Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Introduction. Pertinence du thème ?

La recomposition des différenciations sociales dans la France rurale du Nord-Ouest par-delà la Révolution

Jean-Pierre Jessenne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Ordres et classes. Colloque d'histoire sociale, Colloque de Saint-Cloud, 24-25 mai 1967, Paris-La H (...)
  • 2 Guy-Robert Ikni, « Recherches sur la propriété foncière, problèmes théoriques et de méthode », Anna (...)

1Premier intervenant dans un colloque intitulé Campagnes de l'Ouest, stratigraphie et relations sociales dans l'histoire et dont la déclaration d'intention nous invite explicitement à « réfléchir à la manière d'identifier à la fois des catégories et des relations sociales à l'intérieur de la paysannerie », j'observe évidemment que la démarche n'est pas neuve et qu'elle constitue une préoccupation à éclipses, ponctuée d'étapes importantes, colloque de 19671 ou article de Guy-Robert Ikni en 19802 par exemple, au cours desquelles sont proposés des essais de classification sociale raisonnée et de portée générale, alors qu'entre temps, ces vingt dernières années notamment, chacun tend à pratiquer sa lecture personnelle des différenciations sociales. Il y a donc bien nécessité de rouvrir ce dossier faute de quoi nous risquons d'installer l'histoire rurale dans une pratique totalement empirique, oscillant entre les fausses évidences des termes usuels et l'impossible synthèse d'études locales riches mais disparates.

2L'originalité de l'initiative de l'Association d'Histoire des Sociétés Rurales et du projet coordonné par Annie Antoine, tient au parti d'attacher l'étude des relations sociales à un territoire rural aux délimitations elles-mêmes sujettes à discussion : l'Ouest. Dans quelle mesure l'étude sociale doit-elle s'accompagner d'une spécification géographique ? Quelle est l'échelle pertinente ? Ce choix signifie-t-il qu'il faille renoncer à un minimum de généralisation et donc induire d'inévitables simplifications ?

3Voulant envisager cette communication comme une invitation à la réflexion sur le passage d'un territoire à un autre ou du particulier au général, je me trouvais renvoyé à mes propres pratiques : comment pouvais-je passer des campagnes septentrionales à celles de Normandie pour finalement servir à l'approche des paysanneries de l'Ouest ? Que devais-je faire de certaines expériences d'écriture ou d'enseignement synthétiques sur la société rurale entre xviiie et le xixe siècle ? La régionalisation de l'étude sociale ne prendrait-elle finalement un sens que si nous parvenons à l'inscrire dans une recomposition plus large de l'histoire du monde rural ? Mais, de plus, il apparaît impossible d'éliminer la dimension évolutive de la question, surtout quand elle prend l'ampleur d'un événement comme la Révolution française, qui ajoute évidemment aux variantes régionales la dynamique des transformations d'ensemble de la société. Faut-il dès lors renoncer à toute analyse des relations sociales englobant l'Ancien Régime et la France révolutionnée ?

4L'essai de réponse à ces questions, pour servir la réflexion commune sur la stratigraphie et les relations sociales, dans les campagnes de l'Ouest et d'ailleurs, me conduit finalement à reconsidérer les modes de différenciation sociale du Tiers rural d'Ancien Régime dans un territoire composite allant de la Flandre à la Basse Normandie pour proposer un exemple de catégorisation, peut-être transposable d'une région à une autre, avant d'en observer les ajustements et leur portée par-delà la Révolution.

Les paysans du xviiie siècle : entre globalisation rustique et pulvérisation socio-professionnelle

  • 3 Pierre Barral, « Notes historiques sur l'emploi du terme paysan », Études Rurales, n° 21, 1966, p. (...)
  • 4 Raymond Huard, « Rural, la promotion d'une épithète et sa signification sociale et politique des an (...)

5Compte tenu de l'impératif méthodologique élémentaire qui impose de ne pas confondre la manière dont une société se donne à voir et la recomposition historique que nous pouvons en faire, il n'est pas vain, en préalable à nos réflexions, de revenir sur les représentations et les désignations des paysans dans les sources que nous utilisons, d'autant plus que des déséquilibres historiographiques se manifestent à cet égard. En effet, du remarquable article de Pierre Barrai sur « l'emploi du terme paysan » dans Études rurales en 19663, à la récente mise au point de Raymond Huard sur la promotion de l'épithète « rural » dans les années 18604, l'accent est mis sur la coalescence du sens politique et social du terme paysan dans la seconde moitié du xixe siècle. Pourtant, bien évidemment, le poids des mots vaut pour toutes les périodes et la transition entre « ruralités » d'Ancien Régime et de l'âge industriel donne lieu à des reclassements terminologiques qui constituent un éclairage initial utile à une stratigraphie sociale. On observe, en effet, la coexistence d'appréhensions antagonistes, là où l'historiographie a eu tendance à privilégier une perspective unifiante.

Représentations et désignations au XVIIIe siècle : des glanes contradictoire

  • 5 Voir par exemple Annie Moulin, Les paysans dans la société française, Paris, Points-Seuil, 1988, in (...)
  • 6 Repris par Raymond Huard, article cité 1998, p. 792.
  • 7 Nous songeons aussi bien à Rousseau qu'à Rétif de la Bretonne ou Marivaux.
  • 8 Cité par Michel Biard, Collot d'Herbois, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1995, p. 40.
  • 9 Archives départementales du Nord, C. 7189.

6Un survol de sources diverses montre le chevauchement, au xviiie siècle, de démarches différentes. Les premières, le plus souvent suivies par des auteurs extérieurs aux campagnes, pratiquent la globalisation incluant tous ceux qui vivent prioritairement du travail de la terre, voire hors des villes. Pour autant, on le sait, le terme paysan n'est pas très courant ; habitants des campagnes par exemple est certainement plus usité. Contrairement à une idée souvent reprise5, ces usages globalisants ne sont pas forcément péjoratifs. Il est vrai qu'une longue tradition qui va des dictionnaires aux essais socio-historiques associe paysan, rusticité et grossièreté. On cite souvent à juste titre l'ouvrage de Richelet (1680), on pourrait aussi bien relever celui de l'Académie qui, dans sa version de 1718, écrit « Paysan, paysanne : homme, femme de la campagne... On dit d'un homme malpropre et incivil que c'est un paysan, un gros paysan, qu'il a l'air d'un paysan ». Cette perpective dépréciative donne lieu à d'innombrables variantes qui courent jusqu'à la deuxième moitié du xixe siècle dans la Terre de Zola ou chez le publiciste Saint-Pré qui écrit en 1869 « Le paysan est l'homme de la nature, mais c'est l'homme primitif : pour lui, le monde reste plongé dans les ténèbres premières ; les mouvements de son esprit procèdent des instincts les plus rudimentaires... »6. Ces propos s'inscrivent le plus souvent dans une argumentation politique ou morale. C'est évident des textes du temps des débats sur le suffrage universel après 1848, mais c'est déjà vrai de ceux du xviiie siècle. Ces appréhensions globalisantes participent tantôt de visions antagonistes de la ville et de la campagne ou de la nature et de la culture7, tantôt, et de plus en plus nettement, de la confrontation des arguments sur la société de privilèges et ses prolongements politiques, notamment à l'occasion de la préparation des États Généraux. Ainsi, Collot d'Herbois, dont on oublie qu'il fut un homme de théâtre reconnu dans les années 1775-90, écrit une adaptation de Calderon appelée Le paysan magistrat (1778). Un capitaine y affiche des visées sur la sœur d'un paysan qui invoque l'honneur familial ; l'officier noble ironise « Bel honneur... L'honneur d'un paysan ! » à quoi le paysan rétorque : « Aussi pur que le vôtre. S'il n'y avait point de paysans, il n'y aurait point de nobles »8. Cette espèce de réhabilitation par l'utilité est réfutée par les partisans d'une opinion publique limitée aux Français éclairés ; évidemment, la rédaction des cahiers de doléances et l'élection des députés donnent à cette conception restrictive de fréquentes occasions de peser sur le déroulement des assemblées ou de s'en offusquer. Ainsi retrouve-t-on la vision négative dans de nombreux textes qui considèrent les paysans comme des « sous-sujets », intrinsèquement nuls en matière d'affaires publiques, voués donc à la passivité et dont les velléités de prises de parole relèvent forcément du désordre : ainsi, à l'issue de l'assemblée du tiers état du bailliage d'Aves- nés, le 18 avril 1789, le subdélégué Hennet écrit à l'intendant du Hainaut : « L'Assemblée du Tiers n'a été tumultueuse, que par le peu d'éducation et la grossièreté des trois quarts et demi des électeurs qui étaient ce qu'on nomme Rustica progenies — race rustique — qui n'ont jamais annoncé que par des cris et des propos aussi cochons qu'eux leurs prétentions presque toujours mal fondées »9. Le bourgeois refoule ainsi le paysan dans l'indignité politique.

  • 10 . « Avis des bons Normands à leurs frères, tous les bons Français de toutes Us provinces et de tous (...)

7Mais ce schéma n'est pas généralisable. Le Rouennais Thouret fournit un exemple très intéressant de perspective tout aussi globalisante, mais avec une finalité nettement positive, dictée par une stratégie d'unité du Tiers tout à fait explicite : « L'ordre du tiers état offrirait une subdivision de classes à l'infini si l'on en admettait autant qu'il y a d'états et de professions diverses ; mais il faut se borner à la distinction de deux grands intérêts qui absorbent tous les autres, celui de la population rurale et celui de la population urbaine. Cette distinction comprend en soi celle de l'agriculture et du commerce, puisque l'une est l'industrie des champs et l'autre l'industrie des villes. Ces deux classes du tiers état sont sœurs. Électeurs sages et patriotes, gardez-vous de sacrifier l'une de ces deux classes à l'autre. Ayez surtout attention que la classe des cultivateurs qui peuplent et fertilisent les campagnes soit efficacement représentée. Ce sont eux qui composent le fonds et le nerf de la nation »10. Cette brève déclaration repose sur trois logiques socio-politiques significatives : la dichotomie entre ville et campagne conduit à appréhender la population rurale comme un tout ; l'usage du terme cultivateur apparaît dans une acception très large puisque la « classe des cultivateurs » est assimilée à la population rurale ; celle-ci se trouve franchement valorisée en tant que partie du tiers état, donc de la Nation. Le projet politique est évident et renvoie aux mutations introduites par la Révolution sur lesquelles je reviendrai. Il a aussi pour mérite de suggérer un autre mode d'analyse des différenciations sociales dans les campagnes : l'inventaire multiforme de catégories suggérées par les textes eux-mêmes.

  • 11 « Remarques sur le vocabulaire social d'Ancien Régime », op. cit., 1967, repris dans le recueil des (...)
  • 12 La communication de Jean-Pierre Lethuillier suggère des voies intéressantes sur l'usage du qualific (...)
  • 13 Enquête de l'administration départementale en 1790, Arch. dép. du Pas-de-Calais, IL, publiée par L. (...)
  • 14 Arch. dép. de Seine-Maritime, C 1842, repris dans M. Caillard et alii, À travers la Normandie des x (...)

8Les documents les plus souvent utilisés pour appréhender la société rurale d'Ancien Régime livrent en effet un kaléidoscope de métiers, de désignations socio-professionnelles, de statuts, dont l'énumération souligne toujours la diversité. C'est vrai des rôles fiscaux comme des registres paroissiaux, des enquêtes diverses autant que des listes de citoyens établies au début de la Révolution. Des communications à ce colloque examinent des exemples précis en diverses régions de l'Ouest. Je me borne, dans cette première approche, à signaler quelques-unes unes des difficultés que soulèvent ces documents. Pierre Goubert a déjà attiré l'attention sur la polysémie du terme laboureur11 ; on peut généraliser la variabilité dans l'usage des termes socio-professionnels d'un village à l'autre et a fortiori entre régions. Par exemple, pour l'aire géographique que j'ai retenue, on observe qu'en Artois occidental, dans le Pays de Mon- treuil, le Ponthieu, les textes font une très nette différenciation entre fermiers - entendus très systématiquement comme grands exploitants - et laboureurs considérés indéniablement comme des exploitants indépendants, mais nettement moins puissants que les premiers ; en revanche dans le Pays de Caux ou le Boulonnais, le terme laboureur confond les deux, même à niveau d'exploitation équivalent12. Le caractère approximatif du vocabulaire socio-professionnel se manifeste aussi par la fréquence du changement de désignation pour un même individu dans deux documents pourtant proches. Par exemple dans le village de Berguette, du district de Saint-Omer, en 1790, le compte rendu de la première élection municipale donne un exemple notoire d'incohérence : les six notables sont signalés comme ménagers dans la liste de la municipalité, quelques lignes avant ils l'étaient comme laboureurs dans le procès- verbal de l'assemblée ; tandis qu'un officier municipal, indiqué laboureur dans la liste des présents, devient fermier dans celle de la municipalité13. On demeure dans des catégories voisines, mais la marge d'indétermination est indéniable et, semble-t-il, d'autant plus forte qu'on a affaire aux couches moyennes de la société villageoise. Enfin, il faut ajouter parmi les facteurs d'indétermination les plus contraignants, les doubles professions et les gauchissements qu'elles peuvent entraîner. Un exemple significatif est fourni par le rôle de taille de Luneray dans le Pays de Caux14 : il n'indique rigoureusement aucune profession agricole, mais en revanche de très nombreux « toiliers » ; pourtant beaucoup de ceux-ci occupent plusieurs acres de terre, ainsi « Jean Poulard, toilier, tient une ferme des héritiers de Monsieur Radiolle de environ cinquante acres de terre, a une charrue, quatre chevaux, deux vaches environ, 120 bêtes à laine, imposé 180 livres », profil type d'un gros laboureur en fait, mais l'activité proto-industrielle a envahi l'identification socio-professionnelle.

  • 15 V. Aubry, Paysans et non-paysans dans la région de Bolbec entre 1760 et 1775, mémoire de maîtrise, (...)

9Au-delà même de ces approximations et variations innombrables, ces désignations usitées dans les documents les plus communs sont si nombreuses que leur simple énumération, si elle restitue bien la diversité des métiers et des activités au village, conduit à une telle diffraction de la société rurale que toute analyse sociale devient impossible. Ainsi pour quinze villages autour de Bolbec, à l'ouest de Rouen, rencontre-t-on près de soixante désignations différentes dans les registres paroissiaux et les rôles de taille des années 177015.

  • 16 Arch. dép. de Seine Maritime, État des chefs de famille taillables, C 586, repris par Guy lemarchan (...)

10D'ailleurs, les observateurs sociaux et les administrateurs du xviiie siècle ont éprouvé le besoin de dépasser cette pulvérisation ; la référence fiscale est alors évidemment mise en avant comme elle le fut d'emblée dans la capitation. Un exemple intéressant est proposé par l'enquête du Contrôle général dans la généralité de Rouen en 1787 : elle classe les taillables en 13 catégories : de 0 à 5 livres, 6 à 10, etc... jusqu’à 251 à 300 et plus de 30016. Ainsi obtient-on une catégorisation arithmétique qui donne une version systématisée des niveaux de vie estimés à des fins fiscales, mais ôte toute référence socio-professionnelle à la stratigraphie (Voir annexe 1).

11Au total, nous sommes ainsi confrontés à trois types de sources, toutes chargées d'informations mais insatisfaisantes : les unes pratiquent la globalisation négative ou positive selon les regards et les circonstances ; d'autres éclatent en une multitude de désignations indiquant l'activité professionnelle, en l'assortissant largement de critères de distinction sociale surtout appliqués aux paysans, pour lesquels le vocabulaire socioprofessionnel suggère une hiérarchie de positions ou de rôles qu'on ne peut totalement laisser de côté ; quelques sources enfin proposent une répartition arithmétique et abstraite. Or, les pratiques historiques de reconstruction sociale des populations rurales ont, elles aussi, largement oscillé entre deux démarches contradictoires.

Une pratique historique écartelée

12Les matériaux accumulés par les grandes monographies sont considérables ; certaines ne se dérobent pas devant les essais de synthèse sociale. Pourtant, l'histoire sociale des campagnes semble en rester soit à la juxtaposition des classements propres à chaque chercheur, soit aux grilles de lecture importées des analyses des classes sociales sans ajustements aux spécificités des formations sociales rurales.

  • 17 Op. cit., 1989, tableau p. 584, graphiques p. 606.
  • 18 Jules Sion, Les paysans de Normandie orientale, 1909, rééd. G. Montfort, 1981, 544 p., p. 272.

13Par exemple dans une région bien quadrillée par des travaux complémentaires comme le pays de Caux, nous disposons d'un matériau très fouillé qui permet de croiser les données fiscales et la répartition des exploitations. Sur le premier registre, Guy Lemarchand a collecté et traité des données considérables qui lui ont permis de dresser une répartition par cote de taille dont l'élection d'Arqués offre le prototype17 : fortes inégalités, masse des petites cotes, déplacement de la répartition des colonnes de gauche à droite dans la première moitié du xviiie siècle, puis de droite à gauche dans la seconde, illustrant la paupérisation de la fin de l'Ancien Régime. Indéniablement, les phénomènes majeurs de répartition sociale sont appréhendés ; en même temps la stratigraphie demeure un peu abstraite, car le rapport avec les professions et les structures d'exploitation n'est pas immédiatement lisible. Pour ce qui concerne les secondes, Jules Sion avait déjà donné des tableaux précieux18. Il propose un classement pour une vingtaine de villages dont 10 du Caux et applique les catégories de l'enquête agricole décennale de 1892 : ainsi trouve-t-il 27 % de très petites, 49 % de petites, 16 % de moyennes, 8 % de grandes mais qui concentrent 53 % des superficies. Le parallèle entre les deux résultats permet de cerner une société rurale, certes nettement contrastée, mais non dénuée de catégories intermédiaires et de mobilités diverses, dont on sait, en outre, qu'elle se complexifie d'activités non agricoles, textile en particulier.

  • 19 Voir la bibliographie de Jean-Marc Moriceau, La terre et les paysans aux xviie et xviiie siècles, F (...)

14Par touches, ici très sommairement résumées, nous parvenons à une description sociale plutôt suggestive et la démarche pourrait être transposée à la plupart des pays de l'Ouest en particulier, de France en général pour peu qu'on dispose de monographies relativement denses ce qui est largement le cas19. Pour nécessaire et préalable qu'elle soit, la démarche me paraît demeurer néanmoins insuffisante à la fois par ce qu'elle ne garantit pas une comparaison fiable et plus encore parce qu'elle n'autorise pas la synthèse, à laquelle l'histoire rurale ne peut pas toujours se dérober, ne fut-ce que pour répondre aux exigences de l'enseignement. La difficulté est alors de rendre compte des dynamiques sociales paysannes et rurales dans l'histoire générale. Les auteurs qui s'y confrontent oscillent le plus souvent entre deux pratiques.

  • 20 Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime, 1856, Paris, Gallimard-Idées, 1967, 377 p.

15La première consiste à considérer essentiellement la paysannerie comme un bloc unifié. La démarche court de Tocqueville quand il évoque le paysan — singulier - de 178920 à de nombreux ouvrages de synthèse contemporains. La seconde, appliquant aux campagnes une lecture duale des classes sociales, oppose grosso modo, la classe, nommée, selon les auteurs, bourgeoisie rurale, laboureurs, gros paysans ou encore fermiers capitalistes etc. à celle des petits paysans ou des parcellaires voire des prolétaires ruraux.

  • 21 Paul Bois, Paysans de l’Ouest, Paris, Flammarion, 1971, p. 191.
  • 22 Je ne puis développer l'analyse ici et je renvoie au compte rendu que j'ai proposé dans Histoire et (...)

16La voie de la synthèse se fait parfois plus nuancée. Paul Bois, par exemple introduit la classique différenciation tripartite des sociétés de l'Ouest en distinguant laboureurs, bordagers, journaliers, mais ses catégories d'analyse changent quand il pose sa problématique socio-politique globale : « il s'agit pour nous de savoir si [...] l'inégalité était susceptible de détruire l'homogénéité de cette société paysanne, si entre riches et pauvres, coqs de villages et petits, l'inégalité engendrait des animosités susceptibles de se traduire dans les attitudes prochaines vis-à-vis de la Révolution... »21. Ainsi, Paul Bois pratique un glissement courant qui consiste à user de trois registres de catégorisation selon les perspectives d'analyse : on insiste sur la diversité sociale des campagnes quand il s'agit d'examiner les catégories rurales en fonction des conditions d'exploitation et de vie, puis on use de la partition duale quand il s'agit de l'interprétation socio-économique générale, notamment de la transition entre féodalisme et capitalisme ou des engagements politiques, enfin on a aussi bizarrement recours à la synecdoque « paysan » en parlant de mouvement paysan ou de voie paysanne. Malgré ses nombreux apports, le cheminement d'Anatoli Ado est significatif à cet égard22. D'ailleurs, combien de fois les uns et les autres n'opérons nous pas, sans y prendre garde, des glissements terminologiques qui ne sont pas sans conséquences ; par exemple, est-il anodin de passer sans ambages du pluriel « paysans » aux diverses formes de singulier « paysannerie » « paysan » « monde paysan ». Je ne le pense pas.

  • 23 Jean-Pierre Jessenne, Histoire de la France, Révolution et Empire (1783-1815), Carré-Hachette, (199 (...)

17Il importe donc, et ce colloque devrait y contribuer, que l'histoire sociale des campagnes fasse la part du multiple dans le global, permette la synthèse tout en restituant la diversité. Par conséquent, il faut satisfaire à trois impératifs à la fois : prendre en compte l'extrême hétérogénéité de la société rurale, construire des catégories suffisamment larges pour échapper à un émiettement incompatible avec un minimum de synthèse et restituer les dynamiques sociales internes aux collectivités villageoises, avec leurs solidarités et leurs conflits mêlés. La reprise d'un document élaboré dans la perspective d'une synthèse impérative23 et l'examen de sa validité d'ensemble d'une part, de son applicabilité à l'Europe du Nord- Ouest d'autre part me sont apparus comme une étape fructueuse dans cette démarche.

Cinq classes rurales

18C'est en effet la différenciation qui me paraît la plus opératoire si l'on associe les trois types de données mobilisables pour l'Ancien Régime et significatives des situations sociales du Tiers rural, à savoir : des renseignements socio-économiques comme l'activité, la superficie exploitée pour les paysans, la cote fiscale ; des suggestions sur les représentations sociales fournies par les villageois ou les administrations, notamment révélées par les désignations socio-professionnelles usuelles ; des facteurs discriminants, tout particulièrement la possibilité de disposer en propre de moyens de production - entreprise agricole ou artisanale - suffisants pour être autonome d'où la reprise de la notion, à mon sens essentielle, de seuil d'indépendance. Cette notion, heureusement mise en exergue par Georges Lefebvre, a suscité des critiques dans la mesure où un usage abusif a parfois conduit à ériger une superficie standard — 10 ha - en référence générale et définitive, garantissant une autonomie absolue et intégrale alors qu'on connaît la variabilité des performances agricoles, la multiplicité des ressources paysannes et l'interdépendance entre tous les types de paysans. Si je plaide la pertinence de ce critère, c'est donc en le prenant comme un critère dynamique, autour duquel s'organise, jusqu'au xxe siècle, la partition essentielle entre les paysans « chefs d'entreprise » assurés « d'être à leur compte », comme on aime encore le dire dans les campagnes, et les ruraux vivant d'agriculture ou/et de ressources diverses, souvent salariales.

  • 24 Pour la cohérence de l'exposé, je ne fais que reprendre ici un résumé d'analyses sociales développé (...)

19J'en arrive ainsi à plaider la différenciation de cinq classes sociales rurales non privilégiées qu'on peut caractériser à grands traits24 :

  • Le groupe dominant rural : notamment composé des grands fermiers largement locataires ; ils cultivent de larges fractions de la surface agricole utile dans le cadre d'exploitations le plus souvent supérieures à 40 ha ; leur puissance se manifeste de diverses manières : main d'œuvre employée, caractère monumental des habitations et bâtiments d'exploitation, nombre d'attelages. Quelques membres de professions libérales et marchands peuvent leur être agrégés.
  • La classe moyenne rurale des indépendants est composée des exploitants communément appelés laboureurs dans le Bassin parisien, car ils possèdent effectivement un train de labour, c'est-à-dire, en France du Nord-Ouest, au moins deux chevaux de trait et une charrue. Ces exploitants assurent les travaux courants, pendant la majeure partie de l'année, grâce à la main d'œuvre familiale, mais ils ont recours au renfort de manouvriers et de ménagers pour les travaux intensifs, des moissons notamment. À tout point de vue les artisans de service qualifiés se rattachent à cette classe moyenne. Dans la France du Nord-Ouest, les vignerons sont très rares, mais la particularité de leur activité les situe souvent dans la frange incertaine entre franche indépendance et précarité.
  • Les indépendants précaires et partiels surtouts appelés ménagers en France du Nord et Picardie, personniers en Haute-Normandie, vivent pour l'essentiel de leur exploitation à laquelle ils consacrent la majeure partie de leur temps, mais ils ne cultivent pas une superficie qui leur garantisse l'autonomie, notamment des équipements agricoles ; tout au plus ont-ils un seul animal de trait ou de bât, cheval, âne ou mulet. Les artisans les moins établis, du bâtiment notamment, se rangent dans la même catégorie.
  • La classe des dépendants est d'abord constituée des micro-exploitants, le plus souvent appelés manouvriers qui exploitent au moins un jardin ou courtil auquel s'ajoute parfois un ou deux lopins ; le tout ne dépasse pas deux à trois ha et fournit simplement une base alimentaire ; l'essentiel du revenu de ces micro-exploitants provient donc des usages collectifs et d'un salariat multiforme, à la fois agricole et textile notamment. Les domestiques agricoles salariés à plein temps se rapprochent de cette catégorie par leur niveau de vie, même si le statut des plus reconnus d'entre eux (conducteurs d'attelages notamment) est souvent bien établi. La limite avec les travailleurs des campagnes non agricoles est évidemment ténue.
  • Là demeure d'ailleurs un flou manifeste de la catégorisation proposée. Dans la version originelle de ce tableau, j'avais choisi, pour marquer la fluidité des situations, de ne pas distinguer dépendants d'une part, journaliers ou travailleurs ruraux sans terre et assistés d'autre part. Mais les travaux sur d'autres régions, la reprise de certaines recherches sur la pauvreté en Normandie, les discussions au cours du colloque lui-mêm30 m'inclinent désormais à les distinguer et donc à séparer une classe des démunis caractérisée par la privation de toute propriété jointe à l'absence de travail assuré.

Essai de caractérisation des classes sociales du Tiers rural de la France du Nord-Ouest

Essai de caractérisation des classes sociales du Tiers rural de la France du Nord-Ouest
  • (1) Valeur de l'impôt en pays de taille personnelle

20Note (1)(1)

  • (2) Estimation commune et grossière du pourcentage des chefs de famille

21Note (2)(2)

  • (3) En l'absence d'intensification particulièr

22Note (3)(3)

  • 25 Finalement, tout en étant réservé sur certaines notions comme celle de fermier capitaliste ou plus (...)

23Cette hésitation avouée revêt une portée heuristique par rapport aux objectifs et aux limites de la démarche proposée en entrée du colloque. Tout en soulignant que pour progresser dans l'étude sociale des paysan neries et de la société rurale, on n'insistera jamais assez sur leur fondamentale hétérogénéité, peu réductible à la fin de l'Ancien Régime à une partition duale, néanmoins les critères de différenciation ne sauraient être érigés en données rigidifiées ; on peut tendre vers des approximations chiffrées, mais il est vain d'espérer une classification sociale, établie sur des bases statistiques absolues en rapport avec la superficie exploitée, la fiscalité, etc. Il faut assumer le caractère forcément fluctuant des limites pour privilégier la situation économique et la dynamique sociale globale qui tirent les uns vers les situations d'aisance voire de domination, les autres vers la dépendance qui peut aller jusqu'à l'absence de ressources, mais qui laisse aussi subsister une catégorie, plus ou moins étoffée, de ruraux, notamment paysans, en situation incertaine, oscillant entre l'autonomie convoitée et la dépendance plus ou moins redoutée. Cette perspective renvoie à la définition ouverte de la notion de seuil d'indépendance évoquée plus haut : non une barre fatidique, mais une « zone sociale » de référence qui restitue bien des réalités multiples et fondamentales de la vie paysanne : avoir assez de terre pour vivre ou non, disposer d'un attelage ou pas, etc. Dans ce sens, le seuil d'indépendance ne doit nullement s'interpréter comme le viatique garanti vers l'individualisme agraire, car les laboureurs et les gros fermiers demeurent en liaison étroite avec les dépendants pour le travail. Ces remarques me conduisent à plaider énergiquement la singularisation d'une catégorie que l'historiographie a eu souvent tendance à gommer, en la rejetant tantôt vers le haut tantôt vers le bas de la pyramide paysanne, les indépendants précaires des alentours du seuil d'indépendance, dont la position charnière et incertaine est cruciale pour la dynamique sociale, dans la mesure où ils vivent à plein les phénomènes de descente ou d'ascension, où ils jouent typiquement le rôle de catégorie intermédiaire par leurs relations, leurs mariages, les effets d'atténuation ou d'accentuation des contrastes et conflits sociaux25.

  • 26 Voir note 24 et pour une brève synthèse déjà publiée sur ce point je renvoie à mon article : « Le c (...)

24La catégorisation sociale ayant été proposée et explicitée, il reste évidemment à établir dans quelle mesure elle est applicable à tout l'espace rural de la France du Nord-Ouest. En fait, elle ne devient pleinement opératoire qu'en l'associant aux différents profils agro-ruraux. Pour n'en exposer ici que l'indispensable26, je soulignerai seulement qu'en excluant la Flandre intérieure et le Bas-Pays artésien, la France du Nord-Ouest juxtapose trois profils principaux

  • Les zones bipolaires se caractérisent par la confrontation entre un groupe dominant rural très puissant et une concentration exceptionnelle de dépendants et démunis. Pays de Montreuil, Ponthieu, Grand Caux, campagne de Caen se rattachent à ce type27
  • Des secteurs ruraux se distinguent par l'importance des exploitations familiales indépendantes et des laboureurs propriétaires exploitants ; ils se singularisent, au cours du xviiie siècle, par l'avancée de la conversion herbagère dont le Boulonnais, les pays de Bray et d'Auge offrent des exemples.
  • Troisièmement, le profil étagé ou mixte est marqué par l'importance équilibrée des diverses catégories d'exploitations. Il s'avère le moins facile à cerner car il correspond à des conditions naturelles diverses et en liaison avec des structures agraires assez variables : la Flandre maritime, l'Ouest de l'Artois, le Petit Caux, le Neubourg, le Bocage normand offrent sous des formes différentes des allures composites assez voisines.
  • 28 A condition d'ajouter un type « petit paysan » à majorité de petites exploitations et un autre mont (...)

25La proposition n'est-elle pas transposable à l'ensemble de l'Ouest qu'on pourrait caractériser en insistant sur le fait que les profils 2 et 3 s'y trouvent les plus répandus ? Sans développer la réponse que je crois devoir être positive28, j'envisagerai plutôt les transformations qui accompagnent ou suivent la période révolutionnaire.

Ajustements socio-agraires et redistribution terminologique dans la Révolution

26Si nous laissons de côté les questions décisives de l'abolition des privilèges juridiques et seigneuriaux, pour nous placer du seul point de vue de la classification au sein de l'ex-Tiers rural, il apparaît que le changement social révolutionnaire compte moins par l'ampleur des bouleversements ruraux qu'il provoque, que par la relativité des ajustements qu'il rend possibles.

Trois approches d'un ajustement social modulé

27Le résultat majeur de la Révolution française n'est pas en effet d'avoir imposé ou fait avorter une voie agricole établie sur la généralisation d'un seul type paysan, mais bien d'avoir permis la consolidation d'une société rurale hétérogène dont la France du Nord-Ouest offre un échantillon significatif. Je prendrai trois exemples de la manière dont cet ajustement s'est opéré avant d'en suggérer les lignes de force.

  • 29 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Vingtièmes, Série C ; État des fermes : M 1209 et M 1374.
  • 30 L'effet sans doute « grossissant » de ce modèle de fermier de très grande envergure est évidemment (...)

28La pérennisation modulée du groupe dominant rural des grands fermiers constitue une première lecture dont j'ai essayé de résumer l'ampleur et les mécanismes pour l'Artois au travers du schéma repris dans l'annexe 2. Pour quinze villages ont été rapprochés le Vingtième de 1780 et, pour 1810, « un état des fermes » dressé par les maires à la demande de l'administration départementale, qui précise qu'elle entend connaître les exploitations indépendantes29. Je laisse pour plus tard le commentaire sur le glissement terminologique que ce libellé de 1810 suppose pour souligner quatre traits de la mobilité sociale transrévolutionnaire affectant le groupe dominant rural. Contrairement à certaines lectures restrictives de mes propres travaux et à une focalisation des observations sur les très grands fermiers d'Ile de France30, « grands fermiers » ou fermocratie ne signifie pas seulement très grand exploitant exclusivement en fermage ; il y a une gradation interne et des assises foncières différenciées au sein du groupe. Globalement ce groupe régresse peu entre 1780 et 1810, puisqu'il passe de 80 à 70 chefs d'exploitations. Toutefois, cette faible mise en cause s'accompagne d'un renouvellement non négligeable : un quart des 80 de 1780 disparaissent ; les plus touchés sont ceux que j'ai appelés les grands fermiers domaniaux, louant de très grandes exploitations d'un bloc à un seul propriétaire, en général le seigneur du lieu, ecclésiastique le plus souvent ; par conséquent on relève 14 nouveaux venus dont 5 par achats de biens nationaux. L'impact de ceux-ci n'est évidemment pas négligeable puisque les grands fermiers propriétaires sont 19 sur 70 en 1810 (contre seulement 4 en 1780) ; mais cette conversion, dont certains clichés tendraient à faire la règle, demeure nettement minoritaire.

29En somme l'adaptation et la reconduction majoritaire de cette classe dominante rurale prévalent sans être automatiques ; elles donnent lieu à des stratégies diverses qui condamnent les interprétations qui ne retiennent que la continuité des personnes ou des dynasties par-delà la Révolution. On retrouve cette minorité, constituée de gros exploitants pas forcément propriétaires, dans tout le Nord-Ouest, mais avec une hégémonie davantage battue en brèche dans les régions de forte réimplantation nobiliaire et de formation sociale étagée notamment.

30Les mêmes observations nuancées, entre pérennisation et ajustements, ressortent d'ailleurs de la comparaison d'ensemble des structures d'exploitation avant et après la Révolution. On le sait, les documents qui permettent cette démarche sont rares et les recherches plus encore. Les meilleures statistiques à cet égard demeurent celles de Georges Lefebvre, même si le secteur est le plus marginal par rapport à notre aire géographique j'en ai quand même fait la base de cette autre approche. Des annexes de Paysans du Nord, j'ai extrait les communes des districts de Bergues et Hazebouck pour lesquelles Georges Lefebvre a pu établir la répartition des exploitations entre la fin de l'Ancien Régime et le début du XIXe (Voir annexe 3). En 10 ans, l'accroissement du nombre des exploitations est sensible pour les 7 localités ainsi retenues ; la moyenne des « occupations » baisse donc légèrement de 12, 7 à 12 mesures soit autour de 5 ha, mais la ventilation d'ensemble n'est pas bouleversée et le caractère étagé demeure : les indépendants restent 16 % des exploitants et parmi eux on compte 26 fermes de plus de 40 ha, tandis que les laboureurs et les semi-indépendants consolident leur position.

31L'effet principal des mutations révolutionnaires, c'est finalement le partage plus accentué des micro-exploitations par l'accès d'un plus grand nombre de ruraux à la propriété, mais c'est tout autant le maintien des catégories intermédiaires. Il est vrai qu'on se trouve ici dans une situation de mutations atténuées, car la propriété privilégiée était réduite sous l'Ancien Régime et il est évident que ce sont les régions de type bipolaire qui ont connu les mutations les plus massives ; or elles ne sont certainement pas les plus significatives de l'Ouest.

  • 31 Ronald Hubscher, L'agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu du xixe siècle (...)
  • 32 Gabriel désert, Une société rurale au xixe siècle, Les paysans du Calvados (1815-1895), Thèse Paris (...)

32Les deux approches proposées ont toutefois pour défaut de ne porter que sur les exploitations agricoles. Il faudrait évidemment appréhender la mutation rurale dans son ensemble en incluant les ruraux non agriculteurs et les divers autres indicateurs de niveau social. Mais c'est sûrement là l'une des plus grandes friches de l'histoire sociale des campagnes avant 1850, notoirement pour l'aire géographique que je me suis donnée. Autant pour la deuxième moitié du xixe siècle, on dispose d'études approfondies31, autant celles-ci sont rares pour la première moitié. Finalement Gabriel Désert dans Paysans du Calvados32 offre la seule étude méthodique. J'y puise quelques résultats entrant directement dans nos préoccupations.

  • 33 La répartition professionnelle en 1836 est la suivante : Propriétaires et cultivateurs : 18,9 %, Do (...)
  • 34 L'ensemble des propositions qui suivent sont extraites des pages 223 à 260.

33L'intérêt du travail ne découle pas tant de la répartition des exploitations - qui date de 1852 et repose sur des catégories à mon sens peu significatives, avec un seuil des petites à plus de 10 ha qui donne évidemment une masse d'environ les deux tiers au-dessous de ce seuil — mais de la confirmation de trois profils : Plaine bipolarisée, Bocage de petites exploitations nombreuses mais où l'existence de moyennes et grandes suggère un profil plutôt étagé, Pays d'Auge et Bessin de moyennes ; il montre aussi la permanence des activités multiples, agricoles, artisanales et textiles33. Surtout, Gabriel Désert propose une appréhension raisonnée des différenciations sociales en croisant données censitaires, fortunes, activités. La stratigraphie entrecroise trois formules34 :

  • deux grandes classes : notables d'une part, petite bourgeoisie et peuple des campagnes, d'autre part
  • cinq catégories : grande bourgeoisie rurale35, bourgeoisie moyenne36, petite bourgeoisie37, peuple des campagnes38, prolétariat rural39 ;
  • une dizaine de groupes professionnels40.

34L'analyse est riche de renseignements divers, mais les rapprochements ou les différenciations déroutent parfois, sans doute parce qu'ils sont largement inspirés de catégories urbaines difficilement transposables au village. Ainsi la différenciation entre grande et moyenne bourgeoisie n'est guère significative. La « petite bourgeoisie » correspond bien aux indépendants, exploitants laboureurs et artisans qualifiés. Mais la masse que Gabriel. Désert appelle globalement « le peuple des campagnes » mérite certainement un traitement affiné qui sépare ceux dont l'activité propre, notamment exploitante, permet un combat pour l'autonomie, mais avec une nécessaire recherche de complément ; ce sont nos indépendants précaires, et ceux pour qui, au contraire, la dépendance est largement accusée (manouvriers, salariés divers...). En revanche, les remarques de Gabriel Désert sur les caractères propres des prolétaires ruraux sans terre aucune ou indigents, sur leur proportion impressionnante, même dans un secteur qui n'est pas réputé extrême à cet égard, incline à différencier nettement cette catégorie.

35Au total, les trois modes d'approche attestent la reproduction d'une hétérogénéité paysanne et d'une dynamique sociale dont la restitution peut demeurer organisée autour de cinq classes rurales, qui ont connu des ajustements plus que des bouleversements :

  • Le groupe dominant rural se trouve un peu écrêté et une partie de ses membres sont devenus propriétaires, complètement ou pour une proportion plus grande, des terres exploitées.
  • La couche des exploitants indépendants, les laboureurs d'Ancien Régime, est indéniablement consolidée.
  • Plus encore après qu'avant la Révolution une catégorie intermédiaire de semi-indépendants constitue une sorte de sas social entre salariat et exploitation indépendante, entre activité agricole et extra-agricole. Les achats de biens nationaux, le fractionnement partiel de quelques grandes exploitations ou les partages de communaux leur ont permis d'arrondir petitement leurs propriétés, d'autant plus qu'ils ont tiré parti d'un allégement des charges.
  • Le nombre des dépendants a en même temps continué de croître, parce que les exploitations parcellaires ont été aussi gonflées par l'accès de démunis à la propriété grâce à des acquisitions foncières minuscules, favorisées par une phase d'amélioration du pouvoir d'achat salarial.
  • Reste la classe des démunis dont le nombre a sans doute provisoirement diminué avant d'augmenter à nouveau et d'autant plus rapidement que la croissance démographique va chez eux reprendre avec force.

36Cette différenciation permet d'éviter à la fois l'excès d'émiettement et le regroupement abusivement simplificateurs, importants pour la mise en rapport avec l'évolution d'ensemble des campagnes dans le système social.

Aperçu de la diversité et des singularités agro-rurales françaises

37Dans la transition entre fin de l'Ancien Régime et milieu du xixe siècle, loin de s'uniformiser, la France rurale en général, du Nord-Ouest en particulier, évolue effectivement en se diversifiant ; les différences de structures agraires et sociales des multiples régions agricoles se prolongent par une affirmation plus marquée des orientations agricoles, même si la spécialisation totale est exceptionnelle : cultures céréalières et industrielles associées à l'élevage ovin et bientôt aux betteraves sucrières en régions de type bipolaire ; élevage, surtout bovin et largement sur prairies permanentes, dans les cas de prédominance des exploitations familiale indépendantes ; polyculture à intensification très variable d'un secteur à l'autre dans les régions socialement étagées.

38L'une des clefs de cette évolution est sûrement la question de la mobilisation de la main d'œuvre en fonction des exigences spécifiques de chaque activité, à savoir fortes variations saisonnières pour les grandes cultures, donc interdépendance entre paysans dépendants et grands fermiers ; travail plus régulier, mais mal comptabilisable et exigeant disponibilité pour l'élevage. Dans cette évolution multiforme, l'intégration à l'économie marchande est elle-même complexe ; elle va de la commercialisation massive des récoltes céréalières réservées aux exploitants indépendants à la vente au détail des produits des petits élevages ou des légumes pour les micro-exploitants.

39L'un des effets de cette hétérogénéité sociale et de l'occultation des disparités sociales par l'importance des catégories paysannes intermédiaires s'avère, sans conteste, le relatif apaisement des conflits sociaux dans les campagnes de France entre Flandre et Normandie jusqu'au milieu du xixe siècle. L'évolution de la terminologie paysanne n'est pas détachée de ce contexte, ce qui nous ramène au vocabulaire social et aux représentations par lesquels nous avions commencé.

L'évolution des désignations et sa signification

  • 41 Antoine de Baecque, « Figures du paysan dans l'imagerie révolutionnaire », in La Révolution françai (...)
  • 42 Je l'ai ai étudié d'abord en maîtrise et repris dans mon échantillon pour la thèse, op. cit., 1987.

40Dans les discours sur les paysans, au début de la période révolutionnaire, les usages à la fois globalisants et laudateurs prévalent nettement. L'usage de l'expression « peuple des campagnes » se généralise, tandis que l'imagerie révolutionnaire reproduit très fréquemment, dans les gravures ou sur les faïences, le stéréotype du paysan participant à la liquidation de l'Ancien Régime et associé à l'œuvre d'unité nationale41. Le vocabulaire met peu l'accent sur les particularités rurales ; quand il est question des institutions nationales, de la place de la commune dans l'édifice politique, le villageois s'efface devant le citoyen et se trouve parfois seulement singularisé par le terme de « citoyen des campagnes ». Les désignations de « fermier » — au sens socio-professionnel que nous avons évoqué plus haut - et de « laboureur » sont progressivement supplantées, au cours de la Révolution, par celles de « cultivateur » ou, parfois « d'agriculteur ». Les administrateurs locaux manifestent très nettement cette hésitation comme le montrent les indications des professions dans trois villages rigoureusement contigus de l'ouest du Pas-de-Calais. Ce sont des villages aux caractéristiques sociales rigoureusement similaires en 178042. Or en 1790, dans le compte rendu des élections locales, on voit que les usages des désignations sociales divergent (voir annexe 4) : le procès-verbal de Fontaine-les-Boulans garde les désignations antérieures ; à Lisbourg, on abandonne le terme de fermier et on englobe tous les indépendants dans le terme de laboureur alors que deux des trois personnages désignés comme laboureurs l'étaient comme fermiers avant 89 ; enfin, à Fiefs, tous les occupés d'agriculture ont été fondus dans la catégorie unifiante de cultivateurs. Avec des flottements, des décalages probables selon les lieux, les niveaux sociaux et les locuteurs, l'idéal du propriétaire exploitant indépendant imprime sa marque au vocabulaire, et les discours et les distinctions entre les divers exploitants commencent à s'effacer bien qu'elles demeurent évidentes en fait.

41Je ne m'arrête pas sur les interférences entre les luttes politiques et sociales de l'époque du gouvernement révolutionnaire et l'apparition provisoire, et plus ou moins nette, d'une énonciation éclatée qui, d'une part, hésite entre l'hommage au peuple nourricier et le mépris ou la crainte à l'égard des esprits faibles vulnérables à la tentation contre- révolutionnaire, et qui, d'autre part, introduit parfois l'opposition entre « fermier » ou le « cultivateur » ou le « propriétaire », assimilé à l'aristocratie, au « sans-culotte de la campagne ». En tout cas, la différenciation plus fine entre les types d'exploitants demeure exceptionnelle.

  • 43 J. -C. CHAMBOREDON, « Peinture des rapports sociaux et invention de l'étemel paysan : les deux mani (...)

42Dans la période post-révolutionnaire les modifications se fixent sélectivement. La synecdoque « paysan » gagne du terrain ; elle est le plus souvent porteuse de représentations négatives de la ruralité qui prennent des formes diverses allant des dénonciations, par les préfets du Consulat, de l'incompétence des édiles ruraux aux stéréotypes de la bestialité envieuse forgés par Balzac dans Les Paysans. Le dictionnaire de l'Académie en 1835 reproduit la charge péjorative de son prédécesseur du xviiie siècle. Toutefois, les œuvres de Georges Sand nous rappellent que l'évocation positive de la vie rurale, associée au thème de « la vie naturelle » et de l'authenticité des sentiments, manifeste la permanence d'un écartèlement des représentations entre un pôle négatif (dominant) et un pôle positif qui demeure son obstiné corollaire. Cette ambivalence se retrouve au cœur même de certaines œuvres : les peintures de Millet évoquent à la fois l'abrutissement et la solidité de l'attachement à des valeurs jugées fondamentales43. C'est alors que les travaux historiques majeurs du milieu du xixe siècle fortifient le stéréotype unifié et ambivalent du paysan français. Les exemples de Tocqueville et de Michelet sont à cet égard significatifs. Le premier contribue à la systématisation du thème de l'obsession paysanne de la propriété foncière en l'érigeant en motif essentiel du comportement paysan au cours de la Révolution. Michelet, quant à lui, reprend la vision du paysan « laborieux, intéressé, âpre en affaires », mai

43il met en exergue le thème du travailleur de la terre injustement négligé par l'État alors que : « le paysan n'est pas seulement la partie la plus nombreuse de la nation, mais c'est la plus forte, la plus saine, et, en balançant bien le physique et le moral, au total la meilleure ».

44La principale caractéristique de la transformation capitaliste « à la Française » est sûrement son caractère composite : ni petites exploitations généralisées, ni grandes exploitations triomphantes, ni voie « petite paysanne », ni voie « grande fermière », mais bien formule mixte associant des classes rurales confirmées dans leur multiplicité grâce à une Révolution qui a mis un terme aux privilèges et aux différenciations sociales les plus explosives.

45Le vocabulaire social a gauchi sensiblement cette évolution. En effet, le lent effacement de la terminologie socio-professionnelle différenciée, la primauté du terme cultivateur amalgamant tous les exploitants, des indépendants précaires aux grands fermiers, l'usage de plus en plus courant et chargé de sens du terme paysan pour désigner tous ceux qui vivent à la campagne prioritairement du travail de la terre, en même temps qu'une conscience de plus en plus cultivée de la différence avec l'ouvrier forgent les représentations envahissantes d'un « monde paysan » à la fois singulier et unifié.

46Elles ont été largement utilisées dans les luttes politiques et syndicales jusqu'aux manifestations contemporaines suscitées par la politique agricole européenne. Les sciences sociales, en demeurant souvent conceptuellement peu exigeantes dans l'analyse des différences sociales au sein de la paysannerie, ont peut-être contribué à entretenir le mythe. C'est pourquoi la réflexion sur la méthode de l'histoire sociale des campagnes ne peut s'exempter, à mon sens, de celle sur la manière dont nous pensons les paysans par rapport à l'ensemble de la société et de ses évolutions.

Annexe 1. Classement des taillés en 13 catégories dans 4 élections cauchoises, selon la cote de taille-accessoires-capitation.

Annexe 1. Classement des taillés en 13 catégories dans 4 élections cauchoises, selon la cote de taille-accessoires-capitation.

Enquête du Contrôle général, C. 586, reprise par Guy Lemarchand, La fin du féodalisme dans le Pays de Caux, Paris, CTHS, 1989, p. 353.
Pour chaque rubrique : Première ligne : nombre de tailles de chaque catégorie
Deuxième ligne : idem en pourcentage des taillés de l'élection
Troisième ligne : pourcentages effectués en regroupant plusieurs classes de taillable

Annexe 2. De 1780 à 1810 : devenir et recrutement des fermiers dans 15 villages d'Artois

Annexe 2. De 1780 à 1810 : devenir et recrutement des fermiers dans 15 villages d'Artois

Repris de Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au village et Révolution, Artois (1760-1848), PUL, 1987, annexe II/9

Annexe 3. Les exploitations en Flandre maritime de la fin de l'Ancien Régime au début du xixe siècle

Annexe 3. Les exploitations en Flandre maritime de la fin de l'Ancien Régime au début du xixe siècle
  • 1 2 localités pour lesquelles les données sont disponibles à ces deux dates (Brouckerque et Esquelbec (...)

47Note 11

  • 2 7 localités, les deux citées et Armhoutscappel, Drincham, Lederzeele, Worhem,Wormhout

48Note 22

Répartition des exploitations par tranches de superficie

Répartition des exploitations par tranches de superficie

S : superficie occupée par la catégorie
N : nombre d'exploitations de la catégorie
A : Indépendants (plus de 10 ha) B : Indépendants précaires et partiels (de 1 à 10 ha)
C : Dépendants (moms de 1 ha)
D'après Georges Lefebvre, Les paysans du Nord pendant la Révolution française, (1924), Paris, A. Colin, 1972, p. 895

Annexe 4. Exemples d'hésitations et de glissements dans les désignations socio-professionnelles des membres des municipalités de trois villages contigus de l'Ouest du Pas-de-Calais en 1790

Annexe 4. Exemples d'hésitations et de glissements dans les désignations socio-professionnelles des membres des municipalités de trois villages contigus de l'Ouest du Pas-de-Calais en 1790

Fontaines-les-Boulans

Lisbourg
L. N. Berthe et alii, 1992, t. III, p. 482, 484, 488

Notes

1 Ordres et classes. Colloque d'histoire sociale, Colloque de Saint-Cloud, 24-25 mai 1967, Paris-La Haye, Mouton, 1973, avec notamment l'intervention de Pierre GOUBERT, « Remarques sur le vocabulaire social de l'Ancien Régime », p. 135-140.

2 Guy-Robert Ikni, « Recherches sur la propriété foncière, problèmes théoriques et de méthode », Annales Historiques de la Révolution Française, n° 241, Juillet-septembre 1980, p. 391-424. Le troisième point de cet article porte sur « L'étude de la différenciation sociale de la paysannerie et son influence sur le rôle des paysans dans la Révolution française ».

3 Pierre Barral, « Notes historiques sur l'emploi du terme paysan », Études Rurales, n° 21, 1966, p. 72-81.

4 Raymond Huard, « Rural, la promotion d'une épithète et sa signification sociale et politique des années 1860 aux lendemains de la Commune », Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 45/4, octobre-décembre 1998, p. 789-806.

5 Voir par exemple Annie Moulin, Les paysans dans la société française, Paris, Points-Seuil, 1988, introduction, p. 9.

6 Repris par Raymond Huard, article cité 1998, p. 792.

7 Nous songeons aussi bien à Rousseau qu'à Rétif de la Bretonne ou Marivaux.

8 Cité par Michel Biard, Collot d'Herbois, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1995, p. 40.

9 Archives départementales du Nord, C. 7189.

10 . « Avis des bons Normands à leurs frères, tous les bons Français de toutes Us provinces et de tous les ordres sur l'envoi des lettres de convocation des Etats générax », février 1789, in C. Hippeau, Le Gouvernement de Normandie aux xviiie et xviiie siècles, Caen, 1865, t. VI, p. 265.

11 « Remarques sur le vocabulaire social d'Ancien Régime », op. cit., 1967, repris dans le recueil des contributions de Pierre Goubert : Clio parmi les hommes, p. 287-292

12 La communication de Jean-Pierre Lethuillier suggère des voies intéressantes sur l'usage du qualificatif laboureur en Basse Normandie.

13 Enquête de l'administration départementale en 1790, Arch. dép. du Pas-de-Calais, IL, publiée par L. N. Berthe, P. Bougard, D. Canlers, J. M. Decelle, J. P. Jessenne, Villes et villages du Pas-de- Calais en 1790 (60 questions et leurs réponses), tXXVIII, Mémoires de la Commission départementale d'Histoire et d'Archéologie du Pas-de-Calais, Arras, 1992, t.III, district de Saint-Omer, canton de Lambres, p. 249.

14 Arch. dép. de Seine-Maritime, C 1842, repris dans M. Caillard et alii, À travers la Normandie des xviieet xviiie siècles, Cahier des Annales de Normandie, n° 3, 1962, p. 541 -547.

15 V. Aubry, Paysans et non-paysans dans la région de Bolbec entre 1760 et 1775, mémoire de maîtrise, Université de Rouen, dir. Jean-Pierre Jessenne, Bernard Bodinier, 1998, annexe 2.

16 Arch. dép. de Seine Maritime, État des chefs de famille taillables, C 586, repris par Guy lemarchand, la fin du feodalisme dans le Pays de Caux, Paris, CTHS, 1989, p. 353.

17 Op. cit., 1989, tableau p. 584, graphiques p. 606.

18 Jules Sion, Les paysans de Normandie orientale, 1909, rééd. G. Montfort, 1981, 544 p., p. 272.

19 Voir la bibliographie de Jean-Marc Moriceau, La terre et les paysans aux xviie et xviiie siècles, France et Grande-Bretagne, guide d'histoire agraire, Association d'Histoire des Sociétés Rurales, 1999, 320 p., notamment la carte dressant l'état des monographies.

20 Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime, 1856, Paris, Gallimard-Idées, 1967, 377 p.

21 Paul Bois, Paysans de l’Ouest, Paris, Flammarion, 1971, p. 191.

22 Je ne puis développer l'analyse ici et je renvoie au compte rendu que j'ai proposé dans Histoire et Sociétés Rurales, n° 8, 2e semestre 1998, p. 239-241.

23 Jean-Pierre Jessenne, Histoire de la France, Révolution et Empire (1783-1815), Carré-Hachette, (1993), 1998, p. 13

24 Pour la cohérence de l'exposé, je ne fais que reprendre ici un résumé d'analyses sociales développées dans ma synthèse en vue de l'habilitation (1996) et en instance de publications dans diverses contributions, notamment dans les actes du troisième colloque du groupe Comparative Rural History of North Sea Area (CORN) consacré aux agrosystèmes, Exeter, 1997.

(1) Valeur de l'impôt en pays de taille personnelle

(2) Estimation commune et grossière du pourcentage des chefs de famille

(3) En l'absence d'intensification particulièr

25 Finalement, tout en étant réservé sur certaines notions comme celle de fermier capitaliste ou plus encore sur celle de « voie petite paysanne », je ne suis pas très éloigné de la répartition proposée par Guy-Robert Ikni dans l'article essentiel des Annales Historiques de la Révolution Française de 1980, à cette différence près justement qu'il ignore cette catégorie pivot dans la société rurale.

26 Voir note 24 et pour une brève synthèse déjà publiée sur ce point je renvoie à mon article : « Le changement rural, l'État et l'adaptation des communautés villageoises en France et en Europe du Nord-Ouest à la fin du xviiie siècle », Annales Historiques de la Révolution Française, n° 315, janvier- mars 1999, p. 127-163, p. 156.

27 Notons que s'y insèrent de lambeaux du modèle petit paysan, type flamand, dans les vallées notamment.

28 A condition d'ajouter un type « petit paysan » à majorité de petites exploitations et un autre montagnard, notamment marqué par l'importance des communaux, on pourrait étendre la démarche à l'ensemble de la France.

29 Arch. dép. du Pas-de-Calais, Vingtièmes, Série C ; État des fermes : M 1209 et M 1374.

30 L'effet sans doute « grossissant » de ce modèle de fermier de très grande envergure est évidemment dû à la connaissance exceptionnelle que nous en avons par l'œuvre de Jean-Marc Moriceau, Les fermiers de l'ile-de-France, xie xiiie siècle, Paris, Fayard, 1994, rééd. 1998.

31 Ronald Hubscher, L'agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu du xixe siècle à 1914, Arras, C. D. H. A du Pas-de-Calais, 2 vol., 1979, 964 p. ; Jules SION, op. cit., 1909.

32 Gabriel désert, Une société rurale au xixe siècle, Les paysans du Calvados (1815-1895), Thèse Paris I, 1971, Lille, ART, 1975, 3 vol. 1 247 p.

33 La répartition professionnelle en 1836 est la suivante : Propriétaires et cultivateurs : 18,9 %, Domestiques : 14,3°%, Journaliers : 16 %, Artisans et bâtiment : 15,1 %, textile : 31,6 %, Marchands : 2,7 %, Professions libérales : 1,8 %, p. 172

34 L'ensemble des propositions qui suivent sont extraites des pages 223 à 260.

35 On pourrait résumer la définition en ces termes : propriétaires dont le cens est compris entre 1 000 et 5 000 F, tantôt rentiers, tantôt propriétaires-exploitants comme G. Riboult à La Combe (canton d'Isigny) qui est parmi les 600 plus imposés en 1810 - inventaire : 8 juments, 15 autres chevaux, 150 bœufs, valeur 54 000 F - tandis que ses biens fonciers sont estimés à 68 000 F. Il conviendrait d'y agréger quelques membres des professions libérales (p. 226).

36 Censitaires à plus de 100 F, représentants les trois quarts du corps électoral, pour 58 % propriétaires, 22 % cultivateurs auxquels s'ajoutent des professions libérales et des marchands, p. 236.

37 La petite bourgeoisie rurale de propriétaires et majoritairement de cultivateurs dont l'archétype est Thomas Duchemin, laboureur à Estry, canton de Vassy ; en 1824, sa fortune est la suivante : immeubles =15 900 F, matériel agricole = 365 F, produits de la ferme = 692 F, animaux = 1 072 F. Les artisans complètent ce groupe (p. 237).

38 Large catégorie où Gabriel Désert regroupe « l'ensemble des individus capables, en temps normal, de subvenir à leurs besoins et même de faire des économies, en se privant... afin d'acquérir un lopin de terre », p. 240 ; catégorie en fait très large puisqu'elle correspond à des successions comprises entre 1 000 et 10 000 F, un revenu annuel de 2 à 800 F, un cens de 20 à 100 F et inclut cultivateurs et instituteurs. Sans doute gêné par l'hétérogénéité de la catégorie, Gabriel Désert propose de la diviser en deux sous-groupes : « le peuple aisé et le bas peuple, reprenant ainsi à [son] compte l'expression employée dans les rapports de gendarmerie.... » (p. 240).

39 Regroupant toutes les successions inférieures à 1 000 F, soit 46 % des successions, à majorité composées d'ouvriers agricoles, de journaliers et domestiques, de travailleurs du bâtiment et du textile, des indigents. Ils constitueraient 22 % des villageois (p. 252).

40 Propriétaires-cultivateurs, domestiques, journaliers, marchands et commerçants, professions de l'alimentation, artisans, bâtiment, textile, professions libérales, marins (p. 171).

41 Antoine de Baecque, « Figures du paysan dans l'imagerie révolutionnaire », in La Révolution française et le monde rural, Paris, CTHS et INRA, 1989, p. 477-482.

42 Je l'ai ai étudié d'abord en maîtrise et repris dans mon échantillon pour la thèse, op. cit., 1987.

43 J. -C. CHAMBOREDON, « Peinture des rapports sociaux et invention de l'étemel paysan : les deux manières de Jean-François Millet », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 17/18, Novembre 1977, p. 6-29.

1 2 localités pour lesquelles les données sont disponibles à ces deux dates (Brouckerque et Esquelbecq)

2 7 localités, les deux citées et Armhoutscappel, Drincham, Lederzeele, Worhem,Wormhout

Table des illustrations

Titre Essai de caractérisation des classes sociales du Tiers rural de la France du Nord-Ouest
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20542/img-1.png
Fichier image/png, 532k
Titre Annexe 1. Classement des taillés en 13 catégories dans 4 élections cauchoises, selon la cote de taille-accessoires-capitation.
Légende Enquête du Contrôle général, C. 586, reprise par Guy Lemarchand, La fin du féodalisme dans le Pays de Caux, Paris, CTHS, 1989, p. 353.Pour chaque rubrique : Première ligne : nombre de tailles de chaque catégorieDeuxième ligne : idem en pourcentage des taillés de l'électionTroisième ligne : pourcentages effectués en regroupant plusieurs classes de taillable
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20542/img-2.png
Fichier image/png, 523k
Titre Annexe 2. De 1780 à 1810 : devenir et recrutement des fermiers dans 15 villages d'Artois
Légende Repris de Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au village et Révolution, Artois (1760-1848), PUL, 1987, annexe II/9
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20542/img-3.png
Fichier image/png, 387k
Titre Annexe 3. Les exploitations en Flandre maritime de la fin de l'Ancien Régime au début du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20542/img-4.png
Fichier image/png, 111k
Titre Répartition des exploitations par tranches de superficie
Légende S : superficie occupée par la catégorieN : nombre d'exploitations de la catégorieA : Indépendants (plus de 10 ha) B : Indépendants précaires et partiels (de 1 à 10 ha)C : Dépendants (moms de 1 ha)D'après Georges Lefebvre, Les paysans du Nord pendant la Révolution française, (1924), Paris, A. Colin, 1972, p. 895
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20542/img-5.png
Fichier image/png, 148k
Titre Annexe 4. Exemples d'hésitations et de glissements dans les désignations socio-professionnelles des membres des municipalités de trois villages contigus de l'Ouest du Pas-de-Calais en 1790
Légende Fontaines-les-Boulans
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20542/img-6.png
Fichier image/png, 199k
Légende Fiefs
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20542/img-7.png
Fichier image/png, 913k

Auteur

Professeur d'histoire moderne, Université de Roue

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540