Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. Stratigraphie sociale et images des sociétés rurales médiévales

L'individu et la communauté dans les villages de l'Ouest français (xie-xiiie siècles)

Daniel Pichot

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

  • 1 Marc Bloch, Les caractères originaux de l'Histoire rurale française, 1ère éd. Oslo, 1931, rééd. Par (...)
  • 2 Une légende noire du bocage s'est même développée, Annie Antoine, « Archéologie du paysage et histo (...)

1L'Ouest et l'individualisme agraire ont depuis longtemps partie liée et l'affaire est entendue. La faiblesse des contraintes communautaires dans le travail des champs ne résume cependant pas tout et Marc Bloch dans ses Caractères généraux de l'histoire rurale française demeurait nuancé, n'hésitant pas à écrire : « Ne disons point que le régime de l'enclos était tout individualiste »1. Or, une extension notoire du concept a figé l'Ouest dans une forme exacerbée de celui-ci. Par commodité pédagogique, les pays de bocage ont été perçus comme les exactes antithèses des pays d'openfield et les haies et l'habitat dispersé aidant, il est devenu un espace où se meuvent des individus profondément isolés, leurs relations sociales étant réduites au minimum2.

  • 3 Michel Le Mené, L'économie médiévale, Paris, 1977, p. 89.

2Sans vouloir manier le paradoxe de façon inutilement provocatrice, il semble nécessaire de préciser, au moins pour la période médiévale ici envisagée, la sociabilité des pays de bocage et leur individualisme. L'alliance du bocage et de l'isolement, souvent pierre de touche de l'analyse, doit être remise en question d'abord parce que dans la société féodale l'individu n'a qu'une marge de manœuvre limitée et ensuite parce que le bocage n'existe qu'à l'état embryonnaire. Dans un ouvrage qui ne lui permettait pas de développer cet aspect, Michel Le Mené écrivait en 1977 : « Les pratiques communautaires ne furent ni le fruit d'un déterminisme éthique ou géographique absolu, ni spécifiques des seuls pays d'habitats groupés. Dans les pays d'habitat dispersé, la vie connut d'autres formes communautaires mieux adaptées aux réalités économiques »3. Il convient donc d'examiner de plus près le contenu réel de cet individualisme et de cet isolement pour accéder à une connaissance plus exacte d'une forme de sociabilité originale qui animait les villages de l'Ouest entre le xie et le xiiie siècle, époque cruciale où se fixait largement la trame de l'habitat et de l'occupation du sol.

3L'enquête ne va pas sans difficulté, le monde paysan parlant peu dans les cartulaires. Pourtant, la richesse de ces derniers dans le monde ligérien, une attention plus poussée à d'infimes détails perdus dans la masse des chartes et un champ d'investigation assez vaste pour englober la Bretagne, le Maine et l'Anjou devraient autoriser des conclusions encourageantes. Il semble donc indispensable de cerner d'abord la réalité de l'isolement et de l'individualisme qui en découlerait avant d'identifier des formes particulières de sociabilité aux échelons inférieurs des structures sociales puis de la communauté villageoise.

Un isolement bien tempéré

4Dès le xie siècle, les textes laissent percevoir, à quelques exceptions près, un habitat largement dispersé que l'incastellamento ou plus généralement les effets de l'encellulement sur le regroupement des hommes ne réduiront pas à néant bien au contraire. Cependant, il serait sans doute quelque peu aventuré de conclure à un isolement profond des hommes et à des liens sociaux trop largement distendus.

Les "Bourgs" et le regroupement des hommes

  • 4 Dép. de la Mayenne, cant. de Loiron.

5Du xe au xiiie siècle, s'épanouit un mouvement esquissé sans doute à la période carolingienne et qui tend à un certain regroupement des hommes. Les châteaux jouent un rôle puissant, mais occasionnel, et sont plus particulièrement à l'origine des villes par le biais des bourgs castraux. Certains sont liés cependant à la création de modestes villages, comme celui de La Gravelle, fondé dans la première moitié du xiie siècle4. Les mottes qui ne peuvent prétendre au titre de châteaux restent discrètes en ce domaine et c'est 10 % d'entre elles seulement qui ont un rapport avec un centre villageois que l'on appelle traditionnellement « le bourg », encore faut-il reconnaître dans bien des cas qu'elles semblent venues s'installer après les maisons villageoises. Globalement, l'incastellamento demeure donc limité dans ses effets.

  • 5 Élisabeth Zadora-Rio, « L'église et le regroupement de l'habitat en Anjou aux xie et xiie siècles » (...)

6Par contre, le pôle religieux - le cimetière plus l'église intimement associés depuis les temps carolingiens - attire nettement les vivants en relation avec l'extension et le renforcement du cadre paroissial5. Le territoire mieux délimité se définit précisément comme celui où est perçu le droit de sépulture, établissant ainsi une relation étroite entre l'espace peuplé par les vivants et le champ des morts. Si beaucoup de « bourgs » ne rassemblent qu'une maigre population et présentent sur les cadastres anciens un aspect lâche, niant ainsi un effet puissant de regroupement, certains atteignent un niveau plus élaboré. Très souvent, dans ce cas, des moyens spécifiques ont apporté leur concours. Dès le xie siècle, tout l'Ouest, mais la Basse-Bretagne dans une moindre mesure, connaît une véritable floraison de prieurés. Le schéma classique voit la fondation s'établir à l'occasion de la « restitution » de l'église. Le prieuré accueille un nombre limité de moines s'installant dans le cimetière et un bourg vient souvent compléter l'ensemble. De telles réalisations fourmillent dans les grands cartulaires de la région et plus spécialement dans ceux des grandes abbayes ligériennes comme Marmoutier, Saint-Florent de Saumur et Saint-Aubin d'Angers qui bâtissent alors de véritables empires.

  • 6 Hubert Guillotel, « Du rôle des cimetières en Bretagne dans le renouveau du xie et de la première m (...)
  • 7 Dép. d'Ille-et-Vilaine, cant. de Fougères, « [...] Cymiterium de Romaniaco licet antiquissimum fore (...)

7Fréquemment, le cimetière lui-même accueille l'habitat nouveau. La paix qu'il garantit en fait un refuge attirant et son immunité le transforme en un lieu de résidence permanente. Allant plus loin, certains seigneurs n'hésitent pas à le transformer en lotissement, et il est révélateur qu'en Anjou, au xiie siècle, bénir un cimetière c'est fonder un village6. Pour un certain nombre de paroisses, l'enclos ecclésial ne constitue pas seulement le cœur du regroupement mais il l'abrite entièrement, et sur certains cadastres comme celui de Romagné7, le territoire du cimetière et celui du « bourg » sont étroitement confondus. Un tel système n'a rien d'anecdotique ni de marginal, il est massif, et alors que la documentation ne les mentionne pas systématiquement, on repère plus d'une soixantaine de cas dans le Maine et l'Anjou et pas loin d'une trentaine en Bretagne.

  • 8 Hironori Miyamatsu, Bourgs et bourgeois dans l'ouest de la France, thèse de doctorat, univeristé Re (...)
  • 9 Daniel Pichot, « l'occupation du sol en pays bocager. Sources textuelles et cartographiques dans le (...)

8L'Ouest se présente aussi comme la terre d'élection des bourgs. Si les bourgs castraux sont les mieux connus, les bourgs ruraux dominent numériquement, sauf en Bretagne, et ce système très souple aux mains des seigneurs titulaires du ban a été un agent majeur de la tentative de rassemblement des hommes. La recension opérée par Hironori Miyamat- su et complétée par diverses études locales atteint une centaine de bourgs environ pour le Maine et l'Anjou, un tout petit peu moins pour la Bretagne8. Le total fut sans doute plus important car un certain nombre nous échappe, surtout dans les créations laïques. Si, majoritairement, ces bourgs accompagnaient les églises, une part non négligeable ne se situaient pas près des centres paroissiaux, en particulier pour les créations souvent modestes de la fin xiie et du xiiie siècle. Le plus souvent, il semble bien que le bourg organise le peuplement du centre paroissial et en constitue la totalité, que ce soit sur des centres anciens qui n'avaient, jusque là, pas ou peu attiré les vivants ou dans de nombreuses fondations nouvelles, conséquence logique de l'essor économique mais aussi du perfectionnement de l'encadrement9. La surface réduite de beaucoup, le témoignage de quelques rares censiers, le recours délicat à quelques textes tardifs et aux plans-terriers du xviiie siècle ou aux cadastres du xixe siècle confirment néanmoins la modestie de ces bourgs qui ne rassemblent qu'une part modeste de la population, le nombre de feux pouvant en moyenne être estimé à quelques dizaines.

  • 10 Jeanne Dufour, « Un bocage tardif et éphémère : le bocage de la Champagne de Conlie (nord de la Cha (...)

9Un mouvement de regroupement des hommes s'est donc bien manifesté clairement dans l'Ouest mais il est demeuré partiel et modéré. Plus que d'un échec, sans doute faut-il parler d'inachèvement et même d'absence de volonté d'aller jusqu'à un regroupement total. Des centres paroissiaux modestes, surtout à mesure que l'on progresse vers l'Ouest, rassemblent une faible part de la population, sauf dans de rares endroits où les hommes se groupent plus comme la Champagne du Maine ou certaines zones du sud de l'Anjou, le reste de la population, la majorité le plus souvent, s'égayant sur le finage10.

Un peuplement en hameaux

10L'Ouest, dès le xie siecle, presente une forte dispersion mais dont les modalites exigent un examen car dispersion ne signifie pas obligatoirement isolement. En effet, le plus souvent, le hameau se présente comme la forme dominante et l'on peut parler de semi-dispersion. Jean Renard étudiant les campagnes de Loire-Atlantique se refuse même à parler de dispersion car il voit dans les gros hameaux une variante du groupement. Ces « villages », selon l'appellation consacrée localement, se présentent souvent comme d'importantes agglomérations et toute une catégorie, éventuellement de création très ancienne, dotée d'un lieu de culte et pouvant même avoir une motte, manifeste tous les caractères du « bourg ». D'ailleurs bon nombre accéderont à ce stade puisque beaucoup de paroisses nouvelles ont commencé ainsi, comme Chevré en forêt de Rennes ou bien des prieurés. Le phénomène s'accentue en Bretagne avec la question des trêves. Les évêques répugnent visiblement à scinder les vastes paroisses primitives, laissant ainsi des dépendances qui s'identifient à de quasi-paroisses.

  • 11 Dép. de la Mayenne, cant. de Landivy, Arch. dép. de la Mayenne, ms 33, n°104.
  • 12 Dép. du Maine-et-Loire, cant. Thouarcé, Michel Le Mené, « La forêt du Lattay au Moyen Âge. Défriche (...)

11Plus souvent, les hameaux se cantonnent à un niveau moins important, ne regroupant que quelques feux. Ils peuvent être issus du dédoublement d'anciennes exploitations et se former de quelques bordages comme le hameau du Teil en Landivy qui compte au moins cinq masurae aux environs de 120011. Certains sont nés plus ou moins spontanément de défrichements comme le révèlent des toponymes tels que la Métairie ou sans doute certains Villeneuve ou Bourgneuf dont beaucoup sont médiévaux. L'abbaye du Ronceray d'Angers installa d'importantes borderies en lisière de la forêt du Lattay à la fin du xie siècle. Les religieuses y établirent des familles paysannes sur des clairières où elles ne tardèrent pas à former de gros « villages » qui, sur les cadastres anciens de Saint-Lambert-du-Lattay, portent les noms de Plessis, Grandes et Petites Tailles12. Les exemples de ce genre suffisamment documentés ne sont pas très fréquents mais bien des hameaux durent suivre un processus analogue.

  • 13 Une synthèse dans André Chédeville et Noël-Yves Tonnerre, La Bretagne féodale, xie-xiiie siècle, Re (...)

12L'archéologie a exploré plusieurs sites en Bretagne. Parmi les plus notables se distinguent, dans le Morbihan, Penn-er-Malo qui devait regrouper au moins sept édifices, Lann-Gouh en Melrand qui constitue un fort village de 17 bâtiments dont au moins quatre maisons avec foyer mais sans doute plus, et les deux hameaux du Finistère, Karhaes-Vihan et le Goënidou qui lui se présente comme un lotissement du xiiie siècle car il répète plusieurs fois le même module de quatre constructions13. Tous ces hameaux sont occupés entre le xie et le xiiie siècles et au-delà pour certains.

13Le véritable habitat isolé se rencontre mais il est difficile de déceler sa fréquence véritable. Dans ce domaine, cartes et plans anciens ne peuvent donner l'état exact d'un habitat bien antérieur et au caractère fragile et fluctuant. Il existe bien cependant. De nombreuses mottes, pour beaucoup résidences de la petite aristocratie, s'isolent loin des centres paroissiaux, ainsi que certains manoirs ou maisons fortes qui peuvent leur avoir succédé dans le temps. Il en va de même pour certains prieurés ruraux, installés sur leur terre, et sans doute pour un nombre non négligeable d'exploitations, en particulier les grosses métairies ou gagneries. Les très nombreux toponymes en ière/erie ou ais/aie, la Ville ou Ker recouvrent pour partie cette réalité et quelques textes mentionnent ici ou là une maison isolée sur ses terres.

14Globalement, hameaux et exploitations isolées se mêlent avec bien des modalités différentes. Cependant, l'importance des « villages » contribue à limiter l'influence des « bourgs » et à menacer la cohésion paroissiale, par contre, l'exploitation isolée n'est sans doute pas, sauf exception locale, la forme dominante, encore est-il nécessaire de constater que les plus grosses nécessitent suffisamment de bras pour réunir une petite communauté humaine non négligeable.

Un bocage encore embryonnaire

  • 14 Daniel Pichot, Le Bas-Maine du xe au xiiie siècle : étude d'une société, Laval, Société d'Archéolog (...)

15L'isolement et l'individualisme ne peuvent trouver un encouragement dans la forme que prend le paysage rural. Les recherches actuelles tendent à donner de ce dernier une image où l'enclos n'est guère la règle. Talus et fossés figurent bien dans les textes mais le bocage classique, avec ses parcelles systématiquement closes, n'apparaît pratiquement pas. Les « fossés », qui éventuellement portent le nom de l'exploitation, semblent clore un ensemble de terres ou même l'exploitation, ce que confirme souvent le cadastre ancien montrant des parcellaires ovalaires organisés autour d'un centre d'exploitation et soulignés par un talus plus fort ou un chemin14. Fréquemment, les exploitations se disséminent au milieu ou sur les franges de vastes auréoles dont la parcellisation ne s'accompagne pas de clôture, du moins systématique, le bornage demeurant fortement utilisé. Bien plus, la mention de vastes ensembles dénommés campi et la fréquence du toponyme Champagne, dans les Côtes-d'Armor, sur les plans- terriers de Penthièvre, ou l'existence de la Champagne du Maine dans l'ouest de la Sarthe actuelle, prouvent que le système des champs ouverts n'était pas une rareté.

16Toutes ces observations conduisent dans le même sens, la dispersion bien réelle n'aboutit pas, sauf exception, à une atomisation. L'isolement des habitants doit aussi demeurer nuancée. Même pour l'habitat isolé, le voisin le plus proche n'est guère éloigné que de quelques centaines de mètres. En conséquence, si les liens sociaux ne sont pas favorisés par cet état de choses, ils ne sont pas non plus totalement dilués et de petites communautés humaines peuvent s'affirmer, d'autant plus que les particularités du paysage rural obligent à envisager un minimum de coordination entre les hommes.

Les petites communautés : la famille et le hameau

17Le village, dans son ensemble, ne peut offrir un cadre de sociabilité tout à fait satisfaisant en raison de son éclatement géographique. Cela n'interdit pas pour autant tout sentiment identitaire mais ne contraint pas non plus à un individualisme plus ou moins exacerbé. Des formes essentielles de sociabilité impliquant les domaines les plus divers peuvent trouver leur cadre dans un espace plus restreint. Des solidarités, mais plus généralement les manifestations de la vie sociale, peuvent s'exprimer à l'échelon de la famille mais aussi du hameau.

La famille et le voisinage

  • 15 R. Charles et Menjot d'Elbenne (vcte), Cartulaire de l'abbaye Saint-Vincent du Mans, Mamers-Le Mans (...)
  • 16 Mickaël Batt, op. cit.
  • 17 Abbé A. Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, 4 volumes, Lav (...)
  • 18 Guy Souillet, « Chronologie et répartition des noms de lieux en ière et en ais dans la haute- Breta (...)

18Avant le xive siècle, les renseignements n'abondent pas et le sujet demeure largement dans l'ombre mais quelques points peuvent être précisés. Tout indique la domination de la cellule conjugale. Les tenures apparaissent aux mains de couples accompagnés de leurs enfants, tel ce Garinus qui tenait une censive avec sa femme et ses deux fils dans un village du Maine15. Les fouilles bretonnes ont mis en évidence le phénomène de la maison mixte qui, par ses dimensions, correspond à ce type d'organisation familiale. C'est le cas à Penn-er-Malo ou Lann-Gouh, et les ensembles du Goënidou s'inscrivent aussi dans un tel système car les modules de quatre bâtiments n'en comportent qu'un seul avec foyer, les autres étant dévolus aux activités agricoles16. La puissance de cette cellule familiale est indubitable. Des milliers de toponymes construits sur un nom d'homme en portent la marque. Le groupe des noms en ière/erie est massivement construit sur ce modèle et occupe densément l'Ouest intérieur, rien que pour le département de la Mayenne, l'abbé Angot en a compté plus de huit mille17. Si certains, comme l'a montré Dominique Barthélémy, proviennent d'une fondation aristocratique, la très grande majorité est issue de l'installation d'une famille paysanne18. Pour qu'un tel fait puisse se produire à pareille échelle, il fallait que l'emprise des tenanciers soit particulièrement poussée.

  • 19 « [...] masuram Galteri de Theilleio quam tenebant Willelmus Galteri, Ricardus Galteri et Fromundus (...)

19Cependant, ramener le monde paysan à des unités familiales réduites installées sur leurs bordages fausse quelque peu la perspective car rien ne dit que toutes les exploitations étaient mises en valeur uniquement par ces unités. Les contrats, ou simplement certaines donations, montrent des structures beaucoup plus complexes et, fréquemment, des groupes à caractère familial apparaissent. À Landivy, dans le bas-Maine, vers 1200, la masura de Gautier du Teil est tenue par Guillaume, Richard, tous deux fils de Gautier et Fromont fils de Guillaume, celle de la Ailleharderia est tenue par Guillaume Aillehart, Eudes Aillehart, Robert Aillehart et Baherel, sans doute épouse du dernier nommé19. Les deux masures sont bien tenues par des frères, certains pouvant être mariés et avoir des enfants. L'acte précise bien qu'à La Aillehardière, les trois frères « hereditarium haberent in predicta masura ». Cela ne signifie pas obligatoirement habitation commune mais sans doute voisinage. Un tel type de situation se révèle fréquent si l'on admet qu'il en va de même quand plusieurs personnes effectuent le même don ou la même vente, le texte excluant dans sa forme une simple laudatio parentum.

  • 20 Michel Le Méné, op. cit., p. 52.
  • 21 « Cartulaire de la Beschère », n° 10, Bulletin de la Commission historique et archéologique de la M (...)
  • 22 « 115. De genz qui ont terres ensamble. Si aucuns avoient terres ne rentes qui fussent parçonniers (...)

20Se pose alors la question de l'indivision. Des chartes présentent plusieurs membres d'une même famille exerçant des droits indivis sur une terre dont ils sont héritiers en commun, comme les frères de la Aillehardière ou les trois frères Goulegate qui tiennent la Goulegatière aussi à Landivy. En Anjou, les familles installées dans les borderies de Saint- Lambert-du-Lattay ont gardé longtemps un régime d'indivision qui ne subsistait plus, à la fin du Moyen Âge, que dans une responsabilité collective face au versement des charges20. Vers la fin du xiiie siècle, enfin, apparaît le terme de fresche, on en repère une première mention dans le bas-Maine dès 126921. Les actes demeurent encore trop discrets mais la coutume d'Anjou, rédigée au xiiie, siècle traite dans un de ses articles des associations de parçonniers qui ont terre ensemble22. Si la vie familiale s'organise visiblement autour du couple conjugal, l'implication dans le monde de la terre et du travail voit les liens familiaux jouer un rôle évident et la solidarité familiale s'imposer avec une certaine prégnance.

  • 23 Daniel Pichot, Le Bas-Maine...,op. cit., p. 268.
  • 24 « Stephanus Chavin, quartana laborabat [...] Videntes hoc sex homines vicini ejus, qui cum eo venie (...)
  • 25 André Chedeville, « La mise en valeur des marais de Dol : le témoignage des textes », dans, Loïc La (...)

21Un peu au-delà des limites familiales, une entraide de voisinage peut intervenir, sans codification particulière et un enfant peut garder par exemple le bétail23. Six vicini accompagnent Etienne Chavin du Theil qui va implorer le secours des saints de l'abbaye de Savigny24. Un tel déplacement en groupe pour un pèlerinage illustre bien la solidarité qui relie les voisins. Celle-ci se renforce dans des cas un peu exceptionnels ou bien localisés. Dans le marais de Dol, quelques paysans sont associés pour l'assèchement d'une terre en 1241 et l'abbaye de Montmorel la reçoit alors de deux hommes et de leurs participes25.

Le hameau

  • 26 « Place names do not keep their meanings for ever and places can be named from people without imply (...)
  • 27 .« Vendidi [...] totam terram meam sitam inter cheminum de Ambrières et terram de Monte Acuto [...] (...)
  • 28 En Trégunc, dép. du Finistère, cant. de Concarneau ; Chantale Peyron, Le Cartulaire de Quimper, cit (...)

22Ces liens débordent sur le hameau. On a souvent souligné, peut-être de façon un peu trop systématique, l'aspect familial du hameau et on ne peut que suivre Susan Reynolds quand elle juge excessif d'inférer l'aspect familial du hameau en raison des toponymes qui emploient massivement des noms d'hommes26. Le fait s'impose quand même dans bien des cas. Ces couples qui ne cohabitent pas mais tiennent une même terre constituent facilement un modeste écart qui peut grandir. À l'occasion, on saisit deux frères qui ne connaissent pas l'indivision mais néanmoins voisinent étroitement. En 1237, Hamelin le Rebuté vend sa terre qui n'est séparée de celle de son frère, Raoul, que par une route27. La création de hameaux strictement familiaux ne concerne sans doute que de petits groupements de quelques maisons mais dans les plus gros, une certaine présence de plusieurs membres de la même famille peut s'avérer fréquente. Dans les rentiers de la cathédrale de Quimper qui datent du début du xive siècle, les tenanciers couchés sur les listes se regroupent dans des « villages » où se repère la présence de plusieurs membres d'une même famille, encore ne pouvons-nous pas les saisir tous. Dans le « village » de Lestrefguenc résident « Rivallonus Alani ejus fratres et sorores, Daniel Henrici Castreuc, Guillotus Castreuc, Alanus Gener Nigri, heredes Guidonis Nigri », à Buesit, se trouvent « Guillotus Ruffil, relicta Gauffridi Ruffil, Guillermus Ruffi,filie Rivallon Ruffi »28.

  • 29 Loeiz Laurent, « L'emboîtement des espaces homogènes », Géopoint, 1984, p. 73-81.
  • 30 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d'un inconnu, Paris, 1998 (...)
  • 31 Bernard Derouet, « Territoire et parenté. Pour une mise en perspective de la communauté rurale et d (...)

23Plus généralement, le « village » se présente comme une cellule sociale fortement identifiable comme le confirme d'ailleurs toute une tradition qui a perduré des siècles. Loeiz Laurent, étudiant plus particulièrement la commune d'Iffendic en Ille-et-Vilaine durant l'époque contemporaine, a constaté l'importance de l'échelon du hameau dans le système de convivialité alors que la polarisation au bénéfice du « bourg » était devenue nettement supérieure certainement à ce qu'elle était au Moyen Âge29. Le livre récent d'Alain Corbin offre une vision tardive, bien sûr, puisque du xixe siècle, de la vie de ces hameaux. Sans tomber dans le piège d'un immobilisme des campagnes au long des siècles, il n'est pas interdit de tirer un certain nombre de constats de la vie de Louis-François Pinagot, dans les hameaux proches de la forêt de Bellême, où les « villages » comme la Basse-Frêne possèdent une réelle identité avec une part de regroupement familial30. De même, Bernard Derouet, étudiant, pour l'époque moderne surtout, les relations existant entre territoire et parenté, s'est penché sur le fort sentiment d'identification que l'appartenance à un lieu donnait à une communauté restreinte qui avait pu avoir d'ailleurs une origine familiale. La communauté ancrée dans le hameau peut alors constituer une véritable entité31.

  • 32 Michel Le Mené, L'économie médiévale, op. cit. ; Daniel Pichot, « L'occupation du sol dans le bas- (...)
  • 33 Pierre Flatrès, « L'étendue des finages villageois en Bretagne », Norois, n° 18, 1968, p. 181-189.

24Cette réalité demeure difficile à identifier à la période féodale en raison des caractères de la documentation mais des indices permettent d'orienter l'enquête en ce sens. La terre et son travail fonde pour une bonne part cette identité du groupe. À l'intérieur du finage paroissial, le « village » s'individualise par un finage propre et bien caractérisé. L'étude des plans-terriers ou des cadastres anciens montre ces unités territoriales qui s'organisent autour des habitats, constituant un espace assez clairement séparé des autres par le maintien d'un lambeau de forêt ou des landes. Un tel finage s'étend autour des anciennes borderies de Saint- Lambert-du-Lattay. Le parcellaire y souligne l'organisation initiale. On retrouve une structuration de ce type, par exemple à Placé, près de la forêt de Mayenne. Là, le cadastre décrit un espace subdivisé en cellules qui furent autant d'unités créées par la mise en valeur. Le temps a réuni ces différents sous-ensembles ; bien souvent, cela ne s'est produit qu'au xixe siècle32. Pierre Flatrès a mis en évidence ce territoire du hameau pour la Bretagne33. À partir de l'examen systématique des cartes, il a établi que quelle que soit la dimension des hameaux et la forme d'organisation agraire, l'ensemble des terres forme un finage compact dont la superficie oscille entre 50 et 100 hectares.

  • 34 Annick Deniaud, « Champs ouverts à la lisière de la forêt de Paimpont », Norois, n° 30, p. 153- 165
  • 35 André Chédeville, « Un défrichement en Bretagne à la fin du xie siècle : histoire économique et géo (...)

25Fréquemment, une part de ces terres n'était pas enclose, donnant lieu à des espaces ouverts. Si cela est incontestable sur les territoires de Champagne classique, on en retrouve la trace un peu partout. L'absence d'un minimum d'accord dans le travail est alors difficile à imaginer. C'est ce que suggère fortement une étude géographique des hameaux et de leur finage en lisière de la forêt de Paimpont. Certains portent un nom désignant une origine médiévale fortement probable comme Villeneuve, Vieille-Ville34. Le paysage est formé de larges ensembles laniérés et clos uniquement sur leur pourtour, près de « villages » formés de maisons alignées évoquant un défrichement, une mise en valeur collective, même si une enquête actuelle ne permet pas d'en identifier des survivances. Des chartes malheureusement imprécises nourrissent une telle interprétation dans d'autres lieux. À la Lande-Huan, près de Combourg, un contrat d'association entre un petit chevalier et l'abbaye Saint-Florent de Saumur aboutit, à la fin du xie siècle, à la création d'un bourg de défrichement de 175 hectares centré sur une chapelle et dont il reste, inscrit sur le sol, un magnifique parcellaire rayonnant qui peut, lui aussi, laisser supposer une entreprise collective, au moins au départ35. Une telle coopération dut être le lot de bien des petits bourgs ruraux mais nous n'en savons rien.

  • 36 « [...] qui usagium habere se dicebant in nemoribus dictorum abbatis et monachorum, que nemora dicu (...)
  • 37 De nombreux sites font l'objet d'une étude, voir Jean-Claude Meuret, Peuplement..., op. cit, p. 518 (...)

26Par contre, le hameau détient un certain nombre de droits sur l'espace inculte : landes et forêts, qui se traduisent par des usages concédés par les seigneurs, moyennant des taxes, à moins que quelques concessions n'aient été faites, par exemple pour attirer des bourgeois. Ces droits ne sont pas obligatoirement accordés à une communauté villageoise mais plus souvent à des groupes plus réduits, quelques paysans qui peuvent correspondre à la population d'un hameau. C'est ce que suggère un acte de Saint-Vincent du Mans dans lequel dix-sept personnes, dont plusieurs ont des affinités familiales, revendiquent des droits d'usage dans les bois de Blandan36. Ailleurs, une fabrication artisanale fonde la cohésion du hameau. C'est sans doute le cas pour les potiers mais aussi les travailleurs du fer. L'extraction du minerai, comme l'élaboration du métal, créent l'activité de multiples unités humaines disséminées dans les contrées favorables comme la marche de Bretagne-Anjou37.

  • 38 Patrick André, « Un village médiéval breton du xie siècle, Lann-Gouh en Melrand (Morbihan) », Arché (...)
  • 39 André Chédeville, « Un défrichement en Bretagne..., art. cit. ; Daniel Pichot, Le Bas-Maine..., op. (...)
  • 40 Dép. de la Mayenne, cant. d'Emée ; A. Bertrand de Broussillon, Cartulaire de Saint-Michel de l'Abba (...)
  • 41 Le « village » est devenu commune, dép. d'Ille-et-Vilaine, cant de Saint-Aubin-du-Cormier ; Hubert (...)

27Une vie sociale se déploie dans le cadre du hameau et les fouilles de Lann-Gouh en Melrand ont révélé une organisation de l'espace qui va en ce sens. Les maisons s'organisent autour d'une sorte de place où s'élève un four destiné à l'usage de tous et une aire semble réservée, en arrière, au déploiement des activités agricoles38. Pour des « villages » d'importance, le cadre religieux adjoint son renfort. Une chapelle, desservie par un chapelain, offre une cohésion supplémentaire au petit groupe humain qui en est d'ailleurs souvent bien conscient. Les bourgs ruraux qui ne sont pas centres paroissiaux peuvent se grouper autour d'un lieu de culte comme à la Lande-Huan, éventuellement un petit prieuré rural peut servir de point d'ancrage, tel le prieuré d'Origné, dépendance de Marmoutier dans le bas-Maine39. La démarche des quelques paysans établis sur l'écart de défrichement nommé la Censive à Saint-Denis-de-Gâtines est révélatrice40. Établis dans un canton éloigné du centre paroissial, ils demandent l'établissement d'un prêtre. Pour peu qu'un petit cimetière soit autorisé comme à la Chapelle-Saint-Aubert dans la paroisse de Saint-Sauveur-des- Landes, un destin paroissial se profile41.

  • 42 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la Br (...)

28En Bretagne celtique, une institution originale connue surtout à la fin du Moyen Âge commence à se distinguer : la frairie. Il s'agit d'une association à caractère d'abord religieux mais qui dépasse ce cadre pour atteindre une convivialité étendue. Centrée sur un hameau et dotée d'une chapelle, elle s'étend sur une fraction de paroisse et quand elle apparaît en pleine lumière, elle se manifeste comme le lieu d'une solidarité marquée. Selon Noël-Yves Tonnerre, le fait que ces frairies nombreuses, une douzaine à la fin du Moyen Âge à Avessac, soient établies fréquemment sous le patronage d'un saint breton, dans des lieux où le breton n'était plus parlé depuis longtemps, tend à faire remonter l'origine de certaines à une date fort haute et à constater leur existence à la période féodale42.

29Si les liens familiaux et de voisinage ne présentent qu'une originalité réduite mais qui joue son rôle dans le cadre de la dispersion, à bien des égards, le hameau, important ou pas, voit se déployer une sociabilité propre, dans le travail, mais difficile à cerner, et dans les autres aspects des relations sociales de façon souvent plus nette. Une telle situation risque bien sûr d'affaiblir les liens de l'ensemble de la communauté villageoise.

Quelle communauté villageoise ?

30Incontestablement, le village dans l'Ouest est marqué par une certaine faiblesse des liens sociaux et, traditionnellement, c'est la paroisse qui est considérée comme le principal vecteur de la communauté. C'est loin d'être inexact même si ce n'est pas le seul.

Une communauté religieuse

  • 43 Dép. de la Mayenne, cant. de Saint-Aignan-sur-Roë ; « [...] utrum essent aliqui habitantes circa no (...)

31En raison de ce qui précède, il est légitime de s'interroger sur la qualité de la cohésion paroissiale, certains estimant même que la paroisse est une sorte de cadre venu de l'extérieur qui ne reflète guère l'unité du groupe. C'est sans doute aller un peu vite et négliger l'existence, très tôt, de paroisses primitives qui peuvent se présenter comme des entités bien réelles. Les ploues bretonnes illustrent ce cas et l'on peut remarquer l'évidente répugnance à diviser ces très vastes paroisses aux xiie et xiiie siècles, il n'est pas prouvé que cela ne proviennent que des autorités ecclésiastiques. En effet, dans tout l'Ouest, un minimum de sentiment communautaire se manifeste dans l'appartenance à une paroisse. Dès la fin du xie siècle, avec quelques variantes, la parrochia se présente comme le cadre de référence systématique pour situer toutes les terres et les parrochiani en groupe figurent à des manifestations particulières, telles que des donations solennelles. La notice qui raconte en détail la bénédiction du cimetière de La Roë, en 1098, condamne toute approche trop systématique. L'évêque impose, certes, une structure aux pionniers dispersés dans la forêt mais ils n'en sont peut-être pas fâchés car, à la cérémonie, accourent en foule les hommes des paroisses voisines avec leur pasteur, or pour beaucoup de ceux-ci, l'institution religieuse est aussi récente43. Ces hommes trouvent dans la paroisse l'expression de leur groupe social.

  • 44 « [...] corpora quidem defunctorum illius castri ad cruces in quadruviis et in terris ad cimiterium (...)
  • 45 Odette Pontal, Les statuts synodaux français du xiiie siècle, t. 1 : Les statuts de Paris et le Syn (...)
  • 46 Aujourd'hui en Gennes, dép. de la Mayenne, cant. de Biemé ; « [...] Postea, concessione et peticion (...)

32Même si tous n'habitent pas au « bourg », loin de là, tous viennent reposer dans le même cimetière. L'enclos ecclésial s'affirme comme le point d'ancrage de la communauté prise dans le déroulement des générations, morts et vivants mêlés. Ce cimetière est unique et obligatoire. Deux actes épiscopaux bretons viennent rappeler en plein xiie siècle que désormais on ne pourra inhumer les morts en dehors, au pied des croix des carrefours44. Un système bien défini de prélèvements et de taxes vient ajouter des liens contraignants et le curé lui-même devient le garant de l'unité paroissiale et villageoise. Les statuts synodaux du xiiie siècle brossent le programme d'un curé idéal, modèle et référence obligée de ses ouailles mais aussi chef spirituel incontesté chargé de les conduire avec autorité vers le salut. Le renforcement de la réforme pastorale établit fortement les liens qui tissent la communauté paroissiale45. Logiquement, cette structure paroissiale suscite ou favorise le développement d'une organisation propre. Pour être informelles, des interventions montrent clairement le corps des paroissiens unis dans une action. Au début du xiie siècle, ceux de Saint-Aignan-de-Gennes demandent de remettre une dîme au curé en promettant que les services seraient mieux rendus46. L'acte met en évidence une « restitution » dans laquelle les villageois sont nettement partie prenante.

  • 47 Daniel Pichot, Le Bas-Maine..., op. cit., p. 270.
  • 48 André Chédeville et Noël-Yves Tonnerre, La Bretagne..., op. cit., p. 266.

33La voie s'ouvre vers des associations religieuses, des fraternités, qui se signalent dans les textes dès le xiie siècle dans de gros villages souvent dotés de prieurés comme Bazougers, Brûlon ou Grez-en-Bouère dans le Maine47. Il est difficile de préciser leurs activités avant la fin du Moyen Âge mais en 1220, lors de la définition des obligations des paroissiens de Bréhand-Moncontour au diocèse de Saint-Brieuc, sont évoqués le repas rituel lors de la fête du saint-patron et les prières et messes dites pour les confrères défunts48.

  • 49 Bretagne : idem, p. 266 ; Maine, Daniel Pichot, « Histoire du diocèse du Mans... », art cit, p. 83.

34De telles actions préfigurent la mise en place des fabriques que l'on voit citées de plus en plus à partir de la première moitié du xiiie siècle49.

  • 50 « [...] ita quod non sit melior condicis occupantis, dantes eisdem procuratoribus et eorum cuilibet (...)

35Sans doute encore fortement contrôlées par le curé, elles gèrent déjà des biens qui lui sont légués et doivent participer à l'entretien de l'église. Un texte précis décrit, en 1300, l'action de celle de Saint-Sauveur-des-Landes au diocèse de Rennes. L'acte passé entre le prieur et les habitants devant l'official règle leur participation à la remise en état de l'église. L'assemblée des parrochiani limitée à la major et sanior pars réunit cinquante trois personnes, chefs de feux souvent, c'est à dire une très grande part de la population. Ils constituent procuratores trois écuyers, deux clercs, quatre simples paroissiens et ajoutent évidemment le curé, « procuratores suos constituerunt et eorum quemlibet in solidum ». Ils sont chargés de veiller au bon entretien de l'église et aux réparations nécessaires pour la partie qui revient aux paroissiens, c'est à dire la nef, les fonts et les cloches, le chœur, une chapelle et l'ala qui touche le prieuré revenant aux moines50. La fabrique qui incorpore la petite aristocratie, d'ailleurs surreprésentée dans le groupe des procureurs, assume donc des responsabilités qui n'ont rien de secondaire mais il est difficile de savoir si elles débordaient les questions purement religieuses. Par contre, l'affirmation de l'institution contredit quelque peu l'autonomie dont les « villages » semblent disposer.

36En fait, la cohésion paroissiale souffre de la concurrence des « villages » et des lieux de culte secondaires. Le cas est flagrant pour les trêves bretonnes qui accèdent presque à des responsabilités paroissiales, et bien sûr pour les hameaux, appelés à devenir le centre de nouvelles paroisses. Certaines paroisses pourraient bien ressembler à des fédérations très lâches de plusieurs groupes humains réunis par un minimum de facteurs communs. On peut aussi légitimement douter de la réalité de communautés formées par des ensembles de gros hameaux sans véritable centre. La structure paroissiale présente alors un caractère plaqué. Cependant, ces cas mis à part, entre la force d'attraction du centre paroissial, garant de l'unité communautaire et les effets centrifuges venus des hameaux, un rapport de force s'installe dans lequel, les atouts de l'union ne sont pas négligeables, au point de renforcer progressivement une institution qui, malgré tout, ne peut prétendre à une cohésion totale.

  • 51 Michel Duval, « En Bretagne : recherche sur la formation des paroisses entre l'Ille et la Vilaine, (...)

37L'évolution dessinée sauvegarde l'unité et la tendance à l'autonomie des écarts va plutôt en s'atténuant. La réforme grégorienne, en particulier, relayée par les effets d'une pastorale plus attentive, aboutit à mieux définir la communauté paroissiale. L'église se trouve renforcée dans son rôle central et les lieux de culte concurrents doivent reconnaître beaucoup plus clairement sa suprématie. Cela explique la très grande réticence à la création d'un cimetière dans les écarts ou son rôle volontairement réduit. Une bénédiction de cimetière dans un hameau peut déclencher des conflits graves, par exemple l'évêque de Rennes, peut-être circonvenu par le desservant, dut reculer devant la colère de Marmoutier après avoir béni un cimetière à la Chapelle-Saint-Aubert alors dépendance de Saint- Sauveur-des-Landes. Pour la même raison, le desservant de la chapelle de Brécé dépendant de l'église de Noyai, au diocèse de Rennes, ne pouvait inhumer que les enfants, les pauvres et les pèlerins, pas les vrais membres de la communauté51.

  • 52 A. Bertrand de Broussillon, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Aubin d'Angers, Angers, 1903, n° 690.
  • 53 Dép. du Maine-et-Loire, « [...] et tali quidem condicione ut illi homines qui manebunt in nom cymit (...)

38Les chapelles secondaires font l'objet d'une surveillance sourcilleuse. Que ce soient des chapelles castrales ou des prieurés ruraux, leurs droits sont très limités : pas de cloches, pas de baptêmes, pas de mariages, on le vérifie lors de l'installation de certains prieurés52. Pour les lieux de culte très éloignés et jouissant d'une autonomie certaine, des précautions sont prises afin de sauvegarder un minimum d'unité. Les habitants concernés doivent obligatoirement se rendre à l'église paroissiale dans un certain nombre de cas et pour certaines fêtes. Le prieuré de Saint-Aubin d'Angers, au Louroux, obtint d'avoir un cimetière, mais les habitants de ce cimetière — en fait on visait donc plutôt un lotissement — devaient se rendre au centre paroissial aux grandes fêtes et payer les redevances53.

  • 54 Jean Avril, Le gouvernement des évêques et la vie religieuse dans le diocèse d'Angers (1148-1240), (...)

39Comme l'a bien montré Jean Avril pour le diocèse d'Angers, mais la même chose se retrouve ailleurs, une politique systématique renforce donc la position dominante de l'église paroissiale mais la réalité paroissiale n'est pas seulement imposée, sauf exception54. Une forme particulière d'organisation s'est adaptée à la structure de l'habitat. La cohésion, moins forte qu'en habitat groupé, n'en existe pas moins. Par contre, si le domaine religieux a nettement suscité une forme de sociabilité, celle-ci s'étend dans d'autres domaines moins aisés à percevoir.

Face au pouvoir seigneurial

  • 55 Daniel Pichot, Le Bas-Maint... op. cit., p. 174, 176, 324.
  • 56 Dép. de la Mayenne, cant. d'Ambrières ; « [...] ego Hugo de Corterna [...] asserente me quod hommes (...)
  • 57 Daniel Pichot, Le Bas-Maine... op. cit., p. 356. Un berger du village apparaît au xie siècle, idem, (...)

40La seigneurie ne coïncide pas avec le village obligatoirement mais cela peut se produire. De toute façon, la seigneurie banale contribue à souder le village et ses habitants, elle peut même être en partie responsable de son origine. L'autorité seigneuriale unit, d'une certaine façon, les hommes en les faisant dépendants du seigneur, soumis aux mêmes obligations, aux mêmes taxes. Si le paiement des coutumes ne rassemble pas obligatoirement, encore que leur levée puisse obliger à une certaine solidarité, les corvées présentent d'autres conséquences. Rares, il est vrai dans l'Ouest, elles contraignent le monde paysan à un évident travail en commun, que ce soit lors d'une réquisition, pour l'entretien ou la garde d'un château ou lors du charroi des nouvelles meules du moulin banal, épisode rare mais des plus pénibles55. Ce dernier exemple rappelle en même temps le rôle important des banalités : moulin et four comme éléments centraux de la vie villageoisUn autre domaine peut voir la seigneurie contribuer éventuellement à cette vie, celui des usages de la forêt et des terrains de parcours. Beaucoup de ces concessions n'intéressent pas la totalité du village mais le cas se produit. On le constate dans la plupart des textes un peu développés qui concerne les bourgs, mais il peut y avoir là une source de division entre les habitants. L'abbaye d'Évron obtint pour ses hommes, de la paroisse de Cigné, de larges droits sur les landes de Baugé qu'ils pouvaient utiliser comme de véritable « communs » Il s'agit cependant de droits réservés. Ils profitent aux hommes du seigneur qui les accorde avec réticence aux dépendants d'Évron à la date du procès, en 1225, pas à ceux qui pourraient s'y ajouter. Il faut constater que ces droits n'étaient pas minces : il est question de champs défrichés et de prairies56. Si l'usage des droits peut demeurer individuel, il est évident que certains supposent une entente, surtout en ce qui concerne les troupeaux. Les textes citent des bergers qui pourront éventuellement bâtir des abris provisoires en forêt. S'il n'est pas exclu que cela vise les troupeaux d'une exploitation, il n'est pas impossible de formuler l'hypothèse d'un berger commun. Le berger du village apparaît tardivement dans les textes mais son existence peut avoir anticipé ces écrits57.

  • 58 Arthur de La Borderie, Recueil d'actes inédits des ducs et princes de Bretagne, Rennes, 1888, n° 10 (...)
  • 59 E. Gouvrion et A. Grosse-Duperon, Cartulaire de l'abbaye cistercienne de Fontaine-Daniel, Mayenne, (...)

41Mais c'est peut-être par la résistance ou l'opposition aux exigences seigneuriales que se soude le mieux la communauté. Il ne s'agit pas de révoltes, mais des mouvements se traduisent par des procès qui peuvent en dire long sur la volonté manifestée. En 1225, le chapitre de Dol doit affronter ses hommes de la paroisse de Sains qui obtiennent une sentence du sénéchal de Rennes. L'affaire demeure obscure mais les habitants protestaient contre les « damnis illis illatis a domino Oliverio de Quoyquen et servientibus suis »58 Cependant, il est possible d'entrevoir d'autres types de rapports. En 1265, le seigneur de Mayenne, Alain d'Avaugour, qui comme ses prédécesseurs avait opéré une large politique de défrichement dans sa forêt, se heurte à l'opposition ou plutôt à la requête de ses villageois qui lui demandent d'arrêter pour sauvegarder la forêt59.

Solidarités paysannes

  • 60 Ex Libro de miraculis sanctorum Savignacensium..., op.cit., p. 592.
  • 61 Dép. du Maine-et-Loire, cant. de Beaupréau, « ...] et pasnaticum porcorum post messionem segetum in(...)

42En fait, en dehors des cadres imposés, certaines solidarités se font jour, entrevues plus ou moins clairement dans des textes évidemment peu bavards puisque cela ne concerne que le milieu paysan. Au village, l'entraide existe dans des circonstances un peu exceptionnelles telles que la construction d'une maison. Au xiiie siècle, dans un village nommé la Bazouge, au diocèse de Rennes, un charpentier tomba d'une échelle sur un chantier de ce genre auquel participait « magna pars hominum villae »60. La vie agraire entraîne aussi des pratiques que nous avons constatées au hameau mais qui peuvent s'étendre au village. En dehors de l'utilisation des communs, quelques textes montrent que des usages existent tels que la vaine pâture. Les bourgeois du bourg Saint-Martin de Beaupréau doivent aux moines de Saint-Serge à la fin du xie siècle, le pasnage de leurs porcs venus sur les chaumes après la moisson en août61. Ce type de pratique devait être inégalement répandu et était lié sans doute au degré de clôture des terres. Les terres monastique et nobles, sans parler des grosses exploitations, échappaient à ces pratiques collectives.

  • 62 « Propter hanc igitur maximam libertatem locum ipsum, qui prius dicebatur Brociacus, Franchiam Vill (...)
  • 63 André Chédeville, « Immunités, franchises et communes : les libertés dans l'ouest de la France (xie(...)
  • 64 Dép. d'Ille-et-Vilaine, cant. de Liffré ; Hubert Guillotel, Les actes inédits des ducs de Bretagne (...)
  • 65 Dép. de la Mayenne, cant d'Argentré ; A. Bertrand de Broussillon, La Maison de Laval (1020- 1605), (...)

43Enfin, assez logiquement, la communauté apparaît parfois en corps dans des décisions la concernant. Ici et là, des prévôts ou maires semblent exercer l'autorité seigneuriale mais il n'est pas impossible que, parfois au moins, une plus grande autonomie soit acceptée. Lors de la fondation du prieuré de Brossay par Saint-Aubin d'Angers en 1097, Bellay, seigneur de Montreuil accorde la fondation d'un bourg dont l'étendue des libertés suffit à l'appeler Franche Ville62. Sans doute s'agissait-il plus de privilèges que de faculté de s'administrer. André Chédeville a fait remarquer que les franchises sont fort rares dans l'Ouest et que les libertés sont des privilèges octroyés, ce qui ne signifie pas obligatoirement la force de l'encadrement seigneurial, bien au contraire, et Gérard Sivery établit une relation étroite entre les pays d'élevage et d'habitat dispersé et des libertés développées dans les faits63. Quelques applications, somme toute timides, émergent de la documentation. Dès 1089, les hommes les plus âgés de Livré en Bretagne, sont appelés à définir les limites de la paroisse et affirment qu'une part de la forêt relève de l'abbaye de Saint-Florent64. Beaucoup plus tard, en 1252, à Argentré dans le diocèse du Mans, un accord entre l'évêque et les chevaliers Vivien et Hamelin l'Enfant définissant l'attribution de la vicaria et de la haute justice portant sur les hommes du bourg, est rédigé « de communi assensu et voluntate hominum in burgo prefato tunc temporis existencium »65.

  • 66 .« Galliena de Tyrgeville et multi alii de Tyrgevilla, qui peregre venerunt Savigniacum, quasi ex u (...)

44Sans être impressionnants, ces témoignages convergent pour mettre en évidence la réalité de bien des communautés villageoises. Si leur cohésion peut paraître assez lâche, la réalité du développement des liens sociaux les plus divers à un degré non négligeable s'impose et, à l'occasion, un patriotisme de clocher peut même se manifester, encore que ce témoignage exceptionnel soit plutôt normand. Les habitants de Tyrge- ville, où était né saint Vital de proclamer bruyamment leur fierté d'être du village de ce héros66.

*

  • 67 Marc Bloch, Les caractères originaux..., op. cit., p. 58.

45Le terme d'individualisme est donc à employer avec une certaine prudence en ce qui concerne l'Ouest de la France. Certes, il est bien réel et l'individualisme agraire comme une certaine faiblesse des communautés villageoise ne sont pas de vains mots. Cependant, une interrogation précise des sources oblige à reconsidérer des positions qui seraient trop radicales. Si, comme le notait Marc Bloch, « l'empire de la collectivité s'arrêtait devant les labours », ce qui d'ailleurs exigerait une étude approfondie, de vastes domaines de la vie des champs peuvent rester liés à un degré ou à un autre à la vie communautaire67. Les communs, la vie du troupeau, en relèvent en particulier. Les communautés villageoises, non plus, ne sont pas vraiment des coquilles vides, simples cadres posés par l'autorité ecclésiastique ou seigneuriale, dans lesquels évolueraient des individus dénués d'esprit communautaire.

46Par contre, en notant la faiblesse de ces communautés de village, on néglige un degré inférieur où s'exprime une évidente sociabilité, le hameau ou plutôt le « village », originalité réelle des espaces de l'Ouest, qui, majoritairement, connaissent la dispersion de l'habitat. Le hameau y acquiert une véritable personnalité et intercepte à son profit une part des liens sociaux ailleurs dévolus à l'ensemble paroissial. Des recherches plus approfondies devraient éclairer ce domaine fondamental.

47Enfin, l'individualisme étant souvent mis en relation avec le bocage, il faut bien constater que ce dernier n'est qu'en gestation aux siècles qui ont retenu notre attention et, s'il est le fruit d'une société, est-ce bien l'individualisme paysan qu'il faut invoquer quand on peut soupçonner la naissance ou tout au moins un certain développement de celui-ci d'abord sur les terres monastiques et seigneuriales. Ce bocage n'existant réellement qu'à partir des xve et xvie siècles, il faudrait alors s'interroger sur un éventuel affaiblissement des liens communautaires qui lui serait consécutif. La société rurale n'a pas toujours l'immobilisme qu'on lui prête volontiers.

Notas

1 Marc Bloch, Les caractères originaux de l'Histoire rurale française, 1ère éd. Oslo, 1931, rééd. Paris, Colin, 1952, p. 58.

2 Une légende noire du bocage s'est même développée, Annie Antoine, « Archéologie du paysage et histoire culturelle de l'Ouest », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, t. 103, 1996, n° 2, p. 18-19.

3 Michel Le Mené, L'économie médiévale, Paris, 1977, p. 89.

4 Dép. de la Mayenne, cant. de Loiron.

5 Élisabeth Zadora-Rio, « L'église et le regroupement de l'habitat en Anjou aux xie et xiie siècles », dans : L'environnement des églises et la topographie des campagnes médiévales, Doctorat d'Archéologie Française, p. 139-148 ; id., « La topographie des lieux d'asile dans les campagnes médiévales » ; id et Élisabeth Lorans, « Touraine, Anjou, Maine » dans : Michel Fixot et Elisabeth Zadora-Rio, L'église, le terroir, monographie du CRA, 1990, p. 11-16 et 75-90 ; Elisabeth Zadora-Rio, « Morphogenèse des villages et des petites agglomérations en Anjou-Touraine : la part des fondations des xie-xiie siècles », dans G. Fabre, Monique Bourin, Jacqueline Caille et André Debord A., Morphogenèse du village médiéval, ixe-xiie siècles, Cahiers du Patrimoine, Actes de la Table ronde de Montpellier, 22-23 février 1993, Paris, 1996, p. 69-79.

6 Hubert Guillotel, « Du rôle des cimetières en Bretagne dans le renouveau du xie et de la première moitié du xiiie siècle », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, t. 52, 1972-1974, p. 1-26 ; Elisabeth Zadora-Rio, « Les cimetières habités en Anjou aux xie et xiie siècles », Congrès national des Sociétés savantes, Caen, 1980, Archéologie, p. 319-329.

7 Dép. d'Ille-et-Vilaine, cant. de Fougères, « [...] Cymiterium de Romaniaco licet antiquissimum foret nundum ad plenum sufjiciens erat tam ad humanda corpora quamque ad domos edificandas [...] », Arch. dép. d'Ille-et- Vilaine, 6H 33 et cadastre, 3P.

8 Hironori Miyamatsu, Bourgs et bourgeois dans l'ouest de la France, thèse de doctorat, univeristé Rennes 2, André Chédeville dir., 1986, 411 p. dactyl.

9 Daniel Pichot, « l'occupation du sol en pays bocager. Sources textuelles et cartographiques dans le Bas-Maine (xe-xiiie siècles) », dans : Enquêtes rurales, n°4, 1998, p. 5-27 ; id., « Encellulement et villages de l'ouest français (xe-xiiie siècle) », dans : Catherine Laurent, Bernard Merdrignac et Daniel Pichot, Mondes de L'Ouest et villes du monde, Regards sur les sociétés médiévales, Mélanges en l'honneur d'André Chédeville, Rennes, PUR, 1998, p. 445-456.

10 Jeanne Dufour, « Un bocage tardif et éphémère : le bocage de la Champagne de Conlie (nord de la Champagne mancelle) », dans : Les bocages : histoire, écologie, économie. Aspects, physiques, biologiques et humains des écosystèmes bocagers des régions tempérées humides, Rennes, Table ronde cnrs-ensa- Université de Rennes, 1976, p. 49-52.

11 Dép. de la Mayenne, cant. de Landivy, Arch. dép. de la Mayenne, ms 33, n°104.

12 Dép. du Maine-et-Loire, cant. Thouarcé, Michel Le Mené, « La forêt du Lattay au Moyen Âge. Défrichement de sa partie occidentale entre la Loire, l'Evre et l'Hyrome », Le Moyen Âge, 1970, t76, p. 27-60.

13 Une synthèse dans André Chédeville et Noël-Yves Tonnerre, La Bretagne féodale, xie-xiiie siècle, Rennes, 1987, p. 350-354 ; Mickaël Batt, « Berrien, le Goënidou » et « Brennilis, Karhaes Vihan », Gallia information, Bretagne, 1990, p. 19-20.

14 Daniel Pichot, Le Bas-Maine du xe au xiiie siècle : étude d'une société, Laval, Société d'Archéologie et d'Histoire de la Mayenne, 1995, p. 109-121 ; Jean-Claude Meuret, Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche d'Anjou-Bretagne (des origines au Moyen Age), Laval, Société d'Archéologie et d'Histoire de la Mayenne, 1993, nombreux exemples dans le chapitre xxi.

15 R. Charles et Menjot d'Elbenne (vcte), Cartulaire de l'abbaye Saint-Vincent du Mans, Mamers-Le Mans, 1886-1913, 79.

16 Mickaël Batt, op. cit.

17 Abbé A. Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, 4 volumes, Laval 1900-1903. Réimpression Mayenne, 1986, voir p. 36-37.

18 Guy Souillet, « Chronologie et répartition des noms de lieux en ière et en ais dans la haute- Bretagne », Annales de Bretagne, t.50, 1943, p. 90-98 ; Dominique Barthelemy, La société dans le comté de Vendôme de tan mil au xive siècle, Paris, 1993, p. 248.

19 « [...] masuram Galteri de Theilleio quam tenebant Willelmus Galteri, Ricardus Galteri et Fromundus filius Willelmi [...] masuram de Ailleharderia quam tenebant W. Aillehart, Odo Aillehart, Robertus Aillehart et Baherel [...], Arch. dép. de la Mayenne, ms. 32, 105 et voir 106, 107.

20 Michel Le Méné, op. cit., p. 52.

21 « Cartulaire de la Beschère », n° 10, Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, t. 26, 1910.

22 « 115. De genz qui ont terres ensamble. Si aucuns avoient terres ne rentes qui fussent parçonniers ensamble, et l'un venist à l'autre et daist : « Beau sire, parton noz terres que nous avon ensamble », M.C.J.Beautemps-Beaupre, Coutumes et institutions de l'Anjou et du Maine antérieures au xvie siècle, 4 vol., Paris, 1877-1883, t.1, p. 133.

23 Daniel Pichot, Le Bas-Maine...,op. cit., p. 268.

24 « Stephanus Chavin, quartana laborabat [...] Videntes hoc sex homines vicini ejus, qui cum eo veniebant, [...] », Ex Libro de miraculis sanctorum Savignacensium, Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t. 23, p. 594.

25 André Chedeville, « La mise en valeur des marais de Dol : le témoignage des textes », dans, Loïc Langouet et Marie-Thérèse Morzadec-Kerfourn, Baie du Mont-Saint-Michel et marais de Dol, Centre d'archéologie d'Alet, 1995, p. 108.

26 « Place names do not keep their meanings for ever and places can be named from people without implying that all the inhabitants, even at the time that the name is formed, are blood relations », Susan Reynolds, Kingdoms and communities in western Europe, 900-1300, 2ème éd., Oxford, 1997, p. 113.

27 .« Vendidi [...] totam terram meam sitam inter cheminum de Ambrières et terram de Monte Acuto [...] sicut separatur a terra Radulfi fratris mei », Arch. nat, L 972, 693.

28 En Trégunc, dép. du Finistère, cant. de Concarneau ; Chantale Peyron, Le Cartulaire de Quimper, cité dans appendice II, de Henri Sée, Étude sur les classes rurales en Bretagne au Moyen Âge, rééed. 1995.

29 Loeiz Laurent, « L'emboîtement des espaces homogènes », Géopoint, 1984, p. 73-81.

30 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d'un inconnu, Paris, 1998, p. 5862.

31 Bernard Derouet, « Territoire et parenté. Pour une mise en perspective de la communauté rurale et des formes de reproduction familiale », Annales, histoire, Sciences sociales, mai-juin 1995, p. 645-686.

32 Michel Le Mené, L'économie médiévale, op. cit. ; Daniel Pichot, « L'occupation du sol dans le bas- Maine... », art cit, fig. 4.

33 Pierre Flatrès, « L'étendue des finages villageois en Bretagne », Norois, n° 18, 1968, p. 181-189.

34 Annick Deniaud, « Champs ouverts à la lisière de la forêt de Paimpont », Norois, n° 30, p. 153- 165.

35 André Chédeville, « Un défrichement en Bretagne à la fin du xie siècle : histoire économique et géographie féodale », dans Jean-Marie Duvosquel et Erik thoen, Peasants and townsmen in medieval Europe, studia in honorem Adriaan Verbulst, Gent, 1995, p. 429-444. Combourg, dép. d'Ille- et-Vilaine, cant. de Combourg.

36 « [...] qui usagium habere se dicebant in nemoribus dictorum abbatis et monachorum, que nemora dicuntur de Blandaz [...] », André Chédeville, Liber controversiarum Sancti Vincentii cenomannensis, Paris, 1968, 211, (1210).

37 De nombreux sites font l'objet d'une étude, voir Jean-Claude Meuret, Peuplement..., op. cit, p. 518- 523.

38 Patrick André, « Un village médiéval breton du xie siècle, Lann-Gouh en Melrand (Morbihan) », Archéologie médiévale, t. 12, 1982, p. 155-174.

39 André Chédeville, « Un défrichement en Bretagne..., art. cit. ; Daniel Pichot, Le Bas-Maine..., op. cit., p. 268 ; Ernest Laurain, Cartulaire manceau de Marmoutier, Laval, 1911-1945, chap. Origné.

40 Dép. de la Mayenne, cant. d'Emée ; A. Bertrand de Broussillon, Cartulaire de Saint-Michel de l'Abbayette, Paris, 1894, 22, (fin xiie).

41 Le « village » est devenu commune, dép. d'Ille-et-Vilaine, cant de Saint-Aubin-du-Cormier ; Hubert Guillotel, « Du rôle des cimetières en Bretagne... », art. cit.

42 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du viiie à la fin du xiie siècle, Angers, 1994, p. 454-457.

43 Dép. de la Mayenne, cant. de Saint-Aignan-sur-Roë ; « [...] utrum essent aliqui habitantes circa nos in foresta qui possent libere esse parrochiani hujus cimiterii [...]. Ad cujus adventum omnes fin populi adjacentium parrochiarum cum presbyteris suis [...] », publié par Emest Laurain, « Questions fabriciennes », Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, 1908, t 24, p. 348.

44 « [...] corpora quidem defunctorum illius castri ad cruces in quadruviis et in terris ad cimiterium non consecratis ex auctoritate sanctorum canonum inhumari ac sepeliri prohibemus qui ad hoc predictum cimiterium faciendo sanctifi- cavimus ut corpora fidelium illius castri in eodem cimiterio sepulture traderentur [...], Louis Rozensweig, Cartulaire général du Morbihan, Vannes, 1895, 210.

45 Odette Pontal, Les statuts synodaux français du xiiie siècle, t. 1 : Les statuts de Paris et le Synodal de l'Ouest, Paris, 1971, t. 2 ; Daniel Pichot, « Curés du bas-Maine au xiiie siècle », La Mayenne, archéologie, histoire, n° 10, 1987, p. 49-62 ; id., « Histoire du diocèse du Mans du xe au xive siècle », La Mayenne, archéologie, histoire, n° 21, 1998, p. 53-92.

46 Aujourd'hui en Gennes, dép. de la Mayenne, cant. de Biemé ; « [...] Postea, concessione et peticione parrochianorum, Guiburgis de Villona et Gaufridus Bellus concesserunt sacerdoti quartam partem illius decime : tali pacto et tali lege ut parrochiani legitime servirent et sacerdos firmius et melius quereret et esse proprius sancti- monialium ad ponendum et deponendum », Paul Marchegay, Cartularium monasterii Beatae Mariae Caritatis andegavensis, Archives d'Anjou, t 3, Angers, 1854, 412.

47 Daniel Pichot, Le Bas-Maine..., op. cit., p. 270.

48 André Chédeville et Noël-Yves Tonnerre, La Bretagne..., op. cit., p. 266.

49 Bretagne : idem, p. 266 ; Maine, Daniel Pichot, « Histoire du diocèse du Mans... », art cit, p. 83.

50 « [...] ita quod non sit melior condicis occupantis, dantes eisdem procuratoribus et eorum cuilibet in solidum potestatem et speciale mandatum obligandi ipsos parrochianos et eorum heredes et successores religiosis viris abbati et conventui Majoris Monasterii Turonensis et priori prioratus ipsorum Sancti Salvatoris de Landis ad tenendum de cetero, propriis eorum somptibus et expensis, in statu competenti ecclesiam ipsorum religiosorum Sancti Salvatoris de Landis una cum fontibus et campanis dicte ecclesie, prout se extendit et comportat, exceptis choro monacho- rum capella beau Marie et ala ipsius ecclesie versus prioratum predictum existente, sibi ab eisdem religiosis tradictam et concessam ad divinum officium celebrari in ea faciendum [...] », Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 1F 543-38.

51 Michel Duval, « En Bretagne : recherche sur la formation des paroisses entre l'Ille et la Vilaine, xie-xvie siècles », 109e Congrès national des Sociétés savantes, Dijon, 1984, Histoire médiévale, t.1, p. 103.

52 A. Bertrand de Broussillon, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Aubin d'Angers, Angers, 1903, n° 690.

53 Dép. du Maine-et-Loire, « [...] et tali quidem condicione ut illi homines qui manebunt in nom cymiterio et in terra ipsorum monachorum, eant ad matricem ecclesiam suam in festivis diebus, et reddant sue matrici ecclesie omnia debita [...] », Cartulaire de Saint-Aubin d'Angers, n° 690, (1125-1127).

54 Jean Avril, Le gouvernement des évêques et la vie religieuse dans le diocèse d'Angers (1148-1240), Lille-Paris, 1984, p. 291-310.

55 Daniel Pichot, Le Bas-Maint... op. cit., p. 174, 176, 324.

56 Dép. de la Mayenne, cant. d'Ambrières ; « [...] ego Hugo de Corterna [...] asserente me quod hommes dictorum abbatis et monachorum manentes in parrochia de Cingneio nullam communitatem in praefatis landis haberent, tandem ex utraque parte ad pacem devenerunt sub hac forma.[...] Praeterea recognovi quod nec ego, nec aliquis meorum hominum in praefatis landiis aliquid exemplare poterimus vel colere, excepto hoc quod a quadra- ginta annis et infra fuit exemplatum. [...] Quod si etiam contigerit praedictos abbatem et monachos alios homines post hanc concessionem acquiere in parmchia de Cingneio, illi post acquisiti in dictis landiis nullam reclamare poterunt communitatem », Yannick Hillion, Le chartrier de l'abbaye Notre-Dame d'Evron, thèse dactyl., Guy Devailly dir., Rennes, 1977, charte n° 96.

57 Daniel Pichot, Le Bas-Maine... op. cit., p. 356. Un berger du village apparaît au xie siècle, idem, p. 269.

58 Arthur de La Borderie, Recueil d'actes inédits des ducs et princes de Bretagne, Rennes, 1888, n° 100. Sains, dép. d'Ille-et-Vilaine, cant. de Pleine-Fougères.

59 E. Gouvrion et A. Grosse-Duperon, Cartulaire de l'abbaye cistercienne de Fontaine-Daniel, Mayenne, 1896, n° 225.

60 Ex Libro de miraculis sanctorum Savignacensium..., op.cit., p. 592.

61 Dép. du Maine-et-Loire, cant. de Beaupréau, « ...] et pasnaticum porcorum post messionem segetum in stipulis in augusto[...] », Yves Chauvin, Cartulaires de l'abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d'Angers, Angers, 1997, t. 2, n° 1.

62 « Propter hanc igitur maximam libertatem locum ipsum, qui prius dicebatur Brociacus, Franchiam Villam nuncupavit », Cartulaire de Saint-Aubin, op. cit., n° 140.

63 André Chédeville, « Immunités, franchises et communes : les libertés dans l'ouest de la France (xie-xiiie siècles) », dans : Liberté et libertés, VIIIe centenaire de la charte des franchises d'Aoste, 1993, p. 55- 72 ; Gérard Sivery, Terroirs et communautés rurales dans l'Europe occidentale au Moyen Age, Lille, 1990.

64 Dép. d'Ille-et-Vilaine, cant. de Liffré ; Hubert Guillotel, Les actes inédits des ducs de Bretagne (944- 1148), thèse ms, Université de droit d'économie et de sciences sociales de Paris, (Paris II), 1973, n° 96.

65 Dép. de la Mayenne, cant d'Argentré ; A. Bertrand de Broussillon, La Maison de Laval (1020- 1605), Paris, 1903, n°447.

66 .« Galliena de Tyrgeville et multi alii de Tyrgevilla, qui peregre venerunt Savigniacum, quasi ex uno ore acclamabant quod in loco in quo manserunt pater et mater Sancti Vitalis et ipse natus est [...] », Ex Libro, op. cit., p. 601.

67 Marc Bloch, Les caractères originaux..., op. cit., p. 58.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540