Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Deuxième partie. La présence étrangère : un révélateur de l'intégration des villes dans un marché atlantique

Noirs et gens de couleur dans les villes de l’ouest de la France au xviiie siècle

Érick Noël

Texte intégral

  • 1 Fr. Gayot de Pitaval, « Liberté réclamée par un nègre contre son maître qui l’a amené en France », (...)
  • 2 AN, COL. F1B4(1), Police des Noirs, 23 février 1782.
  • 3 AN, COL. F1B3 et 4. La lettre de l’amirauté de Nantes est en 4(1), 2 juin 1777.

1L’immigration de « non-Blancs » au sens large dans la France du xviiie siècle constitue un phénomène neuf dans son histoire sociale, conséquence indirecte d’une première colonisation des côtes africaines et des Antilles au milieu du siècle précédent. Il serait naturellement exagéré de parler d’un phénomène de masse, non seulement parce que l’introduction d’esclaves s’est heurtée à la législation en vigueur sur le sol de métropole, mais parce que numériquement ces entrées sont loin d’avoir atteint les chiffres consécutifs à la seconde colonisation, celle des xixe et début xxe siècles : le nombre des « nègres » passés en France, pour reprendre la terminologie de l’époque, a pu être de l’ordre de 4 000 si l’on retient l’estimation de l’avocat Tribard en 1738, reprise par le juriste Gayot de Pitaval en 17471, et de 4 à 5 000 si l’on s’appuie sur le premier recensement effectué, à la demande de Sartine au ministère de la Marine, entre 1777 et 17822. La réalité se situe peut-être entre les deux, moindre si l’on se fonde sur les listes nominatives consignées par les amirautés (environ 1500 noms) et plus si l’on considère des entrées clandestines dont n’ont cessé de se plaindre les procureurs royaux comme Dupé à Nantes (1 nom sur 7 seulement lui serait parvenu3 !). En tous les cas, on peut s’interroger sur ce rôle des villes de l’ouest, du Havre à Bayonne en passant par les ports bretons, comme lieux de passage en terre française, mais aussi comme pôles de fixation définitive dans le cas des plus importantes places – tout particulièrement Bordeaux, La Rochelle et Nantes. L’approche de ces Noirs, dépendants souvent de maîtres qui les ont amenés d’abord pour les servir en métropole, est rendue assez complexe dans des villes portuaires où ils n’ont pas forcément été seulement des serviteurs, mais une main-d’œuvre aux activités diversifiées. De plus, le problème est compliqué, au-delà de la question juridique d’un esclavage prohibé, par le devenir assigné à des hommes et à des femmes auxquels la société française n’a pas tout de suite accordé de place (par la possibilité de fonder un foyer notamment). Est-ce que ces immigrants ont finalement représenté un danger, comme pourrait le laisser penser la création à partir de 1777 de dépôts, souvent demeurés vides en 1789 ?

Le problème du nombre

  • 4 AN, COL. F1B4(1). « Conclusions » du 9 mars 1782.
  • 5 AN, COL. F1B4(1). Nantes, 2 juin 1777.
  • 6 AN, COL. F1B3(1). Nantes, 6 janvier et 21 février 1778.
  • 7 AN, COL. F1B4(1). Bordeaux, 6 janvier 1778.
  • 8 AN, COL. F1B3(2). Saint-Malo, 3 décembre 1777.
  • 9 Cité par A. Roman, Saint-Malo au temps des négriers, Paris, 2001, p. 173.
  • 10 AN, COL. F1B3(1). Fécamp, 16 octobre 1777.
  • 11 N, COL. F1B3(2). Cherbourg, 11 novembre 1777.
  • 12 AN, COL. F1B3(2). Touques, 28 octobre 1777.

2À en croire les « conclusions » adressées au ministre de la Marine Castries en 1782, les « trois quarts et demi » des Noirs passés en France auraient échu à Paris4, ce qui ne laisserait donc plus qu’un « demi-quart » pour le reste du pays, autrement dit – sur la base de 4 à 5 000 – entre 500 et 625 individus… Or ce chiffre s’avère forcément inférieur à la réalité si l’on considère que Nantes, principale porte d’entrée des Noirs sur le sol métropolitain d’après les services de la Marine, a, selon le rapport de son procureur compté près de 700 Noirs au moment de la guerre d’Amérique5. Cette dernière estimation ne reflète sans doute d’ailleurs elle-même qu’imparfaitement la réalité car le procureur en question a pu écrire le 6 janvier 1778 au ministère qu’il n’en allait pas de Nantes comme de la majorité des autres sièges : tandis que dans les villes de l’ouest où la résidence du procureur du roi se trouvait au milieu du port, celui-ci était « dans le cas de faire [très] exactement [son] service », en Basse-Loire « les navires venant des colonies [étaient] obligés de débarquer à Paimbœuf qui est à 10 lieues » de la cité ; et comme il se trouvait des capitaines « assez osés » pour effectuer « tous les jours » des débarquements « frauduleux » dans les avant-ports par le moyen de chaloupes et de chasse-marée, il ne pouvait effectuer un relevé aisé de toutes les entrées6… En ce sens Bordeaux a pu enregistrer ses nouveaux arrivants avec sans doute une moindre marge d’erreurs que sa rivale, et son procureur Chollet établir une liste de noms7 qui, pour la ville seule, a permis d’évaluer à 370 le nombre de Noirs bordelais. Les autres ports de l’Atlantique viennent loin derrière, et, en troisième position, La Rochelle n’a pas compté, si encore une fois on se fie aux enregistrements de son amirauté, plus de 66 individus. La faiblesse des chiffres dans des ports comme Lorient ou Saint-Malo tient toutefois peut-être aussi à des résistances locales, les ports bretons en particulier n’ayant pas envoyé au ministère de listes nominatives mais seulement des estimations vagues : ainsi la lettre adressée le 3 décembre 1777 par le procureur Bossinot de Vauvert aux bureaux de la Marine a pu indiquer qu’il ne débarquait « qu’un très petit nombre de Noirs à Saint-Malo dans le courant de chaque année8 », sans donner plus d’indication alors que les listes trouvées en Bretagne même donnent tout de même une vingtaine de noms, pour trente à Lorient9. Le cas en Normandie de Fécamp est comparable : le procureur de l’amirauté a bien parlé d’une « très petite quantité » de Noirs « en service chés des Amériquains » dans la ville, mais omis d’en préciser le nombre10… Il serait pourtant exagéré de taxer de mauvaise volonté des ports qui, lorsqu’ils n’étaient pas engagés dans la traite, n’ont pas eu – comme Cherbourg – d’intérêt particulier à cacher la réalité : « Depuis 20 ans qu’il est en exercice », le procureur n’y a vu « arriver que quatre Noirs », dit un courrier transmis au ministère le 11 novembre 177711 ; même chose à Touques : « Je ne connais aucuns particuliers dans l’étendue de cette amirauté qui ayent des Noirs, mulâtres et autres gens de couleur », peut-on lire le 28 octobre de la même année12. En somme les chiffres pourraient bien avoir été surtout inexacts lorsque l’activité négrière était essentielle et que les intéressés craignaient de voir renvoyés outre-mer les Noirs qu’ils avaient clandestinement amenés sur le sol français.

  • 13 AD Loire-Atlantique : Registres paroissiaux de 1740 à 1792 (14 paroisses).
  • 14 M. Koufinkana, Esclaves et esclavages dans la France d’Ancien Régime (1600-1794), Toulouse, 1989 ( (...)
  • 15 AN, Z1D139, Amirauté de France, vol. 6 et 7.
  • 16 J. Meyer, chap. V dans P. Bois (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, 1977.
  • 17 AN, Z1D139, vol. 6, 12 mai et 22 août 1777
  • 18 AN, COL. F1B4(1) et AD Gironde : C 3669.
  • 19 AN, Z1D139, vol. 6, 17 septembre 1777.
  • 20 Ibidem.
  • 21 AN, COL. F1B4(1). Saint-Germain-des-Prés, 12 décembre 1777.

3Nantes et Bordeaux faisant figure de portes d’entrée principales, la population noire y a aussi été plus « visible » qu’ailleurs : sur la base de 80 000 habitants, la proportion de Noirs a pu dans le premier cas avoisiner les 0,9 %, tandis qu’à Bordeaux – 110 000 habitants environ – leur part n’a dû atteindre que les 0,3 ou 0,4 %. Ces faibles proportions sont toutefois à nuancer car la concentration a souvent été très forte : à Nantes, le dépouillement des baptêmes dans des registres paroissiaux qui ont commencé à consigner les Noirs à partir de 1740 a permis de totaliser 195 actes dont 160 à Saint-Nicolas (englobant le quai de la Fosse) et 20 à Sainte-Croix (incluant l’île Feydeau) – autrement dit les quartiers où se trouvait l’activité négociante ont regroupé plus de 90 % des Noirs de la place13. À Bordeaux, la concentration est remarquable également paroisse Saint-Nicolas, mais les nouveaux immigrants s’y sont apparemment plus qu’à Nantes éloignés des quais, signe d’une moindre dépendance de la société marchande et d’une orientation vers d’autres activités. Enfin à La Rochelle, c’est Saint-Barthélemy, intramuros, qui a regroupé le plus de Noirs baptisés14… Cette concentration n’a cependant pas exclu une forte mobilité, comme tendrait à le montrer à Nantes l’analyse des inhumations qui, encore une fois entre 1740 et la Révolution, a permis de relever quelque 83 individus qui n’ont que dans une dizaine de cas été les mêmes que ceux portés au baptême. On s’aperçoit en fait que les Noirs débarqués ont été, même dans les plus grandes villes de l’ouest, pour une bonne part appelés à suivre leurs maîtres vers la capitale où les registres de l’amirauté de France ont confirmé le rôle essentiel d’un ouest atlantique resserré entre la Seine et la Gironde comme faisceau d’entrée en direction de Paris : sur 271 déclarations parisiennes ayant précisé un port d’arrivée15, 250 se sont en effet inscrites dans cet espace où Nantes est arrivée en tête (29 %), suivie de Bordeaux (20 %), alors même que Le Havre, pourtant mieux placée que les précédentes en Basse-Seine par rapport à Paris, n’est arrivée qu’en quatrième position (12 %). Pour reprendre une expression de Jean Meyer, Nantes a ainsi confirmé sa position-clé de port « privilégié des besoins parisiens16 », tant au niveau des hommes que des marchandises venues des colonies. Entre ces villes atlantiques et la capitale, les autres localités situées en bord de fleuve n’ont que peu retenu les nouveaux immigrants : ainsi sur la Loire, la ville qui a officiellement enregistré le plus de Noirs en 1777 est Tours avec seulement 7 cas17… Dans le sud-ouest il serait plus juste de parler de nébuleuse, car au-delà même des faubourgs, c’est 70 Noirs qui ont été (en plus des 370 de la ville même de Bordeaux) comptabilisés de part et d’autre de la Dordogne et de la Garonne (8 à Castillon, 6 à Libourne18…), en lien à une grande propriété qui – dans une toute autre mesure que dans le pays nantais – a conduit les Noirs vers d’autres activités. On ne doit pourtant pas en conclure que les Noirs partis vers Paris ont suivi une trajectoire directe, car les rares déclarations précisant les routes suivies font état d’itinéraires souvent sinueux : ainsi le créole Michel, passé en 1762 de Saint-Domingue à Bordeaux comme « nègre de confiance du sieur Despallières, fils », a été assigné à le suivre à La Rochelle, puis en Normandie dans sa famille avant de gagner Paris19. De même Blondin, dit Hédouard, est arrivé en 1771 à Bordeaux d’où il est par trois fois retourné aux Îles pour suivre son maître le capitaine Deroche, avant de passer au service du perruquier bordelais Dufaure et s’engager finalement comme soldat derrière le sieur Antoine Mermet, officier de dragons au régiment de Custine20. Enfin Marie-Louise Latour, dite l’Expère, débarquée à Paimbœuf avec les époux Brunelette, les a servis à Tours jusqu’à leur mort avant de gagner Paris où elle a été déclarée comme « blanchisseuse de bas de soie et dentelles » lors de sa déclaration en 177721… Cette diversité de destins amène à s’interroger sur la place qu’ont pu trouver dans la société métropolitaine ceux et celles qui se sont en particulier fixés dans les villes situées en France de l’ouest.

Un profil très caractérisé d’immigrants

4Une approche « sociologique » des nouveaux-venus fait ressortir des traits communs, dans tous les grands ports de l’ouest, à des individus ayant souvent d’abord eu les mêmes origines. Les 303 Noirs dont on connaît le pays de départ dans les villes de Nantes, Bordeaux et La Rochelle révèlent en effet un poids accusé des « nègres créoles », qui arrivent largement en tête avec 143 cas, soit plus de 47 % : ainsi pourrait-on dire que les Noirs des villes de l’Atlantique ont pour une moitié ou presque été des Antillais, surtout amenés de Saint-Domingue et, secondairement, de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Grenade. L’Afrique vient en seconde position, puisque 123 Noirs, même s’ils ont transité par les îles d’Amérique, ont été désignés comme « nègres de nation », ou du moins avec le nom d’une contrée d’origine en Afrique, soit presque 41 % – un fait remarquable car à Paris, où les propriétaires ont plutôt fait venir des Antillais, les Africains n’ont atteint que 26 % : il y a là avant tout des Noirs de Guinée, mais aussi des « Congos » et des « Angoles » pour les plus récemment arrivés. Le troisième poste est occupé par les Noirs nés en Europe – en quelque sorte une « seconde génération » dont la part reste très réduite (12 cas, soit 4 %), avec des individus qui ont pu venir au monde en Angleterre comme dans les pays ibériques. Enfin arrivent les « nègres d’Inde », originaires de l’Océan Indien et venus majoritairement des comptoirs, dans une proportion qui reste également infime – 11 cas, ne faisant pas 4 % –, ce qui contraste encore une fois avec Paris où ils ont atteint presque 10 % : cette faiblesse s’explique bien sûr par les privilèges dont a bénéficié Lorient pour introduire en France des Orientaux, acheminés souvent ensuite vers la capitale, mais il faut y voir aussi un souci dans les grands ports de l’ouest d’avoir une main-d’œuvre utile, les Indiens considérés comme plus faibles que les Africains ayant été moins prisés pour les travaux manuels que pour les tâches domestiques. De plus près se remarquent d’ailleurs des différences significatives entre les principaux ports : alors qu’il y a eu plus de 50 % d’Antillais à Nantes et à Bordeaux, ce sont – fait unique en France – les Africains de souche qui sont arrivés en tête à La Rochelle (50 % exactement des Noirs de 1777), en lien à une utilisation notamment plus marquée dans ce port qu’ailleurs des « nègres interprètes » employés dans la traite africaine. Ces considérations amènent à constater d’autres caractères propres aux Noirs des ports de l’ouest : plus que la surmasculinité et la jeunesse observables un peu partout en métropole, la spécialisation « artisanale » – à côté de l’activité domestique – a distingué en particulier Nantes de sa rivale bordelaise.

  • 22 A.D. Loire-Atlantique : B 4524, 24 mars 1777, déclaration de Valère.
  • 23 AN, COL. F1B4(1). Bordeaux, 12 octobre 1777, déclaration de L’Eveillé.
  • 24 AN, COL. F1B4(1). La Rochelle, 16 septembre 1777, déclaration de Jean Raimond Le Comte.

5La surreprésentation masculine est en effet écrasante puisque les taux oscillent entre 68 et 72 % dans les trois grands ports de l’Ouest, soit plus de deux hommes pour une femme, comme d’ailleurs dans l’ensemble du pays. La jeunesse n’est pas moins remarquable avec à Nantes particulièrement presque un individu sur deux âgé de 10 à 19 ans et un sur trois de 20 à 29 ans, quand à l’échelle du royaume les taux ont avoisiné respectivement 39 et 28 % : ainsi le profil dominant a dû être celui de Noirs antillais, jeunes gens dans la force de l’âge. L’approche de leurs maîtres est un autre indice des tâches auxquelles on a pu vouloir les employer : sur 354 situations connues dans les trois ports cités, 35 seulement ont renvoyé à des nobles, soit 10 % à peine, alors qu’à Paris la part du second ordre a nettement dépassé le 1/3 – du fait naturellement d’une forte concentration de privilégiés ayant derrière eux une importante livrée. La bourgeoisie marchande et officière l’a en fait très largement emporté dans les trois pôles de l’ouest, avec 222 cas équivalant à 63 % du total (contre un peu plus du 1/3 dans la capitale). Enfin derrière elle, ce qu’on pourrait appeler le « monde colonial » (c’est-à-dire le groupe des officiers employés aux Îles et des « habitants » des colonies séjournant en France) a représenté 29 % – une proportion un peu supérieure à celle qu’on trouve à Paris où nombre de Grands ont aussi été riches de biens en Amérique. Ces classifications ne sauraient pourtant refléter des situations toujours aussi clairement différenciées, et des nobles comme à Nantes les De Luynes22 ou à Bordeaux les Laffon23 de Ladebat ont caché des entrepreneurs de traite dans le dernier cas très fraîchement entrés dans le second ordre… Les bourgeoisies d’affaires et officière ont par ailleurs été trop liées pour qu’on puisse distinguer nettement deux catégories, et un Gastumeau « greffier en chef des traites foraines et domaniales » à La Rochelle a pu avoir des intérêts à Saint-Domingue d’où son frère lui a envoyé un Noir comme pensionnaire24… Il s’avère en fait que gentilshommes ou bourgeois de robe ont très bien pu se mêler d’affaires outre-mer, un phénomène qui paraît commun à toutes les villes de l’ouest et qui pose dès lors le problème des tâches effectivement consignées à tous ceux qui n’étaient, selon la formule des déclarations dans les amirautés, appelés qu’à « s’instruire dans le catholicisme » et à « parfaire leur formation » pour retourner « incessamment » aux colonies…

  • 25 AN, COL. F1B4(1). Bordeaux, 29 septembre 1777, déclaration par la veuve Prunes de Toumillon, et le (...)
  • 26 AN, COL. F1B4(1). Bordeaux, 2 octobre 1777, déclaration par le sieur Chaperon de Terrefort de Jean (...)

6Sur 432 situations de Noirs connues à Nantes, Bordeaux et La Rochelle, les domestiques ont au prime abord représenté le groupe le plus important avec 258 cas, soit presque 60 %. Cependant ce chiffre général cache en fait des différences très marquées entre les villes, et à Nantes, où le panel des situations connues se limite à 68 cas du fait des moindres déclarations enregistrées en 1777 au greffe de l’amirauté, la proportion des domestiques s’avère finalement bien plus limitée – quelque 24 cas ne faisant que 35 % – ; le cas de La Rochelle est comparable avec, sur 52 situations, seulement 20 domestiques représentant 38 %. En revanche à Bordeaux, où le greffe a précisé l’activité de 312 individus, les 214 domestiques ont porté à 69 % la part de la catégorie. Cette différence, entre d’une part Nantes et La Rochelle et d’autre part Bordeaux, pourrait tenir au poids plus marqué de la noblesse dans cette dernière ville, où différents conseillers au parlement – comme Prunes25 ou Chaperon de Terrefort26 – ont déclaré plusieurs serviteurs noirs ; et en ce sens Bordeaux se rapprocherait du modèle parisien où l’on compte 80 % de domestiques. Cependant la réalité est surtout ailleurs : Bordeaux qui a affirmé sa position première dans le commerce atlantique à la fin du siècle, n’a pas semble-t-il pour autant cherché à tirer le même parti de ses Noirs que Nantes où le poids de la traite avait d’emblée entraîné la formation d’artisans destinés – du moins en théorie – à retourner aux colonies pour y effectuer des tâches spécialisées dans les plantations qui requéraient notamment des « nègres à talent ». C’est ce qui explique, alors même que la part des artisans dans les trois ports se limite à 167 cas faisant moins de 40 %, le poids au contraire accusé à Nantes des Noirs artisans – 43 individus faisant plus de 63 % – et même à La Rochelle – où 29 cas ont représenté 56 %. Le détail des spécialisations est d’ailleurs significatif : sur les 43 Noirs artisans de Nantes, 19 ont été déclarés dans le domaine du bois (tonneliers, charpentiers) ou de la toile (tailleuses pour les femmes), en lien aux besoins des habitations antillaises (tonneaux ou barriques pour mettre les sucres, bois des constructions, vêtements pour les colons comme pour les Noirs eux-mêmes). Les autres renvoient à ces artisans du luxe qui sont plus caractéristiques de Bordeaux et surtout de Paris, avec ces perruquiers et ces couturières moins évidemment destinés à retourner aux Îles qu’à demeurer en métropole au service de l’aristocratie. Cette dualité des activités, assortie d’une différence notable entre Nantes et Bordeaux surtout, amène à s’interroger sur le devenir de ces individus dont on peut se demander s’ils repartaient aussi naturellement outre-Atlantique que les règlements royaux le demandaient.

Une position malaisée

  • 27 AD, Loire-Atlantique : C 742.
  • 28 Ibidem.
  • 29 AD, Loire-Atlantique : C 741.
  • 30 P. Pluchon, Nègres et Juifs au xviiiesiècle, Paris, 1984, p. 127.

7La réglementation en vigueur depuis le début du siècle n’a cessé de répéter le même credo : les Noirs introduits en France ne devaient y séjourner que temporairement, une obligation d’autant plus réaffirmée que l’introduction d’individus de condition servile risquait de susciter à terme des demandes de liberté difficiles à refuser juridiquement dès lors que, depuis l’édit de 1315, nul homme ne pouvait être esclave sur le sol de France. Qui plus est un séjour indéfini de ces Noirs forcément amenés à goûter en métropole à la liberté risquait, s’ils retournaient aux Îles, de semer le trouble parmi leurs frères esclaves et de déstabiliser le fragile équilibre de la société coloniale. C’est d’ailleurs précisément de Nantes qu’est partie l’idée d’une réglementation puisque le subdélégué de l’intendance, Gérard Mellier, s’est en 1716 adressé au conseil du Régent pour lui demander de compléter un Code Noir qui ne disait rien de ces esclaves passés dans le royaume27. Aussi a-t-il été dès ce moment précisé que durant leur temps de présence en France métropolitaine ces esclaves ne pourraient d’abord revendiquer la liberté (article V), et que le dernier délai de leur retour serait la mort de leur maître (héritiers « obligés » de renvoyer aux Îles les esclaves destinés à être partagés « avec les autres biens de la succession », article IX28). Ces dispositions, assorties d’une obligation de déclaration dans les amirautés d’arrivée, ont même été renforcées par la déclaration de 1738 limitant tout séjour à la durée du congé accordée par le roi à ses officiers et à 3 ans pour les propriétaires planteurs (articles V et VI29). Or l’une et l’autre loi, enregistrées par le parlement de Rennes et par le parlement de Bordeaux, ont remarquablement été rejetées par le parlement de Paris au nom du « privilège affranchissant de la terre de France30 ». Résultat : les plus grands ports de l’ouest ont pu protéger leur droit, même limité, d’introduire des Noirs en France tout en les gardant comme esclaves, alors que la capitale est apparue comme un lieu où, pour tout Noir informé, la liberté pouvait en droit être revendiquée…

  • 31 Affaire étudiée par S. Peabody, There are no slaves in France, New York, 1996, chap. 3.
  • 32 E. Saugera, Bordeaux, port négrier, Paris, 1995, p. 290.
  • 33 S. Peabody, op. cit., chap. 3.
  • 34 AD, Loire-Atlantique : Voir à ces dates en B 4515-4524.
  • 35 Gaston-Martin, L’ère des négriers, rééd., Paris, 1993, p. 162-163.
  • 36 E. Saugera, op. cit., p. 303-304.
  • 37 Cité par P.-H. Boulle, « L’origine du racisme en Europe : quelques hypothèses », dans S. Daget (di (...)
  • 38 AN, COL. F1B3(1). « Projet d’instruction », 1777-1778.
  • 39 AN, COL. F1B4(1). « Conclusions » du 9 mars 1782.

8Le résultat s’est donc fait progressivement sentir par des procès engagés contre des maîtres qui, à Paris, ont systématiquement été déboutés, mais qui dans l’ouest n’ont pas forcément eu le même résultat. Ainsi à Nantes la retentissante affaire en 1746-1747 de la « négresse de nation sengalle » Catherine Morgan, dite Catin, a mis aux prises une femme noire et le capitaine qui l’avait débarquée, Rambaud, accusé par celle-ci de l’avoir mise enceinte et livrée à un maître qui ne l’avait pas mieux traitée : comme elle n’avait pas été formellement déclarée, celle-ci s’est trouvée renvoyée comme esclave à Saint-Domingue avec sa progéniture31. Bordeaux a procédé pareillement à des rembarquements32, mais La Rochelle s’est trouvée dans une situation différente dès lors qu’elle ressortait du parlement de Paris et qu’en appel un esclave pouvait avoir gain de cause, ce que n’ont pas manqué de rappeler les autorités locales dans un courrier adressé en 1741 à Maurepas au ministère de la Marine33. La question qui se pose est finalement de savoir si ces renvois – qui ne paraissent pas avoir été légion – ont été le signe de réels problèmes, quand bien des maîtres se sont plaint des évasions de nègres comme par exemple le 25 septembre 1742 à Nantes Antoine Weltden, lequel a vu son Noir Louis lui échapper peu après son arrivée au Croisic, ou le 4 octobre 1752 le sieur Peyrat, dont le Noir Pierrot lui a fait faux bond de nuit précisément sur la route de Paris34… À en croire les rappels à l’ordre comme autour de 1768 ceux de la municipalité de Nantes – « On ne voit dans les places publiques et sur les ports que nègres attroupés […] qui poussent l’insolence jusqu’à insulter les citoyens non seulement de jour, mais de nuit35 » –, les problèmes en question paraissent avoir été surtout ceux de frictions dans les quartiers où ils étaient les plus concentrés. Il en est allé de même dans le Bordeaux des Chartrons où en 1763 par exemple une rixe a conduit en prison trois domestiques noirs qui avaient violenté un Blanc : le motif invoqué – comme on le retrouve assez généralement – a été l’insulte (« moricaud » ou « moraicaud »), mais a finalement surtout pénalisé le maître des fauteurs de troubles obligé de payer 30 livres d’amende36… Il n’y a donc pas eu « d’émeutes raciales » comme a pu l’écrire W. Cohen37, mais peut-être des tensions effectivement accrues après la guerre de Sept Ans qui a vu arriver davantage d’immigrants avec le retour des planteurs et de leurs personnels (de la Grenade perdue notamment) et une inquiétude à voir « se mêler les sangs »… La déclaration de 1777 a visé à mettre fin à ces désordres en obligeant les maîtres à laisser à leur arrivée leurs Noirs dans des dépôts créés tout exprès dans huit ports, dont naturellement Nantes, La Rochelle et Bordeaux38. Or le texte enregistré sans difficulté par tous les parlements dès lors qu’il ne parlait plus des « nègres esclaves », mais des « Noirs, mulâtres et autres gens de couleur » susceptibles d’engendrer des « sang-mêlé », n’a eu qu’un effet limité dès lors que la guerre d’Amérique a freiné les arrivées dans les ports pour faciliter au contraire des entrées par les Pays-Bas et l’Espagne alliés, comme l’a fait remarquer le ministère de la Marine en 178239… De là, la Monarchie, empêtrée dans d’autres problèmes, a laissé en suspens la question noire jusqu’à la Révolution.

9À l’opposé de ces difficultés, les Noirs établis en France de l’ouest ont-ils eu tout de même des possibilités d’insertion ? Le mariage peut être un critère d’appréciation intéressant parce qu’il est notamment un moyen d’entrevoir, avec le métissage, un signe de réussite sociale. Bien qu’il ait été interdit par la déclaration de 1738 pour les esclaves (article X) – du moins dans le ressort des parlements de l’ouest qui avaient enregistré la décision –,

  • 40 AD, Loire-Atlantique : B 4524, déclaration du 12 mars 1777.
  • 41 AD, Loire-Atlantique : Registres paroissiaux de 1740 à 1792.
  • 42 M. Koufinkana, op. cit., t. 1, p. 159.
  • 43 AD, Loire-Atlantique : B 4524, déclaration du 20 mars 1777.
  • 44 AD, Loire-Atlantique : Registres paroissiaux de Saint-Nicolas, mariages de Jean Charles, le 1er ju (...)

10il n’a cessé d’être un moyen d’officialiser une union pour ceux qui avaient pu obtenir un affranchissement (par la voie testamentaire notamment), comme également pour les autres… ainsi qu’en témoigne par exemple en 1772 à Nantes l’union devant l’Église d’un nommé Alexandre qui n’avait pas été affranchi formellement40. Ainsi, malgré les interdits (rappel de la municipalité nantaise encore en 1770), neuf mariages ont pu être célébrés à l’échelle du siècle à Nantes41 et même 21 à Bordeaux42. Or, dans le cas nantais, seulement 3 sur 9 ont été des unions mixtes quand, dans le cas bordelais, 9 sur 21 ont uni des hommes et des femmes de couleur différente, ce qui donne l’impression qu’il était plus difficile pour un Noir nantais de trouver une femme blanche (33 %) que pour un Noir bordelais (43 %) – sachant qu’à Nantes jamais une femme noire n’a épousé un homme blanc et qu’à Bordeaux la proportion s’est réduite à 3 des 9 unions mixtes seulement… L’effet « traite » s’est donc peut-être fait plus sentir dans le premier cas que dans le second, sans toutefois empêcher la constitution de familles, comme a pu l’illustrer par exemple le cas du Noir Gabriel Constant, amené en 1734 à l’âge de 10 ans de Fort-Dauphin par le planteur Cottineau et devenu tonnelier à Nantes, affranchi huit jours avant son mariage, paroisse Sainte-Croix avec la Blanche Jeanne Tolique en 1760, et bientôt père de deux enfants : un fils et une fille respectivement déclarés comme mousse âgé de 16 ans et comme apprentie couturière âgée de 13 ans en 177743. Constant a pu signer son acte de mariage et en qualité de témoin ceux de deux autres Noirs sur la place44, preuve de l’existence au moins d’une petite communauté noire ou de couleur près des quais avant la Révolution.

11Ainsi la présence noire dans les ports de l’ouest laisse l’impression d’une minorité réduite mais visible, à la fois mobile car destinée en bonne partie à gagner Paris et appelée aussi à rester sur place quand elle devait être formée à des métiers susceptibles de servir aux colonies (Nantes) à côté des fonctions domestiques qui l’ont plutôt emporté ailleurs (Bordeaux). L’insertion de ces gens a cependant été entravée par des autorités inquiètes notamment des désordres à craindre en France aussi bien qu’aux Îles, d’où est peut-être venue cette peur accrue du mélange des sangs. Les difficultés rencontrées n’ont pas néanmoins, à une modeste échelle, empêché l’insertion des plus anciennement établis dans la société en place.

Notes

1 Fr. Gayot de Pitaval, « Liberté réclamée par un nègre contre son maître qui l’a amené en France », dans Causes célèbres et intéressantes, Paris, vol. 13 (1747), p. 537.

2 AN, COL. F1B4(1), Police des Noirs, 23 février 1782.

3 AN, COL. F1B3 et 4. La lettre de l’amirauté de Nantes est en 4(1), 2 juin 1777.

4 AN, COL. F1B4(1). « Conclusions » du 9 mars 1782.

5 AN, COL. F1B4(1). Nantes, 2 juin 1777.

6 AN, COL. F1B3(1). Nantes, 6 janvier et 21 février 1778.

7 AN, COL. F1B4(1). Bordeaux, 6 janvier 1778.

8 AN, COL. F1B3(2). Saint-Malo, 3 décembre 1777.

9 Cité par A. Roman, Saint-Malo au temps des négriers, Paris, 2001, p. 173.

10 AN, COL. F1B3(1). Fécamp, 16 octobre 1777.

11 N, COL. F1B3(2). Cherbourg, 11 novembre 1777.

12 AN, COL. F1B3(2). Touques, 28 octobre 1777.

13 AD Loire-Atlantique : Registres paroissiaux de 1740 à 1792 (14 paroisses).

14 M. Koufinkana, Esclaves et esclavages dans la France d’Ancien Régime (1600-1794), Toulouse, 1989 (BNF, thèse microfichée), t. 2, annexe 1.

15 AN, Z1D139, Amirauté de France, vol. 6 et 7.

16 J. Meyer, chap. V dans P. Bois (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, 1977.

17 AN, Z1D139, vol. 6, 12 mai et 22 août 1777

18 AN, COL. F1B4(1) et AD Gironde : C 3669.

19 AN, Z1D139, vol. 6, 17 septembre 1777.

20 Ibidem.

21 AN, COL. F1B4(1). Saint-Germain-des-Prés, 12 décembre 1777.

22 A.D. Loire-Atlantique : B 4524, 24 mars 1777, déclaration de Valère.

23 AN, COL. F1B4(1). Bordeaux, 12 octobre 1777, déclaration de L’Eveillé.

24 AN, COL. F1B4(1). La Rochelle, 16 septembre 1777, déclaration de Jean Raimond Le Comte.

25 AN, COL. F1B4(1). Bordeaux, 29 septembre 1777, déclaration par la veuve Prunes de Toumillon, et le 23 octobre par là même d’Anne et de Louis, dit Colibri.

26 AN, COL. F1B4(1). Bordeaux, 2 octobre 1777, déclaration par le sieur Chaperon de Terrefort de Jean-Pierre et de Marie.

27 AD, Loire-Atlantique : C 742.

28 Ibidem.

29 AD, Loire-Atlantique : C 741.

30 P. Pluchon, Nègres et Juifs au xviiie siècle, Paris, 1984, p. 127.

31 Affaire étudiée par S. Peabody, There are no slaves in France, New York, 1996, chap. 3.

32 E. Saugera, Bordeaux, port négrier, Paris, 1995, p. 290.

33 S. Peabody, op. cit., chap. 3.

34 AD, Loire-Atlantique : Voir à ces dates en B 4515-4524.

35 Gaston-Martin, L’ère des négriers, rééd., Paris, 1993, p. 162-163.

36 E. Saugera, op. cit., p. 303-304.

37 Cité par P.-H. Boulle, « L’origine du racisme en Europe : quelques hypothèses », dans S. Daget (dir.), De la traite à l’esclavage, Nantes et Paris, 1988, p. 535-547.

38 AN, COL. F1B3(1). « Projet d’instruction », 1777-1778.

39 AN, COL. F1B4(1). « Conclusions » du 9 mars 1782.

40 AD, Loire-Atlantique : B 4524, déclaration du 12 mars 1777.

41 AD, Loire-Atlantique : Registres paroissiaux de 1740 à 1792.

42 M. Koufinkana, op. cit., t. 1, p. 159.

43 AD, Loire-Atlantique : B 4524, déclaration du 20 mars 1777.

44 AD, Loire-Atlantique : Registres paroissiaux de Saint-Nicolas, mariages de Jean Charles, le 1er juillet 1766, et de Pierre François, le 19 mai 1772.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search