Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Voyages, mobilité, nouveaux mondes

La Grèce, un voyage nécessaire au xixe siècle ? Espoir et désenchantement dans le Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse

Lydie Bodiou

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences d’histoire ancienne, université de Poitiers–HERMA.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Jean-Claude Berchet, Le Voyage en Orient. Anthologie des voyageurs français dans le Levant au xixe(...)

2Le xixe siècle est celui des voyages vers l’Orient dont l’exotisme fascine. Mais c’est aussi le siècle où l’on éprouve « le besoin de revenir à la source2 », de redécouvrir ses classiques et la Grèce reste une destination privilégiée, pour qui souhaite s’imprégner de cette Antiquité si présente dans l’enseignement scolaire, les lettres, les arts, les sciences médicales… Le Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse, publié entre la fin du Second Empire et le début de la République, véritable œuvre encyclopédique, est un reflet de cette quête d’une Grèce éternelle que l’imaginaire et le temps ont idéalisé. Monument lexicographique, le Grand Dictionnaire universel permet au lecteur un voyage immobile en jetant sur cette Grèce nouvelle qui conquiert son indépendance le regard de son temps : savant et éclairé, lyrique et désenchanté, républicain et positiviste, et résolument antireligieux et anti-turc.

Le voyage en Grèce : une description pittoresque attendue

  • 3 Sophie Basch, Le Mirage grec. La Grèce devant l’opinion française (1846-1946), Hatier, 1995, p. 18 (...)
  • 4 Quelques articles du dictionnaire ont été choisis : Athènes, Sparte, Mycènes, Epidaure, Corinthe, (...)

3Le Grand Dictionnaire Universel offre aux lecteurs une vision de la Grèce éternelle et attendue. C’est l’Antiquité que l’on décrit, l’Antiquité que l’on attend, celle que les lecteurs ont eu le loisir de fréquenter lors de leurs études classiques et qu’il est bon de se remémorer. En effet, Sophie Basch confirme que « les Français cultivés eurent et ont encore le sentiment d’être les héritiers spirituels des Anciens Grecs3 ». C’est aussi le prestige que l’on recherche, la majesté des monuments et la grandeur d’une civilisation idéalisée dans le souvenir. Dans l’œuvre de Pierre Larousse, l’Antiquité est partout, elle envahit l’espace, saute à la face des voyageurs et le comble : « on ne peut faire un pas en direction de ce lieu célèbre (la colline de l’Acropole) sans rencontrer des fragments de sculpture ou des morceaux d’architecture » (vol. 1, p. 860)4. En effet, c’est une Grèce foisonnante de vestiges, témoins de la grandeur passée qui s’offre aux regards ébahis du voyageur, comme ici à Corinthe : « De quelque côté qu’on tourne ses regards, on aperçoit des fragments de chapiteaux, de colonnes et d’ornements de toute espèce, en marbre blanc » (vol. 5, p. 139).

4L’auteur de l’article consacré à Épidaure dresse des louanges à l’esthétique des bâtiments et à la qualité de l’architecture, faite pour traverser les millénaires : « Près de ce temple était un magnifique théâtre construit par Polyclète et qui est aujourd’hui le mieux conservé de tous les anciens théâtres de la Grèce » (vol. 7, p. 702). C’est avec enthousiasme et admiration que le savoir-faire des Anciens est exposé, mais ce que l’on recherche, c’est la pièce d’exception comme à Athènes où : « Propylées, Parthénon, Erechteion, dont il existe des débris assez considérables […] comptent à bon droit parmi les chefs-d’œuvre de l’architecture grecque » (vol. 1, p. 860).

5L’invitation au voyage est une des manières de faire revivre cette Grèce élevée au rang de mythe et les différents auteurs des articles vont avoir à cœur de faire partager leurs impressions à leurs lecteurs. Ainsi le ton peut se faire lyrique pour décrire la cité d’Apollon :

Sur son sol rocailleux, Delphes stérile se riait des villes aux campagnes fertiles, aux sillons opulents, aux mains industrieuses. L’Europe, l’Asie, l’Afrique, les rois et les particuliers achetaient au poids de l’or ses oracles, les accords de la flûte, du chant, des lyres et les sons des trompettes, multipliés à l’infini par les mille échos des roches voûtées du Parnasse, frappaient et enchantaient les oreilles d’une harmonie surnaturelle (vol. 6, p. 372).

6L’invite est ici sonore jouant sur les cordes de la lyre du dieu protecteur de la cité. Mais parfois les vestiges ne suffisent pas, aussi faut-il faire appel aux auteurs antiques pour convoquer l’imaginaire et faire revivre le théâtre d’Athènes dont il reste peu :

C’est dans ce théâtre (celui de Bacchus) dont la scène était construite en marbre et décorée avec une grande magnificence que furent représentés les chefs d’œuvre des Eschyle, des Sophocle, des Euripide, des Ménandre, des Aristophane. Si l’on en croit quelques auteurs, 30 000 spectateurs pouvaient prendre place sur les gradins creusés en hémicycle dans le rocher de l’Acropole (vol. 1, p. 861).

7C’est aussi l’admiration des sites et des paysages helléniques que le dictionnaire de Pierre Larousse tente de restituer : « Le panorama que l’on découvre de l’Acro-Corinthe est un des plus beaux du monde entier » (vol. 5, p. 139). Incontestablement, les Grecs avaient à coeur de choisir des panoramas fabuleux comme Corinthe : « Entre la mer ionienne et la mer Égée et nommée pour cette raison Amphithalassos, la ville aux deux mers » (vol. 5, p. 139). Il s’agit de décrire la cité comme l’eût peinte un artiste et de faire partager au lecteur le magnétisme des lieux :

Le ciel pur de cet heureux climat s’était comme revêtu du plus bel azur. Du haut des remparts, d’où la vue peut se porter tour à tour sur la mer d’Ionie et sur la mer Égée, comme sur les terres du continent grec au nord de l’isthme, les Grecs durent contempler avec une joie patriotique le magnifique spectacle qui se déploie autour de la forteresse. On voit de là, en effet, par un beau soleil, comme celui qui brillait ce jour-là, l’Hélicon, le Parnasse, le Cithéron et les sommets lointains de l’Attique, et ce spectacle, qui ne laisse froid aucun voyageur (vol. 5, p. 139).

8Sans conteste, la magie du paysage et la contemplation des ruines antiques exercent toujours la même fascination que l’auteur de l’article veut faire partager à son lectorat.

9Mais parfois nul besoin de convoquer l’imagination comme à Mycènes qui « aux temps héroïques fut la ville royale d’Agamemnon et le théâtre des tragiques forfaits d’Atrée et de Thyeste » et offre des vestiges quasi intacts dont « les restes les plus importants de l’antique cité sont aujourd’hui la Porte des Lions et le tombeau d’Agamemnon » (vol. 11, p. 733). Car la vision de la porte emblématique offre à elle seule les promesses d’un retour vers le passé mythique : « La Porte des Lions ainsi nommée à cause de la grande pierre placée au-dessus du linteau, sur laquelle sont sculptés, avec un prodigieux relief, deux lions debout se regardant et séparés par une colonne. Cette célèbre porte, située à l’angle nord-ouest de l’Acropole, est formée de trois grosses pierres et offre un curieux spécimen de l’art aux temps héroïques » (vol. 11, p. 733).

10Parfois l’auteur d’un article ne parvient pas à dissimuler une opinion faite d’a priori, étayée de présupposés idéologiques. Ainsi Sparte « cette cité qui tint une si grande place dans l’histoire de la Grèce ancienne » (vol. 14, p. 976) ne pourra trouver grâce aux yeux du voyageur. « Aucun de ces monuments ne pouvait rivaliser avec ceux d’Athènes » (vol. 14, p. 976). Ici il ne sera pas question de magie des colonnes et de fragments harmonieusement disséminés sur le sol, mais seulement d’ » un monceau de ruines abandonnées » (vol. 14, p. 977). Il ne s’agit plus d’une description pittoresque, mais d’un état des lieux bruts : « il ne reste plus que des ruines, désignées aujourd’hui sous le nom de Paloeochori. Nous allons indiquer en peu de mots l’état de ses ruines » (vol. 14, p. 976). Au lecteur de conclure : cette cité ne peut susciter aucun intérêt pour le visiteur. Ruines, vestiges, fragments, murs détruits, restes informes : rien ne vient rappeler la grandeur de la cité lacédémonienne.

  • 5 Sophie Basch, op. cit., p. 28.

11Alors c’est Athènes à elle seule qui va combler les attentes du lecteur à la recherche de l’Antiquité. Athènes, capitale de la Grèce où « l’abondance des souvenirs historiques, l’atmosphère de gloire qui planera toujours sur les cendres héroïques qui reposent autour de l’acropole, expliquent et légitiment ce choix d’une manière suffisante » (vol. 1, p. 859). Car la cité hellène « a compris qu’un de ses premiers devoirs était de veiller à la conservation des débris de sa splendeur passée » (vol. 1, p. 860). Ainsi « les ruines ont été respectées par la civilisation et leur effet pittoresque n’a pas été amoindri par le voisinage des constructions modernes » (vol. 1, p. 860). Athènes est LA cité entre toutes. L’auteur de l’article qui lui est consacré fait appel au poète romantique par excellence, Lamartine, qui voyagea deux semaines en Grèce en 18325 pour en faire une peinture sensible et exaltée :

Les ruines de l’Acropole, a dit dans son langage poétique l’écrivain que nous venons de citer, forment un chaos ruisselant de marbres de toutes formes, de toutes couleurs, jetés, empilés dans le désordre le plus bizarre et le plus majestueux : de loin on croirait voir l’écume de vagues énormes qui viennent se briser et blanchir sur un cap battu des mers. L’œil ne peut s’en arracher ; on les regarde, on les suit, on les admire, on les plaint avec ce sentiment qu’on éprouverait pour des êtres qui auraient eu ou qui auraient encore le sentiment de la vie. C’est le plus sublime effet de ruines que les hommes aient jamais pu produire, parce que c’est la ruine de ce qu’ils firent de plus beau ! (vol. 1, p. 860).

12Il apparaît dans le monde du dictionnaire du xixe siècle que les cités grecques visitées, magnifiées par Athènes, sont peintes de manière à combler les attentes du voyageur immobile. Les vestiges mêmes rares sont décrits de manière valorisante pour impressionner, les paysages convoqués restent évocateurs : on permet au lecteur de revivre ce passé lointain qu’il quête.

La mémoire des cités ou l’espoir déçu

  • 6 Christine Peltre, Retour en Arcadie. Le voyage des artistes français en Grèce au xixe siècle, Pari (...)

13Dans l’œuvre de Pierre Larousse, c’est une Grèce rêvée que l’on veut présenter au lecteur comme le tableau figé de l’histoire que l’on souhaite retrouver intacte. Comme si en Grèce depuis l’Antiquité le temps s’était arrêté. Mais le pittoresque va vite céder à place à la déception et à la désillusion et l’on assiste aussi à la « confrontation essentielle entre une civilisation préparée par des siècles d’hellénisme avec la réalité d’un pays6 ».

  • 7 Sophie Basch, op. cit., p. 31.

14Partis à la recherche des ruines du passé, l’imaginaire du lecteur va se ternir car c’est un présent moins glorieux qui s’impose. Ainsi à Corinthe « [e]n arrivant à la première porte, on est frappé de ce chaos de fortifications, de masures, d’églises grecques, de mosquées turques et de citernes » (vol. 5, p. 139). Point de cité glorieuse, auréolée de sa puissance, le retour à la réalité contemporaine est rude car « l’exotisme […] se distingue surtout par sa misère7 » : « Corinthe n’est guère aujourd’hui qu’une bourgade […] qui compte à peine 4 000 habitants. Tout dans cette ville offre l’aspect de la misère ; dans les anciens ports comblés et infects se hasardent à peine quelques barques » (vol. 5, p. 139). C’est un paysage désolé qui s’offre au regard ; d’ailleurs il arrive que l’on s’étonne que le temps n’ait pas accompli dans son entièreté son œuvre destructrice. Ainsi à Délos, « [l]e sol est aujourd’hui tellement encombré par les ruines du temple, des théâtres et des portiques de Délos, qu’il est presque inculte ; parmi ces ruines, on voit encore plusieurs belles colonnes sur pied » (vol. 6, p. 370).

15Le vocabulaire descriptif de la cité lacédémonienne est celui de la désolation due aux ravages du temps : « ruiné », « effacé », « abandonné », « détruit », « disparu », mais aussi aux aléas d’une cité qui, si elle a été glorieusement la rivale d’Athènes, n’en est pas moins une cité dont le régime ne pouvait que la mener au désespoir. La description physique de la cité « un monceau de ruines abandonné » (vol. 14, p. 976) est la métaphore d’un régime tombé en déliquescence :

Un aqueduc ruiné mène à la colline contre laquelle est appuyé le théâtre, seul monument que l’on puisse bien reconnaître. Le drome et l’hippodrome sont effacés ; les temples sont détruits, les murs de la citadelle ont presque disparu et la campagne est couverte au loin de monceaux de ruines (vol. 14, p. 976).

16Rien ne permet de détourner le lecteur du désenchantement suscité par la désolation qui s’offre au regard. La cité lacédémonienne se devine à peine dans le paysage. Seuls les spécialistes, et encore, peuvent y trouver un semblant d’organisation :

On cherche en vain, devant le théâtre, le tombeau de Léonidas ; plus loin celui de Pausanias ; de l’autre côté le portique des Perses et le palais d’Hélène ; on ne retrouve que des restes informes, auxquels de systématiques touristes ont imposé des noms (vol. 14, p. 976).

17Même une visite porteuse d’espoir comme celle d’Olympie, cité « célèbre par les Jeux olympiques qu’on y célébrait tous les quatre ans en l’honneur de Jupiter Olympien, et par le superbe temple dorique consacré à ce dieu » peut s’avérer décevante : « les ruines qui existent actuellement à Olympie sont fort peu considérables » (vol. 11, p. 1323).

18Les auteurs du dictionnaire illustrent le fossé entre l’attente suscitée par l’émerveillement de la lecture des auteurs anciens « Voilà, au rapport des auteurs anciens, ce qu’étaient Delphes et les prestiges de son immense célébrité ; essayons maintenant de décrire ce qui reste de cette cité merveilleuse » (vol. 6, p. 372) et le spectacle qui s’offre aux yeux. La réalité contemporaine est celle de la désolation d’un pays ruiné : « On retrouve les mêmes débris presque à chaque pas encastrés dans les murs des maisons dont se compose le village actuel, bâti au milieu de cette sorte de fondrière ou d’excavation naturelle, entourée de précipices, où s’élevaient la ville et le temple d’Apollon » (vol. 6, p. 372). Du coup, le désappointement et la frustration saisissent l’auteur de l’article qui se laisse aller sur un ton désabusé à une description succincte :

De nos jours, on reconnaît à peine les constructions importantes. […] Du temple lui-même et des autres monuments décrits par Pausanias, il ne reste aucun fragment. De même on ne peut faire que des conjonctures sur la position de l’adyton et de la crevasse sur laquelle se plaçait le trépied sacré. […] Au-dessus et à l’ouest de la fontaine Kerna on trouve les restes du stade dont on peut tracer le contour. […] Dans la cour du couvent (du monastère de la Panagia-Kimisis) plusieurs fragments de sculpture ; les plus importants de ces fragments sont deux bas-reliefs dont l’un représente un torse d’homme et l’autre un quadrige ; les chevaux sont bien conservés ; mais le char est en partie détruit et il ne reste plus qu’une jambe du personnage qui le montait. Devant les chevaux on voit un autel qui porte des traces manifestes de peinture » (vol. 6, p. 372).

19D’ailleurs, même pour la cité athénienne, si riche en vestiges, le constat peut s’avérer décevant : « de tant de monuments, de tant de richesses artistiques, il ne reste plus que des ruines » (vol. 1, p. 860). « Parmi les monuments antiques d’Athènes dont il existe des ruines, on remarque les suivants » (vol. 1, p. 860). Certains comme le temple de la victoire sans ailes, Theseion ou le temple de Jupiter Olympien sont « des ruines d’un grand effet », même si pour ce dernier la raison est autre « un exemple frappant de l’infériorité de l’art romain comparé au style simple et sévère des temples grecs du siècle de Périclès » (vol. 1, p. 860) ; du temple de Minerve Archégetis « il n’en reste qu’un portique isolé » ; du stade panathénaïque, « aucune trace » (vol. 1, p. 861) et du tombeau de Philopappos, « [i]l ne reste plus que les niches de l’est et du centre qu’occupent encore leurs statues mutilées » (vol. 1, p. 861). À tel point même, que si « [o]n montre encore à Athènes beaucoup d’autres ruines, mais elles ont peu d’importance et il n’est pas toujours facile de leur assigner un nom. De l’Aréopage il ne reste plus qu’un escalier de 16 marches taillées dans le roc […] ; du Pnyx, une estrade de marbre de 9 marches de long, quelques blocs ayant servi de sièges et une tribune non moins rustique, dégradée par les pluies et plus encore par les mains des voyageurs » (vol. 1, p. 861).

  • 8 « Le désappointement provoqué par un pays portant encore bien les marques de la domination ottoman (...)

20C’est le désenchantement et le dépit qui prennent le pas sur l’exaltation de la quête d’une civilisation que l’on voudrait retrouver intacte8. Tout se passe comme si le temps, les intempéries, les bouleversements politiques avaient en partie anéanti les rêves de cité grecque flamboyante. D’autant que la Grèce occupée par l’empire ottoman semble avoir été recouverte par un linceul gelé qui la masque aux yeux du voyageur, du lexicographe et des lecteurs.

Retrouver l’Antiquité : le regard du xixe siècle

21De la quête du passé mythique fantasmé à la réalité d’un pays désolé et occupé, le rêve s’est déchiré, laissant le lecteur partagé entre la nostalgie des ruines évocatrices et la déception d’une grandeur disparue. Le Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse peint aussi une Grèce nouvelle et fixe le regard du xixe siècle, un regard savant et éclairé, républicain et positiviste, antireligieux et anti-turc.

  • 9 Un des premiers élèves de la nouvelle École française d’Athènes et auteur en 1854 de La Grèce cont (...)

22Les Turcs, maîtres de Constantinople depuis la chute de l’empire byzantin en 1453 maintiennent les terres hellènes sous domination ottomane depuis 1715. Pour les rédacteurs du Grand Dictionnaire, l’empire ottoman est bien « l’homme malade de l’Europe » et « Athènes gémit encore sous sa domination » (vol. 1, p. 860). Dépeints comme des rustres et des vandales, les Turcs « illettrés et sans goût […] ont fait triste usage des restes antiques » (vol. 5, p. 139). En effet, les Turcs sont présentés comme une cohorte d’ignorants primitifs sans aucun raffinement : « Le quartier de la ville qui se groupe au pied au pied de l’acropole (d’Athènes) représente le village turc[…] : “ce sont, dit M. About9, des ruelles, des cabanes à hauteur d’appui, des cours où les poulets, les enfants et les cochons grouillent pêle-mêle, entre un tas de fumier et un tas de fagots” » (vol. 1, p. 859) et sans respect aucun pour la grandeur des monuments antiques : « À l’époque où M. Pouqueville visita Athènes, la tour des Vents était habitée par une troupe de derviches hurleurs » (vol. 1, p. 861).

23Témoin de son temps, le Dictionnaire affiche aussi, en se servant des croyances des Grecs, un sentiment antireligieux de rigueur, investi d’une mission contre l’obscurantisme et toutes les superstitions. Si le discours est feutré pour Épidaure « l’un des sanctuaires les plus vénérés et les plus renommés de la Grèce » pour les pouvoirs de son dieu guérisseur, « encore tellement célèbre en 293 avant J. C. que pendant une épidémie qui sévissait à Rome, une députation fut envoyée de cette ville pour implorer l’aide du dieu d’Épidaure » (vol. 7, p. 702). L’auteur de l’article ne voile pourtant pas son scepticisme quand aux pratiques :

Le temple possédait un oracle célèbre dans l’Antiquité et que l’on venait consulter de toutes parts. Une foule de malades encombraient sans cesse les abords de l’enceinte sacrée, venant demander à Esculape le secret de leur guérison. Aussi les écrivains font-ils souvent allusion à cet oracle ou à la divinité qui lui dictait ses réponses (vol. 7, p. 702).

24C’est surtout Delphes, la ville sacrée d’Apollon, « aussi célèbre par ses oracles que par son temple » (vol. 6, p. 372) qui va donner la mesure du sentiment antireligieux de l’auteur de l’article : « Sur son sol rocailleux, Delphes stérile se riait des villes aux campagnes fertiles, aux sillons opulents, aux mains industrieuses. L’Europe, l’Asie, l’Afrique, les rois et les particuliers achetaient au poids de l’or ses oracles et ses fourberies » (vol. 6, p. 372). Le sanctuaire d’Apollon devint en effet le foyer religieux et politique de l’hellénisme et grâce à sa renommée dans le monde antique s’accumulèrent dans le temple des offrandes, des richesses fabuleuses : « Ce temple, qui devait contenir tant de richesses fut […] élevé par les amphictyons ; toutes les villes de Grèce y cotisèrent volontairement et l’on n’eut pas besoin, comme pour Saint-Pierre de Rome, de recourir à la vente des indulgences ». D’ailleurs « [l]es prêtres païens ne se montraient pas plus difficiles que les prêtres chrétiens pour ces sortes d’offrandes : ne sont-ce pas les grands coupables qui ont toujours enrichi les églises ? » (vol. 6, p. 372). L’auteur de l’article termine par un constat à charge qui a valeur de vérité générale :

L’homme est partout le même et à toutes les époques se retrouvent les mêmes coutumes, les mêmes superstitions. Ceux qui aiment les rapprochements historiques peuvent comparer Delphes à Rome et à La Mecque […]. C’est également à la crédulité humaine que ces trois villes sont redevables de leur splendeur : à Delphes on allait chercher des oracles, à Rome on va chercher des indulgences, à La Mecque on s’acquitte du pèlerinage imposé à tout mahométan » (vol. 6, p. 372).

  • 10 Hervé Duchêne, Le Voyage en Grèce. Anthologie du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Paris, R. Laf (...)

25L’occupation oppressante et avilissante n’avait que trop duré. La remise en cause de l’ordre ottoman débute dans les dernières années du xviiie siècle, les échos de la Révolution française ayant disséminé dans toute l’Europe des espérances de liberté. Dès mars 1821 la révolte gronde partout et s’organise10. Ce que l’on nomme « la guerre d’indépendance » commence dans les pays danubiens puis soulève la Morée, la région du Péloponnèse. Progressant rapidement les insurgés proclament l’indépendance de la Grèce lors d’une assemblée à Épidaure :

Épidaure a eu au commencement de ce siècle, une célébrité temporaire : ce fut là en effet, que le 22 janvier 1822, se réunit l’assemblée des députés de toutes les parties de la Grèce, lesquels promulguèrent la constitution connue sous le nom de Constitution d’Épidaure. Tel était à cette époque l’état de délabrement et de ruine de l’antique cité, que les députés, ne pouvant même trouver d’asile dans les misérables villages des environs, durent camper en plein air (vol. 7, p. 702).

26Mais la répression ottomane est terrible : le massacre de Chio en 1822 émeut l’opinion européenne et inspire à Delacroix une de ses œuvres les plus fortes. La sympathie philhellène, déjà acquise depuis le xviiie siècle auprès des intellectuels, s’étend : on s’engage désormais pour « la cause grecque ». Les rédacteurs du dictionnaire se font lyriques, relayant l’espoir suscité dans l’opinion française :

Ce fut le 26 janvier 1822 que l’étendard de la liberté grecque flotta sur l’Acro-Corinthe. Le ciel pur de cet heureux climat s’était comme revêtu du plus bel azur. Du haut des remparts, d’où la vue peut se porter tour à tour sur la mer d’Ionie et sur la mer Égée, comme sur les terres du continent grec au nord de l’isthme, les Grecs durent contempler avec une joie patriotique le magnifique spectacle qui se déploie autour de la forteresse. On voit de là, en effet, par un beau soleil, comme celui qui brillait ce jour-là, l’Hélicon, le Parnasse, le Cithéron et les sommets lointains de l’Attique, et ce spectacle, qui ne laisse froid aucun voyageur, dut redoubler en eux l’espérance, que le sort n’a point trompée, de voir bientôt leur commune patrie entièrement affranchie, pendant que parmi les colonnes qui s’élevaient encore au-dessus des ruines de Corinthe antique et moderne, toute une population armée pour la délivrance exprimait sa joie par quelques-uns de ces beaux chants populaires de la Grèce que Fauriel a recueillis et si bien traduits (vol. 5, p. 139).

27Les Turcs, menés par Ibrahim Pacha, fils de Mehemet Ali, vice-roi d’Égypte profitant de dissensions contre-attaquèrent et mirent le Péloponnèse à feu et à sang, obligeant les insurgés à se replier à Missolonghi où Lord Byron, venu soutenir la cause hellène, trouva la mort. Il est temps dès lors pour les grandes puissances européennes (Angleterre, France et Russie) de s’engager : les Ottomans subissent en 1827 une défaite cuisante devant Navarin ; les armées françaises débarquent dans le Péloponnèse, chassant le sultan pendant que les Russes menaçaient Constantinople. « Rendue à l’indépendance » (vol. 1, p. 861), reconnue par les puissances européennes en 1830, la Grèce nouvelle mettra encore quelques années à s’affirmer, permettant aux Alliés d’imposer en 1832 un régime monarchique personnifié par le roi Othon Ier, jeune prince de Bavière.

  • 11 Christine Peltre, op. cit., p. 244.

28Le Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse dépeint la « renaissance grecque », voulant donner une « vision optimiste de la “nouvelle Athènes” confirmée par les voyageurs de la fin du siècle qui voient s’élever les modernes édifices officiels11 ». La cité, enfin libérée du joug turc, peut se doter d’institutions et d’infrastructures dignes d’une capitale. Pourtant le choix d’Athènes ne s’impose qu’en 1833, disputant à Corinthe cette place de capitale de la « Grèce ressuscitée » : « Si du point de vue des habitudes commerciales et des aptitudes maritimes des Grecs modernes, le choix d’Athènes comme capitale de la Grèce actuelle a été critiqué, l’abondance des souvenirs historiques, l’atmosphère de gloire qui planera toujours sur les cendres héroïques qui reposent autour de l’acropole, expliquent et légitiment ce choix d’une manière suffisante (vol. 1, p. 859).

29Ainsi une « nouvelle Athènes » se présente-elle aux yeux du lecteur et le portrait est flatteur :

L’Athènes moderne, dont l’origine remonte à l’époque où le gouvernement hellénique vint établir sa capitale sur les bords de l’Ilissus, s’est développée presque entièrement, en dehors de l’espace occupé par les ruines. C’est une ville de 20 000 âmes, coupée en croix par deux rues longues et étroites, celle des Hermès et celle d’Éole. Les maisons, peintes en rose, en bleu clair ou en bistre, décorées parfois de balcons très saillants, rappellent beaucoup les maisons italiennes des environs de Naples (vol. 1, p. 861).

30Une capitale qui a su harmonieusement concilier son passé héroïque si riche de vestiges et la nécessaire transformation d’une cité souhaitant devenir une capitale moderne :

Rendue depuis à l’indépendance, elle a compris qu’un de ses premiers devoirs était de veiller à la conservation des débris de sa splendeur passée. L’emplacement où s’est élevée la nouvelle Athènes n’appartient pas entièrement à la ville antique ; les ruines ont été respectées par la civilisation et leur effet pittoresque n’a pas été amoindri par le voisinage des constructions modernes (vol. 1, p. 861).

31La cité d’Athéna se dote d’édifices qui la positionnent au rang de capitale conforme aux attentes d’une métropole digne de ce nom :

Les principaux monuments de cette cité moderne sont : le Palais du roi, vaste édifice quadrangulaire, d’un aspect lourd et monotone, commencé en 1836 et terminé en 1843 ; il s’élève sur une petite éminence au pied du mont Lycabette ; l’Université, bâtie en 1837 par M.Hansen, architecte danois qui a essayé de faire revivre la polychromie c’est le monument le mieux réussi de l’Athènes moderne ; un élégant portique décore la façade ; l’Observatoire […] ; l’ancienne cathédrale […] ; l’église Saint-Théodore […] ; l’École Française, qui est installée dans une maison d’assez belle apparence, sur l’esplanade du palais » (vol. 1, p. 861).

32C’est une image positive et porteuse pour l’avenir que les auteurs veulent dessiner, reflet de leur engagement.

  • 12 Sophie Basch, op. cit., p. 37.
  • 13 Christine Peltre, op. cit., p. 12.

33En Europe et particulièrement en France au xixe siècle, la Grèce est au centre de toutes les sollicitudes, un terrain privilégié de conversation, de mobilisation et de militantisme. En effet, la culture française « qui s’est élaborée autour de l’hellénisme12 », fera sienne la « cause philhellène » et manifestera tôt son intérêt pour la Grèce contemporaine. Dès 1829, une expédition d’abord militaire débarque en Morée pour affirmer la position de la France en Grèce durant la guerre d’indépendance ; mais surtout lui est associée une mission à vocation scientifique qui établira un inventaire du patrimoine. Par la suite, la présence française qui se veut durable se traduit par la création en 1846 de l’École Française d’Athènes. Car « La Grèce a changé et le xixe siècle en renouvelle sans cesse le visage13 » et le Grand Dictionnaire universel en donne de nombreux portraits : une Grèce figée dans le temps antique de sa splendeur magnifiée par ses vestiges ; une nation ruinée et un pays désolé par les ravages du temps et les occupations successives, mais surtout l’espoir d’un peuple débarrassé de ses chaînes et « rendu à l’indépendance ».

Notes

2 Jean-Claude Berchet, Le Voyage en Orient. Anthologie des voyageurs français dans le Levant au xixe siècle, Bouquins, Laffont, 1985, p. 12.

3 Sophie Basch, Le Mirage grec. La Grèce devant l’opinion française (1846-1946), Hatier, 1995, p. 18. Nous sommes redevables à cet ouvrage essentiel qui a aiguillé notre propos.

4 Quelques articles du dictionnaire ont été choisis : Athènes, Sparte, Mycènes, Epidaure, Corinthe, Delphes, Délos, Olympie. Par commodité, les volumes et pages de référence du dictionnaire seront précisés après la citation.

5 Sophie Basch, op. cit., p. 28.

6 Christine Peltre, Retour en Arcadie. Le voyage des artistes français en Grèce au xixe siècle, Paris, Klincksieck, 1997, p. 13. Cet ouvrage a largement alimenté notre réflexion.

7 Sophie Basch, op. cit., p. 31.

8 « Le désappointement provoqué par un pays portant encore bien les marques de la domination ottomane, là où on s’attendait à retrouver les sources de la civilisation occidentale », ibid., p. 31.

9 Un des premiers élèves de la nouvelle École française d’Athènes et auteur en 1854 de La Grèce contemporaine qui eut un écho retentissant, ibid., p. 79-129.

10 Hervé Duchêne, Le Voyage en Grèce. Anthologie du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Paris, R. Laffont, « Bouquins », 2003, p. 12-14.

11 Christine Peltre, op. cit., p. 244.

12 Sophie Basch, op. cit., p. 37.

13 Christine Peltre, op. cit., p. 12.

Notes de fin

1 Maître de conférences d’histoire ancienne, université de Poitiers–HERMA.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540