Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Voyages, mobilité, nouveaux mondes

Le territoire du soldat : identités et migrations militaires

Natalie Petiteau

Texte intégral

  • 1 Professeur d’histoire contemporaine, université d’Avignon.

1Note portant sur l'auteur1

2Les soldats des armées napoléoniennes, acteurs d’une épopée qui a fait les délices d’une historiographie fascinée par le personnage de Napoléon, sont bien longtemps restés dans l’ombre. Pourtant, leur histoire est une voie d’entrée pour la compréhension de la société du xixe siècle. En menant à leur sujet une anthropologie historique, il est entre autres possible de réfléchir aux processus de construction des identités sociales ou politiques et nationales. Or, par définition, l’identité de ces hommes s’est forgée dans un espace élargi : initialement voués, pour beaucoup, à mener une vie restreinte au cadre de leur village ou du quartier de leur ville, ils ont finalement connu un espace élargi aux dimensions de l’Europe. Le rapport entre territoire et identité, est donc des plus opératoires quant à l’histoire de ces sans-grade.

  • 2 Dominique Guillemet, « Échelles de territoires de longue durée et identités emboîtées : paroisses (...)

3Si l’identité se joue entre marqueurs d’une part et conscience d’appartenance d’autre part2, on s’attachera ici prioritairement aux éléments dynamiques qui ont pu jouer dans la prise de conscience des spécificités d’appartenances territoriales dans les mentalités de ces hommes, à l’orée du xixe siècle. Car en vivant une rupture avec leur terre d’origine, en découvrant des espaces autres puis en se réinsérant, là où se trouvaient leurs racines ou ailleurs, les hommes des armées napoléoniennes ont vécu une expérience qui les distinguait dans le tissu de la société de leur temps. Pourtant, l’historiographie peine à analyser les mobilités spatiales, tant dans leurs réalités quotidiennes que dans leurs implications identitaires. On peut certes noter un renouvellement des études mettant en évidence le rôle important des divers types de mobilité dans l’équilibre économique et social des sociétés d’Ancien Régime aussi bien que du xixe siècle, mais la dimension identitaire n’est guère prise en compte, non plus que la question des représentations et des regards croisés. Les vétérans de l’Empire offrent donc un observatoire fort utile de l’impact des mobilités militaires dans l’histoire de l’Europe des débuts de l’ère contemporaine : ils forment en effet un groupe de personnes qui ont fait l’expérience du déracinement, et au sujet desquels on dispose non seulement de témoignages fournis par les intéressés eux-mêmes — correspondances, journaux ou mémoires — mais encore de listes de recensement ou de dossiers de pensions, permettant de comprendre les processus de déracinement puis de réinsertion.

Enracinement et déracinement

  • 3 SHAT, 21 Yc 435, contrôles de troupes du 52e régiment d’infanterie de ligne.

4L’enrôlement dans les armées napoléoniennes ne signifie pas une entière coupure avec la province natale, car les conscrits d’une classe sont enrégimentés par cohortes, si bien que la cohésion des troupes tient en partie à cela. Chaque versement de jeunes recrues introduit en effet dans un régiment, en bloc, des hommes venus d’un même département. Ainsi, le 11 juillet 1807, 148 Vauclusiens sont incorporés dans le 52e régiment d’infanterie de ligne, qui est alors un élément de l’armée de Naples, et qui part ensuite combattre en Espagne3. Comme sous l’Ancien Régime, ce mode d’incorporation permet à des conscrits d’un même village de rester ensemble, et de ne pas connaître un isolement complet. Les solidarités entre les natifs d’un même lieu se renforcent même à la faveur de l’éloignement. De plus, confrontés aux réalités nationales, les soldats continuent d’entendre les intonations de leur langue vernaculaire ou les récits d’un passé commun, de côtoyer des hommes qui ont les mêmes habitudes de vie qu’eux, tandis que les correspondances sont également l’occasion d’entretenir cette cohésion. Elles permettent par exemple de donner à la communauté d’origine des nouvelles de ses camarades. Dans leur ensemble, les lettres des soldats montrent que tout se passe comme si, au sein de chaque groupe de conscrits natifs d’un même village, celui qui a le plus facilement accès à la culture écrite était chargé de maintenir un lien avec la communauté d’origine.

  • 4 Archives départementales de Vaucluse, 4 U 17/32, justice de paix du canton de Pertuis, lettre de E (...)
  • 5 Pour reprendre l’expression répandue sous la IIIe République: Jean-François Chanet, L’École républ (...)

5Car la préoccupation est particulièrement forte de conserver un contact avec ceux qui sont restés dans la commune d’appartenance : les échanges de courrier sont toujours l’occasion de demander comment vont les parents, mais aussi les amis. Ainsi, Elzéar André Pourret, d’Ansouis (Vaucluse), précise, dans une sorte de post scriptum : «Vous me faire le plaisir de menvoyer dans ma lettre sil napartir à prenous4. » Ce désir de savoir si d’autres du village sont partis après la levée à laquelle il a fallu se soumettre révèle comment le soldat nourrit l’espoir que sa communauté d’origine soit épargnée par l’impôt du sang. Il ne souhaite pas aux plus jeunes le rude sort qu’il connaît, et il pense à son village comme à une grande famille dont il espère que tous les membres restent unis. La petite patrie5 demeure donc un repère essentiel pour des hommes qui sont pourtant engagés dans l’armée de la Grande Nation. Dans l’univers que chacun se reconstruit au sein de son régiment, le lien avec la communauté d’origine apparaît primordial, peut-être même se soutient-on par la pensée du bonheur des siens. La patrie à laquelle on pense quotidiennement est décidément bien, avant tout, la terre de la famille et des amis où subsiste la vie d’avant l’enrôlement. Car la découverte de nouveaux horizons n’enchante pas forcément chacun.

Le soldat et la découverte de nouveaux territoires

6Certes, pour certains soldats belges par exemple, la promesse de départ est perçue comme une source de distractions, et le sort du soldat paraît alors plus doux que celui connu dans les industries du département de l’Ourthe, où la main-d’œuvre était astreinte à des journées de 12 heures pour d’infimes salaires. Si bien que l’un d’eux écrit en 1809 : « Je suis soldat pour la vie. Si j’avais su qu’il fait si bon dans le service militaire, il y aurait quatre ans que j’y serais. Si on voulait me donner mon congé, je ne le prendrais pas. » Pourtant, beaucoup se révèlent indifférents à l’égard des espaces parcourus, tel le sergent Lavaux qui énonce sans remarque aucune les villes rencontrées sur son trajet :

  • 6 Sergent Lavaux, Mémoires de campagne (1793-1814), présentés par Christophe Bourachot, Paris, Arléa (...)

Nous partîmes enfin de Boulogne, le 7 septembre, après que tout fut débarqué. Nous traversâmes l’Artois, la Picardie, la Champagne, la Lorraine et l’Alsace. Nous passâmes le Rhin à Strasbourg pour gagner le pays de Bâle et Wittenberg. De là nous allâmes dans la Souabe, à l’encontre de nos ennemis qui nous attendaient aux environs d’Ulm, sur les bords du Danube6.

7En fait, en rédigeant leurs mémoires, nombre de soldats se montrent plus préoccupés de rendre compte des combats auxquels ils ont participé que des paysages qu’ils découvrent. Il est vrai que le genre littéraire auquel ils se livrent ainsi les y encourage sans doute : leur but, a posteriori, est de dire les heures de gloire auxquelles ils ont participé, tandis que l’heure n’est guère encore au tourisme, et que le recul du temps atténue la portée du dépaysement. De plus, le spectacle de la guerre est souvent si éprouvant qu’il semble occulter tout le reste. Ainsi, à propos de Ratisbonne 26 avril 1809, le général Lejeune souligne :

Nous parcourûmes cette malheureuse cité, dont la moitié brûlait encore. Du faubourg très considérable sur la rive gauche, il ne restait qu’un immense brasier. En ville, les rues étaient jonchées de blessés autrichiens et de leurs morts, en partie dévorés par les flammes. L’aspect de la population, errante au milieu des cendres fumantes, nous déchirait le cœur.

  • 7 Mémoires du général Lejeune, 1792-1813, Paris, Éditions du Grenadier, 2001, p. 401-405.

8Et il procède de même au sujet de Moscou dont il ne décrit que l’incendie7. Le spectacle de la guerre a laissé de telles impressions que lui seul a finalement retenu l’attention. Toutefois, les notations sur les espaces traversés se font plus fréquentes dans les journaux que dans les mémoires. Le chirurgien Lagneau donne même des appréciations presque systématiques sur les villes qu’il traverse en Franche-Comté, en mars 1805 :

  • 8 Louis-Vivant Lagneau, Journal d’un chirurgien de la Grande Armée, 1803-1815, LCV, 2000, p. 49.

Arbois, autre petite ville […], célèbre par la réputation que lui ont faite ses vins blancs. Poligny, petite ville aussi […] Lons-le-Saunier, ville un peu plus grande que les deux précédentes. Elle est remarquable par ses salines8.

9De même, le journal de marche du sergent Leberton témoigne lui aussi de la préoccupation, lorsque le soldat écrit au jour le jour, de noter les particularités des espaces traversés :

  • 9 Philippe Boulanger, Stéphane Calvet, Voyage militaire (1793-1814), par le sergent Pierre Leberton (...)

Cette ville [de Zurich] est très riche et marchande surtout en crépons elle est la plus peuplée de la Suisse. Elle peut mettre vingt-trois mille hommes sur pied. Elle a un superbe lac de ce nom […]. Cette ville [de Memmingen] est entourée d’un rempart par lequel on peut faire le tour de la ville à couvert, et à son avencé il y à une muraille crénelée. On y récolte quantité de blé et d’obont (houblon), et y fait de bonne bière […]. Belle ville [Zweibrücken] et bien commercente dans le cercle du haut-Rhin9.

  • 10 Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, Liège-Paris, Bénard-Courville, 1936, 416 p

10Dans le quotidien de la guerre, il y a un temps, entre les combats, pour prendre conscience, au point d’éprouver le besoin de l’écrire, de l’altérité des espaces traversés. Toutefois, ce qui serait aujourd’hui qualifié de curiosité touristique ne retient guère l’attention. Ces hommes jettent sur ces contrées étrangères des regards de sociologues, d’anthropologues ou de géographes avant l’heure. Peu diserts sur les monuments qu’ils ont l’occasion de voir, ils observent en revanche avec étonnement les méthodes de culture autres que celles qu’ils connaissent ou les autres rythmes de saisons10. Fils de vigneron, le sergent Lavaux fait des remarques sur le statut des paysans de Pologne :

  • 11 Sergent Lavaux, op. cit., p. 119-120.

Les habitants ont des charrues et des bœufs pour cultiver la terre. Mais ces animaux ne leur appartiennent pas. Le produit de la récolte, ils le portent chez le gotvéra, et celui-ci leur donne, suivant son bon plaisir, du seigle et de l’orge pour subsister11.

  • 12 Jacques Chevillet, Souvenirs d’un cavalier de la Grande Armée, 1800-1810, préf. de Henry Houssaye, (...)

11Le cavalier Chevillet observe en Hollande que « l’on fauche les foins plus tard que dans nos pays, vu qu’ils sont encore à cette époque emmeulés dans les prairies12». Comme les modes de culture, les modes de vie suscitent des remarques, notamment lorsqu’ils paraissent quasiment exotiques, en témoignent entre autres exemples les notations de Lavaux :

  • 13 Sergent Lavaux, op. cit., p. 145.

[L’Andalousie] est très renommée pour les chevaux andalous, et aussi pour les vins muscats, malaga, etc. Pour tout dire d’un mot, l’Andalousie est la cave et le grenier de l’Espagne. On y rencontre surtout de bonnes oranges du Portugal, des citrons, des grenades qui sont excellentes au goût, et des figues en grande quantité […]. Il se passe des années sans que l’on y voie une goutte d’eau tomber du ciel. Il n’y fait jamais froid. Il n’y a jamais de gelée, ni de neige, et de même jamais d’orage […]. Les habitants ne travaillent presque pas. Il leur suffit de travailler deux jours par semaine, et ils ont assez pour vivre le restant. La terre produit quatre fois plus qu’il ne leur faut pour vivre13.

12Mais le sentiment d’exotisme peut être généré par le spectacle de la misère, auquel, par exemple, le général Griois se montre fort sensible :

  • 14 Mémoires du général Griois, 1812-1822, Bernard Giovanangelli éd., 2003, p. 31.

Les villages de Pologne sont misérables, ainsi que leurs habitants. Tous les paysans sont la propriété de leurs seigneurs, dont les châteaux magnifiques font ressortir la pauvreté des cabanes14.

13Et Lejeune est frappé de la même façon par ce qu’il observe dans les mêmes contrées :

  • 15 Mémoires du général Lejeune, 1792-1813, op. cit., p. 34.

En poursuivant nos succès, nous nous arrêtâmes quelques jours à Posen, où les grands de la Pologne vinrent présenter leurs hommages à l’Empereur dans leur costume oriental. Ces étoffes, ces fourrures, ces habillements, ces armes si riches des maîtres, et les vêtements si pauvres des serfs ; l’air si noble des premiers, le maintien si abaissé des seconds, donnaient à la Pologne, où nous entrions, un aspect très nouveau pour nous et qui me frappa singulièrement15.

  • 16 Catherine Bertho-Lavenir, La Roue et le stylo : comment nous sommes devenus touristes, Paris, O. J (...)

14En définitive, les mémorialistes de l’Empire incarnent une transition entre le mode de voyager du xviiie siècle, où l’on est attentif aux modes de culture et où l’on ignore les hommes et les monuments des lieux traversés, et la façon d’observer l’espace au xixe siècle, où l’on devient sensible au pittoresque des lieux16. Et leurs témoignages indiquent comment, aux extrémités de l’Europe, en Espagne comme en Pologne ou en Russie, les soldats de Napoléon prennent conscience des diversités du monde, trouvant ainsi autant d’occasions de mieux intérioriser les spécificités de leur identité d’origine avec laquelle beaucoup renouent dès 1815.

Les espaces du retour

  • 17 Jacques Houdaille, « Pertes de l’armée de terre sous le Premier Empire d’après les registres matri (...)

15Au moment du licenciement de l’armée, les hommes disposent de papiers officiels qui les contraignent administrativement à revenir dans leur commune d’origine : du reste, bien des observateurs ont remarqué la volonté des hommes de troupe de rentrer chez eux avant même le licenciement officiel. Pourtant une partie d’entre eux échappe à ce mouvement massif de retour au lieu du départ : sur un échantillon de 197 survivants, Jacques Houdaille en retrouve 63 % dans leur village17. Il existe donc une forte minorité pour qui l’expression de « retour au foyer » ne correspond pas à la réalité, même si ne pas revenir dans son village peut simplement signifier une installation dans la commune voisine. Inversement, y revenir n’est pas forcément synonyme de retour définitif.

  • 18 Archives départementales de Vaucluse, 1 E 2/9, état civil de la commune d’Ansouis.
  • 19 Georges Augustins, « Mobilité résidentielle et alliance matrimoniale dans une commune du Morbihan (...)

16Un travail mené sur tous les soldats d’un village vauclusien, Ansouis, dans le pays d’Aigues, a permis une observation systématique des micro-mobilités. Dans ce corpus de 74 hommes partis à l’armée, 42 sont rentrés dans le pays d’Aigues, ce qui n’a pas forcément signifié un exact retour au village. Observons notamment que, sur les 39 vétérans du corpus qui se sont mariés, plus de la moitié, soit 22 d’entre eux, ne scellent pas cette union à Ansouis. Il existe parmi eux des hommes qui ne sont jamais revenus s’installer à Ansouis mais qui se sont établis non loin de leur commune d’origine. États civils et recensements permettent par ailleurs d’observer des retours différés au village. Casimir Bailly, menuisier, ne réapparaît à Ansouis qu’en 1825 : entre temps, il s’est marié avec une jeune femme de Saignon, village éloigné de douze kilomètres d’Ansouis, alors qu’il résidait à Rognes dans les Bouches-du-Rhône, situé à dix kilomètres de son village natal, de l’autre côté de la Durance18. Reste que le village d’origine a une réelle force d’attraction puisque l’on quitte parfois la commune où l’on s’est marié au profit de celle où l’on est né, au gré sans doute de la gestion des terres familiales19.

  • 20 Musée de la Légion d’honneur, dossiers de pensions viagères par département. Cotation prévue aux A (...)
  • 21 Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville, xixe-xxe siècle, Paris, Le Seuil, « Points-Histoire (...)
  • 22 Guillaume Lecoq, Journal d’un grenadier de la garde, éd. établie par Christophe Bourachot, Paris, (...)

17Par ailleurs les sources nationales témoignent de l’existence des mobilités intra-départementales. Les dossiers des pensions accordées à tous les survivants des guerres de l’Empire, en 1869, permettent une comparaison des lieux de naissance et des lieux de résidence à la fin du Second Empire20. Ils démontrent que les anciens soldats, dans certains départements, ont été nombreux à migrer dans ce cadre tout de même restreint. Il en est ainsi, par exemple, dans le département du Doubs, où plus de 45 % des anciens soldats sont concernés par ce type de migration. Notons aussi que la capitale a exercé une attraction particulièrement forte sur les vétérans. Plus de 70 % des vieux soldats présents à Paris en 1879 ou en 1880 ne sont pas originaires de l’Île-de-France. Paris s’est largement peuplé de provinciaux au xixe siècle21 et l’histoire des anciens soldats de l’Empire offre là encore un observatoire de l’un des phénomènes majeurs de l’histoire de la société du xixe siècle. Paris est pour eux, entre autres, un lieu d’accueil temporaire où ils viennent pour quémander des secours. Mais c’est aussi le lieu où ont souhaité s’établir bien des demi-solde, soucieux d’y conserver leurs liens avec des frères d’armes. Enfin les opportunités d’emploi jouent un rôle essentiel dans cette attraction parisienne. Ainsi, après avoir échoué à se réinsérer à Coulommiers, le grenadier Lecoq décide de revenir à Paris « où il y a plus de ressources » : de fait il y obtient une place de contrôleur dans les théâtres22. Cette attraction apparaît également dans les recensements établis après les incendies de la Commune. Parmi les 81 vétérans recensés dans le 11e arrondissement, 24 seulement sont natifs de la capitale, quatre sont nés au delà des frontières françaises, en Allemagne, en Suisse, en Belgique et au Luxembourg, le reste provient de toute la France, mais plus particulièrement du quart nord-est du pays.

  • 23 Pierre Guillaume, Individus, familles, nations. Essai d’histoire démographique, xixe-xxe siècles, (...)

18Parallèlement à ces migrations qui s’achèvent à Paris ou dans les départements voisins, il existe aussi nombre de trajectoires qui montrent des vétérans quittant Paris ou acceptant des migrations d’une province à une autre. Lorsque, après 1814 ou 1815, les anciens soldats de l’Empire ont vécu de petits métiers dans un Paris où la misère ne les épargne pas forcément, ils en viennent à désirer s’établir de nouveau dans leur ville ou leur village natal. La capitale n’a donc été pour certains qu’un lieu de passage. Dans l’étude des rapports Paris-province, il convient de ne pas oublier que si la capitale s’est nourrie largement de la population provinciale, elle a aussi pu être, avant le retour en province, un lieu d’apprentissage de savoir-faire professionnels précieux, mais aussi d’enjeux politiques parfois autres que ceux qui existent au village. Au total, le séjour parisien a sans doute permis de pénétrer dans un univers culturel différent. Reste que les destins croisés des vétérans permettent d’observer que les mobilités opérées à l’échelle nationale ne convergent pas toutes, loin s’en faut, vers Paris. En 1902, la presse rapporte par exemple que beaucoup de vieux soldats seraient venus terminer leurs jours en Béarn à la suite des guerres d’Espagne. Par ailleurs, le corpus des soldats vauclusiens pensionnés révèle que près de 32 % des hommes sortis du rang et plus de 20% des simples soldats ont connu une mobilité géographique à une échelle nationale. On observe même une mobilité à l’échelon européen pour cinq d’entre eux. Voilà qui justifie de poser la question de l’influence à long terme qu’a pu exercer la découverte de terres plus ou moins lointaines au gré des campagnes guerrières. L’expérience même des campagnes napoléoniennes induit que, pour les soldats, l’horizon inconnu n’est plus forcément inquiétant, ce qui peut favoriser le choix de migrer23, et ce parfois hors des frontières.

  • 24 Vladène Sirotkine, « La campagne de Russie : le destin des soldats de Napoléon après la défaite », (...)
  • 25 Archives départementales du Doubs, 4 R 61 : l’orthographe initiale de la lettre est respectée, il (...)
  • 26 Archives nationales, O4 389, demande de secours au duc d’Orléans, requête de Maurice Persat, 20 ju (...)

19Si l’émigration n’est certes pas un phénomène de masse en France, les destins des anciens soldats de Napoléon montrent qu’il y a là matière à réflexion sur les processus d’ouverture au monde, et sur le rôle que les campagnes napoléoniennes ont précisément pu jouer en cela. Combien ont eu un destin semblable à celui des officiers généraux contraints à l’exil en Suisse, en Belgique, aux Pays-Bas ou en Pologne, mais aussi aux États-Unis, ou mettant leur épée au service de puissances lointaines, tel le lieutenant Allard au Pendjab ? Cette inscription dans un espace autre a été notamment le fait des Français qui sont restés en Russie : en 1837, il y aurait à Moscou 3 229 Français porteurs désormais de la citoyenneté russe24. Si le cas, presque légendaire, des installations de Français à Moscou illustre bien les déracinements induits par la conquête impériale, il ne doit pas faire oublier que la découverte de nouveaux horizons a constitué pour certains soldats une expérience majeure qui a pu ensuite modifier leur rapport à l’univers qui était initialement le leur. Les archives militaires livrent en effet quelques histoires de vie où les vétérans apparaissent comme des hommes prêts à reconstruire leur existence en partant au loin. L’administration militaire du département du Doubs recueille ainsi une lettre datée de décembre 1857, écrite par Bournois, colon à Bourkika, alors hospitalisé à l’hôpital militaire de Cherchell : sa missive laisse deviner toute la détresse de cet homme qui a accumulé en Algérie nombre de déboires en tant que colon25. À l’inverse, l’Algérie a permis à d’autres vétérans de bâtir des fortunes dans de fructueuses activités commerciales. Pour d’autres encore, c’est l’Amérique qui a constitué l’horizon du reclassement26.

20Contraints au déracinement, les soldats des armées napoléoniennes ont vécu, bon gré mal gré, des expériences qui, en leur faisant découvrir des espaces autres, leur ont donné l’occasion de prendre conscience de la diversité des identités nationales. Et lorsque revient le temps de la paix, ils introduisent dans le tissu de la société française des pratiques autres du rapport à l’espace. Pour une minorité, les guerres de l’Empire ont même signifié une inscription résolue dans un espace international, dans le cadre duquel leur identité n’a plus guère à voir avec celle qui était la leur à la veille de leur enrôlement.

Notes

2 Dominique Guillemet, « Échelles de territoires de longue durée et identités emboîtées : paroisses et communes, pays, provinces… L’exemple du Centre-Ouest atlantique français », dans Maurice Basque, Jacques-Paul Couturier (dir.), Les Territoires de l’identité. Perspectives acadiennes et françaises, xviie-xxe siècle, Moncton, Chaire d’études acadiennes, 2005, p. 111-236.

3 SHAT, 21 Yc 435, contrôles de troupes du 52e régiment d’infanterie de ligne.

4 Archives départementales de Vaucluse, 4 U 17/32, justice de paix du canton de Pertuis, lettre de Elzéard André Pourret, Vérone, 19 juin 1813.

5 Pour reprendre l’expression répandue sous la IIIe République: Jean-François Chanet, L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

6 Sergent Lavaux, Mémoires de campagne (1793-1814), présentés par Christophe Bourachot, Paris, Arléa, 2004, p. 107.

7 Mémoires du général Lejeune, 1792-1813, Paris, Éditions du Grenadier, 2001, p. 401-405.

8 Louis-Vivant Lagneau, Journal d’un chirurgien de la Grande Armée, 1803-1815, LCV, 2000, p. 49.

9 Philippe Boulanger, Stéphane Calvet, Voyage militaire (1793-1814), par le sergent Pierre Leberton de la 89e demibrigade d’infanterie de ligne, Société archéologique et historique de la Charente, 2000, p. 61-74. La ponctuation et l’orthographe initiales sont respectées.

10 Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, Liège-Paris, Bénard-Courville, 1936, 416 p.

11 Sergent Lavaux, op. cit., p. 119-120.

12 Jacques Chevillet, Souvenirs d’un cavalier de la Grande Armée, 1800-1810, préf. de Henry Houssaye, présenté et annoté par Christophe Bourachot, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2004, p. 119-120.

13 Sergent Lavaux, op. cit., p. 145.

14 Mémoires du général Griois, 1812-1822, Bernard Giovanangelli éd., 2003, p. 31.

15 Mémoires du général Lejeune, 1792-1813, op. cit., p. 34.

16 Catherine Bertho-Lavenir, La Roue et le stylo : comment nous sommes devenus touristes, Paris, O. Jacob, 1999.

17 Jacques Houdaille, « Pertes de l’armée de terre sous le Premier Empire d’après les registres matricules », dans Population, vol. 27, 1972, p. 27-50.

18 Archives départementales de Vaucluse, 1 E 2/9, état civil de la commune d’Ansouis.

19 Georges Augustins, « Mobilité résidentielle et alliance matrimoniale dans une commune du Morbihan au xixe siècle », Ethnologie française, XI, 1981, 4, p. 319-328.

20 Musée de la Légion d’honneur, dossiers de pensions viagères par département. Cotation prévue aux Archives nationales : LHM N1a.

21 Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville, xixe-xxe siècle, Paris, Le Seuil, « Points-Histoire », 1993, p. 9-158.

22 Guillaume Lecoq, Journal d’un grenadier de la garde, éd. établie par Christophe Bourachot, Paris, Librairie des Deux Empires, 1997, p. 47.

23 Pierre Guillaume, Individus, familles, nations. Essai d’histoire démographique, xixe-xxe siècles, Paris, SEDES, 1985, p. 264.

24 Vladène Sirotkine, « La campagne de Russie : le destin des soldats de Napoléon après la défaite », Revue de l’Institut Napoléon, n° 156, 1991-I, p. 57-66.

25 Archives départementales du Doubs, 4 R 61 : l’orthographe initiale de la lettre est respectée, il semble que ce courrier soit de la main même de Bournois.

26 Archives nationales, O4 389, demande de secours au duc d’Orléans, requête de Maurice Persat, 20 juillet 1829.

Notes de fin

1 Professeur d’histoire contemporaine, université d’Avignon.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540