Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Présentation

Annie Antoine

Index terms

Geographical index :

France

Full text

1Entre les apports d'une histoire sérielle largement économique et les tentatives mi-complémentaires micritiques de la micro-histoire, l'histoire sociale, qui a constitué l'essentiel des études sur le monde rural au cours des cinquante dernières années, apparaît quelque peu en retrait. Travailler à la fin du xxe siècle sur l'histoire sociale du monde rural n'est plus aujourd'hui une démarche pionnière : un demi-siècle de fréquentation des archives notariales, fiscales, seigneuriales nous a donné une bonne connaissance du monde rural. Plus récemment, l'histoire culturelle — d'abord celle de l'alphabétisation, puis celle des mentalités, enfin celle des sensibilités — a repris ce terrain et l'a largement occupé. Enfin, la modification de l'arrière-plan idéologique qui avait contribué à donner consistance à l'histoire sociale, explique aussi cette évolution. Le temps n'est plus aux débats acharnés sur la conception de la société d'Ancien Régime — ordres ou classes ? hiérarchies horizontales ou solidarités verticales ? — ou aux discussions infinies sur la meilleure manière de découper le corps social pour mieux rendre compte de sa complexité. On imagine alors qu'un bibliographe opiniâtre, qui aurait connaissance de la totalité de la production touchant de près ou de loin à la société rurale, pourrait avoir l'impression que toutes les questions qui pouvaient être résolues l'ont été et que les autres ont prouvé qu'elles n'étaient pas intéressantes par le simple fait qu'elles n'ont pas trouvé de solution. Pourquoi alors un colloque sur l'histoire sociale du monde rural ? Parce que ce même personnage aurait aussi trouvé dans son immense bibliothèque plusieurs indices de la vitalité et surtout de la diversité des recherches aboutissant par un moyen ou un autre, à revisiter les sociétés rurales.

*

Le but de ce colloque n'a pas été de s'interroger nouvelle une fois sur la pertinence des méthodes de classification du corps social, non pas que la question soit résolue — la communication introductive de Gérard Béaur est là pour le rappeler — ou ne se pose plus. Chacun, parlant de la société rurale, renvoie, explicitement ou implicitement, à des groupes et à des catégories, même lorsqu'il procède à partir de cas individuels ou exemplaires. Même lors de la lecture des « histoires » de Louis-François Pinagot (Alain Corbin) ou, plus récemment, d'Une fille perdue (Marcel Lachiver), on replace inévitablement autour de ces personnages, uniques mais non exceptionnels, le reste de la société rurale que l'on perçoit non pas comme des personnes isolées mais comme des groupes d'individus présentant des caractères communs. L'histoire sociale du monde rural a été et reste encore très largement celle des groupes sociaux. Malgré cela, il n'a pas été sollicité dans ce colloque de communication sur la critique des méthodes traditionnelles de classification du corps social et les propositions spontanées sur ce thème n'ont guère été nombreuses. Tout se passe comme s'il y avait accord implicite sur les risques de ces méthodes, mais aussi accord sur le fait qu'elles restent des valeurs sûres.

2Une partie des communications — rassemblées dans la dernière partie de la publication — montre qu'il n'est pas question de se priver des méthodes éprouvées et des sources traditionnelles de l'histoire sociale. Même si elle a subi la loi des rendements décroissements, l'histoire sociale classique, celle des catégories, des groupes, des classes, des seuils, celle qui classe et qui ordonne, celle qui consomme des minutes notariales (contrats de mariage, inventaires après décès), des rôles fiscaux et toutes sortes de listes d'individus pour peu qu'elles contiennent des professions ou des qualificatifs honorifiques, reste une base sûre de la connaissance du monde rural. Remarquons seulement que, dans l'utilisation de ces méthodes, les historiens apparaissent plus précautionneux - moins confiants ? — qu'ils ne le furent. Plus question, par exemple, dans le souci louable d'obtenir le plus grand nombre possible de professions ou d'épithètes permettant d'identifier des individus, de mélanger hardiment les classifications issues de documents différents présentant des rationalités internes inconciliables. Les discours sur le vocabulaire servant à caractériser les groupes et les individus — ses variations dans le temps Présentation dans l'espace et selon le locuteur — nous ont au moins appris que le métayer n'est pas toujours... métayer et que le laboureur est un individu protéiforme dans les sociétés rurales anciennes. Plusieurs communications rappellent que si l'on procède à une caractérisation classique de la société en « groupes sociaux » et que l'on fait ce travail pour un même lieu et un même espace avec des sources différentes (rôles fiscaux, inventaires, contrats de mariages) on obtient tout simplement des résultats... différents. Ces réserves faites, ce colloque montre que les sources classiques — rôles fiscaux, les contrats de mariage, les inventaires... — traitées avec des méthodes que l'on peut qualifier de « classiques- affinées » restent une des bases de l'histoire sociale.

3C'est ce qu'expriment les communications de la partie introductive (« Pertinence du thème ? ») : toute la solidité et toutes les limites de ces méthodes et de ces pratiques. Trop normatives pour les cas marginaux, elle constituent cependant la base d'une connaissance globale du corps social. Jean-Pierre Jessenne nous prouve que l'on a maintenant des instruments assez affûtés pour suivre des catégories sociales de part et d'autre d'un bouleversement aussi important que fut la révolution française et Anne-Marie Cocula, inversement, nous tire vers plus de scepticisme en montrant qu'il est si difficile de cerner une catégorie sociale (tous ces transporteurs des chemins, des routes et des rivières, qui sont en fait... des paysans). Là est bien la situation actuelle : des certitudes incontestables et des études de détail qui affinent voire écorchent les idées que l'on a sur la manière d'écrire l'histoire sociale du monde rural. Ces deux communications semblent effectivement indiquer les bornes entre lesquelles s'écrit actuellement l'histoire sociale du monde rural, celles aussi entre lesquelles se rangent les réflexions issues de ce colloque.

4Ni critique des méthodes traditionnelles, ni bilan historiographique, ni volonté d'initier des pistes de recherche nouvelles ou de proposer encore une méthode pour découper la société en catégories, ce colloque a essentiellement un but exploratoire : comment travaillent actuellement les historiens qui font l'histoire sociale du monde rural ? La fréquentation de l'immense bibliothèque d'histoire rurale évoquée plus haut révèle que les manières de faire de l'histoire sociale sont actuellement beaucoup moins normatives qu'il y a une vingtaine d'années ; nombre de travaux que l'on ne classerait pas spontanément sous la rubrique « histoire sociale » disent en fait beaucoup sur les sociétés rurales ; des recherches se sont développées sur des thèmes inexplorés il y a peu encore, constituant pourtant des apports originaux sur la société rurale.

*

  • 1 Si les communications « médiévales » ont été, pour la majeure partie d'entre elles, regroupées en r (...)

5L'organisation de ce volume reprend en grande partie le programme du colloque1. À dessein, il s'ouvre par un premier ensemble de communications présentant les paysans vus par les autres (« Regards sur les paysans ») ; elles amènent à considérer avec la plus grande prudence toutes les sources nommant ou décrivant des groupes sociaux du monde rural. Plusieurs angles d'attaque ont été choisis : l'analyse sémantique qui révèle les nuances infinies du vocabulaire professionnel ainsi que la signification sociale du passage de laboureur à cultivateur au moment de la Révolution ; le regard des puissants, étudié à partir de la peinture médiévale ou du fonctionnement du Conseil du duc de Penthièvre ; celui de ces nouveaux savants que deviennent progressivement les vétérinaires entre le xixe et le xxe siècle ; celui des agronomes et de l'administration au moment des débats sur le partage des communaux ; celui, enfin, des dirigeants syndicaux dans la seconde moitié du xxe siècle. Autant de regards oscillants entre des versions globalisantes (le regard des dirigeants) ou au contraire totalement éclatées (le vocabulaire professionnel) du monde paysan, fonctionnant comme autant d'indispensables compléments-correcteurs des approches classiques de la société rurale.

6Le volume se conclut par un autre ensemble important — « Les sources classiques revisitées » — montrant que l'on peut encore obtenir beaucoup des sources traditionnelles de l'histoire sociale à condition de les utiliser avec toute la prudence évoquée plus haut et avec un peu d'ingéniosité en plus. Pour une question apparemment aussi balisée que l'étude de la propriété foncière et de la mobilité sociale, des perspectives nouvelles apparaissent avec la constitution de « généalogies foncières » et le choix d'une approche privilégiant l'unicité des biens échangés ; l'on touche là au domaine des représentations : étudier d'un point de vue social des ventes de terre ce n'est pas seulement additionner des parcelles et des hectares mais c'est prendre en compte la dimension affective qu'il y a à acquérir un « domaine » entier. Perspectives nouvelles aussi avec l'utilisation des archives notariales du Bordelais, à une époque (xve-xvie siècles) où les autres sources de l'histoire sociale sont rares ou inexistantes, pour repérer les notables de la société. Toute une batterie de critères — qui ne sont pas les habituelles classifications socio-professionnelles — permet de repérer le notable : le nombre des contrats qu'il passe, sa position de force (prêteur par exemple) dans beaucoup de ces contrats ses qualificatifs d'honorabilité... Ce notable a des activités multiples et il serait extrêmement réducteur de le « classer » par exemple dans le groupe des marchands tant ses activités et ses possibilités d'influence dépassent le domaine de la marchandise. L'espace, structuré par la résidence et l'activité de ces notables des villes, des bourgs et des champs, devient alors une composante de l'analyse sociale.

7Entre ces regards critiques et ces approches « classiques revisitées », le corps du volume est constitué par toutes les communications explorant des approches pointues voire détournées de la société rurale : approches culturelles des paysanneries médiévales et modernes, approche ethnographique par l'étude de l'habitat ou celle des techniques de construction du paysage, approche des ruraux par l'intermédiaire de leurs activités (élevage et modes de faire-valoir). On y trouvera l'étude de nouvelles sources susceptibles de livrer des informations sur les structurations sociales, telles les récits hagiographiques, mais aussi les témoignages de justice ou les modèles familiaux. Tout un ensemble de communications a abordé la question des agriculteurs à travers leur spécialisation (les agriculteurs-éleveurs) ou leur façon de tenir leur terre. Ceci aboutit à bousculer les catégories d'agriculteurs construites habituellement selon des critères économiques, classes de richesse (inventaires ou dots) ou classes de revenus (rôles fiscaux) et à préciser la notion de « dépendance » dont Pierre Goubert avait fait une des composantes du statut du paysan d'Ancien Régime. Plusieurs catégories que l'on pourrait considérer comme des dépendants typiques sont présentées : les métayers du sud- ouest, les laboureurs du centre ouest ou de la Bretagne, les éleveurs de la Gâtine, et même les tenanciers en congéable. Tous sont vraiment des dépendants au sens goubertien du terme : ils ne possèdent pas leur terre, ils ne possèdent pas leurs bêtes, ils sont menacés de « congément »... et pourtant c'est parmi eux que l'on trouve les paysans les plus riches, ceux qui dominent la communauté des ruraux.

8Enfin, on lira dans cet ouvrage qu'étudier l'organisation de l'espace (la mise en place des bourgs et celle du bocage dans la France de l'Ouest) est aussi une manière de parler des sociétés rurales. L'habitat est apparu comme un des points d'entrée très efficace dans l'histoire sociale, qu'il fasse l'objet d'une analyse ethnographique ou culturelle. Traquer dans les campagnes léonardes, les maisons construites par les paysans-marchands toiliers à la belle époque de la manufacture est apparu comme un bon moyen de mettre en lumière l'importance et le comportement de ce groupe social : en plein xviie siècle, alors que la majorité des maisons rurales n'ont pas d'étage, ils aménagent des cheminées décorées dans le « chambres hautes » qui contiennent « la table longue à aulner » et les imposantes armoires où l'on rangeait les pièces de lin tissées. Dans un registre un peu différent, l'analyse de l'image des châteaux limousins du xixe siècle permet de voir ce qui fait un château et ce qui fait un notable. Le château matérialise une ascension sociale : le puissant fait construire le château. Mais — et les deux démarches se renforcent plus qu'elles ne s'opposent — c'est aussi le regard que portent les ruraux sur une modeste demeure qui en fait... un château, si le rôle politique de son occupant les y incite.

*

Peut-on tenter un bilan ? Au risque d'être infiniment réducteur, en ne disant plus rien du contenu mais en se limitant à l'aspect méthodologique auquel les auteurs renvoient, on retiendra les points suivants :

  1. que les sources classiques de l'histoire sociale, utilisées avec des méthodes « classiques-affinées », peuvent nous apporter beaucoup, surtout lorsqu'elles sont appliquées à des groupes et des catégories spécifiques (les sauniers, les insulaires... les veuves) ;
  2. que les approches les plus pointues sont souvent les plus riches. Toutes les communications étudiant en détail des groupes, tels les métayers, les éleveurs, les « domaniers » de Basse-Bretagne, le montrent, et elles ont souvent infirmé des idées anciennement reçues ;
  3. que les angles d'attaque qui semblent les plus détournés — l'habitat, le paysage — sont également très efficaces et très novateurs. Ils rattachent à l'histoire sociale du monde rural les apports de l'histoire culturelle et de la vie matérielle.

Notes

1 Si les communications « médiévales » ont été, pour la majeure partie d'entre elles, regroupées en raison de leur proximité chronologique, le lecteur replacera aisément chacune dans le thème auquel elle se rattache.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.