Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Voyages, mobilité, nouveaux mondes

Le « paysage » hôtelier des villes du Haut et du Moyen Poitou aux xviie et xviiie siècles

Fabrice Vigier

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences d’histoire moderne, université de Poitiers–GERHICO.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Affiches du Poitou, jeudi 3 juillet 1777, n° 26, p. 103.
  • 3 Nicole Pellegrin, « L’étrange de la ville. Récits de voyage et cités du Centre-Ouest (xvie-premier (...)

2Les 17 juin 1777, une très éminente personnalité européenne, grand amateur de voyages, traverse en diligence le Poitou. Son nom : Joseph II, roi d’Autriche, de Hongrie et de Bohême, et frère de la jeune et encore populaire Marie-Antoinette, reine de France. Pour les habitants de cette région, l’événement est considérable. Depuis plus de « 238 ans » et le passage de Charles Quint, aucun empereur du Saint Empire Romain Germanique n’était venu honoré de sa présence cette contrée française. Mais plus extraordinaire encore, ce grand souverain n’est pas hébergé, comme le voudrait son rang, dans de prestigieux châteaux ou de luxueux hôtels particuliers. Au contraire, il fréquente — peut-être parce qu’il voyage incognito « sous le nom de comte de Falckenstein » — de simples hôtelleries à l’occasion de ses haltes. Selon les Affiches du Poitou qui relatent la nouvelle, il dîne ainsi « à Châtelleraud à l’auberge de la Tête Noire » et « couch [e] le soir à Saint-Maixent, aussi à l’Auberge, d’où il [part] le lendemain pour La Rochelle2 ». Au delà de l’anecdote, qui n’apporte rien, à vrai dire, à la renommée de la province, l’épisode révèle l’existence d’un réseau d’accueil apparemment efficace et satisfaisant dans le Centre-Ouest français. C’est d’ailleurs grâce à ses relais de diligences et ses hôtelleries que les cités poitevines, situées sur la grande route qui va de Paris à Bordeaux et l’Espagne, voient passer autant de voyageurs durant l’époque moderne3.

3Indispensable à l’appréhension des réalités migratoires, le « paysage » hôtelier de cette région mérite assurément une attention particulière. A défaut d’être exhaustive, cette enquête entend très modestement étudier la géographie des auberges urbaines du Haut et du Moyen Poitou à trois échelles différentes. Tout d’abord, comment se répartissent-elles entre les différentes villes aux xviie et xviiie siècles ? Où les trouve-t-on ensuite précisément à l’intérieur de chacune de ces agglomérations ? Enfin, de quelle façon s’organisent leurs locaux au cours des deux derniers siècles de l’Ancien Régime ?

Un réseau d’hôtelleries urbaines relativement bien structuré à l’échelon provincial

4L’historien se heurte à plusieurs difficultés lorsqu’il se risque à essayer de déterminer le nombre d’hôtelleries dans les villes d’Ancien Régime. La documentation, qu’elle soit fiscale, notariale ou autre, est souvent lacunaire et pas toujours facile d’exploitation. Dans ces papiers, il n’est, par ailleurs, pas toujours aisé de distinguer les auberges — établissements théoriquement seuls habilités à loger des clients pour la nuit — des simples cabarets qui offrent le couvert et la boisson, mais ne rechignent pas à proposer aussi le gîte aux visiteurs. Enfin, le nombre de ces logis hôteliers, loin d’être stable, a pu très sensiblement varier aux cours des xviie et xviiie siècles, en fonction notamment des problèmes des tenanciers et surtout de la conjoncture économique.

5Quoi qu’il en soit, en utilisant les archives disponibles, mais aussi les études déjà réalisées sur les cités du Centre-Ouest français, il nous a été possible de proposer une estimation large, mais relativement fiable, des effectifs de ces commerces dans les quatorze principales cités du Haut et du Moyen Poitou au cours des deux siècles précédant la Révolution française. Sans surprise, Poitiers et Niort rassemblent le plus grand nombre d’auberges (une cinquantaine), suivies de Châtellerault (plus de 20), et d’un petit groupe comprenant Loudun, Parthenay et Saint-Maixent (entre 10 et 15). Ils devancent assez largement Civray, Lusignan, Melle, Mirebeau, Montmorillon et Thouars (entre 5 et 10), tandis que Bressuire et Chauvigny sont distancées avec moins de cinq hôtelleries chacune (tableau1).

Tableau 1. Estimations du nombre d’hôtelleries dans les principales villes du Haut et du Moyen Poitou aux xviie et xviiie siècles

Tableau 1. Estimations du nombre d’hôtelleries dans les principales villes du Haut et du Moyen Poitou aux xviie et xviiie siècles
  • 4 Ces données sont des ordres de grandeur, assez souvent approximatives. Elles proviennent, pour l’e (...)

6Note*4

  • 5 Par densité hôtelière, nous entendons ici le rapport entre le nombre d’habitants et le nombre d’au (...)

7Note**5

  • 6 Dominique Guillemet et al., « Les nouveaux territoires de Poitou-Charentes. Agglomérations, Pays, (...)

8Malgré des approximations inéluctables, cette hiérarchisation très contrastée — le rapport est de 1 à 10 entre les villes les mieux et moins bien pourvues — mérite assurément quelques explications. Tout d’abord, ce classement reflète, pour une très large part, la hiérarchie démographique et administrative des agglomérations poitevines6 : les trois plus peuplées (Poitiers, Niort et Châtellerault) sont ainsi très largement celles qui disposent du plus grand nombre de logis hôteliers aux xviie et xviiie siècles. Mais d’autres critères, économiques ou plus structurels, interfèrent dans cette classification. La présence de foires importantes (à Niort notamment, mais aussi à Parthenay, Saint-Maixent ou Montmorillon) semble contribuer à augmenter le nombre d’hôtelleries et fait gagner à ces villes quelques rangs par rapport à leur seul poids démographique. Il paraît, par ailleurs, préférable d’être situé à proximité d’une grande voie de communication, comme les axes Paris-La Rochelle ou Paris- Bordeaux. C’est d’ailleurs le cas de la très grande majorité de ces agglomérations, puisque les seules qui en soient très éloignées (Bressuire, Chauvigny ou Thouars) en pâtissent alors énormément. Certains cumulent, à l’inverse, tous ces atouts, à l’image de Niort où l’on recense sans doute la plus forte densité hôtelière de tout le Centre-Ouest.

Une concentration d’auberges dans les lieux très fréquentés de chaque ville

9Chacune de ces cités dispose, en tout cas, d’un nombre substantiel d’auberges à l’époque moderne (au moins 4 ou 5 pour les moins bien loties). Par conséquent, les voyageurs, réguliers ou occasionnels, ne rencontrent sans doute guère de problème d’hébergement lorsqu’ils traversent cette contrée. Grâce aux enseignes, ils repèrent aussi facilement ces établissements où ils peuvent boire, se restaurer et dormir. Cela est d’autant plus vrai que ces logis sont généralement installés dans les lieux particulièrement passants et fréquentés de toutes ces villes poitevines.

  • 7 Victor de Saint-Genis, Inventaire des archives municipales de Châtellerault antérieures à 1790, Ch (...)
  • 8 Émile Ginot, « Vieilles histoires d’hôtelleries à Poitiers », BSAO, 1927, p. 551-584.
  • 9 Jacques Duguet, « Anciennes auberges ou hôtelleries de Chauvigny », Le Pays Chauvinois, 1991, p. 4 (...)
  • 10 Solenne Jalais, Le Monde des cabarets mélusins au xviiie siècle. Étude des débits de boissons du s (...)
  • 11 Sylvette Noyelle et Sylviane Rouhaut, Histoire des rues de Loudun. Le long de la rue de la Porte d (...)
  • 12 Raymond Garand, Bressuire. Ancienne physionomie, vieux quartiers, histoire des rues, Poitiers, 194 (...)

10Beaucoup de ces commerces sont implantés dans les faubourgs et près des grandes entrées urbaines. Ces auberges sont ainsi les premières maisons que découvrent bien souvent les étrangers à leur arrivée dans ces cités. Par exemple, à Châtellerault, on rencontre une notable concentration d’hôtelleries dans le quartier de Châteauneuf, principal faubourg de l’agglomération simplement séparé du reste de la ville par le pont Henri IV. Les voyageurs y trouvent notamment à leur disposition Le Cheval Blanc, La Fleur de Lys, Le Grand Monarque, Les Trois Piliers ou Les Trois Rois7. La situation est quasiment identique à Poitiers, faubourg de la Tranchée, que traverse la grande route de Bordeaux et La Rochelle. Au moins cinq hôtelleries y ont pignons sur rue : Le Chapeau Rouge, La Croix Blanche, La Magdeleine, Le Saint Jacques et l’Hôtel de la Souche8. Ces établissements sont cependant moins nombreux qu’aux abords de la porte Saint-Lazare, grande voie d’accès à la capitale du Poitou, près de laquelle on dénombre une bonne dizaine d’auberges au xviiie siècle. Lorsque la cité et ses murailles sont perchées sur un promontoire ou un colline, c’est en revanche bien souvent dans la basse ville que se trouvent logiquement ces maisons hôtelières. C’est le cas à Chauvigny où les quatre ou cinq logis existants sont tous situés sur le grand chemin qui va de Poitiers à Saint-Savin9. Quant aux établissements de Lusignan, ils se concentrent presque tous dans le faubourg de la Font-de-Cé, situé en contrebas de la ville, près du pont sur la Vonne, sur la grande route de Poitiers, Niort et Saintes10. Pour toutes ces cités, on repère pratiquement toujours ces commerces à proximité des grandes portes d’entrée, que ce soit intra ou extra muros. Les hôtelleries du Chef Saint-Jean et de La Corne accueillent ainsi respectivement leurs clients près des portes de Chinon et du Martray à Loudun11, tandis que celles de L’Aigle d’Or et de Saint-Pierre en font de même porte de Labaste à Bressuire12.

  • 13 Émile Traver, Histoire de Melle, Melle, 1938, p. 253-254.
  • 14 Raymond Garand, op. cit., p. 32-38.c
  • 15 Sylvette Noyelle et Sylviane Rouhaut, op. cit., p. 44.
  • 16 H. Clouzot et A. Farault, « Niort et sa banlieue. Dictionnaire topographique et historique », Mémo (...)
  • 17 Jean-Pierre Andrault, Poitiers à l’âge baroque (1594-1652). Une capitale de province et son corps (...)
  • 18 Maria Cavailles et Nathalie Lecomte, Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes (...)
  • 19 A. Bobe, Histoire de Civray, Paris, 1935, p. 20-23 et 114-121 ; Raymond Garand, op. cit., p. 19-21 (...)
  • 20 Émile Ginot, op. cit., p. 565-567 et 572-573.
  • 21 Fabrice Vigier, « Les structures hôtelières de deux villes du Centre-Ouest français sous l’Ancien (...)
  • 22 Louis Levesque, Les anciennes hôtelleries de Saint-Maixent, Saint-Maixent, 1913, p. 11-16.
  • 23 H. Clouzot et A. Farault, op. cit., voir plan historique de Niort (hors pagination).

11Néanmoins, si les voyageurs de passage décident de pénétrer dans ces cités, ils n’ont normalement aucun mal à trouver une auberge à l’intérieur des murs. Certaines voies concentrent ainsi un nombre important d’établissements. À Melle, la rue Fossemagne, particulièrement passante, abrite, par exemple, les hôtels du Cygne, des Trois Piliers, et de L’Écu de France13. Elle n’a rien à envier à la rue bressuiraise du Dauphin, où prospèrent les auberges du Louvre et des Trois Marchands14, ou encore la rue de la porte de Chinon sur laquelle sont installés les deux logis voisins de La Croix Blanche et des Trois Piliers à Loudun15. À Niort, la rue Saint-Gelais apparaît tout aussi accueillante pour les nouveaux venus, puisqu’on y recense une petite dizaine d’établissements aux xviie et xviiie siècles16. Elle fait aussi bien, dans ce domaine, que la rue de la Tranchée à Poitiers, grand axe de circulation intérieur où exercent notamment les hôtes du Saint-André, du Chapeau Vert, du Gros Mouton et de La Truie-qui-file17. En plus d’être bâties sur ces importantes voies intraurbaines, ces hôtelleries se retrouvent également sur toutes les grandes places de ces villes. L’auberge du Dauphin, qui fait presque face à la porte Maixent, accueille ainsi sa clientèle place du Donjon à Parthenay18. Les places d’Armes de Civray et de Bressuire, mais aussi le champ de foire mellois, concentrent, quant à eux, deux ou trois logis chacun à la fin de l’Ancien Régime19. Ces espaces urbains font cependant moins bien que les places du Marché-Vieil et de Notre-Dame, les plus vastes de Poitiers, qui rassemblent, selon toutes vraisemblances, au moins cinq maisons chacune durant les deux siècles qui précédent la Révolution20. Plusieurs de ces hôtels exercent, par ailleurs, leur commerce à proximité et même parfois au sein d’un relais de poste ou de diligences. C’est le cas des auberges de La Bourdonnaye et des Trois Piliers à Poitiers, du Comte d’Artois et d’Angleterre à Niort, des Trois Rois à Parthenay, ou encore du Chêne Vert à Montmorillon21. En outre, un nombre non négligeable de ces établissements ont des locaux proches des halles, qui attirent, lorsqu’elles existent, pléthore de clients. L’hôte de La Croix Blanche est ainsi installé près du marché de Melle, tout comme ses confrères du Saint-Jacques à Loudun et du Bien-Venu à Saint-Maixent22. C’est cependant aux abords des halles de la cité des bords de Sèvre — qui attirent quantité de marchands français et étrangers toute l’année — que l’on répertorie sans doute la plus forte densité de logis hôtelier de toute la région : on en compte, en effet, une bonne douzaine près des étals, comme dans les rues adjacentes au siècle des Lumières23.

Une organisation des locaux souvent identique dans les différents établissements

  • 24 Ces généralités sur l’agencement des locaux des auberges poitevines se basent sur 10 inventaires a (...)

12En raison de leur nombre, ces hôtelleries représentent, à n’en point douter, des éléments constitutifs du « paysage » urbain des cités du Centre-Ouest français. Elles sont des points d’attache essentiel pour les voyageurs, mais aussi des lieux de convivialité pour les habitants des lieux. Or, si l’on en juge par la trentaine de logis pour lesquels on dispose d’un descriptif assez détaillé, leurs locaux sont généralement organisés de la même façon dans toutes ces villes poitevines24.

  • 25 ADV, 6 B 155, inventaire du logis des Trois Piliers de Lusignan (6 juillet 1705) ; archives départ (...)
  • 26 ADV, 8 B 164, inventaire de l’Auberge de la Magdeleine à Mirebeau (21 décembre 1730) ; ADV, 4 E 18 (...)
  • 27 ADV, 4 E 18/447, inventaire du Dauphin de Châtellerault (19 janvier 1767) ; ADV, 4 B 37, inventair (...)

13Toutes ces auberges, ou presque, s’ouvrent d’abord sur la rue et l’extérieur par un « grand portail à deux battants » ou une « porte cochère ». Tout étranger ou client potentiel pénètre ainsi par ce type d’entrée, qui doit être suffisamment haute pour permettre à un cheval et son cavalier d’y accéder. Une fois la « porte principale » franchie, le nouveau venu découvre pratiquement toujours une cour, qui doit normalement lui permettre de stationner et descendre de sa monture. Certaines hôtelleries peuvent même disposer de plusieurs espaces de ce genre, qui communiquent alors les uns avec les autres. Le Saint-Jacques de Lusignan et le Compas Royal de Niort comptent, par exemple, deux cours au xviiie siècles, mais font moins bien, dans ce domaine, que Le Plat d’Étain de Poitiers qui en possède trois25. Autour de ces espaces s’organisent évidemment plusieurs séries de bâtiments. Il y a presque systématiquement une écurie, qui offre la possibilité aux voyageurs de laisser reposer leurs chevaux. Parfois, on en recense même plusieurs dans les logis hôteliers les mieux équipés : deux à l’auberge de la Magdeleine à Mirebeau ou au Saint-André de Châtellerault, et même trois à La Croix Blanche de Montmorillon26. Ces locaux destinés à héberger les animaux sont, la plupart du temps, aménagés à l’étage en greniers et en fenils, dans lesquels est souvent stocké le foin nécessaire à leur entretien. À proximité immédiate, il peut y avoir d’autres bâtiments à vocations différentes. Ce peut être une grange au Dauphin de Châtellerault, un cellier au Cheval Blanc de Civray ou un hangar à la Tête Noire de Poitiers27.

  • 28 ADV, 6 B 155, inventaire du logis des Trois Piliers de Lusignan (6 juillet 1705) ; ADV, 4 E 30/27, (...)
  • 29 ADV, 4 E 18/490, inventaire de l’auberge du Saint-André à Châtellerault (23 septembre 1786) ; ADDS (...)
  • 30 ADV, J 655, inventaire des Trois Piliers de Poitiers (22 juin 1786) ; ADDS, B supplément 43, visit (...)

14À côté de toutes ces dépendances, se trouvent toujours, autour de la cour, un ou plusieurs logis plus spécialement consacrés aux clients. C’est sous ces appartements que sont situées habituellement les caves de l’établissement. Dans la majorité des cas, il n’y a qu’une seule cave où est conservé le vin indispensable à ces commerces de boisson, mais on peut aussi quelquefois en trouver deux comme aux Trois Piliers de Lusignan, au Saint-Cyprien de Poitiers ou au Faisan de Niort28. Dans le même bâtiment, au rez-de-chaussée, le voyageur découvre, le plus souvent, une grande « salle », qui tient lieu de pièce de réception et de salle à manger pour la clientèle. Au Saint-André de Châtellerault ou à La Table Royale de Niort, elle porte même parfois le nom de « salon29 ». Cette pièce apparaît, en tout cas, toujours relativement vaste et plutôt bien adaptée à la réception des visiteurs. Elle est toujours située à côté de la cuisine, présente dans pratiquement tous les logis recensés. Il est vrai que ces établissements proposent, entre autres services, presque toujours à manger à leur clientèle. Suivant l’agencement des locaux, d’autres types de pièces existent dans ces hôtelleries. On y accède par des escaliers, des « corridors » ou des galeries. Ce peut être de simples « réduits », des cabinets ou des faux greniers. Toutefois, l’essentiel du logis consiste en des chambres, situées aussi bien au rez-de-chaussée qu’aux étages, et dont la mission première est d’héberger les voyageurs pour une ou plusieurs nuits. C’est ce critère qui différencie vraiment ces logements hôteliers. La capacité d’accueil varie effectivement considérablement d’un logis à l’autre. Il n’y a, par exemple, aucun point commun entre Les Trois Piliers de Poitiers et ses 19 chambres, et le Saint-Jacques de Niort et sa chambre unique30. Si l’on se fie à notre échantillonnage, la grande majorité des hôtelleries possèdent alors entre quatre et huit chambres, la moyenne se situant très exactement à six chambres et quinze lits par logis.

15Peu étudié jusqu’à présent, le « paysage » hôtelier des principales villes du Centre-Ouest français s’avère, en fin de compte, assez riche d’enseignements pour l’historien moderniste.

  • 31 Émile Traver, op. cit., p. 253 ; Affiches du Poitou, 1779, p. 57.
  • 32 Émile Ginot, op. cit., p. 578-580.

16Une connaissance plus précise des structures d’accueil de ces grandes cités offre effectivement une meilleure appréhension des réalités territoriales de cette province, mais aussi indirectement des flux migratoires d’Ancien Régime. Le réseau d’auberges existant dans les agglomérations du Haut et du Moyen Poitou apparaît d’ailleurs relativement satisfaisant. Toutes — en particulier Niort, Poitiers et Châtellerault — en sont pourvues en nombre très suffisant, et quantité de voyageurs semblent les avoir utilisées sans difficulté. En dehors de Joseph II d’Autriche, plusieurs grands personnages ont même fréquenté ces hôtels poitevins. Le grand Louis XIV, par exemple, aurait couché à La Corne de Cerf à Melle en 1659, mais aussi dans une chambre du Soleil à Chauvigny31. Quant à l’auberge des Trois Piliers à Poitiers, elle a visiblement l’habitude d’accueillir d’éminents visiteurs, comme l’ambassadeur turc et sa suite en 1721, ou encore le prince et la princesse de Conti en 173032. Ces hôtelleries — surtout celles qui ont fonctionné sur la longue durée — font vraiment partie du patrimoine urbain, au même titre que les églises et les bâtiments publics. À bien des égards, elles devraient donc être considérées comme de véritables « lieux de mémoire », tant elles ont pu cristalliser les souvenirs de générations de clients, mais aussi de voyageurs traversant les cités du Centre-Ouest aux xviie et xviiie siècles.

Notes

2 Affiches du Poitou, jeudi 3 juillet 1777, n° 26, p. 103.

3 Nicole Pellegrin, « L’étrange de la ville. Récits de voyage et cités du Centre-Ouest (xvie-premier xixe siècles) », Bulletins de la Société des Antiquaires de l’Ouest (BSAO), 1997, p. 265-296.

6 Dominique Guillemet et al., « Les nouveaux territoires de Poitou-Charentes. Agglomérations, Pays, Intercommunalités », Les Cahiers de l’IAAT, n° 3, 1999, p. 27-35.

7 Victor de Saint-Genis, Inventaire des archives municipales de Châtellerault antérieures à 1790, Châtellerault, 1877, p. 2-5.

8 Émile Ginot, « Vieilles histoires d’hôtelleries à Poitiers », BSAO, 1927, p. 551-584.

9 Jacques Duguet, « Anciennes auberges ou hôtelleries de Chauvigny », Le Pays Chauvinois, 1991, p. 43-52.

10 Solenne Jalais, Le Monde des cabarets mélusins au xviiie siècle. Étude des débits de boissons du siège royal de Lusignan à partir des minutes de greffe de 1688 à 1789, mémoire de maîtrise, université de Poitiers, 2002, p. 30-32.

11 Sylvette Noyelle et Sylviane Rouhaut, Histoire des rues de Loudun. Le long de la rue de la Porte de Chinon, Société Historique du Pays de Loudunois, 2002, p. 41-44 ; Archives départementales de la Vienne (ADV), E dépôt 137, CC26.

12 Raymond Garand, Bressuire. Ancienne physionomie, vieux quartiers, histoire des rues, Poitiers, 1946, p. 15.

13 Émile Traver, Histoire de Melle, Melle, 1938, p. 253-254.

14 Raymond Garand, op. cit., p. 32-38.c

15 Sylvette Noyelle et Sylviane Rouhaut, op. cit., p. 44.

16 H. Clouzot et A. Farault, « Niort et sa banlieue. Dictionnaire topographique et historique », Mémoires de la Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, 1931, p. 20, 85, 90, 104, 105, 112, 154, 234, 236, 323 et 339.

17 Jean-Pierre Andrault, Poitiers à l’âge baroque (1594-1652). Une capitale de province et son corps de ville, Poitiers, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 2003, t. I, p. 99-100.

18 Maria Cavailles et Nathalie Lecomte, Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France. Parthenay, Éditions du Patrimoine, 2000, p. 98.

19 A. Bobe, Histoire de Civray, Paris, 1935, p. 20-23 et 114-121 ; Raymond Garand, op. cit., p. 19-21 ; Émile Traver, op. cit., p. 253.

20 Émile Ginot, op. cit., p. 565-567 et 572-573.

21 Fabrice Vigier, « Les structures hôtelières de deux villes du Centre-Ouest français sous l’Ancien Régime : Niort et Poitiers aux xviie et xviiie siècles », dans Actes du 130e congrès national des sociétés savantes, La Rochelle, 2005 (à paraître) ; Affiches du Poitou, jeudi 8 février 1787, n° 6, p. 24 ; Affiches du Poitou, jeudi 28 mai 1789, n° 22, p. 88 ; Maria Cavailles et Nathalie Lecomte, op. cit., p. 98 ; Sandrine Michaud, Auberges, cabarets et tenanciers dans le Montmorillonnais et le Limousin de 1718 à 1775. In vino veritas : sociabilité et conflictuosité dans les débits de vin d’après les minutes du greffe de la sénéchaussée de Montmorillon, mémoire de master 1, université de Poitiers, 2005.

22 Louis Levesque, Les anciennes hôtelleries de Saint-Maixent, Saint-Maixent, 1913, p. 11-16.

23 H. Clouzot et A. Farault, op. cit., voir plan historique de Niort (hors pagination).

24 Ces généralités sur l’agencement des locaux des auberges poitevines se basent sur 10 inventaires après décès d’hôtes de Poitiers, 3 de Lusignan, 2 de Châtellerault, 2 de Civray, 1 de Loudun, 1 de Mirebeau, 1 de Montmorillon, et 10 visites d’auberges de Niort.

25 ADV, 6 B 155, inventaire du logis des Trois Piliers de Lusignan (6 juillet 1705) ; archives départementales des Deux-Sèvres (ADDS par la suite), B supplément 43, visite du logis du Compas de Niort (30 décembre 1727) ; ADV, 4 E 11/30, inventaire après décès du Plat d’Étain de Poitiers (26 janvier 1793).

26 ADV, 8 B 164, inventaire de l’Auberge de la Magdeleine à Mirebeau (21 décembre 1730) ; ADV, 4 E 18/490, inventaire de l’auberge du Saint-André à Châtellerault (23 septembre 1786) ; ADV, 7 B 143, inventaire de l’auberge du Chêne Vert de Montmorillon (12 mai 1734).

27 ADV, 4 E 18/447, inventaire du Dauphin de Châtellerault (19 janvier 1767) ; ADV, 4 B 37, inventaire du Cheval Blanc de Civray (20 mars 1727) ; ADV, 4 E 12/294, inventaire de La Tête Noire de Poitiers (18 août 1784).

28 ADV, 6 B 155, inventaire du logis des Trois Piliers de Lusignan (6 juillet 1705) ; ADV, 4 E 30/27, inventaire du Saint- Cyprien de Poitiers (19 juin 1787) ; ADDS, B supplément 43, visite du logis du Faisan de Niort (18 décembre 1731)

29 ADV, 4 E 18/490, inventaire de l’auberge du Saint-André à Châtellerault (23 septembre 1786) ; ADDS, B supplément 43, visite du logis de La Table Royale de Niort (13 mars 1711).

30 ADV, J 655, inventaire des Trois Piliers de Poitiers (22 juin 1786) ; ADDS, B supplément 43, visite du logis de Saint-Jacques de Niort (25 septembre 1743).

31 Émile Traver, op. cit., p. 253 ; Affiches du Poitou, 1779, p. 57.

32 Émile Ginot, op. cit., p. 578-580.

Notes de fin

1 Maître de conférences d’histoire moderne, université de Poitiers–GERHICO.

4 Ces données sont des ordres de grandeur, assez souvent approximatives. Elles proviennent, pour l’essentiel, de Dominique Guillemet, Dictionnaire des communes et pays de la Vienne, La Crèche, Geste éditions, 2003 ; Maurice Poignat, Histoire des communes des Deux-Sèvres, Poitiers, réédition, 2003, 8 volumes.

5 Par densité hôtelière, nous entendons ici le rapport entre le nombre d’habitants et le nombre d’auberges dans la ville considérée.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Estimations du nombre d’hôtelleries dans les principales villes du Haut et du Moyen Poitou aux xviie et xviiie siècles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20465/img-1.png
Fichier image/png, 20k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540