Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Quatrième partie. Paysages urbains matériels et immatériels : représentations mentales et transformations urbanistiques

Cultures et méthodes des ingénieurs et des architectes : les projets pour Nantes et Saint-Nazaire aux xixe et xxe siècles1

Marie-Paule Halgand

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend une partie de l’argumentation publiée dans un précédent article : Halgand Marie-P (...)
  • 2 Je fais ici référence aux arguments avancés par Antoine Picon dans Architectes et Ingénieurs au Si (...)

1Ce texte présente les projets successifs qui ont été dressés pour les deux villes de l’estuaire de la Loire et pour le territoire même du fleuve en tentant de les rapporter à l’évolution de deux cultures qui peuvent être caricaturées en cultures « Beaux-Arts » et « Ponts et Chaussées ». Ainsi la représentation de ces deux professions, celle d’ingénieur (gravure 1), et celle d’architecte (gravure 2), par Larmessin dans Le livre des métiers à la fin du xviiie siècle exprime clairement les deux tendances2 : coiffé d’équerres et tenant à la main un plan de ville, l’ingénieur est un rouage administratif qui porte un projet d’intérêt social alors que, chapeauté d’un entablement et arborant les ordres d’architecture, l’architecte, dans son individualité artistique, se place dans un rapport singulier avec son client, que le pouvoir de ce dernier soit ou non public. Néanmoins les deux professions sont porteuses de préoccupations communes, dont les termes d’utilité et de convenance résument un double rapport à la théorie et à la pratique. Par ailleurs dans cette présentation qui suit un cours chronologique, sans prétention à l’exhaustivité, des glissements respectifs sont toujours possibles.

Premiers projets

  • 3 AN, F 14 10242.

2Un projet de chantier de construction navale dressé en l’an III par Degay3, ingénieur de la marine peut être choisi pour marquer une première étape. Situé à Basse-Indre, face à la fonderie de canons installée sur l’île d’Indret vers 1780, le chantier affectait une forme semi-circulaire qui n’est pas sans rappeler le projet de l’architecte Claude-Nicolas Ledoux pour les Salines de Chaux dont une seule moitié a été réalisée. Le projet, pourtant approuvé par Rondelet, fut repoussé « tant que l’embouchure de la Loire n’aura pas été débarrassée des obstacles qui s’opposent à la navigation », montrant les préoccupations premières.

  • 4 Cosneau Claude, Mathurin Crucy 1749-1826, Nantes, 1986, p. 33-40.
  • 5 Gaspard Riche de Prony (1755-1839), ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur de l’École des Pon (...)
  • 6 Joseph Mathieu Sganzin (1751-1837), ingénieur des Ponts et Chaussées, puis directeur du Dépôt des (...)
  • 7 Sganzin Joseph Mathieu, Cours de construction, édition de 1839, atlas des plans. Le tome 2 s’intér (...)

3Le second projet, resté dans les cartons mais également significatif formellement et symboliquement, est le projet de phare dans l’estuaire de la Loire par Mathurin Crucy4. L’architecte nantais, très lié par sa famille au milieu de la construction navale, propose, quelques jours avant la visite programmée de Napoléon 1er en août 1808, un phare de forme pyramidale sur la roche des Grands Charpentiers (gravure 3). Célébrant ainsi ouvertement la campagne d’Égypte, Crucy propose une construction, en général du ressort des ingénieurs, dont la disposition exalte la rigueur formelle chère aux lauréats du Prix de Rome. Par ailleurs, Crucy est en relation avec les deux ingénieurs conseillers de l’empereur dans ce domaine, Gaspard Riche de Prony5 et Joseph Mathieu Sganzin6 ; il identifie avec eux le site de Saint-Nazaire comme favorable à la création d’un nouvel avant-port, autre projet sans suite. Sganzin est par ailleurs professeur à l’École des Ponts et Chaussées et la culture technique qu’il y enseigne s’intéresse largement aux ports, côtes et rivières : dans la publication de son cours de construction7, outre un plan et une coupe de l’estuaire de la Loire, les plans de nombreux ports de la côte atlantique sont publiés.

Les projets du xixe siècle

  • 8 Archives de l’École Nationale des Ponts et Chaussées.

4Le projet de Degay s’est heurté à la question de la navigation dans l’estuaire de la Loire. Plusieurs projets vont au fil du siècle s’intéresser à cette question fondamentale, mais des projets spécifiques comme, en 1834, le lazaret de Lemierre à Penhoët8 posent également la question des modes de composition qui restent très proches de ceux en vigueur à l’École des Beaux-Arts et parmi les architectes : prééminence de la symétrie et composition hiérarchisée.

  • 9 Guépin Ange, Le Voyage de Nantes à l’Indret, Nantes, Méllinet, 1848.

5Les ingénieurs sont les premiers acteurs qui s’impliquent dans ces questions de navigation ; Alexandre Lemierre cherche le soutien d’Ange Guépin, et d’autres membres influents de la société nantaise susceptibles de rédiger et de publier articles et brochures. Guépin publie d’ailleurs un opuscule intitulé le Voyage de Nantes à l’Indret9 qui donne une tonalité plus industrieuse aux habituels guides de voyage qui se sont attachés à décrire le cours de la Loire. Les ingénieurs nantais ou nommés à Nantes, Cabrol, Jégou ou Léchalas, prennent successivement position sur les projets de canal latéral ou d’endiguement qui alternent, chacun étant persuadé d’être le seul à pouvoir atteindre le but visé : assurer la navigation des navires de gros tonnage jusqu’à Nantes alors que la création d’un nouvel avant-port paraît presque inévitable.

  • 10 Sur le lotissement Feydeau voir Bienvenu Gilles, Lelièvre Françoise, Nantes, l’Île Feydeau, Nantes (...)
  • 11 Mathurin Crucy, op. cit., p. 95-96.

6Alors que les architectes restent marginalisés par rapport aux débats sur la navigation et sur l’avenir du port qui se développe vers l’aval, leurs interventions semblent rester marquées par l’image inévitable de l’île Feydeau comme un vaisseau de pierre. Pour achever la composition urbaine du lotissement composé par le maire Gérard Mellier et plusieurs architectes dont Jean-Baptiste Ceineray et Pierre Rousseau10, Crucy a posé à l’extrémité de la pointe est de l’île une poissonnerie au vocabulaire tout néoclassique11. Par ailleurs, le long des quais, le classicisme des façades dessinées par les architectes vient en écho au dessin technique, un peu rigide, des emmarchements et des plates-formes (photographie 1).

  • 12 Émile Carlier (1829-1907), ingénieur des Ponts et Chaussées en poste sur les côtes nord de la Fran (...)
  • 13 Archives départementales de Loire-Atlantique, 6JJ 615.

7La Chambre de Commerce est alors une des institutions majeures dans ce débat et permet à un autre ingénieur des Ponts et chaussées, Émile Carlier12, de rédiger un projet comparatif de canaux, l’un par la rive droite, l’autre par la rive gauche, pour relier Nantes et Saint-Nazaire, fondée dans les années 1840. Les projets pour les deux villes proposent ainsi des images portuaires fortes autour d’un bassin à flot à Saint-Nazaire (plan 1) ou d’une succession de bassins dessinés en peigne (plan 2) restructurant totalement le territoire des îles placées à Nantes au centre du fleuve13.

  • 14 Vézier-Vauthier Anne, « Histoire d’un canal : 1892-1992 », 303 Arts, recherches et créations, n° X (...)
  • 15 La carte a été rééditée d’après l’édition originale conservée à la bibliothèque municipale de Nant (...)

8Le projet qui voit le jour au tournant des xixe et xxe siècles, celui du canal de la Martinière, est de la responsabilité des ingénieurs14. La loi du 8 août 1879 avait autorisé la construction du canal maritime, achevé en 1892. La voie d’eau et ses ouvrages d’art fascinent par leur ampleur et par leur sophistication, ce qui incite la Chambre de commerce, à l’initiative de l’aménagement, à la présenter à l’exposition universelle de 1889. Le fonctionnement du canal reste de courte durée puisqu’il est abandonné dès 1913. Pourtant ces paysages connaissent d’importantes transformations et l’image de « l’avenue d’usines » qui fascinait Guépin n’est pas éloignée. Cette idée gouverne la représentation proposée par les agents-voyers Justin Vincent et Eugène Orieux dans la carte de l’estuaire de la Loire « Panorama des rives de la Loire de Nantes à Saint-Nazaire » dressé et illustré par Vincent15. Les vignettes accompagnant la carte, qui distingue les zones construites, le cours du fleuve et les zones inondables, représentent tant les édifices remarquables ou pittoresques que les nombreux établissements industriels : allant du chantier naval à l’atelier ou à la raffinerie. Après l’établissement d’Indret, l’entrée du canal puis l’écluse des Champs neufs sont dessinées ainsi que quelques embarcations qui faisaient alors la navette. De Saint-Nazaire, sont retenus les bassins, les chantiers et un croiseur cuirassé auxquels font contrepoint la jetée et le phare ou le dolmen plus anecdotiques.

Des débuts du xxe siècle à la reconstruction

9La réalisation en 1903 du pont transbordeur entre le quai de la Fosse et l’île Sainte-Anne, où les implantations industrielles connaissent un important développement, souligne la recherche de solutions qui préserveraient la navigation jusqu’au cœur de Nantes, mais permettraient la rationalisation du fonctionnement des territoires urbain et industriel.

10Les architectes qui ont élargi leur approche au niveau de l’urbanisme, tels Étienne Coutan et Camille Robida, tous deux auteurs du Plan d’Aménagement et d’Extension de la ville de Nantes rendu obligatoire par le vote de la loi Cornudet en 1919, s’impliquent dans les débats sur la ville dans les années vingt et trente, mais ne semblent pas percevoir les enjeux territoriaux. Il faut souligner qu’à cette période la grande affaire de la ville est celle des comblements qui vont en transformer définitivement le visage (photographie 2). En contrepoint, des architectes comme Gabriel Guchet et Gérard Guénault vont, dans leur projet de logements pour l’Office municipal des Habitations à Bon Marché sur le coteau de l’Hermitage face aux Chantiers navals, développer des thèmes évoquant le « style paquebot », alors en vogue, particulièrement dans la disposition des bâtiments dont le plan de masse s’inspire des dispositifs des cales des chantiers navals (photographie 3).

  • 16 Michel Roux-Spitz (1888-1957), élève de Tony Garnier, Grand Prix 1920 est considéré comme un des t (...)
  • 17 Noël Lemaresquier (1903-1982), élève de son père, second Grand Prix en 1930, professeur à l’École (...)
  • 18 Bienvenu Gilles, « Nantes ville radieuse ou l’appel au Corbusier : le projet Chéreau », 303 Recher (...)

11Après la Seconde Guerre mondiale, deux architectes, premier et second Grand prix de Rome, Michel Roux-Spitz16 pour Nantes et Noël Lemaresquier17 pour Saint-Nazaire, ont en charge les Reconstructions des deux villes. L’un et l’autre, tenant d’une pratique académique de l’architecture, semblent se désintéresser de la dimension territoriale ; le projet de Lemaresquier dissocie nettement la ville, le port et les chantiers. À Nantes, face à des projets conventionnels, l’avocat Gabriel Chéreau s’enthousiasme pour les idées modernes de Le Corbusier et propose une formalisation de la Charte d’Athènes, écrite en 1933, appliquée à Nantes. Il recherche une claire articulation entre les deux pôles d’une Loire métropolitaine18. Cette nouvelle dimension est relayée par un appareil administratif renforcé par une culture technocratique que portent également les hommes politiques et les agents économiques.

  • 19 L’OREAM (organisme d’étude et d’aménagement de l’aire métropolitaine) Nantes-Saint-Nazaire est mis (...)

12La Chambre de Commerce, dont l’importance a été relevée pour le xixe siècle, tient à conserver son rôle d’interlocuteur dans les discussions alors que de nouveaux rouages de l’administration territoriale se mettent en place. Pour Nantes et Saint-Nazaire, l’échelle métropolitaine apparaît dans tous les schémas définis pour les échéances de 1985, 2000 et 2010 dans le cadre du SDAAM (schéma d’aménagement de l’Aire métropolitaine) pilotée par l’OREAM19. La Loire est identifiée par ingénieurs et technocrates comme un axe d’organisation (avenue d’usine encore une fois) ou comme une voie de circulation. Des projets de transport rapide par bateaux rapides (aliscafe) sont dans les cartons. Les années quatre-vingt voient, en écho à la crise des années soixante-dix, se développer une réflexion qui tente de mieux intégrer les différentes composantes d’un projet global sur le territoire sans négliger l’approche urbaine.

Les années quatre-vingt-dix : projets de requalification

  • 20 Ponant, Coussy, Carrié, Roze, Charte architecturale de Saint-Nazaire, 1990, 197 p.

13Le thème de la requalification urbaine, devenu un leitmotiv des débats sur la ville des années quatre-vingt-dix, va marquer le retour des architectes dans les débats. Dans les décennies précédentes, certains architectes se sont impliqués dans les luttes urbaines et particulièrement au niveau local face aux projets qui se proposaient de créer des rocades urbaines à Nantes. À Saint-Nazaire, dans un contexte en constante évolution marqué par d’importantes crises économiques et sociales, les premières études des années quatre-vingt vont s’attacher à faire reconsidérer l’histoire particulière de la ville, de son plan, de son architecture, souvent décriée, comme des éléments fondateurs d’un renouveau urbain. En témoigne la rédaction d’une Charte d’architecture en 199020. La pratique des concours d’urbanisme et d’architecture trouve un écho international dans le concours Ville-Port qui met en lice Christian Devillers, les associés Bernard Reichen et Philippe Robert et l’architecte catalan Manuel Sola-Morales qui en sera lauréat ; elle marque encore plus clairement le retour des architectes dans le débat. La recomposition d’un territoire urbain témoigne de l’histoire du xxe siècle puisque l’objectif est de retisser des liens entre les étendues de l’estuaire et la ville reconstruite autour de la monumentale base sous-marine construite pendant la Seconde guerre mondiale.

  • 21 En 1999, le projet présenté par Alexandre Chemetoff et Jean-Louis Berthomieu a été retenu sous le (...)

14À Nantes, quelques années plus tard, le territoire de l’Île Sainte-Anne, devenue l’Île de Nantes, va également être le sujet d’un concours d’aménagement à grande échelle21 marquant ainsi le développement de cette culture et de ces méthodes. Il faudra dans quelques années en évaluer les résultats. Par ailleurs reste que les territoires intermédiaires comme les lagunes et les estuaires restent des vecteurs poétiques : Aldo Rossi, architecte italien, fin connaisseur du territoire vénitien, avait en 1979 projeté et construit un éphémère Théâtre du Monde qui s’était déplacé au milieu de la lagune vénitienne et le long de la côte adriatique ; deux architectes nantais, Marc Boixel et Nicole Garo, ont transposé cette idée dans le projet d’un Théâtre de la Loire métropolitaine qui pourrait contribuer à la construction symbolique d’un territoire contemporain.

Gravure

Gravure 1 : Le métier d’ingénieur, gravure par Nicolas de Larmessin (16401725) dans « Les costumes grotesques et les métiers » (xviiesiècle).

Gravure 1 : Le métier d’ingénieur, gravure par Nicolas de Larmessin (16401725) dans « Les costumes grotesques et les métiers » (xviie siècle).

Gravure 2 : Le métier d’architecte, gravure par Nicolas de Larmessin (1640-1725) dans « Les costumes grotesques et les métiers » (xviiesiècle).

Gravure 2 : Le métier d’architecte, gravure par Nicolas de Larmessin (1640-1725) dans « Les costumes grotesques et les métiers » (xviie siècle).

Gravure 3 : Saint-Nazaire, projet de phare pyramidal par Mathurin Crucy, 1808, École Nationale des Ponts et Chaussées.

Gravure 3 : Saint-Nazaire, projet de phare pyramidal par Mathurin Crucy, 1808, École Nationale des Ponts et Chaussées.

Photographies

Photographie 1 : Nantes, le quai Brancas avant les comblements de la Loire.

Photographie 1 : Nantes, le quai Brancas avant les comblements de la Loire.

Photographie 2 : Nantes, l’Erdre pendant les comblements.

Photographie 2 : Nantes, l’Erdre pendant les comblements.

Photographie 3 : Construction du groupe d’Habitations à Bon Marché de l’Hermitage sur les bords de la Loire par les architectes Guchet et Guénault (vers 1946).

Photographie 3 : Construction du groupe d’Habitations à Bon Marché de l’Hermitage sur les bords de la Loire par les architectes Guchet et Guénault (vers 1946).

Plans

Plan 1 : Projet pour un canal latéral à la Loire : à Saint-Nazaire, ouvrages de Méan et chenal d’entrée dans le bassin de Penhouet, par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Émile Carlier, 1865, Arch. Dép. 44.

Plan 1 : Projet pour un canal latéral à la Loire : à Saint-Nazaire, ouvrages de Méan et chenal d’entrée dans le bassin de Penhouet, par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Émile Carlier, 1865, Arch. Dép. 44.

Plan 2 : Projet pour un bassin à flot dans le port de Nantes, par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Émile Carlier, 1866, Arch. Dép. 44.

Plan 2 : Projet pour un bassin à flot dans le port de Nantes, par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Émile Carlier, 1866, Arch. Dép. 44.

Notes

1 Ce texte reprend une partie de l’argumentation publiée dans un précédent article : Halgand Marie-Paule, « Ingénieurs et navigation intérieure au xixe siècle », 303 Arts, recherches et créations, n° XXXII, 1992, p. 30-51.

2 Je fais ici référence aux arguments avancés par Antoine Picon dans Architectes et Ingénieurs au Siècle des Lumières, Marseille, Parenthèses, 1988, p. 107-113.

3 AN, F 14 10242.

4 Cosneau Claude, Mathurin Crucy 1749-1826, Nantes, 1986, p. 33-40.

5 Gaspard Riche de Prony (1755-1839), ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur de l’École des Ponts et Chaussées à partir de 1798 puis également inspecteur général à partir de 1805.

6 Joseph Mathieu Sganzin (1751-1837), ingénieur des Ponts et Chaussées, puis directeur du Dépôt des cartes et plans, inspecteur général à partir de 1803.

7 Sganzin Joseph Mathieu, Cours de construction, édition de 1839, atlas des plans. Le tome 2 s’intéresse à la navigation intérieure et extérieure (leçons 24 à 37), le tome 3 la navigation maritime (leçons 38 à 45).

8 Archives de l’École Nationale des Ponts et Chaussées.

9 Guépin Ange, Le Voyage de Nantes à l’Indret, Nantes, Méllinet, 1848.

10 Sur le lotissement Feydeau voir Bienvenu Gilles, Lelièvre Françoise, Nantes, l’Île Feydeau, Nantes, Inventaire général, 1992, 80 p.

11 Mathurin Crucy, op. cit., p. 95-96.

12 Émile Carlier (1829-1907), ingénieur des Ponts et Chaussées en poste sur les côtes nord de la France prendra un congé à partir de 1857 et rendra le 1er juillet 1865 le dossier du projet d’un canal de Nantes à l’océan.

13 Archives départementales de Loire-Atlantique, 6JJ 615.

14 Vézier-Vauthier Anne, « Histoire d’un canal : 1892-1992 », 303 Arts, recherches et créations, n° XXXII, 1992, p. 94-103.

15 La carte a été rééditée d’après l’édition originale conservée à la bibliothèque municipale de Nantes par l’association EPI et les Éditions MeMo en 2001.

16 Michel Roux-Spitz (1888-1957), élève de Tony Garnier, Grand Prix 1920 est considéré comme un des tenants du « modernisme officiel », professeur de théorie à l’École des Beaux-Arts il a été rédacteur en chef de la revue Architecture française de 1943 à 1953.

17 Noël Lemaresquier (1903-1982), élève de son père, second Grand Prix en 1930, professeur à l’École des Beaux-Arts de 1953 à 1974 est architecte de la reconstruction de Saint-Nazaire à partir de 1943, il reste architecte conseil de la ville jusqu’en 1978.

18 Bienvenu Gilles, « Nantes ville radieuse ou l’appel au Corbusier : le projet Chéreau », 303 Recherches et créations, n° XII, 1987, p. 10-33.

19 L’OREAM (organisme d’étude et d’aménagement de l’aire métropolitaine) Nantes-Saint-Nazaire est mis en place, parmi les derniers à l’échelon national, en 1967. Il est en revanche un des premiers à voir son schéma d’aménagement approuvé et reconnu : directive nationale d’aménagement en 1970.

20 Ponant, Coussy, Carrié, Roze, Charte architecturale de Saint-Nazaire, 1990, 197 p.

21 En 1999, le projet présenté par Alexandre Chemetoff et Jean-Louis Berthomieu a été retenu sous le nom de l’Atelier de l’Île de Nantes. En janvier 2001, un marché de maîtrise d’œuvre a été signé avec la communauté urbaine. Sur le projet, voir Chemetoff Alexandre « Nantes sur Loire », 303, Arts, recherches et créations, n° 75, 2002, p. 161-169.

Table des illustrations

Titre Gravure 1 : Le métier d’ingénieur, gravure par Nicolas de Larmessin (16401725) dans « Les costumes grotesques et les métiers » (xviie siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20528/img-1.png
Fichier image/png, 291k
Titre Gravure 2 : Le métier d’architecte, gravure par Nicolas de Larmessin (1640-1725) dans « Les costumes grotesques et les métiers » (xviie siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20528/img-2.png
Fichier image/png, 293k
Titre Gravure 3 : Saint-Nazaire, projet de phare pyramidal par Mathurin Crucy, 1808, École Nationale des Ponts et Chaussées.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20528/img-3.png
Fichier image/png, 291k
Titre Photographie 1 : Nantes, le quai Brancas avant les comblements de la Loire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20528/img-4.png
Fichier image/png, 37k
Titre Photographie 2 : Nantes, l’Erdre pendant les comblements.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20528/img-5.png
Fichier image/png, 32k
Titre Photographie 3 : Construction du groupe d’Habitations à Bon Marché de l’Hermitage sur les bords de la Loire par les architectes Guchet et Guénault (vers 1946).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20528/img-6.png
Fichier image/png, 49k
Titre Plan 1 : Projet pour un canal latéral à la Loire : à Saint-Nazaire, ouvrages de Méan et chenal d’entrée dans le bassin de Penhouet, par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Émile Carlier, 1865, Arch. Dép. 44.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20528/img-7.png
Fichier image/png, 48k
Titre Plan 2 : Projet pour un bassin à flot dans le port de Nantes, par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Émile Carlier, 1866, Arch. Dép. 44.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20528/img-8.png
Fichier image/png, 44k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search