurs costumes sont très peu adaptés à leur fonction et à leur condition sociale. L'un d'eux porte une tunique boutonnée, cintrée, or les boutons sont alors rares et signes de richesse, la tunique étroite est d'ailleurs plus adaptée à une vie de cour qu'à la garde des moutons. Les sermons et lois somptuaires de l'époque condamnent les paysans qui s'habillent au-dessus de leur niveau social. Le berger est tantôt idéalisé, tantôt ridiculisé. Faut-il encore parler de réalisme lorsque l'on contemple les trognes abruties des bergers du triptyque Portinari de Hugo van der Goes, ne conviendrait-il pas mieux de parler de caricature ?

  • 36 Raymond Van Marle, Iconographie de l'Art Profane au Moyen Age et à la Renaissance, La Haye, 1931, t (...)
  • 37 Henri David, Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, protecteur des arts, Dijon,1937, p. 9.
  • 38 Sophie Cassagnes-Brouquet, Les peintres en Bourgogne sous les ducs Valois, Thèse, Dijon, 1996, p. 6 (...)

24Au xive siècle, le berger échappe à l'iconographie religieuse pour devenir un sujet privilégié des décors profanes, à la grande différence du laboureur. C'est la mode des pastorales36. La redécouverte de Virgile et de ses Bucoliques met à l'honneur les bergers d'Acadie. Bergers et bergères deviennent les héros de nombreuses tapisseries tissées en Flandres. On note dans les inventaires du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, un grand nombre de tentures ornées de motifs de brebis, de bergers et de bergères. Le duc se fait lui-même confectionner un costume brodé de brebis et parsemé de grelots qu'il arbore lors de l'entrée à Paris de la promise de Charles VI, Isabeau de Bavière37. Son épouse, Marguerite de Flandre s'était elle-même fait aménager une bergerie dans son château de Germolles et sa chambre avait été décorée par ses peintres de motifs de brebis38.

Les paysans entre eux

  • 39 Cité par Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit., 1990, p. 438 ; Erwin Panofsky, o (...)

25Reprenons encore la lecture des mois de janvier et de février du calendrier des Très Riches Heures du duc de Berry. En janvier, le peintre a opté pour une scène assez originale ; au lieu du personnage traditionnel se chauffant au coin du feu, on voit le duc de Berry festoyer et accueillir les vœux de sa cour. Jonathan Alexander insiste sur la nécessité d'être conscient de la façon dont les frères de Limbourg altèrent volontairement le calendrier pour répondre aux désirs de leur commanditaire. À l'opposé, l'enluminure de février montre les paysans entre eux, trois se réchauffant devant un bon feu dans leur modeste demeure et trois dehors, comme perdus au cœur d'un superbe paysage enneigé. L'un souffle sur ses doigts pour les réchauffer avant d'aller peut-être nourrir des animaux dans un enclos, un autre coupe du bois pour alimenter le foyer et le dernier se dirige avec son âne vers un village situé dans le lointain. Quel est leur statut social, sont-ils tous égaux ? Erwin Panofsky y voit une présentation purement descriptive, opposant travail et loisir, reprise des anciens calendriers qui soulignaient bien l'inactivité forcée des paysans pendant les mois d'hiver. Cependant, elle est ici transformée selon lui en une « anthétical characterization of divergent milieus »39. Il admet bien que l'enluminure de février n'est donc pas purement descriptive mais il ne va pas plus loin dans son interprétation, laissant ainsi le champ libre à de nouvelles analyses. Il faut donc réexaminer l'image avec, si possible, un œil neuf. Elle oppose deux catégories de paysans, certains travaillent dans le froid tandis que d'autres se reposent au chaud. L'enluminure esquisserait donc une dichotomie au sein du monde paysan.

  • 40 Bruxelles bibliothèque royale ms 11201-2 folio 241, analysé par Christiane Raynaud, Le commentaire (...)
  • 41 Claire Richter Sherman, « Some visual définitions in the translations of Aristotle's Nicomachean Et (...)

26En effet, il semble bien qu'à la fin du Moyen Âge, les représentations permettent pour la première fois de distinguer des strates au sein de la société rurale. Reprenons le manuscrit des Politiques et Économiques d'Aristote dans sa traduction de Nicole Oresme, conservé à la Bibliothèque royale de Bruxelles40. Cet ouvrage est intéressant car il est accompagné d'une imagerie profane et originale, composée selon les vœux du traducteur, sans que le peintre puisse faire appel aux schémas traditionnels41. La traduction de l'ouvrage d'Aristote a été exécutée à Paris sous l'égide du roi Charles V, entre 1371 et 1374, par Nicole Oresme, docteur en théologie, directeur du collège de Navarre, et proche conseiller de Charles V. Le manuscrit de Bruxelles a sans doute été enluminé vers 1376.

  • 42 Christiane Raynaud, Le commentaire de document figuré..., op. cit., 1997, p. 169-176.

27L'enluminure qui illustre le thème de la « bonne démocratie » au début du livre vi des Politiques, figure, selon les vœux du traducteur, la moins mauvaise des démocraties, celle caractérisée par une économie agricole et pastorale. Le peintre s'est donc inspiré de la représentation traditionnelle des travaux des champs, mais il a aussi figuré les deux grandes divisions de la société paysanne, les bergers et les paysans. Au premier plan, deux paysans ont abandonné leur labour pour se nourrir, plus loin, un berger, qui semble venir d'une pastorale, joue du chalumeau en gardant son troupeau. Cependant, l'artiste doit innover pour montrer la démocratie en action. Au sommet de l'enluminure, un groupe de personnages est surpris en pleine discussion. Quatre paysans sont figurés debout, tête nue, et l'un d'entre eux pointe l'index dans un geste qui montre bien qu'il est en train de présenter ses arguments. Trois personnes, assises, coiffées, l'écoutent, un seul semble lui répondre. Leur attitude, leur costume semblent indiquer un statut social plus élevé, sans doute le peintre a-t-il voulu représenter des notables, des coqs de villages, supérieurs aux autres paysans. En l'occurrence, la démocratie rurale ne signifie pas l'égalité. Cette image n'est d'ailleurs pas très éloignée de ce que l'on peut connaître par les textes des assemblées de villages et l'artiste s'en est peut-être inspiré42.

Des paysans heureux, des paysans dangereux

  • 43 Comme celle de la donation Larcade au Louvre.

28En définitive, la représentation du paysan oscille entre deux pôles contraires, celui des pastorales acadiennes et celui qui montre des rustres, attachés à leur travail, mais prompts à la paresse, voire à la révolte. Nombreuses sont les tapisseries dite « mille fleurs », réalisées dans le Nord de la France à la fin du xve siècle, qui évoquent les thèmes de la Pastorale, parfois scandés en plusieurs épisodes comme la danse, la cueillette des fruits, la tonte des moutons et le filage de la laine43. Le berger y occupe une place privilégiée mais bien peu réaliste.

  • 44 Claudette Joannis, « Essai d'interprétation ethnographique d'une tenture médiévale », Revue du Louv (...)
  • 45 Claudette Joannis, « Essai d'interprétation ethnographique... », art. cit., 1982, p. 337.

29Une véritable iconographie du berger s'est mise en place en France à la fin du Moyen Âge, grâce à l'ouvrage de Jehan de Brie, destiné au roi Charles V, et intitulé Le Bon Bergeir. L'auteur y évoque les outils du pâtre, ses vêtements, sa manière de tondre les moutons et ses jeux. Ce livre constitue un véritable recueil de modèles pour les peintres et permet de mettre en image un thème depuis longtemps à la mode en littérature44. Dès le xiiie siècle, s'est fixée la forme poétique de la Pastourelle, une chanson dialoguée entre un chevalier et une bergère. « Cette manifestation poétique et lyrique fixe dès lors, le cadre champêtre comme décor, rejetant loin de la réalité le personnage du berger ou de la bergère figuré sous les traits de jeunes seigneurs revêtus des attributs caractéristiques du gardien fidèle »45.

  • 46 BN ms. Lat. 1173, Heures de Charles d'Angoulême.
  • 47 Bibliothèque de l'Arsenal, Paris, ms 5064.

30L'esprit du Moyen Âge finissant a créé artificiellement une ambiance lyrique autour de la figure du paysan : on le veut gai et insouciant, entretenant les meilleurs rapports du monde avec son propriétaire. Les Heures de Charles d'Angoulême, décorées à la fin du xve siècle, illustrent le mois de mai, non plus du thème traditionnel du jeune noble chevauchant dans la forêt, mais d'une ronde de paysans et de bergères autour du Mai dans un paysage enchanteur46. C'est également ainsi, docile et travailleur, que le montrent les enluminures qui accompagnent les nombreuses versions de l'ouvrage d'agronomie de Pierre de Crescens, Le Livre des profits champêtres. Sur l'une de ces peintures, des paysans respectueux et ardents au travail viennent prendre les ordres de l'agent du seigneur47. La société rurale apparaît comme vivant en parfaite harmonie et ne connaissant aucun nuage. Ces représentations rappellent les poésies d'Henri Baude, un contemporain de Louis XI, qui décrivent l'existence de véritables paysans d'Acadie et vont elles-mêmes fournir matière à de nombreuses xylographies et tapisseries à la fin du xve et au début du xvie siècle.

  • 48 Georges Comet, op. cit., 1996, p. 79.

31Cette thématique du paysan modeste mais heureux, mise au point par les artistes pour répondre aux vœux de la noblesse, puis de la classe des possédants en général, se transmet ensuite au sein même de la société paysanne par le biais de la gravure sur bois, peu coûteuse et accessible à tous, dont le modèle de diffusion est le Calendrier des bergers qui connaît un succès populaire considérable à la fin du Moyen Âge48.

32Ces représentations idylliques ne coïncident guère avec ce que révèlent les sources écrites, aussi doit-on imaginer qu'elles ne servent qu'à masquer la réalité de la condition paysanne. L'image deviendrait donc un obstacle à la réalité et non plus le support privilégié du réalisme. Bien rares sont les images qui donnent à voir autre chose que l'idéologie des possédants.

  • 49 Paris BN fr. 9608, folio 20.
  • 50 Nicole Reynaud et François Avril, Les manuscrits à peintures 1440-1520, Paris, 1993, p. 267-268.

33On peut presque considérer comme une rareté une enluminure due au maître de la duchesse Anne de Bretagne, inscrite dans un traité de morale de l'extrême fin du Moyen Âge49. Elle ouvre le livre consacré aux vertus de la pauvreté et de la patience. La composition triangulaire place au sommet, dans les nues, la figure de Dieu le Père bénissant ; sur terre, à gauche un dominicain et un franciscain, aux frocs troués, s'agenouillent et désignent l'apparition divine à un groupe de mendiants, symbolisant la pauvreté ; à droite, un couple de paysans s'agenouille aussi vers Dieu devant leur masure délabrée. Ils ont abandonné leurs outils traditionnels de fils d'Adam et Eve, la pelle et la quenouille, ils symbolisent la Patience. La pauvreté absolue des rustres est ici mise en parallèle avec la pauvreté volontaire des frères mendiants50. C'est là l'une des très rares représentations de la misère des campagnes qu'ait laissé l'iconographie médiévale. Elle oppose un contraste violent à la masse dansante des bergers et des bergères des tapisseries.

  • 51 BN ms fr. 87 folio 299 verso.
  • 52 BN ms fr. 2680 folio 346 verso.

34Ces paysans qui jouent, qui obéissent et qui travaillent, sont les images que les nobles hommes et les nobles dames souhaitent voir apparaître dans leurs livres privés ; le souvenir de la misère est gênant, il peut aussi faire peur. C'est pourquoi rares sont aussi les images qui évoquent les révoltes de paysans en ces temps de jacqueries ou de révolte des travailleurs anglais. Il faut les chercher dans les chroniques et encore n'y accorde-t-on qu'une place très modeste. Le manuscrit français de la bibliothèque nationale des Chroniques de Jean de Wawrin51 figure un épisode de la Jacquerie où l'on voit des paysans armés de haches massacrer un homme d'armes dans un contexte guerrier, entre une ville et le camp d'une armée qui l'assiège. Plus explicite est l'illustration des Chroniques d'Enguerrand de Monstrelet qui marquent la fin de la grande Jacquerie et où l'on voit des nobles personnages assister à la pendaison des paysans aux plus hautes branches d'un arbre52. Plus question ici des pastorales qui charment tant les nobles dames et décorent les riches demeures. C'est une autre réalité paysanne que l'on cherche à oublier.

*

35Ces quelques lignes ne prétendent en aucun cas cerner la totalité du problème. Ce survol nous a cependant permis, nous l'espérons, de mettre en relief les lacunes de la production historiographique dans le domaine de l'image. Selon Jonathan Alexander, trois pistes principales s'ouvrent au chercheur en matière d'iconographie. La première, la plus évidente, pourtant, si peu pratiquée encore en matière de société rurale, serait de mettre en œuvre une nouvelle confrontation des images avec ce que l'on sait de la condition paysanne en France et en Angleterre à la fin du Moyen Âge.

36Une nouvelle lecture de l'image devrait aussi conduire l'historien à s'interroger sur la représentation de l'espace rural, sur la façon dont il est dominé par la silhouette du château. Daniel Pichot, dans son étude sur les calendriers du Maine, a souligné cette présence seigneuriale dans la représentation de l'espace. Dans le cadre de cette nouvelle approche de l'espace, il conviendrait d'analyser les enclos, les barrières qui marquent des zones d'exclusion. Jonathan Alexander suggère également d'observer la marge de liberté des personnages dans l'image : qui va librement, qui est contraint, qui est seul et qui est accompagné ?

  • 53 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit., 1990, p 450-451.
  • 54 Loene Randall, Images in the margins of gothic manuscripts, Berkeley, 1966. « L'exploitation sûre e (...)

37Enfin, il faudrait bien sûr revenir à la question du réalisme. On a souvent vanté la précision de l'image de Paris dans les enluminures des Frères de Limbourg mais en réalité si l'on s'attache au détail on remarque qu'elle est construite selon plusieurs angles de vue fort peu réalistes. De même, l'image du paysan est construite mais son réalisme tend à la faire passer pour une observation neutre ce qu'elle n'est pas du tout53. Il reste encore de belles heures à l'iconographie médiévale et de nombreuses images à interroger, en particulier celle des marges où figurent de nombreux motifs profanes54.

Localisation des illustrations évoquées dans le texte

38Chantilly, Musée Condé, Les Tris Riches Heures du duc de Berry, folio 1 verso, 2 verso, 7 verso, 3 verso, 9 verso, 48.

39Bruxelles, Bibliothèque royale, Ms. 9226, folio 113 verso.

40Einsiedeln, Stiftsbibliothek, Cod. 206 (49), p. 50.

41British Library, Hokham Bible, Ms. add. 47682, folio 6.

42British Library, Luttrell Psalter, Ms. add. 42130, folio 170.

43British Library, Royal Ms. 2 B VII, folio 28 verso.

44Aberdeen, University Library, Ms. 24.

45Vienne, Bibliothèque nationale, Cod. 507 verso.

46Bruxelles, Bibliothèque royale, Ms. 11041, folio 88 verso.

47Bruxelles, Bibliothèque royale, Ms. 11201, folio 263.

48Paris, Bibliothèque Nationale, Heures de Charles d'Angoulême, Ms. Lat. 1173.

49Paris, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms. 5064.

50Paris, Bibliothèque Nationale, Ms. fr. 9608, folio 20.

51Paris, Bibliothèque Nationale, Ms. fr. 87, folio 299 verso.

52Paris, Bibliothèque Nationale, Ms. fr. 2680, folio 346 verso.

Notes

1 Léopold Génicot a souligné avec clairvoyance cette fonction de l'image dans un article fondateur : « L'œuvre d'art est un document Et, pour qui sait l'observer, plus éloquent que beaucoup de textes : image de gens et des choses, reflet d'un temps, d'un milieu, d'un esprit, facteur d'évolution. Ainsi les meilleurs historiens s'attachent-ils à l'intégrer à leur vision du passé », Léopold Génicot, « Art médiéval et histoire médiévale », Revue d'Histoire ecclésiastique, n° 62, 1967, p. 766-775.

2 Michael Camille, « Labouring for the lord : The ploughman and the social order in the Luttrell Psalter », Art History, 10/4, 1987, p. 423-454.

3 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse : Ideological representations of the medieval peasant labor », Art Bulletin, 1990, n° 72, vol. 3, p. 436-452 Nous n'avons pu malheureusement nous procurer un ouvrage de Henry Specht, Poetry and iconography of the peasant : the attitude to the peasant in late medieval English Literature and in contemporary Caldendar Illustration, Anglica et Americana, 19, Copenhague, 1983.

4 De nombreux ouvrages et articles ont été consacrés par les historiens et les historiens d'art aux représentations graphiques des paysans allemands au xvie siècle. Voir Keith Moxey, « Sebald Beham's church anniversary holidays : festive peasants as instruments of repressive humor », Simiolus, xii, 2/3, 1981-1982, voir p. 107-130. Voir aussi Berthold Haendcke, « Der Bauer in der deutschen Malerei von ca. 1470 bis ca. 1550 », Repertorium fur Kunstwissenschaft, 35,1912, p. 385-401. S. Epperlein, Der Bauer im Bild des Mittelalters, Leipzig, 1975.

5 Perrine Mane, Calendriers et techinques agricoles. France. Italie. xiie-xiiiesiècles. Paris, Le Sycomore, 1988.

6 Georges Comet, « Les calendriers médiévaux, une représentation du monde », Journal des Savants, janvier-juin 1996, p. 35-97 et « Le temps agricole d'après les calendriers », Temps, mémoire, tradition au Moyen Age, Actes du xiiie congrès, Société des Historiens Médiévistes de l'enseignement supérieur, Aix-en- Provence, 1982.

7 Perrine Mane Iconographie et travail paysan, dans : Jacqueline Hamesse et Colette Muraille- Samaran, Le travail au Moyen Age, Louvain, 1990, p. 251-262 ; Perrine Mane, « L'iconographie des manuscrits du Traité d'agriculture de Pierre de Crescenzi », Mélanges de l'École française de Rome, t. 97 1985, 2, p. 727-818.

8 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit., 1990, p. 438.

9 Erwin Panofsky, Les Primitifs flamands, Paris, 1992, p.133.

10 Nous nous appuyons ici sur l'article très éclairant de Birgitt Baert, Aspects of the Invention of the Cross : Iconography around 1400 and ils relationship with the genre of classes and the adamite peasant, Flanders in an european perspective, Louvain, 1995, p. 309-325.

11 Jacques de Voragine, La Légende dorée, Paris, éd. J. B. M. Roze, 1967, t. 1, p. 347.

12 Bruxelles, Bibliothèque royale, ms 9226, folio 113 verso.

13 Johannes Lichtenberger, né vers 1440 mort en 1503, fut un astrologue allemand réputé. Son principal ouvrage le Pronosticatio écrit en 1488, fut imprimé en allemand en 1492.

14 Einsiedeln, Stiftsbibliothek, Cod. 206 (49), vers 1450, p. 60.

15 Birgitt Baert, Aspects of the Invention of the Cross...,op. cit., 1995.

16 British Library, Hokham Bible, Ms. add. 47682 folio 6.

17 Michael Camille, « Labouring for the lord... », art cit., 1987, p. 433.

18 Brigitte Buetner, « Profame illuminations, secular illusions : Manuscripts in late medieval courtly society », Art bulletin, mars 1992, p. 75-90.

19 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit., 1990, p. 436, idée reprise par Georges Comet, op. cit., 1982, p. 35.

20 Malcolm Jones, « Folklore motifs in late medieval art I : Proverbial follies and impossibilities », Floklore, 100, 2, 1989, p. 201-217.

21 Michael Camille « Labouring for the lord... », art. cit., 1987, p. 429 ; Luttrel Psalter folio 170 recto et 154 recto.

22 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit, 1990, p. 438.

23 British Library Luttrell Psalter Add. Ms 42130 folio 170 recto, avant 1340.

24 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit, 1990, p. 446-447.

25 Michael Camille, « Labouring for the lord... », art. cit., 1987, p. 428.

26 Id, p. 429.

27 Rodney Hilton, « Ideology and social order in later medieval England », Class conflict and the crisis of feudalism, Londres, 1985, p. 248. Dans le poème de Langland, Piers Plowman's, la figure du laboureur apparaît ainsi dès le prologue (11-22-24).

28 British Library Royal Ms 2B VII folio 28 verso.

29 Aberdeen University Library, ms 24.

30 Bibliothèque Nationale, Vienne, Cod 507 verso.

31 Bruxelles, Bibliothèque Royale, ms 11041 folio 88 verso.

32 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit, 1990, p. 446-447.

33 À la différence des métamorphoses introduites par l'émergence des villes et des bourgeois.

34 Bruxelles, Bibliothèque royale. Ms 11201-2 folio 263.

35 Birgitt Baert, Aspects of the Invention of the Cross..., op. cit., 1995, p. 322.

36 Raymond Van Marle, Iconographie de l'Art Profane au Moyen Age et à la Renaissance, La Haye, 1931, t 2 : La vie quotidienne, p. 429.

37 Henri David, Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, protecteur des arts, Dijon,1937, p. 9.

38 Sophie Cassagnes-Brouquet, Les peintres en Bourgogne sous les ducs Valois, Thèse, Dijon, 1996, p. 670.

39 Cité par Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit., 1990, p. 438 ; Erwin Panofsky, op. cit., 1992, p. 66.

40 Bruxelles bibliothèque royale ms 11201-2 folio 241, analysé par Christiane Raynaud, Le commentaire de document figuré en histoire médiévale, Paris, 1997.

41 Claire Richter Sherman, « Some visual définitions in the translations of Aristotle's Nicomachean Ethics and Politics in the Franch translations of Nicole Oresme », Art Bulletin, 1977, vol. 69, p. 320-330, voir p. 320.

42 Christiane Raynaud, Le commentaire de document figuré..., op. cit., 1997, p. 169-176.

43 Comme celle de la donation Larcade au Louvre.

44 Claudette Joannis, « Essai d'interprétation ethnographique d'une tenture médiévale », Revue du Louvre et des Musées de France, 1982, n° 32, 5-6, p. 335-340, voir p. 335.

45 Claudette Joannis, « Essai d'interprétation ethnographique... », art. cit., 1982, p. 337.

46 BN ms. Lat. 1173, Heures de Charles d'Angoulême.

47 Bibliothèque de l'Arsenal, Paris, ms 5064.

48 Georges Comet, op. cit., 1996, p. 79.

49 Paris BN fr. 9608, folio 20.

50 Nicole Reynaud et François Avril, Les manuscrits à peintures 1440-1520, Paris, 1993, p. 267-268.

51 BN ms fr. 87 folio 299 verso.

52 BN ms fr. 2680 folio 346 verso.

53 Jonathan Alexander, « Labeur and paresse... », art. cit., 1990, p 450-451.

54 Loene Randall, Images in the margins of gothic manuscripts, Berkeley, 1966. « L'exploitation sûre et plénière des documents monumentaux et iconographiques suppose l'existence de répertoires complets et précis dans la datation et la localisation, Léopold Génicot, art. cit., 1967.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540