Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Quatrième partie. Paysages urbains matériels et immatériels : représentations mentales et transformations urbanistiques

Bordeaux entre le flux et le reflux : histoire d’une mythologie atlantique

Françoise Taliano-des Garets

Texte intégral

  • 1 Mauriac François, Bordeaux, Éditions Émile Paul, 1926.

« Bordeaux est ce port qui nous fait rêver de la mer d’où l’on ne voit ni n’entend jamais la mer1. »

1Tel est le constat désabusé de François Mauriac à propos de sa ville natale. Bordeaux présente en effet les ambiguïtés d’un port d’estuaire. Situé à 100 km de l’océan, le port de la Lune y a puisé sa prospérité et a également subi les conséquences de son éloignement des grands courants maritimes. Autre ambiguïté, la jonction en ce lieu de plusieurs mondes, celui du fleuve et celui de l’océan d’abord, celui de l’intérieur des terres où la richesse est liée au vin et celui du grand large ensuite. Bordeaux ville de négoce étant un point de contact entre ces divers espaces.

  • 2 Chevet Robert, Le port de Bordeaux au xxe siècle, L’Horizon chimérique, 1995.

2L’époque contemporaine qui nous intéresse ici est pour Bordeaux une période qui suit l’apogée du xviiie siècle au cours de laquelle s’installe un lent déclin ; les efforts d’adaptation pendant deux siècles ne lui ont en effet pas suffi pour résister au gigantisme des bateaux, aux modifications du commerce mondial2.

3Ce déclin a fait passer Bordeaux de la première place parmi les ports français au xviiie siècle, au troisième rang qu’il conserve jusqu’au deuxième conflit mondial, puis au cinquième rang et finalement au rang de port régional à la fin du xxe siècle. L’histoire de ce déclin a laissé des traces dans les représentations collectives et notamment dans les productions artistiques et littéraires. Ces productions, autant celles des Bordelais que celles des artistes de passage à Bordeaux, sont une source très riche pour qui veut aborder les représentations collectives sur la ville du port de la Lune.

4Afin de mieux les approcher, un panthéon très hétéroclite de créateurs à la notoriété inégale sera mis ici à contribution, Bordelais ou non, ayant en commun d’avoir laissé une représentation du port. Par commodité nous nous sommes limités aux sources iconographiques, notamment à la peinture, et aux sources littéraires. Suffisamment abondantes et riches, elles nous révèlent, au fur et à mesure du déclin de l’activité du port, l’élaboration progressive d’une mythologie portuaire. Cette mythologie s’accompagne d’une glorification du passé de la part des créateurs. Au final, il conviendra de voir si ces représentations ont contribué à l’émergence du port comme lieu identitaire à la fin du xxe siècle.

Un port vivant qui donne son identité à la ville

  • 3 Corbin Alain, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Aubier, 1988.
  • 4 Lacour Pierre, Vue d’une partie du port et des quais de Bordeaux dits des Chartrons et de Bacalan, (...)

5Les quais de Bordeaux tout au long du xixe siècle et jusqu’aux années 1920 offrent le spectacle d’une animation grouillante dans un décor de prestige. Artistes peintres et écrivains ont été sensibles à cette effervescence. Les quais et surtout ceux de la rive gauche devenant un sujet quasi imposé pour les premiers et un lieu de promenade obligé pour les seconds. Les représentations du port au xixe siècle confirment ce qu’écrit Alain Corbin dans « Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840 ». Bordeaux est bien comme dans les tableaux qu’en a laissés le peintre Joseph Vernet « un abri d’où partent les flottes majestueuses, “un réceptacle de richesses” où se rencontre une diversité chatoyante des ethnies3 ». La tradition védutiste particulièrement illustrée chez ce peintre du xviiie siècle dans les commandes de Louis XV, a été transmise au siècle suivant au Bordelais Pierre Lacour. Ce peintre, qui a joué un rôle considérable dans la fondation du musée de la ville de Bordeaux et dans la mise en place d’une école de peinture bordelaise, représente le port en 1804, depuis la façade de la rive gauche4. Il restitue la beauté monumentale de la cité autant que le mouvement des hommes et des marchandises. Le port ainsi représenté est un port qui « remplit sa mission civilisatrice » pour reprendre l’expression d’Alain Corbin. L’activité des hommes devant l’hôtel Fennwick et le fameux quartier des Chartrons, les promeneurs sur le quai, le fleuve paisible où de nombreux voiliers sont au mouillage, telle est l’image rassurante que Pierre Lacour laisse de ce havre de paix préservé des menaces de l’océan.

  • 5 Le voyage à Bordeaux est un supplément aux Mémoires d’un touriste de 1838.

6Nous sommes bien dans un espace refuge, comme nous le rappelle en 1838 un célèbre promeneur romantique, Stendhal5 :

« Les deux cornes du magnifique croissant que la ville de Bordeaux forme sur la Garonne regardent le levant. La ville est au couchant de la Garonne laquelle coule du midi au Nord. Le mot coule n’est pas très juste : pendant la moitié du temps la marée qui remonte rapidement fait couler la Garonne du nord au midi. Avec cette marée remontante arrivent tous les bâtiments qui viennent de la terrible embouchure de fleuve vers Royan et la tour de Cordouan. »

7La référence à l’océan est ici bel et bien restituée par Stendhal sous le mode de la menace lointaine. Dans le même registre, il décrit une procession de marins venus rendre grâce à l’église Saint Dominique pour avoir échappé à un naufrage. Il est également très sensible à l’esthétique du port refuge :

« Le quai de Bordeaux n’a pas son pareil en France et peut-être en Europe, Naples excepté. Et encore, le quai de Bordeaux a un genre de beauté qui manque tout à fait à Chiaia, c’est le spectacle de cette activité et de ces navires qui arrivent chaque jour de toutes les parties du monde. »

  • 6 Celui-ci laisse surtout des dessins et des gravures à l’eau-forte, en charge qu’il fut sous la mon (...)
  • 7 Elles sont érigées en 1828, ornées de proues de navires, d’ancres, de caducée et sont surmontées d (...)
  • 8 « Bordeaux est une ville curieuse, originale, peut-être unique. Prenez Versailles et mêlez-y Anver (...)

8Même impression de beauté et de civilisation vers la fin du xixe siècle, dans l’une des rares œuvres peintes par le paysagiste archéologue Léo Drouyn6 autour de 1875. La vue est prise du pont de pierre et présente la rampe d’accès au quai Richelieu. De cet angle, on peut entrevoir toute la courbe du fleuve, l’ancienne place royale, la porte Cailhau, les colonnes rostrales des Quinconces7. Outre le souci du détail architectural du Bordeaux du xviiie siècle que Victor Hugo lui aussi admira8, Léo Drouyn représente le labeur des hommes. L’intérêt du tableau réside aussi en ce qu’il témoigne de la double activité portuaire bordelaise. À quai, sont en effet amarrées, en une ligne serrée, les gabares, lourdes barques qui descendaient la rivière jusqu’à Bordeaux et, en arrière, loin de la berge, se dressent les voiles des terre-neuvas, les morutiers qui ne peuvent encore accoster le long de la rive faute d’aménagement et sont donc contraints de mouiller en rivière. L’encombrement général qui en ressort témoigne de l’activité importante du troisième port français sous la Troisième république.

9Les mutations techniques donnent également matière à certains tableaux tel celui que Richard-Lafite Faxon consacre au départ d’un paquebot transatlantique en 1868. Il s’agit d’un paquebot mixte à vapeur qui conserve une voilure. Au tout premier plan, en un contraste voulu par l’artiste, les célèbres gabarres sont encore présentes avant que le chemin de fer ne les fasse progressivement disparaître du paysage bordelais.

  • 9 Dussol Dominique, Art et bourgeoisie. La société des amis des arts de Bordeaux (1851-1939), Le Fes (...)
  • 10 Sonneville Georges de, Collections et collectionneurs bordelais, galeries de tableaux, Féret et fi (...)

10Le port est bien un sujet quasi imposé car il est le cœur de l’activité négociante de la cité ; il offre par son pittoresque et sa beauté une matière inépuisable. Les artistes peintres répondent d’autre part à une demande. Nombreux sont ceux qui exposent à la Société des amis des arts9 où la bourgeoisie bordelaise se plaît à venir acquérir quelques toiles dont beaucoup de paysages portuaires. Le critique d’art Georges de Sonneville dans un ouvrage de 1893, consacré aux galeries de tableaux de quelques amateurs bordelais10, en a livré le témoignage. Il recense, en effet, des tableaux accrochés dans les collections particulières les plus remarquables de la haute société bordelaise. On peut ainsi constater que le peintre de marines Eugène Boudin fait partie des artistes les plus prisés de cette fin de siècle, lui qui séjourne à Bordeaux pendant six semaines au cours de l’automne 1874 et a laissé une série de tableaux représentant le port que beaucoup de Bordelais apprécièrent.

  • 11 Cyprien Gaulon, d’après Gustave de Galard, lithographie aquarellée, 30 x 41, Bordeaux, collection (...)
  • 12 Jacqueline Dupasquier pense que la diffusion de cette mode coïnciderait avec l’arrivée des créoles (...)
  • 13 Ibidem.

11L’on est cependant étonné de trouver assez peu de traces d’exotisme à propos d’un port tourné vers les colonies, aussi bien dans les tableaux que dans les écrits littéraires du xixe siècle, hormis quelques traces indirectes. Ainsi l’influence antillaise transparaît-elle à travers un détail aussi anodin que la mode vestimentaire telle qu’elle est reprise dans les œuvres. La beauté des femmes du peuple « les grisettes » ou celle des bourgeoises bordelaises, n’ayant pas échappé à des artistes comme le graveur Gustave de Galard – on se réfère ici à sa « Marchande de royans » vers 183011 – ou à des écrivains comme, Théophile Gautier de passage à Bordeaux en 1840, ou à Victor Hugo. Tous sont frappés par ces charmantes coiffures aux couleurs vives. Bordeaux partage en effet avec les Antilles, tout au long du xixe siècle, la mode du « mouchoir madras ». Il devient pour un siècle une spécificité bordelaise que les voyageurs remarquent immanquablement12. De même, le châle de cachemire – Bordeaux est l’un des grands fournisseurs de châle importés au xixe siècle – va envahir les portraits féminins bordelais. Mauriac rappelle dans « Bordeaux » que ses grands parents ont fait commerce rue Saint James « des draps et des châles de l’Inde ». Ainsi, le châle de cachemire « demeure la pièce emblématique d’un certain exotisme » écrit Jaqueline du Pasquier13.

  • 14 L’Horizon chimérique est publié en 1920, après la disparition de son auteur au combat en novembre (...)

12Le brassage de population laisse des marques plus tangibles dans les représentations. Les quais sont une zone de halte pour les marins en transit. Le poète Jean de la Ville de Mirmont, dans son « Horizon chimérique14 » évoque avant la première guerre mondiale les matelots dans les bars des quais en forçant un peu le trait.

  • 15 Ville De Mirmont Jean de la, L’Horizon chimérique, Éditions Harriet, 1988.

« Par un soir de brouillard, en un faubourg du nord,
Où j’allais, promenant mon cœur noyé de pluie,
J’ai vu, dans une auberge basse du vieux port,
Danser les matelots de la Belle-Julie.
Le timonier portait sur son épaule droite,
Exotique et siffleur, un grand perroquet vert.
Du maître d’équipage au cuisinier qui boite,
Tous gardaient, dans leurs pas, le rythme de la mer.
Et déjà gris de scout, de rhum et de genièvre,
Les plus jeunes, longtemps sevrés de tels festins,
Écrasaient en dansant des baisers sur les lèvres
Des filles dont le cœur est tendre aux pilotins
Aux accents du trombone et de l’accordéon,
Leurs talons, à grand bruit, soulevaient la poussière
Mais le mousse, natif de Saint-Pol-de-Léon,
Ivre-mort, récitait gravement ses prières15. »

  • 16 Ce peintre est le neveu du critique d’art du même nom.

13Jean de la Ville de Mirmont fait ici allusion aux marins bretons dont les goélettes ralliaient Bordeaux à l’automne, ramenant la morue. Le peintre Georges de Sonneville16 passait quant à lui des heures sur les quais à faire des croquis. En 1925, son « Bar des alliés » montre deux dockers noirs, anciens soldats restés en France après la première guerre, en compagnie d’une fille de joie. Le brassage humain a su retenir l’attention des créateurs.

14Cependant, à cette date, une page du port est déjà en train de se tourner et la vie exubérante reliant le fleuve à la ville, la ville à l’océan commence à changer, son rythme à ralentir.

Un port déserté, un port glorifié

  • 17 Mauriac François, Commencements d’une vie, Grasset, 1932.

15On est frappé de l’énorme contraste entre ce que nous livrent les peintres de l’entre-deux-guerres et les représentations du siècle précédent. Ainsi, le port de Maurice Denis en 1927 respire la tranquillité. On est loin de l’intense activité des quais de Pierre Lacour ou du fouillis de bateaux de Léo Drouyn. Une tranquillité identique est perceptible chez Albert Marquet surnommé « le peintre de l’eau » dans son « Port de Bordeaux vu du quai de Queyries », rive droite, en 1924. Quant à l’écrivain François Mauriac, il n’est pas réceptif à l’harmonie apaisante des lieux. Dans « Commencements d’une vie » publié en 1932, Bordeaux est une « Ville de vins, de morue, enlisée dans la boue d’un port sans navire17 ». La crise des années trente est en effet durement ressentie même si certains croient encore possible un développement du trafic, notamment transatlantique et colonial.

16La présence humaine elle-même se fait rare sur les quais où la technique est en train de l’emporter sur la force physique. André Lhote saura profiter dans ce port qui l’a tant inspiré des formes mécaniques des grues et des machines à l’œuvre sur les quais dans ses compositions cubistes. Outre les travailleurs du port moins représentés sur les tableaux des contemporains, on note aussi le faible nombre de promeneurs sur les berges. L’écrivain Jean Balde exprime dans La maison au bord du fleuve en 1937 ses regrets devant un port qui s’est fermé aux visiteurs. En même temps que le statut de port autonome est adopté en 1924, le port se coupe en effet de la ville par l’installation de grilles et la construction d’une série de hangars :

  • 18 Balde Jean, La maison au bord du fleuve, Delmas, 1937.

« De hideux hangars ne déshonorent-ils pas l’harmonieuse façade des quais, étirée comme un décor royal sur le bord du fleuve. Il y avait là un panorama unique en France. La courbe du fleuve – si bien nommée le port de la Lune – le quai, l’ordonnance des façades, l’arrière-plan de la ville, composaient un ensemble d’une valeur inestimable18 ? »

  • 19 Archives du port autonome, correspondance, 9 mars 1933.
  • 20 Lebègue Antoine, « Ingénieurs contre architectes, la bataille des hangars du port dans l’entre-deu (...)

17On aura noté l’usage de l’imparfait et le ton nostalgique qui prévaut sous la plume de Jean Balde. Le décor royal n’est plus, le port qui a déjà pris un large retard en terme d’aménagement, essaie de le combler en modernisant ses installations d’où la construction des hangars, la pose des grilles, la transformation des quais pour recevoir des bateaux plus gros. L’opinion publique s’émeut, prend partie contre les hangars. La bataille est menée par l’Académie nationale des sciences belles lettres et arts de Bordeaux soutenue par la municipalité contre le Port autonome. La discussion se focalise notamment sur les secteurs esthétiquement sensibles de la place de la Bourse et des Quinconces. La solution est trouvée avec l’aménagement de hangars souterrains au niveau de la Bourse et de hangars-terrasses pour la promenade à proximité des Quinconces19. Les arguments des élites bordelaises pour défendre la courbe du fleuve sont des arguments tournés vers le passé. Elles estiment qu’il convient de sauvegarder ce que l’âge d’or a légué (le siècle de l’architecte Gabriel étant présenté comme la référence absolue) et d’admettre le déclin de l’activité portuaire. « L’Atlantique » s’arrêtant désormais à Pauillac20. Sans doute peut-on déceler dans ce passéisme résigné un conservatisme de la part des élites bordelaises que le maire néo-socialiste Adrien Marquet ne néglige pas.

  • 21 Coustet Robert, « La gloire de Bordeaux : décors bordelais de l’entre-deux-guerres », Revue archéo (...)

18Les mentalités semblent donc s’accoutumer à l’idée du déclin inéluctable d’un port trop loin de l’océan, en même temps qu’une sacralisation du siècle d’or se met en place. La municipalité Marquet a pris l’initiative dans ces années-là de promouvoir une école bordelaise de peinture, avec des artistes officiels comme François Maurice Roganeau directeur de l’école des Beaux-arts de la ville, Jean Dupas ou Camille de Buzon. Il leur confie la décoration de la nouvelle bourse du travail. Jean Dupas est le chef de fil du groupe et reçoit la plus importante commande. Fils de capitaine de la marine marchande il est au nombre des rares peintres de son époque à décorer les paquebots, avec des commandes aussi prestigieuses que le navire « Île de France » et « le Normandie ». Dans le chantier de la bourse du travail, il décore la grande salle ; il y représente une allégorie de la ville de Bordeaux avec les figures de la Garonne, de Neptune, de Bacchus et Cérès, de l’Afrique et de Mercure. Ami du maire Adrien Marquet, il a d’ailleurs déjà réalisé pour la ville une autre allégorie de Bordeaux, encadrée par un voilier et un paquebot. Cette affiche de 1937 intitulée « Bordeaux, son port, ses monuments, ses vins » servant – selon les termes de l’époque – d’affiche de propagande pour la ville. De même Camille de Buzon compose-t-il en 1938, dans le foyer nord de la bourse du travail « Une gloire de Bordeaux ». Puisant lui aussi dans la veine mythologique, il intègre dans sa fresque une divinité à la Botticelli, des dockers, des personnages de mondes lointains, des Africains, célébrant à sa façon le port de la Lune. Produits exotiques importés, barriques roulées puis chargées, Camille de Buzon unit le passé, le présent et le rêve. Le port est en train de devenir un véritable mythe. L’historien de l’art Robert Coustet en conclut : « Cependant que les élites se complaisaient dans la nostalgie du siècle d’or, les officiels chargés des grandes commandes municipales prônent un retour à l’ordre par le biais d’un néoclassicisme expressif et populaire21. » Cette glorification allégorique du passé est en fait utilisée à des fins de promotion par la municipalité qui entend œuvrer à la modernisation de la cité. La référence à la gloire passée du port est un argument pour renouer avec le dynamisme économique. L’art devient à cet égard sciemment outil de propagande régionaliste. Déconnecté du réel, il présente un port allégorique, idéel, figure de proue d’une cité en quête de renouveau.

Vers la patrimonialisation d’un port devenu mythique

  • 22 Catalogue du musée de peinture de Bordeaux, 4 mai au 3 juin 1946.

19La ville, à peine sortie du deuxième conflit mondial, trouve immédiatement matière pour une première exposition au musée sur le thème : « Bordeaux au temps de la marine en bois22. » Il est possible d’y admirer, entre autres, le port de Bordeaux de Pierre Lacour, un « Port de mer », « L’incendie d’un port » de Joseph Vernet. Le catalogue rappelle le nom des grands armateurs bordelais : les Gradis, Balguerie, Coppinger, Gramont Nairac. Cette exposition se focalise sur ce qui fonde le prestige passé de la ville, son port et son siècle d’or, le xviiie. Elle est bien l’expression d’une mémoire bordelaise, d’une identité qui entend désormais se perpétuer.

  • 23 Lhote André, Peinture d’abord, 1943.
  • 24 Eliade Mircea, Aspects du mythe, Gallimard, 1963

20Par ailleurs, au moment de la Reconstruction, la célébration de la cité par ses peintres est finalement peu différente de celle des années trente, si l’on en juge par une commande officielle adressée à André Lhote par la municipalité Chaban-Delmas. Alors même qu’il a toujours été un féroce critique de sa ville natale, « étouffée qu’elle est par la poussière des siècles révolus23 », André Lhote va se plier au genre imposé de « la gloire de Bordeaux ». Il accepte en 1954 de décorer l’amphithéâtre de l’Institut d’odonto-stomatologie de la faculté de médecine. Dans « La Gloire » de Lhote, Bordeaux c’est encore et toujours le port, auquel est consacré le premier plan. On y voit toute la façade des quais. Ensuite, seulement, la fresque se prolonge par une stylisation des autres monuments et réalisations urbanistiques. Pour ce qui est du port proprement dit, comme chez Camille de Buzon, passé et modernité se côtoient à travers les embarcations et les types de trafic suggérés : cabotage et pêche artisanale, bateaux à voiles, paquebots, cargos, vrac de charbon sur le quai de Queyries, rive droite. L’ensemble est surmonté de deux figures féminines représentant la Gironde qui accueille l’Afrique. Il est intéressant de constater que la réconciliation de Lhote avec sa ville natale est passée par cette transmission de l’image mythique du port. La réconciliation prenant la forme d’une commande publique, d’une reconnaissance institutionnelle de l’artiste. Cette représentation mythique est devenue, même si la touche personnelle de l’artiste demeure, une sorte de représentation obligée, de tradition picturale normative, ce qui correspond assez bien à la définition que Mircea Eliade donne du mythe : « tradition sacrée, révélation primordiale, modèle exemplaire », aussi bien que : « fiction », « illusion24 ».

21Si la peinture se prête tout à fait à ce processus de mythification, il n’en va pas de même encore pour la littérature. Elle est en effet plus lente à franchir le pas. Ce décalage temporel trouve peut-être son origine dans le fait que la littérature n’est pas mise à contribution par les institutions. Elle est donc restée plus longtemps fidèle à la réalité. Le port suscite chez les auteurs des années cinquante, soixante, des descriptions réalistes. Un port humide et sombre, peu sûr est décrit aussi bien dans l’œuvre d’un Jean Forton que d’un Raymond Guérin. Ce dernier évoque une déambulation nocturne :

  • 25 Guérin Raymond, Parmi temps d’autres feux…, Gallimard, 1949

« Au pied des maisons aux architectures sournoises, des bars, et des bars. Parfois, quand la porte s’entrebâillait, c’était pour vomir un couple tout de suite saisi par la nuit et comme indécis d’abord ou un groupe de marins au verbe guttural, comme obsédés par une possible rixe et l’on entendait alors, emportés par le vent, des airs de bastringue qui détonaient. Ensuite c’était une nouvelle plongée dans l’obscurité, un silence fragile et cotonneux auquel instinctivement la pensée s’accrochait et que troublait soudain le mugissement lancinant d’une sirène25. »

22Quant à François Mauriac, il conserve son recul initial ajoutant au réquisitoire :

  • 26 Mauriac François, Le nouveau Bloc-Notes, 1965-1967, Flammarion, 1970.

« Seul Bordeaux ne change pas, pris dans les glaces d’un passé mort26. »

23Dans les décennies cinquante et soixante, le port n’est pas encore objet de mythe sous la plume de ces écrivains. Il reste boueux, ses quais sont mal fréquentés.

24Pourtant une recomposition va également s’opérer dans les représentations littéraires des décennies suivantes. Les œuvres écrites produisent alors un discours positif sur le port qui frôle la mythification. Les écrivains, qu’ils soient résidents bordelais ou Bordelais de Paris s’y emploient sans distinction et de façon unanime. Philippe Sollers notamment dans Théorie des exceptions, publié en 1986, en est l’archétype :

« Les vignes, le port. Bordeaux est “le port de la Lune”. Croissant sur l’eau. On sent l’Océan au loin, mais tamisé, filtré. Les quais aujourd’hui presque déserts sont pleins de fantômes. »

  • 27 Chevet Robert, Le port de Bordeaux au xxe siècle, L’Horizon chimérique, 1995.

25Suit la description obligée de L’Entrepôt Lainé, ancien entrepôt abritant autrefois des marchandises exotiques, édifié entre 1822 et 182427. Cet entrepôt a accueilli à partir de 1970 des associations culturelles dont le Centre d’arts plastiques contemporains et a été transformé en CAPC-Musée en 1984 :

  • 28 Sollers Philippe, Théorie des exceptions, Gallimard, 1986.

« Vous avez l’impression de sentir encore, comme sortant doucement des murs, des odeurs de gingembre ou de cannelle, toute la magie des épices d’autrefois28… »

26Le Bordeaux du commerce avec les îles est ici explicitement suggéré pour faire rêver. Plus de distance dans Bords d’eaux de Pierre Veillet et trois ans plus tard :

  • 29 Veilletet Pierre, Bords d’eaux, Arléa, 1989.

« Lorsque le fleuve cesse de favoriser les échanges commerciaux, un bénéfice manque à la ville mais le capital demeure », « Une ville n’est pas une somme de monuments, ni une liste de gens, ni même une histoire, c’est une configuration symbolique, formée à l’insu des monuments, des gens qui décident et des histoires qu’on raconte sur elle, une constellation que l’arc de la Garonne fait vibrer29. »

  • 30 Il l’est notamment dans les ouvrages d’un auteur comme Michel Suffran.
  • 31 Les ouvrages sur le port de Bordeaux et sur les marins de Bordeaux de Robert Chevet, sont pour l’u (...)

27Le passé portuaire reste plus ou moins présent30, en filigrane, à travers toutes ces évocations. Mais le fleuve, l’architecture du quai, ont désormais peut-être plus de place que le port proprement dit. En cette fin du xxe siècle, c’est la beauté de la courbe du port de la Lune qui est glorifiée comme si le deuil de la prospérité portuaire était désormais accompli. Les écrits engagent plus exactement un mouvement vers une reconnaissance du fleuve comme patrimoine de la cité. Ce n’est plus tant le port que le fleuve qui est l’emblème de la ville. Les éditeurs locaux de la fin du xxe siècle s’engouffrent dans cette redécouverte, telle la maison d’édition « L’Horizon Chimérique » qui emprunte son intitulé à l’ouvrage de Jean de la Ville de Mirmont, telles encore les éditions « Confluences » dont le nom est lui aussi fort connoté31. L’association fréquente de l’image et de l’écrit permet à ces éditeurs de multiplier les ouvrages sur le port, l’estuaire, la Garonne, car le public est réceptif, ce qui confirme l’attachement des Bordelais à cet espace et à son histoire. Au même moment les édiles se lancent dans une réhabilitation patiente des quais, détruisant les hangars, de manière à rendre le fleuve à la cité, organisent « une fête du fleuve ». Les quais, de friches répulsives, deviennent un espace de reconquête urbaine à vocation de loisirs et de tourisme. Bordeaux se plaçant au nombre des grandes escales internationales de croisière. On y organise en juillet 1990 une régate internationale en accueillant la Cutty Sark. Il semblerait même que les édiles tentent d’en faire un port musée avec la création d’un conservatoire national de la Plaisance et la mise à quai d’un navire de guerre, le Colbert. Ce croiseur étant le témoignage d’un volontarisme municipal tout à fait artificiel, alors même que Bordeaux n’a jamais été un port militaire.

  • 32 Coustet Robert, Bordeaux, l’Art et le vin, L’Horizon chimérique, 1995.

28Peinture et littérature révèlent assez bien la place que le port occupe dans les représentations collectives. Tout au long du xixe siècle, le port devient un élément primordial de l’identité bordelaise au même titre que le vin32, alors que son activité est encore intense. Seul le vin peut prétendre rivaliser avec lui en matière d’identité bordelaise. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne du siècle qui va apparaître comme le siècle d’or, le xviiie, au fur et à mesure de cette prise de conscience, le port entame son déclin. Les représentations résistent en fait à cette échéance irréversible en construisant un port mythique. Cela est manifeste dans l’entre-deux-guerres avec le courant pictural néoclassique. Cette mythification est alors instrumentalisée par le pouvoir politique local dans l’espoir de dynamiser l’économie. Le port représenté étant conçu comme la vitrine de Bordeaux. Les supports culturels réagissent dans le temps à des moments différents pour transmettre l’idéalisation du port. Elle est plus précoce chez les peintres que chez les écrivains qui contribuent à partir des années 1980 à la glorification du fleuve plus que du port. Le port n’est plus qu’un souvenir mais ne suscite pas de nostalgie à un moment où les édiles souhaitent en faire un espace pour le loisir et le tourisme. La courbe royale des quais étant un atout de premier ordre.

Notes

1 Mauriac François, Bordeaux, Éditions Émile Paul, 1926.

2 Chevet Robert, Le port de Bordeaux au xxe siècle, L’Horizon chimérique, 1995.

3 Corbin Alain, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Aubier, 1988.

4 Lacour Pierre, Vue d’une partie du port et des quais de Bordeaux dits des Chartrons et de Bacalan, Huile sur toile, 207 x 340 cm, 1804, Bordeaux, Musée des arts décoratifs.

5 Le voyage à Bordeaux est un supplément aux Mémoires d’un touriste de 1838.

6 Celui-ci laisse surtout des dessins et des gravures à l’eau-forte, en charge qu’il fut sous la monarchie de Juillet du premier recensement des monuments historiques en Gironde.

7 Elles sont érigées en 1828, ornées de proues de navires, d’ancres, de caducée et sont surmontées de statues figurant le commerce et la navigation.

8 « Bordeaux est une ville curieuse, originale, peut-être unique. Prenez Versailles et mêlez-y Anvers, vous avez Bordeaux », écrit Victor Hugo suite à son passage à Bordeaux en 1843. Cité dans Desgraves Louis, Voyageurs à Bordeaux du xviiie siècle à 1914, Mollat, 1991.

9 Dussol Dominique, Art et bourgeoisie. La société des amis des arts de Bordeaux (1851-1939), Le Festin, 1997.

10 Sonneville Georges de, Collections et collectionneurs bordelais, galeries de tableaux, Féret et fils, 1893.

11 Cyprien Gaulon, d’après Gustave de Galard, lithographie aquarellée, 30 x 41, Bordeaux, collection particulière.

12 Jacqueline Dupasquier pense que la diffusion de cette mode coïnciderait avec l’arrivée des créoles fuyant momentanément la Martinique aux mains des Britanniques depuis 1794. Voir La Route des Indes. Les Indes et l’Europe : échanges artistiques et héritage commun 1650-1850, Musée d’Aquitaine-Musée des Arts décoratifs, 1998.

13 Ibidem.

14 L’Horizon chimérique est publié en 1920, après la disparition de son auteur au combat en novembre 1914. Il y exprime toute la fascination que lui inspire le port où il rêve d’un voyage impossible.

15 Ville De Mirmont Jean de la, L’Horizon chimérique, Éditions Harriet, 1988.

16 Ce peintre est le neveu du critique d’art du même nom.

17 Mauriac François, Commencements d’une vie, Grasset, 1932.

18 Balde Jean, La maison au bord du fleuve, Delmas, 1937.

19 Archives du port autonome, correspondance, 9 mars 1933.

20 Lebègue Antoine, « Ingénieurs contre architectes, la bataille des hangars du port dans l’entre-deux-guerres », document dactylographié, PAB.

21 Coustet Robert, « La gloire de Bordeaux : décors bordelais de l’entre-deux-guerres », Revue archéologique de Bordeaux, Tome LXXX, année 1989.

22 Catalogue du musée de peinture de Bordeaux, 4 mai au 3 juin 1946.

23 Lhote André, Peinture d’abord, 1943.

24 Eliade Mircea, Aspects du mythe, Gallimard, 1963

25 Guérin Raymond, Parmi temps d’autres feux…, Gallimard, 1949

26 Mauriac François, Le nouveau Bloc-Notes, 1965-1967, Flammarion, 1970.

27 Chevet Robert, Le port de Bordeaux au xxe siècle, L’Horizon chimérique, 1995.

28 Sollers Philippe, Théorie des exceptions, Gallimard, 1986.

29 Veilletet Pierre, Bords d’eaux, Arléa, 1989.

30 Il l’est notamment dans les ouvrages d’un auteur comme Michel Suffran.

31 Les ouvrages sur le port de Bordeaux et sur les marins de Bordeaux de Robert Chevet, sont pour l’un édités par l’Horizon chimérique (1995), pour l’autre par Confluences (2001).

32 Coustet Robert, Bordeaux, l’Art et le vin, L’Horizon chimérique, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search