Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. Stratigraphie sociale et images des sociétés rurales médiévales

La paysannerie saunière des marais de la Baie à la fin du Moyen Âge : stratification et relations sociales

Jean-Luc Sarrazin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Bibliographie dans : Jean-Claude Hocquet, Le sel et le pouvoir de l'an mil à la Révolution français (...)
  • 2 Arch. Nat. P 594. Ce registre de transcrits d'aveux, formé par un clerc de la Chambre des Comptes J (...)
  • 3 Jean-Luc Sarrazin, La campagne et la mer..., op. cit., livre II, chap. V.
  • 4 En 1527, l'île de Bouin possédait à elle-seule 66 857 aires, Henri Touchard, Le commerce maritime b (...)
  • 5 Arch. Nat. 1AP 1975. Étude minutieuse de ce compte par Claude Bouhier, « Le commerce maritime du se (...)
  • 6 Arch. Nat. 1AP 1975, 1969, 1971, 1972, 1973, 1974. Claude Bouhier, « Les comptes du sel à Noirmouti (...)

1L'importance de la saliculture dans l'agriculture des campagnes littorales de la Bretagne méridionale et du Poitou, à la fin du Moyen Âge, et au-delà n'est plus à démontrer1. Dans les ramifications d'estuaires du Talmondais, en Olonnais mais surtout dans les marais de la Baie et de Guérande, les salines ont colonisé la plupart des zones basses, planes, tapissées de bri flandrien. Sur la base des montants évalués de cens contenus dans les aveux rendus à Jean de Normandie pour la châtellenie de La Garnache en 13442, il n'est pas aventuré d'estimer à plus de 250 000 le nombre d'aires saunantes autour de la Baie au début du xivesiècle. Après une diminution vraisemblable de la surface salicole entre 1350 et 14503, ce sont à nouveau des chiffres élevés qu'il est possible d'avancer pour la fin du xve siècle et le début du xvie siècle4. Les quantités de sel exportés de Noirmoutier que dénombrent les comptes de coutumes et de dîme en 14295 puis à partir de 15076 apportent une confirmation tangible de l'exceptionnelle capacité productrice des marais de la Baie.

  • 7 L’expression est de Jean-Claude Hocquet, Le sel et le pouvoir..., op. cit., p. 19.
  • 8 Mémoires présentés au roi Charles vii par les délégués de la ville de Poitiers pour le détourner d' (...)

2« Dévoreuse d'espaces »7, la saliculture était aussi dévoreuse de main- d'œuvre. Elle mobilisait de près ou de loin, plus ou moins complètement, une paysannerie nombreuse. De 8 à 10 000 feux auraient vécu de l'exploitation du sel sur la côte poitevine d'après le Mémoire adressé en 1451 par les délégués de la ville de Poitiers au roi Charles vii pour le dissuader d'établir la gabelle en Poitou et en Saintonge8. Pour sujet à caution qu'il soit, le chiffre n'en dénote pas moins la notion qu'avaient les contemporains eux-mêmes d'une forte concentration de population dans les secteurs de marais salants. Corroboré par un ensemble concordant d'indices, il justifierait à lui seul que l'on s'intéressât à cette paysannerie. Mais c'est avant tout pour sa structure sociale particulière que le monde des laboureurs de sel doit retenir l'attention. En effet, tout en ressortissant pleinement à l'agriculture, la saliculture s'organisait en un mode de production spécifique qui privilégiait ces détenteurs du sol et qui induisait une stratification marquée entre les sauniers, spécialistes de la récolte du sel et les manouvriers occupés à des tâches annexes. L'objet de cette étude est, en partant du cas des marais de la Baie, de tenter d'éclairer les relations sociales caractéristiques de la saliculture. À cet égard, on ne saurait dissimuler les obstacles que présentent les sources. Jusqu'au xive siècle, la paysannerie saunière proprement dite est absente de la documentation. Elle ne prend rang dans les pièces comptables qu'au xve siècle. L'analyse des éléments constitutifs de l'étroite dépendance des sauniers vis-à-vis des détenteurs du sel et des caractères du salariat ne peut être conduite qu'à partir de cette époque.

Une paysannerie absente des sources jusqu'au xvie siècle

  • 9 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H 24 à H 28 ; éd. Jean-Luc Sarrazin, Recueil et catalogue des actes (...)
  • 10 Arch. dép. du Maine-et-Loire, 166 H 1, 166H 2, 166H 3.
  • 11 Bibliothèque Nat., nouv. acq. fr. 21200.
  • 12 Cartulaire de l'abbaye d'Orbestier, éd. Louis de La Boutetière, Archives Historiques du Poitou, t (...)

3Par rapport aux autres masses paysannes, la paysannerie saunière ne fait pas exception : elle est largement absente des sources écrites jusqu'aux documents comptables et aux baux de la fin du Moyen Âge. Les mentions de salines sont pourtant nombreuses dans les actes des char- triers ou des cartulaires des établissements monastiques possessionnés sur la côte, Buzay9, La Lande-en-Beauchêne10, La Blanche11, Saint-Jean d'Orbestier12 etc. Mais qu'il s'agisse de titres de transactions foncières ou de prises de rentes, de règlements de contentieux, de baux, les documents n'éclairent de la saliculture que le niveau seigneurial et rentier, celui du prélèvement et de la prévôté rurale. Ils laissent dans la plus totale pénombre la sphère du travail, dont on peut conjecturer sans grand risque d'erreur qu'elle relevait essentiellement de pratiques orales.

  • 13 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H24/11 ; Recueil et catalogue des actes de Buzay..., op. cit., nos (...)
  • 14 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H26/25, H24/27, H26/26, H24/22, H26/28, H24/23, H26/29, H24/24, H26 (...)

4Les dons, les échanges, les achats de salines mettent en scène les seigneurs et les possesseurs du sol. Ils ignorent les sauniers. Même lorsque son statut paraît inférieur, un donateur n'est pas un saunier. Le dénommé Jean Pastis et Orguen, sa femme, « hommes » de Notre-Dame de Buzay en l'île de Bouin, qui donnent respectivement 56 et 120 aires à l'abbaye en 121013, ne doivent pas être considérés comme de simples laboureurs de sel. Ce sont là, à la charnière de la production et du prélèvement, de petits maîtres du sol, distributeurs de travail, vraisemblablement des intermédiaires entre les religieux et la main-d'œuvre insulaire. Néanmoins, qu'il n'y ait aucun saunier parmi les vendeurs de salines est peut-être une affirmation à nuancer. Derrière les achats opérés par Buzay entre 1279 et 129814 se dissimulent, en toute hypothèse, des opérations de construction. Le prix de cession représenterait, en l'espèce, la rémunération du constructeur et le montant des frais engagés. Quant aux vendeurs, ils pourraient être, du moins certains d'entre eux, des sauniers. Mais dans l'ensemble de la documentation, ce type d'actes reste marginal.

  • 15 Arch. dép. du Maine-et-Loire, 166 H 1 ; charte publiée par Milan S. La Du, Chartes et documents poi (...)
  • 16 Un exemple parmi d'autres : Bernard Babou, bourgeois de Beauvoir et Chandiose, sa femme, donnés en (...)

5Les règlements de contentieux apportent encore moins d'informations sur les travailleurs des marais salants que les titres de transactions foncières. Ils ont trait, le plus souvent, à la répartition des taxes seigneuriales, plus particulièrement des deux principales, le cens à la production et la dîme à la vente. Conservés dans les fonds d'églises, ils enregistrent naturellement les compromis entre établissements monastiques et seigneurs laïques. Exemplaire parmi d'autres est ainsi l'accord, en date du 2 juin 1282, entre Ysabeau de la Marche, dame de Commequiers et de Beauvoir et le prieuré de la Lande-en-Beauchêne au sujet du cens et de la dîme des marais salants du fief de la Maréchaussée à Beauvoir15. Tout en prenant soin de se réserver les droits de seigneurie, Ysabeau satisfait la revendication des moniales qui prétendaient lever la moitié du cens et de la dîme sur les vieilles aires et le quart sur les nouvelles. Des dispositions pratiques, habituelles, complètent la résolution du contentieux : ainsi l'alloué des religieuses ne pouvait pas lever les cens sans avertir celui d'Ysabeau et inversement. Tous les règlements conservés ne revêtent pas une telle ampleur ; beaucoup ne sont que de simples ajustements rendus nécessaires par la dispersion du prélèvement passé en de nombreuses mains16 au gré des inféodations, des successions, des donations pieuses. Mais quelle que soit leur importance, ils demeurent parfaitement extérieurs à l'exploitation salicole proprement dite.

  • 17 Terme et notion empruntés à l'historiographie allemande.
  • 18 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H26/16 ; Recueil et catalogue..., n° 36.
  • 19 Arch. dép. du Maine-et-Loire, 166 H 1.
  • 20 Arch. dép. du Maine-et-Loire, 166 H 1.

6Les baux délivrés par les établissements ecclésiastiques et conservés dans leurs archives ne mettent pas davantage en scène la paysannerie saunière. Ils éclairent, tant bien que mal, un niveau intermédiaire, celui de la prévôté rurale ou, si l'on préfère celui de la Villikation17. Quelques exemples suffisent à illustrer ce propos. À l'extrême fin du xiie siècle, Main, abbé de Buzay, concède à moitié de fruit à un certain Pierre Palastre et à ses héritiers la partie de la saline Foucher, sise en l'île de Bouin, et appartenant à l'abbaye18. Ce Pierre Palastre n'est nullement un saunier. C'est, en quelque sorte, un intendant disposant de la saline dans le cadre d'une métairie perpétuelle. De la même façon, c'est à des prévôts que le prieuré de la Lande-en-Beauchêne a recours pour administrer son domaine salicole d'Ardillon, au nord du promontoire de Beauvoir. Les actes qui les instituent fixent les cadres généraux de l'exploitation ; ils ne renseignent pas sur les rapports de production. Entre 1194 et 1207, le domaine est ainsi confié à une dénommée Verdeline, veuve du prévôt Guillaume19, à telle condition qu'elle fasse faire 200 aires de salines dans un délai de trois ans à partir de la saint Michel. De ces 200 aires et des 80 qui avaient appartenu à un ermite, la moitié devait lui revenir tandis que l'autre allait aux moniales. Quant aux autres aires des domaines d'Ardillon et de Ruelle, le bail précise qu'il appartenait à Verdeline de les faire exploiter à ses frais. En revanche, il revenait à l'Église de faire charroyer et de faire couvrir le sel. Les deux tesseliers que se réservait Fontevraud pouvaient être utilisés par Verdeline pour entreposer son propre sel mais non pour stocker le sel de quelqu'un d'autre sans l'autorisation de l'abbaye. Un siècle plus tard, en mai 1299, le bail à vie du même domaine délivré à Josselin de Sesmaisons, chanoine de Saint-Pierre de la Couture au Mans, reprend des dispositions assez proches20. Josselin devait, entre autres obligations, faire entretenir les salines, faire récolter le sel, le faire porter au port et charger à ses frais. Bref, la prévôté rurale forme un écran qui dissimule à notre regard la paysannerie saunière.

  • 21 Cartulaire de l'abbaye Sainte-Croix de Talmond, éd. Louis de La Boutetière, Mem. Soc. Ant. de l'Ou (...)
  • 22 Ibid.,ccccxvi.

7Le silence des sources n'est cependant pas total, mais les mentions de sauniers sont furtives et fortuites. Elles se rapportent à des cas particuliers difficilement exploitables dans la perspective d'une étude sociale des laboureurs de sel. Telle charte du cartulaire de Sainte-Croix de Talmont nous apprend que, vers 1080, un moulin marémoteur implanté à Ilaude, au sud de Talmont, est tenu par un saunier du nom de Pierre21 : meunier et saunier n'étaient, en l'occurrence, qu'une seule et même personne. Tel autre acte du même cartulaire rapporte le don, vers 1210, d'un saunier à Sainte-Croix par Guillaume d'Apremont, seigneur de Poiroux22. Il renseigne bien davantage sur le phénomène des dons d'hommes si présent dans les sources entre les années 1180 et les années 1240 que sur la condition du saunier.

  • 23 En particulier l'aveu d'Olivier Mainguy, écuyer, Arch. Nat P594/xxv.
  • 24 1452-1453, 1453-1454, 1461-1462, 1462-1463, 1463-1464, A.N. 1AP 1976.
  • 25 Pour les deux premiers exercices, le châtelain-receveur est Jehan Gasnart ; pour les trois suivants (...)
  • 26 Le seigneur de la Flocellière et les hoirs de feu Innocent Gorideno, A.N. 1AP 1976 n°12.
  • 27 En 1452, monseigneur de la Trémoille lève 14 charges du marais Borre... « par rachat par la mort de (...)
  • 28 Dans les années 1450, le seigneur de l'île ne possède en propre que 75 aires au Marais es Dames, ch (...)
  • 29 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2E382.
  • 30 Julien Briand, Un exemple d'exploitation de salines : les possessions des Blanchet dans la Baie de (...)
  • 31 Les actes se concentrent surtout entre 1463 et 1479.
  • 32 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H 28.
  • 33 Mémoires... op. cit.

8C'est à partir du xive siècle mais plus encore du xve siècle que tous les laboureurs de sel prennent rang dans les textes et qu'il devient possible d'entrevoir la stratification sociale du groupe et les relations de dépendance des sauniers vis-à-vis des détenteurs du sol. Au sein de la masse documentaire, plusieurs sources doivent retenir l'attention. Quelques-uns des aveux rendus à Jean de Normandie pour des seigneuries mouvant de La Garnache en 1344 contiennent de précieuses indications sur la place des sauniers23. Cependant il faut attendre les pièces comptables du xve siècle pour que l'information devienne plus dense et plus précise. Côté poitevin de la Baie, de grand intérêt sont les pièces justificatives des comptes de la seigneurie de Noirmoutier pour cinq exercices comptables entre 1452 et 146424. Les certifficacions de dépenses adressées à messeigneurs les auditeurs des comptes de...25 chastellain et recepveur de l'isle de Nermouster pour très noble et très puissant seigneur, Monseigneur de la Trémoille, de Sully, de Luczon et dud isle procurent une vue chiffrée du travail des laboureurs de sel à la fin du salange. Une exploitation pertinente de ces quittances et certificats doit néanmoins prendre en considération le fait que la seigneurie de Noirmoutier est une seigneurie châtelaine haut-justicière, sans véritable base foncière. La sau de monseigneur de la Trémoille provient d'abord des cens partagés avec d'autres seigneurs de l'île26, éventuellement du rachat de telle seigneurie vassale27, enfin de ses propres marais salants, mais qui sont de faible étendue28. Les pièces comptables de la seigneurie ne sont pas des comptes d'exploitation. Côté breton de la Baie, le cahier de comptes d'une famille d'officiers de justice nantais, les Blanchet, est assurément l'un des documents les plus intéressants qui soit sur la rentabilité économique et l'organisation sociale de la saliculture dans la seconde moitié du xve siècle29. Récemment exhumé dans le cadre d'un excellent mémoire de maîtrise30, il se présente comme un recueil d'actes comptables relatifs à la gestion des salines que possédait cette famille vers Prigny, Bourgneuf et Saint-Cyr-en-Retz. Couvrant la période 1463- 151231, il se compose aussi bien de mentions de prêts aux sauniers passés sous seing privé que de reconnaissances de dettes devant la cour de Bourgneuf ou celle de Nantes, de comptes rendus de visites d'inspection sur les salines ou, pour l'année 1477, du détail de la commercialisation du sel d'un marais. Les comptes d'amoncelage du sel et de réparations de salines des cisterciens de Buzay pour l'île de Bouin aux années 1505-1513 apportent également d'utiles informations sur l'organisation du travail dans la saliculture32. On ne saurait, enfin, laisser de côté l'important Mémoire adressé en 1451 au roi Charles vii par les délégués de la ville de Poitiers pour le dissuader d'établir la gabelle en Poitou et en Saintonge33. Issu d'une très active mobilisation des Poitevins depuis 1445, ce Mémoire offre un tableau certes quelque peu biaisé mais très circonstancié de l'activité salicole dans toutes ses dimensions sociales.

Les sauniers : une élite paysanne assujettie

  • 34 Jean-Claude Hocquet, Le sel et le pouvoir..., op. cit., p. 28-30 et p. 136-138.
  • 35 Le terme saunier se retrouve dans le portugais, salineiro, dans l'espagnol salinero, dans l'italien (...)

9Le caractère majeur de la stratification sociale de la paysannerie saunière des marais de la Baie, comme de toutes les paysanneries saunières de l'Atlantique et de la Méditerranée, est l'existence d'une catégorie particulière composée des spécialistes de la récolte du sel et de l'entretien des salines34. De la Baie jusqu'à la Méditerranée, le terme consacré pour désigner ceux des laboureurs de sel qui en faisaient partie est celui de saunier35. Par leur savoir-faire ancestral et familial, les sauniers constituaient l'élite de la paysannerie des marais salants et se distinguaient nettement des simples manouvriers tels les pileurs ou les amonceleurs. Leur condition n'en était pas moins misérable. Deux éléments liés l'un à l'autre, le rapport de production et un endettement structurel et permanent, en définissent la composante essentielle : l'étroite dépendance vis-à- vis des maîtres du sol.

10Dans son principe général, le rapport de production apparaît d'une grande simplicité. Il est résumé en ces termes par le Mémoire poitevin de 1451 :

  • 36 Mémoires...,op. cit., éd. Bélisair Ledain, p. 259.

« Item que lad. fallaise qui est toute disposée à maroys salins et à faire sel, comme dit est, appartient en propriété et en seigneurie aux esglises et aux seigneurs nobles et vassaulx et autres gens qui les tiennent noblement et par hommage et autrement ; et lesquelx prenent les deux pars ou autre grant partie en la façon et prouffit dud. sel que font et labourent lesd. laboureurs »36.

  • 37 En 1365, Notre-Dame-de-la-Blanche abandonne ainsi à ses sauniers les deux-tiers de la récolte de se (...)
  • 38 Arch. Nat., 1AP 1170, 1AP 1171, 1AP 1973, etc.
  • 39 Dans la Statistique de la Vendée, J.-A. Cavoleau précise ainsi que « tout le sel extrait de nos mar (...)

11Il s'agit là d'une structure de très longue durée. Aussi loin que remontent les documents éclairant la question, ils indiquent systématiquement cette répartition des deux-tiers de la récolte acquis au détenteur du sol et d'un tiers revenant au saunier37. À la fin du Moyen Âge, l'expression le « tiers du saunier » est habituelle dans toutes les pièces comptables38 ; elle renvoie, en quelque sorte, à une norme parfaitement admise. Par delà l'Ancien Régime, le partage deux-tiers/un tiers survit à la Révolution et perdure jusqu'en plein xixe siècle39.

  • 40 Usance de Saintonge, 3ème éd., Bordeaux, 1701, p. 25.

12Dans sa nature comme dans ses modalités d'application, ce rapport d'exploitation était beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. Les deux-tiers de la récolte qu'était censé remettre le saunier au propriétaire ne doivent, en aucune façon, être mis sur le même plan qu'un terrage ou qu'un complant. Terrage céréalier et complant viticole étaient des redevances partiaires acquittés par les tenanciers aux seigneurs des fiefs. Les deux- tiers du sel n'étaient pas une taxe seigneuriale et le saunier n'était pas un tenancier ; il n'avait aucun droit sur les aires qu'il saunait. « Le seigneur du fief a la seigneurie directe, le propriétaire du marais l'utile, et le saunier une simple jouissance pour la récompense de ses sueurs et de son travail »40, cette classification des feudistes du xviiie siècle pourrait s'appliquer sans risque d'anachronisme à la fin du Moyen Âge. Le rapport d'exploitation est donc bien difficile à définir. Peut-on y voir une forme de métayage ? Il y a effectivement amodiation et dans la mesure où les frais d'entretien incombaient au propriétaire — sans parler de la fraude -, le partage n'était pas éloigné d'une répartition par moitié. Métayer le saunier ? On peut l'admettre en partant d'une acception large du métayage. Mais n'était-il pas avant tout un salarié rémunéré par ailleurs pour les travaux d'entretien de la saline ?

  • 41 Julien Briand, Un exemple...,op. cit., p. 67-68.
  • 42 Ibid., p. 67, note 175.

13La répartition deux-tiers/un tiers était, au demeurant, un cadre général très souple dans ses modalités d'application. De multiples possibilités s'ouvraient, en effet, quant à la gestion du tiers. Le saunier pouvait retirer du monceau de sel sa part et la commercialiser par ses propres moyens. Il le faisait, généralement sous la pression de la nécessité, au mauvais moment, c'est-à-dire lorsque les prix étaient à leur étiage. On peut ainsi estimer que les sauniers des Blanchet ont vendu leur sel 25 sous moins cher par charge que leur maître dans les années 147041. Le saunier pouvait amonceler sa part avec celle du maître. Il devait alors attendre, et parfois longtemps, la vente du sel pour percevoir son dû. Entre temps, il lui fallait emprunter pour survivre. Dans les deux cas, il était placé dans une situation d'étroite dépendance vis-à-vis du propriétaire. En réalité, les choses étaient encore plus complexes. Le saunier pouvait se servir lui- même au fur et à mesure de la récolte, sans attendre le décompte de son tiers. Si le tiers était moins important que celui qui avait été escompté, il était à « parfournir sur la levée à venir ». S'exerçait alors un jeu de compensation financière. En 1468, Perrot Glado avait reçu 110 sous pour son tiers lequel a été, en définitive, apprécié l'année suivante à 68 sous ; la différence fut ajoutée à la somme qu'il devait à Robert Blanchet42. Ce mécanisme ne pouvait qu'aggraver les difficultés financières des laboureurs de sel.

  • 43 « Lesd. pouvres laboureurs, quant ilz ont mis tout l'yver à curer, labourer et entretenir leurs mar (...)
  • 44 Jean-Luc Sarrazin, La campagne et la mer..., op. cit., chap. ii, iii.
  • 45 Arch. Dép. de Loire-Atlantique 2 E 382, p. 14.
  • 46 Ibid., p. 7.
  • 47 Ibid., p. 7.
  • 48 Ibid., p. 14.
  • 49 Depuis la mort de Robert Blanchet, Thomas Mabilleau a pris en main la gestion des salines. Les somm (...)

14L'endettement des sauniers était un phénomène suffisamment important pour être mis en avant dans l'argumentation présentée au conseil du roi par les délégués de la ville de Poitiers en 1451. Il y apparaît comme une composante essentielle de leur pauvreté et comme le témoignage probant de la précarité de leur condition43. Crédit à la consommation, indispensable à la survie des laboureurs de sel, les prêts, les avances consenties étaient remboursables sur les récoltes à venir. Ils ne doivent pas être confondus avec le crédit qui était assis sur les aires saunantes et qui ressortissait à des formes de rentes constituées. Nombreuses à partir du xiiie siècle, dans les actes des chartriers et des cartulaires, les constitutions de rentes répondaient, pour une part, à des besoins d'investissements dans la construction et l'entretien des salines. Elles témoignaient d'un dynamisme économique à la base de l'expansion salicole et ne concernaient guère que les détenteurs du sol44. Les emprunts des sauniers dénonçaient sinon une situation de totale détresse du moins de sérieux embarras dans la vie quotidienne. Ils étaient en général directement liés à un salange médiocre ou nul, consécutif à un été pourri. De ce lien, le cahier des Blanchet fournit des exemples précis et circonstanciés. Parmi d'autres, les années 1475 et 1476 ont été mauvaises voire catastrophiques : la récolte de 1475 a été négligeable, celle de 1476 nulle. Dès le jour de la Sainte-Croix 1475, Robert Blanchet prêta d'une part 45 sous à Perrot Glado, d'autre part 20 sous à Perrot Mabilleau, un autre de ses sauniers45. Le 27 février 1476, il prêta, de nouveau, 40 sous à Perrot Glado46, puis 30 sous en septembre, le jeudi après la Sainte-Croix47, encore 30 sous en mars 147748. Au total, entre avril 1475 et mars 1478, Perrot Glado a dû emprunter 14 livres 8 sous 4 deniers à son propriétaire. Globalement les Glado étaient endettés d'une somme variant entre 18 et 24 livres monnaie de Bretagne. Quant aux Mabilleau, leur dette atteignit 67 livres en 1497, mais c'était peut-être là un cas particulier49.

  • 50 Voir ci-dessus note 43.
  • 51 Les sauniers pouvaient, par ailleurs, être possesseurs d'aires saunantes. Aucun document n'autorise (...)

15Les sauniers traînaient leur dette d'un salange sur l'autre. Leur tiers à venir était pour ainsi dire en permanence hypothéqué. Dans sa pérennité, leur endettement créait une situation de forte dépendance vis-à-vis des propriétaires et, sans nul doute, vis-à-vis des marchands50 mais ce dernier aspect n'est pas documenté. Sans aucun droit sur le sol51, sans bénéficier du statut de tenanciers, les sauniers se trouvaient ainsi attachés aux salines qu'ils mettaient en valeur. Faute de sources, il est difficile d'en dire plus sur ce rapport d'assujettissement. Les maîtres pouvaient-ils jouer, par exemple, sur le niveau des intérêts ? Même dans les comptes des Blan- chet, calculer des taux paraît hors d'atteinte. L'écart entre une somme à rembourser et le total des emprunts peut, en effet, dissimuler des prêts non répertoriés, une différence entre deux estimations de tiers ou, à l'inverse, inclure des frais quelconques d'entretien. Au total, il n'est guère douteux que la condition des sauniers ait été d'une grande précarité. On ne saurait, cependant, interpréter dans un sens exclusivement négatif la question de l'assujettissement. Comme souvent au Moyen Âge, la dépendance était aussi le signe d'une distinction. Dépendre d'un maître c'était se hisser au-dessus du sort commun.

Les sauniers : une élite hors de la masse paysanne

  • 52 Ces clercs étaient chargés de « tailler » autrement dit de marquer sur une coche la quantité de sel (...)
  • 53 Les formules des pièces comptables sont les suivantes : « Item paié a quatre hommes qui ont esté ch (...)
  • 54 Arch. Nat., 1 AP 1170, folio 35 recto, (1407-1408).
  • 55 Ibid., folio 35 recto.
  • 56 Arch. Dép. de Loire-Atlantique, H 28.
  • 57 Jean-Claude Hocquet, Le sel et le pouvoir..., op. cit., p. 17.

16Les sauniers se distinguaient nettement du reste de la paysannerie. Alors que les manouvriers, et même les clercs chargés de « bailler les marreaux »52 se fondaient dans l'anonymat53, les sauniers étaient toujours qui a esté par trois jours aud. moncea a bailler les marreaux et a ailler led. sel... ». Aux yeux d'un receveur de seigneurie, les manouvriers et les clercdésignés par leurs noms. « Guillaume Thomas sauner dud. marois prent le tiers et mond. seigneur les deux tierces parties »54, « vingt aires de marais assis en la Marchaussie dont est sauner Etienne Gauter »55, « Item a Jehan Barrault saulnier de Platiz pour une journée de homme par luy mise... »56, on pourrait multiplier les citations ainsi libellées. Toutes les pièces comptables disponibles à partir du xve siècle mettent clairement en évidence cette distinction sociale. En revanche, et parce qu'elles sont disparates, elles ne permettent pas de suivre les individus dans la durée. L'un des apports les plus précieux du cahier des Blanchet est justement de jeter une vive lumière sur le milieu social et de confirmer ce que l'on entrevoyait par bribes : les sauniers formaient, au sommet de la paysannerie saunière, une catégorie quelque peu fermée sur elle-même, détentrice d'un savoir-faire empirique transmis au sein des familles. Est-il besoin de le rappeler : « on ne s'improvisait saunier »57. L'art de bien sauner était et est un art de haute qualification. Il est fait de nombreuses subtilités, relatives à la hauteur et à la circulation de l'eau dans les cristallisoirs, à la propreté de la saline, à la capacité de profiter de la direction du vent etc. Durant la saison du salange, de la mi-mai ou de juin jusqu'au mois d'août ou au début de septembre, il exige une surveillance permanente et un travail sans interruption. Le saunier du Moyen Âge ne disposait pas, il va sans dire, de l'aréomètre de Baumé et ignorait tout de la composition chimique de la saumure. Mais il devait connaître les risques consécutifs à un mauvais salange, la destruction du sel par autolyse, la stérilisation du marais. Il lui fallait, en même temps, faire preuve d'une grande compétence en matière hydraulique pour gérer d'énormes quantités d'eau toujours en circulation.

  • 58 Arch. Dép. de Loire-Atlantique 2 E 382 p. 21.
  • 59 Ibid., p. 23.
  • 60 Ibid., p. 14.

17Le cahier des Blanchet apporte des preuves tangibles de la transmission du métier de père en fils et de l'existence de liens familiaux très forts au sein du groupe. Au moins huit sauniers y sont cités, mais pendant de longues années, les Blanchet ont eu principalement recours aux services de deux familles, les Glado et les Mabilleau. C'est à l'intérieur de ces familles qu'apparaissent en pleine lumière les modalités de transmission. Entre 1479 et 1483, Guyon Glado a succédé à son père Perrot Glado décédé58 et Thomas Mabilleau à son défunt père Perrot59. Dans la succession, il s'est opéré quelques glissements dans l'exploitation des salines. Perrot Glado s'occupait des marais salants de Baugier, de Gioret et des Salineaux ; Guyon Glado saunait Baugier, la Jouberde, la Nou- drière. Quant à la fille de Perrot Mabilleau, sœur de Thomas, elle a épousé Perrot Regnault, un autre saunier des Blanchet60.

18Les sauniers formaient une élite indispensable au bon fonctionnement des marais et à la production de sel. Sans eux, les salines demeuraient gastes. En forme d'avertissement déguisé au conseil du roi, les délégués de la ville de Poitiers ne se sont pas fait faute de rappeler, dans leur Mémoire de 1451, qu'en 1384, à la suite de la décision du gouvernement des oncles de lever le quart du sel à l'étroit :

  • 61 Mémoires..., op. cit., éd. B. Ledain, p. 283.

« la pluspart desd. soniers s'en alèrent en Enguerrande estant en païs de Bretaigne, et illecques firent très grant quantité d'aires de maroys et se logèrent ond. païs, où jamais ne s'estoit fait sel, où aujourduy s'en fait aussi grant quantité que en partie desd. païs de Poictou et de Xainctonge. Item que à ceste occasion une très grant quantité desd. maroys de Poictou demourèrent en désert et sont encore de présent »61.

19Il faut, évidemment, faire la part des choses. On sait bien que ce ne sont pas les sauniers poitevins qui ont créé les marais de Guérande. On se doute aussi que leur émigration n'avait pas l'ampleur qui lui est donnée. Mais à sa manière ce passage illustre bien leur rôle déterminant dans la saliculture.

  • 62 Arch. Nat., 1 AP 1976, n°12.
  • 63 Alain Gallicé, « Les régaires de l'évêque de Nantes à Guérande au début du xvie siècle (1500- 1506) (...)
  • 64 Arch. Dép. de Loire-Atlantique H 28.
  • 65 Julien Briand, Un exemple..., op. cit., p. 60.

20À travers les comptes, les sauniers font souvent figure d'hommes de confiance des propriétaires. Ils étaient notamment chargés de la garde des monceaux de sel durant la mauvaise saison, ainsi Colin Sorin et Jamet Tulin à Noirmoutier, en 1452-1453, pour monseigneur de la Trémoille62. Ils exerçaient, en l'espèce, une responsabilité que l'on retrouve à l'identique du côté de Guérande. D'après les comptes des régaires de l'évêque de Nantes au début du xvie siècle, les paluyers se voyaient confiés la protection des muions pendant l'hiver63. Par ailleurs, dans certaines circonstances, les sauniers apparaissent comme des dispensateurs de travail, au nom de leurs maîtres. En 1510, durant la campagne de réfection des chaussées et des salines engagée à la suite d'un terrible vimer, plusieurs des sauniers de l'abbaye de Buzay en l'île de Bouin, Martin Brisard, Jehan Barrault entre autres employèrent des hommes à les aider64. Dans certaines situations, des sauniers pouvaient devenir des intendants. Après la mort de Robert Blanchet, Thomas Mabilleau prit en main la gestion d'une partie des salines de ses propriétaires. Il acquittait les redevances seigneuriales et les frais de réparations qui lui étaient ensuite remboursés par Pierre Blanchet. Il s'occupait même de vendre tout le sel récolté et c'est lui qui répartissait les sommes perçues65. Il s'agit peut-être là d'une promotion exceptionnelle due, pour une part, à un changement dans la gestion du patrimoine des Blanchet. Il enseigne, malgré tout, que l'ascension sociale était possible pour quelques-uns des sauniers, accentuant ainsi l'écart avec le petit peuple des journaliers.

Les manouvriers : le petit peuple des salariés

  • 66 Arch. Nat, 1 AP 1171.
  • 67 Voir note 24.
  • 68 Voir note 32.

21Les sauniers ne formaient pas toute la paysannerie saunière. Ils n'en étaient que l'élite parfois misérable. Sur les rives de la Baie comme partout ailleurs la saliculture impliquait de nombreuses tâches annexes de moindre qualification que la récolte de sel : transport (charroi, batelage), pilage, amoncelage, couverture des monceaux, chargement des navires, réfection des chaussées, curage des étiers etc. Tout un petit peuple de gens de bras travaillaient ainsi sur les marais et les ports, au jour le jour, selon la besogne à accomplir. Le compte de la seigneurie de Beauvoir-sur- Mer en 145466, les certificats des dépenses effectuées par le châtelain- receveur de Noirmoutier (1452-1464)67, les comptes rendus d'amoncelage des cisterciens de Buzay pour l'île de Bouin (1505-15 1 3)68 apportent sur ses activités des informations précises et répétitives.

  • 69 Arch. Nat., 1 AP 1976, certificat du 8 septembre 1461.
  • 70 Sur les 36 charges 2 sacs et demi, seulement 27 charges 2 sacs et demi reviennent au seigneur de No (...)
  • 71 Une charge à la production contenait 25 sacs.
  • 72 Les seuls chiffres de cens de la même quittance attestent pour les fiefs en question l'existence de (...)

22Quelles qu'étaient leurs tâches, les manouvriers étaient employés et rémunérés à la journée. Dévoreuse de main-d'œuvre, la saliculture a contribué, ici comme ailleurs, à une large diffusion du salariat. Elle mobilisait massivement et par à-coups, à la fin du salange ou lorsqu'il fallait réparer dans l'urgence une chaussée de mer rompue par un vimer. L'on peut, tant bien que mal, prendre la mesure de cette mobilisation à Noirmoutier aux années 1450-1460. En 146169, par exemple, le châtelain- receveur, Micheau Gaultereau a employé, pour la manipulation de 36 charges, 2 sacs et demi provenant des cens propres et des cens communs70 de la seigneurie, une fois le charroi effectué, cinq pileurs pendant une journée, cinq hommes à « cerrer » le sel et à « descharger le charroy » ainsi que trois clercs, deux sur les marais à « mectre par escript ceulx qui payent led. cens », le troisième à « bailler les marreaux » au monceau. Pour le traitement de 34 autres charges, 12 sacs issus des cens communs du fief de Bressuire, il a fait embaucher sept hommes pendant deux jours à piler et à faire la mesure et sept autres également pendant deux jours à « cerrer » le sel et à « descharger le charroy » ainsi que trois clercs. La manipulation des 17 charges 21 sacs provenant des marais en domaine de monseigneur de La Trémoille a simplement nécessité l'emploi d'un clerc et d'un homme pendant deux jours : il s'agissait du sel propre au seigneur et dont le conditionnement demandait un moindre apport de main- d'œuvre extérieure. Au total, la manipulation de 88 charges 15 sacs71 et demi à la fin du salange a mobilisé 10 hommes durant une journée, 15 hommes pendant deux jours et sept clercs une journée. Pour rendre compte de l'importance de la main-d'œuvre recrutée sur toute l'île au même moment, il faudrait multiplier ces chiffres par 30 ou 40 sinon davantage encore72.

  • 73 Arch. Nat, 1 AP 1976 n° 83.

23On retrouve ces manouvriers employés aux réparations des dégâts provoqués par les tempêtes. Adouber les chaussées, enlever le gast que la mer avait déposé dans les salines, réparer les coués, curer les étiers leur procuraient des journées de salaire d'autant plus bienvenues qu'elles survenaient en dehors des moments de presse. À la condition qu'il ne ruine pas massivement les salines, un vimer pouvait, au fond, constituer une aubaine pour le petit peuple des marais en assurant une redistribution de revenus. Les opérations de chargement des navires étaient, évidemment, moins aléatoires. Une quittance de la seigneurie de Noirmoutier73 nous apprend que le travail était, en l'espèce, rémunéré non pas à la journée mais en fonction du nombre de charges transportées. Le deschargeur qui assura, en mars 1453, le chargement de deux navires de Zélande reçut un sou par charge, soit respectivement 20 sous et 21 sous 8 deniers pour 20 charges et 21 charges 19 sacs embarqués. Avait-il lui-même engagé des manouvriers pour l'aider ? On peut le supposer.

  • 74 Cette aumônerie ne voit pas le jour, Hervé martin, Les ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers (...)

24Malheureusement, qu'ils aient été occupés à piler ou amonceler, à décharger ou à couvrir, les journaliers ne sortent pas de l'anonymat ; ils ne sont jamais que des nombres dans les pièces comptables. Que des distinctions fondées sur les types de besogne aient existé entre eux paraît vraisemblable. D'après les certificats de dépenses du receveur de la seigneurie de Noirmoutier, les pileurs, qui en même temps mesuraient le sel étaient rémunérés 50 % plus cher que les hommes employés à décharger les bêtes des charrois : quand les premiers recevaient trois sous par jour, les seconds devaient se contenter de deux sous. Mais celui qui était déchargeur un jour n'était-il pas pileur le lendemain ? On subodore, par ailleurs, l'importance de la main-d'œuvre occupée au transport du sel par terre et par ayve, mais là encore l'information fait défaut sur le statut et les rémunérations véritables de ceux qui participaient aux charrois et aux batelaiges. Bref, une connaissance précise du monde des journaliers est évidemment hors de portée. Qu'en était-il, par exemple, des modalités d'embauche ? L'impression d'ensemble qui prévaut est celle d'un petit peuple aux limites de l'indigence. Il n'est pas étonnant que le couvent des Franciscains de Bourgneuf ait été associé, du moins dans l'intention de ses fondateurs en 1332, à un hôpital destiné à héberger quinze pauvres74.

*

25Telle que les documents la laissent entrevoir à la fin du Moyen Âge, la paysannerie saunière des marais de la Baie présente, dans sa composition, dans sa hiérarchie, dans son organisation, des caractères spécifiques liés aux contraintes particulières de la saliculture. Certes, les laboureurs de sel étaient en priorité ( ?) d'abord des cultivateurs qui s'attachaient à la mise en valeur des espaces non salicoles, spécialement les bossis voués aux grains et aux fèves. Mais, au fond, la terre disponible leur était chichement comptée. Le sel avait, en effet, largement colonisé les schorres et rejeté dans les angles morts des marais les indispensables pasturaux, les champs de céréales nécessairement exigus et quelques parcelles de vigne. Quant aux salines proprement dites, elles étaient détenues en large partie par les établissements ecclésiastiques, les seigneurs laïques, les marchands. La paysannerie n'y avait accès que marginalement. Il y a là une différence majeure entre la saliculture et l'agriculture commune dans laquelle les paysans tenanciers, moyennant le paiement de terrages, de complants et de cens, disposaient d'une part majoritaire de la terre.

26À travers toute sa hiérarchie, la paysannerie saunière, largement privée de terre, était composée de salariés. Métayer le saunier ? On peut effectivement le considérer ainsi dans la mesure où il partageait les récoltes avec le propriétaire, mais c'était, avant tout, un salarié. Le tiers du sel qui lui revenait était le salaire de la sueur, complété par les rémunérations perçues pour les travaux d'entretien du marais. L'étroite dépendance financière qui le liait de la sorte au propriétaire en faisait un individu protégé parce qu'indispensable à la bonne exploitation de la saline. Elle le plaçait, tout autant que son savoir-faire et que son appartenance à un milieu, au-dessus de la masse des autres salariés. Ces derniers, pour leur part - et c'est un autre trait remarquable de la société des marais salants -, étaient beaucoup plus nombreux que dans l'agriculture traditionnelle. Ils formaient une véritable armée de réserve de manouvriers, subsistant au jour le jour des besognes routinières de la saliculture.

27Cette stratification sociale très marquée parait avoir été une structure figée. Elle a perduré, semble-t-il, jusqu'en plein xixe siècle. C'est le privilège de l'historien moderniste de pouvoir en faire une étude beaucoup plus fine et approfondie que celle du médiéviste, tributaire de sources indigentes et disparates.

Notes

1 Bibliographie dans : Jean-Claude Hocquet, Le sel et le pouvoir de l'an mil à la Révolution française, Paris, 1985 ; Jean-Claude Hocquet, « Le sel des Bretons, la France et l'Europe aux xve et xvie siècles, 1491 », in : La Bretagne terre d'Europe, Jean Kerhervé et Tanguy Daniel, Brest, Quimper, 1992, p. 23-33 ; Henri Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967 ; Jean-Luc Sarrazin, La campagne et la mer ; les pays du littoral poitevin au Moyen Âge (fin xiie siècle - milieu xve siècle), thèse lettres, Paris iv, 1997, Lille 3, Atelier de reproduction des thèses, 1979.

2 Arch. Nat. P 594. Ce registre de transcrits d'aveux, formé par un clerc de la Chambre des Comptes Jean Sardignon, rassemble les déclarations féodales des seigneurs de la terre de Belleville saisie par le roi après la condamnation et l'exécution d'Olivier III de Clisson en 1343. Les estimations de cens contenues dans les dénombrements relatifs à la châtellenie de La Garnache permettent d'avancer le chiffre de 44 727 aires pour les seuls fiefs détenus par les seigneurs laïques dans ladite châtellenie. Le cens du sel est, en effet, prélevé à raison d'un sac par dix aires saunantes. Les marais salants de ce secteur représentent environ le cinquième de l'ensemble des salines de la Baie. Présentation plus complète de la source et des informations qu'elle contient dans Jean-Luc Sarrazin, La campagne et la mer..., op. cit., livre i, chap. ii.

3 Jean-Luc Sarrazin, La campagne et la mer..., op. cit., livre II, chap. V.

4 En 1527, l'île de Bouin possédait à elle-seule 66 857 aires, Henri Touchard, Le commerce maritime breton..., op. cit., p. 6 note 17.

5 Arch. Nat. 1AP 1975. Étude minutieuse de ce compte par Claude Bouhier, « Le commerce maritime du sel à Noirmoutier au xve siècle, analyse d'un compte de coutumes et de dîme de 1429 », Revue du Bas-Poitou, 1968, n°1, p. 57-69. En 1429, Noirmoutier exporte quelque 1950 charges de sel. Une charge marchande contient 27 à 28 sacs, soit près de trois tonnes métriques.

6 Arch. Nat. 1AP 1975, 1969, 1971, 1972, 1973, 1974. Claude Bouhier, « Les comptes du sel à Noirmoutier dans la première moitié du xvie siècle », Bull. Phil et Hist., 1966, p. 225-245. En 1507, Noirmoutier exporte 1415 charges ; en 1508, 2775 ; le maximum est atteint en 1521 avec 4426 charges.

7 L’expression est de Jean-Claude Hocquet, Le sel et le pouvoir..., op. cit., p. 19.

8 Mémoires présentés au roi Charles vii par les délégués de la ville de Poitiers pour le détourner d'établir la gabelle en Poitou, éd. Bélisair Ledain, Archives Historiques du Poitou, t. ii, Poitiers, p. 255-284, p. 259.

9 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H 24 à H 28 ; éd. Jean-Luc Sarrazin, Recueil et catalogue des actes de l'abbaye cistercienne de Buzay en pays de Rais (1135-1474), dactyl., Nantes, 1977.

10 Arch. dép. du Maine-et-Loire, 166 H 1, 166H 2, 166H 3.

11 Bibliothèque Nat., nouv. acq. fr. 21200.

12 Cartulaire de l'abbaye d'Orbestier, éd. Louis de La Boutetière, Archives Historiques du Poitou, t vi, Poitiers, 1877.

13 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H24/11 ; Recueil et catalogue des actes de Buzay..., op. cit., nos 64, 86.

14 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H26/25, H24/27, H26/26, H24/22, H26/28, H24/23, H26/29, H24/24, H26/30 ; Recueil..., op. cit., nos 201, 202, 206, 207, 219, 224, 228, 230, 231, 232.

15 Arch. dép. du Maine-et-Loire, 166 H 1 ; charte publiée par Milan S. La Du, Chartes et documents poitevins du xiiie en langue vulgaire, t. ii, Archives Historiques du Poitou, t. lviii, Poitiers, 1964, n° 295.

16 Un exemple parmi d'autres : Bernard Babou, bourgeois de Beauvoir et Chandiose, sa femme, donnés en 1189 à Saint-Jean d'Orbestier par Pierre de La Garnache et devenus donats du même monastère en 1227, percevaient le cens et la dîme sur 50 aires de salines aux Lasses dans le marais de Beauvoir, Cartulaire de l'abbaye d'Orbestier..., op. cit., n° 39.

17 Terme et notion empruntés à l'historiographie allemande.

18 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H26/16 ; Recueil et catalogue..., n° 36.

19 Arch. dép. du Maine-et-Loire, 166 H 1.

20 Arch. dép. du Maine-et-Loire, 166 H 1.

21 Cartulaire de l'abbaye Sainte-Croix de Talmond, éd. Louis de La Boutetière, Mem. Soc. Ant. de l'Ouest, 36, Poitiers, 1873, n° xlvi.

22 Ibid.,ccccxvi.

23 En particulier l'aveu d'Olivier Mainguy, écuyer, Arch. Nat P594/xxv.

24 1452-1453, 1453-1454, 1461-1462, 1462-1463, 1463-1464, A.N. 1AP 1976.

25 Pour les deux premiers exercices, le châtelain-receveur est Jehan Gasnart ; pour les trois suivants, Micheau Gaultereau.

26 Le seigneur de la Flocellière et les hoirs de feu Innocent Gorideno, A.N. 1AP 1976 n°12.

27 En 1452, monseigneur de la Trémoille lève 14 charges du marais Borre... « par rachat par la mort de feu Pierre Cailletea qui trespassa le xxviiie jour de juillet lan mil iiiic cinquente et ung, ibid. »

28 Dans les années 1450, le seigneur de l'île ne possède en propre que 75 aires au Marais es Dames, chiffre dérisoire au regard des quelques dizaines de milliers d'aires que comptait l'île.

29 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2E382.

30 Julien Briand, Un exemple d'exploitation de salines : les possessions des Blanchet dans la Baie de Bourgneuf à la fin du Moyen Âge, mémoire de maîtrise, sous la direction du professeur Michel Le Mené, Nantes, 1998.

31 Les actes se concentrent surtout entre 1463 et 1479.

32 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H 28.

33 Mémoires... op. cit.

34 Jean-Claude Hocquet, Le sel et le pouvoir..., op. cit., p. 28-30 et p. 136-138.

35 Le terme saunier se retrouve dans le portugais, salineiro, dans l'espagnol salinero, dans l'italien salinaro. Le mot paluyer, paludier qui désigne au sens originel le « colon d'un palud », est une spécificité guérandaise. Nous remercions vivement notre ami Gildas Buron, conservateur du Musée des Marais Salants à Batz-sur-Mer, de nous avoir transmis le manuscrit de son livre à paraître, La Bretagne des Marais Salants, et d'avoir eu avec nous une longue discussion sur les sauniers et les paludiers.

36 Mémoires...,op. cit., éd. Bélisair Ledain, p. 259.

37 En 1365, Notre-Dame-de-la-Blanche abandonne ainsi à ses sauniers les deux-tiers de la récolte de sel qui lui revenait pour leur permettre de reconstruire les marais salants, voir Michel Mollat, La vie quotidienne des gens de mer en Atlantique, ixe-xvie siècle, Paris, 1983, p. 129. On retrouve cette répartition dans d'autres marais salants, par exemple à Chioggia, où les laboratores versaient également un tiers de la récolte aux locatores. Sur les salines de Chioggia, Jean-Claude Hocquet, Le sel et la fortune de Venise, vol. I, production et monopole, Lille, 1978 et Chioggia, capitale del sale nel Medioevo, Chioggia, 1991.

38 Arch. Nat., 1AP 1170, 1AP 1171, 1AP 1973, etc.

39 Dans la Statistique de la Vendée, J.-A. Cavoleau précise ainsi que « tout le sel extrait de nos marais salants n'est pas bénéfice pour le propriétaire. Il en donne un tiers au saunier pour le salaire de son travail ; et sur le reste, il faut encore soustraire à peu près un quart pour les réparations à sa charge », J.-A. Cavoleau Statistique de la Vendée, 2ème éd. annotée par A.-D. de La Fontenelle de Vaudore, Fontenay-le-Comte, 1844, p. 673. À Guérande, la répartition était des trois quarts- un quart ; renseignement aimablement donné par Gildas Buron.

40 Usance de Saintonge, 3ème éd., Bordeaux, 1701, p. 25.

41 Julien Briand, Un exemple...,op. cit., p. 67-68.

42 Ibid., p. 67, note 175.

43 « Lesd. pouvres laboureurs, quant ilz ont mis tout l'yver à curer, labourer et entretenir leurs maroys et que, après ce, le mars et le temps d'esté est indisposé et en pluye, pourquoy ils ne pevent faire le sel : il convient que les seigneurs à qui sont les maroys, et les marchans qui ont acoustumé achapter leur sel et faire leur monceau de sel esd. maroys, leur prestent leurs alimens sur leur partie de sel du temps à venir, autrement ils mourroient de faim ». Mémoires..., op. cit., éd. Bélisair Ledain, p. 264.

44 Jean-Luc Sarrazin, La campagne et la mer..., op. cit., chap. ii, iii.

45 Arch. Dép. de Loire-Atlantique 2 E 382, p. 14.

46 Ibid., p. 7.

47 Ibid., p. 7.

48 Ibid., p. 14.

49 Depuis la mort de Robert Blanchet, Thomas Mabilleau a pris en main la gestion des salines. Les sommes qu'il doit pourraient recouvrir le non-versement de la part des deux-tiers due aux propriétaires.

50 Voir ci-dessus note 43.

51 Les sauniers pouvaient, par ailleurs, être possesseurs d'aires saunantes. Aucun document n'autorise une étude statistique de la propriété (ce mot est utilisé faute de mieux) des salines. Cependant il ne semble guère douteux que la part paysanne était minoritaire. Il y a là une différence fondamentale avec l'agriculture.

52 Ces clercs étaient chargés de « tailler » autrement dit de marquer sur une coche la quantité de sel mesurée et d'en donner un certificat ou « marreau ».

53 Les formules des pièces comptables sont les suivantes : « Item paié a quatre hommes qui ont esté chacun par deux jours au moncea de sel aider a descharger les bestes qui charroyent led. sel... » ; « Item paié pour les journées dun clercs n'étaient que des travailleurs épisodiques, embauchés à la journée alors que les sauniers étaient des permanents.

54 Arch. Nat., 1 AP 1170, folio 35 recto, (1407-1408).

55 Ibid., folio 35 recto.

56 Arch. Dép. de Loire-Atlantique, H 28.

57 Jean-Claude Hocquet, Le sel et le pouvoir..., op. cit., p. 17.

58 Arch. Dép. de Loire-Atlantique 2 E 382 p. 21.

59 Ibid., p. 23.

60 Ibid., p. 14.

61 Mémoires..., op. cit., éd. B. Ledain, p. 283.

62 Arch. Nat., 1 AP 1976, n°12.

63 Alain Gallicé, « Les régaires de l'évêque de Nantes à Guérande au début du xvie siècle (1500- 1506) ; étude de compte », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de Nantes et de Loire - Atlantique, 1993, p. 19-68, p. 65.

64 Arch. Dép. de Loire-Atlantique H 28.

65 Julien Briand, Un exemple..., op. cit., p. 60.

66 Arch. Nat, 1 AP 1171.

67 Voir note 24.

68 Voir note 32.

69 Arch. Nat., 1 AP 1976, certificat du 8 septembre 1461.

70 Sur les 36 charges 2 sacs et demi, seulement 27 charges 2 sacs et demi reviennent au seigneur de Noirmoutier, le reste étant perçu par « monseigneur de La Flocelere et par monseigneur de La Fourest ». Les dépenses étaient faites au prorata des cens collectés. Ainsi sur les 15 sous versés aux cinq pileurs, le receveur de la seigneurie n'en acquittait que 11 sous 3 deniers.

71 Une charge à la production contenait 25 sacs.

72 Les seuls chiffres de cens de la même quittance attestent pour les fiefs en question l'existence de 14 780 aires saunantes, dont on peut estimer la production à au moins 1 478 charges. Les fiefs des autres seigneurs de l'île et des établissements monastiques (prieuré, La Blanche) ne sont pas pris en compte.

73 Arch. Nat, 1 AP 1976 n° 83.

74 Cette aumônerie ne voit pas le jour, Hervé martin, Les ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530), Paris, 1975, p. 42-44.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.