Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Quatrième partie. Paysages urbains matériels et immatériels : représentations mentales et transformations urbanistiques

L’Atlantique et les villes d’al-Andalus : des représentations entre réel et fantastique (xe-xiie siècles)

Christine Mazzoli-Guintard

Texte intégral

  • 1 Picard C., L’océan Atlantique musulman de la conquête arabe à l’époque almohade, Navigation et mis (...)

1L’histoire de l’Atlantique musulman et du Ġarb al-Andalus, objet de très nombreuses recherches dont témoignent les deux volumes synthétiques que Chr. Picard lui a récemment consacrés1, bénéficie aujourd’hui d’éclairages neufs et d’approches renouvelées issus d’une prise en compte, aux côtés des sources textuelles, des données archéologiques ; Chr. Picard conclut ainsi au réveil de la navigation le long du littoral, ainsi qu’à la mise en valeur de cet espace de l’Occident musulman entre le viiie et le xiiie siècle :

  • 2 Picard C., op. cit., 2000, p. 217.

« La période musulmane, écrit-il, est marquée par l’apparition d’un réseau de localités côtières beaucoup plus dense en fin de période. Au moment de la conquête arabe, […] les centres les plus importants, hormis Séville, sont à l’intérieur des terres. [En revanche], les villes capitales de royaumes de taifas, au xie siècle, à l’exception de Badajoz, sont toutes des ports maritimes ou fluviaux, en relation avec la mer : Séville, Niebla, Huelva-Saltés, Šantamariyya al-Ġarb, Mértola, Silves. Sur la côte occidentale, Lisbonne et Alcácer do Sal, et même Santarém, ont des liens avec l’activité maritime2. »

  • 3 Sur la vitalité de l’histoire des mentalités, cf. Religion et mentalités au Moyen Âge, Mélanges en (...)
  • 4 Martin H., Mentalités médiévales xie-xvesiècles, Paris, 1996 et Mentalités médiévales II, Représen (...)
  • 5 Picard C., op. cit., 2000, p. 217.
  • 6 Sur le concept, Martin H., op. cit., 1996, p. 3-27 et 2001, p. 227-246.
  • 7 Paul J., L’Église et la culture en Occident, t. 2 : l’éveil évangélique et les mentalités religieu (...)
  • 8 Martin H., op. cit., 1996, p. 18.
  • 9 Garcin J.-C., « Les villes », États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval xe-xvesiècles (...)
  • 10 Sur la science géographique des xe-xie siècles, Miquel A., La géographie humaine du monde musulman (...)
  • 11 Mazzoli-Guintard C., Villes d’al-Andalus, Rennes, 1996, p. 170-188.
  • 12 Al-Rāzī, « La “Description de l’Espagne” d’Ahmad al-Rāzī », par E. Lévi-Provençal, Al-Andalus, XVI (...)
  • 13 al-`UḎrī, « La cora de Sevilla en el Tarsī` al-Ajbār de Ahmad al-`Udrī », par R. Valencia, Andaluc (...)
  • 14 Al-Bakrī, Geografía de España, trad. E. Vidal Beltrán, Zaragoza, 1982 [= al-Bakrī].
  • 15 Al-Zuhrī, El mundo en el siglo XII, El tratado de al-Zuhrī, trad. D. Bramón, Barcelona, 1991 [= al (...)
  • 16 Abū Ḥāmid al-ĠarnāṬī, Tuhfat al-albāb wa nuḫbat al-a`ğāb, trad. A. Ramos, El regalo de los espírit (...)
  • 17 Al-Idrīsī, Opus geographicum, fasc. 5, éd. Cerulli E., Gabrielli F., Levi della Vida G., Petech L. (...)
  • 18 Martin H., op. cit., 1996, p. 19 et Guerreau A., L’avenir d’un passé incertain, Quelle histoire du (...)
  • 19 Guichard P., « Depuis Valence et en allant vers l’Ouest… Bilan et propositions pour une équipe », (...)
  • 20 Martin H., op. cit., 2001, p. 274-275.
  • 21 Sur le rythme et les motifs de la croissance urbaine, cf. PICARD C., op. cit., 2000, p. 181-220.

2La mise au point sur le Ġarb al-Andalus et l’Atlantique qui figure dans les travaux de Chr. Picard rend apparemment caduque toute démarche visant à approcher le thème de la présence et des représentations du monde atlantique dans ces villes d’Europe occidentale ; le goût du paradoxe me pousse peut-être à me hasarder sur un terrain d’étude auquel l’histoire des mentalités continue d’offrir, me semble-t-il, de belles perspectives3. Les problématiques élaborées par les historiens des représentations collectives, dont les récentes synthèses d’H. Martin brossent un panorama suggestif4, peuvent en effet permettre d’approfondir certaines intuitions de Chr. Picard, comme celle qui le pousse à conclure que « la caractéristique du Ġarb, dans l’esprit des musulmans, fut bien la présence de l’océan Atlantique. Certains, comme al-Idrīsī ou Ibn Sa`īd, ont senti le rôle d’une navigation et des activités économiques en liaison avec la mer, dans le processus de l’évolution du réseau urbain5 ». L’histoire des mentalités 6 examine, pour reprendre la formulation de J. Paul, « l’ensemble des présupposés qui guident les sensibilités, la réflexion et les comportements et, à ce titre, s’inscrivent dans les discours et dans les actes7 » ; elle doit permettre l’analyse de la référence atlantique dans les discours relatifs au monde urbain du G arb, par le biais d’une analyse linguistique, le matériel documentaire de l’histoire des mentalités demeurant, fondamentalement, le langage8. La démarche implique la délimitation d’un objet d’étude et d’un corpus documentaire : sur la notion de ville dans le monde arabo-musulman médiéval, la définition de J.-Cl. Garcin en « signes urbains » mérite d’être rappelée ; elle nomme « urbaine toute concentration de population dont le principe de regroupement n’est ni la subsistance par l’exploitation exclusive d’un terroir agricole, ni l’appartenance à un groupe semi-sédentaire ou nomade […]. De telles concentrations sont identifiables, parce qu’on y trouve nécessairement ce qu’on peut appeler des “signes urbains” : siège d’une autorité exerçant le pouvoir politique ou le maintien de l’ordre ; minimum d’infrastructures permettant la vie de populations rassemblées ; lieux où s’exerce le travail artisanal et lieux d’échanges, multiples ou uniques ; lieux de culte pouvant relever de confessions différentes ; résidences particulières, traduisant une différenciation sociale, se distinguant des autres constructions par leur taille ou leur luxe9 ». Quant au langage des géographes arabes, si attachés à penser le monde et à l’ordonner, il offre un discours susceptible d’être efficacement interrogé sur la conscience qu’ont ces auteurs de la place de l’Océan dans leur environnement10 ; les textes des xe-xiie siècles offrent l’intérêt de saisir cette image au moment de l’apogée de l’histoire urbaine d’al-Andalus et de l’éveil du Ġarb : si le xe siècle est dominé par la métropole cordouane, au xie siècle, l’urbanisation s’étend, en particulier aux zones littorales, jusqu’alors en marge de ce mouvement11. Par ailleurs, l’enquête se doit d’accorder une large place aux auteurs andalusíes, al-Rāzī 12 (m. Cordoue, 955), al-`Udrī13 (m. Almería, 1085), al-Bakrī 14 (m. Cordoue, 1094), al-Zuhrī de Grenade 15 (act. 1137), Abū Hāmid al-Garnātī16 (Grenade, 1080-Damas, 1169) ou encore al-Idrīsī17 (act. 1154/57), sans pour autant négliger les savants du Mašriq, ne serait-ce que dans une perspective comparatiste. La démarche implique donc de revenir sur des textes connus, jusqu’alors exploités comme des sources fournissant, dans une perspective positiviste, un ensemble de données brutes et d’affirmations explicites ; la démarche de l’histoire des mentalités consiste, au contraire, à s’attacher aux contenus latents du discours 18 et ces deux analyses textuelles sont compatibles, la deuxième permettant de relativiser les apports des textes et de comprendre le décalage qui existe parfois entre les données du texte et celles du terrain19 : l’histoire des mentalités, comme le rappelle fort justement H. Martin, se rattache en effet au réel et « il ne faut se risquer [dans le “labyrinthe représentationnel”] que muni du fil d’Ariane qui nous rattache au réel, où s’enracine le travail social de représentation20 ». À la suite des travaux menés sur l’Occident d’al-Andalus, il est possible de prendre comme postulat de départ l’existence d’un certain nombre de villes atlantiques qui s’éveillent au xe siècle et s’affirment aux siècles suivants, à l’instar de localités comme Lisbonne, Silves, Séville, Alcácer do Sal, Huelva-Saltés ou encore Mértola21. La question de la représentation et de la conceptualisation de l’espace atlantique bordant et bornant les villes de l’Occident andalusí peut ainsi s’énoncer : quelle place les auteurs arabes accordent-ils à l’Océan dans leurs descriptions des villes atlantiques ? Quels modes de représentations mettent-ils en œuvre ? Il convient en particulier d’examiner la présence ou l’absence de l’Océan dans ces représentations urbaines, la manière, positive ou négative, dont est connotée l’Atlantique, l’évolution des modes de représentation entre le xe et le xiie siècle, les variantes entre auteurs du Maġrib et savants du Mašriq, la place respective du réel et du merveilleux dans ces figures urbaines. Mais commençons par poser le cadre, sémantique, spatial et formel, de ces représentations.

Le cadre des représentations : des mots, des espaces et des formes

  • 22 Dunlop D. M., « al-baḥr al-muhīt », EI2, t. 1, p. 962-963 ; Lirola Delgado J., « Aportaciones árab (...)
  • 23 Selon Abū Hāmid al-Garnātī, p. 61-63, d’où son expression de Mer Noire pour désigner l’Atlantique.
  • 24 Sā`id al-Andalusī, Libro de las categorías de las naciones, Kitāb Tabaqāt al-Umam, estudio y trad. (...)
  • 25 Ibn Hawqal, Kitāb surat al-ard, éd. J. H. Kramers, Leiden, 1938, p. 109-110 ; al-Bakrī, p. 19, n. (...)
  • 26 Al-Idrīsī, texte, p. 535 et 537 ; trad., p. 255-256. Cf. aussi p. 536/256 à propos de la province (...)
  • 27 Ibidem, p. 539/258.
  • 28 Ibid., p. 544/263.
  • 29 Ibid., p. 561/281.
  • 30 Ibid., p. 548/267.
  • 31 Ibid., p. 542-543/261-263.
  • 32 Ibid., p. 543/262. Mu`zam : la majorité, la plus grande partie de ; R. Dozy, Supplément aux dic.ti (...)
  • 33 Ce système de représentation diffère de celui mis en œuvre par Ibn Hawqal, dont le discours associ (...)

3Dans la littérature géographique arabe, plusieurs expressions servent à désigner l’Atlantique22 : al-bahr al- muḥīṭ (la Mer Environnante), bahruqiyānūs al-muḥīṭ ou plus simplement uqiyānūs, l’Océan circulaire des Grecs (ὨƘƐανoς), rappellent la disposition de l’Océan autour de l’œkoumène ; à côté des formes al-bahr al-ahdar (la Mer Verte), al-bahr al-a`ẓam(la Grande Mer), figurent les formulations al-bahr al-muẓlim ou bahr al-zulumāt (la Mer Ténébreuse, la Mer des Ténèbres), allusion au mauvais temps et aux dangers de l’Atlantique nord, mais aussi à la couleur de l’eau, qui offre à première vue l’aspect d’une encre noire23. Ces formes se retrouvent, avec des fortunes diverses, dans les descriptions de la péninsule ibérique : selon le cadi Ṣā`id, dit le Tolédan (m. 1070), al-Andalus a pour « limite septentrionale et occidentale la Grande Mer, appelée Océan (Uqiyānus) et connue chez nous comme Mer des Ténèbres (bahr al-ẓulumāt)24 ». Le discours donne parfois le sentiment que l’auteur préfère telle forme ou en ignore telle autre : Ibn Hawqal et al-Bakrī n’emploient que l’expression « la Mer Environnante », tandis qu’al-Zuhrī utilise les formes « la Mer Verte », « la Mer Noire », « la Grande Mer », « la Mer des Ténèbres », « la Mer Environnante », mais aussi « la Grande Mer Environnante25 ». Plus encore, dans les discours contenant un nombre signifiant d’occurrences, le choix de certaines formes est révélateur : al-Idrīsī use largement des formules liées au concept d’une mer ténébreuse et désigne la plupart du temps l’Atlantique sous la forme dépouillée al-bahr, la mer. Dans la première partie de son texte, celle qui ouvre la description d’al-Andalus par une évocation de la forme de la péninsule et une énumération de ses provinces, il emploie systématiquement l’expression « la Mer Ténébreuse », ce qui peut faire penser à une même strate de rédaction ou d’information : « al-Andalus est bordée […] à l’ouest par la Mer Ténébreuse », « la province de l’Aljarafe se trouve entre Séville, Niebla et la Mer Ténébreuse26 ». Mais l’emploi du terme semble recouvrir en réalité deux conceptions de l’Atlantique : lorsque l’Océan est désigné comme la Mer Ténébreuse, la formule intervient en co-occurrence avec des expressions relevant de la géographie physique, permettant de signaler une partie saillante de la côte, de situer une embouchure ou d’évoquer les profondeurs de l’Océan : « la presqu’île de Tarifa, sur les bords de la Méditerranée, au bout du détroit de Gibraltar, a du côté de l’Occident la Mer des Ténébres27 » ; « le Cap Saint-Vincent s’avance dans la Grande Mer28 » ; le Guadalquivir finit son cours dans l’Océan des Ténèbres29 ; les Aventuriers de Lisbonne s’embarquent pour savoir ce que renferme l’Océan des Ténèbres30. En revanche, l’Atlantique devient tout simplement « la Mer » lorsque les co-occurrences appartiennent au champ sémantique peuplement, comme si l’auteur répugnait à placer une localité au bord de la Mer Ténébreuse : la forteresse de Cacela est située sur le bord de la mer, le village de Tavira se trouve près de la mer, la ville de Silves est à trois milles de la mer, Sagres est un village au bord de la mer, etc.31. Certes, des exceptions viennent rompre ces logiques syntaxiques : l’homme de lettres se plaît ainsi à jouer sur la racine `azuma (être grand) pour placer la localité de Santa María del Algarve « mu`zam al-bahr al-a`zam », litt. sur une partie majeure de la Grande Mer, entendons là où l’Océan ne découpe pas de golfe32. Al-Idrīsī distingue de la sorte, dans ses représentations de l’Atlantique, un Océan vaste et ténébreux qui appartient au domaine de la géographie physique, et une mer sur les bords de laquelle s’installe le peuplement33.

  • 34 Al-Rāzī, p. 60 : c’est au temple de Cadix que débouche la Méditerranée. Même idée chez al-Bakrī, q (...)
  • 35 Abū Hāmid al-Ġarnātī, p. 46-47 : l’Idole de Cadix est construite là où confluent l’Océan et la Méd (...)
  • 36 Al-idrīsī, p. 539/258 ; Al-zuhrī, p. 157-162 : Cadix est sur les bords de l’Océan ; le détroit de G (...)
  • 37 Al-idrīsī, p. 539/258.
  • 38 IBN Ḫaldūn, Discours sur l’histoire universelle, Al-Muqaddima, trad. V. Monteil, 3e éd., Arles, 19 (...)
  • 39 Sur cet épisode, al-Zuhrī fournit les informations les plus précises..
  • 40 Pour les auteurs arabes, le G arb désigne le territoire situé au sud-est de Lisbonne jusqu’aux deu (...)
  • 41 Sur cette navigation fluviale et les relations avec l’Océan, Picard C., op. cit., 1997, p. 50-56.
  • 42 Al-Rāzī, p. 93 ; AL-IDRīSī, p. 541/260.
  • 43 Al-Idrīsī, p. 541-544/261-264.

4Ce peuplement atlantique d’al-Andalus couvre un espace dont il faut préciser les limites. Son extension littorale est exposée, avec une variante, par les géographes arabes. Dans les textes des xe-xie siècles, Cadix borne la Méditerranée et le célèbre temple gaditain ouvre les portes de l’Océan34. Si Abū Hāmid al-Ġarnātī reproduit encore cette image35, à partir du xiie siècle, c’est plus généralement Tarifa qui marque la séparation entre l’Atlantique et la Méditerranée ; l’idée est clairement exposée par al-Idrīsī et al-Zuhrī36 : « Tarifa est au bord de la Méditerranée, au bout du détroit de Gibraltar ; elle a du côté de l’Occident l’Océan Ténébreux37. » Deux siècles plus tard, Ibn Ḫaldūn reprend la formule, situant Tarifa au confluent des deux mers, entre la Méditerranée et l’Océan38. Ce déplacement de la limite entre Atlantique et Méditerranée trouve vraisemblablement une raison d’être dans la destruction du Temple de Cadix, qui survient en 114539 : les modes de représentations de l’Océan traduisent alors la disparition de la borne antique qui marquait, physiquement et symboliquement, l’entrée dans l’Atlantique, et la recherche d’un nouvel amer pour séparer les deux espaces maritimes. Quoi qu’il en soit, au xe siècle aussi bien qu’au xiie, l’espace atlantique d’al-Andalus déborde donc largement le G arb qui ne s’étend pas au-delà du Guadiana40. L’hinterland de l’espace atlantique se prolonge, quant à lui, bien loin dans les terres, par ces fleuves qui mettent en relation les villes de l’intérieur avec l’Océan, faisant ainsi de Séville, par certains aspects, une ville de l’Atlantique41 : al-Rāzī place Séville à proximité de l’endroit où le Guadalquivir se jette dans la mer et signale que les navires exportent vers l’Orient l’huile excellente produite dans l’Aljarafe ; al-Idrīsī, deux siècles plus tard, modifie à peine la notice, rappelant la réputation de Séville pour le commerce de l’huile, expédiée vers l’Orient et l’Occident par terre et par mer42. Les auteurs arabes ont bien exprimé ce prolongement de l’Atlantique dans les terres à travers des mentions explicites de navires circulant sur les fleuves ou bien à travers des notes plus implicites, concernant la distance qui sépare telle ville de l’Océan : al-Idrīsī signale l’existence de navires qui remontent le Tinto jusqu’à Niebla, le Sado jusqu’à Alcácer do Sal et il situe Niebla à six milles de l’Océan, Silves à trois milles et Alcácer do Sal à vingt milles43.

  • 44 Miquel A., op. cit., t. I, p. 80-85 et « Un programme de géographie humaine dans le monde arabomus (...)
  • 45 Al-Muqaddasī, Description de l’Occident musulman au ive=xesiècle, texte arabe et trad. par C. Pell (...)
  • 46 Miquel A., op. cit., t. I, p. 313-330.
  • 47 Ibid., p. 299-309.
  • 48 Ibn Hawqal, p. 115.
  • 49 Ibid., p. 110.
  • 50 À moins qu’une erreur de graphie n’ait pu conduire à une confusion entre Santarém (·antarīn) et la (...)
  • 51 Custódio J., « As fortificações de Santarém-séculos XII-XIII », Mil Anos de Fortificações na Penín (...)
  • 52 Sur ce voyage dans l’espace du même des voyageurs de l’Islam, voir Touati H., Islam et voyage, Par (...)
  • 53 Al-Rāzī, p. 88, 90, 91, 96.

5Dans les lignes qui précèdent, la parole a été souvent donnée au grand géographe de la cour de Palerme, ce qui ne relève pas d’un choix arbitraire, mais reflète au contraire la place que prend progressivement l’Atlantique dans les représentations d’al-Andalus. Au xe siècle, l’espace atlantique occupe une place discrète dans les descriptions géographiques de la péninsule : l’Oriental al-Muqaddasī (m. v. 990), qui prétend ne connaître que deux mers, l’occidentale, la Méditerranée, et l’orientale, l’Océan indien, ne fait aucune allusion à l’Atlantique dans sa description d’al-Andalus ; il ne se heurte pas là à une limite linguistique, car il sait que d’aucuns reconnaissent l’existence de la « Mer environnante », expression qu’il trouve en particulier chez al-Balḫī44. Al-Muqaddasī se borne à signaler, pour la région atlantique d’al-Andalus, l’existence des localités de Séville, Santarém, Niebla et Ocsonoba45 : celui qui apparaît comme l’un des meilleurs représentants de la géographie arabe du second xe siècle ignore donc pour l’essentiel l’espace atlantique d’al-Andalus. Certes, sa description des régions éloignées du cœur de l’Empire n’est pas toujours sûre et il décrit la péninsule depuis sa Palestine natale, à partir d’informations recueillies à la Mekke46 : sa façon d’inventorier le réel explique pour beaucoup son gommage de l’espace atlantique. Son contemporain Ibn Hawqal réserve à cet espace atlantique un sort assez différent : dans un texte dont les versions successives sont élaborées entre 967 et 988, ce commerçant-missionnaire originaire de Haute-Mésopotamie, qui est avec al-Muqaddasī l’un des meilleurs représentants de la géographie fondée sur l’observation, décrit une péninsule qu’il visite à partir de 94847. Il accorde une place non négligeable à l’espace atlantique, représenté par la Mer Environnante et par un long itinéraire qui mène de Cordoue à Tolède par l’Occident d’al-Andalus, en passant par Séville, Niebla, Gibraleón, Lepe, Ocsonoba (Uḫšunuba), Silves, Alcácer do Sal, Almada, Lisbonne, Cintra, Santarém, avant de rejoindre la vallée du Guadiana48. Si cette représentation de l’espace atlantique contraste avec la précédente, elle ne doit cependant pas leurrer sur la place de la zone océanique : l’itinéraire évite pour l’essentiel la côte et file dans les terres après Silves pour gagner Alcácer do Sal ; les notes lapidaires sur les localités littorales n’accordent aucun rôle à l’Océan dans le profil urbain et elles se contentent de faire de Lepe « une ville ancienne, munie d’un rempart » ou d’Ocsonoba une « ville célèbre, considérable, abondante en ressources ». Quant aux liens entre la ville et l’Océan par l’intermédiaire fluvial, ils n’apparaissent que dans le cas de Santarém, qu’Ibn Hawqal présente comme se trouvant « sur le rivage (al-zahr) de la Mer Environnante49 », ce qui peut inciter à voir dans le Tage un prolongement de l’Océan50. Ibn Hawqal signale le caractère récent de la ville de Santarém, au même titre qu’Almería : peut-être méconnaît-il l’antique Scalabis et ignore-t-il que Santarém tire son nom de Santa Irene ? Plus sûrement sans doute, comme l’explique J. Custódio, il fait allusion aux deux faubourgs neufs de Santa Iria, dans la ville basse, et de Marvila, dans la ville haute, dont l’archéologie a révélé la régularité du tracé des rues51. En somme, les moyens d’informations mis en œuvre par Ibn Hawqal permettent de comprendre, en partie, comment s’élabore le discours : son voyage dans la Péninsule explique la place prise, chez lui, par l’espace atlantique ; le discours, on le sait, révèle tout autant l’homme que le paysage qu’il observe52. Mais si le G arb s’anime quelque peu, la place de l’Atlantique y demeure bien réduite ; exception faite de Santarém, les villes ne sont pas représentées en relation avec l’Océan, ce qui ne peut manquer de surprendre de la part d’un personnage si attaché aux productions et aux échanges. Et son contemporain andalusí, al-Rāzī, réserve un sort somme toute identique à l’espace atlantique, dont il cite les villes suivantes : Santarém, Lisbonne, Silves, Niebla, Séville, Jérez, Cadix et San Lúcar de Barrameda. Son discours reflète, de manière très discrète, la relation établie entre les terres et l’Océan par le fleuve : « Santarém est située sur le Tage, non loin du point où ce fleuve se jette dans la mer » ; « la ville de Lisbonne se trouve sur le Tage, tout près de son embouchure » ; « Niebla est bien ravitaillée par terre et par mer » ; « Jérez réunit tous les avantages terrestres et maritimes53 ». Notes rares et lapidaires, qui contrastent avec les données fournies par le géographe sur les territoires de ces mêmes villes ; à propos de Santarém par exemple, al-Rāzī poursuit ainsi sa description :

  • 54 Ibid., p. 88-89.

« Son territoire est excellent et très fertile ; en territoire de plaine, il est possible d’avoir deux récoltes par an, tant le sol est naturellement bon. Quand le Tage déborde, il inonde la plaine et la recouvre, puis quand l’eau se retire, les paysans font des semailles tardives et l’humidité du sol leur permet de récolter leur grain avant l’époque ordinaire de la moisson […]. Le château de Santarém est très haut et très solide : il n’est pas d’endroit d’où l’on puisse l’attaquer sans courir de grands dangers. De Beja à Santarém, il y a 120 milles ; de Santarém à Cordoue, 399 milles54. »

6Al-Rāzī évoque de la même manière les autres villes de l’espace atlantique : après une très brève allusion à la proximité de l’Océan, il s’étend sur les richesses de l’arrière-pays et ses représentations apparaissent comme tournant résolument le dos à l’Atlantique.

  • 55 Al-Bakrī, p. 32.
  • 56 Al-Idrīsī, Los caminos de al-Andalus en el siglo xii según Uns al-Muhağ wa-rawdal-furag, éd. et tr (...)
  • 57 MaViguera Molins J., « La percepción de Europa desde el ámbito araboislámico », Europa : proyeccio (...)
  • 58 IBN Hawqal, p. 109.
  • 59 Sur le contenu de cette expression, cf. Dozy R., op. cit.

7Ce rôle discret dévolu à l’Océan dans les textes du xe siècle reste identique après l’an Mil. Al-Bakrī cite les villes suivantes, Ocsonoba, Cintra, Santarém, Lisbonne, Séville, Niebla ; il ne s’attarde que sur Séville, à laquelle il consacre une longue description. Mais la ville n’est reliée à l’Atlantique qu’à travers une vague allusion à sa mise à sac par les Normands : « La muraille de Séville avait été construite par `Abd al-Rahmān b. al-Hakam après la prise de la ville par les Mağūs55. » Il faut attendre le xiie siècle pour que les représentations de l’espace atlantique accordent une place plus importante à l’Océan ; al-Idrīsī fournit, rappelons-le, les notices les plus développées en ce sens et il décrit la route qui mène d’Algeciras à Cintra en suivant le rivage (al-sāhil) de la Mer Ténébreuse56 : elle prolonge l’itinéraire d’Ibn Hawqal sur le littoral au-delà de Silves, jusqu’au Cap Saint Vincent, et, de là, vers l’embouchure du Setúbal. En somme, des représentations de l’espace atlantique se dégagent fondamentalement, au xe siècle, un Océan auquel les villes tournent le dos : l’Atlantique dessine alors la limite du monde habité, celle de la Mer Environnante bornant l’œkoumène57 ; Ibn Hawqal conçoit al-Andalus avec deux frontières (haddān), celle avec les infidèles (dār al-kufr), celle avec la Mer Environnante58. Deux siècles plus tard, l’Atlantique a trouvé une place dans les modes de représentation, mais il est intéressant de noter qu’il conserve, en filigrane, cette image de limite : al-Idrīsī utilise, pour situer une localité sur le littoral atlantique, l’expression `alĀ nahr al-bahr (litt. sur le bord de la mer), qui répond à celle de fī nahr al-`adūw (litt. sur le bord des ennemis) et qui désigne les zones de frontière59.

  • 60 Picard C., op. cit., 1997, p. 187-226.
  • 61 Ibid., p. 187.
  • 62 Al-Rāzī dit de Séville que « c’est l’un des meilleurs ports d’Espagne où de grands navires peuvent (...)
  • 63 Sur la place des structures défensives dans les modes de représentation, Mazzoli-Guintard C., op. (...)

8Cette place modeste de l’Atlantique dans les représentations des villes littorales a pour corollaire l’absence du port dans les descriptions ; Chr. Picard a signalé l’imprécision du vocabulaire lié aux endroits où relâchent les navires, qui ne permet pas de cerner avec exactitude ce que pouvait être alors un mouillage60. La rareté des occurrences marsā, terme qui désigne l’endroit abrité où les navires font escale, ne surprend guère61 : chez le plus « atlantique » de nos auteurs, al-Idrīsī, il n’est question d’un port que pour Silves (marsā fī alwādī) ; dans les autres cas, la mention de navires remontant la rivière jusqu’à telle ville constitue généralement la seule indication relative à la présence d’un mouillage62. Absentes des descriptions, les infrastructures portuaires ne devaient donc guère occuper de place dans le paysage urbain, dominé la plupart du temps par les structures défensives63. Notons par ailleurs que ce port sans visage n’est pas propre au monde atlantique : il apparaît aussi dans les évocations des villes côtières de la Méditerranée, y compris dans la description qu’al-Idrīsī fait d’Almería, pourtant très active jusqu’en 1147 et où abordent des navires venus d’Égypte et de Syrie. En définitive, les géographes arabes accordent à l’Océan, dans leurs descriptions des villes atlantiques, une place bien modeste, moins effacée toutefois au xiie siècle qu’au xe siècle ; sous quels visages l’Atlantique se dévoile-t-il dans ces représentations urbaines ?

Les visages de l’Atlantique : discrets reflets du réel, large place au merveilleux

  • 64 Picard Chr., op. cit., 1997, p. 13.

9Le constat de cette dualité des visages de l’Océan n’est pas neuf : Chr. Picard note que « la compréhension des descriptions de l’océan Atlantique […] passe par la double lecture des parties la concernant, l’une sur le ton de l’extraordinaire, faisant de l’océan un univers ténébreux, terrifiant et impraticable, l’autre sur le ton de la description des faits humains où sont mentionnées des activités maritimes régulières et banales64 ». Or, les perspectives de l’histoire des mentalités offrent l’opportunité d’aller au-delà du constat, et ceci dans deux voies : d’une part, par l’examen de l’équilibre, dans les modes de représentation, entre la part de l’extraordinaire et celle du réel ; d’autre part, par le rapprochement de ces deux modes de représentation, qui tiennent d’un même fonds commun. De fait, les visages de l’Atlantique dans les représentations urbaines appartiennent à deux registres bien différents par leur contenu, mais aussi par leur importance : le plus réduit concerne les images du réel, le plus abondant relève du merveilleux, et tous deux témoignent de manière cohérente de la conscience qu’ont les hommes de la place de l’Atlantique dans leur environnement, à savoir celle d’une limite, en l’occurrence la limite de l’œkoumène.

  • 65 Ibid., p. 48-49 : il ne consacre d’ailleurs que quelques lignes à la marée, tant les mentions dans (...)
  • 66 Al-Rāzī, p. 91.
  • 67 Al-Idrīsī, p. 543/262 et 547/267. À ce témoignage s’ajoute celui du poète al-Šaqundī (m. 1231), ci (...)
  • 68 Martínez Martín L., « al-madd wa-l-djazr », EI2, t. V, p. 953-954 et « Teorías sobre las mareas se (...)
  • 69 C’est à partir de La grande introduction à l’astrologie que le Moyen Âge chrétien a appris les loi (...)
  • 70 L’existence de moulins marémoteurs sur les côtes d’al-Andalus reste hypothétique, comme le note Ma (...)
  • 71 Júdice Gamito T., « O papel das torres de vigia na defesa de Faro », Milaños de fortificações, op. (...)
  • 72 Dans l’Occident chrétien, en revanche, la marée est perçue comme un phénomène dangereux (Martin H. (...)
  • 73 Al-Rāzī, p. 91 et p. 96. Al-Bakrī reproduit l’information pour Medina Sidonia (p. 36). Sur le rama (...)
  • 74 Al-Idrīsī, p. 267/547 ; même information chez al-Zuhrī, p. 147-148.
  • 75 Al-Rāzī, p. 92. Sur la pêche, Picard C., op. cit., 1997, p. 362-376.
  • 76 Al-Zuhrī, p. 162. Les madragues sont utilisées jusqu’au vie siècle, puis abandonnées jusqu’au xiii(...)
  • 77 MaTorres Palomo P., « Ictionomia en glosarios andalusíes », Al-Andalus y el Mediterráneo, op. cit.(...)
  • 78 Coran, V-96 : « Le gibier de la mer et la nourriture qui s’y trouve vous sont permis : c’est une j (...)
  • 79 García Sánchez E., « La alimentación en la Andalucía islámica. Estudio histórico y bromatológico. (...)

10Les figures de l’Atlantique dans les villes océaniques s’inscrivent dans trois champs du réel : le phénomène naturel de la marée ; les ressources de l’Océan ; le danger normand. Le mouvement de la mer n’a que rarement été noté 65 et de manière fort terne : parmi les géographes des xe-xiie siècles, al-Rāzī en signale l’existence dans le cas de Silves, notant tout simplement que la ville « est bâtie sur un cours d’eau où la marée se fait sentir66 » ; de même, al-Idrīsī constate la présence de la marée à Santa María del Algarve, dont les murs sont baignés par l’eau de la mer, entendons par le flot de la marée montante, et à Lisbonne, où le flux et le reflux de l’Océan sont fortement prononcés67. Ce peu d’intérêt porté au mouvement de la mer tient sans doute au fait que le phénomène de la marée est connu et expliqué de manière assez juste dès le ixe siècle, dans des œuvres qui développent certaines théories esquissées dans l’Antiquité68 : pour l’Iraquien Abū Ma`šar al-Balḫī (m. 886), l’Abulmasar de l’Occident latin, les marées dépendent du mouvement des astres et de l’attraction de la lune ; il propose huit causes distinctes à l’inégalité du flux et du reflux dans les deux hémisphères69. Le phénomène de la marée est même exploité, dès le xe siècle, à Basra, pour actionner des moulins 70 ou à Faro, depuis l’Antiquité, comme efficace système de défense71 ; le flux et le reflux de la mer, banalement observés, ne retiennent donc guère l’attention72. Quant aux ressources de l’Atlantique, elles proviennent surtout d’un Océan tout proche : c’est l’ambre, récolté sur les rivages de Lisbonne, d’Ocsonoba et de Medina-Sidonia selon al-Rāzī73. C’est aussi l’or, recueilli à l’embouchure du Tage, au niveau d’Almada, car « lorsque la mer est agitée, elle jette à cet endroit de l’or brut. Durant l’hiver, les habitants vont […] à la recherche de ce métal », spectacle curieux auquel al-Idrīsī dit avoir assisté74. Et c’est enfin la pêche, que seul al-Rāzī évoque, dans une mention par ailleurs isolée : il ne signale qu’un produit exceptionnel, le chien de mer (al-farida), pris sur le littoral de Niebla et qu’on ne pêche en nul autre lieu75. L’allusion d’al-Zuhrī à la pêche au thon concerne en effet une époque révolue : « Il se trouvait à Cadix la Maison aux thons, au bord de la grande citerne, avec une porte par laquelle entrait un bras du fleuve. Elle avait un talisman qui attirait les thons au mois de mai76. » Cette place, pour le moins modeste, tenue dans les représentations de l’Océan par la pratique de la pêche s’inscrit parfaitement dans les mentalités liées à consommation du poisson en al-Andalus, attitudes bien décrites par Ma P. Torres77 : si le Coran, pas plus que la Sunna, n’inscrivent le poisson au rang des interdits alimentaires, bien au contraire d’ailleurs78, il existe en revanche, dans le monde musulman, un rejet de type ethnico-culturel relatif à la consommation du poisson ; ce dégoût vis-à-vis des produits de la mer apparaît ainsi comme la survivance de traditions culinaires ancestrales, à laquelle s’ajoutent la conviction de leur faible valeur nutritive et la peur des intoxications liées à leur consommation. Le poisson, peu estimé par les élites, apparaît en revanche comme un aliment populaire, largement consommé par le petit peuple ; les produits de la mer, très peu présents dans les recueils de recettes culinaires, figurent plus nombreux dans les manuels de hisba, signe des transactions dont ils font l’objet dans le souk79. Nos géographes, lettrés rédigeant dans l’orbite du pouvoir, reflètent les mentalités de la catégorie sociale à laquelle ils appartiennent et pour laquelle ils écrivent : le poisson et les activités de pêche ne méritent aucune attention, exception faite pour signaler une espèce étrange comme le chien de mer.

  • 80 Al-Rāzī, p. 91.
  • 81 Al-Zuhrī, p. 156 : vers al-Andalus, les pays chrétiens, le Maghreb, l’Ifrīqiyya, Le Caire, Alexand (...)
  • 82 Sur ce thème, les études sont nombreuses et anciennes ; parmi les synthèses les plus récentes, Pic (...)
  • 83 Al-Rāzī, p. 96 ; al-`UḎRĪ, p. 121-127 ; al-Bakrī, p. 31 ; al-Zuhrī, p. 161-162 ; al-Idrīsī, p. 261 (...)

11Les images du réel dessinent donc principalement un espace maritime proche, celui du rivage ou de la zone côtière, à l’instar du district d’Ocsonoba, dont al-Rāzī précise qu’il est « bordé sur toute sa longueur par la mer avec des îles où l’on peut se rendre en barque80 ». L’Atlantique déborde parfois la seule zone littorale à travers quelques mentions d’un commerce lointain, qui concerne essentiellement Séville : elle expédie l’huile de l’Aljarafe vers l’Orient note al-Rāzī et, après lui, al-Idrīsī et al-Zuhrī, qui en élargissent la zone d’exportation81 ; elle commerce son coton de l’autre côté de la mer, signalent al-Rāzī et al-`Udrī. Une fois encore, les mentions des géographes restent laconiques et dispersées : dans leurs représentations de l’Atlantique, les ressources venues de l’Océan ne jouent donc qu’un rôle bien discret. En revanche, un thème récurrent des descriptions concerne les venues des Normands sur le littoral et leurs dévastations des villes82 : al-Rāzī signale leur débarquement à San Lúcar de Barrameda, al`Udrī mentionne leur passage à Cadix, Sidonia et Séville en 844, al-Bakrī rappelle leur mise à sac de Séville et, en conséquence, la restauration de la muraille de la ville, al-Idrīsī note leurs incursions à Saltés, al-Zuhrī évoque leurs descentes le long de l’Atlantique et leur franchissement du détroit83. Au total, dans les représentations géographiques, les villes de l’Atlantique n’entretiennent guère de liens avec l’Océan : l’Atlantique proche, celui du rivage ou celui auquel on accède en barque, est plus représenté que l’Atlantique lointain ; à quelques figures du littoral, se superposent en effet de rares images d’un commerce lointain et des notes plus fréquentes à propos du danger normand.

  • 84 Sur cette thématique, cf. Arkoun M., Le Goff J., Fahd T. et Rodinson M. (éd.), L’Étrange et le Mer (...)
  • 85 Ramos A., « Literatura fantástica y geografía árabe », Al-Andalus y el Mediterráneo, op. cit., p. (...)
  • 86 Hernández Juberías J., op. cit., p. 17.
  • 87 Sur cet épisode, Picard C., « Récits merveilleux et réalité d’une navigation en Océan atlantique c (...)
  • 88 Parmi les travaux les plus récents, Vernet J., « Textos árabes de viajes por el Atlántico », Anuar (...)
  • 89 Al-Idrīsī, p. 548/268.
  • 90 Sur les avis divergents à ce sujet, cf. Picard C., op. cit., 1997, p. 33.

12Cet Océan auquel les réalités urbaines tournent le dos génère, en revanche, des représentations plus étoffées qui appartiennent au registre du merveilleux84. De cette thématique, qui a fait l’objet de plusieurs travaux, se dégage bien l’image d’une ville atlantique fantastique85 : elle est particulière à l’espace océanique, le littoral méditerranéen n’ayant pas suscité de figure semblable de ville merveilleuse. La raison en est très simple et bien connue : comme le rappelle J. Hernández Juberías, plusieurs récits situent en al-Andalus des marques destinées à signaler la limite du monde connu vers l’ouest, dans une conception archaïque de l’espace, héritée des cultures antiques, qui plaçaient l’une des bornes du monde à l’extrémité de l’Occident86. La ville fantastique de l’Atlantique appartient donc à ce paysage mental qui fait de l’Océan la limite de l’œkoumène. Cette ville comporte deux figures essentielles, celle de la Ville de Cuivre et celle de l’Idole de Cadix ; l’épisode des Aventuriers de Lisbonne n’entre qu’indirectement dans notre propos, car il ne suscite pas de ville imaginaire sur le littoral atlantique d’al-Andalus lui-même87. Rappelons-en rapidement le contenu, maintes fois présenté et analysé88 : huit marins de Lisbonne s’embarquent sur l’Océan pour en sonder l’immensité ; faisant route vers le sud, ils débarquent d’abord sur l’île des moutons, qui leur semble inhabitée, puis ils atteignent une île prospère et cultivée où ils sont « faits prisonniers et conduits à bord d’embarcations jusqu’à une ville sise au bord de la mer89 », avant d’être libérés et de pouvoir gagner la côte marocaine. Que les marins aient ou non réellement visité Madère puis les Canaries importe peu ici90 ; en revanche, il faut remarquer la silhouette urbaine furtivement dessinée sur cette île atlantique et, surtout, il faut noter la place qu’occupe cet épisode dans le discours d’al-Idrīsī : les rares lignes que le géographe consacre à représenter les éléments du réel océanique, comme la marée ou les activités portuaires, contrastent en effet avec les longs paragraphes qu’il accorde à cet élément du merveilleux ; ce poids que conserve le fantastique dans ses modes de représentation de l’Atlantique ne conduit-il pas à oblitérer le réel ?

  • 91 Ce thème est largement développé dans Hernández Juberías J., op. cit., p. 21-27.
  • 92 Abū-āmid al-Garnā, p. 39-42.

Venons-en maintenant à ces deux figures essentielles, l’Idole de Cadix et la Ville de Cuivre, qui jouent le même rôle symbolique – marquer la limite du monde connu vers l’ouest –, et qui, par là même, avertissent le voyageur de ne pas continuer son chemin91. La légendaire Ville de Cuivre, que son incorporation aux Mille et Une Nuits a rendu très populaire, est ainsi décrite par Abū Ḥāmid al-Ġarnāṭī92 :

« Cette ville fut édifiée […] dans une zone désertique d’al-Andalus, en Extrême-Occident, auprès de la Mer des Ténèbres […] Mūsā b. Nusayr, à la tête d’une armée nombreuse et accompagné de guides, se mit en route vers cette ville. Après quarante jours de voyage à travers des zones désertes, ils atteignirent une vaste étendue riche de sources, couverte d’herbes, de fleurs et d’arbres, où abondaient les bêtes sauvages et les oiseaux. Devant leurs yeux, se dressaient les murailles de la Ville de Cuivre, que la main de l’homme n’avait pu élever. Comme l’enceinte n’avait pas de porte, Mūsā essaya par tous les moyens possibles d’y ouvrir un accès ; en vain ! Il fit alors élever une construction auprès des murs, pour que l’un de ses hommes puisse, d’en haut, observer l’intérieur de la ville. Mais à chaque fois qu’un soldat se penchait au-dessus du mur, il se mettait à rire et à applaudir, avant de tomber de l’autre côté ; sa chute était suivie d’un fracas épouvantable, accompagné de cris et de bruits de voix, qui se prolongeaient pendant trois jours. Jamais plus on n’entendait parler de celui qui avait ainsi disparu. »

  • 93 La bibliographie sur la Ville de Cuivre est rassemblée dans Hernández Juberías J., op. cit., p. 27 (...)
  • 94 Hernández Juberías J., op. cit., p. 62.
  • 95 Dakhlia J., op. cit., p. 36.
  • 96 Né à Grenade en 1080, il quitte al-Andalus vers l’âge de 30 ans pour l’Orient où il rédige ses œuv (...)
  • 97 Hernández Juberías J., op. cit., p. 65-67.

13Ce récit a suscité un certain nombre de travaux qui comparent les différentes versions du texte, montrent l’évolution de la légende, indiquent ses variantes et ses fonctions symboliques93 : dans les œuvres géographiques et les chroniques, la ville reste impénétrable et l’expédition est vécue comme une aventure, tandis que les sources littéraires décrivent l’intérieur de la cité et font de l’opération un voyage initiatique. L’interprétation la plus courante de cette légende consiste à voir dans la Ville de Cuivre un mythe dont la fonction est de signaler l’une des limites du monde connu94 ; J. Dakhlia, quant à elle, en fait une lecture politique et y voit « le lieu inaccessible d’un pouvoir inaccessible, serti de murailles infranchissables95 ». Pour s’en tenir à notre propos, notons que l’Atlantique suscite une figure urbaine tout à fait exceptionnelle, celle de la Ville de Cuivre ; remarquons aussi que, dans le corpus documentaire que nous avons retenu, elle n’est présente que chez. Abū Ḥāmid al-Garnātī, sans doute le moins andalusí de nos auteurs occidentaux96. En revanche, la Ville de Cuivre constitue une figure plus fréquente en Orient, y compris à des époques tardives, comme si l’éloignement contribuait à accentuer le merveilleux ; la représentation du monde que véhicule le mythe y perdure même quand les bornes perdent leur signifié original, c’est-à-dire quand les connaissances géographiques se développent : Yāqūt (m. 1229) et al-Qazwīnī (m. 1283), s’ils décrivent encore la Ville de Cuivre, en exposant certes leurs doutes quant à l’existence de cette cité, reproduisent en revanche le topos de la ville comme borne du monde connu dans le paragraphe qu’ils consacrent à deux autres villes placées aux confins du monde97.

  • 98 Abū Ḥāmid al-ġarnātī, p. 46-47.
  • 99 Hernández Juberías J., op. cit., p. 68-108.
  • 100 Al-Idrīsī, p. 69.
  • 101 Hernández Juberías J., op. cit., p. 70-71.
  • 102 Ibid., p. 71.

14Quant à l’Idole de Cadix, elle est ainsi décrite par Abū Ḥāmid al-Ġarnāṭī : « Tour de pierre noire construite sans que soit employé le fer, elle mesure 100 coudes de hauteur ou davantage ; sa base est carrée et sa partie supérieure ronde […]. En haut se trouve une statue qui représente un homme de race noire, enveloppé dans une tunique d’or […]. Sa main gauche semble tenir des clés98. » Cette tour et la statue qui la couronne ont été bien étudiées par J. Hernández Juberías qui signale qu’il s’agit là d’une construction réelle ayant reçu une fonction symbolique, ce qui suscite autour d’elle de nombreuses légendes : cette construction romaine, de type commémoratif ou funéraire, est détruite en 1145, pour les trésors qu’elle était supposée receler. La statue, dont un bras est tendu vers l’Atlantique et l’autre vers la baie de Cadix, indique, symboliquement, que la route vers l’Océan est fermée ; par ailleurs, cette haute tour sert d’amer99. Cette construction élevée à Cadix reprend donc la forme la plus habituelle des bornes symboliques du monde, celle d’une tour, dont al-Idrīsī donne la description suivante : « Idole en pierre, mesurant 100 coudées de haut et surmontée d’une statue en cuivre qui indique de la main l’espace qui s’étend au-delà ; ces idoles seraient au nombre de six. L’une d’elles est à Cadix100. » À la différence de la Ville de Cuivre, l’Idole de Cadix est plus présente chez les auteurs de l’Occident : si al-Bakrī et al-Idrīsī ne font que signaler son existence, al-Zuhrī lui consacre une longue description et fournit de nombreux détails sur sa destruction101. Comme le note avec justesse J. Hernández Juberías, ce sont les auteurs qui naissent auprès de l’Idole de Cadix qui lui accordent le moins d’attention102, le merveilleux ayant besoin d’une certaine distance pour s’épanouir pleinement.

  • 103 Martin H., op. cit., 2001, p. 275.
  • 104 Martínez Lillo S., « La arqueología y el mar », Al-Andalus y el Mediterráneo, op. cit., p. 215-226
  • 105 Catarino H., « Castelos e território omíada na kura de Ocsonoba », Mil anos de fortificações, op. (...)
  • 106 Picard C., op. cit., 1997, p. 99-100 et p. 376.
  • 107 Picard C., op. cit., 1997, p. 162-163.
  • 108 MaViguera Molins Jesús, « Images et représentations de l’Autre (milieu xe-milieu xiiie) », Les rel (...)

15Dans leurs descriptions des villes de l’Atlantique, les géographes font, en somme, intervenir l’Océan de deux manières, sous la forme de rares et pâles reflets du réel ou comme des figures plus fermement dessinées, mais tirées de mythes et de légendes. Ces deux images expriment une même vision de l’Atlantique : c’est un Océan auquel le monde urbain tourne le dos, car il en vient surtout des dangers et cet espace avec lequel les villes n’entretiennent guère de relations peut, en conséquence, abriter des lieux fantastiques. Mais l’histoire des mentalités, ne l’oublions pas, réclame un indispensable va-et-vient avec le réel103 ; or, ces représentations apparaissent en décalage profond avec les réalités océaniques que dévoile l’archéologie. Ainsi, les travaux menés dans la Baie de Cadix afin de mettre en place La Carta Arqueológica submarina de la bahía de Cádiz ont-ils montré que la baie est une zone de passage continu de navires de commerce, depuis l’Antiquité jusqu’au bas Moyen Âge ; les campagnes de prospections sous-marines ont fourni des pièces appartenant à des chargements d’embarcations puniques, romaines et andalusíes. En ce qui concerne le matériel médiéval, les céramiques, en majorité des formes fermées et en moindre proportion des formes ouvertes, s’inscrivent dans une période qui va du ixe au xiiie siècle104. Les recherches sur le Garb al-Andalus parviennent à des conclusions similaires : H. Catarino montre qu’à partir du ixe siècle, dans le territoire d’Ocsonoba, se met en place un système défensif du littoral, en relation avec la réorganisation du peuplement rural105 ; Chr. Picard, de son côté, insiste sur la mise en valeur de l’ensemble du Garb à l’époque musulmane, évoquant un « décollage maritime andalou sur l’Atlantique [avec] des signes très nets d’un essor dès le ixe siècle », mais aussi « la pérennité du littoral atlantique avant et après la conquête arabe ». Il ajoute que « le maintien de cette vie s’établissait non pas tant dans des cités importantes […] mais beaucoup plus dans des villages littoraux, beaucoup moins remarqués par la littérature ou l’archéologie. Il ne faut donc guère s’étonner du silence des sources en la matière106 ». Il développe l’exemple de la presqu’île de Setúbal, pour laquelle les travaux d’I. C. Ferreira Fernandes indiquent une densité de peuplement beaucoup plus importante, entre le ixe et le xiie siècle, que ne le laissent supposer les auteurs arabes, les travaux archéologiques et les sources chrétiennes ayant permis d’étoffer les connaissances sur l’habitat musulman de la presqu’île107. Sans doute a-t-on là l’une des clés permettant de saisir le décalage entre les modes de représentation des géographes et les réalités du littoral atlantique. Mais il en existe une autre, qui a trait aux modes d’écriture : ces représentations traduisent un même fonds commun des mentalités vis-à-vis de l’Océan, un fonds non seulement compilé d’un auteur à l’autre, mais encore un fonds que les modes de représentation tardent à dépasser pour y intégrer des données plus récentes. Ma Jesús Viguera Molins a bien montré que « si parfois les textes se répètent d’un siècle à l’autre, créant des images figées, l’ensemble des renseignements qu’ils contiennent atteste de la dynamique de l’élaboration intellectuelle, encore active dans les pays d’Islam, mais qui commence à décliner au xiie siècle108 ». En somme, la vision, élaborée par les géographes, d’un Océan Ténébreux dans lequel on n’ose s’aventurer, peine à incorporer les images d’une active vie littorale et d’échanges qui se multiplient.

16Dans les mentalités des xe-xiie siècles, l’Océan ne joue qu’un rôle très modeste dans les représentations géographiques du monde urbain atlantique, bien en deçà du rôle réellement tenu par ces villes dans la mise en valeur de cette région de l’Occident musulman. Ce silence des sources révèle un paysage mental, celui d’un Océan perçu comme une borne du monde, et qui ne peut donc inspirer que de la méfiance. Examiner comment l’homme s’est représenté et a conceptualisé l’espace atlantique qui borde les villes du littoral revient à s’interroger sur la manière dont s’effectue le passage du réel à la représentation de celui-ci ; il ne peut échapper à une recomposition du réel, qui comporte, entre autres, des choix opérés par l’auteur, qui continue à faire de l’Atlantique une Mer Ténébreuse à l’écart de la vie urbaine. Si nous avons, à dessein, forcé le trait de la représentation et de l’élaboration du discours, c’est dans le seul but de pousser à la réflexion sur la manière d’interroger ces textes littéraires que sont les descriptions géographiques et sur la nécessité de prendre en compte la globalité de l’œuvre, qu’il s’agisse de son lexique ou de sa structure narrative.

Notes

1 Picard C., L’océan Atlantique musulman de la conquête arabe à l’époque almohade, Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental, Paris, 1997 ; Le Portugal musulman (viiie-xiiie siècles), L’Occident d’al-Andalus sous domination islamique, Paris, 2000.

2 Picard C., op. cit., 2000, p. 217.

3 Sur la vitalité de l’histoire des mentalités, cf. Religion et mentalités au Moyen Âge, Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, S. Cassagnes-Brouquet, A. Chauou, D. Pichot et L. Rousselot (dir.), Rennes, 2003.

4 Martin H., Mentalités médiévales xie-xve siècles, Paris, 1996 et Mentalités médiévales II, Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, 2001.

5 Picard C., op. cit., 2000, p. 217.

6 Sur le concept, Martin H., op. cit., 1996, p. 3-27 et 2001, p. 227-246.

7 Paul J., L’Église et la culture en Occident, t. 2 : l’éveil évangélique et les mentalités religieuses, Paris, 1986, p. 522.

8 Martin H., op. cit., 1996, p. 18.

9 Garcin J.-C., « Les villes », États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval xe-xve siècles, t. 2 : sociétés et cultures, J.-C. Garcin (dir.), Paris, 2000, p. 129.

10 Sur la science géographique des xe-xie siècles, Miquel A., La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du xie siècle, t. I : Géographie et géographie humaine dans la littérature arabe des origines à 1050, Paris-La Haye, 1967 (réimp. 2001).

11 Mazzoli-Guintard C., Villes d’al-Andalus, Rennes, 1996, p. 170-188.

12 Al-Rāzī, « La “Description de l’Espagne” d’Ahmad al-Rāzī », par E. Lévi-Provençal, Al-Andalus, XVIII, 1953, p. 51-108 [=al-Rāzī].

13 al-`UḎrī, « La cora de Sevilla en el Tarsī` al-Ajbār de Ahmad al-`Udrī », par R. Valencia, Andalucía Islámica, IV-V, 1983-86, p. 107-143 [= al-`Udrī].

14 Al-Bakrī, Geografía de España, trad. E. Vidal Beltrán, Zaragoza, 1982 [= al-Bakrī].

15 Al-Zuhrī, El mundo en el siglo XII, El tratado de al-Zuhrī, trad. D. Bramón, Barcelona, 1991 [= al-Zuhrī].

16 Abū Ḥāmid al-ĠarnāṬī, Tuhfat al-albāb wa nuḫbat al-a`ğāb, trad. A. Ramos, El regalo de los espíritus, Madrid, 1990 [= Abū Hāmid al-Garnātī]

17 Al-Idrīsī, Opus geographicum, fasc. 5, éd. Cerulli E., Gabrielli F., Levi della Vida G., Petech L., Tucci G., Napoli-Roma, 1975 ; La première géographie de l’Occident, trad. du chevalier Jaubert présentée par H. Bresc et A. Nef, Paris, 1999 [= al-Idrīsī].

18 Martin H., op. cit., 1996, p. 19 et Guerreau A., L’avenir d’un passé incertain, Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, 2001, p. 191-237.

19 Guichard P., « Depuis Valence et en allant vers l’Ouest… Bilan et propositions pour une équipe », Mélanges de la Casa de Velázquez, 26, 1990, p. 461-473.

20 Martin H., op. cit., 2001, p. 274-275.

21 Sur le rythme et les motifs de la croissance urbaine, cf. PICARD C., op. cit., 2000, p. 181-220.

22 Dunlop D. M., « al-baḥr al-muhīt », EI2, t. 1, p. 962-963 ; Lirola Delgado J., « Aportaciones árabes al desarrollo náutico occidental. La navegación andalusí en el Atlántico », Al-Andalus allende el Atlántico, M. García-Arenal coord., Granada, 1997, p. 51-66, en part. p. 52-53.

23 Selon Abū Hāmid al-Garnātī, p. 61-63, d’où son expression de Mer Noire pour désigner l’Atlantique.

24 Sā`id al-Andalusī, Libro de las categorías de las naciones, Kitāb Tabaqāt al-Umam, estudio y trad. F. Maíllo Salgado, Madrid, 1999, p. 120. L’expression Mer Ténébreuse est aussi celle d’Ibn Bassām dans le prologue de sa Ḏaḫīra : Ma Viguera Molins J., « La identidad de al-Andalus », Año mil, año dos mil, dos milenios en la Historia de España, Madrid, 2001, p. 183-204, en part. p. 187.

25 Ibn Hawqal, Kitāb surat al-ard, éd. J. H. Kramers, Leiden, 1938, p. 109-110 ; al-Bakrī, p. 19, n. 30 : al-bahr al-muhīt ; al-Zuhrī, p. 5, 6, 16, 17 : bahr al-zulumāt, al-bahr al-muhīt, al-bahr alaswād, al-bahr al-a`ẓam, al-bahr al-muhītal-a`ẓam.

26 Al-Idrīsī, texte, p. 535 et 537 ; trad., p. 255-256. Cf. aussi p. 536/256 à propos de la province du Lac.

27 Ibidem, p. 539/258.

28 Ibid., p. 544/263.

29 Ibid., p. 561/281.

30 Ibid., p. 548/267.

31 Ibid., p. 542-543/261-263.

32 Ibid., p. 543/262. Mu`zam : la majorité, la plus grande partie de ; R. Dozy, Supplément aux dic.tionnaires arabes, Leiden, 1881, rappelle que l’expression mu`zam al-bahr est employée pour désigner la mer elle-même par opposition à un golfe.

33 Ce système de représentation diffère de celui mis en œuvre par Ibn Hawqal, dont le discours associe l’expression « Mer Environnante » à des toponymes.

34 Al-Rāzī, p. 60 : c’est au temple de Cadix que débouche la Méditerranée. Même idée chez al-Bakrī, qui compile sur ce point le précédent

35 Abū Hāmid al-Ġarnātī, p. 46-47 : l’Idole de Cadix est construite là où confluent l’Océan et la Méditerranée.

36 Al-idrīsī, p. 539/258 ; Al-zuhrī, p. 157-162 : Cadix est sur les bords de l’Océan ; le détroit de Gibraltar, entre Tanger et Tarifa, ouvre sur l’Océan.

37 Al-idrīsī, p. 539/258.

38 IBN Ḫaldūn, Discours sur l’histoire universelle, Al-Muqaddima, trad. V. Monteil, 3e éd., Arles, 1997, p. 108.

39 Sur cet épisode, al-Zuhrī fournit les informations les plus précises..

40 Pour les auteurs arabes, le G arb désigne le territoire situé au sud-est de Lisbonne jusqu’aux deux rives du Guadiana à son embouchure : Herzog R., « Gharb al-Andalus », EI2, II, p. 1032-1033 et Picard C., op. cit., 2000, p. 148.

41 Sur cette navigation fluviale et les relations avec l’Océan, Picard C., op. cit., 1997, p. 50-56.

42 Al-Rāzī, p. 93 ; AL-IDRīSī, p. 541/260.

43 Al-Idrīsī, p. 541-544/261-264.

44 Miquel A., op. cit., t. I, p. 80-85 et « Un programme de géographie humaine dans le monde arabomusulman du ive/xe siècle : Muqaddasī », Hommes et terres d’Islam, Mél. offerts à X. de Planhol, D. Balland éd., Paris, 2000, t. I, p. 31-39.

45 Al-Muqaddasī, Description de l’Occident musulman au ive=xe siècle, texte arabe et trad. par C. Pellat, Alger, 1950, p. 10-11. Il emploie bien la forme Uḫšunuba pour Ocsonoba : C. Picard (op. cit., 2000, p. 183) signale pourtant le problème posé par le changement de nom de la cité « à partir du xe siècle, c’est-à-dire au moment où les sources rendent compte, avec al-Rāzī, puis Ibn Hawqal et al-`Udrī, de la croissance de la cité. À partir du xe siècle, poursuit-il, le nom de la cité le plus couramment utilisé est celui de ·antmariyya al-Garb, puis ·antmariyya al-Hārūn ».

46 Miquel A., op. cit., t. I, p. 313-330.

47 Ibid., p. 299-309.

48 Ibn Hawqal, p. 115.

49 Ibid., p. 110.

50 À moins qu’une erreur de graphie n’ait pu conduire à une confusion entre Santarém (·antarīn) et la localité voisine de Cintra (·antara), qui, elle, se trouve bien sur le littoral atlantique.

51 Custódio J., « As fortificações de Santarém-séculos XII-XIII », Mil Anos de Fortificações na Península Ibérica e no Magreb (500-1500), Actas do Simpósio Internacional sobre Castelos, I. C. Fernandes Ferreira éd., Lisboa, 2002, p. 405-422, en part. p. 407.

52 Sur ce voyage dans l’espace du même des voyageurs de l’Islam, voir Touati H., Islam et voyage, Paris, 2000, p. 301.

53 Al-Rāzī, p. 88, 90, 91, 96.

54 Ibid., p. 88-89.

55 Al-Bakrī, p. 32.

56 Al-Idrīsī, Los caminos de al-Andalus en el siglo xii según Uns al-Muhağ wa-rawdal-furag, éd. et trad. par J. Abid Mizal, Madrid, 1989, p. 145. Pour Dozy, op. cit., sāhil désigne un port, un entrepôt de commerce qui a des communications faciles avec la mer, un lieu sur la côte où l’on emmène paître le bétail pendant l’hiver.

57 Ma Viguera Molins J., « La percepción de Europa desde el ámbito araboislámico », Europa : proyecciones y percepciones históricas, Salamanca, 1997, p. 45-69, en part. p. 57-58.

58 IBN Hawqal, p. 109.

59 Sur le contenu de cette expression, cf. Dozy R., op. cit.

60 Picard C., op. cit., 1997, p. 187-226.

61 Ibid., p. 187.

62 Al-Rāzī dit de Séville que « c’est l’un des meilleurs ports d’Espagne où de grands navires peuvent mouiller » (p. 93).

63 Sur la place des structures défensives dans les modes de représentation, Mazzoli-Guintard C., op. cit., p. 29-35.

64 Picard Chr., op. cit., 1997, p. 13.

65 Ibid., p. 48-49 : il ne consacre d’ailleurs que quelques lignes à la marée, tant les mentions dans les sources sont rares. Cf. Miquel A., op. cit., t. III, Le milieu naturel, Paris-La Haye, 1980 (réimp. 2002), p. 261-266.

66 Al-Rāzī, p. 91.

67 Al-Idrīsī, p. 543/262 et 547/267. À ce témoignage s’ajoute celui du poète al-Šaqundī (m. 1231), cité dans Picard C., op. cit., 1997, p. 48.

68 Martínez Martín L., « al-madd wa-l-djazr », EI2, t. V, p. 953-954 et « Teorías sobre las mareas según un manuscrito árabe del siglo XII », Instituto de Historia de la Ciencia de la Real Academia de Buenas Letras, 4, 1975, p. 137-212.

69 C’est à partir de La grande introduction à l’astrologie que le Moyen Âge chrétien a appris les lois du flux et du reflux marins ; son traité est traduit en latin en 1130 par Jean de Séville puis en 1150 par Hermann l’Allemand (sur Abū Ma`šar et ses apports à la culture latine, cf. Vernet J., La cultura hispanoárabe en Oriente y Occidente, Barcelona, 1978).

70 L’existence de moulins marémoteurs sur les côtes d’al-Andalus reste hypothétique, comme le note Martínez Martín L., op. cit., EI2.

71 Júdice Gamito T., « O papel das torres de vigia na defesa de Faro », Milaños de fortificações, op. cit., p. 839-844.

72 Dans l’Occident chrétien, en revanche, la marée est perçue comme un phénomène dangereux (Martin H., op. cit., 1996, p. 129).

73 Al-Rāzī, p. 91 et p. 96. Al-Bakrī reproduit l’information pour Medina Sidonia (p. 36). Sur le ramassage de l’ambre, Picard C., op. cit., 1997, p. 365.

74 Al-Idrīsī, p. 267/547 ; même information chez al-Zuhrī, p. 147-148.

75 Al-Rāzī, p. 92. Sur la pêche, Picard C., op. cit., 1997, p. 362-376.

76 Al-Zuhrī, p. 162. Les madragues sont utilisées jusqu’au vie siècle, puis abandonnées jusqu’au xiiie siècle ; elles sont alors reconstruites auprès de leur ancien emplacement : Ponsich M., Aceite de oliva y salazones de pescado. Factores geoeconómicos de Betica y Tingitania, Madrid, 1988, p. 41. Le Musée Municipal d’Archéologie de Silves présente un grappin appartenant à une armature servant à capturer les thons, découvert auprès de la plage de Carvoeiro ; l’analyse au carbone 14 de restes de cordage a permis de le dater du xiiie s. (R. Varela Gomes, Silves (Xelb), uma cidade do Gharb al-Andalus : territorio e cultura, Lisboa, 2002, p. 84).

77 Ma Torres Palomo P., « Ictionomia en glosarios andalusíes », Al-Andalus y el Mediterráneo, op. cit., p. 227-241.

78 Coran, V-96 : « Le gibier de la mer et la nourriture qui s’y trouve vous sont permis : c’est une jouissance pour vous et les voyageurs » (trad. D. Masson).

79 García Sánchez E., « La alimentación en la Andalucía islámica. Estudio histórico y bromatológico. II : Carne, pescado, huevos, leche y productos lácteos », Andalucía Islámica, IV-V, 1983-1986, p. 258-266.

80 Al-Rāzī, p. 91.

81 Al-Zuhrī, p. 156 : vers al-Andalus, les pays chrétiens, le Maghreb, l’Ifrīqiyya, Le Caire, Alexandrie et le Yémen.

82 Sur ce thème, les études sont nombreuses et anciennes ; parmi les synthèses les plus récentes, Picard C., op. cit., 1997, p. 71-76 ; J. Ferreiro Alemparte, Arribadas de Normandos y cruzados a las costas de la península ibérica, Madrid, 1999.

83 Al-Rāzī, p. 96 ; al-`UḎRĪ, p. 121-127 ; al-Bakrī, p. 31 ; al-Zuhrī, p. 161-162 ; al-Idrīsī, p. 261/542.

84 Sur cette thématique, cf. Arkoun M., Le Goff J., Fahd T. et Rodinson M. (éd.), L’Étrange et le Merveilleux dans l’Islam médiéval, Paris, 1978.

85 Ramos A., « Literatura fantástica y geografía árabe », Al-Andalus y el Mediterráneo, op. cit., p. 169183 ; Hernández Juberías J., La península imaginaria, Mitos y leyendas sobre al-Andalus, Madrid, 1996 ; Dakhlia J., « Un miroir de la royauté au Maghreb : la ville d’airain », Genèse de la ville islamique, P. Cressier et M. García-Arenal (éd.), Madrid, 1998, p. 17-36.

86 Hernández Juberías J., op. cit., p. 17.

87 Sur cet épisode, Picard C., « Récits merveilleux et réalité d’une navigation en Océan atlantique chez les auteurs musulmans », Miracles, prodiges et merveilles au Moyen Âge, XXVe Congrès de la SHMESP (Orléans, 1994), Paris, 1995, p. 75-87.

88 Parmi les travaux les plus récents, Vernet J., « Textos árabes de viajes por el Atlántico », Anuario de Estudios Atlánticos, 1971, 17, p. 401-427 ; Lirola Delgado J., El poder naval de al-Andalus en la época del Califato omeya, Granada-Almería, 1993 ; Picard C., op. cit., 1995 ; Matesanz R., « ¿Dónde está la mitología fenicia ? Al-Idrīsī y los Aventureros de Lisboa », Gerión, 20-1, 2002, p. 75-111.

89 Al-Idrīsī, p. 548/268.

90 Sur les avis divergents à ce sujet, cf. Picard C., op. cit., 1997, p. 33.

91 Ce thème est largement développé dans Hernández Juberías J., op. cit., p. 21-27.

92 Abū-āmid al-Garnā, p. 39-42.

93 La bibliographie sur la Ville de Cuivre est rassemblée dans Hernández Juberías J., op. cit., p. 2767 et dans Dakhlia J., op. cit., p. 17.

94 Hernández Juberías J., op. cit., p. 62.

95 Dakhlia J., op. cit., p. 36.

96 Né à Grenade en 1080, il quitte al-Andalus vers l’âge de 30 ans pour l’Orient où il rédige ses œuvres ; il meurt à Damas en 1169/1170 (Lévi-Provençal E., « Abū Ḥāmid al-Garnāṭī », EI2, t. I, p. 125-126).

97 Hernández Juberías J., op. cit., p. 65-67.

98 Abū Ḥāmid al-ġarnātī, p. 46-47.

99 Hernández Juberías J., op. cit., p. 68-108.

100 Al-Idrīsī, p. 69.

101 Hernández Juberías J., op. cit., p. 70-71.

102 Ibid., p. 71.

103 Martin H., op. cit., 2001, p. 275.

104 Martínez Lillo S., « La arqueología y el mar », Al-Andalus y el Mediterráneo, op. cit., p. 215-226.

105 Catarino H., « Castelos e território omíada na kura de Ocsonoba », Mil anos de fortificações, op. cit., p. 29-44.

106 Picard C., op. cit., 1997, p. 99-100 et p. 376.

107 Picard C., op. cit., 1997, p. 162-163.

108 Ma Viguera Molins Jesús, « Images et représentations de l’Autre (milieu xe-milieu xiiie) », Les relations des pays d’Islam avec le monde latin du milieu du xe au milieu du xiiie siècle, C. Mazzoli-Guintard (dir.), Paris, 2000, p. 156.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search