Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle

 | 
Guy Saupin

Première partie. Les villes européennes et les mutations de l'économie maritime atlantique

L’insertion dans l’axe maritime comme facteur structurant d’une communauté urbaine. L’étude d’un cas (Portugal, xvie siècle)

Amélia Polónia

Texte intégral

  • 1 Amélia Polónia, Vila do Conde. Um porto nortenho na expansão ultramarina quinhentista, Porto, 1999 (...)

1Nous souhaitons présenter le tableau d’une communauté maritime en articulation directe avec une conjoncture favorable – celle de l’expansion maritime portugaise outre-mer –, vérifier le poids interne de cette orientation maritime dans l’univers économique et social urbain, et mesurer ses conséquences dans les dynamiques politiques, démographiques, économiques, sociales, familiales et dans le domaine des mentalités collectives. Les résultats présentés résument les conclusions contenues dans une thèse de doctorat présentée à la Faculté de Lettres de Porto1.

Profil d’une ville maritime – Vila do Conde

2Commençons par présenter, de façon sommaire, cette communauté. Vila do Conde était un petit port maritime, situé au nord de la ville de Porto. La ville étudiée correspondait à une commune exiguë, avec une municipalité pratiquement sans alentours, c’est-à-dire sans environnement territorial et administratif autour de son siège. Son territoire, encerclé par trois grandes municipalités qui empêchaient son accroissement, était borné au sud par la rivière Ave et à l’ouest par la mer. Celle-ci était, par impératif géographique, son seul horizon de développement.

3Au début du xvie siècle, la ville se limitait à un espace occupé de près de 0,5 km2, avec une population estimée à 3 600 habitants en 1527, s’élevant jusqu’à 5000 ou 6000 habitants à la fin du siècle, date après laquelle on ressent une nette baisse démographique.

Tableau 1 : Évolution de la population de Vila do Conde (1513-1643)

Tableau 1 : Évolution de la population de Vila do Conde (1513-1643)

Sources : Inquirição de 1258, publ. Tarouca, Carlos da Silva, doc. II-A, p. 39 ; IAN/TT- Conv. Stª Clara V. Conde, cx. 44, mç. 16, s.n. ; Numeramento de 1527/32, publ. Freire, A. Braamcamp ; IAN/TT (Institut des Archives Nationaux – Torre do Tombo) – Chanc. D. João III, lv. 14, fl. 79 ; idem – Conv. Stª Clara V. Conde, cx. 40. mç. 11, s.n. ; idem – Conv. Stª Clara Vila Conde, cx. 37, mç. 7, s.n., fl. 8 ; idem –Chanc. D. João III. Privilégios, lv. 2, fl. 240 ; idemChanc. D. João III, lv. 6, fl. 27 ; BARROS, D. João de – Geographia d’Entre Douro e Minho e rás-os-Montes, Porto, BPMP, 1919, p. 47. ; IAN/TT – Chanc. D. João III. Privilégios, lv. 3, fl. 199-199v. ; A.M.V.C. (Archive Municipale de Vila do Conde) – A/159 ; IAN/TT – Manusc. da Livraria, nº 488 ; AMVC- Lv. 1877, fl. 31v.-193v.

Graphique 1 : Évolution de la population de Vila do Conde (1513-1643)

Graphique 1 : Évolution de la population de Vila do Conde (1513-1643)

Source : Tableau 1

4Du point de vue de sa structure socioprofessionnelle, le poids des groupes liés aux activités maritimes était notoire, notamment dans le courant du xvie siècle, bien que ce poids tende à se relativiser au cours du xviie siècle. La situation identifiée est la suivante : en 1568, près de 65 % de la population de la ville se trouvait liée à une économie de base maritime et commerciale, mettant en évidence près de 58 % de marins et 6,8 % de marchands. En 1643, les mêmes secteurs ne représentaient plus qu’à peine 34 %. Notons, dans les graphiques présentés (graphiques 2 et 3), l’absence quasi totale de travailleurs agricoles, fait directement lié à l’exiguïté territoriale de la municipalité, au manque d’espace agricole environnant de la ville et à un profil fortement urbain de son territoire.

Graphique 2 : Catégories professionnelles Taux de distribution par secteurs d’activité selon l’impôt de la Sisa de 1568

Graphique 2 : Catégories professionnelles Taux de distribution par secteurs d’activité selon l’impôt de la Sisa de 1568

Source : AMVC – Lv. 1699

Graphique 3 : Catégories professionnelles Taux de distribution par secteurs d’activité selon l’impôt de la Décima de 1643

Graphique 3 : Catégories professionnelles Taux de distribution par secteurs d’activité selon l’impôt de la Décima de 1643

Source : AMVC – Lv. 1877

5Il s’agit d’une communauté dans laquelle, depuis la période médiévale, prévalent comme activités économiques principales la pêche et l’extraction du sel. Depuis le début de l’expansion maritime, est confirmé son profond engagement, tant dans les navigations, commerce et colonisation que dans les activités d’appui logistique, telles que la construction navale et la fabrication de voilures. Dans la première moitié du xvie siècle, la ville se présentait comme un important chantier de construction navale, et en simultané, comme un important port de transport, à travers l’affrètement, de poids significatif dans le contexte national, malgré la dimension réduite de la ville.

6Le nombre de gens de mer et de commerçants était significatif. Il a été possible d’inventorier, pour la période de 1500-1620, près de 1700 hommes de navigation (1 109 marins et 555 maîtres et pilotes). Quant aux commerçants recensés, eut égard à l’exiguïté de la ville, leur nombre était également notoire, en particulier dans la seconde moitié du xvie siècle, 435 références ayant été comptabilisées pour ce siècle.

7L’étude monographique de ce port de mer a permis de reconstituer, en termes de routes de navigation, de commerce et d’émigration outre-mer, des orientations vers l’Afrique et l’Amérique, en particulier le Brésil et les Indes de Castille, mais aussi vers l’Orient. Cette étude met en évidence le profond engagement de la ville dans toutes les dynamiques citées, avec une diversité de destinées qui se sont révélées marquantes dans la structuration interne de cette communauté.

8Mesurons, maintenant, les conséquences de cette profonde intégration de la ville dans les navigation, commerce et émigration atlantiques. Commençons notre analyse par le domaine politico-institutionnel.

Conséquences internes de l’intégration dans l’axe atlantique

Le renouvellement des élites du pouvoir

  • 2 Ordenações Manuelinas, éd. fac-similé de l’édition de 1797, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian (...)

9Dans le Portugal de l’époque moderne, et dans les textes législatifs des xvie et xviie siècle – les Ordonnances Manuélines et Philippines –, nous trouvons des postulats clairs qui définissent en un sens restrictif l’univers des candidats aux charges municipales2. À Vila do Conde, en dépit de l’existence de quelques nobles résidents, la rotation dans les charges de pouvoir se fait entre deux groupes dominants, liés à une économie maritime : maîtres et pilotes des navigations d’outre-mer d’un côté, et commerçants et armateurs commerciaux de l’autre. La propre normativité municipale prescrivait, depuis les temps médiévaux, l’égalité de représentation dans les charges municipales des hommes de terre et des hommes de mer, reconnaissant à ces derniers, qui appartenaient à des groupes sociaux considérés comme « mécaniques » et qui auraient dû pour cela être écartés du pouvoir, une présence constante dans ces circuits de décision. Nous assistons à une prédominance de groupes liés, d’une forme ou d’une autre, à une économie d’outre-mer, et à la présence d’évolutions qui reflètent l’acquisition et la perte de pouvoir économique et social de ces groupes. Les graphiques présentés, relatifs à la présence d’hommes de terre et d’hommes de mer dans le gouvernement municipal et dans la gestion de la confrérie de la Miséricorde, une des plus importantes dans le Portugal moderne, révèlent ce fait.

Graphique 4 : Hommes de mer et hommes de terre élus pour exercer des fonctions municipales. Évolution chronologique

Graphique 4 : Hommes de mer et hommes de terre élus pour exercer des fonctions municipales. Évolution chronologique

Source : AMVC – Lv. 16 a 26

Graphique 5 : Hommes de mer et hommes de terre élus pour la Confrérie de la Miséricorde. Évolution chronologique.

Graphique 5 : Hommes de mer et hommes de terre élus pour la Confrérie de la Miséricorde. Évolution chronologique.

Source : ASCMVC (Archive de la Miséricorde de Vila do Conde) – Livres de Recette et Dépense (1573 à 1620)

10Il semble être clair que le présupposé générique de ce que les charges du pouvoir municipal devaient être remplies par les plus nobles de la localité s’exprime diversement dans des sociétés aux profils spécifiques. Dans les sociétés maritimes de l’Époque Moderne et dans les municipalités profondément marquées par des dynamiques de navigation et de commerce d’outre-mer, on assiste à une inévitable révision des critères de prestige et de pouvoir, autorisant une recomposition des élites accédant au pouvoir municipal. De cette façon, l’analyse de l’univers des titulaires des charges de la municipalité reflète, dans la diachronie, des dynamiques socioprofessionnelles concrètes qui conditionnent tant les effectifs humains disponibles que les critères de pouvoir et de prestige social, qui se révèlent ici favorables aux hommes de mer, tant que les conjonctures le permettent.

11À Vila do Conde, d’autres domaines manifestent la prévalence de critères de promotion fortement maritimes. Concentrons-nous sur le domaine économique.

L’affirmation d’une économie maritime à tendance capitaliste

12Du point de vue économique, nous nous trouvons face à une ville dans laquelle prévalent, de manière notoire, les activités de construction navale, de transport et de commerce maritime ; un univers économique dominé par le capital circulant, imprégné d’une mentalité et de mécanismes capitalistes, bien qu’implantés à petite échelle ; un monde d’affaires dans lequel prédominent le petit et moyen commerce de partenariat, où même les femmes participent, comme détentrices de parts dans des sociétés commerciales ou comme investisseurs de contrats de perte et de profit.

13Dans ce domaine, le profil de la ville étudiée se révèle manifestement distinct de celui des grandes villes portugaises – Lisbonne ou Porto –, dans lesquelles domine le capital commercial, et où prédominent les grands marchands et quelques financiers notables. Vila do Conde, au contraire, associe, depuis le début du xvie siècle, une vaste communauté de gens de mer, avec un poids considérable de maîtres et pilotes, à une communauté marchande. Les uns et les autres ne se sont jamais trouvés en marge d’une économie d’outre-mer active et fréquentée. Les solutions trouvées pour résoudre le problème structurel du manque de capital semblent avoir incité à l’adoption de mécanismes capitalistes, imprégnés d’une forte capacité d’adaptation et d’inventivité.

14On assiste à une tendance à l’association de petites parts de capital et de petits investisseurs qui se rassemblent en un nombre variable selon les affaires, pour qu’ils puissent y accéder. Et ceci est vrai, tant dans le domaine de la contractualisation navale, qui dynamise l’industrie elle-même et permet la construction d’une flotte navale significative et de fort tonnage global, à partir de procédés d’association de capitaux, que dans le domaine commercial, celui-ci étant marqué par quatre stratégies essentielles :

  • La démultiplication du risque, par le recours au petit investissement et à la multiplication de participations d’un même agent en diverses affaires en simultané ;
  • La multiplication de contrats d’investissements « à perte et à profit », contrats de risque dans lesquels les pertes et les profits se divisent par moitié, entre l’investisseur et l’agent commercial.
  • La constitution de sociétés mercantiles en capital divisé en parts, réunissant un nombre important d’actionnaires atteignant, en certains cas, plus de 20 dans des affaires de moyenne dimension.
  • La constitution de réseaux commerciaux dans lesquels les marchands de la ville s’associent à des marchands de plus grande capacité financière, comme le sont ceux de la ville de Porto. Cette option semble particulièrement valable dans la première moitié du xviie siècle.

15Une autre stratégie passe par l’intime association entre deux rôles professionnelles – ceux des marchands et des pilotes, occasionnant un nouveau genre social : le pilote marchand qui, profitant de son accès privilégié au voyage maritime, assume des rôles commerciaux au service de tiers ou bien garantit ses propres affaires et celles de ses partenaires, associant les opérations techniques qu’il assure en tant que pilote à celles économiques qu’il assume comme agent commercial.

16Les stratégies indiquées se sont révélées capables de conforter, tant la présence de cette communauté dans les circuits plus vigoureux du commerce d’outre-mer, en dépit de la petitesse de son territoire et de l’exiguïté de sa capacité financière, que l’engagement, dans ces affaires, des professionnels qui lui sont traditionnellement étrangers. L’étude des sociétés en parts enregistrées dans les actes notariaux le révèle (tableau 2). Le cadre présenté semble prouver que l’on fait appel à un univers social vaste, qui investit à petite échelle, mais se refuse à être exclu d’un négoce attractif : le commerce d’outre-mer.

Tableau 2 : Agents engagés en partenariats commerciaux. Distribution socioprofessionnelle

Tableau 2 : Agents engagés en partenariats commerciaux. Distribution socioprofessionnelle

Source : ADP (Archive Distrital de Porto) – Fond Notarial.V. Conde, 1º cart., 1ª, 2ª, 3ª e 4ª sr., passim.

Conséquences sociales

17Si l’engagement de la ville dans des dynamiques de navigation et de commerce marque inévitablement son profil économique, il en est de même dans le domaine social. Les conséquences sociales à souligner renvoient à deux genres de phénomènes : la définition d’une société de profil nettement maritime et les absences masculines.

18Parmi ces conséquences auxquelles une ville si intensément engagée dans l’expansion maritime ne pouvait échapper, mettons en évidence quelques unes, par simple énonciation, puisque nous ne pourrons pas les décrire ici complètement.

19Nous avons déjà mentionné la création de nouvelles élites et de nouveaux critères de mobilité sociale, dans lesquelles le savoir, notamment nautique, la propriété des embarcations et la détention de capital commercial figurent comme moyens de prestige et d’ascension sociale. C’est tout à fait compréhensible dans une société profondément tournée, même dans ses segments aristocratiques, vers une économie maritime et la construction d’un empire d’outre-mer. Gens de mer, propriétaires d’embarcations et marchands se présentent comme des agents fondamentaux pour une monarchie dont la puissance géopolitique et financière dépend de leurs services et, comme tels les valorisent, leur permettant une effective ascension sociale. Celle-ci a lieu tant en termes objectifs, à travers des privilèges accordés et des reconnaissances d’anoblissements, qu’en termes de représentation sociale, appelant à des secteurs supérieurs de la société des agents qui, dans la société médiévale, se trouvaient, de part leur condition, intégrés dans le troisième état et marginalisés par rapport aux élites politiques, économiques et sociales.

20La structure sociale de la communauté étudiée connaît des altérations significatives, avec l’inclusion de nouveaux éléments comme par exemple les étrangers et les esclaves.

21Il est vrai que Vila do Conde ne s’est pas affirmée comme particulièrement attractive quant à la présence de communautés étrangères, de par les circonstances déjà montrées, en particulier sa marginalité relative face aux grands pôles financiers et marchands du royaume et sa faible capacité d’investissement.

22La présence des esclaves s’est, par contre, révélée comme un trait marquant dans son quotidien et sa structure sociale, accompagnant les tendances connues pour d’autres villes du xvie siècle, notamment en termes de poids démographique. Les données recueillies enregistrent un poids entre 3 et 6 %, moindre il est vrai que celui que Vitorino Magalhães Godinho cite pour Lisbonne avec près de 10 %. Leur présence est caractérisée par un nombre majoritaire de femmes, par une palette raciale dans laquelle prédominent les Africains, mais où également se distinguent les Orientaux, par une participation active dans les services domestiques et dans les activités d’appui à la vie urbaine, mais également par des phénomènes de promiscuité sexuelle, de mixité raciale, de fort taux d’illégitimité et une propension à la conflictualité qui semblent caractériser ces mêmes communautés dans d’autres villes portugaises.

23Dans la ville, en tant que pôle maritime, la présence massive d’agents masculins sans racines, qui circulent avec un taux de mobilité géographique encouragé par l’attraction portuaire, ou qui simplement y affluent pour intégrer les équipages, est aussi un facteur d’instabilité sociale. La présence de cette population masculine mobile, instable, sans encadrement, associé avec l’échec des traditionnels critères de vigilance et de contrôle social appliqués à des populations de grande mobilité, a provoqué une série de phénomènes de grand impact social, dont l’effort de police de la municipalité se ressent sans arriver à répondre efficacement. Soulignons, parmi ces phénomènes, l’augmentation des taux de prostitution féminine, l’accroissement des franges de marginalité, notamment des vagabonds et mendiants, l’augmentation du nombre d’enfants illégitimes et exposés, que la municipalité n’arrive pas à intégrer dans les systèmes traditionnels d’assistance sociale aux populations, ou une promiscuité sexuelle à laquelle l’autorité se voit dans l’impossibilité de répondre, notamment en des domaines concrets, comme la prolifération de maladies sexuelles comme la syphilis.

24Si ces phénomènes sont vus comme phénomènes de marginalité, d’autres se présentent, dans leur normalité, encore plus structurants pour la vie de la communauté. Parmi eux, il faut mettre en évidence les implications du développement maritime dans la structure démographique.

Conséquences démographiques

25La capacité, en tant que port de mer, à attirer la population de l’hinterland agricole environnant ainsi que de vastes franges littorales, se lit dans le taux de mariages qui englobent des agents exogènes, en particulier masculins. La représentation graphique de cette donnée l’explique avec clarté.

Graphique 5 : Mariages à Vila do Conde (1566-1640)

Graphique 5 : Mariages à Vila do Conde (1566-1640)

Source : ADP – Fond Paroissial. V. Conde. Mariages. Lv. 1 et 2

  • 3 Les taux ont été calculés en appliquant la formule suivante : nombre de baptêmes ou décès masculin (...)

26L’autre phénomène démographique à souligner, découlant de la vocation maritime de la ville, est un profil populationnel marqué par un taux de masculinité décalé par rapport aux modèles normaux des sociétés de l’Ancien Régime. Le tableau 3 illustre ce phénomène, en présentant les taux de masculinité en prenant comme base la comparaison entre les registres des baptêmes et ceux des décès3.

Tableau 3 : Taux de Masculinité – Perspective Comparative

Tableau 3 : Taux de Masculinité – Perspective Comparative

Source : ADP – Fond Paroissial. V. Conde, Baptêmes., Lv. 1 e 2 ; Décès, Lv. 1

  • 4 Louis Henry, Techniques d’analyse en démographie historique, trad. et notes de J. Manuel Nazareth, (...)

27Lorsque nous confrontons ces valeurs avec les moyennes référentielles proposées par Louis Henry pour les sociétés européennes4, nous vérifions qu’à la naissance la moyenne est plus basse que la valeur de référence, mais se maintient dans les marges de fiabilité. À la date du décès, au contraire, les décalages sont tellement évidents qu’il ne subsiste aucun doute sur l’incidence, dans cette structure démographique particulière, de phénomènes d’attraction significative de la population masculine vers l’extérieur, responsable des absences masculines et des décès à l’extérieur.

28Nous avons déjà vu que la vocation maritime de la ville se projette dans sa propre structure socioprofessionnelle qui était, vers 1568-1570, dominée par des agents liés à des activités maritimes, en particulier aux navigations, d’où la prédominance du nombre de pilotes et marins. Les navigations, surtout celles d’outre-mer, apparaissent précisément comme directement responsables des absences masculines. Navigations, commerce et émigration vers l’outre-mer sont trois vecteurs qui alimentent le même flux : l’envoi transitoire ou permanent, de courte ou de longue durée, d’agents masculins vers l’extérieur.

Conséquences dans la famille et dans l’univers féminin

  • 5 Plusieurs de ces caractéristiques se trouvent de même mode détaché dans une étude développée, en u (...)

29Une telle réalité ne pouvait laisser intactes les cellules familiales correspondantes, ni ne pas affecter l’univers féminin. Des taux bas de fécondité, causés par de longs intervalles inter génésiques, des mariages sans enfants, un groupe considérable de femmes célibataires et un taux élevé de veuvage précoce surgissent comme résultats démographiques caractéristiques de cette réalité5.

30Notons, avant tout, que ces absences tendent à être vécues, dans une société maritime, de forme multiple par les agents féminins. En suite logique des tendances stratégiques d’endogamie qui conduisent à la célébration de mariages dans les mêmes milieux professionnels et, en parallèle, à la transmission générationnelle de l’option professionnelle, il est classique qu’une même femme ait en simultané à l’extérieur, mari, père et frères, quand elle n’a pas son ou ses propres fils. Plusieurs femmes d’une même famille peuvent se trouver dans cette situation.

31Ces circonstances entraînent des conséquences, tant positives que négatives, correspondant à des phénomènes de déstructuration familiale. Celles-ci peuvent être mises en évidence par des occurrences multiples de mono parentalité, sinon choisies et désirées du moins de fait, par des taux inflationnistes de veuvages précoces, par des phénomènes multipliés de concubinage et/ou bigamie, par des situations d’abandon et de manque d’approvisionnements familiaux, ou par des comportements sexuels et sociaux déviants, comme l’homosexualité féminine, documentés par des enquêtes inquisitoriales et hautement pénalisés par les institutions judiciaires civiles et ecclésiastiques.

32Les absences masculines sont encore responsables de l’augmentation du poids de la population féminine dans le monde du travail et dans l’univers contribuable. Évaluons cette réalité à partir de deux cens fiscaux : un de 1568, et l’autre de 1643. En comparant les deux registres, on vérifie que les pourcentages de foyers féminins, c’est-à-dire ceux qui sont dirigés par des femmes, sont significatifs, s’élevant en 1643 à 43,4 % du total de l’ensemble social taxé (tableau 4). perspective anthropologique, sur une paroisse du Minho, dans le xxe, laquelle a en commun avec le cadre historique que nous traçons, la prédominance de l’émigration masculine comme trait structurant d’une communauté dans laquelle les sex ratios sont indiscutablement favorables aux femmes (cf. BRETTEL Caroline B., Homens que partem, mulheres que esperam. Consequências da emigração numa paróquia do Minho, Lisbonne, Publications D. Quixote, 1991).

Tableau 4 : Femmes chefs de foyer et taux d’imposition féminine

Tableau 4 : Femmes chefs de foyer et taux d’imposition féminine

Source : AMVC – Lv. 1699 et 1877

33Cette réalité apparaît comme une des principales responsables de la modification des rôles et des niveaux d’intervention féminine dans la société analysée. Les données que nous citons mettent en évidence le renforcement des rôles sociaux joués par les femmes qui, en l’absence d’éléments masculins, assuraient des fonctions qui normalement leur étaient interdites, se chargeant, en plus de l’éducation, de la dotation et des mariages de leurs enfants, des propres affaires de famille qu’elles dirigeaient avec savoir-faire et agressivité.

34Cette situation peut se vérifier par la fréquence avec laquelle les femmes passent des actes publics à travers les registres notariaux. Dans près de 4 000 actes relatifs à la période 1560-1620, près de 1 200 montrent des femmes, non seulement comme simples éléments participants, mais souvent comme agents centraux, ce qui représente 30 % du total.

35Lorsque cette question est analysée du point de vue de l’état civil, nous trouvons un panorama déjà attendu, celui de la claire prévalence des femmes veuves parmi celles engagées dans ces actes notariaux : 63,5 % correspondent à cette catégorie, face à 31 % de mariées et à peine 5,5 % de femmes célibataires. Le poids significatif de celles qui sont mariées est associé aux absences masculines, responsables du transfert vers les épouses respectives de responsabilités et de fonctions ordinairement non dévolues. Évaluons, concrètement, quels sont ces rôles (tableau 5).

Tableau 5 : Femmes intervenant dans les actes notariaux – Distribution par état civil

Tableau 5 : Femmes intervenant dans les actes notariaux – Distribution par état civil

Source : ADP – Fond Notarial. V. Conde, 1º cart., 1ª, 2ª, 3ª e 4ª sr., passim.

36Dans la longue liste d’actes passés par des femmes que nous cherchons à systématiser dans le tableau 6, quelques uns se détachent clairement. Si nous lisons le tableau en pourcentage, nous vérifions que les perceptions de biens et d’argent, les négociations de biens, les interventions judiciaires et les dotations se trouvent parmi les principales actions imputées à ces femmes.

Tableau 6 : Pouvoirs et fonctions accomplis par des femmes dans des actes notariaux

Tableau 6 : Pouvoirs et fonctions accomplis par des femmes dans des actes notariaux

Source : ADP – Fond Notarial. V. Conde, 1º cart., 1ª, 2ª, 3ª e 4ª sr., passim.

37Concentrons-nous dans le domaine économique. En plus des recouvrements d’argent et de biens, il y en a bien d’autres à recenser. Notons, dès maintenant, leur participation en partenariats de fermes d’impôts, ecclésiastiques et fiscaux, les cautions concédées aux affaires en cours, les interventions dans le commerce, l’investissement en capital ou le recouvrement d’argent découlant de la construction navale pour les armées royales, la gestion d’embarcations par délégation, l’établissement de contrat d’apprentissage professionnel, la pratique de crédit ou les investissements financiers, lesquels concernent en général, également des activités commerciales menées par des tiers que les femmes alimentent avec leurs capitaux. L’addition de toutes ces interventions à caractère économique représente près de 74 % du total.

38Si nous recherchons, en parallèle, à identifier le profil sociologique des femmes engagées, les épouses des gens de mer prévalent nettement, avec une claire incidence des épouses de pilotes, avec également une présence notoire de parentes de marchands, même si le poids total relatif reste très inférieur, comme on peut le voir dans le tableau 7. Les 75,2 % assumés par les parentes des pilotes, des maîtres de navigation et des marins soulignent clairement la dimension de cette représentativité.

Tableau 7 : Femmes passant des actes notariaux – référence socioprofessionnelle indirecte

Tableau 7 : Femmes passant des actes notariaux – référence socioprofessionnelle indirecte

Source : ADP – Fond Notarial. Vila do Conde, 1º cart., 1ª, 2ª, 3ª e 4ª sr., passim.

Conséquences dans les sensibilités collectives et dans le quotidien

39Cette étude est illustratrice des conséquences des absences masculines dans l’univers familial, démographique et social. Mais les mêmes modes de vies maritimes se font sentir dans le propre champ des sensibilités et des mentalités collectives. Dans le premier, à travers le développement d’une série de dévotions, notamment à la vierge Marie, avec lesquelles les femmes prétendent protéger les hommes (maris, frères, pères et fils) qui font face à de multiples dangers, imposés par le voyage en outre-mer, les confrontations armées, résultant de la course ou piraterie, ou même les maladies tropicales. S’insère également la multiplication d’un genre concret d’actes dévots, comme le sont les ex-voto ou, à l’opposé de la spiritualité orthodoxe, le recours à la magie, en particulier divinatoire, pour remplir le vide causé par l’incertitude, l’angoisse et le manque de nouvelles.

40Si la dynamique subjacente à la présence outre-mer des gens de Vila do Conde introduit, dans le mode de la vie privée, des implications en termes de démographie et de structure familiale comme dans les comportements et les structures sociales, la monumentalité et la propre culture matérielle ne peuvent lui rester indifférente. En effet, si les modèles artistiques d’autres mondes, notamment de la civilisation orientale, se projettent dans les expressions monumentales de construction de manière marquée au xvie siècle, la convivialité avec des matériaux de ces autres espaces, hautement attractifs pour des critères esthétiques et pour la qualité du bois, des tissus, et d’expressions plastiques avec lesquelles se confrontaient plusieurs agents de la ville dans leurs itinéraires d’outre-mer, ne pouvait pas manquer d’inculquer des marques dans la culture matérielle et dans la propre alimentation. Les témoignages que nous avons réussi à rassembler à partir des testaments et des inventaires de biens post-mortem sont multiples.

41En de brefs traits et dans une perspective excessivement sommaire, ceci est le cadre de synthèse d’un exemple de construction d’une communauté humaine et professionnelle d’une société et d’une économie intensément marquées par les modes de vies maritimes liés aux navigations, à l’immigration et au commerce d’outre-mer, intensément façonnés par l’intégration dans un axe maritime, en particulier atlantique.

Notes

1 Amélia Polónia, Vila do Conde. Um porto nortenho na expansão ultramarina quinhentista, Porto, 1999 [thèse de doctorat sous presse].

2 Ordenações Manuelinas, éd. fac-similé de l’édition de 1797, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, [1984], Lv. I, Tit. XIV, § 10 ; Ordenações Filipinas, éd. fac-similé de l’édition de 1870, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, [1985].

3 Les taux ont été calculés en appliquant la formule suivante : nombre de baptêmes ou décès masculins/nombre de baptêmes ou décès féminins x 100. Il n’existe pas de registres de décès pour les décennies antérieures à 1590.

4 Louis Henry, Techniques d’analyse en démographie historique, trad. et notes de J. Manuel Nazareth, Lisbonne, Gradiva, (1988), p. 26-29.

5 Plusieurs de ces caractéristiques se trouvent de même mode détaché dans une étude développée, en une perspective anthropologique, sur une paroisse du Minho, dans le xxe, laquelle a en commun avec le cadre historique que nous traçons, la prédominance de l’émigration masculine comme trait structurant d’une communauté dans laquelle les sex ratios sont indiscutablement favorables aux femmes (cf. Brettel Caroline B., Homens que partem, mulheres que esperam. Consequências da emigração numa paróquia do Minho, Lisbonne, Publications D. Quixote, 1991).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Évolution de la population de Vila do Conde (1513-1643)
Légende Sources : Inquirição de 1258, publ. Tarouca, Carlos da Silva, doc. II-A, p. 39 ; IAN/TT- Conv. Stª Clara V. Conde, cx. 44, mç. 16, s.n. ; Numeramento de 1527/32, publ. Freire, A. Braamcamp ; IAN/TT (Institut des Archives Nationaux – Torre do Tombo) – Chanc. D. João III, lv. 14, fl. 79 ; idem – Conv. Stª Clara V. Conde, cx. 40. mç. 11, s.n. ; idem – Conv. Stª Clara Vila Conde, cx. 37, mç. 7, s.n., fl. 8 ; idem –Chanc. D. João III. Privilégios, lv. 2, fl. 240 ; idemChanc. D. João III, lv. 6, fl. 27 ; BARROS, D. João de – Geographia d’Entre Douro e Minho e rás-os-Montes, Porto, BPMP, 1919, p. 47. ; IAN/TT – Chanc. D. João III. Privilégios, lv. 3, fl. 199-199v. ; A.M.V.C. (Archive Municipale de Vila do Conde) – A/159 ; IAN/TT – Manusc. da Livraria, nº 488 ; AMVC- Lv. 1877, fl. 31v.-193v.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-1.png
Fichier image/, 2,7k
Titre Graphique 1 : Évolution de la population de Vila do Conde (1513-1643)
Légende Source : Tableau 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-2.png
Fichier image/, 10k
Titre Graphique 2 : Catégories professionnelles Taux de distribution par secteurs d’activité selon l’impôt de la Sisa de 1568
Légende Source : AMVC – Lv. 1699
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-3.png
Fichier image/, 11k
Titre Graphique 3 : Catégories professionnelles Taux de distribution par secteurs d’activité selon l’impôt de la Décima de 1643
Légende Source : AMVC – Lv. 1877
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-4.png
Fichier image/, 13k
Titre Graphique 4 : Hommes de mer et hommes de terre élus pour exercer des fonctions municipales. Évolution chronologique
Légende Source : AMVC – Lv. 16 a 26
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-5.png
Fichier image/, 38k
Titre Graphique 5 : Hommes de mer et hommes de terre élus pour la Confrérie de la Miséricorde. Évolution chronologique.
Légende Source : ASCMVC (Archive de la Miséricorde de Vila do Conde) – Livres de Recette et Dépense (1573 à 1620)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-6.png
Fichier image/, 16k
Titre Tableau 2 : Agents engagés en partenariats commerciaux. Distribution socioprofessionnelle
Légende Source : ADP (Archive Distrital de Porto) – Fond Notarial.V. Conde, 1º cart., 1ª, 2ª, 3ª e 4ª sr., passim.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-7.png
Fichier image/, 4,0k
Titre Graphique 5 : Mariages à Vila do Conde (1566-1640)
Légende Source : ADP – Fond Paroissial. V. Conde. Mariages. Lv. 1 et 2
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-8.png
Fichier image/, 10k
Titre Tableau 3 : Taux de Masculinité – Perspective Comparative
Légende Source : ADP – Fond Paroissial. V. Conde, Baptêmes., Lv. 1 e 2 ; Décès, Lv. 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-9.png
Fichier image/, 4,2k
Titre Tableau 4 : Femmes chefs de foyer et taux d’imposition féminine
Légende Source : AMVC – Lv. 1699 et 1877
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-10.png
Fichier image/, 3,2k
Titre Tableau 5 : Femmes intervenant dans les actes notariaux – Distribution par état civil
Légende Source : ADP – Fond Notarial. V. Conde, 1º cart., 1ª, 2ª, 3ª e 4ª sr., passim.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-11.png
Fichier image/, 2,7k
Titre Tableau 6 : Pouvoirs et fonctions accomplis par des femmes dans des actes notariaux
Légende Source : ADP – Fond Notarial. V. Conde, 1º cart., 1ª, 2ª, 3ª e 4ª sr., passim.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-12.png
Fichier image/, 9,9k
Titre Tableau 7 : Femmes passant des actes notariaux – référence socioprofessionnelle indirecte
Légende Source : ADP – Fond Notarial. Vila do Conde, 1º cart., 1ª, 2ª, 3ª e 4ª sr., passim.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20489/img-13.png
Fichier image/, 4,5k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540