Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Paysages et territoires

De la terre de mission à l’espace de conquête : un siècle de socialisme en Deux-Sèvres

Éric Kocher-Marboeuf

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Poitiers–GERHICO.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 André Siegfried, Tableau politique de la France de l’ouest sous la Troisième République, Paris, A. (...)
  • 3 Roger Thabault, Mon village, ses hommes, ses routes, son école, Paris, Delagrave, 1943, Presses de (...)
  • 4 Eugen Weber, La Fin des terroirs, Paris, Fayard, 1983.

2Le département des Deux-Sèvres appartient à l’ensemble étudié par André Siegfried dans son Tableau de la France de l’Ouest sous la Troisième République2. La thèse de l’ouvrage a souvent été résumée en un axiome commode : « le granite vote conservateur, le calcaire vote républicain ». Dans sa monographie de Mazières-en-Gâtine, Roger Thabault a nuancé Siegfried tout en montrant comment le sentiment républicain est parvenu localement à s’enraciner grâce à l’esprit coopératif et à l’école publique3. C’est à Siegfried et Thabault qu’Eugen Weber rend hommage dans La Fin des terroirs4. Si les travaux pionniers se sont logiquement focalisés sur la période durant laquelle les Républicains l’ont emporté sur les Légitimistes, les prolongements embrassant le vingtième siècle dans sa globalité n’ont pas été menés à bien pour le Centre-Ouest.

  • 5 Les Deux-Sèvres par le préfet Dupin, La Crèche, Geste, 2003.
  • 6 Serge Berstein, Les Cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, coll. « Univers historique », (...)

3Les études consacrées à l’évolution politique des Deux-Sèvres au cours du vingtième siècle reproduisent la vision du premier préfet5. La répétition des mêmes arguments a eu pour effet de polariser l’attention sur le compartimentage du département entre la plaine de Niort, la Gâtine, la plaine de Thouars et le Bocage. À chacun de ces quatre ensembles, correspondrait un comportement politique intangible. Cette présentation commode a conduit à négliger les cultures politiques ayant remplacé le légitimisme et le modèle républicain des décennies 1870-19006. Avec le ralliement de la vieille droite au système démocratique, la ligne de clivage du xixe siècle a été bouleversée et c’est à gauche qu’a émergé une force nouvelle qui a fait basculer une partie des républicains au centre-droit. S’intéresser à ce séisme conduit à s’attacher à l’émergence du socialisme deux-sévrien. Compte tenu de la faiblesse numérique du prolétariat ouvrier urbain dans le département à la fin du xixe siècle, on peut être tenté de penser que le point de départ de l’histoire du socialisme deux-sévrien revient un peu à écrire « une histoire en creux » qui relève toujours du défi.

4Parti d’une situation de marginalité au début du vingtième siècle, le socialisme bâtit ses premiers fiefs durant la première moitié du siècle avant de s’imposer progressivement comme le centre de gravité de la gauche en supplantant les radicaux-socialistes. Si cette évolution s’observe à l’échelon national dans d’autres départements, les Deux-Sèvres offrent l’originalité d’un substrat coopératif et mutualiste qui conserve toute son actualité à l’heure de l’économie solidaire et du développement durable.

La naissance du socialisme dans les Deux-Sèvres (1895-1919)7

  • 7 Jacques Roux, « Henri de La Porte et le mouvement socialiste révolutionnaire dans les Deux-Sèvres (...)
  • 8 Roselyne Hervier, Les Chemins de fer en Deux-Sèvres des années 1850 aux années 1930, Niort, archiv (...)

5Les idées socialistes pénètrent tardivement en Deux-Sèvres. Les premières conférences de propagandistes sont organisées par les cheminots des dépôts de Bressuire et de Thouars en 1895-968. Dans le Sud, un second noyau socialiste s’organise à Niort. Lors des élections législatives de mai 1898, les deux candidats socialistes présents dans les circonscriptions de Niort et Bressuire obtiennent chacun plus de 10 % des suffrages. Un Comité socialiste des Deux-Sèvres se crée à Niort. Lors du congrès national à Paris en décembre 1899, le Comité des Deux-Sèvres de Niort se regroupe avec Les Défenseurs de la jeunesse de Thouars, L’Aurore de Loudun, L’Avenir du citoyen d’Angers, Les Égaux angevins et les prolétaires d’Angers pour former La Fédération de l’Ouest : APV (Anjou, Poitou, Vendée) qui propose l’union aux militants de la Sarthe, de la Mayenne et d’Indre-et-Loire.

6En quelques mois, cette première fédération est prise en main par Henri de La Porte, chartiste, petit-fils de François Allain-Targé, ministre des Finances de Gambetta et fils d’Amédée de La Porte, ancien sous-secrétaire d’État à la Marine et aux colonies dans les ministères Freycinet et Goblet entre 1886 et 1888 et député de la 2e circonscription de Niort jusqu’à sa mort en juin 1900. Henri de La Porte crée en mai 1901 la Fédération socialiste révolutionnaire des Deux-Sèvres et de la Vendée à laquelle adhèrent 17 groupes de l’arrondissement de Niort, mais non le groupe guesdiste de Thouars qui ne s’associera qu’après l’unification de 1905. Jusqu’en 1914, la vie de la Fédération reste étroitement liée aux orientations d’Henri de La Port qui répand les idées socialistes via L’Écho de l’Ouest, Le Socialiste de l’Ouest et Le Républicain de l’Ouest qui le ruineront progressivement. Premier député socialiste deux-sévrien dans la circonscription détenue précédemment par son père en 1910, Henri de la Porte est réélu en 1914. Il se porte volontaire pour servir à l’état major du front d’Orient en 1915 mais rentre malade l’année suivante. Mis à l’écart par la nouvelle génération de militants proches de l’esprit bolchevik, Henri de la Porte perd tous ses mandats en 1919 et meurt en 1924 sans avoir pu figurer sur la liste du bloc des gauches.

Les temps difficiles de la SFIO de l’entre-deux-guerres

7Aux élections législatives de 1924, la liste départementale du bloc des gauches remporte les cinq sièges de députés avec 57 % des voix, ce qui permet l’élection de Joseph Chacun, maire socialiste de Thouars. Le clivage nord-sud réapparaît lors des élections de 1928, marquées par la politique financière de Raymond Poincaré. Les deux circonscriptions du nord basculent à droite tandis que celles du sud restent aux radicaux. En 1932, même si la crise commence à se faire ressentir, tous les sortants retrouvent leur siège. La SFIO peine à trouver ses marques dans un contexte économique et social qui ne lui est guère favorable. Durant les années vingt, les électeurs se préoccupent davantage du règlement des Réparations, de la lancinante question de l’inflation qui grignote les bas de laine des épargnants. Dans un département à vocation agricole, les prix des denrées importent plus que la législation sociale. André Blum, dit Blumel, crée Le Travail, journal local des socialistes, mais jette l’éponge après son échec contre René Richard en 1932. Le score départemental de la SFIO à son niveau d’étiage avec seulement 5,3 % des voix en 1932 contre 21,5 % au plan national. La détérioration de la situation économique entre 1932 et 1936, la naissance du Front populaire changent la donne pour les élections de 1936.

8Les socialistes triplent leur score avec 16,2 % des voix tandis que les radicaux socialistes perdent 12 points (49,1 % en 1932 et 37,4 % en 1936), le report s’étant effectué sur la SFIO. Militant de la section de Sauzé-Vaussais et animateur du Travail, l’instituteur Émile Bêche est élu dans la 1re circonscription de Niort grâce à une triangulaire. Le résultat s’explique par le bon report des voix du candidat communiste et d’un radical socialiste de tendance Pelletan. Au premier tour, Émile Bêche n’a obtenu que 19,33 %. Sans cette fracture chez les radicaux socialistes, André Jouffrault aurait été réélu. Les autres candidats socialistes réalisent d’assez bons scores du moins dans le sud. Dans la 2e circonscription de Niort, René Hudeley capitalise 18,48 % et Georges Girard obtient 33,53 % à Melle, Delphin Turpault ne recueille que 3,53 % à Parthenay et Emmanuel Mormiche 5,7 % à Bressuire. Le déficit de voix socialistes dans les deux circonscriptions du nord pèse d’autant plus sur le résultat départemental que ces dernières ont davantage d’inscrits que celles du sud. Les socialistes deux-sévriens ne vont pas avoir le temps de confirmer leur ascension avant 1939. En plein marasme agricole, la création de l’Office national interprofessionnel du blé (ONIB) est bien accueillie dans le sud, alors que les chemises vertes du mouvement Dorgères commettent des actions violentes dans le Thouarsais.

De l’espoir déçu de la Libération à l’enracinement dans l’opposition

9La Libération semble ouvrir un avenir radieux aux socialistes deux-sévriens. Auréolé par son refus de voter les pleins pouvoirs à Philippe Pétain en juillet 1940 et sa participation à la Résistance, Émile Bêche est désigné comme maire de Niort par le comité départemental de Libération avant d’être confirmé par les électeurs en décembre 1945. Lors de la première constituante d’octobre 1945, la SFIO devient le premier parti du département avec 31,73 % des voix, ce succès est de courte durée car lors de l’élection de la seconde constituante en juin 1946, les socialistes n’attirent plus que 22,42 % des suffrages et sont distancés par le MRP. En novembre 1946, aux premières élections législatives de la IVe République, la SFIO continue de régresser, tombant à 17,91 % des voix, moins que le PCF désormais deuxième parti du département après le MRP. L’évolution de la SFIO dans les Deux-Sèvres suit la tendance nationale. À Niort, Émile Bêche est réélu député lors des scrutins de 1945-1946 et en 1951 mais il perd les municipales de 1947. À l’image de nombreuses villes françaises, Niort bascule à droite. Aux législatives de 1956, M. Doignon ne parvient pas à conserver le siège d’Émile Bêche qui échoit finalement au pharmacien radical socialiste Roger Châtelain.

10Émile Bêche continue d’incarner le socialisme deux-sévrien en succédant à l’indépendant Félix Lelant à la mairie de Niort en 1957. Les socialistes deux-sévriens n’entrent pas immédiatement en opposition au gaullisme en 1958 puisque seul Roger Châtelain, le PCF et la CGT appellent à voter Non au référendum sur la constitution de la Ve République. Tous les candidats socialistes sont battus lors des élections législatives de novembre 1958. Le début de l’opposition au gaullisme se fait jour à l’occasion du référendum d’octobre 1962 sur l’élection du président de la République au suffrage universel. Un certain nombre de notables, parmi lesquels des socialistes, s’opposent à la rupture politique proposée par le général de Gaulle. Ils ne sont guère suivis car le vote en faveur du oui de plus des deux tiers des électeurs deux-sévriens dépasse de cinq points la moyenne nationale. Aux élections législatives de novembre 1962, l’UNR gagne un siège sur le MRP qui commence à entrer en opposition à son tour. Le gaullisme déplace la ligne de clivage traditionnelle sur la droite, marginalisant d’autant les socialistes.

  • 9 Éric Kocher-Marboeuf, « La réception de la parole gaullienne dans les départements poitevins et ch (...)

11Lorsque le général de Gaulle effectue son voyage dans les départements des Charentes et du Poitou en juin 1963, il bénéficie d’un bon accueil républicain de la part d’Émile Bêche, la seule véritable opposition à la venue du chef de l’État vient d’instituteurs du SNI qui ne désirent pas s’associer à l’hommage des écoles publiques au chef de l’État prévue dans le protocole de 19069. Les maîtres arguent du risque encouru par les élèves en cas d’attentat de l’OAS. Lors des présidentielles de 1965, les Deux-Sèvres accordent 27,2 % de leurs suffrages à François Mitterrand au premier tour, soit cinq points de moins que la moyenne nationale. La véritable percée de l’opposition départementale au gaullisme est réalisée par Jean Lecanuet qui dépasse de loin son score national de 15 % en attirant 22,5 % des voix. Par contrecoup, le général de Gaulle avec 42,6 % réalise une performance inférieure d’un point à sa moyenne nationale. Ce début de défiance à l’égard du gaullisme ne profite pas encore à la gauche. Au second tour de l’élection présidentielle, François Mitterrand n’obtient que 41,7 % des suffrages au niveau départemental mais devance le général de Gaulle à Thouars ainsi qu’à Melle et atteint 60 % des voix dans le canton de Celles-sur-Belle.

  • 10 Nathalie Manceau, Les Événements de Mai 68 dans les Deux-Sèvres, mémoire de maîtrise, université d (...)

12La stabilité est toujours de mise lors des législatives de mars 1967. Aucun élu de gauche ne parvient à être élu. On ne retrouve pas dans le département la poussée de l’opposition observable à l’échelon national. Toutefois, le maire-adjoint FGDS de Niort, Auzanneau, manque à 300 voix près de battre la gaulliste Madeleine Aymé de la Chevrelière dans la circonscription à cheval sur Niort, le marais et une partie du Mellois. Le véritable décollage de la gauche niortaise se produit lors du Mai 68 des travailleurs à travers l’action des syndicats d’enseignants, d’employés communaux, des mutuelles, de la Camif et de salariés du privé10. Lors des élections législatives de juin 1968, la FGDS augmente son score de 40 % en voix par rapport à 1967, alors que le PCF en perd un tiers.

13Au référendum d’avril 1969 sur la régionalisation et la réforme du Sénat, les Deux- Sèvres votent oui à 52,6 % alors que le vote national est négatif à 53 %. L’interprétation du résultat en Deux-Sèvres semble indiquer que le corps électoral ne suit pas forcément l’opinion des notables qui se sont fréquemment prononcés contre la double réforme proposée par le général de Gaulle. La force du oui dans les terres conservatrices traduit sans doute le faible attachement au Sénat hérité de la IIIe République et la volonté de saisir la chance de sortir du jacobinisme toujours honni.

Du socialisme de bastion municipal au socialisme de conquête

14Durant les vingt-trois années de pouvoir de la droite entre 1958 et 1981, Niort s’affirme comme un bastion socialiste inexpugnable. Les maires Émile Bêche (1957-1971), René Gaillard (1971-1985) et Bernard Bellec (1985-2003) construisent méthodiquement un modèle de socialisme municipal, grandement aidés dans leurs projets et ambitions pour leur ville par l’essor continu des mutuelles d’assurances. Niort se couvre d’équipements collectifs sportifs, culturels, sociaux ; le réseau associatif se révèle puissant et fédérateur autour de l’équipe municipale. Le haut niveau de vie des employés du tertiaire irrigue le commerce et les entreprises locales. Niort est assurément une ville attractive pour son hinterland rural mais peut-elle pour autant servir de modèle ? Le socialisme niortais semble hésiter entre plusieurs voies. Il existe tout d’abord une veine héritière du radicalisme qui rencontre l’adhésion de la bourgeoisie protestante qui vote à gauche par culture républicaine et anti-catholicisme mais qui refuse tout dogmatisme. L’imprégnation marxisante est plus marquée chez certains employés et militants des mutuelles et les enseignants qui sont confortés par le rayonnement de la MAIF et de la Camif. Quant aux couches populaires, souvent issues de l’exode rural, elles votent pour la municipalité car elles sont conscientes des moyens mis en oeuvre pour réussir leur épanouissement à travers la culture, les sports (handball, patinoire, football…) ou la vie des quartiers (maisons pour tous, maison de la vie associative, MJC…).

  • 11 René Gaillard, Niort, impr. Nouvelle République, 1987.

15La dynamique insufflée par le congrès d’Epinay de 1971 profite aux Deux-Sèvres. Dès les législatives de 1973, la poussée à gauche se confirme avec l’élection de René Gaillard à Niort. Ancien professeur d’éducation physique, René Gaillard a succédé à Émile Bêche en 1971 et a su très vite se forger une réputation de compétence et de proximité avec la population qui lui permet de mordre sur l’électorat modéré11. Les voix de gauche sont largement majoritaires à Niort et en périphérie (62,3 %) ainsi qu’en direction de Melle. À peine le premier succès des socialistes a-t-il été engrangé que la déconvenue survient avec le score triomphal de Valéry Giscard d’Estaing lors des élections présidentielles de 1974. Le nouveau président remporte 57,7 % des suffrages et s’impose même à Niort ! Ce vote peut s’analyser comme un réflexe légitimiste lors d’une élection particulièrement disputée et comme un vote de défiance envers le candidat de la gauche qui incarne le programme commun de gouvernement avec des communistes qui font peur. François Mitterrand l’emporte seulement dans la plaine niortaise et sur le plateau mellois. Plus que jamais, le socialisme est en terre de mission dans le bocage où le candidat de la gauche ne parvient même pas à recueillir le quart des voix au second tour.

16Les Deux-Sèvres s’inscrivent dans la dynamique de progrès de la gauche lors des cantonales de 1976 et surtout des municipales de 1977. Les victoires de Parthenay et de Saint- Maixent sont des symboles forts même si Thouars bascule à droite. La division de la gauche, la crainte du communisme et le ressaisissement du gouvernement de Raymond Barre expliquent la déconvenue de la gauche aux élections législatives de 1978. Les Deux-Sèvres participent au maintien de la majorité parlementaire de droite, René Gaillard manque d’être battu à 300 voix près ! L’influence des notables soutenant la majorité de centre droit, un déplacement du président Giscard à Saint-Maixent expliquent que les Deux-Sèvres ne participent pas au « changement » de mai 1981. Au premier tour de l’élection présidentielle, Valéry Giscard d’Estaing recueille 32 % des voix contre seulement 27 % à François Mitterrand. Au second tour, François Mitterrand ne totalise que 47,6 % des voix mais 15 cantons du sud et du Thouarsais sur 33 lui ont été favorables. Les Deux-Sèvres ne suivent pas non plus à la vague rose des législatives, deux des trois sièges restent à droite en juin. Seul René Gaillard se retrouve dans la nouvelle majorité parlementaire en étant réélu dès le premier tour, le député socialiste de Niort va ainsi accéder à la questure du palais Bourbon. Les socialistes deux-sévriens vont savoir tirer parti de leur lien avec le pouvoir pour se renforcer. Alors que les élections municipales de 1983 sont une défaite pour le gouvernement, on n’observe aucune vague bleue dans les Deux-Sèvres. Seule la majorité de droite au conseil général se renforce en 1982 et 1985. Surtout, les socialistes vont être les grands gagnants des élections législatives de 1986 qui se déroulent au scrutin proportionnel. L’octroi d’un quatrième siège de député au département permet au PS de gagner un second siège de député avec 37,7 % des voix. C’est ainsi qu’André Clert, ancien premier adjoint de René Gaillard, et que Michel Hervé, maire de Parthenay, entrent à l’Assemblée. Aux présidentielles de mai 1988, François Mitterrand devance Jacques Chirac au second tour. Le réflexe légitimiste bénéficie cette fois au président socialiste sortant qui incarne la stabilité. Aux élections législatives de juin, les électeurs votent dans les quatre nouvelles circonscriptions issues de la « loi Pasqua ». André Clert à Niort et Ségolène Royal à Melle sont élus dans les deux circonscriptions du sud du département qui correspondent aux anciens fiefs des députés radicaux socialistes ou d’Henri de La Porte.

17Le rééquilibrage politique s’ancre dans le territoire et même si la gauche perd la 1re circonscription lors du raz-de-marée de droite en 1993, elle la reconquiert en 1997 et 2002 sous l’égide de Geneviève Perrin-Gaillard, fille du défunt maire de Niort. Toutefois, ce n’est pas la circonscription de Niort qui est la plus fréquemment mise en avant dans les médias nationaux mais sa voisine de Melle, fief de Ségolène Royal depuis 1988. Parachutée et imposée aux militants à seulement 34 ans par la volonté de François Mitterrand, Ségolène Royal, conseillère à l’Élysée, s’est vite forgée une réputation de « Dame de fer » et d’élue de terrain efficace à l’écoute de ses administrés. Ses qualités lui valent d’être nommée dans le gouvernement d’Édith Cresson, ce qui accroît son poids politique local. En s’attelant à des sujets sensibles, comme la sauvegarde du marais mouillé, la jeune ministre de l’Environnement incarne la femme politique moderne capable de concilier une carrière de premier plan et sa vie de mère de quatre enfants. La ministre des Deux-Sèvres devient rapidement l’égérie des médias, ce qui suscite admiration et affection chez ses électeurs. En réchappant à la déroute de la gauche aux législatives de 1993 et en considérant la victoire de Jacques Chirac sur Lionel Jospin en avril 1995, Ségolène Royal pense que la défense des positions de la gauche en Deux-Sèvres passe par sa victoire à Niort aux élections municipales de juin 1995. Cette conviction explique sa décision de se présenter contre Bernard Bellec. Finalement, au terme d’une triangulaire fratricide au second tour, Bernard Bellec l’emporte à la majorité relative. C’est le premier échec de Ségolène Royal qui en connaîtra un second en 1998 en étant battue lors des élections cantonales à La Mothe-Saint-Héray où elle avait été élue en 1992. Le retour de la gauche aux responsabilités avec Lionel Jospin en 1997 lui ouvre une nouvelle carrière ministérielle. L’aura de « Ségolène » chez ses électeurs se vérifie une nouvelle fois aux législatives de 2002 qui suivent la réélection de Jacques Chirac. Opposée à une candidate néophyte de la droite, Ségolène Royal retrouve sans difficulté son siège au Palais Bourbon.

18Sa large victoire aux élections régionales de 2004 reste la plus symbolique des victoires socialistes en région. Au prix d’une campagne minutieusement conduite, Ségolène Royal a fait bouger la cartographie électorale traditionnelle. Elle y est aussi parvenue en étant dépourvue de ce « complexe de minorité » qui empêchait les candidats socialistes d’aller croiser le fer sur les terres conservatrices. Les scores obtenus par la liste Royal en Gâtine et dans le Bocage ont pour la première fois invalidé l’axiome de Siegfried.

19Au fil des élections cantonales et sénatoriales, les socialistes deux-sévriens progressent. Il n’est plus inimaginable qu’ils s’emparent du conseil général ou qu’ils conquièrent un siège au palais du Luxembourg dans l’avenir. Il s’agirait d’une preuve de l’achèvement de la démocratie dans cette partie de l’Ouest longtemps marquée par l’influence des notables. Si les politologues s’accordent à dire que seule l’alternance permet un fonctionnement sain des institutions et le renouvellement des idées dans le débat public, la remarque vaut aussi pour les socialistes. La réélection tangente de Bernard Bellec en 2002 a prouvé qu’aucun fief n’était définitivement acquis, l’électorat est davantage versatile que par le passé, les mutations démographiques, sociales et économiques récentes changent la donne électorale. Il est possible que les prochaines échéances électorales se traduisent par un « chassé-croisé » inédit s’accompagnant d’une relève du personnel politique.

Notes

2 André Siegfried, Tableau politique de la France de l’ouest sous la Troisième République, Paris, A. Colin, 1913.

3 Roger Thabault, Mon village, ses hommes, ses routes, son école, Paris, Delagrave, 1943, Presses de Sciences Po, 10e rééd., 1993.

4 Eugen Weber, La Fin des terroirs, Paris, Fayard, 1983.

5 Les Deux-Sèvres par le préfet Dupin, La Crèche, Geste, 2003.

6 Serge Berstein, Les Cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, coll. « Univers historique », 1999.

7 Jacques Roux, « Henri de La Porte et le mouvement socialiste révolutionnaire dans les Deux-Sèvres (1900-1914) », Bulletins de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, Niort, 2e série, tome XXII, n° 4, 4e trimestre 1989, p. 367-498.

8 Roselyne Hervier, Les Chemins de fer en Deux-Sèvres des années 1850 aux années 1930, Niort, archives départementales des Deux-Sèvres, 2005.

9 Éric Kocher-Marboeuf, « La réception de la parole gaullienne dans les départements poitevins et charentais lors du voyage présidentiel de juin 1963 : entre accueil républicain et adhésion spontanée », Les Cahiers du Gerhico, n° 9, à paraître.

10 Nathalie Manceau, Les Événements de Mai 68 dans les Deux-Sèvres, mémoire de maîtrise, université de Poitiers, 1999, 130 p.

11 René Gaillard, Niort, impr. Nouvelle République, 1987.

Notes de fin

1 Maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Poitiers–GERHICO.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540