Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Introduction. Pertinence du thème ?

Stratigraphier le monde rural. Les catégories sociales en question

Gérard Béaur

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Même si chacun sait bien qu'il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, il faut reconnaître qu'en prenant pour thème de réflexion la stratification sociale et les relations sociales dans le monde rural, le colloque ne s'est pas fixé une mission facile. Revenir à nouveaux frais sur les modes de structuration du corps social dans les campagnes et sur les liens qui unissent les groupes qui le constituent, proposer des hiérarchies, les comparer, regarder le monde rural tel qu'il se voit mais aussi se demander comment il peut être structuré de l'extérieur, la démarche peut paraître innocente. Il n'en est rien. Elle atteint, en fait, au plus profond des pratiques en histoire sociale. Aussi n'est-il pas inutile de prendre quelques précautions afin que l'on ne coure pas le risque d'énoncer de fausses évidences et de décider, après trois jours de débats, que la société est décidément stratifiée et qu'il existe plusieurs modes de stratification concurrents.

2Stratigraphier la société rurale, de quoi s'agit-il ? Rien de moins que de s'interroger sur ce que nous faisons lorsque nous découpons la société « en morceaux », et donc d'examiner de manière critique nos propres méthodes d'analyse. Chacun comprend, en effet, qu'au-delà du cadre géographique commode qui a été choisi, celui des campagnes de l'Ouest, c'est un problème beaucoup plus vaste qui se trouve ici posé. Ce problème concerne l'ensemble des sociétés rurales, pas seulement les sociétés rurales françaises, et pour tout dire même pas seulement les sociétés rurales, puisque c'est celui des catégories sociales, celui de leur pertinence et de leur efficacité. Mais alors, observera-t-on, se trouve ici en balance tout ce sur quoi repose la sociologie durkheimienne et se trouvent du même coup remis en cause les fondements même de l'histoire sociale ?

3Sans doute, et voilà pourquoi le risque est à tout prendre considérable, puisque peut surgir de la réflexion une remise en cause radicale des travaux que nous poursuivons tous, et parfois depuis fort longtemps. Alors, ne serait-il pas plus prudent d'oublier les présupposés qui gouvernent nos propres choix ? Après tout, les historiens n'ont-ils pas l'habitude de travailler à partir de concepts vagues, je préfère dire flous, sans que leurs travaux soient pour autant disqualifiés ? Ce n'est pas le parti qui a été pris ici. Bien au contraire.

4En fait, les historiens n'ont pas toujours esquivé cette question. Ils ont longuement et âprement débattu des principes de l'organisation de la société en classes, en ordres, en groupes... Ils ont exploré toutes les voies possibles pour trouver la meilleure structure possible. Aujourd'hui, ils ont renoncé, semble-t-il, à chercher une matrice universelle. Soit, ils travaillent plutôt de manière empirique en tricotant au mieux, en fonction de leurs fantasmes ou des ressources archivistiques dont ils disposent, des typologies incompatibles. Soit, ils récusent le principe même des catégories et ils effectuent un détour pour chercher ailleurs d'autres modes d'investigation, ceux que leur propose la micro-histoire, abandonnant du même coup l'espoir de percevoir des régularités à l'intérieur des comportements sociaux. Ces deux manières d'écrire l'histoire des sociétés rurales nous plongent dans l'embarras et prouvent que construire des classifications n'est pas forcément une démarche qui va de soi. Les deux communications qui ouvrent ce colloque nous placent d'emblée face à nos responsabilités.

5Elles soulignent, en effet, clairement deux choses fondamentales. La première, c'est que les catégories sociales sont mouvantes. Elles varient dans le temps, en fonction de choix largement idéologiques. Les nouvelles terminologies qui se diffusent au moment de la Révolution française font voler en éclats les systèmes taxinomiques en usage sous l'Ancien Régime. Autrement dit, les catégories ne sont pas intemporelles, elles ne sont pas « vraies », elles comportent une part d'arbitraire. La seconde, c'est que les catégories sociales ont des contours indécis. Le cas des transporteurs occasionnels démontre à l'évidence qu'il n'y a pas de frontières étanches entre la paysannerie et le reste de la société. Les césures introduites à l'intérieur du corps social n'existent pas réellement. Les groupes sociaux ne constituent pas des caissons étanches et, réciproquement, ils sont tellement hétérogènes qu'ils gardent quelque chose d'artificiel. Le concept même de « paysan » est suffisamment ambigu pour qu'on s'abstienne d'insister sur son extrême hétérogénéité. Chacun voit bien ce qu'est un paysan, mais aucun d'entre nous certainement n'en a jamais rencontré l'archétype et les divergences franco-anglaises prouvent que nous ne pouvons même pas nous mettre d'accord sur les individus qu'il convient de placer derrière ce terme générique trop commode.

6Ainsi, que l'on classe ou que l'on hiérarchise, et il faut bien comprendre que les deux manœuvres ne sont pas directement transposables, on se trouve confronté au problème des « catégories ». Quelle est la légitimité des classifications tentées par les historiens ? Il n'y en a aucune pour les critiques les plus exigeants, ceux qui, tels Bernard Lepetit, observent que « les hommes ne sont pas comme des billes dans une boîte », et qu'en conséquence il convient de chercher à repérer des liens sociaux, plutôt que de s'acharner à les répartir dans des groupes. Les comportements des individus dans ces groupes ne sont, en effet, cohérents que parce que les historiens ont créé ces classifications précisément dans ce but. Ils ne trouveraient finalement à la sortie que ce qu'ils ont mis à l'entrée, dénoncent les sceptiques et, dans ces conditions, la valeur explicative des résultats obtenus serait dérisoire, tandis que toutes les démarches tentées dans la direction d'une catégorisation rationnelle seraient vaines.

7En réalité, le problème des catégories dépasse le cadre de ce colloque. Pas plus que la ligne Saint-Malo/Genève ne représente une ligne intangible, la démarcation laboureurs/gros fermiers, voire fermiers/bourgeois, n'est objective. Pas plus que l'Ouest tel que nous l'avons choisi comme cadre géographique d'analyse ne peut être défini de façon stricte, les journaliers ne sont clairement identifiés une fois pour toutes. Où se trouvent les frontières entre les groupes ? Comment tenir compte des individus qui sautent plus ou moins allègrement d'un groupe à un autre, en changeant de statut social ou de métier à tout moment, ou en accumulant fonctions ou professions, dans le cadre d'une pluriactivité ? Comment situer ceux dont la dénomination professionnelle, telle qu'ils se la sont octroyée ou telle qu'on la leur a attribuée, dissimule la véritable occupation ? Que faire de tous ceux pour qui nous ne disposons pas d'information suffisamment précise ? Autant de questions qui risquent bien de rester sans réponse.

  • 1 Gérard Béaur, « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d'analyse », Annales (...)

8Dans de telles conditions, la stratigraphie de la société rurale devient un véritable casse-tête ou un redoutable pari. Parler des catégories sociales à la campagne, hiérarchiser les groupes sociaux qui sont issus d'une telle classification, tisser des liens entre eux, représente décidément une tâche impossible1. Cette impossibilité est d'abord physique et matérielle, tant les lacunes, les imprécisions sont fortes, cela nous le savons par expérience, mais elle est aussi théorique, épistémologique, puisque sa pertinence est douteuse. Et pourtant c'est une nécessité absolue, pratique et historique. On ne voit pas comment on pourrait se passer des modes de classement, des pyramides imaginées par les historiens. Simplement, il faut continuellement avoir à l'esprit que les structures ne sont pas figées : elles sont ambiguës et un Événement, comme la Révolution, peut les déformer. Elles ne sont pas univoques : les activités multiples exercées par les individus, qu'elles soient simultanées ou successives, peuvent les rendre totalement artificielles. Les catégories sociales ne sont pas réelles, ce sont des constructions intellectuelles obtenues à travers le filtre des représentations d'une époque et à travers notre propre grille de lecture.

Notes

1 Gérard Béaur, « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d'analyse », Annales de Bretagne et des Pays à l’Ouest, 1999, 1, tome 106, p. 159-176.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540