Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Première partie. Regards sur les paysans (XVIIIe-XIXe siècles)

Les mots du vocabulaire social et professionnel. L'exemple des provinces de la Loire moyenne au xviiie siècle

Brigitte Maillard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Tous laboureurs ou journaliers ?

  • 1 Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural Les mots du passé, Paris, Fayard, 1997.

1Cette réflexion est née d'un double constat. D'une part, en France ne se retrouve pas la diversité des mots longtemps utilisés en Grande- Bretagne pour qualifier le statut juridique et économique des exploitants agricoles, statut déterminé par la nature des liens existant avec le lord puis le landlord. D'autre part, en France, le relevé des termes socioprofessionnels employés dans les fonds d'archives sérielles pour désigner les ruraux met en évidence l'existence de deux groupes. L'un, peu nombreux, est celui des non paysans ; bien que les métiers jurés ou réglés n'existent pas dans les campagnes, le vocabulaire qui désigne les différentes activités artisanales est d'une variété et d'une précision qui ont peu à envier à celui des métiers urbains ; sont bien différenciées même les activités les plus humbles, concernant par exemple le textile ou le bois. A l'inverse quelques termes semblent suffire pour qualifier les paysans et souvent la simplification est poussée encore plus loin dans les choix taxinomiques faits par les historiens ; ce vaste groupe apparaît alors comme peu diversifié et indifféremment composé de laboureurs ou métayers, de vignerons ou de journaliers, ces derniers n'étant même pas toujours considérés comme des paysans. Une consultation du Dictionnaire du monde rural1 de Marcel Lachiver amène à une conclusion identique. Les « mots du passé » dans le monde rural sont en effet rares pour qualifier les paysans qui semblent avoir tous, peu ou prou, la même occupation alors que — et il y a contradiction — les mots qui désignent les outils qu'ils utilisent foisonnent. La vision des auteurs du xviiie siècle est, elle aussi, schématique comme le prouve ce qu'écrivait, en prenant un exemple dans la région qui nous intéresse, un physiocrate résidant dans la banlieue de Tours, Richard de Butré, à propos des pays de « petite culture » :

  • 2 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 101, papiers de Richard de Butré.

« Dans les provinces où l'on manque de laboureurs assez riches pour cultiver les terres avec des chevaux, les propriétaires ou les fermiers qui font valoir les terres sont obligés de les faire cultiver par des paysans qu'on nomme métayers auxquels ils fournissent des bœufs pour les labourer. Les frais qu'exige cette culture ne sont pas moins considérables que ceux de la culture avec les chevaux, mais au défaut de l'argent ou des richesses qui manquent dans ces provinces c'est la terre elle même qui subvient aux frais, on laisse des terres en friches pour la pâture des bœufs de labour, on les nourrit pendant l'hiver avec les foins que produisent les prairies ; et au lieu de payer des gages à ceux qui labourent et font la récolte, on leur cède la moitié de la récolte »2.

2Sous la plume de Butré ce métayer n'apparaît guère que comme le salarié d'un propriétaire qui fait toutes les avances et qui, manquant lui même de numéraire, le paie en nature. C'est une situation caractérisée par la pauvreté, pauvreté des hommes — le métayer est nécessairement pauvre —, pauvreté de la production et des rendements... et Butré l'oppose, de façon classique, à celle du riche laboureur.

Sources d'archives et terrain d'enquête

  • 3 Pierre Goubert, « Remarques sur le vocabulaire social de l'Ancien Régime », Ordres et classes, coll (...)

3Mais à propos de ce dernier mot, en 1967 Pierre Goubert3 attirait l'attention sur la grande diversité des sens que prenait aux xviie et xviiie siècles le terme de « laboureur » dans les différentes provinces de France, tout en constatant qu'il n'était pas géographiquement omniprésent. En fait il appelait à une enquête sur le vocabulaire, non pas tant dans les dictionnaires et ouvrages des théoriciens que dans les archives produites par la vie et l'activité agricoles mêmes, où apparaissent les « vrais » paysans, même s'ils ne s'expriment jamais eux-mêmes. Le dépouillement détaillé des archives fiscales, rôles de taille, de gabelle, de corvée des grands chemins quand ils subsistent, et la lecture attentive des archives notariales permettent d'établir une liste de termes qui est finalement assez longue. Les notaires m'ont semblé bien distinguer les réalités sociales et professionnelles et ne pas employer un vocabulaire stéréotypé. Dans le cours des contrats de location de biens ou d'exploitations apparaissent les parties en présence autrement que simplement comme bailleur et preneur. A défaut de rôles d'impôt, les inventaires après décès, dont les plus intéressants sont ceux qui préparent un remariage, donnent des indications utiles pour classer les individus selon les avoirs mobiliers. La consultation des registres paroissiaux est finalement moins satisfaisante : les curés ne sont pas très attentifs, car ce n'est pas leur but, à noter de façon précise pour les plus humbles les situations exactes ; cependant les fiches établies grâce à la reconstitution des familles permettent parfois de retracer les étapes de l'existence professionnelle des paysans : on les voit passer successivement de l'état de domestique à celui de journalier puis de laboureur, avant qu'ils ne retrouvent, parfois, à la vieillesse celui de journalier ou domestique ; mais les relevés ne peuvent être systématiques.

  • 4 La généralité comporte en outre le Maine mais il ne fera pas partie de la zone étudiée : d'une part (...)

4La région géographique étudiée est composée de deux provinces voisines qui ont un grand nombre de points communs aux xviie et xviiie siècles. L'Anjou et la Touraine font partie toutes deux de la généralité de Tours4 ; elles sont traversées par la Loire qui peut les mettre en relation avec Nantes et avec Paris grâce au réseau de canaux vers la Seine. En simplifiant beaucoup on peut opposer dans cet ensemble les vallées (la Loire et ses affluents) et les régions situées de part et d'autre : les premières sont caractérisées par une grande diversité de cultures, au rang desquelles évidemment la vigne, et sont largement ouvertes au commerce ; les autres, moins favorisées par la nature et moins peuplées, présentent une agriculture plus traditionnelle et plus extensive, fondée sur la production des « blés », même si différentes zones, en Anjou notamment, tirent des ressources non négligeables de l'élevage. Dans ces deux provinces, les exploitations sont de deux types ; comme dans tout l'Ouest, les grandes exploitations, qui nécessitent au moins une paire de bœufs de labour, sont appelées « métairies », quel que soit le mode de location ; les petites exploitations (moins de 10 hectares en général) sont des borderies (ou closeries en Anjou). Entre les deux types existent des différences non de structure mais de superficie et d'équipement : les borderies sont des métairies en réduction mais n'ont jamais de train de labour, les bovins n'étant que des vaches détenues grâce à un bail à cheptel. Le vocabulaire social reflète-t-il toutes ces différences sociales et économiques ? Les documents utilisés seront les archives notariales, partout très abondantes au xviiie siècle, et les documents fiscaux, conservés de façon inégale.

Qu'est-ce qu'un laboureur en pays ligérien ?

5Il faut d'abord noter que, comme ailleurs, le terme de laboureur est marqué par une certaine polysémie. Dans son acception la plus répandu

  • 5 Pierre Goubert, loc. cit., p. 136.
  • 6 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, H 609.
  • 7 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 371 (rôle de taille de Souvigny pour 1739).
  • 8 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, 3E 50/535, procès verbal d'assemblée de paroisse du 1er avril 1731.Sur (...)

6il désigne, comme souvent ailleurs, le paysan qui est capable d'amodier une exploitation importante dans la région, telles les métairies. Le mot peut aussi prendre le sens de travailleur de la terre, comme dans le Midi5 ; le subdélégué de Château-Gontier, en 1747, appelle « laboureurs » les « gens de la campagne » et qualifie les habitants du Craonais de « gens de peu de labeur, n'y ayant point dans cette partie de l'élection de vignobles ou du moins très peu [ils sont] pauvres, mal vêtus et mal meublés ». En 1756, l'intendant de Tours écrit : « on se plaint depuis longtemps que l'on manque de laboureurs ». En 1755, le moine qui tient le registre des fermes de l'abbaye de Villeloin note que le fermier d'une des métairies est « bon laboureur et améliorant les terres », et de plus il paie bien... 6. Sur les rôles de taille d'Amboise quand vers 1740 un essai de tarif est tenté, le prélèvement fiscal doit être de 1 sol 6 deniers « sur le prix donné aux laboureurs pour la façon de chaque arpent de terre » et tel paysan pouvait être dit « laboureur sans métairie et sans biens [labourant] à argent pour plusieurs particuliers »7. Dans le sud de la Touraine, au contact du Poitou, lorsqu'il s'agit aussi de mesurer la capacité contributive des individus, pour la taille ou pour une taxe locale, certains chefs de feu sont dits « laboureur à un [deux] arreau ». À Bossay-sur-Claise chaque chef de feu doit payer une contribution annuelle pour l'entretien du pont ; les fermiers, métayers et « laboureurs à deux aireaux » doivent verser un boisseau de froment, les « laboureurs à un arreau », sans doute assimilables à des bordiers, donnent un demi boisseau ; ces deux groupes sont donc considérés comme disposant de grains, tandis que les journaliers doivent s'acquitter en argent (5 sous)8. Cette expression ne se retrouve pas ailleurs et semble venir du Poitou.

7Le plus souvent cependant, le sens de ce mot est plus social que « technique ». Dans les baux de location le paysan apparaît sous trois dénominations. La plus neutre, la plus banale, désigne sa situation de locataire, dans le rapport de production avec le propriétaire : les termes de bailleur et preneur n'ont rien d'original, ils n'apportent aucune précision. Mais dans les premières lignes du bail ce sont les situations sociales qui sont exposées ; celle du bailleur est parfois longuement détaillée et s'il est seigneur, ce titre est souvent repris bien qu'en l'occurrence l'individu agisse comme propriétaire. Celle du locataire est rapidement exposée mais elle est rarement omise. Il est désigné le plus souvent comme laboureur ou journalier ; en ce cas le journalier doit être considéré comme étant un paysan, un cultivateur puisqu'il va détenir une exploitation et que le travail de la terre occupe la majorité de son temps, même s'il n'en tire pas des ressources suffisantes pour vivre. Enfin, quand, à l'intérieur du bail, les tâches à accomplir sont décrites, le paysan devient le métayer, ou le bordier, ou le closier, c'est-à-dire l'exploitant.

Métayers et journaliers

8Les « métairies » sont louées à des individus intitulés laboureurs ou métayers ; mais quand l'individu est désigné comme l'exploitant, il est toujours nommé métayer, quelle que soit la nature de la rente propriétaire (en argent ou à moitié fruit). Bien souvent le preneur apparaît comme déjà locataire dans une métairie. On constate d'ailleurs que les laboureurs sont beaucoup plus mobiles que les journaliers, comme le prouvent les « déclarations de délogement » faites devant les élections. Ainsi entre 1743 et 1763, dans la région de Chinon, soit une zone de petite exploitation, 17 journaliers et trois « hommes de peine » font cette démarche mais 26 laboureurs et 21 métayers annoncent qu'ils partent. Les borderies sont louées à des journaliers, parfois propriétaires de quelques lopins ; leur situation ressemble à celle des cottagers. S'il arrive que des laboureurs prennent en charge une borderie, il est très rare qu'un journalier signe un bail de métairie. Les contrats d'amodiation d'exploitation sont évidemment beaucoup plus rares que ceux de location des « pièces volantes » que concluent de très nombreux individus, paysans ou non, mais surtout journaliers ; toutefois il ne suffit pas qu'ils soient à la tête d'une superficie totale relativement étendue pour qu'il y ait corps d'exploitation et qu'ils puissent être appelés laboureurs. D'ailleurs, sur tous les rôles d'impôt apparaissent des individus cotisés « pour ferme » ou « prenant fruit » ou « faisant valoir ses terres ». Le mot « fermier » parfois employé dans des comptabilités désigne simplement le locataire.

  • 9 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 760 (paroisse de Courcoué, en Lochois).
  • 10 Quand on peut connaître l'âge des exploitants, ce qui est rare, on constate que les « métayers » so (...)
  • 11 Bibliothèque municipale de Château-Gontier, ms 11 (Arch. dép. du Maine-et-Loire lMi53) ; ce texte a (...)

9Comment passe-t-on du statut de journalier à celui de laboureur, puisqu'il semble que seul ce dernier puisse louer une métairie ? À quelles conditions un journalier peut-il exploiter une métairie ? Les journaliers, dont la situation est très proche de celle des labourers, sont toujours décrits comme de vrais prolétaires : ces hommes sont de « pauvres journaliers qui n'ont d'autres ressources que la peine de leur bras »9 ; mais ils ne sont jamais appelés « manouvriers » ou « brassiers », mots inconnus dans les provinces étudiées. Sans doute faut-il distinguer selon les étapes de la vie10. La rareté des contrats de mariage empêche de savoir si la dot ou l'avance d'hoirie permet à un jeune homme de pouvoir prendre une métairie. Il apparaît bien que de très nombreux paysans sont dépourvus de tout gros bétail ; s'ils apportent les différents outils de travail, toujours de faible valeur, c'est le propriétaire qui fait l'avance du gros bétail et fournit même la charrette indispensable, le locataire devra en restituer la « souche », ou valeur, à la fin du bail ; il y ajoute même souvent, à moitié croît, des vaches et des moutons destinés à assurer une bonne fumure. Quelles sont les conditions à remplir pour que le propriétaire accepte de faire cette avance ? Les jeunes les plus chanceux peuvent succéder à leurs parents. C'est souvent le cas dans les Mauges au sud de l'Anjou, où l'exploitation des métairies exige un gros capital en bétail constitué de plusieurs paires de bœufs. En 1768, le subdélégué de Cholet11, la Renolière, distingue trois types de métairies : les plus grosses, extrêmement rares, demandent 16 à 18 bœufs (une paire vaut entre 150 et 300 livres) pour un fermage de 7 à 800 livres ; celles de la seconde classe sont travaillées par 8 à 10 bœufs et louées 350 à 400 livres, les plus petites ne nécessitent que 2 bœufs pour une ferme de 180 à 280 livres et sont proches des plus grandes borderies. Dans ces exploitations la succession est assurée à un des enfants du métayer en place grâce à un « acte d'associement » qui lui permet de devenir propriétaire d'une partie du capital mobilier d'exploitation et de pouvoir « hériter » du bail ; avant d'être « associé » ce garçon travaille dans la métairie et est dit domestique ; il ne touche pas réellement de gages mais ceux-ci sont pris en considération dans les comptes.

Géographie du vocabulaire social

  • 12 Jacques Péret, Les paysans de Gâtine au xviiie siècle, La Crèche, Geste Editions, 1998, p. 112.
  • 13 Ces paroisses sont d'ailleurs du diocèse de la Rochelle.
  • 14 Paroisse située entre Chemillé et Beaupréau, qui compte 435 feux taillables.

10Dans le sud de cette région apparaît une zone où le vocabulaire social paysan présente des traits communs avec celui de la région limitrophe du bas Poitou. Selon Jacques Péret, en Gâtine les locataires de métairies jugent l'appellation de laboureur plus honorable que celle de métayer12. Dans le sud-ouest de l'Anjou, autour de Cholet, Jallais, Vihiers, Montfaucon13, ils sont aussi appelés laboureurs ; les borderies sont, elles, louées à des « closiers », dont l'actif dans les inventaires après décès ne dépasse pas 400 livres. A Jallais14, en 1787, la cote moyenne de taille est de 18 livres 10 sols ; celle des 109 métairies, souvent exploitées par plusieurs laboureurs est de 52 livres 7 sols, 12 seulement payant moins de 40 livres ; les closiers sont 54 et leur cote moyenne est de 12 livres 7 sols, donc d'un tiers inférieure à la moyenne globale ; enfin les journaliers ne sont que 44 et ils sont misérables : aucun ne paie plus de 5 livres d'impôt et la moyenne est de 19 sols. À la Salle-de-Vihiers (242 feux en 1787) les écarts sont encore plus forts : la cote moyenne des 36 métairies est de 77 livres 5 sols, celle des 40 bordages de 8 livres 13 sols et celle des habitants du bourg de 1 livre 16 sols.

  • 15 Il arrive que les frères, des filles surtout, soient dits laboureurs ou même closiers, et la veuve (...)

11Par contre, dans le nord des Mauges et près de la Loire, dans la région de Chemillé, Rochefort, la Pommeraye, les petites exploitations sont louées à des bordiers (ou bordagers) et seul le mot de métayer est utilisé pour désigner les paysans les plus aisés, aussi bien dans les baux que sur les rôles d'impôt. Une réelle insistance se lit dans l'emploi répété de ce terme ; les chefs de feu sont bien indiqués sur les rôles d'impôt comme « métayer résidant dans la métairie de... ». Dans les contrats de mariage apparaît bien l'homogamie qui règne dans ce groupe fermé : presque toute la parenté des jeunes gens est installée dans une métairie15, souvent en famille patriarcale ou en frérèche ; chaque homme y est dit métayer et le réseau familial s'étend sur un ensemble de paroisses limitrophes. L'enfant non encore « associé » est dit laboureur bien qu'il soit domestique puisqu'il lui est dû des gages. Le rôle de taille de la Pommeraye, grosse paroisse du nord des Mauges, est très explicite sur l'organisation de la société et sur la répartition de l'habitat, qui ne sont pas sans rappeler la situation qu'Annie Antoine a observée dans le Bas-Maine ; il comporte quatre rubriques : 107 métairies constituent chacune un noyau de peuplement et d'exploitation isolé, elles sont souvent louées à plusieurs individus cotisés ensemble pour des sommes supérieures à la moyenne de la paroisse, à 8 exceptions près ; viennent ensuite 21 moulins, puis 74 « villages » qui regroupent différentes borderies qui portent des cotes individuelles, dont seulement 11 sont supérieures à la moyenne ; enfin « le bourg » abrite 230 journaliers, artisans, etc., tous très faiblement taxés.

  • 16 Arch. dép. du Maine-et-Loire, C 52.

12Ailleurs le vocabulaire est plus pauvre mais diffère selon les provinces ; deux termes suffisent pour désigner les paysans à la tête d'une exploitation. Dans le nord de l'Anjou et sur les plateaux tourangeaux, les métairies sont petites, à l'exception de celles des domaines ecclésiastiques, et le rapport financier en est faible car l'élevage bovin n'apporte pas de gros revenus. En Touraine les locataires de métairie sont tous désignés comme laboureurs, ceux de borderie comme journaliers ; il s'agit d'ailleurs presque toujours de pauvres gens : le propriétaire avance le plus souvent tout le bétail et les semences ; de nombreux inventaires après décès de laboureurs, dans le nord de la Touraine ou en Lochois ne dépassent pas 500 livres, dont il faut déduire les dettes passives. En Anjou, au nord de la Loire, que ce soit en Craonois ou dans la région de Durtal, comme locataires de métairie on ne trouve pas de laboureurs, mais des métayers qui concluent un « bail de ferme d'herbage et à moitié de tous grains » pour des exploitations qui restent de faible taille ; les petits exploitants sont closiers (mais non vignerons) ou bordiers et paient presque toujours leur ferme en argent. Même si la situation des premiers est médiocre, ils ont un rang supérieur dans la communauté. Le rôle de la taille de 178716 pour la paroisse d'Armaillé en Segréen permet de mettre en évidence cette hiérarchie sociale : la cote moyenne de taille est de 7 livres 10 sols ; la société paysanne est dominée par un « fermier » qui est cotisé 60 livres et 15 métayers (8, 3 % des chefs de feu) qui versent entre 20 et 46 livres, soit trois à six fois plus que la moyenne ; s'y ajoutent 86 closiers, soit 43 % de la population (dont 8 veuves), et 40 journaliers (dont 18 veuves) ; les artisans et « notables » sont d'ailleurs très peu nombreux. On retrouve à Chazé-Henry une répartition très proche : 12 % de métayers, 44 % de closiers et 14 % de journaliers. Dans des zones de si petites exploitations on voit mal comment des journaliers pourraient trouver à s'embaucher ; c'est sans doute ce qui explique leur faible effectif.

13Lorsque les deux mots de métayer et laboureur sont employés, peut- on établir une hiérarchie entre les situations selon l'importance des métairies louées ? Quelques éléments de réponse peuvent être fournis. Dans la vallée de la Loire autour d'Angers, si le montant de la ferme est inférieur à 150-200 livres l'exploitant est dénommé laboureur ; si la somme est supérieure, il est dit métayer. Les rôles de taille qui sont conservés pour la région d'Amboise et que l'on peut croiser pour quelques paroisses avec les dénombrements du bétail opérés pour la corvée royale montrent qu'il existe bien une hiérarchie au moins fiscale : les métayers paient toujours une cote d'impôt supérieure, parfois nettement, à la moyenne, ils détiennent les troupeaux les plus complets et sont toujours dotés d'une charrette ; les laboureurs sont moins taxés, ont des troupeaux moins complets et n'ont pas tous de charrette ; enfin parmi les journaliers seule une minorité a une vache ou une chèvre, l'animal le plus fréquent chez eux étant l'âne. Pour les paroisses viticoles, il faut ajouter le groupe des vignerons dont la très grande majorité a du bétail, sans doute grâce à la présence des prairies de la vallée ; selon la cote de taille ils se situent entre laboureurs et journaliers.

  • 17 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, H 918.
  • 18 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 337.

14Au sommet de la hiérarchie sociale existe partout une minorité qui regroupe les individus les plus aisés. Ceux qui prennent à bail la gestion des seigneuries ne sont pas toujours dits fermiers généraux ; le qualificatif de marchand marque souvent leur supériorité. En Touraine, dans la région d'Amboise ils sont marchands fermiers ; dans la vallée de l'Indre ils sont marchands laboureurs fermiers ; en fin de période les fermiers généraux de Marmoutier ont droit au titre de sieur marchand fermier si le montant de leur bail dépasse 1 000 livres17. En Anjou on parle plutôt de fermier général ; au début du siècle les notaires les appellent encore parfois « honorable homme ». Mais ils partagent ces qualificatifs avec les plus riches exploitants : les locataires des très grosses métairies appartenant à l'abbaye de Marmoutier sont, à la fin de l'Ancien Régime, des individus qui ont droit à une épithète, un avant-nom d'honneur : ils sont appelés « sieur laboureur », « marchand laboureur ». Ces mots sont parfois employés au féminin, mais seulement pour les plus riches : y a-t-il intermariage ? Les mots de bêcheur, vigneron ou journalier sont toujours au masculin mais une veuve peut être dite « bonne fermière », métayère, ou encore fermière généralle (sic). Le subdélégué de Château-Gontier salue même leur rôle : elles « sont autant laborieuses que les hommes sont fénéants », puisqu'ils passent l'hiver à ne rien faire si ce n'est manger des châtaignes et boire leur cidre18.

15Ainsi semble s'esquisser une géographie régionale du vocabulaire employé pour désigner la couche supérieure de la paysannerie : dans la plus grande partie de l'Anjou elle est constituée de métayers, même au nord de la Loire où ils ne sont pas beaucoup plus aisés que les tout petits exploitants, de laboureurs dans la Touraine et l'extrême sud de l'Anjou, au contact du Poitou.

Les paysans spécialisés

Les bêcheurs des vallées

  • 19 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 336, tableau de la généralité de Tours 1762-1766.
  • 20 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, 1L456, lettre du 3 floréal an VII.
  • 21 Jean-Michel Boehler, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d'Alsace (16 (...)
  • 22 Le comte d'Essuile a obtenu la concession de ces terrains qu'il veut dessécher mais il n'a pu vainc (...)
  • 23 Jean Meuvret, Le problème des subsistances à l'époque de Louis XIV. La Production des céréales et l (...)

16Mais la lecture attentive des textes montre qu'il peut exister un vocabulaire spécifique, en particulier pour les paroisses de vallée (celle de la Loire et la partie aval de celle de ses principaux affluents). En effet dans les actes notariés qui concernent une zone qui commence dans la banlieue de Tours et s'étend dans toute la vallée d'Anjou, le terme de bêcheur revient très souvent sous la plume du notaire ; plus rare mais encore présente jusqu'à la fin du xviiie siècle, l'expression de « laboureur à bras », « homme de peine », ou tout simplement « de peine ». Si ces mots sont archaïques ailleurs, il n'en est rien dans la vallée de la Loire moyenne. Entre Loire et Cher dans les environs de Tours, les « varennes » sont « des terres sablonneuses, légères, très fertiles, et toujours en valeur par la culture continuelle qu'on leur donne à force de bras et de fumiers »19 ; la rotation est biennale sans jachère ; parfois même les terres portent trois récoltes, fèves, pois, haricots, lentilles..., en deux ans. Autour d'Angers « où la division des terres est portée à son dernier degré », on considère que « deux arpents de terre fournissent à un colon et du travail et du pain »20. Il s'agit donc d'une agriculture de jardinage qui demande de gros investissements en travail21. Partout on dispose de fumier grâce aux bovins dont l'élevage est rendu possible, malgré l'absence de jachère, par l'existence de vastes communaux qui ne sont pas encore partagés à la fin de l'Ancien Régime ; dans la vallée de l'Authion, près d'Angers, ce sont de vastes marais qui ne sont pas défrichés au xviiie siècle22. L'exploitant doit « bêcher, graisser et cultiver » la terre ; il est alors dit bêcheur. Dans la paroisse de Bréhémont et ses voisines en Touraine, existent des « terres à bêche ». Jean Meuvret avait remarqué pour l'Anjou l'importance « du travail à la bêche et plus encore à la houe, soit servant de seul et unique labour, soit [...] en complément du labourage proprement dit »23.

  • 24 L'arpent de Touraine est deux fois plus vaste que celui de Paris et vaut environ deux tiers d'hecta (...)

17Le bêcheur en général est, comme le définit Le dictionnaire du monde rural., celui qui travaille la terre à la houe, mais les travaux réalisés ainsi concernent en fait presque toutes les productions : sarclage des blés, « façons » du sol dans les vignes, travail du jardin. Dans la vallée de la Loire, le bêcheur est celui qui laboure véritablement à la main ; il retourne la terre avec une pelle à bêcher qui est différente d'une pelle ou d'une bêche puisqu'elle en est bien distinguée dans les inventaires après décès ; c'est un instrument relativement coûteux : en 1786, à Restigné «  que mauvaises » sont estimées 7 livres 10 sols tandis que « quatre serpes à tailler » valent 9 livres. Ces bêcheurs ne concluent jamais de bail de location d'exploitation, si petite soit-elle. Par contre on les voit louer, acheter ou vendre, des parcelles de terres. Ils n'ont pas de train de labour et pourtant souvent produisent des grains. Ils travaillent à la main des chènevières et des parcelles qui donnent pois, haricots, fèves, « Italie », raves..., on peut identifier leur présence à celle de ces cultures. La production du fil de chanvre demande de nombreuses façons dont la plupart peuvent être accomplies par hommes ou femmes : ce sont cinq ou six bêchages, puis l'arrachage, l'étendage, le rouissage, le broyage et le teillage, enfin le peignage et le filage. L'examen d'inventaires après décès, le plus souvent avant remariage, montre qu'ils ne sont pas misérables, en tout cas ils le sont moins que les simples journaliers. En témoigne le partage des biens fait le 30 août 1764 pour Jean Girard, « homme de peine » à Bréhémont, en aval de Tours, où la principale récolte est le chanvre ; son fils et ses gendres sont eux-mêmes « de peine ». L'intérêt de cet acte est de se placer en été, si bien qu'il est possible de connaître les récoltes de foin et de céréales. L'actif mobilier partagé a une valeur de 605 livres 8 sols ; il comporte 3 vaches et un cheval qui sert essentiellement à faire des transports, pour un montant de 108 livres (17, 8% de la valeur totale), 14 setiers de froment et méteil pour 135 livres (22, 2%), 80 quintaux de foin (72 livres, 12%). Il reste peu de chanvre et chènevotte (12 livres) mais la récolte est à venir, la vendange des treilles est estimée devoir rapporter 30 livres. L'intérieur n'est pas misérable ; on y trouve au moins deux lits (80 livres en tout), une armoire qui vaut autant que le cheval (36 livres), des draps et serviettes (36 livres), et même quelques éléments de confort comme deux fers à repasser le linge, une lampe de cuivre... Les outils de travail ne comportent aucun instrument de labour tracté mais « deux pelles à bêcher », une pelle, une bêche, une tranche, des fourches... De plus la communauté possède pour 42 livres de biens-fonds : 6 10 sols la chaînée et 3, 5 chaînées en terre et jardin à 6 livres l'unité (soit 600 livres l'arpent24). S'il est dû à la communauté 6 livres pour location de terres, elle-même doit 124 livres pour ferme de terre et de pré ; les biens possédés sont donc complétés par des terres louées. Dans ces paroisses de vallée, les journaliers sont peu nombreux, les bêcheurs en tiennent sans doute lieu ; mais sur quoi est fondée la différence entre les deux états ? Même s'ils ne disposent pas d'un train de labour et d'une exploitation, les bêcheurs sont bien des paysans et vivent essentiellement du travail de la terre.

18On retrouve les bêcheurs plus en aval, aux confins de la Touraine et de l'Anjou, en particulier à Restigné où la culture de légumes, d'oignons pour la graine, de différentes plantes comme le « reguelisse », puis en Saumurois, à Vivy, Villebernier, Allonnes. Certains hommes sont appelés « fosseyeurs », leur spécialité est de construire et d'entretenir les fossés et les « turcies » des champs dans les zones marécageuses. Ce mot de bêcheur n'est toutefois pas employé dans la vallée de la Vienne. Dans ces paroisses aussi, quand les bêcheurs sont nombreux, les journaliers sont rares et la société est peu contrastée : à Chouzé, aux confins de l'Anjou et de la Touraine, en 1730 on compte cinq laboureurs qui paient 20 livres 12 sols par feu, 12 closiers qui versent 9 livres 13 sols, 20 bêcheurs qui règlent 3 livres 8 sols et un journalier cotisé à 1 livres ; la société comporte donc trois niveaux. À Beaufort en Anjou, dans la « quarte des Montansais » où la population paysanne est très majoritaire au contraire du bourg, selon le rôle de la taille en 1750, les « bêcheurs » forment 59 % et les laboureurs 7 % des 208 chefs de feu et on ne compte qu'un journalier... ; la taille moyenne des premiers n'est inférieure que de moitié à celle des seconds (17 livres 9 sols 7 deniers contre 38 livres 15 sols).

19La situation est un peu différente en aval de la confluence avec la Maine ; la vallée de la Loire angevine abrite là des surfaces importantes consacrées au chanvre et au lin mais aussi à la vigne. Le terme de bêcheur y apparaît plutôt à la fin du xviiie siècle et remplace l'expression de « laboureur à bras », équivalente si on interprète le mot laboureur comme désignant celui qui travaille. Une autre différence est qu'outre des parcelles, ces hommes amodient des petites exploitations ; eux aussi cultivent surtout des légumes et des plantes textiles. Ainsi le 18 juillet 1744 un « laboureur à bras » prend en location une closerie à la rue des Joulains dans la basse vallée à Rochefort ; il y produira du froment et de l'orge, des pois, du lin et du chanvre.

Les vignerons des coteaux

  • 25 En Touraine il n'y a pas d'ambiguïté ; une closerie est bien une exploitation viticole. Mais en Anj (...)
  • 26 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 768.

20C'est aussi dans cette zone médiane des provinces étudiées qu'existent les conditions favorables à la production du vin et que vit un autre type de paysans spécialisés. Le qualificatif social est celui de « vigneron » mais il désigne un statut économique précis et n'est pas partout employé. En Touraine, en dehors de la région des coteaux d'Amboise et de Tours, un paysan est très rarement qualifié de vigneron, alors que le plus souvent dans ses terres il a au moins quelques treilles et qu'il vend du vin ; il en va ainsi même dans la région de Chinon où pourtant cette production n'est pas négligeable. En Touraine et en Anjou, dans les zones de viticulture d'exportation (vallées de la Loire, du Cher, du Layon...) la vigne est l'élément caractéristique de nombreuses petites exploitations appelées closeries25. Dans les baux de location, au moment où le preneur est nommé, il est désigné socialement comme vigneron ; mais dans le courant du contrat il devient le locataire et il est le « closier » titulaire d'un « bail à closerie ». Si le paysan exploite seulement quelques parcelles de vigne il est dit vigneron, non closier ; on peut penser qu'il est dans une situation économique et financière plus fragile que le closier mais tous ont besoin d'autres ressources que celles fournies par la vigne car ils ne peuvent en travailler que 4 arpents au maximum dans l'année. Le closier est en fait un salarié disposant à l'année de certains avantages en nature ; il est logé, il a la disposition d'un jardin, presque toujours de terres labourables et enfin le propriétaire lui confie « à moitié croît » une ou deux vaches. Pour les « façons » de la vigne il est rémunéré à forfait par le propriétaire ; il doit des journées de travail au moment des vendanges. Mais il n'a aucune part dans la récolte, ce qui le distingue d'un locataire ordinaire. Il n'est pas non plus domestique puisqu'il est libre de mener son travail comme il l'entend et qu'il ne vit pas sous le toit du propriétaire. Les sociétés qui comprennent des vignerons comportent trois strates d'effectifs inégaux : dans la région d'Amboise, en 1787, selon les rôles de taille26 on peut compter environ 8, 5 % de métayers, ou fermiers, et de laboureurs, 28, 5 % de vignerons, 8 % de journaliers ; ce dernier chiffre est sans doute inférieur à la réalité, la limite entre journaliers et vignerons étant souvent ténue.

Les gardes-vaches toutangeaux

21Les vallées ne sont pas les seules zones où peuvent être relevés des mots désignant des activités spécialisées. L'importance économique de l'élevage n'est pas négligeable dans le sud de l'Anjou où le Choletais connaît des pratiques assez semblables à celles de la région lavalloise. Elle est plus faible en Touraine ; pourtant c'est là qu'apparaissent des termes socioprofessionnels propres à cette activité. Un mot, rare mais non exceptionnel dans quelques paroisses, est utilisé dans la vallée de la Vienne, près de Chinon : les « norrissiers » ou « nourrissiers » font des « nourris » mais les textes sont peu explicites ; on ne voit jamais ces hommes conclure des contrats de location de prés ou de baux à cheptel ; ils semblent ne pas avoir de propriété et élever leurs bêtes seulement sur les communaux ; ces individus sont sans doute à mettre au rang des journaliers. Toutefois ce terme n'apparaît que dans les actes notariés, jamais sur les rôles fiscaux.

  • 27 Elle est parfois appelée closerie mais elle ne comporte pas de vigne.
  • 28 Ces pratiques ont duré longtemps : le système décrit par le Recueil des Usages locaux du départemen (...)
  • 29 Dans les baux de métairies de cette région, on constate aussi que si le laboureur doit apporter lui (...)
  • 30 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, 3E45/156, PV de l'assemblée du 20 décembre 1779.

22Plus faciles à cerner sont la situation et l'activité des « garde-vaches », nombreux surtout dans le nord-est de la Touraine, inconnus dans l'extrême sud et l'ouest de cette province ainsi qu'en Anjou. Ces paysans sont présentés en tête de bail comme journaliers, parfois aussi comme bordiers. Ils prennent en effet en « bail à garde-vache » une borderie27, qui forme un ensemble constitué de bâtiments, pour les hommes et les bêtes, d'un jardin et de quelques terres mais en étendue très restreinte ; ce « lieu » est associé à une métairie dont il est le complément, mais le bail est conclu par le propriétaire, non le métayer. Dans le contrat il est stipulé que le locataire doit se comporter « en bon père de famille et garde-vache ». Il doit loger dans les bâtiments et les entretenir, cultiver « à mi- fruit » le jardin qui donne des fruits et légumes et souvent du chanvre, et les terres s'il y en a. Il fait aussi des journées de travail gratuit sur la métairie au moment des récoltes ; dans le meilleur des cas il est alors nourri. Mais son rôle essentiel est de prendre soin du bétail qui lui est confié à « à mi-croît, perte et profit » ; le troupeau ne comprend jamais de bêtes de travail mais immanquablement des vaches (de 2 à 4 le plus souvent) et des « chefs de bergail », auxquels parfois s'ajoutent des cochons. Le but est de « faire des agrats » pour les terres de la métairie ; le garde-vache doit donc « chaumer » les terres de la métairie, placer ces chaumes, dont le transport est assuré par les charrettes du métayer, « sous les bêtes » et les « faire consommer » ; enfin il doit mettre le fumier en « motte » puis « l'éparpiler » sur les terres. Ce contrat n'est donc pas un simple bail à cheptel, qui ne comporte rien d'autre que le prêt de bétail avec partage du profit. Le garde-vache a une situation moins précaire que le journalier puisqu'il est logé et qu'il dispose au moins d'un jardin28. On retrouve cette même organisation dans les communautés plus proches de la Loire, comme Luynes ou Langeais, où sont appelés « homme de peine » des paysans qui, locataires de borderies, ont la même activité ; ces paroisses avoisinent la vallée où les bêcheurs sont nombreux. La « locature » de la région de Montrichard, au sud-est de la Touraine, ou du Blésois a, semble-t-il, la même fonction, qui est aussi celle de la locature en Sologne. La situation du garde-vache est donc très proche de celle du « manœuvre » de la Puisaye qui sur une manœuvrerie, doit aussi élever du bétail et fournir du fumier à la métairie. Cette répartition des tâches s'explique peut-être par un phénomène semblable à celui qui a été étudié en Gâtine ou en Sologne ; borderies et locatures ont perdu leurs terres labourables au profit des métairies voisines mais leurs propriétaires souhaitent tirer profit des éléments subsistants tout en s'assurant une main-d'œuvre pour laquelle ils ne déboursent pas d'argent. L'existence de ces baux prouve l'importance attachée à l'élevage29. Pourtant l'appellation de garde-vache ne figure pas sur les rôles d'impôt ou dans les procès- verbaux d'assemblée de communauté : elle a donc une valeur économique, non sociale. À Neuvy-le-Roy, au nord de la Touraine, une réunion des chefs de feu de la « campagne » tenue à propos de la dîme en décembre 177930 voit comparaître 24 fermiers et métayers, 3 laboureurs ainsi que 28 bordiers et 4 journaliers ; on remarquera que les bordiers sont en nombre égal à celui des locataires de métairie, alors qu'ailleurs leur effectif est bien supérieur. A y bien regarder, le sort du closier, vigneron exploitant une closerie se rapproche de celui du garde-vache, même si la spécialisation du premier demande plus de savoir-faire.

*

De la nécessité d'une enquête nationale

  • 31 Les cahiers de doléances donnent des exemples chiffrés de budgets de journaliers.
  • 32 Jacques-Théodore Massereau, Recueil des cahiers de doléances des bailliages de Tours et de Loches a (...)

23Pour conclure on peut se demander si les paysans n'existent que dans le regard des autres. Ne se nomment-ils jamais eux-mêmes ? En 1789 les auteurs des cahiers de doléances de Touraine emploient les termes courants, laboureurs, vignerons, journaliers, tout en sachant bien définir leur position sociale et économique31. Mais une vision plus « politique » peut être exprimée : ainsi dans le cahier de la Varenne-de-la-Riche les habitants écrivent « Nous tous habitants formant le Tiers Ordre de la sud. Commune et en notre qualité de paysans dont nous nous faisons gloire. Sommes laboureurs et cultivateurs, qui arrosent journellement la terre de leurs sueurs pour la faire produire, avec l'aide de Dieu, notre Estre suprême. Sommes de vrais patriotes, bons citoyens, premiers manufacturiers, premiers marchands, et négotiants »32 ; il faut dire que de telles phrases sont rares et que la communauté qui s'exprime est en fait un faubourg de Tours.

24Les mots ne sont pas interchangeables. Dans les écrits d'intérêt économique, les paysans sont dénommés selon leur situation juridique et économique dans les rapports de production et ils portent donc un qualificatif différent de celui, à valeur spéciale, qui leur est attribué dans des documents fiscaux : dans les premiers ils sont exploitants donc métayers, bordiers ou closiers, dans les seconds ils sont laboureurs, vignerons ou journaliers. Il existe bien deux niveaux de perception des réalités, deux registres de désignation des paysans. L' « estime sociale » s'attache surtout à ceux qui détiennent la richesse, ou ce qui apparaît ainsi dans ces régions, et tout paysan ne peut pas, le plus souvent, être appelé laboureur ou métayer. Cette enquête n'a pas été poursuivie au delà de 1789 puisqu'à partir de cette date les paysans sont tous des « cultivateurs »... mais elle n'est qu'une ébauche ; elle reste à approfondir et à étendre pour permettre une représentation cartographique de l'emploi des différents termes sociaux et professionnels qui servent à nommer les paysans.

Notes

1 Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural Les mots du passé, Paris, Fayard, 1997.

2 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 101, papiers de Richard de Butré.

3 Pierre Goubert, « Remarques sur le vocabulaire social de l'Ancien Régime », Ordres et classes, colloque de Saint-Cloud 1967, Paris-La Haye, Mouton, 1973, p. 135-140.

4 La généralité comporte en outre le Maine mais il ne fera pas partie de la zone étudiée : d'une part, son économie est différente (on y cultive très peu la vigne) et de l'autre la question du vocabulaire social a été traitée par Annie Antoine dans Fiefs et villages du Bas-Maine au xviiie siècle, Mayenne, ERO, 1994, p. 48-54.

5 Pierre Goubert, loc. cit., p. 136.

6 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, H 609.

7 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 371 (rôle de taille de Souvigny pour 1739).

8 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, 3E 50/535, procès verbal d'assemblée de paroisse du 1er avril 1731.Sur les 39 présents, on compte 12 journaliers et 18 fermiers et laboureurs.

9 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 760 (paroisse de Courcoué, en Lochois).

10 Quand on peut connaître l'âge des exploitants, ce qui est rare, on constate que les « métayers » sont les plus âgés : à Panzoult, près de Chinon, en 1753, tous les métayers ont plus de 30 ans et pour les trois quarts plus de 50 ans ; les journaliers sont de tous âges (un sur sept a plus de 60 ans).

11 Bibliothèque municipale de Château-Gontier, ms 11 (Arch. dép. du Maine-et-Loire lMi53) ; ce texte a été recopié à la suite du rapport sur la généralité de Tours en 1762-1766.

12 Jacques Péret, Les paysans de Gâtine au xviiie siècle, La Crèche, Geste Editions, 1998, p. 112.

13 Ces paroisses sont d'ailleurs du diocèse de la Rochelle.

14 Paroisse située entre Chemillé et Beaupréau, qui compte 435 feux taillables.

15 Il arrive que les frères, des filles surtout, soient dits laboureurs ou même closiers, et la veuve d'un métayer se remarie parfois à un laboureur.

16 Arch. dép. du Maine-et-Loire, C 52.

17 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, H 918.

18 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 337.

19 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 336, tableau de la généralité de Tours 1762-1766.

20 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, 1L456, lettre du 3 floréal an VII.

21 Jean-Michel Boehler, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d'Alsace (1648- 1789), Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1995, p. 1028 et suivantes.

22 Le comte d'Essuile a obtenu la concession de ces terrains qu'il veut dessécher mais il n'a pu vaincre l'opposition des habitants (cf. François Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, Paris-La Haye, Mouton, 1971, p. 109-114).

23 Jean Meuvret, Le problème des subsistances à l'époque de Louis XIV. La Production des céréales et la société rurale, Paris, ehess, 1987, 2 vol., 286 p. (texte) et 276 p. (notes), voir p. 80.

24 L'arpent de Touraine est deux fois plus vaste que celui de Paris et vaut environ deux tiers d'hectare.

25 En Touraine il n'y a pas d'ambiguïté ; une closerie est bien une exploitation viticole. Mais en Anjou le mot peut désigner toute petite exploitation.

26 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 768.

27 Elle est parfois appelée closerie mais elle ne comporte pas de vigne.

28 Ces pratiques ont duré longtemps : le système décrit par le Recueil des Usages locaux du département d'Indre-et-Loire publié en 1863 est presque exactement semblable à celui-ci ; les Usages locaux permettent d'établir une géographie précise des différentes obligations du locataire.

29 Dans les baux de métairies de cette région, on constate aussi que si le laboureur doit apporter lui même les bêtes de trait et le cheptel mort, le propriétaire fournit vaches et ovins pour assurer une production suffisante d'engrais : le souci de l'amélioration des terres apparaît aussi dans les très nombreuses clauses qui prévoient des charrois de marne.

30 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, 3E45/156, PV de l'assemblée du 20 décembre 1779.

31 Les cahiers de doléances donnent des exemples chiffrés de budgets de journaliers.

32 Jacques-Théodore Massereau, Recueil des cahiers de doléances des bailliages de Tours et de Loches aux Etats Généraux de 1789, Orléans, 1918, p. 340.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540