Version classiqueVersion mobile

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Première partie. Les villes européennes et les mutations de l'économie maritime atlantique

La guerre et les altérations des relations commerciales entre les villes de la façade atlantique (1567-1609)

Juan E. Gelabert

Texte intégral

  • 1 England under the Tudors, Londres, 1955, p. 95.

1Des villes et des territoires appartenant aux pays situés tout le long de la façade atlantique entretinrent dans la première moitié du xvie siècle de solides relations commerciales qui, dans certains cas, plongeaient leurs racines dans le Moyen Âge. Certaines de ces relations, comme celles qui furent établies entre l’Angleterre, les Pays-Bas ou la Couronne de Castille, se trouvèrent encore plus renforcées à cette époque grâce à la configuration particulière des relations diplomatiques que les Tudor, les seigneurs de la Maison de Bourgogne et les rois de Castille avaient alors établies entre eux. Et quand, à partir de 1516, Charles de Gand réunit sur sa personne ces deux derniers titres, il ne fait aucun doute que le lien entre ses possessions de Flandre et de Castille se renforça encore plus, au même titre que les relations avec l’Angleterre d’Henri VIII. À ce sujet, le défunt Geoffrey R. Elton écrivit que durant la première moitié du xvie siècle, « the country’s [Angleterre] attitude to foreign affairs was dominated by two factors, one emotional – hatred of France – and one realistic – the imperial alliance protecting the vital cloth trade with Spain and the Low Countries1 ».

2En effet, les relations bilatérales établies entre l’Angleterre et le Duché de Bourgogne et celles en vigueur entre l’Angleterre et l’Espagne étaient marquées par un attrait commercial substantiel basé sur le commerce du drap qui descendait d’Angleterre et de Flandre en direction de l’Espagne en échange des laines qui en remontaient. L’intérêt du circuit qui faisait arriver les draps anglais dans les villes flamandes afin d’y être achevés puis distribués en Europe Centrale n’était pas négligeable. Parallèlement, et malgré l’hostilité déclarée entre Valois et Habsbourg au cours de ces années, quelques villes françaises, et en particulier celles situées tout au long de la côte atlantique, participèrent également à ces trafics, en important des laines d’Espagne, en plaçant leurs draps (Rouen) sur les marchés ibériques ou en servant de relais sur les routes qui unissaient la Méditerranée et l’Atlantique (Nantes, Bordeaux…).

  • 2 H. Casado, Alonso, El triunfo de Mercurio. La presencia castellana en Europa (siglos xv y xvi), Bu (...)
  • 3 G. Parker, The Dutch Revolt, Ithaca (N.Y.), 1977, p. 254-256.
  • 4 H. Lapeyre, El comercio exterior de Castilla a través de las aduanas de Felipe II, Valladolid, 198 (...)
  • 5 À sujet, voir F. Gonzalez Prieto, Fuentes demográficas, evolución y estructura socio-profesional d (...)

3Un grand nombre de villes espagnoles situées aussi bien sur la façade atlantique qu’à l’intérieur du pays montrent donc comment leur évolution démographique et économique était restée liée à l’évolution de ces relations ; les unes dépendaient du commerce de la laine (Burgos), de l’industrie textile (Ségovie, Palencia, Avila) et d’autres, simplement, du transport des laines et des draps (Bilbao, Santander). Le commerce de la laine en particulier s’organisait depuis Burgos par le biais de son Consulat, fondé en 1494 ; la majeure partie des exportations était destinée à la Flandre, et au début de la deuxième moitié du xvie siècle il est certain que l’on n’exportait plus les mêmes quantités qu’au cours de la décennie précédente2. L’éclatement de la révolte hollandaise en 1567 compliqua encore plus la situation en rendant impossible l’arrivée des navires dans les ports des Pays-Bas ; l’effet du conflit dans les villes industrielles flamandes (Hoondschoote)3ne fut pas moins grave. La chute des exportations en direction de la Flandre ne put, loin s’en faut, être compensée par l’augmentation des exportations qui simultanément eut lieu en direction de l’Italie, lesquelles passèrent d’environ 10 000 à 15 000 sacs entre 1558 et 1566 à 20 000 entre 1573 et 1582, mais guère plus entre 1589 et 15944. Résultat de cette situation : la fortune de la ville de Burgos commença à décliner de façon parfaitement visible dès les années 1560, lorsque les effets de la peste de 1565 ne purent être dépassés, étant donné la crise ouverte du secteur qui jusqu’alors avait été sa principale activité : le commerce de la laine5.

  • 6 R. Carande, Carlos V y sus banqueros, 3 vol., Madrid, 1943-1949 ; I, p. 98.
  • 7 La revolución de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid, 1977, p. 93 et suiv.
  • 8 Carande, Carlos V… ; I, p. 109. Il s’agit de la loi XLVI, titre XVIII, livre VI, de la Recopilació (...)

4Malgré tout, les difficultés eurent beau frapper durement la caput Castellae, le fait que la laine ne trouve pas de sortie hors d’Espagne – ou, bien entendu, pas autant qu’avant – dut altérer de façon substantielle les conditions dans lesquelles évoluait la relation entre l’offre et la demande industrielle de laine, au niveau national. Il convient de rappeler que dans la concurrence établie entre ceux qui achetaient la laine pour l’exporter et ceux qui l’acquéraient pour la transformer en produits manufacturés dans le royaume, le roi Henri IV intervint en 1462, concédant à ces derniers la possibilité de retenir le tiers des quantités annuellement négociées par les premiers6. Ce « tiers » ne souffrit aucune altération pendant de nombreuses années, et pourtant les consommateurs nationaux – industriels de Ségovie, Avila, Palencia, etc. – ne cessèrent pas de clamer contre une politique qui, à leur avis, non seulement leur portait directement préjudice, mais était également préjudiciable à l’ensemble du pays puisque l’on confiait la manufacture d’une matière première de très grande valeur à ceux qui ensuite la renvoyaient avec une valeur ajoutée qui, bien qu’ayant été générée à Courtrai ou Hondschootte, aurait tout aussi bien pu l’être à Tolède ou Ségovie. Comme J. Pérez l’a démontré au moyen de l’analyse des mémoires de Pedro de Burgos et de Rodrigo de Luján (l’un et l’autre de 1516), ces « mercantilistes » de la première heure n’avaient pas tort lorsqu’ils faisaient remarquer que les draps de Courtrai – de bonne qualité et chers – ou ceux dits « de Londres », auraient pu sans grande difficulté être manufacturés à Palencia si les « fabricants » de cette ville avaient pu disposer des laines que l’intérêt des marchands de Burgos et de leurs associés faisait sortir du pays année après année7. Il semble qu’à un certain moment Charles Quint ait étendu jusqu’à la moitié le tiers de 1462, disposition qui de toute façon dut être très vite abrogée. Néanmoins, en 1551, les fabricants de draps réitérèrent leurs demandes et obtinrent la retenue de la moitié des laines devant sortir du royaume s’ils les payaient « de la façon, au prix, et selon les délais et conditions » établies entre les exportateurs et leurs clients8.

  • 9 Ndt. : en français dans la version originale. F. Brumont, « La laine dans la région de Nájera (deu (...)
  • 10 F. Ruiz Martin, Lettres marchandes échangées entre Florence et Medina del Campo, Paris, 1965, p. 2 (...)

5Par conséquent, la situation politique des Pays-Bas à partir de 1567 eut pour effet de favoriser la chute de la demande de laine de façon très significative, comme le démontre l’évolution de son prix, pour ce qui concerne aussi bien celle provenant du bétail fixe que celle du bétail transhumant. Le premier de ces deux prix, en effet, montra « une remarquable stabilité avec tendance à la baisse9 » de 1565 à 1575, il descendit encore légèrement « jusqu’à la fin du siècle », et remonta seulement « un peu » en 1602 et 1603. Le second, celui des laines réservées de préférence à l’exportation, montre une tendance similaire : l’arrobe, qui en 1568 pouvait encore atteindre entre 22 et 23 réaux se trouvait en dessous de 15 après 1575 et ne remonta de façon significative qu’après 1600. Dans l’Espagne de « la révolution des prix », la laine semble avoir été le seul produit à ne pas vivre cette expérience. La matière première de l’industrie textile castillane fut donc, sans doute, un bien accessible en quantité et en prix durant ces années : « Aujourd’hui, la laine s’écoule très facilement et tout porte à croire que cela continuera », écrivait en 1583 Baltasar Suárez (Florence) à Simón Ruiz (Medina del Campo)10.

  • 11 Earl J. Hamilton, American Treasure and the Price Revolution in Spain, 1501-1650, Cambridge (Mass. (...)
  • 12 60 % la « trasformazione » et 40 % la « materia prima », dans les produits de la compagnie de Fran (...)

6L’autre facteur remarquable dans le contexte de cette production industrielle fut constitué par la rémunération du travail, c’est-à-dire par l’évolution du salaire nominal que les « hacedores de paños » (fabricants de draps), se trouvaient dans l’obligation de payer à leurs employés. On ne dispose pas de données relatives à ce comportement dans le cas concret de l’industrie textile, mais si l’on admet qu’ils ne purent différer de façon substantielle du cadre général, on peut alors affirmer que les salaires doublèrent pratiquement (96,25 %) tout au long de la seconde moitié du xvie siècle (de 1541-1550 à 1591-160011). Il est certain que cette augmentation phénoménale restreignit un tant soit peu les bénéfices que les industriels pouvaient attendre de la transformation d’une matière première bon marché et abondante, comme l’était alors la laine, car il est bien connu que, dans la formation du prix final du drap, le coût de la main-d’œuvre représente en général un peu plus de la moitié de celui-ci12.

  • 13 J. I. Fortea Perez, Córdoba en el siglo xvi : las bases demográficas y económicas de una expansión (...)

7La fiscalité qui pesait sur les manufactures textiles connut la même évolution à la hausse, et l’on peut affirmer qu’« en se comportant ainsi, le fisc satisfaisait à court terme les exigences de la Couronne, mais sapait à la longue les bases mêmes dont il se nourrissait13 ».

  • 14 Ruiz Martín, Lettres marchandes, p. 281.

8En résumé, durant les trois dernières décennies du xvie siècle, et suite à la chute des exportations traditionnelles de laine vers la Flandre, il semble que les industries textiles des villes de Castille aient disposé de laine bon marché et en abondance, situation extraordinaire, perturbée néanmoins par le coût croissant de la main-d’œuvre et l’évolution de la pression fiscale, à partir de 1573. Comme au même moment la guerre de Flandre restreignit l’arrivée des produits textiles manufacturés que les bateaux chargés de laine rapportaient, on pourrait penser que les « hacedores de paños » (fabricants de draps) disposèrent alors et de façon pratiquement exclusive d’un marché qui n’était pas strictement le marché péninsulaire mais qui s’étendait également au Nouveau Monde. Les interruptions du commerce avec l’Angleterre et les affrontements de la période 1585-1604 influèrent dans le même sens, puisque, au même titre que la Flandre, ce pays était un fournisseur habituel des marchés ibériques. De fait, les « draps de Londres » disparurent du marché de la ville de Saint-Jacques à partir de 1580. Il en résulte que durant les trois dernières décennies du xvie siècle, la production textile castillane put profiter de marchés – nationaux et d’outre-mer – auxquels ses concurrents avaient de plus en plus difficilement accès, d’autant plus qu’ici la matière première était abondante, bien qu’il soit tout aussi vrai qu’aussi bien les salaires que la fiscalité assombrissaient quelque peu les termes de l’équation. Néanmoins, les facteurs positifs purent être encore plus importants si l’on ajoute qu’à certaines années de la décennie 1580, l’abondance d’argent fut réellement remarquable et qu’il se passa la même chose avec le crédit. L’interruption provisoire des licences d’exportation de monnaie (licencias de saca) (1583-1585) et les envois massifs d’argent depuis les Indes contribuèrent à dessiner un panorama que Simón Ruiz résumait ainsi en 1583 : « La quantité d’argent qu’il y a dans ce royaume est importante, comme je l’ai écrit à votre Majesté, et il en sera ainsi tant que l’on continuera à ne pas accorder de licences de sortie (licencias de saca). Dieu veut que cette abondance ne vienne pas causer plus tard quelque banqueroute, car on donne aujourd’hui de l’argent à des gens auxquels, en d’autres temps, on n’aurait rien donné14. »

  • 15 Impôt sur toutes les transactions.
  • 16 J.-P. Le Flem, « Vraies et fausses splendeurs de l’industrie textile ségovienne (vers 1460-vers 16 (...)
  • 17 A. García Sanz, « Castilla, 1580-1650 : crisis económica y política de “reformación” », dans J. H. (...)

9Partant de tels prémices, quelle fut, en définitive, l’évolution que connurent la production textile et celle des villes qui, dans des proportions considérables, accueillaient une population qui y était impliquée ? Malheureusement, on ne dispose d’aucune série qui, de façon directe ou indirecte, permettrait de témoigner de l’évolution de cette production. La lecture que l’on a voulu faire de cette évolution à partir des sommes payées au titre de la alcabala15 est en tout point erronée16. Pour sa part, l’évolution des dons que les artisans de la ville de Ségovie offrirent à partir de 1526 pour la construction de sa cathédrale montre une faible tendance à la croissance depuis cette date et jusqu’en 1575, moment où la série s’interrompt, et qui ne repart qu’en 1604, laissant donc au milieu, un vide dont la caractérisation est précisément le problème qu’il s’agit d’élucider ici17.

  • 18 Calendar of the Manuscripts of the Most Honorable the Marquis of Salisbury…, 24 volumes, Londres, (...)
  • 19 H. Lapeyre, El comercio exterior de Castilla, p. 111.
  • 20 A. García Sanz, « Población e industria en una ciudad de Castilla : Segovia, 1530-1750 », dans J. (...)

10Il est donc bon de partir du principe qu’à n’en pas douter les marchés ibériques s’avéraient très intéressants pour l’ensemble des pays européens, et que la guerre avec le roi d’Espagne portait un préjudice notoire à ceux qui en vivaient. Comme le disait John Howell, mayor d’Exeter en 1600, à cause du conflit entre Elisabeth Ire et Philippe II d’Espagne, « the poor weavers, spinsters and clothiers of our country are suffered to bi idle, and her Majesty’s customs are much impaired18 ». La version espagnole de ce triste panorama aurait dû consister en une diminution similaire des droits de douane dans ces ports espagnols habituellement fréquentés par les navires anglais, et d’autre part, l’industrie nationale castillane aurait dû tirer profit de l’oisiveté forcée à laquelle la guerre condamnait les travailleurs anglais. S’agissant de la première solution, les douanes du golfe de Biscaye subirent, sans aucun doute, une diminution sensible au cours de ces années19 ; nous ne savons rien en revanche de la seconde partie de notre supposition. L’absence, déjà évoquée, d’indicateurs directs ou indirects de la production textile oblige donc à rechercher dans la dynamique démographique des villes industrielles la réponse à cette interrogation. L’idée n’est pas saugrenue car dans ces villes la population liée à ces activités représente, en général, un contingent d’une grande volatilité dont la fluctuation est, à son tour, étroitement liée à l’évolution de l’industrie elle-même20.

  • 21 D. S. Reher, Town and country in pre-industrial Spain. Cuenca, 1550-1870, Cambridge, 1990. p. 24.
  • 22 M. Weisser, « The decline of Castile revisited : the case of Toledo », The Journal of European Eco (...)
  • 23 G. Herrero Martínez De Azcoitia, La población palentina en los siglos xvi y xvii, Palencia, 1961.

11Compte tenu des évolutions démographiques respectives, on peut donc conclure que toutes les villes industrielles de Castille ne purent pas bénéficier de l’oisiveté forcée à laquelle la guerre avait condamné les travailleurs du textile d’Angleterre ou de Flandre. En Vieille-Castille, par exemple, Avila atteignit ses taux de baptêmes les plus élevés entre 1570 et 1574 puis s’essouffla peu à peu et sans rémission ; Cuenca, en Nouvelle-Castille, enregistra son plus grand nombre de baptêmes en 1588 puis déclina également21. La même chronologie peut être appliquée à Tolède22. D’autres, en revanche, semblent avoir tiré un bon parti de l’opportunité qui leur était offerte, comme Ségovie et Palencia23 dont les courbes de baptêmes respectives se maintiennent jusqu’à 1605 et 1611.

  • 24 D. S. Reher, Town and country, p. 27 et 30.
  • 25 Information du plus grand intérêt dans P. Zabala Aguirre, Las alcabalas y la hacienda real en Cast (...)
  • 26 Ibid., p. 213.

12Néanmoins, il n’est pas facile de connaître le sort d’autres villes ; il faut tenir compte, bien entendu, de certaines particularités de chacune d’entre elles, comme, par exemple, quels types de draps sortaient de leurs métiers, ou le traitement fiscal que les autorités locales réservèrent à l’industrie textile lorsque les difficultés arrivèrent, à partir de 1573. Le cas de Ségovie est à cet égard très différent – où le conseil municipal se contenta de transférer mathématiquement aux fabricants de draps les augmentations de la pression fiscale décrétées par le gouvernement de Philippe II – de celui de Cuenca – où cette somme fut multipliée par six de 1557-1561 à 15901595 – ou encore de Tolède, où le ballot de drap et de bure ou celui des draps de couleur passèrent de l’indice 100 (1557-1561) à l’indice 1 445 (1579-1584) et 1 362 (1590-1595) dans le premier cas et 100, 579 et 708 pour les mêmes dates dans le second. Dans le cas de Cuenca, le fiscalisme n’est pas le seul responsable de la chute d’une activité qui occupait en 1561 la moitié (exactement 49,20 %) de sa population industrielle, laquelle atteignait alors 58 %24. Certes, lorsque les opportunités se présentèrent il ne semble pas qu’aient existé de nombreuses possibilités d’en tirer profit25. À Avila non plus, où l’impact du fiscalisme fut plus doux et oblige de ce fait à chercher ailleurs les raisons de son déclin précoce26.

  • 27 Calendar… Salisbury…, XV (14, mai).
  • 28 Ibid., XIV (Addenda), p. 246-247.
  • 29 Th. Rymer, Foedera, conventions, literae, et cujuscumque generis acta publica, inter reges Angliae (...)
  • 30 Lettres…, Paris, 1643, p. 835.

13Mais, situons-nous à présent au début du xviie siècle, au tout début de 1604 et de 1609, lorsque l’Angleterre tout d’abord, les Provinces Unies ensuite, voulurent à nouveau que leurs bateaux, leurs marchands et leurs produits puissent accoster les terres du Roi Catholique. Pour ce qui concerne l’Angleterre, il ne fait aucun doute qu’il y existait aussi bien qu’en Espagne des secteurs économiques intéressés par la signature d’un accord commercial et politique le plus tôt possible. Elisabeth Ire d’Angleterre étant morte le 24 mars 1603, et Jacques VI d’Écosse étant en route pour Londres, il n’allait pas se passer un mois avant que l’on décrète à Valladolid la liberté d’accès des marchands anglais aux ports espagnols27 alors que le vice-roi du Portugal était informé qu’il devait réintroduire tous les sujets de Jacques Stuart dans tous les privilèges dont ils avaient joui avant la guerre28. De son côté celui-ci répondait le 23 juin par une Proclamatio pro Commercio cum Hispania par laquelle il annulait toutes les lettres de marque émises par Elisabeth ; la mesure avait en outre un caractère rétroactif à compter du 24 avril, jour de son arrivée en terre anglaise29. La lune de miel de cette époque entre les vieux ennemis souleva les doutes de rigueur dans les milieux diplomatiques français ; ainsi, au cours du même mois de juin, depuis Rome, le cardinal Arnaud d’Ossat écrivait à Paris : « Il pourroit estre qu’ils (les anglais) aimeroient mieux s’allier auec eux (les espagnols) qu’avec nous30. »

  • 31 A. Castillo Pintado, Tráfico marítimo y comercio de importación en Valencia a comienzos del siglo (...)
  • 32 F. Gil Ayuso, Noticia bibliográfica de textos y disposiciones legales de los reinos de Castilla im (...)
  • 33 The Naval Tracts of Sir William Monson, éd. de M. Oppenheim, 6 vol., 1802 ; III, p. 328-329.
  • 34 Biblioteca de El Escorial, 39-IV-28 (37).

14Début décembre 1603 il y avait déjà dans le port de Valence des navires en provenance d’Angleterre avec leur chargement de poisson salé, de plomb, d’étain, de tissus et de draps31. Le 18 août 1604 était signé à Londres le traité de paix qui mettait fin à vingt années d’hostilité dans l’Atlantique ; le texte imprimé que le libraire Francisco de Robles vendait à Valladolid l’année suivante expliquait que le traité en question avait été signé entre « le Roi notre seigneur, les sérénissimes Archiducs de Bourgogne, ses frères, et le sérénissime Roi de la Grande Bretagne, qui s’appelait alors Roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande32 ». La vieille alliance du temps de Ferdinand et d’Isabelle, de Jeanne et de Philippe et de leur petit-fils l’empereur Charles se trouvait à présent restaurée. De retour sur le continent, les négociateurs de Philippe III s’entretinrent également avec des représentants du roi de France, avec lesquels ils décidèrent d’étendre à leurs sujets « the same conditions of traffic that is betwixt the King of England and Spain33 ». Le conflit sur les tarifs douaniers qui avait eu son origine dans ce qu’on avait appelé le « décret Gauna » ou « décret du 30 % » se trouvait ainsi liquidé. Néanmoins, le 20 février 1605, Philippe III prévenait les anglais et les français que sous aucun prétexte leurs navires ne pouvaient apporter en Espagne des marchandises appartenant à ses « vassaux désobéissants qui résident dans les Iles de Zélande et de Hollande34 ».

  • 35 P. Croft, The Spanish Company, Londres, 1973, p. XIII.
  • 36 Th. K. Rabb, Enterprise and Empire. Merchant and Gentry investment in the expansion of England, 15 (...)
  • 37 H. Taylor, « Price Revolution or Price Revision ? The English and Spanish Trade after 1604 », Rena (...)
  • 38 The Fugger News-Letters, Londres, 1924, I, p. 346.

15Le climat d’impatience et d’enthousiasme que la paix engendra dans les milieux d’affaires de Londres apparaît dans le nombre d’admissions qui entre 1575 et 1630 se produisit dans les différentes companies implantées dans la ville : avant la création de la Virginia Company (1606), il n’y eut jamais autant d’entrées qu’en 1577, date de la création de la Spanish Company35, et qu’en 1604, lorsque fut signée la paix dite de « Somerset House »36. Néanmoins, le choc avec la réalité du marché espagnol provoqua bientôt une désagréable surprise ; les nouvelles que les marchands anglais envoyaient chez eux se révélèrent des plus décevantes. L’un d’entre eux écrivit : « It was generally thought that our peace with Spain would bring in mountains of gold but now it proveth molehills of earth37. » Il semble donc que la déception ait rapidement envahi ceux qui étaient venus ici : sur les 239 noms de marchands qui apparaissent dans les port books entre 1604 et 1606, 110 d’entre eux n’y figurent plus en 1609. « This peace has so far done little good to trade or anything else », commentait-on à Anvers en décembre 160438.

16L’analyse que Harland Taylor a faite de ce moment particulier pointe comme facteurs principaux d’explication de ce fiasco la pénurie monétaire de l’Espagne (pénurie d’argent, s’entend), une offre excessive qui fit chuter les prix et enfin, un éventail de produits qui au début s’avéra « out of fashion » et qui en outre ne pouvait concurrencer en prix ce qu’il y avait ici, à savoir, « Segovian fabrics and relatively high-quality Italian cloths manufactured from Spanish wool ».

  • 39 Hamilton, American Treasure, annexe V ; P. Ponsot, Atlas de Historia Económica de la Baja Andalucí (...)
  • 40 Calendar… Salisbury, XVII, p. 187-189 ; voir également Taylor, « Price Revolution », p. 19-20.
  • 41 A relation of the state of France…, p. 430.

17Laissant de côté l’invasion de concurrents déjà mentionnée, il est vrai qu’en 1604 le marché castillan n’était pas prêt à s’orienter vers la consommation de textile. Les années 1603, 1604 et suivantes furent particulièrement dures à cause de la maigreur des récoltes et de l’augmentation correspondante des prix, spécialement en Andalousie, où la fanègue de blé, qui n’avait pas atteint les 300 maravédis en 1601 et 1602, allait être multipliée par six dans les années suivantes39. L’agent de la Spanish Company à Séville expliquait au printemps de 1605 que de tous les produits constituant le trafic, seules les céréales étaient intéressantes tandis que pour le reste des marchandises, il y avait « very bad sales40 ». La même impression apparaît, au sujet de la France et de l’Espagne, dans la Relation de Sir John Carew (1609) : « Their corn and grain alone robeth all Spain of their sil-ver and gold, that is brought thither out of their Indies ; insomuch that at this present it is held, that there is far greater quantity (this king told me it was after the proportion of six to one) of the doubloons and pistoletts of Spain, in France, than in Spain itself41. »

  • 42 Hamilton, American Treasure, p. 90. J. De Santiago Fernádez, Política monetaria en Castilla durant (...)
  • 43 Calendar… Salisbury…, XVIII ; Anthony Chambers à William Stanley depuis Bruxelles.
  • 44 Actas de las Cortes de Castilla, XXIII, p. 59-60.
  • 45 « English Merchants and Spanish Prices about 1600 », Fremde Kaufleute auf der Iberischen Halbinsel(...)

18En second lieu, il semble également que la Castille ait connu au cours de ces mêmes années un marasme monétaire consécutif à la crise financière dont avait hérité Philippe III, qui fut combattu, entre autres mesures, par le refrappement (resello) décrété le 18 septembre 160342. Il est facile d’en déduire que face à ces mesures et à quelques autres, la monnaie en argent se dissimula où elle put ; « money in Spain is so scant and so hard to recover, that I know not what to say » – disait-on encore en janvier 160643. En avril 1607, les Cortes de Castille, qui venaient de s’ouvrir, se plaignaient que « Notre Seigneur ayant fait la grâce de faire de Sa Majesté le seigneur des Indes, d’où est arrivée une si grande quantité d’or et d’argent, [il était indigne] de voir qu’aujourd’hui on ne trouve qu’à peine le billon, ce qui est la cause de la chute du négoce et du commerce, du renchérissement des produits, et de la pratique de l’usure dans l’échange des monnaies44. » Cette mention de « l’usure » mérite une certaine attention car elle indique ce que Harland Taylor avait mentionné, à savoir l’existence d’une prime qui en son temps était passée pratiquement inaperçue, selon E. J. Hamilton45. Les Relationes de Luis Cabrera de Cordoue racontent néanmoins qu’en mai 1606 la prime de l’argent était à Séville de 8 %, et il produisait également un paragraphe très explicite sur cette pratique précoce de la prime :

  • 46 Relaciones de las cosas sucedidas en la Corte de España desde 1599 hasta 1614, Valladolid, 1997, r (...)

« Sur les places et les endroits les plus fréquentés, sont apparus depuis quelques années, des tableaux d’équivalence pour échanger des réaux contre des billons qu’on appelait “trueca-reales” et dont le prix s’élevait ici, à Madrid, à cinq et six pour cent, le double à Séville et dans les villes maritimes. Cela fut interdit par le Conseil Royal, compte tenu des inconvénients que cela entraînait, parce qu’avec leur trafic, ils ramassaient tous les réaux pour les échanger contre des liards ; comme ce type de monnaie a énormément augmenté dans ce royaume depuis quatre ans, on ne trouve plus de réaux, et les trésoriers du Roi payent en liards les rentes des seigneurs et celles des particuliers46. »

  • 47 Ibid., p. 196.

19Il existait, par conséquent, une pratique tolérée ou peut-être même officielle – interdite à cette date – reconnaissant l’existence d’une prime de l’argent, dont nous savons en outre, qu’elle était deux fois plus élevée dans les villes maritimes qu’à Madrid, lieux dans lesquels dernièrement le faux billon entrait de toutes parts, dissimulé dans les navires qui arrivaient chargés de « blé et de marchandises ». Tel avait été exactement le pronostic annoncé après le refrappement (resello) de septembre 1603, dont on disait qu’il allait « ultérieurement provoquer de grands dommages puisqu’il était si facile d’introduire de l’extérieur du royaume une telle monnaie et de l’échanger contre de l’argent, au point d’en remplir le royaume et de le vider de ses réaux » (1er novembre 160347).

  • 48 Th. Birch, An Historical view of the Negociations between the Courts of England…, Londres, 1749, p (...)

20En résumé, si c’étaient des draps que les anglais étaient venus offrir en 1604 avec l’espoir supplémentaire de repartir avec de l’argent en échange, celui-ci, bien entendu, était alors de plus en plus difficile à trouver. « The best judgement he could make of Spain [1605] was in these words, superba miseria48. »

  • 49 I. Pulido Bueno, La Real Hacienda de Felipe III, Huelva, 1996, p. 84-85.
  • 50 Archivo General de Simancas, Consejo y Juntas de Hacienda, leg. 471 : Relación del estado que tien (...)
  • 51 P. J. Blok, Relaioni Veneziane. Venetiaansche Berichten over de Vereenigde Nederlandern van 1600-1 (...)
  • 52 Birch, An Historical View, p. 264.

21Mais venons-en finalement à la question de la concurrence entre la draperie autochtone et celle apportée par les anglais. En 1607, les fonctionnaires de la Escribanía Mayor de Rentas recensèrent les sommes qui, de 1598 et jusqu’alors avaient été perçues par les douanes entre la Castille et le Portugal : de 1601 à 1607, le solde avait été négatif année après année, mais en particulier de 1604 à 1605, de 1605 à 1606 et de 1606 à 1607. Face aux 59 811 416 maravédis obtenus en 1601, on attendait un maximum de 30 000 000 en 1607. La chute de moitié provenait, dit-on, du fait que les marchands qui avant 1604 se fournissaient à Ségovie pour transporter ensuite leurs marchandises vers le marché portugais, le faisaient désormais directement depuis leurs propres ports en direction des fournisseurs anglais49. Dans le pays voisin, donc, la paix entre Jacques Ier et Philippe III avait provoqué une forte diminution de la demande de produits textiles manufacturés de Ségovie ou d’ailleurs. Et en Castille ? Que devint à partir de 1604 le cours de l’activité commerciale dans les ports, particulièrement dans ceux de la côte cantabrique ? À ce sujet, il est très éclairant de jeter un œil sur les recouvrements des douanes de sa majesté, concrètement sur le diezmo de la mar, cordon douanier qui protégeait les côtes de Galice et de la Mer Cantabrique. Comme c’est logique, les quantités avaient été très faibles entre les années 1586 et 1594 (de 34 à 23 000 000 de maravédis) ; puis les informations disparaissent jusqu’en 1602. Au début de cette année fut signé un contrat de dix ans avec Domingo de la Sierra portant sur 48 730 000 maravédis annuels50. Néanmoins, en juin 1603, le signataire fit usage d’une clause de retrait qu’il avait négociée et abandonna l’affaire. Dans les derniers mois de l’année 1603, il fit l’acquisition de la rente de Miguel de Manchola, qui lui rapporta 23 600 000 maravédis nets ; c’est-àdire un peu moins que la quantité négociée dans le contrat précédent. Un nouveau contrat signé en 1604 en faveur de Manuel Márquez, dans les mêmes conditions que le précédent, avait été obtenu dans l’intervalle pour un montant de 65 928 000 maravédis, quantité avec laquelle on semblait certainement miser sur une amélioration des conditions du trafic en Mer Cantabrique, puisque pour retrouver des quantités similaires il fallait remonter aux années 1560. L’année de la paix (1604), la rente valut entre 31 et 32 millions, sa majesté la prit directement pour elle et en retira un bénéfice situé entre 53 et 54 millions, le fisc entrant en possession de 52 532 000 maravédis nets, une fois déduits les frais correspondants. En 1606, le recouvrement descendit de façon non négligeable entre 34 et 37 millions, augmenta un peu en 1607 (39 070 182) et peu à peu regagna du terrain au cours des années suivantes pour se situer à près des 50 millions de maravédis de 1611 à 1613, et atteindre 59 millions en 1620, sous l’impulsion, sans doute, de la réouverture du trafic avec les Provinces Unies qui fit suite à la Trève des Douze Ans (1609). La récupération fut donc lente et laborieuse. L’année suivante, l’arrivée en Espagne des premiers navires marchands en provenance des Provinces Unies se trouva enveloppée dans un climat de pessimisme qui rappelle encore à cette époque l’année 1604, puisque l’on insiste de nouveau sur la « penuria del danaro in quei regni51 ». « Many of their merchants [hollandais] imagined that peace [avec l’Espagne] would procure them mountains of gold52 », affirma-t-on également à cette époque, comme on l’avait fait en 1604.

  • 53 Juan E. Gelabert, « El funcionamiento de un mercado pañero provincial : Santiago de Compostela en (...)
  • 54 Ndt. : variété de drap élaborée à Cuenca.
  • 55 Ndt. : tissu élaboré à partir de fils de différentes sortes et de différentes couleurs.
  • 56 Ndt. : tissus dont les fibres contiennent 20, 22 ou 24 centaines de fils.
  • 57 Restauración política de España, éd. de Jean Vilar, Madrid, 1974, p. 97. Voir à ce sujet, J. I. Is (...)

22Néanmoins, après quelques années d’incertitude durant lesquelles la crise céréalière et monétaire fit s’évaporer l’enthousiasme initial que nourrissaient les marchands étrangers, il semble que le panorama se soit ensuite quelque peu éclairci et ait occasionné une augmentation sensible des trafics. L’amélioration du climat monétaire y contribua sans doute, suite à l’interruption de la frappe du billon décrétée le 22 novembre 1608. Ainsi, bien que de façon non automatique et immédiate, les paix de 1604 et 1609, permirent par la suite la reprise de la fourniture de textile à l’Espagne et à l’Amérique espagnole, interrompue depuis vingt ou trente ans. Jusqu’alors, les draps de Londres, de Cambrai ou de Courtrai avaient constitué la marchandise habituelle sur la plupart des marchés de la péninsule, que ce soit celui de Médina del Campo ou celui, plus humble, de Saint-Jacques de Compostelle. Dans cette ville se tenait un marché d’une certaine importance le jour de la Saint-Jacques, où s’achetaient et se vendaient « des draps, de la soie, des hollandes, des Indiennes, des Cambrais et toutes sortes de tissus et d’épices » ; des marchands de Saint-Jacques se rendaient également à Médina del Campo et des négociants basques allaient de la même façon à Compostelle avec des draps de Londres et d’ailleurs53. Les actes notariaux sont riches en écritures d’obligations dans lesquelles sont recensées ces petites transactions. Pour certaines variétés de draps, comme celle dite « de Londres », il existe des cotations depuis les années 1520. Bien entendu, celles qui concernent les diverses palmillas54, mezclas55, veintenos, veintidosenos ou veinticuatrenos56 de Cuenca ou de Ségovie ne manquent pas non plus. Enfin, l’examen de ces prix peut-il éclairer un tant soit peu ce qui est arrivé en Castille quand, à partir de 1604 et 1609, ses frontières s’ouvrirent de part en part ? La chute subie par la fabrication espagnole de drap suite à l’entrée de textiles venus d’Angleterre ou de Hollande fut-elle une question de prix ? Car, quoi qu’il en soit, il est certain que vers 1620 il existait un état de l’opinion qui liait le déclin des produits manufacturés en Espagne à l’arrivée de produits manufacturés en provenance de l’étranger depuis quelques années. Sancho de Moncada assurait en 1619 que l’entrée de la Castille sur la voie de son propre déclin – « l’évolution », comme il disait – « n’allait pas au-delà de quatre ou six ans » : « Il semble qu’il arrive à la Castille ce qu’il arrive à l’homme vieux et vigoureux, sur lequel s’abattent en quelques jours tous les fléaux jusqu’à ce qu’on l’enterre57. » Et il ajoute quelques lignes plus loin : « Le mal de l’Espagne est le fruit du nouveau commerce de produits étrangers. » Ce « nouveau commerce », ne peut être que celui qui apparaît en 1604 et 1609, et tout le « Discurso Primero » de la Restauración sera précisément consacré à tenter de mettre en relation la récente « évolution » avec l’entrée de toutes sortes de marchandises « manufacturées », et parmi celles-ci, bien entendu, la draperie.

  • 58 C. G. A. Clay, Economic Expansion and Social Change : England, 1500-1700, 2 vol., Cambridge, 1984, (...)

23Mais venons-en aux prix. Le prix le plus habituel de l’aune de drap de Londres oscilla entre 10 et 12 réaux entre 1519 et 1547. Au début des années 1550, on enregistra une remarquable augmentation, que l’on peut attribuer aux fluctuations monétaires survenues en Angleterre entre 1549 et 155158 : en 1551 et 1552 l’aune ne descendait pas en dessous de 13 réaux, un prix qui pour les meilleures qualités pouvait aller jusqu’à 16 (1559). À mesure que le temps passait, le prix le plus courant pour les draps de qualité inférieure passa de 14 (1567) à 15 (1568), 16 (1572), 17 (1573) et 18 réaux (1580). Il avait pratiquement doublé entre 1519 et 1580, passant de 10 à 18 réaux l’aune. À cette époque, avec une valeur oscillant entre 16 et 18 réaux l’aune, le drap de Londres était un drap bon marché comparé aux veintenos et veintidosenos de Ségovie, qui tournaient alors autour de 20 et 30 réaux l’aune, respectivement. Les années suivantes, néanmoins, ces produits de Ségovie connurent une modeste augmentation de leurs prix (résultat du gel presque total du prix de la laine), car si le meilleur drap « veintidoseno » atteignait en 1580 entre 30 et 32 réaux l’aune, on pouvait acheter au même prix entre 1599 et 1601 les draps de couleur noire de Ségovie, l’aune du meilleur de ces draps (le fin) valant environ 35 réaux. Par conséquent, si à partir de 1585, il s’avéra difficile pour les exportateurs anglais de placer leurs marchandises sur le marché de Castille pour des raisons de nature strictement politique, la fabrication de draps de Ségovie put dès lors satisfaire à des prix très intéressants une demande de qualité qui, sans doute, continuait d’exister. En 1604, en 1611 ou même en 1615, une aune de drap noir veintidoseno pouvait encore s’acheter 33 ou 34 réaux, c’est-à-dire 8 % seulement du prix qu’elle avait en 1580. Certains ne payèrent même que 34 réaux pour une aune de drap fin en 1603.

  • 59 Respvesta de Damián de Oliuares, a vn papel que ha salido sin autor, que se intitula aduertencias (...)
  • 60 Biblioteca de Cataluña, fascicule Bonsoms, 5 404.
  • 61 Ndt. : tissu de laine imitant les new draperies en provenance d’Angleterre.
  • 62 P. Malanima, La decadenza di un’economia cittadina. L’industria di firenze nei secoli xvi-xviii, B (...)

24Néanmoins, comme cela ressort des observations de Sancho de Moncada, Damián de Olivares ou Pedro Hurtado de Alcocer (ces derniers appelés par le premier pour lui venir en aide), le remplacement des productions espagnoles qui eut lieu apparemment entre 1604 et 1609, ne fut pas à l’origine d’un conflit dans lequel se serait jouée la concurrence entre marchandises plus ou moins semblables à des prix radicalement différents – les produits étrangers étant moins chers. Ce qui était alors en train de se dérouler n’était rien d’autre qu’un combat inégal dans lequel la fabrication espagnole de drap – et pas seulement la castillane, comme en atteste le conseller de Barcelone, Jaume Damiáns – se voyait obligée à renoncer à certains goûts, à certaines qualités, à une mode, qu’il n’était pas alors en son pouvoir d’élaborer. « Cela ne fait pas quinze ans que ces produits entrent, ils ne sont entrés ni au temps de leurs Majestés les Rois, nos seigneurs Philipe II et III, avant la paix », expliquait en 1622 Damián de Olivares59. Et ces nouveautés, ce « nouveau commerce », « ces produits » étaient, selon lui, de pures « inventions » ; un catalogue infini de variétés telles « que leurs noms ne se peuvent comprendre ». À côté des « vêtements solides et durables », qui jusqu’alors étaient en usage ici, les consommateurs préféraient à présent les nouveaux tissus qui, comme le dénonçait l’université de Tolède à son roi en 1620, n’étaient que des « choses voyantes et de faible coût », préférence qui était autant le fruit de « l’envie générale » que d’une passion pour « ce qu’il y a de plus nouveau » ou simplement d’un besoin de « ce qu’il y a de meilleur marché (quelle qu’en soit la durée de vie), sans penser au lendemain ». Les dommages causés par ce changement de goût des consommateurs ne se réduisaient pas à la seule Castille. Dans la Principauté de Catalogne il se produisait la même chose à la même époque. Le discours de Jaume Damiáns concernant sa ville était la réplique exacte de celle de Sancho de Moncada y compris dans la référence aux étrangers qui sucent le sang – « doucement, comme des sangsues » – par la vente de « mille sortes de tissus apparents fabriqués par eux, et en particulier en laine, que l’on trouve en si grande abondance dans les royaumes d’Espagne60 ». Damiáns rappelait qu’ « avant, on utilisait non seulement une grande quantité de tissus fins et ordinaires aux noms divers et fabriqués ici mais aussi beaucoup d’étamine, de taffetas, de canissos61, et autres variétés de tissus en laine ; et voilà que maintenant, par caprice, nous ne voulons nous vêtir qu’avec des tissus venus de l’étranger, si bien que de cette façon, l’industrie d’ici s’est vue anéantie, car nombre des tissus qui se fabriquaient ici autrefois n’y sont plus fabriqués et que l’on n’en parle même plus ». Il s’agissait de produits assurément « voyants, apprêtés, fins, mélangés, tout en apparence, mais d’une courte durée de vie », ce qui obligeait les acheteurs à dépenser plus qu’ils ne le faisaient avant. Les ateliers de Catalogne fermaient, condamnant les travailleurs à la même oisiveté que celle dont parlait Damiáns de Olivares depuis Tolède : « Aujourd’hui en Espagne, il manque plus de travail pour les hommes que d’hommes pour le travail, car tous vivent dans l’oisiveté. » L’oisiveté à laquelle la guerre avait par le passé condamné les travailleurs d’Exeter, se retournait à présent, conséquence de la paix, contre leurs collègues de Ségovie, Palencia ou Tolède. La guerre avec l’Angleterre et les Provinces Unies avait élevé un mur devant les consommateurs espagnols précisément au cours des années pendant lesquelles les new draperies connaissaient leur installation définitive en Angleterre, en Flandre, dans les Provinces Unies ainsi qu’en France. Ce mur n’exista pas à Florence et son industrie put le constater62. La paix de 1604 et celle de 1609 firent tomber les barrières, et quand le panorama – monétaire – s’éclaircit un peu en Espagne, on put constater à quel point les new draperies étaient bien adaptées au marché ibérique : moins chères que les anciennes, plus voyantes, plus légères, etc.

  • 63 F. J. Fischer, « London’s export trade in the Early Seventeenth Century », The Economic History Re (...)
  • 64 D. C. Coleman, « An innovation and its diffusion : the “New draperies” », The Economic History Rev (...)
  • 65 R. Brenner, Merchants and Revolution. Commercial Change, Political Conflict, and London’s Overseas (...)

25Ces nouveaux marchés représentèrent ainsi un stimulant supplémentaire pour ces industries63 au point qu’à une certaine époque on en vint à fabriquer un « Spanish medley64 ». Le processus de remplacement du textile espagnol par du textile étranger fut donc une question de mode, même si la question des prix ne doit pas du tout être écartée, car ceux qui venaient ici avec leurs étoffes, naturellement dans le cas des anglais, semblaient disposés « to sell their cloths in Spain at below cost » (dumping), afin d’avoir accès à un marché dans lequel leur intérêt résidait davantage dans ce qu’ils pouvaient en retirer que dans ce qu’ils y avaient apporté. Il ne fait aucun doute que cela portait lourdement préjudice à l’industrie espagnole65.

  • 66 J. I. Fortea Pérez, « The textile industry in the economy of Córdoba at the end of the seventeenth (...)

26La menace représentée par les New draperies face aux produits espagnols dans l’Espagne du xviie siècle, mettrait des années à être neutralisée, si tant est qu’elle l’ait jamais été. Ce qui jouait contre l’industrie espagnole vis à vis des new draperies c’était son faible prix, l’évolution du goût et la difficulté pour fabriquer des types de draps qui exigeaient plus de main-d’œuvre dans un pays – la Castille – où le coût de la main-d’œuvre était déjà trop élevé, et enfin, l’impéritie technique qui dans les années 1680 était encore visible dans des villes comme Cordoue et dont il n’était possible de s’affranchir que par l’importation de techniciens étrangers66.

Notes

1 England under the Tudors, Londres, 1955, p. 95.

2 H. Casado, Alonso, El triunfo de Mercurio. La presencia castellana en Europa (siglos xv y xvi), Burgos, 2003, p. 64.

3 G. Parker, The Dutch Revolt, Ithaca (N.Y.), 1977, p. 254-256.

4 H. Lapeyre, El comercio exterior de Castilla a través de las aduanas de Felipe II, Valladolid, 1981, p. 189-190.

5 À sujet, voir F. Gonzalez Prieto, Fuentes demográficas, evolución y estructura socio-profesional de la ciudad de Burgos durante los siglos xvi y xvii, mémoire inédit, Université de Cantabrie, 2003, chap. II.

6 R. Carande, Carlos V y sus banqueros, 3 vol., Madrid, 1943-1949 ; I, p. 98.

7 La revolución de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid, 1977, p. 93 et suiv.

8 Carande, Carlos V… ; I, p. 109. Il s’agit de la loi XLVI, titre XVIII, livre VI, de la Recopilación de 1640.

9 Ndt. : en français dans la version originale. F. Brumont, « La laine dans la région de Nájera (deuxième moitié du xvie siècle) », La documentación notarial y la historia, Actas del II Coloquio de Metodología Histórica Aplicada, Santiago de Compostela, 1984 ; II, p. 317-332. Voir aussi, du même auteur, Campos y campesinos de Castilla la Vieja en tiempos de Felipe II, Madrid, 1984, p. 344.

10 F. Ruiz Martin, Lettres marchandes échangées entre Florence et Medina del Campo, Paris, 1965, p. 227.

11 Earl J. Hamilton, American Treasure and the Price Revolution in Spain, 1501-1650, Cambridge (Mass.), 1934, p. 274.

12 60 % la « trasformazione » et 40 % la « materia prima », dans les produits de la compagnie de Francesco di Iacopo di Francesco del Bene, florentin, en 1368. F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli xiii-xvi, Florence, 1972, p. 498. « Un peu plus de la moitié de tout l’investissement » représentait le « coût de la main-d’œuvre » dans la fabrique de Ségovie des Ortiz de Paz ; A. Garcia Sanz, « Competitivos en lanas pero no en paños : lana para la exportación y lana para los telares nacionales en la España del Antiguo Régimen », Revista de Historia Económica, 1994, p. 397-434. En général pas moins des 50 % d’après les données recueillies par P. Iradiel Murugarren, Evolución de la industria textil castellana en los siglos xiii-xvi. Factores de desarrollo, organización y costes de la producción manufacturera en Cuenca, Salamanca, 1974, p. 220-221.

13 J. I. Fortea Perez, Córdoba en el siglo xvi : las bases demográficas y económicas de una expansión urbana, Cordoue, 1981, p. 441.

14 Ruiz Martín, Lettres marchandes, p. 281.

15 Impôt sur toutes les transactions.

16 J.-P. Le Flem, « Vraies et fausses splendeurs de l’industrie textile ségovienne (vers 1460-vers 1650) », dans M. Spallanzani (éd.), Produzione, commercio e consumo dei panni di lana (nei secoli xii-xviii), Florence, 1976, p. 525-536.

17 A. García Sanz, « Castilla, 1580-1650 : crisis económica y política de “reformación” », dans J. H. Elliott et A. García Sanz (éd.), La España del conde-duque de Olivares, Valladolid, 1990, p. 495-515.

18 Calendar of the Manuscripts of the Most Honorable the Marquis of Salisbury…, 24 volumes, Londres, 1883-1976, X, p. 121.

19 H. Lapeyre, El comercio exterior de Castilla, p. 111.

20 A. García Sanz, « Población e industria en una ciudad de Castilla : Segovia, 1530-1750 », dans J. Nadal Oller (éd.), La evolución demográfica bajo los Austrias, Alicante, 1991, p. 153-168.

21 D. S. Reher, Town and country in pre-industrial Spain. Cuenca, 1550-1870, Cambridge, 1990. p. 24.

22 M. Weisser, « The decline of Castile revisited : the case of Toledo », The Journal of European Economic History, II (1973), p. 614-640.

23 G. Herrero Martínez De Azcoitia, La población palentina en los siglos xvi y xvii, Palencia, 1961.

24 D. S. Reher, Town and country, p. 27 et 30.

25 Information du plus grand intérêt dans P. Zabala Aguirre, Las alcabalas y la hacienda real en Castilla (siglo xvi), Santander, 2000, p. 199-217.

26 Ibid., p. 213.

27 Calendar… Salisbury…, XV (14, mai).

28 Ibid., XIV (Addenda), p. 246-247.

29 Th. Rymer, Foedera, conventions, literae, et cujuscumque generis acta publica, inter reges Angliae, et alios quosvis impertors, reges, pontifices…, 20 vol., La Haye, 1739-1745, XVI, p. 516-517.

30 Lettres…, Paris, 1643, p. 835.

31 A. Castillo Pintado, Tráfico marítimo y comercio de importación en Valencia a comienzos del siglo XVII, Madrid, 1967, p. 92.

32 F. Gil Ayuso, Noticia bibliográfica de textos y disposiciones legales de los reinos de Castilla impresos en los siglos xvi y xvii, Madrid, 1935, p. 148-149.

33 The Naval Tracts of Sir William Monson, éd. de M. Oppenheim, 6 vol., 1802 ; III, p. 328-329.

34 Biblioteca de El Escorial, 39-IV-28 (37).

35 P. Croft, The Spanish Company, Londres, 1973, p. XIII.

36 Th. K. Rabb, Enterprise and Empire. Merchant and Gentry investment in the expansion of England, 1575-1630, Cambridge (Mass.), 1967, p. 74-81.

37 H. Taylor, « Price Revolution or Price Revision ? The English and Spanish Trade after 1604 », Renaissance and Modern Studies, XII, 1968, p. 5-32.

38 The Fugger News-Letters, Londres, 1924, I, p. 346.

39 Hamilton, American Treasure, annexe V ; P. Ponsot, Atlas de Historia Económica de la Baja Andalucía (siglos xvi-xix), Séville, 1986, p. 511, 517, 519.

40 Calendar… Salisbury, XVII, p. 187-189 ; voir également Taylor, « Price Revolution », p. 19-20.

41 A relation of the state of France…, p. 430.

42 Hamilton, American Treasure, p. 90. J. De Santiago Fernádez, Política monetaria en Castilla durante el siglo xvii, Valladolid, 2000, p. 60 et suiv.

43 Calendar… Salisbury…, XVIII ; Anthony Chambers à William Stanley depuis Bruxelles.

44 Actas de las Cortes de Castilla, XXIII, p. 59-60.

45 « English Merchants and Spanish Prices about 1600 », Fremde Kaufleute auf der Iberischen Halbinsel, Cologne-Vienne, 1970, p. 252-264.

46 Relaciones de las cosas sucedidas en la Corte de España desde 1599 hasta 1614, Valladolid, 1997, réimpr., p. 209-211.

47 Ibid., p. 196.

48 Th. Birch, An Historical view of the Negociations between the Courts of England…, Londres, 1749, p. 227.

49 I. Pulido Bueno, La Real Hacienda de Felipe III, Huelva, 1996, p. 84-85.

50 Archivo General de Simancas, Consejo y Juntas de Hacienda, leg. 471 : Relación del estado que tienen las rentes del reyno que están en administración.

51 P. J. Blok, Relaioni Veneziane. Venetiaansche Berichten over de Vereenigde Nederlandern van 1600-1795, S-Gravenhage, 1909, p. 37, Tomaso Contarini au Sénat de Venise.

52 Birch, An Historical View, p. 264.

53 Juan E. Gelabert, « El funcionamiento de un mercado pañero provincial : Santiago de Compostela en el siglo xvi », Estudis Historics i documents del Arxius de Protocols, X, 1982, p. 127-145.

54 Ndt. : variété de drap élaborée à Cuenca.

55 Ndt. : tissu élaboré à partir de fils de différentes sortes et de différentes couleurs.

56 Ndt. : tissus dont les fibres contiennent 20, 22 ou 24 centaines de fils.

57 Restauración política de España, éd. de Jean Vilar, Madrid, 1974, p. 97. Voir à ce sujet, J. I. Israel, The Dutch Republic and the Hispanic World, 1606-1661, Oxford, 1982, p. 54-55.

58 C. G. A. Clay, Economic Expansion and Social Change : England, 1500-1700, 2 vol., Cambridge, 1984, II, p. 113.

59 Respvesta de Damián de Oliuares, a vn papel que ha salido sin autor, que se intitula aduertencias para la prohibición de las mercaderías estrangeras, que dize da causas porque no se deuen prohibir por ley absoluta, y pregón escandaloso, f. 3.

60 Biblioteca de Cataluña, fascicule Bonsoms, 5 404.

61 Ndt. : tissu de laine imitant les new draperies en provenance d’Angleterre.

62 P. Malanima, La decadenza di un’economia cittadina. L’industria di firenze nei secoli xvi-xviii, Bologne, 1982, p. 258-259.

63 F. J. Fischer, « London’s export trade in the Early Seventeenth Century », The Economic History Review, III, 1950, p. 151-161.

64 D. C. Coleman, « An innovation and its diffusion : the “New draperies” », The Economic History Review, XXII, 1969, p. 151-161.

65 R. Brenner, Merchants and Revolution. Commercial Change, Political Conflict, and London’s Overseas Traders, 1550-1653, New-York – Londres, 2003, p. 30-32.

66 J. I. Fortea Pérez, « The textile industry in the economy of Córdoba at the end of the seventeenth an the start of the eighteenth centuries : a frustrated recovery », dans I. A. A. Thompson et B. Yun Casalilla (éds.), The Castilian Crisis of the Seventeenth Century. New perspectives on the Economic and Social History of Seventeenth-Century-Spain, Cambridge, 1994, p. 136-168.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search