Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Première partie. Regards sur les paysans (XVIIIe-XIXe siècles)

Les économistes et les modes d'exploitation de la terre : des physiocrates à la nouvelle économie institutionnelle

Serge Dormard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les économistes se sont toujours intéressés à l'agriculture. Depuis les Physiocrates, la question de la productivité agricole et celle de la place de l'agriculture dans le développement économique ont constamment été au centre des préoccupations des grands courants de pensée. Moins connus sont les travaux des économistes sur l'organisation socio-économique du monde rural. Et pourtant, la question du mode de faire-valoir de la terre et celle de l'organisation sociale qui s'y rattache ont donné lieu à de nombreuses et importantes contributions de la part des principaux auteurs des xviiie et xixe siècles. Après une période d'éclipsé, l'étude de l'organisation du monde rural a connu un renouveau à partir des années 1970, grâce notamment aux apports de la « nouvelle économie institutionnelle » qui ont permis aux économistes de disposer des outils conceptuels nécessaires pour analyser de manière rigoureuse les différents modes d'exploitation de la terre.

Le caractère archaïque du métayage

  • 1 L'analyse des modes d'exploitation de la terre apparaît, en réalité, fort ancienne. Nous remercions (...)

2Les économistes « classiques », c'est-à-dire antérieurs à la première moitié du xixe siècle1, se situent, en général, dans une perspective évolutionniste, le mode d'exploitation de la terre étant passé successivement de l'esclavage au servage, puis au métayage pour aboutir au fermage, forme ultime et la plus efficace de l'organisation de la production agricole et de la répartition du produit. Rares sont alors ceux qui défendent le système du métayage.

  • 2 François Quesnay, article Fermiers, repris dans Eugène Daire, Physiocrates, Slatkine Reprints, Genè (...)

3François Quesnay, dans les articles Fermiers et Grains, parus en 1756 et 1757 dans l'Encyclopédie, démontre, chiffres à l'appui, la supériorité de la culture avec des chevaux sur celle utilisant des bœufs. La première permet d'augmenter considérablement la production agricole. Mais pour labourer les terres avec des chevaux, il faut faire des avances importantes en semences, bestiaux, gages et nourriture des domestiques, et attendre « près de deux ans le fruit de ses travaux et de ses dépenses », ce qui n'est possible que pour des fermiers riches. Dans les provinces où ces derniers n'existent pas, « les propriétaires des terres n'ont d'autres ressources pour retirer quelques produits de leurs biens, que de les faire cultiver avec des bœufs, par des paysans qui leur rendent la moitié de la récolte »2. Le propriétaire lui fournissant les bœufs et la semence, les frais du métayer se réduisent à peu de chose, aux instruments de labourage et aux dépenses pour sa nourriture jusqu'à la première récolte.

  • 3 Turgot, Écrits économiques. Coll. « Perspectives de l'économique », Calmann-Lévy, Paris, 1970, p. 1 (...)

4En 1766, Turgot, dans ses Réflexions sur la formation et la distribution des richesses, distingue cinq manières par lesquelles le propriétaire qui ne souhaite pas travailler lui-même sa terre peut la faire exploiter : le salariat, la culture par esclaves, l'aliénation du fonds à charge d'une redevance, le métayage et le fermage. Seules les deux dernières apparaissent encore en usage, « la culture des métayers dans les pays pauvres, et la culture des fermiers dans les pays les plus riches »3. Le fermage constitue le contrat le plus avantageux aussi bien pour le propriétaire que pour le cultivateur. Le premier est débarrassé du soin de faire les avances nécessaires, il reçoit chaque année un revenu identique et ses risques sont limités grâce au gage que constituent les biens du fermier. Celui-ci peut pousser au maximum son effort car l'accroissement de production obtenu lui revient en totalité. Il en résulte une « prodigieuse augmentation dans les productions et dans le revenu des biens-fonds ».

  • 4 Idem.

5Mais, reprenant l'argument de Quesnay, Turgot souligne que le fermage ne peut s'établir que dans les régions, Picardie, Normandie, les environs de Paris et dans la plupart des provinces du nord de la France, où l'on trouve suffisamment de cultivateurs aisés capables de faire les avances de la culture. Au contraire, dans les provinces du Midi, où les propriétaires doivent fournir « les bestiaux de labour, les charrrues et autres outils aratoires, la semence et la nourriture du colon et de sa famille », les terres sont cultivées par des métayers, « aussi, les provinces du Nord de la France sont-elles incomparablement plus riches et mieux cultivées que celles du Midi »4.

6Cependant le lien que Quesnay et Turgot font entre état de développement de l'économie et mode d'exploitation de la terre enferme leur analyse dans une sorte de « causalité circulaire ». Le fermage, en améliorant la productivité agricole, permet de dégager les surplus dont le fermier a besoin pour ces avances, avances qui vont conduire à de nouveaux progrès agricoles. Inversement, la faible productivité du métayage empêche l'exploitant d'obtenir les moyens suffisants pour améliorer ses terres, ce qui lui interdit de choisir un autre système de faire-valoir, le fermage notamment, et le condamne à reproduire à l'infini le système existant. Néanmoins les analyses de ces deux auteurs contiennent quelques intuitions que l'on retrouvera dans les approches contemporaines.

  • 5 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776.

7Les principaux auteurs de la fin du xviiie siècle ou du début du xixe siècle n'abordent que de façon secondaire la question de la tenure des terres, adoptant généralement la position de leurs prédécesseurs sur le caractère archaïque du métayage. Ainsi, Adam Smith condamne le métayage car, selon lui, avec ce système, le tenancier hésitera à investir son propre capital dans la ferme compte tenu du fait que le propriétaire recevra une part du produit supplémentaire obtenu5.

  • 6 Simonde De Sismondi, Principes d'économie politique, Paris, 1827.

8Dans ce contexte, rares sont les économistes favorables au métayage. On peut citer le cas de Simonde De Sismondi qui, d'abord disciple d'Adam Smith, s'en éloignera très vite après avoir constaté l'opposition entre les prévisions faites par les économistes et certains faits, notamment le contraste entre la vie misérable des ouvriers britanniques, sous un système soit disant avancé, et la vie plus heureuse des métayers toscans, sous un régime considéré comme dépassé6.

  • 7 John Stuart Mill, Principes d'économie politique, 1848.

9De même, John Stuart Mill considère que les défauts du métayage relevé par les économistes de son époque viennent d'une mauvaise application du système et non du système lui-même. La principale imperfection du métayage est l'insécurité dans laquelle se trouve le tenancier qui notamment l'empêche de faire les améliorations souhaitables7.

L'analyse d'Alfred Marshall

  • 8 Alfred Marshall, Principes d'économie politique, 1890.
  • 9 J. Loyat, « Rente foncière et métayage », Revue d'Economie Régionale et Urbaine, 1988, n° 5, p. 734

10Mais les analyses précédentes restent très sommaires et insuffisamment rigoureuses. Elles ne permettent pas d'expliquer de manière satisfaisante pourquoi le métayage reste encore, à l'époque, le mode d'exploitation dominant en France et dans beaucoup d'autres pays. Sur le plan théorique, il faudra attendre la fin du xixe siècle avec Alfred Marshall (1890) pour qu'un progrès décisif soit réalisé8. S'inscrivant dans un cadre « marginaliste », l'analyse de Marshall cherche à déterminer le système d'exploitation de la terre le plus efficient, c'est-à-dire permettant d'utiliser au mieux les ressources disponibles. Les hypothèses générales retenues sont la loi des rendements décroissants, l'égalité du coût marginal et du produit marginal pour le propriétaire et pour le métayer, l'identité de la productivité du travail et des conditions techniques quel que soit le mode de faire-valoir de la terre9. De plus, il n'existe aucune incertitude quant à la production future.

11Dans ces conditions, il est facile de montrer que le métayage ne permet pas d'obtenir la production maximale, car le métayer ne poussera son effort que jusqu'au point où le produit marginal lui revenant (qui dépend du taux de partage adopté) est égal au revenu alternatif qu'il peut attendre d'une autre activité, mesuré par le salaire moyen qui s'établit sur le marché du travail.

12Ceci peut être illustré à l'aide du graphique ci-dessous. La droite PA représente le produit marginal (mesuré par exemple en quantités de produits agricoles) obtenu pour chaque unité de travail fourni. L'application de la loi des rendements décroissants fait que ce produit marginal diminue avec la quantité de travail utilisée et devient nul pour une quantité OA. La longueur du segment de droite OW mesure le salaire unitaire qu'obtiendrait le tenancier s'il travaillait comme salarié ou que devrait verser le propriétaire à ses salariés s'il exploitait lui-même la terre. Le propriétaire voudra fixer la quantité de travail à fournir au point B, tel que le produit marginal du travail est alors juste égal au taux de salaire. Au-delà de B, la main-d'œuvre utilisée coûterait plus cher qu'elle ne rapporterait.

Modèle de MARSHALL

Modèle de MARSHALL

13Cependant, le tenancier ne reçoit qu'une partie du produit marginal, représentée par la droite SA, située au-dessous de la droite PA. S'il peut obtenir le taux de salaire OW en travaillant comme salarié plutôt que comme métayer, il fixera sa quantité de travail au point C, pour lequel son revenu marginal est juste égal au taux de salaire. Au-delà de la quantité OC, la part du produit qui lui reviendra sera inférieure au taux de salaire. Comme OC est plus faible que OB, la production totale obtenue est inférieure avec le métayage qu'avec un autre système d'exploitation de la terre, notamment le faire-valoir direct avec utilisation de salariés agricoles. Le métayage conduit donc à une affectation non optimale des ressources.

  • 10 Ceci devrait provoquer une forte demande de ce type de contrat par les tenanciers. Mais, ignorant l (...)

14Le propriétaire se trouve doublement pénalisé : d'une part, le surplus total (différence entre le produit global et le coût total de la main- d'œuvre) obtenu avec un contrat de métayage est plus faible que dans un autre système de faire-valoir, d'autre part, il doit partager ce surplus avec le métayer. Dans ces conditions, le propriétaire n'a aucun intérêt à choisir le métayage, le fermage ou le faire-valoir direct avec utilisation d'une main-d'œuvre salariée étant préférable pour lui. Au contraire, la situation du métayer apparaît plus favorable que celle du salarié puisqu'il peut s'approprier une partie du profit total10.

15Marshall rejoint donc les économistes classiques sur le caractère plus efficace du fermage. Cependant, il reconnaît que si l'effort du tenancier peut être déterminé et contrôlé par le propriétaire, alors le métayage peut conduire à une affectation des ressources aussi efficace que l'exploitation directe ou le fermage. Il suffit au propriétaire de fixer dans le contrat la quantité de travail du tenancier au niveau OB. Le résultat sera identique si le propriétaire peut librement modifier la quantité de capital, notamment de terres, mise à la disposition de son tenancier. Mais il n'en sera plus de même si la production agricole future souffre d'incertitude ou si le travail du tenancier apparaît difficile à contrôler.

Le regain d'intérêt pour le monde rural

  • 11 D. Gale Johnson, « Resource Allocation under Share Contracts », Journal of Political Economy, avril (...)
  • 12 Steven N. S. Cheung, « Private property rights and sharecropping », Journal of Political Economy, n (...)

16L'analyse de Marshall ne sera guère remise en question jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, les économistes manifestant alors un intérêt moindre pour les sociétés rurales. Les travaux de D. Gale Johnson11, dans les années 1950, et surtout ceux de Steven Cheung12, à la fin des années 1960, marquent un tournant. Mais leur analyse reste très orthodoxe, limitée par les insuffisances des outils théoriques de l'époque.

17L'analyse de Cheung porte sur le comportement du propriétaire foncier. Reprenant l'essentiel de l'analyse de Marshall, il introduit l'hypothèse, déjà suggérée par ce dernier, que le propriétaire peut modifier le taux de partage du produit agricole et faire varier la superficie allouée à chaque tenancier. De plus, l'absence de toute incertitude lui permet de fixer et de contrôler l'effort fourni par le locataire.

18Dans ces conditions, le métayage peut constituer un mode de faire- valoir efficace. Le propriétaire choisira un taux de partage et divisera ses terres selon des modalités lui permettant de s'approprier la totalité du produit excédant la rémunération des facteurs de production. De son côté, le métayer recevra un revenu juste égal au salaire qu'il obtiendrait sur le marché du travail.

19S'il n'existe aucun coût de transaction spécifique, les différents modes de faire-valoir apparaissent donc équivalents. De plus, l'équilibre qui s'établit sera optimal car les rémunérations des facteurs de production, rente, salaire, seront strictement égales aux productivités marginales de ces facteurs.

20Mais l'analyse de Cheung reste très rudimentaire. Les hypothèses retenues, contrôle parfait du travail du tenancier, absence d'incertitude, apparaissent trop restrictives et limitent la portée des résultats obtenus. Elle constitue cependant le point de référence des innombrables études sur l'organisation du monde agricole qui ont été réalisées au cours des vingt dernières années.

La nouvelle économie institutionnelle

  • 13 O. E. Williamson, Markets and hiérarchies : Analysis and antitrust implications, New-York, The Free (...)
  • 14 Pour une synthèse des travaux de l'économie institutionnelle, voir Éric Brousseau, « L'approche néo (...)

21C'est la nouvelle économie institutionnelle, sous l'impulsion de différents auteurs anglo-saxons, en particulier d'Olivier Williamson13, qui va permettre les progrès décisifs. Comme l'ancienne école institutionnaliste américaine du début du siècle (J. -B. Clark, J. -M. Clark, T. Veblen, J. Hobson, notamment), la nouvelle économie institutionnelle s'intéresse aux institutions économiques, plus précisément aux procédures optimales de coordination entre agents économiques autres que le marché14.

  • 15 Éric Brousseau, « L'approche néo-institutionnelle de l'économie des coûts de transaction », art cit (...)

22Mais, contrairement à leurs prédécesseurs, les auteurs actuels ne rejettent pas le cadre néo-classique. Ils cherchent, au contraire, à l'enrichir d'apports nouveaux, notamment dans le domaine juridique ou à partir des travaux de la théorie de l'organisation. Son objectif est de « démontrer l'efficience sociale de modes de coordination non conformes aux enseignements de la théorie de la concurrence pure et parfaite »15. En particulier, il s'agit d'expliquer pourquoi certaines activités sont coordonnées par d'autres mécanismes que celui des prix, l'entreprise par exemple.

23La nouvelle économie institutionnelle repose sur différents fondements théoriques dont les principaux sont :

  • la rationalité limitée des agents économiques. Celle-ci peut être la conséquence de coûts de recherche de l'information élevés ou résulter du fait que les décisions devront être prises en situation d'incertitude complète sur les états du monde futurs. Cela concerne, bien évidemment, l'agriculture soumise plus que toute autre activité économique à des conditions météorologiques variables et souvent imprévisibles ;
  • les situations d'opportunisme. Chaque agent est supposé opportuniste, c'est-à-dire que si l'occasion se présente, il cherchera à « capter une partie du surplus destiné à son ou ses co-contractants »16. L'opportunisme a différentes sources : le « risque moral » (moral hasard), lorsque l'impossibilité de contrôler le comportement de l'agent peut conduire ce dernier à ne pas respecter ses engagements, et « la sélection adverse », lorsque l'action peut être contrôlée mais qu'il n'existe pas de référence permettant d'apprécier la qualité du résultat obtenu. C'est un fait que dans le monde rural, le propriétaire foncier peut difficilement contrôler l'activité de son tenancier et, s'il le peut, il ne possède pas toujours les moyens de savoir si le travail fourni a été suffisant et bien adapté aux circonstances ;
  • la spécificité des actifs. Un actif (ou une ressource) est dit spécifique lorsque sa productivité est plus forte lorsqu'il est associé à un autre actif. La forte complémentarité entre les deux actifs, en accentuant leur spécialisation, les rend faiblement « redéployables », c'est-à-dire peu aptes à d'autres usages. Ainsi, le propriétaire d'un actif spécifique est contraint de coopérer avec le propriétaire de l'autre actif, même s'il se comporte de manière opportuniste, « car la cessation de la coopération peut coûter plus cher que la perte qu'occasionne l'opportunisme »17. Aussi, personne ne prendra le risque d'investir dans des actifs ou ressources spécifiques s'il ne dispose pas de moyens pour se protéger de l'opportunisme de son partenaire. Cela peut concerner notamment le tenancier qui refusera de procéder à diverses améliorations de la terre, des bâtiments, etc. s'il craint une rupture unilatérale du contrat par le propriétaire. Dans ce cas, des systèmes de protection doivent être mis en place afin d'inciter le tenancier à investir dans l'exploitation ;
  • les coûts de transaction. Ces coûts comprennent diverses dépenses occasionnées par la mise en place d'un contrat, ex ante, pour les coûts de recherche du partenaire et de négociation du contrat, puis, ex post, pour les coûts de contrôle ou de renégociation du contrat. Les agents, s'ils sont rationnels, chercheront l'arrangement contractuel permettant de minimiser ces coûts de transaction.

24Ces fondements théoriques de l'économie des institutions sont regroupés dans divers corpus analytiques. Parmi ceux-ci, la théorie de l'agence joue un rôle important et présente un grand intérêt pour l'analyse du monde agricole. Elle cherche à déterminer le contrat optimal pouvant s'établir entre un « principal », propriétaire d'une ressource, et un « agent », utilisateur de la ressource et travaillant pour le principal. Celui-ci n'est pas en mesure d'exercer un contrôle efficace sur l'activité de l'agent, soit parce que les coûts de contrôle apparaissent trop élevés par rapport au gain espéré, soit à cause d'asymétries informationnelles, l'agent détenant des informations que ne possède pas le principal. L'objectif est alors de trouver un mécanisme d'incitation, notamment à travers le système de rémunération, c'est-à-dire dans le monde agricole à l'aide du mode de faire-valoir de la terre, conduisant l'agent à agir dans l'intérêt du principal.

Imperfections des marchés, contrôle et risques

  • 18 Pour une synthèse récente, voir K. Otsuka, H. Chuma et Y. Hayami, « Land and Labor Contracts in Agr (...)

25L'application des principes de la nouvelle économie institutionnelle au monde rural a donné lieu d'innombrables travaux depuis une vingtaine d'années18. Le caractère très formalisé des modèles proposés, s'il peut paraître contraignant à l'historien, possède cependant l'immense mérite de permettre la prise en compte, dans un cadre clair et rigoureux, des divers éléments essentiels à l'analyse des modes d'exploitation de la terre : les différences de dotations en facteurs de production, l'imperfection des marchés (travail, crédit), les coûts de transaction, l'asymétrie de l'information, la question du contrôle de l'activité de l'exploitant, le problème du partage du risque, etc.

26Avant de voir plus précisément les hypothèses des modèles proposés et quelques-uns des résultats obtenus, il convient d'abord de revenir sur la manière dont les divers éléments ci-dessus interviennent dans l'analyse du mode d'exploitation des terres.

27Considérée comme essentielle par les économistes classiques, une dotation insuffisante en facteurs de production, capital, capacités techniques et de gestion, etc. pourra être un obstacle au choix du fermage et conduira à préférer le métayage. Cette contrainte peut aussi concerner le propriétaire foncier qui est alors incité lui aussi à partager les coûts d'exploitation, ce qui imposera d'autant plus le contrat de métayage.

28Mais le problème de la dotation en facteurs renvoie à la question de l'imperfection des marchés. L'insuffisance de capital de la part du tenancier implique, pour des raisons diverses, un marché du crédit déficient. Cette imperfection peut aussi concerner le marché du travail, le tenancier n'étant pas certain de trouver un emploi salarié alternatif au contrat proposé par le propriétaire. Le métayage est souvent considéré comme le meilleur moyen de pallier l'absence de marché efficient, le propriétaire apportant, par exemple, au métayer le capital dont il a besoin. Mais un système de crédit du propriétaire en faveur du tenancier n'est pas incompatible avec un contrat de fermage.

29Chaque mode d'exploitation de la terre génère ses propres coûts de transaction. Le fermage entraîne des risques de surexploitation de la terre, le métayage exige un contrôle de l'effort fourni par le tenancier et un risque de fraude lors du partage qui entraîne divers coûts pour le propriétaire. Le faire-valoir direct suppose un contrôle régulier et coûteux du travail fourni par les salariés. Il est difficile de dire pour quel type de faire- valoir ces coûts de transaction sont les plus élevés. La plupart des auteurs pensent que le métayage entraîne les coûts les plus importants.

30Parmi les coûts de transaction, ceux qui concernent le contrôle de l'effort fourni par l'exploitant ont fait l'objet du plus grand nombre de recherches. La question du contrôle ne se pose pas de la même manière selon les contrats. Ainsi, le fermage constitue le système d'incitation le plus efficace et donc n'exige pas ou peu de contrôle. Mais c'est le moins rémunérateur pour le propriétaire. Le métayage est moins incitatif que le fermage, le tenancier ne recevant qu'une partie du produit de son effort (Marshall), et exige d'importants contrôles. Il en est de même pour le faire-valoir direct qui suppose une surveillance étroite des salariés travaillant sur la terre.

31Mais la capacité de contrôle dépend largement de l'incertitude qui pèse sur le résultat de l'activité agricole. Or, les risques des différentes parties ne sont pas les mêmes selon le type de contrat. Dans le cas du fermage, le tenancier supporte la totalité des risques de la production. Avec le mode de faire-valoir direct, ceux-ci incombent au propriétaire. Le métayage permet de partager les risques entre les deux parties, la part de chacun dépendant de la répartition choisie du produit agricole.

32La question du partage du risque est importante mais elle ne suffit pas. Ce qui est essentiel, c'est l'attitude de chaque partenaire face au risque. Selon qu'il craint, est indifférent ou aime le risque, sa préférence en matière de contrat ne sera pas le même. Le propriétaire qui craint le risque optera plutôt pour le contrat de fermage qui lui assure un revenu fixe et connu à l'avance. Le tenancier qui souffre d'une aversion pour le risque préférera le statut de salarié.

33Finalement, les facteurs décisifs concernent les coûts de contrôle et la question du risque. Ils constituent les fondements des analyses les plus récentes.

Comportements des parties et théorie de l'agence

  • 19 K. Otsuka, H. Chuma et Y. Hayami, art. cité p. 1979.

34Malgré des approches différentes, les modèles d'analyse du mode d'exploitation de la terre supposent toujours un tenancier, quel que soit son statut exact, fermier, métayer ou salarié agricole, qui exploite une terre de dimension variable, notée h, appartenant à un propriétaire foncier, à l'aide d'une main-d'œuvre salariée en quantité Mt. Si l'on note et, l'effort (temps de travail) consenti par le tenancier, la production obtenue s'écrira à l'aide de la formule mathématique suivante19 :

35Q = 0 F(et, Mt, h)

36F étant une fonction de production ayant certaines propriétés précises (elle est supposée concave, homogène linéaire et à productivités marginales positives et décroissantes).

37La production obtenue Q dépend d'une variable 0 qui représente l'état de la nature (« les caprices du temps ») influençant la récolte. Cet état ne peut être connu à l'avance, ce qui rend la production incertaine.

38La rémunération du tenancier, notée Yt, peut s'écrire selon la formule générale suivante :

39Yt = α (Q - wMt) + ß

40w étant le taux de salaire.

41Les coefficients a et (3 sont des paramètres, choisis par le propriétaire, précisant les modalités de partage du produit. Trois cas sont possibles :

  • α = 0 et ß > 0 : le tenancier reçoit un salaire fixe (mode de faire-valoir direct).
  • α= 1 et ß < 0 : le tenancier verse un loyer ß et perçoit la totalité du produit net (fermage).
  • 0 < α < 1 et ß =D0 : le tenancier reçoit une partie du produit net (métayage). Si a = 0, 5, le partage est égal entre les deux parties.

42Remarquons que le caractère très général de la formule ci-dessus permet toutes les combinaisons possibles des trois types de contrats de base. Il est donc possible d'imaginer des modes d'exploitation autres que ceux habituellement retenus, par exemple, un contrat de fermage (ß < 0) ou un mode de faire-valoir direct (ß > 0) avec une participation du tenancier à la récolte (0 < α < 1).

43Le revenu du propriétaire est égal au produit total Q moins ce qui est versé au tenancier Yt.

  • 20 En réalité, son revenu « espéré », compte tenu de l'incertitude qui pèse sur les résultats de l'act (...)

44L'étape suivante consiste à préciser les comportements des deux acteurs, propriétaire et tenancier. Le propriétaire souhaite obtenir le revenu de son exploitation le plus grand possible. Mais ce revenu dépend de l'effort fourni par ce tenancier. Comme il est difficile, pour les raisons indiquées précédemment, pour le propriétaire de contrôler étroitement le travail de ce dernier, le problème est alors pour lui de déterminer le contrat optimal, c'est-à-dire le mode d'exploitation de la terre qui maximise son revenu20. Ce contrat doit être celui qui incite le tenancier à pousser au maximum le travail accompli car le revenu du propriétaire dépend de la production obtenue. C'est particulièrement évident pour le métayage où la production est partagée entre les deux parties ou le faire- valoir direct. C'est également le cas pour le fermage car une production élevée permettra au propriétaire d'accroître le loyer réclamé au fermier. Mais les différents modes d'exploitation de la terre n'ont pas les mêmes effets incitatifs. Dans l'ordre décroissant, on trouvera le fermage, le métayage et le faire-valoir direct.

45L'objectif du tenancier est aussi d'accroître son revenu. Mais tout accroissement de ce revenu suppose de sa part un effort plus important, ce qui est évidemment pénible pour lui. Inversement, réduire son temps de travail aura pour conséquence un niveau de revenu plus faible, ce qui n'est pas non plus forcément ce qu'il peut souhaiter. Il lui faut donc arbitrer entre revenu et temps de loisir.

46Nous sommes donc en face d'un problème d'agence tel qu'il a été défini plus haut : « le principal » est ici le propriétaire foncier, « l'agent », le tenancier. Le « mécanisme d'incitation » sera ici le type de contrat d'exploitation de la terre que le propriétaire proposera au tenancier.

47La résolution de ce problème serait relativement simple si la production agricole était sans risque. Mais l'existence d'une incertitude sur les événements futurs oblige à raisonner sur des revenus espérés et non plus certains et à tenir compte de l'attitude de chaque partie vis-à-vis du risque. Deux cas seront distingués : celui où l'un ou l'autre des contractants est neutre vis-à-vis du risque et celui où il craint le risque. Dans le premier cas, son objectif sera de maximiser son revenu espéré, la dispersion autour de ce revenu n'ayant pas d'importance pour lui. Dans le second cas, le contractant souffre d'une aversion pour le risque et il n'acceptera un contrat plus risqué que si son revenu espéré augmente en conséquence.

La détermination du mode d'exploitation optimal

48Des nombreux travaux, en général très formalisés, réalisés depuis une vingtaine d'années, on peut relever quelques résultats majeurs. Nous les présenterons, de façon très synthétique, sans entrer dans les détails techniques.

49Si le propriétaire peut parfaitement contrôler le travail de son tenancier et s'il n'existe aucune incertitude ou, ce qui est équivalent, si les deux parties sont neutres vis-à-vis du risque, alors le propriétaire se trouve dans la possibilité de fixer le niveau d'effort du tenancier qui lui permet d'obtenir le revenu maximum. Cette quantité de travail pourra être obtenue avec l'un ou l'autre mode d'exploitation. Il suffit au propriétaire de choisir les valeurs de a et ß, correspondant à chaque type de contrat, conduisant le tenancier à fixer son temps de travail au niveau voulu. Aucun des trois modes d'exploitation de la terre ne présente donc un avantage sur les autres et le propriétaire pourra choisir l'un ou l'autre. Pour ce qui concerne le métayage, rien ne permet de conclure cependant que le contrat adopté correspondra à un partage par moitié (α = 0, 5) de la récolte. La valeur optimale de α peut être quelconque.

50Les conclusions apparaissent différentes si l'une ou l'autre partie n'est plus neutre vis-à-vis du risque. Alors un type de contrat va s'imposer :

  • le faire-valoir direct si le tenancier fait preuve d'une aversion pour le risque. C'est le propriétaire qui assumera alors la totalité du risque de l'activité agricole ;
  • le fermage si c'est le propriétaire qui souffre de cette aversion. Ici, c'est le fermier qui supportera le risque de l'exploitation ;
  • le métayage si les deux parties connaissent une aversion pour le risque. Cela permet de partager le risque entre les contractants. Mais le partage optimal n'est pas, là encore, nécessairement égal. Un des contractants peut recevoir plus que l'autre.

51Mais l'hypothèse de contrôle parfait de l'activité du tenancier n'est pas toujours acceptable, notamment lorsque la production agricole est supposée incertaine. Lorsque le contrôle de l'activité de l'exploitant se révèle difficile, les résultats précédents ne s'appliquent plus. Mais tout dépend de l'attitude des parties vis-à-vis du risque.

  • 21 Ce résultat concorde avec l'un des théorèmes de la théorie de l'agence qui veut que, si l'agent est (...)

52Si les deux contractants sont neutres vis-à-vis du risque, alors le meilleur contrat sera le fermage car il permettra au propriétaire, par un choix judicieux du loyer payé par le tenancier, d'amener celui-ci à adopter le niveau d'effort souhaité, c'est-à-dire celui qui rend maximum son revenu. Le tenancier préférera aussi ce mode d'exploitation qui lui donne la possibilité d'accroître son revenu espéré. L'affectation des ressources sera alors optimale (au sens de Pareto)21. Le métayage n'est pas acceptable car il conduirait à un niveau de production insuffisant pour le propriétaire. On retrouve le résultat obtenu par Alfred Marshall.

53Mais si le tenancier souffre d'une aversion pour le risque, un arbitrage se présente à lui entre revenu et risque. Passer de la condition de salarié à celle de métayer, puis à celle de fermier, accroît son revenu espéré mais au prix d'un risque plus grand. Le tenancier préférera donc un contrat de métayage qui lui permet de partager le risque, même s'il s'accompagne d'une diminution de son revenu.

54Si le propriétaire propose un contrat de fermage, très risqué pour le tenancier, il ne pourra exiger qu'un loyer modéré, ce qui réduira d'autant son revenu. D'où l'intérêt, pour lui aussi, du métayage qui élèvera son revenu, même s'il s'accompagne d'une baisse sensible de l'effort du tenancier.

*

  • 22 Pour une présentation des études réalisées dans différents pays d'Asie, voir K. Otsuka, H. Chuma et (...)

55Les résultats ci-dessus constituent une synthèse des conclusions, par ailleurs très riches, obtenues à l'aide des différents modèles économiques élaborés depuis une vingtaine d'années. La formalisation mathématique, par sa puissance analytique et la rigueur qu'elle exige, permet de prendre en compte une grande variété d'hypothèses ou de contraintes, ce qui donne la possibilité de confronter des situations très spécifiques, par exemple, l'effet du risque et celui des coûts de transaction ou l'impact des imperfections des différents marchés, et de déterminer les cas où le métayage reste préférable au fermage, ou inversement. La modélisation peut donc se révéler très utile pour étudier des situations concrètes dans lesquelles les variables pertinentes apparaissent multiples. Ces travaux ont déjà donné lieu à de nombreuses applications dans divers pays en voie de développement22. Ce qui permet de penser que l'approche économique du mode d'exploitation de la terre peut constituer un instrument de recherche intéressant pour l'historien.

Notes

1 L'analyse des modes d'exploitation de la terre apparaît, en réalité, fort ancienne. Nous remercions Philippe Leveau de nous avoir signalé les réflexions pertinentes à ce sujet de Columelle, agronome latin du ier siècle.

2 François Quesnay, article Fermiers, repris dans Eugène Daire, Physiocrates, Slatkine Reprints, Genève, 1971, première partie, p. 220.

3 Turgot, Écrits économiques. Coll. « Perspectives de l'économique », Calmann-Lévy, Paris, 1970, p. 139.

4 Idem.

5 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776.

6 Simonde De Sismondi, Principes d'économie politique, Paris, 1827.

7 John Stuart Mill, Principes d'économie politique, 1848.

8 Alfred Marshall, Principes d'économie politique, 1890.

9 J. Loyat, « Rente foncière et métayage », Revue d'Economie Régionale et Urbaine, 1988, n° 5, p. 734.

10 Ceci devrait provoquer une forte demande de ce type de contrat par les tenanciers. Mais, ignorant les comportements des divers acteurs, notamment des propriétaires fonciers, Marshall est dans l'impossibilité de déterminer « l'équilibre » qui doit s'établir.

11 D. Gale Johnson, « Resource Allocation under Share Contracts », Journal of Political Economy, avril 1950, 58, 2, p. 111-123.

12 Steven N. S. Cheung, « Private property rights and sharecropping », Journal of Political Economy, novembre-décembre 1968, p. 1107-1122, et The Theory of Share Tenancy, University of Chicago Press, Chicago, 1969.

13 O. E. Williamson, Markets and hiérarchies : Analysis and antitrust implications, New-York, The Free Press, 1975, et The economic institutions of capitalism, New-York, The Free Press, 1985.

14 Pour une synthèse des travaux de l'économie institutionnelle, voir Éric Brousseau, « L'approche néo-institutionnelle de l'économie des coûts de transaction », Revue française d'économie, automne 1989, IV-4, p. 123-166, et Éric Brousseau, L'économie des contrats, P. U. F., Paris, 1993, p. 70.

15 Éric Brousseau, « L'approche néo-institutionnelle de l'économie des coûts de transaction », art cité p. 136.

16 Idem p. 129.

17 Eric Brousseau, L'économie des contrats, ouv. cité p. 70.

18 Pour une synthèse récente, voir K. Otsuka, H. Chuma et Y. Hayami, « Land and Labor Contracts in Agrarian Economies : Théories and Facts », Journal of Economc Literature, vol. XXX, décembre 1992, p. 1965-2018, et, pour une présentation non formalisée, Jean-Philippe COLIN, « De Turgot à la nouvelle économie institutionnelle. Brève revue des théories économiques du métayage », Economie Rurale, 228, juillet-août 1995, p. 28-34.

19 K. Otsuka, H. Chuma et Y. Hayami, art. cité p. 1979.

20 En réalité, son revenu « espéré », compte tenu de l'incertitude qui pèse sur les résultats de l'activité agricole.

21 Ce résultat concorde avec l'un des théorèmes de la théorie de l'agence qui veut que, si l'agent est neutre vis-à-vis du risque, le contrat optimal est celui qui correspond au paiement d'un droit fixe de l'agent au principal.

22 Pour une présentation des études réalisées dans différents pays d'Asie, voir K. Otsuka, H. Chuma et y. Hayami, art. cité p. 2002-2011.

Table des illustrations

Titre Modèle de MARSHALL
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20548/img-1.png
Fichier image/png, 42k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.