Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Première partie. Regards sur les paysans (XVIIIe-XIXe siècles)

Du laboureur au cultivateur : réflexions sur un changement de mot

Jean-Pierre Lethuillier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Pierre Goubert, « Remarques sur le vocabulaire social de l'Ancien Régime », in Ordres et classes (C (...)

1Laboureur, pendant de longs siècles, désigne celui qui peine à produire les grains. Le mot n'a pas le même sens partout, comme l'ont montré de nombreux auteurs, Pierre Goubert entre autres1, et il n'est pas non plus parfaitement universel. Il est pourtant très répandu, particulièrement en Normandie, où il désigne des situations sociales différentes.

  • 2 Jean Pierre Lethuillier se de doctorat, université de Rouen, 1993, dactyl. Une recherche par sondag (...)

2Les données socio-professionnelles glanées dans les registres d'information des justices criminelles bas-normandes permettent quelques coups de sonde instructifs2. Domestique laboureur convient presque aussi souvent que domestique d'un tel, laboureur ; et l'on trouve aussi laboureur chez un tel. La frontière avec le salariat est d'autant moins nette que la confusion entre laboureur et journalier existe aussi : le même individu qui se déclare laboureur lors d'une première audition, se dit journalier à la deuxième, ou alors est trahi par son épouse quelques minutes plus tard. Les multiples associations de termes rappellent que le laboureur est parfois un artisan possédant et travaillant une parcelle. Le laboureur et aubergiste est banal. D'autres sont laboureur et marchand, ou tantôt l'un tantôt l'autre, ce qui apparaît lorsqu'ils sont interrogés plusieurs fois.

  • 3 Le fond de carte est constitué par le dessin des sergenteries, que nous avons remanié pour constitu (...)

3Il est inutile d'exagérer l'importance de ces confusions du langage : les cas repérables n'excèdent pas la dizaine à chaque fois. Le problème principal est ailleurs, ce dont témoignent les cartes 1 et 23. Dans la plaine de Caen, la vallée de la Dives ou le bocage au sud de Caen, des mots distinguent le salariat, ou tout au moins une partie de celui-ci : journaliers, grands et petits valets de harnais, sans parler des petits métiers, du type batteur en grange ou même taupier, travaillant tous pour le compte de laboureurs. En pays d'Auge, dans le Bessin ou plus encore le bocage virois, il n'y a plus que des laboureurs. Le même mot camoufle des différences d'organisation du travail agricole et des structures sociales différentes : le laboureur du bocage virois n'emploie pas de salarié, ou il le fait moins que son congénère de la plaine. Ces deux laboureurs ne se ressemblent pas mais ils ont le même nom. Laboureur est en Basse-Normandie un mot imprécis, ce qui n'est pas très original.

4Or ce mot va disparaître du vocabulaire au début du xixe siècle, supplanté par un nouveau venu : cultivateur. Voici en données brutes, pour l'ensemble des échantillons collectés dans les registres d'information criminelle des bailliages, et du tribunal criminel au xixe siècle, la trace de ce changement :

Tableau n° 1 : Evolution du vocabulaire désignant le « paysan » (en %)

Tableau n° 1 : Evolution du vocabulaire désignant le « paysan » (en %)
  • 4 L'année qui désigne chaque sondage est une année-cible. Il a fallu pour compléter les échantillons, (...)

5Note 44

  • 5 La transformation du vocabulaire est attestée en bien des endroits mais il y aurait lieu de précise (...)

6L'essentiel dans ce tableau est le passage de la colonne laboureur à la colonne cultivateur : un changement massif est accompli de part et d'autre de la Révolution. Changement qu'on trouve ailleurs, qui n'est pas propre à la Normandie5.

Carte n° 1 : nombre de salariés agricoles pour 100 laboureurs (moyenne : 18, 5)

Carte n° 1 : nombre de salariés agricoles pour 100 laboureurs (moyenne : 18, 5)

Carte n° 2 : nombre de journaliers pour 100 laboureurs (moyenne : 48, 9)

Carte n° 2 : nombre de journaliers pour 100 laboureurs (moyenne : 48, 9)

7Avant la mutation décisive, l'érosion de laboureur peut paraître mince, mais le travail de première sape, pour discret qu'il soit, ne doit pas passer inaperçu, même dans une étude quantitative. Les nombres sur lesquels nous avons fondé cette étude interdisent certes toute assurance et notre objectif, très modeste, est de proposer quelques pistes pour interpréter les variations lexicales. Les registres d'information criminelle constituent pour cela une source efficace : le saupoudrage des témoins sur l'ensemble d'une région, leur liberté de propos, que nous tâcherons aussi de montrer, permettent d'aborder le phénomène sur une échelle large, indispensable à ce genre d'études.

8La question qui est au centre de notre interrogation, est la suivante : quel est le sens de cette mutation massive ? A-t-elle pour objet d'éclairer la diversité des conditions paysannes en créant dans le langage des distinctions nouvelles, en mettant un terme aux confusions d'antan ? Essayer de dire le sens de cette mutation lexicale, c'est d'abord poser une question simple : à qui doit-on l'imputer ? Cultivateur appartient-il à un langage imposé, est-ce le produit d'une évolution locale ?

La langue des élites, à la fin du xviiie siècle

9On songe, étant donné que le franchissement est contemporain de la Révolution, à l'impact du vocabulaire politique de celle-ci. Le cadre étroit de cette contribution n'a pas permis de passer au crible le langage révolutionnaire, ce que d'ailleurs des historiens plus familiers du monde rural sauront faire mieux que nous. Sans préjuger de ce que fut dans la Révolution la part de la création de l'instant, une réflexion sur deux plans permettra peut-être de faire avancer la question.

  • 6 Pour l'évolution du langage d'une catégorie sociale, voir les tableaux donnés dans cet article ; po (...)

10Le premier est celui de la liberté du témoin devant les greffiers, les conseillers de bailliage et les magistrats qui l'interrogent. Après avoir décrit les mentions socioprofessionnelles données par quelque 30 793 témoins, hommes et femmes, répartis dans 9 sondages entre 1650 et 1850, nous avons eu l'occasion d'apprécier la richesse de ce vocabulaire, très loin du rabâchage de quelques stéréotypes connus des greffes. L'infinie souplesse de ce langage décrivant des situations variées, parfois complexes, la restitution de tournures personnelles et de mots d'enfants, pour les témoins les plus jeunes, plaident déjà pour le respect de la parole de ceux qui déposent. Mais il y a plus, et peut-être plus convaincant : la lente évolution langagière de tel groupe social ou régional, à laquelle on peut la plupart du temps trouver des explications liées à leur propre histoire, est loin des brusques à-coups imposés par tel magistrat en rupture avec la norme de ses prédécesseurs ; l'existence d'isolats lexicaux qui n'ont rien à voir avec les frontières judiciaires ne peut s'expliquer non plus par les pratiques des gens de justice. Nous aurons l'occasion de montrer au cours de cette étude quelques-uns de ces exemples6. S'il arrive sans doute que telle déclaration d'un témoin peu capable d'une expression claire soit redressée par l'homme de plume, le corpus des déclarations socioprofessionnelles traduit d'abord des usages courants.

  • 7 André Bourde, Agronomie et agronomes en France au xviiie siècle, Paris, sevpen, 1967, 3 vol., 1743 (...)

11Reste que le truchement des greffiers n'est pas toujours nécessaire : la pression des élites et le poids que donnent la pratique politique et la direction des affaires, au temps de la Révolution, pouvaient expliquer la transformation spectaculaire des usages et du lexique. Il faut alors vérifier l'existence de modes nouvelles, avant la Révolution, dans la langue des élites. Un sondage a été tenté, en cherchant le moyen court de faire oraison : la production livresque du xviiie siècle, qui associe aux ouvrages des académiciens et des célébrités parisiennes les avis de provinciaux éclairés, pouvait rendre service. La bibliographie de la thèse d'André Bourde7 nous a servi de champ de travail. Le test ne vaudra pas certitude, au moins renseignera-t-il sur l'existence d'un éventuel vocabulaire dominant parmi les élites. Deux plans successifs ont été examinés : d'abord celui des activités (autour du couple principal agriculture/culture), ensuite celui des acteurs (laboureur/cultivateur).

12Le répertoire des ouvrages anciens montre d'abord la formidable explosion de titres après 1750 : le Traité sur la culture des terres de Duhamel du Monceau, paru cette année-là, lance la controverse sur les modalités du progrès agricole et consacre l'engouement des élites pour le sujet. Entre 1650 et 1750, 22 titres seulement évoquent l'agriculture par une référence lexicale directe ; entre 1750 et 1800, ils sont 152. C'est là un phénomène bien connu, sur lequel nous n'avons pas à revenir, sauf pour signaler qu'il ordonne notre enquête : c'est naturellement après le milieu du siècle, dans l'effervescence de la réflexion agronomique, qu'on cherchera la nouveauté.

13Entre 1650 et 1750, on trouve encore l'expression ménage des champs, qui fait là ses dernières apparitions (1712 et 1733). Agriculture est plus répandu, avec cinq occurrences, accompagné des locutions culture de ou art de cultiver, suivies du nom d'un végétal jugé digne d'intérêt : onze fois sur quatorze, il s'agit d'arbres fruitiers, de fleurs ; la vigne est évoquée deux fois, la forêt une fois. Dans les deux décennies qui mettent les problèmes agricoles à la mode, les expressions classiques demeurent au premier plan. Agriculture revient 29 fois ; dans trois cas seulement, le mot est flanqué d'adjectifs signicatifs : nouvelle, moderne, expérimentale ; deux autres occurrences font une place aux études régionales (Guyenne, pays méridionaux). Le reste relève de l'explication générale et fait apparaître quelques signatures importantes : Mirabeau, Quesnay, qui pour autant ne sont pas celles de spécialistes d'agronomie. Les locutions avec culture de ou art de cultiver font presque aussi bien : 28 apparitions, qui rappellent les thèmes les plus archaïques de la réflexion agricole. Dans la lignée de La Quintinie, l'intérêt continue de porter principalement sur les jardins : les fleurs, les arbres fruitiers, les potagers et les drogues (dix cas) dépassent de peu la « culture des abeilles » et celle du mûrier (neuf cas), suivis par la vigne (quatre cas) ; la modernité pointe avec trois références pour la garance, le bird-grass et la triade orge-seigle de printemps-colza.

14Le plus neuf est dans un troisième registre, entièrement nouveau, où figurent agronomie et culture des terres. Trois titres font une référence directe à la première ; il est vrai que deux d'entre eux sont du même auteur, Bellepierre de Neuvéglise, et que le troisième est produit avec une charge négative évidente (Préservatif contre l'Agronomie, ou l'Agriculture réduite à ses vrais principes, 1762, de Desplaces, ouvrage qui appartient à la contre- offensive hostile aux nouveautés). Surtout, treize titres font référence à la culture des terres, ou à l'amélioration des terres : dans le premier cas, l'exemple est fourni par Duhamel du Monceau lui-même (Traité sur la culture des terres suivant les principes de M. Tull, Anglais, 1750), qu'il reprendra lui-même dans un autre ouvrage en 1753 ; dans le second il l'est par Pattullo (Essai sur l'amélioration des terres, 1753). Le glissement opéré de culture de telle plante, ou telle fleur, à culture des terres est essentiel : les soins délicats et savants apportés naguère à une plante remarquable le sont maintenant aux végétaux les plus banals : les céréales. Apparaît aussi l'expression culture anglaise, qui désigne le système agronomique qui paraît porteur de la plus grande modernité. Dans ce lot on trouve aussi la Lettre sur la différence qui se trouve entre la grande et la petite culture (Dupont de Nemours, 1764). Plus encore qu'agronomie, c'est bien culture qui semble promis aux développements les plus riches. On pouvait songer que le cultivateur allait suivre, comme promoteur de ce progrès.

15La fin du siècle offre cependant un exemple clair d'évolution. Agronomie et culture des terres qui représentaient le cinquième des publications entre 1750 et 1769 n'en fournissent plus que le dixième entre 1770 et 1799 (10 titres). La première n'apparaît plus que sous la forme de l'adjectif, y compris après 1800 sous la plume de François de Neufchâteau (Voyages agronomiques dans la sénatorerie de Dijon, 1806), la seconde se réfugie dans l'étude régionale (France et Angleterre comparées, Flandres, pays de montagne) ou disparaît. Agriculture se taille la part du lion avec 49 titres entre 1770 et 1799 (plus de la moitié des références comptées), les arts de cultiver ou culture de en fournissant 31. Les contenus ont cependant changé : les marottes du premier xviiie siècle n'occupent plus qu'une part mineure du deuxième groupe : fleurs, jardins, mûriers et abeilles n'apparaissent que six fois, la vigne quatre fois. Ils laissent la place à la garance, l'olivier, le maïs fourrager, la canne à sucre et le tabac (cinq titres), aux laines, chanvres et lins (trois titres), aux navets, trèfle et — après 1800 — prairies artificielles (quatre fois) ; les légumes, viennent en tête avec neuf références, dont cinq pour la seule pomme de terre. Lorsqu'il s'agit d'agriculture en général, douze titres offrent des exemples régionaux (Sologne, Boulonnais, Languedoc, etc. ) ou exotiques, de la Chine de Kien-Long à la Gaule du temps des Celtes, qui sont généralement l'occasion d'une réflexion sur des pratiques locales, vraies ou supposées, comparées entre elles. Dans les 37 autres cas, les approches sont plus ou moins traditionnelles (L'Agriculture. Poème lyrique en six chants, Rosset, 1774 ; Le Laboureur ou Cours d'agriculture pratique suivant les principes de physique et de mécanique, Crasquin, 1771) mais signalent toutes que c'est sur ce mot que se fait l'investissement intellectuel principal.

16Bref, c'est à l'enseigne des mots les plus classiques que la meilleure part de la réflexion est venue se loger. L'examen des titres de dictionnaires, gros ouvrages qui font la synthèse de la science agronomique du temps, ratifient ce jugement : Cours complet d'agriculture théorique et pratique... en six volumes (Rozier, an IX), Cours complet d'agriculture..., du baron de Morogues, 1840.

17Lorsqu'on passe des activités aux acteurs, les observations diffèrent un peu. Le bon ménager de la campagne et de la ville disparaît en 1715. Jusqu'en 1750, les titres de livres n'évoquent pratiquement pas les acteurs de la vie agricole : un seul laboureur, et il est de 1746 ! Au-delà de 1750, les titres n'offrent en tout et pour tout qu'une quarantaine de références. C'est peu, mais les choix qui sont faits sont d'autant plus importants que la bibliographie de Bourde rassemble tous les ouvrages essentiels. Entre 1750 et 1769, on compte sept laboureurs pour deux fermiers, un agronome et quatre cultivateurs ; entre 1770 et 1799 huit laboureurs, six fermiers (et une fermière), un nouvel agronome et onze cultivateurs : ce dernier vocable a donc progressé, sans pour autant s'imposer. Mais il faut d'ailleurs limiter la portée de l'évolution : dans trois cas sur onze, c'est l'adjectif qui apparaît (mais est- ce la preuve d'une moindre valeur, même si cela nous éloigne de l'emploi que nous cherchons, qui est celui du nom ?) ; pour une quatrième occurrence, le titre est une évocation exotique (la fameuse Lettre d'un cultivateur américain de Saint-John Crévecoeur) ; et pour une cinquième, il s'agit d'un emploi tardif, daté de l'an VII. De surcroît, dans les mêmes décennies, apparaissent un agriculteur, un paysans, et sept références aux habitants ou peuple de la campagne. Plus que cultivateur, c'est la dispersion qui l'emporte.

18Les emplois de cultivateur soulignent cependant que le caractère mélioratif du mot s'est progressivement affirmé. En 1762, Bellepierre de Neuvéglise rédige encore une Boussole agronomique ou Guide des laboureurs mais en 1788 paraît un Entretien d'un vieil agronome et d'un jeune cultivateur. Le Gentilhomme cultivateur (1761-64), ou la Noblesse cultivatrice (1778) laissent aussi penser à une fonction de valorisation sociale.

  • 8 Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers..., article « Fermiers ».

19Les auteurs célèbres hésitent aussi. Dans son article Fermiers, Quesnay ignore le sens moderne : « Ces pauvres cultivateurs, si peu utiles à l'Etat, ne représentent point le vrai laboureur, le riche fermier qui cultive en grand, qui gouverne, qui commande, qui multiplie les dépenses pour augmenter les profits... »8. Les dictionnaires ne distinguent les mots que lentement. Celui de l'Académie ne fait entrer Cultivateur qu'en 1762. Pour le « Trévoux », Laboureur est « Celui qui cultive, qui laboure les terres », labourer consistant à « Cultiver la terre en la remuant ». Au mot Cultivateur, le dictionnaire nous ramène au sens premier : « Celui qui cultive. Cultor. Il a été trouvé juste de tout tems de donner une partie des fruits de la terre au propriétaire du fonds et l'autre au cultivateur ». Ce dernier est donc, comme le laboureur, celui qui travaille par opposition au propriétaire non exploitant. Mais dans le même ouvrage, aux articles Culture ou Cultiver, un sens plus noble apparaît : « Labourer, amender une terre, lui donner les façons nécessaires pour la rendre plus fertile » et l'extension caractéristique : « se dit figurément de l'esprit, de la mémoire, etc., pour les exercer, apporter du soin à les perfectionner ». En 1835, le dictionnaire de l'Académie reprend les mêmes idées avec plus de netteté : le laboureur est « Celui dont l'état est de labourer, de cultiver la terre » alors que le cultivateur « cultive la terre, ou... exploite une terre, un domaine ». Les derniers mots marquent cette fois une différence sociale significative entre le laboureur et le cultivateur. Littré fournit enfin la définition la plus riche en citant Condorcet, ce qui nous renvoie à la fin du xviiie siècle : « L'agriculture ne peut se perfectionner que lorsque des propriétaires riches, devenus cultivateurs, s'occuperont des progrès de l'art, par curiosité, par intérêt, par ce sentiment naturel qui attache l'homme à l'objet de ses travaux ».

20La culture savante n'a donc pas opté pour le mot cultivateur de manière claire avant la fin du xviiie siècle ; pour autant, elle lui a très progressivement donné une fonction de valorisation, affirmée au xixe siècle. L'évolution n'est pas telle, au total, qu'elle puisse expliquer la transformation du langage observée sur le terrain. Il est temps de revenir dans les campagnes bas-normandes.

L'évolution locale du langage

21La ruine de laboureur est une réalité préparée. Le tableau n°l avait montré qu'avant l'invention de cultivateur, d'autres mots ou locution avaient commencé de prendre un peu d'importance ; le plus ancien est celui de fermier, qu'on retrouve dans la littérature savante et dont François Quesnay, dans le texte évoqué plus haut, faisait une référence sociale, un employeur donnant du travail à de pauvres cultivateurs. Entre nos sondages de 1765 et 1788, deux autres expressions s'ajoutent à la première et même la supplantent : maîtres ou marchands, et faisant valoir son bien. Cette locution ne signifie pas plus la propriété de la terre que le mot fermier n'évoque à tous les coups la location à bail. Ainsi s'explique la présence de fermier faisant valoir son bien. L'expression a surtout pour fonction de créer une séparation d'avec le salariat, qui fait valoir le bien des autres. De la même manière, maître et marchand, puisant dans le vocabulaire du patronat artisan, ont la même fonction de distinction, de valorisation.

  • 9 Jean-Pierre Lethuillier, ouvr. cité, p. 228-281.

22La mise en perspective des mutations lexicales qui affectent la paysannerie est indispensable. Cette fonction de valorisation intéresse en effet la quasi totalité du langage socio-professionnel bas-normand du xviiie siècle : nos paysans ne sont pas seuls à changer de mots, ils ne font même que suivre la marche. Il faut donc, un temps, s'éloigner d'eux pour comprendre les transformations du vocabulaire. On ne donnera ici qu'un aperçu9 de cette mobilité lexicale par quelques exemples, à commencer par celui de l'artisanat. Entraînés par le monde du négoce, et particulièrement les merciers, qui s'octroient le titre de marchand mercier presque systématiquement au milieu du xviiie siècle — ce qu'ils ne faisaient pas cinquante ans plus tôt —, les gens de métier recourent de plus en plus volontiers à ce vocabulaire. La volonté des maîtres de se distinguer de leurs salariés, tout en copiant les marchands merciers, produit la lente évolution dont le tableau suivant donne l'essentiel :

  • 10 En l'absence de ces mentions, il est impossible de distinguer maîtres et salariés, sauf lorsque ceu (...)

Tableau n° 2 : Fréquence des mentions « maître » et « marchand » dans les déclarations des gens de métiers (citadins)10

Tableau n° 2 : Fréquence des mentions « maître » et « marchand » dans les déclarations des gens de métiers (citadins)10
  • 11 Jean-Claude Perrot, Genèse d'une ville moderne. Caen au xviiie siècle, Paris-La Haye, Mouton 1975, (...)

23La double évolution qui paraît sur le tableau - marchand s'imposant plus tardivement que maître — importe moins ici que la mesure globale du phénomène. Alors que la situation des artisans du textile se détériore, et que nombre de métiers, en dehors même du textile, subissent les attaques répétées des merciers comme Jean-Claude Perrot l'a montré dans l'exemple caennais11, les maîtres de l'artisanat affirment leur indépendance sociale en revendiquant un titre qui ne leur paraissait pas nécessaire à la fin du xviie siècle. Les artisans des campagnes suivent le mouvement, mais à bonne distance. Les enjeux ne sont pas les mêmes, parce que la situation initiale est différente. Le tiers des chandeliers, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, se donnent en ville le titre de maître ou de marchand : ils sont seulement 10 % dans les campagnes ; pour les boulangers, les proportions sont respectivement de 32, 3 et 5, 8 % ; pour les cordonniers, 20 et 4, 7 %, les menuisiers, 20, 4 et 2, 1 %. D'autres évolutions lexicales traversent le xviiie siècle. Une seule parmi elles nous retiendra encore : celle qui intéresse le salariat. Elle met en perspective toutes les branches d'activité, y compris celle du travail agricole, les citadins comme les ruraux.

Tableau n° 3 : Evolution du vocabulaire qui désigne le salariat (en %)

Tableau n° 3 : Evolution du vocabulaire qui désigne le salariat (en %)

1- Valet, serviteur, compagnon, apprenti

2- Valet, serviteur, compagnon, apprenti

Carte n° 3 : Sergenteries où la proportion de « maîtres-laboureurs » ou de
« marchands-laboureurs » est la plus forte (xviiie siècle)

Carte n° 3 : Sergenteries où la proportion de « maîtres-laboureurs » ou de« marchands-laboureurs » est la plus forte (xviiie siècle)

Carte n° 4 : Sergenteries où la proportion de « fermiers » est la plus forte (xviiie siècle)

Carte n° 4 : Sergenteries où la proportion de « fermiers » est la plus forte (xviiie siècle)

24Les salariés de l'agriculture trouvent leur place dans une évolution qui intéresse les citadins comme les ruraux. Les mots de valet et de serviteur, qui portent avec eux une série de connotations péjoratives, cèdent la place à d'autres qui n'impliquent pas, au début de leur histoire, les mêmes rapports d'infériorité : le domestique est « dans la maison », quelle que soit sa qualité ; quant à ouvrier ; c'est un mot que le salariat s'approprie en le reprenant au monde des artisans lui-même. L'évolution est commencée dans la première moitié du xviiie siècle, et elle n'est pas encore achevée à la veille de la Révolution. Mais celle-ci accélère la transformation puis- qu'au sondage de la Restauration, à l'exception des salariés de l'artisanat, elle est entièrement accomplie, ou presque.

25Le recul de laboureur s'inscrit dans cet ensemble de transformations comme un mouvement lent et tardif. Toutefois, il faut rappeler que les données du tableau n°l valent pour l'ensemble de l'aire de l'étude, et qu'elles étouffent des situations locales plus nettes.

26Dans la plaine de Falaise, dans les paroisses qui appartiennent au bailliage de Caen comme à celui de Falaise, pour l'ensemble des trois derniers sondages du xviiie siècle, le mot laboureur, isolé, ne s'emploie plus que dans deux tiers des cas, voire moins. Le lieu privilégié de ce recul est à chercher dans les deux sergenteries de Saint-Pierre-sur-Dives et de Jumel, où il dépasse à peine la moitié des occurrences.

27Lorsqu'on considère les aspects positifs de la mutation, deux aires différentes apparaissent (cartes 3 et 4) : la première est formée par la moitié nord du bailliage de Falaise, où le vocable fermier, déjà bien implanté dès 1744, concurrence laboureur avec le plus d'efficacité ; la deuxième, où les laboureurs se disent maîtres ou marchands, transgresse les frontières de bailliages plus volontiers : elle concerne les paroisses qui jouxtent la vallée de la Dives et, plus à l'ouest, la sergenterie d'Isigny, au contact, dans les deux cas, des marchands bouchers et des marchands herbageurs, qui sont désormais l'élite dynamique de la paysannerie locale. La délimitation des deux aires en question rappelle l'hétérogénité dans l'espace de la paysannerie : les cartes 1 et 2 permettent d'établir un parallèle entre évolution lexicale et différenciation sociale. Mots et expressions nouveaux apparaissent là où le seul laboureur était impuissant à définir des horizons sociaux distincts, où la confusion avec le salariat était même possible. C'est bien à un besoin de distinction, qui porte en lui le désir de se valoriser, que répond le changement des mots.

28On conçoit assez bien que ces deux derniers mots n'aient pas perduré au-delà du xviiie siècle. Le retrait de maître est général, même dans l'artisanat où il trouvait le meilleur terreau ; marchand recule aussi fortement dans ce milieu (cf. tableau n°2). Le coup de grâce apporté par la Révolution aux communautés de métier, remparts de privilèges, n'a pas permis le maintien de ces références qui avaient de toute manière, au xviiie siècle, une valeur essentiellement défensive. Il eût été étonnant que les deux termes aient pu se maintenir dans la paysannerie. Fermier résiste mieux avant de déserter le champ lexical, ou peu s'en faut, devant le succès de cultivateur. L'échec des tentatives précédentes ne rendait pas obsolète, cependant, l'effort de valorisation qui les portait Au xixe siècle, il produira ce mot nouveau qu'est cultivateur. Est-il surprenant que ce soit dans les cantons les plus engagés dans l'effort de valorisation, sur la paroisse de Coulibœuf, à 10 km au sud-ouest de Saint-Pierre, qu'apparaisse le premier - et unique, avant 1789 - cultivateur ?

  • 12 Même s'il ne s'agit plus ici de proportions : ont été reportées par un point sur la carte toutes le (...)

29Cela n'empêche pas laboureur de faire de la résistance. En témoigne la dernière carte (page suivante) : c'est dans le bocage virois, ou plus exactement dans sa partie occidentale, et dans les terres bocaines du sud du Bessin, ou de la région de Villers-Bocage, que le mot conserve une place non négligeable : jusqu'à 25 % des emplois, voire plus, autour de Thorigny, Villers-Bocage, Vassy, Le Tourneur, Vire, etc.12. Parlera-t-on de cet ensemble géographique comme d'un conservatoire d'archaïsmes ? Le renvoi aux cartes 1 et 2 laisse penser, plus simplement, que le besoin de distinction sociale, dans une contrée où la paysannerie est moins différenciée que celle de la plaine, est vraisemblablement moins fort aussi.

*

  • 13 Une évaluation grossière montre que nos sondages saisissent le centième de la population adulte.

30L'étude de terrain montre que le bouleversement lexical apparu entre 1788 et 1817 est préparé dès le xviiie siècle, particulièrement dans certaines contrées de l'ensemble géographique de référence. Il semble répondre à un double besoin de distinction et de valorisation sociales, qui intéresse à peu près toutes les couches de travailleurs actifs. La paysannerie est même, dans ce mouvement d'ensemble ; plutôt en retard. Le changement ne peut procéder d'une simple imposition d'un mot, venue de l'extérieur, d'une élite elle-même indécise. Il est aussi certainement trop simple d'imputer à la Révolution la responsabilité du changement, même s'il a fallu la disparition préalable de certaines expressions - maître-laboureur — pour faire de la place au mot nouveau. Au demeurant, il faut rappeler que, dans les mailles tout de même lâches de notre filet13, cultivateur apparaît avant la Révolution.

31Le plus simple consisterait à plaider la thèse d'une série d'évolutions convergentes, où le besoin de valorisation de la paysannerie rencontrerait la lente et hésitante évolution des élites vers le sens le plus noble du mot cultivateur, la Révolution ou ses lendemains immédiats étant le moment possible de cette rencontre. Reste à savoir ce qu'il en est ailleurs : laboureur est-il en difficulté partout au xviiie siècle ? Cultivateur triomphe-t-il partout, avec le même sens et avec les mêmes réserves qu'en Normandie ? Au-delà des incertitudes qui demeurent, on peut penser que l'histoire culturelle et sociale gagnerait à des études plus nombreuses du vocabulaire du travail.

Carte n° 5 : Communes où l'emploi de « laboureur » est attesté dans la première moitié du xixe siècle

Carte n° 5 : Communes où l'emploi de « laboureur » est attesté dans la première moitié du xixe siècle

Notes

1 Pierre Goubert, « Remarques sur le vocabulaire social de l'Ancien Régime », in Ordres et classes (Colloque d'histoire sociale, Saint-Cloud, mai 1967), École Pratique des Hautes Etudes, Paris, Mouton, 1973, p. 135-140. Voir aussi Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural Les mots du passé, Paris, Fayard, 1997.

2 Jean Pierre Lethuillier se de doctorat, université de Rouen, 1993, dactyl. Une recherche par sondage, couvrant l'actuel département du Calvados, a permis d'examiner les identités de plus de vingt mille témoins masculins, dont 3 211 « paysans » (salariés agricoles et éleveurs exclus).

3 Le fond de carte est constitué par le dessin des sergenteries, que nous avons remanié pour constituer des ensembles cohérents et comparables.

4 L'année qui désigne chaque sondage est une année-cible. Il a fallu pour compléter les échantillons, dépouiller plusieurs années à l'amont et à l'aval. Sur ce tableau, les sondages 1660, 1680, 1700 et 1722 ont été regroupés, en raison de la minceur des informations socio-professionnelles, particulièrement pour les trois premiers sondages.

5 La transformation du vocabulaire est attestée en bien des endroits mais il y aurait lieu de préciser la géographie de ce passage par des études plus nombreuses. La chronologie du mouvement devrait, elle aussi, être mieux connue. L'identification des zones de résistance au changement est toujours éclairante pour le sens d'une mutation.

6 Pour l'évolution du langage d'une catégorie sociale, voir les tableaux donnés dans cet article ; pour les isolats géographiques, voir la carte n°5.

7 André Bourde, Agronomie et agronomes en France au xviiie siècle, Paris, sevpen, 1967, 3 vol., 1743 p., Bibliographie, p. 1665-1702.

8 Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers..., article « Fermiers ».

9 Jean-Pierre Lethuillier, ouvr. cité, p. 228-281.

10 En l'absence de ces mentions, il est impossible de distinguer maîtres et salariés, sauf lorsque ceux- ci s'intitulent compagnons : occurrence rare. Les pourcentages sont donc exprimés par rapport à l'ensemble des gens de métiers interrogés comme témoins.

11 Jean-Claude Perrot, Genèse d'une ville moderne. Caen au xviiie siècle, Paris-La Haye, Mouton 1975, p. 327-336 et 382-422.

12 Même s'il ne s'agit plus ici de proportions : ont été reportées par un point sur la carte toutes les paroisses où le mot laboureur apparaît, à un ou plusieurs exemplaires, en 1817 comme en 1846.

13 Une évaluation grossière montre que nos sondages saisissent le centième de la population adulte.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : Evolution du vocabulaire désignant le « paysan » (en %)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20550/img-1.png
Fichier image/png, 114k
Titre Carte n° 1 : nombre de salariés agricoles pour 100 laboureurs (moyenne : 18, 5)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20550/img-2.png
Fichier image/png, 227k
Titre Carte n° 2 : nombre de journaliers pour 100 laboureurs (moyenne : 48, 9)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20550/img-3.png
Fichier image/png, 224k
Titre Tableau n° 2 : Fréquence des mentions « maître » et « marchand » dans les déclarations des gens de métiers (citadins)10
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20550/img-4.png
Fichier image/png, 79k
Titre Tableau n° 3 : Evolution du vocabulaire qui désigne le salariat (en %)
Légende 1- Valet, serviteur, compagnon, apprenti
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20550/img-5.png
Fichier image/png, 159k
Légende 2- Valet, serviteur, compagnon, apprenti
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20550/img-6.png
Fichier image/png, 102k
Titre Carte n° 3 : Sergenteries où la proportion de « maîtres-laboureurs » ou de« marchands-laboureurs » est la plus forte (xviiie siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20550/img-7.png
Fichier image/png, 214k
Titre Carte n° 4 : Sergenteries où la proportion de « fermiers » est la plus forte (xviiie siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20550/img-8.png
Fichier image/png, 214k
Titre Carte n° 5 : Communes où l'emploi de « laboureur » est attesté dans la première moitié du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20550/img-9.png
Fichier image/png, 256k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540