Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Deuxième partie. La présence étrangère : un révélateur de l'intégration des villes dans un marché atlantique

Présence étrangère et logiques de fonctionnement des villes atlantiques. Les Américains à Bordeaux, de la guerre d’Indépendance à 1815

Silvia Marzagalli

Texte intégral

  • 1 Pour une typologie démographique et sociale, cf. Richard Lawton and Robert Lee (éd.), Population a (...)

1Depuis quelques années, les chercheurs se sont efforcés d’esquisser une typologie des villes portuaires1. Les organisateurs de ce colloque nous invitent à poursuivre dans cette direction et à dégager la spécificité des villes atlantiques, soit des réalités urbaines supposées appartenir à un système intégré et coordonné construit autour de l’Atlantique.

2L’une des caractéristiques de la majorité des villes maritimes, atlantiques ou pas, réside dans l’importante présence d’étrangers, présence qui répond à l’époque moderne aux logiques de fonctionnement réticulaire propres au négoce. Au-delà de l’évidente fonction économique de ces flux migratoires, ceux-ci représentent l’un des plus puissants facteurs de transferts culturels, donc d’intégration, et contribuent ainsi à la cohésion et à la cohérence de l’espace commercial dans lequel la ville s’insère. À partir de ce constat, il est ainsi possible de se demander s’il existe un phénomène migratoire propre aux villes atlantiques.

  • 2 Cf. Pierre Jeannin, « Les pratiques commerciales des colonies marchandes étrangères dans les ports (...)
  • 3 Pierre Jeannin, « Les pratiques », p. 10.

3L’étude des migrations et des rapports qu’elles engendrent dans les villes d’accueil n’est pas aisée, car il n’est pas toujours facile de cerner les contours des « étrangers », non seulement dans la mesure où leur « étrangeté » peut s’estomper avec le temps du fait de leur assimilation progressive, mais aussi en raison de l’incertitude quant à la définition même de ce qu’est un étranger. Faut-il s’appuyer sur les critères juridiques de l’époque ou insister davantage sur les pratiques des acteurs, à savoir leur formation, les mariages, les alliances d’affaires2 ? Une deuxième difficulté vient de ce que, à côté d’une minorité de négociants clairement identifiable et établie de manière stable dans une place, gravite une population marchande étrangère dont le séjour a un caractère provisoire, beaucoup plus difficile à cerner donc. Pierre Jeannin soulignait que cet élément temporaire l’emporte souvent sur l’élément fixe3. Ce va-et-vient d’étrangers dans les villes atlantiques constitue justement un maillon essentiel de leur fonctionnement et une composante intrinsèque de leur nature.

4L’immigration marchande, donnant lieu à un établissement se perpétuant dans le temps, n’est en effet que la partie la plus visible des flux complexes d’hommes qui caractérisent les villes atlantiques à l’époque moderne et contemporaine. Nous insisterons davantage sur la multiplicité des expériences liées à la présence des étrangers, en montrant comment le fonctionnement de l’économie des villes atlantiques repose précisément sur cette pluralité des pratiques de mobilité. La démonstration sera étayée sur une étude de cas, celui de la présence américaine à Bordeaux durant la période allant de la guerre d’Indépendance à 1815.

  • 4 Pour une vue d’ensemble sur la composition du négoce bordelais, cf. Paul Butel, Les dynasties bord (...)
  • 5 L’article d’Yvon Bizardel, « Quelques Américains à Bordeaux de 1787 à 1797 », Revue historique de (...)

5Projetée vers l’Atlantique, la ville de Bordeaux a attiré, à l’époque moderne, des marchands italiens, séfarades, hollandais, irlandais et allemands qui ont fait l’objet d’études approfondies4. Il n’en est pas ainsi pour les nombreux Américains qui, dès le lendemain de la guerre d’Indépendance, ont séjourné à Bordeaux pour quelques mois ou plusieurs années, afin de gérer des opérations commerciales ou prospecter des marchés5. Cette lacune historiographique est d’autant plus surprenante que leur apport à l’économie bordelaise a été fondamental pendant les guerres révolutionnaires et napoléoniennes, lorsque des centaines de navires sous pavillon américain ont assuré les trafics maritimes du port girondin. L’oubli est sans doute dû à un a priori historiographique qui porte à concentrer les recherches presque exclusivement sur l’émigration définitive, en reléguant au rang d’épiphénomène toute présence étrangère temporaire.

6À partir de sources consulaires jusqu’à présent inexploitées, d’archives notariales et de papiers marchands, cette contribution esquisse une typologie de la présence américaine à Bordeaux et tente de mettre en évidence les stratégies des acteurs, leur apport à la ville d’accueil. Avant de se pencher sur le cas bordelais, quelques réflexions d’ordre plus général sur les particularités de l’émigration étrangère dans les villes atlantiques permettront de comprendre les caractéristiques de la présence américaine à Bordeaux.

Les spécificités de l’émigration étrangère dans les villes atlantiques Quelques observations générales

7La présence étrangère dans les villes atlantiques est souvent hautement qualifiée et professionnellement liée au commerce international. En s’établissant dans une place éloignée, ces agents et négociants deviennent des intermédiaires privilégiés du commerce, et ce, pour au moins deux raisons.

  • 6 Cité dans James B. Hedges, The Browns of Providence Plantation, Cambridge, MA, Harvard University (...)

8En premier lieu, leur connaissance des pratiques, de la demande, des produits du pays d’origine facilite considérablement les échanges à une époque où la faible standardisation des marchandises impose le recours à des intermédiaires capables de trouver sur place les produits correspondant à la demande d’un marché éloigné. Établi à Nantes pendant la guerre d’Indépendance américaine, un négociant bostonien répondait ainsi aux reproches d’un correspondant de la Nouvelle Angleterre qui protestait contre ses commissions excessives : « Non seulement les négociants français ignorent le type de modèles et la qualité des produits adaptés à nos concitoyens, mais tous les dictionnaires du monde ne sauraient pas traduire les noms des marchandises que vous commandez. Demandez à un négociant français une pièce de Book Muslin et il se mettra à chercher une pièce de Mousseline de Livre, mais aucune manufacture en Europe ne sera capable de lui en fournir, et il finirait pour vous répondre qu’on peut pas s’en procurer, à moins qu’un Américain lui explique qu’une pièce de ce qu’il appelle organdi correspond au Book Muslin, hormis de par son pli6. »

9Le rôle de ces étrangers ayant acquis sur place le vocabulaire et la connaissance des marchandises ne saurait être mieux souligné. Williams affirmait qu’il lui avait fallu cinq ans avant d’acquérir une expérience suffisante, et déclarait ne pas avoir encore fini d’apprendre. Ces intermédiaires culturels sont particulièrement nécessaires au début de nouvelles relations commerciales, comme dans le cas du commerce franco-américain ici évoqué. Il y a toutefois une deuxième raison qui explique la persistance de l’émigration marchande sous l’Ancien Régime.

  • 7 Cf. Janet Landa, « A Theory of the Ethnically Homogeneous Middleman Group. An Institutions Approac (...)

10La présence d’un agent ou d’un négociant étranger sur place rend en effet plus aisé l’établissement des relations de confiance sur lesquelles reposent les transactions commerciales d’Ancien Régime. Qu’il soit un simple exécutant des commandes reçues depuis son pays d’origine ou qu’il agisse à son compte, le réseau relationnel auquel l’émigré appartient lui permet de bénéficier du capital de confiance de ses commanditaires ou de ses clients, qui hésitent à établir des liaisons directes avec des maisons étrangères ne leur offrant pas autant de gages de sécurité, en raison à leur appartenance à des réseaux différents sur lesquels ils n’ont aucune emprise. Le mécanisme est connu : l’appartenance au réseau permet d’exercer des formes de contrôle et de disposer des moyens de sanction dans un univers où le recours à la voie judiciaire est quasiment impraticable dès que l’on franchit les frontières étatiques7.

11Ces modes de fonctionnement ne sont toutefois pas spécifiques à l’aire atlantique : le négoce en Baltique ou en Méditerranée, voire dans l’océan Indien, suit les mêmes logiques. Ni le phénomène migratoire en soi, ni les raisons structurelles justifiant la migration marchande, ne constituent une spécificité de la ville atlantique. Faut-il diluer pour autant le phénomène migratoire dans un ensemble plus vaste et conclure à l’absence de toute spécificité de la ville atlantique à cet égard ?

12Une approche systémique peut aider à mieux appréhender la question. Les flux migratoires marchands traduisent en effet approximativement la géographie commerciale qui est propre à la ville d’accueil. Puisque les villes atlantiques appartiennent à un espace économique intégré – ce qui n’exclut pas, bien au contraire, leurs relations avec d’autres aires – les étrangers qui immigrent dans une ville atlantique proviennent en majorité du même espace, c’est-à-dire d’autres villes atlantiques. Les exceptions – comme les Génois à Cadix – traduisent la force des liens entre espaces économiques complémentaires.

  • 8 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiiesiècle, vol. III, Les (...)
  • 9 C’est les cas de nombreux Portugais séfarades ainsi que de plusieurs Allemands. Cf. Klaus Weber, D (...)

13Cette approche permet par ailleurs d’élargir et de réviser l’interprétation traditionnelle de la présence du négoce étranger dans les villes portuaires, d’après laquelle l’immigration de négociants étrangers indiquerait un rapport de force, une domination commerciale de la place étrangère sur la place d’accueil, où le commerce serait passif, dans le sens où les trafics s’effectuent sur des navires étrangers. Braudel notait : « S’il tient le haut du pavé en une ville donnée, en un pays donné, le marchand étranger signale, à lui seul, l’infériorité de la ville ou du pays par rapport à l’économie dont il est le représentant ou l’émissaire8. » Le cas de Cadix est peut-être exemplaire à cet égard, mais le modèle se doit d’être nuancé. Des situations « mixtes » existent : dans le Bordeaux du xviiie siècle, le négoce local est actif aux Antilles et monopolise l’armement transatlantique, tout en se réservant les bénéfices du commerce colonial et négrier, alors que les commissionnaires étrangers – Allemands, Hollandais, Irlandais – gèrent l’essentiel des trafics d’exportation des produits aquitains et de réexportation des denrées coloniales, commerce passif du point de vue bordelais. Certains étrangers présents à Bordeaux ont par ailleurs infiltré le commerce colonial après avoir été naturalisés, ce qui nous invite à assouplir le schématisme excessif de la dichotomie étranger/régnicole9.

14Plutôt que de mettre en relation le caractère passif ou actif des trafics maritimes d’un port avec l’importance et l’origine de son immigration, il convient donc de changer de paradigme et de concevoir l’économie atlantique comme un système qui nécessite, pour fonctionner, le déplacement des négociants en son sein. On rend ainsi mieux compte, entre autres, du pouvoir d’attraction des centres de l’économie-monde, dont le commerce n’est certainement pas passif : ils sont des centres de change et d’échanges essentiels au fonctionnement de l’économie atlantique, où le négoce se doit de disposer d’un ou plusieurs relais. La typologie des Américains présents à Bordeaux à la fin du xviiie siècle et au début du xixe permet d’illustrer concrètement ces propos généraux.

Quels Américains à Bordeaux ? Les multiples facettes de la présence étrangère dans une ville atlantique

  • 10 John-Perry Young, Washington Irving à Bordeaux, chez l’auteur, imprimerie Aubin (Vienne), 1946, p. (...)

15À l’occasion de son passage dans la ville girondine en 1804, l’écrivain américain Washington Irving mentionne sa rencontre avec le docteur John Gabriel Ellison, un médecin new-yorkais exerçant dans le faubourg des Chartrons10. Si les hommes de lettres et les représentants des professions libérales subissent le tropisme des villes atlantiques, l’essentiel des effectifs américains à Bordeaux à cette époque est lié aux activités commerciales. Équipages de navires, capitaines, subrécargues et négociants constituent le nerf de la communauté américaine, pour autant que le caractère souvent temporaire de leur présence et l’absence de toute délimitation statutaire du groupe permettent de parler de communauté. Si nous utilisons ce terme, c’est parce que ces Américains ont tendance, en dépit de quelques mariages avec des Bordelaises, à se lier avec leurs compatriotes.

  • 11 Moyenne calculée sur les 2479 navires pour lesquels les effectifs des équipages sont connus. Natio (...)
  • 12 C’est l’impression générale qui ressort de l’examen des rôles d’équipage de la période 1800-1813, (...)

16En termes quantitatifs, l’essentiel de la présence américaine à Bordeaux est le fait des équipages. Entre 1790 et 1815, environ 2700 navires des États-Unis entrent dans le port girondin. Avec une moyenne de 10.37 hommes d’équipage par navire11, ce sont 28000 marins qui passent par Bordeaux au cours de ces 25 années. Les équipages ne sont pas composés exclusivement de sujets américains, car quelques capitaines engagent aussi des Prussiens, Suédois, Danois, Hanséates, le marché de la mer s’internationalisant en fonction des besoins d’une marine neutre en pleine expansion. Mais la grande majorité, plus de 90 % sans doute, est américaines12. Dans les bonnes années, on en trouve aisément 200 à 300, et ce, à tout moment de l’année. Comme la moitié seulement de navires ne vient qu’une seule fois à Bordeaux au cours de la période, et que les équipages changent souvent peu d’un voyage sur l’autre, plusieurs milliers de ces marins américains ont par ailleurs fréquenté le port girondin à deux ou plusieurs reprises, ce qui leur a peut-être permis d’entretenir une relation moins éphémère avec la ville et ses habitants.

17La durée du séjour bordelais des équipages, très variable, influence directement cette relation avec la ville. La plupart des navires repart entre 2 et 6 semaines après leur arrivée, comme le montre le graphique suivant. Pendant ce laps de temps, les marins logent à bord, tout en ayant le droit de descendre à terre, tandis que les capitaines sont fréquemment hébergés sur la façade des Chartrons, chez des négociants ou en pension.

Durée des séjours des équipages américains à Bordeaux (en semaines)

Durée des séjours des équipages américains à Bordeaux (en semaines)

Source : cf. note 11 ; durée calculée sur 1800 navires américains environ pour lesquels les dates d’arrivée et de départ sont connues.

  • 13 AM de Bordeaux, 3D 5.
  • 14 NA, RG84, consulat de Bordeaux, 229 à 231.

18Nous sommes peu renseignés sur le vécu des marins et leurs relations avec les Bordelais, si ce n’est par des rapports de police, et quelques actes notariés ou consulaires, le plus souvent suite à des rixes, des vols ou des dettes. Sous l’Empire, lorsque les contrôles de police s’accentuent, plus d’un marin passe une nuit en prison après avoir été ramassé sans papiers dans une maison publique13. Le lendemain, les autorités municipales le remettaient au consul américain. Les équipages des navires américains comprennent fréquemment des hommes de couleur, décrits sommairement sur les rôles d’équipage comme « Nègre » ou « mulâtre14 ». Leur présence sous l’Empire, lorsque la faculté de séjour en France des gens de couleur est soumise à des restrictions importantes, mériterait d’être étudiée plus en détail.

  • 15 Sur les corsaires bordelais, cf. Paul Butel, « L’armement en course à Bordeaux sous la Révolution (...)

19Pendant la quasi-guerre (1798-1800), la capture des navires américains par les corsaires français amène contre leur gré à Bordeaux plusieurs navires des États-Unis. Après quelques jours au Fort du Hâ, les équipages sont libérés mais se trouvent bloqués dans le port, au chômage et avec peu d’occasions de s’embarquer pou rentrer chez eux, vu la diminution importante, puis la cessation du commerce franco-américain. De nombreux marins américains embarquent alors sur les navires corsaires armés à Bordeaux en 1798, dont les équipages mélangent allègrement plusieurs nationalités, langues et religions15.

20Qu’ils soient arrivés sur des navires de commerce ou qu’ils aient servi quelque temps sur les corsaires bordelais, ces marins américains constituent la cheville ouvrière soutenant les échanges maritimes du port girondin à cette époque. La présence constante d’une population étrangère de plusieurs centaines de marins étrangers appartenant à l’aire atlantique est un des premiers éléments caractérisant les villes atlantiques. Harmonieuses ou tendues, les relations qui se tissent entre cette population flottante – dans tous les sens du terme – et les habitants sédentaires contribuent à créer un marché du travail et des services spécifiques aux villes portuaires.

21Alors qu’ils encadrent, non sans quelques difficultés, les équipages et qu’ils assurent le transport des cargaisons, les capitaines américains sont souvent également chargés de gérer les aspects commerciaux du voyage. De 1795 à 1815, un navire sur quatre qui arrive à Bordeaux est consigné à son capitaine. Cette moyenne masque une évolution importante et prévisible : le recours au capitaine concerne la moitié des navires arrivés en 1795-97, mais le phénomène devient marginal dès la fin des années 1790, lorsque les réseaux commerciaux entre Bordeaux et les États-Unis se sont consolidés et que plusieurs maisons de négoce américaines sont durablement établies à Bordeaux.

  • 16 John Carter Brown Library, Providence (R.I.), Hamilton papers, lettre du 10 mai 1794.

22Que ce soit pour vendre leur cargaison et acheter celle de retour, pour affréter leur bâtiment, ou simplement pour accomplir les démarches administratives nécessaires, les capitaines entrent en contact régulier et suivis avec plusieurs habitants de Bordeaux. La documentation à leur égard est plus abondante et quelques-uns ont par ailleurs livré leurs impressions dans leurs correspondances ou dans leurs mémoires. Leur expérience n’est pas toujours positive. Après deux mois de séjour forcé à Bordeaux suite à l’embargo proclamé en septembre 1793, le capitaine William Rodman faisait état à ses armateurs, la maison Brown de Providence au Rhode Island, de son profond dégoût : « Je n’y retournerai pas tant qu’ils n’auront pas appris à faire les affaires comme dans les autres parties du monde. Je me sens offensé et déçu […] Nous n’avons pas été traités comme le devraient être de bons alliés16. »

  • 17 Mary Lee Mann, A Yankee Jeffersonian : Selections from the Diary and Letters of William Lee of Mas (...)

23D’autres sont frappés par les coutumes « barbares » des habitants du littoral. C’est le cas de William Lee, futur consul américain de Bordeaux, qui en 1796 assiste impuissant au pillage du navire sur lequel il voyageait, qui avait fait naufrage sur les rives de la Gironde. À la fin de l’Empire, un autre capitaine, George Coggeshall, trouve les habitant de La Teste « civil and kind, but poor and ignorant17 » et est surpris de voir les femmes employées non seulement au travail des champs, mais aussi à ramer sur les barques des pilotes. Les premières impressions recensent avant tout les différences les plus frappantes. Le temps est cependant appelé à estomper les facteurs de divergence et à faciliter les échanges.

24En analysant les données relatives à quelques 2 700 navires américains entrés dans le port girondin, on constate en effet que des dizaines de capitaines sont revenus à Bordeaux à plusieurs reprises entre 1790 et 1815. Certains sont de véritables habitués, car ils sont au service des négociants bordelais : John Baas de Charleston, né vers 1756, effectue au moins 14 voyages à Bordeaux de 1791 à 1805, totalisant environ un an et demi de séjour dans la ville girondine au cours de ces 15 années.

  • 18 Cf. par exemple Archives départementales de la Gironde [ADG], 3E 21624, contrat d’apprentissage du (...)
  • 19 Pour plus de détails sur cette histoire, cf. Silvia Marzagalli, « Les vicissitudes de la navigatio (...)

25Les relations des capitaines américains avec les Bordelais ne se confinent pas aux seules opérations commerciales. Certains prennent à bord de jeunes gens habitant la région en s’engageant à les former au métier de la mer18, un service d’autant plus précieux que les navires français ne s’aventurent guère à travers l’Atlantique pendant la guerre. Une génération de jeunes Bordelais peut ainsi s’initier à la navigation. D’autres capitaines croient avoir trouvé leur bonheur avec une Bordelaise, quitte à se rendre compte parfois au cours de leurs séjours successifs qu’ils ont épousé une prostituée, tel Jacques McIntosh, âgé de 27 ans en 180019. Derrière les malheureuses vicissitudes sentimentales et judiciaires de ce capitaine de la Nouvelle Angleterre, scandalisé par les mœurs fort peu puritaines de son épouse, on imagine les chocs et les incompréhensions inévitables nés de la rencontre entre Américains et habitants de la Gironde au début du xixe siècle. Le récit de McIntosh par-devant notaire, au moment où il donne procuration pour son divorce, livre le détail des différentes expéditions auxquelles il a participé. Son témoignage met ainsi en évidence les services rendus par ces capitaines au commerce de Bordeaux, car il donne un exemple de la multitude des trajets desservis au départ de Bordeaux par les navires américains. La présence des équipages et des capitaines américains s’explique en effet à partir des logiques commerciales, qui se traduisent par un séjour sur place d’un certain nombre de négociants des États-Unis, en tant que voyageurs ou émigrés.

26L’établissement des liens économiques dans le monde atlantique d’Ancien Régime passe presque toujours par la rencontre préalable entre les négociants de deux places portuaires différentes, donc par des voyages de prospection. Le voyage d’affaires est le moyen privilégié pour lever tout doute sur la respectabilité des partenaires étrangers, et pour se faire reconnaître comme un correspondant sérieux. En tant que tels, les voyages marchands contribuent à établir une connaissance et une vision de l’autre plus positive et à générer le sentiment qu’au-delà des différences et clivages culturels, il y a assez de traits communs pour pouvoir faire des affaires ensemble.

  • 20 New York Public Library, Thomas Williams Papers, lettre de William Williams à son frère Thomas et (...)

27Voyageurs et jeunes négociants en formation constituent l’essentiel des Américains de passage à Bordeaux. Les jeunes apprentis étrangers sont un groupe particulièrement intéressant pour étudier les moyens par lesquels passe l’intégration des pratiques commerciales au sein d’un espace donné. Ces jeunes viennent en France pour apprendre la langue et parfaire leur formation commerciale. John Lewis Brown, le principal consignataire bordelais des navires américains sous l’Empire, accueillait libéralement chez lui ces jeunes voyageurs. Arrivé à Bordeaux en octobre 1806, William Williams fut « highly pleased with M. Brown, he is in short a real gentlemen20 », et suivit ses conseils de se rendre pendant trois mois à Sainte-Foy pour apprendre le français.

  • 21 NA, RG 84, Consulat de Bordeaux, passeports 1799-1801.
  • 22 ADG, 3 E 13084, protêt de R. B. Forbes du 14 décembre 1793 ; 3E 35913, procuration de R. B. Forbes (...)
  • 23 HSM, Forbes papers, lettres du 2.6.1811 de John A. Morton à Ralph Bennet Forbes.

28Les voyageurs américains sont nombreux. En 1800, une année où les relations commerciales franco-américaines sont pourtant paralysées, le consul américain de Bordeaux délivre une trentaine de passeports à des négociants de son pays, qui s’ajoutent aux dizaines d’autres voyageurs dont nous ignorons la profession21. Arrivés parfois en qualité de subrécargue du navire, ces négociants profitent de leur séjour pour établir des contacts intéressants avec les maisons sur place. Certains y reviennent même à plusieurs reprises. Ainsi, Ralph Bennet Forbes, un jeune négociant de Boston qui séjourne à Bordeaux d’octobre 1793 à avril 1794, probablement bloqué par l’embargo, y revient plus tard comme subrécargue en 1795, puis en 1796 ; il se lie ensuite à Strobel & Martini, la principale maison américaine de Bordeaux, à laquelle il passe procuration pour la gestion de ses intérêts. Ralph Bennet Forbes s’est entre-temps établi à New York avec son frère aîné John Murray, futur consul américain à Copenhague, puis à Hambourg. Il se rend à nouveau en Europe en 1810, réside quelques temps à Marseille, avant de s’embarquer pour les États-Unis au départ de Bordeaux en 181322. Pendant son séjour dans la ville phocéenne, Forbes est en correspondance d’affaires avec John Archer Morton, négociant bostonien établi à Bordeaux depuis plusieurs années23. Le séjour à Bordeaux, même de courte durée, lui a servi à tisser des relations commerciales stables.

29D’autres négociants américains ont élu domicile à Bordeaux de manière plus durable. La frontière entre négociants de passage et émigrés n’est pas toujours nette, et c’est parfois seulement a posteriori qu’un classement est possible. Que penser par exemple de John Gray, arrivé en 1794 en qualité d’agent chargé de réceptionner les cargaisons acheminées par Higginson et par Swan Dallarde & Cie, deux firmes américaines avec des attaches parisiennes et profondément impliquées dans les approvisionnements et les fournitures au gouvernement français durant l’an II et III ? Jusqu’au printemps 1798, Gray réside en effet dans des hôtels et pensions, indice vraisemblable de sa volonté de ne rester à Bordeaux que le temps nécessaire pour mener à bien ces opérations très spéculatives, liées à une conjoncture particulière. La location, puis l’achat d’une demeure prestigieuse s’effectuent seulement après son association avec un autre négociant de Boston immigré à Bordeaux, William Hoskins. Au total, Gray reste à Bordeaux pas moins de 15 ans.

30Entre les années 1780 et les années 1810-1815, une douzaine de maisons de commerce américaine de bon niveau s’installent à Bordeaux. Il est cependant possible d’établir deux typologies distinctes, correspondant à deux périodes différentes d’arrivées. Un premier groupe, aux effectifs très réduits, est représenté par les négociants immigrés avant le début du conflit en 1793 ; le plus grand nombre est attiré par la conjoncture des guerres révolutionnaires.

  • 24 ADG, 3E 20603, 21 janvier 1785, contrat de mariage Jones-Texier.
  • 25 ADG, 5L 205, Registre de délibération de l’Agence commerciale.

31Au lendemain de la fin de la guerre d’Indépendance, deux maisons de commerce américaines s’établissent à Bordeaux. La première est celle de Jonathan Jones, négociant quaker de Philadelphie qui épouse en 1785 à Bordeaux la fille de Pierre Texier, négociant et armateur huguenot parmi les plus connus de la place girondine. Au moment de la signature du contrat de mariage, Jones est déjà un négociant aisé : il se constitue 400 000 livres, « montant de son fonds de commerce & actif quelconque libre et net de tout passif ainsy qu’il en a justifié à la future épouse et au Sr Texier son père ». La future lui apporte une dot de 100 000 lt24 ce qui, sans faire d’elle un cas unique à Bordeaux, la caractérise immédiatement parmi les filles les mieux nanties de l’élite négociante. Jones a des liens antillais qui ont vraisemblablement facilité son insertion dans le milieu bordelais, et qui sont peut-être à l’origine de sa fortune. Après 1793, les affaires de Jones prospèrent, car il profite de son réseau aux États-Unis et aux Antilles pour effectuer des expéditions sous couvert des négociants américains. Cette neutralisation lui évite tout problème en cas de visite anglaise, lui-même résidant depuis trop longtemps en France pour être considéré comme un citoyen neutre par les Britanniques. Jones est bien intégré dans sa ville d’adoption, non seulement de par son mariage, mais aussi de par les charges publiques qui lui sont conférées : en 1794, il est l’un des trois négociants étrangers qui compose l’Agence commerciale de Bordeaux chargée de traiter avec les Neutres25.

  • 26 Sur la nomination et les activités de Fenwick en tant que consul, cf. Marzagalli, « Un Américain…  (...)

32L’autre grande maison américaine dans le Bordeaux pré-révolutionnaire est celle de Joseph Fenwick, arrivé en 1788 du Maryland, et associé au virginien John Mason, dont le père, homme politique proche de Washington, lui procure en 1790 le poste consulaire à Bordeaux26. Comme Jones, Fenwick se marie lui aussi au sein du négoce bordelais, en épousant en 1792 Catherine Éléonore Ménoire, fille de Pierre, négociant et ancien juge de la Cour consulaire. La dot est investie dans l’achat d’un hôtel particulier sur les quais, auquel Fenwick fait subir des aménagements importants. Au terme de ces travaux, surgit l’imposant hôtel Fenwick, qui occupe le Pavé des Chartrons n° 1, 3 et 5 et la façade des Chartrons n° 1. Les revenus de sa charge s’ajoutent, dans les années 1790, aux armements et consignations que Fenwick organise de concert avec son associé Mason, entre-temps rentré au Maryland. De mauvaises affaires et la fermeture du consulat en 1799 mettent fin à une carrière que tout annonçait brillante. Fréquemment en voyage, Fenwick demeure néanmoins à Bordeaux jusqu’à sa mort, en 1849. On voit donc qu’avec une fortune diverse, les deux principaux immigrés américains des années 1780 s’intègrent dans leur ville d’accueil peu après leur arrivée.

33La deuxième vague de négociants américains arrive après 1793. Ces immigrés entrevoient clairement les potentialités de la neutralité des États-Unis. Ils s’installent donc à Bordeaux en tant que commissionnaires et correspondants des firmes américaines. Le port girondin est de loin la principale place française impliquée dans les trafics avec les États-Unis, qui servent alors de relais neutre pour les échanges transatlantiques. Les navires américains arrivés à Bordeaux sont par ailleurs affrétés par les négociants bordelais pour leurs trafics européens, voire leur cabotage avec la Bretagne et la France du Nord.

34Parmi les 13 principales maisons de commerce de Bordeaux chargées de la consignation des navires américains arrivés entre 1795 et 1815, huit sont formées par des Américains et une autre associe un Américain à deux autres immigrés de l’Europe du Nord. C’est dire le rôle déterminant des intermédiaires étrangers dans la mise en place des réseaux de commerce des villes atlantiques.

  • 27 ADG, 3 E 46643, contrat du mariage du 26 frimaire XIII.
  • 28 Jane Campbell, « San Domingo Refugees in Philadelphia », Records of the American Catholic Historica (...)

35La situation conjoncturelle qui avait déterminé l’arrivée de ces hommes, les induit toutefois aussi à repartir lorsque les conditions propices aux affaires se détériorent. Les acquisitions foncières, souvent interprétées comme un signe d’une volonté de rester définitivement dans la ville d’accueil, ne sont pas un empêchement. Ainsi, Robert Andrews, un négociant de Philadelphie immigré à Bordeaux en 1799, déclare au moment de son mariage avec une fille du Maryland, qu’il épouse en 1804, « son intention […] de transporter son domicile ailleurs qu’à Bordeaux dans quelques années27 ». Il possède pourtant un bien à Lormont, acquis pour son agrément, et il achète par ailleurs d’autres immeubles dans les années suivantes. En 1817, il émigre toutefois au Havre, après 18 ans de séjour à Bordeaux28. Comme Andrews, la plupart des négociants américains immigrés à Bordeaux pendant la période révolutionnaire quittent le port girondin dans les dernières années de l’Empire ou au début de la Restauration.

Conclusion

36Si certains négociants américains se sont rapidement liés aux élites bordelaises, protestantes (tel Jonathan Jones, marié à une Texier) ou catholiques (tel le consul Fenwick, épousant une Ménoire), peu ou prou d’entre eux ont fondé une maison de commerce avec des associés non-américains et aucun n’a pérennisé sa présence dans le port girondin, faute de descendance ou du fait de leur départ vers 1815. Le bilan de leur présence laisse ainsi l’impression d’un phénomène migratoire éphémère, ne méritant pas, finalement, qu’on s’y attarde. Pourtant, celle-ci, qu’elle ait duré quelques semaines ou quelques années, a joué un rôle fondamental pour les échanges de Bordeaux sous la Révolution et l’Empire.

  • 29 Silvia Marzagalli, « Les voyages des négociants bordelais à l’époque du blocus continental », Bull (...)

37La construction des nouveaux réseaux de commerce, impliquant des relations étroites entre Bordeaux et les ports des États-Unis, passe en effet par l’intermédiation et la migration de quelques dizaines d’émigrés, par la mobilité de plusieurs centaines de voyageurs, par l’activité de milliers de marins. Le mouvement s’accompagne par ailleurs de son pendant en direction inverse, avec l’installation de nombreux négociants bordelais dans les principales villes de la façade Est des États-Unis et par les dizaines de voyages d’affaires réalisés par les maisons encore actives sur la place girondine29.

38L’existence de cette migration entre Bordeaux et les États-Unis à la fin du xviiie siècle accompagne et soutient la mise en place de nouvelles relations commerciales et nous permet ainsi de mieux comprendre la nature du phénomène migratoire propre aux villes atlantiques. Sa spécificité se situe à la croisée d’une logique économique – qui préside au fonctionnement des réseaux commerciaux – et d’une logique spatiale, marquant la primauté de l’immigration en provenance d’un espace économique intégré, tel l’Atlantique. La ville atlantique se caractérise ainsi véritablement en tant qu’espace de mobilité, où le séjour des étrangers, de longue comme de courte durée, est nécessaire au bon fonctionnement de l’économie d’échanges d’Ancien Régime.

  • 30 Ces aspects ont par ailleurs été abordés par plusieurs articles dans Bottin et Calabi (dir.), op. (...)

39Une étude plus poussée des conditions matérielles et spatiales de l’installation et du séjour des étrangers30, des formes de sociabilité qu’ils ont pu entretenir entre eux et avec les autres négociants bordelais, et de la manière dont ils sont perçus permettrait de mieux saisir dans sa globalité la spécificité des migrations des villes atlantiques. Par le transfert des normes et des connaissances qu’elle comporte, l’expérience de l’autre au cours d’un séjour temporaire ou définitif est en effet un facteur puissant d’intégration dans un espace économique, tout aussi essentiel au fonctionnement des échanges que la complémentarité des produits commercialisés.

Notes

1 Pour une typologie démographique et sociale, cf. Richard Lawton and Robert Lee (éd.), Population and Society in Western European Port cities, 1650-1939, Liverpool, Liverpool University Press, 2002.

2 Cf. Pierre Jeannin, « Les pratiques commerciales des colonies marchandes étrangères dans les ports français, (xviexviiie siècles) », dans Négoce et industrie en France et en Irlande aux xviiie et xixe siècles, Actes du colloque franco-irlandais d’histoire, Paris, Éd. du CNRS, 1980, p. 9-16 ; cf. aussi Anne Wegener Sleeswijk, « Les négociants français à Amsterdam au milieu du xviiie siècle : organisation spatiale et insertion sociale », dans Jacques Bottin et Donatella Calabi (dir.), Les étrangers dans la ville, Paris, Éd. De la MSH, 1999, p. 377-388.

3 Pierre Jeannin, « Les pratiques », p. 10.

4 Pour une vue d’ensemble sur la composition du négoce bordelais, cf. Paul Butel, Les dynasties bordelaises de Colbert à Chaban, Paris, Perrin, 1991. Bertrand Gautier et Peter Voss, « Les communautés marchandes étrangères dans l’espace urbain bordelais (1620-1715) », dans Bottin et Calabi (dir.), op. cit., p. 329-343. Il existe de nombreuses études sur les Allemands, les Juifs, les Irlandais, qu’il serait trop long de lister ici. Cf. la bibliographie indiquée dans Silvia Marzagalli, « Un Américain à Bordeaux : Joseph Fenwick, premier consul des États-Unis », Revue historique de Bordeaux et de la Gironde, 2002, p. 73-90. Sur les italiens, cf. Bernard Allaire, Crépuscules ultramontains : Marchands italiens et grand commerce à Bordeaux au 16e siècle, Bordeaux, PUB (prévu 2007).

5 L’article d’Yvon Bizardel, « Quelques Américains à Bordeaux de 1787 à 1797 », Revue historique de Bordeaux, XIV (1965), p. 131-138, n’apporte que quelques informations anecdotiques.

6 Cité dans James B. Hedges, The Browns of Providence Plantation, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1952-1968 : vol. I, p. 253 (original en anglais). Le négociant bostonien installé à Nantes est Jonathan Williams, un parent de Franklin.

7 Cf. Janet Landa, « A Theory of the Ethnically Homogeneous Middleman Group. An Institutions Approach to Contract Law », Journal of Legal Studies 10 (1981), p. 349-362 ; Edna Bonacich, « A Theory of Middleman Minorities », American Sociological Review, 38 (1973), p. 583-594.

8 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, vol. III, Les temps du monde, Paris, A. Colin, 1979, p. 28.

9 C’est les cas de nombreux Portugais séfarades ainsi que de plusieurs Allemands. Cf. Klaus Weber, Deutsche Kaufleute im Atlantikhandel, 1680-1830, München, Beck Verlag, 2004, passim.

10 John-Perry Young, Washington Irving à Bordeaux, chez l’auteur, imprimerie Aubin (Vienne), 1946, p. 40.

11 Moyenne calculée sur les 2479 navires pour lesquels les effectifs des équipages sont connus. National Archives, Washington [NA], RG 84, Consulat de Bordeaux, registres des navires entrés, 17951797, 1806-1815 ; liste des navires entrés 1804-1806 ; le registre de 1797 à 1804 se trouve dans une collection particulière. Je tiens à remercier M. Lawrence Marcus de Dallas (Texas) qui a bien voulu me faciliter l’accès à ces données. Celles-ci ont servi comme base de départ pour une étude détaillée de la navigation américaine à Bordeaux entre 1776 et 1815 et pour une interrogation sur les modalités de mise en place des réseaux commerciaux entre le port girondin et les États-Unis. L’étude est sous presse chez Droz.

12 C’est l’impression générale qui ressort de l’examen des rôles d’équipage de la période 1800-1813, bien que je n’aie pas procédé à une comptabilité précise. NA, RG84, Consulat de Bordeaux, registres 229 à 231, rôles d’équipages.

13 AM de Bordeaux, 3D 5.

14 NA, RG84, consulat de Bordeaux, 229 à 231.

15 Sur les corsaires bordelais, cf. Paul Butel, « L’armement en course à Bordeaux sous la Révolution et l’Empire », Revue Historique de Bordeaux, 1966, p. 24-64 ; Michel Casse, « Les corsaires bordelais sous la Révolution et l’Empire, et l’estuaire », Actes du 4e colloque du conservatoire de l’estuaire, Blaye, p. 91-104.

16 John Carter Brown Library, Providence (R.I.), Hamilton papers, lettre du 10 mai 1794.

17 Mary Lee Mann, A Yankee Jeffersonian : Selections from the Diary and Letters of William Lee of Massachusetts, Written from 1796 to 1840, Cambridge 1958, chap. I ; G. Coggeshall, Voyages to Various Parts of the World, made between the years 1799 and 1844, New York, 1851, 2 vol. Sur ce capitaine, cf. François Crouzet, « Intinéraires atlantiques d’un capitaine marchand américain pendant les guerres napolésiennes » dans Bruno Marnot et Silvia Marzagalli (éds), Guerre et économie dans l’espace atlantique, xviexxe siècle, Bordeaux, PUB, sous presse.

18 Cf. par exemple Archives départementales de la Gironde [ADG], 3E 21624, contrat d’apprentissage du 18 brumaire XIV (9 novembre 1805).

19 Pour plus de détails sur cette histoire, cf. Silvia Marzagalli, « Les vicissitudes de la navigation américaine sur l’estuaire de la gironde à la fin du xviiie siècle », Cahiers n° 6. Actes du 7e colloque, 2005, p. 73-90.

20 New York Public Library, Thomas Williams Papers, lettre de William Williams à son frère Thomas et à son père William, 6 et 28 octobre 1806.

21 NA, RG 84, Consulat de Bordeaux, passeports 1799-1801.

22 ADG, 3 E 13084, protêt de R. B. Forbes du 14 décembre 1793 ; 3E 35913, procuration de R. B. Forbes du 1er avril 1794. NA, RG 76-144, v. I, p. 57 : protêt de Forbes, subrécargue, 3.6.1795 ; RG 84, Consulat de Bordeaux, passeport 8.5.1813 ; Robert B. Forbes, Personal Reminiscences, Boston 1878. Historical Society of Massachusetts [HSM], Guide to the Microfilm edition of the Forbes Papers, 1969.

23 HSM, Forbes papers, lettres du 2.6.1811 de John A. Morton à Ralph Bennet Forbes.

24 ADG, 3E 20603, 21 janvier 1785, contrat de mariage Jones-Texier.

25 ADG, 5L 205, Registre de délibération de l’Agence commerciale.

26 Sur la nomination et les activités de Fenwick en tant que consul, cf. Marzagalli, « Un Américain… », art. cité.

27 ADG, 3 E 46643, contrat du mariage du 26 frimaire XIII.

28 Jane Campbell, « San Domingo Refugees in Philadelphia », Records of the American Catholic Historical Society, XXVIII (1917), p. 97-125 ; 213-243, ici p. 225.

29 Silvia Marzagalli, « Les voyages des négociants bordelais à l’époque du blocus continental », Bulletin du Centre d’histoire des Espaces Atlantiques, 6 (1993), p. 137-150.

30 Ces aspects ont par ailleurs été abordés par plusieurs articles dans Bottin et Calabi (dir.), op. cit.

Table des illustrations

Titre Durée des séjours des équipages américains à Bordeaux (en semaines)
Légende Source : cf. note 11 ; durée calculée sur 1800 navires américains environ pour lesquels les dates d’arrivée et de départ sont connues.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20504/img-1.png
Fichier image/png, 11k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search