Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Voyages, mobilité, nouveaux mondes

Autour de Francis Drake et de son voyage dans les Mers du Sud. La place et le rôle du pilote portugais Nunho da Silva1 (1578-1579)

Mickaël Augeron

Texte intégral

  • 1 Cette contribution fait écho à un premier article rédigé en 1995 sur les corsaires protestants — m (...)
  • 2 Maître de conférences d’histoire moderne, université de La Rochelle.

1Note portant sur l'auteur2

  • 3 Intitulé The Relation of a voyage made by a pilot called Nuno da Silva for the vice-roy of New Spa (...)

2Le pilote portugais Nunho da Silva est bien connu des spécialistes, par le récit qu’il nous a laissé de la célèbre expédition de Francis Drake et que Richard Hakluyt s’est empressé de publier dès 1600, en annexe de sa propre enquête sur le premier voyage de circumnavigation anglais3. Il s’agit là d’un témoignage d’autant plus important que Silva a côtoyé l’audacieux corsaire pendant près de 15 mois, du 19 janvier 1578 au 26 avril 1579 : interrogé par le vice-roi de Nouvelle-Espagne en personne, il rapporta les événements qu’il avait vécus depuis la prise de son navire au large des îles du Cap-Vert jusqu’à sa « libération » par Drake lui-même dans le port mexicain de Guatulco, après avoir franchi en sa compagnie le fameux détroit de Magellan et assisté au pillage des côtes pacifiques de l’Empire espagnol, du Chili au Mexique.

  • 4 Mss de la coll. Hans P. Kraus, Library of Congress, 4 fol.
  • 5 Archivo General de la Nación (AGN, Mexico), Inquisición, t. 76, exp. 18 ; t. 85, exp. 7 ; t. 89, e (...)
  • 6 On sait toutefois qu’il finit par recouvrer sa liberté et qu’il prit, quelques années plus tard, s (...)

3Mais ce récit est incomplet, comme en témoigne une autre Relación del viage del cosario yngles que dio el piloto Nuño de Silva ante su excelencia del Virrey de México, datée du 20 mai 1579 et qui apporte des renseignements parfois plus précis sur les premiers mois de l’expédition, jusqu’à l’arrivée de Drake dans les Mers du Sud4. Un séjour dans les archives mexicaines (Archivo General de la Nación, Mexico) nous a permis de consulter un certain nombre de documents concernant ce personnage : une partie de son dossier inquisitorial avec échanges de lettres entre représentants du Saint-Office5, « denuncias » (« dénonciations ») à son encontre, émanant de marins capturés par Drake au fil des semaines, et surtout une synthèse des interrogatoires dont il a fait lui-même l’objet, associée à un inventaire circonstancié des actes de pillage commis par les marins anglais. Intitulée Suma de la confesión del piloto Nuño de Silva et datée du 23 mai 1579, elle constitue de fait un troisième récit des événements dont il a été le témoin privilégié, tant sur les plans oculaire qu’auditif, voire l’un des acteurs. Après que Drake l’eut relâché, Silva avait été aussitôt arrêté par les autorités espagnoles et conduit devant le vice-roi, avant d’être envoyé — prisonnier — en Espagne en 1582. Nous perdons sa trace l’année suivante6. La procédure inquisitoriale pour « hérésie et piraterie » s’était engagée dès son arrivée à Mexico (20 mai 1579). A-t-il été dénoncé par quelque Espagnol capturé par Drake et libéré le même jour que lui ? C’est fort possible, mais il ne faut pas non plus sous-estimer le fait qu’il s’agit peut-être là d’une initiative, si ce n’est habituelle tout au moins fréquente, qui transforme alors en « hérétique » potentiel tout individu ayant côtoyé des protestants.

4Quoi qu’il en soit, c’est un ensemble d’informations précieuses qui nous sont ainsi transmises après avoir été collectées par les Inquisiteurs. Elles viennent compléter, préciser ou bien parfois nuancer les autres sources d’informations sur l’expédition, qu’elles soient anglaises ou espagnoles, apportant même un certain nombre d’indications sur la vie à bord des navires anglais. Quant à Silva, l’historiographie le considère généralement comme l’un des principaux artisans de la venue de Drake en « Patagonie », qui aurait ainsi ouvert les portes du Pacifique à l’Angleterre par ses connaissances du littoral brésilien. Mais si son nom est souvent évoqué, peu de renseignements sont donnés sur le personnage. Qui est-il ? Quel a été son rôle à bord du navire amiral de l’expédition ? Quels ont été ses rapports avec les marins anglais ? À commencer par Drake lui-même, sur lequel il apporte d’importants compléments d’informations…

Un pilote portugais entré bien malgré lui au service de Francis Drake

  • 7 AGN, Inquisición, t. 85, exp. 13, Suma de la confesión…, 23 mai 1579, fol. 85-86.

5Issu d’une famille de marins, Nunho da Silva est né à Lisbonne (vers 1525), où il a passé les premières années de sa vie, en compagnie de ses parents, Johana da Silva et Alvaro Yañez, « hombre de la mar », pour reprendre ses propres paroles. À huit ans, il est confié à un oncle, Adan Fernandez qui exerce la lourde responsabilité de pilote sur les navires du roi. Pour initier sa formation, celui-ci lui offre d’emblée sa première traversée de l’Atlantique en direction du Brésil (dans les années 1530), où il va résider un certain nombre d’années. Silva ne le quittera plus jusqu’à l’âge de 20 ans, l’accompagnant partout « en navios de armada del rey de Portogual » et gravissant progressivement les échelons de la connaissance en matière maritime. Pendant ces longues années, il apprend ainsi à manoeuvrer un navire, à se familiariser avec les côtes, à se servir d’instruments de navigation et à déchiffrer les cartes marines, et ce, même s’il garde alors le statut de simple marin. À la mort de son oncle, il abandonne définitivement la marine de guerre pour se lancer aussitôt dans la navigation de commerce, sa solide expérience lui permettant de multiplier les embarquements, d’abord comme marin et pilote, puis comme pilote et maître de navire. Il poursuivit ainsi, comme il le souligne lui-même, « la navegación de Portugal al Brasil por marinero y por piloto y por maestre y piloto todo junto en navios de merchantia7 ». Au total, il a traversé l’Atlantique de très nombreuses fois : il en connaît parfaitement les routes et les risques. Installé avec son épouse à Gaia dans la banlieue de Porto, il a dû faire preuve de qualités certaines pour assurer — et assumer— si jeune d’aussi lourdes responsabilités. C’est un homme aux cheveux peu grisonnants, à la stature plutôt basse, à la peau brunie par le soleil et le sel, qui porte une longue barbe.

  • 8 Ibid.
  • 9 Relación del viage del cosario yngles…, s.f.
  • 10 Ibid.

6C’est le 19 janvier 1578 que sa vie allait brutalement basculer, quand son navire, la Santa Maria (150 tonneaux), fut capturé non loin de l’île São Tiago par « un ingles cosario [Francis Drake] con seis naos de su compañía y otra q [ue] avía robado8 ». Silva avait quitté Porto début novembre pour l’île de Palma aux Canaries, en qualité de pilote. Après y avoir chargé des vins, le navire avait fait route en direction du Brésil afin d’y vendre sa précieuse cargaison, via les îles du Cap-Vert. Les navires portugais avaient l’habitude d’y faire escale pour s’y ravitailler ou réparer quelque avarie avant de continuer leur longue traversée de l’Atlantique. Et c’est justement au moment d’entrer dans le port de l’île São Tiago « p[ar]a tomar agua » qu’il fut assailli, sans possibilité de fuite. Drake ordonna aussitôt de trier les prisonniers, Silva et quelques autres étant amenés sur le vaisseau amiral pour y être interrogés, tandis que le reste de l’équipage resta sur son navire : il s’agissait de la « gente ynutil como fueron algunos moços y otros marineros9 », c’est-à-dire d’individus qui ne pouvaient lui apporter aucune aide en matière de navigation et de reconnaissance du littoral brésilien. La flottille mit ensuite le cap pour l’île Brava, à douze lieues de là, pour y faire de l’eau. Drake en profita pour y débarquer tous les marins portugais, à l’exception de Silva, dont l’expérience maritime et les connaissances géographiques furent jugées stratégiques pour la poursuite de l’expédition : Silva ne s’y trompe guère quand il affirme que « la causa por q[ue] le llebaban era por q[ue] sabian q[ue] era piloto del Brasil y para q[ue] los llebasse alli a tomar agua10 ».

  • 11 S. Bawlf, The Secret Voyage of Sir Francis Drake (1577-1580), Vancouver/Toronto, Douglas & McIntyr (...)

7Les sources anglaises se contentent de préciser que Drake l’avait « pris à son service » et que Silva avait « très envie » de l’accompagner pour son voyage en direction des Mers du Sud11. Mais l’intéressé n’avait bien entendu pas le choix et n’en restait pas moins prisonnier des Anglais, du moins dans un premier temps ! Drake avait besoin de se voir confirmer la route qu’il entendait emprunter pour rejoindre l’Amérique du Sud et surtout de compléter les informations qui étaient déjà en sa possession sur la « route des Indes » (cap, vents, courants, dérive) afin d’éviter de se perdre dans l’immensité atlantique. Si l’on en croit Silva, il n’avait emporté avec lui que trois « libros de navegación ». Un était rédigé en français et un autre en anglais, mais sans que nous sachions lesquels. Quant au troisième, il traitait du « descubrimiento de Magallanes », montrant combien la finalité de l’expédition était bien les Mers du Sud ou tout au moins une reconnaissance approfondie du détroit de Magellan.

  • 12 Suma de la confesión…, op. cit., fol. 85-86.
  • 13 Ces cartes marines sont souvent « enrichies » par leurs propriétaires, qui y portent annotations e (...)
  • 14 AGN, Inquisición, t. 85, exp. 13, « Robos q [ue] hizo », 23 mai 1579, fol. 87-88 v.
  • 15 Ibid.

8Avant de quitter l’archipel du Cap-Vert, Drake avait adjoint ledit navire « cargado de vinos y otras mercaderias » à sa flottille et en prit lui-même le commandement. Silva, qui en connaissait parfaitement les potentialités, y fut tout naturellement affecté, en qualité de pilote, en compagnie de 40 ou 50 autres Anglais12. Drake avait étudié attentivement la carte nautique qu’il lui avait confisquée et qui représentait, avec moult indications — personnalisées13 — en portugais, l’espace atlantique jusqu’au « Rio de la Plata y cabo de buena esperança ». Il lui prit également son astrolabe et surtout son « libro de seguimiento y derrotero de la Costa del Brasil » (« itinéraire de pilotage et grand routier de la côte du Brésil »), si utiles à la navigation. De fait, c’est un véritable trésor cartographique qu’il avait trouvé à bord de son navire, car le maître et le contremaître du navire possédaient eux-mêmes leurs propres carte nautique, astrolabe et « livre de route » (routier), raison pour laquelle il décida de transférer ces précieux outils sur les autres navires de l’expédition, en les confiant à ses officiers. Il ordonna par ailleurs de traduire le « derrotero » de Silva en anglais pour mieux en saisir — et en diffuser — le contenu. En capitaine expérimenté, il le mit aussitôt en application, tout en prenant bien soin de vérifier l’exactitude des informations qu’il comportait, au fur et à mesure qu’il s’approchait des côtes brésiliennes, et ce « hasta 24 grados [de latitude sud] que bonan los derroteros de los portugueses », c’est-à-dire jusqu’aux environs de São Vicente, le foyer de peuplement portugais situé le plus au sud de la colonie. Il interrogeait, décryptait patiemment carte et routier, et aurait ainsi appris beaucoup de choses sur la « navigación de Portugal », sur les routes de navigation parcourues par les Portugais, sur leur empire atlantique, du Cap-Vert et des côtes de Guinée au Brésil. Silva signale son souci constant d’inventorier et de décrire « sus puertos y fuerças de tierra y de su armada14 », à l’instar de bien d’autres capitaines français ou anglais, dans une optique géostratégique particulièrement bien marquée, destinée à soutenir l’expansion maritime anglaise. Ces données venaient compléter, préciser ou même infirmer les informations par trop lacunaires — et non moins approximatives — qu’il avait pu réunir en Angleterre ou lors de ses précédentes expéditions en Amérique. Après son arrivée dans les eaux pacifiques, il continuera bien entendu à collecter le maximum de renseignements sur les littoraux américains (traits de côtes, foyers de peuplement, garnisons, etc.), non sans avoir porté au préalable une attention particulière au détroit de Magellan. Il s’agissait certes d’une question de survie (s’orienter dans l’espace maritime, éviter les naufrages, etc.) mais aussi de la volonté de multiplier les pillages — et par-delà les possibilités de butin — et de préparer de nouvelles incursions éventuelles dans les Mers du Sud. Les coûteux instruments de navigation revêtaient eux aussi un intérêt stratégique indéniable, excitant la convoitise quand on en rencontrait à bord d’un navire arraisonné. Dans ce contexte, on comprend parfaitement la remarque de Silva quand il précise qu’ils figuraient en tête de liste des biens systématiquement pillés : « de los navios q[ue] robava [Drake] lo primero era las cartas de marear, astrolabios, compases y agujas », ainsi que tous les autres instruments de navigation que Drake pouvait trouver sur les vaisseaux capturés15.

Silva, lieutenant et pilote de Francis Drake

  • 16 L’alcalde de Guatulco rapporte même qu’il est un pilote « very skilful. It seems that it is he who (...)

9Tous les renseignements qu’il nous a laissés, Silva les tient certes de ses propres observations, mais aussi de sa relation de proximité avec le capitaine anglais, qui semble avoir été presque immédiate. De pilote de circonstance, il s’est rapidement transformé en véritable officier, se voyant confier des tâches à responsabilités et s’intégrant par la même occasion à l’équipage16. C’est en arrivant en vue du Río de la Plata qu’il a vraisemblablement été transféré sur le navire amiral — dont Drake avait repris le commandement — afin de guider la flottille dans son long périple en direction du Détroit de Magellan, via le Río de la Plata, « llevando siempre la tierra a la mano derecha ». Il n’en bougera plus jusqu’à sa « libération ». Il obtint très vite le privilège d’appartenir au cercle restreint de ceux qui pouvaient s’asseoir et manger à la table du capitaine, aux côtés du maître du navire, du médecin, du « prédicateur » Fletcher et de John Drake.

10Il est toutefois très difficile de caractériser la nature des relations que les deux hommes entretenaient au quotidien. Sans qu’elles se soient forcément transformées en véritables liens d’amitié, elles n’en sont pas moins fort cordiales et marquées par un respect mutuel. Silva parlait l’espagnol et apprit très vite l’anglais, ce qui lui a permis de devenir à bord l’un de ses principaux interlocuteurs, Drake rendant honneur à son expérience maritime et à son « savoir » de pilote. Il est significatif que dans sa déposition auprès des autorités espagnoles il ne porte guère de jugement sévère à l’encontre du capitaine anglais. Son récit, qui emprunte à un ton globalement neutre, surtout si on le compare avec bien d’autres témoignages, laisse même transparaître à quelques reprises une certaine admiration envers le marin, le capitaine expérimenté et le meneur d’hommes.

11Il faut dire que Silva a su très vite jouer la carte de la coopération, comme le font en général les pilotes capturés — que ce soit de gré ou de force —, gagnant ainsi l’estime de son geôlier. Avant même que la flottille n’atteigne le Brésil, il avait expliqué à Drake qu’un certain nombre de « galères » en sillonnaient constamment les côtes, et ce jusqu’aux environs de São Vicente. Porté par les vents à la hauteur de la région de Salvador (13 degré de latitude sud), Drake préféra alors continuer sa route en haute mer, pour ne pas être vu, et ne toucha terre qu’après avoir franchi le 30e parallèle : guidé par le pilote portugais, il aborda les côtes brésiliennes le 1er avril, au niveau de l’actuelle ville de Pórto Alegre. Drake comptait sur lui pour qu’il lui indiquât les lieux de mouillage les plus sûrs pour faire de l’eau et se ravitailler en vivres. En fin connaisseur des réalités brésiliennes, Silva lui parla abondamment des Indiens, de leurs rites, de leur manière de combattre et de leurs actes de cruauté, qui finirent par semer la terreur dans les esprits anglais.

  • 17 « Letter from the licenciate Valverde to king Philip II », publiée par Z. Nuttall, op. cit., p. 10 (...)

12Silva n’avait certes jamais navigué dans les Mers du Sud, dont il ne connaissait par conséquent pas les rivages, mais il n’en apporta pas moins son aide pour la suite du voyage : sa longue expérience de pilote, son habilité et son adresse, sa maîtrise de « l’art de la navigation et sa connaissance du Ciel17 » furent à ce titre décisives pour estimer la position du navire et faire le relevé de la côte pacifique jusqu’à Guatulco. Drake commença à franchir le détroit de Magellan le 24 août et atteignit l’océan Pacifique le 6 septembre. Silva souligne la qualité de son navire, la Golden Hind, un très bon et solide navire, précise-t-il, fait des meilleurs bois, « q[ue] govierna bien de timon », avec 18 pièces d’artillerie (3 en bronze et les autres « en fer ») et « todo genero de munición de guerra en abundancia ». Cet armement contrastait singulièrement avec le dénuement défensif des navires espagnols qui pratiquaient le cabotage sur les littoraux américains et qui constituaient autant de proies faciles. Le marin portugais n’est d’ailleurs pas sans relever que les pillages contribuaient à soutenir l’expédition, en vivres, vêtements et matériel nécessaire à la navigation, les pilotes successivement capturés étant eux-mêmes systématiquement interrogés.

  • 18 AGN, Inquisición, t. 119, exp. 4, 17 fol., partie du procès de Nuño de Silva, pilote portugais, re (...)

13Silva a-t-il physiquement participé à ces pillages, comme l’en accusent les Espagnols, ou s’est-il systématiquement placé dans une simple position d’observateur ? De fait, il apparaît qu’il a eu un rôle actif, du moins à bord, lors des manoeuvres qui mobilisaient l’ensemble de l’équipage pour courir sus aux navires espagnols. En revanche, il n’est pas sûr qu’il soit entré dans les maisons, afin de les piller, quand les Anglais débarquaient dans quelque ville ou village du littoral. Mais ce qui est certain, c’est qu’il a eu sa part du butin et que ses biens furent saisis lors de la procédure inquisitoriale18.

14Tous les Espagnols embarqués sur le vaisseau anglais étaient libérés, sains et saufs, tout au plus quelques semaines après leur capture. Début mars 1579, ce ne sont ainsi pas moins de trois pilotes qui furent relâchés ensemble sur un navire qui venait d’être pillé, parce que désormais jugés inutiles pour la suite de l’expédition. Alors comment expliquer le fait que Silva ait été — ou se soit — maintenu à bord aussi longtemps (près de 15 mois) ? A-t-il été débarqué en Nouvelle-Espagne (Guatulco) à sa demande, comme l’affirment certains historiens ? Ou a-t-il été contraint d’abandonner les Anglais, à un moment où Drake avait déjà pris sa décision de ne pas revenir en Angleterre par le détroit de Magellan ?

  • 19 AGN, Inquisición, t. 85, exp. 13, Discurso de la vuelta, 23 mai 1579, fol. 93-94
  • 20 Ibid.
  • 21 AGN, Inquisición, t. 119-1, exp. 4, Copia de un capítulo de carta, s.l., s.d., fol. 15. Voir égale (...)

15Les historiens débattent encore sur la finalité de l’expédition, certains considérant que le capitaine corsaire avait pour objectif, après avoir pillé les littoraux américains, de reprendre la route empruntée lors de son voyage aller. Or Silva précise l’avoir souvent entendu dire « q[ue] se avia de volver por el estrecho de los bacallaos », « q[ue] venia a descubrir », ce que confirment d’autres témoins ayant séjourné quelque temps à bord du navire anglais19. Et Silva d’ajouter que « si tuviera intención de volver por Magallanes por donde entró no tenía necesidad de benir como vino a la Costa de N[uev]a Sp[añ]a20 », au risque de laisser aux Espagnols le temps de s’organiser, ce qu’eux-mêmes admettent sans sourciller. Nous retrouvons là l’une des constantes de la navigation européenne : trouver un nouveau passage entre les deux océans par l’Atlantique nord. Comme tant d’autres, Drake était convaincu que l’on pouvait faire le tour des Amériques. Peut-être pensait-il qu’il serait plus facile de trouver ce passage par le nord-ouest, beaucoup jusqu’ici l’ayant cherché en vain par le nord-est. S’il n’y arrivait pas, il pourrait toujours repartir par le détroit de Magellan, tout en sachant que les Espagnols pourraient l’y attendre : il en était même de plus en plus convaincu. À juste titre, car les autorités espagnoles s’étaient empressées d’armer des navires dans l’éventualité de son retour par les côtes chiliennes21.

Un pilote catholique jugé pour « hérésie »

  • 22 AGN, Inquisición, t. 85, exp. 13, Discurso de la vuelta…, fol. 93-94.
  • 23 Il semble avoir navigué jusqu’aux environs de l’actuelle ville de Vancouver (Canada), avant de se (...)

16La prise d’une « frégate », le 20 mars 1579, au large des côtes nicaraguayennes, a bouleversé ses plans, en lui offrant une autre voie de retour, s’il ne trouvait pas ce passage par le nord, « q[ue] no hallando por allí salida se avía de ir por la China22 ». Se trouvait en effet à bord un pilote connaissant la route du fameux « Galion de Manille », un certain Alonso Sánchez Colchero que le vice-roi de Nouvelle-Espagne envoyait — depuis Acapulco — à Panama. Si Drake libéra aussitôt l’équipage, il garda ce « piloto de la China », ainsi que l’ensemble de ses cartes marines, les premières que les Anglais obtenaient de la route du Pacifique : il s’agissait là d’un coup de maître qui lui ouvrait, comme l’on sait, les portes de l’Asie. Sachant désormais qu’il ne refranchirait pas le Détroit de Magellan et s’apprêtant à « remonter » vers le nord23, il était plus enclin à laisser partir Silva, dont le maintien à bord demeurait jusqu’ici particulièrement stratégique : outre son rôle fondamental en matière de navigation, sa présence trouvait en effet toute sa justification dans un éventuel retour par le Brésil, qu’il connaissait si bien, et ce d’autant plus que le navire anglais aurait dû en longer les côtes jusqu’à la hauteur de Recife environ.

  • 24 AGN, Inquisición, t. 125, exp. 8, Témoignage de Juan Pascual, Acapulco, mars 1580, fol. 71v-72.
  • 25 Dont celle de Guatulco le 13 avril 1579. Les marins anglais y ont emporté une cloche d’argent, les (...)
  • 26 AGN, Inquisición, t. 55, exp. 4, Interrogatoire de Guillermo Calens, Mexico, 11 octobre 1572, fol. (...)
  • 27 The relation of a voyage made by a pilot called Nuno da Silva…, fol. 742-747.
  • 28 Mickaël Augeron, « Violences théâtralisées, violences sacralisées : les marins huguenots face aux (...)

17Quoi qu’il en soit, ces longs mois passés aux côtés des « lutheranos » suffirent à rendre Silva suspect aux yeux des Inquisiteurs, convaincus qu’il s’agissait là d’un « viage contra N[uest]ra S[ant]a fee catholica ». Il fut accusé dès son arrestation d’avoir « profané » et « pillé » des églises, aux côtés des marins anglais, et par-delà de s’en être pris aux symboles de l’Église catholique24. Cela est pourtant peu probable, même s’il a pu lui-même constater les excès anglais sur le plan religieux. Ainsi, en ce qui concerne le pillage de l’église de Valparaiso en décembre 1578, il évoque certes le vol d’un missel, « q[ue] luego hizieron pedaços » (« qu’ils réduisirent ensuite en miettes »), mais sans en condamner apparemment l’action ou de manière trop peu convaincante, ce qui n’a pu que renforcer la suspicion des Inquisiteurs à son encontre. Plusieurs églises avaient été pillées25, mais aucune, semble-t-il, ne fut brûlée. Drake poursuivait ainsi d’une certaine manière les recommandations de John Hawkins qui, s’il approuvait la destruction des « images », interdisait toutefois que l’on s’en prenne aux églises : « que a las yglesias no se avia de tocar ni derribar por q[ue] al fin aquellas se avian de dexar pues son templos de Dios26 », ce qui n’empêchait pas bien entendu qu’elles soient pillées et débarrassées de leurs caractères « hérétiques ». À Guatulco, Silva nota que le prêtre avait lui-même été capturé, avant d’être relâché sain et sauf peu après, à l’instar de deux frères convers. Ce n’était pas la première fois, car le 1er février 1579, deux moines avaient été libérés, aux côtés des autres passagers d’un navire en provenance de Panama27. Il n’était pas sans savoir que cette attitude contrastait singulièrement avec celle des marins huguenots qui semaient la terreur dans l’Atlantique, en multipliant les excès meurtriers28.

  • 29 AGN, Inquisición, t. 125, exp. 8, Témoignage de Juan Pascual…, fol. 71v°-72 (un marin capturé sur (...)
  • 30 Ibid. et Suma de la confesión…, fol. 85-86.

18Ce qui est sûr, c’est que lui-même a dû se plier aux manifestations du culte anglican, et ce dès les premiers jours de sa rencontre avec Drake, celui-ci défendant la « religion » de la reine Elisabeth Ire. Plusieurs témoins de ceux qui ont été capturés, puis relâchés au cours de l’expédition, affirmeront que « este piloto se allegava con los demas yngleses luteranos a hazer rictos y ceremonias de su seta29 ». Le marin Juan Pascual, l’un de ses principaux accusateurs, expliqua qu’il l’avait vu non seulement assister aux « ceremonias luteranas », mais aussi y participer activement à bord, aux côtés du capitaine anglais. Le culte, présidé par Drake en personne, était célébré deux fois par jour, avant de s’asseoir pour manger au milieu de la journée (déjeuner) et avant le dîner. Pour les capitaines de navire, il s’agissait là d’un moment fort qui contribuait à réaffirmer quotidiennement leur autorité sur l’équipage. Drake faisait alors installer une « table » (un pupitre ?) sur le pont pour y poser un « très grand livre » — sans que nous sachions lequel (une Bible ?) —, se mettait à genoux tout en se découvrant la tête, puis se mettait à lire le livre en anglais, à haute voix. Tout l’équipage était présent, tête nue et à genoux, immobile, écoutant attentivement, mais répondant parfois aux sollicitations de leur capitaine. Plusieurs autres personnes — dont l’aumônier Francis Fletcher — possédaient également leurs propres livres qu’ils lisaient lors de ces cérémonies. À commencer par le médecin « q[ue] tambien leía los psalmos ». Parfois l’un d’entre eux se mettait à prêcher en anglais et tous étaient particulièrement attentifs à ce qu’il disait30. Mais la participation de Silva à ces prières quotidiennes ne saurait forcément signifier son adhésion au dogme anglican, car tous les Ibériques embarqués à bord ont dû faire mine si ce n’est de les approuver, tout au moins de les respecter. À l’instar du pilote Colchero évoqué précédemment ou même de Juan Pascual, qui a dû guider un temps le navire de Drake sur les littoraux sud-américains, avant d’être relâché dans le port de Guatulco…

  • 31 AGN, Inquisición, t. 75, exp. 42, Interrogatoire de Jorge Ribli, avril 1572, fol. 337.
  • 32 AGN, Inquisición, t. 125, exp. 8, Témoignage de Juan Pascual…, fol. 71v°-72.

19En fait, aucun d’entre eux n’avait le choix, car tout manque de respect envers le culte anglican était sévèrement réprimé. Tous étaient contraints d’y assister, de gré ou de force. Silva n’échappe pas à cette règle. Les marins anglais se devaient eux-mêmes d’être à ce titre irréprochables : ceux de la flotte d’Hawkins, une douzaine d’années auparavant, devaient déjà y participer sous peine de subir le supplice et la honte du « pilori » pendant 24 heures31. En revanche, il est tout à faire significatif que Silva se soit évertué — par curiosité ? par doute ? pour s’informer ? pour s’occuper ? — à lire des « livres » protestants32. Il est certes fort probable qu’il ait été sensible à certains des arguments développés par les protestants (comme la question des « indulgences » par exemple qui ébranle bien des certitudes), à l’instar de bien d’autres pilotes ibériques ayant longuement séjourné sur des navires huguenots ou anglicans et qui finissent par se laisser séduire par la « nouvelle religion ». Si elle demeure possible, rien n’atteste toutefois de son éventuelle conversion, et ce même s’il lui est arrivé de lire ces livres à haute voix lors des prêches collectifs, en qualité de lettré et d’officier. Il convient ici de signaler qu’il n’a nullement imité ceux des marins anglais qui jetaient au sol les hosties trouvées dans les églises pillées, avant de les piétiner pour bien montrer combien elles n’étaient que superstition. Il n’a pas non plus participé aux autres actions iconoclastes, telle la destruction des représentations de la Vierge, indissociables du « culte des images » que les protestants ne cessaient de dénoncer. Quelles qu’aient été ses convictions religieuses (doutes ou interrogations par rapport au dogme catholique ? condamnation en son for intérieur des « rites » anglicans ?), il est certain qu’il a très vite pris le parti de ne pas heurter la sensibilité de son entourage protestant. Que ce soit par prudence ou par calcul personnel ; toute provocation, toute hésitation de sa part pouvant remettre en question son statut et sa place à bord du navire anglais.

  • 33 Cité par Z. Nuttall, op. cit., p. 36.
  • 34 Ibid., note 2, p. 143 et p. 394.
  • 35 Les Espagnols vont d’ailleurs louer son travail — qualifié de « bon », d’ » approfondi » et de « s (...)

20Bien informé, observateur du quotidien, il a pu nouer au fil des semaines des relations très courtoises avec Drake, emplies d’un certain respect mutuel, mais sans que l’on puisse dire si elles ont débouché sur de réels liens d’amitié. Il est significatif qu’il n’emploie — du moins en l’état actuel de nos recherches — aucun mot péjoratif pour le qualifier ou tout simplement le dénommer. Il est vrai qu’il a toujours été bien traité et qu’il bénéficiait d’un statut privilégié en appartenant au cercle restreint des officiers, participant sans scrupules — du moins apparents — au pillage des navires espagnols. Sa longue présence à bord de la Golden Hind s’explique non seulement par l’éventualité d’un retour par les côtes brésiliennes, mais aussi par sa solide expérience maritime, en matière de navigation et d’encadrement des équipages, qui a été avantageusement exploitée par Drake durant leur séjour dans les Mers du Sud. Face à l’Inquisition, Silva tend lui-même à minimiser son rôle — et sa place à bord (pillages, collaboration) — afin de se faire passer avant tout pour une victime, ce que l’on comprend aisément. Sa stratégie défensive a bien fonctionné si l’on en juge par les conclusions de l’enquête : outre l’interdiction « perpétuelle » de séjourner en Amérique, il fut condamné à faire pénitence publique, les juges ne retenant pas les autres chefs d’accusation (piraterie notamment) qui auraient pu lui valoir la corde. S’il admit lui-même avoir participé aux cérémonies « luthériennes », il s’en excusa « by asserting that he had been forced to do so and he denied the intention [of committing acts of heresy]33 ». Il fut certes relâché en 1582 dès après son arrivée en Espagne — après quelque 3 années d’emprisonnement au Mexique — mais entra aussitôt au service de la Couronne, avant d’obtenir peu après l’autorisation de partir pour le Portugal afin de revoir sa famille34 : il en profita pour disparaître ! Il est fort probable que sa longue expérience en matière de navigation et sa connaissance du détroit de Magellan lui aient permis d’obtenir — de monnayer même ? — l’indulgence des autorités espagnoles, car il leur a notamment transmis de précieuses informations sur la région et la manière dont on pouvait la franchir, voire la protéger pour éviter de nouvelles incursions étrangères. Le livre de bord qu’il a tenu tout au long de son périple aux côtés des Anglais a d’ailleurs lui-même été confisqué et étudié par les spécialistes espagnols35.

21Ce qui est certain, c’est qu’il a donné au capitaine anglais de précieuses informations sur la configuration des côtes brésiliennes, sur les endroits les plus dangereux pour la navigation, sur les fortifications portugaises et sur les havres d’accueil les plus avantageux, tout en renforçant ses connaissances dans l’ » art de la navigation ». On ne sait pas si Drake a cherché à le retenir avant son « débarquement » à Guatulco ou s’il a au contraire ordonné son départ, tout en sachant qu’il courrait le risque d’être arrêté par les autorités espagnoles. Peut-être ne voulait-il tout simplement pas emmener avec lui cet excellent pilote qui pourrait ensuite rendre compte à d’autres de son éventuelle découverte du fameux « détroit des Morues », qu’il a vainement cherché en remontant les côtes nord-américaines, avant de se décider à franchir le Pacifique pour rejoindre l’Angleterre ? Il est vrai que Silva mettra plus tard à profit son expérience acquise dans les Mers du Sud pour organiser sa propre expédition… pirate ! Et vraisemblablement à partir… d’un port anglais !

Notes

1 Cette contribution fait écho à un premier article rédigé en 1995 sur les corsaires protestants — ma première publication — et ce, à la demande de Dominique Guillemet pour le colloque qu’il coordonnait alors avec Jacques Péret sur Les Sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique. Avec toute ma gratitude pour cette ouverture en direction du monde la recherche, et en souvenir de nos belles années canadiennes »…

3 Intitulé The Relation of a voyage made by a pilot called Nuno da Silva for the vice-roy of New Spaine, the 20 of May in the yere of our Lord 1579, ce récit fut publié par Richard Hakluyt dans The Third and last volume of the Voyages, navigations, traffiques and Discoveries of the English Nation, London, 1600, fol. 742-747.

4 Mss de la coll. Hans P. Kraus, Library of Congress, 4 fol.

5 Archivo General de la Nación (AGN, Mexico), Inquisición, t. 76, exp. 18 ; t. 85, exp. 7 ; t. 89, exp. 17 ; t. 90, exp. 10, 12 et 26 ; t. 125, exp. 31 ; t. 133, exp. 27 ; t. 223, exp. 23. Pour le journal de bord de Silva et d’autres documents émanant des archives espagnoles (publiés en anglais), dont une partie de ceux cités précédemment, voir Z. Nuttall (éd.), New Light on Drake. A Collection of Documents Relating to His Voyage of Circumnavigation (1577-1580), London, The Hakluyt Society, 1914, LVI-443 p.

6 On sait toutefois qu’il finit par recouvrer sa liberté et qu’il prit, quelques années plus tard, sa « revanche » sur l’Inquisition qui l’avait fort « mal traité » [torture notamment], en prenant lui-même la tête d’une expédition pirate en Amérique : P. Gerhard, Pirates of the Pacific (1575-1742), Lincoln/London, University of Nebraska Press, 1990, p. 73, l’auteur ne citant malheureusement pas sa ou ses sources.

7 AGN, Inquisición, t. 85, exp. 13, Suma de la confesión…, 23 mai 1579, fol. 85-86.

8 Ibid.

9 Relación del viage del cosario yngles…, s.f.

10 Ibid.

11 S. Bawlf, The Secret Voyage of Sir Francis Drake (1577-1580), Vancouver/Toronto, Douglas & McIntyre, 2003, p. 86.

12 Suma de la confesión…, op. cit., fol. 85-86.

13 Ces cartes marines sont souvent « enrichies » par leurs propriétaires, qui y portent annotations et repères divers, fruits de leurs propres observations.

14 AGN, Inquisición, t. 85, exp. 13, « Robos q [ue] hizo », 23 mai 1579, fol. 87-88 v.

15 Ibid.

16 L’alcalde de Guatulco rapporte même qu’il est un pilote « very skilful. It seems that it is he who governs and directs this Armada. This Portuguese speaks the English language as though it were his own and he is the General’s all in all » : Report from Gaspar de Vargas, chief alcalde of Guatulco, to the viceroy Martin Enriquez, publié par Z. Nuttall, op. cit., p. 239.

17 « Letter from the licenciate Valverde to king Philip II », publiée par Z. Nuttall, op. cit., p. 101.

18 AGN, Inquisición, t. 119, exp. 4, 17 fol., partie du procès de Nuño de Silva, pilote portugais, relative à la mise sous séquestre de ses biens (1580). Il a notamment en sa possession des « soieries chinoises » et d’autres biens qui ne peuvent être le fruit que de ces pillages.

19 AGN, Inquisición, t. 85, exp. 13, Discurso de la vuelta, 23 mai 1579, fol. 93-94

20 Ibid.

21 AGN, Inquisición, t. 119-1, exp. 4, Copia de un capítulo de carta, s.l., s.d., fol. 15. Voir également H. O’Donnell, España en el descubrimiento, conquista y defensa del mar del sur, Madrid, Mapfre, 1992, p. 144-151.

22 AGN, Inquisición, t. 85, exp. 13, Discurso de la vuelta…, fol. 93-94.

23 Il semble avoir navigué jusqu’aux environs de l’actuelle ville de Vancouver (Canada), avant de se résigner à prendre la route du « Galion de Manille ».

24 AGN, Inquisición, t. 125, exp. 8, Témoignage de Juan Pascual, Acapulco, mars 1580, fol. 71v-72.

25 Dont celle de Guatulco le 13 avril 1579. Les marins anglais y ont emporté une cloche d’argent, les précieux « parements » de l’autel, deux calices en argent ainsi que deux ostensoirs, dont un en argent : AGN, Inquisición, t. 85, exp. 13, « Robos q [ue] hizo », 23 mai 1579, fol. 85-86.

26 AGN, Inquisición, t. 55, exp. 4, Interrogatoire de Guillermo Calens, Mexico, 11 octobre 1572, fol. 403.

27 The relation of a voyage made by a pilot called Nuno da Silva…, fol. 742-747.

28 Mickaël Augeron, « Violences théâtralisées, violences sacralisées : les marins huguenots face aux « Papistes » dans la seconde moitié du xvie siècle », dans Mickaël Augeron et Mathias Tranchant (dir.), La Violence et la Mer dans l’espace atlantique (xiie-xixe siècle) », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 291 sq.

29 AGN, Inquisición, t. 125, exp. 8, Témoignage de Juan Pascual…, fol. 71v°-72 (un marin capturé sur le navire de Francisco de Zarate, puis relâché).

30 Ibid. et Suma de la confesión…, fol. 85-86.

31 AGN, Inquisición, t. 75, exp. 42, Interrogatoire de Jorge Ribli, avril 1572, fol. 337.

32 AGN, Inquisición, t. 125, exp. 8, Témoignage de Juan Pascual…, fol. 71v°-72.

33 Cité par Z. Nuttall, op. cit., p. 36.

34 Ibid., note 2, p. 143 et p. 394.

35 Les Espagnols vont d’ailleurs louer son travail — qualifié de « bon », d’ » approfondi » et de « soigné » — d’observation et de relevé des côtes.

Notes de fin

2 Maître de conférences d’histoire moderne, université de La Rochelle.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540