Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Deuxième partie. La présence étrangère : un révélateur de l'intégration des villes dans un marché atlantique

La communauté marchande portugaise dans les ports de Bilbao et Saint-Sébastien au début du xviie siècle

Aingeru Zabala Uriarte

Texte intégral

1Les communautés marchandes dans les ports cantabriques au xviie siècle ont connu un degré de protagonisme variable et parfois significatif au gré de la conjoncture politique. Ainsi, si nous prenons Bilbao comme paradigme, il apparaît clairement qu’au cours d’une première période la présence portugaise y fut importante.

2À l’époque, à côté de celle-ci, une autre communauté marchande jouissait d’un accès légal et, en principe, équivalent à celui des Portugais, au commerce des ports cantabriques, à savoir la communauté flamande, à la grande différence près que les Flamands n’ont jamais cherché à être traités comme des nationaux et n’ont donc jamais posé de problèmes avec les connaissements ni avec les cargaisons. Aucun conflit lié à des questions de résidence n’est même référé.

3Entre la fin du xvie siècle et l’approche de la Restauration au Portugal, les Portugais ont joué un rôle diversifié et important dans l’économie espagnole et particulièrement dans celle des ports cantabriques.

4Leurs activités auprès de la monarchie hispanique, et plus précisément dans les domaines castillans, ont fait l’objet d’un intérêt renouvelé ces dernières années, même si le sujet avait déjà été abordé dans le passé. Aujourd’hui, en effet, nous sommes en mesure de souligner l’importante participation des Portugais dans les circuits financiers, plus ou moins légaux, et dans l’administration de quelques-unes des recettes fiscales les plus intéressantes de la Couronne.

  • 1 Carrasco Jesús, « Contrabando, Moneda y Espionaje (El negocio del Vellón : 1606-1620) », Hispania, (...)

5L’historiographie récente a étudié, en ce qui concerne la présence portugaise en Castille, divers mouvements qui, en résumé, révèlent comment ce collectif s’est engagé dans le commerce international espagnol très tôt, presque immédiatement après l’incorporation du Portugal à la Couronne. Progressivement il va s’impliquer dans tout un ensemble d’activités, à côté du commerce légal, qui en principe peuvent être regroupées sous le terme de contrebande. En la matière, il s’agit essentiellement de trafic de monnaie frauduleuse et de trafic illégal de monnaie de cours légal qu’accompagne parfois une participation, au titre d’intermédiaires intéressés, à l’exportation de produits liés à l’expulsion des Morisques1.

  • 2 Lopez Belinchon Bernardo José, « Sacar la sustancia del reino. Comercio, contrabando y conversos p (...)

6Au cours d’une seconde phase dont le début pourrait être daté de 1621, sans abandonner ses précédents négoces, fort lucratifs, ce collectif s’est également spécialisé dans la contrebande de marchandises provenant de Hollande, un négoce qui a duré, avec une fortune plus ou moins grande, tant que les relations bilatérales hispano-hollandaises sont restées interdites2.

  • 3 Ebben Mauricio, « Un triangulo imposible : La Corona Española, el Santo Oficio y los Banqueros Por (...)
  • 4 Valladares Rafael, « Portugal y el fin de la hegemonía hispánica », Hispania, LVI/2, nº 193, (1996 (...)

7« À partir de 1626, le Comte-Duc d’Olivares, favori et Premier ministre de sa Majesté Philippe IV, s’efforce d’accroître le nombre de banquiers portugais au service de la Couronne espagnole. Dès 1640, les Portugais sont les principaux bailleurs de fonds de la monarchie3. » Bien que cette situation semble entrer en crise vers 1655, des commerçants portugais ont continué à travailler en Castille encore quelques années et au moins jusqu’à la fin de la guerre, en 16684.

  • 5 En 1605 un Lisboète, Valentín Tamudo, embauche même cinquante charpentiers à Lequeitio pour les co (...)

8Indépendamment de cette situation, leur présence dans le Nord obéit alors à une autre volonté essentielle, celle de commercer tout simplement, ce qui n’exclut d’ailleurs pas l’exercice d’autres activités, parfois elles aussi importantes5.

  • 6 Iglesias Almeida Ernesto, « Notas sobre navegación y tráfico en los puertos del Sur de Galicia », (...)

9On les retrouve partout, tant sur le littoral que dans les localités légèrement plus intérieures. En Galice, ils semblent surtout concentrés dans les ports du Sud, à Tui et à Bayona. Dans le premier cas, les relations avec Aveiro autour du commerce du sel sont régulières ; en 12 mois (6-VII-1615/23-VII-1616) 15 navires y débarquent 6896 fanegas de ce produit et les informations abondent pour chaque année jusqu’en 1632 où sept références apparaissent6.

  • 7 Echevarria M.ª J., La actividad comercial del puerto de Santander en el siglo xvii. Santander, 199 (...)

10En ce qui concerne la Cantabrie et plus précisément Santander, les références bibliographiques sont claires : « En dépit de la situation des ports portugais par rapport aux deux zones liées pendant la majeure partie du xviie siècle, et commercialement parlant, avec Santander – la Galice et l’Andalousie – le rôle des Portugais dans les échanges, extrêmement limité, s’est borné à quelques envois de sel pour les greniers publics et à la prolongation de voyages à destination de la Galice7. » Dans les Asturies, nous savons qu’au minimum certains d’entre eux furent administrateurs du monopole du sel.

  • 8 « Il existe une colonie importante à Bilbao et à Saint-Sébastien qui a des contacts avec La Rochel (...)

11Par contre, leur présence se renforce au Pays Basque où, au début du siècle, Martín Pérez de Aróstegui écrit au Roi pour lui signaler que « hay una colonia importante en Bilbao y Donostía manteniendo contactos con La Rochella, Bayona e Inglaterra8 ».

  • 9 Lopez Belinchon B. J., (op. cit.), signale qu’ » entre 1637 et 1642 Tomás de Santa Coloma, un habi (...)
  • 10 Mauro Frédéric, Le Portugal et l’Atlantique au xviesiècle (1570-1670), Paris, 1960, p. 400.

12La chronologie, toutefois, dans les Provinces Exemptes, ne semble pas calquer la chronologie castillane, du moins en ce qui concerne non pas tant le début de la présence lusitanienne que sa fin. Dans ce cas, il apparaît qu’après la révolte du sel en 1633, la présence portugaise, au moins en Biscaye, fut atypique9. Au point que pour expédier du fer au Portugal à un moment critique, à partir de 1640, quand le manque chronique de fer dans ce pays devient patent, on fait appel au subterfuge de le faire arriver d’Angleterre10.

13Les comportements aussi sont légèrement différents. Dans la phase de contrebande de produits hollandais, soit 1621-1640, les ports basques n’étaient pas en effet stratégiquement bien situés pour le négoce portugais. Il semblerait que les marchandises objet de contrebande s’accumulaient dans les ports du sud de la France, de préférence à Bayonne, pour être acheminés par voie terrestre, à travers la Navarre, vers la Castille. La voie maritime, via notamment Saint-Sébastien, n’était préférée que pour les marchandises de fort volume. Il en ressort qu’à côté des négoces légaux et ordinaires, ceux liés au trafic des métaux et, en fonction de la conjoncture, à la contrebande de monnaie frauduleuse, ont caractérisé l’activité des Portugais au Pays Basque.

  • 11 En Saint-Sébastien on retrouve, entre autres, Luis Pereira, Lorenzo Abis Pinero (1631), Blas López (...)
  • 12 À Fontarabie vit, en 1602, Francisco Arauxo et González et à Irun, à la même époque, les frères Me (...)
  • 13 AFB Notarial 309/053 (1612).
  • 14 « Par cette Province passent de nombreux marchands dudit Royaume. »
  • 15 « Parce que dans certaines auberges il y a beaucoup de linge. »
  • 16 Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, San Sebastián, 1990, t. XIV, p. 15. Les Juntes ne sont pas seu (...)
  • 17 « Prêter de l’argent ou réaliser de solides opérations commerciales. »
  • 18 « Comme délégués des commerçants portugais juifs de France. »
  • 19 « Certains de la nation portugaise s’étendent et se reconnaissent trop dans cette Province », Junt (...)

14Compte tenu de l’importance à cette époque de l’activité commerciale de Saint-Sébastien et indépendamment du négoce du tabac, apparemment aux mains de commerçants juifs portugais dans la province du Guipuzcoa, des collectifs de cette nationalité sont enregistrés non seulement à Saint-Sébastien même11, mais aussi à Fontarabie12, et même à Mondragón13. De fait, au début de 1599, alors que des rumeurs parlent d’une contagion au Portugal et plus précisément à Lisbonne, en raison du fait que « por esta Provincia andava mucha jente tratando del dicho Reyno14 », il est ordonné de retrouver tous les vêtements de Portugais possibles » porque en algunos mesones hay mucha ropa15 », et la recherche s’étend, au-delà de Saint-Sébastien, à Hernani, Urnieta, Deva, Alzola et Motrico16. Dans un mémoire, il est même indiqué qu’à Saint-Sébastien vivent des Portugais suffisamment aisés pour « capacidad para efectuar préstamos o realizar sólidas operaciones comerciales17 », des facteurs qui se présentent « como delegados de los comerciantes portugueses judíos de Francia18 ». De sorte qu’en 1602 on se plaint que « algunos de la nación portuguesa se extienden y reconocen demasiado en esta Provincia19 ».

  • 20 Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XV, p. 695 Antonio et Diego Fernández, Francisco et Baltasa (...)
  • 21 Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XVI, p. 275-276
  • 22 « Que les Portugais sont bien audacieux, et plus que jamais, maintenant qu’ils voient que ce que m (...)

15Une année plus tard, en 1603, le préposé aux exportations du Guipuzcoa, en conflit avec plusieurs Portugais, fait procès à dix d’entre eux, tous commerçants, dont au moins un réside depuis plus de huit ans à Saint-Sébastien20. Peu après, en 1606, il est même envisagé de leur interdire d’acheter des maisons et de les obliger d’habiter en pension, de leur interdire le commerce de détail et leur imposer d’être uniquement grossistes21. Certes, les Juntes ne sont pas à prendre au pied de la lettre et le maire de Saint-Sébastien fut manifestement peu enclin à appliquer ces mesures22.

16D’une façon ou d’une autre, au cours pratiquement de toutes les années qui suivent, les Juntes harcèlent les Portugais, le plus souvent sur injonction du préposé aux exportations, fonctionnaire royal chargé de contrôler la contrebande. Mais, au Guipuzcoa, la présence portugaise est biaisée par la proximité de la frontière et par sa condition de territoire de passage. Ainsi cette communauté, pourtant nombreuse dans la province, est en fait plus difficile à cerner.

17Il semblerait donc que la présence de ce collectif fut plus régulière à Bilbao et c’est pourquoi nous avons dû nous pencher de préférence sur cette ville. Certes les Portugais y étaient, semble-t-il, moins nombreux qu’à Saint

  • 23 Bilbao Bilbao L. M., « Comercio y transporte internacionales en los puertos de Vizcaya et Guipúzco (...)

18Sébastien même si, en 1605, le corregidor du Guipuzcoa signale de nombreux Portugais résidant à Bilbao23. Sans oublier non plus que cette circonstance n’épuise pas toutes les possibilités de relations des Biscayens avec le Portugal, ni probablement toutes les relations des Portugais avec ce territoire.

19Au Pays Basque toutefois, la coexistence, facile ou difficile, présentait au moins jusqu’en 1640 des caractères qui mirent un certain temps à se définir, des conditions contre lesquels les étrangers durent lutter, une situation qui, dans le cas des Provinces Exemptes, revêtait des caractéristiques très particulières. Les Portugais voulurent, ici comme dans le reste du royaume, être dès le départ considérés comme ce qu’ils étaient : des sujets du même monarque et donc bénéficiaires des mêmes droits que les autres sujets espagnols.

20Ce désir s’orientait à Bilbao et à Saint-Sébastien, places commerciales et de trafic maritime, vers l’élimination de trois types de contraintes qui toutefois, même obtenue, n’entraînait pas une égalité absolue avec les habitants du lieu. Les déclarations de chargement des navires, la préférence dans le chargement de ceux-ci et les problèmes de résidence furent des entraves non mineures que les nouveaux arrivés du pays voisin eurent à surmonter.

  • 24 Melon Jiménez, Miguel Ángel, Hacienda, Comercio y Contrabando en la Frontera de Portugal (siglos x (...)

21Pour contextualiser correctement la question des déclarations, rappelons que, au départ, il s’agissait de supprimer le paiement de droits de commerce pour les Portugais à toutes les douanes de Castille, tant sur la côte qu’intérieures. Mais un tel privilège général ne dura guère puisqu’en 1592 le paiement de taxes douanières fut rétabli24. Ce problème, cependant, ne touchait que marginalement les ports basques, où le commerce était libre. Cette liberté d’ailleurs n’était pas synonyme de manque total de surveillance puisqu’aussi bien au Guipuzcoa qu’en Biscaye il existait des contrôles qui obligeaient les étrangers à déclarer leurs chargements à l’entrée, à en garantir la provenance légale et à signer une autre déclaration à la sortie par laquelle ils s’engageaient à conduire les produits sortis du pays aux destinations permises. Ces déclarations pouvaient être rédigées par le tabellion de leur choix. En étaient exemptés aussi bien les commerçants locaux que les produits nationaux ou les transports de port à port de Castille. Telle était la situation vers 1600.

  • 25 Le Greffier nommé en 1601 fut Ortuño de Urizar. La ville protesta contre l’imposition de cette mes (...)
  • 26 AFB Administration 1443/028.

22Ainsi, peu après, en 1601, la ville de Bilbao, avant tout autre port de la Couronne, ouvrit son Greffe d’Enregistrement et le Livre des Déclarations de toutes les marchandises entrant et sortant du territoire, registre exclusif qui fut suspendu en 1603 et qui s’efforçait de pallier le manque de tabellions dans la ville, qui se chargeaient indistinctement de rédiger les déclarations25. Un registre qui n’avait d’autre fin « que d’interdire l’introduction ou la sortie cachée ou frauduleuse de marchandises et toute sortie d’argent, ne pouvant être sortis que le fer et d’autres marchandises de la la terre26 ». Ainsi donc, la non déclaration de chargement éveillait des soupçons de fraude.

  • 27 À Saint-Sébastien également ils alléguèrent « Qu’ils sont ressortissants de ces Royaumes et qu’ils (...)

23La pratique portugaise, fut dès le départ quelque peu aléatoire, pour ne pas dire vénale. Certains Portugais, prétendant qu’ils n’étaient pas étrangers27, se refusaient à déclarer les produits provenant de leur pays ou ceux en provenance de Bilbao ou de Saint-Sébastien qu’ils y transportaient. En 1610, à Bilbao, les commerçants de ce pays, lorsqu’ils transportaient leurs marchandises, considéraient qu’ils n’avaient pas à payer les taxes grevant le commerce international, le sel et le sucre étant considérés comme relevant de cette catégorie. D’autres toutefois acceptaient de se plier à cette mesure.

  • 28 Guiard T., Historia de la noble Villa de Bilbao, Bilbao, 1906, vol. II, p. 47.

24En 1630 encore, la ville du Nervión reçut l’ordre de faire en sorte que soient déclarées les marchandises apportées du Portugal en particulier et d’autres royaumes en général28. Cette exigence ne fut pas acceptée et au cours de toute cette période, indépendamment de quelques actions judiciaires ponctuelles, une partie des négociants portugais parvint à éviter de présenter les livres de connaissements et à manier avec une certaine liberté ses marchandises et son argent.

  • 29 AFB Judicial 277/13 (1609).

25Mais cette exception n’était pas sans conséquences. La réduction des coûts d’importation induite par la non déclaration par devant notaire accordait en effet un avantage aux commerçants portugais sur les autres étrangers en les mettant au même niveau que les marchands locaux, ce qui leur permettait de contrôler les prix de certaines denrées d’importation obligatoire, comme par exemple le sucre29.

26Par ailleurs, compte tenu des caractéristiques de l’activité lusitanienne en Biscaye et au Guipuzcoa, les comportements ont varié au fil des ans. Sans que ceci soit une affirmation absolue, nous pouvons dire que, comme les commerçants portugais de Bilbao faisaient des affaires essentiellement avec leur pays, le débat n’y était pas très pressant tandis qu’à Saint-Sébastien ils étaient plus engagés dans le commerce international et donc plus clairement contraints de déclarer, dans tous les cas et sans discussion possible, les chargements et destinations.

  • 30 AFB Judicial 277/13, p. 344 v.

27De plus, à Saint-Sébastien, « Tous les marchands et les personnes, les ressortissants et les étrangers, qui apportent et déchargent des marchandises ont l’obligation de les déclarer pour payer et satisfaire les droits et taxes afférentes ; et aucun Portugais n’a jamais fait déclaration des marchandises qu’il a apportées du royaume du Portugal, avec l’obligation de faire retour. Et si un Portugais a jamais satisfait à cette obligation, c’est parce qu’il s’agissait de marchandises de Flandres ou de France30 » de sorte qu’il était normal d’insister sur le fait qu’ils ne consolidaient pas leurs retours et que par ce moyen ou d’autres ils sortaient de l’argent.

  • 31 Idem, p. 165 v.

28L’exemple d’un important procès qui eut lieu en 1609 à Bilbao peut illustrer ce qui vient d’être dit de cette ville. Un Portugais en effet se refuse à déclarer un chargement de sucre en alléguant que cela fait des années qu’il commerce et qu’il ne l’a jamais fait. Au moment où il présente des témoins en sa faveur, la partie adverse cherche à les discréditer en disant qu’étant portugais, « ils ont intérêt à ce que les membres de leur nation soient libres de déclarer leurs marchandises ». Pour sa part, l’accusé soutient que si d’autres compatriotes, acceptent les manifestes, c’est « parce que leurs hôtes ont voulu faire profiter des droits de manifestation et de déchargements les tabellions, leurs parents ou leurs amis31 ».

  • 32 Guiard, Historia del Consulado y Casa de Contratación de la villa de Bilbao, Bilbao, 1972, t. I, p (...)

29La question des privilèges de cargaisons est d’une autre nature, mais elle fut abordée de la même façon. Elle est liée à la préférence accordée aux navires espagnols pour obtenir du fret dans les ports de Castille. Ce privilège local avait été partiellement atténué en faveur des transporteurs portugais en 152832, mais en réalité est demeuré pleinement en vigueur et régulièrement rappelé pendant tout le xviie siècle.

  • 33 Tel est le cas de Bartolomé González, capitaine de l’Espíritu Santo, qui trafiquait depuis des ann (...)
  • 34 Pour le Guipuzcoa d’autres exemples sont disponibles. Cf. Archivo Histórico Nacional (AHN) Consejo (...)

30Dans la pratique, il semblerait que, pendant toute la durée de l’union du Portugal et de l’Espagne, les ports de Biscaye refusèrent aux Portugais l’autorisation de prendre des cargaisons. Ainsi, le juge de Portugalete, s’appuyant sur la norme selon laquelle les navires des habitants du lieu devaient être préférés pour le transport à ceux des étrangers, s’opposa plusieurs fois à ce qu’un Portugais le fasse33 même si, une fois de plus, ceux-ci insistaient sur le fait qu’ils ne pouvaient être considérés comme étrangers, étant couverts par la Pragmatique et donc tenus pour des ayant-droits34.

31De fait, il ne semble pas qu’il y ait d’autre explication au fait que les livres d’avaries du Consulat n’enregistrent pratiquement aucune référence à des embarcations de ce pays. Les notes abondent à propos de navires de diverses provenances, du Sud de la France à l’Angleterre, alors que dans le cas de navires portugais elles sont extrêmement rares, une situation qui a légèrement évolué avec la normalisation des relations bilatérales après la Restauration.

  • 35 AFB Judicial 938/33 (1607) il s’agit de la maison de Juan Antonio de Larrea.

32Trois bateaux sont mentionnés, La Eternidad, El Espíritu Santo et le San Francisco qui, entre 1610 et 1612, font le voyage Nantes-Bilbao avec des toiles et qui probablement partent du Nervión avec un chargement de fer vers le Portugal. Cette relation des Portugais avec le port français n’a rien d’étonnant et a déjà été citée. Dans le cas de Bilbao, signalons qu’une maison commerciale locale utilisait dans le port de la Loire les services du Portugais Lanzarote Rodríguez35.

33D’autre part, il convient de signaler une curieuse particularité : presque toutes les informations que nous fournissent les archives judiciaires biscayennes sur le trafic avec le Portugal se réfèrent à des embarcations immatriculées dans le port de San Julián de Musquiz. L’immatriculation dans ce port concernait essentiellement de petites embarcations se consacrant surtout au transport de fer ou au cabotage et ce sont elles qui se chargaient presque exclusivement des relations avec les ports portugais. Ceci, par ailleurs, nous renseigne indirectement sur les chargements eux-mêmes lesquels, en raison du tonnage des bateaux impliqués, ne devaient guère être importants en volume.

  • 36 Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XIV, p. 263.
  • 37 Archivo Histórico Nacional (AHN).
  • 38 « À Saint Jean de Luz résident jusqu’à trois cents personnes entre adultes et enfants de la nation (...)

34La question de la résidence est plus complexe. Elle présente en effet un double aspect en Biscaye car, sur ce territoire, non seulement il était nécessaire d’obtenir un titre de résidence pour s’installer dans l’une de ses localités mais en outre ce droit était difficilement accordé à tous ceux qui n’étaient pas hidalgos et donc impossible à obtenir pour les juifs ou cryptojuifs, parmi d’autres groupes expressément exclus. Au Guipuzcoa, lorsque les Juntes parlent de « Juifs et de Maures », il est fait presque systématiquement fait référence aux Portugais. En novembre 1599, ils ont d’ailleurs dû se soumettre à l’obligation de prouver la pureté de leur sang36. Dans cette province, au sein des Juntes Générales, l’identification entre Portugais et juif est totale, ce qui n’est pas le cas en Biscaye. En 1610 est encore examinée une requête vieille de cinq ans pour interdire à Francisco de Acosta et Manuel Gómez de Acosta le droit de résider à Saint-Sébastien pour ce motif37. Rien d’étonnant alors qu’une partie de la colonie commerciale portugaise de Saint-Sébastien ait émigré à Saint-Jean-de-Luz et Ciboure pour réaliser de là leurs affaires et frauder38.

35En général, malgré tout, la situation en Biscaye semble avoir été plus permissive. Dans ces conditions, les Portugais qui s’installent à Bilbao ne sollicitent normalement pas la résidence et insistent sur le fait qu’ils n’ont pas l’intention d’avoir ce statut. D’ailleurs, s’ils s’étaient essayés à cette démarche tout en étant juifs, leurs chances auraient été nulles et ils auraient pu être expulsés. Mieux valait alors éviter cette question le plus possible.

36Si les Juntes Générales de Biscaye traitent régulièrement de ceux qui n’ont pas montré leur généalogie, le problème se pose de façon récurrente et rend plus évidente leur existence, mais sans jamais se particulariser dans la dénonciation des Portugais. En Biscaye et à Bilbao, il faut attendre 1629 pour que soit remise violemment en question la présence de juifs convertis, de nouveau en parlant des Portugais. Les problèmes de résidence sont devenus encore plus systématiques au cours des années suivantes jusqu’en 1640.

  • 39 Grafe R., El Norte de España entre el mundo ibérico y el Atlántico. El comercio y la especializaci (...)

37Un fait illustre parfaitement cette situation. En 1612, le Consulat affirme qu’il n’y a à Bilbao que 22 étrangers, surtout des Français et des Anglais et un marchand flamand. À moins que le document soit clairement défectueux, le fait que le rédacteur n’ait pas consigné les Portugais, dont nous savons qu’à ces dates ils vivaient à Bilbao, ne peut être interprété autrement que parce qu’ils n’étaient pas considérés comme des étrangers39.

38Les différences entre la Biscaye et le Guipuzcoa dans ce domaine semblent donc considérables. Au Guipuzcoa, les Juntes se sont inquiétées de plus en plus de la présence de Portugais sur leur territoire ; en 1599-1600, ce sont 18 références qui apparaissent, 30 en 1600-1603 et 50 au cours des deux années suivantes, 1604-1606. Alors qu’en Biscaye, la situation est tout autre et même lorsque des interventions sont demandées, il est précisé qu’elles doivent se faire avec une précaution extrême.

39Ainsi, au Guipuzcoa, les Portugais sont constamment harcelés par les Juntes alors qu’en Biscaye, à l’exception de l’épisode de 1609, cette attitude de persécution envers les non-résidents ne va pas se produire avant 1630.

  • 40 Mélon Jiménez M. A., op. cit., p. 55.

40Entre-temps et sur un plan plus large, dans les domaines du Roi Catholique, les Portugais s’efforcent de faire reconnaître l’égalité de leurs droits avec ceux des autres sujets de Sa Majesté. En 1627, après de longues années de tentatives, ils sont enfin autorisés à se déplacer librement dans le royaume, bien que soumis à toutes sortes de contrôles. Enfin, en 1629, ils sont pleinement et définitivement reconnus40 comme sujets de ce même roi. À ce moment, les liens entre certains Portugais et les locaux les plus liés à l’Autorité royale sont renforcés.

41Il apparaît ainsi que le harcèlement en Biscaye semble commencer alors qu’il décline dans le reste du royaume. Ce décalage temporel entre les deux attitudes peut s’expliquer par le fait que la bulle d’augmentation des droits sur le sel est de 1630 et qu’il s’agit là d’un commerce dans lequel les intérêts portugais et ceux de la Couronne semblaient coïncider au détriment des consommateurs basques et, selon certains, des Fors de Biscaye. Rien d’étonnant alors que l’éventuelle persécution des Portugais par les Juntes Générales de Biscaye débute à ce moment.

42La révolte de 1631-1634, liée au départ au monopole du sel, présentait d’autres connotations également anti-portugaises qui se manifestent rapidement tout en étant de moindre envergure : les rebelles demandent notamment de pouvoir régler l’impôt en billon et non en argent, comme l’ordonne la bulle, en raison du manque de monnaie d’argent dans la ville. Cette monnaie était généralement thésaurisée par les Portugais, comme le montre clairement le cas de Pereyra, et de plus ceux-ci la revendaient à un prix élevé car ils préféraient la réserver à leurs transactions internationales.

  • 41 Mieza Rafael, « La Machinada del Estanco de la Sal : Una hipótesis de interpretación », dans Ernar (...)
  • 42 Elliot J. H., El Conde-Duque de Olivares, Barcelona 1990, p. 443/444, citation de l’ » Archivio di (...)

43Selon un récit contemporain, « Une nuit, le 22 octobre, une vingtaine d’échauffés, le visage masqué et accompagnés d’un ecclésiastique, se dirigèrent vers des maisons d’Albia où vivait Domingo de Castañeda, avoué de l’Audience du Corregidor et l’un d’entre eux, prétextant être un voisin, frappa à la porte. Une de ses filles ouvrit la porte où s’engouffrèrent quelques-uns qui le sortirent du lit et le firent descendre à la porte de sa maison où ils lui infligèrent tant de blessures qu’il était impossible de le reconnaître. Ils déclarèrent que cette mort était due au fait que Castañeda avait l’habitude de poursuivre ceux qui faisaient sortir la monnaie par la mer41… » D’après une autre source également contemporaine, « En dehors de Bilbao, un riche Portugais qui vivait dans la ville depuis vingt-cinq ans vit sa maison réduite en cendres42. » En principe, il semblerait qu’il s’agisse du même incident puisqu’aucune description des événements ne fait état d’autres attaques en dehors des limites de la ville.

44La fin de la révolte marque le début d’un déclin devenu total avec un événement d’une autre envergure, à savoir la Restauration. Ainsi, à partir de 1640, les informations sur les Portugais qui peuvent jeter l’ancre dans les ports basques se raréfient.

45En 1637, avec le soulèvement d’Evora s’ouvre une étape clairement antiespagnole au Portugal. Dans ces conditions, il devient impossible de vivre et de commercer avec le pays ennemi et les Portugais disparaissent des ports cantabriques. De plus, du côté espagnol, le commerce avec le pays voisin va être expressément interdit en 1641 et il faudra attendre 1668 pour que se rétablisse une relation commerciale bilatérale normalisée. C’est donc à juste raison qu’il a été dit que ce fut une longue guerre.

  • 43 Valladares R., « Portugal y el fin de la hegemonía hispánica », Hispania, LVI/2, nº 193 (1996) 517 (...)

46Mais les affirmations radicales, les visions de non communication totale ne sont pas de mise car le blocus commercial décrété en 1641 fut systématiquement contourné. « Bien avant, en 1637, on savait par exemple que la contrebande du sel entre le nord du Portugal et la Galice atteignait des proportions monstrueuses. » De plus, il apparaît qu’en 1664 plusieurs affaires de contrebande avec le Portugal jugées à Saint-Sébastien et à La Corogne aboutirent à des non-lieux43.

47En résumé, nous pouvons dire qu’à une certaine époque, entre 1580 et 1630, la présence portugaise est forte dans les ports basques, mais que cette présence est inégale car plus difficile à Saint-Sébastien qu’ils quittent pour la plupart pour s’installer à Saint-Jean-de-Luz, qu’à Bilbao où la communauté, bénéficiant d’un meilleur accueil et de plus de stabilité, a pu nouer des liens plus durables.

  • 44 Entre 1609 et 1620, aux effets de la concurrence en matière de commerce, le fait que les Pays-Bas, (...)

48Quoi qu’il en soit, ce sont des années profitables pour l’activité des Portugais dans le secteur du commerce international basque. Les concurrents hollandais, à l’exception d’une brève période où est suspendu l’ordre tranchant de 1621 de les expulser du commerce actif44, ne pouvaient pas travailler dans des conditions normales ; les Français furent également plusieurs fois expulsés et leur commerce, à l’exception de celui maintenu avec le Labourd et couvert par des traités de bonne correspondance, fut largement entravé, non seulement par des mesures légales, mais aussi et très particulièrement par une activité corsaire à laquelle les Portugais participaient en association avec les armateurs basques ou comme marins sur les bateaux corsaires.

  • 45 Manuel Mederos, portugais installé à Bilbao, s’associe avec les maires de Musquiz et de Portugalet (...)
  • 46 Otero Lana E., Los corsarios españoles durante la decadencia de los Austrias, Madrid, 1992.
  • 47 Bilbao a servi de point d’appui pour financer même des expéditions françaises. Un Portugais achète (...)
  • 48 Juan Puentes, de Gijón, fut fait prisonnier par les barbaresques et sa rançon confiée au marchand (...)

49En réalité, la condition de sujets d’un même monarque constitue la principale clé d’une telle situation, ce qui explique leur obstination à s’en prévaloir ; cette circonstance permettait aux ressortissants des diverses composantes de la Couronne de développer des activités partagées dans une certaine égalité de conditions. Les domaines de collaboration furent variés : à côté de la course45 qui fut l’une des activités phare de la navigation basque au xviie siècle, notamment au Guipuzcoa46, ils collaborent aussi à la pêche à Terre-Neuve47 ou à cette activité si particulière qu’est le rachat des captifs retenus par les corsaires d’Afrique du Nord48.

  • 49 En 1591 le Nuestra señora du Rosario immatriculé à Bilbao, chargé de fer et d’autres marchandises (...)

50Bien évidemment, cette situation était à double sens et, comme les locaux, les ennemis de la Couronne harcelèrent aussi sans autre considération les Portugais, souvent victimes de leurs prises, notamment sur la côte portugaise, qui était une bonne zone de capture et une non moins dangereuse zone de naufrages, provoqués ou non49.

  • 50 Les percepteurs des taxes grevant la consommation locale de vin blanc prêtent leurs entrepôts aux (...)
  • 51 Il est instructif d’observer comment les villageois du Guipuzcoa jettent des pierres et menacent l (...)

51Mais il est aussi probable que des intérêts locaux veillaient à la bonne entente avec les Portugais50. Dans le cas contraire, il serait difficile de comprendre la faible efficacité des normes de résidence en Biscaye et dans la ville même, des normes qui, comme nous l’avons vu, étaient violées malgré les troubles sociaux qui parfois pouvaient être suscités par l’un d’entre eux51.

  • 52 Les cas abondent. Francisco Ferraez a un fils avec María Perez de Avendaño en 1608 et en 1610 Anto (...)
  • 53 AFB Judicial 4005/23 (1610) p. 366v. Le témoignage correspond à l’accusation mais il n’est pas pré (...)

52Certes, dans une petite ville comme Bilbao, les informations relatives à des enlèvements, des abus, des enfants illégitimes et autres se produisant avec une certaine régularité, devaient être source d’une inquiétude bien compréhensible52. Mais la société de Bilbao était permissive avec les comportements personnels de ces étrangers, comme l’indique le fait que Diego Pereira ait eu une « bonne amie » relativement au vu et au su de tous, Isabel de Arrazola, sans scandale majeur bien qu’il ait eu droit à un avertissement public53.

  • 54 « Les Portugais se rendirent au monastère de San Bartolomé et donnèrent liberté aux sœurs en les a (...)
  • 55 AGG JD IM 4/10/16.

53Au Guipuzcoa, par contre, il semblerait que les griefs se soient multipliés, pour des raisons commerciales mais aussi pour des questions de nature plus sociale54. Dans un mémorial préparé à la demande des Juntes, on lit : « La plupart ont et ont eu leurs amies en secret sans que, en général, cela se sache ou que les voisins puissent le savoir afin de pouvoir y remédier ou, si nécessaire, informer la justice, et de cette façon de nombreuses demoiselles de cette terre se sont perdues… et ici, à cause des nombreux enfants qui sont nés, publiquement ou en secret, il y a grande crainte55. »

  • 56 AFB Judicial 843/3, Antonio de los Reyes avait chez lui 2 sacs de poivre et plusieurs sacs de monn (...)
  • 57 AFB Judicial 1825/005.

54Les Juntes se plaignent en outre que les commerçants portugais vendent au détail dans leurs maisons et que les femmes s’y rendent, ce qui donne lieu à des rencontres et à des relations irrégulières dont découlent toutes sortes de scandales. Les choses étaient différentes en Biscaye où, dans l’un des cas connus le Portugais inculpé n’a pas chez lui de grands biens ni d’objets de commerce56 tandis que dans l’autre il s’agit d’un facteur, en provenance du port de Saint-Sébastien, qui, semble-t-il pour impressionner, en arrive à porter les joyaux de son patron57. De sorte que les comportements sont également ici différents.

  • 58 Tel pourrait être le cas, entre autres, de Pedro Fernández del Campo, administrateur à Bilbao du T (...)
  • 59 Guiard T., Historia del Consulado y Casa de Contratación de Bilbao, t. I, p. 252-253.

55Il est sûr qu’à Bilbao la concurrence plus ou moins légitime, l’envie et d’autres motifs donnèrent lieu à quelques plaintes, mais malgré tout la ville accueillait paisiblement les commerçants portugais et même certains de ses notables s’associaient avec eux58. Mieux encore, le Consulat affecta une partie importante de ses réserves de secours à aider des marins portugais dans l’embarras. Dix d’entre eux en 1600, trois autres en 1608-1609 et ainsi successivement chaque année sans exception jusqu’à faire plus de 400 en 1635, date à partir de laquelle les références disparaissent59. Sans autre prétention, il convient de signaler que pour chacune des années 1625 et 1628 le nombre de secours était proche de la centaine.

  • 60 Martín de Ribero avait d’abord exercé à Eibar et c’est la ville de Bilbao qui le « fit venir d’Eib (...)

56Nous pouvons donc conclure que la présence portugaise dans le Bilbao du premier tiers du xviie siècle est forte ; toutes les typologies relevées dans la bibliographie générale sont représentées. Du médecin Martín de Ribero qui résida dans la ville avec sa femme plus de douze ans en dépit des innombrables embûches que lui tendirent certains collègues locaux pour l’empêcher d’exercer60 à Diego de Pereyra qui parvint à acquérir des droits discutables sur un majorat.

  • 61 AGG Juntas y Diputaciones. Alcaldía de sacas. JD IM 4/11/124 (1594) « Décisions prises par le Juge (...)
  • 62 Outre les accusations évidentes présentées par les Juntes en 1618, dans un mémoire adressé au mona (...)

57Bien qu’il s’agisse là d’une question qui demande à être approfondie, il semblerait que la proximité de la frontière ait affecté l’attitude du Guipuzcoa, où tant le Juge des Sorties que les autres responsables du commerce international et du contrôle des mouvements frontaliers faisaient étroitement surveiller les commerçants et transporteurs portugais, avec parfois un appétit non dissimulé de s’emparer de la portion correspondante des saisies réalisées grâce à la gestion des dépôts judiciaires et autres bénéfices semblables61. Face à ces accusateurs à la conduite presque obsessionnelle, les Juntes évoquent des complicités au niveau du peuple et souvent, notamment à Saint-Sébastien, des autorités locales62.

  • 63 À part les médecins qui portèrent plainte contre Ribero, les accusateurs de Pereira avaient de nom (...)

58Les informations relatives aux activités ordinaires de ces gens que nous pouvons localiser au Guipuzcoa sont donc rares, tandis qu’en Biscaye ce qui peut être découvert concerne, par voie judiciaire ou non, ce domaine. Sans écarter les éventuelles plaintes d’autorités intéressées ou les accusations non fondées lancées par la concurrence63, il semble évident qu’à Bilbao c’est une tactique de laisser faire qui est préférée.

  • 64 Enrique Mendez, qui exportait de grandes quantités de laines (pour valeur de 30 000 ducats) par le (...)
  • 65 En 1617 sont accusés de participer à la contrebande « Tous les bouchers français installés à Saint (...)

59À ces niveaux d’information plus immédiats, plus minutieux, les diverses références, peut-être fondées, qui sont faites au trafic de monnaie64 et aussi à la contrebande de produits interdits65, laissent entrevoir le vaste monde du commerce, de la négociation directe avec le Portugal, les cas d’abordage, de détournement de marchandises, etc. Un monde de commerces stables et d’échanges sporadiques, aussi bien dans une direction que dans l’autre, qui concerne des biens allant des soieries indiennes aux produits locaux les plus divers.

  • 66 « Enfin, si jamais l’imagination arrivait à manquer pour tant de bénéfices et de méfaits et pour p (...)
  • 67 Il semble, dans le cas du marchand « Luis Pereira de Castro résidant à Saint-Sébastien qui épousa (...)
  • 68 Studnicki-Gizbert Daviken, « La “nation” portugaise. Réseaux marchands dans l’espace atlantique à (...)

60Au vu de la documentation des deux provenances, il semblerait qu’à Saint-Sébastien vivaient des Portugais de différentes conditions, des commerçants sérieux solidement installés et des trafiquants de monnaie, des contrebandiers et de simples opportunistes à l’affût de coups plus ou moins faciles66, individus fortement mobiles et pratiquement sans enracinement local, donc peu soucieux de l’image de la communauté, « parce que même s’ils ne se marient pas ils vivent en concubinage et ont des enfants ». En revanche, à Bilbao, la communauté lusitanienne était moindre mais plus solide, plus attentive à ses membres et plus soucieuse de leur intégration dans la société locale, sans toutefois arriver à une pleine intégration ; aucun cas de mariage avec une habitante du lieu n’a été enregistré67, ni non plus aucune association commerciale de longue durée, même lorsqu’il s’agit de vieux résidents68.

  • 69 AFB Judicial 277/13 (1609), p. 50.
  • 70 AGG JD IM 4/10/16.

61Des comportements similaires se produisirent cependant dans les deux villes, avec sans doute les mêmes accusations de la part des habitants. Un habitant de Bilbao, en 1609, accuse un Portugais d’avoir avec « ses négoces absorbé en lui le commerce du Portugal de sorte que le prix du sucre et des autres marchandises dudit Royaume a fortement augmenté au détriment de la république et des habitants de la ville69 ». À Saint-Sébastien, vers 1605, les informateurs des Juntes et plus précisément Martín de Aróstegui dénoncent que « maintenant que ces gens se sont introduits dans ces provinces, ils usurpent le commerce et le profit des habitants de ces lieux ; ainsi, dans les cargaisons qu’ils font pour Séville et les Indes, comme dans les commerces et les bénéfices de Terre-Neuve et des mines, forges et récoltes de la terre, ils prennent tout à bon marché grâce aux avances d’argent qu’ils font, et de plus, comme agents puissants qu’ils sont, ils font des emplois et des achats de marchandises qui viennent du dehors et ils les revendent avec un grand profit car ils obligent les habitants à s’approvisionner chez eux et à acheter ce dont ils ont besoin à des prix excessifs70 ».

62À Saint-Sébastien on va encore plus loin. Les Portugais sont accusés de détenir des informations privilégiées qui leur ont permis d’accumuler la monnaie de billon de nouvelle frappe avant que les autres aient appris son existence et eux, « en le sachant bien avant ils en ont fabriqué dans des lieux qu’eux seuls connaissent ». Comme si cela ne suffisait pas, ils sont aussi accusés de rafler l’ancienne monnaie, non seulement au Guipuzcoa mais même en France pour l’échanger contre de l’argent et, une fois recueillie, lui apposer un nouveau sceau et obtenir ainsi la moitié du bénéfice.

  • 71 AFB Judicial 4005/23.
  • 72 AFB Judicial 687/14 (1620) un commerçant de Bilbao envoie à son corresponsant à Castro Urdiales 26 (...)

63Une accusation similaire, mais plus nuancée, soutient qu’à Bilbao de la monnaie a été introduite de l’étranger dans des barrils contenant prétendument des clous, alors qu’il s’agissait en réalité presque uniquement d’un chargement de billon manipulé71. De fait, on se plaint des difficultés du marché monétaire en Biscaye72.

  • 73 AFB Judicial 4005/23, p. 369 : « De nombreux Galiciens se plaignent que Diego Pereira leur fait be (...)

64À Bilbao, fut portée une seule accusation sérieuse de fraude dans le commerce de la monnaie à haute valeur de change. Elle concerne l’un des Portugais régulièrement présent dans la ville, Diego Pereyra. L’accusation dénonce qu’il s’est consacré à recueillir de la monnaie d’or et d’argent par tous les moyens à sa portée73 et qu’il a introduit depuis Castro « plus de 200 000 réaux en liards sans sceau et des monnaies interdites et falsifiées, en les déchargeant et en les recevant en la ville de Bilbao » de nuit et en se cachant de la justice.

65Les différences détectées semblent donc être dues plus à la nature des deux villes et aux caractéristiques de leur commerce respectif qu’aux commerçants eux-mêmes puisque certains d’entre eux travaillèrent à différentes époques dans chacune de ces activités ou même les menèrent de front. Savoir si ces mêmes hommes observaient un comportement différent selon le lieu est une autre question non résolue.

66Quoi qu’il en soit, signalons par ailleurs que s’il existait certaines différences de comportement entre les communautés portugaises de Bilbao et de Saint-Sébastien, tous les Portugais de la ville du Nervión n’agissaient pas non plus d’une unique façon.

  • 74 Le notaire était Diego de Abendaño, beau-frère du dénommé Juan de Olabarrieta.
  • 75 AFB Judicial 3433/013 (1613).

67Quelques-uns d’entre eux, au moins au début du siècle, se rendaient chez un intermédiaire connu, aubergiste plus précisément, Juan de Olabarrieta, qui, outre le lit et le couvert, se chargeait de fournir à ses hôtes des garanties sur les marchandises, les règlements et les engagements. Il s’occupait aussi de leur présenter des acheteurs, des vendeurs de fer (Aparicio de Ormaeche, M.ª de Bilbao, Veuve de Juan de Avendaño…) et toutes sortes de prestations de service complémentaires : gabariers, responsables du poids, portefaix, etc., toujours accompagné d’un utile notaire74. Des séjours de presque un mois sont enregistrés à maintes reprises sur plusieurs années dans les cas de Gaspar Rivero, Manuel de Castro, Gonzalo Blas Rey, Vicente Ferros, Pedro Yánez Manso ou Juan Alfonso, tous originaires de Viana. Olabarrieta, en tant que cessionnaire de Tomás Fernández, un marchand portugais qui est son client, porte même plainte contre un habitant d’Oquendo à propos du paiement de cinq cent soixante-seize livres de sucre. C’est dire jusqu’où arrivaient la collaboration, les intérêts créés ou la connivence75.

  • 76 De Manuel Mederos, homme peu conflictuel, peu d’informations nous sont parvenues. La première réfé (...)
  • 77 AFB Judicial 4005/23, p. 374 : « qui sait, pour avoir vu audit Francisco de Liendo de nombreuses m (...)

68D’autres comme Pereyra, Francisco de Acosta ou Mederos76 développent des modèles d’intégration plus complets et font même de très longs séjours à Bilbao où ils ont des bureaux et des facteurs77, des correspondants et des employés réguliers.

69Nous ne disposons pas d’information détaillée sur le fonctionnement du commerce dans les deux ports, mais quelques renseignements peuvent nous permettre de nous faire une idée sur les caractéristiques de chacun d’entre eux. Certes il s’agit d’une information biaisée puisqu’elle provient de sources judiciaires, mais elle nous montre clairement ce que d’autres sources indirectes viennent confirmer, à savoir que les commerces étaient différents dans leur pratique.

70Pour Bilbao et sur une longue période, de 1494 à 1630, trente-quatre cas bien différenciés ont été recensés. Certains des accusés reconnaissent pratiquer depuis des années une activité semblable et nous pouvons donc considérer ces informations comme révélatrices d’une réalité bien plus large. Les données de Saint-Sébastien, en revanche, sont beaucoup plus rares bien que très polarisées. Il s’agit dans tous les cas, onze au total, de voyages réalisés en 1602-1609 et de cargaisons pour le compte de Portugais.

  • 78 Il est même fait allusion au trafic d’esclaves par Esteban de Acosta (1620) Archivo Real Chancille (...)
  • 79 Quand ils commercent directement avec le Portugal, ils ont aussi recours aux marins de Musquiz, co (...)

71Les différences sont appréciables. Dans le cas du Nervión toutes les informations nous parlent d’un commerce direct, pratiqué soit par des Portugais, soit par des Basques, entre Viana-Bilbao-Viana ou Lisbonne-Bilbao-Lisbonne, parfois en entrant et d’autre fois en sortant. À Saint-Sébastien, les Portugais pratiquent toutes sortes de commerces78, travaillent avec Nantes, Rouen et d’autres ports ainsi bien sûr qu’avec les ports portugais79.

72À Bilbao, nous avons affaire essentiellement à un monde commercial solide, stable et relativement peu spéculatif, centré sur trois produits et deux espaces d’activité selon un axe Ouest-Est : le vin, le sucre et le sel, et pour le retour le fer. Un commerce centré sur quelques ports portugais : Lisbonne, Aveiro et Viana ; une activité longuement exercée par ses protagonistes, au moins par les plus importants d’entre eux puisqu’un même déclare plus de vingt ans de relations bilatérales ininterrompues.

73Dans un tel contexte, nous avons signalé que la variable la plus significative était le commerce, un commerce qui, dans ses deux directions, présente quelques particularités qu’il convient de relever puisqu’il s’agit presque systématiquement d’un négoce d’aller-retour, quoiqu’avec quelques exceptions.

74En ce sens, chaque navire avait son propre port d’attache et donc le processus commence dans chaque cas dans un endroit ou dans un autre, sans qu’il n’y ait aucun point fixe dans le commerce.

75Si le voyage commence à Bilbao, les possibilités sont diverses. Il y a d’abord ceux qui souhaitent expédier du fer au Portugal et ceux qui veulent acheter du sel ou du sucre dans ses ports, mais aussi ceux qui désirent contacter la flotte de retour des Indes pour acheter à Lisbonne du textile, des soieries qui se placent facilement auprès des mercières et des détaillants de la ville. Ce n’était pas un commerce simple car sa nature même exigeait de disposer d’importants capitaux dans le port portugais, un numéraire qui, en principe, était interdit de sortie. Il était possible d’envoyer un peu de fer pour le capitaliser, mais pour la plus grande part il fallait disposer de monnaies de cours international, ce qui entraînait obligatoirement des soupçons puisqu’à Bilbao elles faisaient défaut, même si au Guipuzcoa elles circulaient plus facilement.

76Quoi qu’il en soit, à cette occasion le mouvement était important et même la quantité de fer à transporter était plus élevée que la normale car il s’agissait d’effectuer une capitalisation considérable. Ce négoce avait ainsi un caractère assez régulier et se produisait probablement une fois par an ou plus, mais il était hautement suspect.

  • 80 AFB Judicial 687/14 (1620) On craignait que l’argent ne fut reçu à Laredo par Esteban de Pinago qu (...)
  • 81 « Que ledit Esteban de Pinago est personne accoutumée à faire lesdits voyages et à passer de la mo (...)
  • 82 Martín de Arostegui, dans une lettre au Roi, se plaint de ce commerce : « (de grosses sommes d’arg (...)

77Et ces suspicions s’étendaient à tous les domaines de l’activité marchande. Il est donc facilement compréhensible qu’un envoi déclaré d’argent pour un montant supérieur à 26 300 réaux, fruit en partie de la vente de produits à Bilbao, à son passage par les Encartaciones, à dos de mulet, sur le chemin de Laredo où il se dirigeait afin d’acheter du fer à expédier à Lisbonne, pour, comme il a été indiqué, parvenir à la flotte des Indes, ait suscité toutes sortes de soupçons d’argent frauduleux. De plus, le fait qu’il s’agisse de monnaie d’argent ne fit qu’accroître la méfiance80 et il ne semble pas qu’elle ait été dissipée par le fait que le capitaine responsable du supposé transport au Portugal fut un marin connu qui se rendait avec assiduité en France81 ni par le fait que le muletier auquel l’argent fut saisi fut un contrebandier de monnaie non moins connu82.

  • 83 Pedro de Correa, marchand portugais vend des soieries indiennes à Francisca Echevarria, Antonia de (...)

78Ensuite, dans la ville du Nervión, au retour, le marché était réceptif et les mercières de bonnes acheteuses qui, en 1606, leur achètent des tissus pour une valeur de presque 6000 réaux entre cinq d’entre elles en quelques jours83.

  • 84 Mais même cette activité régulière donnait lieu à des trafics presuntamente illicites ; en 1615 on (...)

79Mais normalement, le voyage consistait à se rendre au Portugal avec du fer et de l’acier ou même des clous, tant depuis Bilbao que depuis Saint-Sébastien et même depuis Laredo et d’autres ports des Quatre Villes. Il s’agissait-là d’une activité régulière à laquelle participaient les gens du pays et les Portugais qui en tiraient de confortables bénéfices84.

  • 85 De fait, Pereyra est accusé d’exercer un contrôle abusif sur le commerce du fer. Les soupçons remo (...)
  • 86 Priotti J.-P., Bilbao et ses marchands au xviesiècle. Genèse d’une croissance, Vileneuve d’Ascq, P (...)
  • 87 À Saint-Sébastien, il est fait état de l’activité de Montserrate de Acosta dans le commerce du fer (...)

80Diego de Pereyra affirme même qu’il s’agit d’un négoce auquel il a participé pendant trente ans et plus intensément pendant les quatorze dernières années (1609) et qu’il « sortait ordinairement en fer et en acier la somme de plus de 36 000 ducats entre une année et une autre85 ». Si nous considérons que vers 1609 le prix du fer oscille entre 28 et 33 réaux le quintal, nous pouvons supposer que cet homme expédiait dans son pays quelques 13 000 quintaux annuels, ce qui n’est pas négligeable. En effet, quelques années plus tard, en 1634, l’exportation totale de fer biscayen est estimée à 80 000 quintaux86. Une présence donc appréciable sur le marché et qui accrédite l’importance du commerce avec le Portugal, particulièrement si nous rappelons que dans une autre déposition de témoins il est signalé qu’un autre Portugais, Antonio López, et son frère, à l’époque négociant à Saint-Sébastien, se consacraient également avec assiduité à cette même activité87.

  • 88 Quelques années plus tôt, « En 1586, en quatre mois, 30 000 quintaux de fer furent vendus dans tou (...)

81Il est plus courant toutefois de trouver des références isolées aux bateaux, tant de San Julián de Muskiz que d’autres lieux, qui font du cabotage vers le Portugal. Telle devait être la pratique ordinaire puisque des informations dans ce sens peuvent être glanées au cours de plusieurs années88. Les capitaines de petites embarcations de cabotage chargeaient même à Bilbao du minerai pour le distribuer dans les ports cantabriques.

  • 89 AFB 938/185 et 185 (1606). L’un transporte du minerai, l’autre du bois de chauffage et les deux ch (...)

82Sans se borner au minerai de fer d’ailleurs, ils transportaient aussi du bois de chauffage et d’autres produits recherchés sur les marchés du Nord de l’Espagne ; ces chargements étaient généralement débarqués dans les Asturies ou ailleurs, d’où ils repartaient avec, par exemple, des noisettes qu’ils emportaient à Lisbonne ou à Séville89.

83La cargaison moyenne sur ces navires immatriculés à Musquiz ou dédiés au cabotage, a pu être évaluée à 120-350 quintaux de fer plus quelques lots d’acier de moindre importance ; un lot de 102 quintaux de fer est par exemple exceptionnel.

  • 90 Une fraction importante de ces chaudrons provenait de Valmaseda Gomez Prieto J.,Valmaseda siglos x (...)
  • 91 AFB Judicial 2614/13 (1630). Il part aussi de Lequeitio AFB Notarial 310/0157.

84Si ceux qui partaient du Nervión étaient des Portugais, leurs chargements variaient légèrement. Connaissant parfaitement leur marché final, ils réalisaient pour lui quelques achats complémentaires : du cuivre travaillé, sous forme généralement de chaudrons90, des tissus, et plus précisément dans quelque cas des olonas, du savon et du safran. Dans un autre cas, et non du fait d’un commerçant portugais mais pour le compte d’une firme locale, c’est du brai, un produit stratégique91, ou du papier qui est transporté.

  • 92 Depuis Motrico, outre du fer, on expédie des meules de moulin et des « roues de tamis », Barkham M (...)

85L’information fait défaut pour illustrer les caractéristiques des expéditions depuis Saint-Sébastien vers le Portugal, mais en principe il n’y a aucune raison de supposer qu’elles aient grandement dépassé l’étroit marché que nous avons vu pour Bilbao92. Rappelons que, sauf problèmes de contrebande, le Portugal disposait de ses propres voies d’approvisionnement et que seuls certains produits locaux bien précis imposaient le recours aux marchés basques, notamment le fer, abondamment utilisé dans ce pays et pas seulement pour la construction navale et l’armement.

  • 93 En 1611, 99 barrils, une grande quantité de figues et, bien plus pittoresque, 298 douzaines de « b (...)
  • 94 « … nous mandons que dorénavant aucune personne de tout état… puisse mettre ou vendre en elle ni… (...)
  • 95 AGG JD IM 2/22/22
  • 96 AGG JD IM 4/11/133.
  • 97 Juntas y Diputaciones de Guipuzcoa…, t. XVI.

86Ce qui parvenait aux ports basques en provenance du Portugal était tout à fait varié93. À côté des produits apportés par la flotte des Indes, et en particulier, comme il a été mentionné, les tissus, citons d’autres textiles qui créèrent quelques problèmes, notamment au Guipuzcoa, où les Juntes se plaignent de l’arrivée de pièces de coton qui concurrençait la production locale sur le marché intérieur94, un coton qui, semble-t-il, arrivait parfois même brut, comme d’autres produits coloniaux comme le bois du Brésil et peut-être le cuir à semelle pour les chaussures. Il existait aussi des trafics de linette95 et même de poivre, un produit que d’une certaine façon les Portugais contrôlaient au Guipuzcoa96 puisqu’ils en avaient obtenu le monopole97.

  • 98 Les ordres donnés aux capitaines sont très précis. Martín de Llano reçoit un lot de fer et deux bal (...)
  • 99 AFB Judicial 436/336, 354, 358 et 361.

87Pour Bilbao, nous savons qu’ils faisaient le commerce du vin blanc, en provenance tant du Portugal, de l’Algarve, que de Galice, plus précisément de Rivadavia, et plus rarement d’Andalousie ou des Canaries. Le vin blanc ne pouvait pas entrer librement en Biscaye et sa circulation était limitée à certains mois au cours desquels, libres du monopole, ils étaient très appréciés ; les crus galiciens et portugais valaient deux fois plus que les rouges de la Rioja ou d’autres provenances. Des spécialistes, semble-t-il, se consacraient à ce commerce98, comme par exemple, vers 1595, le Portugais Andrés Fernández99, résidant et travaillant à Bilbao qui parfois s’associait avec Hernán López et approvisionnait non seulement Bilbao mais aussi avait des clients à Castro Urdiales.

  • 100 Probablement frère de Fernando de Acosta qui, en 1603, déclarait qu’il vivait depuis huit ans à Sa (...)

88Un cas semblable est celui de Francisco de Acosta100 qui, lorsqu’il habitait à Bilbao pour éviter le problème de la résidence, était l’hôte de Isabela de Arrázola ; il travaillait normalement avec des vins blancs de l’Algarve et le fait qu’avec un seul voyage, dans une embarcation de cabotage, il ait fait parvenir à la ville quelques 60 tonneaux de ces crus nous donne une idée de leur acceptation et de leur valeur. Un vin qui, en cinq mois, était presque entièrement consommé par les acheteurs locaux.

  • 101 La cargaison d’un bateau exigeait de disposer d’environ trois entrepôts et Acosta fait appel aux p (...)

89Ce type de vin était assujetti à un impôt affermé, la « sisa », et dont le percepteur, Domingo de Sertucha, prêtait à Acosta ses entrepôts pour qu’il y stocke ses tonneaux101. Cette relation était d’une telle qualité que même la liquidation de l’impôt municipal se faisait, non sur ce qui était progressivement consommé, mais comme une liquidation finale. De fait, ce personnage prête même main-forte à Acosta, à l’occasion d’un litige où des créanciers, à défaut d’autre chose, veulent se saisir de quelques tonneaux qui restent, en alléguant qu’ils sont à lui, sous prétexte de droits à percevoir dans ce cas en espèces, et du fait qu’il a la préférence sur les autres créanciers. Ainsi le Portugais parvint à sauver l’intégralité de son chargement.

  • 102 À de petites différences près, on peut dire que les lots de l’un et de l’autre étaient semblables (...)

90Par ailleurs, nous pouvons dire que le produit le plus communément introduit ces années-là depuis le Portugal est le sucre, du sucre blanc ou de la cassonade qui parvenait, tant à Bilbao qu’à Saint-Sébastien, en général d’Aveiro102. L’information est certes maigre en ce qui concerne cette facette du commerce local, mais dans la section de litiges du Consulat de Bilbao, pour cette époque il n’apparaît aucune référence à des provenances de sucre d’une autre origine ; en d’autres termes, il semblerait qu’au cours des premières années du xviie siècle le sucre à Bilbao ait été portugais. Un produit qui était revendu presque entièrement dans la ville à des muletiers de Castille et d’Aragon pour sa distribution intérieure, ainsi que l’indiquent la plupart des connaissements. En bout de chaîne, le sucre était enfin acheté par des apothicaires et des consommateurs finaux ou des détaillants. Ce n’est qu’exceptionnellement qu’un acheteur local est mentionné pour un lot important. Il s’agit de Pedro de Adaro qui, de plus, faisait le commerce d’autres produits comme le fer, un matériau pour lequel il servait d’intermédiaire avec les capitaines portugais, ou Gaspar de Acosta qui ensuite « mettrait » les sucres en Castille.

  • 103 Les Administrateurs du sel de Galice et des Asturies saisissent et molestent des navires provenant (...)

91Il convient également d’inclure dans cette sommaire énumération le commerce du sel, un commerce auxquels prenaient part aussi de petites embarcations de Musquiz, mais il s’agit d’un négoce qui a laissé peu de traces dans la documentation étudiée. D’une part, la presque totalité des bateaux qui arrivent à Bilbao chargés de sel ne paient pas de droits d’avaries et donc ne sont pas enregistrés dans les comptes du Consulat et d’autre part il n’y a pas d’actions judiciaires qui s’y réfèrent. Seuls les registres notariaux en font mention avec une certaine régularité. D’autant plus que le monopole du sel n’existait pas en Biscaye et au Guipuzcoa, à l’inverse de la Galice, des Asturies103 et des Quatre Villes.

  • 104 AFB Judicial 2930/128 et 155 (1628) et en 205/026 (1629).

92Quoi qu’il en soit, le sel, à Bilbao et à Saint-Sébastien, provenait aussi d’autres lieux et ne faisait pas l’objet d’un commerce aussi fermé que le sucre. Il en arrivait par exemple de France, plus précisément facturé à Bordeaux104, bien que ces entrées soient quelque peu tardives puisqu’elles correspondent pratiquement au moment où la présence portugaise au Pays Basque décline.

93Il apparaît ainsi que les Portugais disposaient au Pays Basque de leur propre réseau commercial, un réseau certes plutôt lâche car ses caractéristiques variaient en fonction du lieu concerné, mais aussi un réseau efficace.

  • 105 Ce qui n’exclut pas qu’ils aient aussi travaillé avec d’autres ports comme celui de Deba où ils fi (...)
  • 106 En 1606, Enrique et Miguel de Lisboa résident à Saint-Sébastien mais en 1615, l’un apparaît comme (...)

94En dehors des cas particuliers, il y avait en premier lieu des familles qui travaillaient avec les deux villes, comme les Lisboa105, dont l’un même ravitaillait en biscuit l’Escadre de Biscaye ; de Miguel on disait à Saint-Sébastien qu’il était de Bilbao et à Bilbao qu’il était de Saint-Sébastien106. Mais le plus courant, c’était que le même marchand travaille directement ou par l’intermédiaire de facteurs dans les deux villes et même qu’il fasse du commerce dans toute la corniche cantabrique. Ils faisaient parfois appel, surtout à Bilbao où ils développèrent une certaine clientèle et des influences qui les protégeaient, à des habitants du lieu, mais dans la plupart des cas ils s’appuyaient sur leurs compatriotes pour suivre leurs affaires. Des affaires qui allaient du trafic de fer à la prise en ferme de droits réels.

95Dans ce domaine, ils s’efforcèrent de se comporter d’abord en fonction de leurs propres intérêts mais aussi en s’appuyant sur le groupe ; l’accusation d’essayer de contrôler le marché du fer pour contraindre les prix à baisser, ce qui bénéficierait à tout Portugais ayant avancé la commande, constitue un exemple de ce comportement, comme par ailleurs le sont les accusations de contrôler le marché du sucre en forçant les prix à la hausse ou celle d’augmenter les prix au détail des produits importés par eux de toute l’Europe au détriment des acheteurs locaux.

96Il semble que dans un commerce au moins, ils agissaient bien à l’unison : celui de l’or et de l’argent. Il fallait un dispositif bien organisé pour balayer les villages de la côte et proches d’elle pour y recueillir toute la monnaie d’or et d’argent qui y circulait, que ce soit en percevant les droits sur le sel, l’impôt de la bulle ou par tout autre procédé, et pour le faire si efficacement que la circulation ordinaire en pâtit au point que ce type de monnaie fut sur le point de disparaître des circuits, non seulement de la consommation locale, mais même du petit commerce.

« Il a mis dans cette ville de Bilbao et de la seigneurie de Biscaye et la ville de Castro Urdiales et ses alentours plus de 200 000 réaux en liards sans sceau et des interdits et des falsifiés, en les déchargeant et en les recevant… en grande partie de nuit et le tout sans la présence ni l’assistance de la justice et sans les enregistrer comme il aurait dû. Et ils ont distribué cette monnaie en l’échangeant contre de l’or et de l’argent ; de sorte que dans tout ce territoire de Biscaye et ses alentours cette monnaie n’a pas circulé ces années et celle d’or et d’argent qu’ils recueillaient ainsi et d’autres grandes quantités… qu’ils changaient en or dans la ville de Madrid. »

97Ce réseau, pour s’implanter au Pays Basque, dut non seulement surmonter les difficultés des connaissements, des préférences de chargement et de résidence mais aussi contourner la suspicion générale qu’il éveillait chez les autorités chargées d’assurer une certaine fermeté des douanes, notamment de celles qui s’interposaient entre la province du Guipuzcoa et la France. La communauté portugaise, ainsi sujette à des conditions locales spécifiques, a su développer une activité épousant ces circonstances spéciales, autres que les conditions générales des Portugais en Espagne.

  • 107 En 1603, Luis López Torres, marchand portugais domicilié à Saint-Sébastien porte plainte contre Se (...)

98Mais un réseau n’implique pas l’inexistence de nuances appréciables. Les Portugais ne forment pas une communauté uniforme. Des différences de comportement notables sont perceptibles entre Saint-Sébastien et Bilbao, touchant au comportement non seulement des Portugais mais aussi des pouvoirs publics qui les acceptent différemment comme le reflètent les diverses politiques en matière de résidence. La nature même des commerces spécifiques à chaque ville est source de diversité. De fait, comme il est naturel, ils en arrivent même parfois à plaider les uns contre les autres107, sans aller naturellement jusqu’à porter préjudice au négoce fondamental et commun aux deux villes qui semble avoir été le trafic des métaux et des monnaies.

99Les nuances, les particularités apparaissent au sein même de chaque communauté. Dans l’un ou l’autre port, les Portugais eux-mêmes agissaient différemment. Il y a, au moins à Bilbao, ceux qui maintiennent des relations stables et ceux de passage qui, généralement, font des séjours espacés d’un mois ou un peu plus, les grands marchands travaillant de grands lots de fer, de sucre ou de sel et les intermédiaires dans un trafic plus ponctuel.

100Mais il est incontestable qu’au cours de ces années, alors qu’il existait d’autres collectifs de commerçants dans ces ports, même avec des conditions de départ sensiblement semblables comme c’est le cas pour les Flamands, les Portugais réussirent à centrer autour d’eux une importante part du commerce et opérèrent en plus ou moins grande mesure comme un authentique réseau commercial dont les activités s’étendaient, depuis les ports d’origine, essentiellement Aveiro, Porto et Lisbonne, depuis le long de tout le littoral cantabrique jusqu’aux ports du Nord de l’Europe.

Notes

1 Carrasco Jesús, « Contrabando, Moneda y Espionaje (El negocio del Vellón : 1606-1620) », Hispania, LVII/3 nº 197, (1997), 1081-1105.

2 Lopez Belinchon Bernardo José, « Sacar la sustancia del reino. Comercio, contrabando y conversos portugueses, 1621-1640 », Hispania, LXI/3, nº 209 (2001), 1017-1050.

3 Ebben Mauricio, « Un triangulo imposible : La Corona Española, el Santo Oficio y los Banqueros Portugueses, 1627-1655 », Hispania, LIII/2, nº 184, (1993), 541-556.

4 Valladares Rafael, « Portugal y el fin de la hegemonía hispánica », Hispania, LVI/2, nº 193, (1996), 517-539.

5 En 1605 un Lisboète, Valentín Tamudo, embauche même cinquante charpentiers à Lequeitio pour les conduire à Ribadeo où ils travailleront sur le chantier naval dont il a la charge dans ce port galicien. Archivo Foral de Bizkaia (AFB), Notarial, 17/262, (1605).

6 Iglesias Almeida Ernesto, « Notas sobre navegación y tráfico en los puertos del Sur de Galicia », Museo de Pontevedra, XLIX, Pontevedra, 1995, p. 295 et suiv.

7 Echevarria M.ª J., La actividad comercial del puerto de Santander en el siglo xvii. Santander, 199, p. 83.

8 « Il existe une colonie importante à Bilbao et à Saint-Sébastien qui a des contacts avec La Rochelle, Bayonne et l’Angleterre. »

9 Lopez Belinchon B. J., (op. cit.), signale qu’ » entre 1637 et 1642 Tomás de Santa Coloma, un habitant de Bilbao agent actif de plusieurs hommes d’affaires portugais dans ce port, reçut plusieurs licences ». Il indique également qu’en 1643 Simón Méndez Soto fut autorisé à introduire des marchandises interdites via Bilbao et Saint-Sébastien et Antonio López Mirandela, en 1653, à introduire 50 000 ducats d’argent en marchandises de France par Bilbao Saint-Sébastien et Fontarabie. Quant à Bartolomé Febo, « en échange du versement de dix mille ducats d’argent il obtint un brevet royal l’autorisant à introduire des marchandises françaises jusqu’à une valeur de cent mille ducats par les ports de Cadix et de Bilbao », p. 1044.

10 Mauro Frédéric, Le Portugal et l’Atlantique au xvie siècle (1570-1670), Paris, 1960, p. 400.

11 En Saint-Sébastien on retrouve, entre autres, Luis Pereira, Lorenzo Abis Pinero (1631), Blas López et un certain Miguel de Lisboa, ce dernier en 1606. Archivo General de Guipúzcoa (AGG) : CO UCI 176 et CO UCI 179 La plupart d’entre eux au cours des dix premières années du siècle. Le dénommé Miguel de Lisboa figure comme résident de Bilbao en 1614. AFB Judicial 3594/007. La liste, quoi qu’il en soit, est interminable. Cf. à ce sujet le travail, auquel nous faisons plusieurs fois référence, de Mora et Zapiraín, « Exclusión social en los siglos xvi et xvii » en Vasconia, nº 24, San Sebastían, 1996, p. 157-192, qui étudie la forte présence de commercçants et de négociants portugais à Saint-Sébastien, et les références de la ville elle-même à l’existence d’une communauté portugaise importante également à Bilbao.

12 À Fontarabie vit, en 1602, Francisco Arauxo et González et à Irun, à la même époque, les frères Menéndez dont l’un d’eux, Luis, perdra successivement 3 embarcations aux mains des corsaires.

13 AFB Notarial 309/053 (1612).

14 « Par cette Province passent de nombreux marchands dudit Royaume. »

15 « Parce que dans certaines auberges il y a beaucoup de linge. »

16 Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, San Sebastián, 1990, t. XIV, p. 15. Les Juntes ne sont pas seulement inquiètes pour les habitants mais aussi pour les voyageurs. Devant le danger d’une contagion provenant de l’intérieur de la Castille, quelques mois plus tard, en septembre, elles ordonneront d’effectuer une attentive surveillance.

17 « Prêter de l’argent ou réaliser de solides opérations commerciales. »

18 « Comme délégués des commerçants portugais juifs de France. »

19 « Certains de la nation portugaise s’étendent et se reconnaissent trop dans cette Province », Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XV, p. 421.

20 Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XV, p. 695 Antonio et Diego Fernández, Francisco et Baltasar Rodríguez, Alfonso López, Fernando Acosta, Diego Hernández, Antonio Méndez Flandon, Nuno Enriquez…

21 Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XVI, p. 275-276

22 « Que les Portugais sont bien audacieux, et plus que jamais, maintenant qu’ils voient que ce que mande cette Province n’a aucun effet », Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XVI, p. 240.

23 Bilbao Bilbao L. M., « Comercio y transporte internacionales en los puertos de Vizcaya et Guipúzcoa durante el siglo xvii (1600-1650). Una visión panorámica », Itsas Memoria, 4, San Sebastiá, 2003, p. 281.

24 Melon Jiménez, Miguel Ángel, Hacienda, Comercio y Contrabando en la Frontera de Portugal (siglos xv-xviii), Cáceres, 1999, p. 54.

25 Le Greffier nommé en 1601 fut Ortuño de Urizar. La ville protesta contre l’imposition de cette mesure qui, en lui étant appliquée avant tout autre port, nuisait à son commerce ; la Cour, consciente de cette situation, communiqua en 1603 au Corregidor sa suspension. En 1615 un nouveau greffier des manifestes est nommé en la personne de Domingo de Echevarria et en 1638 c’est un dénommé Pedro de Ugarte qui est cité à cette fonction, mais la Veuve Echevarria, Leonor de Soto, présente un recours qui est accepté cette même année 1638 et lui accorde cette charge. Leonor de Soto vend en 1641 l’office de greffier à la ville de Bilbao et au Consulat, ce qui met fin aux tensions puisque « SM a décidé de perpétuer ledit office en ladite ville et chambre de commerce… en promettant et en assurant par foi et parole Royale que jamais et pour aucun motif… ni pour aucun prix il ne se créerait en cette ville aucun autre office de greffier des manifestations… »

26 AFB Administration 1443/028.

27 À Saint-Sébastien également ils alléguèrent « Qu’ils sont ressortissants de ces Royaumes et qu’ils ne doivent pas être saisis » Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XV, p. 197.

28 Guiard T., Historia de la noble Villa de Bilbao, Bilbao, 1906, vol. II, p. 47.

29 AFB Judicial 277/13 (1609).

30 AFB Judicial 277/13, p. 344 v.

31 Idem, p. 165 v.

32 Guiard, Historia del Consulado y Casa de Contratación de la villa de Bilbao, Bilbao, 1972, t. I, p. 132 Note.

33 Tel est le cas de Bartolomé González, capitaine de l’Espíritu Santo, qui trafiquait depuis des années entre Viana et Bilbao, généralement avec du fer et occasionnellement, entre autres, avec du sucre, contre qui porte plainte en 1606 un capitaine de Portugalete pour qu’on l’empêche de lever l’ancre. AFB Judicial 45/6 (1606). Bartolomé González à cette époque n’apparaît qu’une fois dans le registre des avaries du Consulat.

34 Pour le Guipuzcoa d’autres exemples sont disponibles. Cf. Archivo Histórico Nacional (AHN) Consejos Suprimidos…

35 AFB Judicial 938/33 (1607) il s’agit de la maison de Juan Antonio de Larrea.

36 Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XIV, p. 263.

37 Archivo Histórico Nacional (AHN).

38 « À Saint Jean de Luz résident jusqu’à trois cents personnes entre adultes et enfants de la nation Portugaise et à Ciboure habitent dans neuf maisons jusqu’à cent personnes qui toutes sont réputées être des Juifs… Et tous commercent avec toutes sortes de marchandises et ce dont ils s’occupent le plus c’est d’obtenir des autorisations pour introduire des marchandises anglaises dans ces royaumes… » Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa… vol. XV, p. 101.

39 Grafe R., El Norte de España entre el mundo ibérico y el Atlántico. El comercio y la especialización regional 1550-1650, Inédit, p. 115.

40 Mélon Jiménez M. A., op. cit., p. 55.

41 Mieza Rafael, « La Machinada del Estanco de la Sal : Una hipótesis de interpretación », dans Ernaroa, 6, Bilbao, 1991, p. 63 où figure une transcription du récit dans ses quatre versions, celle de référence étant celle de l’AFB.
Il apparaît au minimum surprenant que les agresseurs aient assassiné Castañeda parce que celui-ci dénonçait les sorties d’argent alors qu’eux-mêmes avaient demandé de pouvoir régler en billon la taxe parce qu’il n’y avait pas d’argent. Et ce d’autant plus qu’aucune desdites plaintes n’apparaît dans les fonds judicaires.
Castañeda, que l’on sache, au minimum, outre son salaire comme avoué de l’Audience du Corregidor tirait d’importants bénéfices de sa fonction en se faisant désigner curateur, tuteur et administrateur des biens de certains mineurs par le tribunal auprès duquel il travaillait comme avoué. Cette charge lui permettait d’administrer d’importants revenus et parfois même de l’argent américain. Entre 1615 et 1631 il est en procès avec au moins 8 administrations d’héritage de mineurs (curatelles).
Selon Mieza, le mémoire en question est clairement partiel et prétend justifier la répression de la révolte. En ce sens, il aurait été difficile de condamner lourdement les assaillants s’il était avéré que Castañeda, au lieu de dénoncer les sorties d’argent, en réalité les encourageait.

42 Elliot J. H., El Conde-Duque de Olivares, Barcelona 1990, p. 443/444, citation de l’ » Archivio di Stato » de Florence.

43 Valladares R., « Portugal y el fin de la hegemonía hispánica », Hispania, LVI/2, nº 193 (1996) 517539 et Valladares R., Felipe IV y la Restauración de Portugal, Málaga, 1994, p. 101 et 123.

44 Entre 1609 et 1620, aux effets de la concurrence en matière de commerce, le fait que les Pays-Bas, grands consommateurs de sel, aient pu l’acheter librement à Lisbonne et à Aveiro a joué un rôle de contre-poids. Israel J., La república Holandesa y el Mundo Hispánico, 1606-1661, p. 44.

45 Manuel Mederos, portugais installé à Bilbao, s’associe avec les maires de Musquiz et de Portugalete pour armer un bâtiment de course, le Nuestra Señora du Rosario. AFB Judicial 1344/033 (1630) et 2930/110 (1628).

46 Otero Lana E., Los corsarios españoles durante la decadencia de los Austrias, Madrid, 1992.

47 Bilbao a servi de point d’appui pour financer même des expéditions françaises. Un Portugais achète en 1600, avant son départ pour Terre-Neuve depuis le port de Ciboure, en France, toute la cargaison future du San Vicente de 250 tonneaux avec engagement de la décharger à Aveiro. AFB Judicial 277/13 En 1602 apparaissent d’autres participations semblables Barkham M., « El comercio marítimo vizcaíno y guipuzcoano con el Atlántico peninsular (Asturias Galicia Portugal y Andalucía) y con los Archipiélagos de Canarias y Madeira al principio de la Edad Moderna », Itsas Memoria, 4, San Sebastián, 2003, p. 147.

48 Juan Puentes, de Gijón, fut fait prisonnier par les barbaresques et sa rançon confiée au marchand lisboète Simón Rodríguez Chaves. AFB 1348/032, (1640).

49 En 1591 le Nuestra señora du Rosario immatriculé à Bilbao, chargé de fer et d’autres marchandises pour Vila do Conde, est attaqué par des corsaires face à Finisterre et finira par naufrager sur cette côte. AFB Judicial 87/204. D’autres plus chanceux, comme l’équipage du galion Nuestra Señora de Begoña ne furent que capturés par des corsaires face à la côte du Portugal. AFB Judicial 86/255, (1590).

50 Les percepteurs des taxes grevant la consommation locale de vin blanc prêtent leurs entrepôts aux commerçants portugais, nombreux tant à Bilbao qu’à Saint-Sébastien, et même les représentent et les défendent dans quelques procès. Tel est le cas du Portugais Francisco de Acosta, qui alterne sa résidence entre notamment la capitale du Guipuzcoa et Bilbao AFB 3594/007 (1614). À ce même procès est invité à comparaître Miguel de Lisboa, un autre Portugais qui vivait également à cheval entre Bilbao et Saint-Sébastien.

51 Il est instructif d’observer comment les villageois du Guipuzcoa jettent des pierres et menacent les autorités parce qu’elles ont saisi du bétail à un Portugais, Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XVI, p. 302 (1605).

52 Les cas abondent. Francisco Ferraez a un fils avec María Perez de Avendaño en 1608 et en 1610 Antonio del Rey enlève (façon de parler) Teresa de Guerra Basabe. Voir aussi le fondement de l’action intentée contre Pedro de Aguiar en 1619 pour stupre.

53 AFB Judicial 4005/23 (1610) p. 366v. Le témoignage correspond à l’accusation mais il n’est pas présenté pour accuser mais parce qu’il s’agit d’un témoignage oculaire. Ce qui n’empêche pas les Juntes Générales de déclarer, en se référent aux mêmes faits : « Et le pire est qu’étant marié, comme il est notoire, il assiste avec sa femme et les enfants qu’il a eus dans cette république et qui sont adultérins… », Barkham M., op. cit., p. 163.

54 « Les Portugais se rendirent au monastère de San Bartolomé et donnèrent liberté aux sœurs en les appelant par leur nom. Et ils vont en bande et portant des armes défensives », Juntas y Diputaciones de Guipúzcoa, t. XVI, p. 392, (1605).

55 AGG JD IM 4/10/16.

56 AFB Judicial 843/3, Antonio de los Reyes avait chez lui 2 sacs de poivre et plusieurs sacs de monnaie ; le linge (15 fardeaux) il le gardait dans un entrepôt et non chez lui.

57 AFB Judicial 1825/005.

58 Tel pourrait être le cas, entre autres, de Pedro Fernández del Campo, administrateur à Bilbao du Trésorier de SM pour les Douanes et négociant de sel portugais. AFB Judicial 984/34 (1635).

59 Guiard T., Historia del Consulado y Casa de Contratación de Bilbao, t. I, p. 252-253.

60 Martín de Ribero avait d’abord exercé à Eibar et c’est la ville de Bilbao qui le « fit venir d’Eibar pour assister et soigner les malades ». La plainte portée contre lui se basait sur le défaut de résidence et donc de présentation du dossier de noblesse ; si Ribero était juif, il lui serait impossible de remplir cette condition et c’est pourquoi les syndics ne lui avaient rien réclamé en vingt ans mais c’est aussi le prétexte des attaques de ses concurrents, d’ailleurs infructueuses. À aucun moment au cours du procès il n’est dit qu’il est juif, uniquement qu’il est Portugais. À ce sujet voir les pages toujours intéressantes de Caro Baroja Julio, Los Judíos en la España Moderna y Contemporánea, 2e éd., 1978, vol. II, p. 205-221. AFB Judicial 3110/7 (1623). Lekeitio avait expulsé quelques années avant le médecin Nieto qui était, lui, juif déclaré mais aucunement portugais. Le procès débuta en 1576 (Acuerdos de JJGG de Bizcaya Tierra Llana, V. III, p. 123) mais l’expulsion ne put être réalisée avant 1596 – 20 ans minimum –. En 1600, son fils, également médecin et appelé Nieto, et sa famille semblent s’être installés à Rentería d’où les Juntes du Guipuzcoa se proposent aussi de l’expulser. Enriquez et Sesmero, « Conversos et noblesse de sang en Biscaye au xvie siècle : du problème fictif à la réalité excluante », AAVV, Tolérance et solidarités dans les pays pyrénéens, Ariège, 2000.

61 AGG Juntas y Diputaciones. Alcaldía de sacas. JD IM 4/11/124 (1594) « Décisions prises par le Juge des Sorties à l’encontre D. de Eizquibel et J. de Lizardi pour avoir essayé de soustraire de l’argent à des Portugais sous prétexte qu’ils étaient agents de l’autorité. »

62 Outre les accusations évidentes présentées par les Juntes en 1618, dans un mémoire adressé au monarque il est dit expressément : « …des précautions furent prises (mais) ils utilisèrent leurs habituelles subornations pour, au moment de solliciter l’information nécessaire en Biscaye, au Guipuzcoa et en France, corrompre ceux à qui et pour qui la demande était adressée… » Carrasco Jesús, op. cit., p. 1090. À cette même époque, le Correo Mayor de Irun, Juan de Arbolaez, est également accusé de complicité, p. 1098 et suiv.

63 À part les médecins qui portèrent plainte contre Ribero, les accusateurs de Pereira avaient de nombreux intérêts en conflit avec le Portugais. Le cas le plus clair est celui de l’aubergiste Juan de Olabarrieta qui porte plainte, entre autres motifs, contre un Portugais accusé, grâce à son contrôle sur le négoce portugais, d’éviter que d’autres commerçants de Lisbonne ou d’Aveiro n’atteignent Bilbao où, normalement, ils étaient hébergés chez lui.

64 Enrique Mendez, qui exportait de grandes quantités de laines (pour valeur de 30 000 ducats) par le port de Deva, fut accusé de passer de la monnaie. Ibid., idem, p. 1088, note 17.

65 En 1617 sont accusés de participer à la contrebande « Tous les bouchers français installés à Saint-Sébastien, Miguel de Lisboa, portugais de Bilbao… » Ibid., idem.

66 « Enfin, si jamais l’imagination arrivait à manquer pour tant de bénéfices et de méfaits et pour passer de l’argent, eux en trouveraient » AGG JD IM 4/10/16.

67 Il semble, dans le cas du marchand « Luis Pereira de Castro résidant à Saint-Sébastien qui épousa une fille de Francisco de Beroiz, qu’il appartenait à une famille importante de la ville », ce qui est un cas clairement exceptionnel. Barkham, op. cit., p. 164.

68 Studnicki-Gizbert Daviken, « La “nation” portugaise. Réseaux marchands dans l’espace atlantique à l’époque moderne », Annales HSS, mai-juin 2003, nº 3, p. 627-648.

69 AFB Judicial 277/13 (1609), p. 50.

70 AGG JD IM 4/10/16.

71 AFB Judicial 4005/23.

72 AFB Judicial 687/14 (1620) un commerçant de Bilbao envoie à son corresponsant à Castro Urdiales 26334 réaux d’argent avec peu d’or, « en tout sept doublons simples dont je jure que j’ai bien du mal à les changer, je vous prie de les faire changer et de me les employer en fer ».

73 AFB Judicial 4005/23, p. 369 : « De nombreux Galiciens se plaignent que Diego Pereira leur fait beaucoup de tort en ne voulant pas accepter de liards pour le sel mais uniquement de l’argent. » On dit aussi que les agents des douanes de Orduña étaient payés en argent. De fait, lors de leurs premiers affermages les Portugais payèrent à la Couronne la majeure partie de leurs obligations en or et en argent, une monnaie dont il fallait bien qu’ils s’approvisionnent d’une façon ou d’une autre. Selon Sanz Ayan Carmen, « Las redes financieras franco holandesas et la lana en el siglo xvii al xviii » dans Gonzälez Enciso Agustín (éd.), El negocio de la lana en España (1650-1830), Pamplona, 2001, p. 82 : « Au début de 1640, 10% des sommes versées par les Portugais pour leurs affermages sont en billon ; à la fin de la décennie, 44%. »

74 Le notaire était Diego de Abendaño, beau-frère du dénommé Juan de Olabarrieta.

75 AFB Judicial 3433/013 (1613).

76 De Manuel Mederos, homme peu conflictuel, peu d’informations nous sont parvenues. La première référence est de 1628, date à laquelle nous savons qu’il faisait avec Bayonne un commerce de tabac, figues, sucre, cires et fer. AFB Judicial 2930/090 (1628) et qu’il avait des intérêts à Saint-Sébastien (2930/100), probablement à travers Lucas de Gayangos, habitant de cette ville (728/15). En 1632, Mederos ne se trouve pas à Bilbao et c’est un habitant de celle ville, Fernández del Campo, qui se charge de ses affaires. Toute référence à son sujet disparaît alors que la révolte du sel atteint son apogée.

77 AFB Judicial 4005/23, p. 374 : « qui sait, pour avoir vu audit Francisco de Liendo de nombreuses marchandises, lettres et correspondances tant de sucres que de bois du Brésil dudit Diego Pereira et faire en son nom de nombreuses cargaisons pour différents ports et parties du Portugal et de la Galice. Et que pour cette raison il tient pour très certain qu’il ne peut manquer de connaître les négoces et les actions dudit… » Martín de Barbachano était également facteur de Pereyra.

78 Il est même fait allusion au trafic d’esclaves par Esteban de Acosta (1620) Archivo Real Chancillería de Valladolid (ARChV).

79 Quand ils commercent directement avec le Portugal, ils ont aussi recours aux marins de Musquiz, comme les Biscayens, et utilisent le navire Nuestra Señora du Rosario de Pedro de Musques. Archivo Real Chancillería de Valladolid (ARChV) (1622).

80 AFB Judicial 687/14 (1620) On craignait que l’argent ne fut reçu à Laredo par Esteban de Pinago qui le chargerait sur le navire La Begoña de José de Igareda pour de là gagner la France. « Dans les achats de fer qui sont faits dans cette terre, ordinairement ceux qui l’achètent s’accordent pour le payer en monnaie et non en argent à cause de sa rareté et de la difficulté d’en trouver pour effectuer ces exportations qui se font pour des royaumes étrangers. »

81 « Que ledit Esteban de Pinago est personne accoutumée à faire lesdits voyages et à passer de la monnaie de ce royaume à d’autres. »

82 Martín de Arostegui, dans une lettre au Roi, se plaint de ce commerce : « (de grosses sommes d’argent) sont parties depuis Lisbonne sur les navires qui vont aux Indes Orientales où ils embarquent tous les réaux de huit possibles, avec lesquels ils gagnent quarante et cinquante pour cent et d’où ils rapportent au retour des marchandises de là-bas ; ils portent aux Indes Orientales ce que nous nous rapportons des Occidentales en épuisant ainsi le capital du royaume. » AGGJD IM 4/10/16.

83 Pedro de Correa, marchand portugais vend des soieries indiennes à Francisca Echevarria, Antonia de Barrutia, Maria Cruz de Ocharan, Mayora de Echabarry et Teresa de Ugarte AFB Judicial 938/105, 106,107,109 et 110 (1606).

84 Mais même cette activité régulière donnait lieu à des trafics presuntamente illicites ; en 1615 on déclare que « les conversos chargeaient sur des navires français et flamands de la poudre en France et, en Biscaye, du fer et de l’acier en falsifiant la destination. Tout en déclarant qu’ils allaient à Séville, ils les dirigeaient vers les ports de Cafricale, Tétouan et Santacruz » et il en était fait de même avec les déclarations de destination vers des ports portugais. Carrasco J., op. cit., p. 1095 note 52.

85 De fait, Pereyra est accusé d’exercer un contrôle abusif sur le commerce du fer. Les soupçons remontaient à loin puisqu’en 1597 les Juntes Générales de Biscaye affirment : « Avoir eu vent que dans la ville de Bilbao un marchand portugais a procédé à l’achat et à la vente de fer dans les entrepôts où il se trouvait, non comme il le fallait mais au préjudice universel de ce territoire… et qu’après ils ont été informés que ledit portugais… fait du bon travail et que tout n’était pas vrai dans l’accusation portée contre lui. » Des années plus tard, en 1609, selon ses accusateurs, il serait parvenu à contrôler le commerce en avançant de l’argent aux producteurs et en se posant comme intermédiaire unique du commerce portugais du fer. « Si on consent audit Diego Pereira qu’il continue à procéder comme il le fait, personne ne viendra du royaume du Portugal acheter ces fers et ces aciers et s’il reste seul à faire ce négoce, il en tirera avantage pour en faire baisser les prix ; en justice, on doit porter remède à cela. » AFB Judicial 4005/23, p. 229. Mais, plus encore, de nouveau en 1611 les Juntes Générales elles-mêmes se font écho du contrôle qu’exerçait Pereyra sur le commerce du fer, « des préjudices causés à la république par le séjour tant long dans ce territoire de Diego de Pereira… qui tient le commerce du fer de sorte que de nombreux portugais arrivent et lui seul achète tout le fer acheté d’avance et approvisionne le Portugal », Barkham M., op. cit., p. 163.

86 Priotti J.-P., Bilbao et ses marchands au xvie siècle. Genèse d’une croissance, Vileneuve d’Ascq, PU Septentrion, 2004, p. 43-47. Gelabert, « La producción de hierro en Vizcaya y Guipúzcoa hacia 1620 » II Congreso Mundial Vasco, p. 205 estime la production à 110 000 quintaux.

87 À Saint-Sébastien, il est fait état de l’activité de Montserrate de Acosta dans le commerce du fer. Barkham M., op. cit., p. 147.

88 Quelques années plus tôt, « En 1586, en quatre mois, 30 000 quintaux de fer furent vendus dans toute la Biscaye aux Portugais », op. cit., chap. I, note 205.

89 AFB 938/185 et 185 (1606). L’un transporte du minerai, l’autre du bois de chauffage et les deux chargent des noisettes.

90 Une fraction importante de ces chaudrons provenait de Valmaseda Gomez Prieto J.,Valmaseda siglos xvi al xix Una villa vizcaína en el Antiguo Régimen, Bilbao, 1991, p. 331.

91 AFB Judicial 2614/13 (1630). Il part aussi de Lequeitio AFB Notarial 310/0157.

92 Depuis Motrico, outre du fer, on expédie des meules de moulin et des « roues de tamis », Barkham M., op. cit., p. 163.

93 En 1611, 99 barrils, une grande quantité de figues et, bien plus pittoresque, 298 douzaines de « balais de palme », subissent une tempête et arrivent mouillés à Bilbao. Priotti, op. cit., p. 132.

94 « … nous mandons que dorénavant aucune personne de tout état… puisse mettre ou vendre en elle ni… aucun genre de ces toiles portugaises » Azpeitia, 14/24 Novembre 1599, Juntas y Diputaciones de Guipuzcoa, t. XIV, p. 286.

95 AGG JD IM 2/22/22

96 AGG JD IM 4/11/133.

97 Juntas y Diputaciones de Guipuzcoa…, t. XVI.

98 Les ordres donnés aux capitaines sont très précis. Martín de Llano reçoit un lot de fer et deux ballots de papier pour qu’il les vende en Galice ou au Portugal et revienne avec du vin ou d’autres marchandises. Diego Santibáñez de Castro Urdiales, capitaine de la zabra Santa Ana, reçoit en janvier 1594 cent ducats pour acheter du vin à emporter en Galice et au Portugal avec l’ordre d’investir le produit de la vente dans l’achat de vins de Rivadavia et d’autres biens ; en avril, il transporte des toiles et d’autres marchandises pour valeur de 3 160 réaux dans le même but AFB Judicial 436/208 et 277.

99 AFB Judicial 436/336, 354, 358 et 361.

100 Probablement frère de Fernando de Acosta qui, en 1603, déclarait qu’il vivait depuis huit ans à Saint-Sébastien et qu’à cette époque il était prisonnier. Francisco se trouve à Rentería en juin 1611 et, au moins en mai 1614, à Saint-Sébastien et en juillet de la même année à Fontarabie. AFB Judicial 3594/007 (1614). Une autre Agustín Acosta, dont la parenté avec les précédents n’a pas été établie, fut en 1582 fournisseur de vin à Abando. AFB Judicial 152/167.

101 La cargaison d’un bateau exigeait de disposer d’environ trois entrepôts et Acosta fait appel aux propriétaires locaux. Cett location d’entrepôts pour le vin était une pratique répandue dans la ville. Un des propriétaires le plus connu était l’amiral Juan Ruiz de Zurbaran. AFB Judicial 871/021.

102 À de petites différences près, on peut dire que les lots de l’un et de l’autre étaient semblables avec une courte différence en faveur du sucre blanc.

103 Les Administrateurs du sel de Galice et des Asturies saisissent et molestent des navires provenant de Biscaye pour les obliger à aller au Portugal chercher du sel ou en s’emparant de celui qu’ils transportent en Biscaye, ce qui entraîne là-bas une certaine pénurie.1368/19 1625.

104 AFB Judicial 2930/128 et 155 (1628) et en 205/026 (1629).

105 Ce qui n’exclut pas qu’ils aient aussi travaillé avec d’autres ports comme celui de Deba où ils firent des affaires avec de la linelle. Barkham M., op. cit., p. 163.

106 En 1606, Enrique et Miguel de Lisboa résident à Saint-Sébastien mais en 1615, l’un apparaît comme habitant à Bilbao.
Un autre exemple est fourni par les Acosta : nous avons vu Francisco faire des affaires avec du vin à Bilbao tandis que Esteban, résidant à Saint-Sébastien, fait du trafic d’esclaves. Mais en 1605, il est dit de Francisco et de Manuel Gómez Acosta qu’ils sont domiciliés à Saint-Sébastien.

107 En 1603, Luis López Torres, marchand portugais domicilié à Saint-Sébastien porte plainte contre Sebastián Baez, également portugais, et Duarte Enriquez de la même nationalité d’où le procès de Miguel de Lisboa contre Simón Baéz Reina, Portuguais résidant à Bilbao.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search