Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Première partie. Regards sur les paysans (XVIIIe-XIXe siècles)

Syndicats agricoles et sociétés paysannes : les analyses des gauches paysannes depuis 1945

Jean Philippe Martin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Ronald Hubscher et Rose-Marie Lagrave, « Unité et pluralisme dans le syndicalisme agricole. Un faux (...)

1L'histoire politique des organisations agricoles a donné lieu à un riche débat dans lequel le mythe de l'unité, diffusé par certaines d'entre elles, a été dénoncé. Le travail de la fnsea (Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles) pour rassembler des catégories diverses et apparaître comme représentative d'une paysannerie présentée comme unie face aux tenants du pluralisme a été mis en évidence1. De ce fait, les conflits entre les différentes organisations sur la question de l'unité syndicale ou bien sur les relations à la société globale ont été privilégiés. L'objet de cette communication est d'étudier le discours des dirigeants sur les sociétés paysannes, car, même si ce discours a une fonction de légitimation, il constitue le pivot autour duquel s'organisent les débats et les conflits. En outre, il est perçu par la base comme un élément constitutif de l'organisation dont il oriente en grande partie le recrutement.

  • 2 Sylvain Maresca, Les dirigeants paysans, Paris, éd. de Minuit, 1983, 295 p.
  • 3 Ont été consultés : Documents de congrès de la Confédération Paysanne ; Documents de congrès de la (...)

2Pour qui travaille sur la vision des paysans, les dirigeants du syndicalisme agricole offrent l'intérêt d'appartenir à la société paysanne mais d'en être des membres particuliers, du fait de leur éducation, de l'importance de leurs exploitations et de leur rapport à la modernité économique2. Les syndicalistes agricoles ont beaucoup publié : leurs ouvrages s'adressent à la profession, à l'appareil syndical, à l'État, à l'opinion publique. Les documents de congrès des syndicats3 présentent le point de vue de l'organisation et permettent de saisir les débats et les évolutions syndicales. À partir de ces documents, il est possible de repérer quelles représentations des paysans ont les syndicats agricoles, quelles sont les différences qui sont soulignées parmi ceux-ci, quelle est l'importance de ces différences et quelles catégories sont défendues en priorité.

3Parmi les organisations agricoles, les syndicats de gauche présentent l'intérêt d'offrir une vision nuancée des paysans, les oppositions d'intérêt sont présentées, les différenciations sociales mises en valeur puisque ces courants affirment défendre les petits et moyens producteurs. À la fin des années 1950, le modef (Mouvement de Défense et de Coordination des Exploitations Agricoles Familiales) s'oppose à la fnsea et insiste sur les oppositions d'intérêts entre producteurs au nom de la défense des petits et moyens. Les années 1960-1970, voient l'émergence de nouveaux acteurs, le groupe des Paysans-Travailleurs s'empare d'un discours marxiste pour analyser les paysanneries et défendre ceux qu'il appelle les paysans « prolétarisés ». Dans les deux cas, au temps de l'affirmation principielle a succédé celui de l'adaptation syndicale, d'autre part, la crise de la Politique Agricole Commune et la montée des préoccupations environnementales ont obligé à modifier les analyses et les pratiques.

Les paysanneries traditionnelles des communistes

4Le point de vue du modef, tout comme celui de la fnsea auquel il s'oppose, présentent la particularité de ne pas s'adosser sur un socle théorique élaboré mais de renvoyer à des représentations simples, traditionnelles de la paysannerie.

  • 4 Voir Pierre Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Colin, 1968, 386 p.

5Depuis sa création en 1946, la fnsea a défendu les exploitants agricoles et a rejeté ouvriers agricoles et propriétaires non exploitants, elle n'a pas nié la diversité des paysans mais l'a expliquée par l'inégale technicité des exploitations, les différences de structures ou de régions. Aux handicaps naturels s'ajoutaient des problèmes de choix ou de compétence. Elle montre que ce qui unit la profession face aux autres catégories est plus fort que ce qui la divise et il n'y a pas, selon elle, d'opposition d'intérêts entre les paysans4. Ce point de vue est contesté, dans les années 1950, par des militants de gauche qui rompent avec ce syndicat.

Les petits contre les gros

  • 5 Sur le modef, voir : Michel Gervais, Marcel Jollivet et Yves Tavernier, Histoire de la France rural (...)

6Face à ce qu'ils considèrent comme des atermoiements, des trahisons de la fnsea, une trentaine de militants décident de créer le modef le 7 avril 1959 à Toulouse. Animé par des militants communistes, le Mouvement de Défense de Coordination et de Exploitations Agricoles Familiales prend le nom de Mouvement de Défense des Exploitants des Familiaux mais n'adopte la forme syndicale qu'en 19755. La défense de l'exploitation familiale traduit l'attachement à la tradition d'une exploitation à la fois support de l'activité économique et bien patrimonial tout en affirmant la nécessaire défense des fermiers et métayers. Elle exprime la volonté de maintenir la propriété paysanne, explicitement affirmée dans les années 1970 après avoir été un temps éludée. Elle confirme que les ouvriers agricoles constituent une catégorie à part dans les sociétés paysannes sur laquelle le modef s'exprime peu car il n'a pas vocation à l'organiser, laissant ce rôle à la CGT.

7La lecture des documents de congrès du modef est assez étonnante dans la mesure où, bien que venant de militants proches d'un parti qui se réclame d'un marxisme de type stalinien, ces documents utilisent peu ce discours à prétention scientifique. Les analyses du monde paysan y sont sommaires, le discours est simple et présente des catégories sociales peu définies ; il fonctionne de manière quasi sentimentale en termes de reconnaissance, comme si il n'était pas nécessaire d'analyser une situation vécue. Toutefois ces documents de congrès dessinent les groupes sociaux, leur trajectoire ainsi que leurs mentalités. D'autre part, de la confrontation des documents naît le sentiment de nuances dans la perception du groupe selon que le discours est régional ou national, enfin des évolutions sont nettement perceptibles à la fin des années 1970.

  • 6 Rapport Préliminaire au rapport moral, IIIème congrès du modef, février 1971, p. 1.

8Le modef discerne à l'intérieur du monde paysan trois grandes catégories : les exploitants familiaux, qu'il divise en petits et en moyens, et les grands exploitants. Selon lui, les intérêts des exploitants familiaux ne sont « pas identiques à ceux des grands exploitants mais le plus souvent contradictoires »6, par contre les exploitant familiaux, moyens ou petits, qui forment la majorité du groupe paysan, n'ont eux pas d'intérêts différents. Sur quels critères le syndicat fonde-t-il son analyse ?

9Les exploitants familiaux sont des producteurs petits et moyens mais leur définition est imprécise. La taille de l'exploitation est bien sûr mise en avant, les petits sont en majorité constitués par ceux que les lois de 1960 et 1962 mettent à l'écart en considérant que la superficie de leur exploitation la rend « non viable », insuffisante pour qu'un jeune s'y installe et crée une exploitation moderne ; nous constatons que la définition du groupe est alors fournie par l'adversaire gouvernemental. Ces petits, privés des aides de l'État, sont ceux qu'on empêche depuis lors de s'agrandir, de se moderniser et qui sont condamnés à l'exode rural.

  • 7 Programme National du modef, 1978, p. 26.
  • 8 Discours de clôture du iième congrès du modef, mars 1968, L'Exploitant Familial, mars 1968.
  • 9 Rapport Préliminaire au congrès, 1971, p. 16.
  • 10 Programme National du modef, 1978, p. 1 et 6.

10Néanmoins, à aucun moment un seuil n'est fixé qui délimite avec précision ce groupe et le différencie des « moyens ». La situation de ces petits est des plus préoccupantes, ils sont les moins biens nantis de la profession, ceux dont les revenus sont les plus bas et les conditions de vie les plus pénibles ; en 1978, le modef estime qu'un tiers des exploitants familiaux vivent en dessous d'un « minimum normal »7, leur situation se détériore, ils sont ceux qui « souffrent de plus en plus »8. Leur trajectoire sociale est présentée sous un jour sombre, ils sont condamnés à l'exode, le gouvernement veut leur liquidation. Même après leur départ de l'agriculture, leur sort est peu enviable, ils ne connaissent pas de réelle promotion sociale puisqu'ils sont en majorité manœuvres ou « gens de maison » pour les femmes9. Toutefois, les résistances paysannes et le combat du syndicat ont permis de limiter l'ampleur de la purge, il subsiste encore des petits, en 1978, qui connaissent une situation dominée, plus vulnérables, ils ont des coûts de production plus élevés et une rentabilité insuffisante10.

  • 11 Rapport Préliminaire au congrès de 1971, p. 16.

11Les exploitants moyens se différencient des petits par la taille de leurs exploitations, sans qu'un seuil soit défini, et par leur trajectoire sociale. Ils sont moins touchés par l'exode rural, ou, pour être plus précis, ils ne risquent de l'être que plus tard, si le gouvernement et la CEE arrivent à mettre en œuvre leur politique visant à ramener le nombre d'exploitants en France à quelques centaines de milliers. D'autre part, ce n'est qu'une minorité d'entre eux qui peuvent espérer un jour devenir des grands exploitants et rejoindre ainsi le « club des privilégiés », devenant alors des « profiteurs »11.

  • 12 Le modef dénonce la fdsea du Puy de Dôme, reprise en main par Michel Debatisse qui ne considère pas (...)
  • 13 L'Exploitant Familial Vauclusien, in L'Exploitant Familial, janvier 1965.
  • 14 Dénoncés comme communistes, les militants du modef insistent sur le fait qu'ils sont, eux, d'authen (...)

12À la fin des années 1960, le modef discerne parmi les exploitants familiaux de nouveaux sous-groupes aux difficultés spécifiques : femmes, jeunes qui aimeraient s'installer et anciens exploitants. Il y a là comme une fragmentation des couches sociales qui correspond à l'évolution de la base du syndicat et à une tentative de répondre à des problèmes particuliers. La majorité des exploitants familiaux partagent la même condition, issus souvent des régions défavorisées du Sud de la Loire, ils dominent dans les zones de montagne et de piémont. Ils pratiquent souvent la polyculture, l'élevage, et lorsqu'ils sont obligés d'être pluriactifs, le syndicat les considère alors toujours comme des paysans12. Ces exploitants familiaux sont de « véritables professionnels » de l'agriculture13 qui allient savoir-faire paysan, expérience de terrain et connaissances techniques. Ces travailleurs de la terre n'exploitent pas les autres, ce sont de vrais paysans, d'authentiques agriculteurs qui travaillent de leurs mains, ces expressions renvoient aux alliés du monde du travail (ouvriers, commerçants, artisans)14 mais elles sont aussi porteuses de vertus morales.

  • 15 Rapport Préliminaire, 1971, p. 11 et 18.
  • 16 a. Nègre, Président du modef, IIème congrès, L'Exploitant Familial, mars 1968, p. 6.
  • 17 Rapport Préliminaire, 1971, p. 16.

13Les grands exploitants constituent le dernier groupe mis en évidence. Sans surprise, ils dirigent les plus grosses exploitations dont le modef suggère qu'ils sont propriétaires ; céréaliers et betteraviers, ils sont installés dans les régions les plus riches, en particulier le Bassin Parisien. Leurs productions imposantes sont obtenues dans des exploitations industrialisées, ce qui leur permet d'avoir des profits considérables, sources de capitaux massifs d'autant plus que certains ont des revenus extra-agricoles importants15. Ce dernier argument a l'avantage de rejeter ces hommes hors du groupe, à l'extérieur de la société paysanne. Cette richesse leur permet d'acheter des terres et donc de cumuler, ils participent ainsi au processus d'élimination des petits puisqu'il faut bien « éliminer des petits pour satisfaire la voracité des gros »16. À ce titre, « les grands et une minorité de moyens sont des profiteurs »17.

14Jusqu'au milieu des années 1970, le modef est dans une phase d'affirmation de son identité, le discours national est des plus tranchés, les groupes mis en évidence sont distincts et les oppositions marquées. Le discours local est, toutefois, plus nuancé, l'idéologie imprégnée de valeurs agrariennes et les analyses évoluent dans les années 1970.

Nuances et contradictions du modef

  • 18 L'Exploitant Familial, mars 1968, p. 1 et 3.
  • 19 A. Nègre, L'Exploitant Familial, mars 1968, p. 6.

15Une étude plus fine nous permet de mieux percevoir les contradictions, les hésitations et les évolutions des positions du modef. Les valeurs agrariennes traditionnelles sont parfois mobilisées, les paysans que défend le modef ont le sentiment de vivre une détérioration de leur condition, ce qu'ils interprêtent comme une déchéance. La paysannerie défendue est laborieuse, elle est aussi honnête et aspire à vivre dignement de son travail. Ainsi, le modef qui veut « guider dans la bonne voie la masse honnête des paysans familiaux », espère que « les paysans honnêtes » qui regimbent devant certaines méthodes de la fnsea reconnaîtront son action18. Enfin, ces hommes sont attachés de manière sentimentale à leur terre, « les ordinateurs de M. Faure ou ceux de M. Johnson savent calculer les profits qu'on peut tirer de l'argent et des hommes mais ne peuvent pas évaluer la somme d'amour que l'homme porte à une motte de terre, si petite soit-elle »19. Attachement à la terre, au travail et à la propriété paysanne vont ici de pair.

  • 20 Rapport Préliminaire, 1971, p. 16.
  • 21 Cette adaptation locale du discours est perceptible dans le discours et les actions de la Confédéra (...)

16D'autre part, quand il qualifie les grands et certains moyens de « profiteurs », il s'empresse d'ajouter que les « profiteurs réels, ceux dans l'intérêt desquels cette politique est conçue » sont les banquiers et les grands industriels20, comme s'il s'employait à ménager ces grands alors que sa critique du gouvernement ou des responsables syndicaux est des plus virulentes. Il désigne alors comme responsable et « profiteurs » des hommes qui sont à l'extérieur du groupe paysan, classique procédé des syndicats agrariens. La lecture de quelques journaux locaux confirme que l'idéologie unitariste, chassée à l'échelon national, réapparaît sur le plan local. Ce phénomène nous paraît des plus révélateurs21. Localement, le modef appelle les « cultivateurs de la Corrèze », « les paysans du Tarn » au combat, dans la région de Cognac ou en Languedoc dans les années 1970, ce sont « les viticulteurs » qui y sont conviés au nom de leurs intérêts communs.

  • 22 Rapport Moral au congrès de décembre 1978.
  • 23 Appel à la résistance paysanne adopté par le congrès du modef, déc. 1978.
  • 24 Rapport d'Orientation, 1988, p. 4.
  • 25 Id. p. 7.

17Des inflexions sont perceptibles dans les années 1970, les oppositions d'intérêt sont moins mises en évidence et les convergences sont soulignées. La résolution générale de 1975 vise à proposer des mesures qui apporteraient « une sécurité et une amélioration de leur bien-être » aux « exploitants familiaux et à tous les agriculteurs » ; une alliance entre les diverses catégories paysannes semble donc possible puisque leurs intérêts ne sont plus contradictoires. Dans ce texte destiné à un large public, on note autant d'occurrences des termes comme « les paysans », « les agriculteurs » ou « les exploitants » que des « exploitants familiaux » ou de « l'exploitation familiale ». Les documents de congrès, à usage plus interne, restent fidèles à l'orthodoxie du modef, tactique classique d'une organisation voulant émettre un message d'ouverture, certes limité, vers l'extérieur sans toutefois effrayer ses cadres. Le document de 1978 marque un nouveau pas dans le changement graduel du discours et des analyses. La condamnation de l'élargissement de la CEE à de nouveaux pays méditerranéens amène le syndicat à affirmer que toutes les exploitations à base de main-d'œuvre sont menacées et que les autres, y compris les exploitations céréalières, sont en danger du fait des concessions faites aux Américains au Tokyo-Round22 ; le syndicat lance un appel à la résistance paysanne car le gouvernement et le Marché Commun sacrifient « l'agriculture française et ce qui reste encore de l'exploitation familiale »23 et la quasi-totalité des exploitations risque la ruine. Dans les années 1980, ce tournant est confirmé, car ce qui est en jeu pour ce syndicat, c'est la survie même de l'agriculture française et donc « la structure de la production elle même et pour longtemps »24. De ce fait, c'est « l'indépendance d'approvisionnement de notre pays qui est menacée »25, la défense de l'exploitation familiale est ici intimement liée à celle de l'agriculture du pays, les oppositions d'intérêt entre les catégories de producteurs qui avaient entraîné la création du modef en 1959 sont oubliées ou dépassées.

18Dans un premier temps, le modef, instrumentalisé par le PCF, mais dont la clientèle ne constitue pas le cœur de la base sociale du PCF, élabore peu sur le plan théorique et se contente de reprendre les catégories du sens commun et l'opposition entre petits et gros. Dans un deuxième temps, son discours évolue, cette inflexion est à mettre en relation avec la stratégie d'union de la gauche du PCF qui cherche à élargir sa base électorale et celle de la gauche, unie jusqu'en 1977, et avec un tournant de ce parti qui entend défendre l'indépendance nationale. D'autre part, le rétrécissement de la base sociale du syndicat ainsi que l'élargissement de la CEE à de nouveaux pays méditerranéens contribuent aussi à expliquer ce tournant unanimiste. Les années 1990 sont marquées par un nouvel infléchissement et une sensibilité aux thèmes environnementaux après l'affirmation et la progression d'un nouveau syndicat proche de la gauche.

Des paysans disséqués au scalpel du marxisme

  • 26 Sur Bernard Lambert et les combats de ce courant, voir la biographie très favorable de Yves Chavagn (...)

19À la fin des années 1950, des militants, issus de la Jeunesse Agricole Chrétienne (JAC), revitalisent le Cercle National des Jeunes Agriculteurs (CNJA) ; ils entendent s'opposer à la vision traditionnelle portée par les syndicats agricoles et renouveler analyses et pratiques sociales. Des divergences naissent entre eux et débouchent sur la rupture entre le CNJA emmené par Michel Debatisse, proche de la droite politique, et le mouvement des Paysans-Travailleurs, proche de la gauche voire de l'extrême- gauche, animé par Bernard Lambert26.

L'héritage du CNJA

  • 27 Michel Debatisse, La Révolution silencieuse. Le combat des paysans, Paris, Calmann-Lévy, 1963, 275 (...)

20« Le monde paysan n'est pas un bloc monolithique »27, cette affirmation du leader du CNJA met en valeur la grande diversité des paysans masquée par une certaine conception du syndicalisme. Pour le CNJA, il est nécessaire de changer de politique agricole et tous les exploitants n'auront pas le même destin. Il distingue trois grands types d'agriculture : l'agriculture compétitive qui dispose à la fois de surface et de capitaux suffisants et qui utilise de la main-d'œuvre salariée ; l'agriculture victime des mutations, celle des plus vieux paysans ; l'agriculture intermédiaire, constituée de jeunes qui manquent de terres et de capitaux, mais qui sont en cours d'évolution et qu'il convient d'aider en priorité.

  • 28 Rose-Marie Lagrave, « Les gauches syndicales (modef, cnstp, fnsp) », dans : Les agriculteurs et la (...)

21Michel Debatisse, principal dirigeant du CNJA, entend faire connaître la condition paysanne et le combat des jeunes auprès d'un large public et publie, en 1963, La révolution silencieuse, le combat des paysans. Il prend des responsabilités à la fnsea en 1964, en devient président en 1972 mais son rapprochement avec la droite politique entraîne la rupture avec l'aile gauche du CNJA. Influencé par les idées de mai 1968, Bernard Lambert publie, en 1970, Les paysans dans la lutte des classes, livre-programme de la nouvelle gauche paysanne qui prend le nom de Paysans-Travailleurs. Ces deux livres publiés à sept ans d'écart proposent des analyses divergentes de la société paysanne, utilisent des méthodes d'analyse différentes ; pourtant le dialogue entre les deux nous paraît fécond car il met en lumière des rapprochements. Tous deux sont des ouvrages de combat mais aussi des ouvrages fondateurs à prétentions théoriques qui s'appuient sur des analyses des différenciations internes de la paysannerie et tracent des perspectives pour les paysans sur les plans économique, social, voire politique. Ouvrages de leaders, ils mettent en valeur leur militantisme dans un mouvement collectif, affirmant leur volonté de ne pas faire seulement œuvre individuelle. Appartenant à un groupe culturellement dominé, ils font, au fil des pages, assaut de scientificité ou de rationalité. Tous deux ont éprouvé le besoin de faire préfacer leurs livres par une autorité extérieure, François Bloch-Lainé (commissaire au Plan) ou Michel Rocard (ancien de L'ENA, dirigeant du Parti Socialiste Unifié), afin de montrer l'intérêt de ces ouvrages pour les non agriculteurs et d'en cautionner le sérieux. Les auteurs affirment ainsi leur refus du corporatisme. Leur démonstration se veut elle aussi scientifique ; pour Michel Debatisse, le choix de la rationalité des techniques et la modernisation économique constituent des critères de différenciation et l'auteur utilise les statistiques de L'INSEE afin de prouver le caractère objectif de son analyse. Bernard Lambert utilise un marxisme post soixante-huitard (science humaine dans cette optique) pour analyser les catégories paysannes. Les concepts d'aliénation, de classes, d'exploitation sont mis en œuvre dans le but de découper des catégories sociales parmi les paysans. Pour tous deux, les paysans constituent un ensemble bien différencié dont la fnsea a longtemps caché les divisions. Le terme de paysans est présent dans les deux titres, volontairement utilisé pour signifie l'appartenance à un groupe, tel qu'il est vu par les autres, tel qu'il se voit encore lui-même, et pour affirmer que ce n'est pas qu'une profession que les auteurs entendent défendre. Il est significatif que, dans l'ouvrage de Michel Debatisse, le nombre d'occurrences du substantif « paysans » soit supérieur à celui d'« agriculteurs », et ce suivant une triple logique. Il est nettement supérieur dans les témoignages de jeunes sur la condition paysanne ainsi que dans la première partie, consacrée à la description du réel et au bilan du retard. Il est supérieur aussi dans la troisième partie et dans la conclusion où il est toutefois revalorisé car associé à l'adjectif « jeunes » qui renvoie à l'idée de modernité et de combat. Pour Bernard Lambert, la revalorisation passe par l'inscription dans la lutte des classes puis par la réappropriation du nom « Paysans-Travailleurs »28. Ces ajouts ont, dans les deux cas, l'objectif de parvenir à une transformation et une valorisation de l'image attachée au terme paysan auprès du public et du groupe. Rappelons enfin que, pour ces deux auteurs, ce sont les exploitants moyens qui doivent être défendus en priorité ; les deux auteurs ont une vision un brin condescendante vis-à-vis des plus petits, paysans paupérisés, souvent traditionnalistes pour Bernard Lambert, agriculteurs archaïques appelés à disparaître pour Michel Debatisse.

  • 29 Michel Debatisse, La Révolution silencieuse... op. cit., p. 243.
  • 30 Id p. 264 et Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes, Paris, Seuil, 1970,187 p.

22Enfin, une crainte est commune à ces deux auteurs, celle que « le paysan producteur de matières premières se retrouve dépendant de centres de décisions sur lesquels il n'a aucun poids, aucun contrôle »29, pour tous deux, le paysan ne serait alors plus maître de son produit et cette « prolétarisation »30 sonnerait comme une déchéance à laquelle le combat doit permettre d'échapper.

Le marxisme appliqué à l'agriculture

  • 31 Rose-Marie Lagrave, « Les gauches syndicales... », art. cit. 1990.

23Ce n'est pas des rangs du Parti Communiste que surgit une tentative d'utiliser le vocabulaire et les concepts du marxisme pour analyser les sociétés paysannes31 mais de militants souvent formés par la JAC de l'Ouest, influencés par Mai 1968, les débats d'idées et les groupes de la gauche extra-parlementaire, et qui entendent revivifier l'analyse de la société paysanne. A l'inverse du modef qui reprenait les catégories issues du milieu sans les expliciter, les Paysans-Travailleurs veulent faire œuvre théorique et emploient une théorie extérieure au milieu paysan pour analyser celui-ci, à un moment où les effets des mutations entreprises commencent à se faire sentir. Ce marxisme hétérodoxe affirme sa volonté de partir du concret pour bâtir ses analyses. Le titre lui-même vaut programme, dans la lutte des classes les paysans y sont à un double titre : d'une part ils jouent un rôle dans le processus historique comme alliés de telle ou telle classe, de l'autre, ils en sont victimes. L'auteur utilise le concept d'exploitation en indiquant que certains paysans sont « exploités » et que d'autres sont des « exploiteurs », sans toutefois bien démontrer en quoi ils exploitent les autres. Bernard Lambert définit donc les catégories paysannes en même temps qu'il présente les relations qu'elles entretiennent, relations d'exploitation masquées par l'idéologie de la fnsea.

  • 32 Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes... op. cit., p. 23.
  • 33 Id., p. 78 et 79.
  • 34 Id., p. 78.
  • 35 Id., p. 74.
  • 36 Id, p. 75.

24Les catégories distinguées par Bernard Lambert ont des intérêts différents : il affirme dès l'introduction que « la lutte des classes traverse le milieu agricole » et que des « agriculteurs capitalistes » sont passés dans « le camp des exploiteurs »32. Ces oppositions d'intérêts renvoient aux catégories distinguées par l'auteur. C'est curieusement une note intitulée « fixons le vocabulaire »33 qui définit deux des trois grands groupes et évoque leur trajectoire. Deux catégories constituent les « paysans exploités », ce sont les paysans « paupérisés » ou pauvres et les « paysans prolétarisés ». Les premiers accumulent les handicaps : âgés, vivant sur de petites exploitations, dans des structures sociales archaïques, « ils n'ont pas pris le risque de se lancer dans des investissements permettant d'industrialiser la production »34, leur sort est peut-être le pire de la profession mais « leur conservatisme mental » les empêche de prendre conscience de leur misère et de leur exploitation35 et ils sont utilisés par les gros agrariens comme masse de manœuvre pour imposer par des manifestations une politique qui finalement les défavorise. Ils sont appelés à disparaître, à être déracinés et à rejoindre les travailleurs non qualifiés des usines. Si la trajectoire dessinée par l'auteur se rapproche de celle du modef, on voit bien ce qui l'oppose à celui-ci, pour lui ces paysans ne constituent pas l'essentiel de sa base sociale et sont une catégorie qui a refusé la modernisation de l'agriculture que, comme Michel Debatisse, il appelle de ses vœux. Il critique le traditionalisme de ces paysans et celui du modef dont il sous-entend qu'il « flatte... les réactions instinctives (souligné par nous) des paysans pauvres »36 qui traitent de capitaliste tout agriculteur qui fait des efforts de modernisation. Ces paysans pauvres peuvent devenir des alliés pour les militants paysans, issus des rangs des « paysans prolétarisés ».

  • 37 Id., p. 70. Ils semblent donc échapper à la pauvreté des « paupérisés ».
  • 38 Id., p. 70.

25Ces derniers sont constitués de jeunes, qui ont modernisé leur exploitation, se sont lancés dans le processus d'industrialisation mais le plus souvent sans capitaux et avec leur seule force de travail, ils sont souvent liés par des contrats avec des grands groupes de l'agro-alimentaire (privés ou coopératifs). Leur condition est marquée par un travail très intense et des revenus irréguliers qui leur permettent d'entretenir et de reproduire « leur force de travail »37 mais avec un niveau de vie souvent inférieur au SMIG. Leur endettement est très lourd, ils ont perdu leur indépendance et sont devenus des « façonniers »38, travailleurs à domicile, totalement prisonniers des grandes firmes qui les exploitent. Ils sont dépossédés de leurs moyens de production, même si cette dépossession est présentée soit comme achevée, soit en cours de réalisation, ces paysans rejoignent alors, selon l'auteur, la catégorie des prolétaires. Cette prolétarisation qui était évoquée et refusée par Michel Debatisse, est ici à la fois une certitude pour l'avenir, un drame pour aujourd'hui et une chance, puisque de la conscience de l'exploitation doit naître la prise de conscience sociale et politique de ces paysans, travailleurs, qui trouvent dans cette condition de nouveaux damnés de la terre de nouveaux alliés (les ouvriers) et une nouvelle destinée (participer à la construction du socialisme). Une petite partie d'entre eux peut néanmoins, par des choix judicieux, par son travail et par sa volonté, entrer progressivement dans le système capitaliste et rejoindre ainsi la grande exploitation.

26La différence entre les deux catégories de paysans exploités n'est pas systématiquement une différence de superficie mais plutôt de modernisation et d'insertion dans l'économie de marché, toutefois, les termes de petits et de moyens qui reviennent dans le corps de l'ouvrage montrent à la fois la force des catégories traditionnelles et expriment que ceux qui se sont modernisés sont le plus souvent des exploitants moyens. Vis-à-vis de la grande exploitation, la différence renvoie à l'importance des capitaux, aux superficies accumulées et à l'emploi de main-d'œuvre salariée. Mais qui sont donc ces grands qui règnent en ces campagnes ?

  • 39 Id., p. 101-115.

27Les « paysans exploiteurs », s'ils sont à plusieurs reprises cités dans l'ouvrage, n'ont pas droit à la note qui fixe le vocabulaire et échappent donc étrangement à la volonté de clarté classificatoire de l'auteur, comme si le sens commun suffisait pour eux. Sans surprise, l'importance des superficies est retenue, ces gros agrariens, qui n'hésitent pas à accaparer les terres, sont des agriculteurs capitalistes aux méthodes modernes, ils bénéficient de conditions naturelles et géographiques favorables, ce sont les céréaliers et les betteraviers du Bassin Parisien et du Nord qui ont, de plus, le soutien des Pouvoirs Publics, sont favorisés par les aides de la CEE et n'hésitent pas à utiliser les petits pour faire avancer leurs revendications car ils dominent la fnsea. Reste que parfois l'auteur leur accorde le titre de paysans et qu'il emploie plus systématiquement le terme de chefs d'entreprise dans sa critique des petits ou moyens qui veulent devenir grands (et donc du CNJA)39. Par-delà les classifications sociales, l'auteur, tout comme Michel Debatisse, insiste sur la condition des femmes dans les campagnes, sur l'absence de reconnaissance de leur travail, sur leur absence de droits et sur le fait que le paysan reproduit souvent dans le foyer la domination qu'il subit dans la société, les femmes considérées comme sans profession, sont de fait dépendantes de leur mari même s'il est un chef d'entreprise.

  • 40 Id., p. 66.
  • 41 Ce que signale d'ailleurs le modef, Rapport d'Orientation, 1984, p. 4 et Roger Brunet, Robert Ferra (...)

28Quelles relations entretiennent les diverses catégories entre elles ? Pour Bernard Lambert, il y a exploitation des paysans paupérisés et prolétarisés par les gros agrariens, mais, si les termes d'exploiteurs et d'exploités sont utilisés, force est de reconnaître que l'exploitation des uns par les autres n'est pas démontrée. L'argumentation n'arrive que quand il s'agit de démontrer que les paysans, dépossédés de tout choix, sont dépendants des grandes firmes ou que les ouvriers agricoles constituent un monde à part. L'auteur est parfaitement convaincant quand il évoque les fermiers et métayers exploités par leurs propriétaires, oubliant toutefois que de grands exploitants peuvent être fermiers. Mais quand le « mécanisme d'exploitation » des couches paysannes par les paysans exploiteurs est censé être démontré, l'auteur met surtout en valeur l'utilisation des actions et des revendications des petits et moyens par les grands au profit de leurs intérêts40 sans qu'il y ait réellement exploitation du travail à défaut de celle de la crédulité41. L'absence de prise de conscience de cette exploitation tient selon l'auteur à la prégnance de l'idéologie dominante qui aliène les exploités.

  • 42 Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes... op. cit, p. 35.
  • 43 Ainsi Bernard Lambert semble plus féroce vis-à-vis des exploitants moyens qui veulent devenir chefs (...)

29Au-delà du vocabulaire à la tonalité marxiste datée, l'intérêt de l'ouvrage tient à ce qu'il décrit des mentalités, des trajectoires et des relations entre paysans. Le fossé entre jeunes exploitants modernisés (les « prolétarisés ») et paysans « paupérisés » apparaît quand est évoqué le « mépris » et même « l'ignorance » que les premiers peuvent ressentir vis à vis de ceux qui ne se sont pas engagés dans la modernisation42, ceux-ci ont tendance à voir ceux qui se sont modernisés comme des capitalistes. La concurrence entre paysans « prolétarisés » peut être forte pour l'acquisition de terres et certains les accaparent. Dans la plupart des cas, les femmes servent de manœuvres et subissent des rapports de domination. Le monde paysan n'est pas unifié et les tensions sont réelles y compris entre les « exploités »43.

30Cette volonté de penser les catégories paysannes si nettement affirmée a parfois dû tenir compte des réalités locales ou des contingences des luttes sociales. Sur le Causse du Larzac, quand il s'est agi de défendre des éleveurs de brebis face au projet d'extension d'un camp militaire, Bernard Lambert et les siens, après débat, ont masqué les différenciations sociales internes à la paysannerie locale en adoptant le terme générique « les paysans du Larzac », défendant les intérêts communs, le « pays », refusant les analyses catégorielles.

Des paysans réinventés ? Entre marxisme et environnementalisme

31Les années 1980 sont celles de la remise en cause de la PAC et des critiques du « productivisme » sur fond de recul affirmé du nombre d'agriculteurs alors que les exigences de la société sur l'espace rural et la production agricole s'accroissent et se diversifient.

L'abandon des catégories marxistes

  • 44 20 % des suffrages aux élections aux chambres d'agriculture de 1995.
  • 45 Nathalie Duclos, « Les organisations professionnelles et l'environnement », Écologie politique, (...)

32Les Paysans-Travailleurs créent en 1981 la Confédération Nationale des Syndicats de Travailleurs Paysans (cnstp) puis se regroupent avec un courant proche du Parti Socialiste, en 1987, dans la Confédération Paysanne44. Ce courant a essayé de répondre aux évolutions de ce secteur économique et certaines de ses idées sont reprises par la fnsea sans être toujours mises en œuvre45.

  • 46 Congrès de la cnstp, 1981, Vent d'Ouest, juin 1981.

33L'évolution du discours de cette sensibilité est double, il y a, à la fois simplification des analyses et des catégories repérées et mise en évidence de nouvelles différences entre paysans. En 1981, la cnstp repère encore trois groupes de paysans : une minorité est constitué par ceux « qui profitent de la situation » ; la majorité - dont beaucoup ont été éliminés ou « sont devenus vulnérables » - est « plongée dans la course à la productivité » avec, au départ, des handicaps insurmontables ; enfin, restent ceux qui ont été « marginalisés, mis à l'écart du progrès technique w46. Si le nombre de catégories paysannes demeure le même, les références et le vocabulaire marxistes ont été abandonnés. Le recul rapide du référentiel marxiste s'explique par l'affaiblissement des groupes de l'extrême-gauche issus de mai 1968 et la montée du Parti Socialiste, par une volonté d'efficacité syndicale qui oblige à abandonner l'hermétisme et le dogmatisme de ce discours, et par la poursuite de la diminution du nombre d'agriculteurs. Cette évolution se poursuit dans les années 1980, les documents tendent à ne plus distinguer que deux grandes couches parmi les agriculteurs. La simplification des catégories et du vocabulaire s'accompagne d'une modification du ton, devenu moins virulent.

  • 47 Rapport moral au congrès de la cnstp, 1983, p. 15.
  • 48 Rapport d'Orientation au congrès de la Confédération Paysanne, 1989, p. 2.
  • 49 Rapport d'Orientation, cnstp, 1983, p. 33.
  • 50 Rapport d'Activité, cnstp, 1983, p. 8.
  • 51 Rapport d'Orientation, cnstp, 1983, p. 32.

34Sur 1 752 000 actifs agricoles, le syndicat ne recense qu'une centaine de milliers d'exploitants chefs d'entreprise ou ayant vocation à le devenir. Cette petite minorité, si elle a perdu le titre de « paysans », n'hérite plus de l'étiquette d'« exploiteurs », le concept marxiste d'exploitation étant abandonné47. Ces agriculteurs qui constituent, selon la cnstp, la base sociale de la fnsea, concentrent les terres : 15 % des paysans occupent la moitié des terres et ont un revenu élevé, la moitié du revenu agricole étant capté par 18% des exploitations48. À l'intérieur du monde paysan, les disparités de revenu ont augmenté entre ces grands et les autres. Ces derniers tendent à être regroupés dans un même ensemble, des paysans dont la plupart ne sont « ni salariés, ni chefs d'entreprise »49, travailleurs indépendants, propriétaires (ou gérants) de leur exploitation qui n'ont que leur travail pour vivre »50. Ils sont les plus défavorisés et constituent la majorité des agriculteurs du pays. La description de leur condition témoigne de leurs difficultés ; à la pénibilité accrue du travail s'ajoute le fait que ces paysan ont perdu leur indépendance économique, se sont souvent endettés pour atteindre un certain seuil et ont un revenu faible. Ils dirigent des exploitations familiales souvent très performantes mais vivent dans l'insécurité permanente du fait de la nécessité d'acheter la terre, de leur intégration économique et de leur endettement51. Certains recourent alors à la pluriactivité, soit directement, soit du fait de l'activité de leur femme à l'extérieur de l'exploitation, mais ils restent affiliés au syndicat des paysans. Celui-ci critique la chute du nombre d'actifs et d'installations aidées dans l'agriculture alors que progressent celles qui ne sont pas aidées. La montée de la pauvreté et de l'exclusion est mise en évidence. Dans les années 1980, le syndicat dénonce le fait que nombre d'agriculteurs ne touchent pas le SMIC, en 1992, il souligne que 350 000 anciens exploitants ont un revenu inférieur au Revenu Minimum d'Insertion ; à la faveur de la crise, les écarts se sont accrus.

  • 52 Rapport d'Orientation, Confédération Paysanne, 1987, p. 9 et 10.

35S'il n'y a plus « exploitation » du travail, les divergences d'intérêts demeurent car 20 % des exploitations agricoles touchent 80 % des aides, celles-ci renforcent les inégalités. Le syndicat renverse le discours dominant et suggère que ce sont les céréaliers, les grands, qui sont des « assistés » car ils bénéficient des plus fortes aides et donc de « privilèges »52. Il essaie de fixer des seuils, entre les grandes exploitations et les autres, pour chaque type de production, au-delà desquels les exploitations ne devraient plus bénéficier d'aides. Toutefois, les paysans sont désemparés et le modèle productiviste a fait des dégâts ; la mentalité de la plupart des paysans, quelle que soit la couche à laquelle ils appartiennent, va à contre-sens des idées de partage et de solidarité. C'est ainsi que la Confédération Paysanne explique, alors que la fnsea a reculé, sa relative contre-performance aux élections aux chambres d'agriculture de 1995 et la percée de la Coordination Rurale.

La recherche d'un nouveau modèle

  • 53 Rapport d'Orientation, cnstp, 1983, p. 26. Il s'agit souvent de néo-ruraux dont l'influence est mar (...)
  • 54 Rapport d'Orientation, cnstp, 1983, p. 25-29.
  • 55 Confédération Paysanne, L'agriculture paysanne, des pratiques aux enjeux de société, Paris, Fondati (...)
  • 56 Rapport d'Orientation, C.P., 1987, p. 19.

36Les différences sociales mises en évidence ne suffisent plus à rendre compte des différences entre paysans, la crise du modèle productiviste remet en cause le métier et ses représentations. Sous l'influence de « nouveaux adhérents »53, dans les années 1980, le syndicat commence à différencier les paysans en fonction de leurs pratiques agricoles. Il distingue les « paysans engagés dans le productivisme » et ceux qui tentent de « produire autrement »54. Le modèle productiviste vise à augmenter la productivité, sans maîtriser les quantités et est responsable des crises de surproduction. Il favorise la concentration économique et donc le recul du nombre de paysans, ainsi que la concentration géographique de l'agriculture et donc la dévitalisation de certaines régions, que le syndicat refuse, ainsi que la piètre qualité des aliments et la pollution des eaux et des sols. Il y oppose l'agriculture paysanne qui entend produire autrement, en décapitalisant et en diminuant les intrants ; elle vise à diminuer l'endettement des exploitations, elle valorise la transformation directe et les circuits de commercialisation courts, voire même la pluriactivité vue alors comme une stratégie entrant dans la recherche d'une plus grande autonomie des exploitations. Pour ce syndicat, cette « agriculture paysanne »55 est en germe dans les pratiques mises en œuvre pour être moins dépendants des firmes agro-alimentaires ou des banques ; elle est aussi le modèle préconisé pour l'avenir afin de maintenir « des paysans nombreux sur tout le territoire ». L'évolution vers une agriculture duale qui verrait les agriculteurs riches, compétitifs, produire pour les consommateurs pauvres et les agriculteurs pauvres, assistés produire pour les consommateurs riches est cependant refusée56. Le paysan proposé en modèle, attaché au pays, membre actif de la société locale, est respectueux de l'environnement et solidaire des autres paysans.

  • 57 Rapport d'Orientation, cnstp, 1983, p. 12.
  • 58 Ibid.
  • 59 Rapport d'Orientation, C.P., p. 26.
  • 60 Jean Philippe Martin, « La Confédération Paysanne entre contestation traditionnelle et nouvelles pr (...)

37Cette critique de l'agriculture productiviste pose quelques problèmes au syndicat ; en effet, parmi ces productivistes, il y a nombre d'exploitants qui ne sont pas des grands, mais des exploités qui sont « pris dans le système » et qui veulent malgré tout défendre leurs conditions de travail57. Le syndicat considère qu'il n'y a pas, qu'il ne doit pas y avoir d'opposition entre ceux-ci et les tenants d'une « agriculture alternative »58. En effet, ce modèle n'est pas toujours mis en pratique par les militants eux-mêmes59. D'où la prudence des dénonciations et la recherche de cibles à haute valeur symbolique, l'association spécialisée des céréaliers ou les plus gros producteurs porcins qui ont agrandi sans respecter les réglementations. D'autre part, les situations locales peuvent entraîner des discours moins intransigeants. Dans la zone de production de Roquefort ou en Languedoc viticole, l'unité et les intérêts communs des producteurs sont souvent mis en exergue, que ce soit pour mobiliser les producteurs ou pour affirmer la nécessité de défendre le produit qui fait vivre le « pays ». L'unité de la société locale est mise en valeur afin de se défendre contre un ennemi extérieur, les importateurs de vins ou les centrales d'achat en Languedoc ; la société Besnier en Roquefort ou les défenseurs du « modèle breton » pour l'élevage porcin dans l'ensemble de l'Aveyron60.

*

  • 61 Congrès de la fnsea des années 1997 et 1998

38Tant en ce qui concerne la question environnementale que sur la nécessité de repenser les aides allouées à l'agriculture, la Confédération Paysanne, minoritaire, a joué un rôle non négligeable de laboratoire d'idées. Les autres syndicats ont dû modifier leurs discours, le « modèle productiviste » a été critiqué par le modef mais aussi par la fnsea61. Les gauches paysannes ont tenu à leurs débuts un discours virulent qui dénonçait les grands et privilégiait les différenciations sociales entre les paysans. Passé le temps de l'affirmation doctrinale, l'évolution de la paysannerie, la tactique syndicale ou politique et les nécessités de l'implantation locale ont contribué à modifier le discours et les analyses. Le modef a souligné les communautés d'intérêts entre paysans et défendu l'agriculture française. Le courant issu du mouvement Paysans- Travailleurs est passé d'une critique marxiste à l'élaboration d'un nouveau projet, pour les paysans, basé sur l'idée de développement durable. Ces gauches paysannes qui ne sont pas parvenues à s'entendre ont joué un rôle d'aiguillon vis-à-vis de la fnsea qui doit tenir compte de ces oppositions.

Annexe : L'influence des gauches paysannes

39Les élections aux chambres départementales d'agriculture permettent d'avoir une idée de l'influence des syndicats agricoles de gauche parmi les paysans. Il faut toutefois tenir compte du fait que le mode de scrutin n'est pas le même après 1983 (passage d'un scrutin par circonscription à une proportionnelle sur le plan départemental) et surtout, ces courants ne sont jamais parvenus à présenter des listes dans tous les départements.

40En 1964, le modef obtient 4,2 % des suffrages des exploitants puis il progresse atteignant 24% en 1974 (1/3 des voix sur les départements où il est présent). Son influence stagne, puis décline car il est confronté au vieillissement de sa base sociale (d'où des scores très forts dans le collège des anciens exploitants), à la concurrence du courant PT qui présente des listes dans certains départements et à une contestation de droite poujadiste et protestataire, la Fédération Française de l'Agriculture (FFA). Dans les années 1980, la Confédération Paysanne devient le principal syndicat de la gauche paysanne (tableau).

Elections aux chambres d'agriculture, collège des exploitants, France

Elections aux chambres d'agriculture, collège des exploitants, France

41Les scores de 1983 sont des ordres de grandeur car, au-delà des proclamations nationales, sur le plan départemental la diversité des alliances était des plus affirmée.

42Provenance des informations contenues dans ce tableau :

43Yves Tavernier, « Le mouvement de défense des exploitants familiaux », dans : L'univers politique des paysans, sous la direction de Yves tavernier, Michel Gervais et Claude Servolin, Paris, Colin, 1972, p. 467-495.

44Francisco Tello, « Données sur l'origine et l'implantation du modef », Cahiers d'histoire de l'Institut Maurice Thorez n° 28,1979, p. 29-80.

45Campagnes Solidaires, n° 83, février 1995.

46Roger Le Guen, « Les élections aux chambres d'agriculture du 31 janvier 1995 », Economie Rurale, n° 237, janv.-fév. 1997, p. 30-36.

47Didier Minot, « Les élections aux chambres d'agriculture de 1983 », Économie Rurale, n° 237, janv.-fév. 1997, p. 27-29.

Notes

1 Ronald Hubscher et Rose-Marie Lagrave, « Unité et pluralisme dans le syndicalisme agricole. Un faux débat », Annales ESC, 1993, 1, p. 109-134.

2 Sylvain Maresca, Les dirigeants paysans, Paris, éd. de Minuit, 1983, 295 p.

3 Ont été consultés : Documents de congrès de la Confédération Paysanne ; Documents de congrès de la cnstp (1981-1983), Documents de congrès de la fnsea (1997-1998), Documents de congrès du modef.

4 Voir Pierre Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Colin, 1968, 386 p.

5 Sur le modef, voir : Michel Gervais, Marcel Jollivet et Yves Tavernier, Histoire de la France rurale, t 4, Paris, Seuil, 1976, p. 492-501.

6 Rapport Préliminaire au rapport moral, IIIème congrès du modef, février 1971, p. 1.

7 Programme National du modef, 1978, p. 26.

8 Discours de clôture du iième congrès du modef, mars 1968, L'Exploitant Familial, mars 1968.

9 Rapport Préliminaire au congrès, 1971, p. 16.

10 Programme National du modef, 1978, p. 1 et 6.

11 Rapport Préliminaire au congrès de 1971, p. 16.

12 Le modef dénonce la fdsea du Puy de Dôme, reprise en main par Michel Debatisse qui ne considère pas les pluriactifs comme des paysans, L'Exploitant Familial, janvier 1965.

13 L'Exploitant Familial Vauclusien, in L'Exploitant Familial, janvier 1965.

14 Dénoncés comme communistes, les militants du modef insistent sur le fait qu'ils sont, eux, d'authentiques agriculteurs. D'autre part, on peut noter le caractère traditionnel des couches sociales présentées comme alliées à la paysannerie laborieuse, indice des difficultés du pcf à penser les mutations du travail.

15 Rapport Préliminaire, 1971, p. 11 et 18.

16 a. Nègre, Président du modef, IIème congrès, L'Exploitant Familial, mars 1968, p. 6.

17 Rapport Préliminaire, 1971, p. 16.

18 L'Exploitant Familial, mars 1968, p. 1 et 3.

19 A. Nègre, L'Exploitant Familial, mars 1968, p. 6.

20 Rapport Préliminaire, 1971, p. 16.

21 Cette adaptation locale du discours est perceptible dans le discours et les actions de la Confédération Paysanne des années 1990.

22 Rapport Moral au congrès de décembre 1978.

23 Appel à la résistance paysanne adopté par le congrès du modef, déc. 1978.

24 Rapport d'Orientation, 1988, p. 4.

25 Id. p. 7.

26 Sur Bernard Lambert et les combats de ce courant, voir la biographie très favorable de Yves Chavagne, Bernard Lambert, 30 ans de combat paysan, Quimperlé, La Digitale, 1988, 284 p.

27 Michel Debatisse, La Révolution silencieuse. Le combat des paysans, Paris, Calmann-Lévy, 1963, 275 p., voir p. 28.

28 Rose-Marie Lagrave, « Les gauches syndicales (modef, cnstp, fnsp) », dans : Les agriculteurs et la politique, Pierre Coulomb, Hélène Delorme, Bertrand Hervieu, Marcel Jollivet, et Philippe Lacombe, dir., Paris, FNSP, 1990, p 355-370.

29 Michel Debatisse, La Révolution silencieuse... op. cit., p. 243.

30 Id p. 264 et Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes, Paris, Seuil, 1970,187 p.

31 Rose-Marie Lagrave, « Les gauches syndicales... », art. cit. 1990.

32 Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes... op. cit., p. 23.

33 Id., p. 78 et 79.

34 Id., p. 78.

35 Id., p. 74.

36 Id, p. 75.

37 Id., p. 70. Ils semblent donc échapper à la pauvreté des « paupérisés ».

38 Id., p. 70.

39 Id., p. 101-115.

40 Id., p. 66.

41 Ce que signale d'ailleurs le modef, Rapport d'Orientation, 1984, p. 4 et Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Thery, Les mois de la géographie, dictionnaire critique, Paris, Reclus-La Documentation Française, 1992, p. 190.

42 Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes... op. cit, p. 35.

43 Ainsi Bernard Lambert semble plus féroce vis-à-vis des exploitants moyens qui veulent devenir chefs d'entreprise ou du cnja que vis-à-vis des grands exploitants.

44 20 % des suffrages aux élections aux chambres d'agriculture de 1995.

45 Nathalie Duclos, « Les organisations professionnelles et l'environnement », Écologie politique, n° 23,1998, p. 77-93.

46 Congrès de la cnstp, 1981, Vent d'Ouest, juin 1981.

47 Rapport moral au congrès de la cnstp, 1983, p. 15.

48 Rapport d'Orientation au congrès de la Confédération Paysanne, 1989, p. 2.

49 Rapport d'Orientation, cnstp, 1983, p. 33.

50 Rapport d'Activité, cnstp, 1983, p. 8.

51 Rapport d'Orientation, cnstp, 1983, p. 32.

52 Rapport d'Orientation, Confédération Paysanne, 1987, p. 9 et 10.

53 Rapport d'Orientation, cnstp, 1983, p. 26. Il s'agit souvent de néo-ruraux dont l'influence est marquée dans ce syndicat.

54 Rapport d'Orientation, cnstp, 1983, p. 25-29.

55 Confédération Paysanne, L'agriculture paysanne, des pratiques aux enjeux de société, Paris, Fondation pour le Progrès de l'Homme, 1994,161 p.

56 Rapport d'Orientation, C.P., 1987, p. 19.

57 Rapport d'Orientation, cnstp, 1983, p. 12.

58 Ibid.

59 Rapport d'Orientation, C.P., p. 26.

60 Jean Philippe Martin, « La Confédération Paysanne entre contestation traditionnelle et nouvelles propositions », Sciences de la Société, n° 45, oct. 1998, p. 27-44.

61 Congrès de la fnsea des années 1997 et 1998

Table des illustrations

Titre Elections aux chambres d'agriculture, collège des exploitants, France
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20554/img-1.png
Fichier image/png, 131k

Auteur

Lycée Jean Monnet, Montpellier Arpes, Université Paul Valéry, Montpellier

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540