Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Voyages, mobilité, nouveaux mondes

L’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes. Patrimoine(s) et identité(s)

Aline Carpentier et Elsa Guerry

Texte intégral

  • 1 Chargées de mission auprès du Centre international de la mer, Projet d’inventaire des lieux de mém (...)

1Note portant sur l'auteur1

2Les relations historiques de la région Poitou-Charentes avec le Québec datent de plus de 250 ans. Dès le début de la colonisation, les provinces de l’Aunis, de la Saintonge, de l’Angoumois et du Haut-Poitou ont participé au développement de la colonie française de la Nouvelle-France. Les échanges liés aux migrations et au commerce ont permis à ce territoire de se développer et y ont laissé des traces. Des hommes et des produits ont marqué ces paysages.

3L’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes a été initié par les équipes d’historiens du Poitou-Charentes et du Québec qui travaillaient sur ces échanges et ces liens historiques. Afin d’appréhender au mieux ces relations, d’en retrouver les traces et d’en déterminer des lieux symboles, un programme d’inventaire, tout à fait novateur dans le domaine, a été mis en place avec l’appui du service régional de l’Inventaire de la région Poitou-Charentes (direction régionale des Affaires culturelles) et du ministère de la Culture du Québec. Dès 2001, plusieurs missions ont été organisées afin de mettre en place ce programme à la demande de la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs. Plusieurs partenaires ont participé au développement de ce projet pilote entre 2002 et 2005 : le ministère de la Culture et de la communication français, le ministère de la Culture et des communications au Québec, la région Poitou-Charentes, les départements de la Charente, Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de la Vienne, les universités de Poitiers, de La Rochelle et l’université Laval de Québec, ainsi que le Centre international de la mer en tant qu’opérateur.

  • 2 Conservateur du patrimoine, Direction de l’architecture et du patrimoine, mission Inventaire génér (...)
  • 3 Centre inter-universitaire d’études québécoises.
  • 4 Cf. le site : http ://www.poitou-charentes.culture.gouv.fr/memoire/ ; rubrique Notes et documents.

4Une méthodologie applicable à la fois aux deux territoires étudiés et à la diversité d’objets de ce nouveau champ d’étude a été élaborée conjointement par le laboratoire GERHICO de l’université de Poitiers et le service régional de l’Inventaire avec Dominique Guillemet et Georges Coste2, par l’équipe du CIEQ3 de l’université Laval, Marc Saint-Hilaire et Alain Roy, et le ministère de la Culture du Québec avec Daniel Lauzon. Les résultats de ces rencontres sont consultables sur Internet4. Ce projet permet de confronter des notions qui jusqu’ici ne l’étaient pas à travers la thématique de la Nouvelle-France : l’histoire, la mémoire et le patrimoine. Aussi, il permet d’identifier les orientations données par chacun au terme « mémoire » et d’y attacher des notions identitaires fortes, utilisées de manière différente entre les deux territoires étudiés.

Un projet ambitieux et novateur

Lieux de mémoire et lieux porteurs de mémoire

  • 5 Pierre Nora, « Entre mémoire et histoire, la problématique des lieux de mémoire », dans Pierre Nor (...)

5Dès les premières réflexions, ce programme de recherche a été confronté à la notion de « lieux de mémoire » définis par Pierre Nora : lieux témoins d’un passé, investis par un groupe ou un individu, où l’imaginaire peut fonctionner et où il existe une réelle volonté de mettre en avant cette mémoire5. Le titre donné à l’opération « d’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France », conjointement à la France et au Québec, peut probablement amener des critiques, mais dès le départ, l’entreprise s’est démarquée de celle de Pierre Nora pour s’intéresser non seulement aux lieux où la mémoire de la Nouvelle-France était déjà présente et active, mais aussi aux lieux où l’histoire et la mémoire étaient sous-jacentes. Il s’agissait de lieux à inventer et à faire émerger pour permettre une éventuelle appropriation. Les lieux dits de mémoire inventoriés sont alors le produit d’un travail de mémoire sur les relations anciennes et récentes qui unissent le Poitou-Charentes et l’ancienne Nouvelle-France.

De l’histoire des hommes aux lieux

  • 6 Le fichier Origines, Marcel Fournier (www.fichierorigines.com) et le fichier Premiers, Jean Courno (...)

6L’enjeu du projet était d’adapter une méthode d’inventaire à un champ de recherche nouveau : les lieux de mémoire. Ces lieux sont inventoriés non pas pour leur valeur artistique ou historique, mais pour leur aptitude à être dépositaires ou porteurs d’une mémoire de l’histoire commune des deux côtés de l’Atlantique. La démarche s’est appuyée dans un premier temps sur des études de la migration tant historiques que généalogiques6 ; un corpus d’hommes et de femmes, partis de la région Poitou-Charentes pour s’installer ou travailler en Nouvelle-France, s’est dégagé. Ce corpus a rendu possible le repérage d’un nombre important de communes concernées par le projet : 478 au total. Les lieux inventoriés sont liés aux événements du migrant en relation avec la Nouvelle-France : des lieux de baptême, des lieux de naissance, des lieux de mariage, des propriétés, des résidences, des lieux de travail, des lieux d’embarquement.

7L’inventaire s’est ensuite intéressé aux traces d’échanges économiques. Grâce aux études historiques sur le sujet, nous avons pu identifier des sites de production, des ports (lieux d’exportation et d’importation), des demeures de marchands, etc. L’étude s’est non seulement attachée aux traces historiques mais également aux traces mémorielles contemporaines liées à cette histoire (plaques commémoratives, stèles, monuments, plaques de rue…).

Des sources à la validation du lieu

8Pour répondre à la complexité du champ d’étude et à l’hétérogénéité des objets inventoriés d’une part et à la répartition de chaque côté de l’Atlantique des deux équipes de recherches d’autre part, le choix des nouvelles technologies et d’Internet s’est imposé. Afin de rassembler et d’organiser les données les plus complètes, plusieurs bases de données ont été mises en place. Une première base de données documentaire a été constituée. Elle a permis de repérer de nouveaux sites et de compléter certaines informations.

9Dans un deuxième temps, à l’appui des données sur la migration, une seconde base de données a été alimentée, hébergée sur le site de la direction régionale de l’Action culturelle (DRAC), afin de recenser tous les personnages de la région en lien avec la Nouvelle-France. Chaque événement a été signalé de façon systématique : date de baptême, lieu de mariage, profession, et autres renseignements intéressants pour le projet.

10Dans un troisième temps, l’intégration d’un lieu dans la base de données « Inventaire », créée par l’équipe du CIEQ à l’université Laval, passe par une phase de validation sur le terrain. Seule cette phase de travail sur place a permis de vérifier, selon différents critères précis historiques ou mémoriels, si les lieux recensés pouvaient faire l’objet d’une notice et être intégrés dans cette troisième base de données.

  • 7 Cf. le site : www.memoirenf.cieq.ulaval.ca.
  • 8 A.-C. Bouly, Nos cousins d’Amérique, une chance pour le Poitou, rapport DESS économie du développe (...)

11Cette base accessible au public dès le début du projet permet l’accès aux 585 notices picto-charentaises7. En 2001, un mémoire universitaire8 ne recensait qu’une dizaine de lieux sur le territoire.

Tableau 1. Répartition par département du nombre de lieux de mémoire inventoriés (état juin 2005)

Tableau 1. Répartition par département du nombre de lieux de mémoire inventoriés (état juin 2005)

Mémoire, lieux de mémoire et patrimoine

La typologie des lieux

12Les lieux de mémoire recensés (carte 10) sont de plusieurs ordres : propriétés, demeures, églises, lieux de production, lieux de commémoration, plaques commémoratives, plaques de rue, etc. Sur les 585 lieux inventoriés en Poitou-Charentes, 362 relèvent du patrimoine bâti et/ou archéologique, incluant les espaces tels que les cours d’eau ; 130 plaques de rue ont été repérées ainsi que 81 plaques ou monuments commémoratifs. Ils sont liés à la Nouvelle- France dans la majorité des cas par le personnage qui y a vécu, qui en a été le propriétaire, qui y a été baptisé ou marié. D’autres commémorent la naissance d’un migrant, le départ ou bien le mariage.

13L’essentiel du patrimoine bâti est constitué des églises, lieux de baptême ou de mariage de colons, d’une dizaine de maisons natales ou d’habitation (Ecoyeux, Puymoyen, Sainte-Marie, Ferme de Chey) et d’un réseau de propriétés d’administrateurs, installés dans la région à leur retour de la colonie. Plusieurs lieux ont également été inventoriés en tant que lieu de production de marchandises envoyées vers la Nouvelle-France, des ports mais aussi des demeures de marchands. D’autres sites sont liés à la mémoire militaire ou religieuse : il s’agit de casernement (les citadelles insulaires de Ré et Oléron), de l’arsenal de Rochefort, de plusieurs collèges des jésuites comme ceux de Poitiers et d’Angoulême.

Carte 10. Inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes

Carte 10. Inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes

14Les plaques et monuments commémoratifs recensés font référence aux pionniers de la Nouvelle-France. Ils sont la plupart du temps posés à l’initiative d’associations québécoises et canadiennes lors de voyages « en terre de l’ancêtre ». À l’inverse, les plaques de rue rendent hommage aux hommes célèbres, le plus souvent Champlain, mais aussi Montcalm ou Dugua de Mons, et sont l’œuvre des pouvoirs publics.

Des « lieux de mémoire »

15Les lieux pris en compte par l’étude englobent plusieurs niveaux de mémoire, leur étude de ce point de vue est particulièrement enrichissante. Certains lieux témoignent d’une histoire partagée et d’une mémoire vivante. Sur ces sites il y a une adéquation entre le site, l’histoire et la mémoire : ils sont généralement commémorés par les familles de descendants (maison de la famille Jean à Ecoyeux, plaque commémorative de Nicolas Audet à Taizé, plaque de la rue Simard à Angoulême, etc.). Ils sont reconnus à l’échelle d’une famille, d’un groupe de descendants ou d’une ville ; d’autres ont une célébrité plus grande (les sites liés au retour des Acadiens). Ils font l’objet de mise en valeur par des publications (journaux d’association, sites internet ou ouvrages publiés), par des rassemblements (rassemblement des Gautreau sur l’île de Ré), ou par des spectacles et des expositions.

16Il existe également des lieux où la mémoire véhiculée est forte mais pour lesquels les fondements historiques semblent plus flous voire absents. La mémoire pourrait y être dite recomposée et la relation entre le site et la Nouvelle-France pourrait relever du mythe. On peut citer le cas de la rue de l’Escale à La Rochelle connue pour être pavée de pierres de lest en provenance du Canada. Or, le système des pierres de lest placées dans les cales des navires pour les équilibrer était pratiqué pour tous les pays avec lesquels La Rochelle commerçait : les Pays-Bas comme le Nouveau Monde. Seule une analyse petrographique permettrait de déterminer la provenance de ces pierres. Des études réalisées dans ce domaine sur des sites comme Brouage révèlent que la plupart des pierres proviennent des pays du Nord de l’Europe. À cela, il faut ajouter que la rue de l’Escale a été plusieurs fois refaite depuis les xviie et xviiie siècles. Cependant la tradition orale et la mémoire collective continuent à faire perdurer le mythe des galets du Canada de la rue de l’Escale et il en va de même pour la rue de l’amiral-Courbet à Rochefort.

Des lieux de mémoire inventés

17Les 585 lieux référencés dans la base de données sont, pour la majorité, révélés par ce travail de recherche. Il s’agit de lieux d’histoire, la plupart lieux de baptême ou sites commerciaux, qui ne sont pas valorisés du point de vue de la thématique Nouvelle-France. Ils ont été inventés et découverts à travers un nouveau regard et un nouveau questionnement posés sur eux. Ces lieux ne deviennent des éléments du patrimoine et des lieux de mémoire au sens traditionnel que s’ils sont investis par un groupe. L’inventaire sert alors d’antichambre au patrimoine. Il permet d’établir une cartographie de ce qui existe, une deuxième étape permet au groupe de s’approprier ces édifices, de les valoriser et de les faire entrer dans le patrimoine.

Identité(s) et patrimoine(s)

Poitou-Charentes et Nouvelle-France

18L’histoire de la Nouvelle-France dans la région Poitou-Charentes est méconnue et reste attachée à quelques sites dans la région tels Brouage, la Ligne acadienne et La Rochelle. Les traces de la Nouvelle-France dans le paysage de la région restent maigres et sont illustrées en grande majorité par une volonté mémorielle : plaques de rue déposées par les communes et collectivités, plaques commémoratives posées par les associations locales ou canadiennes venues célébrer leur ancêtre.

19La méconnaissance de ces liens historiques entraîne un faible investissement des collectivités dans la valorisation du patrimoine lié à la Nouvelle-France. L’appropriation et la valorisation de ces sites sont difficiles à mettre en place car il n’existe aucun désir identitaire. Lorsqu’elles existent elles sont impulsées par une association canadienne : la plupart des sites commémorent le départ d’un migrant. Les associations locales françaises travaillent elles aussi sur le sujet avec la même volonté de retrouver les traces de leurs ancêtres. Elles se font le relais des demandes de recherches généalogiques complémentaires ou l’intermédiaire des collectivités territoriales pour l’organisation de célébrations.

20La commémoration en France s’inscrit dans une démarche plus historique que mémorielle. La Nouvelle-France est célébrée dans la région dans sa globalité : festival du livre, célébration d’un événement (le Grand Dérangement), cycle de conférences (Marennes, Brouage, etc.), concerts et spectacles. Cependant, dans certains cas, faire revivre l’histoire oubliée de la Nouvelle-France pourrait être associé à une volonté de se démarquer dans le paysage patrimonial et touristique en « se créant » une nouvelle identité et en la revendiquant. Ainsi le pôle Royan-Pons-Fléac avec le personnage de Pierre Dugua de Mons semble être le pendant de Brouage et Champlain.

Nouvelle-France et Québec

21À l’inverse, au Québec, la mémoire de la période française est directement liée à la notion d’identité. Retrouver et célébrer la mémoire de son ancêtre permet de retrouver et de créer son identité. Le patrimoine lié à la Nouvelle-France en France est parfois investi et valorisé directement par les Québécois : à Puymoyen par les Simard du Canada, à Montigny, lieu de rendez-vous des descendants des Papineau. Inconnus des français, ces sites deviennent l’incarnation réelle de la mémoire des ancêtres pour les Québécois en quête de leurs origines.

22Les généalogistes québécois travaillent depuis de nombreuses années à la recherche d’indices de liens avec la France. Ils restituent leur histoire en créant une mémoire, et en retournant sur les lieux de leurs origines. La fédération des familles souches au Québec rassemble plusieurs associations créées pour faire connaître et entretenir la mémoire de leur(s) ancêtre(s). Ces associations sont très actives dans le fait mémoriel : organisation de voyages et de visites en France sur les lieux liés à leur ancêtre, pose de plaques sur différents sites, messes commémoratives, etc.

23Le phénomène est perceptible à plus grande échelle sur le territoire québécois. Chaque site historique lié au fait français est systématiquement mis en valeur soit par une plaque, soit par la reconstitution du lieu et une scénographie. On peut observer dans la capitale québécoise une grande concentration de lieux de mémoire mis en avant : maisons de marchands, sites militaires ou administratifs, bâtiment religieux, etc. Il y a une superposition de traces commémoratives affichés par les différents acteurs concernés (fédéral, provincial, ville, association, partenaires privés, etc.).

24En Poitou-Charentes, le patrimoine lié à la Nouvelle-France est diffus dans le patrimoine régional des xviie et xviiie siècles ; à l’inverse les vestiges de cette période au Québec sont le patrimoine de la Nouvelle-France.

L’expérience du diplôme inter-universitaire Poitiers-La Rochelle-Montréal9

  • 9 Université d’été Poitou-Charentes–Québec en juin 2000 et diplôme inter-universitaire Poitiers-La R (...)

25Ces questions de mémoire, d’identité et de patrimoine ont jalonné nos recherches, durant les trois années du programme, animées et enrichies par la collaboration étroite avec Dominique Guillemet. Ce fut un de ses sujets de prédilection au cours des dernières années. À travers l’université d’été Poitou-Charentes–Québec, devenu depuis diplôme inter-universitaire, les aspects patrimoniaux, identitaires et de transmission étaient au cœur de ses réflexions. Dans cette même veine, le projet lieux de mémoire a été un véritable laboratoire.

26Qu’est ce qui, de chaque côté de l’Atlantique, fait sens en terme de mémoire et de patrimoine ? Quels sont les moyens mis en œuvre pour faire partager et transmettre les savoirs et les savoir-faire en matière de patrimoine bâti, patrimoine littéraire, etc. ? La confrontation du phénomène est intéressante et éclairante sur l’appropriation du patrimoine des deux côtés de l’Atlantique.

27Les projets de réhabilitation du quartier centre-sud à Montréal s’affichent clairement comme une revendication identitaire. La valorisation des édifices anciens permet d’évoquer la mémoire ouvrière « française » dans un quartier investi à la fin du xixe siècle par la population anglaise pendant son développement industriel (écomusée du Fier-Monde). Ce projet d’aménagement du territoire et de développement économique s’appuie sur la participation de la population locale pour re-tisser le lien social et redévelopper une économie. Dans le même ordre d’idée, la « revitalisation » du quartier Saint-Roch à Québec s’est mise en place pour redynamiser un quartier abandonné et y réaffirmer une identité liée aux manufactures et à l’artisanat.

  • 10 L’élevant au rang des autres arrondissements comme le vieux-Québec et le vieux-Montréal.

28Dans un autre domaine, certaines communautés amérindiennes présentes au Québec ont une volonté réelle de retrouver une identité à travers leur patrimoine. La communauté des Hurons-Wendat de Wendake a initié un vaste projet de mise en valeur de leur territoire depuis 2000 : date à laquelle le vieux-Wendake est classé arrondissement historique10. L’équipe chargée du projet de revitalisation de Wendake a, dès le départ, fait le choix d’impliquer la population par des consultations publiques car pour elle la sauvegarde du patrimoine huron doit passer par une ré-appropriation de la culture huronne par les membres de la communauté ; elle pourra s’affirmer sur le plan provincial, fédéral et international. Le projet s’articule autour de la rénovation et la mise en valeur des voies et espaces publics, auxquels s’ajoute la construction d’un musée de la culture huronne. L’aspect économique est également mis en avant, pour l’exploitation des sites touristiques tels que l’ancien village huron ou le musée, mais aussi pour la modernisation de certaines entreprises (la fabrique de raquettes artisanales installées à Wendake est passée aux techniques modernes de production et fait visiter ses locaux). Ce projet tient non seulement compte du patrimoine bâti mais aussi de la tradition orale et de la transmission des savoir-faire.

  • 11 La langue huronne a d’ailleurs disparu depuis un siècle.

29Le « maître-mot » du projet est la sauvegarde et la mise en valeur de l’authenticité huronne : notion toutefois ambiguë lorsqu’on sait que cette société est entrée en contact avec les Français dès le début du xviie siècle. Cette vie commune a donné lieu à des échanges et des adaptations du mode de vie, du langage11 et plus généralement de la culture. On peut réellement parler de syncrétisme, mais lors de la présentation du projet cet aspect n’a pas été évoqué : pourtant lorsque le guide entonne, en fin de visite, un chant traditionnel qui évoque la Vierge Marie, les références sont religieuses et chrétiennes… Les questions identitaires sont importantes dans une société qui tend vers l’uniformisation des goûts, des choix, des cultures. S’ajoutent à cette tendance de réels problèmes de luttes identitaires et de différences culturelles parfois générateurs de violence. Travailler sur l’histoire et la mémoire est un véritable enjeu pour pouvoir envisager l’avenir et constitue un choix.

30Liens identitaires et culturels, ces préoccupations étaient au cœur de la mise en place du programme d’inventaire des lieux de mémoire. Quels sont les liens qui peuvent unir le Québec et la France ? Trouve-t-on des lieux de mémoire communs ? Ces questions permettent d’appréhender et de comparer les phénomènes mémoriels. La mémoire de la Nouvelle-France présente dans la région est traitée de manière ponctuelle. L’interrogation de l’histoire permet alors de révéler cette mémoire oubliée et d’obtenir, ainsi, une nouvelle lecture du patrimoine.

31L’histoire de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes est cependant un phénomène qui n’est pas si méconnu qu’on le pense. En dehors des sites importants que sont La Rochelle, Brouage et la ligne acadienne à Archigny, il existe une mémoire de la Nouvelle-France certes plus diffuse mais réellement présente. Il s’agit d’une mémoire plus familiale entretenue par des descendants de migrants réunis en associations. Ils font revivre certains lieux et y marquent leur présence par la pose de plaques ou des rassemblements. L’étude a démontré qu’il existe de nombreux vestiges, bâtis ou non, qui peuvent être mis en lien avec la Nouvelle- France. Cependant les aspects patrimoniaux sont diffus dans le paysage local et la méconnaissance de cette histoire a pour conséquence un investissement faible des collectivités dans une réelle mise en valeur de ces sites. Lancer des projets de valorisation autour de cette thématique relève alors de choix culturels, identitaires et politiques. Montrer ces liens avec d’autres territoires y compris des territoires situés au-delà de l’Atlantique ou marquer une différence peuvent être des choix économiques et touristiques pour la valorisation d’un territoire (les Wendat, Brouage ou le pays royannais par exemple). Il s’agit non seulement de répondre aux attentes des Canadiens sensibles au « tourisme généalogique », mais aussi de faire découvrir aux Picto-charentais un patrimoine méconnu.

32Les résultats de l’inventaire sont ainsi à la disposition de chacun pour que les simples traces historiques de ces lieux deviennent des lieux de mémoire et du patrimoine.

Notes

2 Conservateur du patrimoine, Direction de l’architecture et du patrimoine, mission Inventaire général du patrimoine culturel.

3 Centre inter-universitaire d’études québécoises.

4 Cf. le site : http ://www.poitou-charentes.culture.gouv.fr/memoire/ ; rubrique Notes et documents.

5 Pierre Nora, « Entre mémoire et histoire, la problématique des lieux de mémoire », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. I, « Introduction », Gallimard, 1984.

6 Le fichier Origines, Marcel Fournier (www.fichierorigines.com) et le fichier Premiers, Jean Cournoyer, sont les deux sources principales exploitées.

7 Cf. le site : www.memoirenf.cieq.ulaval.ca.

8 A.-C. Bouly, Nos cousins d’Amérique, une chance pour le Poitou, rapport DESS économie du développement local, université de Poitiers, 1992.

9 Université d’été Poitou-Charentes–Québec en juin 2000 et diplôme inter-universitaire Poitiers-La Rochelle- Montréal en mai 2004.

10 L’élevant au rang des autres arrondissements comme le vieux-Québec et le vieux-Montréal.

11 La langue huronne a d’ailleurs disparu depuis un siècle.

Notes de fin

1 Chargées de mission auprès du Centre international de la mer, Projet d’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition par département du nombre de lieux de mémoire inventoriés (état juin 2005)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20472/img-1.png
Fichier image/png, 5,7k
Titre Carte 10. Inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20472/img-2.png
Fichier image/png, 266k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540