Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Troisième partie. Économie atlantique, pouvoirs urbains, contrôle social

L’Espagne atlantique au xviiie siècle : gouvernement urbain et changement social

Ramón Maruri Villanueva

Texte intégral

  • 1 Archives Municipales de Santander (AMS), dossier A-21, doc. 17, s.f.

1En 1769, Francisca de Victorica, membre de l’une des plus importantes familles de commerçants de Santander, affirmait : « Il y a de plus en plus de bourses de commerce et de boutiques dans cette ville, si bien que cela semble une façon habituelle de vivre1. »

  • 2 Voir le traitement approfondi de ce changement dans R. Maruri Villanueva, La burguesía mercantil s (...)

2Ces propos vont nous servir à illustrer ce que Santander est déjà à cette époque : une société de marchands. C’est-à-dire, non seulement une société dans laquelle le commerce a sa place – car quelle société à l’époque moderne, et a fortiori si elle est urbaine, en est privée – mais une société dans laquelle le secteur marchand constitue une partie substantielle des élites sociales. Des propos que l’on pourrait parallèlement étendre à d’autres villes espagnoles du xviiie siècle et qui, comme Santander, et pour des raisons analogues – localisation maritime, fonctions redistributives de grande ampleur, autorisation de pratiquer le libre commerce avec l’Amérique, etc. – ont pu tirer des bénéfices de la croissance économique du xviiie siècle, si chère au réformisme bourbonnien. D’un autre point de vue, l’heureuse expression de Francisca de Victorica, nous le savons aujourd’hui, était le prélude d’un changement social sans précédent à Santander2.

3Ce concept de changement social n’est pas exclusivement applicable, bien entendu, à Santander, mais également à d’autres villes espagnoles, et même à l’ensemble de la société espagnole de l’époque. Ce qui nous situe, bien que de façon fugace, sur le terrain de la précision terminologique, étant donné la polysémie d’un tel concept.

  • 3 K. Polanyi, La gran transformación. Crítica del liberalismo económico, Madrid, 1989.
  • 4 En raison de la diversité des perspectives selon lesquelles le concept de « changement social » es (...)

4Il ne fait pas de doute que, depuis qu’elle a été définie par la Sociologie du xixe siècle – de façon significative, la genèse même de cette discipline est indissociable de la tentative d’expliquer le changement social – cette expression a subi des modifications substantielles dans son champ sémantique : elle est initialement circonscrite au passage – cette « grande transformation » qui apparaît dans l’Angleterre du xviiie siècle dont avait parlé K. Polanyi3 – d’une société agraire à une société industrielle, d’une société rurale à une société urbaine, d’une société d’états à une société de classes, d’une société de vassaux à une société de citoyens ; elle est appliquée en principe à l’Angleterre du xviiie siècle puis son usage est étendu à d’autres lieux et à d’autres époques ; elle sert à indiquer des transformations sur de vastes ensembles spatio-temporels puis elle s’applique à des ensembles moindres ; elle se réfère à un changement structurel puis elle indique une dynamique sociale4.

5En tout cas, sociologues et historiens convergent aujourd’hui pour définir le changement social comme une rupture entre une réalité sociale et l’implantation d’une réalité différente. Ce qui explique que, étant donné les mutations implicites dans le changement en question, ce concept soit passé de la réflexion sociologique à celle de l’Histoire – de préférence à toute autre – l’Anthropologie, la Philosophie, le Droit, l’Économie, la Politique, la Culture, la Science et la Technologie. Ce qui explique également que des théories générales très différentes du changement social aient été formulées, sans que l’on puisse en proposer une seule qui soit satisfaisante pour l’expliquer ; ou que la multicausalité ait été soulignée au moment d’en rechercher l’origine.

6Notre travail se propose d’analyser le changement social et ses spécificités dans le cadre de l’Espagne septentrionnale pendant le xviiie siècle ; concrètement, à travers l’étude d’un groupe de villes maritimes, comme Saint-Sébastien, Santander, Gijón et La Corogne, villes qui ont bénéficié, quoique de façon non identique, de la politique de libéralisation du commerce et de l’accroissement des échanges entre, essentiellement, l’Espagne et l’Amérique hispanique ; des villes qui ont fini par s’intégrer pleinement dans les réseaux du capitalisme international. Il est intéressant pour nous de préciser si la bourgeoisie d’affaires associée à ce changement social, enrichie économiquement et reconnue socialement, a pu avoir accès, et à travers quels mécanismes, au gouvernement de la ville, une fois celui-ci reformulé, pour des raisons politiques et fiscales, par le gouvernement de la nation lui-même.

7Nous tenterons donc de comprendre comment l’articulation des niveaux économiques, sociaux et politiques est l’expression d’un changement qui allait redéfinir les bases de la richesse, de la notabilité sociale et du pouvoir public dans la sphère locale.

Le cadre socio économique

  • 5 Pour un panorama détaillé de cette question, voir A. Miguel Bernal (coord.), El comercio libre ent (...)

8En réalité, pour ce qui concerne le cadre socio-économique, ces villes maritimes qui sont l’objet de notre étude, ne sont en rien identiques, en rien analogues. Elles ne sont pas toutes parties de la même position, elles n’ont pas toutes grandi de la même façon ; la trajectoire et le poids de leur bourgeoisie marchande ne fut pas homogène. Quoi qu’il en soit, c’est certain, un élément commun les associe : elles ont bénéficié, à différentes époques du xviiie siècle du commerce direct avec l’Amérique, bien que cela soit surtout vrai après les décrets de libéralisation de 1765 et 17785.

  • 6 Ma C. Gutiérrez Muñoz, Comercio y Banca (Expansión y crisis del capitalismo comercial en Bilbao al (...)

9Ces quatre villes de la côte cantabrique comptaient sur une longue tradition d’échange maritime de produits avec diverses zones péninsulaires et européennes. Activité d’intermédiation qui s’était accentuée à partir des xiie et xiiie siècles, suite à l’intensification du commerce entre la Meseta castillane et la façade atlantique de l’Europe, en tout premier lieu avec la France, l’Angleterre et la Flandre. Le fait qu’en 1776, la participation de Saint-Sébastien, Santander et La Corogne aux importations espagnoles ait atteint 80 %, rend bien compte du rôle de premier plan que La Corogne, Gijón, Santander et Saint-Sébastien allaient acquérir à l’époque moderne6.

10Néanmoins, l’histoire commerciale des quatre villes, depuis le haut Moyen Âge, n’a jamais été homogène, étant donné l’évolution inégale des quantités distribuées à partir de leurs ports ; pas plus que celle de l’activité commerciale de leurs régions respectives.

  • 7 Tous ces pourcentages ont été empruntés à A. Zabala, « La distribución de la actividad comercial e (...)
  • 8 A. Zabala, « La distribución… », p. 49.

11Citons, à titre d’exemple, ces chiffres concernant la Galice, les Asturies et la Cantabrie : entre 1754 et 1765, avant le premier décret de libéralisation, la Galice a payé au Trésor Public, au titre des droits de douane, 57,60 % du total recouvré dans ces trois régions ; les Asturies, 33 % ; la Cantabrie, 9,40 %. Entre 1765 et 1768, les pourcentages représentent respectivement 60,40 %, 24,80 % et 14,80 %. Enfin, en nous basant seulement sur le commerce international au cours de la période 1783-1785, les pourcentages furent de 52,70 %, 12,60 et 34,70 %7. En termes d’activité cumulée, le commerce portuaire de Santander, par exemple, s’est accru entre 1763-1764 et 1765 et 1768 de 534,20 %, celui de La Corogne, de 227 %, et celui de Gijón, de 89,5 %8. Quoi qu’il en soit, l’habilitation de ces ports et d’autres ports espagnols à commercer avec l’Amérique généra sans aucun doute des accumulations de capital considérables.

12Une autre variable renseignerait également sur l’hétérogénéité de la vie commerciale des ports de La Corogne, Gijón, Santander et Saint-Sébastien : celle de leur position sur le marché américain avant le décret de libéralisation de 1765. La seule ville de Saint-Sébastien – qui obtint le statut de port franc en 1788 – put commercer directement avec l’Amérique à travers la Real Compañía Guipuzcoana de Caracas, créée en 1728 pour gérer de façon exclusive le trafic marchand du Vénézuela. Le contraste avec le plus modeste horizon des ports de La Corogne, Gijón et Santander pourrait tout à fait être exprimé par ces quelques lignes écrites par Gárate Ojanguren :

  • 9 Ma M. Gárate, « San Sebastián y el comercio libre con Indias : repercusiones económicas », dans A. (...)

« La ville de Saint-Sébastien offrait aux yeux de ses contemporains en plein xviiie siècle l’image d’une place commerciale où les produits manufacturés européens et les produits coloniaux se mêlaient dans le va-et-vient du trafic avec la province de Caracas ; il ne semble pas qu’il soit resté de la place à Saint-Sébastien pour une activité étrangère au commerce9. »

Commerce et bourgeoisie marchande

13Afin d’achever la présentation des indicateurs d’hétérogénéité existant entre les quatre ports auxquels nous venons de nous référer, nous mentionnerons l’inégale importance de leurs bourgeoisies marchandes tout au long du xviiie siècle.

14Faisons abstraction de Gijón, encore privée de monographie à ce sujet, absence qui pourrait apparemment être due, s’agissant des indicateurs strictement économiques, à la faible importance de ses agents commerciaux. Dans son analyse comparée de divers espaces marchands de l’Espagne cantabrique, A. Zabala affirme à ce sujet :

  • 10 A. Zabala, « La distribución… », p. 56.

« Le port de Gijón ne semble pas avoir beaucoup commercé avec l’Amérique et l’on comprend ainsi que, bien que les ports habilités aient pu créer un Consulat, l’Administration ait refusé cette possibilité à Gijón, puisqu’il semble que l’esprit du décret ait été d’associer la création des Consulats au commerce avec les colonies. Si ce commerce n’existait pas, il semble raisonnable qu’il n’y ait pas eu de tribunal de commerce. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut comprendre pourquoi seuls les Consulats de La Corogne et de Santander aient été constitués10. »

15En effet, La Corogne et Santander – Saint-Sébastien disposait déjà d’un Consulat dès 1682 – représentent de plus grands volumes d’affaires et, par conséquent, des formes de bourgeoisie marchande différentes de celles de Gijón.

  • 11 L. Alonso Alvarez, « El comercio gallego… », p. 165.
  • 12 Idem, Comercio colonial…, p. 237, 238 et 256.
  • 13 Ibidem, p. 237.

16La Corogne du milieu du xviiie siècle ne constituait toutefois pas un espace propice au développement d’un vigoureux groupe de commerçants et du capitalisme marchand, réalité qui changera quand en 1764 son port obtiendra « la faveur de commercer directement avec les Antilles et la Nouvelle Espagne (et, depuis 1767, avec les provinces du Rio de la Plata), à travers la société publique des Correos Marítimos, récemment créée, par laquelle la Galice s’introduit dans l’activité coloniale, indépendamment de Cadix11 ». C’est ainsi qu’Alonso Alvarez, indépendamment d’une bourgeoisie industrielle – dominée par les Catalans – liée à la pêche et à la salaison, établit trois générations de commerçants en Galice et, par analogie, à La Corogne : celle de la période 1764-1778, la plus brillante économiquement parlant, associée au système des Correos Marítimos ; celle de la période 1782-1786, créatrice des infrastructures commerciales dont la Galice était dépourvue ; et, enfin, celle qui opère entre 1787 et 1818, victime de la crise de la fin du siècle et de la concurrence d’autres ports espagnols habilités à commercer avec l’Amérique à partir de 177812. En tout cas, cette bourgeoisie ne misa absolument pas sur une orientation économique de type moderne, puisqu’elle réduisit ses investissements dans le secteur commercial et les augmenta dans celui de la rente agraire par le biais des baux emphytéotiques, si bien que « les possiblités d’incidence du capital marchand sur le développement productif, offertes de façon exceptionnelle par le commerce colonial, s’en trouvèrent frustrées13 ».

  • 14 A. Zabala, La función comercial…, V. II, p. 301-302 y passim.
  • 15 Dans cette contextualisation sommaire nous suivons principalement T. Martínez Vara, Santander de v (...)

17Santander, au contraire, présente à cet égard un panorama quelque peu différent de celui de La Corogne. En principe, comme cela est arrivé à La Corogne, au milieu du xviiie siècle, ses volumes commerciaux, bien qu’ils n’aient cessé d’augmenter – surtout dans la zone Castille-Cantabrie – depuis approximativement le début du siècle jusqu’à accaparer vers 1720-1730 environ 50 % du trafic maritime de la Cantabrie14, étaient encore relativement modestes et dominés par des échanges de faible ampleur aussi bien géographique qu’économique15. Néanmoins, Santander fut choisie par la Couronne comme port d’embarquement, vers les marchés européens, des laines castillanes achetées à Burgos, et dont le premier envoi eut lieu en 1752. Une telle décision allait en impliquer une autre, celle de redessiner le vieux chemin qui reliait la Cantabrie à Palencia par Reinosa afin de faciliter l’accès de cette laine à Santander en rendant possible le franchissement de l’abrupt col d’El Escudo. Des raisons sans aucun doute financières pèseront sur ces deux décisions gouvernementales puisque l’on souhaitait neutraliser les privilèges fiscaux dont jouissait le port de Bilbao pour son appartenance aux provinces appelées « Provinces exemptées ». On constituait ainsi un réseau d’infrastructures – routière, portuaire, commerciale, etc. – qui allaient être vitales au moment de décider, de façon provisoire en 1765, que le port de Santander serait l’un des ports de la côte cantabrique habilité à commercer avec l’Amérique. Depuis cette date, Santander commença à changer radicalement car, en 1778, l’habilitation au libre commerce avec l’Amérique devint définitive, ouvrant ainsi un « âge d’or » dans l’histoire économique de Santander et de sa région.

  • 16 R. Maruri Villanueva, La burguesía mercantil…, p. 23-74.

18Cette ville de Santander, apparue à la faveur de ces décrets, était déjà très loin de celle des cinq premières décennies du xviiie siècle. Ses modestes boutiquiers, exclusivement originaires de la région, furent remplacés par ceux qui arrivaient à la ville en provenance d’autres villes espagnoles et d’autres pays, attirés par les perspectives commerciales prometteuses qu’offrait le commerce portuaire avec les colonies. C’est après 1765 essentiellement qu’émerga à Santander l’image de l’homme d’affaires moderne, grossiste mais aussi armateur, constructeur de navires, fabricant et assureur16. Des hommes d’affaires qui allaient constituer une puissante bourgeoisie marchande qui introduira Santander sur les grands circuits du commerce international ; des hommes d’affaires dont les accumulations de capital, à l’inverse de ce qui se produisit à La Corogne, ont pris au xixe siècle une orientation moderne accentuée, en s’orientant vers la mine, l’industrie ou le chemin de fer, en plus du commerce et de la finance.

  • 17 De Saint-Sébastien.
  • 18 Ma M. Gárate, « San Sebastián… », p. 209.
  • 19 Ibidem, p. 210 ; également, P. Fernádez Albaladejo, La crisis del Antiguo Régimen en Guipuzcoa, 17 (...)

19Saint-Sébastien, quant à elle, est une ville qui possède une spécificité qui la différencie nettement, comme nous l’avons dit plus haut, de Santander et La Corogne et plus encore de Gijón : son intégration, dès 1728, dans le commerce américain, exclusivement dans le trafic avec le Vénézuela, à travers la Real Compañía Guipuscoana de Caracas, qui allait offrir aux commerces de multiples opportunités d’enrichissement. Cette compagnie rendit possible, avant que le port « donostiarra17 » ne soit habilité pour le commerce colonial en 1788, « le développement d’une bourgeoisie marchande active […] limitée aux environs immédiats de SaintSébastien18 ». Une bourgeoisie qui dès le début du xixe siècle s’est diversifiée du point de vue de ses origines géographiques et qui, progressivement et comme dans le cas de Santander, mais pas avant 1840 néanmoins, a orienté une partie de ses investissements vers l’industrie19.

Bourgeoisie marchande et gouvernement de la ville

  • 20 B. González Alonso, « El régimen municipal y sus reformas en el siglo xviii », dans Idem, Sobre el (...)
  • 21 M. Hernández, « Y después de las ventas de oficios, ¿ qué ? (transmisiones privadas de regimientos (...)

20Indépendamment de la plus ou moins grande importance et de la nature de leur commerce et du degré d’enrichissement de leurs bourgeoisies marchandes respectives, le lien direct de Saint-Sébastien, Santander, La Corogne et Gijón avec le commerce américain au xviiie siècle fut à l’origine d’un changement économique dont nous aborderons l’incidence sur le changement social ultérieurement, en nous centrant sur la question de la présence de ces bourgeoisies marchandes dans le gouvernement de la ville. Auparavant, rappelons succinctement ce que l’historiographie a apporté à la connaissance de ce gouvernement dans l’Espagne moderne ; un gouvernement qui fuit le réductionnisme, étant donné sa diversité, même après la « castillanisation » institutionnelle découlant des Décrets de Nueva Planta : « Différents modèles municipaux coexistaient, propres aux différents royaumes qui constituaient la Monarchie espagnole ; le modèle castillan était le plus répandu, mais pas le seul. De nombreuses variantes locales persistaient même au sein de chaque royaume20. » De toutes façons, et de quelque modèle qu’il s’agisse, tous les habitants aspiraient, depuis celui du village le plus modeste jusqu’à celui de la ville la plus peuplée, à occuper une charge de Conseiller ; loin de sombrer dans la casuistique des motifs, toujours incomplète, disons, avec M. Hernández, que les « trois raisons incitant à occuper une charge étaient l’argent, l’honneur et le pouvoir21 », ce qui explique les tensions et les violences pouvant exister au sein des Conseils.

  • 22 Pour une analyse très actualisée et éclairante de la formation complète du Conseil municipal depui (...)
  • 23 P. Losa Serrano et R. Cózar Gutiérrez, « Las luchas oligárquicas y sus consecuencias en el gobiern (...)
  • 24 Ndt : d’une durée d’un an. Le même mot était également utilisé, de façon implicite, pour désigner (...)
  • 25 F. J. Guillamón Alvarez, « La introducción de regidores añales en el municipio castellano : el cas (...)

21Au xvie siècle, bien que leurs origines remontent au bas Moyen Âge, deux formes de participation des habitants au pouvoir local se consolidèrent : le Conseil ouvert, sphère de décision de tous et de chacun, et le Conseil fermé, restreint ou regimiento, fruit d’un processus d’oligarchisation dans lequel une infime minorité d’habitants assumait la représentation de la totalité22. Disons, de façon sommaire, que le premier modèle caractérise le monde rural, et le second, le monde urbain. Disons également que le processus en question, qui n’a cessé de s’intensifier de Philippe II à Philippe IV, fut la conséquence inévitable de la politique royale de ventes des charges de conseiller ; voyons au moyen de quelques chiffres la démesure vénale de la Couronne quant à la multiplication des magistratures urbaines, et pas précisément dans des villes de premier ordre : en 1543, Albacete comptait 6 sièges de conseiller municipal, et 37 en 163423. Très peu de conseils urbains disposaient de charges de conseillers renouvelables, électifs ou « “añales24”, même si ce terme s’appliquait également aux fonctions bisannuelles ou trisannuelles25 ».

22Ce qui définit également l’institution du conseil municipal, c’est qu’il constitue un élément fondamental du système du pouvoir politique et administratif de la monarchie absolue. Elément fondamental et qui possède en outre – même si l’on prend en compte l’intervention progressive de l’État au xviiie siècle dans les sphères provinciale et locale – un niveau d’autonomie considérable.

  • 26 A. Domínguez Ortiz, « Poder real y poderes locales en la época de Charles III », dans Coloquio Int (...)
  • 27 C. Windler, Elites locales, señores, reformistas. Redes clientelares y Monarquía hacia finales del (...)
  • 28 Ibidem, p. 416.

23Domínguez Ortiz dit que « le Conseil, malgré sa dégradation, avait encore une grande vitalité26 » ; et Windler, se référant aussi au xviiie siècle, affirme que « le Conseil conservait dans une large mesure un espace autonome d’action politique27 » ; autonome, soit, mais non séparé du pouvoir central, car, ajoute le même Windler, « les relations entre les fonctionnaires royaux et les notables locaux restent dominées pas des valeurs clientélistes28 ».

  • 29 J. Pro Ruiz, « Las élites de la España liberal : clases y redes en la definición del espacio socia (...)
  • 30 R. Maruri Villanueva, « La sociedad urbana », dans A. Morales Goya (coord.), Las bases políticas, (...)

24Des notables, bien entendu, synonymes d’élites sociales, présents dans les Conseils. C’est cela qu’il faut entendre, comme le propose J. Pro, par notabilité sociale29 : être reconnu par la société comme partie intégrante d’une minorité dont la plus haute distinction était de pénétrer dans le sanctuaire du pouvoir politique, dans notre cas, urbain. Et s’il est vrai que le sanctuaire en question fut généreusement fréquenté par la noblesse – titrée ou non – depuis le bas Moyen Âge, elle ne fut pas le seul groupe social à le faire, comme le montre la liste à présent très fournie des travaux dans lesquels est étudiée la sociographie de ceux qui occupaient des fonctions municipales dotées par définition d’un pouvoir, entendez, les fonctions de conseillers municipaux : « Dans une plus ou moins grande proportion, par un moyen ou par un autre, nobles, propriétaires fonciers, membres des professions libérales, fonctionnaires, militaires, commerçants, artisans ou paysans, participent, tout au long de l’époque moderne, au gouvernement collégial de la ville30. »

25C’est ainsi qu’au xviiie siècle, le régime local espagnol, uniformisé après les Décrets de Nueva Planta, apparut aux yeux des gouvernants de la dynastie des Bourbons, comme un système paralysé pour ce qui est du renouvellement social des conseils, conséquence de l’occupation des charges à perpétuité, de la corruption et de l’arbitraire des conseillers dans l’emploi des biens du Conseil, de l’opacité des finances locales, dans lesquelles la Couronne voulait intervenir pour augmenter les revenus du Trésor Public, à plus forte raison dans un siècle d’expansion des échanges, surtout dans des villes portuaires, comme l’étaient celles qui constituent l’objet de notre étude : La Corogne, Gijón, Santander, Saint-Sébastien. En réalité, et des travaux ultérieurs viennent confirmer cette thèse de Domínguez Ortiz, il n’entra jamais dans les projets des Bourbons l’idée de démanteler le système des charges de conseiller à vie, puisque l’objectif des gouvernants réformistes était fiscal. Voici ce qu’a écrit M. Hernández à ce sujet :

  • 31 Ndt : également « síndico personero del común ». Magistrature municipale constituée de représentan (...)
  • 32 M. Hernández, A la sombra de la Corona. Poder local y oligarquía urbana (Madrid, 1606-1808), Madri (...)

« La monarchie n’a pas modifié les mécanismes de transmission des charges […]. La perpétuation de celles-ci indique que c’est tout le contraire qui se passa : en conscience, la monarchie a donné aux oligarchies les moyens de se reproduire de façon autonome. Sous Charles III, et bien que les ministres éclairés aient tous eu conscience que les conseillers à vie étaient la cause de l’inefficacité municipale, la question de la possibilité de changer radicalement le système n’a pas même réussi à être posée ; on a plutôt fait le choix de la dissimuler par le biais de la création des fonctions de députés et de personero del común31 »32.

  • 33 Pour une analyse d’ensemble de ces deux dispositions, voir, J. Guillamón, Las reformas de la admin (...)
  • 34 C. Merchán Fernández, Gobierno municipal y administración local en la España del Antiguo Régimen, (...)

26Ces deux figures en sont venues à symboliser le réformisme bourbonnien dans la sphère de l’administration locale, concrétisé par l’Auto Acordado du 5 mai 1766 et la Real Instrucción du 26 juin de la même année33. Des députés et des síndicos personeros, qui devaient s’implanter aussi bien dans les conseils royaux, que dans les conseils seigneuriaux, complétaient un interventionnisme du pouvoir d’État dans les Finances publiques qui avait commencé en 1749, lorsque furent attribuées aux Intendants de vastes compétences pour contrôler les comptes municipaux, « bien que ce fût sous Charles III, en 1760, que cela devint la Contaduría General de Propios y Arbitrios34 ».

27Ce que la réforme de 1766 avait d’innovant pour ce qui concerne la composition des Conseils c’était que députés et personeros del común – par « común » il faut entendre non pas strictement les gens du peuple mais l’ensemble des habitants, indépendamment de leur statut social – auraient accès aux conseils au moyen du suffrage universel, inorganique, indirect et annuel – plus tard bisannuel – et qu’ils seraient présents dans toutes les villes : quatre députés dans celles de 2000 habitants et plus, deux dans des villes plus petites, participant aux débats et avec droit de vote lors des sessions du Conseil ; un síndico personero par ville avec participation au débat mais sans droit de vote lors des sessions.

28Ces deux figures ont été, historiographiquement, celles qui ont fait l’objet du plus grand nombre d’analyses, par leurs implications dans un soi-disant renouvellement des élites du pouvoir local, question dont nous reparlerons ultérieurement. Néanmoins, avant de regarder dans cette direction, leurs inspirateurs ont été présents sur d’autres fronts, et avant tout sur le front fiscal ; voyons pourquoi.

  • 35 Cf. J. Marina Barba, La reforma municipal de Carlos III en Ciudad Real, Ciudad Real, 1985, p. 37.

29Députés et síndicos personeros allaient assumer des compétences très diverses, depuis le contrôle des approvisionnements ou celui des biens communaux et taxes municipales jusqu’à l’enrôlement des conscrits et des fonctionnaires de police. À travers eux donc, le pouvoir étatique interviendrait dans ce qui serait le sens premier des réformes de 1766 : le contrôle des finances locales, gagnées, c’est le reproche qui était fait, par la corruption, l’arbitraire et le gaspillage. Le système d’élection périodique, dans lequel n’importe quel habitant pouvait être électeur et éligible – que les chances réelles d’accéder à la fonction soient les mêmes pour tous, c’est autre chose – garantissait la non patrimonialisation de la fonction, et par conséquent, sa non perpétuation dans une famille – que les députés et síndicos personeros aient été libres de toute attache clientéliste, c’est autre chose également. En réalité, le défenseur des interêts de la communauté au Conseil existait déjà historiquement en la personne du procurateur général ; ce qui se passait, c’était que dans la majorité des Conseils, cette même fonction avait également été l’objet d’une patrimonialisation. Ce qui explique que la nouvelle fonction de síndico personero se soit également implantée dans des villes où existait déjà celle de procurateur général à vie35.

  • 36 Ndt : magistrat municipal équivalent à l’échevin français. Il pouvait être nommé ou élu. Il pouvai (...)
  • 37 A. Domínguez Ortiz, « Poder real… », p. 30.
  • 38 J. Guillamón Alvarez, « La introducción… », p. 308-311.

30Parallèlement, les nouvelles fonctions de conseillers créées en 1766 prétendaient atténuer dans la mesure du possible une réalité qui s’était abusivement généralisée : l’absence systématique des regidores36 aux sessions des Conseils. En 1784, le corrégidor de San Clemente dénonçait « l’abandon des Conseils par les propriétaires, ce qui rendait difficile le fonctionnement de la commune37 » ; dans le dernier quart du xviiie siècle, des plaintes sur l’absentéisme se font également entendre à Léon – sur 24 regidores, 3 à peine assistaient aux réunions – à Ponferrada – un sur dix-huit – à Trujillo, Pontevedra, Linares, Cadix, etc.38.

  • 39 M. Hernández, A la sombra…, p. 290.

31Ceux qui ont le plus étudié la réforme municipale de 1766 ont pris l’exercice du pouvoir par les nouvelles figures du député et du personero comme indicateurs pour évaluer leur efficacité ; ils en ont conclu que celle-ci pouvait être « modeste », « insuffisante », « populiste », « apparemment démocratique », ou qu’elle pouvait être un « échec » ou un « emplâtre ». Néanmoins, conformément à l’objectif de notre travail, cette situation et ses causes ne nous importent pas tant que de savoir dans quelle mesure les nouvelles figures institutionnelles ont ouvert la porte du gouvernement de la ville à de nouveaux groupes socio-professionnels, en tenant compte, si l’on s’en souvient, que la modification, même infime, de l’essentiel de l’ordre social en vigueur, n’est jamais entrée dans les plans des réformistes éclairés : « […] l’ordre social établi est intouchable. À mon avis, voilà la clé pour comprendre l’échec des réformes de Charles III39. »

32Il est certain que, si l’on fait le bilan de ce qui a jusqu’à présent été étudié, les réformes furent davantage accueillies avec réticence – et même avec violence – qu’avec plaisir de la part des oligarchies historiques locales. D’une part, parce que toute institution, et plus encore dans le cadre du corporativisme et de la culture politique de l’Ancien Régime, se montre profondément réfractaire à tout pouvoir, de quelque nature qu’il soit, qui prétende un tant soit peu le modifier, compte tenu de ce que cela pouvait avoir d’attentatoire au particularisme et à la position occupée dans la hiérarchie. Et, d’autre part, non pas tant parce que cela aurait pu signifier qu’à travers les députés et síndicos personeros des gens socialement étrangers se seraient introduits dans les conseils municipaux, que pour le danger que pouvait représenter le fait que des personnes historiquement étrangères au gouvernement de la ville soient informées des secrets de la gestion municipale, mettant en lumière de possibles – il vaudrait mieux dire probables – cas de corruption, d’irrégularités et d’affaires troubles ; quel autre pouvoir, si ce n’est celui de dénoncer, pouvait avoir, par exemple à Madrid, quatre députés et un síndico personero face à quatre regidores ? Et cela dans tant et tant de Conseils urbains.

  • 40 C. Windler, Élites locales…, p. 244-245.
  • 41 J. MaTorras i Ribé, Els municipis catalans de l’Antic Règim (1453-1808), Barcelona, 1983, p. 349.
  • 42 C. Windler, Élites locales…, p. 238.

33Si nous nous situons de l’autre côté, du côté de ceux à qui, par le biais des fonctions de député et de personero del común, on ouvrait les portes du gouvernement de la ville, les réformes de 1766 furent accueillies avec le plus grand enthousiasme. L’on sait que, pour ceux qui exerçaient historiquement le pouvoir, les charges de députés et de síndico personero étaient dépourvues du moindre attrait, car elles apparaissaient quelque peu dévaluées, d’un point de vue social, économique et politique, puisque n’importe quel habitant pouvait les exercer ; bien que, comme l’a démontré Windler dans le cas des grandes municipalités andalouses, de telles charges n’aient pas été méprisées par tous les hidalgos40. Là où il y a bien correspondance de comportements dans l’Espagne péninsulaire, s’agissant pour le moins de ce qui nous est connu, c’est que des commerçants, des membres des professions libérales, des fabricants et même, dans certains cas, des artisans qualifiés, se sont avidement tournés vers les fonctions de député et de personero ; avocats et notaires, comme l’a souligné Torras y Ribé dans le cas de la Catalogne, s’orientèrent de préférence vers les fonctions de personero, étant donné que leurs activités débouchaient fréquemment sur des procédures judiciaires qui exigeaient de leurs titulaires « une préparation intellectuelle supérieure », c’est-à-dire une formation juridique41. Pour tous, enfin, cela signifiait jouir des douceurs de l’oligarchie urbaine. Disons, en guise de récapitulation, qu’à l’intérieur d’un ordre constitué en états, « être choisi comme “député” ou “personero” était considéré par les uns et les autres, chacun dans sa catégorie respective, comme une forme élevée de distinction et de mérite42 ». Attitude pleine de cohérence puisque le réformisme éclairé, dans sa dimension économique, commençait à reconnaître socialement avec des honneurs, certaines professions, comme ce fut le cas, par exemple, des commerçants, des fabricants ou des artisans, agents du capital, en définitive.

34Soulignons à présent, pour mettre un terme à ces quelques remarques, que les charges de député et de síndico personero del común connurent avec le temps une perversion des objectifs pour lesquels ils avaient été institués, leurs titulaires les utilisant dans un grand nombre de cas comme moyen d’ascension personnelle, de faveurs à des clients ou à des patrons, et de tremplins en direction de ce que le gouvernement de la ville avait de plus intéressant : les charges de regidor.

  • 43 Ibidem, p. 235.

35Sur cette base, nous pouvons voir dans quelle mesure les réformes municipales du xviiie siècle ont pu coïncider avec les intérêts des groupes émergents dans des villes comme La Corogne, Gijón, Santander et Saint-Sébastien, dans lesquelles – outre le fait qu’elles aient été gouvernées par les oligarchies grâce au système du Conseil – allaient converger au cours de ce siècle deux puissants stimulants du changement social : l’économique, découlant de leur intégration dans les grands circuits commerciaux de la zone américaine, suite à la libéralisation du commerce, et le politique, découlant de l’interventionnisme de l’État dans les corporations urbaines, au moyen, si l’on s’en souvient, de la création des charges de députés et síndicos personeros, « suscitant, de façon plus ou moins importante, de nouvelles formes de communication ou essayant surtout d’intensifier le contrôle sur les gouvernements locaux43 ».

36Si, en ébauchant le contexte économique nous avons dû faire abstraction de Gijón, faute de pouvoir disposer d’études, il nous faudra le faire à nouveau, en le regrettant, dans le cas de l’analyse du pouvoir local, et pour la même raison.

  • 44 J. A. Granados Loureda, « Reflexiones en torno a las reformas del régimen municipal de A Coruña a (...)
  • 45 Ndt : charge de corrégidor (représentant du pouvoir central dans les villes et les villages).

37S’agissant de La Corogne, nous savons qu’elle se trouvait davantage concernée par la question politico-administrative que par la question commerciale44. En effet, La Corogne, vers 1750, comme nous avons pu le voir, était un espace portuaire dépourvu de commerce actif et dont les niveaux de richesse ont été qualifiés de « médiocres » ; une ville dépourvue, par conséquent, d’une bourgeoisie marchande de bon niveau ; et une zone qui était le siège de pouvoirs séculaires d’importance diverse, tels que le corregimiento45, les Audiences de Galice, la Capitainerie Générale du Royaume, l’Intendance, et bien entendu le Conseil. Ces pouvoirs représentaient la tradition, c’est-à-dire des forces inféodées de façon exemplaire à l’Ancien Régime le plus authentique, comme ce fut le cas d’une Galice dominée par des structures archaïques, dans lesquelles les groupes sociaux dominants et les bases de la richesse étaient, bien entendu, de type féodal.

  • 46 Ndt. : charge de regidor (« échevin » chargé de l’administration et de l’approvisionnement de la c (...)
  • 47 Ibidem, p. 108-109.
  • 48 Ibidem, p. 113.

38On ne peut pas dire qu’à La Corogne les réformes administratives de 1766, pour ce qui concerne l’implantation des fonctions électives comme celles de député ou síndico personero, aient représenté une nouveauté absolue, puisqu’un Real Despacho de 1763 étendait la composition de son Conseil à sept regidurías46 renouvelables annuellement par élection47 ; on cherchait par ce biais à palier en partie l’absentéisme d’un grand nombre des vingt-trois regidores, rendant impossible, la plupart du temps, le fonctionnement de l’institution du Conseil, même si, comme l’affirme Granados, « soit dit en passant, les nouveaux n’assistaient pas plus aux sessions que les anciens48 ».

  • 49 Ibidem, p. 115.
  • 50 P. Saavedra, « La renovación de los grupos burgueses en Galicia en la segunda mitad del siglo xvii (...)

39Des uns et des autres – regidores annuels ou à vie – nous savons que tout indique une certaine permanence de l’ordre établi : ce furent les membres entrants de l’oligarchie de La Corogne, après le rejet initial, qui occupèrent les nouvelles fonctions de députés et síndicos personeros, jusqu’au maire de quartier, ce dernier étant institué selon le modèle en vigueur à Madrid, en 176949. Il faudrait évaluer dans quelle mesure ce relatif immobilisme municipal de La Corogne peut s’appliquer aux « nouveaux bourgeois » apparus après 1764, à la faveur de la création, si l’on s’en souvient, des Correos Marítimos ; mais également dans quelle mesure cet immobilisme s’opposa à la situation générale de la Galice signalée par P. Saavedra, selon laquelle « les bourgeois installés dans les villes et cités participèrent parfois activement à la vie locale, profitant de l’exercice de la charge de procurateur général et de celles récemment créées à partir des réformes administratives imposées par les troubles de 1766. Occuper de telles fonctions peut être vu comme un moyen utilisé par la bourgeoisie commerciale pour s’intégrer à l’élite locale50 ». B. Barreiro, de son côté, dit que chez les regidores de La Corogne – comme dans toutes les villes du nord – pour ce qui concerne leur statut social, « les hidalgos dominent, avec ou sans titre supérieur, jusqu’à atteindre presque cent pour cent ». Et il ajoute :

  • 51 B. Barreiro Mallón, « La organización concejil y su funcionamiento en el Noroeste de la Península (...)

« En résumé, nous sommes en présence d’un groupe qui, jour après jour, reproduisait et copiait les normes de comportement de la noblesse locale, dont il faisait habituellement partie. Dans une telle situation, les réformes postérieures à 1766 acquièrent tout leur sens aussi bien pour La Corogne que pour la communauté, bien que ses résultats se soient fait très peu sentir puisque la vieille structure de pouvoir parvint à absorber dans une large mesure les nouvelles fonctions51. »

Un changement social, somme toute, de bien faible envergure

40La réalité de Saint-Sébastien était tout autre car la ville bénéficiait déjà du trafic avec l’Amérique espagnole, bien avant La Corogne – et Gijón et Santander – grâce à l’obtention en 1728 d’une licence pour commercer avec le Vénézuela, de façon exclusive, à travers la Real Compañía Guipuzcoana de Caracas, déjà évoquée plus haut. À l’inverse de La Corogne, Saint-Sébastien était au milieu du xviiie siècle, une ville au caractère bourgeois très accentué. Dès 1682, comme nous l’avons déjà mentionné, elle disposait déjà de son propre Consulat de commerce, qui réunit les principaux hommes d’affaires de la ville dans la défense de leurs intérêts qui atteignirent leur point culminant en 1728, lorsque, rappelons-le, il fut concédé à la ville « donostiarra » la possibilité de commerce avec un régime d’exclusivité dans l’espace vénézuélien par le biais de la Compagnie de Caracas déjà citée. Mais l’influence du Consulat dans la réalité sociale de Saint-Sébastien dépassa de loin

  • 52 A. de Otazu, La burguesía revolucionaria vasca a fines del siglo xviii, Saint-Sébastien, 1982, p. (...)
  • 53 Ndt : ensemble de biens équivalant à une quantité d’argent qui variait d’une région à un autre.
  • 54 Ibidem, p. 31.
  • 55 Ibidem, p. 31-32.
  • 56 Ibidem, p. 29.

41« L’influence de la bourgeoisie marchande de Saint-Sébastien s’exerçait en grande partie à travers le Consulat, qui devenait son instrument. Même le dense réseau d’intérêts de cette bourgeoisie s’était infiltré dans le gouvernement municipal à travers ce même Consulat. […] Il convient de signaler, en outre, que nombre de ces commerçants exerçaient directement un contrôle sur la gestion administrative de la municipalité52 » car ils disposaient des niveaux de richesse nécessaires – les fameux « millares53 » – pour s’intégrer dans le Conseil, dont l’oligarchie était constituée des grands propriétaires et commerçants qui, de plus, « par leurs liens familiaux, se trouvaient apparentés aux membres des autres oligarchies locales54 ». Le même Otazu mentionne le cas d’un grand commerçant flamand qui vers 1765 occupait la mairie de Saint-Sébastien, et un autre qui, à peu près à la même époque, avait été procurateur général du conseil55. Ce qui montre bien, en définitive, que le grand commerce savait bien ce qu’était, à son plus haut niveau, la gestion des affaires locales, comme ce fut le cas, par exemple, de la liberté du commerce des grains issue de la Real Pragmática de juillet 1765. À cette occasion fut mise en évidence l’étroite convergence d’intérêts de l’aristocratie des propriétaires fonciers de Saint-Sébastien et des grands négociants en grains, présents les uns et les autres dans le Conseil de la ville : la première en tant que productrice de céréales, les seconds en tant que chargés de leur distribution sur le marché, chacun tirant un bénéfice mutuel de cette libéralisation56.

  • 57 Ndt : chefs d’un lignage noble.
  • 58 De Saint-Sébastien.
  • 59 J.-J. Madariaga Orbea, « Municipio y vida municipal vasca de los siglos xvi al xviii », dans Hispa (...)
  • 60 P. Fernádez Albaladejo, La crisis del Antiguo Régimen en Guipúzcoa, 1766-1833. Cambio económico e (...)
  • 61 C. Aparicio Pérez, « El Conseil de la ciudad de Saint-Sébastien : su representatividad social », d (...)

42La concurrence des aristocrates propriétaires terriens – des « majorats » et des « parientes mayores57 » comme disent certains historiens – et des commerçants dans le conseil « donostiarra58 »ressemblait beaucoup à un processus d’oligarchisation dissimulé sous le masque du caractère électif des charges de conseiller, ce qui en fait un cas très différent de celui de la Castille où elles étaient dans leur quasi-totalité patrimonialisées. Néanmoins, dans la pratique, l’accès au Conseil de Saint-Sébastien, comme en général à ceux du Pays-Basque et du reste de l’Espagne cantabrique, était très restreint ; dans le cas « donostiarra », grâce à l’application d’une série de critères, tels que la possession prouvée d’un titre de noblesse, d’un minimum de bien rustiques – les fameux « millares » – être marié, savoir lire et écrire en castillan, etc.59. Fernandez Albaladejo fait la synthèse de ces critères dans « Castillanisation, alphabétisation et niveau de revenus », appliqués en principe à la plus importante institution provinciale – la « Junta » – et étendus ensuite par les notables de Guipuzcoa « aux régimes électoraux de leurs communes respectives », à tel point qu’entre 0,73 % et 1,80 % de la population de Saint-Sébastien pouvait participer au Conseil60. Pour ce qui concerne la sociographie du gouvernement de la ville de Saint-Sébastien, C. Aparicio parle même de « Dynasties Municipales » formées dans le monde du commerce61.

  • 62 J. MaImízcoz Beunza, « Hacia nuevos horizontes : 1516-1700 », dans M. Artola (éd.), Historia de Do (...)
  • 63 Ibidem, p. 152.

43Il est vrai que l’occupation de charges de Conseiller par les commerçants avait derrière elle une longue histoire à Saint-Sébastien, si bien que : « Les familles dominantes jusque dans le dernier tiers du xvie siècle furent de grands marchands du commerce traditionnel, descendants de parientes mayores et de Maîtres de forges qui peu à peu s’aristocratisent62. » À nouveau, dès la fin du xviie siècle, de grands commerçants – ceux qui furent à l’origine du Consulat de Commerce (1682) et leurs descendants, les fondateurs de la Compañía Guipuzcoana de Caracas (1728) – ont occupé des mairies et des regidurías, tandis qu’elles intégraient, par le biais de mariages, les familles « donostiarras » les plus importantes63.

  • 64 J.-J. Madariaga Orbea, « Municipio… », p. 535.

44C’est pour cette raison qu’il nous semble qu’à Saint-Sébastien, les réformes municipales de 1766 ont eu un grand impact quant à la recomposition sociale du Conseil et à la redistribution du pouvoir politique local, avec une tendance à l’embourgeoisement à mesure que se déroule le xviiie siècle. Et c’est pour cette raison également que, sans se référer spécifiquement au cas de Saint-Sébastien, mais à l’ensemble du Pays Basque, Madariaga affirme dans ce sens : « Quand en 1766 […] réapparaissent les fonctions de député et de síndico personero dans des endroits où elles étaient patrimonialisées, la majorité des villes basques négligent l’élection puisque la situation normale voulait que l’on élise des procurateurs annuellement64 », parmi lesquels ne pouvaient manquer d’apparaître des membres de la bourgeoisie marchande là où ils avaient un certain poids économique et social.

45Quelque chose de semblable à ce qui se passait à Santander, bien que cette affirmation ne soit pas suffisante, étant donné ses spécificités, car cette ville constituait une synthèse des réalités de Saint-Sébastien et La Corogne.

46En effet, Santander présente des analogies avec La Corogne dans le sens où, vers 1750 également, on peut dire qu’il s’agissait d’une ville dépourvue de bourgeoisie commerciale d’importance, quand bien même, rappelons-le, elle commençait une relance économique – nous parlons de relance pour évoquer le retour des décennies dorées que la ville avait connues grâce à ses ports au xvie siècle – en 1752, à la faveur de l’embarquement de la laine castillane et de l’ouverture de la route connue sous le nom de « Route de Reinosa » ; nous n’hésitons pas à affirmer que ce qui, d’un point de vue commercial, donnait du lustre à Santander au milieu du xviiie siècle, c’était le commerce de détail et le non le commerce de gros, car ce n’est qu’avec les décrets de 1765 et 1778 sur le libre commerce avec l’Amérique que l’on verra se constituer une bourgeoise marchande active, vigoureuse et triomphante. Là s’arrêtent les analogies avec La Corogne, car la bourgeoisie de cette ville, nous l’avons vu, orienta faiblement ses investissements dans un sens moderne – dans les secteurs marchands et productifs – mais au contraire dans un sens résolument féodal, en optant de préférence pour la rente agraire découlant des baux emphythéotiques. De la même façon, l’influence du changement économique de La Corogne – découlant de son intégration dans le commerce américain, par le biais des Correos Marítimos – sur le gouvernement de la ville prit également une orientation, disons, traditionnelle, lorsqu’il fut observé que les fonctions de député et de síndico personero, qui étaient pourtant remplies par des membres de la bourgeoisie marchande, furent occupées de préférence par des membres de l’oligarchie de La Corogne elle-même, qui possédait, historiquement, la majeure partie des charges de conseillers grâce à leur patrimonialisation. Tel ne fut pas le cas, nous le verrons ultérieurement, de Santander.

47Quant aux analogies entre Santander et Saint-Sébastien, elles apparaissent dans la constitution de bourgeoisies marchandes grâce au commerce avec l’Amérique ; à l’inverse du cas de La Corogne, celles-ci donnèrent des signes tangibles de leur penchant modernisateur. Bien que là également s’arrête toute analogie, car du point de vue du gouvernement de la ville, la bourgeoisie d’affaires de Saint-Sébastien comptait déjà au xviiie siècle sur des décennies et des décennies de présence au Conseil – rappelons l’existence de ces « Dynasties Municipales » apparues dans le monde du commerce.

  • 65 AMS, Livre A-19, doc. 43.
  • 66 Cf. T. Martínez Vara, Santander, de villa…, p. 27, 56 et 62 ; R. Lanza, La Población y el Crecimie (...)

48Le cas de Santander ne fut pas celui-là. Dans cette ville, et bien que nous ne disposions pas de monographie sur sa gestion au xviiie siècle, les personnes vivant du commerce en étaient absentes, ce qui donne tout son sens à l’annulation des élections au Conseil de 1760 découlant des conflits générés par les détaillants qui se plaignaient de ne pouvoir être élus65. Situation qui impose de préciser certaines des caractéristiques du Conseil de Santander et que nous avons élaborées à partir d’un échantillon – qui nous semble parlant – qui va de 1700 à 1785, c’est-à-dire depuis l’époque où Santander connaît une activité commerciale morne jusqu’à celle de la plénitude des échanges dans les sphères nationale et internationale ; depuis l’époque où elle garda le présent qu’une modeste cité agro-maritime d’environ 2100 à 2400 habitants jusqu’à celle qui la voit se transformer en une ville prospère – elle obtient ce rang en 1755 – de près de 4 600 habitants66 ; depuis l’époque où elle n’abrite que de modestes commerçants et boutiquiers jusqu’à celle où elle devient le siège d’hommes d’affaires très prospères – que l’on appelait localement les « farinocrates », car ils devaient leur fortune à la commercialisation des farines castillanes sur les marchés américains.

  • 67 Cf. R. Maruri Villanueva, La burguesía mercantil…, p. 23-74, passim.
  • 68 Ibidem, p. 73.

49Avant que les « farinocrates » n’arrivent à s’en emparer dans la seconde moitié du xviiie siècle, la douzaine de charges, ou un peu plus, que comptait l’assemblée du Conseil de Santander se trouvait, expression de leur prééminence sociale, aux mains de lignées locales, historiques et modestes, constituant de ce fait l’oligarchie urbaine. Rôle qu’elles perdirent au fil du temps, sans le moindre doute, dès qu’en 1765, il nous faut le rappeler à nouveau, Santander obtint, tout d’abord de façon provisoire, puis de façon définitive en 1778, le droit de commercer directement avec l’Amérique. À partir de cette première date, des membres représentatifs de la bourgeoisie marchande de Santander partagèrent la mairie, les regidurías, et d’autres fonctions du Conseil avec les notables historiques de la ville67. Le temps viendra même où des commerçants représentatifs en viendront à évincer ces notables presque entièrement du gouvernement de la ville, jusqu’à accéder aux plus hautes institutions de l’État, en passant au préalable par celles de la province (la députation). Il est tout à fait significatif qu’en 1834, à l’occasion des élections censitaires des procurateurs aux Cortès, les douze plus importants contribuables aient appartenu à la bourgeoisie marchande68.

  • 69 Information extraite des compte-rendus du conseil, AMS, livres 2165-2173.

50L’intégration de commerçants dans le Conseil de Santander fut facilitée par le fait que toutes les fonctions du gouvernement de la ville devaient être renouvelées annuellement par le biais d’élections. À cela vint s’ajouter l’implantation, à partir de 1767, de deux députés et d’un síndico personero del común, éligibles également, conformément, nous l’avons vu, aux réformes administratives – Auto Acordado et Real Instrucción – de 1766. Dès l’année suivante, lors des premières élections visant à pourvoir aux nouvelles fonctions apparues à l’occasion de ces réformes, les patronymes des commerçants de Santander commencent à proliférer : les Regato, Fernández de Estrada, Bolantín Rivas, Martínez, Gómez de Barreda, Laplace, etc.69. Comme le proposait C. Aparicio dans le cas de Saint-Sébastien, on pourrait également parler pour Santander, à partir des années 1760 approximativement, c’est-à-dire avec un retard notable par rapport à la réalité « donostiarra », de « Dynasties Municipales » d’origine marchande.

51C’est ainsi que le changement économique de Santander provoqua un changement du rôle social des membres de sa bourgeoisie marchande, coïncidant dans le temps avec des réformes administratives dans le régime local de l’Espagne, dont cette bourgeoisie émergente sut tirer un bon profit. Parmi les trois villes étudiées ici, il se peut que Santander – nous ne tenons pas compte de Gijón – ait été la ville où se soit exprimée avec la plus grande clarté et la plus grande intensité la redistribution du pouvoir politique engendrée par le changement social que connut l’Espagne entre le xviiie et le xixe siècle.

Conclusion

52Nous concluons en rappelant, en guise de récapitulation, que nous nous sommes proposés d’analyser le changement social dans l’Espagne du xviiie siècle en nous intéressant à l’une de ses spécificités, la redistribution du pouvoir, et en l’occurrence du pouvoir local.

53Dans l’horizon de l’Absolutisme éclairé, les mesures libéralisatrices à caractère économique et les réformes dans le gouvernement municipal – ces dernières ayant pour objectif d’exercer une plus forte pression fiscale sur les districts, et en particulier quand l’Espagne du xviiie siècle connaissait une vigoureuse expansion des marchés nationaux et internationaux – ont constitué des objectifs préférentiels. Il s’agissait, en définitive, de promouvoir la croissance économique de la société et celle des Finances de l’État.

54Sans aucun doute, les meilleurs observatoires historiographiques pour étudier la portée de ce réformisme économique, politique et fiscal, sont les villes, et en particulier celles qui se montrèrent les plus actives dans le domaine de l’intermédiation commerciale, comme les villes maritimes. Il y avait des villes et des cités dans l’Espagne cantabrique qui savaient bien depuis l’époque médiévale échanger des produits avec d’autres ports de la péninsule et de l’Europe atlantique. Certaines de ces villes et cités allaient être les bénéficiaires, surtout après 1765, de la libéralisation du commerce avec l’Amérique, comme ce fut le cas de La Corogne, Gijón, Santander et Saint-Sébastien. L’importance commerciale de ces quatre villes est attestée par le fait qu’en 1776, elles aient canalisé 80 % des importations espagnoles en s’introduisant pleinement dans les réseaux du capitalisme international et en favorisant dans certains cas l’émergence, et dans certains autres la consolidation d’une active bourgeoisie marchande.

55Parallèlement, La Corogne, Gijón, Santander et Saint-Sébastien allaient voir se modifier, comme l’Espagne dans son ensemble, la composition de leurs Conseils avec l’intégration de nouvelles charges de conseillers – députés et síndicos personeros del común – fruit des réformes administratives mises en place en 1766 par le gouvernement central qui redéfinissait le pouvoir local pour des raisons politiques et fiscales.

56Partant de ce cadre, nous avons cherché à savoir si la bourgeoisie d’affaires, liée à la croissance économique que ces quatre villes avaient connue au xviiie siècle, avait eu accès au gouvernement de la ville, en profitant des voies ouvertes par le réformisme bourbonnien. Pour cela, nous avons essayé de trouver l’articulation des domaines économique, social et politique d’un changement qui, en dernier ressort, allait jeter les nouvelles bases de la richesse, du prestige social et du pouvoir local ; d’un changement qui, en définitive, était social.

57L’inexistence – à l’exception de quelques données en matière commerciale – de recherches concernant la ville de Gijón, nous a obligé à faire abstraction de son analyse. Quant aux trois autres, on ne peut en aucun cas parler d’homogénéité pour ce qui concerne leur réalité sociale.

58La position favorable de La Corogne, Santander et Saint-Sébastien face au marché américain engendra l’expansion de leurs bourgeoisies marchandes, qui manifestèrent des mentalités économiques et sociales très différentes : depuis une énergique acceptation des structures de l’ancien système des Conseils dans le cas de la Galice jusqu’à une modernisation dans ceux de Saint-Sébastien et Santander ; depuis une bourgeoisie qui s’identifie par trop aux élites sociales traditionelles jusqu’à une bourgeoisie qui étend considérablement son rayon d’action et son volume commercial dans le cas de Santander, en passant par une bourgeoisie qui se consolide plus encore comme groupe oligarchique dans le cas de Saint-Sébastien.

59Politiquement, La Corogne, Santander et Saint-Sébastien répondaient, s’agissant de leur gestion, au modèle de Conseil fermé ou restreint, le fameux regimiento, dans lequel une extrême minorité d’habitants assumait la représentation de la totalité. Le Conseil était le résultat d’un processus séculaire d’oligarchisation découlant de la patrimonialisation des charges de conseiller et de l’établissement d’une série de prescriptions économiques, juridiques, culturelles, etc., qui écartaient de ces charges une immense majorité de la population. Précisément, les réformes administratives de 1766 prétendaient atténuer cette oligarchisation à travers les figures déjà citées du député et du síndico personero, qui allaient être élues dans toutes les villes au suffrage universel, inorganique, indirect, annuel, puis bisannuel.

60À La Corogne, ces réformes offrirent rarement à la bourgeoisie marchande la possibilité de participer à la gestion de la ville puisque les nouvelles charges de conseillers furent en majeure partie occupées par les membres de l’oligarchie traditionnelle. D’un autre côté, les commerçants enrichis avec le commerce américain pouvaient faire une bien faible concurrence à de très puissantes élites sociales dont les solides bases économiques et politiques s’enracinaient dans les profondeurs de l’Ancien Régime en Galice.

61Dans le cas de Saint-Sébastien, les réformes apportèrent peu de nouveautés dans la composition sociale du Conseil, car la bourgeoisie y occupait déjà et depuis des décennies une place prédominante. Une bourgeoisie marchande et de grands propriétaires terriens, qui étaient parvenus à constituer des familles par le biais du mariage, qui avaient des relations d’égal à égal et jouissaient pratiquement du même statut. En tout cas, cette bourgeoisie consolidera plus encore sa présence dans la gestion de la ville.

  • 70 J. I. Fortea Pérez, « La ciudades de la Corona de Castilla en el Antiguo Régimen : une révisión hi (...)

62Quant à Santander, elle fut sans aucun doute la ville qui connut le mieux la prise du gouvernement de la ville par la bourgeoisie d’affaires et qui passa en à peine deux décennies de la médiocrité et de l’anonymat au leadership social. Les élites sociales historiques de la ville étaient réellement modestes dans une ville qui en 1787 encore, après avoir connu une forte croissance démographique, ne comptait guère plus de 6 500 habitants – face aux 13 575 de La Corogne et aux 11 494 de Saint-Sébastien à la même époque70. Les revenus seigneuriaux, étatiques et ecclésiastiques circulant dans Santander représentèrent bien peu face aux revenus des entreprises quand leurs dirigeants commencèrent à jouer le rôle d’intermédiaires, à partir de 1750, mais surtout dès qu’elles furent autorisées en 1765 à commercer avec l’Amérique, dans de grandes transactions nationales et internationales. Une fois mis en place les députés et síndicos personeros del común, des membres de la bourgeoisie marchande de Santander occupèrent les nouvelles charges et partagèrent également des regidurías avec les discrètes familles urbaines historiques, qu’ils parvinrent pratiquement à évincer du gouvernement de la ville.

63Nous pensons que le tryptique étudié a été très pertinent pour expliquer que, loin de pouvoir tracer un tableau uniforme sur ce que les députés et personeros del común signifièrent pour le renouvellement des élites du pouvoir dans les dernières décennies de l’Ancien Régime espagnol, les deux figures jouèrent, dans le processus de mobilité sociale ascendante, des rôles très différents, en fonction de réalités sociales également très différentes. Et cela parce que la participation au pouvoir local et l’accès aux fonctions de conseiller créées en 1766 étaient très liés à la structure socio-professionnelle de chaque localité, à son degré de mobilité – si dépendant de la structure et du dynamisme économique – et très liées également à l’importance et à la vigueur des élites historiques, très liées, en dernière instance, au jeu des forces sociales.

64Indépendamment du niveau de présence de la bourgeoisie marchande dans les Conseils de La Corogne, Santander et Saint-Sébatien, l’accès à ceux-ci de la part de commerçants dans le contexte des réformes de 1766, manifeste, en plus d’autres réalités, le désir du réformisme bourbonnien de distinguer socialement et politiquement et de façon explicite ceux qui s’enrichissaient tout en enrichissant parallèlement l’État et la société au moyen de la production et de la distribution. Que l’argent provenant des revenus de l’entreprise jouisse de la reconnaissance méritocratique du pouvoir, nous estimons – dans la mesure où cela préludait une transformation de l’axiologie sociale – qu’il s’agit là de l’un des indicateurs les plus incontestables du fait que l’Espagne, indépendamment de l’intensité qu’il allait acquérir dans chaque ville, vivait un processus de changement social qui consacra, dans les premières décennies du xixe siècle, l’ordre libéral.

Villes de l’Espagne cantabrique habilitées à commercer directement avec l’Amérique.

Villes de l’Espagne cantabrique habilitées à commercer directement avec l’Amérique.

Notes

1 Archives Municipales de Santander (AMS), dossier A-21, doc. 17, s.f.

2 Voir le traitement approfondi de ce changement dans R. Maruri Villanueva, La burguesía mercantil santanderina, 1700-1850 (cambio social y de mentalidad), Santander, 1990.

3 K. Polanyi, La gran transformación. Crítica del liberalismo económico, Madrid, 1989.

4 En raison de la diversité des perspectives selon lesquelles le concept de « changement social » est envisagé, nous renvoyons essentiellement à V. Vazquez de Prada, I. Olabarri et F. J. Caspitegui (éd.), Para comprender el cambio social. Enfoques téóricos y perspectivas historiográficas. V Conversaciones Internacionales de Historia, Pamplona, 1997, passim.

5 Pour un panorama détaillé de cette question, voir A. Miguel Bernal (coord.), El comercio libre entre España y América Latina, 1765-1824, Madrid, 1987.

6 Ma C. Gutiérrez Muñoz, Comercio y Banca (Expansión y crisis del capitalismo comercial en Bilbao al final del Antiguo Régimen), Bilbao, 1994, p. 61-62.

7 Tous ces pourcentages ont été empruntés à A. Zabala, « La distribución de la actividad comercial en el Cantábrico en torno a los decretos de libre comercio », dans T. Martínez Vara (éd.), Mercado y desarrollo económico en la España contemporánea, Santander, 1986, p. 44 et 55. Un traitement plus complet de l’article de Zabala, dans sa monographie, La función comercial del País Vasco en el s. xviii. El comercio y tráfico marítimo del norte de España en el siglo xviii, Saint-Sébastien, 1983, 2 vol.

8 A. Zabala, « La distribución… », p. 49.

9 Ma M. Gárate, « San Sebastián y el comercio libre con Indias : repercusiones económicas », dans A. Miguel Bernal (coord.), El comercio libre…, p. 199-200.

10 A. Zabala, « La distribución… », p. 56.

11 L. Alonso Alvarez, « El comercio gallego… », p. 165.

12 Idem, Comercio colonial…, p. 237, 238 et 256.

13 Ibidem, p. 237.

14 A. Zabala, La función comercial…, V. II, p. 301-302 y passim.

15 Dans cette contextualisation sommaire nous suivons principalement T. Martínez Vara, Santander de villa a ciudad : un siglo de esplendor y crisis, Santander, 1983, passim.

16 R. Maruri Villanueva, La burguesía mercantil…, p. 23-74.

17 De Saint-Sébastien.

18 Ma M. Gárate, « San Sebastián… », p. 209.

19 Ibidem, p. 210 ; également, P. Fernádez Albaladejo, La crisis del Antiguo Régimen en Guipuzcoa, 1766-1833, Cambio económico e historia, Madrid, 1975.

20 B. González Alonso, « El régimen municipal y sus reformas en el siglo xviii », dans Idem, Sobre el Estado y la Administración de la Corona de Castilla en el Antiguo Régimen. Las Comunidades de Castilla y otros estudios, Madrid, 1981, p. 204.

21 M. Hernández, « Y después de las ventas de oficios, ¿ qué ? (transmisiones privadas de regimientos en el Madrid moderno, 1606-1808 », p. 737-739.

22 Pour une analyse très actualisée et éclairante de la formation complète du Conseil municipal depuis le bas Moyen Âge, voir J. I. Fortea Pérez, « Corona de Castilla/Corona de Aragón : convergencias y divergencias de dos modelos de organización municipal en los siglos xvi y xvii » (mécanographié), passim (je remercie le professeur Fortea pour avoir aimbablement mis son texte à ma disposition).

23 P. Losa Serrano et R. Cózar Gutiérrez, « Las luchas oligárquicas y sus consecuencias en el gobierno municipal de Albacete durante la Edad Moderna », Revista de Historia Moderna, Anales de la Universidad de Alicante, 2001, p. 388-390.

24 Ndt : d’une durée d’un an. Le même mot était également utilisé, de façon implicite, pour désigner les charges à pourvoir pour une durée de deux ou de trois ans.

25 F. J. Guillamón Alvarez, « La introducción de regidores añales en el municipio castellano : el caso de Palencia (1779-1820), dans Actas del II Congreso de Historia de Palencia, T. II, V. I., Edad Moderna, Palencia, 1990, p. 307.

26 A. Domínguez Ortiz, « Poder real y poderes locales en la época de Charles III », dans Coloquio Internacional Charles III y su siglo, Madrid, 1990, V. II, p. 29.

27 C. Windler, Elites locales, señores, reformistas. Redes clientelares y Monarquía hacia finales del Antiguo Régimen (1760-1808), Cordoue-Séville, 1997, p. 416.

28 Ibidem, p. 416.

29 J. Pro Ruiz, « Las élites de la España liberal : clases y redes en la definición del espacio social (1808-1931) » dans Historia Social, 21 (1995), p. 58.

30 R. Maruri Villanueva, « La sociedad urbana », dans A. Morales Goya (coord.), Las bases políticas, económicas y sociales de un régimen en transformación (1759-1834), Vol. XXX, Historia de España Ramón Menéndez Pidal, Madrid, 1998, p. 755. Sur la présence des diverses professions dans les Conseils de l’Espagne Moderne, voir également A. Marcos Martín, « Oligarquías urbanas y gobiernos ciudadanos en la España del siglo XVI », dans E. Belenguer Cebriá (coord.), Felipe II y el Mediterráneo. II. Los grupos sociales, Madrid, 1999, p. 279-281.

31 Ndt : également « síndico personero del común ». Magistrature municipale constituée de représentants du peuple – procurateurs – apparue à la faveur de la réforme de 1766.

32 M. Hernández, A la sombra de la Corona. Poder local y oligarquía urbana (Madrid, 1606-1808), Madrid, 1995, p. 297-298.

33 Pour une analyse d’ensemble de ces deux dispositions, voir, J. Guillamón, Las reformas de la administración local durante el reinado de Charles III. Un estudio sobre dos reformas administrativas de Charles III, Madrid, 1980.

34 C. Merchán Fernández, Gobierno municipal y administración local en la España del Antiguo Régimen, Madrid, 1988, p. 213.

35 Cf. J. Marina Barba, La reforma municipal de Carlos III en Ciudad Real, Ciudad Real, 1985, p. 37.

36 Ndt : magistrat municipal équivalent à l’échevin français. Il pouvait être nommé ou élu. Il pouvait avoir hérité de sa charge ou l’avoir achetée.

37 A. Domínguez Ortiz, « Poder real… », p. 30.

38 J. Guillamón Alvarez, « La introducción… », p. 308-311.

39 M. Hernández, A la sombra…, p. 290.

40 C. Windler, Élites locales…, p. 244-245.

41 J. Ma Torras i Ribé, Els municipis catalans de l’Antic Règim (1453-1808), Barcelona, 1983, p. 349.

42 C. Windler, Élites locales…, p. 238.

43 Ibidem, p. 235.

44 J. A. Granados Loureda, « Reflexiones en torno a las reformas del régimen municipal de A Coruña a mediados del siglo xviii », dans Obradoiro de Historia Moderna, 5 (1996), p. 95 ; O. Rey Castelao, « Las burguesías en la Galicia de fines del Antiguo Régimen », dans F. J. Aranda Pérez (coord.), Burgueses o ciudadanos en la España Moderna, Cuenca, 2003, p. 217.

45 Ndt : charge de corrégidor (représentant du pouvoir central dans les villes et les villages).

46 Ndt. : charge de regidor (« échevin » chargé de l’administration et de l’approvisionnement de la communauté ou de la ville).

47 Ibidem, p. 108-109.

48 Ibidem, p. 113.

49 Ibidem, p. 115.

50 P. Saavedra, « La renovación de los grupos burgueses en Galicia en la segunda mitad del siglo xviii », dans L. M. Enciso Recio (coord.), La burguesía española en la Edad Moderna, Valladolid, 1996, t. III, p. 1365.

51 B. Barreiro Mallón, « La organización concejil y su funcionamiento en el Noroeste de la Península Ibérica », dans J.-M. de Bernardo Ares et E. Martínez Ruiz (éd.), El Municipio en la España Moderna, Cordoue, 1996, p. 90.

52 A. de Otazu, La burguesía revolucionaria vasca a fines del siglo xviii, Saint-Sébastien, 1982, p. 31.

53 Ndt : ensemble de biens équivalant à une quantité d’argent qui variait d’une région à un autre.

54 Ibidem, p. 31.

55 Ibidem, p. 31-32.

56 Ibidem, p. 29.

57 Ndt : chefs d’un lignage noble.

58 De Saint-Sébastien.

59 J.-J. Madariaga Orbea, « Municipio y vida municipal vasca de los siglos xvi al xviii », dans Hispania, 143 (1979, p. 538 et suiv.

60 P. Fernádez Albaladejo, La crisis del Antiguo Régimen en Guipúzcoa, 1766-1833. Cambio económico e historia, Madrid, 1975, p. 142 ; les pourcentages cités sont de Fernandez Albaladejo et sont cités dans A. de Otazu, La burguesía…, p. 32.

61 C. Aparicio Pérez, « El Conseil de la ciudad de Saint-Sébastien : su representatividad social », dans Actas del IX Congreso de Estudios Vascos, Bilbao, 1985, p. 334.

62 J. Ma Imízcoz Beunza, « Hacia nuevos horizontes : 1516-1700 », dans M. Artola (éd.), Historia de Donostia, Saint-Sébastien, 2001, p. 144.

63 Ibidem, p. 152.

64 J.-J. Madariaga Orbea, « Municipio… », p. 535.

65 AMS, Livre A-19, doc. 43.

66 Cf. T. Martínez Vara, Santander, de villa…, p. 27, 56 et 62 ; R. Lanza, La Población y el Crecimiento Económico de Cantabria en el antiguo Régimen, Madrid-Santander, 1991, p. 78.

67 Cf. R. Maruri Villanueva, La burguesía mercantil…, p. 23-74, passim.

68 Ibidem, p. 73.

69 Information extraite des compte-rendus du conseil, AMS, livres 2165-2173.

70 J. I. Fortea Pérez, « La ciudades de la Corona de Castilla en el Antiguo Régimen : une révisión historiográfica », dans Boletín de la Asociación de Demografía Histórica, XIII-3 (1995), p. 50.

Table des illustrations

Titre Villes de l’Espagne cantabrique habilitées à commercer directement avec l’Amérique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20508/img-1.png
Fichier image/png, 48k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search