Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Deuxième partie. La présence étrangère : un révélateur de l'intégration des villes dans un marché atlantique

Le Havre : une ville atlantique face aux étrangers à l’époque moderne

Éric Saunier

Texte intégral

  • 1 La parution de la synthèse dirigée par Yves Lequin (sld Y. Lequin, La mosaïque France, Paris, Laro (...)
  • 2 S. Wahnich, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours révolutionnaire, Paris, A. Michel, 1 (...)
  • 3 À ce sujet, cf. Cl. Mazauric, « Vrai ou faux tournant dans l’historiographie révolutionnaire ? » d (...)
  • 4 Il suffit pour s’en convaincre de constater la faible part accordée à la période révolutionnaire s (...)

1L’intérêt manifesté par l’historiographie1 pour l’étude des populations étrangères depuis une quinzaine d’années est sans conteste motivé par la prégnance des débats entourant les questions relatives à l’intégration des populations migrantes. Bien qu’inscrite nolens volens dans cette perspective, l’analyse que nous proposons autour de cette question présente cependant un objectif plus modeste : tenter de mesurer les changements apportés par la Révolution sur les mécanismes de l’intégration développés dans le cadre des sociétés urbaines de l’époque moderne, le socle de notre étude reposant sur une vaste enquête prosopographique que nous conduisons au sein de l’université du Havre sur les populations migrantes non régnicoles installées dans cette ville entre sa fondation et les années 1840. Soucieuse de prendre en compte l’attitude des sociétés d’accueil face à ces migrants toujours suspectés, cette enquête se situe dans le prolongement des réflexions impulsées par Sophie Wahnich2 qui, à travers le prisme de l’analyse du discours révolutionnaire sur cet « impossible citoyen » que fut l’étranger, a su proposer un cadre novateur pour la réflexion. On soulignera que cette perspective est d’autant plus utile que les études proposant une confrontation entre discours et pratiques, en dépit du regain d’intérêt montré par l’historiographie révolutionnaire depuis vingt ans3 en faveur d’une histoire sociale attentive aux échanges humains, restent très peu nombreuses4 même si la démarche est indispensable pour essayer de comprendre le dialogue engagé entre migrants et accueillants, et pour tenter de cerner les formes de l’intégration des populations étrangères dans leur globalité.

  • 5 Cf. J.-F. Dubost, « L’étranger dans la France d’Ancien Régime : ambiguïtés d’une perception » dans (...)
  • 6 Cf. (sld. F. Angiolini et D. Roche), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Par (...)
  • 7 L’enquête englobe une population de 560 individus ayant résidé au Havre au moins un an entre 1596 (...)

2Néanmoins, à côté de cet objectif, le choix du Havre suggère aussi qu’il s’agit de situer la question dans le cadre spécifique que constituent selon nous les sociétés portuaires. L’originalité de ce milieu humain repose en effet sur le fait que les ports, et cela justifie la séparation que nous admettons entre population étrangère et population non nationale en dépit des représentations des sociétés urbaines modernes pour lesquels l’étranger apparaît dès que les portes des faubourgs sont franchies5, se distinguent des villes intérieures par la prise de conscience de la spécificité des questions que pose à la cité la présence de populations non nationales avant même la Révolution. En outre, les ports sont des espaces prompts à être violemment déstabilisés par celle-ci en raison du rapport très étroit que les sociétés y entretiennent avec l’Étranger, la domination du monde négociant dont la culture soucieuse de créer du lien social prompt aux affaires entraînant naturellement des stratégies d’acceptation et de contrôle de l’autre6. C’est donc pour ces deux raisons principales, l’une due à l’évolution historiographique des études révolutionnaires et l’autre à l’identité sociale des ports, que nous avons procédé à la recension puis à la reconstitution des trajectoires de plus de 500 étrangers installés au Havre aux xviie et xviiie siècles7.

  • 8 M.-L. Chastres, « Les comportements politiques des étrangers résidant au Havre (mai 1789 septembre (...)

3La cristallisation géographique autour de cette ville et la remontée en amont que nous proposons méritent cependant également une explication. La première se justifie par la conjonction de quatre facteurs attractifs. Outre le fait qu’il s’agit du seul port normand où la population étrangère, bien que très minoritaire, permet d’offrir des échantillons assez représentatifs pour tirer des conclusions, Le Havre est un observatoire bénéficiant d’une profusion de sources permettant d’aller bien au-delà dans l’analyse des enseignements offerts par les fonds habituellement mobilisés pour ce genre d’enquête. La jeunesse d’une cité, dans laquelle les migrations sont massives, ouvre par ailleurs des perspectives intéressantes concernant la question de la place occupée par les populations nouvellement arrivées dans le processus constitutif de l’identité urbaine. Pour finir, la proximité de l’Angleterre, durant une période de tensions économiques et politiques intenses (1780-1815), donne un intérêt supplémentaire à la recherche. Quant à l’idée d’une longue remontée en amont, elle doit son origine aux conclusions tirées de notre connaissance de l’évolution des étrangers au Havre pendant la Révolution, lesquelles sont à la base de l’hypothèse qui constitue l’aiguillon de notre propos. En révélant moins la rupture brutale qu’auraient pu imposer les événements dramatiques survenus dans cette ville, touchée de plein fouet par les incidences de la révolte de Saint-Domingue puis du Blocus Continental, que la permanence d’une relation asymétrique caractérisée par la propension récurrente des étrangers à marquer leur volonté d’intégration et les comportements ambivalents de la société d’accueil8, il nous a paru en effet intéressant de nous pencher sur les racines de ces attitudes en interrogant les sources avec, en filigrane, l’intention de savoir s’il s’agissait d’une donne nouvelle liée aux ruptures proposées par la crise révolutionnaire ou bien d’une relation plus profonde plongeant ses racines dans les pratiques et les représentations développées depuis le xviie siècle, et cela au prix d’un aggiornamento concernant une ville portuaire réputée intégratrice.

Les étrangers au Havre : permanences et rupture

4La réponse à la problématique posée passe bien sûr préalablement par la connaissance des rythmes d’arrivée des populations immigrées, par l’observation des phénomènes de concordance ou de discordance apparus entre les mouvements touchant les migrants de passage et ceux qui choisissent de résider et, surtout, par une analyse attentive des caractères sociologiques, religieux et géographiques des individus appartenant à ces groupes en raison du rôle que ces critères exercent dans la mise en place des rapports unissant les étrangers aux sociétés d’accueil.

  • 9 La part des étrangers dans la population totale se situe à son maxima au moment de la Révolution, (...)
  • 10 Les deux mouvements migratoires majeurs, celui des Italiens qui commence véritablement à partir de (...)
  • 11 Cf. J.-P. Bardet, Rouen aux xviieet xviiiesiècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, (...)
  • 12 Ils représentent à eux seuls plus du quart des étrangers recensés entre 1595 et 1750 (41).

5De l’observation socio-géographique de cet agrégat humain se dégagent d’ailleurs les éléments caractérisant dans la durée les mouvements migratoires touchant les non nationaux. Une faible proportion9 quelles que soient les périodes, la récurrence des « arrivées à retardement » jusqu’à la fin de l’Ancien Régime au regard de résultats observés au niveau national en raison de la jeunesse de la ville du Havre10 et, surtout, l’hétérogénéité des apports culturels sont ainsi des traits communs durant toute la période. Cette dernière précision, qui incite à refuser le regard exclusif concernant des ressortissants anglophones auquel pourraient conduire les relations culturelles étroites reliant les ports normands et l’Angleterre, est sans doute l’élément le plus structurant pour ces mouvements migratoires. Il est vrai qu’il découle des conditions originelles dans lesquelles se sont fixés ces premiers groupes de migrants. Leur arrivée reste un épiphénomène relatif au processus constitutif d’une ville récente s’alimentant en hommes à partir d’un mouvement radioconcentrique comparable à celui décrit par Jean-Pierre Bardet à Rouen11, lequel confère aux non nationaux le rôle de migration d’appoint. Occupant une place marginale, ce mouvement ne dispose alors pas de filières organisées et est sujet logiquement à l’émiettement sociogéographique qui facilite, malgré une domination d’ensemble des Italiens12 et des catégories modestes, une hétérogénéité que le tournant des années 1730-1740 ne parviendra pas à détruire.

6En effet, l’état des lieux dressé à l’autre borne de la période, en 1793, montre, malgré la substitution de la primauté anglophone à celle des Italiens (documents 1 et 2) et l’émergence du négoce comme groupe dominant, que des communautés secondaires assez denses restent nombreuses et que l’émiettement des compétences qui caractérisait la période antérieure tend à perdurer.

  • 13 Wichman Gustav Eichoff père, négociant de Hambourg arrivé au Havre en 1733 tient ainsi, avec la ra (...)
  • 14 Si les Hambourgeois sont majoritairement occupés dans le négoce, on retrouve une vingtaine d’Allem (...)
  • 15 L’ouverture de la manufacture de velours par John Holker dès 1752 est considérée comme étant le po (...)
  • 16 Deux originalités caractérisent la communauté anglaise au Havre : une très faible homogénéité soci (...)

7Néanmoins, la présence de ces caractéristiques durables ne peut occulter la rupture majeure qui émerge au moment où s’opère la dynamisation de l’économie havraise au milieu du xviiie siècle. Le témoignage le plus visible de celle-ci est la montée sociale du niveau des étrangers qui entraîne de facto une rupture des équilibres géographiques au profit de l’Europe du Nord. Sans que l’homogénéité sociale soit à l’ordre du jour, on voit ainsi émerger une élite négociante anglaise dès les années 1770, bientôt renforcée par un apport de Scandinaves ; les Allemands occupant pour leur part des créneaux d’activité plus novateurs13 ou étant des artisans qui, à la différence des Italiens14, pratiquent des métiers traditionnels. Si on a là une évolution sans surprise, on soulignera cependant la brutalité de celle-ci. Caractéristique du rythme de construction original de l’espace social havrais, elle amplifie les lacunes de compétence que compense, peut-être plus qu’ailleurs, l’appel à des populations étrangères aguerries à des pratiques économiques sophistiquées. Dans ce contexte, parce qu’elle est proche géographiquement et déjà présente en Normandie depuis l’essor de la proto-industrie à Rouen15, l’Angleterre devient le recours presque exclusif qui contribue à distinguer cette communauté dans la cité16.

  • 17 La proportion des étrangers dont la confession religieuse nous est connue passe de 85 % de catholi (...)

8En outre, à côté du caractère particulièrement brutal affectant les étrangers présents au Havre, on soulignera également l’importance de la rupture religieuse comme facteur d’évolution des comportements. Celle-ci semble entraîner en effet des mutations dans les changements affectant une société d’accueil déchirée entre intérêts économiques et volonté d’établir un modus vivendi avec le pouvoir en place. Le rééquilibrage confessionnel entraîné par l’arrivée importante des peuples d’Europe du Nord, qui fait suite à une migration très majoritairement catholique17, n’est pas sans poser de problèmes dans une ville située en position stratégique depuis les Guerres de Religion, où les agents de l’État semblent ignorer les progrès de la tolérance. De là découle sans doute l’asymétrie qui est la caractéristique principale des relations entretenues entre migrants et société d’accueil.

Les étrangers : une propension évidente à l’intégration

9Les communautés reconstituées, le regard porté sur les comportements manifestés par celles-ci, montre que, en dépit de la prudence dont on doit faire preuve face à des résultats portant sur des échantillons modestes, un profond désir et une propension réelle à l’intégration semblent bien dominer parmi cette population. C’est en tout cas ce que révèle l’analyse menée à partir de deux instruments de mesure. Les comportements démographiques, passage obligé pour répondre à la question posée, et l’étude de l’organisation de l’espace associatif, une approche moins systématisée mais qui est essentielle pour qui veut essayer de comprendre la place réservée aux étrangers dans l’espace urbain, font en effet apparaître des résultats sans ambiguïté.

  • 18 On enregistre parmi les ressortissants italiens, étudiables dans la durée, une diminution régulièr (...)
  • 19 Pour la population mariée au Havre, les unions mixtes entre un étranger et un français représenten (...)
  • 20 On retrouve un écart de deux ans comparable à celui qui caractérise les comportements des mariés f (...)
  • 21 La plus grande difficulté des femmes étrangères à contracter une union mixte (elles sont seulement (...)

10L’étude de la composition des familles permet ainsi de constater l’adaptation progressive des étrangers aux comportements inhérents à la société d’accueil, l’analyse générationnelle sur les migrants appartenant à la même aire géographique montrant une normalisation des comportements après une brève période18. Plus convaincante encore est cependant, dans une perspective attentive aux stratégies matrimoniales, la domination écrasante des unions mixtes parmi les non nationaux mariés au Havre19. S’agissant des migrants étrangers installés au Havre au xviie siècle, on constate même la disparition totale des mariages intra-communautaires parmi leurs enfants. La reproduction par les étrangers non nationaux des dimorphismes caractérisant les comportements des Havrais au niveau de l’âge au mariage20, l’inégalité d’aptitude des hommes et des femmes comparable à celle qui caractérise l’ensemble des populations migrantes21 plaident aussi en faveur d’une normalisation des comportements.

  • 22 Les lieux de sociabilité havrais se divisent en effet en trois niveaux sociologiques. La Loge La F (...)
  • 23 Cela semble être notamment le cas de Nantes où la loge L’Harmonie est spécialisée dans le recrutem (...)
  • 24 Pour les deux loges havraises, le négoce représente 39,2 % du personnel et les capitaines de navir (...)
  • 25 L’orient du Havre est l’un des rares orients de province à confier le vénéralat de la loge la plus (...)
  • 26 Pour la liste exhaustive des 25 étrangers initiés à l’orient du Havre, cf. Éric Saunier, « La fran (...)
  • 27 Cf. Éric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiieet xixesiècles : 6  (...)

11Toutefois, ce sont les attitudes manifestées dans les lieux associatifs qui permettent sans doute de rendre compte au mieux de la bonne qualité de l’intégration. Outre le fait que l’on trouve des étrangers aux trois niveaux d’organisation de l’espace de sociabilité havrais à la fin du siècle des Lumières22, la place des étrangers dans l’espace maçonnique, lieu de sociabilité créateur de lien social et de mobilité sociale s’il en fut, témoigne de la participation active des populations étrangères au processus de fluidification sociale qui est mis en place dans cette ville. En effet, les étrangers sont non seulement sensiblement sur-représentés au sein des loges maçonniques où ils constituent 10 % du recrutement, mais, mieux encore, et peut-être est-ce là l’effet du faible nombre d’étrangers présents dans cette ville, la loge maçonnique ignore les phénomènes de spécialisation propres à d’autres villes portuaires qui subissent le poids de migrations étrangères plus importantes23. Or, il semble bien que ce particularisme facilite l’intégration de ces migrants. Faute de comparaison avec d’autres villes, on se contentera de souligner que les étrangers parviennent au Havre à mettre en place, dans un lieu pourtant marqué par une forte hiérarchisation des relations reproduisant les règles de préséance de la société civile, des stratégies qui sont comparables à celles mises en place par les officiers de navire et les négociants natifs de la cité qui sont la clientèle attitrée de la maçonnerie havraise24. Pratique des hauts grades et détention des offices les plus hauts25 sont ainsi les comportements dominants parmi ces initiés nés en Angleterre, en Irlande, aux Provinces-unies ou même en Pologne26, et parfois arrivés très peu de temps avant leur acceptation en loge27.

  • 28 AM Le Havre, fonds ancien, série FF : FF 93-100 : Registres servant à enregistrer les noms, surnom (...)
  • 29 AM Le Havre, fonds révolutionnaire, série I, sous-série I2 : I2 144-149. Police des étrangers (179 (...)
  • 30 Les registres des étrangers de passage permettent une étude de la clientèle de 36 Hôtels et cabare (...)
  • 31 Le recensement de 1793 montre que Londres, New York, Cork, Hambourg, Liège et Gênes jouent le rôle (...)
  • 32 À ce sujet, cf. É. Saunier, « Une diaspora méditerranéenne dans un port de l’atlantique : les Ital (...)

12Au-delà du cadre associatif, un regard sur les pratiques des logeurs accueillant les migrants de passage – une démarche qui est possible au Havre durant le règne de Louis XVI28 (document 3) – accentue cette impression. Il donne même des éclairages importants sur les raisons de la qualité du processus intégrateur engagé par les étrangers que confirme l’étude des sources de la période révolutionnaire29. On constate en effet non seulement que les non nationaux de passage sont accueillis dans des conditions identiques à celle des autres migrants mais aussi qu’ils disposent d’un réseau d’accueil spécialisé30 contribuant à la mise en place de filières qui s’appuient sur des viviers régionaux31 ou des relations familiales pré-existantes. Le recensement de 1793 permet quant à lui de rendre compte que, à l’exception de quelques négociants de haut vol, ces filières, qui ont émergé avec la croissance des flux migratoires apparus vers 1740, font fonctionner un mouvement migratoire rythmé en deux temps, l’arrivée dans la cité océane survenant après un séjour déjà long dans une autre ville française32.

  • 33 M.-L. Chastres, op. cit., p. 93-103.
  • 34 La recension des inventaires après décès concernant des étrangers ayant fait souche au Havre perme (...)
  • 35 Parmi les papiers retrouvés, l’étude de la correspondance de Mortagh Joseph Brennan est particuliè (...)
  • 36 Ainsi le 19 mai 1779, Jacques Carmichaël et Corneille Donovan sont-ils tenus de se retirer à 60 li (...)

13La propension des étrangers à l’intégration est donc bien une réalité prégnante ancienne qui ne fait que se prolonger sous la Révolution, y compris durant les moments les plus noirs de celle-ci pendant lesquels émergent nombre d’actes de solidarité envers eux et un engagement politique affirmé de nombre de représentants des communautés allemande et italienne33. Elle semble d’autant plus efficace que cette normalisation des comportements tient plus de l’acculturation que de l’assimilation. Si l’existence de filières migratoires et de lieux de socialisation provisoires permettant de garder des liens avec le pays d’origine le suggérait, c’est la reconstitution de l’itinéraire des ressortissants les plus prompts à rester dans la cité qui le confirme. Les Irlandais – des hommes majoritairement venus de Cork – montrent ainsi une inclination exacerbée à s’intégrer. Seuls à pénétrer tous les lieux de sociabilité où ils jouent parfois un rôle décisif, les plus nombreux parmi les étrangers ayant décidé de résider définitivement au Havre34, ils présentent ainsi un comportement caractérisé par la préservation de liens étroits avec leur communauté originelle35 qui semble faciliter leur intégration et expliquent sans doute la surveillance dont ils font l’objet lorsque survint la révolution américaine36.

L’attitude des Havrais : l’émergence d’une relation ambivalente

14Cette remarque suggère que la capacité à intégrer n’est cependant pas une inclination réciproque. L’étude des archives de police et des registres de corporations, les plus à même de nous faire connaître l’état d’esprit de la société d’accueil, donnent pourtant à première vue une impression contraire, la réitération du respect des règles corporatives face aux forains et la surveillance étroite des logeurs étant des préventions habituelles qui ne constituent en rien un obstacle au processus d’intégration et, en tout cas, pas la preuve de l’existence de préventions particulières à l’encontre de populations non régnicoles que pourrait entraîner une arrivée plus importante après 1750.

  • 37 Celle-ci éclate notamment lors de l’affaire Marck qui fit grand bruit au Havre en 1749. Celle-ci d (...)
  • 38 Parmi ces figures, on peut signaler celle de Jean-Pierre Weizkorn. Cordonnier né à Liège en 1743 e (...)

15L’attitude qui prévaut parmi les élites montre d’ailleurs une inclination à l’acceptation de ces migrants dont les négociants de la place ont besoin pour leurs affaires, dussent-ils braver l’autorité des représentants de l’État ou entrer dans une relation conflictuelle avec le monde des corporations. On les voit ainsi transgresser l’interdit religieux en acceptant la sédentarisation de populations protestantes étrangères contre l’avis du gouverneur37, ou interpréter la part de liberté laissée par la législation des corporations dans un sens favorable aux pratiques des forains. Le monde des métiers montre de son côté des tendances qui, par le biais d’unions matrimoniales ou de l’insertion des forains dans les solidarités professionnelles38 qui trouvera son aboutissement en l’an II, expriment ainsi une politique d’ouverture.

16Pourtant, une lecture plus attentive des écrits des représentants des groupes professionnels conduit à nuancer considérablement cette vision. On voit en effet notamment apparaître une rupture dans la représentation des étrangers non nationaux dans les années 1730-1740, moment à partir duquel la population migrante devient un enjeu politique dont on peut percevoir le poids à travers la lutte triangulaire que se livrent le négoce havrais, le monde des corporations et les représentants de l’État.

  • 39 À ce sujet, cf. J. Revel, « Corps et communauté dans la France d’Ancien Régime » dans (sld. F. Ang (...)
  • 40 AM Le Havre, fonds ancien, série FF : FF 92. Registres des permis accordés (1760-1788). L’évolutio (...)
  • 41 Ainsi, lorsque la sanior pars du négoce havrais manifesta en 1758 puis en 1771 sa volonté de voir (...)
  • 42 Cf. É. Saunier, « Francs-maçons et protestants de Normandie au temps de la transition révolutionna (...)

17Plus que le problème posé par la question religieuse, argutie utilisée au gré des intérêts, c’est la conjonction des modifications structurelles de la population migrante et de la transformation des rapports sociaux s’opérant parallèlement dans cette ville où s’affirme tardivement la domination du négoce qui explique cette rupture idéologique à travers laquelle le contrôle des étrangers devient à l’évidence un objet d’affrontement. Consacrée avec la création d’un comité (1753) désireux de s’ériger en juridiction consulaire, la montée du négoce s’accompagne en effet d’inflexions dans le fonctionnement de la mobilité sociale et de nouvelles stratégies montrant la préférence accordée à la proximité des pratiques professionnelles qui s’exerce aux dépens de l’aristocratie artisanale qui était jusqu’alors le groupe avec lequel les unions matrimoniales avec les négociants étaient les plus nombreuses. De là, malgré des intérêts interdépendants, découle la tension croissante qui oppose les deux groupes et qu’accentuent les menaces que font peser sur les métiers l’évolution des idées et les politiques conduites39. S’y ajoute une confrontation entre représentants de l’État et des négociants qui, s’appuyant sur les privilèges originels de la cité et sur la défense des libertés urbaines, tentent alors de contrôler politiquement la ville. Dans ce cadre où la recomposition affectant le monde urbain se traduit par des tensions accrues et de nouveaux enjeux de pouvoir, la venue d’étrangers plus nombreux, de surcroît détenteurs de compétences ou d’une appartenance religieuse originale, est utilisée par l’ensemble des acteurs, ce qui donne ainsi naissance à une attitude ambivalente dans la société d’accueil dont les fondements reposent sur la défense d’intérêts immédiats. De ce point de vue, l’attitude du négoce, détenteur du pouvoir municipal, est édifiante. Le laxisme qu’il montre face à l’entrée des étrangers dans les corporations ou son acceptation relative au sein des lieux de sociabilité ne doit en effet pas faire illusion car le négoce contrôle plus les étrangers, comme le montrent les modifications exemplaires dans la tenue des registres des logeurs à partir du règne de Louis XVI40, qu’il ne les intègre. S’il accepte les étrangers, et parfois même dans les lieux les plus stratégiques comme le Comité des Négociants, c’est le fait d’une minorité impliquée dans les grands circuits internationaux agissant en raison de ses besoins du moment41. Pour le reste, le négoce havrais prend soin de mettre en place des stratégies conciliant ses intérêts économiques et un modus vivendi minimal avec les représentants de l’État. Des nécessités liées à celui-ci découle la politique d’initiation sélective qui s’exerce dans les loges aux détriments de protestants étrangers qui doivent majoritairement aller assouvir leur goût pour la sociabilité autour du temple luthérien que, sous la pression, le gouverneur a accepté de mettre en place à la fin de 178542.

  • 43 AM Le Havre, fonds ancien, série HH : HH 22. À partir de 1784, la communauté des cordonniers havra (...)

18Du côté des corporations, l’ouverture masque également une instrumentalisation des étrangers dans le combat qui les oppose au négoce. L’étude des registres professionnels révèle ainsi l’utilisation des forains, et particulièrement des non nationaux, lors des conflits qui jalonnent l’histoire des corporations havraises à partir de 1780. Ces dernières n’hésitent plus en effet à recourir aux détenteurs de l’autorité du roi et à pointer du doigt les ruptures d’équilibre auxquelles conduit selon eux l’acceptation des non nationaux par le négoce43. C’est bien là un signe fort que l’évolution asymétrique entre des étrangers qui tendent à l’intégration et une société portuaire moins ouverte qu’il n’y paraît puise sa source dans des comportements qui précède d’un demi siècle la crise révolutionnaire.

Annexes

Document 1 : Les étrangers au Havre aux xvii et xviiiesiècles : les origines géographiques

Document 1 : Les étrangers au Havre aux xvii et xviiie siècles : les origines géographiques

Document 2 : Les étrangers au Havre aux xvii et xviiiesiècles : évolution sociologique

Document 2 : Les étrangers au Havre aux xvii et xviiie siècles : évolution sociologique

Document 3 : Les migrants étrangers de passage (1772-1788)

Document 3 : Les migrants étrangers de passage (1772-1788)

Notes

1 La parution de la synthèse dirigée par Yves Lequin (sld Y. Lequin, La mosaïque France, Paris, Larousse, 1988, 480 p.), dont l’objectif était de contribuer aux débats émergeant à cette époque sur l’intégration des immigrés, marque le moment initial à partir duquel de très nombreuses études historiques sur le thème des étrangers ont été engagées.

2 S. Wahnich, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours révolutionnaire, Paris, A. Michel, 1997.

3 À ce sujet, cf. Cl. Mazauric, « Vrai ou faux tournant dans l’historiographie révolutionnaire ? » dans AHRF, n° 310, oct.-déc. 1997, p. 555-565.

4 Il suffit pour s’en convaincre de constater la faible part accordée à la période révolutionnaire stricto sensu dans les deux synthèses récentes publiées sur l’histoire des populations migrantes aux xviiie-xixe siècles : (sld D. Roche), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin xviie-début xixe siècle), Paris, Fayard, 2000, 438 p. ; (textes réunis par C. Blanc-Chaléard, C. Douki, N. Dyonet et V. Milliot), Police et migrants. France (1667-1939), Rennes, PUR, 422 p.

5 Cf. J.-F. Dubost, « L’étranger dans la France d’Ancien Régime : ambiguïtés d’une perception » dans L’Image de l’autre dans l’Europe du nord-ouest à travers l’histoire, Paris, 1996, p. 33-42.

6 Cf. (sld. F. Angiolini et D. Roche), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, EHESS, 1995, 593 p.

7 L’enquête englobe une population de 560 individus ayant résidé au Havre au moins un an entre 1596 et 1792.

8 M.-L. Chastres, « Les comportements politiques des étrangers résidant au Havre (mai 1789 septembre 1795) », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Éric Saunier, septembre 1998, 172 p.

9 La part des étrangers dans la population totale se situe à son maxima au moment de la Révolution, avec le faible pourcentage de 7 % (288 individus).

10 Les deux mouvements migratoires majeurs, celui des Italiens qui commence véritablement à partir de 1620, et celui des Anglais et Écossais, qui apparaît vers 1770, montrent qu’il existe un décalage d’un demi-siècle par rapport aux périodes d’arrivée de ces populations dans l’ensemble du royaume.

11 Cf. J.-P. Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, 2 vol. Une étude des mariages entre 1780 et 1789 fait clairement émerger, autour des diocèses de Lisieux et Bayeux à l’ouest, et des paroisses du littoral cauchois à l’est, deux viviers de proximité fournissant près de 25 % des époux.

12 Ils représentent à eux seuls plus du quart des étrangers recensés entre 1595 et 1750 (41).

13 Wichman Gustav Eichoff père, négociant de Hambourg arrivé au Havre en 1733 tient ainsi, avec la raffinerie de sucre qu’il installe dans cette ville, l’un des rares établissements industriels de la ville avant la Révolution.

14 Si les Hambourgeois sont majoritairement occupés dans le négoce, on retrouve une vingtaine d’Allemands originaires d’autres villes et de Suisse Alémanique dans les métiers du bois et du cuir, les Italiens fournissant quant à eux une petite cohorte (17) de machinistes, musiciens, maîtres de langue et de musique, artistes divers profitant des progrès de la culture festive dans cette ville à partir de 1750.

15 L’ouverture de la manufacture de velours par John Holker dès 1752 est considérée comme étant le point de départ à la fois de l’essor de la proto-industrie dans la vallée de la Seine et de l’émergence du rôle moteur des Anglais dans le développement de l’économie haut-normande.

16 Deux originalités caractérisent la communauté anglaise au Havre : une très faible homogénéité sociale interne liée à une arrivée importante de domestiques (20) et d’artisans (17) dans le sillage des négociants et une répartition sexuelle équilibrée entre hommes (55) et femmes (40 – sur un total de 65 pour l’ensemble des communautés étrangères –). Si une moitié d’entre elles est composée de domestiques et d’épouses de négociants, l’autre moitié rassemble des travailleuses parmi lesquelles, à côté du plus grand nombre qui exerce des professions modestes (six couturières), on trouve quelques détentrices de professions supérieures, telles la négociante Anne Stuart et la fabricante de savon Elisabeth Green. Signalons enfin que, en raison du caractère plus important de leur venue, les Anglais sont sur représentés parmi les professions d’accueil. Ils rassemblent en effet cinq des six aubergistes et trois des cinq cabaretiers étrangers.

17 La proportion des étrangers dont la confession religieuse nous est connue passe de 85 % de catholiques avant 1740 à 55 % parmi la population présente à la fin du xviiie siècle.

18 On enregistre parmi les ressortissants italiens, étudiables dans la durée, une diminution régulière du nombre d’enfants par famille (2,9 entre 1650 et 1700, 2,3 entre 1700 et 1750 puis 2,1 après cette date), ce qui montre un rapprochement de leurs comportements avec ceux des Havrais (2,04 en 1780). Cf. C. Vendrand, « Les étrangers résidants au Havre (1560-1750) », mémoire de maîtrise de l’université préparé sous la direction d’Éric Saunier, 2001, p. 61-65.

19 Pour la population mariée au Havre, les unions mixtes entre un étranger et un français représentent 97,2 % des unions concernant les migrants étrangers présents au Havre avant 1750 et 89,7 % après cette date.

20 On retrouve un écart de deux ans comparable à celui qui caractérise les comportements des mariés français au Havre.

21 La plus grande difficulté des femmes étrangères à contracter une union mixte (elles sont seulement un tiers à y parvenir contre deux tiers chez les hommes) correspond, dans des proportions presque similaires, à celle éprouvée par les migrantes françaises.

22 Les lieux de sociabilité havrais se divisent en effet en trois niveaux sociologiques. La Loge La Fidélité, qui recrute au sein du négoce (55 % des initiés), est l’espace de socialisation élitaire ; L’Aménité, la seconde loge, privilégie, avec une majorité de capitaines de navire (48 %), le haut de la classe moyenne et la confrérie du Saint-Sacrement, encore très active, rassemble majoritairement des représentants des métiers de l’alimentation (30 %) et du port (19 %) (Cf. É. Saunier, « Les rapports sociaux au Havre dans la seconde moitié du xviiie siècle » dans Cahiers Léopold Delisle, 1999, p. 33-38).

23 Cela semble être notamment le cas de Nantes où la loge L’Harmonie est spécialisée dans le recrutement des étrangers, et à Bordeaux où L’Anglaise joue également ce rôle.

24 Pour les deux loges havraises, le négoce représente 39,2 % du personnel et les capitaines de navire 40 %.

25 L’orient du Havre est l’un des rares orients de province à confier le vénéralat de la loge la plus prestigieuse à un étranger. En 1785, c’est en effet Antoine Smuck, un négociant né à Dantzig le 3 mars 1747, qui tient le premier maillet de La Fidélité.

26 Pour la liste exhaustive des 25 étrangers initiés à l’orient du Havre, cf. Éric Saunier, « La franc-maçonnerie entre cosmopolitisme et émergence de la conscience nationale » dans (sld C. VillainGandossi), L’Europe à la recherche de son identité, p. 257-260.

27 Cf. Éric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles : 6 000 francs-maçons de 1740 à 1830, PURH, 1999, p. 195-213.

28 AM Le Havre, fonds ancien, série FF : FF 93-100 : Registres servant à enregistrer les noms, surnoms, qualités, professions et demeures des étrangers qui arrivent journellement au Havre (1772-1789).

29 AM Le Havre, fonds révolutionnaire, série I, sous-série I2 : I2 144-149. Police des étrangers (1792 an VI).

30 Les registres des étrangers de passage permettent une étude de la clientèle de 36 Hôtels et cabarets et de 73 particuliers. Il résulte de celle-ci l’existence de réseaux d’accueil : six hôtels sont en effet des lieux de passage privilégiés pour les Anglo-américains (quatre), les Italiens ou les Juifs et une dizaine de particuliers se spécialisent dans l’accueil de ressortissants d’une communauté étrangère. Les Italiens semblent être les plus prompts à bénéficier de filières animés par des Français tandis que Scandinaves et Anglophones sont majoritairement reçus par des compatriotes (cf. G. Boucher, « Les étrangers de passage au Havre à la fin de l’Ancien Régime », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’É. Saunier, 1998, 2 vol.).

31 Le recensement de 1793 montre que Londres, New York, Cork, Hambourg, Liège et Gênes jouent le rôle de viviers autour desquels s’appuient les filières migratoires.

32 À ce sujet, cf. É. Saunier, « Une diaspora méditerranéenne dans un port de l’atlantique : les Italiens du Havre face à la Révolution », Actes du 128e Congrès du CTHS, Paris, CTHS, à paraître.

33 M.-L. Chastres, op. cit., p. 93-103.

34 La recension des inventaires après décès concernant des étrangers ayant fait souche au Havre permet de retrouver 43 individus, parmi lesquels figurent 14 Irlandais.

35 Parmi les papiers retrouvés, l’étude de la correspondance de Mortagh Joseph Brennan est particulièrement édifiante (ADSM, étude Vaillant, 2E 76/624 : octobre 1773).

36 Ainsi le 19 mai 1779, Jacques Carmichaël et Corneille Donovan sont-ils tenus de se retirer à 60 lieues ou de quitter le royaume, ce qu’ils font le 23 mai. (M. Le Masson Le Golf, Le Havre au jour le jour de 1778 à 1790, édition critique présentée par Philippe Manneville, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, Rouen, 1999).

37 Celle-ci éclate notamment lors de l’affaire Marck qui fit grand bruit au Havre en 1749. Celle-ci doit son origine à l’attitude de l’intransigeant gouverneur, le duc de Saint-Aignan qui, s’appuyant sur un texte de 1644, refuse la demande de réception en bourgeoisie émanant de ce négociant bâlois de confession protestante fraîchement arrivé au Havre. Appuyé par l’échevinat havrais aux mains du négoce, Jean-Werner Marck, bien que sommé de quitter la ville par le gouverneur en janvier 1751, y résidera jusqu’en 1777.

38 Parmi ces figures, on peut signaler celle de Jean-Pierre Weizkorn. Cordonnier né à Liège en 1743 et arrivé au Havre dès 1767, catholique, il est l’un des syndics de la communauté des cordonniers à partir de 1780. Il se montre alors, dans un contexte marqué par des conflits croissants d’où émerge une volonté des cordonniers havrais d’endiguer la venue croissante d’artisans forains désireux de s’installer au Havre, l’un des plus farouches dénonciateurs du laxisme des autorités municipales contrôlées par le négoce (AM du Havre, fonds ancien, série HH : HH 22. Arts et métiers (1784-1788).

39 À ce sujet, cf. J. Revel, « Corps et communauté dans la France d’Ancien Régime » dans (sld. F. Angiolini et D. Roche), op. cit., p. 555-575.

40 AM Le Havre, fonds ancien, série FF : FF 92. Registres des permis accordés (1760-1788). L’évolution dans la tenue du registre est très significative d’une volonté croissante de contrôler la population étrangère. Peu détaillées jusqu’en 1777, les fiches, à compter de cette date, mentionnent l’âge, le caractère familial ou non de la migration et des renseignements concernant le circuit suivi.

41 Ainsi, lorsque la sanior pars du négoce havrais manifesta en 1758 puis en 1771 sa volonté de voir transformer le Comité en juridiction consulaire, celle-ci essuya une opposition farouche de nombre de leurs alter ego qui en dit long sur les peurs développées par le négociant lambda à l’égard des étrangers. En effet, derrière les arguments du risque d’empiètement avec la juridiction du bailliage et d’asphyxie fiscale pour les Havrais avancés par le gouverneur, derrière celui de l’écueil de la confusion des intérêts liée au fait que tous les négociants havrais sont également commissionnaires, on remarque surtout la dénonciation d’une initiative qui reviendrait à deux ou trois grands négociants contre l’avis de la majorité, celle-ci n’étant que le « désir de dignité d’une assemblée composée majoritairement de négociants étrangers ou nouvellement établis au Havre » (AM Le Havre, fonds ancien, série HH : HH 57. Juridiction consulaire (1757-1782).

42 Cf. É. Saunier, « Francs-maçons et protestants de Normandie au temps de la transition révolutionnaire » dans Franc-maçonnerie et protestantisme. De la tolérance religieuse à la religion de la tolérance ?, p. 169-181.

43 AM Le Havre, fonds ancien, série HH : HH 22. À partir de 1784, la communauté des cordonniers havraise se lance dans une politique drastique de contrôle des savoirs-faire dirigée tout particulièrement contre les quelques rares cordonniers anglais. Ainsi, en novembre 1787, débutent les tracasseries dont est victime William Wright. Installé à saint-Michel, ce cordonnier âgé de 63 ans doit justifier de ses compétences malgré 30 ans de pratique !

Table des illustrations

Titre Document 1 : Les étrangers au Havre aux xvii et xviiie siècles : les origines géographiques
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20501/img-1.png
Fichier image/png, 69k
Titre Document 2 : Les étrangers au Havre aux xvii et xviiie siècles : évolution sociologique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20501/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Titre Document 3 : Les migrants étrangers de passage (1772-1788)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20501/img-3.png
Fichier image/png, 51k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540