Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Voyages, mobilité, nouveaux mondes

Châtellerault : un centre de redistribution de vin et d’eau de vie

Jacques Marcadé

Texte intégral

  • 1 Professeur émérite d’histoire moderne, université de Poitiers–GERHICO.

11

  • 2 Dictionnaire géographique historique et politique des Gaules et de la France, reprint 1978, t. 2, (...)
  • 3 Histoire de Châtellerault et du Chatelleraudais, Châtellerault, 1859, 2 vol.
  • 4 Mémoires chronologiques pour servir à l’histoire de Châtellerault recueillis et mis en ordre en 17 (...)
  • 5 Pour le contexte voir J. Gervais, Mémoire sur l’Angoumois, édité par J. Babinet de Rancogne, Paris (...)
  • 6 Nous prolongeons, avec d’autres sources, l’étude de P. Rambaud, « Le commerce du Poitou par le Cla (...)

2Sous l’Ancien Régime, la ville de Châtellerault était particulièrement renommée pour sa coutellerie. L’abbé Expilly en souligne la qualité et mentionne la diffusion des produits à Paris et autres villes2. Cette activité — et l’ardeur agressive mise à vendre couteaux et ciseaux — a été remarquée par tous les voyageurs, Arthur Young comme les membres de l’ambassade portugaise de 1641. Ce succès a rejeté dans l’ombre une autre activité de la ville : le commerce du vin et de l’eau de vie. Dans le vieil ouvrage de l’abbé Lalanne3 — plus porté sur l’anecdote historique que sur la vie économique — il n’en est pas fait mention. Pourtant, cette activité avait été étudiée, pour le début du xviiie siècle, par un contemporain, Roffay des Pallus4. Grâce à ce témoignage, nous savons que des marchandises de Bordeaux et de LaRochelle et « surtout des eaux de vie de Cognac et de Saintonge » arrivaient par charrois à Châtellerault pour être réexpédiées par la Vienne5. C’est, en effet la première agglomération importante sur le cours inférieur du fleuve et, par suite, une tête de pont qui, par le réseau ligérien, peut desservir Orléans et la région parisienne. C’est à ce commerce, au xviiie siècle6, que nous voudrions consacrer cette étude.

  • 7 Archives départementales de la Vienne (ADV), 2C3Q, 437-475, 510-531, 560-570.
  • 8 Claude-Georges de Ferrière, Dictionnaire de droit et de pratique…, Paris, 1768, 2, p. 733.
  • 9 ADV, 2C 3Q, 441, f. 51 : « un charroi d’eau de vie pour Louis Bottreau en 1702 ». Par contre, P. R (...)
  • 10 ADV, 2C 3Q, 459, f. 59, 91 ; 516, f. 11 : « de l’huile d’olive et des pipes vides » ; 522, f. 116  (...)
  • 11 Sur ces derniers, cf. le mémoire de maîtrise de Geneviève Cerisier-Millet, Les Voituriers par eau (...)

3Elle repose sur les registres du contrôle des actes7 où ont été enregistrées les lettres de voiture mentionnant, en théorie, la nature des cargaisons confiées aux voituriers et les quantités. Ces documents, qui permettent d’éviter toute contestation8 étaient remis à l’acheteur. Ceci explique que nous n’en avons pas trouvé trace dans les archives notariales, même quand ces lettres étaient reçues par des commerçants de Châtellerault9. Mais cette source est loin d’être parfaite. Certaines lettres ne mentionnent pas la nature de la cargaison ; or nous savons que ces marchands pouvaient aussi envoyer de la cassonade ou d’autres produits10. Surtout dans les premières décennies, si le nom du voiturier est toujours indiqué, il n’en est pas de même du destinataire. Une partie du commerce nous échappe, tant sur le plan des volumes que sur l’extension du réseau. Toutefois, les renseignements fournis par cette source, fût-elle imparfaite, nous donnent une idée de l’importance de cette branche du commerce au xviiie siècle et une approche de ses acteurs, commerçants et voituriers11.

L’envolée du commerce

  • 12 D’après le Recueil des tables pour faciliter la comparaison…, Poitiers, 1807, p. 70, et nous avons (...)

4Les envois se faisaient sous la forme de pipes, de dimensions variables, et de barriques dites aussi busses, et, surtout, des tierçons. Cela nous donne des contenances de fûts de 402, 285 et 134 litres12. Les fourchettes pour les équivalences étant larges, pour la commodité des calculs nous avons arrondi les chiffres annuels à l’hectolitre supérieur.

  • 13 ADV, 2C3Q, 451, f. 42.

5Les quinze premières années du siècle peuvent être laissées à l’écart. Le commerce, qui portait sur 1 276 hl pour les années 1700 et 1701 s’effondre à une expédition en 1702 et s’arrête en 1703. Pourtant, nous avons connaissance d’un arrivage d’eau de vie de Saintonge en 171113, mais aucune quantité n’a été réexpédiée. Une telle situation peut se comprendre si nous songeons, d’une part, que la France était en guerre et que les eaux de vie étaient destinées en priorité au ravitaillement des armées sur le front espagnol ou à l’avitaillement des navires armés à Rochefort ou à La Rochelle et, d’autre part, aux terribles séquelles de l’hiver de 1709 sur les vignobles. Il faut attendre novembre 1715 pour que soit enregistré le premier envoi d’eau de vie, 338 hl, à destination de Paris. Dès lors, les réexpéditions vont se multiplier et les volumes croître rapidement. Pour cette étude, nous avons retenu trois périodes : 1715-1724, 1750-1759 et 1780-1789 (tableau 1).

Tableau 1. Réexpéditions en hectolitres

Tableau 1. Réexpéditions en hectolitres

6Dans la première période, nous ne recensons aucun envoi en 1716 et, pour les autres années, les registres sont fort mal tenus : manquent souvent les quantités et, plus encore, les noms de destinataires. Ce n’est qu’après 1720 que nous constatons une amélioration. L’essentiel de ce commerce porte sur l’eau de vie, le vin ne représentant qu’une quantité négligeable : 20 hl. Les volumes varient considérablement suivant les années mais, avec l’essor des deux dernières années, la moyenne annuelle est de l’ordre de 916 hl.

  • 14 Recopié par l’abbé Lalanne, op. cit., t. 2, p. 218.
  • 15 Les Gallais : 57 lettres de voiture ; les Nivert : 66 ; les Laglaine et Guéry : 20 ; Doreau : 6 ; (...)

7Les marchands de vin sont déjà des notables dans la ville ; en témoigne le taux de capitation en 169314. Avec 30 livres, ils viennent immédiatement après les titulaires d’office et cela égale six fois la taxe imposée aux aubergistes et cabaretiers. Deux noms dominent le marché durant cette période : Jacques Renault et les Brotteau (Joseph, Louis et Joseph en 1717, sa veuve en 1724). J. Renault, qui assure la quasi totalité du trafic jusqu’en 1715 est ensuite dépassé par les Brotteau. Quant à Hilaire Papillault, son nom n’apparaît que quatre fois, celui d’André Turquand deux fois. À partir de 1723 se manifeste un nouveau concurrent, Jacques Lavallée mais qui semble plutôt commercer avec Orléans et non avec Paris. Tout un petit monde de voituriers par eau est associé à ce trafic. Sur la dizaine de noms, certains n’apparaissent qu’une fois. Cette activité semble être monopolisée par quelques personnes ou familles ainsi les Gallais (Claude, Louis), les Nivert (Jacques, Antoine, Louis), les Laglaine (Étienne, Claude) ou Charles Guéry. Notons toutefois la présence d’une femme : Marie Lhuilier15.

  • 16 Pour Paris : Veuve Petit, 17 mentions ; Bottreau, 12 ; Hazon et Guérin, 7 ; veuve Cousseau, 3 ; ve (...)

8Les destinations essentielles sont Paris avec 72 mentions et Orléans avec 57 ; Melun est mentionné deux fois et Mantes une seule. Dans les deux premières villes, le commerce se fait avec un nombre limité de marchands comme si les Châtelleraudais servaient d’intermédiaires pour quelques grossistes parisiens, par exemple la veuve Petit, les Bottreau, depuis 1718, ou Hazon et Guérin. Toutefois, des noms peu cités, comme la veuve Cousseau ou la veuve Roze, et chaque fois pour de faibles quantités, semblent indiquer que les commerçants châtelleraudais ont commencé à se créer une clientèle personnelle. Il en est de même à Orléans où nous trouvons des noms sur une ou deux lettres de voiture et pour quelques hectolitres seulement. Ces Chauveau ou Desfrancs ne sauraient rivaliser avec un Colas ou un Sarrebourse16.

L’âge d’or

  • 17 Mémoires chronologiques pour servir à l’histoire de Châtellerault…, op. cit., p. 166. Ce thème est (...)
  • 18 Bottreau de Villaray (écrit aussi Bottereau) et Delahaye sont qualifiés de négociants sur les regi (...)
  • 19 Ernest Godard, op. cit., t. 2, p. 152 et 179.
  • 20 ADV, 2C3Q, 516, f. 44V, 1 tierçon.

9La deuxième période témoigne d’une véritable révolution dans cette branche du commerce. Ce n’est pas simplement parce que les quantités qui transitent par Châtellerault ont augmenté dans des proportions considérables : les moyennes annuelles sont de 4 100 hl pour l’eau de vie et 1660 pour le vin. C’est dans la nature des acteurs. Comme l’évoquait Roffay des Pallus17, les commerçants de Châtellerault ne sont plus de simples intermédiaires pour le plus grand profit de grossistes parisiens ; ils sont devenus de véritables négociants pratiquant ce commerce à leur profit. D’ailleurs, dans les lettres de voiture, les Brotteau, Drouin et autres sont qualifiés de « négotiants18 » ; par ailleurs, Brotteau de Villaray, a même été plusieurs fois échevin19. Une conséquence de cette modification est l’extension de leur zone d’activité (carte 1). Aux quatre destinations de la première période en a succédé une trentaine, surtout dans la banlieue parisienne, en passant, parfois, par un relais parisien : ainsi Bernadat pour Barrière, à Saint-Denis20. Et si nous retrouvons certains gros acheteurs de la période précédente, nous recensons un nombre élevé de petits acheteurs : ce ne sont plus des pipes qui sont commandées, mais des tierçons. L’importance des volumes désormais réexpédiés a pu susciter un changement dans le monde de la batellerie. Désormais, pour certains, comme Jean Nivert ou Louis Gallais, les lettres de voiture évoquent « les vaisseaux de ». À l’activité artisanale de la première période semblent avoir succédé de véritables entreprises. Les quantités d’eau de vie progressent, quoique de manière irrégulière, jusqu’au chiffre record de 7 392 hl en 1758. Pour le vin, la progression est plus irrégulière, avec même une année blanche en 1752, et le record est de 4 992 hl en 1754, dépassant même les envois d’eau de vie cette année là. Toutefois, à partir de 1757, les envois de vin diminuent et ne dépassent que de peu les 500 hl durant les deux dernières années.

  • 21 Rivière : 157 lettres de voiture ; Dréau (veuve Dréau, Pierre, André, François) : 131 ; Fargues : (...)
  • 22 ADV, 2C3Q, 520, f. 166V, 2 lettres pour Boudet le 19 octobre ; 524, f. 13V, 4 lettres pour Legrand (...)
  • 23 Ibid. : 518, f. 4, pour Douault et pour Delavoye.c

10Les Brotteau (Louis et Brotteau de Villaray) figurent au premier rang de ces marchands mais l’ampleur prise par le trafic a suscité l’apparition de rivaux : Charles Delavoye, Simon Delessard, Auguste Martineau ou Michel Drouïn. Ces sept dominent le marché et ne laissent que quelques expéditions à Pierre Turquand ou Louis Liège. S’ils font occasionnellement le commerce de l’eau de vie, Jacques Lavallée ou Jean Duterne se consacrent essentiellement au vin, exerçant un quasi monopole en ce domaine. Le nombre d’entreprises de voiturage a considérablement augmenté : trois dépassent les 100 lettres de voiture et nous retrouvons, en tête, les Rivière, suivis des Dréau et d’un nouveau venu, les Fargues (Joseph et Claude). Les Guerry (Charles, puis ses fils Charles, Jean et Guillaume) figurent honorablement suivis par L. Gallais et un nouveau : Jean Babin. Mais tous ces voituriers par eau n’ont pas la même activité et il semble que les marchands n’aient eu recours qu’occasionnellement aux Nivert (veuve Nivert, Jean), Charles Picard ou Dupré21. Cependant, le nombre de lettres de voiture durant cette période ne doit pas nous étonner. Les volumes ont certes augmenté mais il y a d’autres raisons. Il arrive que des marchands fassent le même jour deux lettres pour le même voiturier et pour le même client. C’est le cas, entre autres exemples, de Ch. Delahaye en 1752 ou de S. Delessard en 175722. Pour compléter ce tableau, notons que neuf expéditions ont été faites par voie de terre, sans que nous en comprenions toujours les raisons : le 29 mai 1753, L. Bottreau a expédié 4 tierçons par charrette et 5 par bateau à deux marchands parisiens23.

11Le principal débouché reste Paris alors qu’Orléans ne figure qu’une fois. À Paris, les marchands comme les Legrand, père et fils (2890 hl sur cinq ans), Douault, rue des Prouvaires (7962 hl) ou Boudet, rue Saint-Martin (4097 hl) achètent par centaines d’hectolitres. Chaque année, dépassant, et de loin, Delavoye, Guérin, « marchand distributeur », ou la veuve Préau.

  • 24 Ibid., 521, f. 23, 20 janvier 1755 ; 529, f. 96, 20 mai 1759.
  • 25 Charenton : 16 lettres, Villeneuve-Saint-Georges : 15 ; Le Bourget : 7, Louvre-en-Parisis : 5, Ver (...)
  • 26 ADV, 2C3Q, 521, f. 23, 31 janvier 1755 ; 529, f. 96, 20 mars 1759 pour les deux bourgeois.
  • 27 Ibid., 2C3Q, 522, f., 15 avril 1756 et 521, f. 60V, 31 mars 1755.

12Il n’y a aucune comparaison avec des marchands plus modestes comme Chrétien, Dauzet, ou la veuve Pia, apothicaire, qui se contentent de quelques hl. De ce fait, le marché parisien semble éclaté entre quelque 80 correspondants, dont certains comme Dubois ou Ragonneau ne sont mentionnés qu’une seule fois ; même dans le cas du vin, un convoi de centaines de barriques peut être réparti entre 24 destinataires. Parmi les clients réguliers de L. Bottreau, nous relevons la présence de l’Hôtel-Dieu de Paris, qui passe chaque année commande de quelques pipes d’eau de vie, 165 hl au total. Certains envois ont été faits à destination de simples particuliers comme Bergier, conseiller au Parlement ou Arrive et Lefebvre, bourgeois de Paris24. Cependant, ce qui frappe, durant cette période, c’est l’apparition d’une vingtaine de clients dans des agglomérations de la périphérie parisienne. Si Melun et trois nouveaux venus, Meaux, Senlis, Montargis sont aussi livrés, et pas toujours par le relais d’un grossisteparisien, des clients dans 25 paroisses de la grande banlieue25. Si pour le vin deux noms émergent : Gosser et Collet (au moins 3 200 hl à eux deux), le marché est éclaté en une foule de clients dont les noms ne sont pas toujours mentionnés. Les marchands d’eau de vie, Douault, Cléry entre autres, ont aussi reçu du vin mais en petite quantité sans doute à titre privé. Des particuliers en reçoivent aussi ; tels Bergier, conseiller au Parlement, ou Arrive et Lefebvre, bourgeois de Paris26. La quasi totalité des expéditions sont à destination de Paris ; nous n’avons relevé que deux clients en banlieue : Fromager à Corbeil et Blosse à Chantilly27.

Carte 8. Le réseau clientèle des marchands et négociants d’eau de vie de Châtellerault au xviiie siècle

Carte 8. Le réseau clientèle des marchands et négociants d’eau de vie de Châtellerault au xviiie siècle

Le déclin

  • 28 Ibid., 570, f.41 : 15 tierçons pour Vincent Brault.
  • 29 En 1765 (Ibid., 540-542) : 653 hl d’eau de vie, dont 32 pour l’Hôtel-Dieu, et 37 lettres ; 44 hl d (...)
  • 30 Maurice Garden, « Quelques faillites de marchands de vin parisiens dans la deuxième moitié du xvii (...)
  • 31 Description du district de Châtelleraud, Châtellerault, 1790, p. 26, 28, 33.

13La troisième période voit la fin de cette branche du commerce. Les expéditions, qui étaient de 1 010 hl d’eau de vie en 1780, tombent à 353 en 1781 et 71 en 1782 ; quant au vin, il n’est mentionné qu’en 1780 (31 hl). Par la suite, nous ne trouvons aucun document mentionnant un envoi d’eau de vie ; le seul, en 1789, concerne une livraison à un marchand de Châtellerault28. Les deux principaux marchands châtelleraudais : Jean Nicolas Bottreau de Villaray ou la veuve Daget, née Lavallée, n’ont pas l’activité de leurs prédécesseurs. Il en est de même pour les clients parisiens, même les frères Richard (282 hl en troisans). Mais, ce qui nous frappe surtout c’est la disparition de ce vaste réseau de redistribution dans la région parisienne ; tous les envois ont été à destination de Paris. En conséquence, le rôle des voituriers par eau a été considérablement réduit : avec huit lettres seulement, Mérigot arrive en tête. Cette branche du commerce déclinait depuis quelques années, comme en témoignent les sondages effectués dans les années séparant les deux périodes29. Outre le rôle possible des faillites de certains correspondants parisiens30, la cause principale en incombe aux difficultés de navigation sur la Vienne. Désormais, les convois venant des zones productrices ne font que traverser Châtellerault et si Creuzé Latouche évoquait ce commerce autrefois, l’eau de vie ne figure plus dans les produits commercialisés à Châtellerault en 179031.

  • 32 Nous ne retiendrons que deux exemples, parmi bien d’autres : les pièces confisquées à des « religi (...)

14Cette constatation ne doit pas nous faire oublier la place qu’avait tenue cette activité et son importance pendant plusieurs décennies. Aussi, au terme de ce trop bref survol, nous en tirerons deux remarques. S’ajoutant au commerce du bétail dans le Montmorillonnais ou à la spéculation sur les mules et mulets en Moyen Poitou, un tel commerce explique la circulation de monnaie-or dans un Poitou pourtant rural32. Par ailleurs, nous comprenons mieux pourquoi le Châtelleraudais est davantage tourné vers le nord que vers la capitale administrative et religieuse, Poitiers.

Notes

2 Dictionnaire géographique historique et politique des Gaules et de la France, reprint 1978, t. 2, p. 286.

3 Histoire de Châtellerault et du Chatelleraudais, Châtellerault, 1859, 2 vol.

4 Mémoires chronologiques pour servir à l’histoire de Châtellerault recueillis et mis en ordre en 1738 par Roffay des Pallus, publiés par Camille Pagé, Châtellerault, 1909.

5 Pour le contexte voir J. Gervais, Mémoire sur l’Angoumois, édité par J. Babinet de Rancogne, Paris, 1856 ; Roger Dion, Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle, Paris, 1959, p. 443-448.

6 Nous prolongeons, avec d’autres sources, l’étude de P. Rambaud, « Le commerce du Poitou par le Clain et la Vienne au xviie siècle », Bulletins de la Société des Antiquaires de l’Ouest (BSAO), 1920, p. 454-487.

7 Archives départementales de la Vienne (ADV), 2C3Q, 437-475, 510-531, 560-570.

8 Claude-Georges de Ferrière, Dictionnaire de droit et de pratique…, Paris, 1768, 2, p. 733.

9 ADV, 2C 3Q, 441, f. 51 : « un charroi d’eau de vie pour Louis Bottreau en 1702 ». Par contre, P. Rambaud a pu utiliser cette source, avant l’institution du contrôle des actes.

10 ADV, 2C 3Q, 459, f. 59, 91 ; 516, f. 11 : « de l’huile d’olive et des pipes vides » ; 522, f. 116 : « du coton non filé, du camphre et du bois jaune ».

11 Sur ces derniers, cf. le mémoire de maîtrise de Geneviève Cerisier-Millet, Les Voituriers par eau châtelleraudais au xviiie siècle, université de Poitiers, 2 vol., 2001.

12 D’après le Recueil des tables pour faciliter la comparaison…, Poitiers, 1807, p. 70, et nous avons aussi repris les estimation de P. Rambaud, op. cit., p. 462.

13 ADV, 2C3Q, 451, f. 42.

14 Recopié par l’abbé Lalanne, op. cit., t. 2, p. 218.

15 Les Gallais : 57 lettres de voiture ; les Nivert : 66 ; les Laglaine et Guéry : 20 ; Doreau : 6 ; Marquet : 5 ; Rossignol : 4 ; Dupré, Bastien, M. Lhuillier, Gauthier, Delacour : 1.

16 Pour Paris : Veuve Petit, 17 mentions ; Bottreau, 12 ; Hazon et Guérin, 7 ; veuve Cousseau, 3 ; veuve Roze et Quérion, 2 ; Dunet et Lamarche 1. Pour Orléans : Colas, 11 ; Sainson et Sarrebourse, 5 ; Guérin et Barbier, 4 ; Vignon, 2 ; Chauveau, Rouet, Dorville et Desfrancs 1.

17 Mémoires chronologiques pour servir à l’histoire de Châtellerault…, op. cit., p. 166. Ce thème est repris par Gaultron, qui a consulté le mémoire de Roffay des Pallus, l’année 1737 (Ernest Godard, Livre de raison d’une famille châtelleraudaise (1617-1793), Poitiers, 1984, t. 2, p. 67).

18 Bottreau de Villaray (écrit aussi Bottereau) et Delahaye sont qualifiés de négociants sur les registres paroissiaux de Saint-Jacques de Châtellerault (ADV, 5 MI 01168, 1752).

19 Ernest Godard, op. cit., t. 2, p. 152 et 179.

20 ADV, 2C3Q, 516, f. 44V, 1 tierçon.

21 Rivière : 157 lettres de voiture ; Dréau (veuve Dréau, Pierre, André, François) : 131 ; Fargues : 105 ; Guerry : 83 ; Gallais : 66 ; Babin : 63 ; Laglaine : 37 ; Rabeau : 30 ; Jouet : 21 ; Armanoux 19 ; Vallée : 15 ; Royer : 12 ; Coutard :9 ; Feurget : 6 ; Legrand, Jacques Mérigot, Digné : 4 ; Nivert, Picard 2, Dupré, Mathé : 1.c

22 ADV, 2C3Q, 520, f. 166V, 2 lettres pour Boudet le 19 octobre ; 524, f. 13V, 4 lettres pour Legrand et 2 pour Bontemps le 20 février.

23 Ibid. : 518, f. 4, pour Douault et pour Delavoye.c

24 Ibid., 521, f. 23, 20 janvier 1755 ; 529, f. 96, 20 mai 1759.

25 Charenton : 16 lettres, Villeneuve-Saint-Georges : 15 ; Le Bourget : 7, Louvre-en-Parisis : 5, Versailles, Choisy : 4 ; Neuilly, Brie-Comte-Robert, Luzarches, Ferrières, Saint-Denis : 3 ; Saint-Quentin : 2 ; Roissy, Arcueil, Saint-Cloud, Saint-Maur, Lagny, Chantilly, Vincennes, Pantin : 1. S’y ajoutent Melun et Meaux : 4, Montargis, Senlis, Orléans et Sainte-Maure :1.

26 ADV, 2C3Q, 521, f. 23, 31 janvier 1755 ; 529, f. 96, 20 mars 1759 pour les deux bourgeois.

27 Ibid., 2C3Q, 522, f., 15 avril 1756 et 521, f. 60V, 31 mars 1755.

28 Ibid., 570, f.41 : 15 tierçons pour Vincent Brault.

29 En 1765 (Ibid., 540-542) : 653 hl d’eau de vie, dont 32 pour l’Hôtel-Dieu, et 37 lettres ; 44 hl de vin en 7 envois ; tout à destination de Paris ; 1770 (548-550) : un tierçon d’eau de vie pour un client de Fontainebleau ; 1775 (554- 555) : 75 hl. d’eau de vie, pour Paris.

30 Maurice Garden, « Quelques faillites de marchands de vin parisiens dans la deuxième moitié du xviiie siècle », dans Clio dans les vignes. Mélanges offerts à Georges Garrier, Lyon, 1998.

31 Description du district de Châtelleraud, Châtellerault, 1790, p. 26, 28, 33.

32 Nous ne retiendrons que deux exemples, parmi bien d’autres : les pièces confisquées à des « religionnaires » fugitifs ; le libellé de certains contrats de religion à l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers.

Notes de fin

1 Professeur émérite d’histoire moderne, université de Poitiers–GERHICO.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Réexpéditions en hectolitres
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20466/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Titre Carte 8. Le réseau clientèle des marchands et négociants d’eau de vie de Châtellerault au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20466/img-2.png
Fichier image/png, 117k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540