Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Deuxième partie. Stratigraphie sociale et images des sociétés rurales médiévales

Quelques réflexions sur la société rurale dans la Bretagne du xie siècle

Noël-Yves Tonnerre

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Il n'y a aucun acte entre 923 et 952. Au total les actes du xe siècle se comptent sur les doigts de (...)
  • 2 On souhaiterait bien évidemment un corpus mieux fourni, l'inventaire cependant des textes du xie si (...)
  • 3 Sur les renseignements que peut apporter l'archéologie aérienne associée à quelques prospections au (...)

1À l'évidence, l'enquête de l'historien bute sur des obstacles majeurs pour connaître les campagnes bretonnes du xie siècle : pénurie des sources, soupçons sérieux sur l'authenticité de nombreux actes du cartulaire de Redon, grandes difficultés à percevoir une évolution entre le ixe siècle et le xie siècle du fait du vide documentaire du xe siècle1. Ces obstacles ne doivent pas faire oublier non plus quelques éléments favorables : une diversité géographique beaucoup plus importante que celle du ixe siècle : nous disposons des actes du cartulaire de Quimperlé en Cornouaille et le nord du Rennais est également représenté ; un corpus documentaire qui offre parfois une information d'un grand intérêt ; si les archives de Redon sont souvent suspectes, les actes venant des abbayes ligériennes présentent un caractère narratif très riche comme, par exemple, les actes de Marmoutier concernant les prieurés de Béré et de Donges2. Et puis l'archéologie ouvre depuis quelques années des perspectives extrêmement prometteuses. Bien sûr, la fouille ne remplace pas les textes mais elle peut apporter l'éclairage indispensable pour interpréter les documents écrits. C'est le cas des recherches archéologiques entreprises sur plusieurs hameaux disparus. D'autre part, sans les photographies aériennes, certains caractères de longue durée de l'habitat nous échapperaient complètement3. Nous nous efforcerons ici de faire une synthèse de nos connaissances et en même temps nous nous attacherons à formuler, à partir d'une relecture des textes, quelques hypothèses de travail.

Un peuplement mieux connu grâce à l'archéologie

  • 4 Sur le Cornwall et sur le peuplement dispersé dans les pays celtiques insulaires, il faut souligner (...)
  • 5 Sur les noms en loc et en ker : Bernard Tanguy, « Toponymie et peuplement en Bretagne. Le recul de (...)
  • 6 Le réseau paroissial s'est constitué très tôt en Bretagne et le territoire de certaines paroisses p (...)
  • 7 Ces frairies ont été peu étudiées par les historiens, signalons cependant pour l'époque moderne les (...)
  • 8 Le tribus Guinni du cartulaire de Quimperlé doit correspondre à Locquénin : Henri Buffet, « La topo (...)

2C'est incontestablement sur le plan du peuplement que nos connaissances sont les plus avancées. Les fouilles archéologiques récentes ont largement confirmé les informations fournies par les textes. La Bretagne du xie siècle se présente comme un pays à l'habitat dispersé. Le cadre de vie fondamental est le hameau, entouré d'un terroir plus ou moins large, bordé par des espaces incultes étendus. Cette structure agraire qui se retrouve dans la Cornouaille britannique4 est appelé au haut Moyen Âge la treb-, traduite en latin par villa. Même si le mot treb disparaît après l'an mil pour laisser place à d'autres toponymes comme loc- ou ker-, la géographie du peuplement des campagnes ne sera pas modifiée pour autant5. Le bourg paroissial aura toujours de grandes difficultés à s'imposer par rapport aux « villages », nous sommes loin de l'habitat concentré du Bassin parisien. Même si en Bretagne méridionale la paroisse est une réalité bien vivante présentant parfois une remarquable continuité à travers les siècles6, elle n'étouffera jamais l'existence d'espaces plus réduits qui apparaissent en pleine lumière aux xive-xve siècles : les frairies. Espaces de convivialité présentant souvent un caractère fiscal, les frairies disposaient de leur propre chapelle, organisaient leur propre fête. Elven comptait ainsi 12 frairies, Carnac 18, Bouvron 8. Bien sûr, beaucoup de frairies n'ont pas été créées avant le xive siècle mais il semble que l'institution soit en fait plus ancienne et tire son origine des treb du haut Moyen Âge7. La paroisse de Merlevenez dans le Vannetais, créée au xiie siècle, a pour origine une treb. On connaît également, non loin de là, à Riantec, une frairie Travelsec qui n'était plus rattachée à un village déterminé au xviie siècle, ce dernier avait sans doute disparu mais le territoire subsistait8. La vitalité de ces frairies est surtout manifeste en Bretagne méridionale. Au nord de l'Armorique, les frairies semblent avoir un rôle beaucoup plus faible, ce qui est peut-être une des raisons du démantèlement plus important des paroisses. Les frairies enfin apparaissent bien liées au peuplement breton. À l'est, dans le Nantais, la limite des frairies s'arrête avec la zone romane. Blain et Bouvron représentent la limite orientale des frairies.

  • 9 Pour une étude plus complète du site de Melrand on se référera à Patrick André, « Un village médiév (...)

3Les fouilles archéologiques récentes ont donné un visage concret à l'habitat paysan du xie siècle. Le village de Lann Gouh, à Melrand, en est un des meilleurs exemples : le site domine un petit affluent du Blavet à plus d'un kilomètre du bourg. Le village, dégagé à partir de 1977, couvre une superficie d'un demi-hectare. Les maisons appartiennent à deux types d'habitation. Trois des cinq bâtiments dont la fonction d'habitation est attestée par la présence d'un foyer sont de plan subrectangulaire. Les dimensions intérieures tournent autour de 8 m sur 4. Il n'a pas été trouvé de trous de poteaux, ce sont donc des murets d'une hauteur de 40 à 50 centimètres qui supportaient la toiture. D'après l'exemple de vieilles cabanes de bûcherons que l'on trouvait encore dans les landes de Lan- vaux au début du siècle, il semble que les perches supportaient une couverture végétale qui descendait jusqu'à terre. Trois maisons dégagées présentent l'aspect de la maison mixte. Deux de ces maisons, fouillées de 1977 à 1980, sont aussi de forme rectangulaire avec d'un côté un espace légèrement surélevé réservé aux humains, au centre le foyer, et de l'autre côté, situé à 30 cm en contrebas, une partie réservée aux animaux. L'entrée unique est formée par une ouverture de 1,60 m de large. La dernière maison mixte, fouillée en 1988, présente un aspect plus complexe : d'un côté un bâtiment rectangulaire avec sa propre entrée comportant une marche, dispositif unique sur le site, de l'autre côté une maison à structure dissymétrique en abside à l'est, pignon droit à l'ouest9. Le matériel trouvé traduit une grande pauvreté : aucune monnaie, aucun outil en fer, de nombreux débris de céramique onctueuse très fréquents sur les sites médiévaux. L'étude anthropologique a prouvé la présence d'une culture céréalière de subsistance mais l'élevage était sans doute la principale ressource. La présence de disques de fuseaux témoigne de l'existence d'un atelier de tissage qui devait aussi utiliser le chanvre. Jusqu'à présent une seule datation radiocarbone a été faite. Elle révèle une occupation du site de l'an mil au xiie siècle.

  • 10 Sur Pen-er-Malo : Roger Bertrand et Michel Lucas, « Un village côtier du xiie siècle en Bretagne : (...)
  • 11 Sur les autres villages désertés : Patrick André, « Le site médiéval de Kerlano en Plumélec (Morbih (...)

4Un autre hameau a donné lieu à une fouille importante : Pen-er-Malo en Guidel près de Lorient avec une datation qui se prolonge jusqu'à la fin du xiie siècle10. Ici, les trois maisons sont mixtes et ont la particularité de se terminer en abside. Les bâtiments avaient une surface intérieure comprise entre 30 et 50 m2. La plus vaste construction était composée de murs de faible hauteur : 60 cm, mais ici la couverture ne reposait pas sur un soubassement en pierre. La découverte de trous de poteaux a permis d'établir que ces supports avaient été surmontés de perches couvertes de chaume ou de roseau. On retrouve la même pauvreté : instruments en fer toujours absents, céramique onctueuse représentée par de nombreux tessons. Ces hameaux, qui, en aucun cas, n'ont formé de centres paroissiaux ne sont pas des exemples isolés. La découverte à Kerlano en Plumelec et à Pont-Calleck en Berné de substructions très semblables aux maisons de Melrand et de Guidel indique la généralisation de ce type d'habitat pendant plusieurs siècles dans le Vannetais11.

Des structures agraires archaïques qui évoluent après 1050

  • 12 Dans un travail récent, nous nous sommes efforcé de confronter nos actes aux différentes sources ar (...)
  • 13 L’existence d'une vaste forêt centrale qui, selon Arthur de la Borderie, couvrait tout l'intérieur (...)
  • 14 Louis Chaumeil, « L'origine du bocage en Bretagne », Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, t. I, p. (...)

5Par-delà cette évidence de l'habitat dispersé, il est déjà plus difficile de reconnaître de façon précise les structures agraires12. Certes, l'examen attentif des textes, l'archéologie aérienne montrent le caractère bien circonscrit des grands massifs forestiers et, parallèlement, les vastes étendues de saltus13. On perçoit également que les densités de peuplement sont extrêmement inégales. Des plateaux aujourd'hui dépeuplés présentaient des densités de population relativement élevées. Par contre, vallées et littoral sont encore faiblement occupés aux alentours de l'an mil à l'exception de quelques zones comme la presqu'île guérandaise dont le développement est lié au sel. Dans ces campagnes bretonnes, on ne peut encore parler d'un véritable bocage constitué d'un réseau de talus enserrant des parcelles, tout au plus peut-on constater l'existence de fossés délimitant des propriétés contenant des champs mais aussi une partie du saltus. Comme l'a montré Louis Chaumeil, le simple bornage de pierres est encore l'élément déterminant pour prouver des limites de propriétés dans la Très ancienne coutume14.

  • 15 À l'époque carolingienne, il est vraisemblable que la surface cultivée chaque année ne représentait (...)
  • 16 Dans le Nantais, cinq bourgs : Cordemais, Frossay, Prigny, Rouans et Savenay datent des années 1 04 (...)

6La pauvreté de l'outillage agricole ne permet qu'une mise en valeur restreinte. Seule une petite portion du sol est réellement cultivée chaque année et l'élevage apporte un complément indispensable15. Cette économie agricole n'est cependant pas immobile. Si la première moitié du xie siècle offre peu d'indices d'expansion, les choses bougent incontestablement après 1050 en partant de la Haute Bretagne. C'est en particulier l'apparition des toponymes en -ière et en -erie, indices indiscutables d'une croissance démographique. C'est aussi la création des bourgs16 qui, grâce à leurs marchés, alimentent un réseau d'échanges. La vulgarisation des moulins, l'amélioration de l'outillage et de la traction animale sont également des indices de progrès qui se confirmeront au xiie siècle.

  • 17 Ces caer sont mentionnés dans le deuxième acte du cartulaire de Quimperlé : Cartulaire de Sainte- C (...)
  • 18 Ces renseignements nous sont essentiellement fournis par les cartulaires monastiques, en particulie (...)
  • 19 Les progrès du pouvoir banal se manifestent surtout au xiie siècle. C'est à ce moment là que sont c (...)

7Le vocabulaire utilisé dans les actes pour désigner les exploitations paysannes apporte peu d'informations précises. En territoire bretonnant, atteint plus tardivement par les progrès agricoles, la continuité l'emporte nettement. Certes le mot ran disparaît mais il est remplacé par pars terrae déjà utilisé à l'époque carolingienne et surtout par caer17. Dès 1029, six caer nous sont signalés dans le cartulaire de Quimperlé. Le mot connaît une grande fortune à partir du moment où la croissance démographique va entraîner la multiplication des habitats mais la plupart des caer resteront des exploitations familiales. Il est évident que l'éparpillement du peuplement a contrarié l'encadrement des populations paysannes par la seigneurie. Si nous disposons de précisions sur les redevances dues au seigneur foncier18, redevances surtout en nature, on voit mal l'importance de la réserve et surtout l'emprise du pouvoir banal est resté limitée19 : les fouilles de Melrand ont livré de nombreux fragments de meules domestiques ce qui est confirmé, dans nos textes, par la diffusion plus tardive du moulin à eau en Basse Bretagne. L'existence de solidarités rurales au niveau des hameaux de chaque paroisse pourrait très bien expliquer cette résistance paysanne.

  • 20 Cartulaires de l'abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d'Angers, éd. Yves Chauvin, Angers, 1997, B 28, (...)
  • 21 Paul Marchegay, Archives d'Anjou, II, 23.
  • 22 Ä la fin du xie siècle, Chauvi, fils de Gicquel et Rivaud son frère vendirent pour 36 sous une terr (...)
  • 23 Arch. dép. de Loire Atlantique, H 112.

8En territoire roman, certains manses sont encore mentionnés au début du xie siècle mais ils semblent correspondre à la réserve seigneuriale, tel est le cas à Chéméré sur les terres de Saint-Serge20. Le mot disparaît dans la seconde moitié du xie siècle. Plusieurs termes se trouvent alors en concurrence : les borderies semblent désigner de petites exploitations. Ainsi, aux limites du pays Nantais, dans un acte du prieuré de Liré, un chevalier du nom de Mathon donne, avant son mariage, la dîme de trois borderies lui appartenant de droit héréditaire21. Le mot mansura, commun à une grande partie du bassin de la Loire, désigne sans doute une exploitation un peu plus importante si l'on se fie à un acte du prieuré de Béré où une terre d'une demi-masure de terre vaut 36 sous22. Les précisions sont rares : à signaler cependant un autre acte de ce même prieuré de Marmoutier signalant qu'Isaac de Béré donne au prieuré de Marmoutier à Béré quatre arpents de terre situés apuid villam Isahac juxta terra Aremberti23.

  • 24 Dom Morice, Preuves, col. 477. L'acte est de la fin du xie siècle.

9On peut penser que les exploitations moyennes représentent, à la fin du xie siècle, des superficies modestes, peut-être une dizaine d'hectares. Les exploitations les plus importantes sont en fait liées à la réserve seigneuriale et c'est là que l'on voit apparaître, dès la fin du xie siècle, les premières métairies. Une métairie monastique est ainsi signalée à Saint- Viaud24. Située à la limite des territoires, la métairie signale souvent un défrichement.

10La question la plus difficile concerne l'identification des différentes strates de cette population rurale. Indiscutablement, beaucoup de ces ruraux sont des tenanciers soumis à des redevances qui apparaissent avant tout foncières. Ce sont les moins mal connus et on peut les considérer comme libres, bien que ce terme présente un caractère nettement flou pour cette époque. Nous ne nous attarderons pas sur eux, par contre, nous voudrions nous arrêter sur deux groupes sociaux qui posent problème : les alleutiers et les dépendants dont la condition servile apparaît vraisemblable.

Le problème de l'alleu

  • 25 Claudie Duhamel-Amado, « L'alleu paysan a-t-il existé en France méridionale autour de l'an mil ? », (...)
  • 26 Christian Lauranson-Rosaz, L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du viiieau xie siècle, Le Puy (...)
  • 27 Dominique Barthélémy, La société dans le comté de Vendôme de l'an mil au xive siècle, Paris, 1993.
  • 28 Paul Marchegay, Chartes nantaises du monastère de Saint-Florent près de Saumur, Lesroches Bartaud, (...)
  • 29 Cartulaire de Saint-Cyprien de Poitiers, éd. Redet, Archives historiques du Poitou, t. iii, n° 103

11Les alleutiers sont-ils tous des rustres ou encore faut-il admettre qu'un certain nombre appartiennent au groupe chevaleresque ? Étudiant la région de Béziers, Claudie Duhamel-Amado a prouvé qu'un certain nombre d'alleux, et pas forcément de grandes propriétés, appartenaient à des nobles issus de lignages vicomtaux.25 Christian Lauranson-Rosaz26, de son côté, a fait la même constatation pour l'Auvergne. Au nord de la Loire, Dominique Barthélémy a aussi identifié des alleux possédés par des milites27. L'information tout à fait modeste que l'on possède sur la Bretagne interdit toute généralisation hâtive. Il ne fait guère de doute, par ailleurs, qu'il y a eu des paysans propriétaires. Ils sont identifiables dans le cartulaire de Redon et on les retrouve dans plusieurs actes du xie siècle, enserrés dans des structures familiales larges. Un texte venu du Livre noir de Saint-Florent de Saumur évoque ainsi la cession d'une église à Chasné (Rennais) par une vaste parentèle : « toute la parenté établie dans la paroisse de Chasné se divise en six branches. Toutes ces branches commencèrent à édifier l'église Saint-Martin mais, au bout de deux ans, elles abandonnèrent cette œuvre. Ensuite, tous, à savoir Arnaud, Gautier, Landri, Isembard, Winelman avec toute sa race, Goranton, Giraud, Anastase, Roger avec ses fils et ses filles, tous entrèrent en pourparler avec Thébaud, leur cousin, moine de Saint-Florent, afin de décider les religieux de cette abbaye à accepter la possession de cette église sous la condition d'achever la construction commencée »28. D'autres alloyers sont mentionnés dans le Nantais, à Nort-sur-Erdre et à Pontchâteau. Un acte de 1070, tiré du prieuré de Nort, énumère ainsi des alloyers à Nort- sur-Erdre. Un autre acte de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers signale des alloyers à Pontchâteau29. En dépit d'une plus grande médiocrité des sources, on retrouve une situation semblable en Basse Bretagne.

  • 30 Nous avons essayé de discerner les contours de cette aristocratie inférieure dans un article récent (...)
  • 31 Il y a certainement des chevaliers alleutiers dans les donations à l'abbaye cistercienne de Buzay : (...)
  • 32 Guillaume de Poitiers insiste sur le nombre des chevaliers en Bretagne, il dénonce à Hastings leur (...)

12S'il a donc subsisté des alleux paysans, il n'en est cependant pas moins évident que certaines terres sont en fait détenues par des milites. L'identification de l'aristocratie inférieure n'est guère facile. La richesse des actes du cartulaire de Redon permet pourtant, dès le ixe siècle, de discerner à côté des machtierns un groupe de notables qui jouissent d'un prestige social dans les différentes paroisses30. Quelques extorsions vis-à- vis de l'abbaye pour acquérir armes et montures montrent qu'ils étaient aussi des combattants. Ces hommes d'armes n'ont pas disparu. On les retrouve au xie siècle. Dans un acte du cartulaire de Quimperlé, Alfred Mab donne tous les droits qu'il possédait sur la terre de Cadigué en Guiscriff en échange de quoi il reçoit deux chevaux et une belle selle. Des chevaliers propriétaires de terres sont également très probables dans l'entourage des seigneurs de Donges et de La Roche-Bernard. Fait significatif, l'évêque Quiriac, au concile de Bordeaux de 1067, affirme que Béré est un alleu de l'Église de Nantes. Le terme alleu semble donc être un terme relativement courant pour désigner la propriété laïque et ecclésiastique. Une étude prosoprographique de l'entourage des principaux châtelains permet ici d'entrevoir qu'ici comme ailleurs l'alleu a été à la base de la fortune chevaleresque31. Il semble que cette aristocratie inférieure ait été nombreuse en Bretagne. La modestie des fortunes explique le succès de l'émigration militaire, surtout dans le nord-est de la péninsule. Les Bretons répondront nombreux à l'appel de Guillaume de Normandie32.

Un servage sans doute très restreint mais pouvant présenter plusieurs origines

  • 33 Le vocabulaire employé dans les textes est complexe : il y a des mancipia qui possèdent une tenure, (...)
  • 34 Les esclaves sont relativement nombreux dans le Pays de Galles au haut Moyen âge. En Cornwall, le D (...)
  • 35 Les Excerpta ont été publiés en 1963 par L. Bieler dans The Irish Penitentials. Léon Fleuriot a étu (...)

13La question du servage pose un autre problème complexe. Dans la Bretagne carolingienne, il a existé des hommes dépourvus de toute liberté personnelle. Dépendant étroitement de leurs maîtres, ces hommes ne pouvaient ni témoigner en justice, ni accéder à la prêtrise. Leur condition n'était cependant pas uniforme. Certains vivaient dans la domesticité de leurs maîtres, d'autres disposaient d'un lopin de terre personnel33. Faut-il les considérer comme des esclaves ou des serfs ? La question n'a sans doute pas un grand intérêt. D'une part ces hommes sont peu nombreux : dix pour cent des actes les mentionnent et, d'autre part, l'esclavage a forcément évolué depuis l'Antiquité. Il faut cependant souligner deux points forts. D'abord, dans la société celtique, l'esclavage a revêtu une certaine importance et a vraisemblablement connu un renouveau lors des invasions scandinaves34. D'autre part, le monde brittonique a conservé des traditions juridiques d'origine romaine qui ont pu garder la mémoire de cette tradition servile antique. Un texte longuement étudié par Léon Fleuriot est ici une référence essentielle : le De excerptis Romanorum et Francorum35.

  • 36 Arthur de la Borderie, Mémoire sur le servage en Bretagne et Histoire de la Bretagne, t. ii, p. 139 (...)

14Faute d'informations sur le xe siècle, nous ne savons pas ce que sont devenus ces dépendants. Tenant compte de la profonde rupture qui, selon lui, avait marqué la Bretagne, Arthur de la Borderie a soutenu que l'esclavage avait complètement disparu dès la fin du xe siècle36. « Au lendemain des invasions normandes, Alain Barbetorte jugea qu'un moyen très efficace de repeupler la Bretagne était d'en exclure le servage, d'en faire pour les non-nobles un asile de liberté personnelle qui alors, en France, presque partout leur était refusée ; et pour cela il assurera cette liberté non seulement aux serfs qui venaient de France s'établir dans le duché mais aux serfs qu'il avait dans son domaine ducal ».

  • 37 Henri Sée et Marcel Planiol ont critiqué les positions de La Borderie. Henri Sée, Étude sur les cla (...)

15Ces propos traduisent une interprétation fausse de la Chronique de Nantes37 : celle-ci mentionne seulement qu'Alain Barbetorte promit la liberté aux serfs qui venaient du royaume, il ne parle absolument pas des serfs déjà présents dans le duché. D'autre part, Arthur de La Borderie s'appuie, pour définir le servage, sur des critères discutables. La taille ne peut être considérée comme signe de servitude. Quant au chevage et au formariage, ils restent inconnus de notre documentation. Barbetorte s'appuie sur des critères du servage qui ne s'imposeront vraiment qu'au xiiie siècle, en relation avec la fixation du droit coutumier.

  • 38 « Mortuus apparuit cuidam mancipio suo scilicet suo glebae », De gestis Phil Aug., Recueil des Hist (...)

16Si l'on regarde de près notre documentation, on s'aperçoit en fait qu'il y a eu des hommes très proches de la condition servile. Les mieux connus de ces paysans défavorisés sont les mottiers du Léon. Une série de documents du xve siècle prouve de façon évidente le caractère servile de cette dépendance. Le xve siècle est sans doute bien lointain mais, dès 1198, Guillaume le Breton mentionne un serf, Léonard, qui aurait bénéficié d'une vision miraculeuse38. Des serfs sont également connus dans la presqu'île de Crozon. Sans que l'étiquette servile leur soit accolée, on peut les rapprocher des estagiers du Vannetais. Ils avaient fini par être considérés comme libres mais ils devaient à leurs seigneurs des corvées beaucoup plus lourdes que les autres tenanciers. D'autres hommes de corps se rencontrent sur les terres de Rohan.

  • 39 Cartulaire de Redon, éd. de Courson, n° cclxxxiv, p. 231.
  • 40 Cartulaire de Redon,cccxii.
  • 41 Dom Morice, Preuves, I, 554. Marcel Planiol qui cite cet exemple en relève un autre sur les terres (...)

17Si nous revenons au xie siècle, un texte précis nous relate un exemple d'autodédition de paysans à proximité de Redon. Entre 1051 et 1060, des rustres de Bains ayant appris qu'un chevalier du voisinage demandait à l'abbé de lui vendre ses droits sur eux, se firent maintenir dans la dépendance de l'abbé en payant à l'abbé une somme de cinquante sous. Or leur condition fut définie de la façon suivante39 : « Ainsi alors que jusqu'ici ils tenaient leurs terres dans un statut de liberté, il faut savoir qu'il leur fut permis de passer librement dans la servitude à perpétuité qui était celle des tenanciers serfs, rendant tout ce qu'ils ont l'habitude de rendre en tant que villains ». Ce document montre de façon très nette que l'on distinguait encore le statut de libre du statut servile, ce qui est confirmé par quelques autres documents où les paysans libres disposent nettement d'une capacité juridique, en particulier du droit de témoigner en justice40. On remarque aussi que le statut servile n'avait encore rien de dégradant, il offrait même une sécurité. Un autre témoignage semble indiquer l'existence de la mainmorte. En 1127, au concile de Nantes, Conan iii renonça au droit dont il disposait de prendre, à la mort d'un mari, tous les meubles du défunt41.

  • 42 Sur le servage au xie siècle, voir ici la stimulante enquête méthodologique de Dominique Barthélémy(...)
  • 43 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H 132.

18On conviendra que les indices sont très maigres. Même en tenant compte de la modestie de nos sources, le servage apparaît ici beaucoup moins important que dans le bassin moyen de la Loire et même en Poitou42. Cette constatation faite, il est évident que la condition paysanne présente des niveaux de dépendance manifestement variés au xie siècle, et ceci est d'autant plus net qu'il a existé une paysannerie alleutière. Il faut surtout ajouter qu'il ne faut pas avoir une conception uniforme de la péninsule. L'ouest de la Basse Bretagne, et dans une moindre mesure le sud, plus marqués par l'empreinte celtique, ont certainement connu des conditions de dépendance plus rigoureuses. À l'époque carolingienne, cette dépendance était certainement très proche de l'esclavage. Il est possible qu'il y ait eu ensuite une certaine « fossilisation » de cette situation, c'est ce qui expliquerait le maintien tardif du servage. La fixation du droit coutumier a, ici comme ailleurs, renforcé et dans une certaine mesure consolidé cette dépendance au moment où tous les autres rustres étaient considérés comme libres. Dans la partie romane de la péninsule, le servage lié à des grands domaines monastiques ou au domaine comtal était certainement beaucoup plus souple, et était même capable d'assurer une réelle sécurité au paysan, au moment où la seigneurie banale s'efforçait de le contrôler plus étroitement. Disposant d'un lopin de terre, le serf n'était guère différent du colon libre et dès le xiie siècle il y a eu une uniformisation du statut. Reste une dernière question, celle de la ministérialité. Dans les seigneuries, il semble bien que certains individus, attachés personnellement au maître du lieu, exercent des prérogatives banales. C'est très certainement le cas de Constancius43, ministerialis de Frioul de Donges. Il y aurait ici une enquête à réaliser dans l'entourage des seigneurs châtelains. En Haute Bretagne, ce servage a certainement accompagné le développement du pouvoir banal, c'est d'autant plus probable que les liens avec la vallée de la Loire sont forts.

*

19Nous avons voulu ici poser quelques réflexions sur un siècle mal connu. En mettant en évidence l'importance des solidarités rurales dans le cadre d'un habitat en hameaux qui a gêné, au moins en Basse Bretagne, le développement des contraintes, en soulignant la diversité des conditions sociales, nous avons mis en évidence des évolutions, mais aussi des continuités avec le xe siècle, en attendant un xiie siècle qui présentera des évolutions beaucoup plus décisives. Seule une enquête de longue durée permet de comprendre les caractères d'un monde rural qui, du fait de sa diversité, de la plus ou moins grande perméabilité aux influences extérieures, présente manifestement des visages divers.

Notes

1 Il n'y a aucun acte entre 923 et 952. Au total les actes du xe siècle se comptent sur les doigts des deux mains. Il y a donc bien une nette coupure dans la documentation et cette coupure est aggravée par le fait que la zone autour de Redon, très bien pourvue en actes au ixe siècle, n'est concernée au xie siècle que par quelques rares témoignages écrits. Il n'y a rien sur Ruffiac, Carantoir, Pleucadeuc qui nous avaient donné près d'une centaine d'actes à l'époque carolingienne. L'historiographie bretonne traditionnelle, et en premier lieu La Borderie, a fait de cette grande rupture documentaire une césure majeure sur le plan de l'histoire bretonne en exagérant les conséquences de l'expansion Scandinave. Cette rupture mérite aujourd'hui d'être reconsidérée. Bien des indices montrent au contraire une continuité antre la période carolingienne et la première moitié du xie siècle.

2 On souhaiterait bien évidemment un corpus mieux fourni, l'inventaire cependant des textes du xie siècle n'est pourtant pas négligeable, plus de 300 actes. Le cartulaire de Redon en détient un peu plus de 100, les prieurés des abbayes extérieures à la Bretagne, prieuré de Marmoutier, prieurés de Saint-Auban et de Saint-Serge d'Angers, nous fournissent plus de 120 actes apportant un éclairage intéressant sur la Haute-Bretagne, plus particulièrement le Nantais. À l'ouest, le cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé contient près de 80 actes du xie siècle. À ce corpus diplomatique, il faudrait ajouter des informations provenant de plusieurs Vies de saints écrites après l'an mil.

3 Sur les renseignements que peut apporter l'archéologie aérienne associée à quelques prospections au sol, on dira avec profit le bilan dirigé par Loïc Langouët. Il s'agit ici de l'époque antique et du très haut Moyen Âge : Loïc Langouët, « Terroirs, territoires et campagnes antiques », Revue archéologique de l'Ouest, supplément n° 4, 1991.

4 Sur le Cornwall et sur le peuplement dispersé dans les pays celtiques insulaires, il faut souligner l'importance des travaux des géographes et en particulier de Pierre Flatres : Pierre Flatrès, Géographie rurale de quatre contrées celtiques : Irlande, Galles, Cornwall et Man, Rennes, 1957.

5 Sur les noms en loc et en ker : Bernard Tanguy, « Toponymie et peuplement en Bretagne. Le recul de la frontière linguistique du ve au xvie siècle », Archéologie-Toponymie (colloque tenu au Mans, mai 1980, multigraphie, Paris, 1981, p. 130-175) et André Chedeville, « Les toponymes nouveaux », André Chedeville et Noël-Yves Tonnerre, La Bretagne féodale, Rennes, 1987, p. 295- 302.

6 Le réseau paroissial s'est constitué très tôt en Bretagne et le territoire de certaines paroisses présente une continuité étonnante. Ainsi Sérent, Noyal-Pontivy ou Languidic dans le Vannetais avec une superficie dépassant 10 000 hectares ont conservé jusqu'en 1789 la plus grande partie de leur territoire carolingien. Il faut cependant insister sur une opposition entre le nord et le sud de la péninsule. En Léon, en Trégor, dans l'évêché de Saint-Brieuc, les plou sont relativement nombreuses : 70 pour l'ancienne Domnonée et les démembrements de ces paroisses primitives ont été fréquents. Dans le Vannetais, il n'y avait sous l'Ancien Régime que 22 paroisses en plou, soit 12,5 % des anciennes paroisses, par contre, il y avait d'autres paroisses très anciennes en particulier les plebes conditae. Ces paroisses, qui dépassaient parfois 10 000 hectares, se sont bien conservées grâce à l'établissement des trêves. Comme l'a très bien montré Wendy Davies, il existe dès l'époque carolingienne des procédures d'arbitrage pour régler les conflits à l'intérieur des paroisses carolingiennes, ce qui montre la vitalité de ces communautés : Wendy Davies, « People and places in dispute in ninth-century Britanny », Wendy Davies and Paul Fouracre, The settlement of Disputes in Early Medieval Europe, Cambridge, 1986, p. 65-84.

7 Ces frairies ont été peu étudiées par les historiens, signalons cependant pour l'époque moderne les pages consacrées par Jean Gallet aux frairies de Carnac : Jean Gallet, La Seigneurie bretonne (1450- 1680). L'exemple du Vannetais, Publications de la Sorbonne, Paris, 1983, 647 p., voir p. 170. La frairie ne se confond pas avec la trêve, sa superficie ne dépassait pas 600 hectares. La trêve véritable succursale de l'église paroissiale disposait d'un lieu de culte où les fidèles pouvaient suivre la messe dominicale. Ces trêves sont d'ailleurs éloignées du bourg paroissial et correspondent à l'essor du peuplement aux limites de la paroisse. Cette vitalité des frairies explique sans doute les chapelles frairiales.

8 Le tribus Guinni du cartulaire de Quimperlé doit correspondre à Locquénin : Henri Buffet, « La toponymie du canton de Port-Louis », Annales de Bretagne, t. LIX, 1952, p. 319.

9 Pour une étude plus complète du site de Melrand on se référera à Patrick André, « Un village médiéval breton du xie siècle : Lann Gouh en Melrand », Archéologie médiévale, t. 12, 1982, p. 155- 174.

10 Sur Pen-er-Malo : Roger Bertrand et Michel Lucas, « Un village côtier du xiie siècle en Bretagne : Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan) », Archéologie médiévale, t 5, 1975, p. 73-101.

11 Sur les autres villages désertés : Patrick André, « Le site médiéval de Kerlano en Plumélec (Morbihan) », Archéologie en Bretagne, n° 2, p. 27-34 ; Jean-Pierre Bardel, « Morbihan : Berné, Pont-Calleck : le village déserté », Archéologie en Bretagne, 1978-79, n° 20-21, p. 68-71 et 1979, 24, p. 37-38 ; Michaël Batt « Kerhaes Bihan : un village médiéval déserté », Archéologie en Bretagne, 1978-79, n° 20-21, p. 37-42 et 1979, n° 24, p. 18-22.

12 Dans un travail récent, nous nous sommes efforcé de confronter nos actes aux différentes sources archéologiques, la palynologie présentant ici un grand intérêt : Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales, Angers, 1994, p. 409-446. Wendy Davies et Glenville Astill ont mené pour leur part une enquête sur les paroisses de Ruffiac et de Carantoir dans l'est Vannetais : Glenville Astill and Wendy Davies, A Breton Landscape, Londres, 1997.

13 L’existence d'une vaste forêt centrale qui, selon Arthur de la Borderie, couvrait tout l'intérieur de la péninsule est contredite par l'archéologie aérienne et les analyses palynologiques. Les principales forestae étaient déjà bien délimitées au haut Moyen Âge et se trouvaient surtout en Haute Bretagne : forêt de Rennes, forêt de Gavre, forêt de Touffou. Il subsistait aussi de nombreux taillis et les landes étaient partiellement boisées. L'enquête palynologique montre des variations cycliques sensibles de la couverture végétale. Il faut ajouter que les défrichements du haut Moyen Âge ont incontestablement eu une certaine importance. Sur ce point : Noël-Yves Tonnerre : « Contribution à l'étude de la forêt bretonne : la forêt dans la région de Redon à l'époque carolingienne », Publications du Centre de Recherches sur l'histoire de la France atlantique, 1975, p. 59-75.

14 Louis Chaumeil, « L'origine du bocage en Bretagne », Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, t. I, p. 163-185.

15 À l'époque carolingienne, il est vraisemblable que la surface cultivée chaque année ne représentait pas plus d'un huitième de l'unité rurale fondamentale, le ran, qui correspond au manse. Ce qui veut dire que l'élevage occupait une place relativement importante dans l'économie rurale. La création de nouveaux habitats, surtout après 1 050, a certainement réduit la part du saltus mais celui-ci reste important et le restera jusqu'à l'essor de la bonification des sols au xixe siècle. La superficie cultivée d'une exploitation paysanne était particulièrement faible à l'époque carolingienne.

16 Dans le Nantais, cinq bourgs : Cordemais, Frossay, Prigny, Rouans et Savenay datent des années 1 040-1 051, huit doivent être datés du dernier tiers du xie siècle : Chéméré, Donges (2 bourgs), Machecoul, La Roche-Bernard, Saint-Nazaire, Bourg-Main de Nantes, Châteaubriant. Dans le Vannetais, nous n'avons qu'un seul exemple de bourg pour le xie siècle. L'influence des grandes abbayes ligériennes a permis une croissance plus précoce dans le Nantais et le Rennais.

17 Ces caer sont mentionnés dans le deuxième acte du cartulaire de Quimperlé : Cartulaire de Sainte- Croix de Quimperlé, éd. par Léon Maitre et Paul de Berthou, Paris-Rennes, 1896, p. 134. Il faut souligner le sens complexe du mot villa qui, en territoire bretonnant, désigne un hameau mais aussi une exploitation d'une certaine importance. Cette confusion existait déjà dans les actes du ixe siècle.

18 Ces renseignements nous sont essentiellement fournis par les cartulaires monastiques, en particulier par le cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé. Les redevances pèsent sur les céréales avoine, froment, mais aussi sur la volaille. Dans le cartulaire de Quimperlé le kemrod reste une redevance imprécise.

19 Les progrès du pouvoir banal se manifestent surtout au xiie siècle. C'est à ce moment là que sont créés les bourgs ruraux. Cependant, comme Jean Gallet (La seigneurie bretonne..., op. cit.) l'a bien montré pour le Vannetais, la seigneurie banale n'a jamais réussi à s'imposer complètement du fait de la vigueur des frairies. Nous avons vu plus haut que certaines de ces frairies au moins pourraient remonter à des treb du haut Moyen Âge.

20 Cartulaires de l'abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d'Angers, éd. Yves Chauvin, Angers, 1997, B 28, p. 42. Les structures carolingiennes « classiques » semblent avoir ici exceptionnellement bien résisté puisque l'on parle de la villa de Chéméré (en pays de Retz) avec son église et le manse sur lequel l'église est située.

21 Paul Marchegay, Archives d'Anjou, II, 23.

22 Ä la fin du xie siècle, Chauvi, fils de Gicquel et Rivaud son frère vendirent pour 36 sous une terre au prieuré Saint-Sauveur de Béré. Cette terre devait contenir une demi-masure. On trouve également des mansurae dans le cartulaire de Saint-Florent et dans le cartulaire de Buzay (il s'agit ici des actes du second tiers du xiie siècle).

23 Arch. dép. de Loire Atlantique, H 112.

24 Dom Morice, Preuves, col. 477. L'acte est de la fin du xie siècle.

25 Claudie Duhamel-Amado, « L'alleu paysan a-t-il existé en France méridionale autour de l'an mil ? », La France de l'an mil, dir. Robert Delort, Paris, 1990, p. 142-153.

26 Christian Lauranson-Rosaz, L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du viiieau xie siècle, Le Puy, 1987.

27 Dominique Barthélémy, La société dans le comté de Vendôme de l'an mil au xive siècle, Paris, 1993.

28 Paul Marchegay, Chartes nantaises du monastère de Saint-Florent près de Saumur, Lesroches Bartaud, 1877.

29 Cartulaire de Saint-Cyprien de Poitiers, éd. Redet, Archives historiques du Poitou, t. iii, n° 103.

30 Nous avons essayé de discerner les contours de cette aristocratie inférieure dans un article récent : Noël-Yves Tonnerre, « L'aristocratie du royaume breton », La royauté et les élites dans l'Europe carolingienne, Régine Le Jan éd., Lille, 1998, p. 488-504.

31 Il y a certainement des chevaliers alleutiers dans les donations à l'abbaye cistercienne de Buzay : Jean-Luc Sarrazin, « Les cisterciens de Buzay et l'aménagement des marais de l'estuaire de la Loire au Moye âge (xiie-xve siècle) », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. lxv, 1988. Jean-Luc Sarrazin a par ailleurs édité les actes de Buzay.

32 Guillaume de Poitiers insiste sur le nombre des chevaliers en Bretagne, il dénonce à Hastings leur attitude indisciplinée.

33 Le vocabulaire employé dans les textes est complexe : il y a des mancipia qui possèdent une tenure, il y a des servi dans la domesticité du maître. D'autres termes sont également employés.

34 Les esclaves sont relativement nombreux dans le Pays de Galles au haut Moyen âge. En Cornwall, le Domesday book recense 1 148 familles serviles soit 21 % de la population de 1086. Le premier document cornouaillais, l'Évangile de Bodmin, mentionne des ventes et des affranchissements qui se traitaient devant la porte de l'église. Il montre le caractère parfaitement contraignant du statut servile et sa marque héréditaire. Le De Excerptis romanorum et francorum parle également longtemps de l'esclavage.

35 Les Excerpta ont été publiés en 1963 par L. Bieler dans The Irish Penitentials. Léon Fleuriot a étudié longuement ce texte juridique en 1971 dans les Annales de Bretagne : Léon Fleuriot, « Un fragment en latin des plus anciennes lois armoricaines », Annales de Bretagne, t. 78, p. 601-610. Le texte vient d'être commenté à nouveau par Soizick Kerneis. Il faut ajouter que l'analyse du cartulaire montre plusieurs mentions explicites du code théodosien.

36 Arthur de la Borderie, Mémoire sur le servage en Bretagne et Histoire de la Bretagne, t. ii, p. 139-140. Cette conception de la Borderie est toutefois conforme à sa thèse d'une Bretagne ruinée par les invasions normandes.

37 Henri Sée et Marcel Planiol ont critiqué les positions de La Borderie. Henri Sée, Étude sur les classes rurales en Bretagne au Moyen Âge, Paris, 1896, p. 56-62. Marcel Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, tome iv, Mayenne, 1982, p. 201-210. Marcel Planiol fait un long développement sur l’usement de motte à Crozon et dans le Léon à la fin du Moyen âge, p. 204-210. Il admet la présence de quelques traces de servage au xie siècle mais considère que celui-ci disparaît au xiie siècle.

38 « Mortuus apparuit cuidam mancipio suo scilicet suo glebae », De gestis Phil Aug., Recueil des Historiens de France, t. xvii, p. 74.

39 Cartulaire de Redon, éd. de Courson, n° cclxxxiv, p. 231.

40 Cartulaire de Redon,cccxii.

41 Dom Morice, Preuves, I, 554. Marcel Planiol qui cite cet exemple en relève un autre sur les terres de l'abbaye Saint-Georges de Rennes. Marcel Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, p. 204.

42 Sur le servage au xie siècle, voir ici la stimulante enquête méthodologique de Dominique Barthélémy : « Le servage et ses rites », La mutation féodale a-t-elle eu lieu ?, Paris, 1997, p. 93-171.

43 Arch. dép. de Loire-Atlantique, H 132.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.