Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Première partie. Les villes européennes et les mutations de l'économie maritime atlantique

L’urbanisation du nord de l’Espagne à la fin de l’Ancien Régime, 1752-1857*

Ramón Lanza García

Texte intégral

  • * Ce travail a été réalisé dans le cadre du Projet de recherche « Fiscalité, économie et politique e (...)
  • 1 De Vries J., La urbanización de Europa, 1500-1800, Crítica, Barcelona, 1987, annexe I, p. 335356.
  • 2 Reher D. S., « Ciudades, procesos de urbanización y sistemas urbanos en la Península Ibérica, 1550 (...)
  • 3 Fortea Pérez J. I., « Las ciudades de la Corona de Castilla en el Antiguo Régimen : una revisión h (...)

1L’Espagne était au xvie siècle l’un des pays les plus densément peuplés d’Europe1. Si cette observation ne surprend pas dans le cas de l’Andalousie, dont la tradition urbaine plonge ses racines dans l’Antiquité, le dynamisme et la maturité du système urbain de la Castille2 attirent l’attention. Sur le versant méditerranéen, quelques grandes villes se distinguaient face à quelques territoires en général peu urbanisés. En Galice, et sur la corniche cantabrique, soit il n’y avait pas de villes, soit elles étaient insignifiantes, comparées au modèle méridional. Le panorama avait notoirement changé à la fin du xviiie siècle : le degré d’urbanisation n’avait pas progressé autant que dans d’autres pays, tandis que les systèmes urbains s’étaient profondément transformés à cause de l’effondrement des villes de l’intérieur de la Castille, de la position prédominante de Madrid, siège de la Cour, et de la croissance rapide des villes de la périphérie méditerranéenne et atlantique3. C’est à partir de ce moment que l’on peut légitimement dire que l’urbanisation de l’Espagne était en train d’acquérir un caractère essentiellement côtier, bien que Madrid, loin d’être une exception, constituât le sommet du système urbain.

2Le cas du Nord de l’Espagne est d’autant plus remarquable qu’il s’agit d’une région à l’origine peu urbanisée. De fait, aucun noyau de population ne dépassait le seuil des 5  000 habitants à la fin du xvie siècle et très peu celui des 10 000 à la fin du xviiie. Si l’on descend ce seuil jusqu’à 2 000 habitants, le degré d’urbanisation est encore inférieur à celui d’autres régions espagnoles avant le milieu du xixe siècle et quelle que soit la date choisie.

  • 4 Lepetit B., Las ciudades en la Francia Moderna, Mexico, 1998.

3Qualifier d’urbain un lieu de peuplement n’est pas exempt de problèmes car les critères qui définissent une ville sont nombreux. Comme B. Lepetit l’a fait remarquer, la ville a été définie à chaque époque selon des critères différents. Dans un premier temps, la ville se distinguait des autres formes de peuplement par la possession de quelque privilège institutionnel autorisant la formation de groupes de gouvernement, la tenue d’un marché et la protection à l’intérieur des remparts, et dont l’expression était le titre de ville ou cité. Plus tard, les hommes des Lumières commencèrent à distinguer la concentration du peuplement, le grand nombre d’habitants, la variété et le potentiel d’expansion des fonctions économiques non agraires comme signes distinctifs par rapport à la campagne. En outre, la ville a toujours été un lieu de résidence des notables, ce qui a permis le développement de formes de consommation, de sociabilité et de culture plus sophistiquées qu’à la campagne, comme ont bien su le faire remarquer les économistes politiques préclassiques4.

  • 5 Ibid.
  • 6 Dubert L., Del campo a la ciudad. Migraciones, familia y espacio urbano en la Historia de Galicia, (...)

4Le seuil de séparation entre zone urbaine et zone rurale n’est pas toujours clair. En outre, plus la population est faible, plus est grande l’importance des éléments qualitatifs comme signes de distinction de la ville authentique par rapport à la campagne5. En réalité, le choix est souvent dicté par des critères pragmatiques afin d’étendre la sphère et la période d’observation. Un critère institutionnel comme la possession du titre de ville ou de cité n’est pas toujours pertinent, car il conduirait à prendre d’authentiques villages pour des villes et à négliger de véritables entités urbaines. Par conséquent, il est préférable d’appliquer un critère de distinction quantitatif même au prix de réduire l’observation à une partie du monde urbain6.

  • 7 Censo de la Poblaciôn de la Corona de Castilla « Marqués de la Ensenada », 1752, INE, Madrid, 1991 (...)
  • 8 Censo de 1787 « Floridablanca », INE, Madrid, 1991.
  • 9 Nomenclátor de los pueblos de España formado por la Comisión Estadística del Reino, Imprenta Nacio (...)
  • 10 Dans El atraso industrial de Galicia. Auge y liquidación de las manufacturas textiles (1750-1900), (...)

5L’étude que nous présentons ici repose sur une liste de localités dont la population dans le centre-ville dépassait les 2 000 habitants à une époque comprise entre 1752, date initiale fournie par le Cadastre de Ensenada de Castilla7, le Recensement de Floridablanca 8 et le Recensement de la Population de l’Espagne de 1857, concrètement, la nomenclature de cette date, qui est le point final de notre observation9. Un seuil supérieur laisserait hors du champ de l’observation la majorité des populations urbaines du nord de l’Espagne, laquelle, comme on le sait, est une région au relief accidenté, aux communications difficiles et au peuplement dispersé. À l’inverse, un seuil inférieur permettrait d’inclure plusieurs localités qui remplissaient des fonctions urbaines dans l’espace local, mais qu’il est souvent difficile de distinguer des entités strictement rurales10.

Caractéristiques fondamentales de l’urbanisation du nord de l’Espagne

  • 11 Wrigley E. A., « City and country in the past : a sharp divide or a continuum ? » dans Poverty, Pr (...)
  • 12 Ringrose D., « La España del Cantábrico : de Galicia a Guipúzcoa », dans España, 1700-1900 : el mi (...)

6La faible urbanisation de la corniche ne laisse pas d’être un phénomène paradoxal jusqu’à un certain point, mais compréhensible si l’on considère les facteurs en jeu, les uns tendant à l’isolement et à la dispersion, et les autres allant précisément dans le sens de l’urbanisation. D’une part, la rareté de terre arable et la faible productivité du travail agricole limitaient le volume de l’excédent commercial et du revenu de la terre, qui étaient les conditions de l’apparition de groupes non agraires et de propriétaires rentiers aisés11. Les évêchés, par le biais de mécanismes redistributifs plus que de marché remplissaient cette fonction dans les Asturies et en Galice, mais pas en Cantabrie, Alava, Biscaye et Guipuzcoa, dont les fidèles payaient la dîme aux évêques des villes de l’intérieur : Burgos, Calahorra et Pampelune, ainsi qu’à de nombreux patrons laïcs. Le développement d’une profonde division régionale du travail rencontrait d’importants obstacles dans le relief accidenté, qui renchérissait les coûts du transport terrestre et rendait difficile l’approvisionnement en biens de consommation depuis les régions céréalières de l’intérieur, tandis que la similitude des ressources naturelles sur toute la corniche ne facilitait pas l’apparition d’avantages comparatifs sur le territoire si ce n’est pas rapport à d’autres régions12.

  • 13 Gautier-Dalché J., Historia urbana de León y Castilla en la Edad media (siglos ix-xiii), Siglo xxi(...)

7D’autre part, l’accès à la mer, la position de carrefour entre la Castille et le nord de l’Europe, les ressources navales et humaines, ainsi que les réserves forestières des environs, les estuaires navigables et la tradition maritime de la population, devaient stimuler le développement d’activités maritimes, commerciales et la pêche, comme cela se produisit, puisque la naissance des cités comme entités urbaines dotées de fueros à la fin du xiie siècle fut intimement liée au commerce avec la Castille13.

8Les conditions du milieu et la technologie traditionnelle déterminèrent des caractéristiques minimales permanentes propres aux populations urbaines de tout le nord de l’Espagne, la petite taille des noyaux de population et leur localisation à proximité de voies de communication maritime ou terrestre. De fait, un peu plus de la moitié des entités urbaines se trouvaient sur la côte et de nombreuses autres le long de vallées fluviales où passait une voie de communication entre l’intérieur et un port maritime.

  • 14 L’exemple le plus significatif de migrations temporaires de longue distance est celui des paysans (...)
  • 15 Sur les deux modèles de développement urbain, voir, Hohenberg P. et Lees L. H., La formation de l’ (...)

9Une des conséquences de toutes ces circonstances fut que la population rurale se tourna vers la campagne et les villes de l’intérieur à la recherche de travail par le biais de l’émigration saisonnière et temporaire, tandis que la population urbaine orientait ses activités vers les activités maritimes, surtout la pêche et le commerce extérieur. À l’inverse, les fonctions centrales des noyaux urbains étaient faibles, le pouvoir d’attraction de courte portée et le degré d’urbanisation, réduit. Il est certain que quelques propriétaires terriens établissaient leur résidence dans les villes, lesquelles, de la même façon, avaient la préférence des ordres mendiants qui y installaient leur siège à partir duquel ils allaient mener leurs entreprises de prédication à la campagne, mais, en général, la zone d’influence des villes et des marchés urbains se réduisait aux vallées rurales avoisinantes14. De plus, les privilèges douaniers qui permettaient à ces villes d’importer librement des biens de consommation renforçaient leur vocation extérieure. En résumé, les fonctions extractives et nodales comme la pêche, le transport et le commerce se distinguaient des fonctions centrales des différentes zones d’influence15.

  • 16 Lanza García R., « Auge y declive de las Cuatro Villas de la Costa en la época de los Austrias », (...)

10L’espace dominé par la ville se réduisait en général à trois parties. Le centre-ville proprement dit était entouré de remparts et prolongé par les faubourgs et quelques groupes de maisons situées à proximité immédiate, un peu plus loin se trouvaient les hameaux, quartiers et groupes de maisons du district municipal qui parfois partageaient la même paroisse avec la ville ou la cité, et enfin, bien que cela ne soit pas systématique, il y avait un espace partagé avec les districts ruraux sur lesquels les villes ou cités exerçaient également une sorte de tutelle juridictionnelle par la supervision de la nomination aux fonctions publiques, l’administration de la justice et le marché, bien qu’il soit avéré que ce pouvoir ait tendu à se relâcher et à disparaître assez tôt. En résumé, et cela est important d’un point de vue méthodologique, la population que nous devons considérer comme proprement urbaine est celle du centre et des faubourgs qui en 1591, et pour prendre un exemple bien connu, atteignait par rapport au total formé par ceux-ci et les hameaux immédiats, 71 % à Santander, 89 % à Castro Urdiales et 94 % à Laredo16.

  • 17 Ibid., p. 104-109.
  • 18 Eiras Roel A, Santiago de Compostela, 1752. Según las Respuestas Generales del Catastro de Ensenad (...)

11Les fonctions des villes côtières apparaissent clairement dans la domination absolue des marins dans la population active. Au contraire, le nombre d’artisans était réduit à cause du faible revenu par habitant et, par voie de conséquence, de la faible demande, mais aussi à cause de la concurrence de biens de consommation provenant de l’étranger, exemptés de droits de douanes, et de la campagne des environs, où la population travaillait à temps partiel dans la fabrication des ustensiles domestiques les plus variés. Les habitants les plus riches vivaient du revenu de leur patrimoine, de la location de leurs bateaux, de terres cultivables, de caves et de demeures, et du crédit à la consommation, à la production et au commerce, en même temps qu’ils occupaient les principales fonctions municipales, se livraient à des activités militaires et rendaient d’autres services pour le Roi. Leur position et leur comportement s’apparentaient à ceux de la noblesse, à laquelle ils se vantaient d’appartenir, autant qu’à ceux de la bourgeoisie, dans la mesure où ils tiraient profit des opportunités lucratives qui apparaissaient dans leur environnement afin de les réinvestir17, même si les circonstances auraient pu orienter leurs préférences vers une activité ou une autre. En revanche, l’agriculture, la propriété foncière et la rente pesaient d’un plus grand poids dans les villes de l’intérieur et les évêchés18.

Évolution du processus d’urbanisation

De l’essor précoce et modeste mais éphémère du xvie siècle à la dépression du xviie

  • 19 Lanza García R., « Ciudades y villas de la cornisa cantábrica en la Época Moderna », dans Fortea P (...)

12La constitution d’un tissu urbain était apparue relativement tard, entre la fin du xiie siècle et le début du xive. À cette date il était si complet que l’on peut dire qu’il n’y eut pas de créations nouvelles. Les données qui correspondent au xvie siècle ne sont pas en aussi grand nombre que nous le souhaiterions mais elles suffisent à démontrer quelques faits essentiels19. Premièrement, le degré d’urbanisation était aussi élevé ou plus élevé que dans la seconde moitié du xviiie siècle, surtout dans les provinces dotées de fueros, Alava, Guipuzcoa et Biscaye. Deuxièmement, la population urbaine augmenta davantage que la population rurale, pas autant néanmoins que dans les villes castillanes. Et troisièmement, nous savons que Bilbao était le principal port du commerce extérieur de la corniche, mais cette ville, comme les autres, faisait partie d’un maillage urbain dont les principaux centres étaient à Burgos, Médina del Campo, Séville, et, plus tard et de façon dominante, Madrid.

  • 20 Lanza García R., « La depresión económica del Seiscientos en la España cantábrica : el caso de las (...)
  • 21 De Vries J., op. cit., p. 217.

13Or, la croissance s’arrêta vite. L’année 1560 marque le début d’un déclin qui se prolongea sous la forme d’une profonde dépression jusqu’à une date très avancée du xviiie siècle. La population diminua sans cesse jusqu’en 1630 approximativement, date qui indique le point le plus bas à partir duquel la tendance commença à s’inverser, et bien que l’on ne puisse parler d’un redressement de l’ensemble de la population urbaine qu’à partir de 1752. Le déclin de la population maritime, c’est-à-dire celle qui était liée aux activités de la pêche et du transport, qui avaient produit jusqu’alors le dynamisme des villes de la côte, fut encore plus prononcé20. Le fait ne laisse pas de surprendre quand on le compare avec le panorama européen caractérisé par l’expansion des ports maritimes, hollandais et anglais pour le moins, et, si je ne me trompe pas, français également21. Au contraire, les activités agraires connurent une plus grande importance relative même dans les districts jouxtant les villes côtières.

  • 22 La construction navale résiste jusqu’au tournant du siècle approximativement selon Fernández De Pi (...)

14La désurbanisation fut provoquée par la contraction du marché des principaux biens destinés à l’exportation, aussi bien locaux – fer, bois et poisson – qu’en transit – laine, pastel et tissus – mais surtout par la destruction des rares possibilités d’adaptation aux nouvelles conditions économiques du moment. La guerre de Flandre et le déclin démographique de la Castille touchèrent autant les exportations de la laine que les importations de pastel et de biens de consommation. Le déclin de la construction navale, à peine maintenue à flot par la demande générée par la course des Indes et l’activité des arsenaux de la marine, entraîna avec lui les exportations de fer et de bois22. La pression fiscale croissante réduisit constamment la capacité de consommation et d’investissement local, tandis que la perte du capital de Burgos laissa sans financement le commerce extérieur de transit. Enfin, le service dans la marine royale, contraint et mal payé, décourageait l’arrivée de nouveaux actifs dans la pêche et le transport maritime où se recrutaient les marins.

  • 23 Bilbao L. M., art. cit., p. 170, Lanza García R., « Ciudades y villas », p. 187-189, Saavedra Fern (...)

15Les enclaves urbaines qui résistèrent le mieux à la débâcle furent de deux sortes : d’une part les ports qui, soit disposaient de quelques avantages fiscaux et économiques – cas de Bilbao – et qui surent ainsi absorber la baisse du commerce, soit se transformèrent en centres d’opérations de la marine – cas de Santander et surtout de La Corogne, ville qui en outre était le siège de l’Audience de Galice. Meilleur encore fut le comportement des centres résidentiels de la noblesse et du clergé, comme ce fut le cas des évêchés d’Oviedo et de Saint Jacques de Compostelle, dont les revenus allèrent en augmentant grâce à la diffusion du maïs23.

La réapparition du phénomène urbain sur la corniche cantabrique, 1752-1787

16Le redressement des peuplements urbains durant le xviiie siècle marqua le début d’un processus d’urbanisation plus important et continu, car directement lié à la croissance moderne, et qualitativement différent, dans la mesure où il générait des changements profonds dans les relations ville-campagne et entre les villes elles-mêmes à travers les migrations, le commerce et les flux de capitaux qui déterminent les systèmes urbains.

  • 24 Ruiz Martín F., « La banca en España hasta 1782 », dans El Banco de España, una Historia Económica(...)

17Effectivement, tout au long du xviiie siècle, la population urbaine augmenta davantage que la population rurale comme cela apparaît très bien dans le tableau 1. Selon l’expression heureuse de Felipe Ruiz Martin, les ports prennent alors le relais de la campagne24. Dans quelques régions, comme la Galice, presque toute la croissance démographique enregistrée entre 1752 et 1787 fut urbaine et pratiquement pas rurale, même si pour l’essentiel cela était dû à la fulgurante expansion de l’arsenal d’El Ferrol et, dans une moindre mesure, de La Corogne et d’autres centres maritimes, car les autres villes et cités stagnèrent ou perdirent de la population. Dans les Asturies, on peut constater la forte croissance de Gijón, ainsi que celle d’Oviedo et d’Avilés – qui fut en tout cas plus importante que dans le reste de la région – et de quelques villes de moindre importance, bien que le résultat global semble avoir été encore plus insignifiant dans le cas de la population rurale. En Cantabrie, les protagonistes furent Santander et Reinosa, mais aussi les petits marchés régionaux. Au Pays Basque, les centres les plus dynamiques furent Bilbao, Vitoria et Saint-Sébastien, ainsi que les ports maritimes correspondants comme Portugalete et Pasajes, et les ports de pêche qui continuèrent à profiter de l’extension du marché découlant de l’ouverture et de l’amélioration du réseau de transport terrestre dans les années 1760 et postérieures.

Tableau 1 : Croissance démographique rurale et urbaine, 1752-1857 ( % annuel)

Tableau 1 : Croissance démographique rurale et urbaine, 1752-1857 ( % annuel)

Source : Voir Annexe.

  • * En Alava : 1747-1787 ; En Guipuzcoa : 1733-1787 ; en Biscaye : 1745-1787.

18Note*

  • 25 Anes G., Oviedo 1753 Según las Respuestas Generales des Catastro de Ensenada. Tabapress, Madrid, 1 (...)

19Le redressement de la population urbaine du xviiie siècle reposa en partie sur la croissante propension à l’échange de la population rurale et sur l’augmentation du volume du revenu de la terre à la disposition des propriétaires, qui pouvaient ainsi exprimer leur aspiration à résider dans les villes pour maintenir un niveau de vie plus actif. Les deux phénomènes durent influer, à travers la dépense en biens de consommation et la construction de bâtiments urbains, sur une plus forte croissance démographique de ces localités25. Plus important encore a dû être l’effet produit par l’élan donné au commerce de transit qui tournait autour de l’exportation de la laine et du fer et de la demande intérieure et coloniale de produits manufacturés, qui, à leur tour, avaient leur origine dans la croissance des revenus issus de la terre au centre du Royaume, c’est-à-dire à Madrid et dans les villes provinciales de l’intérieur. Le commerce extérieur qui passait principalement par Bilbao entraîna le commerce de cabotage des petits ports de toute la côte, qui agissaient comme centres de liaison avec les vallées des environs, y compris l’arrière-pays castillano-léonais.

  • * Ndt. : provinces dotées de fueros (ensemble des droits, privilèges, exemptions et libertés accordé (...)
  • 26 Fernández De Pinedo E., « Coyuntura y política económicas », en Tuñón De Lara M. (dir.), Historia (...)
  • 27 Madrazo S., El sistema de transportes en Espaına, 1750-1850. Turner, Madrid, 1984, p. 241-258.
  • 28 Palacio Attard V., El comercio de Castilla y el puerto de Santander en el siglo xviii. Notas para (...)

20En troisième lieu, la dépense publique contribua spécialement à la réactivation des ports de Santander, Gijón et La Corogne, comme cela est bien connu, en accentuant le faible élan initial qu’elle recevait de la demande privée. L’objectif fondamental que poursuivait l’État avec ces initiatives était d’obtenir le détournement du commerce extérieur vers les ports où il y avait des douanes et qui, par conséquent, pouvaient offrir un plus fort rendement fiscal que celui de Bilbao, situé, comme on le sait, dans une province foral* dont les douanes se trouvaient à l’intérieur des terres, ce qui donnait lieu à une contrebande très importante26. De la même façon, la demande de bois des arsenaux réveilla l’activité portuaire en même temps qu’elle stimulait la création de gréements, de cordages et d’autres équipements navals. Plus importante encore fut la construction de routes par l’État, les députations provinciales et les consulats de commerce, car cela supposa un soulagement évident de l’étranglement séculaire des voies de communication régionales et fournit d’excellentes raisons d’assurer d’autres initiatives publiques et privées27. Le cadre institutionnel fut également plus favorable une fois que le gouvernement eut décidé l’ouverture de nouvelles villes et de ports au commerce colonial, tout d’abord par la création en 1728 de la Compagnie de Caracas, dont le siège se trouvait à Saint-Sébastien, puis au moyen des décrets instituant le libre commerce de 1765 et de 1778 qui habilitèrent, entre autres, les ports de Santander, Gijón, et La Corogne pour le commerce avec l’Amérique. Le résultat le plus important fut l’élan qu’ils donnèrent à l’extension du marché, comme cela apparaît avec la naissance d’industries de biens de consommation situées le long des voies de communication et dans les villes portuaires elles-mêmes28.

  • ** Ndt. : Enrôlement de marins et autres gens de mer, effectué dans les provinces maritimes pour le s (...)
  • 29 Voir respectivement Fernández De Pinedo E., Crecimiento económico y transformaciones sociales del (...)

21En revanche, la pêche rencontra tant d’obstacles pour son redressement que la population augmenta à peine, et lorsqu’elle le fit, ce fut modestement, dans la seconde moitié du siècle. La Matrícula de(l) Mar** et la mouvante fiscalité de l’État sur la consommation de poisson, ajoutées à la persistance de la gabelle et à la survie d’organisations corporatives retardaient la réponse de l’offre devant la stimulation d’un marché encore restreint quoiqu’en expansion. Il est certain également que des projets et des initiatives fiscales ne manquèrent pas pour stimuler la formation de compagnies marchandes qui financeraient cette activité, mais les pêcheurs ne disposaient pas de qualification professionnelle ni de stimulants suffisants, malgré les avantages évidents provenant de l’amélioration du réseau de transport pour l’expédition plus rapide et plus économique des cargaisons de poissons vers l’intérieur de la péninsule, comme ce fut le cas pour les ports de la Cantabrie orientale, et depuis la Galice jusqu’à la côte méditerranéenne29.

22La croissance demeurait encore importante dans les premières années du xixe siècle. Malgré les crises agraires et celle des Finances Royales, les années 1790-1808 connurent une intense activité dans le secteur de la construction de routes, le trafic commercial et la création d’établissements industriels. En dépit de l’absence de recensements généraux, les données démographiques de quelques villes au début du siècle confirment la continuité d’une croissance urbaine vigoureuse et ininterrompue, exception faite des villes de Guipuzcoa, qui furent touchées par les guerres françaises.

De la fin de l’Ancien Régime à la Révolution Libérale : continuité et nouvel élan

  • 30 Lepetit B., op. cit.
  • 31 Fernández De Pinedo E., « La recuperación del comercio español con América a mediados del siglo xi (...)

23Les sources obligent à situer l’observation entre 1787 et 1857. Plusieurs événements décisifs durent influer puissamment sur l’orientation du processus d’urbanisation. Néanmoins, la guerre et la perte des colonies continentales d’Amérique interrompirent à peine ou ralentirent brièvement l’expansion urbaine. Il ne semble pas que se soit produit ici un repli des propriétaires vers les lieux de résidence ruraux comme dans la France révolutionnaire30. Au contraire, il se produisit aussitôt une réorientation de l’activité commerciale vers les Antilles, le nord de l’Europe et les autres ports de la Péninsule, ainsi que vers quelques ports sud-américains à une date un peu plus tardive31. Le seul recul perceptible, celui de l’arsenal d’El Ferrol, peut s’expliquer par la brusque contraction de la dépense publique qui fit suite à la crise fiscale et à la perte du pouvoir naval de l’Espagne. L’impact de la guerre carliste (1833-1839), dut être de la même façon notable, quoiqu’imprécis, mais localisé dans des villes et cités des provinces forales, dont nombre d’habitants émigrèrent vers Santander et d’autres villes cantabriques à la recherche d’un refuge et d’opportunités en matière d’entreprises et d’emplois. Toutefois, les chiffres de Bilbao, Durango et Vitoria démontrent que l’accroissement ne s’est pas arrêté mais que tantôt il s’est ralenti, tantôt il s’est accéléré à partir de 1825.

24Le recensement de 1857 fournit un point d’observation intéressant, parce que les principales transformations de la révolution libérale sont achevées et enracinées et parce que quelques provinces ont pu contrer l’impact négatif de la crise de l’Ancien Régime, mais surtout parce que vient de commencer l’accroissement démographique du xixe siècle lié à l’industrialisation.

Tableau 2 : Évolution démographique de quelques localités urbaines, 1787-1857

Tableau 2 : Évolution démographique de quelques localités urbaines, 1787-1857

Sources : Bilbao, 1787, dans Mauleón Isla M., La población de Bilbao en el siglo xviii, Université de Valladolid, 1960, p. 60-61, et Andrés Uncedo J.-L., « El trabajo femenino en el Bilbao de 1824 », dans Historia de la mujer e Historia del matrimonio, Murcia, 1997, p. 318. Durango, 1825, dans Arbaiza Villalonga M., Familia, Trabajo y reproducción social. Una perspectiva microhistórica de la sociedad vizcaína a finales del Antiguo Régimen, Université du Pays Basque, Bilbao, 1996, p. 61. El Ferrol, 1825, dans Montero y Arostegui J., Historia y descripción de la ciudad y departamento naval del Ferrol, Madrid, 1859, p. 207-209. Oviedo dans Ansón Calvo, M. C., « Contribución al estudio de la demografía en Asturias durante los siglos xvii y xviii », dans Población y sociedad en la España Cantábrica durante el siglo xvii, Centro de Estudios Montañeses, Santander, 1985, p. 106 ; Santander dans Lanza Garcia R., « Crecimiento demográfico y transición urbana : el caso de la ciudad de Santander, 17521930 », Investigaciones históricas, 2005, n° 25, p. 121, Vitoria, 1825, dans Ikerketak, « Aproximación a la demografía alavesa : la población de Vitoria (1680-1830) », dans La formación de Alava. Congreso de Estudios Historicos, Vitoria, vol. II, p. 989. En outre, les références citées en Annexe I.

25Le degré d’urbanisation en 1787 fut en général dépassé en 1857 car les populations urbaines augmentèrent davantage que les populations rurales, sauf dans la province de La Corogne, où l’important développement de la capitale ne put compenser le déclin d’El Ferrol et la faible croissance de Saint-Jacques de Compostelle. Si dans notre échantillon nous faisons la distinction entre le comportement des capitales des nouvelles provinces créées en 1833 et celles de l’Ancien Régime à présent déchues, entre les ports et les capitales portuaires, et entre les capitales de l’intérieur et les autres villes, il apparaît que les capitales ont grandi plus vite que toutes les autres villes. Quant aux capitales situées à l’intérieur des terres, elles ne grandirent qu’un peu plus que les capitales portuaires, tandis que les ports restèrent derrière les villes de l’intérieur et même derrière des villes qui avaient perdu récemment leur statut de capitale de province. En effet, les villes de l’intérieur grandirent un peu plus seulement que la population rurale et que les anciennes capitales déchues, tandis que les ports de pêche le firent dans une moindre proportion.

  • 32 López Losa E., « Una aproximación al sector pesquerro tradicional vasco (c. 1800-c. 1880) », Histo (...)

26Les provinces basques d’Alava, Guipuzcoa et Biscaye restaient les plus densément urbanisées du nord de l’Espagne, bien que la ville de Vitoria et les cités viticoles de La Rioja, Labastida et Laguardia, seulement aient accéléré leur croissance entre 1787 et 1857 par rapport à la période précédente. L’expansion la plus remarquable fut celle de Santander, dont le niveau d’urbanisation de sa province atteignit le double de celui de 1787. La population urbaine d’Orense, principalement sa capitale, centre de la région viticole du Ribeiro, augmenta aussi de façon substantielle, malgré un taux d’urbanisation qui était l’un des plus faibles d’Espagne, à l’instar des provinces de Pontevedra, et surtout de Lugo. Les Asturies ne dépassèrent pas non plus les niveaux antérieurs malgré la forte croissance d’Oviedo et des ports d’Avilés et de Gijón. La population des nouvelles capitales de provinces augmenta, en général, plus que l’ensemble des populations urbaines mais nous ne savons pas si cela est dû aux nouvelles fonctions administratives, à la spécialisation du commerce ou au niveau initial relativement élevé. Il est certain que les villes les plus dynamiques remplissaient plusieurs fonctions à caractère résidentiel, administratif, et manufacturier mais surtout commercial, aussi bien dans l’expédition de produits agricoles de leurs régions respectives que dans la réexportation de biens en transit vers l’intérieur de l’Espagne, le nord de l’Europe et les colonies des Antilles et vice-versa. Les ports maritimes où la pêche, ses industries dérivées, spécialement la conserverie, et le commerce de cabotage, étaient les activités dominantes, ajoutèrent à celles-ci les fonctions propres aux centres régionaux. Néanmoins, le développement de ces villes se voyait encore freiné pour des raisons technologiques et fiscales, en particulier par la faible productivité des techniques traditionnelles de pêche et le coût élevé du sel, qui resta stable jusqu’en 1876, limitant aussi bien la conservation et le transport du poisson que la demande des consommateurs32.

  • 33 Pérez Moreda V., « La evolución demográfica española en el siglo xix (1797-1930) : tendencias gene (...)

27La croissance des nouvelles capitales de provinces est d’ordinaire attribuée aux changements institutionnels introduits par la Révolution Libérale, dont on suppose qu’ils donnèrent un nouvel élan au processus d’urbanisation33. Bien que l’on ne comprenne toujours pas bien les relations de cause à effet entre les deux phénomènes, il est certain qu’il s’avère nécessaire de faire un inventaire provisoire des changements qui, outre la nouvelle organisation administrative, purent déterminer l’évolution de l’urbanisation dans l’Espagne du xixe siècle.

28En premier lieu, le Décret de 1833, qui établit la nouvelle division provinciale et judiciaire, impliqua la dégradation de quelques villes, la promotion de quelques autres et la continuité pour la plupart d’entre elles, de sorte que les fonctions fiscales, judiciaires et militaires des anciennes capitales de provinces furent confirmées, pour ne pas dire renforcées lorsque vinrent s’ajouter les fonctions à caractère politique symbolisées par les députations et autres organismes de la sphère provinciale. On peut en dire tout autant des sièges des districts judiciaires, bien que la capacité de ces nouvelles fonctions à urbaniser était loin de celle des capitales. Néanmoins, les emplois directs liés à la « maigre » administration de l’État libéral n’étaient pas nombreux non plus, si bien que l’effet induit par la nouvelle organisation territoriale dut se manifester de façon indirecte et différée, surtout par le biais de l’attraction que les capitales provinciales exerçaient sur les propriétaires qui désiraient trouver un cadre de vie sociale en accord avec leurs normes de consommation, les opportunités de créer des entreprises, et bien entendu, leur influence politique.

  • 34 Dubert I., op. cit., p. 153.
  • 35 Lepetit B., op. cit.

29En second lieu, les réformes de la propriété et du système tributaire donnèrent un nouvel élan aux relations des villes avec leur environnement rural et à la diffusion de nouvelles habitudes de consommation. La réduction drastique de la population et des revenus ecclésiastiques concentrés autrefois dans les villes et cités épiscopales expliquerait l’atonie que connurent dès lors Saint-Jacques de Compostelle, Mondoñedo et Tuy, villes qui ne purent compter sur aucune alternative compensatoire puisqu’au même moment, elles furent dégradées par la perte de leur statut respectif de capitales de province34. Or, les nouveaux patrimoines bourgeois et paysans ainsi que le paiement en espèces des contributions pouvaient permettre un plus grand flux de crédit, de rentes et de biens. De fait, à partir des années 1820, commencèrent à proliférer de nouveaux marchés ruraux. Les propriétaires enrichis par l’achat des biens de mainmorte redonnèrent une nouvelle vie aux agglomérations urbaines : ils y trouvaient un cadre approprié pour développer leur style de sociabilité au travers de cercles, de sociétés et de nouvelles normes de consommation, comme cela s’était produit auparavant dans les country towns d’Angleterre au moins depuis le début du xviiie siècle et peu après dans les villes françaises de province35. À son tour, l’émergence de centres régionaux s’explique précisément par l’essor des fonctions d’intermédiation commerciale à l’échelle locale et régionale autour des marchés érigés en nœuds de communications, comme ce fut le cas de Torrelavega (Cantabrie), Durango (Biscaye) ou de la ville d’Orense elle-même.

  • 36 Madrazo S., op. cit.

30Les changements institutionnels influèrent également sur le processus d’urbanisation à travers un troisième facteur, la politique économique de l’État. D’une part, les barrières douanières protectionnistes (1820) et l’unification douanière (1841) prolongèrent le développement portuaire et commercial de Santander, puis celui de Bilbao, ainsi que ceux de Gijón et de La Corogne, renforçant les économies des agglomérations qui stimulaient l’industrialisation naissante du pays. D’autre part, l’accroissement des ressources publiques permit la reprise à un rythme assez significatif de la construction d’infrastructures routières d’importance nationale, régionale et locale36. Les plans des travaux publics renforcèrent les fonctions centrales des villes et des cités, entre autres Reinosa, Torrelavega, Monforte de Lemos, Orense et Vitoria, qui se situaient dans des régions de transit entre l’intérieur et la côte. De cette façon, l’étranglement qui avait le plus contribué à freiner le développement urbain et économique en général commençait à s’atténuer quelque peu, bien que, étant donné la structure radiale du réseau de communications, les liens avec les régions de l’Espagne intérieure, allaient se renforcer peut-être davantage que les liens entre les régions correspondantes de l’Espagne cantabrique. Par conséquent, l’expansion urbaine ne reposerait pas tant sur l’augmentation de la production agricole, qui ne put être importante à cette époque, que sur le renforcement de fonctions nodales dans le commerce de transit entre les marchés extérieurs. Un fait qui ne cesserait pas d’influer puissamment sur les flux migratoires et de capitaux qui constituaient le système urbain.

Tableau 3 : Population des capitales, ports et villes du nord de l’Espagne, 1752-1857

Tableau 3 : Population des capitales, ports et villes du nord de l’Espagne, 1752-1857

Source : Voir annexe I.

Système urbain, croissance et nouvelles fonctions économiques urbaines

  • 37 Reher D. S., « Ciudades, procesos… », p. 21.

31Les villes et cités de l’Espagne septentrionale ne semblent pas avoir formé un système limité et défini, encore moins fermé. Elles participaient plutôt d’un système urbain beaucoup plus vaste de taille nationale dans lequel entraient effectivement l’interdépendance et la spécialisation urbaines. Là où cela a pu être observé, on ne constate aucune primauté claire mais plutôt une dualité aussi bien en Galice que dans les Asturies et dans les provinces basques37. À l’inverse, les liens avec l’intérieur semblent avoir été beaucoup plus forts, qu’il s’agisse du plateau castillan, de la vallée de l’Ebre ou de Madrid. Cette réalité est observable à travers les réseaux de transports qui sont le support matériel des flux interurbains, et dans le meilleur des cas, à travers l’intensité du trafic terrestre par route et celui du cabotage qui unissaient les localités urbaines.

  • 38 Wrigley E. A., « City and country… », p. 265. En ce qui concerne la Galice, la Biscaye et Santande (...)

32Les bassins migratoires qui alimentaient les localités urbaines en main-d’œuvre, et sans lesquelles on explique difficilement une croissance aussi forte que celle que nous avons observée, tendaient à se concentrer dans une zone d’influence réduite dans le cas des petites villes et à se confondre dans le cas de villes de plus grande importance, surtout les villes portuaires, puisqu’elles disposaient de plus grandes facilités de communication et de transport. Or, si les bassins migratoires des villes et cités traditionnelles montraient une grande stabilité, ceux des capitales portuaires ne cessaient d’intégrer de nouvelles zones de plus en plus grandes à mesure que s’intensifiaient les flux entre d’autres villes. En théorie, la croissance économique, la diversification professionnelle et en définitive, l’extension du marché, offraient de plus grandes opportunités d’émigration aux habitants de ces villes38.

33Certes, les villes et cités les plus dynamiques continuaient à remplir des fonctions centrales dans les réseaux d’échanges locaux, mais elles se transformaient également en nœuds d’importance croissante dans le système commercial qui reliait l’intérieur de la Meseta et les marchés extérieurs et la côte du Levant à travers le commerce de cabotage qui se réalisait tout au long de la côte de la péninsule. Or, la croissance urbaine, véritablement plus rapide dans certaines villes, fut accompagnée par d’importantes transformations de l’économie et des fonctions urbaines au point qu’il n’est pas du tout exact d’attribuer catégoriquement à une ville une spécialisation fonctionnelle exclusive.

34Les transformations fonctionnelles ont été le résultat de la croissance elle-même. L’augmentation du revenu, l’accès aux matières premières au moyen des facilités portuaires et de transport, et la tendance naturelle du capitalisme marchand à diversifier ses investissements, impliquaient une augmentation de la consommation et de l’investissement. La dépense, à son tour, multipliait la demande de travail, d’autant plus que la productivité du travail était faible, si bien que dans toutes localités urbaines, les activités qui généraient le plus grand nombre d’emplois n’étaient ni le commerce, ni l’administration, ni même les professions libérales, mais l’artisanat, la construction, le service domestique, le transport et l’arrimage de matériaux.

35À cet égard, le cas de Santander est exemplaire bien qu’il ne soit pas unique. Le commerce de gros constituait le principal moteur de l’économie urbaine, même si la ville remplissait aussi des fonctions résidentielles et administratives comme capitale de province même avant 1833. Cela ressort de l’observation de la structure de la population active, même si la comparaison du revenu, dans le cas où elle serait possible, introduirait quelques différences significatives dans le poids relatif de chaque activité dans l’économie urbaine.

Tableau 4 : Évolution de la population active dans le centre-ville de Santander, 1752-1846

Tableau 4 : Évolution de la population active dans le centre-ville de Santander, 1752-1846

Source : Archives Municipales de Santander, Padrones de población.

36Or, une ville commerçante et portuaire ne crée pas seulement des emplois dans les services d’intermédiation commerciale, la banque et les assurances, le transport, et le chargement. La demande dérivée de moyens de stockage et de distribution induisait l’apparition des premières activités de transformation dans la fabrication de tonneaux, de charrettes, dans la métallurgie et la construction navale. Le développement des activités marchandes elles-mêmes exigeait un certain investissement en infrastructures routières et en bâtiments urbains et tout le long des régions de transit.

37La tendance naturelle du capital marchand à diversifier l’investissement dans le but d’étendre ses marchés et de réduire le risque fut stimulée par la présence des matières premières et d’un marché. En effet, l’offre de matières premières en transit facilitait l’apparition d’industries de transformation y de traitement comme la minoterie, le tannage des peaux, le raffinement du sucre, du chocolat et le hachage du tabac, ainsi que la filature et l’industrie du lin et du coton, qui furent les industries qui apparurent successivement dans les villes de La Corogne, Santander et Saint-Sébastien et leurs environnements respectifs depuis la fin du xviiie siècle et tout au long du xixe. En définitive, l’accès portuaire servait également de complément dans le développement des industries qui utilisaient les matières premières des gisements miniers voisins.

38À son tour, la croissance de la ville elle-même générait, grâce à l’augmentation de la population, un marché qui stimulait le développement d’autres activités économiques. Le commerce et la toute nouvelle concentration des fonctions politico-administratives dans la capitale provinciale créaient un marché qui stimulait de la même façon l’apparition d’activités commerciales de détail, de services et de petites industries de biens de consommation qui pouvaient satisfaire dans une certaine mesure les goûts des notables.

39Enfin, à l’investissement doit s’ajouter la consommation pour compléter une dépense qui, en relation avec la faible productivité du travail, devait multiplier les effets de la demande sur l’emploi dans l’hôtellerie, qui était si important à cause de la présence d’une forte population de passage et surtout, le service domestique chez les commerçants, les professions libérales, les fonctionnaires, les propriétaires et les classes moyennes aisées en général. En définitive, l’expansion de l’économie induite par le commerce supposait un accroissement de la demande de travail peu qualifié de la part de manœuvres et d’employés de service. D’où l’énorme variété et la présence prédominante d’artisans, de salariés et de domestiques dans la population active des villes appelées commerciales.

Annexe I : Populations urbaines du nord de l’Espagne entre 1752 et 1857

Annexe I : Populations urbaines du nord de l’Espagne entre 1752 et 1857

Sources : Censo de Población de la Corona de Castilla « Marqués de la Ensenada », 1752. INE, Madrid, 1991, et Nomenclator de los pueblos de España formado por la Comisión Estadística del Reino. Imprimerie Nationale, Madrid, 1858. Asturies en 1752 : López Iglesias F., El grupo doméstico en la Asturias del siglo XVIII. Riea Oviedo, 1999, p. 236. La population de 1752 est estimée en multipliant le nombre de « vecinos » par le coefficient d’habitant par foyer dans chaque province selon Grupo’75, La Economía del Antiguo Régimen. La « Renta Nacional » de la Corona de Castilla. UAM, Madrid, 1977, p. 52-53 et 58-59. Alava en 1747, Guipuzcoa en 1733 et Biscaye en 1745, dans Bilbao L. M., La población de Alava en la Epoca Moderna, Madrid, 1995, inédit, Piquero S., op. cit., p. 96 et suiv., et Fernández De Pinedo E., op. cit.

Notes

1 De Vries J., La urbanización de Europa, 1500-1800, Crítica, Barcelona, 1987, annexe I, p. 335356.

2 Reher D. S., « Ciudades, procesos de urbanización y sistemas urbanos en la Península Ibérica, 15501991 », dans Guárdia M., Monclús F. J. y Oyón J.-L. (dir.), Atlas histórico de ciudades europeas. Península Ibérica, Salvat, Barcelona, 1994, p. 1-29. La meilleure étude que je connaisse sur les systèmes urbains est précisément celle de Vela Santamaría F. J, « El sistema urbano del Norte de Castilla en la segunda mitad del siglo XVI », dans Ribot L. A. y De Rosa L. (éd.), Ciudad y mundo urbano en la Época Moderna. Actas, Madrid, 1997, p. 15-43. Néanmoins, d’un point de vue fonctionnel, de nombreuses « villes andalouses » étaient de « grandes concentrations de travailleurs ruraux, de grandes villes paysannes ». Voir Marcos Martín A., « El mundo urbano en Castilla antes y después de las Comunidades », dans Martínez Gil F., (coord.), En torno a las Comunidades de Castilla. Actas del Congreso Internacional « Poder, Conflicto y Revuelta en la España de Carlos 1 ». Éditions de l’Université de Castille-La Manche, Cuenca, 2002, p. 76-77.

3 Fortea Pérez J. I., « Las ciudades de la Corona de Castilla en el Antiguo Régimen : una revisión historiográfica », Boletín de la A.D.E.H., XIII, 1995, p. 19-59, et Pérez Moreda V. et Reher D. S., « La población urbana española entre los siglos xvi y xviii. Una perspectiva demográfica », dans Fortea Pérez J. I. (éd.), Imágenes de la diversidad El mundo urbano en la Corona de Castilla (S. XIIXVIII). Universidad de Cantabria, Santander, 1997, p. 129-164.

4 Lepetit B., Las ciudades en la Francia Moderna, Mexico, 1998.

5 Ibid.

6 Dubert L., Del campo a la ciudad. Migraciones, familia y espacio urbano en la Historia de Galicia, 1708-1924, Consortium de Santiago/Nigra, Vigo, 2000, p. 61.

7 Censo de la Poblaciôn de la Corona de Castilla « Marqués de la Ensenada », 1752, INE, Madrid, 1991. Bien que cette opération ne fût pas réalisée dans les provinces disposant de fueros, Alava, Guipuzcoa et Biscaye, il ne manque pas de données relatives à la population à des dates voisines. Voir à ce sujet, l’annexe I.

8 Censo de 1787 « Floridablanca », INE, Madrid, 1991.

9 Nomenclátor de los pueblos de España formado por la Comisión Estadística del Reino, Imprenta Nacional, Madrid, 1858. La population du centre-ville apparaît également dans les sources antérieures, sauf dans les provinces dotées de fueros, où, pour la déterminer nous avons suivi la méthode proposée par Piquero S., Demografía guipuzcoana en el Antiguo Régimen, Université du Pays Basque, Bilbao, 1991, p. 97. Elle consiste à appliquer aux données du recensement antérieures à 1787 la proportion de population vivant extra-muros indiquée par le Diccionario geográfico-histórico de España por la Real Academia de la Historia. Sección I. Comprehende el reyno de Navarra, Señorío de Vizcaya y Provincias de Alava y Guipúzcoa. Madrid, 1802, 2 vol. Quelques villes, chefs-lieu de district judiciaire avoisinant les 2000 habitants ont également été incluses dans la base de données de l’annexe.

10 Dans El atraso industrial de Galicia. Auge y liquidación de las manufacturas textiles (1750-1900), Ariel, Barcelone, p. 35, Carmona J. fait valoir des raisons similaires pour utiliser le même seuil. Également, Piquero S., op. cit., p. 95-97. Rappelons que c’est également le seuil établi par la statistique française.

11 Wrigley E. A., « City and country in the past : a sharp divide or a continuum ? » dans Poverty, Progress, and Population, Cambridge University Press, 2004, p. 259, d’après la célèbre théorie d’Adam Smith.

12 Ringrose D., « La España del Cantábrico : de Galicia a Guipúzcoa », dans España, 1700-1900 : el mito del fracaso, Alianza Universidad, Madrid, 1996, p. 299.

13 Gautier-Dalché J., Historia urbana de León y Castilla en la Edad media (siglos ix-xiii), Siglo xxi, Madrid, 1979, p. 79.

14 L’exemple le plus significatif de migrations temporaires de longue distance est celui des paysans qui partaient du littoral pour rejoindre les villes du golfe de Cadix. Voir, Lanza García R., « De norte a sur : las migraciones de la fachada cantábrica en la España moderna », dans Eiras Roel A. et González Lopo D. L. (éd.), Movilidad interna y migraciones intraeuropeas en la Península Ibérica, Universidad de Santiago de Compostela, 2002, p. 17-53.

15 Sur les deux modèles de développement urbain, voir, Hohenberg P. et Lees L. H., La formation de l’Europe urbaine, 1000-1950, Paris, PUF, 1992, p. 72 et suiv., et en particulier p. 93.

16 Lanza García R., « Auge y declive de las Cuatro Villas de la Costa en la época de los Austrias », dans Fortea Pérez J. I. (éd.), Transiciones. Castro Urdiales y las Cuatro Villas de la Costa de la Mar en la Historia, Université de Cantabrie, Santander, 2002, p. 98.

17 Ibid., p. 104-109.

18 Eiras Roel A, Santiago de Compostela, 1752. Según las Respuestas Generales del Catastro de Ensenada, Tabapress, Madrid, 1990.

19 Lanza García R., « Ciudades y villas de la cornisa cantábrica en la Época Moderna », dans Fortea Pérez J. I. (éd.), Imágenes de la diversidad. El mundo urbano en la Corona de Castilla (S.xvi-xviii). Université de Cantabrie, Santander, 1997, p. 180-193.

20 Lanza García R., « La depresión económica del Seiscientos en la España cantábrica : el caso de las Cuatro Villas de la Costa », Transportes, Servicios y Telecomunicaciones, 2003, n° 5, p. 107-108, y Píquero Zarauz S., op. cit., 1991, p. 98-113. Ce processus a déjà été mentionné par Bilbao L. M., « Crisis y reconstrucción de la economía vascongada en el siglo xvii », Saioak, 1977, p. 160.

21 De Vries J., op. cit., p. 217.

22 La construction navale résiste jusqu’au tournant du siècle approximativement selon Fernández De Pinedo E., « Los altibajos mercantiles del Consulado de Bilbao en los años 80 y 90 », dans Congreso Internacional. Las Sociédades Ibéricas y el Mar a finales del siglo xvi. Tomo IV. La Corona de Castilla, Madrid, 1998, p. 115-135, mais il ne fait aucun doute que dès 1610 la tendance est à la baisse. Voir à ce sujet, Goodman D., El poderío naval español. Historia de la armada española del siglo xvii, Península, Barcelone, 2001, p. 191-198 et 314.

23 Bilbao L. M., art. cit., p. 170, Lanza García R., « Ciudades y villas », p. 187-189, Saavedra Fernández P., Economía, Política y sodiedad en Galicia : La Provincia de Mondoñedo, 1480-1830. Xunta de Galicia, Madrid, 1985, p. 84-92, et Saavedra Vázquez C., Galicia en el Camino de Flandes, Edicio do Castro, 1996, p. 218-224.

24 Ruiz Martín F., « La banca en España hasta 1782 », dans El Banco de España, una Historia Económica. Banco de España, Madrid, 1970, p. 181.

25 Anes G., Oviedo 1753 Según las Respuestas Generales des Catastro de Ensenada. Tabapress, Madrid, 1990, p. 29.

26 Fernández De Pinedo E., « Coyuntura y política económicas », en Tuñón De Lara M. (dir.), Historia de España. VII. Centralismo, Ilustración y Agonía del ANtiguo Régimen (1715-1833). Labor, Barcelona, 1980, p. 131-135.

27 Madrazo S., El sistema de transportes en Espaına, 1750-1850. Turner, Madrid, 1984, p. 241-258.

28 Palacio Attard V., El comercio de Castilla y el puerto de Santander en el siglo xviii. Notas para su estudio. CSIC, Madrid, 1960.

29 Voir respectivement Fernández De Pinedo E., Crecimiento económico y transformaciones sociales del País Vasco, 1100-1850. Siglo xxi, Madrid, 1974, p. 98 ; Rodríguez Ferreiro H., « Consecuencias del establecimiento de los fomentadores catalanes en las rías Bajas en el siglo xviii », dans Obradoiro de Historia Moderna. Universidad de Santiago de Compostela, 1990, p. 229-296, et Lanza García R., « Auge y declive… », p. 137-138.

30 Lepetit B., op. cit.

31 Fernández De Pinedo E., « La recuperación del comercio español con América a mediados del siglo xix », en Antiguo Régimen y liberalismo. Homenaje a Miguel Artola. 1. Visiones generales. Ediciones de la Universidad Autónoma de Madrid/Alianza Editorial, Madrid, 1994, p. 19-30.

32 López Losa E., « Una aproximación al sector pesquerro tradicional vasco (c. 1800-c. 1880) », Historia Agraria, n° 28 (2002), p. 19.

33 Pérez Moreda V., « La evolución demográfica española en el siglo xix (1797-1930) : tendencias generales y contrastes regionales », dans La popolazione italiana nell’Ottocento. SIDES, Bologna, 1985, p. 96.

34 Dubert I., op. cit., p. 153.

35 Lepetit B., op. cit.

36 Madrazo S., op. cit.

37 Reher D. S., « Ciudades, procesos… », p. 21.

38 Wrigley E. A., « City and country… », p. 265. En ce qui concerne la Galice, la Biscaye et Santander voir respectivement Dubert I., op. cit., Arbaiza Villalonga M., op. cit. et Lanza García R., « Crecimiento demográfico… », p. 130-137.

Notes de fin

* Ce travail a été réalisé dans le cadre du Projet de recherche « Fiscalité, économie et politique en Castille durant les règnes de Philippe IV et Charles II ». Ministerio de Ciencia y Tecnología-FEDER, BHA, 2002-01942.

* En Alava : 1747-1787 ; En Guipuzcoa : 1733-1787 ; en Biscaye : 1745-1787.

* Ndt. : provinces dotées de fueros (ensemble des droits, privilèges, exemptions et libertés accordés à une ville, une province, une région ou une personne, par un monarque).

** Ndt. : Enrôlement de marins et autres gens de mer, effectué dans les provinces maritimes pour le service de la Marine de Guerre et l’exercice des professions liées à la mer.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Croissance démographique rurale et urbaine, 1752-1857 ( % annuel)
Légende Source : Voir Annexe.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20493/img-1.png
Fichier image/png, 4,8k
Titre Tableau 2 : Évolution démographique de quelques localités urbaines, 1787-1857
Légende Sources : Bilbao, 1787, dans Mauleón Isla M., La población de Bilbao en el siglo xviii, Université de Valladolid, 1960, p. 60-61, et Andrés Uncedo J.-L., « El trabajo femenino en el Bilbao de 1824 », dans Historia de la mujer e Historia del matrimonio, Murcia, 1997, p. 318. Durango, 1825, dans Arbaiza Villalonga M., Familia, Trabajo y reproducción social. Una perspectiva microhistórica de la sociedad vizcaína a finales del Antiguo Régimen, Université du Pays Basque, Bilbao, 1996, p. 61. El Ferrol, 1825, dans Montero y Arostegui J., Historia y descripción de la ciudad y departamento naval del Ferrol, Madrid, 1859, p. 207-209. Oviedo dans Ansón Calvo, M. C., « Contribución al estudio de la demografía en Asturias durante los siglos xvii y xviii », dans Población y sociedad en la España Cantábrica durante el siglo xvii, Centro de Estudios Montañeses, Santander, 1985, p. 106 ; Santander dans Lanza Garcia R., « Crecimiento demográfico y transición urbana : el caso de la ciudad de Santander, 17521930 », Investigaciones históricas, 2005, n° 25, p. 121, Vitoria, 1825, dans Ikerketak, « Aproximación a la demografía alavesa : la población de Vitoria (1680-1830) », dans La formación de Alava. Congreso de Estudios Historicos, Vitoria, vol. II, p. 989. En outre, les références citées en Annexe I.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20493/img-2.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Tableau 3 : Population des capitales, ports et villes du nord de l’Espagne, 1752-1857
Légende Source : Voir annexe I.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20493/img-3.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Tableau 4 : Évolution de la population active dans le centre-ville de Santander, 1752-1846
Légende Source : Archives Municipales de Santander, Padrones de población.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20493/img-4.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Annexe I : Populations urbaines du nord de l’Espagne entre 1752 et 1857
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20493/img-5.png
Fichier image/png, 21k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20493/img-6.png
Fichier image/png, 20k
Légende Sources : Censo de Población de la Corona de Castilla « Marqués de la Ensenada », 1752. INE, Madrid, 1991, et Nomenclator de los pueblos de España formado por la Comisión Estadística del Reino. Imprimerie Nationale, Madrid, 1858. Asturies en 1752 : López Iglesias F., El grupo doméstico en la Asturias del siglo XVIII. Riea Oviedo, 1999, p. 236. La population de 1752 est estimée en multipliant le nombre de « vecinos » par le coefficient d’habitant par foyer dans chaque province selon Grupo’75, La Economía del Antiguo Régimen. La « Renta Nacional » de la Corona de Castilla. UAM, Madrid, 1977, p. 52-53 et 58-59. Alava en 1747, Guipuzcoa en 1733 et Biscaye en 1745, dans Bilbao L. M., La población de Alava en la Epoca Moderna, Madrid, 1995, inédit, Piquero S., op. cit., p. 96 et suiv., et Fernández De Pinedo E., op. cit.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20493/img-7.png
Fichier image/png, 13k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search