Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Troisième partie. Économie atlantique, pouvoirs urbains, contrôle social

Pluriactivité et intégration sociale. Le rôle de l’économie informelle dans les villes atlantiques au xviiie siècle

Morgane Vary

Texte intégral

1Les historiens ont fréquemment analysé le rôle dynamique des élites dirigeantes (négociants, armateurs…) dans le développement des activités et des échanges au sein des villes atlantiques, négligeant l’apport du peuple. Pourtant, sans les « petites » gens, point de déchargement de navires, point de transformation de produits, point de transport… Nous nous sommes intéressés à leur sort dans les villes atlantiques en nous basant sur les catégories les plus paupérisées, c’est-à-dire les « gibiers de prévôts ». L’analyse des procédures criminelles de certaines juridictions dont les ressorts s’étendent sur le littoral sud breton comme la maréchaussée, l’amirauté ou encore la juridiction des traites entre 1785 et 1790 nous ont permis de constituer un corpus d’individus assez conséquent. Ceux-ci sont, dans la plupart des cas, des migrants. Certes, la majorité d’entre eux est originaire de Bretagne, néanmoins, ce sont des personnes qui sont, en général, en rupture avec leur entourage.

2À partir des interrogatoires des suspects, il est possible d’analyser le degré d’attraction des villes atlantiques et de voir comment les populations subsistent et utilisent toutes les potentialités d’un tel espace en ayant recours à la pluriactivité. Enfin, il est nécessaire d’associer les concepts d’intégration, de pluriactivité et d’attraction dans une réflexion commune afin de prendre en compte tous les aspects de nos interrogations.

Les villes atlantiques : des espaces attractifs et spécifiques ?

La ville atlantique, une ville-refuge

  • 1 Nières C., Les villes de Bretagne au xviiiesiècle. Conditions et formes de développement urbain, t (...)
  • 2 Le Bouëdec G., « La pluriactivité dans les sociétés littorales, xviie-xixe siècles », Annales de B (...)

3Afin de nous éloigner de toute forme de déterminisme concernant les villes atlantiques, nous avons voulu rappeler que leurs caractéristiques générales sont similaires aux cités de l’intérieur. En effet, la ville atlantique présente la palette d’activités et d’établissements propres à toute cité, comme le rappelle Claude Nières1. Gérard Le Bouëdec fait d’ailleurs la même constatation dans son étude de la pluriactivité dans les sociétés littorales : « Toute société littorale urbaine ou rurale comprend d’abord quatre grandes branches de métiers : les métiers de l’alimentation, de la boisson et de l’hébergement ; les métiers de l’habillement, de la création à l’entretien ; les métiers du cuir ; ceux du bâtiment et des travaux publics2. » À ces catégories, nous pouvons ajouter les brasseurs d’affaires, les métiers de l’administration et de la justice… Ainsi, nous ne devons pas étudier la ville atlantique comme un espace radicalement différent par rapport aux cités de l’intérieur. Aussi, il nous faut rappeler que toute ville attire par les possibilités d’emplois qu’elle propose. De plus, les spécificités que nous allons mettre en valeur ultérieurement peuvent également s’appliquer au concept de « ville maritime ».

  • 3 Le Bouëdec G., Le port et l’arsenal de Lorient, de la Compagnie des Indes à la marine cuirassée, u (...)

4La notion de ville-refuge semble fondamentale pour analyser le degré d’attraction d’une cité : l’individu qui quitte sa paroisse d’origine pour venir en ville espère y trouver de l’ouvrage, un gîte et reconstituer un réseau de solidarités. En effet, « l’immigration est un pari sur l’avenir. C’est d’abord une rupture. Aussi, l’immigrant cherche-t-il à recréer un environnement dans lequel il puisse se reconnaître3 ». Pourtant, l’intégration n’est pas toujours au rendez-vous.

  • 4 Archives Départementales du Morbihan (ci-après ADM), B 3703.

5La présence d’établissements d’assistance peut motiver le déplacement (hôpitaux, ordres religieux…). Guy Mathurin Courtel, natif de Cadelac, paroisse située dans l’évêché de Saint-Brieuc, faisant le métier de postillon, déclare le 28 février 1789, qu’ayant « eu le malheur de se casser une jambe par une chutte [sic] de cheval il a été obligé d’aller à l’hôpital de Lorient […]4 ».

  • 5 Poussou J.-P., Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiiesiècle. Croissance économique et attraction urbai (...)

6Jean-Pierre Poussou a également mis en valeur cet aspect de la ville-refuge en prenant l’exemple des filles-mères : « D’autre part, assurées de trouver un secours à Bordeaux, les filles des environs ont tout intérêt à venir y accoucher, sans compter que nombre des enfants abandonnés à la naissance […] étaient sans doute fils de campagnards ou campagnardes […]5. » Mais la ville atlantique par différents aspects se démarque des cités de l’intérieur.

Les villes atlantiques : des pôles dynamiques et cosmopolites

  • 6 ADM, B 1334.

7Les propos des délinquants interrogés par le prévôt de la maréchaussée mettent en lumière un éventuel attrait pour les villes maritimes. En effet, nous avons remarqué qu’une majorité d’individus appréhendés sur le littoral sud breton entre 1785 et 1790 déclarait comme destination ou provenance deux sites : Lorient et Nantes. Certains individus vont de ports en ports en quête d’ouvrage. Par exemple, Julien Noël, natif de Bucé près de Fougères et arrêté près de Vannes, prétend le 9 novembre 1787 « n’avoir de profession ni de demeure fixe depuis six ans, avoir été à Saint-Malo, Nantes et autres lieux travailler en qualité de journalier […] et devoir se rendre à Lorient […]6 ». À partir de ce constat, nous avons voulu savoir ce qui motivait un tel engouement pour les villes portuaires.

  • 7 Cabantous A., Les citoyens du large. Les identités maritimes en France (xviie-xviiiesiècles), Pari (...)

8Alain Cabantous rappelle à ce sujet que « […] les villes portuaires apparaissent tout au long de l’époque moderne comme des pôles particulièrement dynamiques et attractifs. Centre essentiel des échanges commerciaux, pôle d’industries (construction navale, transformation), lieu d’attache pour les flottes de la grande pêche, la ville portuaire, même modeste (moins de 2 000 habitants) attire et retient toujours l’essentiel de la main-d’œuvre navigante d’une région7 ». La vocation maritime de ces villes présente un intérêt majeur pour le migrant : en effet, nombreux sont les individus qui déclarent rechercher un embarquement.

9D’autre part, les professions para-maritimes sont également une opportunité pour le nouveau venu. La construction navale nécessite une main-d’œuvre nombreuse. De même, les industries de transformation développées grâce à l’essor du commerce colonial offrent une solution supplémentaire aux migrants.

10Mais la ville portuaire n’attire pas seulement une population navigante. En effet, elle propose une palette d’activités plus élargie que celles des villes de l’intérieur. On constate un « gonflement » des effectifs de certaines professions dû à la vocation maritime de la ville. En effet, les besoins en portefaix sont accrus du fait du développement des échanges et de l’essor du commerce colonial.

11Ensuite, les capacités d’hébergements se développent également vu le caractère instable d’une partie significative de la population : il faut pouvoir loger les populations navigantes et migrantes. De même, les activités de services augmentent proportionnellement.

12L’interface terre-mer semble être un concept fondamental pour comprendre l’engouement des individus pour se rendre dans ces villes. Les représentations de la ville atlantique sont multiples. Cependant, dans cette vision, il ne faut pas oublier d’inclure les paroisses rurales limitrophes. L’individu sait que les potentialités en matière d’emploi sont accrues du fait du triptyque mer/ville/campagne. Il joue sur toute la gamme des possibilités offertes ; c’est pourquoi couper la ville atlantique de son espace rural environnant semble difficile.

  • 8 ADM, B 1279.

13Ainsi, Guillaume Bescond, appréhendé à Quéven le 18 février 1778 par la maréchaussée d’Hennebont, se déclare sans profession ; pourtant au fil de son interrogatoire, il révèle qu’il « travailloit dans les campagnes quand il trou-voit de l’ouvrage et à défaut d’occupation sur les campagnes alloit à Lorient loger du bois pour les particuliers et faire autre chose qu’il trouvoit à faire8 ».

14Les villes atlantiques possèdent des cadres souples leur permettant d’intégrer plus facilement les nouveaux venus. Elles sont habituées au brassage de populations. Cependant, le cosmopolitisme et la vocation maritime ne vont pas sans poser de problème : un mémoire vraisemblablement rédigé en 1773 énumère les difficultés que connaît la ville de Lorient depuis le renvoi à Hennebont, en 1772, de la brigade de maréchaussée créée deux ans auparavant :

  • 9 Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine, C 1135.

« L’orient étant le lieu des embarquements pour l’Inde, il est celui où aboutissent tous les mauvais sujets du royaume qui veulent s’expatrier en se cachant sur les vaisseaux […]. L’orient, comme tous les ports de mer, est rempli de matelots de toutes les nations, qui est l’espèce d’homme la plus difficile à contenir à terre. Depuis la cession de la Compagnie des Indes, la misère y est si grande qu’une quantité prodigieuse de gens qui n’ont plus les moyens de subsister s’adonne au brigandage […]. Le tems de la vente des marchandises y attire une quantité prodigieuse de filous9. »

15Certes, l’auteur de ce mémoire a peut-être exagéré la situation, néanmoins il pose la question de la cohabitation de gens d’horizons différents qui ne va pas sans créer de désordre. La ville portuaire devient alors victime de son attraction, car chacun rêve d’y trouver un refuge, de l’ouvrage et de tisser des liens de solidarités pour s’intégrer. Cette intégration passe parfois par le recours à la pluriactivité. En effet, l’exercice de plusieurs professions ou activités permet à l’individu de mieux s’ancrer dans la vie sociale de la cité.

« Recueillir les miettes de la croissance »

La pluriactivité comme révélateur des capacités d’intégration des villes atlantiques

16Les possibilités offertes aux populations littorales et aux migrants semblent accrues sur cet espace. Une mixité professionnelle s’observe dans les villes maritimes. Ce phénomène peut être considéré comme marginal, cependant il prend tout son sens lorsque l’on aborde le thème de l’intégration. L’exercice de plusieurs activités, de manière alternée ou simultanée, permet d’obtenir des revenus complémentaires et assure la subsistance des individus. Ainsi, parfois, les personnes appréhendées sur le littoral sud breton déclarent une double, voire une triple activité au juge qui les questionne. La mention d’un second métier peut également apparaître en filigrane au sein de l’interrogatoire.

  • 10 ADM, B 1279.

17Joseph Danniet, natif de Berrien et arrêté par la maréchaussée d’Hennebont le 19 juillet 1768, déclare au juge qu’il est « sabotier de sa profession », mais qu’il est aussi allé « à Lorient où il a travaillé au quay et passé au Port-Louis où il a aussy travaillé à servir les maçons10 ». Enfin, il avoue être réduit à l’état de mendicité.

18Les interrogatoires révèlent également les changements de trajectoires professionnelles souhaitées par les individus, comme la recherche d’un embarquement, pour pallier les difficultés économiques :

  • 11 Ibidem.

19Ainsi, Jean Giboin, natif de Saint-Cyr-la-Lande et arrêté à Quimperlé par la maréchaussée le 7 septembre 1777, déclare être « laboureur et vigneron », mais ajoute « qu’il est sorti de son pays dans le mois d’août dernier et se rendit à Nantes chercher à s’embarquer […]11 ».

  • 12 Le Bouëdec G., « La pluriactivité dans les sociétés littorales, xviie-xixe siècles », dans Annales (...)

20Nous ne pouvons savoir si le désir de Jean Giboin est réel ou feint, cependant, il nous permet de rappeler que le métier de navigant est un métier ouvert. « L’exercice des activités maritimes s’est toujours nourri d’un fort apport rural ou urbain extérieur au monde des gens de mer. La mer puise dans tous les milieux socio-professionnels, ceux des activités para-maritimes, parmi les journaliers des villes et des campagnes, dans les métiers de l’artisanat et parmi les agriculteurs12. »

La face cachée de la pluriactivité

21Certains individus sont tentés de basculer dans la délinquance en ayant recours à des pratiques considérées comme répréhensibles. Cependant, ces mêmes pratiques leur permettent d’obtenir un revenu complémentaire. Cette seconde activité illicite prend alors le pas sur l’activité de « façade », c’est-à-dire celle que l’on déclare devant le juge. Néanmoins, certains n’hésitent pas à revendiquer, lors de leurs interrogatoires, ces pratiques illicites.

  • 13 Archives Départementales de Loire-Atlantique (ci-après ADLA), B 8741/5.

22Ainsi, Jean Le Prince, arrêté le 19 novembre 1785 par la maréchaussée de Nantes, et qui est un repris de justice condamné aux galères pour un vol de cheval à Brest, déclare que depuis sa sortie des galères il y a cinq ans, « il a été maçon puis porte-faix et enfin contrebandier13 ». Il précise même qu’il va chercher le tabac à l’île d’Yeu.

  • 14 ADLA, B 8741/2.

23Pierre Le Chat, appréhendé à Nantes le 20 mai 1785, répond au juge qui l’interroge sur sa profession qu’il est faux-saunier14.

24Il est nécessaire de faire un état des lieux des activités illicites pratiquées au sein des villes atlantiques.

La mendicité

25Elle peut être assimilée à une activité à part entière puisque cet exercice fournit à celui que le pratique une rétribution. De plus, les individus interrogés l’évoquent en utilisant le terme de « profession » ou de « métier ». Les juges, eux-mêmes, parle de métier pour qualifier cette pratique. La mendicité requiert également un savoir-faire. Aussi, dans un cadre certes très large, nous pouvons considérer cette pratique comme une activité à part entière et étendre cette démonstration au vol, au recel ou encore à la prostitution.

26Dans la plupart des cas, les individus appréhendés se prévalent d’une autre activité et déclarent ne mendier qu’en cas d’absolue nécessité, c’està-dire lorsque l’ouvrage vient à manquer. Ce sont des gens instables professionnellement. Cette instabilité met en lumière leur extrême précarité.

27La mendicité est perçue comme une activité substitutive permettant de pallier les difficultés économiques ou les accidents de la vie. Elle est vécue comme un pis-aller. Beaucoup de jeunes gens arrivent dans les villes atlantiques (Nantes, Lorient ou Brest), convoitant un embarquement de manière souvent illusoire. Aussi, la mendicité permet de payer le gîte et le couvert en attendant des jours meilleurs. Pour certains, la mendicité ne suffit plus et ils sont attirés par des solutions certes plus dangereuses mais également plus lucrative. Le vol, le recel et la contrebande augmentent considérablement les potentialités d’une économie parallèle au cœur des villes atlantiques.

28Le criminel sur le littoral et en particulier dans les villes atlantiques voit les opportunités de commettre un larcin s’accroîtrent considérablement. Chaque marchandise déchargée sur le quai, embarquée à bord des bateaux ou conservée dans les entrepôts, représente une tentation bien évidente pour celui qui vit quotidiennement dans la précarité.

  • 15 Coquille d’un gastéropode qui servait de monnaie dans l’Inde et en Afrique noire.

29La présence de la Compagnie des Indes à Lorient attise les convoitises : en 1743, pas moins de 21 personnes, dont la majorité travaille dans les entrepôts de la Compagnie, sont impliquées dans un vol de cauris15. Chacun était chargé d’emporter quotidiennement une infime quantité de cette marchandise. Cependant, lorsque la supercherie est découverte, l’instigatrice de ce méfait, Catherine Guillemoto, a récolté 920 livres de cauris, répartis en neuf sacs retrouvés au fond de son puits. Il est rare de retrouver dans les archives le démantèlement d’un tel réseau.

30Mais nous pouvons penser que dans ces cités, il existe des filières parallèles très développées qui permettent au voleur d’écouler son butin : le recours aux revendeurs, nombreux dans les villes atlantiques, permet de se débarrasser d’objets dérobés encombrants et surtout compromettants et d’obtenir en échange de l’argent. De véritables réseaux se constituent : le voleur vient régulièrement apporter son butin au revendeur qui se charge d’écouler la marchandise. Par ce biais, des liens de complicité et des relations sociales existent au sein de ce réseau assimilable à une forme d’intégration.

  • 16 ADLA, B 5194
  • 17 ADM, B 3703.

31La contrebande de tabac est une pratique qui semble fréquente dans les villes atlantiques. L’interface terre-mer est propice à ce développement : en effet, le tabac transite par voie maritime et par voie terrestre. Les employés des Fermes inspectent la cargaison des navires arrivant à Nantes : ainsi, le 15 avril 1790, dans un chasse-marée de cette ville, ils découvrent 18242 livres de tabac en fraude16. Le trafic maritime permet de transporter ce produit en plus grande quantité et de cacher les ballots prohibés au sein de la cargaison : le capitaine du navire devient alors contrebandier. Mais, il existe une autre forme de contrebande plus insidieuse. Elle est pratiquée par les habitants de la ville ou par des migrants en quête d’une activité licite ou illicite. Ainsi, il existe de multiples réseaux au sein des villes permettant l’acheminement du tabac. Par exemple, Joseph Onchet, natif de la paroisse de Paimpont, arrêté près d’Auray en 1789, déclare « qu’il alloit au Port-Louis et à Lorient y chercher du tabac en fraude17 ». Cet exemple illustre le fait que certains individus n’hésitent pas à revendiquer ce type d’activités. Toutefois, il semble bien difficile de mesurer l’impact de ces filières parallèles au sein de l’économie globale des villes.

  • 18 Le Bouëdec G., « Police et migrants d’une ville portuaire : Lorient au xviiie siècle », dans Polic (...)

32La gent féminine trouve dans la prostitution un complément de revenus. De plus, les prostituées disposent dans ces villes d’une clientèle importante et renouvelée. En effet, « qu’ils soient ouvriers, navigants ou soldats, ce sont de très jeunes hommes, célibataires pour une grande majorité qui arrivent à Lorient […]18 ». À cela, nous devons ajouter les migrants saisonniers, temporaires ou définitifs qui arrivent en ville.

33Les prostituées déclarent en général une autre activité : elles sont blanchisseuses, laveuses, fileuses, ou encore servantes et cuisinières. Cependant, il semble que la prostitution prenne le pas sur cette activité de « façade ». Elle est également une opportunité pour les jeunes campagnardes qui arrivent en ville. En effet, certaines maquerelles débauchent ces filles candides venues chercher de l’ouvrage en ville, et leur proposent le gîte en échange de quelques services au sein desquels la prostitution trouve une place importante.

34Aussi, nous avons pu constater que les activités illicites alternées avec des activités dites de « façade » peuvent devenir un palliatif aux difficultés économiques. Elles s’inscrivent dans une stratégie qui permet à l’individu d’obtenir des revenus, même dans les moments difficiles et de ne pas être totalement exclu…

Pluriactivité, attraction et intégration sociale

35Les historiens des migrations et les sociologues se sont penchés sur les rapports entre ces notions. Ainsi, certaines hypothèses concernant les mouvements de populations peuvent venir étayer l’idée que la ville maritime possède des capacités d’attraction supérieures.

  • 19 Rosental P.-A., Les sentiers invisibles, Espace, familles et migrations dans la France du xixesièc (...)

36Nous avons utilisé notamment l’ouvrage de Paul-André Rosental, « Les sentiers invisibles19 », qui tente de faire le point sur les recherches passées ou actuelles.

La constitution du projet migratoire

37G. K. Zipf met en valeur, dans un article de 1946, la notion gravitaire au sein de laquelle la distance joue un rôle fondamental : en effet, nous ne pouvons nier qu’au xviiie siècle, les déplacements sont restreints. Les chemins boueux ou gelés une partie de l’année réduisent considérablement la mobilité. Donc, les individus vont choisir de partir vers une ville proche, une ville où ils peuvent bénéficier de réseaux de solidarité. En cela, ils peuvent être motivés par l’intégration réussie d’un membre de leur famille ou de leur communauté villageoise sur lequel ils pourront s’appuyer à leur arrivée.

  • 20 ADLA, B 8741/5.

38Ainsi, Gabriel Lucas, journalier natif de Montoir, déclare au juge, le 26 décembre 1785, qu’il « venoit de Montoir et se rendoit à Nantes pour chercher de l’ouvrage, qu’il se seroit addressé (sic) pour cela à François des Chaumes, son frère utérin qui est corroyeur dans la rue de la Claveurie20 ».

39Cependant, nous pouvons nuancer cette approche car les villes atlantiques bénéficient d’une aire d’attraction accrue du fait des potentialités qu’elles offrent.

  • 21 Stouffer S. A., « Intervening opportunities : a theory relating mobility and distance », American (...)

40La notion d’« occasions » ou d’« opportunités », mise en valeur par S. A. Stouffer21, semble fondamentale concernant l’élaboration du projet migratoire. Nous avons vu précédemment que les villes atlantiques présentaient une palette d’activités plus élargie. Or, ce sont ces opportunités offertes aux populations qui motivent le déplacement.

41Les villes de Lorient et de Nantes arrivent en première position des destinations citées par les personnes appréhendées sur le littoral sud breton entre 1785 et 1790. Aussi, le foisonnement d’« occasions » au sein de ces deux cités devient prépondérant. Vannes ne bénéficie pas d’un tel engouement. Il est vrai que ses activités maritimes et paramaritimes ne sont pas aussi diversifiées que celle des deux pôles précédents qui captent une partie importante du trafic maritime breton. Aussi, la possibilité pour un individu d’exercer plusieurs activités, de trouver des solutions de substitution semble être la motivation principale lorsque celui-ci échafaude son projet migratoire.

Pluriactivité et intégration sociale

42Les potentialités en matière d’activités dans les villes atlantiques ont été mises en valeur précédemment. Toutefois, nous devons nous interroger sur le concept de pluriactivité : en effet, est-il un facteur favorable ou aggravant pour l’intégration de l’individu ? La personne qui pratique plusieurs activités, de manière alternée ou simultanée, fait-elle l’objet de méfiance voire d’exclusion ou au contraire cette mixité professionnelle lui permet-elle de s’intégrer plus facilement en lui procurant un revenu complémentaire ?

  • 22 ADM, B 3703.

43L’individu que l’on ne peut rattacher au domaine du connu peine à s’intégrer dans la société. Il attire sur lui la méfiance ou la crainte. Notre corpus est essentiellement composé de personnes sans attache, en rupture, en tout cas de prime abord. Cependant, en approfondissant les relations qu’ils entretiennent au quotidien, on peut se rendre compte qu’ils bénéficient de manière ponctuelle, de secours, de solidarité. Par exemple, Guy Mathurin Courtel, dont nous avons parlé précédemment, doit son élargissement au certificat parvenu au juge le 21 février 1789 : « J’ai soussigné commis contremaître de M. Birard certifie que le nommé Guy Mathurin Courtelle dit Postillon a servi l’espace de deux années en qualité de journalier et chartier au service du susdit sieur et s’est fidèlement acquitté de son devoir (fait à Lorient le 21 février 1789)22. »

44Aussi, le concept d’intégration ou d’exclusion ne doit pas être perçu comme un état définitif. Il évolue au fil des opportunités saisies, des itinéraires personnels suivis par chaque individu.

45Les potentialités en matière d’emploi mettent en lumière le caractère spécifique des villes atlantiques. La pluriactivité apparaît alors comme un prisme permettant d’analyser les représentations, les opportunités mais également les capacités d’attraction de ces cités et soumet à un nouvel éclairage les notions d’intégration et d’exclusion.

Notes

1 Nières C., Les villes de Bretagne au xviiie siècle. Conditions et formes de développement urbain, thèse de doctorat d’État, université de Paris IV, 1986, p. 290.

2 Le Bouëdec G., « La pluriactivité dans les sociétés littorales, xviie-xixe siècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 109, n° 1, année 2002, PUR, p. 61-90, p. 61.

3 Le Bouëdec G., Le port et l’arsenal de Lorient, de la Compagnie des Indes à la marine cuirassée, une reconversion réussie (xviiie-xixe siècles), t. 2, Paris, Librairie de l’Inde éditeur, 1994, 318 p., p. 257.

4 Archives Départementales du Morbihan (ci-après ADM), B 3703.

5 Poussou J.-P., Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle. Croissance économique et attraction urbaine, Paris, éd. de l’EHESS, 1983, 651 p., p. 163.

6 ADM, B 1334.

7 Cabantous A., Les citoyens du large. Les identités maritimes en France (xviie-xviiie siècles), Paris, éd. Aubier, 1995, coll « Historique », 279 p., p. 95.

8 ADM, B 1279.

9 Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine, C 1135.

10 ADM, B 1279.

11 Ibidem.

12 Le Bouëdec G., « La pluriactivité dans les sociétés littorales, xviie-xixe siècles », dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 109, n° 1, année 2002, p. 61-90, p. 73.

13 Archives Départementales de Loire-Atlantique (ci-après ADLA), B 8741/5.

14 ADLA, B 8741/2.

15 Coquille d’un gastéropode qui servait de monnaie dans l’Inde et en Afrique noire.

16 ADLA, B 5194

17 ADM, B 3703.

18 Le Bouëdec G., « Police et migrants d’une ville portuaire : Lorient au xviiie siècle », dans Police et migrants, France, 1667-1939, textes réunis par M.-C. Blanc-Chaléard, C. Douki, N. Dyonet et V. Milliot, Rennes, PUR, 2001, p. 219-234, p. 224.

19 Rosental P.-A., Les sentiers invisibles, Espace, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, éd. de l’EHESS, 1999, 255 p.

20 ADLA, B 8741/5.

21 Stouffer S. A., « Intervening opportunities : a theory relating mobility and distance », American sociological review, ADM, B 3703.

22 ADM, B 3703.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search