Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Première partie. Les villes européennes et les mutations de l'économie maritime atlantique

Quelques exemples d’influence du commerce atlantique à Orléans au xviiie siècle

Patrick Villiers

Texte intégral

  • 1 Savary Des Bruslons, Dictionnaire Universel du Commerce, article Commerce, Nantes, Paris, édition (...)
  • 2 Ibidem.

1L’image du commerce colonial est traditionnellement accolée à Nantes, mais plus souvent comme celle d’un port négrier que comme celle d’un grand port importateur de sucre. On oublie également que les cités ligériennes furent étroitement associées au commerce colonial sous toutes ses formes. Cependant en 1723, Savary des Bruslons, dans son Dictionnaire universel du commerce affirmait que « 50 navires [de Nantes], de 50 à 300 tonneaux, reviennent des Antilles dont 25-30 de la Martinique, 8-10 de la Guadeloupe, 8-10 de Cayenne et autant de Saint-Domingue1 ». Il ajoutait « en année commune, entrent à Nantes, les sucres bruts ou moscouades pour six millions de livres pesant, les sirops de sucre, 400 000 l. p., les sucres blancs et sucres terrés 500 000 l. p. Il y a à Nantes 20 raffineries ». Il précisait également : « Le reste des sucres bruts qui ne peuvent être convertis dans les raffineries de Nantes passe ordinairement à celles de Saumur, d’Angers et d’Orléans2. »

2En 1789, Orléans était devenue le premier centre de raffinage sucrier de France et le principal client du sucre brut débarqué à Nantes. Après avoir reprécisé le rôle du sucre dans l’économie d’Orléans, nous essaierons de montrer que les influences atlantiques à Orléans ne furent pas seulement économiques mais également culturelles en étudiant Aignan Thomas Desfriches (1715-1800), un des meilleurs dessinateurs d’Orléans, de la Loire et de son commerce, mais également négociant raffineur, fils de négociant et frère d’un capitaine au long cours

Le sucre de l’Atlantique, les importations nantaises et les raffineries orléanaises

  • 3 P. Jeulin, Évolution du Port de Nantes, organisation et trafic depuis les origines, Paris, 1929. L (...)

3Si Savary des Bruslons a noté avec raison la place d’Orléans comme centre de raffinage au début du xviiie siècle, il ne donne aucun chiffre. Cependant les statistiques élaborées par P. Jeulin dans son Évolution du Port de Nantes permettent d’apporter un élément de réponse. Dans la mesure où elles restent une des sources les plus fiables, je les ai retenues pour établir le tableau suivant3.

Importations et réexportations des sucres des Antilles à Nantes de 1714 à 1790 en livres poids

4Deux notions apparaissent sur ce tableau : la hausse des importations de sucre et l’importance des réexportations. Les importations nantaises de sucre doublent de 1714 à 1740. Après le choc de la guerre de Succession d’Autriche et surtout de la guerre de Sept Ans, les importations retrouvent le niveau de 1740 en 1766 et augmentent de 50 % en 1775. Après la guerre d’Indépendance américaine, les importations nantaises montent à 60 millions de livres poids, soit 30 000 tonnes. Elles ont ainsi triplé par rapport à 1714.

5Les travaux des professeurs Tarrade et Butel ont montré l’importance de la réexportation des produits coloniaux par les ports français. Si nous prenons l’année 1788, la France a importé environ 100 000 tonnes de sucres, toutes qualités confondues, (ou 206 millions de livres pesant) et en a réexporté 67 000 tonnes. D’après Jean Tarrade, Bordeaux en réexporte 50 %, Nantes 14 % et Le Havre 12 %. L’écart entre Bordeaux et Nantes et Le Havre s’explique par l’absence d’un véritable hinterland à Bordeaux. Ce dernier port ne dispose pas d’un marché intérieur équivalent à celui du bassin de la Seine ou de la Loire.

  • 4 Voir P. M. Bondois, « Les centres sucriers français au xviiie siècle » RHES, année 1931, p. 27-80. (...)
  • 5 Ibid., P. M. Bondois, « Les centres sucriers français », art. cit., p. 60.
  • 6 J. Tarrade, Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Régime, 2 tomes, Paris PUF, 197 (...)

6À Nantes, les réexportations restent globalement constantes sur le siècle. La hausse des importations nantaises correspond à la hausse de la demande des raffineries de la Loire, mais non des raffineries nantaises. De 20 raffineries à Nantes au début du xviiie siècle, on passe à 13 raffineries vers 1725, à 8 vers 1730 et 4 en 17334. Après la guerre d’indépendance américaine, les raffineries de Nantes connaissent un certain renouveau grâce à une fiscalité plus favorable. En 1786, elles emploient alors 550 ouvriers et produisent 600 000 livres de sucre raffiné5, mais l’essentiel du sucre brut reste demandé par Orléans6.

  • 7 Cf. Archives Nationales, F3 142, dossier sucreries.
  • 8 AD Loiret, Dépôt Fauchon, minutes Poullin, contrat de mariage du 9 juillet 1690, 3E 10451.

7Dans la seconde moitié du xviie siècle, le sucre devient rapidement un des produits coloniaux les plus demandés par les grandes cités de la Loire et particulièrement Orléans. La première raffinerie orléanaise semble avoir été fondée en 1653 par Vandebergue ou van den Bergh, originaire d’Anvers. Avec Colbert, les colons français durent vendre leurs denrées coloniales à la métropole, ce qui favorisa les raffineries françaises. En 1680, on dénombra 8 raffineries à Rouen, 4 à La Rochelle, 3 à Nantes et Bordeaux, 2 à Saumur, Angers, Tours, Orléans et Marseille et une à Toulouse7. En 1683, l’ensemble des Antilles françaises produisaient 9300 tonnes de sucre, soit une hausse de 72 % en dix ans. À Orléans, la raffinerie de Vandebergue prospéra immédiatement et connut un développement spectaculaire. Le sucre étant un produit cher, Vandebergue dégagea des bénéfices qui lui permirent de s’intégrer dans les plus hautes familles commerçantes de la cité johannique. Son fils Michel épousa en 1690 Claude Sarrebourse, fille d’un des premiers négociants de la ville8.

  • 9 Savary Des Bruslons, Dictionnaire Universel., op. cit., p. 870. Savary signale 3 raffineries à Orl (...)

8Cependant l’historien ligérien peut difficilement être plus précis. Conséquence de l’imprécision de la plupart des auteurs du xviiie siècle, nous ignorons combien les raffineries nantaises traitent de sucre et quelle est la part des raffineries du val de Loire. Plusieurs auteurs affirment que vers 1700, les Orléanais avaient trois raffineries qui « travaillent 1300 milliers de sucre » soit 1,3 million de livres pesant (ou 650 tonnes9). En 1720, la production orléanaise est certainement plus élevée qu’en 1700, d’autant que le nombre de raffineries nantaises s’effondre. On peut donc estimer que, vers 1720, Orléans traite au moins deux millions de livres pesant, et probablement plus, ce qui ferait à peu près le tiers des importations nantaises à cette date, soit, à environ 500 grammes la livre pesant, 1000 tonnes de sucre. En 1723, Savary des Bruslons souligne les liens particulièrement étroits entre Nantes, la Loire et Orléans : « Il n’y a guère de ville de France plus heureusement située pour le commerce que Nantes. La mer lui ouvre une communication avec toutes les mers du monde et la Loire lui fait pénétrer dans les plus riches provinces du royaume et même jusqu’à Paris par les canaux qui la joignent à la Seine. »

9La Loire, grâce à son vent d’Ouest, permet à Orléans d’importer à faible coût les sucres bruts ou terrés mais aussi les autres produits coloniaux. Vauban en a donné d’ailleurs l’explication : « Un bateau de raisonnable grandeur, en bonne eau, peut à lui seul, avec six hommes et quatre chevaux, mener la charge que 200 hommes et 400 chevaux auraient bien de la peine à mener par les charrois ordinaires. »

10L’originalité d’Orléans était de fabriquer le sucre le plus blanc du royaume grâce à un procédé à base de sang de bœuf. Il semble que ce soit les Hollandais qui aient commencé à fabriquer un sucre très blanc. Les consommateurs européens, et notamment les consommateurs parisiens vont ensuite demander le sucre le plus blanc possible. Le succès des Orléanais est tel qu’il faut faire venir le sang séché des abattoirs de Paris. Les planteurs de La Martinique et la Guadeloupe, suivis au xviiie siècle par ceux de Saint-Domingue, expédient du sucre « blanc » ou « terré », c’est-à-dire pré-raffiné. Ce sucre blanc doit cependant être retravaillé en France avant d’être vendu, mais la valeur ajoutée pour les raffineurs est beaucoup plus forte à partir du sucre brut. Les raffineurs français voudraient qu’ils n’expédient en France que du sucre brut. La majorité de ce sucre blanc est réexportée vers l’Europe du Nord. Tout au cours du xviiie siècle, Nantes importe principalement son sucre brut de Saint-Domingue.

  • 10 Dans Sevin Moreau, Mémoire sur les causes de la décadence de l’industrie manufacturière et commerc (...)

11Le nombre des raffineries orléanaises augmente régulièrement tandis que disparaissent les raffineries de Saumur et d’Angers vers 1730. On en dénombre trente-deux au milieu du xviiie siècle10. La plupart sont construites dans la ville même, particulièrement rue Notre Dame de Recouvrance et dans les rues environnantes, proches de la Loire. Cette croissance s’accompagna de catastrophes. En 1717, la maison Levassor flambe, incendiant une partie du quartier environnant ; quelques années plus tard, c’est la raffinerie Boillève, située rue des Carmes. L’incendie le plus terrible frappa en 1734 la grande raffinerie Jogues qui brûla entièrement. Jogues reconstruisit sa raffinerie et y adjoignit un magnifique hôtel particulier, rue de Recouvrance, là où se trouvaient déjà six autres raffineurs. Mais d’autres, comme Madame Lorillard, Boilon, Brice, Bretonné et Seurat durent s’installer dans les faubourgs ou aller rive sud. Desfriches construisit sa raffinerie, hors des remparts d’Orléans, faubourg Madeleine.

  • 11 Cf. Archives Nationales, F12 – 1501, « Rapport du sieur Lebrun », 15 juillet 1775.

12Les archives nationales contiennent un dossier complet du conflit qui opposa la ville d’Orléans au sieur Le Brun en 1775. Ce dernier, voulant s’agrandir, loua un terrain proche de la rue Notre Dame de Recouvrance. La ville interdit ce transfert et fit placarder des affiches stigmatisant les raffineurs, leur pollution et les risques d’incendie. Les grands raffineurs soutinrent leur collègue et la ville fut condamnée en appel. Roger, l’ingénieur des Ponts et Chaussées, mandaté comme expert, soutint les raffineurs en disant que les équipes de lutte contre l’incendie de la rue de Recouvrance étaient très bien organisées et contesta la pollution : « Il y a tout lieu de croire que les vapeurs et fumées des raffineurs ne sont ni nuisibles à la santé, ni même fort incommodes puisque les raffineurs les plus riches ont construit des logements somptueux sur le lieu même des raffineries. » Le Brun faisait allusion aux hôtels particuliers qui existent encore rue de Recouvrance, notamment ceux des frères Van de Bergue, de Seurrat de Gueudreville, de Crignon-Sinson et des Jogues11.

  • 12 Idem, « Mémoire pour les raffineurs d’Orléans », sans date, probablement des années 1780-1783.

13Une statistique de 1775 chiffre les importations françaises à 67 millions de livres pesant de sucre brut. Nantes en reçoit 28 millions, à égalité avec Bordeaux, mais le port de la Gironde importe 41,3 millions de livres poids de sucre terré, plus du double de Nantes (19,7 millions). À cette date, la part des raffineries orléanaises ne peut être clairement déterminée dans les importations nantaises, mais elle est prédominante. Vers 1783, les raffineurs orléanais, dans un « Mémoire pour les raffineurs d’Orléans », estiment le capital moyen d’une raffinerie à Orléans à 170 000 livres tournois et estime et le capital de l’ensemble des raffineries à plus de deux millions de livres12.

  • 13 Idem, « État général des Raffineries d’Orléans et des objets de premières nécessités tant pour l’e (...)

14La description la plus sûre des raffineries orléanaises est un document, me semble-t-il inédit, que j’ai identifié aux Archives Nationales. Il s’agit d’un État général des raffineries d’Orléans, établi en 1794, qui mériterait d’être entièrement publié. Il recensa 24 raffineries, employant en pleine activité 738 ouvriers, 164 chaudières roulantes et 91 chaudières sur fourneaux. Elles consommaient en année pleine 18 550 000 livres pesant de sucre brut et 3 385 000 livres de sucre terré13. Ces chiffres rapportés aux données nantais de l’année 1788 permettent de montrer que les raffineries orléanaises auraient consommé 50 % du sucre brut nantais et 21 % du terré nantais. Cette année-là, Nantes devient le premier port importateur de sucre brut, avec 38 millions de livres pesant devant Bordeaux 28 millions. Orléans est bien alors le premier centre de raffinage sucrier de France et le principal client du sucre brut nantais.

15Par le volume d’argent qu’il déplaçait, le sucre fut indiscutablement sur le plan économique une des principales influences atlantiques d’Orléans, mais il favorisait également les industries annexes. Des dizaines de personnes étaient employées pour fabriquer les formes en terre cuite indispensables pour le séchage du sucre et à Olivet comme à Meung-sur Loire, les papeteries tournaient à plein régime pour fabriquer le papier bleu qui servait à emballer le sucre raffiné. Plus de cent chalands de Loire étaient nécessaires à l’année pour approvisionner Orléans. La distribution du sucre, mais également la fourniture d’une multitude de produits à destination des colonies, créèrent à Orléans dès la fin du xviie siècle des réseaux commerciaux allant en Espagne, mais également au Canada et surtout aux Antilles.

16L’économie sucrière eut également une grande influence culturelle à Orléans. Il y aurait de nombreux exemples dans le domaine de l’architecture avec la construction des maisons et des hôtels particuliers des raffineurs. Je me limiterai à l’exemple particulièrement original d’Aignan Thomas Desfriches. Quelles relations pouvaient exister entre Desfriches, le sucre, Nantes et Orléans ?

Aignan Thomas Desfriches négociant raffineur et dessinateur de talent

Une carrière de peintre contrariée par la nécessité du commerce

17Aignan-Thomas Desfriches est le plus souvent connu comme un des meilleurs dessinateurs d’Orléans, de la Loire et de son commerce au xviiie siècle. Il naquit à Orléans, rue du Tabour, le 7 mars 1715, dans un très bel hôtel particulier de style renaissance qui héberge aujourd’hui le centre Charles Péguy. Son père, né en 1683 faisait partie de l’oligarchie marchande d’Orléans et sa mère Catherine Boillève, née en 1689, était la fille d’un raffineur orléanais, et petite fille d’un des maires d’Orléans les plus illustres du xviie siècle. Aignan Desfriches père avait acquis pour 15 500 livres cette demeure pour y accueillir sa femme Catherine qu’il venait d’épouser le 16 avril 1714. De leur union naquirent, outre Aignan Thomas, dix frères et deux sœurs. Au cours de ses études chez les Jésuites d’Orléans, son goût pour la peinture est décelé et, à l’âge de 17 ans, Aignan-Thomas commença à suivre les leçons du peintre Dominé. En 1732, il fut pensionnaire à Paris du peintre Bertin, puis l’année suivante chez le peintre Charles Natoire. Il y fit la connaissance de Jean-Baptiste Peronneau, mais aussi de Restout et Messsonier. Il fréquenta également de jeunes élèves sculpteurs comme Pigalle et Christophe Allegrain et se lia d’amitié à Charles Nicolas Cochin, graveur et fils de graveur. Desfriches y mena alors la vie d’un étudiant sans souci, faisant preuve d’un talent certain pour le dessein et la peinture. Malheureusement de graves revers de fortune de ses parents le contraignirent à arrêter cette formation parisienne. En tant qu’aîné, il fut rappelé à Orléans pour redresser les affaires paternelles.

18Son père se révélait un négociant médiocre et, sous l’influence de sa belle famille, vivait au-dessus de ses moyens, accumulant progressivement des dettes qu’il ne pouvait rembourser. Nommé échevin, Desfriches père contracta de nouvelles dettes en août 1739 lors du passage à Orléans de la fille aînée de Louis XV partant vers son époux l’infant d’Espagne. Desfriches père avait institué avec son beau-frère Ignace Dufay, époux de Françoise Boillève, un « cautionnement et don mutuel » pour leurs deux affaires, mais le décès brutal de Dufay en juillet 1740 le contraignit à honorer ce cautionnement. Dufay était très engagé dans le commerce avec La Rochelle et l’Espagne à qui l’Angleterre venait de déclarer la guerre. Le notaire révéla que l’actif de Dufay comptait 72 000 livres de marchandises en stock mais surtout 90 000 livres de dettes à recouvrer, recouvrement qui aurait à peine permis d’équilibrer les comptes. Pour éviter la faillite, Desfriches père n’étant pas assez dur en affaires, Aignan-Thomas fut chargé de recouvrer impérativement ces créances. Son deuxième frère entra au séminaire et le troisième, Jean-Joseph dit Locy, fut envoyé à Nantes, au service de l’armateur Luc Shiel pour servir au commerce de Guinée.

  • 14 Cf. P. Villiers, P. Jacquin et P. Ragon, Les Européens et la mer, de la découverte à la colonisati (...)

19Aignan-Thomas sillonna alors la France, principalement Chatellerault, Angers, Vendôme, La Rochelle et Nantes. Le recouvrement s’avéra difficile, mais l’aîné des Desfriches y acquit une expérience des affaires qui lui servira toute sa vie. Aignan-Thomas parvint à redresser la situation, ce qui lui valut d’être associé pour un quart dans la totalité des affaires de son père. Il put également, après quatre ans d’attente, se marier avec Marie-Madeleine Buffereau de la Varenne, de petite noblesse, disposant de revenus principalement en rentes et en biens immobiliers. Le mariage fut l’occasion de renouer avec son ami Perroneau, qui en 1744, fit le portrait de Mme Desfriches mère. En 1745, Desfriches se remit au dessin mais il resta très pris par ses affaires. On le vit notamment à La Rochelle car la conjoncture de la guerre de Succession d’Autriche était particulièrement difficile pour le commerce colonial et le commerce orléanais. Cependant les convois coloniaux passèrent pour l’essentiel et les raffineries ligériennes furent approvisionnées pendant tout le conflit14.

  • 15 Cf. AD Loire Atlantique, B 4591 et Patrick Villiers, Traite des Noirs et navires négriers au xviii(...)

20La guerre de succession d’Autriche favorisa la carrière maritime de Desfriches-Locy. De retour de Guinée où il avait embarqué comme pilotin, il embarqua le 18 août 1744 sur le corsaire nantais le Duteillay, comme lieutenant puis le 15 mars 1745 sur le corsaire l’Apollon comme enseigne de vaisseau. Il rembarqua ensuite à nouveau sur un corsaire. Le 28 juin 1749, il présenta à Nantes une demande pour être admis capitaine au long cours avec 35 mois et 15 jours de navigation. Après l’examen réglementaire, son brevet fut signé en mars 1750 par Shiel et Wailsh. Sa position lui permit alors d’appuyer les investissements de son frère dans le commerce négrier. Nantes avait vu 44 négriers appareiller en 1749. Il en partit 23 en 1750 dont l’Andromaque de 250 tx, 34 hommes d’équipage, armé par Antoine Wailsh pour le compte de la Compagnie de l’Angola. Wailsh en confia le commandement à Jean Joseph Desfriches qui y investit des capitaux ainsi que son frère. Il acheta 460 captifs à la côte de Guinée d’octobre 1750 à mars 1751, dont 74 moururent au cours de la traversée et les autres furent vendus à Saint-Louis et Port-au-Prince de mai à juin 1751. L’Andromaque mouilla à Nantes le 4 janvier 1752. Bien que les comptes manquent, au vu des chiffres ci-dessus, la croisière fut rentable et Locy, compte tenu des primes et des pourcentages octroyés habituellement au capitaine, y gagna incontestablement une belle somme d’argent15. En tant qu’actionnaire, Aignan-Thomas Desfriches rentra également dans ses fonds.

21L’année 1749 vit l’arrivée à Orléans de Robert Soyer, inspecteur des Ponts et Chaussées, chargé de faire les études puis la construction du nouveau pont d’Orléans. Le jeune inspecteur trouva logement chez les Desfriches et sympathisa immédiatement avec Aignan-Thomas. Nous savons qu’en 1750, ce dernier commença ses premiers dessins de la construction du nouveau pont d’Orléans. L’année suivante, Perroneau revint à Orléans et peignit en pastel Aignan-Thomas Desfriches et son épouse. Probablement encouragé par Soyer et Peronneau, Desfriches réalisa plusieurs dessins à la mine de plomb sur les diverses machines employées pour les travaux et une « Vue des ouvrages du pont d’Orléans tels qu’ils étaient le 28 juillet 1752 ». Ce retour au dessin coïncide indiscutablement avec la réussite de ses affaires comme le souligne son portrait par Perroneau qui nous le montre portant une robe de chambre de lampas, étoffe de soie vive, bleue à grands ramages. Cette prospérité restait fragile. Desfriches rechercha de nouveaux marchés se rendant d’abord à Bâle en 1752 pour rencontrer Ryniher, fabricant d’indiennes et collectionneur d’art, puis aux Pays-Bas impériaux, séjournant à Bruxelle, Gand, Anvers et Malines, ramenant au passage des marines qui furent une des bases de sa collection personnelle de peintures.

22Le retour de la paix avait stimulé les échanges avec les colonies. La correspondance commerciale de Desfriches, malheureusement incomplète, garde la trace de fournitures de navires négriers en draps du Berry, en cadenas, en couteaux, en chaudrons et marmites. Le 20 novembre 1752, il expédia 1060 marmites aux Antilles. Lors de la création d’une fabrique d’Indiennes à Orléans par Jacques de Mainville le 2 novembre 1752, Thomas-Aignan y prit une participation. On note également de nombreux achats et ventes de sucres bruts et raffinés. Après un nouveau voyage aux Pays-Bas autrichiens, il se lança en 1755 dans la construction d’une petite raffinerie, entrant ainsi dans le groupe des négociants les plus aisés d’Orléans. Il quitta également l’hôtel particulier de son père et acheta une grande maison bourgeoise rue Neuve où son frère Locy le suivit. Il développa également son activité vers le commerce des eaux-de-vie. Ses premiers sucres ne furent pas assez blancs, mais la qualité s’améliora vite. Sur le conseil de son frère Locy, il avait probablement constitué des stocks de sucre brut car il continua à produire au moins jusqu’en 1758-1759 alors que la guerre avec l’Angleterre paralysa le trafic colonial à partir de 1756. Locy, fortune faite par son voyage comme capitaine négrier, cessa toute navigation pour revenir à Orléans.

23Les années 1755 et 1756 virent les deux frères apurer définitivement les dettes de leur père qui se montaient à 53000 livres. Ce dernier leur confia un pouvoir général et les chargea de trouver une situation à leurs autres frères, notamment Desfriches-Beaulieu, jugé trop dépensier et que l’on envoya comme gérant à Saint-Domingue sur une des plantations de Wailsh, l’armateur nantais dont Locy avait été le capitaine. Le décès en 1759 du cousin Toussaint-Desfriches, chanoine de Notre-Dame, à l’âge de 80 ans, procura un modeste héritage de 3 000 l.t. à Aignan-Thomas Desfriches, mais surtout une très belle bibliothèque. Le 7 janvier 1761, Jean-Aignan, son père, mourrait à la Cartaudière, à Micy-Saint-Mesmin (banlieue d’Orléans), résidence entourée de vignes où il s’était installé.

24Le passif de l’héritage se montait à 235 588 l.t. L’actif est inconnu. Aignan-Thomas accepta de reprendre l’héritage tandis que ses frères et sœurs y renonçaient. Aignan-Thomas put ainsi reprendre pour lui-même la Cartaudière qu’il aimait beaucoup, mais également les vignes qui l’entouraient. Devant la crise du commerce colonial, Aignan-Thomas s’était diversifié dans le commerce du vin et du vinaigre. En 1759 et 1760, il avait acheté à son père la totalité de sa production de vins.

Un négociant-raffineur au cœur de la vie culturelle et économique de la ville d’Orléans

25La mort de son père libéra Desfriches des soucis d’argent liées aux affaires paternelles. Son sens des affaires lui permit de ne pas subir la crise économique de la guerre de Sept Ans. En dépit de la guerre, il se tourna de plus en plus vers des activités artistiques. En 1760, Pigalle, chargé de faire un devis d’une statue de Jeanne d’Arc, logea chez lui et le remercia de son hospitalité par un buste remarquable aujourd’hui au musée des Beaux Arts d’Orléans. Desfriches reçut également chez lui Achille Ryniher, fils du négociant en indiennes de Bâle, que son père avait envoyé à Orléans s’initier au commerce ligérien. Il introduisit également le jeune homme dans les milieux artistiques parisiens et notamment chez les graveurs. Les dessins de Desfriches connaissaient un succès certain dans la société orléanaise et certains furent gravés.

26Au même moment, Colas Desfrancs, maire d’Orléans, chargea Desfriches de faire une Vue d’Orléans que la ville souhaitait offrir au nouvel intendant Cypierre, car Desfriches était reçu dans toute la haute bourgeoisie d’affaire orléanaise, notamment les Vandeberghe, les Tassin et les Miron. La présentation publique de la vue d’Orléans va populariser le talent de Desfriches dont le premier dessin commercialisé par la gravure le fut en 1756 par Chedel, en vente rue Saint-Jacques. Cette « Ville d’Orléans vue de la petite levée au-dessus des Capucins, présentée à Monsieur Jean-François Claude Perrin de Cypierre, maître des requêtes, intendant de la généralité d’Orléans par le Corps de Ville et par le sieur Desfriches, négociant à Orléans, qui l’a dessinée en 1761 » est un dessin à la pierre noire sur papier blanc au format 55 cm par 99 cm. L’original donné à M. de Cypierre fut gravé en estampes. Ainsi, on en tira 300 épreuves gravées à Paris par Cochin qui en envoya 250 exemplaires à Desfriches à la veille de Noël en 1766. M. de Cypierre s’en réserva 50 exemplaires qu’il offrit à ses relations.

27Une autre commande allait également populariser son talent : les dessins des planches de l’Art de raffiner le sucre publié par l’Académie des Sciences en 1764. L’Académie des Sciences, dont le secrétaire perpétuel était à cette date Duhamel du Monceau, avait entrepris un vaste programme de publications et de vulgarisation portant aussi bien sur l’Art du cartier publié en 1762 ou l’Art du tuilier et du briquetier paru en 1763. C’est dans ce cadre que Duhamel du Monceau fut chargé de la rédaction et de l’impression d’un ouvrage sur le sucre. Le choix de Duhamel du Monceau était judicieux. Sa nomination à l’Académie des Sciences avait été soutenue par Maurepas frappé par la qualité scientifique de ses travaux sur la maladie du safran. Maurepas l’avait ensuite employé pour diverses missions dans les arsenaux avant le nommer comme directeur des constructions navales en 1739, tout en lui laissant sa charge à l’académie des Sciences.

28Duhamel était né à Paris en 1700, mais il était Orléanais, au sens d’habitant de la province d’Orléans. Son enfance fut partagée entre le château de son père à Denainvilliers, près de Pithiviers, et la résidence parisienne de ses parents, quai saint-Louis. Cadet de famille, il fit ses études de droit à Orléans, sur ordre de ses parents en 1721. Duhamel rapporte qu’il avait alors logé à Orléans chez son oncle et qu’il en avait profité à l’époque pour visiter les différentes manufactures orléanaises. En 1760, la primauté d’Orléans dans l’industrie sucrière l’amena logiquement à venir à Orléans. Cependant, dans son introduction à l’Art du sucre, Duhamel rappelle qu’il n’était pas revenu à Orléans « depuis 30 ans ».

« Mes idées s’étaient fort embrouillées. Je me suis adressé en repassant par Orléans à M. Vandebergue qui m’offrit obligeamment l’entrée de sa raffinerie et de m’y accompagner pour m’aider à en mieux suivre les opérations… M. Desfriches voulut bien m’aider de son crayon dans la représentation de toutes les opérations et m’a fait présent du dessin qu’il avait fait des figures qui sont réunies dans la 3e planche et encore des études qui représentent les attitudes de la plupart des ouvriers en besogne… »

29Robert Soyer, le constructeur du nouveau pont, dessina une partie de la planche représentant les étuves. Duhamel nous apprend également qu’il soumit ses textes à plusieurs négociants d’Orléans, notamment : Nobleville, Vandebergue, Gueudreville et Le Vasseur. Les dessins de Desfriches furent gravés par Jan Palthe, de Leyde, qui vint à Orléans pour travailler avec Desfriches.

30La planche (cf. reproductions) « La halle de la raffinerie Vandeberghe à Orléans », t. XXIV de la Description des arts et métiers, Paris 1764, illustre bien la qualité du dessin de Desfriches. Cette halle a malheureusement disparu. Une des raisons de la qualité de ces planches est évidemment la connaissance du métier de raffineur.

  • 16 Micheline Cuénin, Mr Desfriches d’Orléans, Les amis du musée d’Orléans, Musée des Beaux Arts d’Orl (...)

31Avec le retour de la paix et une conjoncture beaucoup plus favorable au commerce colonial et au raffinage du sucre, Desfriches continua à prospérer tant dans le domaine artistique que dans le domaine des affaires. Sa notoriété comme dessinateur de paysages et de scènes champêtres se développa dans la capitale et même hors de France. Madame Cuenin, qui a particulièrement étudié la correspondance privée de Desfriches, a montré que jusqu’à sa mort il a lié art et affaires. Il n’hésitait pas en même temps qu’il adressait ou vendait un paysage ou une miniature à offrir ses bons offices pour acheter du vin de Loire ou des sucres d’Orléans16. Nommé Conseiller de Ville en 1764, il s’illustra dans la construction des maisons de la rue Royale. Le nouveau pont avait entraîné la démolition d’une partie des remparts et de nombreuses maisons dans le prolongement du pont. Il fallait reconstruire, mais les acheteurs ne se bousculaient pas. Desfriches proposa à la ville de construire les premières maisons, celles les plus proches du pont et de les mettre en location dans un premier temps. La conjoncture se renversa et dix ans plus tard la ville revendait avec profit ces maisons. Jusqu’à sa crise d’hémiplégie en 1791, son succès artistique ne cessa de croître. Il se mit en effet à la miniature. Sur le plan familial, il maria sa fille à Jean Cadet de Linay, ingénieur des Ponts et Chaussées qui fut nommé inspecteur général en 1777 et anobli en 1786. Thomas Aignan Desfriches continua à enrichir sa collection de peintures qui atteignit une renommée nationale et dessina en 1783 une Vue d’Orléans prise du chemin de l’île Arrault qui témoigne également de son talent. En 1786, il créa l’École de dessin gratuite d’Orléans. En 1790, il fut chargé d’un grand « dessin du serment de la fédération des Gardes nationales à Olivet ». Il ne fut pas inquiété par les troubles révolutionnaires. Frappé en 1792 d’une seconde attaque d’hémiplégie qui lui laissa une paralysie du côté droit, il continua d’augmenter sa collection de peintures et à résider dans sa maison d’Orléans ou à la Cartaudière. Son gendre, nommé par la Révolution, Ingénieur des canaux d’Orléans et du Loing, vint s’installer chez lui en 1795. Cinq ans plus tard, Desfriches, très diminué, s’éteignait dans sa maison de la rue Neuve. Avec lui disparaissait un acteur et un témoin de la splendeur d’Orléans, splendeur dont le commerce colonial était au xviiie siècle le moteur principal.

Reproductions

Intérieur de la raffinerie Van de Bergue, planche de l’Art du Sucre par du Duhamel Monceau, 1764, dessiné par Desfriches.

Intérieur de la raffinerie Van de Bergue, planche de l’Art du Sucre par du Duhamel Monceau, 1764, dessiné par Desfriches.

Buste du domestique noir de Desfriches-Locy, réalisé en 1760 par Pigalle. Musée des Beaux Arts d’Orléans.

Buste du domestique noir de Desfriches-Locy, réalisé en 1760 par Pigalle. Musée des Beaux Arts d’Orléans.

Vue d’Orléans par Desfriches en 1761. À noter les quais plus ou moins empierrés, ce qui n’empêche pas le trafic d’être plus intense. Au premier plan, de petits chalands de Loire.

Vue d’Orléans par Desfriches en 1761. À noter les quais plus ou moins empierrés, ce qui n’empêche pas le trafic d’être plus intense. Au premier plan, de petits chalands de Loire.

Notes

1 Savary Des Bruslons, Dictionnaire Universel du Commerce, article Commerce, Nantes, Paris, édition de 1723, t. 1, p. 888.

2 Ibidem.

3 P. Jeulin, Évolution du Port de Nantes, organisation et trafic depuis les origines, Paris, 1929. Les données sont en livres poids.

4 Voir P. M. Bondois, « Les centres sucriers français au xviiie siècle » RHES, année 1931, p. 27-80. Voir p. 57. Bon article mais vieilli, qui mériterait d’être entièrement revu.

5 Ibid., P. M. Bondois, « Les centres sucriers français », art. cit., p. 60.

6 J. Tarrade, Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Régime, 2 tomes, Paris PUF, 1972.

7 Cf. Archives Nationales, F3 142, dossier sucreries.

8 AD Loiret, Dépôt Fauchon, minutes Poullin, contrat de mariage du 9 juillet 1690, 3E 10451.

9 Savary Des Bruslons, Dictionnaire Universel., op. cit., p. 870. Savary signale 3 raffineries à Orléans sans donner leur capacité. Chiffre confirmé par Mantelier, « Histoire de la Communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire et autres fleuves se jetant en icelle », Mémoires de la Société d’Archéologie et d’Histoire d’Orléans, t. VII, 1867, 550 p., p. 492.

10 Dans Sevin Moreau, Mémoire sur les causes de la décadence de l’industrie manufacturière et commerciale à Orléans, Orléans, 1828, p. 6.

11 Cf. Archives Nationales, F12 – 1501, « Rapport du sieur Lebrun », 15 juillet 1775.

12 Idem, « Mémoire pour les raffineurs d’Orléans », sans date, probablement des années 1780-1783.

13 Idem, « État général des Raffineries d’Orléans et des objets de premières nécessités tant pour l’exploitation de la raffinerie que pour la fabrication du sucre », 1794.

14 Cf. P. Villiers, P. Jacquin et P. Ragon, Les Européens et la mer, de la découverte à la colonisation : 1455-1860, Paris, Ellipses, 1997.

15 Cf. AD Loire Atlantique, B 4591 et Patrick Villiers, Traite des Noirs et navires négriers au xviiie siècle, Grenoble 1983, p. 21-25.

16 Micheline Cuénin, Mr Desfriches d’Orléans, Les amis du musée d’Orléans, Musée des Beaux Arts d’Orléans, 1997, 334 p. Mme Cuénin a particulièrement étudié l’œuvre artistique d’Aignan Desfriches et a publié dans cet ouvrage une partie importante de sa correspondance privée.

Table des illustrations

Légende Importations et réexportations des sucres des Antilles à Nantes de 1714 à 1790 en livres poids
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20492/img-1.png
Fichier image/png, 5,4k
Titre Intérieur de la raffinerie Van de Bergue, planche de l’Art du Sucre par du Duhamel Monceau, 1764, dessiné par Desfriches.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20492/img-2.png
Fichier image/png, 567k
Titre Buste du domestique noir de Desfriches-Locy, réalisé en 1760 par Pigalle. Musée des Beaux Arts d’Orléans.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20492/img-3.png
Fichier image/png, 180k
Titre Vue d’Orléans par Desfriches en 1761. À noter les quais plus ou moins empierrés, ce qui n’empêche pas le trafic d’être plus intense. Au premier plan, de petits chalands de Loire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20492/img-4.png
Fichier image/png, 731k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540