Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Troisième partie. Économie atlantique, pouvoirs urbains, contrôle social

Dépendance seigneuriale et développement urbain dans l’Andalousie atlantique. Le cas de Cadix et des Ponce de León au xve siècle

Rafael Sánchez Saus

Texte intégral

La région du Détroit de Gibraltar et Cadix vers le milieu du xve siècle

  • 1 Dias Farinha Antonio, « Norte de Africa », dans História da Expansão Portuguesa (dir. Francisco Be (...)

1Vers le milieu du xve siècle, les côtes et les mers du Détroit, déjà devenues une des principales voies du commerce international, montraient une complexe mosaïque de pouvoirs en lice. Outre la première et irréductible opposition entre chrétiens et musulmans, manifestée presque toujours avec des attaques corsaires et des incursions armées cherchant des captifs et du butin, il faut rappeler la présence portugaise à Ceuta depuis 1415, renforcée par la prise d’Alcázar Seguer en 1458 et par celle d’Arcila et Tanger en 1471. La prise de Tanger, après deux essais manqués en 1437 et 1464, représentait la culmination du projet lusitain sur le Détroit, puisqu’elle assurait la domination de la façade Sud et la possession d’un grand territoire s’étendant jusqu’aux proximités de Tétouan et de Larache. Le succès a justifié qu’Alphonse V change son titre de « rei de Portugal e do Algarve e senhor de Ceuta e de Alcácer Seguer » par celui-ci, beaucoup plus sonore de « rei de Portugal e dos Algarves daquém e dalém mar em Africa1 ».

  • 2 J. Borges de Macedo l’a exprimé avec clarté : « No século XV, a definição da área atlântica interv (...)

2Toute cette activité, multipliée par celle qui se réalisait simultanément sur la côte atlantique du Maroc et, depuis 1434, vers l’Afrique noire, provoquait la méfiance et la crainte dans la Castille voisine, puisque les ambitions portugaises ne se limitaient pas à ces zones du Maghreb que les rois castillans avaient considérées partie de leur conquête depuis le xiiie siècle. En diverses occasions, elles se sont dirigées vers la ville de Gibraltar et vers l’émirat de Grenade. C’était une stratégie dans laquelle, pendant presque tout le xve siècle, la sortie vers la Méditerranée avait plus de valeur que les routes atlantiques vers des lieux inconnus2.

  • 3 Rumeu de Armas Antonio, España en el África Atlántica ; 2 vol., Madrid, 1956-1957, I, p. 68.
  • 4 Suárez Fernández Luis, « La Casa de Trastámara » dans Historia de España y América ; Rialp, t. V, (...)

3Parmi les grands nobles castillans qui partageaient le pouvoir sur les côtes atlantiques du Détroit, les Guzmán, ducs de Medina Sidonia, étaient les plus riches et les plus influents. Depuis Sanlúcar de Barrameda, à l’embouchure du Guadalquivir, en contrôlant donc l’accès fluvial à Séville, les ducs administraient leurs énormes possessions sur le littoral atlantique andalou. Celles-ci s’étendaient vers 1470 jusqu’à Huelva, à l’Ouest, et jusqu’à Gibraltar, à l’Est, avec les villes et lieux de Chiclana, Conil, Vejer et Barbate, même si dans cette direction Tarifa et la Baie de Cadix (Rota, El Puerto de Santa María et Cadix) restaient hors de leur juridiction. À cela il faut ajouter la ville de Medina Sidonia, très importante, et la ville frontière de Jimena, toutes les deux dans l’immédiat entourage du Détroit. Avec de tels intérêts, il n’est pas bizarre que les ducs fussent méfiants face au croissant expansionnisme portugais dans la zone. Don Juan Alonso de Guzmán, qui gouverna la maison entre 1436 et 1468, fut considéré dans la Cour de Juan II de Castille comme un grand expert dans les affaires africaines. Depuis juillet 1449, il avait reçu du monarque les droits sur la côte comprise entre les caps Aguer et Bojador. Il était directement impliqué dans le commerce avec la Barbarie et en 1454 il fut envoyé comme ambassadeur à Lisbonne pour formuler une énergique plainte à cause de la capture portugaise de plusieurs navires qui rentraient de Guinée. Selon Rumeu de Armas, « il n’y avait rien de particulier à ce que ces navires de Cadix et de Séville, dont on parle dans la plainte, lui appartiennent directement, sinon tous, une grande partie d’entre eux3 ». L’attitude de méfiance des Guzmán face à la poussée lusitaine dans le Détroit et dans l’Atlantique a continué tout au long de la période. En dehors de la défense de leurs intérêts dans la région, les ducs ne pouvaient pas ignorer qu’une des branches de l’axe économique Nord-Sud, sur lequel s’appuyait la prospérité castillane, était en train de passer lentement sous le contrôle portugais à cause des prodigieuses découvertes effectuées par leurs marins. Les rescates en or, qui étaient obtenus de plus en plus près des sources de production, faisaient que l’approvisionnement qui avait été antérieurement monopole de Séville et des ports de l’embouchure du Guadalquivir et de l’estuaire de Huelva, filait vers Lisbonne4. Bien que cette méfiance ne se traduise pas en hostilité permanente et permette des moments de collaboration face à l’ennemi commun que l’Islam représentait, la concurrence dans les mêmes lieux ne devait être ni confortable ni pacifique.

4Les Guzmán étaient les principaux représentants de la haute noblesse andalouse dans la zone, mais ils n’étaient pas les seuls. Les Ponce de León, comtes d’Arcos depuis 1440 et rivaux des Guzmán depuis la fin du xive siècle, possédaient Rota, dans la Baie de Cadix, depuis 1349, tandis que ceux de La Cerda, comtes de Medinaceli, gouvernaient la ville de El Puerto de Santa María, beaucoup plus importante. Tarifa était une seigneurie attachée aux grands amiraux de Castille, dignité qui, depuis le début du xve siècle, revenait aux Enríquez, même si les conflits internes castillans ont permis au lignage sévillan de Saavedra l’occupation de la possession entre 1448 et 1478.

  • 5 L’histoire médiévale de Cadix, spécialement le xve siècle et les circonstances dont on parlera ens (...)
  • 6 Hipólito Sancho Desopranis a publié un recensement de la population de Cadix effectué le 20 juille (...)

5Dans ce paysage seigneurial, seule la ville de Cadix, parmi toutes celles qui se penchaient sur l’Océan5, était sous la juridiction royale. Cadix était à cette époque-là une petite ville commerciale et portuaire de 250 feux, peut-être un peu plus de 1 500 habitants si l’on considère l’abondante population flottante qu’on cite expressément mais qu’on ne compte pas au recensement de 14656. Pourtant, il ne faut pas se tromper sur cette faible population. La condition juridique de ciudad et de siège épiscopal lui conférait un indubitable prestige, mais c’était surtout sa fonction économique qui la distinguait des noyaux de population plus grands, qui, par contre, avaient des façons de vivre nettement rurales. Le dynamisme économique de Cadix, même s’il était encore dans son premier développement, était en train d’attirer de denses colonies recrutées parmi les gens les plus actifs, entreprenants et avancés des mers proches. Les pilotes basques et, par-dessus tous, les marchands et financiers de Gênes commençaient à faire de Cadix leur principal centre de relations avec l’Afrique et les routes de l’Ouest. Cadix, qui avait le seul port en eau profonde de tout le littoral atlantique andalou, était dans une des principales zones de croissance économique de la Péninsule Ibérique. L’Andalousie atlantique, articulée autour d’une métropole, Séville, en tête des villes castillanes avec 40 000 habitants, conjuguait la richesse agricole de ses terres intérieures avec la vocation commerciale du littoral. Cela a donné lieu à un ensemble très équilibré dont la conséquence naturelle, depuis le début du xve siècle, a été l’affluence de richesse.

6Dans cet ensemble Cadix interprétait un rôle en accord avec sa qualité de noyau de type moyen, inférieur à cette époque à celui de lieux comme Sanlúcar de Barrameda ou El Puerto de Santa María. En fait, dans une perspective plus étendue, du point de vue économique, il convient de considérer tout l’espace côtier entre Sanlúcar et Cadix, et très spécialement la Baie, comme une unité dans laquelle les particularités de chaque centre urbain se complètent pour constituer finalement ce que cet espace était réellement destiné à être : un complexe portuaire et commercial situé providentiellement dans l’intersection des routes maritimes avec le plus d’avenir et avec le fort attrait représenté par un riche « hinterland ». C’est seulement depuis cette perspective qu’on peut cerner la contribution et les caractéristiques de la position de Cadix à un moment qui préludait à un brillant décollage. Une approche excessivement limitée de la réalité de Cadix, isolée de son entourage, provoquerait des contradictions inévitables entre ce que la ville était, urbanistiquement et géographiquement, et ce qu’elle représentait dans un des pôles de développement les plus notables de l’Europe de l’époque.

7En marge des avantages indubitables que sa position offrait vers le milieu du xve siècle, Cadix souffrait de vieux problèmes qui avaient lesté ses possibilités dans les temps antérieurs et qui étaient loin d’être résolus : le manque de ravitaillement, surtout de céréales, l’insécurité des mers et des côtes, les épidémies meurtrières et les conflits civils. En plus, la croissance était endommagée par des manques profonds et même par ce qu’on pourrait considérer, selon les critères prédominants de cette époque, l’absence d’une base solide.

8Un des principaux manques était la presque inexistence des municipalités ou alfoces à cause non seulement de la particularité géographique de Cadix, mais aussi de la dégradation institutionnelle et urbaine à laquelle la ville avait été soumise depuis la fin du xiiie siècle, quand les projets africains d’Alphonse X, celui qui l’avait conquise et repeuplée, avaient été stoppés. Depuis ce moment, Cadix avait perdu une grande partie du territoire étendu qui lui avait été réservé au début, comprenant toutes les terres de la Baie qui s’étendaient jusqu’à Sanlúcar. Mais le dernier coup, qui l’avait réduite depuis 1408 à peu plus que la propre ville et son contour restreint, fut la cession du lieu de La Puente à Juan Sánchez de Suazo. La Puente est l’origine de l’actuelle San Fernando, déjà dans l’île de Cadix, et elle était le dernier des lieux qui restaient sous sa juridiction. Ce manque fut perçu comme un grand obstacle pour le futur de la ville et comme un élément qui l’affaiblirait énormément. En plus d’accentuer la dépendance de Cadix quant à l’approvisionnement de ravitaillements de première nécessité, l’absence de juridiction se répercutait dans l’étroite importance du conseil comme expression de la communauté urbaine, en réduisant presque à rien les biens communaux et, par conséquent, l’influence politique du lieu. Symptomatiquement, les officiers du conseil municipal à Cadix ne touchaient pas de salaire pour exercer leurs fonctions, tout au contraire de la plupart des conseils.

9Vers le milieu du xve siècle, l’importance, la richesse, le prestige et le poids institutionnel d’une municipalité peuvent être calibrés, sans risque d’erreur, dans le profil de son patriciat ; les uns et l’autre concordent jusqu’au point où l’institution devient un reflet du groupe qui la monopolise et la modèle et ce groupe-ci, simultanément, trouve dans l’institution et dans ses ressources un fort appui et un champ étendu de développement économique, social et politique. Donc, l’indubitable précarité du conseil de Cadix, cause principale de la facilité avec laquelle il fut absorbé par les Ponce de León, nous explique aussi la faiblesse de ton du groupe dirigeant local, très loin dans sa constitution et dans ses moyens des solides oligarchies gouvernantes dans les villes proches, comme Xérès ou Séville.

10Vers 1465, l’aristocratie locale de Cadix se caractérisait par un développement embryonnaire et par l’existence de trois groupes constitutifs qui pouvaient être suffisamment distingués les uns des autres, même s’ils étaient dans un procès initial de fusion. Premièrement, un certain nombre de familles anciennes dans la ville qui avaient atteint une sorte de monopole sur le pouvoir politique et ecclésiastique local. Deuxièmement, un groupe réduit de marchands et d’armateurs dont l’influence (personnelle, non familiale) n’arrivait pas normalement à la continuité nécessaire pour permettre un rôle perpétuel et transmissible. Finalement, une communauté d’origine génoise, de plus en plus nombreuse, assimilable au groupe antérieur à cause de sa façon de vivre et de sa capacité d’action. Les travaux d’Hipólito Sancho de Sopranis ont fréquemment mis en relief la rusticité de la façon de vivre et l’horizon limité de ce patriciat primitif de Cadix, ainsi que ses ressources économiques limitées et sa non projection politique plus loin que le strict entourage local.

  • 7 Sur cette question et sur celles qu’on va aborder dans le paragraphe suivant, outre la bibliograph (...)

11Vers le milieu du xve siècle une dangereuse asymétrie était évidente à Cadix. D’un côté, une évolution économique de plus en plus prometteuse, liée au trafic commercial de long rayon et aux possibilités stratégiques de sa situation géographique ; de l’autre, la rachitique structure de pouvoir représentée par un conseil sans moyens et par une oligarchie réduite et primitive. Ce déséquilibre-ci était perçu par ceux qui avaient de la capacité et de la détermination pour construire leur propre grandeur et leur pouvoir au milieu du désordre de la guerre civile et sur la ruine de l’autorité de la monarchie. En profitant d’un futile prétexte, le comte d’Arcos, don Juan Ponce de León, s’est ainsi approprié de Cadix presque sans résistance un jour non précisable des derniers mois de 14667.

L’entrée de Cadix dans le domaine des Ponce de León, comtes d’Arcos

12Ce fait, peut-être le principal de tout le xve siècle à Cadix, est inscrit dans un long procès de seigneuralisation des territoires voisins qui, vers le milieu de ce siècle, avait déjà atteint sa maturité. Pourtant, entre 1440 et 1470, a eu lieu ce que Ladero Quesada a appelé le « deuxième élan seigneurialisateur ». Celui-ci a été impulsé, en deux moments de grave crise de la Couronne, par les deux lignages rivaux Guzmán et Ponce de León. Entre 1440 et 1447, une grande partie du dispositif de défense de la frontière de Castille face à Grenade dans l’actuelle province de Cadix avait été donnée à la noblesse avec les villes d’Arcos, Alcalá de los Gazules, Medina Sidonia, Castellar et Tarifa ; dans la décade 1460, ce deuxième élan a été consommé. En 1462, Gibraltar fut définitivement conquise aux musulmans, mais son appropriation par les Guzmán en 1466 allait donner lieu à une nouvelle vague d’acquisitions. La maison d’Arcos, incitée par cet exemple, par la prévisible chute de Jimena de la Frontera dans l’orbite ducale et par l’évidente supériorité de ses rivaux à Séville et à Xérès, a cherché avec ardeur un contrepoids suffisant du point de vue stratégique, économique et politique. Cadix, dernier vestige du domaine royal sur la côte atlantique andalouse, fut la proie choisie.

  • 8 Sánchez Herrero José, Cádiz…, op. cit., p. 35.

13Le moment et la circonstance choisis pour l’action sont un monument d’opportunisme. En juin 1465, la partie la plus importante de la noblesse du royaume, réunie à Ávila, avait décidé le détrônement d’Henri IV et la proclamation de son frère, l’infant don Alphonse, très jeune. Cela a déchaîné la guerre civile dans toute la Castille. La possession de Séville et son royaume était si cruciale pour les deux factions que les nobles rebelles ont décidé de l’assurer en donnant aux principaux magnats de la région, le duc de Medina Sidonia et le comte d’Arcos, un pouvoir du brillant Alphonse (XII) afin que, sous la surveillance des deux aristocrates, le territoire soit protégé et l’obéissance des villes et bourgs, surveillée. On n’observait aucune limite aux facultés concédées qui, en fait, promouvaient les bénéficiaires en authentiques vice-rois. Peu après, on le sait grâce à un document de 1467 analysé par Sánchez Herrero8, Alphonse XII a voulu récompenser les services de don Juan Ponce de León avec la remise de la ville de Cadix, bien que cette donation ne puisse pas s’effectuer avant six mois et n’aurait pas d’effet si, pendant ce temps, comme le monarque l’avait promis, le comte recevait cinq cents nouveaux vassaux dans d’autres lieux du royaume ou la ville de Jimena de la Frontera, encore libre du domaine des Guzmán.

  • 9 Idem, p. 35.

14Apparemment, ces promesses d’Alphonse (XII) au comte d’Arcos ont produit à Cadix un grand malaise qui fit douter de la future fidélité de la ville au nouveau régime. Dans le document de 1467, le Roi, en s’adressant à don Juan Ponce de León, dit : « Queriendo obviar el dicho escándalo y levantamiento ovistes de anticipar e abreviar el tiempo de los dichos seis meses e entraste e tomaste la dicha ciudad de Cádiz e vos apoderastes della segund que la tenedes » (avec la volonté de pallier le dit scandale et soulèvement vous dûtes avancer la date et raccourcir le temps des dits six mois et tu entras et tu pris la dite ville de Cadix et vous vous emparâtes d’elle comme vous l’avez9). Même si le jeune roi comprenait les raisons du comte, on sait que l’action des Ponce lui a déplu et qu’il a maintenu l’exigence des six mois convenus pour que la faveur fût effective. Il semble que toute l’opération a été faite avec le consentement du duc de Medina Sidonia qui, en plus d’éloigner Jimena des Ponce, s’est approprié Huelva et Gibraltar.

  • 10 Ladero Quesada Miguel Ángel, Andalucía en el siglo xv. Estudios de historia política, Madrid, 1973 (...)
  • 11 Cité dans idem. Archivo General de Simancas, Registro General del Sello, 16 août 1484, fol. 2.

15L’autorité seigneuriale sur la ville a été reconnue par Henri IV, après le rapide décès d’Alphonse (XII) en juin 1469, mais surtout le 29 janvier 1471, cette fois-ci avec la concession du titre de marquis de Cadix à don Rodrigo Ponce de León, fils et successeur à la tête de la maison d’Arcos du comte don Juan10. En 1484, Isabelle Ire a élevé le marquisat de Cadix à la catégorie de duché11. Avec la seigneurie de don Rodrigo a commencé une nouvelle époque dans l’histoire de la ville millénaire de Cadix qui s’est prolongée jusqu’au 20 janvier 1493, date à laquelle les Rois Catholiques se sont appropriés la juridiction de la ville. Le légendaire Marquis de Cadix était décédé en août 1492, seulement quelques mois avant.

Cadix sous la seigneurie des Ponce de León

16Une fois consommée l’occupation de la ville, tout un ensemble de mesures, qui ont eu un important effet, s’est réalisé. On peut les grouper dans deux blocs : a) l’organisation et l’activité extérieure du conseil ; b) la vie économique et la configuration sociale de Cadix.

Organisation et activité extérieure du conseil

17La mesure la plus importante, prise apparemment immédiatement après l’occupation, a été la nomination d’un « alcaide-asistente ». Cette figure avait déjà existé à Cadix au début des années soixante, à cette époque-là par volonté royale et avec un caractère temporaire. Les Ponce de León ont la charge permanente, avec des fonctions semblables à celles qu’ils avaient eues et qui étaient maintenant fondamentales pour assurer leur contrôle seigneurial : surveillance de l’action du conseil municipal et commandement militaire de la place. Tout au long de ces années, les seigneurs ont nommé des hommes avec une forte personnalité, très proches de leur maison, en montrant donc l’importance qu’ils accordaient au pouvoir sur Cadix. Le premier a été Pedro de Pinos, un chevalier de Xérès très distingué dans les affaires andalouses dans les années où la guerre entre les factions nobiliaires a changé toute la situation politique. Vers 1474, il a été remplacé par Juan de Suazo, seigneur de la voisine La Puente et, ce qui était encore plus important, beau-frère du propre don Rodrigo Ponce de León, dont il avait été un des plus actifs lieutenants pendant les conflits banderizos. Juan de Suazo est longtemps resté dans le poste ; par conséquent, on l’a appelé « el alcaide » pendant le reste de sa vie. Vers 1488, Diego Martínez de Aguilera lui a succédé. Celui-ci est un personnage plus obscur ; il fut probablement le dernier « alcaide-asistente » nommé par le Marquis.

  • 12 « Cádiz, de señorío a realengo », op. cit., p. 450. Federico Devís est porté à une date de créatio (...)

18L’efficacité des « alcaides-asistentes » dans leurs travaux de contrôle du municipe se déduit de l’absence de résistance des chevaliers qui composaient la petite aristocratie locale et occupaient les magistratures municipales. À cette époque, le conseil municipal était composé par deux « alcaldes mayores », un « alguacil mayor », dix « regidores » et deux « jurados ». Cette composition fut dénoncée tout au long de la période seigneuriale. La surveillance de l’« alcaide-asistente » fut complétée par une charge de nouvelle création, le « síndico procurador » ou « síndico del común », dont nous connaissons les fonctions grâce à la description faite en 1494 quand la restauration de l’office a été réclamée aux Rois Catholiques, malgré l’opposition des membres du conseil. Dans l’écrit que le biscaïen Perucho, « procurador de la ciudad » (procureur de la ville), a adressé aux Rois, il a déclaré que l’officier était élu chaque année parmi des citoyens étrangers au conseil et qu’il avait prouvé sa valeur pour la communauté. Le « síndico » était présent dans les réunions des officiers, dans les répartitions des impôts directs et dans l’établissement des indirects, dans les adjudications des biens communaux, etc. C’était un travail de contrôle fiscal qui ne devait pas être agréable aux « regidores » mais dont l’efficacité et la popularité ont fait que les Rois l’ont établi dans les autres conseils. Selon Ladero Quesada, la création de ce poste montre l’habilité politique de don Rodrigo Ponce de León12.

  • 13 Sur ce lignage, Sancho de Sopranis Hipólito, El comendador Pedro de Estopiñán, conquistador de Mel (...)

19Avec ces mesures de contrôle institutionnel et l’accès à l’organe de gouvernement local de nouveaux lignages apparus aux temps seigneuriaux, les Ponce de León assuraient l’obéissance que cette instance clef dans la vie des villes castillanes de l’époque devait leur montrer. Cette obéissance ne fut discutée que par une branche du lignage d’Estopiñán, très proche des Guzmán, qui s’est exilée à Xérès13.

  • 14 Devis Márquez Federico, « Tensiones y conflictos en Cádiz al final de la Edad Media : las relacion (...)

20Un aspect essentiel du contrôle local par les seigneurs fut les relations avec le chapitre de la cathédrale, deuxième instance de pouvoir à Cadix, mais la première assez souvent car les résultats des disputes qu’ils avaient avec les autorités civiles, principalement par des motifs fiscaux, leur étaient toujours favorables14. L’apparition en scène des Ponce de León ne pouvait pas être vue avec sympathie par l’évêché, puisque le rapport de forces favorable entre le conseil et le chapitre devenait un simple souvenir. Déjà en 1469, fort de l’appui comtal, le conseil a essayé de faire que les ecclésiastiques se soumettent aux règles générales sur l’entrée du vin dans la ville, qui était grevée d’un impôt dont le municipe extrayait un de ses principaux revenus et que l’Église ne voulait pas payer. Après un fort choc, qui a fait que l’évêque, don Gonzalo Venegas, a excommunié le conseil et décrété un interdit sur la ville, on est arrivé à un accord qui a constitué une importante victoire pour le conseil.

  • 15 Sánchez Herrero José, « La Iglesia de Cádiz en el paso del siglo xv al xvi », EHAM, X (1994), p. 1 (...)

21Le fait le plus grave est arrivé en 1472, au milieu du conflit entre les Ponce et les Guzmán, quand le chapitre cathédral, appuyé par l’évêque, a décidé d’abandonner la ville et de se rendre à Medina Sidonia, une des principales possessions des Guzmán, parce que la situation à Cadix était insoutenable. Les habitants insultaient et agressaient les chanoines, provoquant des désordres dans lesquels un archidiacre fut mis à mort et d’autres chanoines battus et mutilés. Apparemment, le conseil municipal encourageait et participait activement à cet affrontement toujours sous la protection de don Rodrigo, qui finit par expulser le chantre de la ville et priva le clergé de ses propriétés. Un aspect clef du problème était la proximité politique de l’évêque et du duc de Medina Sidonia, à qui appartenait Chiclana, près de Cadix, lieu habituel de résidence épiscopale. La mort de don Gonzalo Venegas cette année-là et l’élection comme successeur de don Pedro Fernández de Solís, ami du Marquis, a fait que le conflit a perdu de son intensité dans les années suivantes pour finir par se diluer, même si en 1478 existent de nouvelles preuves de son existence15.

  • 16 Ladero Quesada Miguel Ángel, Andalucía en el siglo xv. Estudios de historia política, Madrid, 1973 (...)
  • 17 Le rôle de Cadix dans ce conflit dans Sánchez Saus Rafael, « Cádiz en la época medieval », op. cit(...)

22La complète soumission du conseil gaditain aux dictats des seigneurs a aussi entraîné son implication dans les conflits entre les principales maisons nobles andalouses, mal endémique tout le long du xve siècle. La phase la plus sévère des luttes de factions a eu lieu entre 1471 et 147416 et Cadix y a joué un important rôle stratégique et militaire. La possession de Cadix et de Rota a assuré à don Rodrigo le domaine de la Baie, donc le ravitaillement de sa ville principale, Xérès, tout en rendant possible le succès du blocus maritime de Séville. Celui-ci complétait l’encerclement terrestre que le Marquis avait organisé depuis les forteresses qui dominaient les principales voies qui allaient vers cette ville. Les marins gaditains ont eu une grande opportunité pour pratiquer les arts corsaires dans lesquels ils étaient des experts, en réalisant des actions d’envergure, comme par exemple celle dirigée en 1473 vers Sanlúcar de Barrameda et l’embouchure du Guadalquivir, bien que dans cette occasion le succès initial soit devenu un semi-échec à cause de la réaction de l’alcaide Diego de Villalán17.

  • 18 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Cádiz, de señorío a realengo », op. cit., p. 450.

23Le conseil de Cadix avait vécu amoindri tout le long de son histoire face à des rivaux externes et à des pouvoirs internes. Le dynamisme politique et même militaire ne peut pas être compris sans considérer le double sens de sa dépendance au Marquis. D’un côté, celui-ci dominait la ville ; d’un autre, il la projetait dans un cadre politique général avec une force qu’elle n’avait jamais eue. L’exemple le plus clair s’est produit en 1481 et il a la double vertu de nous montrer les nouvelles énergies de Cadix sous la protection de don Rodrigo et, en même temps, les limites naturelles de sa capacité politique. On a déjà commenté dans ces pages la privation d’une partie de ses territoires et juridictions soufferte par Cadix, jusqu’au point de l’avoir transformée en un conseil territorialement sans importance depuis le début du xve siècle. En 1481, le conseil gaditain, avec l’appui du Marquis, a décidé de récupérer une partie du territoire situé de l’autre côté de la Baie, usurpée par le puissant conseil de Xérès il y a longtemps. Le 17 novembre, deux bateaux sont sortis de Cadix avec une grande partie des autorités municipales et un groupe nombreux d’habitants à qui on avait promis une généreuse répartition de terres dans l’endroit nommé « La Argamasilla ». Bien qu’au début tout se soit déroulé selon les prévisions des Gaditains, la réaction rapide de Xérès, qui ne s’est pas laissée impressionner, a obligé à recourir à la voie judiciaire, ce qui a facilité la décision des Rois Catholiques de fonder en 1483 une nouvelle ville, Puerto Real, sur les terres en litige. Même si don Rodrigo a toujours montré son appui à l’initiative de Cadix, qui aurait fait augmenter la juridiction de sa seigneurie, l’épisode s’est clos avec comme conséquence une création urbaine concurrençant l’activité commerciale de Cadix. Il est clair que les Rois ne désiraient pas que don Rodrigo s’approprie l’unique mouillage de la Baie de Cadix qui échappait à son contrôle seigneurial. La position du Marquis dans cette affaire permet à Miguel Ángel Ladero d’affirmer que « ces actions démontrent que les relations entre le seigneur et ses sujets n’ont été ni tendues ni hostiles et que Cadix a bénéficié d’une politique seigneuriale favorable au développement économique et de population, comme cela se passait dans d’autres lieux de la seigneurie18 ». On se concentrera maintenant sur tous ces thèmes.

Aspects économiques et sociaux

  • 19 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Unas cuentas en Cádiz (1485-1486) », Cuadernos de Estudios Medieval (...)

24Du point de vue économique, Cadix avait une grande importance pour ses seigneurs. Premièrement, à cause de la possibilité d’incorporer de nouvelles et attractives entrées d’argent à leurs revenus. Les comptes de l’administrateur de don Rodrigo à Cadix, Lope Díaz de Palma, pour 1485 et 1486, publiés il y a longtemps par Miguel Ángel Ladero19, prouvent jusqu’à quel point cela était vrai : les entrées ducales de Cadix pendant ces deux années ont respectivement représenté 3 368 542 et 1 850 379 maravédis, dont 948 962 et 1 239 314 maravédis étaient des revenus dérivés du simple exercice de la juridiction.

25Même si cela était beaucoup, ce n’était peut-être pas la chose la plus intéressante. Le plus grand attrait de Cadix pour les Ponce de León était l’ouverture vers l’exploitation de formes économiques, commerciales et financières qui commençaient à montrer toute leur puissance, grâce à l’adéquat appareil fiscal ou à travers une implication directe. L’occupation de Cadix représentait un pari pour une entreprise à longue échéance dont les premiers bénéfices commençaient à peine à se manifester. Il s’agissait de créer une réplique à ce que Sanlúcar de Barrameda signifiait depuis longtemps pour les Guzmán. Outre l’obtention d’importantes entrées, les Ponce voulaient s’introduire dans les cercles économiques les mieux placés pour l’avenir et forger une relation privilégiée avec les groupes humains destinés à l’effectuer.

26Par conséquent, on comprend que les Ponce n’avaient aucune intention de perturber le développement économique de leur nouveau domaine, même si, dès le début, ils ont fait tout ce qui était possible pour avoir part aux bénéfices. Depuis 1471, don Rodrigo a disposé des madragues près de la ville pour pêcher des thons, activité très caractéristique de la côte de Cadix, pratiquée dans les mois de mai et juin dans les pêcheries qui s’échelonnaient entre l’Algarve et les plages de Tarifa. À Cadix étaient justement les plus anciennes, peut-être depuis la Préhistoire, nommées Sancti Petri et

  • 20 Horozco Agustín de, Historia de Cádiz, édition d’Arturo Morgado García, Cádiz 2001, p. 107-111.

27Hercules, aujourd’hui Torregorda, où le Marquis a disposé la sienne en 1471. Agustín de Horozco, à la fin du xvie siècle, a décrit, vivement et avec beaucoup de détails, cette manière de pêcher20. Il y a eu d’autres auteurs antérieurs, parce que la capture, le « traînage » et le « dépeçage » des gigantesques thons, avec mille circonstances de force et d’habilité, étaient contemplés comme un spectacle qui, tout au long des siècles, a eu des admirateurs royaux, par exemple Pierre I et Henri I.

28Les ducs de Medina Sidonia avaient toujours cherché à obtenir (et ils ont réussi à le faire pendant quelque temps) le monopole de l’exploitation des madragues entre Gibraltar et l’embouchure du Guadiana, mais les énormes profits engendrés provoquaient l’appétence des autres lignages disposant de territoires sur ce littoral. Déjà, entre 1445 et 1457, les Enríquez ont plaidé pour leur droit à disposer de madragues à Tarifa. En plus, don Rodrigo Ponce de León a profité de la guerre déclarée entre sa maison et celle de Guzmán pour organiser la sienne à Cadix et la consolider après les accords de Marchenilla de 1474 qui ont mis fin à la phase la plus aiguë des luttes des factions nobiliaires. Dans ces pactes, on a stipulé le droit du Marquis à la madrague de Cadix, pourvu qu’il ne le fasse pas non plus à Rota, et vice versa. Cependant, les ducs ont continué à mettre des obstacles à cette exploitation quand ils ont pu, en plaidant sans succès contre don Rodrigo en 1477 ou même en utilisant les armes : ils ont bombardé la madrague de Cadix en mai 1489. À ce moment, les recettes du Marquis tirées des pêches arrivaient à un million et demi de maravédis annuels, peut-être vingt pour cent du total de ses revenus, selon les comptes de son administrateur Lope Díaz de Palma. Ces énormes profits étaient dus tant à la quantité qui était pêchée qu’à la totale utilisation des pièces, la simplicité de la manipulation et les hauts prix du produit final. Les comptes de Lope Díaz permettent de connaître nombreux détails de l’exploitation : l’emploi de nombreux esclaves maghrébins comme main-d’œuvre, le calendrier des travaux, etc. Ce calendrier était centré sur les mois de mai et juin, mais les travaux étaient précédés par des labeurs de tonnelage et d’aménagement des installations et suivis par le transport des thons au long de l’été. Dans les mois centraux, les madragues de Cadix étaient un point de rencontre où il y avait des gens des métiers les plus divers, des curieux, des marchands et des travailleurs professionnels. Au temps du Marquis, les madragues d’Hercules disposaient de maisons pour l’administration, d’une autre où l’on disait la messe et où les ouvriers déjeunaient, d’un auvent, des bacs pour laver les thons et de nombreuses chaumières. Il y avait aussi de nombreuses embarcations. Entre février et mai 1486, une tour a été construite et plus tard, pour éviter les coups de mer pendant les tempêtes, un mur en pierre devant elle. Il faut dire que, après la réintégration dans le domaine royal de Cadix en 1493, cette activité si fermement défendue par don Rodrigo a constitué une des plus importantes sources de richesse et de revenus pour la Couronne.

  • 21 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Unas cuentas en Cádiz… », op. cit., p. 471.

29Les marais salants, chapitre important de l’économie de Cadix à toutes les époques, étaient complémentaires de la madrague. Au xve siècle, le sel de Cadix était très estimé, plus encore que celui de Tunis, de Grenade ou d’Ibiza ; les Génois l’exportaient jusqu’à Alexandrie. Les plus grandes salines n’étaient pas les plus proches de la ville, puisqu’elles se trouvaient à El Puerto de Santa María. Il y en avait aussi à Xérès et à Sanlucar. Vers 1486, le Marquis possédait mille quatre cents tajos de sel dans les entourages de la ville, qui lui ont rapporté 137 328 maravédis comme bénéfice21.

  • 22 Idem, p. 477-479.

30La conjonction des madragues et du sel, ainsi que le facile ravitaillement en huile dans cette région, ont rendu possible l’apparition d’une industrie de conserves qui a profité de ces circonstances si favorables. La liste de clients de la madrague de Cadix en 1484 reflète une affaire de distribution et de revente très bénéficiaire. Toute la production a été vendue à un groupe relativement réduit de trente-six personnes, dont vingt-six ont dépensé plus de 10 000 maravédis et dont cinq ont dépassé les cent mille. Beaucoup d’entre eux sont des marchands italiens, d’autres sont membres des oligarchies de Xérès, El Puerto de Santa María et Cadix, ainsi qu’employés du Marquis. La façon de payer, qui était ajournée de douze à quinze mois, donnait le maximum de bénéfices avec un risque minime pour ces personnages. Ils étaient, à cause de leur nationalité ou de leur position sociale, bien situés dans les circuits commerciaux locaux, régionaux et internationaux22.

  • 23 Sánchez Herrero José, Cádiz…, op. cit., p. 95.

31Évidemment, ces activités donnaient lieu à beaucoup d’autres, comme par exemple le travail de tonnellerie, fondamental pour la mise en conserve et le transport du thon. On a connaissance de massifs achats de bois à des marchands de Galice, Santander, Flandre et Italie. Entre 1485 et 1486, le Marquis a commandé 1 700 tonneaux au tonnelier Yfronae de Espinosa à raison de 160 maravédis chacun23.

  • 24 Idem, p. 96.
  • 25 Ladero Quesada Miguel Ángel, Andalucía en el siglo XV, op. cit., p. 28.
  • 26 Rumeu de Armas Antonio, Cádiz, metrópoli del comercio con África en los siglos xv y xvi, Cadix, 19 (...)
  • 27 Rumeu de Armas Antonio, Cádiz, metrópoli del comercio con África…, op. cit., p. 17-18.
  • 28 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Castilla, Gibraltar y Berbería… », op. cit., p. 195.

32Par contre, ce n’étaient pas ces industries qui étaient les plus développées et les plus profitables de Cadix, au moins à l’époque à laquelle on commence à avoir de plus abondantes références. Depuis le début du xvie siècle, tout au moins, mais avec des indubitables précédents à l’époque seigneuriale, la fabrication de la cire et le tannage du cuir jouissaient de cette position. Grâce aux comptes de Lope Díaz de Palma, on sait que la maison du Marquis se fournissait de cire à Cadix, avec une dépense de plus de 55 000 maravédis en 148524. En rapport avec le commerce de cuirs, il faut donner encore plus d’importance au fait que, dès le moment de leur présence à Cadix, il y a des témoignages sur l’implication des Ponce. En 1466, ils ont obtenu d’Henri IV le tiers des revenus des cuirs de Séville et en 1472 la totalité de ceux de Xérès25. La fabrication de la cire comme le tannage du cuir dépendaient du commerce avec la Barbarie pour s’approvisionner en matière première. Ce commerce était vraiment l’activité économique la plus importante de la ville et il remonte ses origines à des temps très lointains26. L’or en poudre du Soudan, apporté jusqu’aux ports du Maroc à travers les routes de caravanes, était le moteur principal de toute l’activité. Comme Romeu l’a affirmé il y a longtemps, « même s’il semble surprenant, on peut assurer que la plu-part du métal d’or qui arrivait en Castille procédait du continent voisin par la route maritime-terrestre de l’Atlantique et du Sahara… L’or entrait par la porte ouverte de Cadix27 ». Et c’était de grandes quantités d’or, si on en juge d’après les rares mentions qui nous ont été transmises : en 1466, les galères vénitiennes ont extrait 40 000 ducats d’or de la ville, et 10 000 de plus deux ans après ; en 1518 le conseil évaluait à 200 000 ducats la valeur de l’or importé grâce au commerce africain28. Outre l’or, au xve siècle, les importations ibériques se composaient d’esclaves et de produits exotiques procédant de l’Afrique noire, mais aussi de cire et de cuir, ainsi que de produits agricoles, de matières tinctoriales, de textiles locaux et de divers travaux artisanaux. Le commerce gaditain d’exportation était encore plus important. La différence entre le commerce d’importation et celui d’exportation était la cause de l’affluence d’or africain vers les côtes andalouses. Son produit principal était les textiles, spécialement les grossiers, fabriqués surtout en Flandre et en Angleterre et apportés jusqu’à Cadix par les marchands qui se déplaçaient aux foires et aux ports d’Andalousie. Le papier, l’argent, et les produits alimentaires (du poisson salé ou en conserve, des légumes, de l’huile et du sel) formaient les autres exportations. Par ailleurs, il y a d’abondantes preuves de l’existence du transfert de marchandises illégales ou cosas vedadas (des chevaux, du blé, des armes, du salpêtre et du soufre) dont la vente aux musulmans était interdite pour des raisons stratégiques et morales.

  • 29 Lope Díaz de Palma, administrateur du Marquis à Cadix, a acheté pour le compte de celui-ci en 1485 (...)
  • 30 Montes Romero-Camacho Isabel, « Algunos datos sobre las relaciones de Castilla… », op. cit., p. 24 (...)
  • 31 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Unas cuentas en Cádiz… », op. cit., p. 460-463. Le texte des accord (...)

33Comme on peut l’imaginer, les Ponce de León ont immédiatement montré un énorme intérêt pour ce commerce. Outre leur approvisionnement de produits de luxe à Cadix comme clients privilégiés29, ils ont aussitôt participé à ses bénéfices. Leur intervention dans ce commerce a même été directe, et ils ont essayé d’augmenter leurs revenus avec la fiscalité qu’il générait. Il est symptomatique que depuis 1466, quand Cadix a commencé à être sous leur pouvoir, les loueurs des rentes royales de l’almojarifazgo de Séville ont arrêté de comptabiliser la renta de Berbería (rente de Barbarie). Cette rente avait produit une moyenne de 500 000 maravédis annuels dans la période 1461-146630. Peu après, l’éclatement en 1471 du grave conflit armé entre les maisons d’Arcos et Medina Sidonia a décomposé l’appareil fiscal de la région à cause du blocus imposé par don Rodrigo à Séville, centre du pouvoir de ses rivaux. On sait que le marquis de Cadix a profité des circonstances pour usurper les rentes royales et ecclésiastiques des localités qui lui obéissaient, et celles qui avaient leur origine à Cadix n’allaient pas être une exception. En plus, l’année suivante, en 1472, le Marquis a obtenu d’Henri IV un privilège qui lui permettait de s’approprier un pour cent de la valeur des marchandises chargées et déchargées dans le port gaditain. Isabelle Ire confirma ce privilège-ci en 1476 et en 1478. Même si les usurpations des rentes royales sur une grande échelle ne se sont plus produites à partir de l’accès au trône des Rois Catholiques, l’influence politique de don Rodrigo et les précédents créés pendant les troubles antérieurs ont permis les importants accords de 1488 et 1490 entre les almojarifes sévillans et les percepteurs gaditains. Ces accords ont consolidé l’existence d’un appareil fiscal propre, émancipé presque complètement du sévillan, et supposant la reconnaissance de la prédominance de la ville en tout ce qui faisait référence au commerce avec la Barbarie31. Ces accords satisfaisaient les aspirations du Marquis et égalisaient fiscalement sa ville, Cadix, et Sanlúcar de Barrameda, probablement le modèle qui a inspiré tout le comportement de don Rodrigo. Bien que les Rois se soient empressés d’annuler une grande partie du contenu de ces accords quand Cadix est rentrée sous le pouvoir royal en 1493, ce qui faisait référence à la rente de Barbarie a continué. Outre cela, cette même année, les Rois ont établi le monopole de Cadix sur le trafic avec le nord de l’Afrique, en l’interdisant depuis les autres ports de la Monarchie. Le but était de centraliser à Cadix le paiement de la rente de Barbarie et d’éviter sa dispersion dans les ports du littoral andalou avec autorité seigneuriale. La mesure avait une extraordinaire importance et anticipait le système du commerce américain introduit ensuite. Le brevet du Roi qui ordonnait le monopole rendait hommage à la tradition mercantile gaditaine en proclamant expressément que, depuis longtemps, la plupart des navires de la route de Barbarie chargeaient et déchargeaient à Cadix et nulle part ailleurs.

  • 32 Il y a beaucoup d’exemples de la prédominance portugaise et des autorisations dont les castillans (...)

34À cause des relations de pouvoir dans le Détroit et dans l’Atlantique pendant la deuxième moitié du xve siècle, le rôle croissant de Cadix dans ce trafic aurait été impensable sans l’approbation du Portugal32. Don Rodrigo Ponce de León en fut très conscient et ceci est sûrement une des principales explications d’une certaine conduite politique de sa Maison. Le rapprochement avec le Portugal favorisait bien sûr le commerce gaditain et, d’un autre côté, était cohérent avec le ralliement des Ponce au parti de don Juan Pacheco qui, à cette époque-là, était l’omnipotent favori d’Henri IV et le patron du rapprochement entre les couronnes de Portugal et Castille. De plus, le jeune Rodrigo s’était marié avec sa fille Beatriz avant d’accéder au gouvernement de ses territoires. Pacheco allait être le protecteur de son beau-fils à la Cour pour obtenir la reconnaissance royale de l’occupation de Cadix et l’aider dans la guerre de factions contre le duc de Medina Sidonia.

  • 33 Sur ces faits-ci, voir Sánchez Saus Rafael, « Conjeturas sobre las relaciones… », op. cit., p. 49- (...)

35Le lusitanisme du marquis de Cadix fut évident dans les mouvements politiques qui ont accompagné l’éclatement de la guerre de Succession entre Isabelle Ire et sa nièce, doña Juana, aidée par son mari Alphonse V de Portugal. En lien avec sa sympathie première pour la cause de doña Juana, qui ne s’est dissipée qu’après la bataille de Toro, don Rodrigo a fait tout ce qu’il a pu pour mettre des obstacles à l’action des Castillans dans les eaux proches de ses possessions. En été 1475, la supériorité navale portugaise s’est faite évidente dans une incursion le long des côtes andalouses. Symptomatiquement, Cadix n’a pas été attaquée à ce moment-là et il a été nécessaire d’appeler des marins basques et valenciens pour défendre la côte. Les marins gaditains n’ont pas participé, non plus, aux deux grands faits de la marine castillane en 1476 : la défaite de la flotte portugaise d’Alvar Mendes à l’embouchure du Guadalquivir et la grande expédition de Guinée de Charles de Valera. Le chroniqueur Alonso de Palencia, dont l’antipathie vers le marquis de Cadix est connue, affirme que celui-ci suivait secrètement le parti lusitain et qu’en 1476 il a porté à la connaissance de Fernão Gomes, qui avait le monopole des navigations vers la Côte d’Or, les préparatifs faits à Séville pour intercepter ses navires. Si cela est vrai, don Rodrigo ne faisait que défendre ses biens, puisqu’il incorporait annuellement deux navires au convoi lusitain vers la Guinée. Malgré sa précaution, l’expédition corsaire lui a causé un grand dommage puisqu’elle a attaqué et volé les caravelles du Marquis qui rentraient de Guinée avec les cales remplies, selon Palencia qui probablement exagérait, de cinq cents esclaves. À cette époque-là, la rumeur de ce que don Rodrigo avait révélé aux Portugais les plans du duc de Medina Sidonia pour s’emparer de Tanger a été aussi divulguée33.

  • 34 À ce respect, voir López De Coca Casteñer José Enrique, « Portugal y Granada : presencia lusitana (...)

36Ces épisodes et quelques autres semblables, par exemple la deuxième expédition portugaise en Guinée en 1478, à laquelle Cadix n’a pas participé, nous révèlent la dépendance des Ponce de León et de leur seigneurie gaditaine par rapport à Portugal dans la participation aux bénéfices des routes atlantiques et leur intérêt de conserver la présence portugaise dans la zone du Détroit de Gibraltar. Évidemment, le commerce de Cadix, très expérimenté, ne voulait pas se risquer à une rupture violente et totale avec les Portugais, qui avaient été leurs associés très souvent. Donc, on évitait une provocation directe qui aurait pu endommager la principale source de richesse de la ville. Tout au contraire, le rapprochement et la coopération entre Castille et Portugal favorisait la position de la maison d’Arcos à Cadix, l’activité commerciale de cette ville et les intérêts de son principal groupe de pression, la colonie de Gènes. Celle-ci ne pouvait pas voir d’un bon œil une innovation altérant les fondements de sa forte présence dans la région, et on ne doit pas oublier ses bonnes relations traditionnelles avec Portugal et l’hostilité toujours latente avec la couronne d’Aragon. Par ailleurs, la monarchie lusitaine était pleinement consciente de sa dépendance des ports andalous pour approvisionner et aider les places africaines sous leur pouvoir. La paix d’Alcáçovas (1479) a restauré la paix entre les puissances ibériques dans des termes très favorables pour les intérêts politiques et commerciaux constitués depuis longtemps dans la zone et a permis la continuation des vieux liens de coopération dans la lutte contre l’ennemi commun musulman34.

  • 35 Farcia Figueras Tomás, « Cabalgadas, correrías y entradas de los andaluces en el litoral africano (...)
  • 36 Sánchez Herrero José, « Corsarios y piratas entre los comerciantes gaditanos durante la segunda mi (...)
  • 37 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Unas cuentas en Cádiz… », op. cit., p. 467.
  • 38 Sánchez Herrero José, Cádiz. La ciudad medieval…, op. cit., p. 188.

37Les sorties des Gaditains sur les routes atlantiques n’ont pas seulement eu des buts commerciaux, mais elles ont fréquemment constitué des expéditions sur terres de musulmans à la recherche de butin et d’esclaves35. Parfois, l’impulsion était la pratique de la course ou simplement de la piraterie, à tel point que Sancho de Sopranis les proposait comme une des plus lucratives occupations des marins gaditains. José Sánchez Herrero va encore plus loin quand il affirme que « les marchands gaditains ont pratiqué la piraterie dans sa totalité36 ». Une bonne preuve de l’intérêt personnel du Marquis dans ces pratiques est la grâce qu’il a obtenue d’Henri IV en 1472 pour percevoir le quinto real, c’est-à-dire un cinquième de la valeur des prises réalisées37. Don Rodrigo, généreusement et pour stimuler le zèle des armateurs, leur cédait le tiers du quinto. Bien que le but théorique de la grâce de 1472 et de toute la course soit les navires musulmans et ceux des puissances ennemies, la réalité était moins respectueuse, de telle façon que les neutres et même les amis pouvaient être attaqués et volés, faits dont on a beaucoup de plaintes et réclamations. Le développement de la piraterie, à cause de la guerre nobiliaire commencée en 1471 entre les Ponce et les Guzmán, a provoqué en 1473 l’entrée dans le port de Cadix de la marine portugaise pour de dures représailles sur les navires mouillés. Peu après, à partir de 1482, le blocus maritime du royaume de Grenade a offert de grandes opportunités. En 1485, sept prises sont entrées à Cadix, dont le quinto a donné au Marquis plus de 232 000 maravédis38. Les corsaires qui les ont obtenues étaient dans tous les cas des personnages de la meilleure société de Cadix, dont deux regidores de son conseil.

  • 39 Fresnadillo García Rosario, El castillo de la villa de Cádiz (1467 ?-1947), Cádiz, 1989.
  • 40 Fierro Cubiella Juan Antonio, Historia de la ciudad de Cádiz. Cadix, 1993, p. 134-135.
  • 41 Pour connaître l’urbanisme de Cadix au début de xvie siècle, qui serait si débiteur de cette époqu (...)
  • 42 Voir Montero Vallejo Manuel, Historia del urbanismo en España. I. Del Eneolítico a la Baja Edad Me (...)

38Un dernier aspect qu’il faut mettre en relief pour mesurer à l’impulsion reçue par la ville dans les décades finales du xve siècle est l’activité de construction, soutenue par les seigneurs. Très tôt, en 1467, don Juan Ponce de León a commandé la profonde restauration du château de la ville qui, dans la pratique, fut une œuvre nouvelle, déjà terminée en 147139. Dans les années suivantes, son fils Rodrigo a montré sa passion édilitaire quand il a construit la tour d’Hercules pour protéger les madragues, ainsi que plusieurs tours de surveillance dans les entourages de Cadix40. Même si les Ponce n’ont jamais implanté de palais et si les séjours du Marquis devaient être très rares, don Rodrigo possédait vers 1486 pas moins d’une douzaine d’immeubles dans la ville, chiffre notable si l’on considère la petitesse du périmètre urbain. On a aussi construit l’église de Santa-María pour donner un temple paroissial au faubourg ainsi nommé, en expansion depuis 1467. Le Marquis a contribué à la construction du temple avec d’importants apports. Vers 1490, le faubourg avait tellement grandi que le conseil a considéré comme nécessaire de construire un mur pour sa défense. Ce premier faubourg gaditain, avec une vocation mercantile et marine, a eu son contrepoint de l’autre côté de la vieille ville. Le faubourg de Santiago, plus résidentiel, dans un lieu spacieux et plan, est apparu presque en même temps que celui de Santa María autour de l’ermitage de Santiago. Au nord de la ville, entre le port et le pan de muraille dans lequel était la puerta del Mar, est apparue la grand-place ou Corredera, qui allait devenir le cœur de la ville et le lieu où déjà au début du xvie siècle ont été placés quelques bâtiments officiels principaux41. Ce qui est frappant dans ces nouveautés urbanistiques, outre leur relation avec une indubitable croissance qui confirme tout ce qu’on a exposé, c’est leur rigoureuse synchronie avec ce qui se passait à cette époque-là dans les villes espagnoles les plus vitales et expansives, mais toujours à une échelle plus petite qui correspondait à la position de Cadix dans la hiérarchie urbaine de l’époque42.

  • 43 Sanchez Saus Rafael, « La aristocracia gaditana bajo el señorío de los Ponce de León (1466-1493) » (...)

39L’indubitable développement économique de Cadix, dans lequel la capacité de son seigneur à stimuler et protéger pour en tirer bénéfice a eu tant d’importance, a contribué de manière décisive à la rénovation du groupe dirigeant local, en permettant une avancée incalculable dans la maturation de l’embryonnaire système urbain gaditain43. Nous savons déjà que le manque d’opposition au nouveau régime montré pour le groupe oligarchique qui partageait le pouvoir avant l’arrivée des Ponce de León, a permis la continuité basique de ses composants. Les sièges du conseil sont restés entre les mains des mêmes familles avant et après les événements de 1466 : Argumedo, Estopiñán, Bernalte, Sánchez de Cádiz, Galíndez, Frías, Chirino… Cette essentielle continuité a été altérée par la progressive ouverture vers des groupes sociaux émergents. L’évolution économique favorable et les stimulants fiscaux et administratifs de don Rodrigo à la navigation et au commerce ont favorisé l’établissement à Cadix d’éléments actifs dans un tissu social aussi réduit que peu brillant.

40Un facteur important à prendre en considération est le fait que la complète domination de la politique locale par les Ponce de León a désactivé à Cadix les mécanismes qui, dans beaucoup de villes, ont nourri pendant ces années les conflits internes entre les factions opposées. La prise disputée, dans ces durs conflits entre oligarques, était invariablement l’institution municipale. Le prix de cette tension réduite fut, dans le cas de Cadix, une presque complète soumission aux intérêts et préceptes de don Rodrigo. Ceux-ci étaient souvent inspirés par des questions de haute politique qui, jusqu’alors, étaient complètement étrangères au conseil de ville. Ceci a aussi entraîné l’implication active de la ville dans les affrontements entre les maisons d’Arcos et de Medina Sidonia mais, par ailleurs, a permis d’orienter l’intérêt de la petite aristocratie locale vers l’activité économique qui offrait tant d’opportunités, en même temps que cela a favorisé le remplacement partiel de la vieille élite politique dont la vie gravitait autour du monopole du conseil, par de nouveaux groupes mieux préparés pour extraire le plus grand bénéfice sociopolitique de la situation.

41En relation avec cela, la prospérité du commerce gaditain pendant la deuxième moitié du xve siècle a attiré vers la ville de nombreux marchands, gens de mer et négociants qui l’ont transformée, malgré sa petitesse, en un vrai creuset. Ces personnes se trouvaient généralement en mouvement constant, mais beaucoup d’entre eux se sont établis à Cadix pendant un long espace de temps ou définitivement. Même parmi ceux-ci, il convient de distinguer les individus pleinement assimilés, citoyens de plein droit gardant des liens affectifs avec leurs pays d’origine, de ceux qui, avec l’espoir du retour, n’arrivaient pas à s’impliquer sérieusement dans la vie publique. Ces groupes d’étrangers, regroupés dans des colonies de même origine, étaient habituels dans tous les ports de la région. À Sanlúcar de Barrameda, les Bretons et les Anglais prédominaient ; à El Puerto de Santa María, c’étaient les Portugais, et à Cadix les principales colonies ont été composées par des Basques et des Génois.

42Les Basques de Cadix étaient gens de mer, pilotes, armateurs, marchands et, inévitablement quand on pratique ces professions, corsaires. Dans la deuxième moitié du xve siècle, ils étaient indispensables à cause de leurs connaissances nautiques et ils se sont fait une place dans le groupe dirigeant grâce à leurs richesses et à la force de leur confrérie, laquelle a obtenu en 1483 la première chapelle concédée dans la cathédrale pour l’enterrement de ses membres, le traitement de leur négoce et le point de rencontre du collège de pilotes basques de la Sainte Croix. Ce collège avait le monopole des navigations vers l’Ouest, ce qui était très important dans une ville si dépendante du commerce africain.

  • 44 Sancho de Sopranis Hipólito, Los genoveses en Cádiz antes de 1600, Larache, 1939 et « Los genovese (...)

43Toutefois, la colonie génoise était de loin la plus importante de celles qui existaient au xve siècle. Pendant les xiiie et xive siècles, sa présence fut occasionnelle et sans continuité, avant de prendre un tour nouveau finalement décisif pour le futur de Cadix. Lentement au début mais intensément depuis 1460, des Génois de toutes les conditions sociales se sont établis en Andalousie, spécialement à Séville et à Cadix. C’étaient des marchands dédiés à l’importation et à l’exportation, comme facteurs ou de manière indépendante, et des cambistes, mais aussi des transporteurs, des navigants et de dangereux guerriers de mer. On sait bien, depuis les profondes études d’Hipólito Sancho de Sopranis sur cette matière44, que l’essor génois à Cadix a été impulsé par une profonde infiltration dans le pouvoir local à travers trois procédures. Premièrement, les alliances matrimoniales avec les lignages qui figuraient depuis toujours dans la courte liste de l’élite de la ville ou avec ceux qui commençaient à se distinguer. En relation avec cela, il y a eu dans les décades finales du xve siècle, des unions comme celle du génois Polo Bautista de Negrón avec Catalina de Argumedo et Catalina de Estopiñán, ou celle du gaditain Francisco de Frías avec María Usodemar. Il faut mettre en relief la série commencée par les Sánchez de Cádiz avec le mariage de Juan Sánchez avec Berenguela de Cubas, continuée par son fils Antón quand il s’est marié avec Onofrina Luzardo et prolongée plus tard au xve siècle par Catalina, fille d’Antón, en se mariant avec Bautista Ascanio.

44Deuxièmement, l’infiltration génoise a trouvé un grand champ d’action dans la progressive présence de membres de sa colonie, ou directement apparentés avec elle, dans les institutions locales. Jerónimo Marrufo et Juan Ascanio étaient déjà regidores en 1469, mais la croissance de l’influence ligurienne dans les décades suivantes se fait évidente quand on sait qu’en 1506 cette charge était occupée par Polo Bautista de Negrón et Diego Ortiz de Cubas, et que les officiers avec mère ou épouse génoise étaient, tout au moins, cinq parmi les neuf restants, en comprenant les deux alcaldes mayores et l’alguacil mayor de la ville.

45Troisièmement, l’influence des Génois a été favorisée par la confiance que le Marquis avait en eux. Ainsi, des trente-six marchands en gros qui ont acheté en 1484 la totalité de la production de la madrague de Cadix, plus de la moitié étaient d’origine ligurienne. En plus, le Marquis a encouragé leur collaboration dans l’administration du pouvoir seigneurial : en 1485 l’affermage des rentas mayores de Cadix était une affaire conquise, puisque cinq des six fermiers étaient originaires de Gênes.

  • 45 Le document est publié par Ladero Quesada, « Unas cuentas en Cádiz… », op. cit., p. 480-481.

46La forte croissance de la colonie génoise à Cadix pendant l’époque seigneuriale a été ratifiée par sa reconnaissance comme nation, avec un consul et une confrérie. Cette confrérie a acheté en 1487 la chapelle de la cathédrale nommée à partir de ce moment Sainte-Marie de Saint Georges, une des plus importantes du temple. Une preuve très convaincante de la protection reçue de don Rodrigo Ponce de León fut le fait qu’au moment du changement de juridiction de la ville en 1493, le Marquis a présenté aux Rois une requête dans laquelle, en plus de solliciter des avantages politiques, commerciaux et fiscaux, les Génois demandaient que personne ne puisse leur faire affront pour des causes passées et que « dans l’avenir, nous soyons regardés et traités comme on faisait au passé45 ». Il s’agissait d’éviter les problèmes et les règlements de comptes qui suivent normalement les changements de ce type et qui affectent les bénéficiaires et les auxiliaires du pouvoir déclinant, surtout s’il s’agit d’étrangers.

47En marge de ces changements dans la constitution du groupe dirigeant local, l’action du Marquis a eu d’autres effets. La collaboration avec le gouvernement seigneurial a ouvert de nouvelles perspectives à quelques vieux lignages gaditains qui, pour la première fois, ont été appelés pour réaliser des affaires de gouvernement au-delà des étroites limites de l’île. Ainsi, Pedro de Ordiales remplissait en 1485 les fonctions de majordome du Marquis et Juan Sánchez de Cádiz a obtenu en 1481 une venticuatría de Xérès qui récompensait son activité pendant plusieurs années comme alcaide de la ville de Rota au nom de don Rodrigo. Ces mêmes cas servent à démontrer un autre aspect important de l’influence exercée par les Ponce sur l’oligarchie locale : avoir favorisé son immersion dans une ambiance courtisane et chevaleresque qui lui était complètement étrangère. Avant l’arrivée des Ponce, seules quelques visites sporadiques d’un noble navigant ou voyageur ou la présence circonstancielle d’un représentant du pouvoir royal, comme celle de l’asistente Pedro de Vera en 1460, pouvaient donner à l’oligarchie locale un contact direct avec les formes de vie et les idéaux qui triomphaient dans les aristocraties de toute l’Europe. Cependant, au long des vingt-cinq ans de régime seigneurial, les Gaditains ont eu l’occasion de rompre leur traditionnel isolement, non seulement grâce à des cas comme ceux dont nous avons parlé, mais aussi à cause de la présence permanente dans la ville de chevaliers de la maison du Marquis qui, comme Pedro de Pinos ou surtout Juan de Suazo, ont laissé leur empreinte. Cette ouverture des horizons de l’aristocratie gaditaine est évidente dans des mariages comme celui de Clara Marrufo, fille de Jerónimo Marrufo, marin, marchand et « regidor » gaditain, avec l’aristocrate de Xérès Martín Dávila Sigüenza, premier possesseur du riche majorat de Villamarta et tête d’un des principaux lignages de sa ville. Deux groupes avec des traditions et des formes de vie très différentes jusqu’à ce moment, mais qui commençaient à être complémentaires, se reconnaissaient et cherchaient l’effet multiplicateur de leurs respectifs apports. Il nous semble que l’introduction à Cadix à cette époque-là d’une branche d’un puissant lignage de Xérès, les Villavicencio, a été favorisée par les mêmes intentions essentielles et qu’elle est également indicative de la maturité atteinte par le système urbain de Cadix.

48Il est évident que le procès de renouvellement des cadres dirigeants de la ville, même s’il était encouragé par l’évolution générale des conditions socio-économiques de la période, a été consolidé par le gouvernement de don Rodrigo Ponce de León. L’ouverture aux groupes les plus dynamiques de la société du moment, l’homologation de leurs intérêts et formes de vie avec ceux de l’entourage andalou et leur introduction dans des ambiances politiques et institutionnelles plus amples ont été les conséquences indubitables de son action. Par ailleurs, cette croissance du patriciat local, une fois restaurée l’autonomie de la ville sous la juridiction royale, a été un facteur puissant dans la nouvelle atmosphère qui enveloppe Cadix dans les dernières années du xve siècle et dans les premières du xvie siècle, moments où il commence à être visible le grand développement que la ville allait connaître.

Conclusion

  • 46 Sur ces négociations et son entourage politique, voir Ladero Quesada Miguel Ángel, « Cádiz, de señ (...)

49Le 27 août 1492, don Rodrigo Ponce de León, marquis-duc de Cadix, est mort à Séville à quarante-neuf ans. Son décès et la formidable accumulation d’événements décisifs cette année-là ont donné aux Rois Catholiques l’opportunité qu’ils attendaient pour poser une question qui avait été évitée jusque-là grâce à l’énorme respect qu’ils avaient envers la personnalité et les services de ce personnage, comparable au Cid à cause de son rôle dans la conquête de Grenade. Cette question était la dévolution de Cadix à la Couronne, puisque les Rois étaient à ce moment-là très intéressés par les affaires africaines et atlantiques. Le 27 janvier 1493, ont été signés les accords entre la maison d’Arcos, représentée par la veuve de don Rodrigo, doña Beatriz Pacheco, et la Monarchie qui permettaient la rentrée de la ville dans les territoires royaux46. En réalité, Cadix avait été déjà occupée quelques jours avant par le représentant des Rois, le bachiller de la Torre ; ce fait montrait la détermination royale, devant laquelle aucune résistance n’aurait été utile et même imaginable.

  • 47 La capacité diplomatique au plus haut niveau des autorités et des marchands gaditains au long des (...)

50Se fermait une époque de la ville qu’on peut qualifier de décisive pour son futur comme un des plus importants centres commerciaux atlantiques des temps modernes. Il est vrai que, avant son entrée sous la seigneurie des Ponce, Cadix avait commencé à se situer comme place privilégiée dans l’entrecroisement des routes qui unissaient la Méditerranée à l’Atlantique et l’Europe à l’Afrique. Ceci avait été la principale raison de l’intérêt de la maison d’Arcos. C’est aussi vrai que l’orientation prise avec autant de résolution par la ville et son groupe dirigeant dans la deuxième moitié du xve siècle ne s’est pas arrêtée avec la rentrée dans la juridiction royale ; tout au contraire, elle a été confirmée et intensifiée par les mesures immédiatement adoptées par les Rois, surtout par le crucial établissement du monopole sur les voyages en Barbarie le 9 mai 1493. Pourtant, cela ne devrait pas nous faire penser que l’évolution positive de Cadix entre 1465 et 1493 serait arrivée de toutes façons. Il est évident que le Marquis a procédé comme un vrai stimulant et protecteur des activités économiques de la ville et que son gouvernement a rendu possible la maturation du groupe dirigeant, dont les horizons et capacités se sont élargis plus que notablement47.

51Il est aussi évident que cela ne doit pas laisser supposer l’existence de quelque chose semblable à un plan de développement dans l’administration seigneuriale, bien qu’il soit difficile de ne pas accepter que don Rodrigo ait fait tout ce qui était possible et nécessaire pour consolider sa seigneurie gaditaine et pour favoriser sa prospérité. Dans ce but, il a accepté d’assumer des risques importants, comme on le voit très clairement dans le contentieux pour l’exploitation des madragues face aux Guzmán ou dans la dispute contre Xérès à cause de la possession des territoires du postérieur Puerto Real. À un autre niveau, encore plus global, son appui aux Lusitains pendant la guerre de Succession castillane fut aussi en relation avec le rôle de Cadix dans le commerce africain et avec ses propres intérêts dans ce commerce.

52Un autre aspect important de la gestion seigneuriale à Cadix a été la pacification interne une fois résolue le contentieux avec le chapitre de la cathédrale, très lié à l’affrontement général entre les Ponce et les Guzmán. Cette pacification contraste avec la situation dans d’autres villes proches, par exemple Xérès, dans lesquelles seule l’énergie politique des Rois Catholiques, représentée par leur corregidor, Juan de Robles, a réussi à soumettre les factions nobiliaires en lice pour le pouvoir local. À Cadix, les lignages de l’oligarchie locale n’ont jamais eu la force de ceux des autres places, surtout à cause de la petitesse de la ville, mais le gouvernement des Ponce a coupé par la racine cette possibilité au moment où la croissance gaditaine l’aurait permise. Dans ces décades seigneuriales, les vieux lignages de l’aristocratie autochtone ont été obligés de partager le pouvoir et les tâches gouvernementales avec les groupes émergents attirés par l’essor commercial avec l’approbation de don Rodrigo. Le résultat final a été un corps de ville et un groupe dirigeant local beaucoup plus ouverts et poreux, moins conflictuels dans leurs relations internes que ceux de la région. Un groupe dirigeant qui, en plus, a conservé ces caractéristiques après la réintégration dans le domaine royal en 1493.

  • 48 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Sociedad feudal y señoríos en Andalucia », dans Los señores de Anda (...)

53Bien sûr, les formes et effets du régime seigneurial à Cadix prennent seulement sens dans le contexte de la « société féodale avancée » ou société « féodalo-commerciale » qui s’est développée en Andalousie aux xve et xvie siècles. C’était un modèle marqué par l’essor et la prédominance des valeurs et des structures promues par l’aristocratie qui a rendu possible des phénomènes de pré-capitalisme agraire et commercial « dans le cœur d’un ensemble social qui, au milieu des inévitables transformations internes, a conservé et même fortifié son identité48 ». Ce modèle a obtenu l’adhésion et l’appui de la majorité de la population, spécialement des groupes qui, dans d’autres latitudes, ont été les protagonistes des transitions et des changements qui ont commencé ici beaucoup plus tard. Il est indispensable de prendre en considération ces circonstances fondamentales du développement andalou dans les siècles du Bas Moyen Âge et du début de l’époque moderne pour construire notre jugement historique sur la période seigneuriale gaditaine.

Notes

1 Dias Farinha Antonio, « Norte de Africa », dans História da Expansão Portuguesa (dir. Francisco Bethencourt y Kirti Chaudhuri), Estella (Navarra), 1998, t. I, p. 119-126.

2 J. Borges de Macedo l’a exprimé avec clarté : « No século XV, a definição da área atlântica interviniente não era ainda a que, depois, veio a ser. Nesse século, só a podemos perceber, plano historico ou humano, se a considerarmos na dimensão limitada por que era conhecida e aproveitada. » Alfonso V fut spécialement sensible a cela : « Sem a presença portuguesa no Mediterrâneo, de pouco lhe podia servir a parte do Atlântico que dominava, ou a influência com que podia estar na costa de Africa. É este ponto que tendemos a esquecer : a área do Atlântico sul proximo começa por ser, em si mesma, uma área subsidiaria. Só se valoriza pelo Mediterrâneo. » Borges de Macedo J., « A política de D. João II e o Mediterrâneo », Actas do Congresso Internacional Bartolomeu Dias e a sua época, Porto, 1989, vol. I, p. 387-403 ; p. 389. La dynamique politique d’un côté et de l’autre du Détroit dans Sánchez Saus Rafael, « Conjeturas sobre las relaciones entre Portugal y la nobleza andaluza en la región del Estrecho de Gibraltar durante el siglo xv », Hispania, LIII/1, 183 (1993), p. 35-56. Les avatars entre Portugal, Castille et Grenade depuis l’installation lusitaine à Ceuta dans Lopez de Coca Castañer José Enrique : « Portugal y Granada : presencia lusitana en la conquista y repoblación del reino granadino (siglos xv-xvi) », Actas das II Jornadas luso-espanholas de História Medieval, Porto, 1987, II, p. 737-759, ainsi que « Granada y la expansión portuguesa en el Magreb extremo », Historia, Instituciones, Documentos, 25 (1998), p. 351-368 et « Portugal y los “derechos” castellanos sobre Granada (siglo xv) », Acta Historica et Archaeologica Mediaevalia, 22-2 (1999-2001), p. 601-616.

3 Rumeu de Armas Antonio, España en el África Atlántica ; 2 vol., Madrid, 1956-1957, I, p. 68.

4 Suárez Fernández Luis, « La Casa de Trastámara » dans Historia de España y América ; Rialp, t. V, p. XXXI.

5 L’histoire médiévale de Cadix, spécialement le xve siècle et les circonstances dont on parlera ensuite, peut être consultée plus longuement dans Sánchez Saus, Rafael, « Cádiz en la época medieval » dans Entre la leyenda y el olvido. Épocas antigua y medieval, vol. I de Historia de Cádiz, Madrid, 1991, p. 165313. Aussi dans Sánchez Herrero José, Cádiz. La ciudad medieval y cristiana, Córdoba, 1981.

6 Hipólito Sancho Desopranis a publié un recensement de la population de Cadix effectué le 20 juillet 1465 pour calculer les nécessités de blé face à une des fréquentes disettes. « Cinco lustros de historia gaditana. Cádiz bajo el señorío de los Ponce de León », Archivo Hispalense, 3 (1944), p. 27-80 y 165-206 ; 4 (1945) p. I-XXI y 53-66 ; p. IV-XI.

7 Sur cette question et sur celles qu’on va aborder dans le paragraphe suivant, outre la bibliographie générale sur Cadix déjà indiquée, voir Ladero Quesada Miguel Ángel, « Cádiz, de señorío a realengo », dans Los señores de Andalucía. Investigaciones sobre nobles y señoríos en los siglos XIII a XV, Cadix, 1998, p. 443-455.

8 Sánchez Herrero José, Cádiz…, op. cit., p. 35.

9 Idem, p. 35.

10 Ladero Quesada Miguel Ángel, Andalucía en el siglo xv. Estudios de historia política, Madrid, 1973, p. 24.

11 Cité dans idem. Archivo General de Simancas, Registro General del Sello, 16 août 1484, fol. 2.

12 « Cádiz, de señorío a realengo », op. cit., p. 450. Federico Devís est porté à une date de création de l’institution vers la première moitié du xve siècle. « Cádiz, un cuerpo político entre la Edad Media y la Moderna », Estudios de Historia y de Arqueología Medievales (EHAM), X (1994), p. 41-46 ; p. 45.

13 Sur ce lignage, Sancho de Sopranis Hipólito, El comendador Pedro de Estopiñán, conquistador de Melilla, Madrid, 1952, ainsi que le chapitre correspondant dans Sánchez Saus Rafael, Linajes Medievales de Jerez de la Frontera, Sevilla, 1996, t. I, p. 76-79 et t. II, p. 271.

14 Devis Márquez Federico, « Tensiones y conflictos en Cádiz al final de la Edad Media : las relaciones del cabildo catedralicio con la ciudad », EHAM, I (1981), p. 35-44.

15 Sánchez Herrero José, « La Iglesia de Cádiz en el paso del siglo xv al xvi », EHAM, X (1994), p. 155-164 ; p. 161.

16 Ladero Quesada Miguel Ángel, Andalucía en el siglo xv. Estudios de historia política, Madrid, 1973, p. 130-133.

17 Le rôle de Cadix dans ce conflit dans Sánchez Saus Rafael, « Cádiz en la época medieval », op. cit., p. 305-306 et 309-310.

18 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Cádiz, de señorío a realengo », op. cit., p. 450.

19 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Unas cuentas en Cádiz (1485-1486) », Cuadernos de Estudios Medievales, 2-3 (1974-1975), p. 85-120. Inclus dans Los señores de Andalucía. Investigaciones sobre nobles y señoríos en los siglosxiii a xv, Cádiz, 1998, p. 457-485.

20 Horozco Agustín de, Historia de Cádiz, édition d’Arturo Morgado García, Cádiz 2001, p. 107-111.

21 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Unas cuentas en Cádiz… », op. cit., p. 471.

22 Idem, p. 477-479.

23 Sánchez Herrero José, Cádiz…, op. cit., p. 95.

24 Idem, p. 96.

25 Ladero Quesada Miguel Ángel, Andalucía en el siglo XV, op. cit., p. 28.

26 Rumeu de Armas Antonio, Cádiz, metrópoli del comercio con África en los siglos xv y xvi, Cadix, 1976 ; Ladero Quesada Miguel Ángel, « Castilla, Gibraltar y Berbería (1252-1516) », dans Los mudéjares de Castilla y otros estudios de historia medieval andaluza, Grenade, 1989, p. 169-220 ; Vernet R., « Les relations céréalières entre le Mahgreb et la Péninsule Ibérique du xiie au xve siècle », Anuario de Estudios Medievales, 10 (1980), p. 321-336 ; Montes Romero-Camacho Isabel, « Algunos datos sobre las relaciones de Castilla con el norte de África : Sevilla y Berbería durante el reinado de Enrique IV (1454-1474) », Estudios de Historia y Arqueología Medievales, V-VI (1985-1986), p. 239-257.

27 Rumeu de Armas Antonio, Cádiz, metrópoli del comercio con África…, op. cit., p. 17-18.

28 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Castilla, Gibraltar y Berbería… », op. cit., p. 195.

29 Lope Díaz de Palma, administrateur du Marquis à Cadix, a acheté pour le compte de celui-ci en 1485 aux marchands étrangers, spécialement de Vénise, de précieux tissus et draps, des épices, du sucre et des autres produits de prix. Ladero Quesada Miguel Ángel, « Unas cuentas en Cádiz… », op. cit., p. 472-473 ; Sánchez Herrero José, Cádiz. La ciudad medieval…, op. cit., p. 121-125.

30 Montes Romero-Camacho Isabel, « Algunos datos sobre las relaciones de Castilla… », op. cit., p. 245-246.

31 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Unas cuentas en Cádiz… », op. cit., p. 460-463. Le texte des accords, p. 482-485.

32 Il y a beaucoup d’exemples de la prédominance portugaise et des autorisations dont les castillans avaient besoin dans ces années dans Baquero Moreno Humberto, « Relações marítimas e comerciais entre Portugal e a Baixa Andaluzia nos séculos xiv e xv », EHAM, X (1994), p. 25-40.

33 Sur ces faits-ci, voir Sánchez Saus Rafael, « Conjeturas sobre las relaciones… », op. cit., p. 49-54.

34 À ce respect, voir López De Coca Casteñer José Enrique, « Portugal y Granada : presencia lusitana en la conquista y repoblación del reino granadino (siglos xv-xvi) », Actas das II Jornadas lusoespanholas de História Medieval, Porto, 1987, II, p. 737-759.

35 Farcia Figueras Tomás, « Cabalgadas, correrías y entradas de los andaluces en el litoral africano en la segunda mitad del siglo xv », Revista de Historia Militar, 1 (1957), p. 57-79.

36 Sánchez Herrero José, « Corsarios y piratas entre los comerciantes gaditanos durante la segunda mitad del siglo xv », EHAM, III-IV (1984), p. 93-108.

37 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Unas cuentas en Cádiz… », op. cit., p. 467.

38 Sánchez Herrero José, Cádiz. La ciudad medieval…, op. cit., p. 188.

39 Fresnadillo García Rosario, El castillo de la villa de Cádiz (1467 ?-1947), Cádiz, 1989.

40 Fierro Cubiella Juan Antonio, Historia de la ciudad de Cádiz. Cadix, 1993, p. 134-135.

41 Pour connaître l’urbanisme de Cadix au début de xvie siècle, qui serait si débiteur de cette époque, voir Navascues Y De Palacio Javier de, Cádiz a través de 1513 (apuntes para su arquitectura y urbanismo desde el siglo xiii), Séville, 1996.

42 Voir Montero Vallejo Manuel, Historia del urbanismo en España. I. Del Eneolítico a la Baja Edad Media, Madrid, 1996, p. 292-300 et 343-350.

43 Sanchez Saus Rafael, « La aristocracia gaditana bajo el señorío de los Ponce de León (1466-1493) », EHAM, X (1994), p. 165-169.

44 Sancho de Sopranis Hipólito, Los genoveses en Cádiz antes de 1600, Larache, 1939 et « Los genoveses en la región gaditano-xericiense de 1460 a 1500 », Hispania, 32 (1948), p. 355-402. Ils sont aussi indispensables Ladero Quesada Miguel Ángel, « Los genoveses en Sevilla y su región (siglos xiii-xvi) : elementos de permanencia y arraigo », dans Los mudéjares de Castilla y otros estudios de Historia Medieval andaluza, Grenade, 1989, p. 283-312 et les travaux de divers auteurs contenus dans Presencia italiana en Andalucía (siglos xiv-xvii), Séville, 1985.

45 Le document est publié par Ladero Quesada, « Unas cuentas en Cádiz… », op. cit., p. 480-481.

46 Sur ces négociations et son entourage politique, voir Ladero Quesada Miguel Ángel, « Cádiz, de señorío a realengo », op. cit., p. 451-454.

47 La capacité diplomatique au plus haut niveau des autorités et des marchands gaditains au long des constants changements des normes régulatrices du commerce avec Barbarie, registrés entre 1493 et 1518, sont une preuve très convaincante de tout cela. Voir Rumeuj de Armas Antonio, Cádiz, metrópoli del comercio…, op. cit., p. 37-49.

48 Ladero Quesada Miguel Ángel, « Sociedad feudal y señoríos en Andalucia », dans Los señores de Andalucía…, op. cit., p. 43-69, p. 69.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search