Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Deuxième partie. La présence étrangère : un révélateur de l'intégration des villes dans un marché atlantique

De l’islam et du calvinisme à La Rochelle dans la seconde moitié du xvie siècle. Itinéraire d’un Rochelais, Amete, aux prises avec l’Inquisition portugaise

Mickaël Augeron

Texte intégral

1On ignorait jusqu’à présent que La Rochelle avait abrité dans la seconde moitié du xvie siècle une petite communauté musulmane. C’est une découverte fortuite réalisée à Lisbonne, lors d’un récent séjour de recherches en archives, qui nous en a révélé l’existence, montrant une fois de plus combien la documentation étrangère peut apporter un éclairage nouveau à l’histoire locale, régionale ou nationale. D’emblée, il convient toutefois de préciser ici les limites de nos sources, qui nous en offrent une connaissance très lacunaire : cette communauté transparaît en effet à travers l’itinéraire quelque peu mouvementé d’un certain Amete, originaire de La Rochelle, dont nous avons retrouvé le dossier inquisitorial (1602). Celui-ci est constitué de plusieurs pièces rédigées en portugais (comptes rendus d’interrogatoires, mais sans que l’intéressé ait été, semble-t-il, soumis à la « question »), et classées dans les fonds de l’Instituto dos Arquivos Nacionais da Torre do Tombo, sous la cote Inquisição Lisboa – processo 12 130.

  • 1 Jules Mathorez, Les étrangers en France sous l’Ancien Régime. Histoire de la formation de la popul (...)
  • 2 Voir par exemple Ahmad Gunny, « Protestant reactions to Islam in late Seventeenth-Century french t (...)

2Ces dossiers, si particuliers, constituent, comme l’on sait, une « source à risques » qu’il convient de manier avec moult précautions, et ce en raison de la nature même des documents – et par-delà des informations – qu’ils renferment : ils nécessitent, plus que bien d’autres sources, la mise en œuvre d’une analyse prudente et d’autant plus critique de la part de l’historien que celui-ci ne doit pas se laisser piéger par les enjeux de la procédure inquisitoriale – et la manière dont elle est conduite –, voire par les motivations des inquisiteurs, des témoins ou de l’accusé lui-même. Quand la documentation disponible nous le permettait, les données ainsi recueillies ont été systématiquement confrontées à d’autres sources, françaises et espagnoles, ou mises en relation avec les acquis de la recherche. Il convient toutefois de noter ici que les chroniqueurs rochelais, pourtant si prolixes sur les événements ayant marqué l’histoire de la ville durant la « période protestante » (1568-1628), n’ont à notre connaissance jamais mentionné la présence de musulmans à La Rochelle. Il en est de même, semble-t-il, pour les autres ports français du xvie siècle. Jules Mathorez, en 1919, avait pourtant indiqué que des Morisques vivaient en France dès avant la grande expulsion de 1610, mais sans que cette observation ait entraîné de recherches complémentaires, en dépit d’une production historiographique relativement abondante sur les Morisques d’Espagne et leur exil forcé. Si cet auteur en était alors « réduit à formuler des hypothèses au sujet de l’infiltration des Morisques en France au xvie siècle, il n’en est plus de même à dater du règne de Henri IV », durant lequel « de nombreux Morisques s’établirent en France », conservant parfois leur culte d’origine1. Mais au-delà du symbole que cette communauté musulmane peut représenter – la plus vieille, à ce jour, formellement attestée en France –, son existence même à La Rochelle permet de porter un regard nouveau sur les rapports entre protestantisme et islam qui, pour l’essentiel, n’ont été abordés que sous l’angle de la « Pensée européenne » (vision des intellectuels – ou des théologiens – protestants et attitudes tant politiques que religieuses préconisées à l’encontre des « Infidèles », à partir notamment des écrits de Luther), et non en termes de pratiques ou de relations au quotidien2. À travers l’itinéraire d’Amete – de La Rochelle à Lisbonne, après un long périple ibérique – c’est en effet tout un univers qu’il nous est possible d’appréhender. Et s’il permet de s’interroger sur la place d’une telle communauté en terre chrétienne, et notamment dans une région qui constitue alors l’un des bastions économiques, politiques, militaires et démographiques du calvinisme français, il nous permet également d’approcher – tout au moins partiellement – la sphère des identités, de l’acculturation, voire de l’intégration.

Amete : une vie rochelaise partagée entre les religions musulmane et calviniste

3La procédure inquisitoriale s’engage officiellement à Lisbonne le 1er août 1602, par la « confession » d’un certain Carlos, de son vrai prénom Amete, soldat célibataire, engagé dans l’armée espagnole, puis condamné à deux ans de galères pour désertion.

Une mère musulmane, un père calviniste

  • 3 Pour reprendre la formule de Bartolomé Bennassar, « Frontières religieuses entre Islam et Chrétien (...)
  • 4 Lors du premier interrogatoire, il affirme avoir été baptisé puis finit très rapidement par se rét (...)
  • 5 « A dita sua mai vive com o dito seu pai de portas adentro e são ambos solteiros e inda asegora es (...)
  • 6 « À La Rochelle on a l’habitude, au moment du baptême, de donner les prénoms d’André, de Pierre, d (...)
  • 7 Pascal Rambeaud, De La Rochelle vers l’Aunis. L’histoire des réformés et de leurs Églises dans une (...)

4En commençant, « comme à l’habitude, le discours de sa vie3 », celui-ci déclare alors avoir 40 ans : il serait donc né à La Rochelle vers 1562. Mais il est inutile d’en chercher l’acte de baptême dans les registres qui nous sont parvenus pour la seconde moitié du xvie siècle, car, de son propre aveu, l’intéressé n’a jamais été baptisé et n’a par conséquent jamais eu de « padrinhos » (« parrains4 »). La raison en est simple : sa mère musulmane et son père protestant, tous deux « moradores » (« habitants ») de la ville, ne se sont jamais mis d’accord sur la religion qu’ils entendaient lui donner. Célibataires, ils ne se sont jamais mariés mais vivent pourtant ensemble, en concubinage, dans la même maison5, montrant combien la morale publique peut accepter – au moins de fait – quelques entorses aux principes qu’elle s’est pourtant fixée ! Il n’en a cependant pas toujours été ainsi, car Amete précise qu’il est né dans la maison de sa mère (« em casa dadita sua mai moura »), donc « empoder della » (« en son pouvoir »), pour reprendre sa propre analyse, et sans pouvoir par la suite s’affranchir de sa tutelle autoritaire et intransigeante : ce qui explique d’ailleurs en partie pourquoi son père n’a pas pu le faire baptiser après sa naissance. Au grand dam de ce dernier, il a même aussitôt reçu le prénom d’Amete, « nome de mouro » (« nom de maure »). On l’a toujours appelé ainsi, précise-t-il, et non avec un quelconque « nome de bautizado » (« nom de baptême ») qui aurait pu contribuer à dissimuler quelque peu son identité. L’intéressé en est conscient quand il explique que « em Arrochela custumão no bautismo ponem nomes de Andre, Pedro, Joane e outros semelhante de sanctos6 » ; prénoms effectivement – et tout particulièrement – bien représentés à La Rochelle tant chez les protestants7 que chez les catholiques. Mais cela ne semble pas lui avoir porté préjudice au quotidien : il n’évoque, quant à ses origines, ni brimades ni insultes proférées à son encontre, ni même une quelconque ségrégation spatiale (ou sociale) d’inspiration ethnique ou religieuse.

  • 8 « Sixième synode national des Églises réformées de France, tenu à Vertueil, en Angoumois, durant l (...)

5Nous ne savons pas si ses parents ont un jour envisagé de s’unir devant Dieu, que ce soit par amour, par conviction religieuse, pour répondre à la pression collective, ou avec la seule volonté de « légitimer » la naissance – parce que non encore enregistrée par les instances religieuses – « illégitime » d’Amete. Il est cependant significatif que les seuls moments où il est fait référence aux « Infidèles » dans le recueil de Tous les synodes nationaux des Églises Réformées de France, publié par Aymon en 1710, c’est justement pour régler la question du baptême des enfants « sarrasins » et surtout du mariage entre calvinistes et musulmans, après que la question ait été posée aux pasteurs, mais sans que l’on sache par quelle(s) communauté(s). Et ce, dès 1567, soit quelques années seulement après la naissance d’Amete, ce qui n’est peut-être pas une simple coïncidence ! La décision du Sixième synode est ainsi sans ambiguïté : « Quand il y aura une partie infidele, […] le mariage ne sera point reçu dans l’Église, si ce n’est que l’infidele fasse protestation de renoncer à toute idolatrie, pour vivre Chrétiennement dans l’Église de Dieu8. » Or, Fatima, sa mère, convaincue du bien-fondé et de la légitimité de sa propre religion, a toujours refusé de se convertir au calvinisme : une position intransigeante qui rendait alors impossible leur union. La tradition islamique interdisait elle-même à une femme musulmane d’épouser un chrétien. Et il était bien sûr hors de question pour son concubin, profondément attaché à la doctrine de Calvin, de se convertir à l’Islam.

  • 9 Nom alors communément donné aux musulmans.
  • 10 « Treizième synode national des Églises reformées de France, tenu à Montauban, depuis le 15 jusqu’ (...)
  • 11 Jules Mathorez, op. cit., p. 161 et 177.
  • 12 [Isaac] d’Huisseau, La discipline des Églises réformées de France, Saumur, 1666, fol. 163 (merci a (...)

6Quant à la question du baptême, elle sera officiellement posée en 1594 quand les pasteurs proclameront que : « Les enfans aussi de ceux qu’on apelle Bohemes, Sarrasins9, ou Egiptiens, pourront être reçus au Batême, […] pourvu qu’il n’y ait aucune presomption qu’ils eussent déjà été batisés, et après de sérieuses remontrances aux parreins, de faire en sorte qu’ils puissent se bien acquiter de l’obligation et des promesses qu’ils sont à l’Église10. » Mais cette décision ne fera qu’entériner, semble-t-il, si ce n’est une pratique déjà établie, tout au moins la conviction des intéressés, car le père d’Amete, dans les années 1560, pensait déjà avoir toute légitimité, nous l’avons vu, pour faire baptiser son fils. Quoi qu’il en soit, ces deux décisions (quels qu’aient été les cas, faits ou évènements qui les ont motivées) ne sont pas sans confirmer que huguenots et musulmans ont pu tisser – du moins ponctuellement – des liens autres que commerciaux. Et que ce soit dans un port, où l’on est habitué à côtoyer des étrangers aux coutumes, à la langue, à la physionomie, voire aux vêtements différents, n’est pas étonnant. Comme dans bien d’autres centres urbains. À Paris, pour les premières années du xviie siècle, on a pu ainsi observer que « des Morisques se convertissaient au protestantisme », tandis qu’à Ablon, ce sont des « Mores, des Indiens et des Turcs » qui intégraient le culte réformé11. Il en est de même, semble-t-il, en Saintonge, où l’on constate également la présence de musulmans convertis au catholicisme. En 1617, au Synode de Vitré, ce sont ainsi les « Deputez de Xaintonge » qui demandent « si les Mores, & autres infideles ravis en leurs pays, & amenez en la Chrestienté & baptisez par des Prestres [catholiques], sans prealable instruction és poincts de la Religion Chrestienne, doivent estre baptisez après avoir deuëment esté enseignez ». À quoi, il leur fut aussitôt répondu « qu’il y a [certes] beaucoup de defaut en la premiere action », mais que de « telles personnes ne doivent [néanmoins pas] estre rebaptisées », tout en précisant « qu’il doit estre suppleé à ce defaut par bonnes instructions12 ». L’ensemble de ces observations indique clairement que la venue de musulmans en terre française peut renvoyer à des circonstances, à des conditions ou à des personnes très diverses, y compris en termes d’origines géographiques : morisques fuyant l’Espagne, esclaves et autres domestiques attachés au service d’un maître chrétien, marins ou voyageurs musulmans capturés par un navire français, habitants de quelque ville ou bourgade nord-africaine faits prisonniers lors d’une attaque côtière, etc. Autant de situations et d’identités propres à chacun de ces groupes (ou de ces individus, au-delà d’un fondement culturel commun reposant sur la religion musulmane) qui n’ont pu qu’influer sur les processus d’intégration éventuelle à la société chrétienne ; que les conversions résultent d’un choix individuel ou qu’elles aient été imposées. Le cas d’Amete peut à ce titre apporter quelques éléments de réflexion.

Une double culture religieuse

  • 13 « La secte des luthériens et de faire les choses des luthériens comme il lui enseignait. »
  • 14 « Qu’il soit maure, qu’il se circoncisse, qu’il croie en Mahomet et qu’il fasse d’autres choses d (...)
  • 15 « Il n’a jamais consenti qu’on le lui coupe [le prépuce] et n’a jamais eu d’affection pour la loi (...)

7S’il n’a jamais reçu de prénom chrétien, il n’en demeure pas moins qu’Amete a été élevé dans une double culture religieuse. Son environnement familial en témoigne. Son père, Francisco Mandied (ou Mandieta : François Mandiet ?), né à La Rochelle, est un gros négociant (« mercador ») de la ville, « tratante de navios pello mar », dont les affaires s’orientent vraisemblablement en direction de la péninsule Ibérique, et peut-être même des côtes du Levant et de la Barbarie. S’il est qualifié de « luterano » (« luthérien ») par les représentants de l’Inquisition, terme générique qui sert à qualifier tous les protestants, quelle que soit leur confession, c’est en fait un calviniste convaincu. On peut même imaginer des échanges très animés avec Fatima. Amete s’en fait d’ailleurs l’écho quand il explique avoir fait l’objet de pressions régulières – voire constantes – dans son enfance : son père lui disait de prendre « a çeita dos luteranos e fizesse as cousas dos luteranos como elle lhe ensinava13 », tandis que sa mère « contradizialho » (« le contredisait ») et demandait « que fosse mouro e se circunçidasse e cresse em Mafoma e fizesse outras cousas de mouro14 ». Amete n’a officiellement jamais voulu choisir entre les deux religions, afin de ne pas décevoir l’un ou l’autre de ses parents, et ce même si son cœur et certains de ses actes – précise-til, mais sans que l’on sache lesquels – l’ont très vite fait pencher en faveur du protestantisme : « Não consentio que o retalhassen né se afeiçaou nunca a lei dos mouros que sua mai lhe ensenava mas antes ficou e viveo sempre como tem dito na dita seita dos luteranos que seu pai lhe ensinou15. » Mais n’est-ce pas logique dans une ville où la population est déjà au milieu des années 1560 à une très large majorité de confession calviniste (vraisemblablement de 90 % à près de 100 %, selon les périodes, à partir de la troisième guerre de religion), et où les minorités n’ont que peu d’espaces pour s’exprimer ? Une proximité du quotidien – à commencer par celle de ses camarades de jeux ou l’entourage de son père – qui contrebalançait très largement, hors du domicile familial, l’influence de sa mère. La peur de la circoncision, qui n’a fait que croître au fil des années, a également pu avoir une incidence sur son choix personnel. Nous y reviendrons.

  • 16 « Qu’il ne croie pas aux images parce qu’elles n’étaient que tromperies, qu’il ne reconnaisse pas (...)

8Ce qui est certain, c’est qu’il a été élevé dans la connaissance des deux cultes. Son père lui a ainsi enseigné les principaux points de la doctrine calviniste : « Que nao cresse em imag[en]es porq[ue] erão imbustes né reconheçesse ao Papa por cabeça da Igresia né cresse em cousas dos Sanctos porq[ue] erão hom[br]es como os outros e q[ue] oudtrosi não cresse q[ue] a mai de Deus ficara virgen depois do parto16. » On retrouve là, aux côtés de la dénonciation du fameux trafic des indulgences et de la confession, quatre des accusations les plus fréquentes envers les catholiques. Même s’il affirme ne pas avoir eu d’affection, d’inclination ou de goût particulier pour l’islam, il est toutefois significatif qu’Amete ne dénonce à aucun moment la religion de sa mère, ni n’emploie de termes négatifs ou péjoratifs à son encontre, pour la caractériser, la juger ou tout simplement la nommer. Que ce soit par respect pour elle (et à travers elle pour sa mère), ou tout simplement parce qu’il en a intégré, de manière consciente ou non, certaines des valeurs.

  • 17 Témoignage de Juan Caules, originaire de l’île de Minorque, analysé par Bartolomé Bennassar, « Fro (...)

9Ses hésitations initiales, durant son enfance (tenaillé qu’il était entre son père et sa mère), son refus de condamner la « Loi de Mahomet », les rapprochements qu’il n’est pas sans effectuer entre les deux religions (à l’instar de l’interdiction du « culte des images » ou du Dieu unique) pourraient rappeler ces « renégats » des xvie et xviie siècles, qui convertis de cœur ou de force à l’islam, finissaient par ne plus distinguer la « frontière entre Islam et Chrétienté », voire « à douter de la meilleure loi, celle des chrétiens ou celle des mores », tout en demeurant « perplexe et ne sa[chant] pour qui prendre parti17 » ; le syncrétisme religieux s’imposant de fait, si ce n’est dans les pratiques, tout au moins dans l’esprit de beaucoup d’entre eux. Mais s’il est indéniable qu’Amete a intégré les principaux points de doctrine de chacune des deux religions, il est certain également qu’il en connaît, lui, la « frontière » : il est parfaitement conscient des fondements et de la spécificité de chacun des deux cultes, tout simplement parce qu’il a pu en observer les manifestations au quotidien et que ses parents, avec l’objectif de le convaincre, n’ont cessé de les opposer l’un à l’autre.

Ni baptisé, ni circoncis

  • 18 Il est intéressant de constater qu’au cours de leurs interrogatoires les Inquisiteurs ne semblent (...)
  • 19 « Le Synode n’est pas d’avis que les enfans au-dessous de l’âge de 12 ans soient admis à la Cene, (...)

10Malheureusement, il ne nous donne que peu d’indications sur ce quotidien18. Il croit certes en l’existence de Dieu, mais nous ne savons pas quels types de prières il faisait ou prononçait, ni même s’il devait se plier aux exigences de chacun des deux cultes. On ne sait rien non plus sur le respect éventuel des interdits liés à la religion musulmane. Respectait-il le Ramadan, à l’exemple vraisemblable de sa mère, présentée comme particulièrement attachée à la « loi de Mahomet » ? Mangeait-il du porc, viande jugée impure à la consommation par les musulmans, mais représentant au contraire un met de choix pour les populations chrétiennes (sous forme de lard notamment, alors abondamment consommé à La Rochelle comme presque partout ailleurs) ? Ce que l’on sait en revanche, c’est que la Cène lui était toutefois interdite durant son enfance. En cela, il ne se démarquait pas de ses camarades calvinistes qui ne devaient théoriquement pas, sur une recommandation du Cinquième synode national (1565), y participer avant l’âge de 12 ans19. Le Consistoire était là pour veiller à l’intégrité du culte et au respect des décisions synodales.

  • 20 « Parce qu’ils lui ont laissé [le temps] pour choisir d’être baptisé comme un luthérien ou d’être (...)

11Un jour, à son domicile, et alors qu’il avait un peu plus de 14 ans (donc vers 1576), ses parents lui expliquèrent conjointement qu’ils n’avaient jamais voulu lui imposer le baptême ni la circoncision (marquant chacun l’entrée dans l’une ou l’autre des deux religions, rappelons-le), « porque o deixavão pera elle escolher qualquisesse ser se bautizado como luterano, se circuncidado como mouro20 ». Une position de principe, que l’on pourrait certes qualifier d’ » avant-gardiste », mais qui s’explique aisément et avant tout par le compromis… au sein du couple ! Surtout, cet âge de 14 ans ne saurait constituer un choix anodin : il doit être rapproché de cet « âge de discretion » défini en 1563 par le Quatrième synode des Églises réformées de France, qui ouvre la voie au baptême pour ceux qui n’en ont pas encore reçu le sacrement :

  • 21 « Quatrième synode national des Églises réformées de France », tenu à Lion, le 10 août 1563, art. (...)

« Une personne qui a atteint l’âge de discretion, et n’a pas encore été batisée, si elle demande d’être reçue dans l’église de Dieu par ce premier Sacrement, elle ne sera pas bâtisée jusqu’à ce qu’elle ait fait une confession publique de sa Foi, et qu’elle ait donné des marques qu’elle a une connoissance competente des Articles de notre Religion Chrêtienne21. » Le père d’Amete le savait et, par ses enseignements, s’était toujours évertué à le préparer « spirituellement » pour ce grand jour.

  • 22 Albert Hourani, Histoire des peuples arabes, Paris, Seuil, 1993, p. 205-206.

12Il en est de même pour sa mère. Amete avait alors très largement dépassé l’âge de 10 ans : faut-il rappeler à ce titre que pendant le mois du Ramadan, tous les musulmans âgés de plus de dix ans « étaient tenus de s’abstenir de manger, de boire et d’avoir des rapports sexuels de l’aube à la tombée de la nuit », ce qui constituait « un acte solennel de repentir pour les péchés, et un déni de soi au nom de Dieu ». Surtout « en se rapprochant de Dieu de cette façon, les musulmans se rapprochaient les uns des autres22 », ce qui n’était bien évidemment pas sans renforcer le sentiment d’appartenance à une communauté unique et soudée, dont les membres ont tous pour devoir de veiller réciproquement sur leur conscience respective. Apparemment (Amete n’en mentionne aucun), et hormis son père, aucun autre homme (du moins de sa parenté) ne vivait chez Fatima, car c’est elle seule qui l’a instruit dans la « Loi de Mahomet ». Par ailleurs, la circoncision théoriquement pratiquée entre 1 et 14 ans constitue l’une des « cinq conditions de la perfection du musulman » (avec la taille des ongles, de la barbe/mous tache, ainsi que l’épilation des aisselles et du pubis). De là, il est légitime de penser que la non-circoncision de son fils mettait Fatima dans l’embarras (non accomplissement de son propre devoir religieux), et peut-être même dans une position inconfortable au sein de sa communauté d’origine. Et ce d’autant plus qu’elle n’était pas mariée et qu’elle dirigeait elle-même – de fait – son foyer (et son commerce), troublant ainsi l’ordre social voulu par Dieu et codifié par la shari’a : un ordre social fondé sur la supériorité des hommes en droits et en pouvoir, toute femme devant avoir un « gardien mâle », issu de sa parentèle… et à condition bien sûr qu’il appartienne à la Communauté des Croyants (Umma).

  • 23 « Sa mère voulut le circoncire, ce qu’ils [les maures] appellent la “coupe”, en lui sectionnant [l (...)
  • 24 « À certains maures qui avaient l’habitude de la couper. »
  • 25 « Prières pour qu’ils lui coupent. »
  • 26 « Qu’il n’a jamais été instruit dans la foi catholique du Christ. »

13Dans des sociétés au sein desquelles l’individu n’existe avant tout que par son appartenance religieuse, il était pour tous inconcevable de ne pas adhérer à un culte. Or, à 15 ans, Amete n’avait toujours pas choisi, du moins officiellement : c’est à ce moment-là que sa vie allait basculer. Se préoccupant pour son avenir post-mortem, sa mère voulut un jour le convertir de force à l’islam et marquer dans la chair de son fils son entrée dans la Communauté des Croyants : « O quiz sua mai circuncidar que chamão la retalhar cortando con huma tezoura e ponde fogo no membro viril23. » Sans l’en informer au préalable, elle fit appel pour cela à « certos mouros que custumão la retalhar24 » et qui se déplacèrent alors jusqu’à son domicile avec le matériel nécessaire. Le rituel de circoncision s’engagea par les « presses pera o retalharen25 ». Mais à la vue des ciseaux (il y en avait plusieurs de tailles différentes, semble-t-il) et du feu destiné à cautériser la plaie, l’intéressé prit brusquement la fuite… en direction de l’Espagne catholique, alors que « nunca teve instrução da fe catholica de Christo26 », pour reprendre ses propres paroles. Nous y reviendrons.

Une petite communauté musulmane apparemment bien acceptée par les Rochelais

  • 27 « Fatima est maure et vit publiquement à La Rochelle dans la loi des maures. »

14Fatima, sa mère, est connue à La Rochelle, où elle tient boutique et vend des épices (orientaux ?), en qualité de « vendedeira de espeçiarias ». Tous savent qu’elle est « maure » – qualificatif devenu, pour la période qui nous intéresse, synonyme de musulman – et connaissent a priori ses convictions religieuses : « Fatima he moura e publicamente vive na Arochella na lei dos mouros27 », c’est-à-dire dans la « lei de Mafamed », dans la « loi de Mahomet », ce qui serait inacceptable en terres ibériques. L’emploi, ici, de verbes au présent, en opposition avec des verbes systématiquement conjugués au passé pour les évènements des années 1562-1577, semble attester qu’elle est toujours vivante – et musulmane ! – en 1602.

À l’écart de toute provocation religieuse : les « maures » à La Rochelle

  • 28 La dénomination « maure(s) » désigne parfois les seuls musulmans d’Afrique du Nord, en opposition (...)

15Nous ne savons malheureusement pas d’où elle est originaire. Est-elle née à La Rochelle ? Il semble que non (le lieu de naissance est donné pour son père ainsi que pour les autres marchands nés à La Rochelle). A-t-elle fui la péninsule Ibérique comme bien d’autres musulmans d’Espagne qui ont refusé les conversions forcées au catholicisme, comme bien des morisques qui ont décidé de conserver – ou de renouer avec – leur religion ancestrale, à l’abri de toutes persécutions espagnoles ? A-t-elle dès lors abandonné son prénom chrétien pour prendre un prénom « maure » révélant par la même occasion son identité d’origine ? Est-ce Francisco de Mandieta qui l’a amenée avec lui au retour d’un lointain voyage commercial ? Est-ce une ancienne esclave ou servante, attachée à son service, originaire de « Barbarie », la qualité de « maure » désignant parfois – et de manière plus spécifique dans certaines sources de cette période – les seuls musulmans d’Afrique du Nord28 ? Les données actuelles ne nous permettent pas de privilégier l’une ou l’autre de ces directions, même si la piste la plus vraisemblable, pour cette période, demeure la piste morisque. Pas plus qu’elles ne nous permettent d’estimer le nombre de musulmans présents à La Rochelle. En revanche, il est vraisemblable que plusieurs familles y résident en toute quiétude et sans que l’on ait cherché à les convertir de force au calvinisme : il n’est que de mentionner celles qui sont peut-être attachées à ces « certains maures » qui ont l’habitude de pratiquer la circoncision et qui témoignent ainsi de l’existence – au moins occasionnelle – de pratiques communautaires. Amete reconnaît ces hommes physiquement et sait distinguer les prières liées au rituel de la circoncision, sans que l’on sache s’il avait déjà assisté à une telle cérémonie ou s’il s’était antérieurement informé de la manière dont elle s’organisait.

  • 29 Albert Hourani, op. cit., p. 204.
  • 30 Id.

16De là, nous ne pouvons formuler que des hypothèses. Il s’agit avant tout d’un culte privé, qui ne devait guère s’exprimer en dehors de leur domicile respectif, ce qui ne devait pas poser problème, car les « prières pouvaient être faites n’importe où, sauf dans certains endroits considérés comme impurs29 ». Suivre les recommandations de l’islam (la shahada/le témoignage, la salat/la prière quotidienne, la zakat/l’aumône, le sawm/jeûne annuel pendant le mois du Ramadan) pouvait se faire en toute discrétion (et pas forcément dans le plus grand secret), et ce d’autant plus que toute pratique ostentatoire devait être bannie du culte. Pas de muezzin, bien sûr, appelant aux prières quotidiennes, pas de mosquée non plus à La Rochelle, mais peut-être la présence d’une pièce suffisamment grande pour accueillir les fidèles lors de la seule prière collective obligatoire dans l’islam : celle du vendredi midi, qui devait être accomplie en public, sous la direction du khatib (prédicateur), et qui était l’occasion de traiter des affaires intéressant la communauté dans son ensemble30. En somme, le culte devait être pratiqué loin des regards, loin également de toute provocation religieuse et de tout prosélytisme qui auraient pu attirer les foudres du Consistoire et le mécontentement de la population, et par-delà un profond et non moins violent sentiment de rejet ! Ajouté au fait que cette communauté ne comporte vraisemblablement qu’un nombre très réduit d’individus (elle ne représente alors nullement un danger numérique), cela pourrait bien expliquer pourquoi elle n’a jamais retenu l’attention des chroniqueurs rochelais, dont l’objectif a toujours été de relever les événements jugés exceptionnels, et donc dignes d’importance. Elle semble au contraire avoir été relativement bien acceptée, car rien ne nous laisse à ce jour supposer le contraire. Si elle avait fait l’objet d’une vive animosité, avec ou sans violences physiques, il est fort probable qu’il en ait été fait mention : Amete, pour ne citer que lui, ne rapporte dans son témoignage aucun acte d’hostilité à l’encontre ni de sa mère, ni de lui-même, ni de tout autre musulman.

  • 31 Pascal Rambeaud, De La Rochelle vers l’Aunis. L’histoire des réformés et de leurs Églises dans une (...)
  • 32 Pascal Rambeaud, « Juifs et protestants portugais à La Rochelle : les marranes face à la Réforme ( (...)
  • 33 Jules Mathorez, op. cit., p. 169.

17Le parallèle peut être fait avec la situation des marranes installés dans la ville, ces juifs ibériques convertis de force au christianisme et dont certains tout au moins continuaient de pratiquer plus ou moins secrètement leur religion. Si l’on excepte un certain nombre d’actes notariés, ils n’ont laissé que peu de traces à La Rochelle, où ils ne semblent pas avoir connu de persécutions durant cette période, animant au contraire de fructueuses affaires en lien étroit avec des armateurs protestants. Pour les années 1555-1570, Pascal Rambeaud, auteur d’une thèse sur les réformés aunisiens au xvie siècle, écrit avoir identifié 12 « marchands portugais31 », qu’il présente tous comme faisant partie de la « communauté de conversos » rochelaise (dont il est impossible d’estimer le nombre de membres au total). Mais l’auteur précise lui-même, dans une autre publication, que ses sources, « les contrats commerciaux comme les chartes-parties ou les connaissements ne mentionnent pas l’appartenance religieuse des contractants » et qu’il se fonde uniquement, pour rattacher « les Portugais de La Rochelle à la diaspora marrane », « en accord avec les travaux de Gérard Nahon », sur la fameuse déclaration d’Henri II, en 1550, qui autorise les « Portugais, dits nouveaux chrétiens » à s’installer dans le Royaume de France32. Sans remettre bien entendu en cause la grande qualité de ces publications, il y a là, nous semble-t-il, une conclusion un peu trop hâtive, formulée par bien d’autres historiens français, dans un réflexe devenu par trop systématique, qui tend à faire de tout Portugais installé en France un marrane en puissance, mais qui cache peut-être une réalité bien plus complexe en terme d’origines géographiques ou confessionnelles : le risque d’occulter la venue de Portugais d’origine catholique (voire protestante !) et pourquoi pas, en ce qui nous concerne, de morisques. Sans que nous puissions apporter d’informations complémentaires à ce sujet, il convient de signaler que Jules Mathorez s’était déjà interrogé sur la possibilité que des morisques se soient glissés parmi ces conversos dans leur exil vers la France, car « portant généralement les noms en usage dans la péninsule ibérique, il est difficile de distinguer les Morisques des Juifs portugais33 ». Être de fait – et non de droit – associés (ou assimilés ?) à cette communauté marrane, se fondre en elle de manière consciente ou non, pouvaient de surcroît représenter pour ces morisques un avantage non négligeable (notamment dans les années 1550-1570) : leur donner une existence légale sur le territoire français en vertu de la Déclaration précédemment mentionnée, et leur permettre d’y résider en permanence loin de toute persécution.

18Quoi qu’il en soit, s’il est indéniable que la présence de ces marranes et peut-être même de ces « maures » à La Rochelle a facilité bien des affaires commerciales avec le monde ibérique, en direction notamment de Lisbonne ou des villes andalouses, il apparaît également que les seconds ont pu bénéficier de la protection intéressée du pouvoir huguenot après 1568 (et des autorités municipales avant cette date), année qui voit la ville intégrer le camp de la « Cause protestante ». Et ce, même si elle ne semble pas s’être concrétisée par un quelconque acte officiel émanant des autorités protestantes ; ce qui peut aisément se comprendre : permettre à des étrangers de s’installer en France relève d’une prérogative royale ; pour des raisons à la fois politiques et religieuses, les chefs huguenots ne peuvent par ailleurs pas apparaître, officiellement du moins, comme trop proches de l’islam, des « Maures » ou des morisques.

Les Rochelais face à l’islam : des enjeux religieux, économiques et politiques, sources de tolérance ?

  • 34 Étienne Trocmé et Marcel Delafosse, Le commerce rochelais de la fin du xvesiècle au début du xviie(...)
  • 35 Marcel Delafosse (dir.), Histoire de La Rochelle, Toulouse, Privat, 1991, p. 173.
  • 36 David Delison Hebb, Piracy and the english government (1616-1642), Aldershot, Scolar Press, 1994, (...)

19Il est vrai que les protestants – à commencer par les Rochelais eux-mêmes – entretiennent alors des relations ambiguës avec l’islam. Marins et négociants craignent certes les « corsaires barbaresques », qui sillonnent l’Atlantique et la Méditerranée, mais entretiennent des relations commerciales, qui sans être forcément régulières n’en sont pas moins bien réelles avec les « maures » d’Afrique du Nord. Ces échanges commerciaux sont encore fort mal connus des historiens, en dépit du beau travail d’Étienne Trocmé et de Marcel Delafosse sur Le commerce rochelais de la fin du xvesiècle au début du xviiesiècle (1952), élaboré à partir d’une étude systématique des actes notariés qui nous sont parvenus. Si « peu de traces en subsistent » dans les archives de la ville, les auteurs sont convaincus qu’ils étaient plus importants que ne le laisse supposer la documentation disponible. Et de se demander notamment si les expéditions de pêche au cap Blanc, « où les navires se rendaient en longeant d’assez près la côte marocaine » ne constituaient pas autant d’occasions de nouer « quelques rapports commerciaux » avec les populations locales34. Les contacts – voire de véritables réseaux – personnels existent bel et bien, et ont vraisemblablement facilité le rachat de certains captifs dans le premier tiers du xviie siècle, peut-être même déjà auparavant. Pendant une trentaine d’années, de 1630 à 1660, La Rochelle est même « en rapports réguliers avec le Maroc, envoyant à Salé deux ou trois navires par an pour y commercer [cuirs notamment] mais aussi pour y racheter des captifs35 ». Et ce à un moment durant lequel – en dépit du Grand Siège de 1627-1628 et des conséquences dramatiques qu’il a entraînées pour la communauté protestante dans son ensemble – le grand commerce maritime est toujours entre les mains des négociants calvinistes. Dans les années 1635-1636, des navires barbaresques ont même utilisé le port de La Rochelle comme base pour leurs opérations de course dans la Manche et l’Atlantique36, profitant des facilités qu’on pouvait y trouver en matière d’avitaillement (ou d’écoulement du butin !), sans qu’il y ait eu apparemment un quelconque rejet de la part de la population.

  • 37 Jules Mathorez, op. cit., p. 177-178.
  • 38 Franco Cardini, Europe et Islam. Histoire d’un malentendu, Paris, Édition du Seuil, 2002, p. 221.
  • 39 Ibid., p. 215.
  • 40 Élisabeth Labrousse et Robert Sauzet, « La lente mise en place de la réforme tridentine (1598-1661 (...)
  • 41 Franco Cardini, op. cit., p. 216.

20La vocation maritime de la ville – une ville des affaires, par ses marins et ses marchands, une ville également du voyage et de la rencontre de l’Autre –, son ouverture ancienne sur l’Atlantique et la présence sur son sol d’individus originaires de régions fort lointaines habituaient les habitants à côtoyer, et par-delà à accepter, les « estrangiers ». Il en est de même dans les autres grandes villes portuaires. À Marseille, au début du xviie siècle, du fait des relations relativement étroites entre la ville et les États barbaresques, les « Mahométans », qui y résidaient, y possédaient même « un cimetière spécial où l’on inhumait commerçants et galériens musulmans pour ne les confondre point avec les chrétiens » : ils vivaient généralement « en paix » avec les habitants de la ville37. Certes ces musulmans niaient la nature divine du Christ, qui ne représentait pour eux qu’un simple prophète dans la chaîne de la Révélation, certes leur religion était généralement méprisée et condamnée par les chrétiens de toutes confessions, mais il n’en demeurait pas moins que certains protestants louaient « l’usage musulman de l’aumône et l’absence d’ostentation avec laquelle on la pratiquait », en dissociant « la coupable croyance coranique » de sa pratique morale, « si digne de louanges38 ». Bien des lettrés luthériens ou calvinistes finissaient par les présenter comme étant plus fréquentables que les catholiques : « Face à l’accusation traditionnelle des canonistes et des inquisiteurs, qui considéraient les hérétiques et schismatiques comme “pires que les infidèles”, on rétorquait, du côté protestant, que le pape et son entourage étaient encore plus infâmes et plus dangereux que le Turc39 », ce terme générique qui en vient à désigner tous les musulmans (les Turcs et leurs sujets barbaresques). Contrairement à l’Église catholique, dont « l’esprit » reste au xvie siècle « profondément marqué par le mythe de la Croisade », dont « les chefs de file […] associaient la traditionnelle aspiration à la guerre sainte contre l’Islam à la volonté d’extirpation de l’hérésie40 », et pour qui toute compromission avec les musulmans était inconcevable, bien des lettrés luthériens ou calvinistes voyaient en eux si ce n’est des alliés de circonstance, tout au moins des alliés potentiels. Luther lui-même, au nom du principe de la vengeance divine, « avait plus d’une fois désigné les Turcs comme l’instrument du châtiment céleste contre les papistes41 ». L’image même des Infidèles évolue durant la Renaissance pour demeurer emblématique. Terrifiants quand ils combattent, ils sont au quotidien vus comme généralement honnêtes et généreux, sincères et charitables, hospitaliers et accueillants. Et il est vrai qu’à La Rochelle, ils n’ont apparemment jamais été mêlés à de quelconques affaires de troubles à l’ordre public, du moins en l’état actuel des recherches menées à ce jour dans les archives de la ville. Ni même été inquiétés en quelque manière que ce soit. Amete lui-même n’évoque aucun acte d’hostilité à leur encontre.

  • 42 Ibid., p. 217.

21Bien des partisans de la Réforme étaient par ailleurs convaincus que « la rénovation morale de l’Église était objectivement plus urgente que la guerre contre l’islam, laquelle se gagnerait toute seule, sans recours aux armes, le jour où les chrétiens, devenus meilleurs, sauraient donner aux infidèles le spectacle édifiant de leurs vertus42 ». Les calvinistes devaient d’autant plus être sensibilisés par cette argumentation que les « Turcs » ne représentaient nullement un péril militaire pour eux, même si être capturé par les corsaires barbaresques constituait une réalité somme toute assez fréquente pour marins et négociants. Convertir par l’exemple et le prêche, ce devait être le maître mot de bien des calvinistes rochelais, et non la conversion forcée, du moins dans les années 1560, comme en témoignent nombre de marins ou commerçants arrêtés par les Inquisitions portugaise et espagnole, et qui affirment sans détour avoir été séduits par les propos tenus par les prédicateurs protestants lors d’assemblées publiques. Quoi qu’il en soit, le père d’Amete en est lui-même intimement convaincu, car il n’a jamais forcé Fatima à embrasser la foi calviniste…

  • 43 « Avaient une foi différente de celle des luthériens. »
  • 44 « Contra os quais Xpaons comar caõs da Arochela m[ui]tas vezes elle confidente e outros luteranos (...)
  • 45 Voir par exemple Jacques Péret, « Vitalité et turbulences (1515-1660) », chap. VII de Jean Combes (...)

22Une même condamnation unissait les deux communautés – calviniste et musulmane – dans une hostilité commune envers les « papistes », jugés intolérants et persécuteurs : celle du « culte des images », tout à la fois vaine superstition et insulte envers l’intégrité divine. Amete explique qu’il savait qu’il y avait des « Chrétiens » qu’on appelait « papistes » (« papistas ») et qui, dit-il, « tinhão difrente fee da que tinhão os luteranos43 ». À de nombreuses reprises, comme il finit lui-même par l’avouer, il a d’ailleurs physiquement participé, aux côtés de « outros luteranos » (« autres luthériens »), à des expéditions menées contre les catholiques dans la région de La Rochelle, avec l’objectif de tuer, de piller44… et de détruire les idoles et autres images, comme l’a maintes fois relevé l’historiographie régionale ; celle-ci s’évertuant à souligner, pour les années 1570-1590 surtout, l’étendue et la fréquence de ces massacres, souvent associés à des actes ouvertement iconoclastes45 ! Il s’agissait peut-être là d’un de ces rares moments durant lesquels il pouvait concilier à la fois les enseignements de son père et ceux de sa mère.

  • 46 « De la route que la flotte des Indes doit prendre pour venir en Espagne. » Archivo General de Ind (...)
  • 47 « Si on leur envoyait de l’aide d’ici [depuis La Rochelle] » : Archivo General de Simancas (AGS, S (...)
  • 48 « Que les Anglais et les hérétiques français entretiennent des contacts avec les Turcs et les maur (...)
  • 49 Abdeljelil Temimi, « Le passage des morisques à Marseille, Livourne et Istanbul d’après de nouveau (...)
  • 50 Id.
  • 51 Artisans compétents et surtout riches commerçants sont particulièrement bien appréciés, ces dernie (...)

23Quoi qu’il en soit, cette haine commune envers l’Espagne catholique, qui n’a fait que se renforcer face à l’intransigeante politique menée par Philippe II, allait déboucher à partir du milieu des années 1560, sur une véritable alliance d’intérêts entre Morisques – du moins certains de leurs représentants – et pouvoir huguenot, tant pour des raisons religieuses (« minorités » musulmane et protestante inlassablement pourchassées et persécutées en Espagne, etc.) que politiques et militaires (échanges d’informations, etc.). Les sources tant françaises qu’espagnoles sont à ce titre sans équivoque : les chefs huguenots entretiennent d’étroites relations avec les morisques de Catalogne, d’Aragon et d’Andalousie, sur lesquelles un historien devra un jour se pencher de manière attentive, en surmontant toutefois un obstacle majeur : réunir une documentation qui s’est révélée jusqu’ici extrêmement dispersée. La Rochelle, « capitale atlantique huguenote », est d’ailleurs directement concernée par ces contacts. Fin juin 1571 par exemple, arrivent ainsi deux individus dans la ville, dont l’un, originaire de Jerez, parlera à deux reprises avec Coligny, en privé et dans son propre cabinet, pendant deux ou trois heures à chaque fois. Il venait notamment l’informer « de la derrota que la flota de Indias ha de tomar para venir en España46 » et à quel endroit la flotte de Louis de Nassau pourrait l’attendre afin de la piller. Il s’agissait, si l’on en croit l’ambassadeur Alava (particulièrement bien informé), d’un morisque qui avait participé à la Guerre de Grenade (1569-1570), et qui avait également indiqué à Coligny que deux villas « en la marina », non loin de Séville, étaient prêtes à se soulever militairement contre l’Espagne, « si destas partes les llegasse alguna ayuda47 ». D’autres sources nous renseignent également sur l’existence de liens avec les « Maures ». On signalait ainsi, en 1587, « que ingleses y los hereges de Francia tienen inteligencia con Turcos y moros48 ». Il est vrai qu’Henri de Navarre a précocement vu en eux des alliés potentiels dans leur lutte commune contre les Espagnols. Jeune prince protestant, il avait déjà tissé des relations avec les morisques de Catalogne et d’Aragon. À la veille de l’expulsion des morisques d’Espagne en 1609, il entretenait encore avec eux des « contacts secrets » se caractérisant notamment par l’échange de « missives49 », tout comme il entretenait des liens avec le Sultan ottoman Ahmed Ier. Au moment de leur expulsion, il était même prêt non seulement à « leur permettre le passage », mais aussi « de s’établir, le cas échéant, en France, et plus particulièrement, dans les Landes de Béarn et de Guyenne », à condition qu’ils acceptassent alors de « faire profession de la religion catholique50 ». Mais devant l’arrivée de milliers de réfugiés et face surtout à l’hostilité de la population qui en a résulté, il a dû revenir sur sa décision, ce qui n’a toutefois pas empêché beaucoup d’entre eux de s’installer à Marseille, Bayonne, Biarritz ou Bordeaux… avec parfois la bénédiction intéressée des autorités locales51. Quoi qu’il en soit, de tels enjeux géostratégiques ne pouvaient qu’inciter Henri de Navarre – et les autres chefs du parti huguenot – à protéger de fait les musulmans de La Rochelle ou tout au moins à tolérer leur présence dans la ville : les expulser, les persécuter ou leur interdire toute pratique cultuelle aurait au contraire pu mettre en péril ces projets d’alliance avec Morisques, Turcs et autres Barbaresques.

Le périple ibérique : un calviniste de cœur chez les « papistes »

24Il est un autre secteur qui ne peut laisser les huguenots indifférents : la situation de leurs coreligionnaires en Espagne et au Portugal, qui elle-même ne peut être dissociée d’une réelle volonté de diffuser la doctrine de Calvin dans la péninsule Ibérique. La trajectoire d’Amete nous permet à ce titre de porter un regard sur les réseaux protestants en direction de Lisbonne ou de Séville, tout en nous interrogeant sur son processus individuel de conversion au calvinisme.

Un soldat iconoclaste dans l’armée espagnole

25Si l’on s’en tient à ce qu’il affirme, il a quitté une première fois La Rochelle pour l’Espagne à 15 ans, donc vers l’année 1577, pour échapper, rappelons-le, à la circoncision. En 1598, on le retrouve soldat en Catalogne dans la compagnie du capitaine Dom Ramón de Olmus, sans que nous sachions précisément ce qu’il a fait les années précédentes (du commerce ? la guerre ? les deux successivement ?), et ce même si quelques indices nous incitent à penser qu’il a séjourné à Séville au moins quelque temps et qu’il est revenu – à plusieurs reprises – à La Rochelle.

  • 52 « En se faisant soldat. »
  • 53 « Cachant le fait qu’il était luthérien et feignant d’être catholique. »

26On ne connaît pas les circonstances ni même le lieu de son recrutement dans l’armée espagnole (on sait seulement qu’il se trouvait auparavant à La Rochelle), au sein de laquelle l’incorporation d’étrangers est somme toute assez fréquente : une recherche approfondie dans les archives militaires de Simancas et surtout de Ségovie pourrait peut-être apporter quelques réponses à ce sujet… On ne connaît pas non plus ses motivations, même si son engagement au cours de l’année 1598 n’est peut-être pas fortuit (soldat désormais sans emploi ? volonté de répandre la foi calviniste en Espagne ?) : proclamation de l’Édit de Nantes – et par-delà remise en cause des ambitions espagnoles – qui doit amener la paix civile et religieuse dans le Royaume de France. Ce que l’on sait toutefois, c’est qu’il s’est fait enrôler sous un prénom d’emprunt, Carlos, « fazendose soldado52 », et qu’il s’est bien évidemment évertué à dissimuler son identité, « incobrindosse ser luterano e fingindo ser catholico53 » ; son expérience militaire, acquise lors des raids anticatholiques auxquels il a participé depuis La Rochelle, lui donnant sans doute une certaine prédisposition aux métiers des armes. Ce qui est sûr également, c’est qu’il se comporte déjà à ce moment-là en calviniste convaincu.

  • 54 Mickaël Augeron, « Violences théâtralisées, violences sacralisées : les marins huguenots face aux (...)

27Son père, qui a veillé durant son enfance à son éducation religieuse, ne lui a certes jamais enseigné rites et prières catholiques. Mais il a pu en prendre connaissance, au cours de son adolescence à La Rochelle, de manière indirecte, en s’informant ou en assistant aux pantomimes fréquemment mises en oeuvre par soldats et marins protestants pour tourner en dérision le culte « papiste54 ». Et ce, même s’il en connaissait bien entendu les fondements dogmatiques par opposition à la doctrine calviniste. Mais ce sont surtout ses talents mimétiques qui lui ont vraisemblablement permis d’intégrer très vite les différentes manifestations du culte catholique lors de son premier séjour espagnol, au point de n’avoir jamais élevé les soupçons à son encontre.

  • 55 « Dans quelques églises de ces Royaumes d’Espagne, comme ce fut le cas dans certaines églises de C (...)
  • 56 « Aux Saints ni à Nôtre Dame la Vierge, ni à l’hostie consacrée devant l’autel. »
  • 57 « Que le Christ Notre Rédempteur n’était pas dans l’hostie consacrée. »

28En public, comme nombre de musulmans, de juifs ou de protestants qui dissimulent leur véritable foi sur le sol espagnol, il est considéré comme un bon catholique, y compris au sein même de l’armée. Cette attitude contraste singulièrement avec… les actes iconoclastes qu’il a pratiqués dans des églises de Catalogne et d’Aragon, quand il se retrouvait seul ! Il avoue ainsi, que « em algunas Igrejas nestos Reinos de Espanha, como foi no de Catalunha e Aragão em algunas enque entrou, quebrava as Imag[en]es dos Sanctos despresando as55 », et cela parce qu’il ne croyait pas « nos Santos né na Virgem nossa Snora nem na hostia do altar56 », tout en se remémorant systématiquement les enseignements de son père qui lui disait que « não estava Christo nosso redemptor na hostia consagrada57 ». Convaincu de la justesse de ses actes et sans jamais avoir remis en cause les convictions de son père (et les siennes par-delà), il reproduisait ainsi un réflexe qui était déjà le sien quand il s’en prenait aux « papistes » d’Aunis, de Saintonge, voire du Poitou et de l’Angoumois.

  • 58 « Pour avoir fui de sa compagnie. »

29En 1602, il est arrêté et condamné à deux ans de galères, non pas pour hérésie, mais pour désertion, « por fugir da sua companhia58 » avec plusieurs autres de ses camarades, et après un long périple (il a fui au plus tard en février 1601) qui l’amena de la Catalogne à Séville, puis de Séville à Lisbonne. A-t-il eu peur d’être confondu et découvert ? En avait-il assez de la vie militaire ? Rêvait-il de nouveaux horizons ? On ne le saura probablement jamais.

30Il est cependant significatif qu’il n’évoque plus désormais ses racines musulmanes et les enseignements qui leur étaient associés, montrant combien l’éloignement de sa mère et une proximité renforcée avec les milieux calvinistes les plus actifs sur le plan religieux avaient fini par le convaincre définitivement. À La Rochelle, après son premier retour d’Espagne (date à ce jour indéterminée), il a dû participer aux guerres civiles, mais a surtout renforcé ses liens avec quelques-uns des négociants qui se sont spécialisés dans le commerce ibérique. Les prêches auxquels il a assisté ont affermi sa foi, ce qui lui a sans aucun doute permis de se fondre définitivement dans la société rochelaise et de bénéficier par la suite… de ses réseaux d’entraides qui s’étendent jusqu’à Séville et Lisbonne.

Le déserteur et les marchands protestants : prêcher la bonne parole à Séville

  • 59 « Avec une luthérienne appelée Madame Marguerite. »
  • 60 « Doté d’une barbe drue et d’une grande cicatrice sur le front, qui s’étend du haut du front jusqu (...)
  • 61 « Grand de corps et doté d’une grande barbe blanche. »
  • 62 « Prédicateur desdits luthériens à La Rochelle. »
  • 63 « A assisté depuis son enfance aux prêches des hérétiques, durant lesquels, à La Rochelle, il a so (...)
  • 64 « Tous affirmant que la dite loi des Luthériens était la bonne et que celle des Papistes ne l’étai (...)

31Preuve en sont les mois qui ont précédé son arrestation. S’il ne semble pas avoir tissé, lors de son séjour à Séville, de quelconques liens avec les morisques de la province, il est au contraire en relation permanente avec de riches marchands protestants qui lui apportent leur soutien : pour se cacher des autorités qui recherchent le « déserteur », pour assurer également sa subsistance. Il est clair que ses origines familiales et les liens que ses parents entretenaient avec le monde du négoce lui ont facilité l’identification et la mobilisation de ces contacts. Il avoue lui-même connaître certains d’entre eux depuis fort longtemps. À commencer par deux de ses compatriotes qu’il avait à de nombreuses reprises déjà rencontrés à La Rochelle : « Monsieur de la Madanelle » et « Monsieur de Herrera ». L’utilisation, par Amete, du mot « Monsieur » pour les désigner constitue certes une marque (conventionnelle) de respect mais renvoie surtout à leur statut socio-professionnel. Âgé d’environ trente ans et marié à La Rochelle « com huma luterana chamado Madame Margarita59 », présenté comme un homme corpulent, de bonne stature, « de barba ireta e tem hum sinal de ferida grande na hesta que toma do alto da hesta aje asobrancelha esquerda60 », André de la Madanelle est un gros négociant (« mercador ») qui entretient des relations commerciales très actives avec l’Espagne (Séville principalement) et le Portugal (Lisbonne) ; Jean de Herrera, également marié à une « luterana » de La Rochelle, est lui-aussi un marchand-négociant de la ville, qui fait des affaires avec les ports de Séville et de Lisbonne. Il est âgé d’environ 60 ans, « grande do corpo e de barba branca e grande61 », et parle de nombreuses langues étrangères (« e sabe muitas lingoas »). Son fils est un prédicateur calviniste bien connu, « pregador na Rochela dos ditos luteranos62 ». Ces prêches ont d’ailleurs été des moments privilégiés de rencontre : ainsi, Amete « desde minino foi as pregações dos hereges nas quois se encontrou por m[ui]tas vezes na Arochela com Monsior de la Madanela […] e com Monsior de Herrera63 ». Durant ces moments-là, qui se sont maintes fois renouvelés, tous trois retrouvaient beaucoup d’autres personnes « dizemdo todos que a dita lei dos luteranos era aboa e que a dos papistas não64 ». Et Amete de préciser que tous les habitants de la ville devaient être également des protestants convaincus, ce que les acquis de la recherche tendent à confirmer, du moins pour les périodes de fortes tensions religieuses (départ des catholiques).

32Cette solidarité confessionnelle, doublée semble-t-il d’une réelle amitié, s’exprimera également après son envoi aux galères, à Lisbonne (1602). Au risque de se faire repérer, Jean de Herrera – qui a l’habitude, lors de ses séjours sur place, de loger dans une auberge de la Rua Nova – se rendra ainsi sur la galère Padilha, sur laquelle Amete venait d’embarquer, vraisemblablement pour lui apporter soutien et réconfort. Les liens qui unissaient les deux hommes s’étaient renforcés à Séville même.

  • 65 « Marchands-négociants les plus grands de La Rochelle. »
  • 66 « Dans certaines maisons où l’on hébergeait les étrangers. » On pourrait souligner ici l’importanc (...)
  • 67 « Luthéranisme en disant qu’ils étaient catholiques. »
  • 68 « Sans se confesser, car il n’était pas nécessaire de confesser ses erreurs à ses confesseurs comm (...)

33Là, Amete se retrouvait souvent en sa compagnie… au point de participer aux activités de prosélytisme que celui-ci animait dans la ville aux côtés de La Madanelle et d’un certain Monsieur de Casquete ! Ce dernier appartient lui-aussi à ce groupe des « mercadores tratantes m[ai]ores em Arochela65 ». Âgé d’environ 30 ans, et également marié à une « luterana » (« luthérienne ») rochelaise, « Madame Andrée », il vient souvent à Séville pour ses propres affaires commerciales. Comme La Madanelle et Herrera, il a l’habitude de loger dans la Rue de la Cabeza del Rey Don Pedro, « em humas casas onde se dão pousadas a estrangeiros66 ». Tous trois évoluaient dans la ville en dissimulant leur « luteranismo dizendo que são catholicos67 », reproduisant en cela l’attitude de tous leurs coreligionnaires, qu’ils soient marins ou marchands. Amete ne se comporte pas différemment. Il a même communié, dit-il, trois ou quatre fois, mais « sem se confessar entendendo não ser necessario confessar sus eroes a seus confessores por assi lho aver ensenado odito seu pai68 ». Ainsi par Miguel pour communier – et par-delà ne pas éveiller les soupçons à un moment durant lequel tous les catholiques se devaient de communier – en compagnie des trois précédents. Comme tous les fidèles présents ce jour-là, ils s’étaient approchés ensemble de l’autel pour y recevoir le Saint Sacrement de l’Eucharistie… mais sans s’être au préalable confessés !

  • 69 « Qu’il n’était pas nécessaire qu’ils se confessassent et que l’hostie consacrée n’était pas le Co (...)
  • 70 « […] que fossem comungar como de feito forão por comprimento das gentes que os vião porque cuidas (...)
  • 71 « Que la loi des Chrétiens [Catholiques] n’était pas la bonne ; que la secte de Luther à laquelle (...)
  • 72 Voir, par exemple, Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Os Estrangeiros e a Inquisição Portuguesa (S (...)
  • 73 « Qu’il y a [en Espagne] plus de 25 ou 27 000 Espagnols de la religion [réformée] qui ne font que (...)
  • 74 Pascal Rambeaud, De La Rochelle vers l’Aunis…, p. 192.

34Profitant vraisemblablement des possibilités que leur offraient leurs affaires en terme de contacts ou de rencontres, les trois négociants communiquaient avec beaucoup d’Espagnols (ou de Portugais) dans l’objectif de répandre le dogme calviniste : ils leur expliquaient notamment que « não era necessario confessarense e que na hostia consagrada não estava o corpo do Christo nosso Sror69 », tout en leur conseillant de faire semblant d’être de bons catholiques70. Amete s’est parfois joint à eux pour essayer de les convaincre « que a lei dos Xpaõs não era boa e que a ceita de lutero que ellos tinhão era a boa e que nao se avião de confessar a homes peccadores e que somente a deus se ha de pedir eadorar e que nao seão de tomar por entercessores os sanctos e que nao se ha de obedecer ao Papa e que nao esta o corpo de Christo nosso Sror no sacramento do altar71 ». La présence de protestants à Séville n’est en rien exceptionnelle, et ce en dépit des efforts mis en œuvre par les autorités espagnoles et portugaises pour surveiller les étrangers – des marchands et des marins en grande majorité – qui débarquaient ou séjournaient dans les ports ibériques72. Les liens sont anciens, précoces même entre protestants français et espagnols. Depuis La Rochelle, des échanges sont directement entretenus avec un certain nombre d’entre eux. En 1571, deux Espagnols y assuraient même « que ay mas de 25 o 27 000 Españoles de la religión que no hazen sino pedir socorro73 ». Même si les historiens n’ont aucun moyen de confirmer ou d’infirmer cette estimation, il est clair que ce sont les ports – par définition ouverts sur l’extérieur et vus par-delà comme de véritables terres de mission – qui constituent les aires d’actions privilégiées pour les calvinistes français. Amete, comme la plupart des Rochelais, ne pouvait rester insensible à ces discours, sans cesse réitérés, qui appelaient à la défense et à la propagation de la doctrine calviniste. En taisant désormais ses origines musulmanes, en écartant de manière conscience les « enseignements » de sa mère, en œuvrant aux côtés de ses coreligionnaires pour la diffusion du dogme calviniste, il montre qu’il a fini par choisir sa communauté d’appartenance ; la rupture ayant sans nul doute eut lieu le jour durant lequel il a définitivement refusé la circoncision. Quand il revient en Espagne, en 1598, il se sent presque investi d’une mission divine, les enseignements de son père se confondant avec le contenu des prêches auxquels il a assisté depuis les années 1570 et qui mettent en avant la nécessité de lutter contre l’hérésie « papiste » et de ramener les âmes égarées (les catholiques) sur le chemin de Dieu. Il a déjà achevé, à ce moment-là, son propre processus de conversion et laissé de côté ses hésitations initiales, qui résultaient davantage de l’emprise de sa mère que de ses propres convictions religieuses. Il est clair qu’il passe désormais, aux yeux de ses compatriotes rochelais, comme un calviniste convaincu – ce qu’il est désormais – sans que ces derniers sachent, semble-t-il, qu’il n’a jamais été baptisé. Pourquoi n’a-t-il jamais franchi le pas alors que les synodes l’autorisaient à le faire ? Par respect pour sa mère ? Par peur du regard des autres ? Par peur (honte ?) d’avouer son mensonge après une si longue dissimulation ? Nous ne le saurons probablement jamais. Quoi qu’il en soit, son choix personnel, associé à la double pression de son entourage et de la société rochelaise dans son ensemble, doit être mis en relation avec d’autres expériences individuelles toutes aussi significatives et qui peuvent peut-être contribuer à l’éclairer davantage. Il n’est que de citer, à La Rochelle, ces deux marchands portugais (que ce soit ou non des conversos d’origine), Martin de Balda et Manuel Dacunha, qui initient à partir de 1562 leur conversion au calvinisme ; conversion qui apparaîtrait comme « l’expression d’un choix personnel et d’une volonté de s’intégrer un peu plus à la communauté marchande rochelaise », avec laquelle « ils partagent les mêmes intérêts, la même vision du monde et la même sensibilité religieuse74 ».

  • 75 « Eo não quizerão absolver de sus peccados sen que se viesse apresentar ao Sancto Officio como vem (...)
  • 76 « Pour pouvoir recevoir le saint baptême et être instruit dans la foi et chose du Chrétien, parce (...)
  • 77 « Pour le Salut de l’âme. »

35Comment, dans ces conditions, doit-on interpréter le fait qu’il se soit lui-même dénoncé à l’Inquisition ? Huit ou quinze jours auparavant, prétextant une grave maladie, il décida en effet de se confesser et de dévoiler son appartenance à l’église réformée (dans un premier temps, il affirme même avoir été baptisé par les calvinistes !). La réponse qu’il reçut aussitôt ne pouvait qu’être attendue : le prêtre refusa fort logiquement de l’absoudre de ses péchés sans qu’il se soit au préalable présenté devant le Saint-Office ; qu’il ait demandé pardon et miséricorde pour ses fautes ; et qu’il ait reçu instruction « des choses de Notre Sainte Foi catholique et loi évangélique75 ». S’est-il laissé progressivement séduire par la doctrine catholique au point de vouloir renier ses convictions religieuses ? Certainement pas. En fait, il venait d’apprendre que la galère Padilha sur laquelle il avait été envoyé s’apprêtait à prendre la mer pour les Flandres. En affirmant qu’il voulait se convertir au catholicisme, il désirait tout simplement échapper à une mort presque certaine – il a été condamné à deux ans de galères – s’il rejoignait le théâtre d’opérations de la Manche et de la Mer du Nord ; une gigantesque scène qui voyait alors forces espagnoles et néerlandaises s’affronter dans une lutte sans merci, et ce depuis le milieu des années 1560. Il est d’ailleurs significatif qu’il demanda lui-même son transfert sur une autre galère, qui, elle, devait demeurer à Lisbonne, « para poder receber o sancto bautismo e ser instruido na fee e cousa de Xpao porque dezeia m[uit]o ser bautizado e quer ser Xpao76 ». En faisant amende honorable, il espérait bénéficier de l’indulgence des Inquisiteurs. Beaucoup d’autres y étaient parvenus avant lui, notamment des renégats. Mais à la différence que lui n’avait pas été condamné pour raisons religieuses, à l’instar des « hérétiques » ou des « mahométans », mais pour désertion ! Cela explique sans aucun doute l’échec de sa stratégie, car à l’issue de la procédure inquisitoriale il fut à nouveau remis entre les mains des officiers de la galère : on lui expliqua qu’en se dénonçant il avait pris une excellente initiative et qu’il était indispensable pour la « salvaciõ da alma77 » de devenir catholique ; qu’il n’y avait pas de possibilité de Salut en dehors de la « foi du Christ ». On lui promit alors qu’il lui serait donné toute l’aide nécessaire pour son instruction religieuse et son baptême… tout en lui disant qu’il avait été condamné par les autorités militaires aux galères et qu’il devait achever sa peine !

  • 78 Il serait intéressant d’approfondir cette question des réseaux protestants qui unissent le littora (...)

36Au total, cet article suscite bien plus de questions qu’il n’apporte de réponses. L’interprétation même des documents a parfois été malaisée en dépit des recoupements qui ont pu être effectués avec les acquis de la recherche ou d’autres sources annexes. Ce qui est certain toutefois, c’est qu’une toute petite communauté musulmane – quelques familles tout au plus ? – a pu s’installer à La Rochelle et vivre là, loin de toutes persécutions religieuses : il s’agit vraisemblablement de morisques – bien que nous n’en ayons pas la preuve formelle – et ce, même si la piste nord-africaine ne peut être écartée (présence de marchands, de domestiques ou d’esclaves originaires de « Barbarie » ?). L’essentiel du travail reste donc à faire pour mieux en saisir les contours (et le devenir), en espérant que l’on puisse découvrir de nouveaux documents la concernant. Au-delà d’une simple trajectoire individuelle, aussi singulière soit-elle, la destinée d’Amete nous permet de porter un regard plus global sur la ville, ses habitants et leurs aspirations ; sur la place également de cette minorité religieuse, dont certains des membres tout au moins – l’exemple même d’Amete est à ce titre significatif – ont pu considérer qu’une intégration sociale complète et définitive passait par une adhésion pleine et entière au dogme calviniste… au point peut-être d’en reproduire les excès ! En témoigne notamment son iconoclasme militant (condamnation et destruction des « images »). À son égard, on ne saurait évoquer un quelconque syncrétisme religieux ou culturel (« maure » et « chrétien »), et ce même s’il a été élevé dans la connaissance des deux cultes, car il en connaît parfaitement la frontière. L’étroitesse numérique de son entourage musulman le soustrait très vite à toute idée de conversion à l’islam, seule la présence (et l’autorité) de sa mère lui interdisant d’adhérer officiellement, par le baptême, au calvinisme, dont il se réclamera ouvertement après son refus définitif de la circoncision (cf. sa fuite). Et s’il ne peut – ne serait-ce que par son prénom et la « réputation » de sa mère – dissimuler ses origines musulmanes à La Rochelle, durant son enfance et une partie tout au moins de son adolescence, il en sera autrement lors de ses séjours espagnols. Même ses amis du négoce rochelais, présents à Lisbonne ou à Séville, ne doutent à aucun moment de la nature de ses convictions religieuses… au point de lui donner toute leur confiance et de l’associer à leurs efforts destinés à promouvoir – au risque de leur vie – la doctrine calviniste dans la péninsule Ibérique78.

  • 79 Guy Saupin, Naissance de la tolérance en Europe aux Temps modernes, Rennes, Presses universitaires (...)
  • 80 Les catholiques de toutes nationalités y subissent brimades, assassinats et pillages lors des péri (...)
  • 81 Lionel Ifrah, « Introduction », dans Menasseh ben Israël, Justice pour les Juifs, présenté, tradui (...)

37Doit-on voir dans la cité rochelaise, cette « capitale atlantique huguenote », l’un de ces « îlots de tolérance », définis par Guy Saupin pour le xvie siècle européen79 ? Non, si l’on prend en considération les actions et autres mesures « anti-papistes » menées, à partir de la fin des années 1560, tant par les habitants de la ville que par les autorités civiles et religieuses80. Oui, si l’on s’attache à la (relative ?) tolérance dont bénéficient marranes et « maures » – avec des marges de manœuvre certes très limitées en matière confessionnelle, populations et pouvoirs fermant les yeux sur leurs pratiques religieuses respectives : un culte privé qui ne doit guère s’exprimer en dehors de leur domicile respectif. Mais encore faudrait-il en nuancer la portée par les motivations des différents milieux calvinistes, qu’elles soient d’inspiration économique (commerce, échanges et rachats de captifs ?), politique ou militaire (entretenir d’excellentes relations avec les morisques, perçus par le pouvoir huguenot comme de véritables alliés face à l’Espagne de Philippe II), voire religieuse (convertir par l’exemple et la persuasion) ; ces « maures » rochelais pouvant par-delà apparaître – mais cela reste à confirmer – comme un gage d’ouverture et de respect face aux morisques d’Espagne, aux « Turcs » ou aux « maures » nord-africains. Quoi qu’il en soit, ce qui est sûr, c’est que la cité rochelaise jouit, auprès des minorités ibériques persécutées, d’une image très positive : facilement accessible par la mer, elle est associée à un idéal de résistance et d’accueil (refuge). Ce n’est ainsi très certainement pas un hasard si, au début du xviie siècle, la famille « marrane » de Menasseh ben Israël (1604-1657) – grand intellectuel juif et futur rabbin d’Amsterdam – décide de séjourner à La Rochelle après avoir fui l’île de Madère, et ce avant de pouvoir s’établir définitivement aux Provinces-Unies, avec lesquelles la ville est alors intimement liée81.

Notes

1 Jules Mathorez, Les étrangers en France sous l’Ancien Régime. Histoire de la formation de la population française, Paris, Librairie E. Champion, 1919, t. 1, p. 161-171.

2 Voir par exemple Ahmad Gunny, « Protestant reactions to Islam in late Seventeenth-Century french thought », French Studies, Londres, vol. 40 (2), 1986, p. 129-140 ; ou Colette Gauthier, « Un Allemand à Constantinople : 1578-1581 », dans Bartolomé Bennassar et Robert Sauzet (textes réunis par), Chrétiens et musulmans à la Renaissance, actes du 37e colloque international du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (1994), Paris, H. Champion Éditeur, 1998, p. 163-175.

3 Pour reprendre la formule de Bartolomé Bennassar, « Frontières religieuses entre Islam et Chrétienté : l’expérience vécue par les “renégats”, dans Robert Sauzet (études réunies par), Les frontières religieuses en Europe du xve au xviie siècle, Actes du XXXIe colloque international d’études humanistes, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1992, p. 71.

4 Lors du premier interrogatoire, il affirme avoir été baptisé puis finit très rapidement par se rétracter pour avouer les raisons de son non baptême.

5 « A dita sua mai vive com o dito seu pai de portas adentro e são ambos solteiros e inda asegora estão amancebados. »

6 « À La Rochelle on a l’habitude, au moment du baptême, de donner les prénoms d’André, de Pierre, de Jean ainsi que d’autres prénoms semblables de Saints. »

7 Pascal Rambeaud, De La Rochelle vers l’Aunis. L’histoire des réformés et de leurs Églises dans une province française au xvie siècle, Paris, H. Champion, 2003, p. 281, a très bien montré que « sur l’ensemble des prénoms des filles et des garçons rochelais baptisés dans l’Église réformée de La Rochelle, la part des prénoms néotestamentaires est la plus grande » : chez les garçons, les prénoms de Jehan (23 %), de Pierre (14,6 %), de Jacques (9,1 %), de Paul (5,1 %), d’Étienne (2,8 %) et d’André (1,7 %) se révèlent ainsi « les plus fréquents ». Ce sont avant tout, rappelle l’auteur, les prénoms « des apôtres ou du premier martyr chrétien Étienne ».

8 « Sixième synode national des Églises réformées de France, tenu à Vertueil, en Angoumois, durant les sept premiers jours du mois de septembre, l’an MDLXVII (1567) », publié par Monsieur Aymon, dans Tous les synodes nationaux des Églises Réformées de France auxquels on a joint des mandemens roiaux, et plusieurs lettres politiques, La Haye, Chez Charles Delo, 1710, t. 1, fol. 75.

9 Nom alors communément donné aux musulmans.

10 « Treizième synode national des Églises reformées de France, tenu à Montauban, depuis le 15 jusqu’au 28 de juin, l’an MDXCIV », dans Aymon, op. cit., fol. 177.

11 Jules Mathorez, op. cit., p. 161 et 177.

12 [Isaac] d’Huisseau, La discipline des Églises réformées de France, Saumur, 1666, fol. 163 (merci au professeur Didier Poton pour m’avoir indiqué l’existence de cette décision synodale).

13 « La secte des luthériens et de faire les choses des luthériens comme il lui enseignait. »

14 « Qu’il soit maure, qu’il se circoncisse, qu’il croie en Mahomet et qu’il fasse d’autres choses de maure. »

15 « Il n’a jamais consenti qu’on le lui coupe [le prépuce] et n’a jamais eu d’affection pour la loi des maures que sa mère lui enseignait, mais au contraire a toujours fait et vécu, comme il l’a dit, dans la dite secte des luthériens que son père lui a appris. »

16 « Qu’il ne croie pas aux images parce qu’elles n’étaient que tromperies, qu’il ne reconnaisse pas le pape comme tête de l’Église, qu’il ne croie pas aux choses des Saints parce que ce furent des hommes comme les autres et qu’il ne croie pas également que la mère de Dieu demeurât vierge après l’accouchement. »

17 Témoignage de Juan Caules, originaire de l’île de Minorque, analysé par Bartolomé Bennassar, « Frontières religieuses entre Islam et Chrétienté : l’expérience vécue par les « renégats », dans Robert Sauzet (études réunies par), Les frontières religieuses en Europe du xve au xviie siècle, Actes du xxxie colloque international d’études humanistes, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1992, p. 77.

18 Il est intéressant de constater qu’au cours de leurs interrogatoires les Inquisiteurs ne semblent guère surpris de voir des musulmans installés à La Rochelle, comme si la réalité ibérique, qui voit de nombreux musulmans poursuivre plus ou moins clandestinement leur culte, pouvait être élargie à d’autres régions de la Chrétienté. En revanche, ils sont particulièrement attentifs aux liens que l’intéressé a entretenus avec les marchands huguenots de passage à Séville ou à Lisbonne, afin d’obtenir sur eux le maximum d’informations et de pouvoir ensuite les arrêter, tout en essayant de comprendre la manière dont ils agissent pour répandre leur « hérésie » ; ce qui est bien évidemment logique puisque ces derniers portent directement atteinte à l’intégrité religieuse de l’Espagne et du Portugal. D’où le peu de questions posées à Amete sur les « maures » de La Rochelle.

19 « Le Synode n’est pas d’avis que les enfans au-dessous de l’âge de 12 ans soient admis à la Cene, et au-dessus de cet âge ce sera à la descretion des ministres de juger de ceux qui seront bien instruits pour y être reçus, ou non » : Cinquième synode national des Églises réformées de France, tenu à Paris, l’an MDLXV, publié par Aymon, dans op. cit., fol. 67.

20 « Parce qu’ils lui ont laissé [le temps] pour choisir d’être baptisé comme un luthérien ou d’être circoncis comme un maure. »

21 « Quatrième synode national des Églises réformées de France », tenu à Lion, le 10 août 1563, art. XVIII, publié par Aymon, dans op. cit., fol. 34.

22 Albert Hourani, Histoire des peuples arabes, Paris, Seuil, 1993, p. 205-206.

23 « Sa mère voulut le circoncire, ce qu’ils [les maures] appellent la “coupe”, en lui sectionnant [le prépuce] avec des ciseaux et en lui mettant le feu au membre viril. »

24 « À certains maures qui avaient l’habitude de la couper. »

25 « Prières pour qu’ils lui coupent. »

26 « Qu’il n’a jamais été instruit dans la foi catholique du Christ. »

27 « Fatima est maure et vit publiquement à La Rochelle dans la loi des maures. »

28 La dénomination « maure(s) » désigne parfois les seuls musulmans d’Afrique du Nord, en opposition avec les « Turcs » du bassin oriental de la Méditerranée. Là est l’ambiguïté du terme « moura » (maure au féminin) qui est, pour l’époque qui nous intéresse, et comme l’attestent les sources de cette période, synonyme de « musulmane » (toutes origines confondues), tout en désignant parfois de manière plus spécifique ces « maures » de Barbarie (Afrique du Nord actuelle).

29 Albert Hourani, op. cit., p. 204.

30 Id.

31 Pascal Rambeaud, De La Rochelle vers l’Aunis. L’histoire des réformés et de leurs Églises dans une province française au xvie siècle, Paris, H. Champion, 2003, p. 190.

32 Pascal Rambeaud, « Juifs et protestants portugais à La Rochelle : les marranes face à la Réforme (1550-1570) », Écrits d’Ouest, Cahiers rochelais d’Histoire régionale d’art et de littérature, 1998, n°7, p. 13.

33 Jules Mathorez, op. cit., p. 169.

34 Étienne Trocmé et Marcel Delafosse, Le commerce rochelais de la fin du xve siècle au début du xviie siècle, Paris, Armand Colin, 1952, p. 163.

35 Marcel Delafosse (dir.), Histoire de La Rochelle, Toulouse, Privat, 1991, p. 173.

36 David Delison Hebb, Piracy and the english government (1616-1642), Aldershot, Scolar Press, 1994, p. 234-235. Liens confirmés par nos propres recherches dans les archives charentaises.

37 Jules Mathorez, op. cit., p. 177-178.

38 Franco Cardini, Europe et Islam. Histoire d’un malentendu, Paris, Édition du Seuil, 2002, p. 221.

39 Ibid., p. 215.

40 Élisabeth Labrousse et Robert Sauzet, « La lente mise en place de la réforme tridentine (1598-1661) », dans Jacques Le Goff et René Rémond (dir.), Histoire de la France religieuse, t. 2 : xive-xviiie siècles, Paris, Seuil, 1988, p. 323.

41 Franco Cardini, op. cit., p. 216.

42 Ibid., p. 217.

43 « Avaient une foi différente de celle des luthériens. »

44 « Contra os quais Xpaons comar caõs da Arochela m[ui]tas vezes elle confidente e outros luteranos sapão [illisible] a saltear e a matar. »

45 Voir par exemple Jacques Péret, « Vitalité et turbulences (1515-1660) », chap. VII de Jean Combes (dir.), Histoire du Poitou et des Pays charentais, Clermont-Ferrand, Éd. Gérard Tisserand/De Borée, 2001, p. 271.

46 « De la route que la flotte des Indes doit prendre pour venir en Espagne. » Archivo General de Indias (AGI, Séville), Patronato, 267, N. 1, R. 59, « Capítulo de carta de Don Francés de Alava a Su Magestad », de Paris, début juillet 1571, 156-156v.

47 « Si on leur envoyait de l’aide d’ici [depuis La Rochelle] » : Archivo General de Simancas (AGS, Simancas), Estado K 1522, Francés de Alava a Su Magestad, 1er juillet 1571 ; et AGI, Patronato, 267, N. 1, R. 59, « Capítulo de carta de Don Francés de Alava a Su Magestad », de Paris, début juillet 1571, 156-156v. Voir également Mickaël Augeron, « Coligny et les Espagnols à travers la course (c.1560-1572) : une politique maritime au service de la Cause protestante », dans Martine Acerra et Guy Martinière (coord.), Coligny, les Protestants et la Mer, Paris, Presses de la Sorbonne, 1997, p. 170.

48 « Que les Anglais et les hérétiques français entretiennent des contacts avec les Turcs et les maures. » AGS, Guerra y Marina, leg. 199, fol. 58, « Avisos de ultra puertos […] a don Luys Carrillo y Toledo », s.l., 24, 26 et 28 juin 1587.

49 Abdeljelil Temimi, « Le passage des morisques à Marseille, Livourne et Istanbul d’après de nouveaux documents italiens », Revue d’Histoire Maghrébine, Tunis, 1989, 16 (55-56), p. 35.

50 Id.

51 Artisans compétents et surtout riches commerçants sont particulièrement bien appréciés, ces derniers constituant notamment – en quelque sorte – un trait d’union entre les ports français et les produits du monde musulman. Francisque Michel, « Les morisques en France », Revue d’Histoire Maghrébine, Tunis, 1989, vol. 16 (55-56), p. 164-166 ; et Robert Sauzet, « Les relations entre chrétiens et musulmans à travers quelques écrits autobiographiques du midi de la France », dans Bartolomé Bennassar et Robert Sauzet (textes réunis par), Chrétiens et musulmans à la Renaissance, actes du 37e colloque international du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (1994), Paris, H. Champion Éditeur, 1998, p. 267-268.

52 « En se faisant soldat. »

53 « Cachant le fait qu’il était luthérien et feignant d’être catholique. »

54 Mickaël Augeron, « Violences théâtralisées, violences sacralisées : les marins huguenots face aux “Papistes” dans la seconde moitié du xvie siècle », dans Mickaël Augeron et Mathias Tranchant (coord.), La Violence et la Mer dans l’espace atlantique (xiie-xixe siècles), actes du colloque international et pluridisciplinaire organisé à La Rochelle et à Rochefort, nov. 2002, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 285-307.

55 « Dans quelques églises de ces Royaumes d’Espagne, comme ce fut le cas dans certaines églises de Catalogne et d’Aragon dans lesquelles il est entré, il cassait les Images des Saints parce qu’il les méprisait. »

56 « Aux Saints ni à Nôtre Dame la Vierge, ni à l’hostie consacrée devant l’autel. »

57 « Que le Christ Notre Rédempteur n’était pas dans l’hostie consacrée. »

58 « Pour avoir fui de sa compagnie. »

59 « Avec une luthérienne appelée Madame Marguerite. »

60 « Doté d’une barbe drue et d’une grande cicatrice sur le front, qui s’étend du haut du front jusqu’au sourcil gauche. »

61 « Grand de corps et doté d’une grande barbe blanche. »

62 « Prédicateur desdits luthériens à La Rochelle. »

63 « A assisté depuis son enfance aux prêches des hérétiques, durant lesquels, à La Rochelle, il a souvent rencontré Monsieur de la Madanelle […] et Monsieur de Herrera. »

64 « Tous affirmant que la dite loi des Luthériens était la bonne et que celle des Papistes ne l’était pas. » « Nas quais pregacões dos hereges se achavão por m[ui]tas vezes todos tres por m[ui]tas vezes com outros muitos por nadita a Rochella seré todos luteranos. »

65 « Marchands-négociants les plus grands de La Rochelle. »

66 « Dans certaines maisons où l’on hébergeait les étrangers. » On pourrait souligner ici l’importance des foires qui rythment une partie de leurs déplacements.

67 « Luthéranisme en disant qu’ils étaient catholiques. »

68 « Sans se confesser, car il n’était pas nécessaire de confesser ses erreurs à ses confesseurs comme le lui avait enseigné son dit père. »

69 « Qu’il n’était pas nécessaire qu’ils se confessassent et que l’hostie consacrée n’était pas le Corps du Christ Notre Seigneur. »

70 « […] que fossem comungar como de feito forão por comprimento das gentes que os vião porque cuidassen que erão elles catholicos […]. »

71 « Que la loi des Chrétiens [Catholiques] n’était pas la bonne ; que la secte de Luther à laquelle eux-mêmes appartenaient était [au contraire] la bonne ; qu’ils ne devaient pas se confesser à des hommes qui sont autant de pécheurs ; que l’on doit seulement adorer Dieu et s’adresser à lui seul ; que l’on ne doit pas prendre les Saints comme intercesseurs ; que l’on ne doit pas obéir au Pape ; et que le corps du Christ Notre Seigneur n’est pas dans le sacrement de l’autel. »

72 Voir, par exemple, Isabel M. R. Mendes Drumond Braga, Os Estrangeiros e a Inquisição Portuguesa (Séculos xvi-xvii), Lisbonne, Hugin Editores, 2002, partie II en particulier ; Michel Bœglin, L’Inquisition espagnole au lendemain du concile de Trente. Le tribunal du Saint-Office de Séville (1560-1700), Montpellier, ETILAL/Université de Montpellier III, 2003, p. 280-303 notamment.

73 « Qu’il y a [en Espagne] plus de 25 ou 27 000 Espagnols de la religion [réformée] qui ne font que demander de l’aide » : AGS, Estado K 1521, Avisos de La Rochelle q[ue] embia Francés de Alava, s.l., s.d. [1571].

74 Pascal Rambeaud, De La Rochelle vers l’Aunis…, p. 192.

75 « Eo não quizerão absolver de sus peccados sen que se viesse apresentar ao Sancto Officio como vem e pede perdão e misericordia de suas culpas e q[ue] o instruão nas cousas de nesta sancta fe catholica e lei evangelica nas quaes nu[n]ca foi instruido. »

76 « Pour pouvoir recevoir le saint baptême et être instruit dans la foi et chose du Chrétien, parce qu’il désirait beaucoup être baptisé et voulait être chrétien [catholique]. »

77 « Pour le Salut de l’âme. »

78 Il serait intéressant d’approfondir cette question des réseaux protestants qui unissent le littoral français aux ports ibériques ; les marchands rochelais constituant à coup sûr l’un des fers de lance de la diffusion du protestantisme. La Rochelle, cette « Genève atlantique », a eu un rôle si ce n’est primordial, tout au moins important dans la diffusion – certes très limitée – du calvinisme sur les littoraux ibériques.

79 Guy Saupin, Naissance de la tolérance en Europe aux Temps modernes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 55.

80 Les catholiques de toutes nationalités y subissent brimades, assassinats et pillages lors des périodes de fortes tensions religieuses ; la ville constituant là un bel exemple de cet « échec […] de la coexistence pacifique entre confessions en France […] dans la seconde moitié du xvie siècle », si bien étudié par Olivier Christin, La paix de religion, Paris, Seuil, 1997, p. 15.

81 Lionel Ifrah, « Introduction », dans Menasseh ben Israël, Justice pour les Juifs, présenté, traduit et annoté par Lionel Ifrah, Paris, Éd. du Cerf, 1995, p. 13.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540