Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Quatrième partie. Paysages urbains matériels et immatériels : représentations mentales et transformations urbanistiques

Architecture urbaine et arsenal De Brouage à Rochefort

Martine Acerra

Texte intégral

1Brouage riche de son ancien commerce du sel et Rochefort créée en 1666 forment deux espaces lotis sous l’autorité royale, sur un littoral à surveiller et défendre. Ils ont pour point commun de porter les marques de cette emprise monarchique et de leurs fonctions militaires : fortifications, blasons, entrepôts, casernes. Mais le quadrilatère fortifié de Brouage n’a plus au xviie siècle qu’un avenir médiocre. Lieu de garnison étriqué, refuge, havre envasé, il conserve son siège de gouvernement et un honorable rôle défensif. Pour Rochefort balbutiant, l’avenir urbain n’est pas encore tracé. Seul prime l’idée de base de relâche, d’arsenal pour certains, lorsque le site est repéré et retenu en mai 1666.

  • 1 B.N : Service hydrographique, portefeuille 53, division 3, pièce 1.

2Lorsque la terre de Rochefort retient l’attention de Charles Colbert de Terron, la partie convoitée forme une vaste prairie humide en bord de Charente. À cet endroit, le fleuve coule selon un axe nord-sud avant de former dans les marais l’immense méandre de Martrou. La plaine de Rochefort, et la plaine de Rosne qui lui fait face, sont coupées de rigoles, de filets d’eau, d’étiers, et leurs parties basses sont inondées lors des grandes marées. Un document que l’on peut dater de la fin de l’année 1666, intitulé « plan de quelque endroit proche de la Charente1 », indique la présence du château de Cheusses et de ses jardins ; d’une ancienne maison forte, ses allées et ses champs ; de quelques maisons et moulins éloignés de la rive ; d’une modeste paroisse. Culminant au nord à 29 m, plongeant au sud dans les marais, comprenant quelques enrochements, l’emplacement semble convenir malgré les 25 km le séparant de la mer. Ici va naître une ville au service de la marine. Elle se constitue puis se développe au gré de la fortune de ses habitants et de quelques directives étatiques, tandis que l’arsenal originellement conçu pour une marine renaissante, connaît au cours des ans des fortunes diverses.

3Les archives existantes – correspondances, mémoires, plans – permettent de constater la primauté de l’arsenal sur la ville. Elle n’est à l’origine qu’accessoire, seconde, par rapport à l’espace naval qui concentre tous les efforts. Officiellement fondé en 1666, le statut du port de Rochefort précède de trois ans l’érection en bourg fermé de la ville qui se développe à ses côtés. Cet écart illustre le souci tardif pour l’espace urbain dans l’esprit des créateurs de l’arsenal. Créateurs au pluriel, tant il est difficile d’attribuer avec précision une paternité à l’ensemble rochefortais.

  • 2 Charles Colbert de Terron, François Blondel et le chevalier de Clerville font partie du groupe d’e (...)
  • 3 Memain René, La marine de guerre sous Louis XIV. Le matériel. Rochefort arsenal modèle de Colbert, (...)
  • 4 Plans de Clerville :
    SHM : Mss 144 n° 125, Plan géométrique de Rochefort sur la Charente, dit prem (...)
  • 5 La visite de Rochefort par Jean Baptiste Colbert au printemps 1671 en compagnie de l’architecte Fr (...)

4Nul doute que Jean-Baptiste Colbert y fut pour beaucoup. Son cousin aussi. Charles Colbert de Terron, qui repéra et proposa la terre de Rochefort pour y ériger un arsenal, a aussi joué auprès du ministre un rôle d’informateur vigilant et compétent. L’accompagnait dans ses pérégrinations le chevalier de Clerville, ingénieur des fortifications et infatigable porteur des dossiers entre Rochefort et la Cour. Le secondait aussi l’architecte François Blondel qui fonda la corderie avant de partir pour les Antilles2. Ainsi, un administrateur, un ingénieur, un architecte, furent au service d’un ministre, l’aidant à faire tracer les grandes lignes d’un projet, d’un « dessein » dont le plan original, s’il a existé, n’a pas été retrouvé3. En supposant même acquise son existence, la nature du terrain et les conditions locales exigèrent une adaptation comme le suggère la succession des propositions du chevalier de Clerville de 1667, 1669, 16704. En fait, plus qu’un plan, comptent les remarques et réflexions qui émaillent la correspondance, les rapports et les mémoires sur l’édification de Rochefort. Ces annotations montrent aussi que les premiers plans connus et conservés ne représentent pas avec précision l’arsenal, la ville, le tracé des rues. À l’exception du plan de 1669 émanant du tandem formé par Clerville et Boyer, ceux antérieurs à 1674 décrivent avant tout des propositions. Ils illustrent des idées, des projets jetés sur le papier5. Ils présentent cependant un point commun : le quadrillage des rues de la ville et la forme quadrangulaire du parc de construction de l’arsenal. Tout le reste évolue, nombre de rues et de places ou positionnement des bâtiments fonctionnels sur les rives de la Charente. En résumé, s’il n’est pas certain qu’un plan initial a existé, il est patent que l’espace de l’arsenal et celui de la ville ont été longuement réfléchis. Le plan orthonormé de la ville et la description des édifices fonctionnels de l’arsenal le prouvent.

  • 6 Acerra Martine, op. cit., t. 1, chap. 1, l’installation d’origine, p. 45-60.

5Primant par leur importance stratégique, ces bâtiments sont tous commencés, sinon achevés, entre 1666 et 1671. La corderie et son étuve, le magasin général, les magasins particuliers, les forges, les fonderies, les hangars, la forme de radoub s’échelonnent sur 2,5 km le long de la Charente et empiètent sur la partie nord de la ville6. Ces constructions ne résistent pas toujours à la nature instable du sol marécageux sur lequel elles sont élevées. Les bâtiments se déforment, les murs s’écartent au risque de s’écrouler. Il faut tout l’art des tailleurs de pierre pour les consolider. Les superbes contreforts flanquant depuis 1670 la façade arrière de la corderie en sont le témoignage visuel. La pierre de taille règne dans l’immense chantier qui occupe deux mille ouvriers en 1669 alors que la ville acquiert seulement son statut officiel de bourg fermé. Mais si le délire de la pierre caractérise l’arsenal pour lequel rien ne semble trop beau – ni matériaux, ni architectes – la ville contraste longtemps par la modestie de son bâti.

  • 7 SHM : Mss 144 n° 175 1669.
    SHM. : Mss 144 n° 173, 1677, plan et profil de la ville et arsenal de R (...)

6L’histoire des maisons de Rochefort suit celle du tracé de la ville dont l’évolution est perceptible grâce à la comparaison de plusieurs plans7. La ville comprend trois parties : zone nord, zone sud, zone plus ou moins isolée de l’arsenal dont certains bâtiments ponctuent la ville. La rue Saint Charles longe le jardin du roi dans le sens est – ouest et délimite les parties nord et sud de la ville. Dans la partie sud, six rues sont parallèles à l’axe de cette rue Saint Charles : la rue du port qui longe la poudrière et la future caserne Martrou ; la rue des Vermandois ; la rue Saint Louis ; la rue Dauphine plus large que les autres ; la rue royale plantée d’arbres et menant à la porte de l’arsenal ; la rue Saint Michel. Dans la partie nord de la ville, les rues de même orientation sont moins nombreuses et dévient parfois pour tenir compte de l’enceinte fortifiée et des éléments militaires inscrits dans cette zone qui leur est, en partie, réservée. Ces rues portent le nom des Capucins, de Saint Hubert et des cordiers. Dans le sens nord-sud, on compte trois grands axes de circulation communs aux deux parties de la ville : les rues Saint Jacques, Saint Pierre et des fonderies, aussi légèrement réorientés dans leur partie nord. D’autres rues plus petites leur sont parallèles dans la partie sud : les rues des charpentiers, de Marrou, Saint Paul.

7Le quadrillage ainsi formé délimite des îlots de taille différente. Plutôt réguliers dans la partie méridionale de la ville, ils sont plus grands et de forme variable dans la partie septentrionale. Ce dernier aspect s’explique par la mise à disposition d’une population croissante d’espaces initialement réservés aux bâtiments de la marine. Une partie du jardin du roi est ainsi cédée pour permettre de nouveaux lotissements.

  • 8 SHM de Rochefort : série 1E correspondance de l’Intendant.
    AD de Charente Maritime : série 3 E arc (...)
  • 9 AN : Marine D2 34, mars 1669, Lettres patentes à exécuter par Charles Colbert de Terron, intendant (...)

8Grâce à la correspondance des intendants de marine avec la Cour et aux archives notariales, il est possible d’évoquer l’urbanisation de la ville naissante8. Rochefort se développe avec lenteur, en contraste avec l’afflux de population et l’activité fébrile de l’arsenal. Cette distorsion peut s’expliquer par plusieurs phénomènes conjoints. Si le port est officiellement fondé en 1666 et son chantier l’occasion d’attirer une population d’ouvriers du bâtiment, la ville reçoit son statut de bourg fermé et les privilèges qui y sont attachés trois ans plus tard9. Elle commence alors seulement à susciter l’installation de populations fixes. Par ailleurs, les premiers occupants font vite à Rochefort la réputation d’un site insalubre qui n’attire d’autant pas qu’il est isolé par les marais. Enfin, la population d’origine, constituée majoritairement de travailleurs venus édifier l’arsenal, comprend peu de notables ou de marchands assez aisés pour être susceptibles d’investir dans un tel lieu et d’y faire construire.

9Entre 1666 et 1669, il faut pourtant bien subvenir aux besoins vitaux des ouvriers. Charles Colbert de Terron, en charge du chantier, fait venir des vivandiers qui campent sur place. Il fait construire des baraquements de bois, des cayennes, des petites maisons de torchis. La première auberge, suivie de bien d’autres, ouvre dès 1666 à l’enseigne du « logis de la fontaine », rue royale. Il semble cependant que ces médiocres constructions soient alignées suivant un tracé antérieur à celui recommandé par l’arrêt du Conseil de mars 1669. Il s’agit peut-être de l’alignement visible sur les premières propositions du chevalier de Clerville. Toujours est-il que, pendant des années, Rochefort est un immense campement insalubre, une ville de planches, de huttes, d’abris collectifs où l’on s’entasse.

  • 10 Memain René, op. cit., p. 165.

« Mais un temps arriva où il fallut discipliner cette population venue de partout et où les éléments sains n’étaient sans doute pas en majorité, installée au mépris des lois de l’hygiène la plus rudimentaire, de la morale la plus simple et de l’urbanisme le plus barbare, véritable campement au bord d’un marécage que la terre remuée en abondance rendait plus malsain, sans eau potable assurée, sans autre voie de circulation que des pistes tracées par les pas des hommes et défoncées par les charrois, sans police ni religion, bref un lieu où les corps les plus solides avaient peine à subsister et où les âmes les mieux trempées trouvaient aussi difficilement à faire leur salut10. »

10L’arrêt du Conseil de mars 1669 tente de maîtriser l’installation d’une population croissante dans un espace dessiné sur le papier. L’intendant Charles Colbert de Terron est autorisé par cet arrêt à concéder aux particuliers des emplacements dans l’enceinte du nouveau bourg fermé

« à toutes personnes de quelque qualité qu’elles soient… d’y faire bâtir et construire tel nombre de maisons et bâtiments et en manière que bon lui semblera, suivant les alignements toutefois qui en seront donnés… ».

11Les normes de construction, les matériaux à utiliser ne font l’objet d’aucune recommandation. Cette lacune, volontaire, permet d’attirer tout le monde y compris les plus modestes, et de les laisser bâtir en bois et torchis. L’observation des plans d’époque permet de cerner les zones prioritaire-ment construites dans des îlots de plus en plus nombreux. De seize sur le plan de 1667, ils passent à quarante-cinq sur celui de 1670 et quarante-neuf sur celui de 1688. Ces îlots sont inégalement bâtis. Les premiers à l’être sont logiquement les plus proches de l’arsenal et de son parc de construction de vaisseaux. Ainsi, en 1670, les vingt-huit îlots contenant des maisons sur les quarante-cinq délimités, appartiennent tous à la zone méridionale de la ville. Par ailleurs, les habitations ne forment pas un bâti continu, des friches demeurent entre elles. En 1688, les quarante-neuf îlots contiennent tous ou presque des maisons particulières mais il existe encore de grands espaces libres et vierges de toute construction. La place des Capucins elle-même n’est alors qu’un champ cultivé au bénéfice de l’intendant de marine. La modestie des maisons apparaît dans les actes de vente où elles sont décrites le plus souvent comme délabrées, avec des murs, toits et cheminées en ruine, appareillées de matériaux de réemploi misérablement liés en mortier de terre. Une population de dix à douze mille habitants s’entasse donc dans les logis insalubres d’une ville jouxtant « le plus bel arsenal du royaume ». La situation va émouvoir et faire réagir le nouvel intendant Michel Bégon nommé en 1688.

  • 11 AD Charente Maritime, série 3E notaire Gabet, 26 février 1693.
    Cité par Gabet Camille, La naissanc (...)

12Affligé par l’état lamentable de la ville avec ses maisons basses où grouillent les ouvriers, il impose le premier plan d’urbanisme de Rochefort grâce à l’obtention d’un arrêt du Conseil du roi daté du 4 octobre 1689, affiché le 6 novembre suivant dans les rues de la ville. Par cet arrêt, les propriétaires de maisons disposent d’un an pour les bâtir en pierre, avec un étage surmonté d’un grenier. Les maisons formant l’angle de deux rues doivent avoir deux étages et être construites en pierre de taille. L’application de l’arrêt est progressive. De nouveaux délais sont accordés aux propriétaires en 1693 et 1698 pour qu’ils respectent les normes imposées. Lentement, Rochefort quitte ses oripeaux de bois, son allure de « ville champignon » pour revêtir des atours de pierre dignes d’un xviiie siècle naissant. Pas ou peu d’architectes semblent attachés à cette mutation, maçons et ouvriers locaux répondant seuls à la demande de construction. Camille Gabet, historien de Rochefort, déclare n’avoir trouvé qu’une seule maison construite avec devis et plan d’architecte. Il s’agit en fait d’un ingénieur des bâtiments civils de l’arsenal, nommé Dubuisson11. Son intervention concerne une maison d’angle de la rue des fonderies, élevée sur une cave voûtée et comprenant deux étages dont le dernier est mansardé. Les façades sont en pierre de taille extraite des carrières locales de Crazannes et Saint Savinien, donc de même origine que celle utilisée pour les bâtiments de l’arsenal. Le plan de 1688, de la main du même Dubuisson, mentionne des carrières de pierre et de sable dans les faubourgs de la ville, dont les matériaux ont incontestablement servi à l’édification de Rochefort.

13Ainsi, le pouvoir monarchique impose le plan de la ville et la population lui donne son caractère. Laborieux et compétents, les ouvriers de l’arsenal sont les premiers à participer à l’élaboration de son paysage. On en possède quelques exemples. Ils bâtissent en 1673 ce chef-d’œuvre de charpentage qu’est la grande halle, vaisseau à terre offert au marché de la ville. Elle est visible sur la coupe transversale accompagnant le plan de Clément d’Assincourt daté de 1677. Spécialistes appréciés, ces ouvriers ornent de simples maisons comme d’élégants hôtels particuliers d’admirables balcons en fer forgé. D’autres pavent les rues de la ville comme ils ont pavé les allées de l’arsenal.

14Comme institution omniprésente, la marine n’est pas en reste. Soucieuse de maintenir cette pépinière de savoir-faire, elle dote et embellit la ville d’édifices destinés aux soins des corps et à la sauvegarde des âmes des ouvriers et des matelots embarqués. Le premier hôpital de la marine est érigé en 1684. Viennent ensuite les hospices pour les orphelines et les mousses ou encore l’École de chirurgie créée en 1722. Les Capucins disposent de leur couvent et de leur chapelle près de la place qui porte alors leur nom (actuelle place Colbert). Les Frères de la Mission servent l’église Saint Louis. Les futurs officiers ont leur école des Gardes de la marine et peuvent aussi se former à l’école d’hydrographie.

  • 12 Le Henaff Monique, Rochefort sur mer, ville de la marine. Étude démographique, 1680-1820, thèse da (...)

15De deux mille ouvriers en 1669, la population grandit, se féminise et se diversifie professionnellement. Elle atteint vingt mille habitants au début du xviiie siècle12. Fidélisés par leurs nominations, les officiers de marine s’installent à Rochefort, fondent des dynasties et deviennent à leur tour des bâtisseurs dans la ville. Les études manquent encore pour identifier leurs hôtels particuliers, pour en connaître la date exacte de construction et le nom de leur architecte. Mais ces édifices ponctuent la ville de leur élégance.

  • 13 L’hôtel de Tilly flanque l’angle des rues Vermandois et Martrou (aujourd’hui rues Émile Combes et (...)
  • 14 Charte architecturale de Rochefort. Publication de la municipalité de Rochefort, service de l’urba (...)
  • 15 Pierre Toufaire (1739-1794) a laissé d’autres traces architecturales à Rochefort puisque, ingénieu (...)
  • 16 Verge–Franceschi Michel, Les chefs d’escadre marquis d’Amblimont (1693-1797), Jonzac, Publications (...)

16Austère et massif, l’hôtel de Tilly s’élève en trois corps de logis encadrant une petite cour fermée par un porche. Aucun décor ne vient animer son appareillage sobre qui pourrait le faire dater de l’extrême fin du xviie siècle. Il fait partie de ces maisons d’angle aux normes décrites par l’arrêt du Conseil de 168913. En revanche, le décor sculpté de style Régence tardif de l’hôtel de La Touche Tréville permet de dater sa construction des années 1730-1735. Situé face aux fonderies de la marine, dans la partie la moins insalubre de la ville, cette immense bâtisse de plan classique est agrémentée d’un porche monumental surmonté d’un bel encorbellement14. Place des Capucins s’élève l’hôtel d’Amblimont, siège de la municipalité depuis 1806. Construit vers 1750, probablement remanié sous Louis XVI par l’ingénieur en chef des bâtiments civils de l’arsenal, Pierre Toufaire, l’hôtel est remarquable par la pureté de son style et l’élégance de sa façade où dominent les horizontales15. Ponctué d’arabesques dans le goût rocaille, il est couvert d’une toiture à l’italienne avec balustre16. Quant à l’hôtel Macnemara, édifié face au théâtre de la Coupe d’Or, il forme un très bel ensemble à deux étages avec attique. Il présente aussi l’originalité de disposer de deux porches d’entrée surmontés d’élégants balcons ventrus en fer forgé. Comme pour les autres exemples cités, l’architecte de ce bel hôtel demeure à ce jour inconnu. Il est possible de lui supposer une origine italienne au vu des influences perceptibles dans le décor. Les officiers de marine ne sont pas les seuls à embellir et marquer la ville de leur empreinte. Grand négociant ayant fait fortune, entre autres dans les fournitures pour la marine, maire de Rochefort depuis 1766, Hébre de Saint Clément fait bâtir le théâtre qui manquait à la ville et à sa bonne société. Érigé entre 1766 et 1771, il est l’œuvre de l’architecte italien Bérinzapo qui a aussi travaillé au théâtre de Bordeaux.

17Ainsi, au cours des décennies, tandis que Brouage s’endort dans ses marais, Rochefort se peuple et survit au rythme de sa base navale. Les faubourgs croissent et accueillent les personnels de l’arsenal tandis que la ville intra muros voit s’installer, dans sa partie nord puis dans son ensemble, les notables. Poumon de la ville, concentration d‘activités d’une cité qu’il a fait naître, le pôle militaro – industriel lui offre sa raison d’être. À la population ouvrière d’origine s’agrègent progressivement le personnel administratif, les officiers, les religieux, les artisans urbains et les Rochefortais d’occasion que sont les matelots et les soldats embarqués. Le cadre d’origine perdure par le tracé immuable des rues tandis que les habitants façonnent les îlots selon leurs moyens en utilisant les matériaux locaux. L’unité architecturale de la ville résiste au temps.

  • 17 Les villes françaises du Nouveau Monde, ouvrage collectif sous la direction de Laurent Vidal, Pari (...)

18Base navale et ville neuve du xviie siècle, Rochefort tourne cependant le dos à la mer. Est-elle ville maritime, ville atlantique ? On peut, à coup sûr, la qualifier de ville royale, au même titre que Versailles, l’autre grand chantier urbanistique du temps. Les parallèles sont nombreux entre les deux créations : un domaine d’origine ; un motif de naissance, la nécessité d’un arsenal ou d’une résidence officielle ; une ville neuve qui converge et dessert le centre d’intérêt ; la volonté d’affirmation ostentatoire de puissance du souverain commanditaire. On peut aussi identifier Rochefort comme une ville militaire, place forte navale, comme Neubrisach est ville frontière appartenant à la ceinture de fer de Vauban, ou comme les villes en projet à implanter dans les territoires conquis lors du Premier Empire. On peut la reconnaître comme ville neuve, au beau modèle hérité et décliné de part et d’autre de l’Atlantique ou à l’intérieur du Royaume, tels que Brouage, Richelieu et les villes du nouveau monde américain17. Rochefort peut être perçue comme ville maritime de l’Atlantique avec son arsenal faussement séparé de l’espace urbain par une clôture et une succession de bâtiments, constituant une sorte de rempart entre le civil et le militaire ; rempart dont la seule brèche officielle est une porte monumentale ouvrant sur la zone stratégique de l’arsenal. Rochefort est tout cela : neuve, royale, militaire, maritime et atlantique. Il ne semble donc pas nécessaire de l’affecter d’une épithète dominante.

Plan de la ville et du port de Rochefort en 1688.Bibliothèque Nationale de France, cabinet des estampes, Va 429, format 6. Reproduit dans Memain René, La Marine de guerre sous Louis XIV. Le matériel. Rochefort, arsenal modèle de Colbert, Paris, Hachette, 1937.

Plan de la ville et du port de Rochefort en 1688.Bibliothèque Nationale de France, cabinet des estampes, Va 429, format 6. Reproduit dans Memain René, La Marine de guerre sous Louis XIV. Le matériel. Rochefort, arsenal modèle de Colbert, Paris, Hachette, 1937.

Notes

1 B.N : Service hydrographique, portefeuille 53, division 3, pièce 1.

2 Charles Colbert de Terron, François Blondel et le chevalier de Clerville font partie du groupe d’enquêteurs qui chevauche sur les côtes du Ponant depuis 1663 à la recherche d’un endroit propice à l’édification d’un arsenal digne de Louis XIV.

3 Memain René, La marine de guerre sous Louis XIV. Le matériel. Rochefort arsenal modèle de Colbert, Paris, Hachette, 1937.
Sur l’existence de ce plan et son origine, une hypothèse peut être formulée. Colbert de Terron ne se rend pas auprès du ministre entre 1664 et 1670. Blondel participe aux premiers travaux mais quitte Rochefort pour les Antilles dès 1666. Reste le chevalier de Clerville qui assure le transport des mémoires, plans, cartes, levés, devis, entre la Cour et Rochefort. On peut supposer un Colbert ministre, instigateur d’un plan qu’il ferait dresser sous ses yeux par un collaborateur au fait des besoins requis par un arsenal, ce personnage pouvant être Clerville.
Cf. aussi : Acerra Martine, Rochefort et la construction navale française. 1661-1815, Paris, Librairie de l’Inde, 1993, p. 650, note 71.

4 Plans de Clerville :
SHM : Mss 144 n° 125, Plan géométrique de Rochefort sur la Charente, dit premier projet, datable de 1667.
SHM. : Mss 144 n° 175, Plan de Rochefort, mai 1669.
BN : 500 Colbert n° 123 bis, Plan de 1669-1670.
On note, entre autres, le déplacement de la forme de radoub depuis le parc de construction jusqu’au nord de la ville pour cause d’enrochement propice ; celui des magasins particuliers qui, de la prestigieuse proximité de l’hôtel de Cheusses, rejoignent le parc de construction ; la réduction d’un réservoir d’eau potable à un modeste bassin au sud de la corderie.

5 La visite de Rochefort par Jean Baptiste Colbert au printemps 1671 en compagnie de l’architecte François Le Vau est l’occasion d’un « redressement » de la partie centrale de l’arsenal exprimé sur le seul document partiel de l’époque qui soit encore conservé de nos jours (SHM Mss 144 n° 177 : plan de Rochefort accompagnant la lettre du sieur Le Vau du 26 juin 1671).
Il faut le mettre en relation avec le mémoire du même Le Vau daté du 15 novembre 1671 conservé aux Archives Nationales (Marine D2 3 pièce 42).

6 Acerra Martine, op. cit., t. 1, chap. 1, l’installation d’origine, p. 45-60.

7 SHM : Mss 144 n° 175 1669.
SHM. : Mss 144 n° 173, 1677, plan et profil de la ville et arsenal de Rochefort signé Clément d’Assincourt.
BN : cabinet des estampes, Va 429 Plan de la ville et du port de Rochefort en l’état qu’il était en 1688, vus de basse mer, par Dubuisson.

8 SHM de Rochefort : série 1E correspondance de l’Intendant.
AD de Charente Maritime : série 3 E archives notariales.

9 AN : Marine D2 34, mars 1669, Lettres patentes à exécuter par Charles Colbert de Terron, intendant de marine.

10 Memain René, op. cit., p. 165.

11 AD Charente Maritime, série 3E notaire Gabet, 26 février 1693.
Cité par Gabet Camille, La naissance de Rochefort sous Louis XIV, 1666-1715. Une ville nouvelle et ses habitants au Grand Siècle, Rochefort, CALCR, 1985, p. 37.

12 Le Henaff Monique, Rochefort sur mer, ville de la marine. Étude démographique, 1680-1820, thèse dactylographiée soutenue à l’université de Bordeaux III, 1987.

13 L’hôtel de Tilly flanque l’angle des rues Vermandois et Martrou (aujourd’hui rues Émile Combes et Jean-Jaurès). Il est ainsi nommé pour avoir été occupé par Armand Le Gardeur comte de Tilly, né à Rochefort le 14 janvier 1733.

14 Charte architecturale de Rochefort. Publication de la municipalité de Rochefort, service de l’urbanisme, 1995. Photographie p. 41.
Issu d’une dynastie d’officiers de marine, Charles-Augustin Le Vassor marquis de Tréville (17121788) céda à la ville par acte du 13 décembre 1787, l’hôtel de Tréville pour la somme de 80 000 livres. Son neveu, Louis-René comte de La Touche, dit La Touche Tréville, a vu le jour à Rochefort en 1745, probablement dans l’hôtel familial.
Cf. Verge-Franceschi Michel, Les officiers généraux de la marine royale, Paris, Librairie de l’Inde, 1987, p. 1434.

15 Pierre Toufaire (1739-1794) a laissé d’autres traces architecturales à Rochefort puisque, ingénieur des bâtiments civils puis ingénieur en chef de la place, il a conduit la construction des casernes, du deuxième hôpital de la marine de structure pavillonnaire, de la première « pompe à feu » installée dans un arsenal. Prolifique et inventif, il est l’auteur d’un plan général de réorganisation de la base au lendemain de la guerre d’Indépendance américaine où se perçoivent les influences architecturales de l’époque, comme le souci permanent de la meilleure gestion de la surface productrice. Hors de l’arsenal charentais, il a construit la fonderie de canons installée dans l’île d’Indret (1777-1778) et donné les plans de celle du Creusot.
AN Marine D2 35, 1785, Plan général de Rochefort.
AN Marine C7 325, Dossier personnel de Pierre Toufaire.

16 Verge–Franceschi Michel, Les chefs d’escadre marquis d’Amblimont (1693-1797), Jonzac, Publications de l’université francophone d’été, 1994.

17 Les villes françaises du Nouveau Monde, ouvrage collectif sous la direction de Laurent Vidal, Paris, Somogy, 1999.

Table des illustrations

Titre Plan de la ville et du port de Rochefort en 1688.Bibliothèque Nationale de France, cabinet des estampes, Va 429, format 6. Reproduit dans Memain René, La Marine de guerre sous Louis XIV. Le matériel. Rochefort, arsenal modèle de Colbert, Paris, Hachette, 1937.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20527/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540