Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Voyages, mobilité, nouveaux mondes

Le pays de Fontenay-le-Comte au xviiie siècle : une approche sous l’angle migratoire

Guy Saupin

Texte intégral

  • 1 Professeur d’histoire moderne, université de Nantes–CRHIA.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Article paru dans Norois, 1999, t. 46, n° 181, p. 21-38. Toute étude prenant en compte la notion d (...)
  • 3 Pierre-Yannick Legal, « Fontenay-le-Comte, “petite ville” d’Ancien Régime », dans Fontenay, capita (...)
  • 4 Alexandre Ducept, L’Influence de Fontenay-le-Comte sur son « pays » au xviiie siècle. Étude de la (...)

2Dans son article fondamental, « Pour une géohistoire des “pays” du Centre-Ouest atlantique avant la Révolution : problématique, indicateurs cartographiques et système d’information géo-historique (SIGH)2 », Dominique Guillemet propose une réflexion conceptuelle et méthodologique de la notion de « pays ». Comme celui de Fontenay-le-Comte sert d’observation aussi bien aux universités de Poitiers et de Nantes3 et que je disposais par ailleurs de données statistiques rassemblées dans le cadre d’une maîtrise4, j’ai opté, de manière symbolique et pratique, pour une réflexion sur une approche démographique du pays fontenaysien.

  • 5 Christine Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle : le cas bourguignon, (...)
  • 6 Serge Dontenwill, Du terroir au pays et à la région. Les espaces sociaux du Roannais à l’époque pr (...)
  • 7 Dominique Margaizar, Foires et marché dans la France préindustrielle, Paris, EHESS, 1988.
  • 8 Louis Perouas, Le Diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie pastorale, Paris, SEVPEN, 1964
  • 9 Un colloque universitaire organisé par le centre François Viète de l’université de Nantes s’est te (...)

3Au xviiie siècle, Fontenay-le-Comte présente toutes les fonctions d’une petite ville5 apte à jouer le rôle de centre organisateur du pays qui l’entoure6. Siège de sénéchaussée royale et d’élection à l’intérieur de la généralité de Poitiers, elle dispose naturellement d’un subdélégué. Forte d’une activité artisanale, surtout bien développée dans la draperie lainière selon la logique proto-industrielle traditionnelle, elle est célèbre par ses foires qui tentent de maintenir la concurrence avec celles de Niort, sa principale rivale dans le drainage des flux commerciaux en direction de la Rochelle7. Si son intégration dans le diocèse de la Rochelle, dans le cadre de la réduction d’influence du protestantisme poitevin, la limite dans son rôle de pôle ecclésiastique dévolu à La Rochelle8, la présence d’un important collège de jésuites redore son blason de petite capitale culturelle, profitant de son capital mémorial du temps de sa célébrité comme foyer humaniste érudit du xvie siècle9.

  • 10 Arnaud Moinard, L’Urbanisme de Fontenay-le-Comte dans la seconde moitié du xviiie siècle, mémoire (...)
  • 11 Marcel Dehergne, Le Bas-Poitou à la veille de la Révolution, Paris, 1963.
  • 12 Elle serait toutefois à rapprocher de Parthenay dont le taux de mariages entre natifs est de 51,4  (...)
  • 13 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle. Croissance économique et attractio (...)

4Le long siècle précédant la Révolution n’a guère été favorable à Fontenay qui a vu sa population décliner de 10 000 à environ 7 000 habitants, avant qu’un sursaut tardif ne vienne inverser l’évolution10. À la saignée provoquée par l’exil huguenot après la révocation de l’édit de Nantes s’est ajoutée une langueur économique qui laisse augurer un solde démographique naturel plus souvent négatif que positif. Comme souvent, la ville a été sauvée par sa ponction humaine de plus en plus forte dans son aire d’influence11. Si la petite ville semble plus repliée sur elle-même que bien d’autres de son espèce12 avec un taux global d’unions entre natifs de 55,2 %, sa dépendance démographique vis-à-vis de l’extérieur n’a fait que progresser tout au long du xviiie siècle, passant d’environ un tiers dans les années 1720-1750 à plus des deux tiers dans les années 1780. Reste ainsi à mesurer, à partir de la distribution des origines géographiques de ses immigrants par cercles concentriques, la part fournie par son pays dans son ressourcement global, ainsi que la puissance du courant d’émigration qui renforce encore plus les liens humains entre le centre et sa zone d’influence. La méthode utilisée est classique13 : elle tire parti des actes de mariage dans lequel au moins un des conjoints n’est pas originaire de Fontenay. Elle est complétée par deux enquêtes visant à mesurer l’émigration des habitants vers d’autres pôles, à l’intérieur comme à l’extérieur du Pays de Fontenay.

  • 14 Pierre-Yannick Legal, op. cit., p. 402-407.

5Placée à la jonction de trois espaces agraires très différents avec la plaine céréalière au centre, le bocage de polyculture, du bois et du travail textile au nord et le marais poitevin au sud, Fontenay a souffert de sa médiocre position à l’écart des grands axes de circulation, surtout après les grands travaux sur les routes royales au xviiie siècle. Elle demeure cependant un important carrefour de voies secondaires unissant les grands centres régionaux comme Poitiers et La Rochelle ou Niort et Nantes14. Tout l’intérêt de cette pesée des migrations est de comparer la réactivité des différentes aires géographiques à la polarisation fontenaysienne.

Le vivier le plus riche : les deux premiers cercles concentriques

  • 15 Paroisse d’environ 400 habitants, dominée par la culture des céréales complétée par une activité d (...)

6Les échanges de population entre Fontenay-le-Comte et sa très proche périphérie correspondent aux neuf paroisses entourant la ville et ses faubourgs, le tout s’inscrivant dans un cercle de 5 km de rayon. L’aire socio-économique concernée appartient complètement à la plaine céréalière. La loi de la proximité joue à fond et les paroisses les plus proches comme Charzais15 et l’Orbie fournissent le plus. L’ensemble totalise 416 immigrants dans les actes de mariage, soit 24,7 % du corpus. Ces déplacements de grande proximité concernent beaucoup plus les hommes (286) que les femmes (130). Deux secteurs professionnels alimentent principalement cette mobilité : le monde artisanal avec 36,7 % et le secteur agricole avec 35,6 %, loin devant le monde de la domesticité qui se contente de 18,6 %. Cette distribution garde sa logique, le troisième rang de l’emploi domestique expliquant la relative faiblesse du courant migratoire féminin, ce qui reste quand même surprenant par rapport à la logique habituelle des bassins migratoires qui voient les taux féminins décliner à partir de la proche couronne en direction des zones de plus en plus lointaines.

7Ce n’est pas tant la micromobilité artisanale qui suscite l’intérêt, car c’était un phénomène attendu le long des filières reliant les travaux urbains et ruraux et les besoins du marché local de consommation courante, que la puissance de la migration des travailleurs agricoles. Cela doit surtout correspondre aux mesures de protection économique des métairies de la plaine céréalière, soit par suite d’un plus fort éclatement social assez classique dans les pays de champs ouverts, plaçant les journaliers agricoles dans des conditions d’instabilité, soit par suite de stratégies des familles aisées favorisant le départ des cadets pour réserver l’exploitation à l’aîné sans la démembrer. Il ne faut pas sous-estimer l’impact d’un rejeu migratoire : le départ temporaire des jeunes femmes comme domestiques en ville crée un manque d’épouses que les jeunes hommes essaient de contourner en s’adressant à la ville. Il est probable que dans certains cas ce mariage urbain d’opportunité était suivi d’un retour plus ou moins rapide dans le monde rural. Le poids relatif de ce premier cercle risque bien d’être surestimé.

  • 16 P. Raynaud, « Le bassin démographique d’Angoulême au xviiie siècle », dans Les Réseaux urbains, co (...)

8En prenant comme rayon la distance de 15 km16, on trace une seconde couronne au-delà de la zone de première proximité, englobant 33 paroisses principalement rurales, laissant émerger quelques bourgs. Du point de vue géographique, cet espace correspond encore principalement à la plaine, même si la périphérie ouvre sur le bocage au nord et le marais au sud. En chiffres absolus, il s’agit de la zone qui fournit le plus de migrants à la ville de Fontenay avec 472 personnes (28 %), même si en valeur relative la ponction exercée est moins forte que dans les neuf paroisses de première proximité. Huit paroisses se détachent en apportant un peu plus de la moitié des effectifs (248, soit 52,5 %), avec dans l’ordre Saint-Hilaire-sur-l’Autize (42), Mervent (39), Foussais (32), l’Hermenault (31), Vouvant (29), Doix (28), Bourneau (24), Maillezais (23). La répartition des sexes est toujours favorable aux hommes, même si l’écart est nettement plus réduit (277 hommes et 195 femmes). Certaines paroisses se distinguent même par un renversement (Foussais et L’Hermenault) ou un équilibrage de tendance (Bourneau et Maillezais).

9Les caractéristiques socio-économiques des immigrants se distinguent quelque peu des observations faites pour la première couronne. Un meilleur équilibre des grands secteurs est assuré par le maintien de la supériorité du monde des ateliers et des boutiques (32,2 %), par une contraction de la valeur relative de l’immigration agricole (23 %) et une poussée du monde de la domesticité (25,3 %). La revalorisation de l’élément féminin est en correspondance directe avec ce vivier de domesticité. Par ailleurs, apparaît une migration de notabilité plus conséquente que dans la première zone, moins le long des filières commerçantes qu’au niveau des fonctions administratives et plus simplement en lien avec l’attrait exercé par la ville sur les rentiers du sol ayant leur principale résidence à la campagne.

  • 17 Louis Perouas, op. cit., p. 114-116.

10Dans une hiérarchisation interne, les liens de migration s’avèrent prépondérants avec la partie nord, en bordure du bocage, dans une transition avec le pays de Pareds, puisque sur les cinq premiers gros bourgs fournisseurs, quatre appartiennent à ce secteur. La polyculture orientée vers l’élevage et l’exploitation du bois poussent les paysans à s’intéresser aux foires et marchés urbains, mais la raison essentielle de cette situation doit plutôt être recherchée dans les liens économiques et sociaux que les notables fontenaysiens entretiennent avec cet espace résidentiel17. Une filière du bois avec ses différents métiers et une filière textile unissant les villages au centre de commandement soutiennent aussi la primauté de la zone nord.

11La plaine céréalière, partie centrale de cette seconde couronne, tient une place non négligeable bien mise en relief par le premier rang tenu par la paroisse de Saint-Hilaire-sur-l’Autize (42), suivie de Nieul (17) et du Langon (15). Le caractère spéculatif de la culture des blés soutient le renforcement des échanges entre ville et campagne, surtout dans un xviiie siècle très favorable au développement de l’agriculture commerciale. N’oublions pas non plus que le retour à une phase de hausse des prix et d’accumulation rapide des profits pour les propriétaires et les bons exploitants s’opère au détriment des groupes sociaux les plus faibles de la société paysanne. Ajoutons un courant autour de la fabrication de la farine et du pain.

12C’est aussi la zone où l’immigration féminine est la plus forte, même si les données paroissiales révèlent des situations très contrastées. Alors que Nieul-sur-l’Autize voit partir surtout des femmes (11 contre 6), le Langon connaît une situation totalement inversée (13 hommes pour 2 femmes) ; le gros foyer de Saint-Hilaire penche lui aussi du côté masculin (25 contre 17). Même si le secteur du commerce et des services a cru en valeur relative par rapport à la première zone de proximité (8 % contre 4,8 %), il ne soutient que mollement l’immigration. Dans sa répartition interne, il souligne encore une fois la primauté de la zone nord où la complémentarité entre l’agriculture et le travail textile rural soutient un bon courant d’échanges en direction de la Gâtine, alors que la Plaine fournit très peu. La seule exception assurant une certaine balance vient du bourg du Gué-de- Velluire, relais de l’entrée du marais entre Fontenay et Marans.

La zone d’appel décroissant : les trois couronnes périphériques

13Au-delà des 15 km, la capacité d’attraction de Fontenay-le-Comte se heurte à celles des autres petites villes et gros bourgs. Cette concurrence se traduit par un effritement progressif des courants migratoires centrés sur la capitale du Bas-Poitou. Pour cerner au plus près les limites du Pays de Fontenay, il a paru utile de diviser cet espace frontière en deux parties.

  • 18 Coulonges : 14 hommes et 14 femmes sur 40 immigrants ; La Châtaigneraie : 11 hommes et 13 femmes s (...)

14Dans un premier temps, l’observation statistique porte sur une troisième couronne placée entre 15 et 30 km. Le poids global des immigrants révèle un fléchissement, mais somme toute modéré puisque cet espace apporte quand même 326 personnes dans la période étudiée. En distinguant les différents paysages agraires déjà évoqués, nous retrouvons la prépondérance du nord bocager (56,5 %), le rang moyen de la plaine céréalière (35,5 %) et le faible impact sur le marais poitevin (8 %). Pour affiner l’analyse, remarquons que la loi de la distance ne joue pas de manière absolue puisque le pays de Pareds plus proche ne donne que 24,3 % d’immigrants alors que la Gâtine en apporte 32,2 %. Le réseau urbain, saisi à l’échelle locale, importe donc beaucoup plus que l’éloignement. En effet, ce sont les gros bourgs du nord qui s’avèrent être les meilleurs fournisseurs. Se détache Coulonges-les- Royaux, gros bourg agricole animé par ses foires et marchés, mais aussi centre textile actif, relais important de Fontenay, avec 40 immigrants, suivi de La Châtaigneraie, petite ville administrative cumulant une justice royale et un siège de marquisat, et de Thouarsais, bourg agricole, ayant envoyé respectivement 29 et 21 migrants. Cette puissance des déplacements en provenance de ce secteur bocager est en partie assurée par l’importance relative de l’émigration féminine vers Fontenay18.

15Si la plaine tient encore un rang honorable, elle le doit plus à ses villes qu’à ses campagnes. Du côté ouest, le principal flux vient de Luçon, petite ville organisée autour de son siège épiscopal. L’apport est très déséquilibré du côté masculin (33 hommes contre 4femmes) et principalement soutenu par les métiers de l’artisanat. En ce sens, la fonction administrative ecclésiastique n’est pas suffisante pour fixer la main d’oeuvre travaillant pour la consommation locale, et Luçon semble jouer un rôle de relais dans la filière migratoire qui suit les divers niveaux de la hiérarchie urbaine. Le déplacement de quelques rares marchands souligne en même temps la faiblesse du marché luçonnais et sa connexion avec celui de Fontenay.

  • 19 Dominique Margaizar, Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, 1988, p. 120-130.

16Par comparaison, le profil niortais s’avère totalement différent. Cette ville, située à la limite de notre zone, forte de son rôle administratif et de ses foires, est le premier centre urbain de niveau supérieur à concurrencer directement Fontenay et à limiter sa force d’attraction sur la partie orientale de son pays19. Dans ce transfert de population selon une logique descendante le long de l’échelle urbaine, la prime est donnée aux fonctions supérieures tant au niveau administratif qu’au plan commercial, sans omettre les situations rentières, reflétant les stratégies de constitution de réseaux professionnels et de parenté menées par les familles aisées à échelle semi-régionale. Aucun domestique, peu d’artisans, le renversement est complet par rapport aux courants déjà recensés. Cela rend compte du très fort déséquilibre entre les sexes, avec 28 hommes et 5 femmes. La part du marais demeure donc infime, principalement assise sur le rôle de Marans, relais commercial avec La Rochelle, alors que les villages ne se signalent que par quelques cas isolés.

17La globalisation des données quantitatives sur l’ensemble de cette troisième couronne, en associant les trois espaces géographiques, intègre naturellement tous ces caractères spécifiques. Le secteur artisanal et boutiquier atteint ici son influence relative la plus forte avec 41,2 %, suite à une contraction des migrations agricoles et domestiques qui tombent respectivement à 10,6 % et 11,8 %, malgré une percée des secteurs administratifs (14,7 %) et commerciaux (21,7 %). De tels chiffres additionnent des environnements économiques et sociaux et des logiques de déplacement fort différents, conférant à la carte démographique du pays fontenaysien une allure nettement disproportionnée, avec une échappée sur les bocages du nord et une bande d’influence assez limitée dans les autres directions.

18Dans la quatrième couronne, inscrite entre 30 et 50 km, l’attraction de Fontenay-le- Comte demeure encore significative, même si elle connaît un fléchissement. Avec 202 immigrants, cette zone représente encore presque 43 % de la meilleure ceinture du bassin démographique fontenaysien. L’éloignement, dont les effets habituels avaient été perturbés par la force des liens avec la Gâtine, reprend ici ses droits et creuse logiquement l’écart entre hommes et femmes au profit des premiers, dans un rapport de deux tiers un tiers. L’allure des déplacements semble assez différente selon la provenance, entre le nord et le sud, même si la dispersion géographique parmi de nombreux points de départ contribue à unifier l’ensemble.

19Au sud, La Rochelle se présente comme le principal foyer de départ avec seulement 21immigrants (17 hommes et 4 femmes), ce qui peut paraître faible pour une ville d’environ 18 000 habitants. Il est vrai que l’infériorité de Fontenay dans la hiérarchie urbaine a joué dans le sens inverse, en favorisant plus de départs vers le port atlantique. Comme dans le cas de Niort, le profil sociologique du courant rochelais est tiré nettement vers le haut, avec une forte représentation de marchands et de capitaines de navire, mais aussi de greffiers, notaires, procureurs ou rentiers du sol. Un courant artisanal assez divers existe bien, tout restant nettement secondaire.

20Au nord, deux axes principaux se dessinent, le long des grands axes de circulation. D’une part, la route Nantes-La Rochelle, qui croise l’axe Poitiers-Les Sables à Sainte-Hermine, anime le bocage vendéen central et en redistribue les surplus de main d’œuvre en faveur de Fontenay ; d’autre part, la route en direction de Saumur, qui draine les sureffectifs. Plus on se rapproche de l’océan et plus l’effet attractif de Fontenay se dissout.

21Au regard des professions concernées, le décalage très net en faveur des qualifications et des situations sociales élevées, déjà observé pour certains courants de la zone précédente, sort ici nettement renforcé. Pour la première fois la différence est infime entre le secteur de l’artisanat et de la boutique, qui conserve de peu son premier rang (30,8 %), et les deux autres catégories qualifiées, le secteur administratif et de la rente (28,8 %) précédant de peu le secteur commercial (26,9 %) alors que l’ordre était jusqu’ici inversé. L’éloignement écrase l’appel de la domesticité sans l’annuler totalement (9,6 %), contrairement à une filière agricole qui n’est plus citée que pour mémoire (3,9 %).

Les limites de l’influence de Fontenay-le-Comte

22Au-delà de la limite des 50 km, tout en se limitant à un espace régional correspondant au Centre-Ouest, l’apport de migrants chute de manière spectaculaire en se réduisant à 81 individus. La loi de l’éloignement joue à plein pour marginaliser le courant féminin : 19femmes pour 62 hommes. Dans cette zone, des villes de taille différente disposent toutes de leurs propres bassins démographiques d’où elles ne laissent échapper qu’une faible part des migrants. Pour la première fois, nous entrons dans des espaces qui échappent totalement à l’autorité administrative de Fontenay, que ce soit au niveau judiciaire ou financier. Les petites villes en question relèvent de la même catégorie que Fontenay : celle des petits centres administratifs et commerciaux capables d’organiser une aire d’influence locale autour d’eux. Il s’agit des Sables-d’Olonne et de Mauléon, les deux foyers urbains les mieux représentés, mais aussi de Cholet, Bressuire, Thouars, comme de la ville nouvelle de Rochefort.

23En prenant comme base d’observation ces pays concurrents, il faut insister sur les Mauges où le travail textile autour de Cholet facilite la circulation de quelques travailleurs en direction de Fontenay. L’éloignement réduit à peu de chose les flux agricoles et de domesticité en équilibrant à peu près les trois autres secteurs déjà mentionnés, ce qui traduit une élévation en qualification, caractéristique classique des migrations à longue distance.

24Afin de mieux saisir l’ensemble du mouvement migratoire dans le pays de Fontenay, il est indispensable de mesurer l’importance du courant d’émigration d’une population urbaine nettement caractérisée par la tentation de la stabilité. Pour ce faire, deux enquêtes ont été menées, dans le double but de mesurer le poids relatif des flux de sortie des Fontenaysiens, mais aussi des bilans migratoires de quelques pôles d’émigration déjà reconnus comme emblématiques de la diversité du Pays de Fontenay. Quatre paroisses, aux registres de baptêmes suffisamment bien tenus ont été sélectionnées dans la seconde couronne, le vivier le plus actif pour les départs vers la ville. Il s’agit de L’Hermenault et Foussais pour la transition vers le bocage, de Saint-Michel-Le-Cloucq pour la plaine et de Maillezais comme gros bourg ouvrant sur le marais.

25Globalement, la différence entre ces bourgs ruraux et la petite ville de Fontenay saute aux yeux. Ici, la stabilité des conjoints qui s’unissent par le sacrement de mariage est beaucoup plus forte puisqu’elle oscille entre 73 % pour l’Hermenault et 80 % pour les trois autres (carte 1). Dans un apport extérieur réduit, l’émigration urbaine fontenaysienne, loin de s’imposer, apparaît vraiment marginale, ne dépassant que de peu la migration lointaine 2005 au-delà de 50 km. Pour ces foyers actifs fournissant Fontenay, les propres accueils d’immigrants concernent essentiellement un cercle de 15 km, c’est-à-dire la zone même où ils sont positionnés. La mobilité mesurée par les actes de mariage s’opère donc à très courte distance. La paroisse qui paraît la plus ouverte à la circulation des gens, se distinguant ainsi des trois autres, est celle de l’Hermenault, ce qui souligne son rôle de petit centre organisateur dans la partie nord du Pays fontenaysien. La bonne intégration des quatre bourgs dans le Pays de Fontenay se vérifie au fait que, bons fournisseurs de forces nouvelles à la petite capitale, ils ne complètent à la marge leur potentiel humain qu’en puisant dans la zone majeure du bassin démographique de la ville-centre.

Carte 7. L’origine des conjoints de Fontenay-le-Comte

Carte 7. L’origine des conjoints de Fontenay-le-Comte

26Un autre test concernant les limites de l’aire d’influence et la logique d’emboîtement de tous ces bassins démographiques le long de la hiérarchie urbaine a été réalisé avec la mesure de l’influence de La Rochelle sur Fontenay. Alors que le port atlantique a attiré 155 individus entre 1710 et 1799, dont 97 hommes et 58 femmes, le mouvement inverse n’a concerné que 21 personnes. Le déplacement d’une petite ville vers une ville moyenne rend compte des caractéristiques du flux : une absence de métiers de type agricole, une diversité de conditions faisant la part belle à l’artisanat, ce qui se traduit par l’installation prépondérante dans la paroisse Notre-Dame, la plus grande et la plus socialement diversifiée, tout en laissant une place significative aux réseaux marchands et officiers (tableau 1).

Tableau 1. Les grandes zones d’immigration pour Fontenay-le-Comte, 1716-1792

Tableau 1. Les grandes zones d’immigration pour Fontenay-le-Comte, 1716-1792
  • 20 Juliette Floderer, op. cit., relevant de la même méthodologie, ce travail est intéressant pour une (...)

27Ainsi le pays de Fontenay, saisi sous un angle de vue migratoire, ne peut pas être défini par une frontière linéaire précise. Il se compose en réalité de trois zones20 : une aire centrale, d’un rayon de 15 km, dans laquelle l’attraction de Fontenay s’exerce sans entrave, une couronne périphérique poussant le rayon d’action jusqu’à 30 km à partir du centre, dans laquelle la petite ville prend le pas plus ou moins facilement sur des pôles urbains concurrents, plus facilement vers le nord, vers le pays de Pareds et la Gâtine que dans les autres directions, et une frange périphérique prolongeant le même déséquilibre géographique, avec toutefois un rapport de force inversé dans la relation de la capitale à son aire d’influence. Au-delà, il n’est plus possible de parler de pays de Fontenay, l’attraction démographique urbaine se limitant à s’insérer subrepticement dans les petits pays environnants.

28Dans ce zonage, à aucun moment la migration féminine ne peut rivaliser face aux déplacements masculins et il n’est pas étonnant de constater que le meilleur équilibre constaté 282 (58,6 % contre 41,4 %) correspond à la seconde couronne, celle où l’importance relative de l’appel de domesticité est la plus forte. Quelques rares bourgs renversent même la situation, surtout dans la proche Gâtine, là où les échanges sont les plus puissants. Dans le substrat socioprofessionnel sous-tendant ces migrations, le secteur artisanal et boutiquier conserve presque toujours sa prépondérance relative, ne l’abandonnant que dans l’extrême périphérie observée, à l’extérieur du pays de Fontenay. Si la filière du textile lainier rural, complétée par celle du bois et d’une petite quincaillerie dans les pays de Gâtine, et la chaîne menant des céréales à la farine et à la boulangerie dans la Plaine apparaissent comme quelques axes structurants, il ne faut pas perdre de vue que l’ensemble traduit une forte diversité correspondant à la satisfaction d’un marché de consommation local.

29Quant aux autres secteurs, leur rôle de soutien à la migration est diamétralement opposé selon l’éloignement du marché fontenaysien. Le poids relatif des actifs agricoles, très fort dans la proximité immédiate de la ville, se contracte ensuite de plus en plus. Il en est de même du vivier de la domesticité, à la nuance près que c’est la seconde zone qui s’assure le premier rang. Dans un effet d’opposition bien connu, les migrations dans le pays de Fontenay vérifient la montée de la qualification et du niveau social de la majorité des migrants avec le degré d’éloignement du centre urbain récepteur. Si l’immigration est principalement rurale dans la zone centrale et prépondérante (888 individus, 52,7 %), elle devient de plus en plus urbaine dans les zones plus périphériques dont l’apport ne doit pas être sous-estimé (528 individus, 31,4 %).

  • 21 Dominique Guillemet, op. cit., p. 38. L’auteur fait sienne la formule trouvée dans la « Préface » (...)

30Cette approche migratoire de la notion de pays appliquée à Fontenay-le-Comte illustre parfaitement les conclusions proposées par Dominique Guillemet dans son article programme de 199921. L’absence de « frontière au trait net », l’existence d’un noyau et d’une périphérie, d’un territoire où la ville règne sans partage et de bordures dans lesquelles elle se heurte à d’autres légitimités concurrentes, sont bien au cœur de la réalité des pays, hier comme aujourd’hui.

Notes

2 Article paru dans Norois, 1999, t. 46, n° 181, p. 21-38. Toute étude prenant en compte la notion de « pays » doit partir de cette base. Elle permet tout spécialement de pointer tous les apports mais aussi toutes les limites du seul ouvrage de synthèse consacré au thème pour le grand Ouest français : Yves Durant, Vivre au pays au xviiie siècle, Paris, PUF, 1984.

3 Pierre-Yannick Legal, « Fontenay-le-Comte, “petite ville” d’Ancien Régime », dans Fontenay, capitale du Bas-Poitou, Centre Vendéen de Recherches Historiques, SEV, 2002.

4 Alexandre Ducept, L’Influence de Fontenay-le-Comte sur son « pays » au xviiie siècle. Étude de la répartition sociale et de l’attraction dans la petite ville du Bas-Poitou de 1716 à 1792, mémoire de maîtrise, Université de Nantes, 2004. Le lecteur souhaitant disposer de chiffres plus détaillés et entrer dans des analyses beaucoup plus fines est invité à se reporter à cet excellent travail universitaire.

5 Christine Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle : le cas bourguignon, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1993.

6 Serge Dontenwill, Du terroir au pays et à la région. Les espaces sociaux du Roannais à l’époque pré-industrielle (milieu du xviie siècle-fin du xviiie siècle). Essai d’histoire géographique, Saint-Étienne, Tuse, 1997.

7 Dominique Margaizar, Foires et marché dans la France préindustrielle, Paris, EHESS, 1988.

8 Louis Perouas, Le Diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie pastorale, Paris, SEVPEN, 1964.

9 Un colloque universitaire organisé par le centre François Viète de l’université de Nantes s’est tenu à Nantes et à Fontenay-le-Comte en 2003. À la publication de cet article, les actes seront édités. Ils permettront de bien replacer Fontenay et ses érudits dans leur époque.

10 Arnaud Moinard, L’Urbanisme de Fontenay-le-Comte dans la seconde moitié du xviiie siècle, mémoire de maîtrise, Université de Nantes, 2001.

11 Marcel Dehergne, Le Bas-Poitou à la veille de la Révolution, Paris, 1963.

12 Elle serait toutefois à rapprocher de Parthenay dont le taux de mariages entre natifs est de 51,4 % pour la première moitié du xixe siècle, à une époque où la mobilité s’est accrue. À la même époque, Mamers, petite ville du Perche, a un taux de 46,5 % pour la seule décennie 1740-1749, et la petite ville ligérienne d’Ancenis, entre Nantes et Angers, un taux de 35,7 %. Cf. Pierre Arches, « Origines des conjoints des petites villes dans les Deux-Sèvres (1800-1849) », dans Jean-Pierre Poussou et Philippe Loupes, Les Petites villes du Moyen Âge à nos jours, Bordeaux, CESURB, 1987 ; René Plessix, « Petites villes du Perche et du Maine aux xviie et xviiie siècles », dans René Plessix et Jean- Pierre Poussou (éd.), Les Petites villes françaises du xviiie au xxe siècle, Mamers, Association pour l’histoire des petites villes, 1991 ; Juliette Floderer, Ancenis au xviiie siècle. Étude sociale d’une petite ville et de sa capacité d’attraction (1737-1791), mémoire de maîtrise, Université de Nantes, 2003.

13 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle. Croissance économique et attraction urbaine, Paris, 1983 et « Mobilité et migrations », dans Jacques Dupaquier (dir.), Histoire de la population française, t. 2, De la Renaissance à 1789, Paris, PUF, 1988, 1995.

14 Pierre-Yannick Legal, op. cit., p. 402-407.

15 Paroisse d’environ 400 habitants, dominée par la culture des céréales complétée par une activité drapière. Louis Pérouas estime les laboureurs à 63 % et les tisserands à 20 % des actifs au début du xviiie siècle. Louis Perouas, op. cit., p. 114-116.

16 P. Raynaud, « Le bassin démographique d’Angoulême au xviiie siècle », dans Les Réseaux urbains, colloque GERHICO, Poitiers, 1993, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1996, p. 334. L’auteur note que 38 % des mariés d’Angoulême au xviiie siècle, en majorité des hommes, sont venus pour l’essentiel de paroisses situées à moins de 20 km de la ville.

17 Louis Perouas, op. cit., p. 114-116.

18 Coulonges : 14 hommes et 14 femmes sur 40 immigrants ; La Châtaigneraie : 11 hommes et 13 femmes sur 29 ; Thouarsais : 10 hommes et 10 femmes sur 21 ; Mouillerons en Pareds : 2 hommes et 6 femmes.

19 Dominique Margaizar, Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, 1988, p. 120-130.

20 Juliette Floderer, op. cit., relevant de la même méthodologie, ce travail est intéressant pour une comparaison, même si Ancenis, petite ville ligérienne sur la route de Nantes à Paris, est nettement plus ouverte à l’immigration avec un taux de 64,3 % de non-originaires dans les actes de mariage.

21 Dominique Guillemet, op. cit., p. 38. L’auteur fait sienne la formule trouvée dans la « Préface » de Pierre Chaunu : territoire « flou aux frontières à traits larges et aux subtils dégradés ». Yves Durand, op. cit., p. 11.

Notes de fin

1 Professeur d’histoire moderne, université de Nantes–CRHIA.

Table des illustrations

Titre Carte 7. L’origine des conjoints de Fontenay-le-Comte
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20463/img-1.png
Fichier image/, 86k
Titre Tableau 1. Les grandes zones d’immigration pour Fontenay-le-Comte, 1716-1792
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20463/img-2.png
Fichier image/, 13k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540