Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Troisième partie. Économie atlantique, pouvoirs urbains, contrôle social

Les réseaux de contrebandiers dans les ports atlantiques de Castille au cours du xviie siècle1

Tomás A. Mantecón Movellán

Texte intégral

  • 1 Cette recherche s’inscrit dans le cadre du projet « Villes en conflit (xvie-xviiie siècles) », fin (...)
  • 2 Selon Adam Smith, chaque régulation du trafic commercial introduit un degré de désordre dans la co (...)
  • 3 Le Tesoro de la lengua castellana de Sebastián de Covarrubias Orozco et le Diccionario de Autorid (...)
  • 4 Hill Ch., Liberty against the law. Some seventeenth-century controversies, Londres, 1996, p. 110 e (...)

1Le contrebandier aurait pu être à bien des égards un citoyen respectable si les lois n’avaient pas transformé en crime ce qui par nature n’en a jamais été un. C’est de cette façon qu’Adam Smith résumait sa perception du phénomène dans son ouvrage connu et influent : Recherche sur la nature des causes de la richesse des nations2. Son interprétation soulignait une ambivalence dans la pratique du commerce illégal qui n’avait pas été relevée par les dictionnaires espagnols de l’époque, qui insistaient fondamentalement sur le caractère anormal de cette activité économique illicite3. Il y avait une illégitimité légale mais une autorisation naturelle à pratiquer la contrebande d’après le célèbre économiste moral britannique. Il est très probable que les appréciations de Smith soient nées de son observation de l’ampleur et de la complexité avec laquelle le phénomène s’est manifesté dans l’Angleterre du xviiie siècle, où la tolérance populaire envers le trafic illicite de marchandises était très grande au point d’inhiber de nombreux magistrats menacés par les contrebandiers ou leur environnement social, de provoquer le triplement du volume du commerce illégal par rapport au commerce légal, et d’en venir à impliquer des membres du clergé, des fonctionnaires et des gouvernants comme Walpole lui-même, intéressé par la contrebande du vin qui arrivait dans la capitale britannique en suivant le cours de la Tamise. Toutes ces pratiques traduisaient la présence importante dans le trafic britannique d’une « liberté contre la loi », comme l’a souligné Cristopher Hill4, inspiré peut-être par Adam Smith.

  • 5 Jütte R., Poverty and deviance in early modern Europe, Cambridge, 1994, p. 153-156.

2Les dimensions de ce phénomène ne durent pas être moindres dans la France atlantique, puisque Jacques Necker en vint à pressentir l’ampleur du problème et à expliquer les tolérances sociales compte tenu du fait que chaque année on trouvait pas moins de 2300 hommes, 1800 femmes et plus encore d’enfants parmi les accusés du délit criminel de contrebande. De semblables proportions ont conduit Robert Jütte à considérer que « la contrebande fut en France une industrie nationale qui employait non pas des centaines mais des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, des civils, des soldats, des fonctionnaires corrompus du gouvernement » et à considérer en parallèle que le commerce illégal fut comparativement moins important dans d’autres pays, sauf en Angleterre « où la contrebande devint pratiquement un sport national au xviiie siècle », en tenant compte du fait qu’en 1773 la contrebande entre la France et la Hollande atteignait le tiers de celle de l’Angleterre avec ces deux pays5.

  • 6 Décrites par Daniel Defoe. Defoe D., The true and genuine account of the life and actions of the l (...)

3L’impressionnante influence du commerce illégal dans la société atlantique étant pressentie, la question à présent est de savoir jusqu’à quel point il est possible d’analyser comment ces manifestations de « liberté contre la loi » étaient propices à la création d’organisations délictueuses, ainsi que la nature et le fonctionnement de ces réseaux de contrebandiers, car évidemment, toutes n’eurent pas la structure, le fonctionnement et la discipline imposés par le légendaire receleur britannique John Wild dans les premières décennies du xviiie siècle6. Une autre question importante découle de l’intention de savoir comment la monarchie aborda le problème de la contrebande et les actions de ces groupes organisés de trafiquants illégaux. Ce n’est qu’à partir de ces perspectives, et au moyen de l’examen de la documentation qui renseigne sur des faits concrets, qu’il est possible de constater ou de nuancer – non pas au plan théorique mais dans la pratique – le point de vue d’Adam Smith.

4L’une des caractéristiques des villes et cités maritimes à l’époque moderne était l’activité aussi bien licite qu’illicite qui s’organisait à partir de leurs ports. Plus le port côtier était intégré à des réseaux commerciaux de grande ampleur, plus les revenus générés par ces activités étaient importants. L’Atlantique était l’espace où à la fin du xvie siècle les rois des mers, Portugais et Espagnols, constataient la pression exercée respectivement par les Hollandais et les Anglais. Les incursions de Francis Drake, aussi bien dans les Caraïbes qu’en Galice, en Andalousie où dans le Pacifique n’avaient fait que l’annoncer. Les Portugais virent comment, à mesure qu’avançait le xviie siècle, les navigateurs hollandais, dotés de navires plus fiables et plus rapides, soutenus par des institutions financières modernes et protégés par leurs compagnies commerciales affaiblissaient peu à peu leur contrôle sur le commerce de l’Océan Indien et les Molluques. Malgré tout, s’il y avait un horizon inévitable pour les villes et cités portuaires de Castille au xviie siècle, et jusqu’à l’aube de la décolonisation de l’Amérique, cet horizon était l’Atlantique.

5À mesure qu’avançait l’époque moderne, les principaux sites portuaires de la Castille atlantique devinrent d’importants centres d’activité économique. À côté des affaires légales s’organisèrent peu à peu des opérations illicites qui favorisèrent la création de réseaux et d’associations visant à satisfaire des intérêts frauduleux. Dans de nombreux cas cette activité s’étendait sur de très vastes espaces, bien au-delà de la ville ou de la cité portuaire. Néanmoins, le quai, la baie et la société portuaire elle-même généraient des cultures portuaires qui contribuaient à créer la marque et l’identité de la société urbaine. De ce point de vue, tout ce qui tournait autour des activités de contrebande fut particulièrement important. Les intérêts économiques auxquels le commerce frauduleux donnait lieu exigeaient le plus grand soin dans la réalisation du trafic et la distribution des produits. Une étude précise des intérêts économiques engendrés par ce type d’activités ainsi que leur portée et leurs répercutions dans la Castille du xviie siècle est aujourd’hui encore une entreprise idéaliste car elle impliquerait un examen minutieux des sources locales. Cela dépasse les objectifs de la présente recherche qui s’attachera à définir les effets sociaux induits par les activités de contrebande dans les zones portuaires de la Couronne de Castille. J’insisterai donc sur les traits les plus saillants de l’organisation des réseaux de contrebandiers. J’aborderai également l’étude des expériences individuelles découlant de la participation à une société délictueuse et, pour finir, je me concentrerai sur la présentation des attitudes de la Couronne au moment de l’arrestation de ces individus.

6La présence et les activités des réseaux de contrebandiers laissaient une empreinte importante dans la société urbaine des ports et influaient aussi et de façon décisive sur les villes et hameaux des environs. Je m’intéresse à tout cela dans les lignes qui suivent à travers l’analyse de la documentation judiciaire produite par des actions de contrebande réalisées dans diverses zones portuaires de Castille au xviie siècle. D’une certaine façon, cette option permet de souligner l’importance de l’un des impacts du commerce colonial dans la société urbaine des points névralgiques de la zone côtière de la métropole, particulièrement dans ses bas-fonds et dans l’organisation et l’entretien de sociétés de délinquants liés à l’activité illicite et au commerce frauduleux.

7Il y a une décennie, l’historiographie a analysé en profondeur les réseaux sociaux par le biais d’études portant sur la parenté ou la sociabilité, y compris les activités économiques, essentiellement commerciales. Selon la qualité des sources documentaires, il fut possible de préciser aussi bien la taille de l’organisation que l’intensité inégale du lien au réseau où ceux qui s’établissaient entre les individus qui en faisaient partie. En outre, le réseau pouvait avoir une nature diverse. Il pouvait même s’agir d’un instrument à partir duquel pouvait être décelée une certaine forme de patronat, dès lors que les membres du réseau montraient à l’évidence qu’ils étaient interconnectés au moyen de liens clientélistes réciproques avec un autre qui agissait comme tête de file de l’organisation : le patron. Dans la société de l’Ancien Régime il n’est pas étonnant de trouver des liens de cette nature, aussi bien pour articuler des factions qui allaient de la Cour jusqu’aux sphères provinciales, que pour structurer des groupes de clientèles dans le cadre local, régional ou provincial.

  • 7 Dans plusieurs articles publiés au cours des années 1990, la revue Past and Present s’est fait l’é (...)

8Sous différentes étiquettes, l’historiographie a fait référence à des phénomènes de « patronnat » qui ont été observés dans presque tous les pays de l’Europe Occidentale7. Les réseaux sociaux pouvaient adopter une articulation différente de celle des relations de « patronnat ». Quoi qu’il en soit, les études du réseau social ont permis de mieux connaître des phénomènes aussi importants que ceux qui ont été signalés ; elles se sont insérées avec succès dans les analyses prosopographiques. Certaines même, confiantes dans la qualité de leurs sources, en sont venues à proposer, dans l’analyse du réseau social, l’étude et l’évaluation quantitative de l’ampleur du réseau mais aussi de la relation entre ses membres et l’intensité des liens entre chacun de ses composants. Je ne doute pas de l’utilité de ces choix mais évidemment il n’est pas facile de trouver les sources documentaires historiques fournissant les précisions quantitatives qu’offrent les recensements modernes et les enquêtes réalisées auprès des populations.

9Lorsqu’il s’agit d’étudier le fonctionnement et l’organisation des réseaux de délinquants, ces procédés sont évidemment peu fiables étant donné le caractère extrêmement fragmentaire de l’information offerte par les documents. Sur ce sujet, les registres judiciaires jouent un rôle fondamental comme sources d’information. C’est à partir de ce genre de sources que j’aborde cette thématique, conscient qu’une analyse quantitative semblable à celle que propose la sociologie moderne ou les études prosopographiques, ne sera pas possible ; mais conscient également du fait que les registres judiciaires soient les documents qui renseignent le mieux sur l’organisation de ces réseaux délictueux, sur la solidité du réseau et sur le degré de dépendance, ou au contraire d’autonomie, de chaque membre du réseau par rapport à l’ensemble ou à ses chefs.

Les réseaux de contrebandiers et les intérêts de la Couronne

  • 8 Rafael Escobedo, rassemblant les derniers apports bibliographiques sur cette question, a souligné (...)
  • 9 Santana G., « Importancia géoestratégica de Canarias a través de la actuación de los holandeses du (...)

10De récentes publications centrées sur l’étude du commerce illicite en Espagne ont souligné les conditions initiales requises pour le développement de la contrebande. On a mis en évidence l’existence d’une vaste frange côtière de la Péninsule, une ligne frontalière avec le Portugal, des endroits difficilement contrôlables dans la Gibraltar britannique du xviiie siècle, ainsi que dans la non moins britannique Minorque ou dans les régions frontalières basques et navarraises8. Les Îles Canaries furent un endroit privilégié pour la prolifération de la contrebande tout au long de l’époque moderne et les Hollandais en furent conscients dès la fin du xvie siècle, une fois leur indépendance acquise, en temps de paix, certes, mais même en temps de guerre ouverte avec la monarchie hispanique, époques où les territoires insulaires de l’Espagne participaient encore au trafic de produits originaires de la Baltique9.

11Au cours de la période d’expansion atlantique aussi bien de la Couronne de Castille que de celle du Portugal, les îles, inscrites dans des schémas économiques vastes entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique, jouèrent un rôle clé et parvinrent également à développer un système insulaire intégré. Celui-ci, néanmoins, fut non seulement fragile et changeant tout au long des siècles de l’époque moderne, mais aussi, dans une large mesure, dépendant des directions des circuits commerciaux dans lesquels il s’intégrait. Cela avait deux effets importants : d’un côté, une présence déterminante d’étrangers, et de l’autre, les commerçants qui arrivaient essayaient de maximiser les potentialités qu’offrait l’activité commerciale. Ces deux facteurs, associés à la place centrale que l’archipel canarien occupait dans le trafic entre la métropole espagnole et ses colonies d’outre-mer, agirent comme des stimulants dans le développement d’un commerce illégal actif. Les îles constituaient un tout économiquement relié à Séville et les destinations américaines. La contrebande suivait les mêmes circuits que le commerce légal et était dirigée par les mêmes individus que le commerce légal.

12La présence de commerçants génois dans les îles de l’Atlantique est observable au xive siècle. Elle ne faiblit pas au cours des trois cents années suivantes, mais la présence de marchands étrangers se diversifia. Tant à Madère et aux Açores que dans les Canaries, après les commerçants génois et flamands, apparurent des colonies de Hollandais, d’Irlandais, de Français et d’Anglais, attirés par un trafic intense, en augmentation entre les îles et le continent, et enrichi par le commerce colonial. De plus, le rôle d’intermédiaires joué par les Îles Canaries servait aux portugais pour s’introduire dans le commerce avec les Caraïbes et tirer profit des chargements, en générant néanmoins tout un mouvement de produits entre les îles castillanes et portugaises, dont les Canaries étaient l’épicentre, point de référence également pour un commerce européen qui cherchait une porte dérobée afin d’avoir accès aux colonies espagnoles. Les ventes fictives de navires réalisées par des marchands portugais auprès d’hommes de paille canariens dissimulaient la présence de transporteurs et de produits étrangers qui, dans les îles, échappaient aux contrôles sévillans dans une proportion qui n’a pas encore été quantifiée. Mais ces stratagèmes ne furent pas les seules façons d’échapper aux contrôles de la Couronne sur le trafic avec les colonies américaines.

  • 10 Apparemment aucune limite ne put s’appliquer aux natifs de la Couronne d’Aragon, car il était ente (...)

13L’active participation d’étrangers dans le trafic entre l’Europe et les colonies d’outre-mer de la Castille fut une constante tout au long des siècles de l’époque moderne bien que la Couronne ait toujours visé, avec des arrière-pensées certainement mercantiles, un monopole du trafic qui devait être exercé par des espagnols ou des « naturalisés », c’est-à-dire « des personnes installées dans les royaumes de Castille, depuis dix ans, […] sur des bateaux appartenant à des ressortissants de ce pays et non sur d’autres », comme le recommandait la disposition royale du 15 février 1504, ou à « ceux qui sont basés à Séville, Cadix ou Jérez et “qui ont de bonnes racines et qui sont des individus installés dans ces royaumes depuis quinze ou vingt ans”, comme le recommandait un brevet du roi promulgué à Toro le 8 février 1505. Une disposition royale de Philippe II promulguée le 21 février 1562 rétablissait l’obligation des dix ans de résidence permanente dans les royaumes de Castille – et pas seulement dans les villes mentionnées plus haut – et le mariage avec une femme originaire de ces endroits. Par ailleurs, depuis 1620, “tout fils d’étranger, né en Espagne [que l’on appelait jenizaro]”, est véritablement originaire et naturel de ce pays », ce qui ne résolut pas le problème et n’atténua pas les nombreuses tensions qui se produisirent au cours des années suivantes entre marchands « nationaux » et « naturalisés10 ».

14Le projet délibéré de la monarchie de réguler ce trafic était de mieux fournir en produits de base les colons espagnols en Amérique, ceux que l’on connaissait aux Indes sous les noms de beneméritos, cachupines ou chapetones. L’ambiguïté avec laquelle on affrontait le problème et qui obligeait de temps à autre à tenter de le clarifier, donne une idée de la complexité à déterminer les intérêts monarchiques découlant du fait d’exercer un contrôle authentique et efficace, ce qui continua de préoccuper le législateur au xviiie siècle.

  • 11 Diverses monographies sur le commerce colonial ont souligné le pragmatisme avec lequel le problème (...)

15Cet objectif monopolistique de la Castille était tout à fait en harmonie avec les bulles alexandrines de 1493 qui octroyaient la mission coloniale et avec la volonté des monarques exprimée en termes juridiques par la législation postérieure à la disposition royale du 15 février 1504, qui excluait les étrangers du commerce colonial. Les lois édictaient des principes, mais dans la pratique il y eut des investisseurs et des hommes d’affaires florentins et génois derrière le financement des voyages de Colomb et, bien avant que le xve siècle ne touche à sa fin, ceux-ci jouirent également de positions qui leur permirent, directement ou indirectement, de participer au commerce des Indes. À l’époque où fut rédigée cette disposition royale, les « non naturels » dont le texte légal essayait de contrôler la participation dans le commerce américain, étaient essentiellement les Flamands. La Couronne, malgré l’objectif global déclaré de contrôler le commerce américain à travers commerçants et navires « nationaux » imprégna donc également ses politiques concrètes de grandes doses de pragmatisme en reconnaissant l’existence du trafic conduit par des « non nationaux », aussi bien légal, par le biais d’une licence spécifique octroyée par la Casa de Contratación ou par la naturalisation des marchands, qu’illégale, tout en essayant d’en réduire les effets nocifs pour les intérêts de la monarchie11.

  • 12 Voir García Baquero A., « Los extranjeros… », op. cit., p. 94-95, 97.

16De nombreux témoignages faisaient déjà allusion dans la deuxième décennie du xviie siècle au contrôle exercé par les marchands étrangers participant au trafic commercial avec l’Amérique. En 1619, Sancho de Moncada, s’aperçut déjà que les neuf dixièmes des marchandises exportées vers les Indes étaient négociées par des étrangers. Deux décennies plus tard, un autre témoignage, celui de Pellicer de Ossau parlait de l’énorme fiction que dissimulaient les quelques deux milles maisons de commerce étrangères installées à Séville et reliées à toute l’Europe, servant de couverture à des affaires apparemment espagnoles mais en réalité étrangères dans leur presque totalité. Martínez de Marta l’exprimait de façon très imagée lorsqu’il expliquait que les commerçants « nationaux » devenaient les « aqueducs qui faisaient couler l’argent mais qui ne gardaient que l’humidité après son passage ». Certains, néanmoins, comme le consul français à Cadix en 1686, voyaient dans ce phénomène la conséquence d’une politique subtile déployée par la monarchie pour réguler de façon diffuse une activité qui échappait aux capacités des marchands castillans, et en retirer toutefois quelques bénéfices12.

  • 13 Santana G., « La importancia… », op. cit., p. 625.

17Les Hollandais parvinrent à maintenir leurs contacts commerciaux avec les îles de l’archipel hispanique avant la Trève des Douze Ans, en déjouant les contrôles de la Couronne, après la paix, bien entendu, mais également lorsqu’éclata la guerre de Trente Ans, bien que le conflit empechât les Néerlandais de consolider leurs positions commerciales insulaires, quelque chose que la Paix de Münster vint rendre possible, et surtout, les traités commerciaux bilatéraux ultérieurs, permettant au consulat de Hollande dans les îles d’être l’une des premières institutions de ce type fondées par des étrangers dans l’archipel. Les hostilités hispano-britanniques du milieu du xviie siècle, franco-espagnoles jusqu’au Traité des Pyrénées et luso-hispaniques jusqu’à la reconnaissance en 1668 de l’indépendance du Portugal, puissance rivale de la Hollande, favorisèrent les activités des commerçants néerlandais dans les îles13.

18Certains des dossiers judiciaires traités par la justice royale permettent d’imaginer l’importance non seulement du volume et des produits des activités, légales ou non, développées par des étrangers dans le cadre du trafic entre colonies et métropole, mais aussi les dimensions plus humaines du problème, car à partir de ces documents on peut évaluer l’étendue des réseaux que le trafic des marchandises illicites articulait et ce que cela supposait pour que les marchandises et les contrebandiers échappent aux contrôles fiscaux de la monarchie. L’un de ces dossiers concerne un Hollandais nommé Cornelio Suinsquens à Ténérife au milieu du xviie siècle.

  • 14 Le dossier concernant Suinsquens se trouve aux AGS, CC, dossier 1941, doc. 1.
  • 15 Santana G., « La importancia… », op. cit., p. 631-632.

19Le 11 décembre 1659, le Tribunal Royal des Canaries condamna Suinsquens à huit ans de bannissement des royaumes de Castille, outre le paiement de 8 000 ducats pour prix des produits des Indes qu’il avait « détournés » et introduits sans qu’ils aient été contrôlés, en pratiquant une sorte de négoce semblable à celui « d’autres étrangers qui les faisaient sortir d’Espagne sans payer les droits royaux correspondants aux Tablas de Indias14 ». Après la sentence le condamnant, Suinsquens fit appel devant le Conseil des Finances. La cause suivait son cours devant le Conseil lorsque, avant l’exécution de la peine, cet homme, craignant une sentence défavorable, implora la clémence du roi, sans même reconnaître qu’il avait commis un délit et « rien que pour se racheter de la vexation et de l’embarras causés par ce procès, conscient du fait qu’il n’y a dans cette affaire d’autre plaignant ni autre partie intéressée que les Finances Royales ». Il s’offrait à servir au roi une quantité qui serait jugée « appropriée », mais il demandait que soient restitués à ceux qui s’étaient portés caution les biens qui leur avaient été saisis et que l’on procède à leur libération. Il rappelait qu’il était arrivé à Ténérife avec la flotte du général don Diego de Egues, « qui brûla la Marine anglaise », rendant service à la Couronne de Castille. Précisément dans les années 1650 plusieurs navires hollandais coopérèrent pour éliminer les actions corsaires britanniques dans l’archipel canarien. Au cours de cette décennie, plusieurs embarcations anglaises furent capturées par les Néerlandais15. Évidemment, cette collaboration avec les autorités espagnoles allait dans le sens de son propre intérêt. L’un de ces arguments dut être efficace car Suinsquens obtint la commutation de sa peine par la Chambre de Castille, échappa complètement aux années de bannissement, s’engagea à payer 200 ducats à la Chambre et en outre à indemniser les Finances Royales par le paiement de 80 000 pesos en compensation des « produits détournés », qu’il ne put éviter de payer à la Couronne.

  • 16 D’après Assadourian la traite des noirs favorisait l’obtention de sommes avoisinant les 100 % de b (...)
  • 17 Particulièrement dû au déplacement de cette activité que subirent les commerçants portugais à caus (...)
  • 18 Zacarías Moutokias a démontré l’importance de l’activité de contrebande comme une composante inhér (...)
  • 19 Lobo M., Torres M. E., « Los extranjeros en Canarias durante el Antiguo Régimen », dans IerColloqu (...)

20Avant l’Ordonnance Royale du 9 décembre 1657 qui renforçait la vigilance avec ce genre de fraudes, le contrôle de la contrebande des produits en provenance des Indes était moins strict. Suinsquens avait été détenu dans le cadre d’un coup de filet pratiqué à l’encontre de commerçants hollandais qui détournaient des marchandises, principalement des produits textiles, mais aussi des teintures végétales d’une très grande valeur ajoutée, du sucre et du tabac en provenance d’Amérique et à destination de la Hollande, sans payer d’impôts en Espagne. L’intérêt produit par cette activité sur les produits non métalliques en provenance des Indes était donc complémentaire de celui que générait l’argent – instrument de paiement, sans versement de la « quinte-part », de la traite des noirs qui depuis La Plata étaient répartis à l’intérieur du pays et dans les régions minières de la vice-royauté du Pérou16 – et des motivations qui conduisaient les marchands nordiques à s’introduire dans le très actif et très lucratif trafic légal, et surtout dans le trafic illégal qui s’organisait dans le cône sud latino-américain autour du Rio de la Plata et des comptoirs brésiliens17, ports de l’Atlantique également, où la corruption était un phénomène endémique au xviie siècle, comme l’ont démontré les études locales18. Précisément, depuis le milieu du xviie siècle et particulièrement depuis la sécession portugaise par rapport à la monarchie hispanique, les Hollandais tentèrent de tirer profit de l’érosion de l’activité commerciale portugaise dans l’archipel castillan et des effets négatifs que les tensions franco-espagnoles eurent pour la nombreuse colonie française des îles jusqu’au Traité des Pyrénées19 et, plus tard, dans le cadre de la Guerre de Dévolution.

  • 20 Germán Santana a fourni des informations sur quelques autres exemples remontant aux années 1660. S (...)

21Revenons à l’une des escales de ce trafic compliqué et complexe qui amenait les Hollandais à se créer des horizons commerciaux en Atlantique et à s’introduire directement ou non dans les Indes, à Ténérife et dans le réseau de contrebandiers touchés par la procédure judiciaire contre Suinsquens. Le protagoniste le plus important dut être un marchand hollandais basé à Cadix, nommé Fadrique Falconero et le consul néerlandais aux Canaries lui-même, également commerçant, Juan Renflens, qui se trouvaient expressément mentionnés par la procédure engagée contre leur compatriote. Ce n’était pas la dernière fois que les consuls hollandais de l’archipel se trouveraient impliqués, comme accusés, dans des procédures destinées à éviter le commerce frauduleux20.

22Les activités de ce réseau de contrebandiers dans le port même de Ténérife furent décrites par un témoin originaire de l’île, nommé Alonso Hernández, qui expliqua à la justice insulaire que « depuis l’arrivée au port de cette flotte en provenance de la Nouvelle-Espagne et son déchargement, il vit le port de Santa Cruz fréquenté par de nombreux navires hollandais et quelques marchands de cette même nation, parmi lesquels se trouvaient Fadrique Falconero, Cornelio Seynsquens, Juan de la Jaya et Juan Renflens, consul de cette nation qui se trouvait dans cette île lorsqu’arriva la flotte en question. Il sait que tous firent affaire avec les Espagnols qui transportaient cette marchandise, en leur achetant les produits qu’ils possédaient, lesquels étaient transférés ouvertement dans les navires hollandais qui se trouvaient au port, qu’ils quittèrent chargés avant que notre seigneur magistrat n’arrivât sur cette île ». Alonso Hernández poursuivait son récit en indiquant le procédé utilisé par les Hollandais pour échapper aux contrôles établis par les autorités portuaires.

  • 21 AGS, CC, dossier 1941, doc. 1, feuillet 19 et suiv.

« Armés de mousquets, les soldats de la flotte qui avec leurs corps de garde et leurs patrouilles nocturnes étaient les maîtres de la marine et pouvaient embarquer ou débarquer ce qu’ils voulaient, prenaient possession, de jour comme de nuit, pour les embarquer, aussi bien avec des barques hollandaises qu’avec des barques espagnoles, des deux tiers des produits que la flotte avait déchargés à cet endroit. Ce témoin vit lesdits marchands […] et les espagnols de la flotte qui leur vendaient leurs produits, aller et venir de nombreuses fois entre les navires hollandais sur lesquels étaient chargées ces marchandises, telles que du sucre, de la cochenille et d’autres choses transportées dans des caisses, des cuirs, des balles de tabac qu’ils transportaient de la cale d’un navire hollandais à un autre21. »

  • 22 Au moins trois fois plus élevée, d’après le consul hollandais dans les îles au milieu du xviie siè (...)
  • 23 Escobedo R., « Sospechosos habituales… », op. cit., p. 317.

23Apparemment, les marchands hollandais, pour échapper à une pression fiscale qu’ils jugeaient abusive, comparée à celle pratiquée dans les ports de la Péninsule22, ancraient leurs navires à une certaine distance du port. Le jour, rien ne laissait soupçonner qu’à l’intérieur des navires puisse se réaliser la moindre activité. Néanmoins, d’après le même témoin, « les produits étaient transportés de nuit, discrètement, sans payer de droits, et étaient chargés sur les navires qui étaient les plus proches de la terre, pour être ensuite transportés en barque vers les bateaux qui se trouvaient plus loin, lesquels, une fois chargés, sortaient du port sans licence et sans payer de droits ». Ces commerçants nordiques pratiquaient donc un système basé sur le principe des vases communicants, consistant à transférer les marchandises depuis les navires les plus proches de la côte jusqu’à ceux qui en étaient le plus éloignés. Ce système diffère un peu de la méthode décrite par Rafael Escobedo pour qui un navire-mère est alimenté par des chaloupes, de nuit. Cette formule, qui apparemment fut en usage dans les ports côtiers de la Péninsule, faisait de Gibraltar, après la Traité d’Utrecht, un énorme navire-mère autour duquel gravitait une active contrebande23.

24Quoi qu’il en soit, à Ténérife, une fois chargés discrètement – fruit de l’intense activité nocturne des chaloupes, des barques et du fonctionnement du système de vases communicants déjà décrit – les navires hollandais prenaient la mer sans avoir reçu la visite de gardes ou d’inspecteurs et sans disposer de la moindre licence pour partir.

  • 24 AGS, dossier 1941, doc. 1, feuillets 19-21.
  • 25 Santana G., « La importancia… », op. cit., p. 626.

25Néanmoins, la connivence des contrebandiers avec les gardes locaux était clairement mise en évidence par des témoins qui exprimaient leur surprise aux juges locaux du tribunal insulaire devant le fait que « bien que du château l’artillerie leur eût tiré des balles, aucun témoin ne vit un projectile atteindre sa cible et aucun bateau revenir à terre24 ». Le témoignage d’Alonso Hernández ne restituait pas, néanmoins, toute la complexité des relations entre l’administration espagnole et les navigateurs hollandais croisant autour des îles, surtout parce que tout n’était pas contrebande, il y avait aussi une activité corsaire conduite par des Hollandais et combattue par l’artillerie des navires espagnols25. Malgré tout, même après la mort de Philippe IV, et malgré les initiatives mercantilistes prises par Olivarès, les relations internationales favorisaient le rapprochement hispano-hollandais, en opposition aux prétentions françaises sur les Pays-Bas, et cela joua en faveur de la participation néerlandaise au trafic commercial canarien.

26La détention de Suinsquens et son jugement, ainsi que les références à l’organisation des contrebandiers qui mettait en relation les marchés américains avec Cadix ou Séville en passant par l’archipel des Canaries et depuis les ports andalous jusqu’à ce cœur commercial de l’Europe qu’étaient les Pays-Bas, a de ce fait, une valeur ajoutée, car elle donne une idée du degré d’intégration de ces complexes réseaux de contrebandiers qui dans le négoce frauduleux mettaient en relation le grand marchand responsable des longues traversées outre-mer, les commerçants étrangers et leurs institutions commerciales, et de plus, bien entendu, mais participant dans une proportion infiniment moindre aux bénéfices, tout un maillage social de fonctionnaires de justice bienveillants et corrompus. C’est précisément cette dernière caractéristique qui permet d’expliquer la grande tolérance sociale vis-à-vis des activités de contrebande, puisque, particulièrement dans le type de commerce illégal que j’ai décrit, le gros des produits illégaux ne restait pas sur les marchés locaux et régionaux mais était destiné à de plus vastes marchés du Nord de l’Europe.

  • 26 À Buenos Aires, en 1671, le capitaine Miluti accepta de payer 35 000 pesos entre la licence et la (...)

27Ayant connaissance de l’existence de toutes ces pratiques, la Couronne, comme on le voit dans le cas de la commutation de la peine qui aurait dû revenir à Cornelio Suinsquens pour ses activités délictueuses et ses pratiques illicites de marché, se contentait d’infliger une légère punition au délinquant pris en infraction et de récupérer une amende conséquente pour compenser, au moins en partie, les pertes de nombreuses autres traversées qui n’étaient pas interceptées par les contrôles ordinaires. D’une certaine façon, si l’activité illicite rapportait de magnifiques bénéfices aux contrebandiers, la Couronne, éventuellement, réclamait sa part du gâteau d’un trafic frénétique autour des îles. Il n’est pas prouvé qu’aient pu s’établir des pactes tacites entre la Couronne et les contrebandiers étrangers du type de ceux que, apparemment, la pratique de la grâce parvint à générer en Amérique Latine, où, comme le décrit Zacarías Moutokias, le paiement de la grâce pouvait se produire avant la tenue de la commission du délit de contrebande et dépassait de beaucoup la valeur du chargement, ce qui donne une idée de l’ampleur disproportionnée que devait impliquer le chargement frauduleux26. Toutefois, les procédures judiciaires engagées dans divers tribunaux, depuis le tribunal insulaire jusqu’à la Chambre de Castille, en passant par le Conseil des Finances, donnent une idée de la complexité des négociations établies sur ce sujet entre la Couronne et les contrebandiers.

Les pièces moins indispensables du réseau de contrebandiers

28Le rapport contre Suinsquens renseigne sur les relations compliquées entre la Couronne et les contrebandiers, dans des cas, comme celui-ci, où le réseau arrivait à couvrir un vaste éventail d’options et où les affaires frauduleuses pouvaient offrir de multiples occasions de bénéfices lucratifs non seulement pour les contrebandiers mais aussi pour les gardes et les fonctionnaires chargés d’exercer le contrôle, et même pour la Couronne, à travers ses interventions par la voie de la grâce. Néanmoins, les produits frauduleux avaient besoin, outre de grands hommes d’affaires, comme ceux qui furent impliqués dans le réseau de Suinsquens, de petits agents, entreposeurs et distributeurs locaux, dont l’activité s’avérait indispensable pour garantir la bonne marche de l’entreprise. Ces fonctions étaient indispensables pour soutenir l’activité frauduleuse, mais ce qui l’était moins, c’étaient les personnes qui allaient les remplir, car l’approvisionnement local des produits de la fraude ne dépendait pas personnellement d’elles. Elles étaient les pièces du réseau qui pouvaient être remplacées de façon relativement facile.

  • 27 Cette question fut évidente dans le cas du voleur et contrebandier Juan José Fernández Castillo da (...)
  • 28 Le dossier de cette affaire se trouve aux AGS, CC, dossier 1996, doc. 5.

29L’existence de ces pions de moindre importance dans les réseaux de contrebandiers fut une constante dans les villes portuaires de l’Atlantique espagnol. En général, il s’agissait de personnes parfaitement intégrées dans la société urbaine locale et, si la nature frauduleuse de leurs affaires venait à être connue dans leur communauté de référence, il arrivait fréquemment que, loin de leur causer des problèmes, cela contribuait à leur meilleure intégration sociale dans le voisinage qui comprenait que le commerce illégal contribuait à un meilleur approvisionnement de produits les plus divers et à des prix meilleurs que sur les marchés locaux27. Malgré tout, les responsables de la justice tissaient également un réseau d’informateurs issus du peuple dont les dénonciations facilitaient l’intervention des forces de police et la défense des intérêts de la Couronne. L’un de ces délateurs locaux était le pêcheur de La Corogne Pedro López, qui au printemps 1673 identifia son voisin le cordonnier Pedro de Santos, âgé de trente-deux ans, comme celui qu’il avait vu en train de charger sa charrette de barils à une heure indue. Ayant interrogé le cordonnier sur ce qu’il faisait, celui-ci lui répondit qu’il transportait des barils de sucre. D’après le délateur, ce que son voisin s’empressait de transporter, c’était cinq barils de sucre, des voiles et des cordages des navires royaux, des verres, de la laine… produits provenant tous d’un navire marchand amarré dans le port et qui furent plus tard retrouvés chez le cordonnier dans sa maison de Garas, un quartier de La Corogne situé extra-muros28.

  • 29 AGS, CC, doc. 5, feuillets 5 v.
  • 30 AGS, CC, doc. 5, feuillets 7-8 v.

30Il y avait alors dans le port de La Corogne des réseaux de délinquants qui favorisaient le bon fonctionnement du trafic de produits volés sur des navires ou en provenance du commerce illicite. Cela mettait en relation marchands, voleurs, entreposeurs et redistributeurs de ces marchandises. Pedro Santos agissait comme entreposeur dans l’un de ces réseaux. L’un de ses domestiques dit qu’il savait que nombre des produits qui entraient et sortaient de chez son maître avaient été apportés ici par des « gens de mer29 ». Le cordonnier galicien recevait certainement chez lui à une heure indue des marins aux manières très rudes, dont les intentions étaient très peu claires pour ses voisins. Le 17 mars 1673, entre minuit et une heure du matin, un groupe d’hommes avait frappé à sa porte en lui criant de leur donner du vin sinon ils enfonceraient la porte. Interrogé par la justice, Santos déclara que ces gens venaient chez lui pour boire du vin et qu’ils y avaient mis quelques barriques et d’autres objets contre sa volonté. D’après ses aveux, « entre dix et douze hommes, le visage teint en noir, il ne sait si c’était de l’encre, de la suie ou s’ils étaient noirs, chacun d’eux portant épée et deux pistolets […] lui demandèrent de garder cette marchandise jus-qu’au matin, sans quoi ils le tueraient […]. Ils partirent, et le lendemain, samedi, le déclarant se leva et alla à son travail et ensuite fut informé que le chef de la police était allé chez lui pour y reprendre la marchandise en question afin de la restituer à ses propriétaires30 ».

  • 31 AGS, CC, doc. feuillet 17 v.

31De cette façon, le cordonnier de La Corogne essayait d’éluder ses responsabilités criminelles. Pour cela, il jouit d’une certaine protection de la part de ses voisins car ceux-ci déclarèrent qu’ils n’avaient jamais eu connaissance que chez cet homme on ait gardé des objets volés et que ce jour-là, « il est notoirement connu que dans cette ville des vols ont été commis et que les maisons du capitaine don Juan de Rojas et de don Diego Pedrera ainsi que la boutique de Pedro Lierce ont été investies et saccagées, mais le témoin ne sait pas et n’a pas entendu dire qui a commis ces vols et ces saccages31 ». Cela veut dire que, si chez le cordonnier on a trouvé des marchandises volées ou illégales, ce n’était pas grâce au savetier mais à cause de la menace de délinquants qui avaient agi les jours derniers dans le voisinage. Après audience contradictoire, le tribunal de La Corogne condamna Santos en septembre 1673, tout d’abord à six ans de bannissement de la ville, puis à quatre, en plus des frais de procès, et au paiement d’une amende de cent ducats. Deux ans plus tard, néanmoins, la Chambre de Castille décida de commuer la peine contre le savetier. Ainsi, Santos échappa au bannissement, bien que pour cette raison il eût à payer à la Chambre la somme de trente ducats, afin d’éviter l’exil et, pour l’inciter, peut-être, à ne pas retourner aux affaires illégales grâce auxquelles il complétait les revenus qu’il obtenait en tant que cordonnier.

32Le procès contre Pedro de Santos renseigne autant sur les arguties permettant d’éviter les contrôles exercés par les gardes sur la distribution des marchandises illégales que sur les appuis sociaux sur lesquels le contrebandier pouvait compter, malgré l’existence d’informateurs issus du peuple et, finalement, sur les possibilités de réparer les dommages causés à la Couronne et d’obtenir une réhabilitation par le biais de la grâce. De la même façon que les officiers de justice purent compter sur des informateurs locaux comme le pêcheur de La Corogne, Pedro López, en 1673, déjà mentionné, pour procéder à l’arrestation et au jugement des entreposeurs et redistributeurs des produits de la contrebande, il existait aussi, chez les représentants de la justice, des gardes, des alguazils, des voyers…, des officiers corrompus qui plaçaient certains de ces serviteurs du roi dans d’importants réseaux de contrebande. Certains de ces officiers corrompus jouaient un rôle fondamental aussi bien en oubliant leurs fonctions d’inspection et de contrôle que par leur activité de réception et de distribution des marchandises illicites.

  • 32 AGS, CC, dossier 1781, doc. 21, feuillet libre.

33Une fois qu’étaient établis les premiers doutes sur ces officiers de justice corrompus, lorsqu’ils faisaient l’objet de procédures judiciaires, normalement un procès était entamé pour détournement de biens sociaux qui ne s’achevait pas avec le premier procès criminel contre leurs personnes. Ce qui commençait comme une activité dans laquelle on s’initiait sur de petites quantités, et poussé aussi bien par l’intérêt personnel que par la nécessité, devenait un commerce illégal mais qui pouvait rapporter des bénéfices économiques intéressants à un intermédiaire ou à un officier royal corrompu. Un alguazil madrilène nommé Pablo Jerónimo de Fuertes exposait en août 1629 devant la Chambre de Castille que s’il était devenu délinquant c’était pour « subvenir aux besoins de sa femme et de ses deux filles en âge de se marier, mais qu’il n’avait d’autre capital ni bien que l’exercice de son métier, qu’il n’a pas pratiqué depuis trois mois », depuis qu’a été engagée contre lui une procédure judiciaire. Selon lui, en venir à trahir l’obligation de service due au roi « a eu pour effet de le mettre dans le plus grand besoin ». Néanmoins, « en considération de ce qui a été dit et des preuves de l’insignifiance ou de l’inexistence de sa faute qu’il a présentées à sa Majesté, (il) supplie humblement Votre Grâce de lui accorder son pardon [la grâce qu’il sollicite], sans pour autant qu’il lui soit demandé ou retiré de l’argent, ce qu’il accueillera avec la plus grande reconnaissance32 ». Dans un premier temps, la grâce qu’il sollicitait lui fut refusée, mais après qu’il fut à nouveau présenté devant la Chambre de Castille, elle lui fut octroyée avant la fin du mois d’août 1629, avec l’obligation, néanmoins, d’indemniser pécuniairement le tribunal castillan.

34La raison des soucis de ce vieil alguazil madrilène de plus de quarante ans était qu’après avoir dénoncé l’un de ses compagnons, également alguazil de la ville de Madrid, Martín de Guevara, « pour avoir soutiré l’argent du royaume et autres choses », il décida de se corrompre et d’aider son compagnon à éviter la sévérité avec laquelle la justice punissait ces délits. Il hébergea Guevara chez lui et le cacha dans « des pièces à l’écart » où il fut trouvé et arrêté en compagnie de son protecteur. Cela détruisit quelque peu la fidélité de Pablo Jerónimo au roi et lui valut d’être l’objet d’une procédure judiciaire qui le priva un temps de son métier et de son revenu. De semblables contretemps et des occasions de se corrompre apparaissaient dans de nombreuses circonstances. Ils brisaient la loyauté des fonctionnaires du roi et trouvaient dans ce secteur de l’administration des éléments susceptibles d’alimenter les réseaux de contrebandiers et de leur permettre d’échapper aux contrôles mis en place par la Couronne pour éviter le trafic de marchandises illégales.

  • 33 AGS, CC, dossier 1776, doc. 3, s.f.

35Au cours des xvie et xviie siècles, le port de Séville offrit d’innombrables occasions de voir apparaître des pratiques illicites de cette nature et pour que d’anciens gardes, inspecteurs, voyers ou alguazils chargés de protéger les droits du roi entament un processus de déviation sociale et viennent grossir les rangs des distributeurs et entreposeurs illégaux qui alimentaient les quartiers de la ville andalouse. En 1630, Juan Suárez, un habitant du quartier de Triana qui avait servi comme alguazil du tribunal de l’Amirauté, à présent retiré, servait dans une confortable maison de la ville. Il avait déjà deux procès en instance devant le tribunal de Séville à cause de ses affaires délictueuses. Au début de l’année, le 1r février, il fut dénoncé en compagnie d’une domestique de la même maison parce qu’on avait trouvé dans leur chambre plusieurs ballots contenant des produits illicites. Ces deux domestiques remplissaient des jarres d’olives avec des ballots de tissu pour les envoyer comme marchandises frauduleuses aux Indes. Une esclave noire appartenant à Suárez avoua alors qu’à plusieurs reprises, elle avait vu un groupe d’hommes décharger des ballots d’étoffe à la porte de la maison de son maître, qui allait et venait à ses affaires et à ses marchandises. Il fut alors condamné par le tribunal de Séville à quatre ans de bagne dans une forteresse, et eut à payer une amende de 50 000 maravédis à la Chambre de Castille33.

  • 34 AGS, CC, dossier 1776, doc. 3, s.f.

36Cette condamnation ne dut pas affliger l’ancien alguazil sévillan puisque un peu plus tard, à la fin du mois de mai de la même année, une autre procédure judiciaire était ouverte contre lui. Ses affaires déclenchaient des rumeurs qui alertèrent de nouveau la justice. En outre, plusieurs témoins le reconnurent dans un groupe de plus d’une vingtaine de contrebandiers qui, tous armés d’une escopette et de pistolets, voulurent, dans la nuit du 22 mai, introduire de la marchandise frauduleuse dans le Saltadero del Carmen. Les gardes et d’autres personnes les en empêchèrent, s’emparant de plusieurs barils de marchandises illégales, mais cela se fit violemment car lorsque les contrebandiers furent arrêtés et qu’il leur fut demandé ce qu’ils transportaient, ils résistèrent, donnèrent des coups de couteau et de pistolet, l’un des projectiles atteignant un garde qui mourut quelque temps plus tard34.

  • 35 AGS, CC, dossier 1776, doc. 4, feuillets 16 v-20.

37La patrouille de « l’alguazil des vagabonds » s’était déployée à la porte du Roi « dans l’attente de quelque action des introducteurs de produits de contrebande35 » car on avait informé le vicomte de Corsana, don Diego Hurtado de Mendoza, corrégidor du tribunal de Séville que cette nuit on allait introduire ou faire sortir des marchandises frauduleuses de Séville. Le maire arriva et demanda à la patrouille de descendre vers le fleuve et de prendre place à bord de bateaux car la marchandise arriverait par le fleuve.

38La patrouille obéit et arriva au Saltadero del Carmen où ils redescendirent à terre et tombèrent aussitôt sur un homme qui conduisait quatre chevaux chargés « de marchandise ». Lorsque la patrouille arriva, une première échauffourée avait déjà eu lieu entre gardes et contrebandiers. L’un des gardes fut retrouvé blessé. L’affrontement se poursuivit. Certains voulurent sortir leur pistolet et tirer. Des gens arrivèrent, mais les contrebandiers étaient nombreux, organisés et bien armés. Juan Suárez fut reconnu comme l’un des contrebandiers mais put démontrer qu’il n’avait pas fait partie de ceux qui avaient blessé le garde ni menacé avec leurs escopettes, et l’on ne put même pas démontrer sa participation directe dans le transfert frauduleux. Malgré tout, craignant une sentence défavorable, l’ancien alguazil implora sa grâce à la Chambre de Castille aussi bien pour la première procédure que pour la deuxième qui avait été engagée contre lui par le tribunal de Séville. La Chambre rejeta par deux fois la demande de Suárez mais finalement, le 3 février 1631, elle commua les quatre années de bagne en une peine financière au profit du haut tribunal castillan.

  • 36 AGS, CC, dossier 1776, doc. 12, s.f.

39L’audace avec laquelle ces contrebandiers affrontaient les gardes et les rondes nocturnes n’était pas exceptionnelle mais plutôt une norme connue par les serviteurs de la justice dès qu’elle se trouvait confrontée aux trafiquants. Les protagonistes de ces rencontres étaient fréquemment des hommes comme Suárez, c’est-à-dire des redistributeurs des marchandises illégales qui étaient transportées de nuit sur des chaloupes, camouflées, prêtes à être embarquées ou, au contraire, qui échappaient à l’action des voyers du roi et qui, déjouant l’inspection étaient déchargées des navires à destination des marchés urbains locaux. Il n’était pas nécessaire d’avoir un passé comme celui de Suárez, que ses services comme alguazil dotèrent d’une certaine expérience préalable, avant de tomber dans les réseaux de contrebandiers. D’autres hommes comme le cordonnier de La Corogne, Pedro Santos, déjà mentionné, ne disposaient pas d’antécédents semblables et néanmoins, ils participèrent au commerce frauduleux à petite échelle et en parallèle avec leurs activités économiques légales, ce qui facilitait leur intégration dans leurs quartiers et districts urbains. Quelque chose de semblable était arrivé au sévillan Hernando Martí, négociant en huile, soieries et étoffes, mais aussi armes à feu, lorsqu’en 1630 également il fut inculpé pour activités illégales, aussi bien pour trafic illicite que pour mort d’hommes provoquées lors d’échauffourées avec les gardes. Avant d’avoir été condamné par le juge du tribunal de Séville et après qu’une grâce lui eut été refusée le 29 janvier 1631, il put échapper à une sentence défavorable deux mois plus tard36.

40Parfois, lorsque l’un des distributeurs de produits de contrebande était arrêté, ses aveux lui étaient extorqués pour parvenir au démantèlement du réseau de délinquants. Malgré cela, les aveux ainsi obtenus n’apportaient que des accusations mais les détentions et les condamnations n’étaient pas faciles à cause de l’inexistence de preuves concrètes ou de la difficulté à les obtenir, outre le fait que dans les maillons de cette chaîne délictueuse la connaissance des membres du réseau était très limitée et partielle et faisait presque toujours référence à des pions facilement remplaçables. Un autre exemple sévillan et presque contemporain de ceux mentionnés antérieurement permet de le constater. L’affaire eut également lieu devant le corrégidor don Diego Hurtado de Mendoza le 14 septembre 1629, un procès étant ouvert contre un détaillant nommé Antonio Pérez et ses deux fils, habitants tous les trois la ville andalouse, accusés de « revendre des marchandises entrées frauduleusement ».

  • 37 AGS, CC, dossier 1779, doc., 4 feuillets 3 ss.

41Le corrégidor Hurtado de Mendoza avait engagé une procédure d’enquête officielle car lui était arrivée l’information selon laquelle une active contrebande se réalisait dans la ville et que les protagonistes « maltraitaient les gardes aux portes de la ville et portaient préjudice aux droits du roi, outre qu’il se commettait des vols, des délits et que des insultes étaient proférées37 ». Dans le cadre des arrestations qui eurent lieu, à l’initiative du corrégidor du tribunal andalou, plusieurs individus furent soumis à la question pour qu’ils avouent leurs délits et leurs complices. Un homme, du nom de Juan López de Quirós fut l’un de ceux qui subirent la question, et qui, grâce à cela, nomma de « nombreuses personnes qui essayaient d’introduire ou avaient introduit de grandes quantités d’étoffes, de soieries et d’huile ». Parmi ceux qui furent dénoncés se trouvaient Antonio Pérez et ses fils, commerçants sévillans, dont il se disait qu’ils étaient « introducteurs de soieries et d’étoffes frauduleuses » et qu’ils distribuaient leurs marchandises et de l’argent dans une taverne proche de Santa Catalina. Face à des accusations de ce type, et comptant sur l’absence de preuves concrètes, les Pérez n’eurent aucun mal à échapper à la peine qui leur fut infligée lors de l’enquête. Dans l’attente d’une sentence devant le tribunal sévillan, ils firent une demande de grâce à la Chambre de Castille, et l’obtinrent le 23 septembre 1630, moyennant le paiement de 1500 réaux au bénéfice du tribunal castillan.

Conclusion

42Même s’il ne m’est pas possible d’apporter de nouvelles informations sur les volumes de marchandises et les itinéraires que suivaient les produits de la contrebande dans la Castille du xviie siècle, la documentation que j’ai examinée me permet d’arriver à des conclusions relatives à l’activité et aux acteurs du commerce illégal en particulier, ainsi que sur l’attitude de la Couronne pour lutter contre le commerce illégal et les contrebandiers. Sur l’activité illicite, les procédures criminelles engagées dans différents tribunaux de la Couronne de Castille montrent une importance particulière de la présence de réseaux de contrebandiers dans l’activité de villes et de cités portuaires de la Castille atlantique, particulièrement à des points stratégiques tels que l’archipel des Canaries, Séville et Cadix, la Galice et les ports cantabriques, où les façons d’alimenter le trafic étaient variables, depuis l’utilisation d’un navire ancré à une certaine distance du port comme navire-mère et alimenté par des chaloupes en pleine nuit – ce qui était courant sur la côte péninsulaire et était encore une formule utilisée au xviiie siècle, où Gibraltar apparaissait comme un gigantesque navire-mère – jusqu’à la formation d’un chapelet de navires ancrés à une certaine distance du port et chargés par des chaloupes, les marchandises passant du premier au dernier comme s’il s’agissait de vases communicants. Dans ce dernier cas, à mesure que se réalisait le chargement, le navire le plus éloigné de la côte levait l’ancre. Le système des « vases communicants », observable dans l’archipel canarien au xviie siècle, met en relief une activité d’une grande ampleur et qui impliquait une organisation complexe et efficace, mais qui, outre des produits de faible volume et d’une haute valeur ajoutée, tels que l’argent ou les produits servant à la teinture (cochenille et indigo) provenant d’Amérique, concernait aussi d’autres produits de plus grand volume et de moindre valeur ajoutée comme le tabac, le sucre ou les peaux. En tenant compte de ce type de pratiques, le trajet effectué par l’argent en provenance d’Amérique et à destination de l’Europe au xviie siècle suivant les schémas décrits par Morineau semble plus plausible que ceux décrits par Hamilton ou Chaunu, bien que le volume réel des importations en provenance d’Amérique, et pas seulement l’argent, reste encore à déterminer.

43Pour ce qui concerne les acteurs ou protagonistes de l’activité de contrebande, il est certain qu’ils furent de conditions très diverses, et que leur participation au commerce illicite fut également inégale, au même titre que les bénéfices qu’ils retiraient de ces pratiques illégales. La contrebande à grande échelle exigeait la participation du grand marchand et d’institutions commerciales. Certains des exemples étudiés permettent de comprendre l’impact que cette participation eut dans la Castille du xviie siècle, surtout lorsqu’il s’agissait de commerçants étrangers et, tout particulièrement, dans le cas des Hollandais, dont la participation au commerce illégal exigeait la collaboration du consul lui-même dans l’archipel canarien et l’existence de vastes réseaux qui reliaient entre eux les ports d’origine et les destinations des marchandises. Dans ces mêmes ports devaient collaborer entreposeurs et distributeurs, en plus des officiers de justice et des finances corrompus et des consommateurs ou destinataires ultimes de la marchandise. Sur ce sujet, la coopération sociale à l’égard de l’activité de contrebande était très variée et aussi nuancée, car les bénéfices n’étaient pas identiques pour chaque pion de l’organisation délictueuse, et leur participation n’était pas non plus équivalente. De cette caractéristique il découle également que la cohésion interne à l’intérieur du réseau de contrebandiers ait été plus forte au sommet qu’à la base. C’est aux niveaux les plus bas que le projet des contrebandiers pouvait être le plus vulnérable, espions et délateurs agissant également dans cette sphère. Néanmoins, à ce niveau, l’information fragmentaire que chaque membre avait sur l’ensemble protégeait également l’ensemble de l’activité car les arrestations étaient circonscrites à l’entourage le plus direct de celui qui était surpris ou dénoncé par des espions, voyers ou autres fonctionnaires des Finances Royales. Le rôle actif des consommateurs peut être prouvé par la distribution de certains produits coloniaux comme le tabac ou le sucre, qui alimentaient, diversifiaient et faisaient baisser les ventes dans les tavernes et les débits locaux, mais, avec ces mêmes arguments, il n’est pas possible d’évaluer cette collaboration sociale lorsqu’il s’agissait de produits dont la destination n’était autre que la réexportation, comme c’était le cas de l’argent ou des produits de teinture. Dans ce cas la tolérance et la collaboration sociale étaient limitées aux intéressés qui participaient directement aux réseaux de contrebandiers : entreposeurs et officiers corrompus de la Justice et des Finances.

44Finalement, comment la Couronne fit-elle face au problème du commerce illégal ? De toute évidence, elle développa tout un appareil administratif et policier pour obtenir l’inspection et l’appréhension de la contrebande. C’était la voie à suivre pour combattre l’activité, et d’une certaine façon, s’il n’était pas possible de l’éliminer, de participer aux impressionnants bénéfices que produisait le trafic illicite entre les colonies américaines et le continent européen. Le système de l’indemnisation de la Couronne par le biais du traitement de dossiers de demandes de grâce fut connu et pratiqué aussi bien dans l’Amérique coloniale que dans la Castille du xviie siècle, bien que l’octroi effectif de ces grâces fût différent en Amérique et en métropole, car il n’a pas été possible de prouver dans la Péninsule le paiement de grâces préalables du type de celles étudiées par Moutoukias dans la zone du Rio de la Plata et qui, très probablement, s’expliqueraient non seulement à cause de la grande corruption administrative dans cette zone, mais aussi à cause des difficultés de la Couronne pour faire face aux dépenses administratives nécessaires en Amérique. Il est certain que lorsqu’Adam Smith percevait la dichotomie latente dans la contrebande, délit légal mais en même temps activité commerciale soumise à la nature des marchés, il n’avait pas à l’esprit des pratiques comme celles développées par la monarchie espagnole au xviie siècle. Celle-ci, bien qu’elle fît du contrebandier un criminel, partagea avec lui, chaque fois qu’elle le put, ses juteuses affaires. Pour cela elle eut recours à tout un réseau de voyers, d’inspecteurs et de gardes. D’une certaine façon, la monarchie espagnole, avant Smith, comprit la composante naturelle du commerce de contrebande et ne put se résoudre à ne pas participer aux bénéfices que cette activité générait.

Notes

1 Cette recherche s’inscrit dans le cadre du projet « Villes en conflit (xvie-xviiie siècles) », financé par le ministère de la Science et de la Technologie (BHA 2003-08918). Je remercie Mickaël Augeron pour les questions qu’il m’a posées dans le cadre du Colloque « Présence et représentations du monde atlantique dans les villes d’Europe occidentale du Moyen Âge au xxe siècle », (Nantes, 27-29 novembre 2003).

2 Selon Adam Smith, chaque régulation du trafic commercial introduit un degré de désordre dans la constitution de l’État qu’il est ensuite difficile de réparer sans occasionner un autre désordre. Smith, A., An inquiry into the nature and causes of the wealth of nations, Chicago, 1984, p. 201, 279-288.

3 Le Tesoro de la lengua castellana de Sebastián de Covarrubias Orozco et le Diccionario de Autoridades soulignent cette signification. Covarrubias, S. de, Tesoro de la lengua castellana, Madrid, 1977, p. 353 (première édition, 1588). Diccionario de Autoridades. Reproduction facs. du Diccionario de la lengua castellana, en que se explica el verdadero sentido de las voces, su naturaleza y calidad… Madrid, 1976 (1r éd., Madrid, imprimerie de Francisco del Hierro, 1726), p. 559.

4 Hill Ch., Liberty against the law. Some seventeenth-century controversies, Londres, 1996, p. 110 et suiv.

5 Jütte R., Poverty and deviance in early modern Europe, Cambridge, 1994, p. 153-156.

6 Décrites par Daniel Defoe. Defoe D., The true and genuine account of the life and actions of the late Jonathan Wild ; not made up of fiction and fable, but taken from his own mouth, and collected from papers of his own writing, John Applebee, Londres, 1725. J’ai examiné l’information contenue dans cet essai dans le contexte qui lui était propre dans deux articles récents : Mantecón T. A., « Los bajos fondos de la sociedad londinense en tiempo de Hogarth », Trasdós. Revista del Museo de Bellas Artes de Santander, 2, 2000, p. 39-44 et ibid. « Augusta Triumphans, La capital que proyectó Defoe », Trasdós. Revista del Museo de Bellas Artes de Santander, 5, 2003, p. 133-167.

7 Dans plusieurs articles publiés au cours des années 1990, la revue Past and Present s’est fait l’écho de la polémique suscitée par certains des termes utilisés, comme féodalisme batard ou tardoféodalisme. En général, les adjectifs qui accompagnaient la référence au féodalisme montraient qu’il était inapproprié de considérer que les relations patron-client dans l’Ancien Régime étaient une évolution des liens personnels de mutuelle dépendance entre seigneur et vassal et d’en venir à considérer que la « patronat » était une manifestation du féodalisme batard, c’est-à-dire d’une nature particulière. Cela ne montrait rien d’autre que l’évidence qu’il s’agissait d’un phénomène très différent du féodalisme.

8 Rafael Escobedo, rassemblant les derniers apports bibliographiques sur cette question, a souligné les conditions initiales favorables à la contrebande dans l’Espagne Moderne. Escobedo R., « Sospechosos habituales : contrabando de tabaco y comerciantes extranjeros en los puertos españoles », dans Ier Colloque International « Los extranjeros en la España Moderna », Malaga, 2003, t. I, p. 316.

9 Santana G., « Importancia géoestratégica de Canarias a través de la actuación de los holandeses durante el siglo xvii », dans Ier Colloque International, « Los extranjeros… », op. cit., t. I, p. 623 et suiv.

10 Apparemment aucune limite ne put s’appliquer aux natifs de la Couronne d’Aragon, car il était entendu que « le Royaume d’Aragon faisait partie de la Castille lorsque les Indes furent découvertes ». García Baquero A., « Los extranjeros en el tráfico con Indias : entre el rechazo legal y la tolerancia funcional », Ir Colloque International « Los extranjeros en la España Moderna », op. cit., t. I, p. 77, 79, 86, 87, 90.

11 Diverses monographies sur le commerce colonial ont souligné le pragmatisme avec lequel le problème fut traité par la Couronne, particulièrement après le brevet du 5 mars 1505 par laquelle le roi catholique reconnaissait l’activité commerciale des « non naturels » avec le Nouveau Monde, dès lors qu’elle était réalisée « en compagnie de naturels desdits royaumes » et que ces derniers étaient prédominants dans les sociétés établies pour la conduite du trafic. Malgré le durcissement de la législation développée par Philippe II et Philippe III et refondue au début du xviie siècle dans la loi 1a, titre 27 du dossier IX de la Recopilación de las Leyes de Indias, le possibilisme fut toujours un recours qui généra des pratiques en partie connues et en partie inconnues, également partiellement tolérées. La législation de Philippe III excluait même la participation de « non naturels » dans des compagnies ou des sociétés marchandes avec les « naturels », un cadre légal qui se maintint pendant tout le xviie siècle et au xviiie, exception faite des dispenses octroyées à des commerçants français dans le contexte de la Guerre de Succession. Tout ceci a été expliqué récemment par García Baquero dans une synthèse actualisée. García Baquero A., « Los extranjeros… », op. cit., p. 80, 82, 84.

12 Voir García Baquero A., « Los extranjeros… », op. cit., p. 94-95, 97.

13 Santana G., « La importancia… », op. cit., p. 625.

14 Le dossier concernant Suinsquens se trouve aux AGS, CC, dossier 1941, doc. 1.

15 Santana G., « La importancia… », op. cit., p. 631-632.

16 D’après Assadourian la traite des noirs favorisait l’obtention de sommes avoisinant les 100 % de bénéfices sur le capital investi en Angola et pouvait atteindre même 200 % si les esclaves étaient revendus à Potosi. Farines de Cordoue, suif et peaux de la campagne de Buenos Aires ou viandes séchées, en plus des produits de teinture, essayaient de compenser le trafic, bien que celui-ci fût asymétrique et qu’il devait donc être compensé par de l’argent qui était sorti de façon illicite, sans payer la quinte-part royale. Assadourian C. S., El tráfico de esclavos en Córdoba. De Angola a Potosí. Córdoba, 1966. Sur l’intégration de ces affaires dans un système colonial, ibid., El sistema de la economía colonial. Mercado interno, Regiones y espacio económico, Lima, 1982.

17 Particulièrement dû au déplacement de cette activité que subirent les commerçants portugais à cause de la pression hollandaise sur le nord du Brésil et de la façade atlantique de l’Afrique, jusqu’à contrôler l’Angola en 1641. C’est précisément à ce moment-là que les arrivées d’esclaves africains dans le Rio de la Plata furent les plus importantes et que le commerce semblait le plus lucratif.

18 Zacarías Moutokias a démontré l’importance de l’activité de contrebande comme une composante inhérente à la nature et au commerce concentré autour du Rio de la Plata et la complexe réalité queconstituaient les bateaux appelés « navíos de registro », « si étroitement liés au commerce illégal que l’on peut dire que la Couronne finançait sa structure administrative locale avec les revenus du commerce atlantique de Buenos Aires, aussi bien légal qu’illégal » Le même auteur a souligné l’importance de la zone de la Plata comme point de rencontre des produits du Haut-Pérou, les produits miniers en particulier, avec d’autres produits en provenance d’Afrique, d’Europe et du Brésil, apportés aussi bien par des commerçants espagnols que par des Portugais ou des Hollandais tout au long du xviie siècle. Dans la deuxième moitié du siècle, lorsque l’activité commerciale de Buenos Aires, en grande partie clandestine, était comparable à celle de Portobello – port atlantique officiel sur la route de Lima – la présence des grands bateaux hollandais fut plus que fréquente et le trafic illégal « toléré », car les navires hollandais pénétraient dans les ports argentins au prétexte de devoir réparer ou à cause du mauvais temps. Moutoukias Z., « Power, corruption and commerce : the making of the local administrative in seventeenth-century Buenos Aires », Hispanic American Historical Review, 68 (4), 1988, p. 771 et suiv. De son côté, Horst Pietschmann, d’un point de vue plus générique, laisse entendre que la corruption dans les colonies américaines pourrait être comprise comme un système créé par le débat permanent entre pouvoir et richesse entre la Couronne, la bureaucratie coloniale et la société américaine. Pietschmann H., « Burocracia y corrupción en Hispanoamérica colonial : una aproximación tentativa », Nova Americana, 5, 1985, p. 30 et suiv. Mickaël Augeron le souligne dans un article récent. Augeron M., « La bureaucratie en Amérique espagnole : entre fidélités et dépendances (xviie-xxe siècles) », Historiens et Géographes, 374, 2001, p. 237-238.

19 Lobo M., Torres M. E., « Los extranjeros en Canarias durante el Antiguo Régimen », dans Ier Colloque International « Los extranjeros en la España Moderna »op. cit., t. II, p. 80, 89.

20 Germán Santana a fourni des informations sur quelques autres exemples remontant aux années 1660. Santana G., « La importancia… », op. cit., p. 626-629.

21 AGS, CC, dossier 1941, doc. 1, feuillet 19 et suiv.

22 Au moins trois fois plus élevée, d’après le consul hollandais dans les îles au milieu du xviie siècle. Santana G., « L’importance… », op. cit., p. 317.

23 Escobedo R., « Sospechosos habituales… », op. cit., p. 317.

24 AGS, dossier 1941, doc. 1, feuillets 19-21.

25 Santana G., « La importancia… », op. cit., p. 626.

26 À Buenos Aires, en 1671, le capitaine Miluti accepta de payer 35 000 pesos entre la licence et la grâce pour avoir transporté un chargement de 33 400 pesos. Évidemment, il transportait beaucoup plus que le chargement auquel cette somme fait référence. Les proportions durent être importantes si l’on prend comme point de référence la donnée suivante : dans la seconde moitié du xviie siècle, la valeur déclarée des sommes remises à l’Espagne s’élevait à un peu moins de 190 000 pesos, dont 126 000 devaient l’être par des particuliers. Une seule saisie imposée en 1661 au capitaine Manuel Tellería, permit la confiscation de 113 500 pesos en métaux précieux, et rien qu’entre 1661 et 1699, 217 000 pesos furent payés au titre de la grâce. Moutoukias Z., « Power, corruption… », op. cit., p. 782 et suiv.

27 Cette question fut évidente dans le cas du voleur et contrebandier Juan José Fernández Castillo dans la vallée cantabrique de Anievas en 1789. Mantecón T. A., « El atavismo y el bandido del Antiguo Régimen : de Montecillo al rey de Castro », dans Fortea J. I. (éd.), Transiciones. Castro Urdiales y las Cuatro Villas de la Costa de la Mar en la historia, Santander (Université de Cantabrie), 2002, p. 177-211.

28 Le dossier de cette affaire se trouve aux AGS, CC, dossier 1996, doc. 5.

29 AGS, CC, doc. 5, feuillets 5 v.

30 AGS, CC, doc. 5, feuillets 7-8 v.

31 AGS, CC, doc. feuillet 17 v.

32 AGS, CC, dossier 1781, doc. 21, feuillet libre.

33 AGS, CC, dossier 1776, doc. 3, s.f.

34 AGS, CC, dossier 1776, doc. 3, s.f.

35 AGS, CC, dossier 1776, doc. 4, feuillets 16 v-20.

36 AGS, CC, dossier 1776, doc. 12, s.f.

37 AGS, CC, dossier 1779, doc., 4 feuillets 3 ss.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search