Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Paysages et territoires

Devenir pasteur d’une église réformée au xviiie siècle : l’exemple du Saintais Élie Merlat (1634-1705)

Didier Poton

Texto completo

  • 1 Professeur d’histoire moderne, université de La Rochelle.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Didier Poton (éd.), « Papier de raison d’Élie Merlat, ministre de la Parole de Dieu en l’Eglize Ré (...)
  • 3 Didier Poton (éd.), Mémoires touchant la vie de Monsr Merlat, Minisre et Professeur dans Lausanne (...)

2Élie Merlat naît à Saintes au cours du mois de mars 1634. Il meurt à Lausanne le 16 novembre 1705. Nommé en 1658 sur un des deux postes pastoraux de l’église réformée de Saintes, il y consacrera la totalité de son ministère en France puisque c’est en tant que tel qu’il est banni du royaume le 5 juillet 1680 par le parlement de Bordeaux après un premier procès devant le présidial de Saintes. La procédure a été déclenchée contre lui par Guillaume de La Brunetière du Plessis de Gesté, évêque de Saintes. Quelques semaines après le verdict, Élie Merlat prend le chemin de la Suisse. Il quitte rapidement Genève car il est appelé à Lausanne pour occuper un poste de ministre vacant et dès l’année suivante il est nommé à l’une des deux chaires de théologie de l’Académie de cette ville. Du bord du Léman, il participera très activement par ses écrits aux débats politiques qui traversent le protestantisme français après 1685 notamment au sein des communautés du Refuge2. Personnage controversé à la suite de ses positions en 1685 — il justifie le geste de Louis XIV révocant l’édit de Nantes — Élie Merlat n’en apparaît pas moins à la lecture de ses livres et surtout de ses papiers conservés à la Société de l’histoire du protestantisme français et à la bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne comme un théologien solide, érudit et de grande culture. Mais, combiné avec un talent oratoire reconnu, ces qualités intellectuelles ont d’abord permis à Élie Merlat d’être un grand prédicateur ; donc un grand ministre comme se plaît à le souligner « son intime ami » et thuriféraire, Étienne Pallardy3.

3Dans le cadre de nos recherches sur ce pasteur saintongeais, il nous a semblé intéressant de présenter ici la formation qu’il a suivi pour accéder à la fonction pastorale. Outre le fait, qu’il est souvent difficile de suivre aussi précisément le cursus d’un futur ministre des églises réformées en France au xviie siècle, plusieurs épisodes de sa vie d’écolier et de proposant mettent en évidence les tensions internes au protestantisme français d’autant qu’il semble bien que les églises réformées établies entre Loire et Gironde furent profondément divisées par ces querelles théologiques.

Une famille impliquée dans la vie du protestantisme saintongeais

  • 4 Céline Baty, op. cit., p. 21 sq.
  • 5 Ibid. ; Didier Poton (dir.), « Papier de raison d’Élie Merlat… », op. cit., p. 163.

4Du côté paternel, la famille Merlat est une famille de robins puisque son grand-père, Pierre, et son père, Élie, sont avocats de profession, tous deux sont immatriculés au parlement de Bordeaux. Le premier avait exercé son activité à Pons, une ville importante pour le protestantisme saintongeais puisqu’elle a le statut de « places de sûreté » entre 1598 et 1621, le second l’exerçait à Saintes où il avait dû s’établir entre 1608, baptisé en 1591, il a à cette date 17 ans, l’âge minimum requis pour être admis à exercer, et 1619, date où il est mentionné dans les registres de l’église réformée de Saintes avec la qualité d’avocat. Cette installation a sans doute été dictée par la présence à Saintes d’un présidial, une cour plus prestigieuse et plus prometteuse en ce qui concerne les honoraires que les petites sénéchaussées et autres justices seigneuriales de la Saintonge profonde. Au début du xviie siècle, cette cour intermédiaire, dont l’appel se fait au parlement de Bordeaux, compte une soixantaine d’avocats4 ! La branche maternelle reste plus difficile à connaître. Étienne Pallardy reconnaît dans son mémoire qu’il a oublié le nom de la mère de son ami Élie, mais il note toutefois qu’elle fait partie d’ »une des plus honorables familles de la ville ». Sa mère s’appelle en fait Catherine Sarrazin. Nous le savons par le journal de celui qui deviendra son gendre à la suite de son mariage avec Madeleine Merlat, un des soeurs d’Élie, Samuel Robert. Dans les lignes que ce dernier consacre à son union matrimoniale, il mentionne le nom de sa bellemère, présente à la cérémonie. Quelques éléments épars permettent d’avancer l’hypothèse selon laquelle les Sarrazin seraient de Pons, la ville où le grand-père d’Élie exerçait à la fin du xvie siècle. Dans son propre journal, Élie Merlat, fait allusion à un mémoire qu’aurait rédigé sa mère. C’était donc une femme instruite et semble-t-il aisée et soucieuse de s’assurer et d’assurer aux siens un état permettant de vivre sans souci financier5.

  • 6 Ibid., p. 30 et p. 206-214.

5L’union est donc assortie. Dix enfants naissent de ce mariage mais seuls quatre d’entre eux atteindront l’âge adulte : Jeanne, l’aîné, qui épousera en 1646 Samuel Prioleau (ministre de l’église de Pons), Madeleine qui épousera en 1639 Samuel Robert, Elizabeth qui resta célibataire et Élie, seul garçon survivant des sept venus au monde. En faisant porter à l’enfant le prénom de son père, la famille lui assigne une mission : son destin est de poursuivre la fonction de chef de famille à la mort du père6.

  • 7 Céline Baty, op. cit., p. 25. Didier Poton, « Élie Merlat, pasteur de l’église… », op. cit., p. 38 (...)

6Mais, à côté de son activité d’avocat, Élie Merlat père, est un protestant très impliqué dans la vie des églises réformées de France puisqu’il participe en septembre 1626 au synode national de Castres. En effet le procès-verbal des délibérations synodales fait état dans la liste des participants de « M. Élie Merlat, avocat au parlement de Bordeaux et ancien de l’église de Mirambeau » avec le pasteur de l’église de Pons, Jean Constans, celui de la Rochechalais, David Belot et un ancien de l’église de La Rochelle, Jean Berne, sieur d’Angoulins, il compose la délégation élue au synode provincial de Tonnay-Charente (14 au 16 juillet 1626) pour représenter la province ecclésiastique d’Aunis, des Îles, de Saintonge et d’Angoumois. Sa fonction de membre du consistoire de Mirambeau s’explique par le fait que sa résidence est à la Fromagerie, une demeure rurale de la paroisse de Nieuil-le-Viroul, une paroisse proche de Mirambeau où les commissaires de l’édit de Nantes ont autorisé l’exercice du culte pour les réformés dispersés dans ce pays de la Saintonge méridionale à la frontière de la Guyenne. Mais sa présence professionnelle à Saintes doit conduire le père d’Élie à avoir une influence certaine dans une église réformée saintaise qui malgré un évident tassement numérique reste la capitale d’un des cinq colloques de la province ecclésiastique ce qui se marque par le maintien de deux postes pastoraux jusqu’en 1678, année qui voit le décès de Pierre Binaud. Seules les églises de La Rochelle, de Saint-Jean d’Angély et de Marennes possèdent cette particularité dans la province. Il faut voir là la volonté des réformés saintais d’affirmer leur présence et même leur vivacité dans une cité épiscopale. Nul doute qu’il faut y voir le motif de l’offensive en 1679 du nouvel évêque, Guillaume de Brunetière, qui va aboutir à l’arrestation du seul ministre de l’église réformée de Saintes, Élie Merlat, Pierre Binaud n’ayant pas été remplacé. Outre les difficultés rencontrées par les églises pour recruter et établir des ministres à la fin des années 1670, il faut dire qu’à cette date, la communauté réformée ne devait pas dépasser 800 fidèles et qu’assurer le paiement des gages de deux ministres était sûrement au dessus de ses moyens financiers7.

  • 8 Céline Baty, op. cit., p. 26.
  • 9 Didier Poton (éd.), « Papier de raison… », op. cit., p. 208-210.

7L’appartenance confessionnelle de la famille Merlat ne semble pas lui interdire un rôle politique. En effet, en juillet 1643, il accompagne le maire, Arthus de Guip, pour « aller vers le Roy et luy prêter serment de fidélité et lui représenter la grande nécessité du pays notamment le poids des impôts indirects, aides et gabelles ». La menace de voir une nouvelle révolte comme celle qui a secoué l’Angoumois et la Saintonge pendant les années 1636-1637 ne semble pas émouvoir leurs interlocuteurs puisqu’ils reviendront sans résultats concrets sinon la promesse de faire quelques recommandations à Monsieur de Villemontée, l’intendant, qui comme tous ses collègues, venaient de recevoir la compétence d’établir l’assiette et la répartition des impositions dans sa généralité8. Né dans une famille de notables, Élie Merlat va avoir l’éducation des enfants issus de ce groupe social au xviie siècle, c’est-à-dire dans un premier temps, préparer l’enfant au collège. Les Merlat ont les moyens financiers de faire face au coût de la formation scolaire et universitaire de l’enfant, d’autant qu’il est le seul garçon survivant. Outre les profits tirés des activités judiciaires et juridiques liées à la profession d’avocat, de rentes diverses, la famille perçoit des revenus de la terre sous forme de métayages et de quelques marais salants qu’elle possède à l’embouchure de la Charente et sur les bords de la Seudre. Les annotations d’Élie Merlat concernant la succession de son père en 1673 rendent précisément compte de ce patrimoine9.

Une formation pastorale chaotique

8Étienne Pallardy nous renseigne sur la formation d’Élie en quelques lignes :

  • 10 Didier Poton (éd.), Mémoires touchant la vie de Monsr Merlat…, op. cit., folio 1.

[…] il fit ses études au collège de Saintes avec beaucoup de succès et les poursuivit à Pons chez M. Prioleau qui était pasteur de l’église réformée, homme de beaucoup de mérite et qui avait épousé sa sœur aînée. Il acheva sa philosophie à l’âge de 14 ans ; mais se trouvant trop jeune pour commencer la théologie, son père l’envoya à Saumur où il fit un nouveau cours de Philosophie sous M. Druet, célèbre professeur de l’Académie. Ayant achevé sa philosophie, il déclara à son père qu’il voulait étudier pour le ministère ; son père le laissa fort libre là-dessus, mais, sa mère n’en était pas fort consentante, souhaitant qu’il choisit une autre profession10.

  • 11 Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les Collèges français, xvie-xviiie siècles, Paris, Éditi (...)
  • 12 Didier Poton (éd.), Mémoires touchant la vie de Monsr Merlat…, op. cit., folio 2.

9Cet extrait mérite plusieurs observations. L’auteur omet de préciser dans quel cadre, Élie a effectué ses premiers apprentissages, soit avec un précepteur privé, soit dans une petite école, mais il oublie surtout de préciser que le collège de Saintes est tenu par les jésuites. Ceux-ci dispensent en effet un enseignement à partir de 1611 mais l’établissement ne sera un collège de plein exercice qu’à la toute fin du xviie siècle quand fut créée la première chaire de philosophie (1696)11. Comme le collège protestant de La Rochelle ne s’est pas relevé de la défaite de 1628 et que celui de La Rochefoucauld est menacé de fermeture pendant ces années 1640, on comprend le choix des parents d’Élie pour les années de collège. L’année préparatoire à Pons chez son beau-frère, Samuel Prioleau, lui permet de suivre la deuxième année de philosophie dispensée à Saumur. Ayant décidé de devenir ministre, avec l’accord de son père, Pallardy note la réserve maternelle, il entre, en 1648 ou en 1649, à l’académie de Saumur où il suit les enseignements de professeurs prestigieux. Après deux ou trois années saumuroises, il rentre à Saintes avec, selon Pallardy, « des témoignages fort avantageux […] car outre qu’il avait toujours esté fort assidu aux leçons de ses maîtres, il avait donné des preuves de sa capacité, tant dans les disputes publiques que dans ses propositions et dans la croissance des langues où il avait fait de grands progrès […] les autres étudiants parlaient de lui avec beaucoup d’estime et l’aimaient entièrement à cause de sa modestie et de son honnêté ». La connaissance des sources saumuroises conduit à proposer un autre motif de départ : un Saumurois dont il courtisait la fille, et qui ne souhaitait sans doute pas un ministre pour gendre, dut user de son pouvoir pour le faire renvoyer de l’académie. Après un court séjour dans la famille, Élie rejoint l’académie de Montauban, plus orthodoxe dans son enseignement, pour y terminer ses études de théologie. C’est là qu’il fait la connaissance d’Étienne Pallardy, les deux étudiants « s’étant mis en chambre » dans la pension où logeaient d’autres étudiants saintongeais. À la fin de l’année, ils obtiennent de leurs parents la permission « de visiter les académies étrangères12 ».

10En septembre 1656, les deux compagnons prennent la route de Genève. À Nîmes, ils partagent leur temps entre des débats théologiques avec les professeurs réformés du collège et des exercices de prédications devant des fidèles de l’église locale et la visite des monuments romains de la ville et de la région. Après une halte prolongée à Lyon, ils arrivent à la fin du mois d’octobre sur les bords du Léman pour y suivre pendant près de six mois les enseignements de François Turretini et de Philippe Mestrezat. Au début du printemps, ils prennent la route de Bâle par Lausanne et Berne où ils ne s’attardent pas. C’est par le Rhin qu’ils rejoignent Strasbourg, où ils ne font que passer car « on nous avait assuré à Bâle que les Réformés n’étaient pas vus d’un bon œil à Strasbourg », puis par voie terrestre Heidelberg, capitale du Palatinat réformé et université réputée. Ils y séjournent deux semaines. Un temps bien court pour tirer profit d’un enseignement mais ils ont pu enrichir leur Liber Amicorum de quelques paraphes reconnus. Leur voyage se poursuit par Mannheim, Worms, Mayence, Francfort, Coblence, Cologne. Il y a certes des annotations sur les différentes étapes allemandes quand ce sont des lieux importants de l’histoire de la Réforme mais ils n’ont qu’un but : « nous nous hâtions de voir la Hollande. » D’Utrecht, ils gagnent Amsterdam puis Leyde :

  • 13 Ibid., folio 2 à 6.

A Leiden nous ûmes l’honneur de saluer M. Hoornebeer, professeur en Théologie et Mr Diodati Past. de l’Egl. wallone ayant trouvé dans ceste ville M. Chaillou étudiant en Théol. originaire de Saintonge, et parent de M. Merlat, il nous dit, qu’on lui écrivoit, de son païs que l’église de Saintes attendoit M. Merlat pour remplir la place d’un de ses pasteurs qui estoit mort depuis peu de tems ; sur cela ns ne pensames pl[us] qu’à retourner en France, si bien que nous ne vîmes que co [mm] e. en courant La Haïe, Delft, Roterdam, et Dordrecht, cepend.[ant] ns fumes charmés de tant de beautés que nous descouvrîmes en traversant le païs, et les villes de Hollande, ne croians pas ql y ût dans tt le païs de L’Europe, un autre païs qui pût luy comparer13.

  • 14 Ibid., folio 7.

11Mais sans doute prévu avant l’ordre de rentrer, ils font un court séjour dans le Londres de Cromwell. Plus court que prévu, sans nul doute, mais ils ont dû attendre une dizaine de jours à Flessingue pour « attendre le vent ». Ont-ils eu le temps de se faire une opinion sur le protecteur Cromwell ? Le retour en France est effectué par le port de Dieppe d’où ils gagnent Rouen, puis Paris. En mai 1657, Élie Merlat est de retour à Saintes14.

Une élection au ministère délicate

12Au début du mois de juin 1657, Élie Merlat arrive au domicile paternel. Il y apprend que le synode provincial est convoqué le 20 juin 1657 à La Rochechalais en Angoumois. L’Église de Saintes y confirme sa demande : elle souhaite qu’il puisse remplacer un de ses pasteurs. Élie se rend donc au synode provincial avec les députés de sa communauté puisqu’une église particulière peut présenter un candidat si elle et le colloque dont elle fait partie le juge digne, à condition, bien évidemment, que celui-ci puisse présenter des diplômes attestant d’une formation en théologie dispensée dans les académies réformées en France ou hors du royaume. Le chapitre 1 de la Discipline des Églises réformées de France établit la procédure de l’élection au ministère pastoral :

  • 15 I. d’Huisseau, La Discipline des Églises réformées de France, Saumur, 1666.

L’examen de celui qui sera présenté, se fera premièrement par propositions de la Parole de Dieu, sur les textes qui lui seront donnés, l’une en français, nécessairement, l’autre en latin, si le colloque ou synode le juge expédient ; pour chacune desquelles luy seront données vingt quatre heures de temps pour se préparer. Si par icelles il contente la Compagnie, on connaîtra par un chapître du Nouveau Testament, qui lui sera présenté, s’il a profité de la langue grecque jusques à se pourvoir servir des bons livres pour l’intelligence de l’Ecriture, a quoi sera ajouté un essai de son industrie sur les plus nécessaires parties de la philosophie, le tout en charité. Et sans affectation de quesions épineuses inutiles. Finalement on tirera de luy une brève confession de foi en latin, sur laquelle on l’examinera par la dispute15.

13Selon Étienne Pallardy, s’il réussit sa première proposition, sa confession de foi est condamnée, 27 des 150 thèses qu’elle contenait étant jugées comme « trop hardies, curieuses et de dangereuses conséquences ». Mais, il précise, perfidement :

  • 16 Didier Poton (éd.), Mémoires touchant la vie de Monsr Merlat…, op. cit., folio 9.

Ce qui détermina particulièrement et principalement le synode de le renvoyer fut l’opposition formelle que fit à sa réception le député de la province de Poitou, prétendant que le renvoi de M. Merlat lui donnerait moyen de faire réussir le dessein qu’un de ses amis, pasteur en Saintonge, avait conçu de s’établir dans l’église de Saintes16.

  • 17 Ibid., folio 10.

14La compagnie décide donc de le renvoyer au prochain synode. À peine un an plus tard, le 28 mai 1658, il se présente devant le synode provincial convoqué, cette fois là, à Villefagnan. Il subit avec succès toutes les épreuves, est reçu, selon Pallardy « sous les applaudissements ». Après imposition des mains par trois ministres, le rite qui l’intègre dans le corps des ministres des églises réformées de France, il est accordé à l’église de Saintes17.

  • 18 François Lebrun (dir.), Saumur, capitale européenne du protestantisme au xviie siècle, Centre Cult (...)

15Cette élection en deux temps mérite une explication. Même s’il n’est pas possible d’écarter totalement celle avancée par Pallardy, une brigue destinée à faire nommer à un autre proposant — une pratique qui ne pouvait pas ne pas exister comme dans toutes les institutions devant désigner un candidat parmi d’autres pour occuper un poste— une autre hypothèse peut être avancée : les très mauvais rapports qu’entretenaient depuis plusieurs années nombre de pasteurs du Centre-Ouest avec l’académie de Saumur à cause de l’enseignement dispensé par certains de ses professeurs comme Moyse Amyrault (1596-1664), Louis Cappel (1585-1658) et Josué de La Place. La publication par Amyrault de son Brief traitté de la prédestination en 1634 déclencha une violente querelle théologique que n’avaient pas réussi à faire cesser les synodes nationaux d’Alençon (1636) et de Charenton (1644). Sa persistance était due au soutien apporté par les pasteurs de Charenton au professeur saumurois. Mais comme la dispute dressait surtout les pasteurs du Poitou et de Saintonge contre l’académie, il fut décidé de confier le règlement de l’affaire à un aristocrate poitevin Henry-Charles de la Tremouille, qui obligea les adversaires à se réconcilier en 1649. Quant à Cappel, ce sont ses méthodes philologiques appliquées à la Bible qui, au cours de la même période, choquèrent les calvinistes intransigeants. Josué de La Place, lui, eût le tort de couvrir comme recteur de l’académie à plusieurs reprises au cours de cette période agitée les enseignants contestés… car il partageait leurs idées. Mais Élie Merlat dut aussi être initié à la théologie politique d’Amyrault qui à la suite de l’exécution du roi Charles Ier en 1649, publia un Discours de la souverainté des roys dans lequel il condamne le régicide et défend l’inviolabilité de la personne royale. Cet ouvrage permettait de répondre aux accusations faisant des protestants « le fourrier de la république » (F. Laplanche). Mais, Amyrault va plus loin et développe une théologie politique qui jette les bases de la séparation entre domaine public et domaine privé18.

  • 19 Didier Poton, « Les finances des églises réformés du « Moyen-Poitou » au xviie siècle : l’exemple (...)

16Outre une brigue possible, la flamme d’un jeune proposant brillant imprudent dans ses propositions, l’échec de 1657 nous semble témoigner de la persistance d’un courant antisaumurois dans le corps pastoral et une partie des élites réformées des pays poitevins et charentais. L’affaire Plassay à Niort qui se déroule au cours des mêmes années confirme ce sentiment19. L’élection de 1658 a été rendue possible par la modération, certes, du candidat mais aussi par une assemblée différente dans sa composition et donc moins hostile.

17Si le cursus suivi par Élie Merlat correspond à celui que doit suivre un jeune protestant souhaitant intégrer le corps des ministres des églises réformées du royaume de France au xviie siècle, il est rare de disposer des sources permettant de suivre de manière aussi précise, malgré quelques incertitudes chronologiques, la formation d’un futur pasteur. Il est évident que cela tient au personnage exceptionnel qu’est Élie Merlat. Exceptionnel par son histoire, exceptionnel par sa capacité à s’imposer comme un personnage hors du commun. Sa vie peut s’avérer être une grille de lecture pertinente du protestantisme français de la deuxième moitié du xviie siècle et de ses vicissitudes dans les pays du Refuge.

18Si l’histoire du protestantisme français au xviie siècle, moins exploré que le siècle précédent des « guerriers de Dieu » (D. Crouzet), et moins prestigieux dans la construction de la mémoire réformée que l’après 1685 et la période du Refuge et des Déserts, a fait l’objet de recherches importantes, il reste à approfondir notre connaissance, notamment pour l’Ouest du royaume, de ceux qui par leur enseignement devaient certes faire adhérer tous leurs membres à la Confession de foi mais surtout, au quotidien, faire admettre les règles de la Discipline et faire vivre le projet social porté par la réforme calviniste : les pasteurs. Certes aidés dans leur mission par les anciens et les diacres, ils jouent un rôle décisif dans l’enracinement de la Réforme au xviie siècle. Issus le plus souvent des élites protestantes influentes, ils partagent les valeurs de ce groupe dominant. Élie Merlat est un bon représentant de ce groupe pastoral enraciné par sa famille dans un pays et que leur vocation et mission n’empêchent pas, bien au contraire, d’être des acteurs de la vie économique, sociale et politique de leur province. Nul doute que sa prédication, à l’instar de ses collègues, participe de l’entreprise de « dressage culturel » (B. Garnot) menée par les élites des deux confessions pour imposer leurs normes sociales et un discours théologique justifiant la monarchie absolue. On perçoit dès lors la tragédie que représentera pour la génération de Merlat, les années 1680. À côté de controverses théologiques propres au clergé de toutes les églises, c’est bien le rapport à l’État louis-quatorzien et donc le lien entre le religieux et le politique qui va susciter de profondes divergences.

Notas

2 Didier Poton (éd.), « Papier de raison d’Élie Merlat, ministre de la Parole de Dieu en l’Eglize Réformée de Saintes », dans Archives Historiques de la Saintonge et de l’Aunis, Société des Archives historiques de l’Aunis et de la Saintonge, Saintes, 2001, p. 159-256. Didier Poton, « Élie Merlat, pasteur de l’église réformée de Saintes (1658-1680) ? Une victime consentante de la justice du roi ? », dans Benoît Garnot (dir.), Les Victimes, des oubliés de l’histoire ?, Rennes, PUR, 2000, p. 381-390. Hubert Bost, Didier Poton, « Le rapport des réformés au pouvoir au xviie siècle. Élie Merlat ou la fin du monde » dans Hubert Bost (dir.), Genèse et enjeux de la laïcité, Genève, Labor et Fides, 1990, p. 31-35. Céline Baty, Élie Merlat, pasteur à Saintes (1658-1680), mémoire de maîtrise, université de Poitiers, 1997, 143 f°.

3 Didier Poton (éd.), Mémoires touchant la vie de Monsr Merlat, Minisre et Professeur dans Lausanne faits par M. Estienne Pallardy, ministre réfugié à Delft en Hollande, son intime ami, l’année 1711, Bibliothèque de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, manuscrit n° 238, à paraître.

4 Céline Baty, op. cit., p. 21 sq.

5 Ibid. ; Didier Poton (dir.), « Papier de raison d’Élie Merlat… », op. cit., p. 163.

6 Ibid., p. 30 et p. 206-214.

7 Céline Baty, op. cit., p. 25. Didier Poton, « Élie Merlat, pasteur de l’église… », op. cit., p. 385. Didier Poton, « Géographie du protestantisme et réseau urbain dans le Centre-Ouest à l’époque moderne », dans Philippe Guignet, Jean Hiernard (dir.), Les Réseaux urbains dans le Centre-Ouest atlantique de l’Antiquité à nos jours, Poitiers, GERHICO-Société des Antiquaires de l’Ouest, 1995, p. 213-228.

8 Céline Baty, op. cit., p. 26.

9 Didier Poton (éd.), « Papier de raison… », op. cit., p. 208-210.

10 Didier Poton (éd.), Mémoires touchant la vie de Monsr Merlat…, op. cit., folio 1.

11 Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les Collèges français, xvie-xviiie siècles, Paris, Éditions du CNRS, t. 2, p. 583-585.

12 Didier Poton (éd.), Mémoires touchant la vie de Monsr Merlat…, op. cit., folio 2.

13 Ibid., folio 2 à 6.

14 Ibid., folio 7.

15 I. d’Huisseau, La Discipline des Églises réformées de France, Saumur, 1666.

16 Didier Poton (éd.), Mémoires touchant la vie de Monsr Merlat…, op. cit., folio 9.

17 Ibid., folio 10.

18 François Lebrun (dir.), Saumur, capitale européenne du protestantisme au xviie siècle, Centre Culturel de l’Ouest, Abbaye de Fontevraud, 1993. Hubert Landais (dir.), Histoire de Saumur, Toulouse, Privat, 1997, chapitres V et VI (D. Poton et F. Laplanche), p. 143-182. L.-J. Meteyer, L’Académie de Saumur, Paris, La Cause, 1933 (rééd. 2005, présentation D. Poton).

19 Didier Poton, « Les finances des églises réformés du « Moyen-Poitou » au xviie siècle : l’exemple de Niort (1629- 1684) », dans Michel Aubrun, Gabriel Audisio, Bernard Dompnier, André Gueslin (dir.), « Entre Idéal et Réalité. Finances et religion », faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Clermond-Ferrand, Publication de l’Institut du Massif Central, n° 5, p. 136-137.

Notas finales

1 Professeur d’histoire moderne, université de La Rochelle.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540