Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Première partie. Regards sur les paysans (XVIIIe-XIXe siècles)

Regards croisés et préjugés vétérinaires et paysans, xixe-xxe siècle

Ronald Hubscher

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Durant de longues décennies, le sens commun a associé la médecine des bêtes à la ruralité. Un point de vue qui, s'il ignore les vétérinaires du contrôle sanitaire, les militaires et un petit nombre de praticiens installés en ville, est globalement exact, jusque vers les années 1950. Homme de savoir, donc de pouvoir, le vétérinaire appartient aux élites qui encadrent le monde paysan. Pourtant cette reconnaissance est tardive et ne s'est pas faite sans résistance, faute d'une capacité suffisante des membres de la profession d'imposer l'image qu'ils entendent donner d'eux-mêmes, et de faire accepter la légitimité de leur position. À ce travail de mise en scène de soi dont le but est de faire admettre à autrui sa supériorité, s'oppose, au moins un temps, le regard critique que les paysans portent sur les praticiens diplômés.

2Ainsi se pose la question des relations entre les vétérinaires et les hommes de la terre, largement fondée sur les représentations sociales des uns et des autres. Leur dynamique éclaire la logique des rapports qu'ils entretiennent entre eux. Si le savant juge le populaire, l'inverse est également vrai. L'intérêt d'une telle analyse est de pouvoir saisir, même indirectement, le point de vue des paysans, rarement observable, qui n'épouse pas nécessairement celui des dominants. Dans un premier temps, l'imposition d'une nouvelle catégorie de thérapeutes, pourtant investie d'une compétence institutionnelle, le diplôme, sanctionnant un savoir scientifique, échoue. Dans la hiérarchie sociale telle que la conçoivent les paysans, les vétérinaires occupent un rang modeste et ne tranchent guère sur les empiriques. Faute d'une identité professionnelle reconnue, leur identité sociale est niée. Un changement s'opère à la fin du xixe siècle où les paysans ont une toute autre opinion des hommes de l'art au point de les considérer comme de petits notables. Cette valorisation n'a rien de fortuit : elle s'explique par la modification de leur statut professionnel, donc de leur rôle social. La compétence des praticiens est d'autant mieux perçue que le milieu rural, du fait de sa relative acculturation et d'une meilleure qualification des éleveurs, porte désormais sur eux un autre regard. En revanche les vétérinaires, prisonniers de leurs présupposés et de schémas culturels citadins, ne cessent pas, majoritairement, de considérer la paysannerie comme une catégorie sociale routinière, voire rebelle au progrès.

Un long malentendu

  • 1 Louis- Furcy Grognier, Notice historique et raisonnée sur C Bourglat, Lyon, Barret, 1804, p. 202

3En 1761, un arrêt du Conseil du Roi autorise l'établissement à Lyon « d'une école qui eût pour objet la connaissance des maladies des bœufs, chevaux, mulets etc.1 ». En 1765 une second école ouvre ses portes à la barrière Saint-Denis, avant son transfert l'année suivante au Château d'Alfort. C'est le début d'une longue marche vers l'institutionnalisation de la pratique vétérinaire.

Le savant et le populaire

  • 2 À la fin de leurs trois années d'étude, les élèves de Lyon peuvent également venir à Alfort pour ac (...)

4Tout le travail des vétérinaires consiste à transformer un art commun, exercé par tout un chacun, en une discipline savante et à faire admettre la spécificité et la supériorité de ses membres ; la sémantique doit y concourir. Après quatre années d'études, les élèves se voient décerner le brevet de Privilégiés du Royaume en l'art vétérinaire, un titre supprimé en 1791 par un décret de l'Assemblée Constituante abolissant tous les privilèges, et remplacé en l'an III par celui d'artiste-vétérinaire. Le décret impérial de Moscou du 15 janvier 1813, qui instaure un enseignement vétérinaire de deux niveaux, entraîne un nouveau changement d'appellation. Tandis qu'à Lyon des maréchaux-vétérinaires sont formés en trois ans, les élèves d'Alfort peuvent bénéficier d'un second cycle d'études de deux ans, à la fin duquel ils obtiennent le titre de médecins-vétérinaires2. Ils ont le droit, après autorisation préfectorale, d'instruire des individus en deux ans et de leur délivrer un certificat de maréchal-expert.

  • 3 . Journal des Vétérinaires du Midi, 1839, p. 187.

5L'Ordonnance du 6 juillet 1825 met un terme à ces errements taxinomiques, et constitue une première victoire pour les hommes de l'art. À la suite d'une formation dispensée en quatre ans, un seul diplôme est délivré, celui de vétérinaire. Cette dénomination unique désigne à l'opinion rurale les détenteurs d'un savoir officiel et savant. Le diplôme marque leur singularité, exprime leur supériorité, déclasse leurs concurrents, hongreurs, maréchaux-ferrants et autres empiriques de village. La création des sociétés vétérinaires répond à cette logique. Celle de l'Hérault en 1839 entend être une école de perfectionnement dont les membres sont tour à tour conférenciers et auditeurs, un moyen de « se dégager de la foule des guérisseurs » et « d'entrer seuls en possession d'un art qui exige de fortes et savantes études. Les propriétaires éclairés par leurs travaux communs, comprendront enfin qu'il faut autre chose que l'habitude pour traiter les maladies des animaux »3. Le processus de professionnalisation est amorcé.

• Science et progrès

  • 4 Arch. Dép. de l'Ardèche, 12 M 327.

6Une démarche qui prend modèle sur la médecine est au fondement de la construction de la science vétérinaire Comme cette dernière, durant la première moitié du xixe siècle, la vétérinaire, consacre le règne de la clinique illustrée par Laennec. Combinée à l'autopsie, elle permet d'établir un diagnostic objectif. De plus, autour des années 1830, les écoles vétérinaires systématisent la méthode expérimentale qui devient la marque de fabrique de la profession ; mais combien de praticiens confinés dans de lointaines campagnes l'observent-ils correctement ? En tout cas, un véritable savoir se substituant au savoir-faire des guérisseurs doit permettre aux hommes de l'art d'émerger de la gangue des empiriques et d'obtenir de la part des populations rurales la reconnaissance de leur supériorité en matière de thérapie animale. Certains d'entre eux, au nom de la rationalité, animés d'un zèle de croisés, sont pénétrés de l'importance de leur rôle et de leur devoir de combattre l'ignorance et les préjugés. En 1817, le vétérinaire du département de l'Ardèche chargé des épizooties, adresse aux maires et propriétaires de bestiaux de toutes les communes un rapport qui s'achève de la sorte : « Heureux si par mon zèle et mes efforts je parviens à arracher aux préjugés absurdes répandus dans les campagnes et mettre à même le propriétaire de suivre le traitement des maladies les plus communes de leurs bestiaux dont l'ignorance, l'incurie et le charlatanisme des guérisseurs rendent les effets beaucoup plus désastreux que si elles étaient abandonnées aux seuls effets de la nature. C'est à l'homme de l'art chargé de répandre les bienfaits du gouvernement à persuader aux habitants des campagnes que les maladies de leurs bestiaux ne sont pas dues à des causes magiques et cachées »4.

  • 5 Revue Vétérinaire, 1926, p. 256.
  • 6 Arch. Dép. du Val-de-Mame, 7 M 497, Cours d'agriculture appliquée à l'hygiène vétérinaire, allocuti (...)
  • 7 C'est le titre de l'ouvrage qu'il publie en 1858.

7Ce noble devoir flatte l'amour-propre des praticiens ruraux et d'une certaine manière sert d'échappatoire à une situation matérielle médiocre. Les autorités institutionnelles et gouvernementales ont tout intérêt à reprendre à leur compte ce discours qui revient d'une manière récurrente pendant la première moitié du xixe siècle. En 1821 à Lyon, un Conseiller de préfecture qui préside à l'école vétérinaire la cérémonie de distribution des prix conclut avec emphase : « n'est-ce pas une destinée assez belle que de pouvoir répandre autour de soi les trésors amassés par une mâle et constante instruction ? »5 Bien mieux, l'enseignement agricole dispensé dans les écoles vétérinaires, seules capables de fournir dans le premier tiers du xixe siècle un semblant d'encadrement du monde paysan, ne peut que procurer aux hommes de l'art « de nouveaux titres à la confiance et à la considération de (leurs) clients »6. Guides éclairés, ils indiquent à une population fruste la juste voie. On comprend dans ces conditions qu'André Sanson, éminent professeur de zootechnie, veuille faire de ses confrères les conseillers techniques des cultivateurs et leur attribuer le rôle de « Missionnaires du progrès agricole »7.

• L'empirisme, voilà l'ennemi !

  • 8 Dès le xive siècle, l'appelation de « mareschal » définit une double activité : la ferrure et la th (...)

8A ce titre ils combattent avec la dernière des énergies les empiriques, noble entreprise qui sert aussi de paravent pour défendre des intérêts matériels sérieusement menacés par ces thérapeutes de fortune, souvent issus du monde paysan. Dans cette lutte du savant contre le populaire où se mêlent enjeu économique et légitimité scientifique, il convient de stigmatiser sinon de diaboliser l'adversaire dépeint de la manière la plus négative. Son inculture suscite les railleries et jette sur lui le discrédit. Même les maréchaux-ferrants, qui pourtant de tradition sont habilités à soigner les chevaux, ne sont pas épargnés8.

  • 9 . Journal des Vétérinaires du Midi, 1847, p. 569-570.

9En 1847, le journal des Vétérinaires publie un certificat de sinistre rédigé par l'un d'eux à la demande d'un cultivateur : « Je soussigné... maréchale exper... me suit transporté à sont domicile, à l'effait de constater le genr de mort auquel succombe un mulet que j'ai trouvé mort par un coup de sang qui était porté au serveaux, dont le mulet est mort ». Et le rédacteur de conclure : « Pour les personnes qui persistent à vouloir confondre... les vétérinaires avec les maréchaux-experts, cette pièce de remarquable ignorance peut servir à établir la distance qui sépare l'empirique, de celui qui dans les Écoles a fait ses preuves bien constatées d'instruction et de capacité » et a obtenu un titre « qui doit, aux yeux de tous, le mettre au- dessus de toute comparaison honteuse avec l'ignare guérisseur de bestiaux »9. L'analphabétisme, dont on feint de croire qu'il est la marque des guérisseurs, est évidemment source de l'ignorance qui perpétue des pratiques centenaires : prières, signes magiques, drogues miracles, saignées sur diverses parties du corps de l'animal malade. Les journaux professionnels fourmillent d'anecdotes sur les méfaits commis par les empiriques ; c'est la preuve de leur emprise sur les populations et a contrario un échec pour les hommes de l'art, soucieux de donner d'eux- mêmes l'image d'individus compétents formés à la rationalité scientifique.

Les vétérinaires en situation d'échec

10De fait, le discours des vétérinaires, fondé sur l'idée qu'ils sont les seuls capables de prodiguer de véritables soins aux animaux, passe mal, semble peu crédible aux yeux des paysans, et n'emporte pas leur conviction. Leur comportement équivaut à une véritable déconstruction du travail de représentation auquel se livrent les diplômés des écoles vétérinaires pour faire reconnaître leur identité professionnelle.

• Un faible capital scolaire

11Durant la première moitié du xixe siècle, les paysans n'ont nulle considération pour le savoir des hommes de l'art dont l'instruction générale n'est guère supérieure à la leur. En effet, le recrutement des candidats à l'entrée des écoles vétérinaires repose sur des critères éminemment simples voulus par Bourgelat, leur fondateur, et définis dans son règlement de 1777. Sont admis les élèves sachant lire, écrire, et non infirmes. En revanche, sont exigées une aptitude aux travaux de la forge car la ferrure joue un rôle essentiel dans l'enseignement, et une robustesse physique, considérée comme l'attribut naturel des classes populaires dont le corps est outil de travail. La vétérinaire est d'abord un savoir manuel avant d'être un savoir théorique.

  • 10 Louis Moulé, Alcide Raillet, Histoire de l'école d'Alfort, Pans, 1908.
  • 11 Bulletin Vétérinaire, 1901, p. 420.
  • 12 Arch. Nat. F 10 1745, Inspection des écoles vétérinaires et des bergeries.

12Une évaluation des élèves, quelques semaines après la rentrée, montre la faiblesse de leur formation initiale. À l'école d'Alfort, durant la période 1800-1812, 20 % des individus sont pratiquement incapables de lire et d'écrire10, et éprouvent des difficultés à maîtriser le Français durant la première année d'étude. Aussi le professeur « appelé à parler à des sujets dont l'intelligence n'a jamais été cultivée... est obligé d'expliquer jusqu'aux mots dont il se sert et de présenter souvent la même idée sous vingt faces différentes pour être sûr d'être entendu »11. Une situation qui suscite les réflexions désabusées de l'inspecteur général des écoles vétérinaires Huzard, dans un rapport adressé en 1814 au ministère de l'Intérieur : « Comme je l'ai répété inutilement un grand nombre de fois... il vaut beaucoup mieux que les écoles aient moins d'élèves et qu'ils soient meilleurs. Il y en a beaucoup plus de mauvais sortis brevetés qu'il n'en faut et il n'y en a pas assez de bons »12.

• Proximité sociale

13Dans ces conditions, posséder un diplôme de vétérinaire ne crée nullement un fossé culturel entre les praticiens et les populations rurales, peu au fait des matières scientifiques enseignées dans les écoles, et jugeant les hommes de l'art à l'aune des connaissances exigées d'eux pour s'engager dans la carrière. Les paysans en possèdent les rudiments, parfois davantage, et au mieux concèdent que les vétérinaires en ont une meilleure maîtrise.

14À la faible distance culturelle, s'ajoute une absence de distance sociale, voulue par Bourgelat qui pratique une sélection à rebours en favorisant les fils de cultivateurs, de bergers, de bouviers, d'empiriques et surtout de maréchaux-ferrants familiarisés avec la ferrure. La modestie du milieu familial est la caractéristique des candidats aux écoles vétérinaires marquées par une forte dominante homostatutaire. La promotion d'Alfort de 1807 est composée aux deux tiers de fils de cultivateurs, de maréchaux, et de vétérinaires. Concrètement, l'objectif de Bourgelat est d'améliorer la pratique de futurs professionnels de village en les initiant à des méthodes rationnelles de traitement, fondées sur une science exacte, mais néanmoins élémentaire. En somme, il veut un vétérinaire foncièrement attaché au travail manuel et à son terroir. D'ailleurs la plupart des membres de la profession sont des boursiers, et à ce titre contraint de résider au moins six ans dans leur département d'origine. Issus de familles rurales inscrites dans des réseaux d'interconnaissances, ils parlent patois, partagent la vie des paysans et sont reconnus comme des enfants du pays que l'on distingue mal des empiriques : certains sont d'anciens maréchaux ou fils de guérisseurs. Et la sémantique ne contribue guère à clarifier la situation.

• Les ambiguïtés de la taxinomie

15Les errements dans la désignation des thérapeutes est source de confusion préjudiciable aux diplômés des écoles. Par exemple, le titre de maréchal-expert est porté depuis 1772 par les élèves militaires d'Alfort servant dans la cavalerie, par les individus formés théoriquement en deux ans dans son atelier par le vétérinaire départemental, pour ne pas parler du simple maréchal-ferrant qui indûment se pare du titre d'expert. Le décret de Moscou de 1813 ajoute encore au désordre en faisant éclater l'unique catégorie de diplômés, avec d'un côté le maréchal-vétérinaire, de l'autre le médecin vétérinaire. Comment la clientèle paysanne peut-elle distinguer les seconds des premiers, d'autant que subsiste encore l'usage du terme praticien-vétérinaire, souvent employé par les non-diplômés à la fin du xviiie siècle, et que les autorités municipales elles-mêmes pratiquent l'amalgame ?

  • 13 Ronald Hubscher, « Pouvoir vétérinaire et paysans », dans : La terre et la cité. Mélanges offerts P (...)

16Sur le tableau de recensement des artistes vétérinaires de l'Ardèche, demandé par le préfet pour la période 1812-1817, le maire de Viviers mentionne deux individus dont l'un, non diplômé, « traite... les chevaux malades qu'on lui présente mais aussi tout autre animal lorsqu'on l'appelle ; il nous paraît qu'il a quelques talents »13. L'ordonnance de 1825 précédemment citée, contrairement aux espérances des hommes de l'art, ne met pas un terme aux errements sémantiques car les empiriques jouent sur l'interprétation divergente du terme vétérinaire selon son usage comme substantif ou adjectif ; dans ce dernier cas les diplômés sont loin de gagner les procès intentés, pour usurpation de titre, à ceux qu'ils dénomment les guérisseurs.

• Une absence de crédit

  • 14 Par exemple : Le vrai maréchal expert de Beaugrand, édité en 1619, connaît 40 rééditions jusqu'e181 (...)
  • 15 À Alfort, de 1826 à 1849, 44 % des élèves ont abandonné leurs études.

17La vision noire qu'ont les vétérinaires des empiriques n'est pas du tout partagée par les paysans. À leurs yeux, le fossé est loin d'être infranchissable entre les uns et les autres. Il existe des guérisseurs habiles qui connaissent des succès, sinon comment comprendre l'obstination des ruraux à recourir à leurs services ? Tous ne sont pas tous illettrés et puisent leur savoir à des sources diverses, lectures d'ouvrages14, pratique exercée sous la direction de vétérinaires peu scrupuleux dont ils empruntent les remèdes, connaissances acquises par d'anciens maréchaux militaires reconvertis dans le civil, ou par d'anciens élèves des écoles au cursus inachevé15, transmission sur le tas d'un savoir élémentaire par simple phénomène d'imitation.

  • 16 La théorie des humeurs est encore largement acceptée.
  • 17 Brisebare, La difficile implantation des vétérinaires en Aveyron », Revue du Rouergue, 1986, n° 6, (...)

18Dans ces conditions, il est naturel que les villageois pratiquent l'amalgame, surtout dans les premières décennies du xixe siècle où les diplômés des campagnes, vu leur faible formation théorique16, demeurent attachés à des pratiques traditionnelles comme la saignée, la purgation, la provocation d'abcès de fixation par la pose de séton, autant de techniques visant à épurer l'humeur. Les maréchaux-ferrants ne procèdent pas différemment. Limités dans leur savoir, les vétérinaires ne sont pas à l'abri de résultats aléatoires, d'autant que certains éleveurs les appellent in extremis après la visite de l'empirique dont le traitement a échoué, autrement dit quand l'animal est dans un état critique. Impuissant, le vétérinaire traîne alors derrière lui une réputation d'incompétence ; il arrive même qu'elle soit ouvertement dénoncée. Un empirique de Salins, menacé de poursuites judiciaires, produit un dossier accompagné de 13 certificats de cultivateurs, légalisés par l'autorité municipale, selon lesquels il n'aurait agi qu'à leur demande expresse. D'après leurs témoignages, « trois vétérinaires appelés successivement n'avaient obtenu aucune guérison, plusieurs vaches étaient perdues lorsque le sieur Bachelery a arrêté complètement l'épidémie ». Cet épisode se situe en 1862 !17

  • 18 Ils boivent et mangent avec leurs clients, sont vêtus comme eux, parlent comme eux.
  • 19 En 1865 encore, en Eure-et-Loir, département d'agriculture progressive, des cultivateurs, membres d (...)
  • 20 L'école vétérinaire est créée en 1825.

19Les échecs des praticiens ne font que renforcer le capital de confiance dont jouissent les non-diplômés, mieux insérés de surcroît dans la société locale avec laquelle ils sont de plain-pied18, en parfaite connivence, et parce qu'aussi ils se font payer moins cher. Ce capital de confiance sera long à ébranler19 et même les notables, en particulier dans l'Ouest de la France, n'hésitent pas à recourir à eux, d'autant que les hommes de l'art sont suspects de républicanisme. Méprisés et tenus par ces derniers pour des rustres, tel Patoir dans La Terre de Zola, ils souffrent d'un manque de crédibilité auprès des paysans qui ne les rangent nullement parmi les élites. Il faut en chercher la raison dans la faiblesse de leurs revenus, d'où l'obligation pour certains d'exercer une autre activité, dans le mode de rétribution parfois versée en nature comme dans le Sud-Ouest, dans l'absence aussi d'un véritable capital culturel. Si les cultivateurs sont loin d'accorder au vétérinaire le statut du médecin, ils ne le considèrent plus, malgré ses origines, comme membre de la communauté rurale. Bref, les diplômés d'Alfort, Lyon et Toulouse20 éprouvent des difficultés à se positionner socialement et sont de véritables apatrides sociaux.

  • 21 Journal des Vétérinaires du Midi, 1863.

20Le succès remporté par les empiriques auprès des populations rurales suscite chez les praticiens un sentiment d'aigreur à l'égard des paysans sur lesquels ils portent un regard critique. Tout leur travail consiste à éclairer une clientèle-enjeu, voire à la culpabiliser en pointant du doigt les méfaits des guérisseurs et en la rendant complice de leur ignorance. C'est la raison pour laquelle ils réclament, d'ailleurs vainement, le monopole de la médecine animale, estimant qu'il ne faut pas laisser à l'agriculteur « la facilité de s'adresser à qui bon lui semble... tout simplement parce que le paysan est superstitieux et très routinier de sa nature, parce que se préoccupant rarement de l'avenir, il va toujours à celui qui lui demande le moins d'argent »21. Ainsi se construit l'image d'un homme des champs, incapable de faire le bon choix, sorte de mineur qu'il faut protéger malgré lui.

21Finalement, dans une période qui couvre globalement les dernières décennies de l'Ancien Régime et la première moitié du xixe siècle, les ruraux et les vétérinaires portent les uns sur les autres un regard critique, source de déconsidération réciproque. Il n'en va plus de la sorte dans la seconde moitié du xixe siècle, notamment à partir des années 1880 où la figure du vétérinaire devient autre dans les représentations sociales de la paysannerie.

Reconnaissance d'une légitimité

22Ce changement est le fruit d'une double évolution, éminemment culturelle, qui affecte à fois les hommes de l'art et les hommes de la terre.

Le grand bond en avant des vétérinaires

• Le niveau monte

23Nombre de vétérinaires prennent conscience de la relation existant entre statut professionnel et statut social, et par conséquent de la nécessité d'élever sensiblement le niveau de leurs études. Une formation améliorée est aussi le moyen de rompre définitivement avec le monde des empiriques et de mettre un terme à la confusion des esprits à propos des divers catégories de thérapeutes. Dès la fin des années 1840, l'examen d'entrée dans les Écoles porte sur différentes matières et la sévérité des jurys est accrue. De plus en plus, les candidats, pour réussir, doivent posséder un niveau correspondant à celui de l'enseignement secondaire, ce qui répond également au souci de l'Institution d'améliorer la qualité sociale du recrutement des élèves. En 1885 à Alfort, sur 70 admis, 42 possèdent leur baccalauréat ; cinq ans plus tard il est rendu obligatoire, ce qui marque la fin du ghetto social dans lequel les diplômés étaient enfermés. Ayant accompli leurs Humanités, ils prennent rang parmi les membres des professions libérales. La suppression progressive des exercices de la forge, source d'une confusion néfaste dans la clientèle rurale entre vétérinaire et maréchal-ferrant, répond à la même logique. En 1865, l'épreuve est rendue facultative à l'examen d'entrée ; en 1893 elle disparaît des matières enseignées. En définitive, l'élévation sensible du niveau d'études exigé des futurs praticiens achève de définir l'identité du vétérinaire, détenteur du savoir savant, de la science de l'art de guérir, en totale rupture avec le savoir-faire populaire des empiriques dont les recettes et les techniques font la part belle aux superstitions et aux remèdes de bonnes femmes.

• Épigones de Pasteur

24De plus en plus médicalisée, la profession, accolée à la science, en intègre les instruments et les outils cognitifs, fait sienne la méthode expérimentale de Claude Bernard correspondant pleinement à la démarche de la discipline, s'empare de la biologie et de la bactériologie nouvellement constituées. Les vétérinaires deviennent des spécialistes des maladies infectieuses, suivant d'ailleurs en cela une forte tradition, puisque dès la fin du xviiie siècle les élèves de Lyon et d'Alfort étaient chargés de combattre les épidémies venant à éclater dans le royaume.

  • 22 Louis Nicol, L'épopée pastorienne et la médecine vétérinaire, Chez l'auteur, Garches, 1974, p. 366 (...)
  • 23 En particulier le professeur Galtier de Lyon et le professeur Toussaint de Toulouse.

25Rien d'étonnant alors si les hommes de l'art, avant les médecins, adhèrent aux théories de Pasteur et lui apportent leur appui en 1880-1881 lors des expériences décisives de vaccination anti-charbonneuse dans les champs maudits « de la Beauce et de la Brie où les moutons périssaient par centaines »22. De même, ils contribuent au succès des travaux du savant sur la rage par les pistes qu'ils ont ouvertes23, et parce qu'ils sont de précieux auxiliaires en mettant à sa disposition des sujets pour ses expériences, en lui procurant des prélèvements de bovins enragés, en consignant leurs observations cliniques. Une Sainte-Alliance est scellée entre le Maître et les vétérinaires qui entreprennent tout un travail d'identification à la révolution pastorienne dont ils se veulent le fer de lance. Résolument engagés dans la voie de la bactériologie et de l'immunologie, ils sont à la pointe des recherches sur la tuberculose à laquelle l'espèce bovine est particulièrement vulnérable ; à leur initiative une collaboration durable se noue avec les médecins pour juguler cette maladie infectieuse. Désormais les vétérinaires sont reconnus comme des pairs dans toutes les instances scientifiques.

• Élargissement du champ de compétences

26Le 21 juillet 1881, le parlement vote la loi sur la police sanitaire des animaux, destinée à neutraliser les manquements à la salubrité publique. Cette loi accorde aux vétérinaires une place de choix dans l'hygiène publique, en leur confiant la surveillance des maladies contagieuses des animaux. Bras armé de la science au service des autorités, les vétérinaires, dans cette tâche, s'arrogent un pouvoir sur les populations. Bien évidemment, la prévention et la lutte contre les maladies contagieuses et les épizooties ne sont pas des questions nouvelles, ainsi le décret du 15 janvier 1813 réserve aux seuls « artistes » le droit d'intervenir pour les juguler. D'autres règlements sont édictés au cours des décennies suivantes. Leur répétition prouve leur inefficacité ; ils ne répondent pas à une véritable lutte contre la contagion, encore moins à une politique prophylactique, et laissent hors de tout contrôle les transactions commerciales opérées sur les foires et les marchés.

  • 24 L'Écho des Sociétés et Associations Vétérinaires, 1881, p. 409.

27La loi de 1881 comble cette lacune et l'on comprend mieux la satisfaction de la corporation si l'on considère la nouvelle législation comme un épisode à succès de la longue lutte qu'elle mène contre les empiriques. C'est en raison de leur savoir spécifique que ses membres reçoivent une délégation d'autorité de l'État pour exercer des pouvoirs de police sanitaire. Cette distinction, au sein des thérapeutes, entre les diplômés et les non-diplômés constitue une procédure d'exclusion introduisant le déclassement des empiriques au profit des hommes de l'art dont l'autorité sinon le prestige se trouverait renforcé. Le Lyonnais Quivogne, pionnier du syndicalisme vétérinaire et personnage emblématique de la corporation, ne s'y trompe pas : « C'est à la République que nous devons ce baptême national qui hisse la médecine vétérinaire au rang qu'elle mérite d'occuper... Remercions de toute notre âme le gouvernement de la République qui a pris l'initiative de cette loi d'intérêt public, qui est en même temps l'affirmation éclatante et irrévocable de notre émancipation professionnelle ! »24

  • 25 Recueil de Médecine Vétérinaire, 1881, p. 741-749.
  • 26 Comme l'écrit un vétérinaire de Nantes : « il n'y a que deux moyens d'obtenir l'obéissance aux lois (...)

28Le texte législatif édicté les mesures à prendre lorsqu'une maladie contagieuse est signalée dans une commune ; surtout, et c'est la nouveauté, il instaure le contrôle des foires, marchés et abattoirs ainsi que des frontières, et accorde aux hommes de l'art une position centrale dans le dispositif. Les articles 12 et 38 sont parmi les plus importants. Le premier stipule que l'exercice de la médecine vétérinaire, dans les maladies contagieuses, est interdit à quiconque n'est pas pourvu du diplôme de vétérinaire ; le second prévoit l'établissement d'un service des épizooties dans chaque département en vue d'assurer l'exécution de la loi25. L'arsenal législatif mis en place doit rendre efficiente la collaboration entre les différents échelons de l'administration — mairie, gendarmerie, sous-préfecture — et le vétérinaire. Il doit aussi réduire les réticences des éleveurs à déclarer une maladie supposée contagieuse survenue dans leur troupeau, soit par crainte des sanctions prévues, soit en raison des promesses d'indemnisation26. Ainsi les vétérinaires sont devenus des contrôleurs sanitaires visant à fournir à l'alimentation humaine des produits non suspects.

• Missionnaires du progrès agricole

  • 27 L'institut National Agronomique a été créé en 1876 par Eugène Tisserand.

29Cette spécialité acquise dans les maladies infectieuses ouvre en économie rurale des perspectives prometteuses aux hommes de l'art qui s'estiment habilités à trancher en matière d'hygiène rurale, de santé et d'éducation des bêtes. Ils dénient en ce domaine, ne serait-ce aussi qu'en raison du contenu de leurs études, toute compétence à de nouveaux concurrents, les ingénieurs agronomes27. À la suite du succès des expériences menées par Pasteur sur la maladie du charbon, les vétérinaires se donnent pour tâche de convaincre les éleveurs du bien-fondé d'une prophylaxie par l'inoculation. Vulgarisateurs de la démarche pastorienne, ils entreprennent en 1882 une campagne d'expériences publiques dans plusieurs départements français et alternent réunions d'informations et vaccinations chez les propriétaires de troupeaux. Couverts d'éloges en raison de la chute de la mortalité par le charbon, ils obtiennent des conseils généraux et des sociétés d'agriculture, la reconnaissance au double sens du terme.

  • 28 bulletin Vétérinaire, 1907, p. 126.

30Hommes de sciences à part entière, ils estiment que leur savoir les autorise à tenir le discours légitime sur la prophylaxie, l'éducation des bêtes, l'hygiène rurale. Parallèlement aux instituteurs dont la salle de classe s'orne de tableaux expliquant aux enfants les règles de la propreté, les vétérinaires, véritables hussards de l'hygiène, apprennent à leurs parents les mesures sanitaires indispensables dans les étables ou les bergeries et leur inculquent des notions élémentaires de désinfection. Certains d'entre eux enseignent dans les fermes-écoles ; d'autres rédigent des ouvrages de vulgarisation destinés aux agriculteurs afin de leur éviter de grossières erreurs, de neutraliser les empiriques en diffusant des connaissances élémentaires dans les couches populaires du monde rural. D'aucuns se font conférenciers : le vétérinaire de Percy, en décembre 1906, expose à Moyon dans la Manche, devant un parterre d'éleveurs, les avantages des Sociétés d'assurances contre la mortalité du bétail, tandis que son confrère de Catus dans le Lot, entretient le 4 janvier 1907 une nombreuse assistance sur les maladies contagieuses des animaux transmissibles à l'homme. Le même mois, son confrère d'Arcis-sur-Aube explique aux cultivateurs d'Ormes les avantages de l'alimentation du bétail par les matières sucrées et leur donne des conseils pratiques sur le choix des vaches laitières28. Bref, les praticiens sont devenus les missionnaires du progrès qu'appelait de ses vœux en 1858 leur confrère Sanson.

Les vétérinaires : une nouvelle élite rurale

31Le nouveau visage offert par la profession vétérinaire ainsi que l'évolution des campagnes modifient dans l'imaginaire paysan la vision traditionnelle concernant les hommes de l'art, et par là-même conforte leur statut social.

• Les transformations du monde agricole

  • 29 Ronald Hubscher, « Réflexions sur l'identité paysanne au xixe siècle : identité réelle ou supposée  (...)

32À la fin du xixe siècle, se dessine un changement consécutif à l'acculturation du monde paysan par l'école qui systématise et parachève la politique menée par les régimes précédents. La généralisation de l'instruction primaire permet la lecture de la presse, en particulier des journaux agricoles qui atteignent la centaine au tournant du xxe siècle et diffusent des connaissances techniques. Un changement également lié au niveau de qualification de l'exploitant car, dans cette période, se construit le métier d'agriculteur29.

  • 30 Recueil de Médecine Vétérinaire Pratique, 1848, p. 844-845.

33L'élévation de l'instruction de la population rurale entraîne un nouveau rapport au savoir et à ceux qui en sont les détenteurs. La commission de l'enseignement et de l'exercice de la médecine vétérinaire, constituée à l'occasion de l'ambitieux programme d'organisation de l'enseignement agricole voulu par la Seconde République, en avait la prescience : « Nous avons l'intime conviction... que, plus le bien-être des campagnes augmentera, plus l'instruction primaire et professionnelle se répandra, plus la vétérinaire sera appréciée et plus ceux qui l'exercent acquerront de confiance et de considération »30.

  • 31 Ronald Hubscher, L'agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu du xixe siècle (...)
  • 32 Philippe Hugo, Les vetérinaires de l'Yonne au xixe siècle, mémoire de maîtrise, Paris X-Nanterre, 1 (...)

34Indirectement, la crise économique des années 1880 va y contribuer en favorisant le développement de l'élevage au détriment des cultures céréalières qui résistent moins bien sur le front des prix. Augmenter la productivité, mieux produire en fonction de l'écosystème et de la demande, puisqu'un nombre croissant d'exploitants est intégré à l'économie de marché, devient un impératif. Il en résulte une plus grande sensibilisation aux problèmes de la zootechnie et en particulier à celui de l'amélioration des races par sélection ou croisement, un domaine depuis longtemps familier aux vétérinaires31. L'élévation du niveau culturel de la paysannerie la rend plus apte à saisir la compétence du vétérinaire comme spécialiste de l'économie du bétail, un terrain sur lequel les empiriques ne peuvent plus le suivre. Dès lors, l'intérêt bien compris des agriculteurs est de consulter celui qui n'est plus seulement le médecin des bêtes, mais qui fait figure de conseiller technique. Rien d'étonnant alors si les hommes de l'art occupent une place grandissante au sein des instances et des organismes agricoles, font partie du jury des concours cantonaux, voire régionaux. Ils investissent de la sorte des positions de pouvoir local, lieux d'une visibilité sociale. C'est le cas dans l'Yonne, dans le dernier tiers du xixe siècle : leur progression y est remarquable, et leur effectif dépasse celui des médecins, pourtant bien supérieurs en nombre dans le département32.

  • 33 Ils sont moins de 4 000 dans les années 1900.

35La loi Waldeck-Rousseau de 1884 sur les syndicats professionnels favorise la pénétration des praticiens dans les instances agricoles et leur permet d'étendre leur influence. En 1892-1893, sur un total de 263 syndicats agricoles, notamment d'élevage, répertoriés sur le territoire national, les membres des professions de santé sont représentés par 7 pharmaciens, 36 médecins et 28 vétérinaires, un chiffre remarquable en comparaison de la modestie de leurs effectifs33.

• Nouveaux pouvoirs

  • 34 Ronald Hubscher, « Pouvoir vétérinaires et paysans », art. cit., p. 94.

36Depuis la fin du xviiie siècle, les hommes de l'art ont reçu des pouvoirs publics une délégation d'autorité pour combattre les épizooties et prendre les mesures nécessaires pour les enrayer. Les maires doivent collaborer avec eux, et ces derniers peuvent s'adjoindre la force publique pour faire appliquer leurs décisions et intimider les récalcitrants. La loi de 1881 sur la police sanitaire des animaux augmente les pouvoirs du vétérinaire qui, par l'inspection des foires et des marchés, acquiert un droit de regard sur la communauté villageoise. Ainsi, en 1899, Sayn, vétérinaire sanitaire de l'arrondissement de Tournon (Ardèche) est-il partisan de la répression : « Il faut donner des exemples en punissant sévèrement tous ceux qui commettent des infractions à la loi sanitaire... Il faut que la gendarmerie s'assure souvent que les animaux malades ou contaminés ne soient pas sortis des écuries »34. Ce pouvoir de surveillance et de contrôle place nécessairement le vétérinaire à un rang différent du reste de la population ; il peut lui inspirer une crainte atavique pour tout agent de l'État susceptible de mener une action coercitive. Cette fonction officielle crée un effet de distanciation et fait de l'homme de l'art un personnage à ménager, d'autant plus qu'il apparaît au niveau local comme un instrument relai du pouvoir républicain triomphant, et à ce titre a vocation à devenir un homme public.

  • 35 Serge Zerlaut, La situation du vétérinaire dans la société rurale du xixe siècle en Basse-Normandie (...)

37En effet, les vétérinaires sont la parfaite expression de « la couche sociale nouvelle » dont Gambetta appelait l'avènement de ses vœux, et ont toujours manifesté dans leur grande majorité, au cours du xixe siècle, leur sensibilité républicaine. Au tournant des années 1900, ils sont très proches du parti radical, ont réussi à construire sur le plan local un réseau relationnel et sont devenus de « grands électeurs ». On les considère comme des hommes influents, non sans exagérer leur pouvoir d'intervention. Du côté du politique, on tient pour acquis leur ascendant sur les masses rurales ; du côté paysan, on leur prête du crédit auprès des gouvernements républicains dont ils auraient l'oreille, et à ce titre ils peuvent jouer le rôle de médiateur utile avec l'État. Témoignage de reconnaissance, au double sens du terme, ils occupent à la fin du xixe siècle des fonctions édilitaires, siègent à la mairie ou au conseil général35.

  • 36 Jacques Perrot, Evolution de la profession vetérinain à travers trois générations de praticiens au (...)
  • 37 Adrien Séquard, Psychologie paysanne et médecine vétérinaire, thèse vétérinaire, Alfort, 1948, p. 3 (...)
  • 38 Le code vestimentaire est un critère essentiel Dans les caricatures, entre autres celles de l'Amana (...)

38Pour toutes ces raisons, l'imaginaire paysan accorde aux vétérinaires un nouveau statut ; il les inscrit dans la sphère des notables et, de ce fait, construit leur identité sociale. Celle-ci puise sa source dans leur compétence scientifique, désormais reconnue, dont les exploitants agricoles, par l'élévation de leur niveau d'instruction, sont aptes à percevoir les retombées concrètes et les profits. Le capital culturel des vétérinaires s'est transformé en capital social. Certes, tous les paysans n'ont pas été touchés par la grâce, et l'empirisme n'a pas disparu. Il reste qu'à leurs yeux le vétérinaire a « fait des études à la Capitale »36. « Il est toujours l'objet d'une cordialité respectueuse ; il n'est pas reçu à la manière du voisin, mais un peu à la façon du cousin de Paris »37. C'est un Monsieur, ce dont témoignent ses habits38 et son origine sociale, de plus en plus urbaine. En 1907, 55  % des élèves d'Alfort sont issus des petite et moyenne bourgeoisies. L'effondrement de la catégorie des maréchaux-ferrants, moins de 6  % du total, met en lumière le recul du milieu rural, et d'une façon générale celui des catégories modestes.

La force des préjugés

  • 39 En 1927, le vétérinaire Friez, dans un ouvrage destiné à ses confrères dans lequel il détaille les (...)

39Si les populations rurales ont notablement modifié leur opinion sur les vétérinaires, ces derniers ont tendance à voir un village immobile, et ses habitants figés dans des comportements ancestraux. La compétence scientifique, dorénavant reconnue aux hommes de l'art, a développé chez eux un complexe de supériorité39 vis-à-vis des populations agricoles qui leur masque l'évolution des mentalités paysannes et leur capacité à accepter l'innovation quand la démonstration de son utilité en a été faite.

• Genèse et construction d'un stéréotype

  • 40 André Sanson, Les missionnaires du progris agricole, Paris, 1858, p. 47.
  • 41 Journal des Vétérinaire du Midi, 1863, p. 41.

40Le jugement des praticiens sur le monde rural est dépourvu d'aménité et, au mieux, empreint de paternalisme. Cette vision négative, dont les linéaments commencent à se former dans les années 1830-1840, lorsque les vétérinaires soucieux de se donner un profil scientifique pour se démarquer des empiriques n'emportent pas la conviction des paysans, s'élabore véritablement dans la seconde moitié du xixe siècle. Durant cette période, de plus en plus de praticiens ont fait, totalement ou partiellement, leurs Humanités et sont influencés par les clichés littéraires. Déjà en 1858, Sanson, souhaitait vulgariser la science agricole sous la forme « d'un enseignement simple à la portée des intelligences incultes »40. En 1863, un vétérinaire de Château-Gontier en Mayenne signale que, dans son arrondissement, 92 empiriques dament le pion à 3 praticiens diplômés. Ce succès est imputable au paysan « superstitieux et très routinier de sa nature, se préoccupant rarement de l'avenir [il] va toujours à celui qui lui demande le moins d'argent »41. Les hommes de l'art reprennent à leur compte les représentations sociales de la société globale, et leur discours sur une paysannerie arriérée véhicule tous les stéréotypes ancrés dans l'imaginaire collectif. Ils s'inscrivent ainsi dans une culture urbaine nourrie de préjugés à l'égard des populations agricoles. Au mieux se sont des âmes simples et crédules, victimes toutes désignées de guérisseurs sans scrupules, au pire ils sont dépeints sous de sombres couleurs à la manière de Balzac, Zola ou Maupassant.

  • 42 Lorsqu'ils parlent des paysans les vétérinaires disent souvent : le paysan.
  • 43 André Descampeaux, Thèse vétérinaire Alfort, 1925, p. 11.
  • 44 Ibid., p. 12 et svtes.
  • 45 Ibid., p. 15-16.
  • 46 Jacques Marucchi, Psychologie paysanne. Empirisme et médecine vétérinaire, Thèse vétérinaire, Alfor (...)
  • 47 Ibid. et p. svtes.
  • 48 Par exemple Jacques Leparc, La médecine vétérinaire populaire au bocag normand, Thèse vétérinaire, (...)

41Le discours conventionnel sur les paysans, ramenés à un archétype42, est rarement déconstruit et se transmet de génération en génération de diplômés jusque vers les années 1950. Dans sa thèse intitulée Du rôle des vétérinaires ruraux dans la renaissance et le progrès de la production agricole soutenue en 1925, André Descampeaux, s'approprie tous les poncifs du genre sur « l'ignorance et le manque d'éducation des producteurs ». Il insiste sur l'urgence de « diriger fermement le cultivateur vers une exploitation plus rationnelle et plus moderne de son cheptel »43. À cette occasion, son évocation de « la mentalité paysanne » constitue un véritable florilège : « Un des caractères les plus marquant de l'esprit rural est la prudence... La lenteur de la réflexion en est la conséquence... À cette prudence innée chez le paysan, se rattache encore la méfiance instinctive qu'il manifeste en toute occasion : méfiance du progrès, méfiance de tout ce qui est nouveau, méfiance de ce qui est inconnu. La prudence du paysan est encore à l'origine de cet esprit d'économie qui lui a fait amasser sou à sou, au cours de longues générations successives, de véritables fortunes, avec des gains insignifiants autrefois. Ce goût de l'épargne a développé, dans certains cas, plus qu'il n'eût fallu, l'amour de l'argent, le souci minutieux de l'intérêt particulier w44. En outre, Descampeaux déplore son esprit de routine, son attachement aux traditions, la force de ses préjugés, notamment en madère médicale. Et à cet esprit de routine se rattache le fatalisme et la résignation, ennemis de tout progrès45. Vingt-cinq ans plus tard, l'auteur d'une thèse qui a pour titre : Psychologie paysanne. Empirisme et médecine vétérinaire déplore « ces vieux préjugés ancrés dans de trop nombreux esprits paysans et si difficiles à combattre w »46. Il définit dans les mêmes termes que son prédécesseur leur mentalité faite de routine, d'économie, de prudence, de méfiance, et de fatalisme47. Dans les années qui suivent le second conflit mondial, ce discours constitue une véritable antienne48 et montre combien les vétérinaires sont victimes de leurs présupposés : à leurs yeux, un paysan reste un paysan.

*

42L'insuffisante formation professionnelle des vétérinaires durant les premières décennies du xixe siècle d'une part, le faible niveau d'instruction de la paysannerie d'autre part, ne permettent pas à cette dernière d'établir une véritable différence entre les hommes de l'art et les empiriques dont beaucoup jouissent d'une bonne renommée, tant sur le plan de la pratique que de la rémunération de leurs prestations. Dans ces conditions, le statut des vétérinaires, encore proches socialement des couches populaires rurales est des plus médiocres. Cette situation engendre de leur part un sentiment d'aigreur à l'égard des cultivateurs, coupables de ne pas faire le bon choix. Bref, chacune des deux parties décrie l'autre.

43Il n'en va plus de même dans la seconde partie du xixe siècle où l'imaginaire collectif paysan place le vétérinaire parmi les notables du mode rural. La légitimité scientifique des uns, l'élévation du niveau d'instruction des autres leur permettant de mieux saisir les enjeux économiques d'un élevage rationnel du bétail sont les raisons d'une nouvelle perception des praticiens par les populations agricoles. Or, dans le même temps, les vétérinaires construisent, et pour longtemps une image négative de la paysannerie, fruit de leur sentiment de supériorité et d'un héritage culturel citadin qu'ils ont repris à leur compte. Dès lors, il existe une antinomie entre les représentations sociales des deux groupes. Les paysans, dont la crise économique des années 1880 montre les capacités d'adaptation et de reconversion, font preuve de plus de discernement que les hommes de l'art à leur égard, quand ils tirent les conséquences de l'évolution de la profession vétérinaire. Alors qu'on leur reproche d'être guidés par leurs préjugés, ce sont en fait les hommes de l'art qui sont victimes de leur prévention contre la paysannerie, d'où une incapacité à saisir l'évolution des campagnes.

44Il existe probablement aussi une autre raison. Prenant rang parmi les élites, les diplômés, maîtres du savoir, entendent fossiliser un rapport de force en leur faveur et perpétuer la relation dominants/dominés. Vaines illusions, quand la révolution silencieuse fait des paysans les Japonais de l'économie française et que les vétérinaires perdent le monopole du savoir au profit d'éleveurs d'un haut niveau professionnel, groupés en coopératives ou syndicats dont ils deviennent parfois les salariés. Autrefois juge souverain, édictant des prescriptions au nom d'un savoir sanctionné par un diplôme, le vétérinaire, considéré désormais par certains agriculteurs comme un simple technicien hautement qualifié, doit se résoudre à accepter le partenariat et le rôle d'acteur parmi d'autres au sein d'une configuration complexe. De nouvelles représentations sociales des deux groupes, mais cette fois à front renversé, ne sont-elles pas sur le point de naître ?

Notes

1 Louis- Furcy Grognier, Notice historique et raisonnée sur C Bourglat, Lyon, Barret, 1804, p. 202

2 À la fin de leurs trois années d'étude, les élèves de Lyon peuvent également venir à Alfort pour achever leur formation dans le but d'obtenir le diplôme de médecin-vétérinaire.

3 . Journal des Vétérinaires du Midi, 1839, p. 187.

4 Arch. Dép. de l'Ardèche, 12 M 327.

5 Revue Vétérinaire, 1926, p. 256.

6 Arch. Dép. du Val-de-Mame, 7 M 497, Cours d'agriculture appliquée à l'hygiène vétérinaire, allocution du professeur Rodet aux élèves d'Alfort, 1842.

7 C'est le titre de l'ouvrage qu'il publie en 1858.

8 Dès le xive siècle, l'appelation de « mareschal » définit une double activité : la ferrure et la thérapie.

9 . Journal des Vétérinaires du Midi, 1847, p. 569-570.

10 Louis Moulé, Alcide Raillet, Histoire de l'école d'Alfort, Pans, 1908.

11 Bulletin Vétérinaire, 1901, p. 420.

12 Arch. Nat. F 10 1745, Inspection des écoles vétérinaires et des bergeries.

13 Ronald Hubscher, « Pouvoir vétérinaire et paysans », dans : La terre et la cité. Mélanges offerts Philippe Vigier, Paris, Créaphis, 1994, p. 88.

14 Par exemple : Le vrai maréchal expert de Beaugrand, édité en 1619, connaît 40 rééditions jusqu'e1817.

15 À Alfort, de 1826 à 1849, 44 % des élèves ont abandonné leurs études.

16 La théorie des humeurs est encore largement acceptée.

17 Brisebare, La difficile implantation des vétérinaires en Aveyron », Revue du Rouergue, 1986, n° 6, p. 191-213, cité par Marie-Odile Maillet, Genèse et institutionnalisation d'une profession. Les vétérinaires au xixe siècle, mémoire de maîtrise, Paris X-Nanterre, 1993, p. 47.

18 Ils boivent et mangent avec leurs clients, sont vêtus comme eux, parlent comme eux.

19 En 1865 encore, en Eure-et-Loir, département d'agriculture progressive, des cultivateurs, membres d'une société d'assurances contre la mortalité du bétail, en dépit de la visite du vétérinaire et de son diagnostic, font pression sur la compagnie pour qu'elle fasse venir le maréchal- expert, Recueil de Médecine Vétérinaire, 1866, p. 153.

20 L'école vétérinaire est créée en 1825.

21 Journal des Vétérinaires du Midi, 1863.

22 Louis Nicol, L'épopée pastorienne et la médecine vétérinaire, Chez l'auteur, Garches, 1974, p. 366 et svtes.

23 En particulier le professeur Galtier de Lyon et le professeur Toussaint de Toulouse.

24 L'Écho des Sociétés et Associations Vétérinaires, 1881, p. 409.

25 Recueil de Médecine Vétérinaire, 1881, p. 741-749.

26 Comme l'écrit un vétérinaire de Nantes : « il n'y a que deux moyens d'obtenir l'obéissance aux lois de nos naïfs campagnards, c'est une répression sévère ou une prime », Revue Vétérinaire, 1879, p. 66.

27 L'institut National Agronomique a été créé en 1876 par Eugène Tisserand.

28 bulletin Vétérinaire, 1907, p. 126.

29 Ronald Hubscher, « Réflexions sur l'identité paysanne au xixe siècle : identité réelle ou supposée », Ruralia, n° 1, 1947, p. 75 et svtes.

30 Recueil de Médecine Vétérinaire Pratique, 1848, p. 844-845.

31 Ronald Hubscher, L'agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu du xixe siècle à 1914, Arras, 1979, p. 245.

32 Philippe Hugo, Les vetérinaires de l'Yonne au xixe siècle, mémoire de maîtrise, Paris X-Nanterre, 1992, p. 154-155.

33 Ils sont moins de 4 000 dans les années 1900.

34 Ronald Hubscher, « Pouvoir vétérinaires et paysans », art. cit., p. 94.

35 Serge Zerlaut, La situation du vétérinaire dans la société rurale du xixe siècle en Basse-Normandie, thèse vétérinaire, Lyon, 1985, p. 103-104.

36 Jacques Perrot, Evolution de la profession vetérinain à travers trois générations de praticiens au cours d'un siècle, Thèse vétérinaire, Toulouse, 1990, p. 28.

37 Adrien Séquard, Psychologie paysanne et médecine vétérinaire, thèse vétérinaire, Alfort, 1948, p. 39.

38 Le code vestimentaire est un critère essentiel Dans les caricatures, entre autres celles de l'Amanach Vermot, le vétérinaire est représenté en costume trois pièces. À propos de son arrière-grand père, Jacques Perrot rapporte qu'il « se déplaçait et travaillait toujours, en costume trois pièces de tissus anglais avec chemise à col celluloïde et cravate à ressorts. Cette tenue correspondait à son niveau de vie », Jacques Perrot, op. cit., p. 28.

39 En 1927, le vétérinaire Friez, dans un ouvrage destiné à ses confrères dans lequel il détaille les clés de la réussite professionnelle, écrit : « Vous devez être distant, conservez toujours vis-à vis de lui (le client) un certain décorum physique et moral qui vous rend pour ainsi dire son chef hiérarchique », Guide pratique du vétérinaire avec méthodes permettant de guérir presque tous les malades, même ceux considérés comme incurables, d'augmenter dans des proportions considérables le nombre de ses clients, d'acquérir une véritable fortune, quelle que soit la région où l'on exerce et sans augmenter les tarifs normaux. Chez l'auteur, à Petit-Croix, Territoire de Belfort, 1927, p. 171.

40 André Sanson, Les missionnaires du progris agricole, Paris, 1858, p. 47.

41 Journal des Vétérinaire du Midi, 1863, p. 41.

42 Lorsqu'ils parlent des paysans les vétérinaires disent souvent : le paysan.

43 André Descampeaux, Thèse vétérinaire Alfort, 1925, p. 11.

44 Ibid., p. 12 et svtes.

45 Ibid., p. 15-16.

46 Jacques Marucchi, Psychologie paysanne. Empirisme et médecine vétérinaire, Thèse vétérinaire, Alfort, 1950, p. 10.

47 Ibid. et p. svtes.

48 Par exemple Jacques Leparc, La médecine vétérinaire populaire au bocag normand, Thèse vétérinaire, Alfort, 1947, p. 56-57, ou Roger Aribert-Desjardins, Trois ans de pratique rurale en pays normand, Thèse vétérinaire, Toulouse, 1951, p. 35.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540