Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Voyages, mobilité, nouveaux mondes

Les voyages de Jean Godeffroy, Orléanais (1568-1571)

Jean Hiernard

Texte intégral

  • 1 Professeur d’histoire ancienne, université de Poitiers–HERMA.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 La Rochelle, médiathèque Michel Crêpeau, ms 3 (ancien 653) : cf. Bibliothèque choisie de M. Colomi (...)

2Cette étude concerne un manuscrit inédit conservé à la médiathèque de La Rochelle et intitulé : Voyage par la grasce Dieu pour les païs de Picardie, Flandres, Zellande, Ollande, Allemaigne, cantons de Souisse, païs des Grisons, Millanoys, Ytallie, Rommanye, Reaulme de Naples, Piedmont, Sauoye, (ainsi) que par le destroict des Alpes, par moy Jehan Godeffroy, commansé le moys de dessambre 1568 et finissant au moys de dessambre 1571, etc.2.

  • 3 Il a été baptisé à La Rochelle, le 16 décembre 1573, ses parrain et marraine étant Jean Godeffroy (...)
  • 4 Léopold Chatenay, Vie de Jacques Esprinchard, Rochelais et Journal de ses voyages au xvie siècle, (...)
  • 5 Il est seulement cité par Jean Balsamo, op. cit., p. 31, après Léopold Chatenay, op. cit., p. 34. (...)
  • 6 Louis Marie Meschinet de Richemond, « Relations inédites et autographes des voyages, dans l’Europe (...)
  • 7 Jehan Godefroy, Voyage en Europe 1568-1571, introd. Carl-Alfred Godefroy, transcr. Solveig Leib, H (...)

3L’Orléanais Jean Godeffroy était l’oncle et le parrain du Rochelais Jacques Esprinchard3 dont le Journal de voyage a été publié en 1957 par Léopold Chatenay4. Il est considéré comme ayant pu servir de modèle à son filleul, mais son récit, qui n’était probablement pas destiné à être publié, n’a guère suscité d’enthousiasme compte tenu de sa médiocre qualité littéraire5. Quelques notices et articles lui ont toutefois été consacrés, tous anciens et très partiels6. Il s’agit pourtant, je vais tenter de le montrer, d’un document intéressant à plus d’un titre. Il n’est pas question de le présenter sous tous ses aspects, car il ne compte pas moins de 43 folios. J’en ai effectué une transcription en m’aidant de celle procurée en 1987 par un descendant, le Hambourgeois Carl-Alfred Godeffroy, dont j’ai consulté la lecture multigraphiée7.

L’auteur

  • 8 Grand livre de moi Jehan Godeffroy, Hambourg, Staatsarchiv, 622-1, Familie Godeffroy I 1.
  • 9 Carl-Alfred Godefroy, op. cit., p. III-IV.
  • 10 Pascal Even, « Liste des maires de La Rochelle », dans Robert Favreau, Régis Rech et Yves-Jean Rio (...)

4Il revient à Carl-Alfred Godeffroy d’avoir clarifié définitivement sa filiation à l’aide d’un manuscrit conservé à Hambourg8. Il descendait d’Estienne (son bisaïeul) marchand drapier originaire de La Rochelle, attesté à Orléans en 1480 et 1499. Ses parents étaient Denis Godeffroy, bourgeois d’Orléans, et Nicole Desfriches. Né vers 1525/1530, il était écuyer et lui aussi marchand drapier à Orléans. Après son voyage en Europe achevé en décembre 1571, il vint s’installer à La Rochelle, la ville de ses ancêtres, au début de 1572 et devint échevin et pair au corps de ville. Il est décédé à Tours, le 4 décembre 15929. Il avait épousé à Orléans, en premières noces, Marie Hubon (le 23.02.1557) dont il eut 3 enfants ; en secondes noces à La Rochelle Françoise Tarquex (ou Tarquès ou Tarquay) dont il eut 8enfants. Son fils aîné, de son mariage avec Françoise Tarquex, un autre Jean, écuyer, sieur du Richard (1579-1650) devait être le prédécesseur de l’illustre Jean Guiton à la mairie de La Rochelle durant le second siège (1627/1628)10.

Le voyage

  • 11 F. 25.

5Sous le singulier se dissimule en réalité toute une série de voyages effectués durant trois ans. Le récit est composé de notes prises au fil du parcours, mais il a été rédigé au retour comme le prouvent l’écriture et la présence de plusieurs informations datées de 1577 et surtout 1578. Les notices se suivent de façon monotone et sans recherche de style. J’ai dénombré 364 lieux différents, le plus souvent de simples mentions, mais comme il est passé plusieurs fois aux mêmes endroits (en Suisse surtout : il est passé neuf fois à Aarau, huit fois à Nyon, sept fois à Baden, six fois à Moudon, etc.) il a procédé à une sorte de « coupé-collé » reproduisant les informations déjà données, ou abrégeant et renvoyant aux notices précédentes : Ex. : « Modon, petite ville en Souisse à Messieurs de Berne, ainsy qu’elle est sy deuant descripte en cest extraict au feilletz f. 9/22/2311. »

  • 12 F. 9’.

6L’itinéraire suivi est assez délicat à reconstituer et la rareté des dates n’y aide guère. Nous en connaissons surtout les bornes extrêmes : décembre 1568 et décembre 1571. Il semble que la destination première de Godeffroy ait été Genève. Dès qu’il y est parvenu apparaît le sous-titre « Autre voyage commansé du premier d’aoust 156912 ». Bien qu’il n’utilise plus d’autre sous-titre de ce genre, il semble avoir effectué ensuite trois voyages plus ou moins longs, qui tous l’ont ramené à Genève. Un sixième et dernier voyage devait se terminer à Orléans. La carte9 permet de mesurer l’ampleur des régions traversées. Il n’a pas été possible d’y matérialiser la fréquence de ses séjours en certains secteurs, mais c’est l’espace helvétique qui doit être considéré comme sa base principale de départ.

  • 13 Ff. 2‡’-9’.
  • 14 F. 1’. Parmi tous ces noms, le plus célèbre est le deuxième cité. Il s’agissait de Gillis Hooftman (...)
  • 15 F. 4’.
  • 16 F. 1’. Jacques Bongars (1554-1612) sera plus tard un célèbre ambassadeur de Henri IV, cf. Régula F (...)
  • 17 F. 6.
  • 18 F. 8’. Pomponne de Bellièvre était ambassadeur ordinaire de France en Suisse, avec résidence à Sol (...)

71er voyage13 : parti de Châteaudun en décembre 1568, il a gagné, par la Picardie, l’Artois et les Flandres, Bruges et Anvers. Il semble qu’il ait fait connaissance dans ces deux dernières villes (à moins que l’information soit à reporter au sixième voyage) de plusieurs marchands : « Francoys de Houynter (Bruges), Gilles Haufmen (Anvers), Adam Muncte (Anvers) Claude Hansclazer (marchant lapidaire d’Anvers) et Jehan Cuygnet (Bruges)14. » Puis il a gagné Aix-la-Chapelle et Cologne, remonté le Rhin jusqu’à Mayence et atteint Francfort. Ici figurent deux dates, le 8 avril et le 8 mai 1569, concernant d’une part un recrutement de troupes en commun par plusieurs princes « différans de relligion15 » et d’autre part le mariage du prince palatin avec une dame, épousée « pour sa constance et sa sagesse et non pour ses biens ». Godeffroy s’est ensuite rendu à Heidelberg, Strasbourg — il y rencontre « Jehan Le Normant, Orasse de Mondoré et Jasques Bongars, enffans d’Orléans avecque maistre Christien Martin leur precepteur de nation flamende16 » — enfin Bâle où il « a vu Monsieur Ramus y faisant imprimer son livre de mathématiques17 ». Par Baden et Zurich, il a gagné le Pays des Grisons (Ligues Grises) et sa capitale Coire, puis est revenu par le lac de Constance, Schaffhouse, Baden, pour gagner Soleure (où M. de Bellièvre « faisait lief [levée de troupes] en l’an 156918 »), Lausanne et Genève.

Carte 9. Les voyages de Jean Godeffroy (1568-1571)

Carte 9. Les voyages de Jean Godeffroy (1568-1571)
  • 19 Ff. 9’-18.

8Le 2e voyage19, « commansé du premier d’aoust 1569 », avait pour but Venise. Un retour au début du manuscrit nous fait connaître les noms des personnes qui le guidèrent :

  • 20 F. 2‡.

Georges Pestallous [Pestalozzi] de Chavenes [Chiavenna], père de Messire Jehan Baptiste Pestallous, gendre de Jehan Anthoine Pellissarry, Messire Jehan Steves, Millanois, Messire Laurens Lymasgne, gendre de Monsieur Pellissarry, tous Grisons fréquentans les foires de Strasbourg, Francquefort, lesquels demouroyent à Genesve en l’an 1568 et ayans leurs maisons à Pieure près Couerre [Coire] au païs des Grisons, tous les dessus nommés me feirent bon recueil et traictement en leurs maisons et offre de leurs moyens et oultre me conduirent jusques a Venize20.

  • 21 Au f. 11’, Godeffroy écrit : « Chavenes… peuple débonnaire, tenans la plus part la confession de C (...)
  • 22 P.-F. Geisendorf, Livre des habitants de Genève, t. I : 1549-1560, Genève, 1957, p. 210 : « 9 d’oc (...)
  • 23 Roger Doucet, « Le Grand Parti de Lyon au xvie siècle », dans Revue Historique, t. 171, 1933, p. 4 (...)
  • 24 A. Bernus, « Pierre Ramus à Bâle », dans Bull. Soc. Hist. Prot., 39, 1890, p. 508-530 (ici p. 527, (...)
  • 25 F. 11. Pierre de Grantrye, sieur de Besne et de Saillant, conseiller au conseil privé, maître d’hô (...)
  • 26 Paul de Foix (1528-1584), sieur de Rabat, archevêque de Toulouse, conseiller du roi, maître des re (...)

9Les Pestalozzi et les Pellissari étaient des notables de Chiavenna, ville rattachée aux Grisons et à forte communauté réformée21. Ils s’étaient réfugiés à Genève22 et étaient largement impliqués dans les milieux d’argent : les Pellissari étaient membres du syndicat de financiers dit le « Grand Parti de Lyon23 » et, en 1582, l’un d’eux essaya d’implanter une manufacture de soie à Bâle24. Traversant le Mittelland par Fribourg et Berne, Godeffroy a gagné Zurich, puis Coire (où « monsieur de Grand Ris était ambassadeur pour le Roy25 »), avant d’emprunter le Splügen, et de gagner Venise par Chiavenna, la Valteline, Brescia, Vérone et Padoue. Dans la cité des doges, il vit et parla à M. de Foix, ambassadeur de France en 156926. Le retour se fit par l’Italie du Nord (Milan, Turin), avec franchissement des Alpes par Suse, Modane et Chambéry, et détour par Lyon.

  • 27 Ff. 18-22’.

10Le 3e voyage27 le mena d’abord, par le Mittelland et Zurich, à Coire, capitale des Grisons, puis à Saint-Gall et Constance. Il traversa le Wurtemberg et atteignit Heidelberg et Francfort. Le retour se fit en remontant le Rhin jusqu’à Bâle, puis Genève fut atteinte (après un détour par Zurich) via Soleure, Morat et Lausanne.

  • 28 Ff. 22’-24’.

11Un bref 4e voyage28 le conduisit à Baden, et au retour il regagna Genève mais en faisant un crochet cette fois-ci, à partir de Nyon, par Nantua et Seyssel.

  • 29 Ff. 22’-36’.
  • 30 Le doge décédé était Pietro Loredan, mort le 3 mai 1570 et le nouveau doge Alvise I Mocenigo, entr (...)
  • 31 F. 31.

12Le 5e voyage fut le plus long29 : il devait le mener à Nuremberg, Rome et Naples. Parti de Genève vers le Nord, il gagna Francfort par Bâle et Strasbourg, puis arriva à Würzburg et Nuremberg. Il accompagnait Ramus au moins pendant une partie du chemin. Ce furent ensuite Augsbourg, Innsbruck, le Brenner, Bolzano, Trente, Padoue et Venise pour la seconde fois. Il était présent lorsque le doge fut enterré le 7 mai 1570, et son successeur élu le 1030. Il alla ensuite à Rome, via Ferrare, Bologne, Faenza, Rimini et Ancône. Il y était « le jour de la Fête-Dieu31 » (25 mai 1570). Il gagna alors Naples, puis revint à Rome. Le trajet du retour passa par Viterbe, Sienne, Florence, Pise, Gênes, Alexandrie, les enclaves françaises de Saluces et Pignerol, Aoste et le Mont Saint-Bernard, Vevey, avec détour par Baden.

  • 32 Ff. 36’-43’.

13Le 6e et dernier voyage32 ramena Godeffroy en France, mais après une vaste excursion en Zélande et Hollande. Il quitta Genève pour Lyon, gagna Bourges, Montargis, Paris, Senlis, Beauvais, Bruges, Anvers, fit un crochet par Bruxelles, puis visita la Zélande, Delft, La Haye, Leyde, Amsterdam, Alkmaar. Il rentra en France par la Normandie, Dreux, Chartres, Châteaudun, Blois, le Berry, le Sancerrois et enfin, en décembre 1571, fut de retour à Orléans.

Les buts poursuivis

  • 33 Il cite Strasbourg (f. 1’), Padoue (ff. 13, 14’, 28’ et 29), Nuremberg (c’est-à-dire Altdorf ; f. (...)
  • 34 Zurich, « en laquelle y a de grands et doctes personnaiges, professeurs tenans une bonne règle aul (...)
  • 35 À Padoue, « y a grande Université et ordinairement quantité d’escolliers tropt desbochés au moyen (...)
  • 36 F. 6 ; remarque reprise telle quelle au f. 21.
  • 37 F. 26’.
  • 38 F. 27.
  • 39 Charles Waddington, Ramus (Pierre de La Ramée), sa vie, ses écrits et ses opinions, Paris, Ch. Mey (...)

14Les raisons qui ont conduit Godeffroy à effectuer tous ces déplacements ne sont jamais indiquées clairement. Il ne s’agissait pas d’un voyage d’études, d’une peregrinatio academica, comme le sera celui d’Esprinchard. Il aurait d’ailleurs été trop âgé pour cela et la teneur de son journal ne milite pas en ce sens. L’existence d’universités dans les villes traversées est citée au fil du récit, mais pas de toutes33. Des noms de professeurs de Zurich, conformes à son idéal religieux, sont avancés avec grand respect34, mais l’évocation des étudiants des universités catholiques est très critique, l’auteur insistant sur leur propension à la débauche35. Les quelques écoliers croisés à Strasbourg sont à porter au compte d’un campanilisme de bon aloi. Plus énigmatique est sa rencontre avec l’un des intellectuels les plus importants du temps, « Monsieur Ramus », mentionné à plusieurs reprises. Lorsqu’il arrive à Bâle, il déclare : « je y ay veu Monsieur Ramus y faisant imprimer son livre des matématiques36. » Quand il passe par « Millebourg » (probablement Miltenberg), il va voir, « estant avec Monsieur Ramus », des colonnes romaines contre une montagne37. À Nuremberg enfin, « les doctes professeurs […] feirent ung grand recueil à Monsieur Ramus en signe d’amytié aulz Francoys. Je l’ay veu et y estois avec luy en l’année 156938 » (il visite avec lui les forteresses et l’arsenal). Cette période correspond bien au séjour de Pierre de La Ramée en Suisse et en Allemagne. Sans doute Godeffroy faisait-il partie des compatriotes rencontrés par Ramus, réfugiés pour échapper à la guerre civile. Peut-être même l’a-t-il accompagné jusqu’en Tyrol, d’où Ramus s’est ensuite dirigé vers la Bavière39. En tout cas, le détail n’est pas anodin : connaissait-il personnellement Ramus, auquel cas son niveau de culture serait bien supérieur à celui d’un marchand de drap ? Était-il si facile de se joindre à la compagnie d’un savant tel que Ramus ?

15L’hypothèse d’un exil pour raisons religieuses mérite d’être posée. Notre marchand était de confession calviniste et porte un intérêt évident aux questions de foi. Il fait en effet très souvent allusion à la confession à laquelle appartiennent les habitants des villes qu’il traverse et exprime clairement ses préférences.

  • 40 F. 37’.
  • 41 F. 38.
  • 42 F. 42’.
  • 43 F. 43’.
  • 44 Ibid.
  • 45 F. 42.
  • 46 F. 42’.
  • 47 F. 42.

16Pour ce qui concerne la France, ces allusions correspondent à son dernier voyage, et concernent, du côté réformé, Jargeau et Montargis40, Meaux41, Châteaudun42, Sancerre (« à présent desmantellée après le siège43 »), Gien (« my party de la Relligion, et retraicte d’isceulx44 ») ; et du côté catholique, Caudebec45 et Chartres (« grande ydollastrie […] par le moyen d’une Nostre Dame46 ») ; tandis que Rouen possède plusieurs nations et religions47.

  • 48 Ff. 9’, 18, 22’, 24’, 36’.
  • 49 Ff. 31 et 32’.

17Pour l’étranger, les remarques, innombrables, commencent à Francfort. Godeffroy n’omet jamais d’évoquer les juifs (Francfort, Vérone, Venise, Ancône). Il fait la distinction entre les confessions de Luther, de Calvin, s’intéresse aux anabaptistes (en Zélande et Hollande)… Dans les régions catholiques il ne donne d’appréciations que dans les cas extrêmes, distribuant bons points (« peuple papiste néanmoins paisible ») et blâmes (« papistes et mauvaises gens contre ceux de la Religion […], qui fait dangereux se découvrir d’en faire profession ; là se faut abstenir de parler ; peuple papiste, grands idolâtres et mauvais envers ceux de la Religion »). Il reste admiratif des villes où règne la concorde, telle ville libre « pour l’exercice de l’une et l’autre religion », ou bien, comme à Anvers, « peuple de diverses religions, tenant leur foi les uns aux autres ». Manifestement, sa préférence va à Zurich et surtout à Genève, « dont les seigneurs sont grands politiques et rudes censeurs48 ». À Rome, en revanche, il ne manque évidemment pas de décrire les cérémonies de la cour pontificale, le luxe des cardinaux et le laxisme manifesté à l’égard des courtisanes49.

  • 50 Sur la situation à Orléans à cette époque, on pourra lire G. Baguenault de Puchesse, « La Saint-Ba (...)

18Les temps étaient certes troublés en France en 1568, en particulier à Orléans qui a oscillé entre catholiques et protestants. En septembre 1567, La Noue occupe la ville et les protestants pillent les églises. Après la paix de Longjumeau (23 mars 1568), les soldats huguenots, contraints d’évacuer Orléans, ruinent la cathédrale Sainte-Croix, et les catholiques se vengent en brûlant deux temples à l’été 1568. Le roi envoie alors une garnison, ce qui sonne le glas de la puissance huguenote et ouvre une période de vingt années de « réaction papiste ». On comprend que l’atmosphère n’ait guère incité Godeffroy à demeurer sur place50.

  • 51 F. 9’. Je n’ai pas trouvé de renseignements sur ces deux personnes. L’autre Français enterré ce jo (...)

19Il dut prendre le large en profitant de son réseau de relations et se diriger, en faisant un large détour, vers Genève, ville liée à Orléans pour la formation des pasteurs et où l’attendaient sans doute quelques compatriotes puisque, le jour de son arrivée, il allait assister aux obsèques de deux Français, dont un Orléanais, Houderon, fils de Madame Asselineau51.

  • 52 R. Scheurer, « Les Grisons dans les communications entre la France, Venise et l’Orient au milieu d (...)
  • 53 F. 2‡’.
  • 54 F. 16’.
  • 55 F. 24.
  • 56 F. 36’ ; cf. aussi f. 17’.
  • 57 F. 15.
  • 58 F. 31’.

20Le récit ne fourmille pas seulement d’allusions religieuses : sa coloration seconde trahit l’intérêt de leur auteur pour le commerce et les métiers « mécaniques », pour reprendre la formulation du temps. Il prend parfois l’allure d’un vrai guide du voyageur où une attention toute particulière est apportée aux chemins et à leurs difficultés. En général, il emprunte les « grands chemins » ou les « chemins ordinaires » et certains ne présentent guère de dangers, par exemple les routes suisses « où il y a poste pour le Roy de France » (à Rapperswil, Weesen, Aarau, Oensigen, Moudon52), mais les passages de montagnes s’avèrent toujours plus dangereux, Alpes par le Mont-Cenis, le Grand-Saint-Bernard, le Splügen (avec détour par la Valteline pour éviter le Milanais), le Brenner, ou bien sud du Jura entre Nyon et Lyon, ou encore Apennin, entre Ancône et Rome. Il souligne aussi les délais entraînés par la traversée obligée de tel lac suisse ou italien, ou de telle rivière d’Italie du Nord. Des raisons humaines doivent aussi inciter à la prudence : les contrôles aux frontières, en Picardie (présence des freluqueux, cavaliers chargés de faire respecter les interdits visant la sortie d’argent du royaume53) ; au pied du Mont Cenis (à Suse54) ; avant d’arriver à Lyon (à Nantua55 ; à Montluel56) ; au passage de la Vénétie au duché de Milan57 ; à l’entrée du royaume de Naples58.

  • 59 F. 4’ et 26’. Sur le Geleitsgeld : Georges Livet, Histoire des routes et des transports en Europe. (...)
  • 60 Ff. 31 et 32.
  • 61 Ff. 32 et 32’.

21Divers péages dus à l’archiduc Ferdinand sont signalés sur le Rhin, ou pour passer les ponts de Kaiserstuhl et Rheinfelden. Autour de Francfort-sur-le-Main, durant les foires, on doit payer un droit d’escorte, le glet ou guellet (Geleitsgeld59). Entre Rome et Naples enfin, les routes sont peu sûres à cause des pirates turcs (à Terracine60) ou du brigandage (à Castel Volturno, « les bannis […] se retirent aulx montaignes, tellement que compagnye est tousjours bonne61 »).

  • 62 F. 21’.
  • 63 F. 8’ ; cf. aussi 18’, 21’, 23’, 25, 36.
  • 64 F. 14.

22On n’en finirait pas de citer les remarques d’ordre économique. On peut en dénombrer 163 (pour nous limiter à celles qui présentent un certain degré de précision), dont 42 concernent l’agriculture, 54 l’industrie et 67 le commerce. Elles sont attentives aux produits (en particulier les textiles, drap, soie, serge, camelots, métier oblige), à la richesse de certaines régions (comme la Valteline), aux infrastructures (routes, ponts, ports, foires, moulins, canaux, écluses, rivières navigables), aux acteurs (marchands étrangers, pécheurs, artisans, les Foucres [Fugger] à Augsbourg), mais ignorent largement les prix et les monopoles (nous savons simplement que le vin était cher au pays de la bière, à l’ouest d’Anvers ; ou qu’à Zurich, « pour le regard du vin, c’est du verjus, toutesfoys il est prohibé par les seigneurs de en amener en ladicte ville du creu d’ailleurs que premierement ceulz du païs ne soyent beus62 »). Les grands centres comme Anvers ou Venise sont évoqués, comme les plus petits. Un tableau d’honneur est même dressé, avec les pays actifs et les « païs sans commerce » ou « païs de peu de commerce », et, en Italie, Godeffroy épingle les villes où le peuple est « tropt somptueulx pour leur proffict ». Il n’est pas jusqu’à certains services comme le mercenariat qui ne méritent d’être mentionnés : à Soleure, la ville est mal peuplée, « spécyallement d’hommes, d’aultant que la plus part sont morts en France au service du Roy63 ». Enfin certaines remarques techniques trahissent l’oeil de l’homme de l’art. C’est ainsi qu’à Venise, Godeffroy note : « L’acte le plus à remarquer est que les seigneurs font coucher en leurs registres le nom, surnom et argent que chacun qui s’embarque porte avec luy, affin que le patron du navire en responde en cas de mort, pour après le randre par les seigneurs aulz héritiers64. »

23Tels sont donc quelques-uns seulement des aspects de ce trop discret Voyage par la grasce Dieu de Jean Godeffroy. Son caractère brut et sa banalité apparente ne sauraient dissimuler l’expérience de son auteur, ni la nature de ses préoccupations et de ses angoisses, tout à fait conformes à son milieu et à l’atmosphère de l’époque.

  • 65 Baguenault de Puchesse, op. cit., p. 530 ; Carl-Alfred Goddefroy, op. cit., p. IV.
  • 66 Charles Cuissard, op. cit., p. 31.
  • 67 Carl-Alfred Goddefroy, op. cit., p. V ; E. Forlacroix, L’Église Réformée de La Rochelle face à la (...)
  • 68 R. Hertz, Das Hamburger Seehandelshaus J.C. Godeffroy und Sohn 1677-1879, Hambourg, 1922 ; K. Schm (...)

24De retour à Orléans à la fin de 1571, Godeffroy vécut-il la Saint-Barthélemy où périrent des membres de sa famille (un Desfriches, de la famille de sa mère, et plusieurs Stamples, de la famille de sa femme65), ou bien avait-il quitté sa ville natale pour La Rochelle dès le début de 1572, comme l’écrit Ch. Cuissard66 ? Il y fonda en tout cas une seconde famille, sa première épouse avait-elle succombé dans ces mêmes circonstances ? Nous l’ignorons. Toute sa vie, il était resté marchand dans l’âme, un notable, honorable homme Jehan Godeffroy. Il n’est pas sans intérêt de remarquer enfin que les aléas de l’Histoire n’en avaient pas fini de marquer cette famille. L’un de ses petits-fils, César (1640-1720), fils de Benjamin Godeffroy, allait quitter la France pour l’Allemagne après la révocation de l’édit de Nantes. Tandis que ses frères Jean et Alexandre abjuraient en octobre 1685 et se partageaient ses biens, fidèle à ses convictions, il gagna via Amsterdam le Brandebourg en 1694, en compagnie de son épouse et de son fils aîné César67. Il s’installa à Müncheberg, puis à Francfort-sur-Oder. Son petit-fils César III vint s’installer à Hambourg en 1737 et en 1766 naissait la firme « Jean César (IV) Godeffroy », qui allait être l’une des plus importantes entreprises de négoce de la ville, présente sur toutes les mers du globe jusqu’au xxe siècle, un fleuron de la politique coloniale allemande, illustre aujourd’hui encore dans la vie économique et culturelle de la grande cité hanséatique68.

Notes

2 La Rochelle, médiathèque Michel Crêpeau, ms 3 (ancien 653) : cf. Bibliothèque choisie de M. Colomiés, La Rochelle, 1682, p. 189 ; J. Gaudin, Catalogue de la bibliothèque de la ville de La Rochelle, La Rochelle, an 13, p. 378 ; Léopold- Gabriel Delayant, Ville de La Rochelle. Catalogue de la bibliothèque, La Rochelle, 1878, p. 681 ; Jean Balsamo, « Jacques Esprinchard en Allemagne : aux origines du voyage savant (1597-1598) », Romanic Review, 94, n° 1/2, janvier-mars 2003, p. 27-42.

3 Il a été baptisé à La Rochelle, le 16 décembre 1573, ses parrain et marraine étant Jean Godeffroy d’Orléans et Catherine Tarquex (reg. des baptêmes du temple Saint-Yon, Archives départementales Charente-Maritime (ADCM), sér. I, 8, f° 23v°). Sa mère, Sylvie Tarquex, était une soeur de Françoise Tarquex, la seconde épouse de Jean Godeffroy, elle-même veuve de Bernard Thibauld, maître de la monnaie de La Rochelle.

4 Léopold Chatenay, Vie de Jacques Esprinchard, Rochelais et Journal de ses voyages au xvie siècle, Paris, SEVPEN, 1957. Il s’agit du ms 4 de la médiathèque Michel Crêpeau. L’originalité et l’intérêt de ce texte ont été récemment démontrés : Jean Balsamo, op. cit.

5 Il est seulement cité par Jean Balsamo, op. cit., p. 31, après Léopold Chatenay, op. cit., p. 34. Jugement sévère de J. Gaudin, op. cit., p. 378 (« ce n’est qu’une nomenclature »), corrigé par Léopold-Gabriel Delayant, op. cit., p. 681.

6 Louis Marie Meschinet de Richemond, « Relations inédites et autographes des voyages, dans l’Europe centrale, de Jean Godefroy, d’Orléans (de 1568 à 1571), et de Jacques Esprinchard, sieur du Plomb, Rochelois (de 1593 à 1598) », Assoc. franç. pour l’avanc. des sciences, c.-r. de la 11e session, La Rochelle 1882, Paris, 1883, p. 878-886 (en part. p. 878-880) ; Tranchau, « Un voyageur orléanais au xvie siècle », Bull. soc. Arch. et hist. Orléanais, 8, 1883-1886, p. 205-208 ; Charles Cuissard, « Jean Godefroy d’Orléans et son voyage en Europe (1568-1571) », Mém. Soc. Agr., Sc., Belles-lettres et Arts d’Orléans, 7, 1907, 1er semestre, p. 27-52 ; G. Musset, « Les Rochelais à Strasbourg », Bull. de la sect. de géogr. du CTHS, 34, 1919 [1920], p. 191-206 (en part. p. 201-202).

7 Jehan Godefroy, Voyage en Europe 1568-1571, introd. Carl-Alfred Godefroy, transcr. Solveig Leib, Hambourg, 1987 (exempl. de la méd. de La Rochelle, 20 166B).

8 Grand livre de moi Jehan Godeffroy, Hambourg, Staatsarchiv, 622-1, Familie Godeffroy I 1.

9 Carl-Alfred Godefroy, op. cit., p. III-IV.

10 Pascal Even, « Liste des maires de La Rochelle », dans Robert Favreau, Régis Rech et Yves-Jean Riou (dir.), « Bonnes villes du Poitou et des pays charentais (xiie-xviiie siècles) », Poitiers, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 2002, p. 384-394 (ici p. 393).

11 F. 25.

12 F. 9’.

13 Ff. 2‡’-9’.

14 F. 1’. Parmi tous ces noms, le plus célèbre est le deuxième cité. Il s’agissait de Gillis Hooftman, calviniste convaincu, né à Trèves en 1521, mort en 1581. Sur son activité débordante et, en particulier, ses liens avec les marchands français : Émile Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers, fin du xve-xvie siècle, Paris, Marcel Rivière, t. I, 1961, p. 344-345 (et 123, 180, 226, 228, 306, 332, 349) ; t. II, 1961, p. 16, 19, 36, 42, 44, 50, 69, 73, 76-77, 172-173, 238, 240. À sa mort, il légua 50 000 ducats aux pauvres et prescrivit de les partager pour moitié entre les réformés et les catholiques.

15 F. 4’.

16 F. 1’. Jacques Bongars (1554-1612) sera plus tard un célèbre ambassadeur de Henri IV, cf. Régula Frei-Stolba, « Jacques Bongars (1554-1612), homme d’État et homme de lettres et son voyage à Constantinople », dans La Politique édilitaire dans l’empire romain iie-ive siècle après J.-C., Actes du IIIe Colloque Roumano-Suisse, 8 au 15 octobre, Tulcea 1998, p. 35-44. Notons que « Horatius Montaneus [sic pro « Montaureus »], Johannes Normannus et Johannes (sic) Bongars, Galli Aurelianenses », étaient immatriculés ensemble à l’université de Heidelberg le 20 juin 1565, G. Toepke, Die Matrikel der Universität Heidelberg von 1386 bis 1662, 2. Teil : von 1554 bis 1662, Heidelberg, 1886, p. 36, n° 55-57. En 1566, « Jac. Bongardus, Joh. Normannus et Horatius Montanus (sic) (Aurelianenses) » étaient immatriculés à Marbourg (W. Falckenheiner, Personen- und Ortsregister zu der Matrikel und den Annalen der Universität Marburg 1527-1652, Marbourg, 1904, p. 14, 110 et 116). Jacques Bongars se fera encore immatriculer à Bâle en novembre 1585 (H.-G., Die Matrikel der Universität Basel, II : 1532/33-1600/01, Bâle, p. 338, n° 64, avec notice biographique). En 1571-72, un « Guilelmus Normanus » figure à la matricule de Bâle (Wackernagel, op. cit., p. 206, n° 49). L’éditeur précise : « Reisegefährte des Jacob Bongars ; wohl verwandt mit Jean le Normant von Orléans, dessen Praeceptor Chr. Martin war. Vgl. H. Hagen, Bongarsius, Berne, 1874, 12.43 A. 181 ». Cf. également L. Anquez, Henri IV et l’Allemagne d’après les mémoires et la correspondance de Jacques Bongars, Paris, Hachette, 1887, p. XVII.

17 F. 6.

18 F. 8’. Pomponne de Bellièvre était ambassadeur ordinaire de France en Suisse, avec résidence à Soleure, en poste de 1566 à 1571 : Rott Éd., Histoire de la représentation diplomatique de la France auprès des cantons suisses, de leurs alliés et de leurs confédérés, II : 1559-1610, Berne-Paris, 1902, p. 56-87 ; Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607), un homme d’État au temps des guerres de Religion, Paris, 1998 (Mémoires et documents de l’École des Chartes, 50), p. 31-50. L’une des tâches de l’ambassadeur était de lever des troupes pour le compte du roi, opération fréquente en ces temps de guerre civile. C’est ainsi que Bellièvre reçut fin juillet 1569 ordre de tenir prêts 8 000 hommes destinés à remplir les vides que la « fièvre pestilentielle » occasionnait parmi les troupes de Pfyffer et de Cléry (Rott, op. cit., p. 81).

19 Ff. 9’-18.

20 F. 2‡.

21 Au f. 11’, Godeffroy écrit : « Chavenes… peuple débonnaire, tenans la plus part la confession de Calvin. » La ville et comté de Chiavenna était confédérée des Grisons en tant que bailliage et gouvernée en commun par les trois ligues auxquelles elle avait été cédée en 1512-1513. Elle bénéficiait d’une certaine autonomie et la liberté religieuse y régnait (avant 1600, trois paroisses étaient réformées et les deux cultes cohabitaient à Chiavenna où se réfugièrent plusieurs « hérétiques » italiens) : A. Bettoni (éd.), Claude-Énoch Virey, Vers itinéraires. Allant de France en Italie, 1592. Allant de Venise à Rome, 1593, Paris, Société des Textes français modernes, 1999, p. 143-144 du commentaire.

22 P.-F. Geisendorf, Livre des habitants de Genève, t. I : 1549-1560, Genève, 1957, p. 210 : « 9 d’octobre 1559 Jehan Antoine Pellissari, Italien ».

23 Roger Doucet, « Le Grand Parti de Lyon au xvie siècle », dans Revue Historique, t. 171, 1933, p. 473-513 ; t. 172, 1933, p. 1-41, ici p. 503 et 28-29.

24 A. Bernus, « Pierre Ramus à Bâle », dans Bull. Soc. Hist. Prot., 39, 1890, p. 508-530 (ici p. 527, n. 1).

25 F. 11. Pierre de Grantrye, sieur de Besne et de Saillant, conseiller au conseil privé, maître d’hôtel ordinaire du roi, chambellan ordinaire du duc d’Anjou et d’Alençon, fut ambassadeur ordinaire du roi aux Ligues Grises, en poste à Haldenstein près de Coire, d’avril 1566 à mai 1573 (Rott, op. cit., p. 130-136 ; Poncet, op. cit., p. 35).

26 Paul de Foix (1528-1584), sieur de Rabat, archevêque de Toulouse, conseiller du roi, maître des requêtes ordinaire de son hôtel, ambassadeur ordinaire à Venise.

27 Ff. 18-22’.

28 Ff. 22’-24’.

29 Ff. 22’-36’.

30 Le doge décédé était Pietro Loredan, mort le 3 mai 1570 et le nouveau doge Alvise I Mocenigo, entré en fonction le 11 mai 1570 (A. Cappelli, Cronologia, cronografia e calendario perpetuo, 3e éd., Milan, U. Hoepli, 1969, p. 348).

31 F. 31.

32 Ff. 36’-43’.

33 Il cite Strasbourg (f. 1’), Padoue (ff. 13, 14’, 28’ et 29), Nuremberg (c’est-à-dire Altdorf ; f. 27), Bologne (f. 29’), Pise (f. 34), Lausanne (f. 36’) et Bourges et Paris (f. 37’), mais ne mentionne pas celle de Heidelberg, où pourtant Ramus a enseigné à cette époque, ni explicitement Bâle.

34 Zurich, « en laquelle y a de grands et doctes personnaiges, professeurs tenans une bonne règle aulx escolliers » (f. 10’, repris f. 23). Il précise plus loin : « enseignés de docteurs signallés et de bonne réputation assavoir Messieurs Bullainger, Gualter, Vualter et aultres » (f. 18’). Fr.-W. Bautz, s.v. « Bullinger, Heinrich (1504-1575) », Biographisch- Bibliographisches Kirchenlexikon, I, 1990, col. 809-811 ; Rudolph Gwalther (ou Walther) (1519-1586), pasteur de Saint-Pierre à Zurich, était le fils adoptif et le gendre de Zwingli.

35 À Padoue, « y a grande Université et ordinairement quantité d’escolliers tropt desbochés au moyen des courtisanes » (f. 13, repris au f. 29) ; « nombre d’escolliers assés desbochés et tropt par les dames du lieu. » A noter que les escolliers sont mestres en iscelle, ne craignant poinct le magistrat ny les professeurs » (f. 28’). A Bologne, « grande université et quantité d’escolliers assés desbochés, peu révérans envers leurs docteurs » (f. 29’).

36 F. 6 ; remarque reprise telle quelle au f. 21.

37 F. 26’.

38 F. 27.

39 Charles Waddington, Ramus (Pierre de La Ramée), sa vie, ses écrits et ses opinions, Paris, Ch. Meyrueis et Cie, 1855 : sur son séjour en Suisse et en Allemagne : p. 190-217. Il a passé à Bâle la fin de l’année 1568 et la plus grande partie de 1569 (p. 193) ; il y imprime ses principaux écrits de mathématiques (p. 198) ; il a rencontré, à Berne, Zurich, plus tard à Lausanne et Genève, des compatriotes (p. 198) ; il a séjourné à Heidelberg d’octobre/novembre 1569 jusqu’au 23 mars 1570 au moins, s’est rendu deux fois à Francfort qu’il a quitté le 4 avril 1570 pour Nuremberg, puis Augsbourg et le Tyrol (p. 208-211). Sur l’importance de la pensée et de l’enseignement de Ramus, en particulier dans l’espace germanique, la bibliographie est considérable. On lira, par exemple, R. Hooykaas, Humanisme, science et réforme. Pierre de La Ramée (1515-1572), Leyde, Brill, 1958.

40 F. 37’.

41 F. 38.

42 F. 42’.

43 F. 43’.

44 Ibid.

45 F. 42.

46 F. 42’.

47 F. 42.

48 Ff. 9’, 18, 22’, 24’, 36’.

49 Ff. 31 et 32’.

50 Sur la situation à Orléans à cette époque, on pourra lire G. Baguenault de Puchesse, « La Saint-Barthélemy à Orléans », dans Mém. Soc. Arch. Orléanais, 12, 1873, p. 509-539 (avec erreurs de dates) et Jacques Debal, Orléans, une ville, une histoire, t. I : Des origines à la fin du xvie siècle, Orléans, x-nova, 1998, p. 172-182.

51 F. 9’. Je n’ai pas trouvé de renseignements sur ces deux personnes. L’autre Français enterré ce jour était « Messire Georges Aubray, finensier du grand party pour le deffunct Roy Hanry de Valloys ès païs d’Allemaigne et toute la Germanie ».

52 R. Scheurer, « Les Grisons dans les communications entre la France, Venise et l’Orient au milieu du xvie siècle », dans Cinq siècles de relations franco-suisses. Hommage à Louis-Édouard Roulet, Neuchâtel, 1984, p. 37-49.

53 F. 2‡’.

54 F. 16’.

55 F. 24.

56 F. 36’ ; cf. aussi f. 17’.

57 F. 15.

58 F. 31’.

59 F. 4’ et 26’. Sur le Geleitsgeld : Georges Livet, Histoire des routes et des transports en Europe. Des chemins de Saint- Jacques à l’âge d’or des diligences, Strasbourg, PUS, 2003, p. 168.

60 Ff. 31 et 32.

61 Ff. 32 et 32’.

62 F. 21’.

63 F. 8’ ; cf. aussi 18’, 21’, 23’, 25, 36.

64 F. 14.

65 Baguenault de Puchesse, op. cit., p. 530 ; Carl-Alfred Goddefroy, op. cit., p. IV.

66 Charles Cuissard, op. cit., p. 31.

67 Carl-Alfred Goddefroy, op. cit., p. V ; E. Forlacroix, L’Église Réformée de La Rochelle face à la Révocation, thèse, université de Montpellier III, Villeneuve d’Ascq, 1996, t. II, p. 453-456. Sur le Brandebourg et les réformés français, on lira, entre autres, les contributions contenues dans Michelle Magdelaine et Rudolf von Thadden (dir.), Le Refuge huguenot, Paris, A. Colin, 1985.

68 R. Hertz, Das Hamburger Seehandelshaus J.C. Godeffroy und Sohn 1677-1879, Hambourg, 1922 ; K. Schmack, J.C. Godeffroy & Sohn, Kaufleute zu Hamburg. Leistung und Schicksal eines Welthandelshauses, Hambourg, Broschek & Co, 1938 (avec arbre généalogique, p. 296). La saga vient d’être illustrée récemment par un roman historique de Gabriele Hoffmann, Das Haus an der Elbchaussee, Taschenbuch, Piper Vg, 2000.

Notes de fin

1 Professeur d’histoire ancienne, université de Poitiers–HERMA.

Table des illustrations

Titre Carte 9. Les voyages de Jean Godeffroy (1568-1571)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20468/img-1.png
Fichier image/png, 151k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540