Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Paysages et territoires

Les représentations des rivières du département de la Vienne à travers les cartes postales anciennes

Vincent Olivier

Texte intégral

  • 1 Doctorant en histoire contemporaine, université de Poitiers–GERHICO.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Aline Ripert et Claude Frere, La Carte postale, son histoire, sa fonction sociale, Paris, Éd. du C (...)
  • 3 Ce corpus a été réuni à l’aide des séries conservées à la médiathèque François-Mitterrand de Poiti (...)
  • 4 Daniel Bourdu, « Des cartes postales du Marais poitevin dans le premier tiers du xxe siècle », dan (...)
  • 5 Jeanne Dufour, « Le regard des photographes sur les forêts du Maine », dans La Forêt. Perceptions (...)

2Née du développement des techniques de l’impression et de la photographie comme celui de la poste et du tourisme, la carte postale a conquis une position unique parmi les moyens d’expression moderne2. Pour satisfaire le goût de plus en plus fort pour cette nouvelle imagerie populaire, la production s’est trouvée être d’une diversité et d’une importance prodigieuses. De plus en plus connu du grand public, ce support est cependant encore peu utilisé par les historiens. Ce sont donc quelque 500 cartes postales représentant des paysages de rivière3 que nous allons essayer de lire et d’analyser. Si beaucoup de ces « petits tableaux timbrés4 » peuvent sembler d’une grande banalité du fait notamment de l’utilisation d’appareils peu performants et des contraintes techniques de l’édition de l’époque, il ne faut cependant en aucun cas sous-estimer leur valeur. Comme le souligne Jeanne Dufour, « toute photographie a un double intérêt : elle renseigne à la fois sur l’objet photographié et sur le sujet qui est derrière l’objectif5 ». D’un côté, le photographe est influencé par les idées et les façons de voir de son époque et, pour avoir des clients, il doit suivre les goûts du public. Inversement, cette quête de beaux paysages qui animent les photographes incitent ces derniers à s’affranchir de ce qu’ils considèrent comme laid, se chargeant ainsi d’indiquer aux voyageurs les « choses à voir » et les sentiments à ressentir. À travers leurs choix, les photographes participent donc à une construction du regard et diffusent une image particulière des rivières du département de la Vienne.

Les signes de la « Nature »

  • 6 Aline Ripert et Claude Frere, op. cit., p. 79.

3Comme le soulignent Aline Ripert et Claude Frère, « La Nature constitue une des classes de cartes photographiques les plus importantes par le tirage. Il n’est sans doute pas un site, ni même un paysage anonyme de campagne qui n’ait été enregistré6 ». Parmi les curiosités projetées, les photographes nous font découvrir de véritables cartes artistiques à l’aide desquelles étaient conduits l’œil et l’imaginaire de tous ceux qui désirent emporter de véritables et poétiques souvenirs des vallées. C’est donc une mosaïque des sites les plus divers, peuplée de monuments et de souvenirs, alliant les deux signes indissociables que sont l’eau et la végétation qui est proposée aux curieux dans une sorte de voyage hors du temps.

  • 7 Les photographies de Jules Robuchon représentent l’essentiel de nos documents. La renommée de ce f (...)
  • 8 Chasseneuil (Vienne). Vallée du Clain. Vue prise à la pointe de l’Île en amont de la Chaussée des (...)
  • 9 Daniel Bourdu, op. cit., p. 331.

4Bien évidemment, il n’y a pas de paysage fluvial sans l’omniprésence de l’eau. Il s’agit de l’eau immobile et régénératrice et surtout de l’eau miroir. Toutes les images paysagères des vallées du département, ou presque, sont un hymne à l’eau horizontale. La longueur du temps de pose confère à l’étendue aquatique l’impassibilité du miroir. Certains artistes, en particulier Jules Robuchon7, n’hésitaient pas à pousser à l’extrême ce jeu des reflets, en donnant à ce miroir glacé un équilibre parfait qui rend possible la réversibilité totale du sujet comme dans Poitiers (Vienne). Vallée du Clain. L’été au point du Jour et les coteaux de Rochereuil en amont des Moulins de Chasseigne. Cette eau étale, nos photographes se plaisent à la dévoiler dominée par une végétation entreprenante. À l’horizontalité et à la tonalité sombre de l’eau dormante, vient s’opposer la verticalité des silhouettes élancées des grands arbres, symbole de la puissance végétale qui la ceinture. La lumière filtrée par les feuillages joue avec le regard et le conduit vers le point essentiel, brutalement éclairé, de l’image, ou en un endroit indéterminé où la platitude des eaux semble se confondre avec le ciel. Le jeu de ces trouées lumineuses est propice à l’harmonie et devient l’élément essentiel du sentiment de la nature8. Les masses herbagères des rives et les parois de joncs parasitant la rivière, forment alors un espace et un volume intermédiaires entre les deux plans perpendiculaires. Aussi, à la monotonie de ces « véritables poncifs paysagers, qui n’ont plus qu’un rapport lointain avec la réalité9 », d’autres photographies préféreront les désordres de la nature, les masses énormes des rochers amoncelés au milieu de la rivière qui rompent le courant et donnent à celle-ci une image de l’eau remuante et ridée comme dans Lathus (Vienne). Rivière la Gartempe (Pap. Fontenaille).

  • 10 Cf. l’ouvrage de François Guillet, « Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une ima (...)
  • 11 Cf. par exemple, Poitiers (Vienne). Vallée du Clain. Panorama de Poitiers. Vue prise du Trait-Tabo (...)

5Outre le caractère insolite de la nature qui accompagne le promeneur, les photographes recherchent aussi les points de vues « consacrés », ceux qui, situés en hauteur, permettent au regard de se déployer10. La recherche d’une vision totale se traduit par l’apparition de ces sites dont les vallées du département avec leurs versants en hauteur et leur mélange de verdure et d’habitations offrent les meilleurs spécimens. De très nombreux points de vue sont donc proposés au touriste acheteur de cartes postales, et certains secteurs en sont particulièrement riches. On peut citer par exemple, les coteaux des Dunes ou de la Cueille à Poitiers qui sont l’objet d’un consensus de la part de tous les photographes11.

6Cependant, les photographes ne se sont pas intéressés qu’à la rivière vide d’hommes. Le paysage qu’ils nous font découvrir, fruit de l’histoire et du travail d’un peuple, semble réaliser la fusion des hommes et des lieux. C’est ainsi que la carte postale témoigne des modifications apportées à la nature et à son appropriation par l’homme.

La rivière et ses repères

  • 12 Marie-Claude Pingaud, « L’eau rassembleuse du Perche », dans Usages et représentations de l’eau. A (...)

7La rivière constitue un territoire largement balisé par de nombreux repères — moulins, ponts ou lavoirs — inséparables de son paysage. Quelle que soit leur qualité architecturale, ces édifices sont très rarement pris sans la présence de l’homme autour, ou du moins sans « accessoires » suggérant son activité. En effet, le photographe met très régulièrement en scène des personnages au pied des monuments, donnant ainsi l’échelle à l’architecture, mais surtout ajoutant de la vie à ces tableaux quelque peu figés. Requis, ces figurants posent généralement de profil, scrutant ou montrant du doigt la rivière ; femmes et enfants, jeunes hommes et jeunes femmes paraissent en « sainte conversation », les attitudes sont rarement naturelles et les silhouettes un peu compassées. Les attelages qui attendent leur charge, les vélos, les barques, sont autant d’éléments qui apportent des volumes souvent pittoresques et contribuent à renforcer cette image de « l’eau rassembleuse12 ».

  • 13 Vienne. Lésigny. Le Pont. Vue de face, (Bergeon).
  • 14 Cenon (Vienne). Construction du pont.

8Le pont, complément indispensable à l’activité économique des villages, est une marque indissociable du paysage des vallées. Les uns viennent du Moyen Âge, voire de la période moderne, les autres ont été largement ou radicalement reconstruits au xixe siècle. Face à la précarité des autres moyens de traverser la rivière, les gués et les bacs étant constamment soumis aux aléas du cours d’eau, on comprend l’importance qu’ont prise ces ouvrages d’art solidement enracinés dans le sol aux yeux des riverains et dans l’objectif des photographes. De plus, leur présence est un repère géographique recherché, un but de promenade. Certains artistes se plaisent à construire et à tirer parti des effets plastiques inattendus, en superposant par exemple, les unes derrière les autres les arches de différents ponts, comme dans la carte postale Châtellerault (Vienne). Les Tours du Pont Henry IV (phot. de C. Arambourou). Les vues de face, même si elles sont moins nombreuses que celles de profil, font l’objet elles aussi d’une véritable mise en scène. Ces monuments deviennent alors le terrain de rencontre de toute une population aux occupations différentes, les uns sur un vélo, les autres sur un attelage13. Les constructeurs de ces ouvrages d’art apparaissent également sur quelques clichés. Ces anonymes, carriers, bâtisseurs de ponts, toujours dans l’ombre des ingénieurs, ont l’occasion à travers ces clichés originaux de se mettre en valeur. Ils sont rassemblés sur le chantier ou debout sur une des arches en construction, outils à la main et tous coiffés d’une casquette ou d’un béret14.

  • 15 L’Isle-Jourdain (Vienne). Le Moulin de la Roche.

9Les moulins constituent des symboles obligés de la « tradition », du « typique ». Ils étaient pour la société rurale des points de rassemblement et d’échange de nouvelles. Leur architecture particulière en forme d’éperon pour rompre le courant, la surface calme des biefs, leurs roues et chaussées sont autant de signes distinctifs qui sont magnifiés en totale fusion avec la nature environnante. Seule la présence temporaire du meunier, que l’on aperçoit posant fièrement devant les différents éléments de son usine ou s’apprêtant à pousser sa barque, ajoute un élément de vie à ces lieux qui paraissent curieusement désertés15.

  • 16 Les plus belles illustrations de scènes de lavage se retrouvent dans Poitiers. Au bord du Clain. L (...)

10L’image des lavoirs est primordiale dans les représentations de l’animation des bords de rivière et des villages d’autrefois. Les laveuses sont faciles à saisir à l’œuvre sur les rives des cours d’eau du département. On lavait partout. En plein air, au pied d’un pont, auprès des gués à l’eau bien claire et peu profonde, mais également à l’abreuvoir où bestiaux et linge ne faisaient pas forcément « bon ménage ». Brouettes, attelages remplis de sacs de linge et tirés par des chevaux ou des mulets, battoirs, selles et cuves qui servaient à tremper le linge sont autant d’éléments pittoresques indispensables au décor. Si la plupart des villages avaient leur propre lavoir à l’air libre, ces derniers n’avaient cependant pas l’importance, ni l’intensité de fréquentation des lavoirs publics des villes. À Poitiers, les plus grandes buanderies pouvaient accueillir plus d’une vingtaine d’ouvrières en même temps, tandis qu’à Châtellerault, le bateau-lavoir constituait le grand luxe avec notamment un étendoir chauffé à l’étage16.

  • 17 Vaux-en-Couhé (Vienne). L’abreuvoir, (A. Petit).

11Au même titre que le lavoir, l’abreuvoir est aussi un lieu de rassemblement et de sociabilité incontournable. Avec le « défilé » des plus beaux animaux de trait qui nous sont dévoilés en train de se désaltérer, il est également une aire de jeux inépuisable pour les enfants. C’était l’endroit idéal des premiers émois de pêcheurs. Mais, c’est également ici que l’on faisait ses premières armes de gardien de troupeau en y surveillant les oies, bâton à la main17.

  • 18 Lizant, près Civray (Vienne). Maison au bord de la Sonnette, (P. de Beaulieu).
  • 19 Jazeneuil (Vienne). Les bords de la Vonne et l’Église.
  • 20 Daniel Bourdu, op. cit., p. 333.

12L’habitat ayant « pignon sur rivière » est quasiment absent de notre iconographie. Seules quelques photographies dévoilent l’adaptation de ce paysage bâti au bord de l’eau, parfois complexe, souvent composite. Dans chacun de ces espaces, l’habitat des vallées possède des aspects architecturaux particuliers, suivant la nature des matériaux, la disposition du bâti et l’état des constructions18. Souvent, une église, lorsqu’elle domine ou occupe pleinement l’image, vient apporter une autre dimension à l’ensemble. À Jazeneuil, la silhouette de l’église s’élevant au-dessus des rives de la Vonne et du vieux pont gothique accroche immanquablement le regard19. Celles de Saint-Martin-la-Rivière et de Saint-Savin avec leurs flèches élancées, marquent elles aussi, les mémoires. Comme le souligne Daniel Bourdu, l’omniprésence de ce patrimoine sacré exprime « la force de l’attachement d’une partie de la population d’alors au culte chrétien et aux saints protecteurs. Dans tous les cas, les clochers, fièrement dressés, rappellent à tous la localisation des terroirs, un peu comme les phares, sur le littoral20 ».

13L’histoire imprègne ainsi le territoire et devient une dimension essentielle du paysage. Regroupés pour la plupart le long des vallées, abbayes, châteaux et donjons médiévaux viennent compléter ces repères obligés de la géographie touristique du département de la Vienne. L’abbaye de Saint-Savin et sa promenade, Angles-sur-l’Anglin et ses hautes ruines médiévales, Chauvigny et son château baronnial… ont bien évidemment retenu l’attention des voyageurs et des éditeurs de cartes postales. La plupart de ces sites fournissent le prétexte à un décor soigné. Émergeant d’un fouillis de végétation, leurs vestiges ruinés sont placés dans une atmosphère emplie de tranquillité, leur donnant ainsi une impression générale de solitude et d’abandon et où la nature bienfaisante semble effacer peu à peu les nombreux tourments dont ces pierres ont été les témoins. Souvent un long commentaire ou une simple anecdote affirme la vérité de l’image et donne plus d’authenticité à cette promenade historique, comme dans Morthemer (Vienne). Château et Tour de Coignac. Première demeure des seigneurs de Morthemer, bâtie par eux vers 937, restaurée pendant l’occupation anglaise par Lord Herdepanne, seigneur de Morthemer (1362), incendiée par Du Guesclin en 1372 (éd. D. Montier).

14Cependant, la fragilité de ces asiles de paix et de bonheur vient accentuer le sentiment d’admiration qu’ils inspirent. Les photographes n’oublient pas que l’inondation constitue une menace permanente et guette à chaque moment tous ces bâtiments sis en bordure de voie d’eau. Les grands débordements semblent avoir été les sujets de prédilection de beaucoup de photographes et d’éditeurs de cartes postales. Les larges diffusions dont ils ont fait preuve traduisent peut-être une sorte de fascination de la part du spectateur, confronté au caractère éphémère d’un paysage que l’homme s’efforce, envers et contre tout, d’organiser et de maîtriser. Ces clichés dévoilent une atmosphère « apocalyptique » où règne une lumière étrange, presque crépusculaire, avec cet admirable effet de miroir qu’offrent ces étendues d’eau immobiles, d’où émergent seulement les toits des bâtiments et les arbres des jardins engloutis, comme dans Poitiers. Inondations du 16 février 1904. La Scierie de Tison.

Les signes du progrès

  • 21 Ibid., p. 335.
  • 22 Coutellerie de Domine. La passerelle sur le Clain, (Société Lumière, Lyon).

15Les cartes postales du début du xxe siècle n’échappent pas au discours implicite du progrès qui « bouscule les représentations classiques des paysages21 ». Les petits foyers économiques nés au début du siècle dernier sont très clairement mis en valeur. Les minoteries, laiteries et abattoirs sont autant de figures qui sollicitent le voyageur ou l’habitant, le citadin ou le bourgeois. De même que d’anciens moulins « reconvertis » en petites fabriques, symbole d’une économie locale qui suivit dans l’ensemble l’évolution économique nationale sans jamais la précéder : le moulin Danlot à Vivonne, ancien moulin à foulon transformé en filature ou la coutellerie de Domine qui comptera jusqu’à 500 employés dans les années 193022.

  • 23 Châtellerault (Vienne). Le pont de la Manufacture (en ciment armé), (C. Arambourou).
  • 24 Millac (Vienne). Usine de Jousseau de la Société des Forces Motrices de la Vienne. Chantier de con (...)
  • 25 Lussac-les-Châteaux (Vienne), Pont du chemin de fer et forêt, (Chartier épicerie parisienne).

16À côté de cet artisanat de bord de rivière, l’existence de quelques autres établissements importants a également fait l’œuvre d’une grande curiosité de la part des artistes. À leur tête, véritable icône paysagère et industrielle, se trouve bien évidemment l’ancienne coutellerie de Châtellerault qui fit place après 1815 à une manufacture d’armes. Les images de « la Manu » valorisent l’originalité et la dualité du site : d’un côté, la massivité des bâtiments, renforcée par les clichés illustrant son immense barrage et son pont « en ciment armé », et de l’autre son dynamisme traduit par ses cheminées fumantes23. Et même, quand la photographie ne lui est pas destinée, on la retrouve très souvent dans un coin du plan avec ses cheminées qui se profilent à l’horizon, comme en témoigne le célèbre cliché de Jules Robuchon, Châtellerault (Vienne). Le Pont qui arrive à embrasser dans la même vue, étagés sur trois plans, la manufacture d’armes, le pont en pierre et les bains-douches. D’autres implantations industrielles un peu plus tardives cette fois, telles les centrales hydro-électriques de la Société des Forces Motrices vont voir leur image largement véhiculée. Elles accrochent d’autant plus le regard qu’elles ont été édifiées dans les années 1920, dans un coin très pauvre du département de la Vienne, le pays montmorillonnais24. Marque des temps nouveaux, le chemin de fer, dont les locomotives à vapeur commencent à sillonner tout le département, focalise photographes et éditeurs. Les représentations de viaducs, ponts de chemin de fer et de tramway sont très nombreuses. On les découvre en cours de construction, enjambant les cours d’eau, ou disparaissant dans la forêt, symbolisant l’intrusion de la modernité dans la nature et la vie rurale25.

La rivière, lieu des loisirs

17La carte postale est aussi un moyen de se remémorer les bons moments passés au « fil de l’eau », car la rivière, au début du siècle dernier, est un cadre aux charmes irrésistibles pour les menus plaisirs. Certains sites, qui allient verdure et eau, permettaient de faire de grandes excursions. En effet, on n’hésitait pas à s’aventurer dans les rocailles et autres sites escarpés pour découvrir de nouvelles curiosités naturelles.

  • 26 Aline Ripert et Claude Frere, op. cit., p. 90.
  • 27 Ibid.

18Les beaux jours du printemps revenus, des groupes de toute sorte se réunissaient sur les terrasses des restaurants ou guinguettes ayant « vue sur la rivière », où tout en profitant du cadre agréable, ils pouvaient boire, se restaurer, danser et peut être acheter des cartes postales… Perpétuant la tradition de produits alimentaires, hôtels, petits commerçants ont été nombreux à transformer les vues photographiques de leurs façades en « cartes postales réclame » pour attirer la clientèle. Celles-ci permettaient au propriétaire de faire connaître d’une manière artistique ou pittoresque son établissement26. On y découvre par exemple aux Trois-Îlots à Poitiers un peintre qui semble trouver dans la vue que lui offre le restaurant, les motifs pour sa toile. À Civray, se dévoile dans un cadre quelque peu exotique, la guinguette des Ondines où comme le précise l’intitulé de la carte, il est possible de trouver « dans un Site admirable au bord de la Charente, Bains chauds, Bains froids, Café avec salle des Fêtes pour Théâtre, Cinéma, Concerts, Dancings, Noces, Banquets, Location de bateaux et Casse-croûte sur commande ». Ces efforts de mise en scène étaient indispensables car « une belle installation était sans doute considérée comme un indice de la qualité des services rendus27 ».

  • 28 Lathus (Vienne), La Gartempe au moulin de Lenet, (Pap. Fontenaille).
  • 29 Établissement Jouteau, Poitiers, Location de canots.

19La pratique du canotage est l’objet d’un intérêt identique de la part des photographes. Ces scènes de plaisirs simples semblent être jouées par des acteurs différents que l’on soit à la campagne ou à la ville. Dans le premier cas, les promenades endimanchées se font au rythme de la pigouille, à l’intérieur de grandes barques à fond plat reconverties à l’occasion dans la plaisance28. À côté de ce canotage rustique, semble se distinguer un autre style beaucoup plus proche de l’aviron et que l’on pourrait qualifier avec beaucoup de précautions, de canotage « urbain ». Sont utilisées cette fois, des « canots » qui étaient conduits non plus avec des perches en bois, mais avec de simples rames. À Poitiers, de nombreux restaurants situés en bordure du Clain — les célèbres établissements Jouteau et du Fleuve-Léthé pour ne citer qu’eux — disposaient d’un embarcadère et proposaient des promenades en barque sur la rivière. Galanterie oblige, ce sont bien évidemment les maris qui rament et leur femme et enfants postés à l’avant du bateau qui se laissent guider et profitent du trajet29.

20Ces promenades « au fil de l’eau » prenaient une saveur particulière lorsqu’elles se faisaient à bord du bateau à vapeur L’Hirondelle (Illustration 5)). C’est en 1884 que ce grand canot non ponté fut acheté par la famille Fradin et fit la renommée de leur guinguette située à Cenon. Pouvant transporter jusqu’à 40 passagers, le bateau à vapeur assurait un trajet régulier entre le ponton de la guinguette jusqu’à celui de « Châtellerault-ville » (rive droite), avec une escale sur l’embarcadère de Châteauneuf, situé rive gauche. Les autres jours, les clients de l’établissement pouvaient le louer pour faire une promenade sur la Vienne.

Illustration 5. Cenon (Vienne). L’Hirondelle, bateau à vapeur du restaurant Fradin

Illustration 5. Cenon (Vienne). L’Hirondelle, bateau à vapeur du restaurant Fradin
  • 30 Cf. les cartes : Angles-sur-l’Anglin (Vienne). La baignage de l’Hôtel du Lion d’Or à l’heure du ba (...)

21Les baignades en rivière étaient également très prisées des riverains. À Angles-sur-l’Anglin, celle de l’hôtel du Lion d’Or dans l’Anglin attire de nombreux clients qui semblent tous apprécier les joies du barbotage quand vient « l’heure du bain ». De même qu’à Lusignan où une plage avec plongeoir et poste de secours est aménagée au pied du viaduc30. Lorsque de telles installations n’existaient pas, on pouvait toujours s’adonner à la pratique de la « baignade sauvage » dans un bras de rivière ou au pied des écluses d’un moulin, comme ce fut le cas pendant des siècles au pied de celles du moulin de Tison à Poitiers et que nous rappelle la carte Poitiers. Les écluses de Tison (éd. Léon et Lévy) (Illustration 6).

Illustration 6. Poitiers (Vienne). Les écluses de Tison

Illustration 6. Poitiers (Vienne). Les écluses de Tison
  • 31 Voir l’article d’Alain Corbin, « Les balbutiements d’un temps pour soi », dans Alain Corbin (dir.) (...)
  • 32 Saint-Martin-la-Rivière (Vienne). L’Église, (éd. Roy-Normand).
  • 33 Cf. tout de même, Brion, près Gençay (Vienne). Chasse aux canards sur la Clouère.

22La représentation de la pêche est tout aussi présente. À cette époque, les rivières du département étaient encore très majoritairement poissonneuses et les pêcheurs s’en donnaient à cœur joie. La pêche traditionnelle, dont les pratiques sont insidieusement liées à celles du braconnage, fait partie de ces multiples droits d’usage auxquels les habitants des campagnes françaises se révèlent encore très attachés. Cependant, les scènes de pêche qui nous sont dévoilées n’évoquent que son aspect détente. Ce passe-temps des « gens de peu31 » s’intègre à un ensemble de pratiques qui font des berges des rivières des lieux très fréquentés. Il se mêle, nous l’avons vu, à la promenade des curieux, aux parties de campagne et aux joutes des canotiers. Les scènes de pêche s’accordent naturellement à la peinture du paysage et servent de décor aux artistes qui recherchent « l’anecdotique » et la mise en place d’une histoire dans leurs clichés. Le personnage du pêcheur, comme sur les tableaux impressionnistes, est le plus souvent soumis à l’évocation pittoresque de la scène du bord de l’eau. Si certains clichés nous révèlent des « pêcheurs du dimanche » qui semblent davantage s’intéresser à l’objectif du photographe qu’à la prise qui se trouve au bout de leur canne, d’autres rassemblent les principaux traits qui dessinent cet art et les secrets de sa réussite, c’est-à-dire la solitude et le silence du taquineur de goujons et cette relation étroite qui le lie à l’espace pour mieux pénétrer le mystère des eaux32. La chasse, quant à elle, n’est qu’à peine suggérée. Pourtant, les chasseurs affectionnent particulièrement les cours d’eau, lieu de prédilection des canards et autres gibiers d’eau33.

  • 34 François Guillet, op. cit., p. 520.

23Les cartes postales anciennes ont contribué à imprimer au regard du curieux, du voyageur, du bourgeois une image quelque peu stéréotypée de la vie qui régnait autour des rivières. Avec le développement de la photographie, qui a permis la diffusion de ces curiosités auprès d’un large public, les vallées du département sont devenues « des points d’appui à partir desquels se construit le désir touristique de la province et permettent son identification immédiate parmi les régions de France34 ».

  • 35 Jean-Paul Bravard, Jean Combier, Nicole Commerçon (dir.), La Saône, axe de civilisation, Lyon, Pre (...)

24Cependant, si ce fonds documentaire permet de faire revivre la Belle Epoque avec ses goûts, ses distractions et ses façons de voir la nature, cette assimilation au stéréotype n’est jamais totale. Par delà la vision du photographe, l’historien découvre, par l’image, une relation entre l’homme et un espace naturel qui a totalement disparu. En effet, alors qu’au début du siècle dernier, l’eau nettoyait, l’eau distrayait, l’eau harmonisait le paysage, aujourd’hui — à l’exception de ses périodes de colères ou de sécheresses exceptionnelles — la rivière appartient « à un monde que nous avons perdu35 ».

Notes

2 Aline Ripert et Claude Frere, La Carte postale, son histoire, sa fonction sociale, Paris, Éd. du CNRS, 1983, p. 12.

3 Ce corpus a été réuni à l’aide des séries conservées à la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers ainsi que des publications très en vogue actuellement comme par exemple, la collection Mémoire en images (la Vienne), Éd. Alan Sutton ou encore l’ouvrage de Gérard Simmat, La Vienne, 1900-1930, Clermont-Ferrand, De Borée, 2002, 180 p.

4 Daniel Bourdu, « Des cartes postales du Marais poitevin dans le premier tiers du xxe siècle », dans Aux rives de l’incertain. Histoire et représentations des marais européens du Moyen Âge à nos jours, Paris, Somogy, 2002, p. 331.

5 Jeanne Dufour, « Le regard des photographes sur les forêts du Maine », dans La Forêt. Perceptions et représentations, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 63-77.

6 Aline Ripert et Claude Frere, op. cit., p. 79.

7 Les photographies de Jules Robuchon représentent l’essentiel de nos documents. La renommée de ce fils d’un imprimeur de Fontenay tient à sa somme incontestable de clichés de qualité, les Paysages et monuments du Poitou, longtemps seul ouvrage de référence et de vulgarisation pédagogique du patrimoine monumental, qui fut récompensée par une médaille d’argent à l’Exposition Universelle de Paris en 1889. Un ouvrage est entièrement consacré à son œuvre : Francis Ribemont (dir.), Jules Robuchon, 1840-1922. Imagier de la Vendée et du Poitou, Bordeaux, L’horizon chimérique, 1999.

8 Chasseneuil (Vienne). Vallée du Clain. Vue prise à la pointe de l’Île en amont de la Chaussée des Moulins, (J.Robuchon).

9 Daniel Bourdu, op. cit., p. 331.

10 Cf. l’ouvrage de François Guillet, « Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une image régionale en France (1750-1850) », Caen, Annales de Normandie et Fédération des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie, 2000.

11 Cf. par exemple, Poitiers (Vienne). Vallée du Clain. Panorama de Poitiers. Vue prise du Trait-Tabouleau au dessus de la route de Paris aux Trois-Fontaine, (J. Robuchon).

12 Marie-Claude Pingaud, « L’eau rassembleuse du Perche », dans Usages et représentations de l’eau. Actes du Congrès national des sociétés savantes de Poitiers, Paris, CTHS, 1986, p. 161-177.

13 Vienne. Lésigny. Le Pont. Vue de face, (Bergeon).

14 Cenon (Vienne). Construction du pont.

15 L’Isle-Jourdain (Vienne). Le Moulin de la Roche.

16 Les plus belles illustrations de scènes de lavage se retrouvent dans Poitiers. Au bord du Clain. Les laveuses, HWTVD, Civray (Vienne). Une lessive au lavoir du Moulin de Roche, (J. Robuchon), et Châtellerault. Le bateau-lavoir.

17 Vaux-en-Couhé (Vienne). L’abreuvoir, (A. Petit).

18 Lizant, près Civray (Vienne). Maison au bord de la Sonnette, (P. de Beaulieu).

19 Jazeneuil (Vienne). Les bords de la Vonne et l’Église.

20 Daniel Bourdu, op. cit., p. 333.

21 Ibid., p. 335.

22 Coutellerie de Domine. La passerelle sur le Clain, (Société Lumière, Lyon).

23 Châtellerault (Vienne). Le pont de la Manufacture (en ciment armé), (C. Arambourou).

24 Millac (Vienne). Usine de Jousseau de la Société des Forces Motrices de la Vienne. Chantier de construction vu de l’amont, au 29 mars 1928.

25 Lussac-les-Châteaux (Vienne), Pont du chemin de fer et forêt, (Chartier épicerie parisienne).

26 Aline Ripert et Claude Frere, op. cit., p. 90.

27 Ibid.

28 Lathus (Vienne), La Gartempe au moulin de Lenet, (Pap. Fontenaille).

29 Établissement Jouteau, Poitiers, Location de canots.

30 Cf. les cartes : Angles-sur-l’Anglin (Vienne). La baignage de l’Hôtel du Lion d’Or à l’heure du bain et Lusignan (Vienne). La Plage et le Viaduc, ligne Poitiers-La Rochelle, (Impr. Combier).

31 Voir l’article d’Alain Corbin, « Les balbutiements d’un temps pour soi », dans Alain Corbin (dir.), L’Avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier, 1995, p. 324-357.

32 Saint-Martin-la-Rivière (Vienne). L’Église, (éd. Roy-Normand).

33 Cf. tout de même, Brion, près Gençay (Vienne). Chasse aux canards sur la Clouère.

34 François Guillet, op. cit., p. 520.

35 Jean-Paul Bravard, Jean Combier, Nicole Commerçon (dir.), La Saône, axe de civilisation, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2002, p. 14.

Notes de fin

1 Doctorant en histoire contemporaine, université de Poitiers–GERHICO.

Table des illustrations

Titre Illustration 5. Cenon (Vienne). L’Hirondelle, bateau à vapeur du restaurant Fradin
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20456/img-1.png
Fichier image/png, 315k
Titre Illustration 6. Poitiers (Vienne). Les écluses de Tison
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20456/img-2.png
Fichier image/png, 515k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540