Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Paysages et territoires

Un territoire et son patrimoine : l’inventaire général en Poitou-Charentes

Serge Bouffange

Texte intégral

  • 1 Conservateur régional de l’Inventaire de Poitou-Charentes.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Décret du 4 mars 1964 créant la Commission nationale chargée de préparer l’établissement de l’Inve (...)

21964 : en application des dispositions du IVe Plan de développement économique et social, le jeune ministère des Affaires culturelles crée « L’inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France », chargé de « recenser, étudier et faire connaître toute œuvre qui, du fait de son caractère artistique, historique ou archéologique constitue un élément du patrimoine national2 ». 2004 : la loi du 13 août relative aux libertés et responsabilités locales donne une base législative à cette entreprise, en confie la conduite aux collectivités régionales dans leur ressort et lui attribue une nouvelle dénomination, « L’inventaire général du patrimoine culturel ». L’intervalle séparant ces deux dates incite à un temps de réflexion. Parce qu’il correspond, à l’échelle humaine, à la fois à l’âge de la maturité et à celui de l’exercice professionnel d’une génération ; mais aussi parce qu’il est celui d’une phase désormais close, celle d’une initiative et d’une responsabilité de l’État.

  • 3 L’expression est de Malraux. Voir « Bibliographie », dans Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), P (...)
  • 4 Bibliographie en ligne sur www.poitou-charentes.culture.gouv.fr/sri. Voir particulièrement Yves-Je (...)

3Il ne s’agit pas ici de livrer une réflexion théorique sur ce qu’a été, est ou doit être l’inventaire général en France : depuis ses origines, l’essentiel a été écrit, le plus souvent par ceux-là même qui ont imaginé ou réalisé cette « aventure de l’esprit3 ». Il ne s’agit pas davantage de présenter les avancées et résultats atteints par la démarche et la méthode de l’inventaire général dans la région Poitou-Charentes : mis en perspective par le travail de synthèse accompli en 1998 pour les trente ans de l’inventaire en Poitou-Charentes (livre, exposition), la quarantaine de volumes publiés, les 35 000 dossiers, les 230 000 photographies et dessins consultables au centre régional de Documentation du patrimoine à Poitiers, la quinzaine de milliers de notices accessibles sur Internet apportent une matière objective, chacun à leur mesure et de façon complémentaire4. La présente contribution vise à rendre compte de l’évolution qu’a connue, depuis son engagement en 1968, dans son objet et sa conduite, l’inventaire général sur le territoire formant la région Poitou-Charentes, en lien avec l’expansion de la notion de patrimoine en France sur la même période. Elle convie à un parcours dans près de quarante ans d’une documentation sans équivalent, jusqu’au programme d’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France.

  • 5 Ministère de la culture et de la communication, L’Inventaire général des monuments et des richesse (...)

L’inventaire général se présente comme la plus vaste entreprise d’information fondamentale jamais réalisée dans le domaine artistique français. Son objet est la constitution d’une masse documentaire qui entend être complète sur les œuvres de l’architecture et de l’art de notre pays. Cette masse documentaire […] suppose la mise en place d’un service durable. Celui-ci doit s’insérer dans l’appareil administratif de la France comme un organe de référence et un instrument de gestion qui n’existait pas ; l’évolution précipitée du xxe siècle vers les problèmes conjoints et souvent conflictuels de l’environnement et de l’aménagement en démontre chaque jour la nécessité5.

  • 6 André Chastel, « La notion de patrimoine », dans Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1986, nou (...)
  • 7 André Chastel, ibid., p. 1433.
  • 8 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 10.

4En 1978, ce texte programmatique, écrit par l’administration du ministère de la Culture en charge de l’inventaire, s’en tient encore à un centrage sur l’art et l’architecture. En 1986, André Chastel, co-fondateur de l’inventaire général avec André Malraux, écrit quant à lui, pour souligner sa modernité, qu’il « illustre la nouvelle stratégie qui convient à une société au patrimoine complexe et encore imparfaitement exploré6 ». En huit ans, ce terme s’est en effet suffisamment répandu pour être devenu synonyme tout ensemble d’art et d’architecture, mais aussi de l’environnement dans lequel se situent les œuvres : le même André Chastel retient alors comme définition du terme « patrimoine », « le domaine de l’espace, les produits de l’art, les éléments construits, urbains ou ruraux7 ». À ce stade de son évolution, au milieu des années 1980, la notion de patrimoine apporte paradoxalement en précision une des données initiales et fondamentales pour l’inventaire général : ce qui fonde, dès l’origine, sa spécificité, c’est en effet l’étude non seulement des « œuvres » mais aussi des « liens d’interdépendance et de complémentarité » qu’elles entretiennent entre elles8. Cette ouverture originelle sur l’environnement, comme clé d’intelligibilité des œuvres, trouve son application méthodologique dans l’ancrage territorial de la démarche. C’est par une interrogation progressive du territoire que se découvre et se comprend la richesse du patrimoine national. C’est la conduite de l’entreprise au niveau régional qui permet de pratiquer, en équilibre, exploitation des sources (primaires, secondaires) et interrogation des œuvres, individuellement et en relations entre elles, dans leur milieu.

  • 9 Gérard Ermisse, « L’inventaire aujourd’hui et demain », dans Science et conscience du patrimoine, (...)
  • 10 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 5.
  • 11 L’analyse rétrospective de cette évolution et de ses effets sur l’inventaire en Poitou-Charentes a (...)

5L’inventaire général a accompagné et parfois suscité cette inflation patrimoniale. À la fois outil et inspirateur, il a connu un accroissement constant des champs d’intervention qui lui étaient assignés par le niveau national : les vitraux, à partir de 1979 ; puis le patrimoine industriel, scientifique et technique (1986) ; le patrimoine architectural des xixe et xxe siècles (y compris l’architecture de la villégiature) et les jardins, au début des années 1990, mais aussi le patrimoine maritime (1992), ou le patrimoine rural (1993), enfin le patrimoine urbain (1994)9. Dans ce mouvement d’ensemble, entre les objectifs nationaux et l’ancrage régional des équipes, entre le niveau qui permet « d’embrasser tout le panorama » et celui qui fait appréhender le « génie du lieu10 », l’appariement s’est fait, en Poitou-Charentes comme ailleurs en France, de façon progressive et variée. Si l’on scrute la documentation constituée, si on analyse les conditions de sa constitution, l’objet sur lequel elle portait, son champ chronologique, la nature même des acteurs de l’inventaire, l’on découvre qu’il y a eu, dans les grandes lignes, « treize façons de faire l’inventaire11 ».

Les treize façons de faire l’inventaire en Poitou-Charentes

6Ce travail de re-mise à plat est tout sauf une affaire de spécialistes. C’est par lui qu’est conféré un sens à la « masse documentaire » citée plus haut : sans ce mode d’emploi, celle-ci fait disparaître le « documentaire » derrière la « masse », laisse à penser que le nombre est privilégié au détriment de la qualité, et que l’organisation est absente. Il s’agit donc bien de mettre en perspective et en cohérence plusieurs dizaines de milliers de pages de documentation, constituée en près de quarante ans, selon des modalités claires en leur temps, moins apparentes aujourd’hui. Nous allons évoluer au sein de quatre grandes familles, pour l’ensemble du territoire régional : l’inventaire topographique, le pré-inventaire topographique bénévole, l’inventaire thématique, l’opération ponctuelle. Les variations observées seront qualifiées de « modes ».

  • 12 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 182.
  • 13 « Inventaire général et classement », dans Jean-Michel Leniaud, Chroniques patrimoniales, Paris, N (...)

7La première famille, la plus abondante, est celle de l’inventaire topographique. En son sein, au début, était « l’inventaire fondamental » (1er mode) ; soit une enquête approfondie, menée à l’échelle d’un canton12 ; elle portait sur une sélection, après recensement, d’édifices et d’objets, — publics et privés dans les deux cas — présentant des caractères exceptionnels ou de représentativité ; ses bornes chronologiques étaient comprises entre la fin de l’Antiquité — ce qui n’a guère évolué aujourd’hui — et les années 1850 environ. Cette approche comprenait une part d’étude importante. Elle a porté, en Poitou-Charentes, sur les cantons de l’île de Ré, de 1970 à 1972, mais aussi sur le canton d’Aigre (Charente) en 1969-1972 et de Saint-Julien-l’Ars (Vienne), à partir de 1969, comme de La Mothe Saint-Héray (Deux-Sèvres), en 1973-1974. Seul l’inventaire de l’île de Ré a été publié, en 1979, par l’Imprimerie nationale. Sommes scientifiques reconnues, ces inventaires ont servi à asseoir les bases de la méthode de l’inventaire général, par emprunts multiples et ordonnés à diverses disciplines (histoire de l’art, histoire, sciences auxiliaires de l’histoire et, dans une moindre mesure, ethnologie, géographie) et techniques (dessin, relevé, photographie, informatique). Ils ont permis de mettre à l’épreuve et « d’adopter un principe d’unicité dans la méthode d’analyse, une grille descriptive et un vocabulaire communs13 ». Longs à conduire et coûteux à produire, ils ont été abandonnés en 1985 à l’échelle nationale.

  • 14 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 182-183 ; c’est à cette catégorie que se ratta (...)

8Lui ont succédé, à partir de la programmation régionale pluriannuelle de 1978, les « inventaires topographiques ». « Fondé sur une approche exhaustive du patrimoine d’une aire d’étude », l’inventaire topographique associe « recensement (facultativement), étude collective et étude individuelle » ; « constituée selon les règles des systèmes descriptifs » élaborés et publiés par l’inventaire général, « sa documentation est versée dans les bases informatiques nationales14 ». Six sous-types (modes 2 à 7) peuvent y être distingués, appliqués sur le territoire régional au fil des années 1970 et 1980, et porteurs d’une diversification raisonnée de l’inventaire général.

9De la fin des années 1970 à celle des années 1980, l’inventaire de l’arrondissement de Cognac retient et présente une sélection des édifices publics et privés qui ont été recensés, ainsi que des objets mobiliers, lesquels appartiennent exclusivement aux collectivités publiques (musées alors dits non « gardés », édifices religieux, édifices publics). C’est le deuxième mode. Le champ de l’enquête réduit ainsi son cadre pour des raisons pratiques (l’accès aux collections mobilières privées est difficile), mais le terminus ad quem se rapproche de nous, fait un bond de 75 ans pour aller jusqu’en 1920-1925 environ. C’est ainsi, en très grande part, le bâti vernaculaire qui fait une irruption massive, éloignant de l’histoire de l’art le point d’équilibre de l’inventaire.

10Strictement identiques pour ce qui est du champ couvert, trois avatars se rattachent à cette forme, tout en s’en distinguant par la part plus ou moins grande qu’y prennent des personnes extérieures à l’équipe de l’inventaire général : la différence porte ainsi avant tout sur la conduite, mais elle a des effets sur la teneur de l’information recueillie. Dans les années1970, le premier de ces avatars (mode 3) recourt exclusivement à des bénévoles, formés : c’est le cas, pour la Vienne, des inventaires des cantons de La Villedieu, Neuville et Chauvigny ; pour les Deux-Sèvres, du canton de Saint-Maixent-l’Ecole ; de celui de Montlieu-la-Garde en Charente-Maritime et de la commune de La Couronne en Charente. L’aire d’étude varie, du canton à la commune, et n’est pas toujours intégralement achevée : l’inventaire est un travail de longue haleine, qui vient parfois à bout des énergies.

11Dans le second de ces avatars (mode 4), le personnel de l’inventaire intervient en assistance auprès des bénévoles. C’est sous cette forme que les cantons de Mirebeau, de l’arrondissement de Montmorillon, de Saint-Gervais-les-Trois-Clochers, dans la Vienne, de Bressuire, dans les Deux-Sèvres et de Courçon en Charente-Maritime ont été inventoriés, dans les mêmes années 1970 principalement. Enfin, à la fin des années 1980, une nouvelle variante fait intervenir des chargés d’étude extérieurs pour une partie de l’étude (l’architecture), les agents du service de l’inventaire assurant l’étude des objets, toujours circonscrite aux collections publiques. L’île d’Oléron a été inventoriée selon ce cinquième mode entre 1989 et 1991.

12Remontons d’un niveau dans l’arborescence pour revenir aux opérations conduites directement et intégralement par l’équipe de l’inventaire général, autrement dit à la méthode appliquée à l’arrondissement de Cognac. Dans les mêmes années 1980, les cantons de Melle et Lezay (Deux-Sèvres) sont inventoriés selon des bases chronologiques et de contenu identiques, avec cette fois une ouverture pratique sur les collections d’objets mobiliers privées, source de renseignements riches sur la production de meubles dans le Pays mellois. Ce qui nous donne un sixième mode. Dans la décennie suivante, l’inventaire topographique connaît une double évolution, de contenu et de champ chronologique. D’une part, l’ensemble des œuvres recensées est désormais présenté — et non plus seulement les œuvres ayant fait l’objet d’une sélection ; d’autre part, l’enquête porte désormais jusqu’en 1950 environ : le tamisage nécessaire à l’appréhension de ce qui est d’intérêt patrimonial est ramené à peu près à une génération humaine. Toujours par souci pratique — l’ouverture des collections privées étant sans cesse moindre — les objets sont étudiés dans les collections publiques. C’est selon ces modalités nouvelles (septième mode) que sont conduits par l’équipe de l’inventaire général, dans les années 1990, les inventaires de la ville de Melle et du canton de Celles-sur-Belle dans les Deux-Sèvres, de La Rochelle et de Saint-Julien-l’Ars, dans la Vienne. C’est à cette septième façon de faire l’inventaire que se rattachent les opérations aujourd’hui engagées, dans le cadre de partenariats conventionnés avec des collectivités territoriales et intercommunalités, avec parité d’intervention physique à temps plein : un membre de l’équipe de l’inventaire général, un chargé d’étude recruté ad hoc par le partenaire, sur la base d’un cahier des charges assorti du protocole d’inventaire répondant aux objectifs des deux parties. Ce sont les inventaires en cours de la communauté de communes du Confolentais (Charente), de la communauté d’agglomération de La Rochelle, de la communauté d’agglomération de Poitiers.

  • 15 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 183.

13Deuxième grande famille, le pré-inventaire topographique bénévole. Né dans les premiers temps de l’inventaire, il avait pour objet de « préparer, par une première investigation, le travail de l’inventaire proprement dit15 ». Il s’appuie sur une idée généreuse, qui est celle de l’association à l’entreprise nouvelle de toutes les forces vives présentes sur le territoire. Il est aussi une voie opérationnelle pour répondre à la mission assignée sans être tributaire des moyens alloués. Il s’agit toujours d’une enquête de terrain, topographique ; il se rattache, pour ses limites chronologiques, aux modes 2 à 7 et, pour ce qui est de la teneur, au sixième mode : il exclut tout autant que lui les objets, pour les mêmes raisons, qui sont celles de la technicité que requiert leur approche. Mais il se distingue de toutes les déclinaisons que nous avons vues par un aspect fondamental sur le plan documentaire : ses résultats n’alimentent pas les bases de données nationales ; ils relèvent, conformément à leur esprit d’origine, d’une documentation à valeur régionale, et préliminaire, qu’ils soient sur papier (huitième mode) ou informatisés (neuvième). Les enquêtes menées ainsi sont très nombreuses et ne peuvent être citées ici.

  • 16 Le souci de précision conduirait à les dénommer « topo-thématiques », car il s’agit bien de la rec (...)
  • 17 On y retrouve certaines des orientations citées plus haut, énoncées par Gérard Ermisse en 1994 : v (...)

14Troisième grande famille, celle des inventaires thématiques16. Sept programmes thématiques sont retenus au niveau national en liaison avec l’unité mixte de recherche 22 CNRS/ ministère de la Culture17. En Poitou-Charentes, seul le patrimoine industriel a fait l’objet d’une application méthodique, sous deux formes. Elles répondent toutes deux à la définition donnée au plan national en 1986 : les usines de fabrication ou de transformation dont la production a été diffusée hors des limites du canton dans lequel elles étaient implantées et dont les bâtiments sont, en tout ou en partie, antérieurs à 1950. Les quatre départements constitutifs de la région ont aujourd’hui été couverts, ouvrant la voie à une synthèse régionale. À l’exception de la Charente (mode 10), les machines remarquables présentes dans les sites ont également été étudiées (mode 11).

15Enfin, viennent les opérations ponctuelles, ou d’urgence. Cette dernière famille répond à la nécessité de documenter un édifice avant sa transformation ou sa destruction. Avant1998 (mode 12), l’intervention donnait lieu à un dossier sur papier ; après cette date (mode 13), au regard de sa valeur particulière de témoignage, la notice correspondant au dossier est portée sur la base de données Mérimée.

16Les treize façons que nous venons de parcourir ont répondu autant aux ricochets de l’extension du champ du patrimoine qu’à des raisons pratiques. Celles-ci ont conduit à des évolutions pragmatiques, selon que l’appui sur l’extérieur était opérant ou non (bénévolat complet, bénévolat assisté), selon l’écho rencontré localement et le temps disponible (exclusion totale, inclusion partielle, inclusion totale des objets mobiliers). Celle-là a provoqué le déplacement des bornes temporelles, a modifié la teneur même des dossiers documentaires et ouvert l’inventaire général, dans les années 1990, sur ce qu’il est aujourd’hui : un mode de compréhension de l’espace au travers des œuvres ou des éléments d’intérêt patrimonial qui le constituent. Initiative nationale, initiative locale, le jeu des interactions ne relève pas seulement du passé. On le voit à l’œuvre dans l’un des programmes d’inventaire les plus originaux conduits ces dernières années en France, avec la région Poitou-Charentes comme région pilote : l’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France.

Les lieux de mémoire de la Nouvelle-France : inventaire général, histoire et patrimoine

  • 18 Georges Coste et Dominique Guillemet, « Mémoires de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes. De l’H (...)
  • 19 www.poitou-charentes.culture.gouv.fr/memoire et www.memoirenf.cieq.ulaval.ca. Et Georges Coste, «  (...)

17D’initiative québécoise, le concept d’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle- France a été affiné en 2000-2001 et conduit de 2002 à 2004, avec un investissement intellectuel commun et particulièrement riche, entre les deux rives de l’Atlantique comme entre universitaires, équipes des ministères chargés de la Culture, et collectivités territoriales. Suivons les termes de ses principaux concepteurs, côté français : il porte sur « les traces, matérielles ou non, d’une histoire partagée entre les deux pays avant 1763, pour autant qu’elles puissent être ancrées physiquement dans l’espace [ainsi que sur] les lieux de la mémoire actuelle, construite, commémorée éventuellement, de cette relation18 ». Les 1 500 notices des lieux « porteurs de mémoire » résultant de ce programme, au Québec (environ 900) et en Poitou-Charentes (585), ainsi que l’ensemble des documents de méthode le régissant, et un certain nombre d’éléments rédactionnels sont publiés en ligne19. Je propose de partager ici deux considérations qu’il illustre particulièrement bien. La première a trait à la différence entre démarche historienne et démarche d’inventaire ; la seconde concerne la relation entre inventaire et patrimoine.

  • 20 Pour qu’il y ait lieux de mémoire, « il faut qu’il y ait volonté de mémoire. […] Que manque cette (...)
  • 21 Voir la contribution de Vincent Weber, étudiant de Dominique Guillemet orienté par lui vers le pro (...)

18L’inventaire des lieux de mémoire est objectivement éloigné de la notion de « lieux de mémoire », telle que Pierre Nora lui-même la conçut et la fit évoluer du début à la fin de son entreprise éditoriale, entre 1984 et 199220. Proposé par la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs, le concept a été revisité, comme il l’avait peu été depuis 1992, de façon à être rendu applicable. La très forte dimension historique attachée à ce programme a conduit d’emblée, sur le plan opérationnel, à associer des historiens reconnus, comme condition préalable de réussite. Cette association a irrigué le niveau de la méthode, en offrant les ressources vivantes pour une nécessaire mise en contexte s’appuyant sur la discipline historique, autant qu’un point de rencontre avec la méthode de l’inventaire, inscrite dans l’espace. Car l’inventaire des lieux de mémoire demeure bien un inventaire. L’objectif n’en est pas directement l’approfondissement de la connaissance historique —lequel aurait supposé au demeurant un dépouillement exhaustif des sources —, mais la mise en relation entre des phénomènes historiques et des lieux qui les incarnent, tels que le temps les a tamisés21. C’est la confirmation de cette relation qui est attributive de la qualité, pour ces lieux, d’être porteurs de mémoire.

  • 22 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 9.

19Ce travail sur les éléments possibles du patrimoine est bien la mission assignée de façon ordinaire à l’inventaire général : « il ne s’agit […] pas seulement d’aller sur le terrain reconnaître un patrimoine qui serait déjà là, immuable depuis ses origines, identifiable comme tel de manière incontestable, mais de constituer le corpus possible des objets auxquels est attachée une valeur culturelle et de renouveler la connaissance sur ceux que l’on croyait connaître22. » C’est cette dialectique, parfois ambiguë de prime abord, mais féconde depuis quarante ans en France, qui a été assumée et mise en œuvre sur ces « lieux » qualifiés de « porteurs » de la mémoire. C’est en cela aussi que le programme propose une évolution, ouverte à la critique et argumentée, du concept, faussement populaire, de « lieux de mémoire ». Cette distinction vaut d’être soulignée car, avec l’extension du champ du patrimoine, s’est prise — ou parfois a été revendiquée, de l’extérieur — l’habitude de voir se confondre ces deux éléments qui, pour l’inventaire général, sont distincts : l’objet d’intérêt patrimonial d’une part, l’objet patrimonial de l’autre. Entre les deux, la différence tient à bien plus qu’à un mot, elle recouvre un processus social sur lequel l’inventaire général n’a pas à intervenir directement : l’appropriation patrimoniale.

  • 23 Paul Ricœur, Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock, 2004, p. 11 : « n’est-ce pas dans mon id (...)

20Ainsi, par l’identification, la description, l’étude, l’analyse selon des caractères objectifs, l’inventaire général propose un « patrimoine potentiel », lequel attend, pour quitter son statut de simple élément d’un héritage, d’être reconnu. L’inventaire aide à ce que ce patrimoine en puissance soit connu, afin qu’il puisse être considéré et re-connu. Ce faisant, il touche à ce déplacement de l’objet vers l’être qui est à l’œuvre en matière de patrimoine depuis la fin des années 1960 et que l’on tendra assez facilement à considérer aujourd’hui comme accepté. Pierre Nora observait sans aménité cette transformation du patrimoine « du bien qu’on possède par héritage au bien qui vous constitue ». Plus qu’une subversion d’idées antérieures, cette évolution peut amener à considérer le patrimoine d’un œil nouveau, moins chagrin. Il n’est ainsi pas hors de propos d’appliquer à la « reconnaissance » à l’œuvre dans la fabrication du patrimoine le cheminement proposé par Paul Ricœur à propos de la reconnaissance en général. Celle-là participe tout autant de la « polysémie réglée » qui assure le passage de la connaissance à la reconnaissance (« je reconnais ») et à la reconnaissance de soi (« je suis reconnu »), puis à la reconnaissance mutuelle et collective ouvrant sur la gratitude ; de l’identification de quelque chose à l’identification de soi, au respect de soi et à l’estime sociale23.

  • 24 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, « Points », 2003, p. 528.

21Le patrimoine n’est-il pas en effet un lieu (aux trois sens physique, symbolique, fonctionnel rappelés par Pierre Nora) dans lequel, au milieu du jeu social, nous trouvons une part d’identité authentique ? Et n’est-ce pas fondamentalement cet aspect qui éclaire sa réussite, au-delà des raisons, plus sombres, habituellement invoquées, tenant à la perte de systèmes et de repères (sociaux, politiques, de pensée) pré-existants ? On peut ainsi être assez éloigné du « maléfice de la patrimonialisation » que le même Paul Ricœur décèle dans la conception finale, en 1992, des Lieux de mémoire par Pierre Nora24 ; et se placer face à des perspectives bien plus stimulantes, et porteuses d’une réelle ambition citoyenne.

Notes

2 Décret du 4 mars 1964 créant la Commission nationale chargée de préparer l’établissement de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France.

3 L’expression est de Malraux. Voir « Bibliographie », dans Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), Principes, méthode et conduite de l’Inventaire général, Paris, Monum-Éditions du patrimoine, 2001, p. 159-161. Une vision à la fois institutionnelle et lyrique : Ministere de la culture et de la communication, L’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Paris, Imprimerie nationale, 1978. Sur les débuts et les buts de l’inventaire, Xavier Laurent, Grandeur et misère du patrimoine, d’André Malraux à Jacques Duhamel, Paris, École nationale des chartes/Comité d’histoire du ministère de la culture, 2003, p. 215-239. Claire Étienne-Steiner, « Du repérage au recensement : l’irruption du territoire », dans Le Regard de l’histoire. L’émergence et l’évolution de la notion de patrimoine au cours du xxe siècle en France, actes des Entretiens du patrimoine 2001, Paris, Fayard/Monum-Éditions du patrimoine, 2003, p. 153-161.

4 Bibliographie en ligne sur www.poitou-charentes.culture.gouv.fr/sri. Voir particulièrement Yves-Jean Riou, « L’inventaire général du patrimoine de Poitou-Charentes, 1968-1998 », en introduction à Patrimoine de Poitou-Charentes. Architectures et mobiliers, Poitiers, CPPPC, 1998 ; et plus récemment, dans un format bien plus réduit, Service régional de l’inventaire de Poitou-Charentes, Direction régionale des affaires culturelles de Poitou-Charentes, 2004.

5 Ministère de la culture et de la communication, L’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, op. cit., p. 8-9.

6 André Chastel, « La notion de patrimoine », dans Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1986, nouv. éd. 1997, 1, p. 1460. Article repris et étoffé avec Jean-Pierre Babelon sous le titre La Notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994.

7 André Chastel, ibid., p. 1433.

8 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 10.

9 Gérard Ermisse, « L’inventaire aujourd’hui et demain », dans Science et conscience du patrimoine, Paris, Éditions du patrimoine, 1997, p. 268-288.

10 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 5.

11 L’analyse rétrospective de cette évolution et de ses effets sur l’inventaire en Poitou-Charentes a été effectuée au printemps 2005 par Marie-Paule Dupuy et Geneviève Renaud, du service régional de l’inventaire de Poitou-Charentes. Je les remercie de m’avoir permis d’en faire une première présentation ici. Pour une présentation des résultats mêmes des inventaires conduits sur les territoires, voir Service régional de l’inventaire de Poitou-Charentes, op. cit.

12 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 182.

13 « Inventaire général et classement », dans Jean-Michel Leniaud, Chroniques patrimoniales, Paris, Norma, 2001.

14 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 182-183 ; c’est à cette catégorie que se rattachent les ex- « préinventaires normalisés », « idéalement phase préparatoire à un inventaire fondamental » et rebaptisés « inventaires topographiques » en 1990 au plan national. Les bases de données sont dénommées, pour l’architecture, Mérimée et, pour les objets mobiliers, Palissy. Les consulter sur www.inventaire.culture.gouv.fr.

15 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 183.

16 Le souci de précision conduirait à les dénommer « topo-thématiques », car il s’agit bien de la recherche, sur un territoire, des items répondant à une thématique.

17 On y retrouve certaines des orientations citées plus haut, énoncées par Gérard Ermisse en 1994 : vitraux anciens de la France, architectures de la villégiature, patrimoine industriel, forme de la ville ; mais aussi les émaux méridionaux, catalogue international de l’œuvre de Limoges, les dictionnaires des poinçons de l’orfèvrerie française ou les peintures murales.

18 Georges Coste et Dominique Guillemet, « Mémoires de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes. De l’Histoire à l’invention et inventaire du patrimoine », dans Mémoires de Nouvelle-France, actes du colloque de Poitiers et La Rochelle, 2001, Presses universitaires de Rennes/Septentrion (à paraître).

19 www.poitou-charentes.culture.gouv.fr/memoire et www.memoirenf.cieq.ulaval.ca. Et Georges Coste, « L’inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes », In situ, 3, printemps 2003 (www.revue. inventaire.culture.gouv.fr).

20 Pour qu’il y ait lieux de mémoire, « il faut qu’il y ait volonté de mémoire. […] Que manque cette intention de mémoire et les lieux de mémoire sont des lieux d’histoire. » Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, 1, « Entre mémoire et histoire, la problématique des lieux », p. 38, nouv. éd.

21 Voir la contribution de Vincent Weber, étudiant de Dominique Guillemet orienté par lui vers le programme : « Le regard d’un historien sur le programme d’inventaire : enseignements tirés d’un stage d’un mois », www.poitou-charente. culture.gouv.fr/memoire/articles.

22 Michel Melot et Hélène Verdier (dir.), op. cit., p. 9.

23 Paul Ricœur, Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock, 2004, p. 11 : « n’est-ce pas dans mon identité authentique que je demande à être reconnu ? Et si, par bonheur, il m’arrive de l’être, ma gratitude ne va-t-elle pas à ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont reconnu mon identité en me reconnaissant ? »

24 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, « Points », 2003, p. 528.

Notes de fin

1 Conservateur régional de l’Inventaire de Poitou-Charentes.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540